LIBRE DISCUSSION DANS LES COULISSES DE DEMAIN

Débattons en toute liberté, dans le respect de l’autre, sur tous les sujets qui composent notre société : politique, économie, environnement, religion, philosophie, paranormal, sciences, famille, santé, mode, sexualité, loisirs, sports, divertissements…

Derniers sujets

» Les émissions de CO2 repartent à la hausse
par bye Hier à 17:05

» l’idéologie du consentement, outil d’émancipation ou d’isolement individuel ?
par bye Lun 13 Nov - 12:21

» Droit au logement opposable : le bilan chiffré 2008-2016
par bye Jeu 9 Nov - 20:02

» La rétention des « dublinés », dans l’attente d’un transfert, est contraire au règlement Dublin
par bye Lun 6 Nov - 18:33

» Face à la situation en Catalogne
par bye Mer 1 Nov - 11:33

» ACTUALITÉ SOCIÉTÉ ET POLITIQUE
par bye Sam 21 Oct - 10:37

» Offre de Prêt Entre Particulier Sérieux en 72H
par gramophone Ven 20 Oct - 9:32

» Offre de Prêt Entre Particulier Sérieux en 72H
par gramophone Ven 20 Oct - 9:32

» Offre de Prêt Entre Particulier Sérieux en 72H
par gramophone Ven 20 Oct - 9:31

» Offre de Prêt Entre Particulier Sérieux en 72H
par gramophone Ven 20 Oct - 9:31

» Bus de la honte : ne laissons pas l’avenir aux réactionnaires
par bye Sam 14 Oct - 12:44

» La métamatière et le peuple
par Claude De Bortoli Ven 6 Oct - 9:27

» Vers un retour du délit de solidarité ?
par bye Sam 30 Sep - 6:45

» Dossier : de l’École capitaliste à l’éducation émancipatrice
par bye Mer 13 Sep - 19:07

» Education : le « désastre » d’un enseignement tiré vers le bas...
par bye Lun 4 Sep - 12:13

» Offre de prêt entre particuliers rapide en 72h
par BastienL Dim 13 Aoû - 19:49

» Jean Gadrey, économiste : “Il faut remettre la réduction du temps de travail au cœur du débat public”
par bye Mar 8 Aoû - 19:04

» Le « chavo-madurisme » n’est rien moins qu’une dictature pure et simple
par bye Dim 6 Aoû - 18:52

» Gel des postes et du budget de l’éducation nationale : non, cette école ne nous convient pas !
par bye Mer 12 Juil - 13:56

» G 20 Hambourg
par bye Lun 10 Juil - 11:51

» Handicapée, je ne peux continuer à enseigner dans mon académie
par bye Mer 5 Juil - 6:21

» Pour une éducation populaire féministe
par bye Lun 12 Juin - 18:20

» La CNT a écrit aux Éditions Belin
par bye Mar 6 Juin - 10:20

» Blanquer ministre de l’Education nationale : au secours, Sarkozy revient !
par bye Jeu 25 Mai - 11:08

» L'accaparement des terres en Birmanie
par bye Mer 17 Mai - 18:42

» Un enseignant kurde témoigne...
par bye Lun 15 Mai - 17:50

» La métamatière et le Roi de la Terre
par De Bortoli Claude Mar 2 Mai - 9:52

» Au-delà des élections
par bye Mer 26 Avr - 17:26

» Les Etats-Unis ont utilisé leur plus puissante bombe non-nucléaire en Afghanistan, une première
par bye Dim 23 Avr - 18:35

» « Pourquoi nous sommes en grève de la faim dans les prisons d’Israël »
par bye Dim 23 Avr - 18:31

» « Enculé, ordure ! ». Philippe Poutou insulté par les flics
par bye Dim 23 Avr - 18:25

» La Sécurité sociale, une assistance ou un droit ?
par bye Dim 23 Avr - 18:22

» Birmanie: pour établir un mécanisme indépendant de réexamen de tous les cas de prisonniers politiques
par bye Ven 21 Avr - 6:02

» Gatti est mort. A la Parole Errante ses mots résonnent encore !
par bye Mer 12 Avr - 18:21

» Turquie : appel urgent au monde enseignant, aux associations et syndicats…
par bye Lun 3 Avr - 18:21

» APPEL À LA MOBILISATION CONTRE LE PROCHAIN SOMMET DE L’OTAN !
par bye Sam 1 Avr - 5:30

» Communiqué de presse de SUD éducation Guyane du 28 mars
par bye Jeu 30 Mar - 10:16

» Qu’est-ce qui ne va pas avec l’arabe à l’école ?
par bye Ven 24 Mar - 12:03

» Libérons l'oisiveté !
par bye Ven 17 Mar - 19:05

» Quand Espérance banlieues bat la campagne
par bye Ven 17 Mar - 19:00

» 8 mars : luttons toutes et tous pour l’égalité des droits !
par bye Mer 8 Mar - 11:01

» Désarmer la police, la proposition pas si saugrenue du NPA
par bye Mar 7 Mar - 12:50

» Fin du dispositif des Caomi: quelle orientation pour les mineurs isolés de Calais ?
par bye Sam 4 Mar - 9:58

» Les fonctionnaires répondent aux "menaces" de Marine Le Pen
par bye Sam 4 Mar - 6:25

» Réduction des indemnités et contrôles drastiques : Macron s’attaque aux chômeurs
par bye Sam 4 Mar - 6:22

» L'avenue Serge Dassault à Corbeil-Essonnes doit être débaptisée !
par bye Sam 4 Mar - 6:20

» Nouvelle révélation du Canard Enchainé : les copinages de Hamon et LVMH
par bye Sam 4 Mar - 6:18

» Une nouvelle menace pour les étrangers
par bye Mar 21 Fév - 12:02

» "Vous êtes la candidate du nanti-système", lance Charline Vanhoenacker à Marine Le Pen
par bye Lun 20 Fév - 20:30

» Vaccins : Marisol Touraine va-t-elle faire respecter la loi ou satisfaire les labos ?
par bye Lun 20 Fév - 20:26

» La tension monte d’un cran entre les Etats-Unis et le Venezuela
par bye Lun 20 Fév - 20:23

» Vandana Shiva : « Gandhi est plus pertinent qu’il ne l’a jamais été »
par bye Lun 20 Fév - 20:16

» Vague de froid en Europe : les migrants vulnérables
par bye Mar 7 Fév - 17:59

» Le centre pour les femmes et les familles migrantes a ouvert ses portes à Paris
par bye Mar 7 Fév - 17:56

» Des incidents éclatent à Aulnay-sous-Bois après les soupçons de viol de policiers
par bye Lun 6 Fév - 18:23

» Le maire rejette l'étude d'UFC-Que choisir sur l'eau potable
par bye Lun 6 Fév - 18:20

» DOCUMENT. Voici le contrat de travail de Penelope Fillon
par bye Lun 6 Fév - 18:17

» Le Hezbollah scrute avec inquiétude la nouvelle politique américaine au Moyen-Orient
par bye Lun 6 Fév - 18:14

» Huit hommes possèdent autant que la moitié de la population mondiale
par bye Mer 18 Jan - 20:06

» Délinquants solidaires : Pour en finir avec le délit de solidarité
par bye Mer 18 Jan - 13:29

» votre permis de conduire à portée de main
par neil89 Ven 13 Jan - 23:51

» Poursuivre la mobilisation pour une carte élargie des lycées de l’Education Prioritaire, en grève le 10 janvier !
par bye Mar 10 Jan - 11:50

» Grenade de désencerclement : un CRS mis en examen
par bye Sam 7 Jan - 20:59

» Les trois visages du vote FN
par bye Sam 7 Jan - 20:46

» Les deux jambes du militantisme
par bye Sam 7 Jan - 20:37

» Condamnés aujourd’hui pour avoir comparé Christiane Taubira à un singe
par bye Sam 31 Déc - 10:17

» Échapper au chaos
par bye Jeu 22 Déc - 17:53

» Le sénateur Carle coupable de détournement de fonds publics ? SUD éducation le dit depuis 2009 !
par bye Jeu 22 Déc - 15:06

» Maths : résoudre un problème
par bye Lun 12 Déc - 13:25

» Journée Internationale des droits de l'Homme: une situation inquiétante en Birmanie
par bye Dim 11 Déc - 11:17

» Comment les services de renseignement font la chasse aux employés des télécoms
par bye Sam 10 Déc - 18:54

» ET SI LE MASCULIN NE L’EMPORTAIT PAS SUR LE FEMININ ?
par bye Sam 10 Déc - 18:49

» Un document interne provoque un malaise à la SNCF
par bye Sam 10 Déc - 18:38

» Le gouvernement repousse l’évacuation de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes
par bye Sam 10 Déc - 18:29

» Légitime défense des policiers : faut-il tordre le droit ?
par bye Ven 9 Déc - 19:29

» Cadeau de fin d’année, un casier scolaire pour tous les marmots
par bye Mar 6 Déc - 13:59

» Violences policières, violences d’Etat
par bye Mar 6 Déc - 13:54

» La métamatière, les élites et les gouvernants
par De Bortoli Claude Ven 2 Déc - 9:54

» Comment les stups ont enfumé la justice
par bye Jeu 1 Déc - 12:26

» Quel opérateur
par bye Jeu 1 Déc - 12:24

» Fillon président ? Un coup de massue pour l’école
par bye Mer 30 Nov - 17:54

» « Pourquoi j’ai secouru des réfugiés. » Monument en l'honneur de Pierre-Alain Mannoni
par bye Mar 29 Nov - 13:06

» Jean-Luc Mélenchon ne passera pas au second tour de la présidentielle s'il ne se décide pas à parler au peuple
par bye Mar 29 Nov - 13:03

» Graeme Allwright : il t'a laissé la carte qui est si délirante qu'il n'aura plus jamais besoin d'une autre
par bye Mar 29 Nov - 13:00

» Mort de Fidel Castro : bilan de santé de la révolution castriste
par bye Mar 29 Nov - 12:57

» Vinci, piraté par des hacktivistes
par bye Ven 25 Nov - 18:38

» Le Mouvement de la Paix solidaire de la lutte des infirmières et infirmiers
par bye Ven 25 Nov - 18:35

» presentation de moi
par bye Ven 25 Nov - 18:30

» tests
par Matteo13 Mer 23 Nov - 7:48

» Un système d'accueil italien saturé face au nombre toujours aussi important d'arrivées
par bye Lun 21 Nov - 19:08

» Comment fonctionnera le « centre humanitaire » de Paris ?
par bye Lun 21 Nov - 19:06

» Un quart des enfants européens est menacé par la pauvreté
par bye Lun 21 Nov - 19:02

» Cuba : Le Conseil d’État décrète l’amnistie de 787 condamnés
par bye Sam 19 Nov - 11:11

» TURQUIE : Cesser la « chasse aux sorcières » à l’encontre des employé(e)s de l’éducation
par bye Jeu 17 Nov - 18:57

LE SITE

Dans Les Coulisses de Demain

FORUMS & SITES AMIS

FORUM EST INSCRIT SUR


    Impôts, redevance, TVA, taxes

    Partagez

    admin
    Administratrice

    Féminin
    Nombre de messages : 2788
    Date d'inscription : 23/11/2007

    Impôts, redevance, TVA, taxes

    Message par admin le Lun 26 Nov - 1:13

    « J'aime payer des impôts. Lorsque je paie des impôts, j'achète la civilisation. » Oliver Wendell Holmes

    « Il faut demander plus à l'impôt et moins aux contribuables. » Alphonse Allais.

    Payons-nous trop d'impôts ? Comment y remédier ? Comment bien utilisés nos impôts ? A quoi servent-ils ? Quel regard portez-vous sur les "émigrés fiscaux" ? Comment parvenir à un retour à l'équilibre des finances publiques et réduire les dépenses ? La France est-elle, selon vous, en faillite ? Comment peut-elle rompre avec les dérives des finances publiques ? Où vont les gaspillages ? La suppression de 15 000 postes de fonctionnaires en 2007 aura-t-il l'effet escompté ?
    avatar
    Rabasse du sud

    Nombre de messages : 2398
    Localisation : la provence
    Emploi/loisirs : chercheur
    Date d'inscription : 26/11/2007

    Re: Impôts, redevance, TVA, taxes

    Message par Rabasse du sud le Lun 26 Nov - 16:07

    Un Etat en faillite, ou la faillite d’une politique ?


    Les dispositifs d’exonérations de « charges » sur les bas salaires et vers les publics en difficulté sont évalués à 22 milliards d’euros en 2005. Pour l’essentiel, ils sont compensés par l’Etat, même si celui-ci reste chaque année débiteur des régimes sociaux. Il devait ainsi à ce titre 2,2 milliards en 2005. Ce n’est pas le cas des « niches sociales » dont l’assiette totale représente quelque 30 milliards d’euros. Ainsi, le manque à gagner lié aux dispositifs d’association des salariés aux résultats de l’entreprise (intéressement, participation, stock-options) est évalué entre 6 et 8,3 milliards d’euros.

    A lui seul, le dispositif d’exonération des stock-options, qui selon la Cour « constituent bien un revenu lié au travail », représente une perte de recettes de 3 milliards d’euros. Le calcul s’appuie sur le montant des stock-options distribuées en 2005, valorisées à 8,5 milliards d’euros. Une exonération qui se justifie d’autant moins que « les gains réalisés par les bénéficiaires sont souvent importants et concentrés sur un nombre restreints d’individus », épingle la Cour.

    De même, les indemnités de départ à la retraite ou de licenciement sont elles aussi vierges de cotisations. Au prétexte que l’indemnisation du préjudice moral ne doit pas être taxée. Mais comme l’a souligné Philippe Séguin, « les sommes accordées, qui sont parfois très élevées, sont pourtant souvent étrangères à tout préjudice. Chacun sait qu’à certain niveaux hiérarchiques, on n’a pas attendu les débats récents pour pratiquer le divorce à l’amiable ». Notamment grâce aux fameux « golden hello », bonus de départ prévus dès la signature de contrat de travail. Au total, la Cour des comptes évalue la perte liée à ces indemnités à 4 milliards d’euros par an. A titre de comparaison, les franchises médicales sur les actes et les médicaments retenues par le gouvernement renfloueront les caisses de la sécu de 850 millions d’euros.

    Le gouvernement a distribué 15 milliards d’euros par an au profit de ceux qui avaient déjà beaucoup" dans le cadre du paquet fiscal voté cet été. Ce qui représentera quelque 70 milliards sur la première législature SARKOZY.

    Communiqué SUD-RATP
    avatar
    Ego autem semper

    Masculin
    Nombre de messages : 1161
    Age : 56
    Localisation : joigny france
    Emploi/loisirs : soudure / sociologie, économomie, philosophie
    Humeur : acide
    Date d'inscription : 01/12/2007

    Re: Impôts, redevance, TVA, taxes

    Message par Ego autem semper le Mar 4 Déc - 14:07

    il faut savoir que monsieur Jacques Chirac touche une retraite dans un régime spécial qui est de 30 800 euros par moi; comment lui beaucoup de parlamentaires palpent pas mal c'est spéciale mais là personne dit rien comme c'est bizarre, bizarre, bizarre?
    avatar
    Rabasse du sud

    Nombre de messages : 2398
    Localisation : la provence
    Emploi/loisirs : chercheur
    Date d'inscription : 26/11/2007

    Re: Impôts, redevance, TVA, taxes

    Message par Rabasse du sud le Lun 31 Mar - 8:39

    Combien ça proûte ? Pourquoi Jean Pierre Pernaut il n’en parle pas ?

    http://social.societal.free.fr/

    des Chiffres et des Lettres…

    Avec sa politique d’évaluation, sa manière de gouverner la France comme on gèrerait une entreprise, avec un management moderne et rentable, et une modernisation qui signe souvent la régression des droits sociaux et de la protection des plus faibles, les chiffres prennent une valeur inédite…

    En voici quelques-uns…
    expulsions - éducation - Kerviel - prisons - grève des caissières - RSA - Spéculation et crises

    La politique du chiffre voulue par celle confiée à Brice Hortefeux sur les reconduites à la fontière (les expulsions, quoi) conduisent à ce genre d’absurdités :
    un jeune majeur de 19 ans qui a été raflé avec des dizaines de personnes en situation irrégulière […] voilà un jeune qu’on a accueilli depuis plus de 2 ans, à qui on a demandé de s’adapter à la société française, que l’on a financé pendant plusieurs années […] faites le calcul : le prix de journée dans mon foyer est de 190 euros par jour et c’est pas cher, 190 € par jour ! Multiplié par 730, cela fait tout de même 138 700 €…
    On ne compte pas, bien sûr le coût de la rafle !
    Ni celle de la reconduite à la frontière des autres interpellés (15 à 25 000 € par expulsion)
    Il est vrai que Le Canard Enchaîné (Le Guide du Chasseur de Sans-Papiers - 19/03/2008 - n° 4560 - page 4) rapporte que ces expulsions constituent une mission prioritaire qui implique une obligation de résultats…
    C’est sûr qu’il n’y a pas de priorité plus prioritaire en France !

    Lequel Canard parle dans la même page des profs comme variable d’ajustement… soit 11 000 postes manquants dans les collèges et lycées. L’article précise par ailleurs que le secteur public est plus amputé que le privé. Ah ?!

    Toujours sur la même page : une facture GDF de 44 938 € pour un particulier. Qui dit mieux ?
    Il est vrai que désormais les entreprises publiques bénéficiaires peuvent verser des dividendes à l’Etat (qui va ainsi pouvoir réduire un peu son déficit abyssal ?)… alors, quelques écarts…

    Et je finis par le début de la page en question: 75 contrôles pour Jérôme Kerviel. A 5 milliards de pertes, ça ramène le prix du contrôle à 66 millions d’Euros.
    Mais la Société Générale a les moyens !

    Avant d’aller à la page suivante, où un détenu réclame 25 000 € (soit 10 000 € par an) pour avoir passé 2,5 ans dans des conditions inhumaines, dégradantes et contraires à la dignité. Il est soutenu par un Commissaire du Gouvernement, nommé par le Conseil d’Etat… mais oui, mais oui ! (article reproduit ici : Taulard de vivre). Qui préconise lui une indemnisation de 2 500 €.
    Le Canard estime que 35 000 personnes seraient en droit de demander la même indemnisation, ce qui se chiffrerait à 35 millions d’euros…
    Il semble que l’Etat ait effectivement été condamné à verser 3 000 € au détenu (Conditions de détention à la prison Bonne Nouvelle de Rouen : l’Etat condamné). C’est loin des 25 000 réclamés, mais il semble bien s’agir du même cas… Et c’est un peu plus que ce que qu’avait préconisé le Commissaire du Gouvernement.
    Vite Rachida, améliores les conditions de vie en prison, comme tu l’as promis ! Sur les ordres de Notre Seigneur, bien sûr. Grand défenseur des droits de l’homme, comme chacun sait.
    Même si quelques doutes planent sur l’avenir de l’OIP…
    Et qu’on est certain que les délinquants en col blanc ne viendront pas grossir les rangs de cette surpopulation !

    Je change de page, pour aller vers celle du Monde (l’article n’est malheureusement plus en ligne pour les non-abonnés, mais un extrait à la fin de cet article : Grèves dans la grande distribution : des travailleurs pauvres en France ? Vraiment ?) : Honneur aux caissières de Grand-Littoral
    qui indique, donc, Carrefour, le numéro deux mondial et numéro un européen (premier employeur privé en France) […] bénéfice net (1,8 milliard en 2006). […] devrait donc pouvoir payer les 45 centimes d’augmentation du ticket-repas concédée à l’issue des seize jours de grève de ses salariés […] celle [la grève, NDLR] de février coûtera 3 millions d’euros en perte de chiffre d’affaires, soit 2 740 années de tickets-repas (en jours ouvrables, nouvelle valeur).
    Où l’on se demande qui compte quoi !

    Et pour finir :
    le RSA (Revenu de Solidarité Active), cher à Martin Hisch, risque d’être sinon abandonné, du moins relégué derrière des priorités plus prioritaires…
    Alors que d’après le Haut Commissaire aux Solidarités Actives la mise en place de ce dispositif ne coûterait que 2 à 3 milliards d’euros, avec des propositions concrètes de financements. (Hirsch tremble pour le Revenu de solidarité active).
    Une mesure anodine, qui permettrait à 1 million de Français de passer au-dessus du seuil de pauvreté..
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8762
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: Impôts, redevance, TVA, taxes

    Message par bye le Jeu 19 Juin - 10:26

    Niches fiscales: 73 milliards de dépenses que les députés veulent plafonner
    La commission des Finances de l'Assemblée nationale a proposé jeudi de plafonner et de limiter dans le temps l'ensemble des "niches fiscales", de plus en plus nombreuses et coûteuses pour l'Etat et permettant à certains contribuables aisés d'échapper totalement à l'impôt.

    Le rapport de la mission d'information présenté par la commission a dénombré 486 dépenses fiscales, contre 418 en 2003, leur coût total passant sur cette période de 50 milliards d'euros à 73 milliards.
    "Nous sommes préoccupés par l'augmentation des dépenses fiscales, à la fois en nombre et en volume", a déclaré le président socialiste de la commission, Didier Migaud, en présentant à la presse un rapport de la mission d'information sur ces "niches", aussi appelées "dépenses fiscales" en raison du manque à gagner qu'elles entraînent sur les finances publiques.
    Alors que les dépenses du budget de l'Etat sont limitées à l'évolution de l'inflation, les dépenses fiscales devraient progresser d'environ 7% entre 2007 et 2008, relève le rapport.
    "Cela pose un problème par rapport à la situation des comptes publics", a résumé M. Migaud, en écho au Premier ministre François Fillon qui a récemment annoncé l'intention du gouvernement de plafonner toutes les niches et d'en limiter la durée.
    La commission déplore également l'utilisation massive de certaines dispositions fiscales permettant de réduire l'impôt sur le revenu et qui créent une "atteinte à l'équité fiscale".
    "Il n'est pas normal que des personnes ayant des revenus confortables puissent échapper totalement au paiement de l'impôt sur le revenu", a lancé Didier Migaud.
    Grâce à la multitude de réductions et crédit d'impôts, "plus un très gros contribuable a des revenus élevés, moins il paie d'impôt en proportion", conclut le rapport.
    Ainsi, parmi les 10.000 contribuables les plus riches en termes de revenu, 150 n'ont pas payé d'impôt ou ont obtenu une restitution du Trésor public, alors que leur revenu fiscal était en moyenne d'environ un million d'euros.
    De même, 116 des 1.000 contribuables ayant déclaré les revenus imposables les plus élevés au titre de 2006 ont réduit leur impôt de près de 93%, soit d'un montant de l'ordre d'un million d'euros, révèle le rapport.
    Selon le document, les gros contribuables ont tendance à se concentrer sur certains types de réductions d'impôts, au premier rang desquels les investissements en outre-mer (40% du montant total des réductions et crédits d'impôts pour l'investissement productif et près de 7% pour l'investissement dans le logement).
    Les dispositifs à destination des DOM-TOM ne sont pas plafonnés contrairement à la plupart des autres "niches".
    Sur les 550 millions d'euros de dépenses au titre de l'investissement productif dans les DOM-TOM, seuls 350 vont réellement à ces investissements, le reste servant à rémunérer l'investisseur métropolitain et ses conseillers fiscaux, déplore en outre Gilles Carrez, rapporteur UMP de la commission.
    Pour encadrer ces dérives, la commission formule une série de propositions, suggérant en premier lieu de plafonner les niches qui ne le sont pas encore (loi Malraux, monuments historiques, loueurs en meublés et investissements dans les DOM-TOM), comme l'a préconisé récemment la ministre de l'Economie Christine Lagarde. Mais les députés veulent aller plus loin avec un "plafonnement global" de tous les crédits d'impôts et réductions.
    Ils souhaitent également limiter toutes les niches à une durée de trois ans pour pouvoir en évaluer périodiquement l'efficacité.

    admin
    Administratrice

    Féminin
    Nombre de messages : 2788
    Date d'inscription : 23/11/2007

    Re: Impôts, redevance, TVA, taxes

    Message par admin le Mer 17 Sep - 16:55

    A lire absolument

    A quand l'étincelle de la révolution ?, par Georges Pébereau
    LE MONDE | 16.09.08 | 13h34 • Mis à jour le 16.09.08 | 13h34

    J'ai naguère été le président du plus grand groupe industriel français, la Compagnie générale d'électricité (CGE), dont les filiales les plus prestigieuses étaient Alsthom, devenue Alstom, Framatome, devenue Areva, la SGE, devenue Vinci, les Câbles de Lyon, devenus Nextrans, CGEE Alsthom devenue Cegetel, la SAFT, leader mondial dans le domaine des accumulateurs alcalins, et Alcatel, numéro un mondial dans le secteur des télécommunications. Toutes ces sociétés étaient hautement profitables.

    L'ancienne CGE a pris aujourd'hui la dénomination d'Alcatel ; ses activités et ses actifs ont été vendus pour faire face à ses pertes et assurer la prospérité matérielle et morale de ses dirigeants. C'est avec quelque nostalgie que j'ai assisté au naufrage d'Alcatel et que j'assiste à la déchéance politique et économique de notre pays. Le seul élément nouveau, avec l'arrivée au pouvoir de Nicolas Sarkozy, est qu'on parle de réforme à longueur de discours, mais qu'on se refuse à viser les deux seuls objectifs de réforme qui permettraient d'arrêter le déclin, à savoir l'équilibre des comptes et la maîtrise de la dette.

    Or la situation de la France présente quelques singularités inquiétantes. Tout d'abord, la rémunération des présidents des grands groupes cotés et les parachutes dorés dont ils bénéficient. Nicolas Sarkozy, au cours de la campagne électorale, avait promis de les supprimer : à tout le moins aurait-il pu les cantonner. Les quelques scandales qui sont apparus au grand jour, qu'il s'agisse de Philippe Jaffré à Elf, d'Antoine Zacharias à Vinci, de Daniel Bernard à Carrefour ou de Jean-Noël Forgeard à EADS, ont ému l'opinion publique et ont provoqué un sentiment de révolte chez les cadres, y compris les cadres supérieurs et la maîtrise, qui ont découvert avec ahurissement les sommes exorbitantes que se faisaient allouer leurs dirigeants.

    Depuis, rien n'a changé, sauf dans le sens de l'outrance : les parachutes dorés continuent à proliférer en nombre et en montant chez les entreprises du CAC 40. Les rémunérations des mandataires sociaux croissent pendant que les salaires des cadres stagnent et leur pouvoir d'achat régresse. L'affaire des parachutes dorés a donc une portée psychologique considérable, et je ne comprends pas que le président de la République n'ait pas saisi l'occasion de faire un geste hautement symbolique vis-à-vis de l'ensemble des salariés, en cantonnant des avantages extravagants que rien ne justifie et en fiscalisant les stock- options des dirigeants d'entreprises cotées.

    L'écart ne cesse de se creuser entre les salariés et la petite classe de privilégiés, protégés par le pouvoir, dont le nombre et la fortune croissent rapidement. Nous sommes, à n'en pas douter, dans une période prérévolutionnaire, au sens de 1789. Les cadres et, d'une façon plus générale, les classes moyennes, seront demain, comme les bourgeois naguère, les catalyseurs de la révolution.

    La France est obligée de faire des réformes et donc de créer des mécontentements dans un contexte économique mondial incertain et avec une situation financière nationale catastrophique. Il y aura de plus en plus de revendications et de moins en moins de moyens capitalistes pour les satisfaire et de moyens policiers pour les endiguer. Une étincelle suffira pour déclencher des mouvements irréparables.

    Autre singularité : la façon dont la France aborde le problème de la mondialisation, considérée comme la cause de tous nos maux. On admet qu'elle est inéluctable, mais on essaye de s'y opposer par tous les moyens. Comme on a hélas coutume de le faire dans ce pays, on s'attaque davantage aux conséquences qu'aux causes, à savoir les délocalisations, qui se traduisent bien entendu localement par des réductions d'emplois. Ainsi, voit-on le président de la République se déplacer en Lorraine pour promettre une subvention publique à un groupe indien et l'Etat prendre une participation auprès d'un groupe sud-coréen dans les chantiers de l'Atlantique, afin de constituer avec Alstom une minorité de blocage - à quoi cela sert-il ? - et on est consterné lorsqu'on apprend que le groupe français a l'intention de vendre sa propre participation.

    Dans ce domaine comme dans d'autres, l'attitude de l'Allemagne est instructive : la mondialisation y est considérée comme un moyen d'accroître la compétitivité des entreprises et, par voie de conséquence, d'améliorer la balance commerciale du pays. Il est clair que, lorsqu'une entreprise a la possibilité de faire fabriquer tel composant ou tel sous-ensemble à moindre prix dans un pays à faible coût de main-d'oeuvre, elle doit la saisir : cela lui permet de rester mondialement compétitive pour la vente de systèmes ou d'équipements.

    Mais, me direz-vous, quid des PME qui seront ainsi privées des sous-traitances des grandes entreprises ? C'est typiquement un contre-sens, que j'illustrerai par deux exemples. D'une part, la CGE avait naguère deux filiales qui étaient numéro un en France pour la fourniture d'accumulateurs aux constructeurs automobiles. En s'internationalisant, ceux-ci ont été conduits à créer des usines à l'étranger. Leurs sous-traitants les ont accompagnés, ce qui leur a permis de s'internationaliser à moindre coût et à moindre risque et d'améliorer du même coup la compétitivité et le volume d'activités de leurs usines françaises. D'autre part, les PME allemandes se portent fort bien de l'ouverture des frontières, sont beaucoup plus compétitives et beaucoup plus exportatrices que les PME françaises, et l'écart ne cesse de se creuser avec la mondialisation. Il est clair que la France est à contre-sens dans l'histoire. Il faudra savoir changer de mentalité ou accepter le déclin, qui sera rapide.

    Troisième singularité que je n'arrive pas à m'expliquer : notre approche économique de l'Europe, et plus spécialement des conséquences de la création de l'euro. Il est clair que, lorsque deux pays ont une monnaie commune et des politiques économiques divergentes, leurs relations s'établissent mutatis mutandis comme celles de deux sociétés capitalistes concurrentes. Le pays le mieux géré dégage des résultats qui lui permettent de financer ses travaux de recherche et développement, d'améliorer sa productivité et ainsi d'accroître sa compétitivité ; son faible endettement lui permet de réduire ses coûts et de renforcer son indépendance et sa capacité exportatrice, tout en ayant une politique salariale décente.


    A-t-on imaginé à quoi conduit en termes économiques et sociaux la coexistence, avec une monnaie unique, d'une Allemagne florissante aux comptes équilibrés, avec une dette maîtrisée, un commerce extérieur excédentaire, et une France aux abois, plombée par des déficits chroniques et tétanisée par des promesses non suivies d'effet et par le sentiment d'injustice du pouvoir.


    Il suffit de constater la situation catastrophique et non maîtrisée de notre commerce extérieur pour mesurer les conséquences de cette situation de "faillite", comme la définit le premier ministre. L'euro condamne la France à équilibrer ses comptes et à réduire sa dette non pas en 2012, mais dans les plus brefs délais, car on assiste à un déplacement continu de croissance, de pouvoir d'achat et d'exportations à l'intérieur de l'Europe en direction de l'Allemagne. Cet objectif peut être atteint à condition d'oser s'attaquer à un certain nombre de privilèges dans un esprit de justice. Cela nécessite courage politique et intelligence économique.


    Autre étrangeté : on ne peut dans le même temps expliquer aux Français que notre redressement économique implique une réduction drastique du nombre de fonctionnaires avec le non-remplacement d'un départ à la retraire sur deux, et, dans le même temps, ignorer le système d'aides aux entreprises - subventions et déductions fiscales - qui constituent un gisement d'économies beaucoup plus important et qui a un besoin urgent d'être réorganisé et modernisé. La réduction du nombre de fonctionnaires ne doit pas être un objectif en soi, mais le résultat d'une réorganisation en profondeur de l'administration. De même, la réduction du volume des aides doit s'accompagner d'un redéploiement s'inscrivant dans la nouvelle donne européenne et mondiale.

    Dans les deux cas, il y aura des oppositions. Mais il est clair que la réforme simultanée de ces deux systèmes serait juste et aurait un impact significatif sur le déficit et sur la dette. S'attaquer aux seuls fonctionnaires constitue une injustice.

    Dans le même esprit, le gouvernement a renoncé à mettre de l'ordre dans les niches fiscales, dont les bénéficiaires lui sont proches, et envisage de s'attaquer aux niches sociales. Or les niches fiscales constituent un privilège scandaleux au profit des plus favorisés et une remise en ordre, organisée et juste, conduirait à des économies très importantes et serait un acte majeur de justice sociale. S'attaquer aux niches sociales, c'est s'attaquer aux plus démunis en adaptant une terminologie qui donne l'impression qu'il y a là aussi des privilèges exorbitants, ce qui reste à démontrer.

    En tout cas, la mise en application n'aura pas tardé : le gouvernement vient d'annoncer la taxation de l'intéressement et de la participation, donc des cadres, sans toucher bien entendu aux parachutes dorés et aux stock-options qui les accompagnent. Trop d'injustices tuent l'injustice et donc toute possibilité de contestation démocratique.


    admin
    Administratrice

    Féminin
    Nombre de messages : 2788
    Date d'inscription : 23/11/2007

    Re: Impôts, redevance, TVA, taxes

    Message par admin le Mer 17 Sep - 16:58

    Question de temps : que tous les nantis, ceux de l'outrance, ne se fassent pas d'illusions ; ils seront les premiers à être pillés par des foules vengeresses. Je leur conseille d'agrandir sérieusement la station spatiale mir !
    NOSTRADABETTINA
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8762
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: Impôts, redevance, TVA, taxes

    Message par bye le Mer 17 Sep - 17:52

    Concernant l'intervention de M.Pébereau, j'adhère à plusieurs aspects de son point de vue sur l'Euro.

    Cette monnaie commune a été créée suite à l'édification d'un marché unique européen, avec la libre circulation des marchandises.En fluidifiant ce marché ( incluant la privatisation des services ), l'UE ne faisait pas le pari d'homogénéïser l'espace économique européen, mais de s'appuyer sur l'Europe des régions, particulièrement les plus dynamiques: Rhône-Alpes, Catalogne, Bavière,..
    Mais cet objectif passe par une concurrence des systèmes économiques de chaque Etat concerné, avec leurs forces respectives, de manière à en faire tomber les parties les plus faibles, et ne conserver que les régions ou pôles dominateurs; et je suis d'accord avec M.Pébereau lorsqu'il énonce que faire cohabiter dans un même espace doté d'une monnaie commune, un pays à économie forte comme l'Allemagne et la France, à économie faible, peut sembler une hérésie.
    Sauf que celà permet de dégraisser les " charges": couverture sociale,..

    Auparavant, lorsqu'un pays, membre ou non, du système monétaire européen, connaissait des problèmes économiques, il dévaluait sa monnaie. Aujourd'hui, la parité de l'Euro est fixée dans chaque pays, de manière durable ( France: 6,55957 francs ).
    La dévaluation permettait, provisoirement, de "purger" et de rebondir ( produits manufacturés moins chers à l'export,..), tout en assénant un régime draconien aux Français.
    Avec l'Euro ( qui peut constituer en période de crise, un bouclier plus fort, surtout dans les pays à économie faible ), ce levier n'est plus possible.D'autant que l'euro ne dévalue pas ( ou si peu ) face au dollar.
    L'Etat " dégraisse" en supprimant des postes de fonctionnaires, pour satisfaire au traité de Maastricht, mais il l'aurait fait tout de même, pour jouer sur un des seuls leviers encore disponibles, dans ce système honni: rapprocher une monnaie européenne forte avec une économie affaiblie, en partie " improductive" ( services publics, couverture sociale,..)

    De plus, pour compliquer l'affaire, l'Allemagne est le 1° partenaire économique de la France.
    Il faut tout de même préciser que Schroeder, alors chancelier, a assené aux Allemands une purge sociale terrible: blocage des salaires, diminution de la couverture sociale ( indemnité-chômage fortement diminuée,..), retraite poussée à 67 ans,.. ce qui lui a valu la défaite aux élections. L'Allemagne a dû "avalé" la réunification et elle a mis plus de 10 ans à sortir la tête de l'eau.
    avatar
    yunolo

    Féminin
    Nombre de messages : 743
    Age : 64
    Localisation : finistere
    Emploi/loisirs : fontionnaire
    Humeur : plutôt gaie
    Date d'inscription : 27/06/2009

    Re: Impôts, redevance, TVA, taxes

    Message par yunolo le Jeu 10 Sep - 1:29

    http://www.dailymotion.com/video/x51tw_didier-bourdon-on-peux-plus-rien-di_fun
    Cà date de 2006! Putain!... On pourrait ajouter quelques couplets sur les interdits non ? EFFARANT!
    avatar
    Rabasse du sud

    Nombre de messages : 2398
    Localisation : la provence
    Emploi/loisirs : chercheur
    Date d'inscription : 26/11/2007

    Re: Impôts, redevance, TVA, taxes

    Message par Rabasse du sud le Jeu 10 Sep - 22:14

    Bettina a écrit:Question de temps : que tous les nantis, ceux de l'outrance, ne se fassent pas d'illusions ; ils seront les premiers à être pillés par des foules vengeresses. Je leur conseille d'agrandir sérieusement la station spatiale mir !
    NOSTRADABETTINA
    avatar
    yunolo

    Féminin
    Nombre de messages : 743
    Age : 64
    Localisation : finistere
    Emploi/loisirs : fontionnaire
    Humeur : plutôt gaie
    Date d'inscription : 27/06/2009

    Re: Impôts, redevance, TVA, taxes

    Message par yunolo le Ven 11 Sep - 22:02

    Rabasse du sud a écrit:
    Bettina a écrit:Question de temps : que tous les nantis, ceux de l'outrance, ne se fassent pas d'illusions ; ils seront les premiers à être pillés par des foules vengeresses. Je leur conseille d'agrandir sérieusement la station spatiale mir !
    NOSTRADABETTINA
    Je dis et redis que du temps de la Révolution, toutes les têtes n'ont pas été accrochées au bout d'une pique!
    Tous ces riches et "rededede" ont repeuplé la planète et s'estiment toujours les "commandeurs"!
    Il y a toujours ces "malfrats" de la finance, ces consanguins répugnants, etc... qui ont encore le droit de vie et de mort sur nous (les plus nombreux!)! Ils ne voient que leur portefeuille et nous ne sommes que des chiffres! 1, 2, 3 millions de chômeurs!!!! (pas cool au niveau des chiffres... mais pourvu qu'on ne les touche pas!) !!!

    CHARPAL

    Masculin
    Nombre de messages : 434
    Emploi/loisirs : Refaire le monde(sans prétention).Voir : refairelemonde.unblog.fr
    Humeur : en colère face aux injustices notamment sociales
    Date d'inscription : 15/11/2009

    Re: Impôts, redevance, TVA, taxes

    Message par CHARPAL le Lun 16 Nov - 1:32

    Ecotone-1 a écrit:
    « J'aime payer des impôts. Lorsque je paie des impôts, j'achète la civilisation. » Oliver Wendell Holmes

    « Il faut demander plus à l'impôt et moins aux contribuables. » Alphonse Allais.

    Payons-nous trop d'impôts ? Comment y remédier ? Comment bien utilisés nos impôts ? A quoi servent-ils ? Quel regard portez-vous sur les "émigrés fiscaux" ? Comment parvenir à un retour à l'équilibre des finances publiques et réduire les dépenses ? La France est-elle, selon vous, en faillite ? Comment peut-elle rompre avec les dérives des finances publiques ? Où vont les gaspillages ? La suppression de 15 000 postes de fonctionnaires en 2007 aura-t-il l'effet escompté ?

    Je crois que la situation de la France ne peut être isolée du contexte global, à savoir la sauvagerie économique mondialisée ( alias ultra ou néo libéralisme). Les commentateurs ultra réactionnaires des médias dominants se servent des déficits pour montrer du doigt les citoyens ordinaires comme s' ils étaient coupables, alors qu'ils sont victimes d'un système qu'ils n'ont pas voulu. De plus ils se gardent bien d'insister sur les déficits colossaux, abyssaux même, du pays qui pour eux est le "paradis" de la sauvagerie économique : les Etats-Unis ( déficit du budget, de la balance commerciale, de la balance des paiements de plusieurs dizaines de milliers de milliards de dollars!) ; pourquoi ceux-ci auraient "droit" aux déficits et pas la France ?
    La France n'est pas vraiment en faillite : les caisses, et il en est ainsi pour toutes les démocraties, ne sont pas vides au fond : ce sont les spéculateurs, les prédateurs de l'économie de casino, les dirigeants des multinationales qui confisquent par des revenus des salariés toujours plus bas , des superprofits éhontés, des délocalisations, les richesses produites par ceux qui travaillent dans l'économie réelle. L' Humanité produit toujours plus de richesses et il y a toujours plus de misère, de pauvreté, de chômage. Si l'économie était régulée vigoureusement, il y en aurait moins pour les uns et plus pour les autres qui produisent les vraies richesses : dans ce cas, les "caisses" se rempliraient très vite, et les déficits disparaîtraient.
    Mais pour cela il faudrait remettre l'économie au service de l'homme , du moins dans une mesure suffisante, ce qu'aucun homme politique, d'aucune démocratie du monde n'a eu le courage et la volonté de faire pendant les "trente piteuses" dont nous ne sommes pas encore sortis.
    avatar
    yunolo

    Féminin
    Nombre de messages : 743
    Age : 64
    Localisation : finistere
    Emploi/loisirs : fontionnaire
    Humeur : plutôt gaie
    Date d'inscription : 27/06/2009

    Re: Impôts, redevance, TVA, taxes

    Message par yunolo le Lun 16 Nov - 2:37

    http://www.dailymotion.com/video/x70v6n_fillon-utilise-le-falcon-de-letat-p_news
    C'était en 2008!
    On arrive juste en 2010!
    Les caisses de l'Etat étaient vides quand il s'est agi d'aider les ouvriers!!!!! Et elles sont toujours aussi vides pour le plus grand nombre d'entre nous!
    Entre temps.... Notre gentil Etat capitaliste a trouvé des milliards (dans les caisses vides) pour couvrir les banques et les grands patrons qui continuent à délocaliser! INFERNAL!
    La "gauloise" la clope française avant tout et que je fume depuis mes 17 ans, malgré l'augmentation, est introuvable en France!!!!!! Elle est faite en Pologne maintenant! Vous le saviez çà ? Vous saviez que nos manufactures de tabac avaient fermé ou avaient été délocalisées à l'étranger ?
    Je savais que la MANU de Morlaix avait fermé ses portes et laissé toute une population dans la tourmente! Des familles entières ont bossé à la Manufacture de tabac de Morlaix! Des générations entières!
    MORLAIX EST VILLE MORTE! AVEC DES ELU(E)S SANS CONSISTANCE, NULS ET JUSTE BON A SE "SUCRER"... avec des casquettes (2 ou 3), mais incapables de défendre leur région!
    (du genre... arriver en retard aux réunions régionales, recevoir un coup de fil important et mettre les voiles au bout d'1/4 d'heure sous couvert de "surbooking"! CONNARDS! Et ils sont nombreux comme çà! Mais eux au moins pointent leur nez! Dans d'autres grandes villes.... Les élus (conseillers), (je ne parle pas du Maire et des Adjoints qui eux sont à l'aise financièrement!) recoivent 200 € mensuellement pour siéger 2 Heures par mois pour délibérer des projets de leur ville! (ILS NE SONT PAS LA NON PLUS! TOUT BENEF!)
    Mais c'est à nous, petits français fonctionnaires ou pas à qui on demande de serrer la ceinture!
    MOI LES ELUS DE TOUT BORD! JE LES EXECRE! PAS UN POUR RELEVER L'AUTRE!

    CHARPAL

    Masculin
    Nombre de messages : 434
    Emploi/loisirs : Refaire le monde(sans prétention).Voir : refairelemonde.unblog.fr
    Humeur : en colère face aux injustices notamment sociales
    Date d'inscription : 15/11/2009

    Re: Impôts, redevance, TVA, taxes

    Message par CHARPAL le Lun 16 Nov - 3:56

    C'est pourquoi la situation est explosive, car il n'y a pas d'alternative actuellement dans les démocraties, y compris bien sûr en France, dans le cadre de la démocratie représentative. Ca me coûte de le dire, car je suis très attaché aux valeurs républicaines, mais les élections ne servent plus à rien, puisque la "pensée unique", a gangrené la démocratie.
    Des gouvernements qui laissent tout faire, absolument tout, dans le domaine économique, qui se sont privés de tout contrôle sur les investissements ( délocalisations, licenciements "boursiers", dumping social etc...) ne servent plus à rien ! Quant à l'Europe, elle fait exactement la même chose, en pire, car elle veille avec zèle à ce qu'aucun Etat dans un moment d'égarement, n'essaie ne serait-ce que de compenser socialement les conséquence de la casse, au plan humain, engendrée par le système.
    avatar
    yunolo

    Féminin
    Nombre de messages : 743
    Age : 64
    Localisation : finistere
    Emploi/loisirs : fontionnaire
    Humeur : plutôt gaie
    Date d'inscription : 27/06/2009

    Re: Impôts, redevance, TVA, taxes

    Message par yunolo le Mer 18 Nov - 3:06

    CHARPAL a écrit:C'est pourquoi la situation est explosive, car il n'y a pas d'alternative actuellement dans les démocraties, y compris bien sûr en France, dans le cadre de la démocratie représentative. Ca me coûte de le dire, car je suis très attaché aux valeurs républicaines, mais les élections ne servent plus à rien, puisque la "pensée unique", a gangrené la démocratie.
    Des gouvernements qui laissent tout faire, absolument tout, dans le domaine économique, qui se sont privés de tout contrôle sur les investissements ( délocalisations, licenciements "boursiers", dumping social etc...) ne servent plus à rien ! Quant à l'Europe, elle fait exactement la même chose, en pire, car elle veille avec zèle à ce qu'aucun Etat dans un moment d'égarement, n'essaie ne serait-ce que de compenser socialement les conséquence de la casse, au plan humain, engendrée par le système.
    J'aime ton incrédulité! J'aimerais tellement chausser tes "baskets"!
    Fais-moi rêver encore!!!
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8762
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: Impôts, redevance, TVA, taxes

    Message par bye le Mer 18 Nov - 6:46

    CHARPAL a écrit:
    Ecotone-1 a écrit:
    « J'aime payer des impôts. Lorsque je paie des impôts, j'achète la civilisation. » Oliver Wendell Holmes

    « Il faut demander plus à l'impôt et moins aux contribuables. » Alphonse Allais.

    Payons-nous trop d'impôts ? Comment y remédier ? Comment bien utilisés nos impôts ? A quoi servent-ils ? Quel regard portez-vous sur les "émigrés fiscaux" ? Comment parvenir à un retour à l'équilibre des finances publiques et réduire les dépenses ? La France est-elle, selon vous, en faillite ? Comment peut-elle rompre avec les dérives des finances publiques ? Où vont les gaspillages ? La suppression de 15 000 postes de fonctionnaires en 2007 aura-t-il l'effet escompté ?


    Je crois que la situation de la France ne peut être isolée du contexte global, à savoir la sauvagerie économique mondialisée ( alias ultra ou néo libéralisme). Les commentateurs ultra réactionnaires des médias dominants se servent des déficits pour montrer du doigt les citoyens ordinaires comme s' ils étaient coupables, alors qu'ils sont victimes d'un système qu'ils n'ont pas voulu. De plus ils se gardent bien d'insister sur les déficits colossaux, abyssaux même, du pays qui pour eux est le "paradis" de la sauvagerie économique : les Etats-Unis ( déficit du budget, de la balance commerciale, de la balance des paiements de plusieurs dizaines de milliers de milliards de dollars!) ; pourquoi ceux-ci auraient "droit" aux déficits et pas la France ?
    La France n'est pas vraiment en faillite : les caisses, et il en est ainsi pour toutes les démocraties, ne sont pas vides au fond : ce sont les spéculateurs, les prédateurs de l'économie de casino, les dirigeants des multinationales qui confisquent par des revenus des salariés toujours plus bas , des superprofits éhontés, des délocalisations, les richesses produites par ceux qui travaillent dans l'économie réelle. L' Humanité produit toujours plus de richesses et il y a toujours plus de misère, de pauvreté, de chômage. Si l'économie était régulée vigoureusement, il y en aurait moins pour les uns et plus pour les autres qui produisent les vraies richesses : dans ce cas, les "caisses" se rempliraient très vite, et les déficits disparaîtraient.
    Mais pour cela il faudrait remettre l'économie au service de l'homme , du moins dans une mesure suffisante, ce qu'aucun homme politique, d'aucune démocratie du monde n'a eu le courage et la volonté de faire pendant les "trente piteuses" dont nous ne sommes pas encore sortis.

    Tout à fait d'accord avec toi, Charpal.
    D'un point de vue socio-économique, les classes, groupement d'intérêts sont clairement identifiés.C'est-à-dire qu'en dehors de périodes comme 1 997-2 002 ( et encore ), les écarts de revenus n'ont jamais été quelques peu resserrés.
    Aussitôt qu'un groupe social est repéré par un autre comme pouvant s'en approcher , le dominant revendique une augmentation ( par exemple:médecins,..) pour reprendre son autonomie sociale. Et comme ce sont des classes "support" des partis en place ( de droite ) , ils obtiennent aussitôt satisfaction ( augmentation des consultations.
    Bien sûr, le pouvoir en joue, car plus il y a d'intérêts concurrents, et plus il les oppose.On peut le constater dans les bas salaires: le RSA va jouer un rôle de diviseur d'intérêts, plongeant tout le bas de la grille salariale et sociale vers la concurrence, le dumping au profit des patrons.
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8762
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: Impôts, redevance, TVA, taxes

    Message par bye le Lun 15 Mar - 14:23

    Quand Bercy rackette 3 millions de contribuables
    http://www.humanite.fr/2010-02-18_Politique-_-Social-Economie_Quand-Bercy-rackette-3-millions-de

    À partir de cette année, le fisc leur supprime le bénéfice d’une
    demi-part supplémentaire pour le calcul de l’impôt.

    L’avis d’imposition 2010 devrait réserver une désagréable surprise à
    plusieurs millions de contribuables. Fin 2008, dans le cadre du projet
    de loi de finances, la majorité UMP a adopté une mesure, passée
    relativement inaperçue, qui modifie le calcul de l’impôt sur le revenu
    (IR). Applicable à partir de cette année, elle va se traduire par un
    véritable racket au détriment de foyers à ressources souvent modestes.
    Jusqu’alors, tout contribuable vivant seul, qu’il soit célibataire,
    divorcé ou veuf, bénéficiait d’une demi-part supplémentaire s’il avait
    élevé un enfant. Cette disposition tenait compte du coût de la vie, plus
    élevé pour une personne vivant seule par rapport à ceux vivant en
    couple, et, clairement, participait d’une politique familiale. À partir
    de 2010, cet avantage est subordonné à une nouvelle condition, qui va en
    restreindre considérablement le champ d’application  : pour avoir droit
    à la demi-part, le contribuable doit avoir élevé seul un enfant pendant
    au moins cinq années depuis qu’il vit seul. Ce qui exclut de nombreuses
    personnes, qui se sont retrouvées seules, suite au décès de leur
    conjoint ou à une séparation, et qui ont bien assumé la charge d’un
    enfant, mais en couple.

    Sur les 4,3 millions de bénéficiaires actuels de cette demi-part, 3,2
    millions, dont beaucoup de retraités, devraient la perdre. L’addition
    s’annonce salée. La suppression de la demi-part va avoir pour
    conséquence soit de rendre imposable des contribuables qui ne l’étaient
    pas, soit d’augmenter, jusqu’à plus de 800 euros, le montant de leur
    impôt sur le revenu (voir tableau) (1). Au total, le fisc devrait ainsi
    récupérer la bagatelle de 1,2 milliard d’euros.

    Ce n’est pas tout. Pour nombre de contribuables, la perte de cet
    avantage entraînera des conséquences en cascade. En devenant imposables,
    ou en voyant leur revenu fiscal de référence augmenter, ils perdront le
    bénéfice de l’exonération ou d’allégements d’impôts locaux (ainsi que de
    la redevance télé). Des retraités, qui en étaient jusque-là exonérés,
    seront assujettis à une cotisation maladie sur leur pension. Des aides
    pourront aussi leur être supprimées  : prise en charge d’une aide
    ménagère, gratuité des transports… Mais la poignée de privilégiés
    protégés par le bouclier fiscal (19 000 personnes, assujetties à l’ISF,
    se sont vu restituer un total de 600 millions d’euros en 2008) peut,
    elle, dormir sur ses deux oreilles  : déficit budgétaire astronomique ou
    pas, il n’est pas question pour Nicolas Sarkozy et sa majorité UMP de
    chercher à faire la moindre économie de ce côté-là.

    *Yves Housson*

    (1) Pour les contribuables qui bénéficiaient de cet avantage jusqu’à
    présent, et qui ne satisfont pas la nouvelle exigence, la suppression de
    la demi-part va s’étaler jusqu’en 2012. Tous les détails sur ce sujet,
    comme sur l’ensemble de la déclaration d’impôts, dans la VO Impôts 2010,
    le n° 1 des guides fiscaux, en vente dans les kiosques.
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8762
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: Impôts, redevance, TVA, taxes

    Message par bye le Ven 30 Juil - 19:31

    c'est un peu long mais intéressant...Article offert : TVA]http://www.mediapart.fr/article/offert/6c2e1f7f516fca3ac05da4fa6b29a9a0]TVA: hausses probables, injustices certaines[/url]

    C'est le débat fiscal de l'été: des voix s'élèvent à droite pour muscler le plan d'austérité par des hausses de TVA, un prélèvement qui pèse proportionnellement plus sur les bas revenus que sur les hauts. Le gouvernement étudie cette piste. Parti pris contre un impôt injuste.

    Contenu sponsorisé

    Re: Impôts, redevance, TVA, taxes

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Sam 18 Nov - 0:08