LIBRE DISCUSSION DANS LES COULISSES DE DEMAIN

Débattons en toute liberté, dans le respect de l’autre, sur tous les sujets qui composent notre société : politique, économie, environnement, religion, philosophie, paranormal, sciences, famille, santé, mode, sexualité, loisirs, sports, divertissements…

Derniers sujets

» Appel de Raymond Millot : Un projet émancipateur face aux dangers de l’anthropocène
par bye Mar 21 Nov - 12:54

» Les émissions de CO2 repartent à la hausse
par bye Ven 17 Nov - 17:05

» l’idéologie du consentement, outil d’émancipation ou d’isolement individuel ?
par bye Lun 13 Nov - 12:21

» Droit au logement opposable : le bilan chiffré 2008-2016
par bye Jeu 9 Nov - 20:02

» La rétention des « dublinés », dans l’attente d’un transfert, est contraire au règlement Dublin
par bye Lun 6 Nov - 18:33

» Face à la situation en Catalogne
par bye Mer 1 Nov - 11:33

» ACTUALITÉ SOCIÉTÉ ET POLITIQUE
par bye Sam 21 Oct - 10:37

» Offre de Prêt Entre Particulier Sérieux en 72H
par gramophone Ven 20 Oct - 9:32

» Offre de Prêt Entre Particulier Sérieux en 72H
par gramophone Ven 20 Oct - 9:32

» Offre de Prêt Entre Particulier Sérieux en 72H
par gramophone Ven 20 Oct - 9:31

» Offre de Prêt Entre Particulier Sérieux en 72H
par gramophone Ven 20 Oct - 9:31

» Bus de la honte : ne laissons pas l’avenir aux réactionnaires
par bye Sam 14 Oct - 12:44

» La métamatière et le peuple
par Claude De Bortoli Ven 6 Oct - 9:27

» Vers un retour du délit de solidarité ?
par bye Sam 30 Sep - 6:45

» Dossier : de l’École capitaliste à l’éducation émancipatrice
par bye Mer 13 Sep - 19:07

» Education : le « désastre » d’un enseignement tiré vers le bas...
par bye Lun 4 Sep - 12:13

» Offre de prêt entre particuliers rapide en 72h
par BastienL Dim 13 Aoû - 19:49

» Jean Gadrey, économiste : “Il faut remettre la réduction du temps de travail au cœur du débat public”
par bye Mar 8 Aoû - 19:04

» Le « chavo-madurisme » n’est rien moins qu’une dictature pure et simple
par bye Dim 6 Aoû - 18:52

» Gel des postes et du budget de l’éducation nationale : non, cette école ne nous convient pas !
par bye Mer 12 Juil - 13:56

» G 20 Hambourg
par bye Lun 10 Juil - 11:51

» Handicapée, je ne peux continuer à enseigner dans mon académie
par bye Mer 5 Juil - 6:21

» Pour une éducation populaire féministe
par bye Lun 12 Juin - 18:20

» La CNT a écrit aux Éditions Belin
par bye Mar 6 Juin - 10:20

» Blanquer ministre de l’Education nationale : au secours, Sarkozy revient !
par bye Jeu 25 Mai - 11:08

» L'accaparement des terres en Birmanie
par bye Mer 17 Mai - 18:42

» Un enseignant kurde témoigne...
par bye Lun 15 Mai - 17:50

» La métamatière et le Roi de la Terre
par De Bortoli Claude Mar 2 Mai - 9:52

» Au-delà des élections
par bye Mer 26 Avr - 17:26

» Les Etats-Unis ont utilisé leur plus puissante bombe non-nucléaire en Afghanistan, une première
par bye Dim 23 Avr - 18:35

» « Pourquoi nous sommes en grève de la faim dans les prisons d’Israël »
par bye Dim 23 Avr - 18:31

» « Enculé, ordure ! ». Philippe Poutou insulté par les flics
par bye Dim 23 Avr - 18:25

» La Sécurité sociale, une assistance ou un droit ?
par bye Dim 23 Avr - 18:22

» Birmanie: pour établir un mécanisme indépendant de réexamen de tous les cas de prisonniers politiques
par bye Ven 21 Avr - 6:02

» Gatti est mort. A la Parole Errante ses mots résonnent encore !
par bye Mer 12 Avr - 18:21

» Turquie : appel urgent au monde enseignant, aux associations et syndicats…
par bye Lun 3 Avr - 18:21

» APPEL À LA MOBILISATION CONTRE LE PROCHAIN SOMMET DE L’OTAN !
par bye Sam 1 Avr - 5:30

» Communiqué de presse de SUD éducation Guyane du 28 mars
par bye Jeu 30 Mar - 10:16

» Qu’est-ce qui ne va pas avec l’arabe à l’école ?
par bye Ven 24 Mar - 12:03

» Libérons l'oisiveté !
par bye Ven 17 Mar - 19:05

» Quand Espérance banlieues bat la campagne
par bye Ven 17 Mar - 19:00

» 8 mars : luttons toutes et tous pour l’égalité des droits !
par bye Mer 8 Mar - 11:01

» Désarmer la police, la proposition pas si saugrenue du NPA
par bye Mar 7 Mar - 12:50

» Fin du dispositif des Caomi: quelle orientation pour les mineurs isolés de Calais ?
par bye Sam 4 Mar - 9:58

» Les fonctionnaires répondent aux "menaces" de Marine Le Pen
par bye Sam 4 Mar - 6:25

» Réduction des indemnités et contrôles drastiques : Macron s’attaque aux chômeurs
par bye Sam 4 Mar - 6:22

» L'avenue Serge Dassault à Corbeil-Essonnes doit être débaptisée !
par bye Sam 4 Mar - 6:20

» Nouvelle révélation du Canard Enchainé : les copinages de Hamon et LVMH
par bye Sam 4 Mar - 6:18

» Une nouvelle menace pour les étrangers
par bye Mar 21 Fév - 12:02

» "Vous êtes la candidate du nanti-système", lance Charline Vanhoenacker à Marine Le Pen
par bye Lun 20 Fév - 20:30

» Vaccins : Marisol Touraine va-t-elle faire respecter la loi ou satisfaire les labos ?
par bye Lun 20 Fév - 20:26

» La tension monte d’un cran entre les Etats-Unis et le Venezuela
par bye Lun 20 Fév - 20:23

» Vandana Shiva : « Gandhi est plus pertinent qu’il ne l’a jamais été »
par bye Lun 20 Fév - 20:16

» Vague de froid en Europe : les migrants vulnérables
par bye Mar 7 Fév - 17:59

» Le centre pour les femmes et les familles migrantes a ouvert ses portes à Paris
par bye Mar 7 Fév - 17:56

» Des incidents éclatent à Aulnay-sous-Bois après les soupçons de viol de policiers
par bye Lun 6 Fév - 18:23

» Le maire rejette l'étude d'UFC-Que choisir sur l'eau potable
par bye Lun 6 Fév - 18:20

» DOCUMENT. Voici le contrat de travail de Penelope Fillon
par bye Lun 6 Fév - 18:17

» Le Hezbollah scrute avec inquiétude la nouvelle politique américaine au Moyen-Orient
par bye Lun 6 Fév - 18:14

» Huit hommes possèdent autant que la moitié de la population mondiale
par bye Mer 18 Jan - 20:06

» Délinquants solidaires : Pour en finir avec le délit de solidarité
par bye Mer 18 Jan - 13:29

» votre permis de conduire à portée de main
par neil89 Ven 13 Jan - 23:51

» Poursuivre la mobilisation pour une carte élargie des lycées de l’Education Prioritaire, en grève le 10 janvier !
par bye Mar 10 Jan - 11:50

» Grenade de désencerclement : un CRS mis en examen
par bye Sam 7 Jan - 20:59

» Les trois visages du vote FN
par bye Sam 7 Jan - 20:46

» Les deux jambes du militantisme
par bye Sam 7 Jan - 20:37

» Condamnés aujourd’hui pour avoir comparé Christiane Taubira à un singe
par bye Sam 31 Déc - 10:17

» Échapper au chaos
par bye Jeu 22 Déc - 17:53

» Le sénateur Carle coupable de détournement de fonds publics ? SUD éducation le dit depuis 2009 !
par bye Jeu 22 Déc - 15:06

» Maths : résoudre un problème
par bye Lun 12 Déc - 13:25

» Journée Internationale des droits de l'Homme: une situation inquiétante en Birmanie
par bye Dim 11 Déc - 11:17

» Comment les services de renseignement font la chasse aux employés des télécoms
par bye Sam 10 Déc - 18:54

» ET SI LE MASCULIN NE L’EMPORTAIT PAS SUR LE FEMININ ?
par bye Sam 10 Déc - 18:49

» Un document interne provoque un malaise à la SNCF
par bye Sam 10 Déc - 18:38

» Le gouvernement repousse l’évacuation de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes
par bye Sam 10 Déc - 18:29

» Légitime défense des policiers : faut-il tordre le droit ?
par bye Ven 9 Déc - 19:29

» Cadeau de fin d’année, un casier scolaire pour tous les marmots
par bye Mar 6 Déc - 13:59

» Violences policières, violences d’Etat
par bye Mar 6 Déc - 13:54

» La métamatière, les élites et les gouvernants
par De Bortoli Claude Ven 2 Déc - 9:54

» Comment les stups ont enfumé la justice
par bye Jeu 1 Déc - 12:26

» Quel opérateur
par bye Jeu 1 Déc - 12:24

» Fillon président ? Un coup de massue pour l’école
par bye Mer 30 Nov - 17:54

» « Pourquoi j’ai secouru des réfugiés. » Monument en l'honneur de Pierre-Alain Mannoni
par bye Mar 29 Nov - 13:06

» Jean-Luc Mélenchon ne passera pas au second tour de la présidentielle s'il ne se décide pas à parler au peuple
par bye Mar 29 Nov - 13:03

» Graeme Allwright : il t'a laissé la carte qui est si délirante qu'il n'aura plus jamais besoin d'une autre
par bye Mar 29 Nov - 13:00

» Mort de Fidel Castro : bilan de santé de la révolution castriste
par bye Mar 29 Nov - 12:57

» Vinci, piraté par des hacktivistes
par bye Ven 25 Nov - 18:38

» Le Mouvement de la Paix solidaire de la lutte des infirmières et infirmiers
par bye Ven 25 Nov - 18:35

» presentation de moi
par bye Ven 25 Nov - 18:30

» tests
par Matteo13 Mer 23 Nov - 7:48

» Un système d'accueil italien saturé face au nombre toujours aussi important d'arrivées
par bye Lun 21 Nov - 19:08

» Comment fonctionnera le « centre humanitaire » de Paris ?
par bye Lun 21 Nov - 19:06

» Un quart des enfants européens est menacé par la pauvreté
par bye Lun 21 Nov - 19:02

» Cuba : Le Conseil d’État décrète l’amnistie de 787 condamnés
par bye Sam 19 Nov - 11:11

LE SITE

Dans Les Coulisses de Demain

FORUMS & SITES AMIS

FORUM EST INSCRIT SUR


    L'Amérique du " No we can't "

    Partagez
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8763
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    L''Amérique du " No we can''t "

    Message par bye le Dim 17 Mai - 8:31

    L’Amérique du « No we can’t »





    Un portrait sans concession de la mondialisation par Patrick Artus et Paule Virard qui nous alertent sur les égarements de l'Amérique. Très bon diagnostic, propositions faibles.



    Patrick Artus et Marie Paule Virard poursuivent leur autopsie de la mondialisation. Après « Le capitalisme est en train de s’autodétruire » et « Globalisation, le pire est à venir » le duo de choc vient de publier un essai au titre évocateur « Est-il trop tard pour sauver l’Amérique ? » En attendant le prochain qui devrait certainement s’intituler « On est foutu, le monde est au fond du trou » !




    Comme toujours l’ouvrage est une remarquable description du fonctionnement de l’économie mondiale, clair dans l’exposé, pédagogique dans l’explication des ressorts du système, objectif dans les constats, remarquablement documenté et, ce qui ne
    gâte rien, court et facile à lire.




    En revanche, comme toujours chez Artus, la conclusion est plus que discutable. Les solutions qu’il préconise peinent à convaincre et on ressort de la lecture avec le sentiment qu’il faudrait un miracle pour que le pari d’Obama réussisse, un miracle hautement improbable. On voit mal en effet pourquoi le reste du monde
    continuerait à financer à fonds perdus le fonctionnement de l’économie américaine et comment celle-ci pourrait dans le contexte de la mondialisation, parvenir à reconstruire une économie productive performante.




    Le portrait d'une Amérique exsangue



    Le diagnostic de l’économie comme de la société américaine est implacable : excès d’endettement confinant à l’insolvabilité, société en voie de paupérisation minée par des inégalités insupportables, système social inexistant, délabrement des infrastructures, désindustrialisation presque achevée, déficits budgétaires et
    commerciaux structurels. Et last but not least un rêve américain évanoui, « qui nécessite d’être endormi pour y croire encore »




    Comment les Etats-Unis en sont arrivé là ? Inutile de chercher des boucs-émissaires. Ils se sont mis tout seul dans cette galère grâce à leur optimisme naturel et la foi en leur superpuissance. Ils ont parié sur un modèle de développement qui apparaît à la lumière de l’expérience comme une impasse. Ce modèle Artus, le qualifie de «
    bipolaire » à savoir une spécialisation sur les deux bouts de la chaine : les activités hautement qualifiées de très haut de gamme (finance, management, développement) et les services bas de gamme de l’économie résidentielle (des bads jobs, sous rémunérés, précaires et sans couverture sociale). Entre ces deux pôles, l’économie industrielle a été délocalisée pour satisfaire la soif
    inextinguible du consommateur pour les produits à bas coûts.




    La faillite d'un modèle d'adaptation à la mondialisation.



    Naturellement ce modèle a eu des conséquences sociales, notamment une quasi disparition de la classe moyenne, la montée de la précarité, l’apparition des travailleurs pauvres et une explosion des inégalités. Mais ce n’est pas sur ce terrain que se place Artus pour le condamner. Il ne marche tout simplement pas sur le plan économique. Pour trois raisons.
    1- Tout est potentiellement délocalisable.
    2- L’excédent commercial des services haut de gammes ne peut pas compenser le déficit lié à l’importation des produits manufacturés
    3- Les gains de productivité dans les services ne sont pas suffisants pour générer une croissance non soutenue par l’endettement.




    Notons que ce modèle est grosso modo celui de tous les pays développés dans la mondialisation, à l’exception des pays industriels spécialisé comme l’Allemagne. Voilà qui devrait faire réfléchir sur la viabilité de la division internationale du travail rêvée par les libres échangistes : aux pays pauvres la production, aux pays riches les activités de conception et de management.



    Artus nous dépeint donc une Amérique dévastée et exsangue dont la survie dépend du bon vouloir de ses créanciers. On considère généralement que l’URSS a périclitée après avoir perdu la guerre froide (via notamment des dépenses militaires excessives) On peut aujourd’hui considérer que l’Amérique s’est ruinée dans une guerre
    économique mondiale qu’elle a perdue, elle aussi, en se croyant trop forte.




    Une improbable happy-end



    L’Amérique ne peut donc s’en sortir qu’à la double condition de continuer à être financé par le reste du monde et de savoir inventer nouveau modèle productif. Pour Artus, le monde dans son ensemble doit encourager cette évolution, car l’effondrement du
    dollar entrainant celle de la consommation américaine serait extrêmement dommageable pour tout le monde.




    La première des conditions apparaît douteuse. A supposer même que les pays disposant d’épargne aient toujours les moyens de faire face aux besoins de capitaux croissant des Etats-Unis, (pour soutenir leur demande, rebâtir des infrastructures et un système social ou reconstruire un appareil productif) encore faudrait-il qu’ils
    le veuillent bien ! Cela va devenir de plus en plus difficile de convaincre les épargnants mondiaux « d’investir » aux Etats-Unis à mesure que les menaces sur la solidité du Dollar s’accentueront et après l’épisode de la bulle internet et des subprimes où beaucoup ont perdu leur mise en croyant acheter des actifs qui n’étaient virtuels ou toxiques !




    En outre, Artus n’évoque jamais la question de la solvabilité des Etats-Unis. Ces investissements colossaux seront-ils remboursables un jour ou s’agirait-il d’un « plan Marshall » pour reprendre l’expression d’Emmanuel Todd. Cette question en amène une autre sur le plan moral. Les Etats-Unis, qui ont creusé eux-mêmes leur
    tombe et y on entraîné le monde dans leur chute, méritent-ils vraiment un gigantesque plan de sauvetage financé par le reste de la planète ? On n’a pas été aussi généreux avec la Russie quand son économie s’est effondrée après la disparition de l’URSS. Au contraire !




    En tout état de cause, si le sauvetage des Etats-Unis devait se faire par un financement mondial à fonds perdu, la moindre des choses serait que le bénéficiaire fasse amende honorable, reconnaisse l’erreur de sa politique économique et s’excuse de
    l’avoir imposé au monde par un impérialisme économique, idéologique, monétaire et militaire ! Encore faudrait-il également que ce financement n’alimente pas comme par le passé la consommation courante et un mode de vie indécent, mais des
    investissements productifs, ce qui impose de fait une mise sous tutelle des Etats-Unis par la communauté internationale, comme n’importe quel Etats en faillite pris en charge par le FMI. On aurait aimé qu'Artus se penche sur la question de « l'aléa moral ».




    La deuxième des conditions apparaît quant à elle, illusoire. La réindustrialisation des Etats-Unis ne semble pouvoir s’effectuer que dans le cadre d’un protectionnisme coopératif, accepté par ses partenaires commerciaux et ses financeurs. Or Artus, comme toujours (mais plus mollement cette fois) évacue l’hypothèse en une petite page, avec des motifs purement techniques que j’avoue ne pas être parvenu à saisir. La question de l’élasticité-prix des importations empêcheraient leur substitution par des productions locales (?!?!?)


    Si les Etats-Unis ne peuvent techniquement pas rapatrier sur leur sol des activités délocalisées, sur quoi se ferait alors cette réindustrialisation ? Artus est sur ce point perplexe. Il reconnaît qu’il leur faudra franchir une « nouvelle frontière » et inventer une « nouvelle nouvelle économie » Mais il fait toute confiance pour réaliser ce miracle au génie créateur de ce peuple et à sa grande capacité à la résilience. Néanmoins l’hypothèse pose deux « petits » problèmes.




    Quand le piège de la mondialisation se ferme sur sa victime



    Les banques ont-elles bidonné leurs résultats ?

    Quand les entreprises se prêtent les salariés

    Les DRH se gobergent au Lutetia en parlant de la crise



    La question de la compétitivité de ces nouvelles productions, tout d’abords. Rien ne dit que passé le stade de la conception, l’activité se matérialiserait aux Etats-Unis. On voit mal pourquoi la règle qui prévalait antérieurement selon laquelle la production devait se faire dans les pays à bas coûts ne fonctionnerait plus pour cette «
    nouvelle industrie » ! Admettons que les ingénieurs américains puissent faire d’immenses progrès dans les technologies propres, pourquoi donc les panneaux solaires et autres équipements nécessaire aux économies d’énergies ne se fabriqueraient pas en Chine ? Il ne faut pas confondre innovation et réindustrialisation !




    La pérennité de l’avantage comparatif des Etats-Unis sur l’innovation, ensuite. Sur quoi était-il fondé ? Sur une supériorité intrinsèque quasi génétique des américains à inventer ? Certainement pas. Il reposait sur un enseignement supérieur de haut niveau, une capacité à attirer les meilleurs cerveaux du monde et un système de financement particulièrement efficace pour les activités de R&D et les start-up. Ce système semble lui-même à bout de souffle. Le système financier est en quasi faillite. Les universités américaines commencent à connaître de sérieuses difficultés financières. Le système éducatif est considéré dans un
    état déplorable. Enfin, les Etats-Unis ne sont pas certain de pouvoir continuer à attirer les meilleurs cerveaux une fois perdue leur centralité économique.
    Dans ces conditions présupposer que les industries de demain naîtront nécessairement aux Etats-Unis apparaît assez hasardeux.




    Alors oui, il est eut-être trop tard pour sauver l’Amérique ! La lecture du dernier Artus amène à méditer sur cet échec qui est celui du modèle anglo-saxon et de l’occident dans son ensemble dans une mondialisation qu’il pensait pouvoir maîtriser à son
    avantage. L’enjeu est aujourd’hui de savoir rompre au plus vite avec ce modèle pour ne pas suivre les Etats-Unis au fond du gouffre. Compte tenu des inerties intellectuelles et de la fascination qu’ont toujours exercée les Etats-Unis sur nos élites, le risque est réel. C’est pourquoi il faut lire et faire lire « Est-il trop tard pour sauver l’Amérique » en pensant que ce qui la description
    qui est faite des Etats-Unis pourrait bien être celle de l’Europe très
    prochainement.




    Source: http://www.marianne2.fr/L-Amerique-du-No-we-can-t_a179631.html?com

      La date/heure actuelle est Jeu 23 Nov - 8:36