LIBRE DISCUSSION DANS LES COULISSES DE DEMAIN

Débattons en toute liberté, dans le respect de l’autre, sur tous les sujets qui composent notre société : politique, économie, environnement, religion, philosophie, paranormal, sciences, famille, santé, mode, sexualité, loisirs, sports, divertissements…

Derniers sujets

» Une montée des violences envers les migrants à travers l'Europe :
par bye Ven 15 Déc - 18:54

» Défendre et renforcer les CHSCT !
par bye Mar 5 Déc - 12:59

» Nuage de Ruthénium-106 sur l’Europe : que s’est-il réellement passé ?
par bye Mar 28 Nov - 12:35

» Dossier sur "l’affaire du stage de Sud éduc 93"
par bye Lun 27 Nov - 12:34

» Appel de Raymond Millot : Un projet émancipateur face aux dangers de l’anthropocène
par bye Mar 21 Nov - 12:54

» Les émissions de CO2 repartent à la hausse
par bye Ven 17 Nov - 17:05

» l’idéologie du consentement, outil d’émancipation ou d’isolement individuel ?
par bye Lun 13 Nov - 12:21

» Droit au logement opposable : le bilan chiffré 2008-2016
par bye Jeu 9 Nov - 20:02

» La rétention des « dublinés », dans l’attente d’un transfert, est contraire au règlement Dublin
par bye Lun 6 Nov - 18:33

» Face à la situation en Catalogne
par bye Mer 1 Nov - 11:33

» ACTUALITÉ SOCIÉTÉ ET POLITIQUE
par bye Sam 21 Oct - 10:37

» Offre de Prêt Entre Particulier Sérieux en 72H
par gramophone Ven 20 Oct - 9:32

» Offre de Prêt Entre Particulier Sérieux en 72H
par gramophone Ven 20 Oct - 9:32

» Offre de Prêt Entre Particulier Sérieux en 72H
par gramophone Ven 20 Oct - 9:31

» Offre de Prêt Entre Particulier Sérieux en 72H
par gramophone Ven 20 Oct - 9:31

» Bus de la honte : ne laissons pas l’avenir aux réactionnaires
par bye Sam 14 Oct - 12:44

» La métamatière et le peuple
par Claude De Bortoli Ven 6 Oct - 9:27

» Vers un retour du délit de solidarité ?
par bye Sam 30 Sep - 6:45

» Dossier : de l’École capitaliste à l’éducation émancipatrice
par bye Mer 13 Sep - 19:07

» Education : le « désastre » d’un enseignement tiré vers le bas...
par bye Lun 4 Sep - 12:13

» Offre de prêt entre particuliers rapide en 72h
par BastienL Dim 13 Aoû - 19:49

» Jean Gadrey, économiste : “Il faut remettre la réduction du temps de travail au cœur du débat public”
par bye Mar 8 Aoû - 19:04

» Le « chavo-madurisme » n’est rien moins qu’une dictature pure et simple
par bye Dim 6 Aoû - 18:52

» Gel des postes et du budget de l’éducation nationale : non, cette école ne nous convient pas !
par bye Mer 12 Juil - 13:56

» G 20 Hambourg
par bye Lun 10 Juil - 11:51

» Handicapée, je ne peux continuer à enseigner dans mon académie
par bye Mer 5 Juil - 6:21

» Pour une éducation populaire féministe
par bye Lun 12 Juin - 18:20

» La CNT a écrit aux Éditions Belin
par bye Mar 6 Juin - 10:20

» Blanquer ministre de l’Education nationale : au secours, Sarkozy revient !
par bye Jeu 25 Mai - 11:08

» L'accaparement des terres en Birmanie
par bye Mer 17 Mai - 18:42

» Un enseignant kurde témoigne...
par bye Lun 15 Mai - 17:50

» La métamatière et le Roi de la Terre
par De Bortoli Claude Mar 2 Mai - 9:52

» Au-delà des élections
par bye Mer 26 Avr - 17:26

» Les Etats-Unis ont utilisé leur plus puissante bombe non-nucléaire en Afghanistan, une première
par bye Dim 23 Avr - 18:35

» « Pourquoi nous sommes en grève de la faim dans les prisons d’Israël »
par bye Dim 23 Avr - 18:31

» « Enculé, ordure ! ». Philippe Poutou insulté par les flics
par bye Dim 23 Avr - 18:25

» La Sécurité sociale, une assistance ou un droit ?
par bye Dim 23 Avr - 18:22

» Birmanie: pour établir un mécanisme indépendant de réexamen de tous les cas de prisonniers politiques
par bye Ven 21 Avr - 6:02

» Gatti est mort. A la Parole Errante ses mots résonnent encore !
par bye Mer 12 Avr - 18:21

» Turquie : appel urgent au monde enseignant, aux associations et syndicats…
par bye Lun 3 Avr - 18:21

» APPEL À LA MOBILISATION CONTRE LE PROCHAIN SOMMET DE L’OTAN !
par bye Sam 1 Avr - 5:30

» Communiqué de presse de SUD éducation Guyane du 28 mars
par bye Jeu 30 Mar - 10:16

» Qu’est-ce qui ne va pas avec l’arabe à l’école ?
par bye Ven 24 Mar - 12:03

» Libérons l'oisiveté !
par bye Ven 17 Mar - 19:05

» Quand Espérance banlieues bat la campagne
par bye Ven 17 Mar - 19:00

» 8 mars : luttons toutes et tous pour l’égalité des droits !
par bye Mer 8 Mar - 11:01

» Désarmer la police, la proposition pas si saugrenue du NPA
par bye Mar 7 Mar - 12:50

» Fin du dispositif des Caomi: quelle orientation pour les mineurs isolés de Calais ?
par bye Sam 4 Mar - 9:58

» Les fonctionnaires répondent aux "menaces" de Marine Le Pen
par bye Sam 4 Mar - 6:25

» Réduction des indemnités et contrôles drastiques : Macron s’attaque aux chômeurs
par bye Sam 4 Mar - 6:22

» L'avenue Serge Dassault à Corbeil-Essonnes doit être débaptisée !
par bye Sam 4 Mar - 6:20

» Nouvelle révélation du Canard Enchainé : les copinages de Hamon et LVMH
par bye Sam 4 Mar - 6:18

» Une nouvelle menace pour les étrangers
par bye Mar 21 Fév - 12:02

» "Vous êtes la candidate du nanti-système", lance Charline Vanhoenacker à Marine Le Pen
par bye Lun 20 Fév - 20:30

» Vaccins : Marisol Touraine va-t-elle faire respecter la loi ou satisfaire les labos ?
par bye Lun 20 Fév - 20:26

» La tension monte d’un cran entre les Etats-Unis et le Venezuela
par bye Lun 20 Fév - 20:23

» Vandana Shiva : « Gandhi est plus pertinent qu’il ne l’a jamais été »
par bye Lun 20 Fév - 20:16

» Vague de froid en Europe : les migrants vulnérables
par bye Mar 7 Fév - 17:59

» Le centre pour les femmes et les familles migrantes a ouvert ses portes à Paris
par bye Mar 7 Fév - 17:56

» Des incidents éclatent à Aulnay-sous-Bois après les soupçons de viol de policiers
par bye Lun 6 Fév - 18:23

» Le maire rejette l'étude d'UFC-Que choisir sur l'eau potable
par bye Lun 6 Fév - 18:20

» DOCUMENT. Voici le contrat de travail de Penelope Fillon
par bye Lun 6 Fév - 18:17

» Le Hezbollah scrute avec inquiétude la nouvelle politique américaine au Moyen-Orient
par bye Lun 6 Fév - 18:14

» Huit hommes possèdent autant que la moitié de la population mondiale
par bye Mer 18 Jan - 20:06

» Délinquants solidaires : Pour en finir avec le délit de solidarité
par bye Mer 18 Jan - 13:29

» votre permis de conduire à portée de main
par neil89 Ven 13 Jan - 23:51

» Poursuivre la mobilisation pour une carte élargie des lycées de l’Education Prioritaire, en grève le 10 janvier !
par bye Mar 10 Jan - 11:50

» Grenade de désencerclement : un CRS mis en examen
par bye Sam 7 Jan - 20:59

» Les trois visages du vote FN
par bye Sam 7 Jan - 20:46

» Les deux jambes du militantisme
par bye Sam 7 Jan - 20:37

» Condamnés aujourd’hui pour avoir comparé Christiane Taubira à un singe
par bye Sam 31 Déc - 10:17

» Échapper au chaos
par bye Jeu 22 Déc - 17:53

» Le sénateur Carle coupable de détournement de fonds publics ? SUD éducation le dit depuis 2009 !
par bye Jeu 22 Déc - 15:06

» Maths : résoudre un problème
par bye Lun 12 Déc - 13:25

» Journée Internationale des droits de l'Homme: une situation inquiétante en Birmanie
par bye Dim 11 Déc - 11:17

» Comment les services de renseignement font la chasse aux employés des télécoms
par bye Sam 10 Déc - 18:54

» ET SI LE MASCULIN NE L’EMPORTAIT PAS SUR LE FEMININ ?
par bye Sam 10 Déc - 18:49

» Un document interne provoque un malaise à la SNCF
par bye Sam 10 Déc - 18:38

» Le gouvernement repousse l’évacuation de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes
par bye Sam 10 Déc - 18:29

» Légitime défense des policiers : faut-il tordre le droit ?
par bye Ven 9 Déc - 19:29

» Cadeau de fin d’année, un casier scolaire pour tous les marmots
par bye Mar 6 Déc - 13:59

» Violences policières, violences d’Etat
par bye Mar 6 Déc - 13:54

» La métamatière, les élites et les gouvernants
par De Bortoli Claude Ven 2 Déc - 9:54

» Comment les stups ont enfumé la justice
par bye Jeu 1 Déc - 12:26

» Quel opérateur
par bye Jeu 1 Déc - 12:24

» Fillon président ? Un coup de massue pour l’école
par bye Mer 30 Nov - 17:54

» « Pourquoi j’ai secouru des réfugiés. » Monument en l'honneur de Pierre-Alain Mannoni
par bye Mar 29 Nov - 13:06

» Jean-Luc Mélenchon ne passera pas au second tour de la présidentielle s'il ne se décide pas à parler au peuple
par bye Mar 29 Nov - 13:03

» Graeme Allwright : il t'a laissé la carte qui est si délirante qu'il n'aura plus jamais besoin d'une autre
par bye Mar 29 Nov - 13:00

» Mort de Fidel Castro : bilan de santé de la révolution castriste
par bye Mar 29 Nov - 12:57

» Vinci, piraté par des hacktivistes
par bye Ven 25 Nov - 18:38

» Le Mouvement de la Paix solidaire de la lutte des infirmières et infirmiers
par bye Ven 25 Nov - 18:35

» presentation de moi
par bye Ven 25 Nov - 18:30

» tests
par Matteo13 Mer 23 Nov - 7:48

LE SITE

Dans Les Coulisses de Demain

FORUMS & SITES AMIS

FORUM EST INSCRIT SUR


    pour ou contre le nucléaire?

    Partagez
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8767
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: pour ou contre le nucléaire?

    Message par bye le Jeu 29 Jan - 15:45

    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8767
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: pour ou contre le nucléaire?

    Message par bye le Jeu 29 Jan - 15:50

    Peines d'amende pour 4 militants antinucléaire pour retard d'un train






    [size=21][size=9]Peines d'amende pour 4 militants
    antinucléaire pour retard d'un train
    [/size][/size]

    [size=9]AFP - 28 janvier 2009 - CAEN - Le
    tribunal correctionnel de Caen a condamné mercredi à une peine d'amende quatre militants antinucléaire qui s'étaient enchaînés en juillet 2008 à une voie
    ferrée que devait emprunter un convoi de combustible nucléaire usé italien pour rejoindre l'usine Areva de La Hague (Manche), a-t-on appris de source
    judiciaire.
    [/size]
    [size=9]Chacun des manifestants a été condamné à 2.500 euros
    d'amende dont 2.000 euros avec sursis
    alors que le substitut du
    procureur de la République avait requis quatre mois de prison avec sursis à
    l'encontre des quatre prévenus, âgés de 21 à 32 ans.
    [/size]
    [size=9]Le tribunal a en outre alloué 7.500 euros à la SNCF au titre des dommages et intérêts alors que la société de transport avait réclamé 9.200 euros de dédommagement. Sept trains avaient dû être arrêtés en raison de la présence des militants, selon la SNCF.[/size]
    [size=9]"Nous ne nions pas l'illégalité de notre action mais nous demandons la relaxe car elle est légitime. Il s'agit de rendre visible ce que l'industrie nucléaire cache, de dénoncer le danger de ces convois de déchets radioactifs dont personne ne sait au final que faire", avait déclaré à l'AFP, avant l'audience du 7 janvier dernier, un des prévenus, François.[/size]

    Sur le site du GANVA
    :

    Verdict du procès des antinucléaires à Caen
    : Le débat sur les transports radioactifs enfin ouvert.

    http://ganva.blogspot.com/2009/01/verdict-du-proces-des-antinucleaires.html

    Retour vers le futur : ( photo ci-dessus )

    Les "4" du pylône THT de Fougères de mai-juin 2007
    (le temps passe vite...) sont convoqués cette semaine devant la juge
    d'instruction du TGI de Rennes pour une
    première comparution. Malheureusement, l'avocat n'a pas eu accès au dossier dans les délais légaux (moins de 5 jours ouvrés)
    Les 4 militants se sont donc présentés dans le bureau de la juge d'instruction accompagnés de l'avocat, pour s'entendre dire qu'il sera probablement necessaire de revenir pour répondre aux questions.
    Au terme ce cette convocation, ils auront été mis en examen, ce qui donne accès au dossier et permet de préparer la défense, un procès étant la suite logique.
    Des convocations avec recommandés AR sont en cours pour d'autres pylôneurs.
    Ca va devenir compliqué - à suivre...
    avatar
    Rabasse du sud

    Nombre de messages : 2398
    Localisation : la provence
    Emploi/loisirs : chercheur
    Date d'inscription : 26/11/2007

    Re: pour ou contre le nucléaire?

    Message par Rabasse du sud le Dim 8 Fév - 0:42

    Communiqué du Réseau Sortir du nucléaire du lundi 12 janvier 2009

    Scandale de très grande ampleur dans le nucléaire français



    - Défaillance généralisée des mesures de rejets radioactifs dans l'environnement : les laboratoires de toutes les centrales nucléaires EDF ont perdu leurs agréments !

    - Le Réseau "Sortir du nucléaire" demande à M Borloo des explications immédiates


    Le Réseau "Sortir du nucléaire" rend publique aujourd'hui une information de la plus grande importance et qui doit interpeller la totalité des citoyens français, menacés de façon chronique par les rejets radioactifs liquides et gazeux opérés dans l'environnement par les installations nucléaires.

    Les laboratoires de toutes les centrales nucléaires françaises, censés faire en continu des mesures autour des installations en question, sont défaillants : leurs agréments sont actuellement suspendus ou refusés par le biais de quatre Décisions de l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN), datées du 16 décembre 2008. (Voir liens ci-dessous)

    On ne peut d'ailleurs qu'être stupéfait du silence total de l'ASN à propos de ses propres décisions qui, de par leur importance, méritent au contraire la plus grande publicité. Et ce d'autant que des questions graves se posent. Les autorités françaises doivent y répondre de toute urgence et le Réseau "Sortir du nucléaire" interpelle aujourd'hui même par courrier à M Borloo (voir ci-dessous), ministre en charge de l'énergie :
    - alors que les laboratoires des centrales nucléaires EDF ne sont plus agréés, qui réalise actuellement les mesures exigées par les arrêtés autorisant EDF à exploiter ces centrales ? Si ces mesures ne sont pas faites, les centrales doivent être immédiatement arrêtées.

    - quelles sont précisément les défaillances des laboratoires des centrales nucléaires EDF, et depuis quand ces défaillances existent-elles ?

    - quelle peut être l'ampleur des rejets effectués depuis des années par les centrales nucléaires au-delà des limites légales (qui, pourtant, sont déjà fort laxistes) ?

    - comment les citoyens peuvent-ils faire confiance aux "responsables" d'une industrie aussi dangereuses et qui s'avèrent incapables de mesurer leurs rejets radioactifs opérés l'environnement ?
    Il est déjà choquant que, en France, ce soient les exploitants, en l'occurrence EDF, qui effectuent eux-mêmes la surveillance de l'environnement autour de leurs installations nucléaires : il est légitime de se méfier de l'industrie nucléaire qui est habituée à cacher ou travestir la vérité. Mais la situation est en réalité encore plus intolérable puisque les contrôles opérés par EDF sont défaillants et permettent très probablement des rejets radioactifs supérieurs aux limites légales, pourtant déjà fort laxistes.

    Le Réseau "Sortir du nucléaire" rappelle que, fin 2007, une étude de l'université de Mayence (Allemagne) a montré que, parmi les enfants de moins de cinq ans grandissant à moins de cinq kilomètres d'une centrale nucléaire, les cas de leucémie sont deux fois plus fréquents que dans d'autres régions.

    Une fois de plus, l'industrie nucléaire montre qu'elle est très loin d'être irréprochable alors que les conséquences et les risques qu'elle fait peser sur l'environnement et la santé des populations sont incommensurables et incomparables à tous les autres. Il est plus que temps de sortir du nucléaire.
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8767
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: pour ou contre le nucléaire?

    Message par bye le Lun 9 Fév - 17:51

    L’émission « pièces à conviction » intitulée « le scandale de
    la France contaminée » passera le 11 février à 20h35 sur France 3

    Cette émission parle de la contamination radioactive « banale » en
    France. Des pressions, par AREVA, ont déjà commencé pour empêcher
    la diffusion de cette émission.

    http://www.cyberacteurs.org/forum/viewtopic.php?t=6486

    Raison de plus pour se donner rendez-vous mercredi soir devant la
    télé
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8767
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: pour ou contre le nucléaire?

    Message par bye le Jeu 12 Fév - 13:20

    Prochaine conférence le 21 février au salon
    Primevère à Lyon.

    Les aliments irradiés et la grande distribution

    le programme en ligne sur: <
    http://primevere.salon.free.fr/visiteurs2009/rechadultes.php?theme=alimentat#>

    Avec Christian Jacquiau et Véronique Gallais,
    cofondatrice Action consommation / Collectif français contre l’irradiation des
    aliments.
    Conférence (1h30) : samedi 21 février à 16h, salle
    jaune.

    Camille Le Bras
    chargée de mission
    contact@irradiation-aliments.org
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8767
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: pour ou contre le nucléaire?

    Message par bye le Ven 13 Fév - 8:53

    FR3 Emission sur l'uranium:


    En Limousin, nous sommes tous concerné(e)s !!!

    rediffusion cette nuit 13 février de 00h35 à 02h25 sur France 3

    http://television.telerama.fr/tele/grille.php


    France 3 se félicite d'avoir ouvert un débat national


    12/02/2009-[14:14] - AFP


    France 3, qui a diffusé mercredi soir un magazine consacré aux déchets d’uranium, s’est félicité d’avoir "ouvert un débat national sur les déchets d’uranium en France" avec cette émission suivie par plus de 3 millions de téléspectateurs, selon un communiqué diffusé jeudi.

    Le magazine d’enquêtes de la chaîne "Pièces à conviction", présenté par Elise Lucet, proposait des enquêtes et un débat sur une question de santé publique et d’environnement : "Uranium, le scandale de la France contaminée". Au cours de l’émission, le ministre de l’Ecologie Jean-Louis Borloo s’est s’engagé à veiller à une meilleure sécurisation dans moins d’un an des déchets de mine d’uranium abandonnés. "Je demande juste à Areva, qui m’apparaît responsable clairement, juridiquement et entièrement, de faire son
    boulot. Je demande d’avoir le rapport d’enquête", a-t-il dit. Fin janvier, le groupe Areva avait annoncé son intention de saisir le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) à propos de cette émission, exprimant son "sentiment que le magazine est d’ores et déjà bouclé, à charge contre le groupe Areva".


    http://www.france-info.com spip.php?article252075&theme=69&sous_theme=69



    L'émission devrait être mise en ligne
    rapidement, sauf si AREVA...


    http://programmes.france3.fr/pieces-a-conviction/51415247-fr.php[/size]

    ______________________________________________________________________________
    ----- Original Message -----

    François
    JABIN
    / francois.jabin@wanadoo.fr



    Uranium : le scandale de la France
    contaminée - FR3


    En toute discrétion, dans nos campagnes, à proximité immédiate des villages ou des villes, des déchets radioactifs extrêmement dangereux ont été disséminés, ou ensevelis méthodiquement, depuis des dizaines années.
    Pire encore, ils ont parfois servi à construire des routes, des
    parkings, et même des logements, des écoles ou des aires de jeu pour les enfants... Sans aucune mise en garde sur les risques encourus !

    Car entre 1945 et 2001, la France a exploité 210 mines d’uranium sur son territoire. Elles ont produit 300 millions de tonnes de déchets radioactifs qui ont été abandonnés sans mesure de protection ou de surveillance particulière.

    Qui sont les responsables ? Pourquoi ceux qui ont tenté de donner l’alerte n’ont-ils jamais été écoutés ? Pourquoi l’Etat n’a-t-il pas alerté les riverains ? Les populations sont-elles en danger ?

    Elise Lucet et l’équipe de Pièces à conviction ont mené l’enquête sur ce scandale, au coeur des campagnes et des villes françaises.

    http://programmes.france3.fr/pieces-a-conviction/51415247-fr.php

    (L'émission devrait être mise en ligne rapidement,
    sauf si AREVA...


    N.B. : les députés PS, la ministre Voynet en prennent pour leur grade = scandale de la République à la solde du lobby militaro-industriel nucléaire !)
    L'inventaire des sites miniers d'uranium en France mis en ligne par l'IRSN:
    (extraits du site... sic)
    "Désireux de disposer d’une source d’information complète et
    publique sur la situation administrative et les éventuels dispositifs de surveillance radiologique autour des anciens sites miniers d’uranium français, le MEEDDAT (Ministère de l’Écologie, de l’Énergie, du Développement durable et
    de l’Aménagement du Territoire) a demandé à l’IRSN de mettre en place un programme sur le sujet. Baptisé MIMAUSA (Mémoire et Impact des Mines d’urAniUm :
    Synthèse et Archives), le programme est mené en collaboration étroite avec AREVA NC. Son comité de pilotage associe la DPPR (Direction de la Prévention des Pollutions et des Risques) et la DARQSI (Direction Régionale, de la Qualité et de la Sécurité Industrielle) du MEEDDAT, l’IRSN, AREVA NC, l’ASN ainsi que les DRIRE Auvergne et Limousin et le BRGM."


    http://www.irsn.org
    index.php?position=mines_uranium_mimausa_inventaire



    http://www.irsn.org/index.php?position=mines_uranium_mimausa_BDD_application

    "En marge des sites répertoriés, il peut exister des zones ayant fait l’objet de campagnes de prospection par sondages ou forages dans le cadre de permis de recherche uranifères, mais sur lesquelles aucun travail minier d’extraction, même de faible ampleur (de type tranchées, travaux de
    reconnaissance par petits chantiers), n’a été réalisé. Compte tenu des techniques d’exploration et de reconnaissance usuelles, les remaniements des sites concernés et donc les impacts résultants, sont, en général, très limités voire inexistants. Ces zones ne sont donc pas mentionnées dans
    l’inventaire."


    Exemples de fiches descriptives... parmi tant d'autres !
    SAVOIE (pour sa proximité / Isère) :
    http://www.irsn.org/document/site_1/fckfiles/File/dossiers/mines_uranium/mimausa_st_michel_de_maurienne.pdf

    Limousin (à lire attentivement pour découvrir les perles... noires de cette fiche rédigée "en collaboration étroite"... avec AREVA !)
    http://www.irsn.org/document/site_1/fckfiles/File/dossiers/mines_uranium/mimausa_crouzille.pdf

    François Jabin, Isère
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8767
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: pour ou contre le nucléaire?

    Message par bye le Ven 13 Fév - 17:41

    Semences irradiées et irradiation des aliments






    *SEMENCES IRRADIEES ET IRRADIATION DES ALIMENTS*

    Biocontact, n°188, février 2009

    L’irradiation des aliments vient s’ajouter à une longue liste de technologies destinées à la conservation des aliments :
    appertisation (stérilisation par la chaleur dans des contenants hermétiques),
    congélation, surgélation, pasteurisation et traitement UHT….
    Ici, un rayonnement ionisant inférieur à 10 kGray (dose absorbée moyenne) est projeté sur les aliments afin d’éradiquer germes, champignons, œufs d’insectes et parasites. Néanmoins, cette dose ne permet pas d’éliminer toutes les bactéries, ni les toxines, ni les virus, ni le prion.
    Les aliments n’en sortent pas radioactifs, mais de nouvelles molécules
    éventuellement génotoxiques, cytotoxiques et cancérigènes sont générées.
    De plus, la toxicité de ces produits de radiolyse n’a été que très peu étudiée, au mépris du principe de précaution.

    Les produits principalement concernés en France sont les épices, les plantes aromatiques, les oignons, les aux, les légumes et fruits secs, germes de céréales, gomme arabique, farine de riz, volaille, cuisses de grenouilles congelées, sang
    séché et plasma, crevettes, caséïne, caséïnates, ovalbumine…

    La finalité de cette technologie est en fait de prolonger artificiellement la durée de conservation des denrées en vue de leur exportation des pays du Sud vers les pays occidentaux, gros consommateurs. Cette politique agro-industrielle, marquée par
    l’hygiénisme nord américain, entérine de fait le commerce d’une alimentation mondialisée et de plus en plus aseptisée.

    Mais les partisans des technologies de l’atome vont encore plus loin dans leur volonté de contrôler la nature et l’évolution. Pour répondre à la crise alimentaire, l’Agence internationale pour l’énergie atomique (AIEA), en collaboration avec l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) propose de modifier le patrimoine génétique des cultures de produits alimentaires par la technique ditede « mutation incitée par irradiation ». Défendant ardemment depuis 50
    ans les « bienfaits » de l’atome, l’AIEA s’est employée à bombarder des
    semences de riz, de blé…, par des radiations ou des toxiques chimiques, pour développer des variétés qui seraient plus résistantes aux aléas climatiques. Affirmant que cette technique est « propre et saine » (AIEA, agence Reuters, Vienne 02/12/2008) car les semences ne sont pas radioactives, et qu’en comparaison avec la technique de la transgénèse (les Organismes Génétiquement Modifiés), elles ne reçoivent pas de gène étranger, ces chercheurs modifient en fait de manière irréversible et totalement aléatoire le génome de l’espèce irradiée. Une telle
    variété irradiée de plante est donc, exactement comme un Organisme génétiquement
    modifié, une chimère génétique, dont les conséquences éventuelles sur la santé humaine (allergies, cancerogénèse, mutations du génome humain…) sont totalement inconnues.

    Les mutations existent dans la nature : soumises à un stress climatique par exemple, les plantes adaptent leur génome, mutent ou expriment d’autres gènes qui étaient en sommeil. Dans le cas de l’irradiation, ces mutations sont provoquées au petit bonheur la chance, sur un intervalle de temps infiniment plus court, comme pour les OGM.
    Affirmer que « cette mutation induite ne fait qu’accélérer le processus naturel de
    modifications spontanées qui surviennent dans les plantes » (AIEA, agence Reuters, Vienne 02/12/2008) fait totalement abstraction du fait que nous savons dans la réalité que peu de choses sur ce processus naturel. En effet, pour prendre l’exemple du génome humain, seuls *2 %* de notre patrimoine génétique sont codants pour la synthèse des protéines, alors que nous ne connaissons pas à ce jour le rôle des 98 autres %, constitués de séquences répétitives. La connaissance
    dugénome n’en est qu’à ses balbutiements. Autant dire que nous jouons, une
    fois de plus, aux apprentis sorciers.

    La FAO, associée à ce projet avec l’AIEA depuis la création de leur Division mixte en 1964, indique que son but est désintéressé et ne vise qu’à développer un commerce plus équitable, afin de venir en aideaux paysans les plus démunis pour leur
    permettre de vivre décemment (Agence Reuters : « La science nucléaire au
    service de la sécurité alimentaire : l’AIEA dit que les semences irradiées pourraient atténuer les effets de la crise alimentaire », Vienne, 2 décembre 2008).

    Mais, en réalité, le droit de tous à la terre, à une alimentation suffisante et à la santé, ne passera-t-il pas plus simplement par un partage équitable des ressources et des richesses ?


    Thierry FOLLIARD* (Naturopathe et ingénieur énergie-environnement)
    co-animateur au Collectif Français contre l’Irradiation des Aliments


    ``

    Le Collectif français contre l’irradiation des aliments demande l’application du
    principe de précaution et souhaite l’interdiction de cette pratique. Il interpelle les institutions, les politiques et les entreprises et mène des campagnes de sensibilisation auprès de l’opinion publique. Il invite les consommateurs et citoyens à signer la pétition contre l’irradiation des aliments et à rester vigilants dans leurs
    achats, en questionnant les producteurs, commerçants et restaurateurs, et en privilégiant les producteurs locaux, de l’agriculture paysanne ou biologique. En mai 2008, le Collectif a publié aux éditions Golias un ouvrage collectif /Aliments irradiés : atome, malbouffe et mondialisation /.
    http://www.irradiation-aliments.org
    <http://www.irradiation-aliments.org/
    > 40 rue de Malte - 75011 Paris ;
    T/F : +33 (0)1 48 05 86 81 -
    info@irradiation-aliments.org
    <http://fr.mc234.mail.yahoo.com/mc/compose?to=info@irradiation-aliments.org>

    -------------------------------------------

    * Thierry Folliard est administrateur de Consom'Solidaire (Paris 13e), qui est membre
    du C.A. d'Action Consommation.

    [/size]
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8767
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: pour ou contre le nucléaire?

    Message par bye le Ven 13 Fév - 20:37

    Le nucléaire : une option absurde pour l'emploi
    Greenpeace condamne avec la plus grande fermeté la
    décision de construire un 2ème réacteur EPR en France.

    http://blog.greenpeace.fr/energie-climat/a-lheure-de-la-crise-economique-un-nouveau-reacteur-nucleaire-est-une-option-absurde-notamment-pour-lemploi
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8767
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: pour ou contre le nucléaire?

    Message par bye le Lun 16 Fév - 11:48

    L'EPR : plus cher que prévu, plus dangereux que les autres, moins d'emplois
    qu'annoncés.



    Information publiée le 15 Février 2009






    Quelques précisions et quelques vérités sur le fameux réacteur
    EPR que Sarkozy a décidé de construire à Penly :

    - S'appuyant sur des études officielles finlandaises et suisses,
    Greenpeace a rappelé récemment, que ce réacteur produisait des déchets 7 fois
    plus radioactifs que les autres réacteurs. Au moindre problème, au moindre
    incident ou accident, les rejets dans l'eau ou l'atmosphère seront donc bien
    plus dangereux pour l'environnement et la santé publique
    (http://www.greenpeace.org/france/news/info-greenpeace-l-epr-va-pro). Ces
    sympathiques déchets, vous pourrez les croiser sur nos routes lorsqu'ils seront
    évacués de Penly pour aller se faire stocker ailleurs. Mais ils posent tellement
    de problèmes que les experts ne savent pas encore trop bien comment les
    traiter...

    - Alors que l'on nous annonçait un prix autour de 3 milliard le
    réacteur, il s'avère que l'EPR coûtera bien plus. Ainsi, toujours selon
    Greenpeace
    (http://www.greenpeace.org/france/news/a-l-heure-de-la-crise-economiq), l'EPR
    actuellement en construction en Finlande accumule les retards (38 mois de
    retard) et les surcoûts. L'ardoise est estimé aujourd'hui à 5,5 milliards
    d'euros ! Démarré en 2007, l'EPR en construction à Flamanville (Manche) a déjà
    pris 20% de dépassement budgétaire. Bien sûr, ces surcoûts seront au final
    réglés par le consommateur. Pour cela, EDF annonce déjà une augmentation du
    kilowatt-heure produit par les EPR. Voilà donc des milliards gaspillés, qui
    auraient pu être utilisé bien plus efficacement pour les économies d'énergie et
    les énergies renouvelables.

    - Quand au miroir aux alouettes de l'emploi, on nous a promis
    2000, voir 2500 emplois ! En oubliant de préciser que ces emplois ne seront pas
    tous (loin de là) des emplois locaux. Et qu'ils seront tous sauf durables ! Pour
    la construction de l'EPR de Flamanville, les responsables du chantier envisagent
    ainsi un "pic" de 1800 emplois, mais seulement sur une durée de quelques mois !
    Par ailleurs, il ne faut pas oublier, comme le rappelle Sud-énergie, qu'EDF est
    engagée dans un vaste programme de suppressions de postes, et prévoit de faire
    sauter 5000 emplois d'ici 2010 !

    - Enfin, la presse a affiché une soit disante "unanimité" pour
    acclamer l'EPR. Messieurs les journalistes oublient les réactions hostiles des
    Verts, du NPA, du Parti de Gauche, ou de CAP 21, l'organisation de Corine
    Lepage, probable tête de liste du Modem dans la région aux prochaines
    européennes ! Même chez EDF, le syndicat Sud Energie a rompu l'unanimisme
    nauséabond entretenu par une CGT particulièrement bornée dans ce secteur.
    Certes, ce sont des forces modestes, mais après tout, si les partisans du
    nucléaires sont certains de représenter la majorité des français, qu'ils
    organisent donc un référendum sur le sujet. Après tout, pourquoi la population
    (contrairement à ce qui s'est fait dans de nombreux pays) n'est -elle jamais
    consultée sur cette affaire ?
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8767
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: pour ou contre le nucléaire?

    Message par bye le Lun 2 Mar - 9:30

    Réseau "Sortir du nucléaire" - Fédération de 840 associations

    Communiqué de presse


    Le Réseau "Sortir du nucléaire" publie un journal "Peut-on recycler les déchets nucléaires ?" pour mieux comprendre le mythe du "cycle nucléaire" et les risques du plutonium

    Le Réseau "Sortir du nucléaire" vient de publier un journal
    d'information grand public "Peut-on recycler les déchets nucléaires ? (Coûts, risques et enjeux de l'industrie du plutonium)".

    Thème vedette de la communication d'EDF ou d'AREVA, fierté technique de la France, le "traitement-recyclage" est présenté au grand public comme une solution au problème des déchets nucléaires. Qu'en est-il e réalité ? C'est la question qui a été étudiée pendant plus de six mois par un groupe de travail piloté par le Réseau "Sortir du Nucléaire".

    Rassemblant des informations vérifiées et vérifiables, recoupant les documents officiels et les études d'experts indépendants, ce travail d'enquête minutieux a abouti à la publication d'un journal de 12 pages. Les sources complètes sont mises à disposition sur le site
    :
    http://echanges.sortirdunucleaire.org/course/view.php?id=13

    Le lecteur pourra comprendre en quoi consiste réellement ce que l'on appelle "retraitement", et quel alibi il fournit à l'industrie nucléaire française. Il connaîtra les risque du plutonium et de l'usine de retraitement de La Hague. Il découvrira la surprenante stratégie mondiale de l’industrie du plutonium et son lien avec le développement de l'arme atomique sur la planète.

    A destination du grand public, des associations, des bibliothèques, des institutions, le journal "Peut-on recycler les déchets nucléaires ?" est un document indispensable pour comprendre les enjeux réels de ce problème. En tant que contre-pouvoir citoyen, le Réseau "Sortir du nucléaire" offre une analyse qui se révèle indispensable face à la publicité des grands groupes industriels du secteur nucléaire.

    Ce journal de 12 pages est vendu au prix de 2 € l'unité. Il est téléchargeable gratuitement ici :
    http://boutique.sortirdunucleaire.org/product_info.php?products_id=151

    Un exemplaire peut être envoyé gratuitement aux journalistes sur simple demande auprès du Réseau "Sortir du nucléaire".

    Réseau "Sortir du nucléaire", Fédération de 840 associations.
    9 rue Dumenge, 69317 Lyon Cedex 04
    Tel : 04 78 28 29 22 Fax: 04 72 07 70 04
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8767
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: pour ou contre le nucléaire?

    Message par bye le Lun 2 Mar - 10:02

    Pour ceux qui n'ont pas vu le docu !
    Edifiant Areva toute puissante au mépris de la santé publique

    http://www.dailymotion.com/video/x8cnzw_uranium-le-scandale-de-la-france-co_news
    et aussi :
    http://www.dailymotion.com/video/x6m7xq_nucleaire-jusquici-tout-va-bien_news


    Dernière édition par bye le Mar 3 Mar - 21:26, édité 1 fois
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8767
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: pour ou contre le nucléaire?

    Message par bye le Mar 3 Mar - 21:25

    Les semences mutantes irradiées, nouvelles Stars du Salon de l’agriculture ?

    Paris, le 27 février 2009

    Le Salon international de l’agriculture qui ferme ses portes dimanche devrait être l’occasion de mettre en valeur les savoirs paysans et de promouvoir une agriculture respectueuse de la nature et de l’être humain. Ce n’est pourtant pas le cas. Après les OGM, les plantes modifiées par irradiation envahissent nos assiettes… Cela, sans que le consommateur en soit informé ni que des études soient menées pour écarter tout risque pour la santé et l’environnement.

    Jean-Luc Poulain, président du Salon international de l’agriculture, s’enthousiasme : « les agriculteurs ont intégré dans leur processus de production des nouvelles technologies » pour « produire aujourd’hui, nourrir demain, respecter toujours ! ». Parmi elles, entre autres, la « mutation induite » issue de la recherche nucléaire qui, après les dégâts déjà perpétrés en termes d’énergie et de conflits armés, s’attaque maintenant à la sécurité alimentaire. Ainsi, selon un document interne de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), cette technique « sûre, éprouvée et rentable » pourrait « aider à vaincre la faim dans le monde » (1).

    Mais de quoi s’agit-il ? En pratique, les scientifiques se servent d’agents mutagènes – par exemple les bombardements au cobalt, les rayons gamma ou des substances chimiques – pour « améliorer »les semences. Selon ses promoteurs, la mutation induite ne ferait qu’accélérer le processus naturel de modifications spontanées qui surviennent au sein des plantes au fil des millénaires de leur coévolution avec leur environnement, et ne créerait donc en rien des organismes génétiquement modifiés... Ni vu ni connu, ce sont aujourd’hui près de 3 000 variétés de 170 espèces différentes – riz, blé, orge, manioc, bananes, etc. – qui sont concernées par cette technique de sélection (1). Avec un retour sur investissement potentiellement énorme, de 60 milliards d’euros pour 60 millions investis par exemple pour le Japon entre 1959 et
    2001(1).


    Pour Marie-Christine Gamberini, référente sur l’énergie et le nucléaire aux Amis de la Terre, « c’est bien cette violence de l’intervention sur le génome des plantes, hors du contexte naturel, qui est intolérable et irresponsable ! La
    mutation artificielle de l’ADN par radioactivité est une technique ancienne,
    mais les progrès en matière de séquençage des gènes en rendent désormais les produits brevetables et industrialisables. » L’association insiste sur l’absence totale de maîtrise des effets non intentionnels, le caractère aléatoire de la technique et l’imprévisibilité des recombinaisons génétiques, avec de possibles effets délétères sur l’humain. Pour Hélène Gassie, référente sur l’agriculture, « ce travail conjoint de l’AIEA avec la FAO pour créer des plantes mutantes œuvre à l’éternel projet de mise en coupe réglée des paysans de la planète et à l’asservissement par l’arme alimentaire. Les manipulations et l’appropriation du vivant, conçu comme une matière inerte et lucrative, n’ont plus de limites. »



    Les Amis de la Terre rappellent que tous les paysans de la planète disposent de semences adaptées à leur terroir, qui n’ont pas besoin d’engrais chimiques et qui résistent aux changements grâce à leur biodiversité intrinsèque. La priorité est de garantir à ces paysans l’accès à la terre et à l’eau et le droit de préserver et d’échanger leurs semences pour vivre dignement. C’est le seul vrai moyen d’éradiquer la faim dans le monde. Un vœu bien éloigné des considérations hégémoniques de l’AIEA soutenue par la FAO.

    Les Amis de la Terre sont membres du Collectif français contre l'irradiation des aliments, voir ci-dessous.


    Contact presse : Caroline Prak – Les Amis de la Terre / [b]
    tél.
    : 01 48 51 18 96 – 06 86 41 53 43




    Voir AIEA :« La science nucléaire au service de la sécurité alimentaire. L’AIEA dit que la technique de sélection des plantes peut aider à vaincre la faim dans le monde »
    http://www.iaea.org/NewsCenter/PressReleases/2008/prn200820_fr.pdf

    Autres sources :


    Inf’ogm, septembre 2005 « Des plantes mutantes dans nos assiettes » [size=9]http://www.infogm.org/spip.php?article2406]

    GOV/INF/2008/12-GC(52)INF/10-18 septembre 2008.
    Contribution de la Division mixte FAO/AIEA à l’alimentation et à l’agriculture.
    Rapport du Directeur général http://www.iaea.org/About/Policy/GC/GC52/GC52InfDocuments/French/gc52inf-10_fr.pdf


    OUVRAGE A LIRE


    "Aliments irradiés. atome, malbouffe et mondialisation" (1)
    Collectif Français contre l’Irradiation des Aliments aux éditions Golias,
    2008.


    (1) Procédé de conservation des aliments méconnu par les consommateurs et dont l'usage ne cesse de se répandre à travers le monde de façon insidieuse. Un outil au service de la mondialisation des échanges sous couvert de sécurité sanitaire, tel est le discours de toutes les institutions
    nationales et internationales… Le livre du Collectif a pour objectif d’informer
    les consommateurs des enjeux économiques, sanitaires et sociaux qui se cachent derrière le développement de cette technologie.


    Ouvrage coordonné par le Collectif français contre l’irradiation des aliments
    Avec les contributions de Geneviève Azam, Jean-Pierre Berlan, Roland Desbordes,François Dufour, Yann Fiévet, Thierry Folliard, Véronique Gallais, Wenonah Hauter,Christian Jacquiau, Guy Kastler, Paul Lannoye, Lylian Le Goff, Catherine Le Rohellec,Olivier Louchard, Gilles Maréchal, Yveline Nicolas, Christian Rémésy, Aurélie Trouvé,François Veillerette.


    * Les membres du Collectif Français contre l’Irradiation des Aliments Action Consommation - Adéquations - Agir Pour l’Environnement - Les Amis de la Terre - Association Léo Lagrange pour la Défense des Consommateurs - Association pour l’Information sur la Dénaturation des Aliments et de la Santé (AIDAS) - ATTAC - Biocoop - Collectifs Bure-Stop - Confédération Paysanne - CRiiRAD - Ecoforum - Ekwo - Fédération Nature et Progrès - Food and Water Watch Europe - Mouvement pour les Droits et le Respect des Générations Futures (MDRGF) - RECit (Réseau des écoles de citoyens) - Réseau
    « Sortir du nucléaire ». Collectif français contre l’irradiation des aliments

    Présentation de l’ouvrage : L’irradiation des aliments est officiellement une technologie idéale au service de la sécurité sanitaire mondiale permettant d’éliminer des pathogènes responsables de millions d’infections d’origine alimentaire. Elle est souvent présentée comme une alternative bienvenue à l’usage d’autres dispositifs comme les produits chimiques (devenus interdits ou impopulaires parce que toxiques). C’est cependant - et surtout - une technologie multiusages (conservation, décontamination, ralentissement du mûrissement, inhibition de la germination) servant à merveille les intérêts de multinationales, répondant à des normes de gestion du risque calibrées pour la production et la commercialisation industrielle de masse à l’échelle mondiale. C’est ainsi un outil de domination économique stratégique.
    Après la vache folle, à côté des pesticides et des OGM, l’irradiation des aliments…
    Dans cet ouvrage collectif, des scientifiques, écologistes, économistes, syndicalistes et consommateurs apportent leur regard sur l'irradiation des aliments et le contexte dans lequel son usage se répand. C’est en réalité un instrument méconnu - mais emblématique - de la mondialisation des échanges agro-alimentaires, sous influence pro nucléaire. C’est une technologie en plein développement au niveau mondial, encouragée par les institutionsinternationales et certains États malgré des conséquences sanitaires, environnementales et socio-économiques non négligeables.
    Les risques pour la santé qu’elle induit et les conséquences
    socio-économiques et environnementales de sa prolifération ne sont pas
    anodins : perte de vitamines, risques de perturbations génétiques et
    d’apparition de tumeurs cancéreuses ; conséquences pour l’emploi et
    l’économie locale par la délocalisation des productions ; risques liés au
    fonctionnement d’installations et au transport de matières nucléaires, aux modes de production et de distribution industriels de masse (pollutions, changement climatique, atteinte aux milieux naturels et à la biodiversité).
    Si nos institutions – mondiales, européennes et nationales – taisent ces enjeux sous couvert de « sécurité sanitaire » et de satisfaction de la demande des consommateurs, il revient aux citoyens de s’informer et d’agir…


    Collectif Français contre l’Irradiation des Aliments
    40, rue de Malte 75 011 Paris, tel : +33(0)1 48 05 86 81
    www.irradiation-aliments.org -
    info@irradiation-aliments.org


    Collectif français contre l’irradiation des aliments
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8767
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: pour ou contre le nucléaire?

    Message par bye le Mer 4 Mar - 4:20

    Transport de Mox : Greenpeace annonce les dates du convoi

    1,8 tonne de combustible Mox vont partir cette semaine de
    France vers le Japon. Un transport inutile et risqué
    http://blog.greenpeace.fr/energie-climat/transport-de-mox-areva-persiste-a-mentir-greenpeace-annonce-les-dates-du-convo
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8767
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: pour ou contre le nucléaire?

    Message par bye le Jeu 2 Avr - 16:36

    EDF : l' ennemi public n° 1.

    http://www.greenpeace.fr/edf/
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8767
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: pour ou contre le nucléaire?

    Message par bye le Sam 18 Avr - 8:33

    Le nucléaire est une nouvelle fois au cœur d'un scandale d'espionnage majeur visant des militants de Greenpeace et qui impliquerait cette fois EDF. Quatre personnes, dont l'un des responsables de la sécurité de l'entreprise publique ont déjà été mis en examen ce mardi 31 mars...
    Greenpeace s'est constituée partie civile.

    Il est inadmissible qu'une grande entreprise publique comme EDF se permette de recourir à de telles méthodes de barbouzes. De quoi a donc peur EDF ? Qu'a-t-elle donc de si grave à cacher ?

    Une fois encore, la preuve est faite que le nucléaire ne résiste pas à la transparence et au débat démocratique que nous sommes tous en droit d'attendre sur le système énergétique français.

    Aujourd'hui comme hier, le nucléaire propre et sûr est un mythe. Le nucléaire est un modèle dangereux, coûteux et qui est très loin de répondre aux défis des changements climatiques.

    En France, les citoyens ont toujours été mis à l'écart des choix qui ont été faits par les hauts responsables politiques. Or, on peut se passer du nucléaire... Promotion des énergies renouvelables et de l'efficacité énergétique sont autant de choix écologiquement, socialement et économiquement porteurs.

    Plus que jamais, le débat sur la place du nucléaire en France doit être ouvert.
    http://www.greenpeace.fr/edf/?utm_source=prehome&utm_medium=site&utm_campaign=push-EDF
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8767
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: pour ou contre le nucléaire?

    Message par bye le Sam 18 Avr - 8:35

    Réseau "Sortir du nucléaire"
    Fédération de 840 associations

    Communiqué de presse du 8 avril 2009
    Contact : 06.64.100.333
    http://www.sortirdunucleaire.fr

    Stéphane Lhomme (porte parole du Réseau "Sortir du nucléaire") mis "sous surveillance" par l'officine "Securewyse" à la solde d'EDF

    Dans son édition de mercredi 8 avril 2009, le Canard enchaîné révèle que Stéphane Lhomme, porte-parole du Réseau "Sortir du nucléaire", a été placé "sous surveillance" par la société "Securewyse" , basée à Lausanne, dans le cadre d'un contrat passé avec… EDF (lire l'intégralité de l'article du Canard enchaîné à la fin de ce mail).

    Cette affaire est la suite de celle du document confidentiel défense issu d'EDF, que le Réseau "Sortir du nucléaire" s'est procuré et a rendu public (voir la chronologie de l'affaire sur le site : http://www.sortirdunucleaire.fr). Ce document ultra-sensible reconnaît que le réacteur nucléaire EPR n'est pas conçu pour résister à un crash d'avion de ligne.

    Après s'être procuré ce document, le porte-parole du Réseau "Sortir du nucléaire" a été mis en garde à vue par la DST, le 16 mai 2006 et le 25 mars 2008, sur réquisition du Parquet de Paris (section "antiterroriste") avec la menace de 5 ans de prison pour "compromission du secret de la défense nationale".

    Pour protester contre cette mise en examen, le Réseau "Sortir du nucléaire" a mis en ligne le document Confidentiel défense et l'a diffusé à de nombreuses organisations et personnalités qui l'ont aussi mis en ligne en signe de soutien. (*)

    EDF et la DST semblent à ce jour toujours en échec dans la recherche de la "source" qui, de l'intérieur d'EDF, informe "Sortir du nucléaire". D'où, certainement, la mise en oeœuvre de méthodes illégales pour lesquelles une question se pose : la DST a-t-elle aidé EDF pour espionner "Sortir du nucléaire" ? Si c'est le cas, cette affaire est
    encore plus explosive.

    Le Réseau "Sortir du nucléaire" va sous peu porter plainte devant le Parquet de Nanterre contre EDF mais aussi contre la DST (désormais DCRI) dans cette affaire d'espionnage et d'infiltration. Plus généralement, cette affaire montre, si cela était encore nécessaire, que le nucléaire ne nuit pas seulement à l'environnement et à la santé des êtres vivants, mais aussi à la démocratie.

    Contact presse : 06 64 100 333

    (*) Document confidentiel défense : http://www.sortirdunucleaire.org/dossiers/confidentiel-defense.html
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8767
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: pour ou contre le nucléaire?

    Message par bye le Sam 18 Avr - 8:37

    Le canard enchaîné - 8 avril 2009Des
    atomes crochus pour traquer les antinucléaires
    "EDF et les RG
    de Bordeaux ont travaillé main dans la main à la surveillance de Stéphane
    Lhomme". C'est la confidence faite par l'un des mis en examen aux enquêteurs.
    Normal, si l'on ose dire, c'est en Gironde que ce militant bordelais a mené
    l'essentiel de ses actions : contre le transport de déchets nucléaires, les
    dangers de la centrale du Blayais, de l'EPR, etc.
    Or, EDF, comme AREVA,
    compte dans ses effectifs des fonctionnaires de police détachés, mais toujours
    en liaison avec le Ministère de l'Intérieur. Rien de plus facile, donc que
    d'harmoniser leurs efforts contre des individus jugés dangereux pour la sûreté
    de l'Etat. "Aux RG, se souvient un ancien, la section "Contestation et violence"
    comprenait cinq personnes. Il y avait un collègue qui ne s'occupait que des
    "antinucs".
    La parano d'Etat atteint parfois des sommets quand, par exemple,
    Didier Anger (ex-conseiller régional Vert dans la Manche) se voit épié dans ses
    moindres mouvements. "Un jour, raconte-t-il, se sachant écoutés, on s'est donné
    un rendez-vous par téléphone sur le site de la centrale de Flamanville. Les
    gendarmes y sont arrivé en masse. Pendant ce temps, on a occupé la
    préfecture..."
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8767
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: pour ou contre le nucléaire?

    Message par bye le Sam 18 Avr - 8:37

    Le canard enchaîné - 8 avril 2009
    EDF avait plus d'une opération d'espionnage au compteur


    Ses protestations indignées n'y feront rien : le groupe EDF est bien le héros de l'affaire de piratage informatique de Greenpeace relatée le 18 mars dernier, par le Canard et relancée par Médiapart.
    Mieux, de nouveaux éléments, découverts par les enquêteurs viennent aggraver son cas.
    Ils ont notamment trouvé, chez EDF, dans l'armoire du numéro 2 de la sécurité, Pierre François, un CD-Rom contenant des captures d'écran et des copies de fichiers provenant de l'ordinateur de Yannick Jadot, responsable des campagnes nucléaires de Greenpeace. Et ils disposent de témoignages sur les
    rencontres de Pierre François avec un représentant de Kargus Consultants, exécutant de cette opération de basse police.

    Une officine très au courant

    Difficile, dès lors, d'invoquer l'excès de zèle d'un sous
    traitant, agissant hors de tout contrôle. D'autant que Kargus Consultats a signé, entre 2004 et 2006, des contrats avec EDF, d'un montant total d'environ 50 000 euros. L'un des acteurs de l'affaire a aussi évoqué d'autres opérations d'espionnage notamment sur le site breton de Couëron, où Greenpeace entrepose du matériel "militant" et dispense des formations à ses "activistes", comme ils les surnomment eux-mêmes.
    Les enquêteurs viennent de découvrir un nouvel exploit
    à l'actif d'EDF. En 2006, le géant de l'électricité avait placé sous
    surveillance le très remuant porte parole de l'association Sortir du nucléaire, Stéphane Lhomme. C'est l'entreprise suisse Securewyse qui, durant plusieurs mois, avait assuré cette mission. Patron de cette officine, Michel Arditti jure toutefois au "Canard" qu'aucune action illégale n'a été menée.
    Pourquoi cette insatiable curiosité ? Parce que Lhomme avait réussi à se procurer un rapport classé "confidentiel défense" consacré à l'EPR, le réacteur nucléaire de nouvelle génération que EDF et Areva espèrent vendre au monde entier. Daté de février 2003 et rédigé par le patron de la branche Energie du groupe, ce document émettait d'embarrassantes réserves - en contradiction avec le discours officiel - sur la solidité du réacteur en cas d'attaque, type 11 septembre, par un avion gros porteur. Parallèlement à l'enquête d'EDF, la DST a mené ses investigations et a placé en garde à vue, à deux reprises (en 2006 puis en 2008), le militant écolo Stéphane Lhomme. Apparemment sans arriver à découvrir le nom de son informateur.

    Alerte aux extraterrestres

    "Voilà des années qu'EDF est une maison de coups tordus", affirme au "Canard" un cadre du groupe. "Cela tient peut être au nombre
    d'anciens militaires, agents de renseignement et autres flics qui viennent y travailler après leur retraite." Et de citer une affaire de lettres anonymes adressées, en 2005, au parquet de Paris. Lesquelles mettaient en cause deux hauts dirigeants, accusés de financements politiques occultes. Après deux ans d'enquêtes infructueuses - menée à l'insu des intéressés - le dossier a été
    classé sans suite. Mais il a nourri une solide parano au sein du groupe.

    Autre ingrédient de la culture policière maison, le recours systématique à des boîtes de sécurité extérieures. Comme le groupe Geos, spécialisé dans la protection des salariés expatriés, avec l'aide occasionnelle de gentils mercenaires. En 2003, Geos a réalisé un audit sur la tour EDF de la Défense. Y étaient signalées diverses failles dans la sécurité interne des locaux. Ainsi, lors d'une inspection nocturne, les enquêteurs avaient mis la main sur un
    rapport confidentiel de 260 pages consacré aux ... extraterrestres. Encore des ennemis prêts à tout, dont il va falloir s'occuper sérieusement.

    Jérome Canard
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8767
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: pour ou contre le nucléaire?

    Message par bye le Mar 21 Avr - 20:33

    Pour Robert Lion, "le président Sarkozy
    commet une erreur en se faisant le VRP du nucléaire"


    Robert Lion, 74 ans, est le président de Greenpeace
    France. Cet inspecteur général des finances a été directeur du cabinet de Pierre
    Mauroy, premier ministre, en 1981-1982, puis directeur général de la Caisse des
    dépôts et consignations (1982-1992). Il a ensuite présidé Energy 21 (1994-2000),
    et préside toujours l'association Agrisud.


    Etre président de Greenpeace France, c'est
    être hostile au nucléaire. N'est-ce pas étonnant pour un ancien grand commis de
    l'Etat ?


    La République n'est pas si sectaire ! J'ai dirigé
    une administration centrale, le cabinet de Pierre Mauroy, la Caisse des dépôts
    et consignations, sans cacher mes hésitations puis mon hostilité au nucléaire.
    Délégué général du mouvement HLM après le premier choc pétrolier, j'ai été un
    promoteur acharné de la maîtrise de l'énergie et du solaire ; nous combattions
    EDF, qui essayait d'imposer partout le chauffage électrique. A Matignon, j'ai
    guerroyé contre mes amis socialistes qui voulaient lancer trois tranches
    nucléaires par an, alors que nous étions déjà en surcapacité !


    Greenpeace a été espionné par EDF. Comment
    interprétez-vous ces
    agissements ?


    A bien des égards, EDF est une magnifique
    entreprise. Elle s'est fourvoyée avec le tout-nucléaire. Elle se dévoie avec de
    telles pratiques. Au-delà des sanctions, cela appelle le mépris.


    Que répondez-vous à ceux qui estiment que le
    nucléaire est une arme contre le réchauffement
    climatique
    ?


    Le meilleur moyen de lutter contre les émissions de
    gaz à effet de serre est la réduction des consommations énergétiques. Vous
    pouvez faire le choix, dans un pays comme le nôtre, de produire encore plus
    d'électricité, et préférer alors le nucléaire au gaz ; vous pouvez choisir au
    contraire d'améliorer à grande échelle l'efficacité énergétique dans le
    bâtiment. Pour une tonne de CO2 évitée, la seconde voie coûtera beaucoup moins
    cher et créera sept à dix fois plus d'emplois. L'Agence internationale de
    l'énergie (AIE) a souligné la priorité à donner à la maîtrise de l'énergie pour
    aboutir à un scénario limitant les émissions de CO2.


    L'isolation des bâtiments, est-ce bien la
    panacée ?


    Il ne s'agit pas seulement d'isoler ! C'est la
    conception d'un immeuble ou d'une maison et l'usage induit par cette conception
    qui sont en cause. Ce sont aussi le contrat de chauffage, les équipements - des
    chaudières aux ampoules -, les combustibles utilisés : pensez à la géothermie,
    par exemple, ou à la cogénération. Tout cela, bout à bout, évite la gabegie et
    conduit à la sobriété.


    Les partisans du nucléaire mettent aussi en
    avant l'indépendance énergétique qu'assure le nucléaire...


    Même réponse ! Si vous limitez la consommation de
    chaleur, de froid, d'éclairage comme celle des carburants dans les transports,
    vous réduisez la dépendance énergétique du pays. 50 kWh par an au m2 dans le
    bâtiment ou 120 grammes de CO2 au km pour les automobiles, c'est le même combat
    !


    Dans dix ans, ces seuils eux-mêmes nous paraîtront
    archaïques parce que trop élevés.


    Les écologistes n'entretiennent-ils pas une
    peur excessive ?


    Tchernobyl n'est pas un fantasme ! Le risque
    d'accident se multiplierait si le nucléaire civil était adopté par des pays sans
    culture industrielle. Les déchets nucléaires, qu'on ne sait toujours pas
    éliminer, font de nous des transmetteurs de mort aux générations futures. Quant
    au risque de prolifération, qui en a le plus peur sinon les gouvernements
    occidentaux dressés contre le nucléaire iranien ? Disséminer l'atome, c'est
    aller inévitablement vers son utilisation, un jour, par des Etats agressifs et
    par des mafias. Le président Sarkozy commet une erreur géostratégique en se
    faisant le VRP du nucléaire.


    Et pourtant, les projets de centrales
    fleurissent dans le monde...


    On ne fera pas les 240 nouvelles centrales dont
    certains parlent. La "relance nucléaire" sera modeste : quelques dizaines
    d'unités dans quelques pays de l'OCDE et une poignée de grands pays émergents.
    De toutes façons, le problème de l'après-pétrole ne sera pas réglé de cette
    manière : le nucléaire, aujourd'hui, c'est entre 2,5 % et 3 %, selon les
    estimations, de l'énergie finale consommée dans le monde. Doublerait-on ce
    pourcentage - il faudrait pour cela construire des centaines de réacteurs, ce
    qui est financièrement hors d'atteinte -, qu'on n'aurait pas avancé vers la
    solution. Le nucléaire aura été, comme le charbon, le pétrole, une parenthèse
    historique que l'humanité refermera. Le plus tôt sera le mieux.


    Pas d'énergie fossile, pas de nucléaire...
    Quelle est la solution, alors ?


    Je vois trois pistes : des réponses techniques, qui
    nous permettent déjà de réaliser des bâtiments à énergie positive, des
    éclairages à très basse consommation, etc. ; la marche, inévitable et heureuse
    pour nos pays riches et gaspilleurs, vers des modes de vie sobres : le Vélib',
    si vous voulez une image, ou, plus largement, des systèmes économiques
    infiniment moins prédateurs en amont et "zéro déchet" en aval ; enfin ces
    énergies, dites renouvelables, dont la capacité de servir les hommes est
    illimitée et dont l'usage peut être décentralisé.


    Le défi historique est de faire, à temps, le pont
    entre ces trois éléments positifs. C'est une question de calendrier,
    c'est-à-dire de volonté. Barack Obama a compris cela, annonçant d'emblée un
    puissant programme pour l'énergie éolienne et solaire. L'avenir énergétique de
    l'Afrique est à l'évidence du côté des renouvelables, seules à même d'assurer la
    sécurité et l'indépendance énergétiques ; j'attends de l'Europe un grand effort
    d'aide au développement en ce sens, que la France pourrait initier. Nous n'avons
    pas fini, sur ces pistes, d'être surpris par l'Asie, Corée et Chine en tête. En
    1980, j'avais lancé, avec des amis, le "Manifeste pour une France solaire". Plus
    que jamais, à mes yeux, l'avenir est de ce côté.


    Propos recueillis par Jean-Michel Bezat

    © Le Monde.fr

    source: http://www.lemonde.fr/planete/article/2009/04/21/pour-robert-lion-le-president-sarkozy-commet-une-erreur-en-se-faisant-le-vrp-du-nucleaire_1183413_3244.html
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8767
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: pour ou contre le nucléaire?

    Message par bye le Mer 22 Avr - 6:33

    Des déchets radioactifs découverts sous un parking


    Maintenue dans l’ignorance, l’agglomération de Gueugnon, basée en
    Saône-et-Loire, a fait une sombre découverte suite à une enquête menée par la CRIIRAD (1) sur ses terres. L’histoire débute en 1955, date à laquelle une usine d’extraction d’uranium est construite en bordure Sud de la ville. Initialement exploitée par le Commissariat à l’énergie atomique (CEA), l’usine est finalement confiée à sa filiale, la COGEMA, connue aujourd’hui sous le nom d’AREVA NC. Au cours de ses 25 ans de fonctionnement, l’installation traitera 168 000 tonnes de minerais et produira 842 tonnes d’uranium. Ses activités stoppent en 1980. A compter de cette date, les équipements sont démantelés et le site est déclaré assaini.


    Mais, à l’instar de toute exploitation nucléaire, la question est loin d’être réglée. Comme le relève la CRIIRAD, les traitements physico-chimiques destinés à extraire l’uranium ont généré plus de 128 000 tonnes de déchets. Indésirables, ces derniers sont stockés sur un site situé à proximité, au bord d’un affluent de la Loire, l’Arroux. Officiellement sous surveillance, ce dépôt est contrôlé par
    l’exploitant, lequel le déclare comme non toxique pour l’environnement en l’absence d’irradiation anormale. Ces conclusions seront successivement confirmées par un laboratoire indépendant et par l’Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire (IRSN), affilié à l’Etat.


    Rendu sur place, la CRIIRAD est pourtant loin de partager cet avis. A la suite de relevés radiamétriques, d’analyses en laboratoire et de recherches documentaires, il révèle une réalité pour le moins
    dérangeante. En effet, plusieurs zones irradiantes sont détectées en bordure de l’ancien site de l’usine. De l’autre côté de l’Arroux, un parking rattaché à un stade de football présente un niveau d’irradiation anormalement élevé, avec des pics enregistrés au pied des lampadaires. Selon toute vraisemblance, les travaux
    d’installation de l’éclairage ont permis aux déchets radioactifs enfouis de remonter vers la surface. Or, les radionucléides observés en laboratoire prouvent qu’il s’agit bien d’une pollution liée aux activités passées d’AREVA.


    A la lumière de ces révélations, cette dernière aurait finalement confirmé la présence dans le sol de près de 30 000 tonnes de
    déchets radioactifs, simplement recouverts de 70 cm de terre.


    Cumulant les déchets de démantèlement, de décontamination et les résidus d’extraction de l’uranium, la CRIIRAD estime à quelque 225 000 tonnes les déchets radioactifs accumulés à l’entrée de
    Gueugnon.


    Afin de réduire leurs coûts, les exploitants auraient déversé les déchets directement dans les excavations d’anciennes gravières, sans étanchéification préalable du fond et des parois. Une sombre
    perspective alors que la dangerosité de ces déchets devrait se maintenir pendant plus de 300 000 ans.


    Face aux résultats de l’enquête de la CRIIRAD, validés par l’Autorité de sûreté nucléaire, le directeur de la DRIRE (2) a demandé à AREVA de proposer des solutions d’assainissement. N’envisageant pas le retrait des déchets radioactifs, celle-ci a suggéré de recouvrir le parking d’une couche d’enrobé. Mais, dans l’hypothèse où la commune viendrait à refuser cette offre magnanime, la société envisage de procéder à la fermeture pure et simple du parking dont elle est la propriétaire. Et de clore ainsi le
    débat.


    21-04-2009, Cécile Cassier

    source: http://www.univers-nature.com/inf/inf_actualite1.cgi?id=3707
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8767
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: pour ou contre le nucléaire?

    Message par bye le Ven 24 Avr - 6:16

    Stratégie pour Sortir du Nucléaire


    Issu des réflexions et débats de l’Assemblée Générale du
    réseau Sortir du Nucléaire des 31 janvier et 1er février 2009, voici le texte d’orientation stratégique proposé par le Conseil d’Administration


    Etat des lieux, bilan et orientation du Réseau "Sortir du nucléaire" - 2009

    LE NUCLÉAIRE ENTRE RENAISSANCE ET FIN D’EMPIRE

    Après des années de vaches maigres, le nucléaire est
    revenu à la une des médias et annonce des contrats mirobolants toutes les semaines. La « renaissance nucléaire » est à la mode et on assiste à une situation en apparence très comparable à ce qui s’est passé au début des années 70 en Europe (plus tôt aux Etats-Unis, plus tard en Asie). Où sont les différences entre la « 2e génération » des années 70 et la « 3e génération » des années 2000 ?

    Cette « renaissance » s’est trouvé très vite confrontée à une crise financière et énergétique sans précédent : l’argent, devenu rare, et les variations incontrôlables du prix du baril de pétrole rendent pour le moins hasardeux les investissements considérables requis par le
    nucléaire.


    Le capitalisme et notamment le lobby nucléaire se donnaient les moyens de réinvestir le terrain de l’environnement (cf Grenelle), la réalité financière les a rattrapé !

    Parce qu’une politique de sortie du nucléaire ne
    vise pas seulement à trouver des alternatives techniques dans le seul domaine énergétique (utilisation rationnelle, énergies renouvelables,…), mais aussi sociétales : décentralisation du pouvoir, aménagement du territoire, modification des rapports sociaux remettant en cause le capitalisme d’état et le
    capitalisme privé (libéral), la séparation technocratique entre dirigeants et exécutants,… le Réseau Sortir du nucléaire a su marquer sa différence et s’imposer comme un acteur crédible.

    Face aux enjeux et aux glissements de discours tant
    du côté du lobby que de l’Etat ou d’associations, le Réseau Sortir du nucléaire doit à la fois homogénéiser le fondement de son action, exprimer sa cohérence et dégager des priorités dans ses actions.


    Le changement climatique

    C’est sans conteste le point le plus nouveau : le
    changement climatique n’était il y a 30 ans qu’une théorie confidentielle et il n’a pesé ni pour les partisans du nucléaire, ni pour les opposants. Inutile de nier l’importance du sujet.


    On peut le prendre dans tous les sens (conséquences
    pour la santé, l’alimentation, la géostratégie, catastrophes naturelles, etc.), le changement climatique est bien le problème incontournable du XXIe siècle.


    Le nucléaire a bien sûr su en tirer parti. Il se plaît dans ces situations de crise et de salut public. Il retrouve les lettres
    de noblesse qu’il avait perdues avec la fin de la guerre froide.


    Le changement climatique, d’abord mis en avant par les écologistes, a fini par être reconnu par les Etats et les
    industriels.

    Le Protocole de Kyoto a donné un prix au carbone, ce qui est en partie une bonne nouvelle. Mais d’un autre côté, il a mis
    en branle des mécanismes économiques spéculatifs internationaux bien difficiles à cerner.


    Le nucléaire ne veut pas passer à côté de la manne.
    Au niveau européen comme au niveau mondial il lorgne vers les subventions directes et indirectes qu’il peut retirer de sa soi-disant propreté. Des centaines de milliards d’euros sont en jeu : si le nucléaire était reconnu comme « énergie propre » par ces dispositifs internationaux, il marquerait des points décisifs.


    C’est pour le Réseau Sortir du nucléaire un enjeu essentiel, qui ne peut pas être analysé ou gagné au seul niveau national. La
    campagne « Ni nucléaire, ni effet de serre » lancée en juin 2008 a rencontré un succès considérable à la fois pour sa pertinence et par sa capacité à toucher un public très large de façon « non sectaire ».

    Face à la catastrophe à venir et avec en perspective
    Copenhague 2009 (renégociation du protocole de Kyoto), il faut amplifier cette campagne au niveau européen voire international !


    Le nucléaire et le pic pétrolier
    Lors du lancement d’un programme nucléaire massif par Messmer dans les années 70, la question de l’épuisement des ressources de
    pétrole était un peu secondaire. Ce qui comptait avant tout c’était la question stratégique du contrôle des ressources d’or noir par les pays de l’OPEP.


    La situation est maintenant très différente : après deux guerres du Golfe, une escarmouche géorgienne et bien d’autres conflits, ce
    n’est plus tellement le problème de l’OPEP, mais celui de la disparition annoncée des hydrocarbures.

    Bien sûr, le nucléaire ne peut prétendre remplacer le pétrole. Pour autant que cela soit techniquement faisable, et on peut en douter tant en termes financiers que de disponibilité de matières premières
    acier, cuivre,… il n’est pas possible à court et moyen terme de construire suffisamment rapidement les centrales qui seraient nécessaires et de modifier totalement la consommation énergétique (avec des voitures électriques par exemple) pour avoir un effet déterminant sur le climat.

    A plus long terme, les ressources d’uranium sont limitées, les surgénérateurs ont calé au démarrage, de nombreux pays en
    développement (par exemple en Afrique) sont de toute façon hors jeu, la multiplication des centrales et des déchets peut difficilement se faire sans casse…


    Reste que certaines des critiques qui s’adressent au nucléaire concernent aussi les renouvelables.
    A quelle vitesse et quel prix peut-on les développer ?

    Pour des pays très urbanisés, l’autonomie énergétique est un défi, qui pourrait transformer le paysage urbain. Les éoliennes, le solaire photovoltaïque fournissent une électricité qu’il faut utiliser différemment,… Il en résulte certaines situations paradoxales où des partisans du nucléaire se déclarent aussi partisans du solaire !

    Le nucléaire va-t-il obligatoirement devenir l’option la moins chère avec l’augmentation tendancielle des prix du pétrole ?
    Pas tout à fait sûr, et la récente chute des prix laisse plutôt à penser à une longue période d’instabilité.

    Les énergies renouvelables, à la base de l’argumentation des antinucléaires, ont laissé la place à d’énormes puissances
    industrielles qui brassent des sommes parfois supérieures au nucléaire. L’effet de série, la croissance de la demande jouent à plein en faveur des renouvelables.


    Le nucléaire défend sa compétitivité en évoquant des séries d’une dizaine de réacteurs, des chiffres qui restent une perspective
    lointaine, même pour Areva. La « volatilité des marchés » rend parfois difficiles les énormes investissements nécessaires pour le nucléaire. Les financiers n’aiment pas beaucoup ces projets qui traînent en longueur, ne respecte pas ses budgets (Olkiluoto, Flamanville,…)…

    A moins bien sûr que les gouvernements ne mettent la
    main à la poche et justifient ce recours auprès des contribuables en période de récession…
    Les prix de l’uranium, qui avaient baissé en partie à cause de
    l’utilisation des stocks d’uranium enrichi de la guerre froide, sont en train de remonter, et leur poids n’est plus négligeable dans le prix du kWh.

    Au vu des risques et des contestations en métropole, l’exploitation minière s’est déplacée vers des peuples indigènes dont la
    soumission politique n’est pas garantie (Touaregs, Aborigènes, Inuits, Kazakhs,…).


    Le coût d’un réacteur dépend beaucoup des prix de matières premières sophistiquées ou non (aciers, bétons, cuivre…) qui sont en augmentation constante, et dont l’exploitation est aussi incertaine au plan politique.

    L’efficacité énergétique restera encore longtemps l’option la moins chère. Mais comment inciter à la sobriété énergétique sans oublier la légitime demande de développement énergétique des pays dits « émergents » ?

    Comment inventer la décroissance énergétique globale ?

    Il s’agit là pour le réseau Sortir du nucléaire d’un deuxième enjeu essentiel avec la recherche de nouvelles solidarités au niveau mondial. Penser global, agir local et développer en priorité la sobriété énergétique.
    [
    L’énergie est un « marché » mondial dont on oublie trop facilement les sources primaires fossiles, solaire,… et nucléaire.
    La question des mines d’uranium semble un levier puissant tant aux plans humanitaire, sanitaire que de développement énergétique des pays du Sud.


    Le nucléaire aux temps de la mondialisation

    Les collaborations ou les conflits internationaux n’ont rien de nouveau pour l’industrie nucléaire : Guerre froide et espionnage
    industriel, conflits d’intérêts entre CEA et EDF en 1974 (et un vainqueur, Westinghouse), forte participation de l’Iran au capital d’Eurodif (plus de 10%)…


    Et pourtant les temps ont changé avec un système capitaliste privé ou d’Etat omniprésent. Pour le nucléaire, un secteur largement soumis à une logique d’Etat, le changement est sensible. Des coopérations nucléaires, publiques ou privées, se sont multipliées entre entreprises autrefois concurrentes. La raréfaction des marchés a d’ailleurs favorisé ces regroupements.

    Dans le même temps, le business international tente de reprendre la main sur les questions écologiques. Depuis le « Millenium
    Ecosystem Assesment » de 2000 jusqu’au Grenelle de 2007, en passant par la « stratégie en faveur du développement durable » de l’UE (Göteborg 2001 – CE du 8/03/2007), l’idée générale recouvre à la fois que les écosystèmes dégradés pourraient nuire à la liberté d’entreprendre, et que le développement durable
    constitue une source de croissance et de profits.


    La transition est particulièrement rude dans le secteur énergétique où l’on passe très rapidement d’une logique (théorique) de
    service public, à un démantèlement des monopoles, une libération des tarifs,...
    (Privatisation de GDF ficelée, celle d’EDF sur les rails). Les règles
    économiques sont plus floues, les jeux de saute-frontière pour les exportations et importations d’électricités sont facilités.

    Ce marché élargi doit toutefois donner des gages de bonne foi, s’efforcer de respecter les règles du marché pour réunir les capitaux nécessaires (voir par exemple les débats sur le financement de l’EPR et le rôle de la Coface), et jouer le jeu du développement durable. Il n’y a pas bien sûr de concurrence réelle mais des tractations donnant-donnant, au niveau des Etats
    comme des multinationales, qui permettent d’écarter les trublions (producteurs de renouvelables par exemple). Les antinucléaires, plus habitués à s’opposer à des Etats, doivent apprendre à connaître les logiques industrielles, bancaires,... et donc inventer de nouvelles pistes pour ralentir des projets.


    Le réseau Sortir du nucléaire doit renforcer sa coopération avec les OING, et notamment celles qui agissent depuis nombre d’années sur ce terrain économique et financier.

    Il doit également rappeler sa revendication d’un accès équitable et raisonné à l’énergie électrique, et notamment celle d’un véritable service public de l’électricité sans nucléaire, service public auquel
    EDF ne peut plus prétendre après ses engagements et rachats financiers planétaires.


    Le Réseau Sortir du nucléaire doit soutenir l’émergence d’un nouveau service public qui associe consommateurs, producteurs
    (notamment coopératifs) et distributeurs.


    La permanence du risque nucléaire

    Ce qui demeure, c’est le risque nucléaire, civil ou militaire, même si le redire peut paraître étonnant au premier abord. La menace
    n’est plus l’Union soviétique, mais la Russie a maintenant les clés du compteur de gaz de l’Europe, et les risques de prolifération sont nombreux dans un monde confronté à plusieurs crises combinées (écologique, climatique, démographique…).


    La planète vit à l’heure du terrorisme du 11 Septembre, risque auquel le nucléaire est confronté plus que toute autre industrie : symbole de puissance, les centrales sont une cible évidente et
    fragile (cf document confidentiel défense et communication d’Areva sur les chutes d’avion), la filière du combustible est complexe, mal gérée avec des « pertes » de matières et techniquement accessible à de petites structures (clandestines ?).


    Pour le nucléaire civil la situation est tout aussi complexe. Il y a bien sûr le vieillissement des installations dans la plupart
    des pays, l’augmentation de la dispersion des matières nucléaires dans un grand nombre de sites,...


    Dernière édition par bye le Ven 24 Avr - 6:27, édité 1 fois
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8767
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: pour ou contre le nucléaire?

    Message par bye le Ven 24 Avr - 6:17

    Stratégie pour Sortir du Nucléaire (suite )

    Il y a aussi l’entrée du nucléaire sur les marchés financiers.

    Un réacteur de type EPR est censé répondre à des critères favorables à la sécurité. Pour des raisons de rentabilité, il faut tout
    de même utiliser un taux de combustion très supérieur. Il faut surtout réaliser une maintenance accélérée pour réduire les arrêts de tranche : on fait appel essentiellement à des sous-traitants, à des intérimaires, les salaires et perspectives de carrière des cadres sont moins intéressants,…

    La catastrophe nucléaire doit rester au coeur de l’argumentation du réseau Sortir du nucléaire.

    Il ne faut oublier ni Hiroshima-Nagasaki, ni Tchernobyl et marquer leurs anniversaires en multipliant les initiatives locales dans les villes, les quartiers, les villages, de façon aussi proche que possible
    des citoyens...

    Il faut continuer à dénoncer les risques liés aux déchets nucléaires, aux installations (réacteurs, mines, retraitement,
    transports,…) et prendre l’offensive pour obtenir l’arrêt immédiat des réacteurs obsolètes.

    LA FRANÇATOME

    Dans le cas de la France, on ne peut se limiter à l’analyse internationale. Le nucléaire a quasiment un statut de religion d’Etat
    dans notre pays. Dans un des Etats les plus centralisés du monde, les « Grands Corps », et notamment dans le domaine de l’énergie, les Corps des Mines et des Ponts, surveillent étroitement le monde politique.


    Areva, entreprise privée dont l’Etat français est actionnaire directement ou indirectement à près de 92%, est maintenant
    clairement le champion mondial du nucléaire. Anne Lauvergeon continue d’être l’une des femmes les plus influentes du monde,...

    La France sert de référence au reste du monde dans la promotion du nucléaire, notamment aux Etats-Unis, en Angleterre, mais
    aussi dans les ex pays de l’Est ou dans des pays émergents.


    Le lobby militaro-industriel du nucléaire attaque sur tous les fronts :
    -en relançant la construction de réacteurs nucléaires avec lʼEPR ;
    -en relançant le modèle français du cycle nucléaire :
    retraitement-extraction du plutonium à la Hague,
    usine MELOX à Marcoule,
    ROKKASHO MURA
    au Japon,
    construction dʼune usine sur la Savannah River aux USA pour y faire du MOX avec du plutonium militaire (essayé à Cadarache

    équipement en Mox des EPR vendus.
    -en facilitant les fausses solutions de la fin du cycle pour justifier la politique de relance :

    °Banalisation des mines ;

    °Enfouissement des déchets, recherche de nouveaux sites, démantèlement sans débat public.
    -en engageant le nucléaire sur le long terme :
    °Lancement de lʼhypothétique ITER ;
    °Mise en attente de la Quatrième génération ;
    -en modernisant la force de frappe française et en facilitant la prolifération de lʼarme nucléaire dans le Monde.

    Le Réseau Sortir du nucléaire se doit d’être réactif et de résister sur tous les fronts. Il doit mobiliser, soutenir et amplifier les
    luttes contre l’EPR, les THT, les centres de stockage de déchets nucléaires (Bure, FAVL).

    Un lobby pro-nucléaire omniprésent, l’anti doit l’être aussi !

    Face au lobby, à ses campagnes tous azimuts et à sa politique de communication évolutive, force est de constater que nos actions
    et notre discours sont majoritairement dirigés vers les militants convaincus, voire vers le Réseau lui-même.


    Ce n’est pas qu’il faille se détourner de ce qui a fait la force du réseau et qui continue à faire son unité. Mais face à un lobby
    de plus en plus multiforme, il est probablement temps d’ouvrir notre
    communication vers toutes les composantes de la société, mais aussi d’adapter notre discours à ces composantes : de devenir un "lobby antinucléaire".


    Il est nécessaire de démonter le lobby, de dénoncer le système nucléaire, les dérives sociétales ou sociales qu’il implique d’ores
    et déjà, il est tout aussi nécessaire de se placer sur le plan économique, moral, éducatif, culturel pour montrer que la sortie du nucléaire est une proposition porteuse d’avenir et pas seulement une question de survie de l’humanité.


    Il nous faut apprendre à décliner notre message en fonction des publics auxquels nous voulons qu’il s’adresse, et ne plus se limiter uniquement à se placer en réaction à un discours qui n’est pas le nôtre.
    Ce n’est pas à nous d’être sur la défensive.


    Le réseau Sortir du nucléaire a une responsabilité particulière à produire des documents d’information tous azimuts et ciblés vers
    des publics culturels, religieux, économiques, jeunes, vieux, ruraux, salariés, entreprises,… sans exclusive. Il doit surtout se donner les moyens de la diffusion la plus large de ces documents : bibliothèques, lieux de ventes, librairies, stands des groupes locaux,…


    Une classe politique « aux ordres »

    La classe politique reste très homogène, très pro-nucléaire comme on peut le constater à l’Assemblée nationale. La campagne
    présidentielle 2007 a montré le peu de connaissance du dossier dans les deux camps.


    Reste que les positions et les frontières des partis sont aujourd’hui un peu flottantes et paradoxalement les anti-nucléaires peuvent
    trouver des interlocuteurs dans différents milieux au gré de phases de réorganisation (campagne européenne ouverte des Verts, structuration du nouveau parti anticapitaliste, Bayrou non-aligné, PS en crise identitaire et émergence d’un courant écolo,…).


    Sarkozy adopte également une position de VRP du nucléaire tellement ostensible qu’il en arrive à indisposer certains de ses
    collègues européens et même l’ASN qui n’en peut plus de couvrir des « incidents »…


    On peut aussi le soupçonner d’indulgence envers ses amis (Bouygues) mais c’était déjà un peu le cas avec Giscard, et la question de l’arrosage des élus par l’industrie nucléaire reste ouverte.

    Le Réseau Sortir du nucléaire ne doit pas négliger une action constante d’information, de sensibilisation des parlementaires.

    Il doit solliciter à chaque fois que nécessaire leur positionnement sur les questions énergétiques, nucléaires,…

    Côté syndicats et associations…

    Côté syndicats, la CFDT ne dépare plus tellement dans le consensus général, et les possibilités de contacts sont
    limitées.


    De plus en plus de syndicalistes CGT, FO,… s’inquiètent du recours aux intérimaires, de manquements à la sécurité des centrales, de promotions (ou de licenciements) d’acteurs compétents pour des
    raisons économiques,…


    Le réseau Sortir du nucléaire doit développer de nouveaux liens avec les syndicalistes du secteur de l’énergie, et notamment les
    salariés des centrales nucléaires.


    Il doit continuer à s’appuyer sur l’expertise des syndicats minoritaires (SUD,…) et s’associer à des actions communes dans les
    domaines de l’énergie, des transports, du commerce, de
    l’éducation,…


    Dernière édition par bye le Ven 24 Avr - 6:33, édité 1 fois
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8767
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: pour ou contre le nucléaire?

    Message par bye le Ven 24 Avr - 6:18

    Stratégie pour Sortir du Nucléaire (suite et fin )



    Côté associations l’analyse de la situation est délicate.


    L’affaire du Grenelle résume bien les contradictions actuelles.
    -D’un côté les associations écolos ont investi le champ politique, grignoté des places, obtenu une remarquable visibilité,...
    -De l’autre, est apparue une tendance écolo « décomplexée et réaliste » pour laquelle le nucléaire pourrait être un mal nécessaire (Hulot).


    Un an après, la baudruche du Grenelle s’est dégonflée et ne fait plus illusion avec des reculs successifs sur les OGM, les transports routiers, les aides au développement des sources d’énergies
    renouvelables,…


    Le nucléaire a été écarté du Grenelle de l’environnement par l’Elysée. Le Réseau a jugé ce diktat inacceptable et n’a donc pas participé au Grenelle, contrairement aux associations généralistes
    (Greenpeace, Amis de la Terre, FNE, WWF, etc). Il est temps de dépasser ce désaccord, d’autant que la déroute du processus du Grenelle est désormais reconnue par toutes les associations.


    Le Réseau proposera des initiatives communes (co-signatures de campagnes, expressions communes dans les médias, unité
    d’action,…) au plus grand nombre possible de partenaires.


    S’appuyer sur des compétences citoyennes

    Il reste bien peu de physiciens critiques ou experts antinucléaires patentés (Roland Desbordes, Monique Sené, Bella et Roger
    Belbéoch, Yves Marignac, Mycle Schneider, Benjamin Dessus...) et le Réseau ne travaille qu’occasionnellement avec eux. Pourtant la lecture des différents blogs sur l’énergie, la décroissance,... montre qu’il y a un potentiel important de gens, souvent jeunes, de formation technique poussée, qui pourraient donner occasionnellement un coup de main au Réseau pour un travail de recherche général (questions internationales, économiques, juridiques) ou locales (renforcement de la présence dans certaines CLI,...).


    Le Réseau Sortir du nucléaire doit continuer à associer ces compétences dans ses publications.

    L’organisation de séminaires associant ces compétences est une piste qui doit être approfondie (Université d’été ?).

    Quelle stratégie pour le Réseau Sortir du nucléaire ?

    On ne peut envisager une stratégie sans évoquer la situation globale, la crise du système financier et capitaliste dont les
    conséquences sociales peuvent être dures.


    Les alternatives ne sont pas évidentes pour les peuples et en France, tout particulièrement face à une Droite productiviste,
    bonapartiste et pro-nucléaire :
    -La Gauche classique, divisée et sans véritable projet manque de crédibilité aujourd’hui.
    -Les syndicats divisés ne pèsent pas ( 8% de syndiqués, 20% de votants aux élections prudhommales)

    -Les associations environnementales se sont laissé diviser par le pouvoir autour du Grenelle.
    -Les principaux mouvements sociaux sont limités dans le temps et les objectifs et le plus souvent sans succès.
    -Quelques actions minoritaires illégales et même quelques sabotages apparaissent.


    La situation à venir s’apparente non à celle de Mai 68 en France, mais davantage à celle du « Mai rampant » italien de 1969-1970
    avec des syndicats très bureaucratisés, des grèves « thromboses », non contrôlées par les syndicats, des sabotages sur les chaînes de production dans les usines.


    Cette crainte est sûrement dans les têtes pensantes qui entourent Sarkozy, aux tendances profondes centralistes, autoritaires et policières. Par anticipation, on a pu constater que le Pouvoir
    se laisse déjà emporter par des méthodes ultra-répressives contre les mouvements sociaux ouvriers et associatifs.


    C’est dans un tel contexte particulièrement difficile qu’il va nous falloir lutter pour la sortie du nucléaire et la démocratie.

    Motion d’Orientation 2009.

    La tâche est immense, nos moyens limités et le lobby à l’offensive. Ce contexte impose la plus grande unité des organisations
    antinucléaires et impose de dégager des priorités d’actions.


    Des priorités à dégager

    -Amplifier les mobilisations en France :
    La France est au coeur du développement et du risque nucléaire (vieillissement des réacteurs, déchets, transports, proliférations des installations civiles et militaires).
    Les citoyens, la planète attendent des français une lutte de
    l’intérieur sans concessions.


    Trois régions sont particulièrement concernées :

    -Cotentin/Mayenne (EPR/THT/retraitement),
    -Sud-est/Vallée du Rhône (Enrichissement, EPR2, ITER,…),
    -Est (HAVL - Bure, FAVL, TFA – Aube, transports,... et les réacteurs en survie Fessenheim, Bugey 1, Cattenom 1,…).


    Ces luttes exigent un soutien sans faille de la fédération Réseau Sortir du nucléaire.

    -Mobilisation locale, régionale voire nationale des militants pour accompagner les actions des collectifs (information, communication, déplacements,…).
    -Recherche d’information et communication médiatique en lien
    avec les collectifs locaux.
    -Financement d’actions en justice afin de bloquer, annuler les projets.


    Soutien humain, juridique et financier aux opposants (sous réserve de nos propres règles de non violence).

    Ces luttes ne sont pas exclusives et le réseau répondra présent dans la mesure de ses moyens à toutes les initiatives
    antinucléaires.


    En 2009, et parce que la centrale nucléaire de Fessenheim symbolise la menace du nucléaire sur le vivant par sa conception, son obsolescence, le rassemblement « Fermons Fessenheim et sortons du nucléaire » des octobre 2009 décidé lors de l’AG de 2008 doit être un point fort de notre
    action nationale et des « 3 frontières ».


    2009 verra aussi les premiers tirs en mer (Finistère) du missile M51 à partir des sous-marins nucléaires SNLE.

    Le réseau Sortir du nucléaire se doit de réactiver les mouvements, organisations, citoyens pacifistes (Mouvement de la Paix,
    Stop-Essais/Abolition 2000, ACDN,…) afin d’informer, mobiliser et s’interposer à ces essais.


    Investir le champ international :

    -Coopérer avec les OING (Organisation Internationale
    Non Gouvernementale : Greenpeace, Friends Of the Earth,…) notamment au niveau européen (ENEF, Commission et Parlement Européen, Conseil de l’Europe,…) et transméditerranéen.
    -Initier et amplifier des actions antinucléaires citoyennes de dimension européenne et internationale (Chernobyl Day, Copenhague 2009, Arrêt des mines d’uranium,…).
    -Favoriser la convergence et la coordination d’un mouvement antinucléaire européen.
    -Réfléchir à une campagne mondiale en 2010 contre l’exploitation des mines d’uranium en y associant toutes les associations environnementalistes, humanitaires (et notamment de l’enfance),
    tiersmondistes, altermondialistes,…


    Ouvrir la problématique nucléaire aux secteurs économiques, culturels, religieux et philosophiques,… et aux nouvelles
    générations


    -Prise de contacts et rendez-vous avec les instances économiques (Conseil Economique, Social et Environnemental), organisations
    patronales (MDEF, FTPE,…). Sollicitations et publications d’articles dans les revues économiques (Les Echos, Alter Eco, L’Expansion, La Tribune, Capital,…).
    -Prise de contacts, rendez-vous avec les instances religieuses,
    les organisations philosophiques, et publication d’articles dans les revues d’opinion correspondantes.
    -Tenue de tables de presse dans les événements culturels (concerts, festivals littéraires,…), articles, émissions littéraires,
    musicales,…
    -Edition et diffusion gratuite dans un format ad oc de brochures
    d’information à destination des CDI (Centres d’Information et de Documentation – Education nationale), des enseignants d’école, de collège, de lycée. Réédition actualisée de la BT2 « le nucléaire ». Mise en place d’un réseau de correspondants « établissements scolaires ».


    Agir du local aux instances nationales et internationales :

    Le Réseau Sortir du nucléaire, mouvement citoyen, a développé des pratiques d’actions locales à dimension nationale et internationale (Chernobyl Day, pétitions européennes, actions de vigilance,
    cyber-actions,…). Il entend développer ces actions citoyennes locales (actions « ni nucléaire, ni effet de serre » fin 2009), et conjointement des actions médiatiques et actions de masse.


    source: http://www.passerelleco.info/breve.php?id_breve=232
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8767
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: pour ou contre le nucléaire?

    Message par bye le Ven 24 Avr - 21:00

    Annulation d’un projet EPR aux USA : le début de la fin pour le nucléaire ?




    vendredi 24 avril 2009, par jesusparis

    Le Réseau "Sortir du nucléaire" se félicite de l’annulation, par l’électricien américain Ameren, d’un projet de construction de réacteur nucléaire, en l’occurrence un EPR, qui devait être édifié par Areva dans le Missouri. Il est d’ailleurs probable que cette défection va être suivie de nombreuses autres.
    L’explication donnée par Ameren est d’ailleurs édifiante : une
    législation "qui ne permettrait pas une récupération des coûts de construction".
    En clair : de fortes aides publiques et l’augmentation des factures des usagers devaient payer la construction du réacteur, Ameren n’ayant ensuite plus qu’à empocher les revenus de la vente de l’électricité.


    Mais, l’administration Obama, contrairement à celle de Bush, entend
    soutenir prioritairement les énergies propres et renouvelables... dont ne fait bien sûr pas partie le nucléaire. En l’absence des fortes aides publiques espérées, la conclusion d’Ameren est claire : l’électricité nucléaire est bien trop chère à produire, le projet de réacteur est annulé.


    Si l’on peut regretter que le raisonnement d’Ameren ne soit pas fondé sur des questions environnementales (risques nucléaires, déchets radioactifs), il est par contre implacable sur le plan économique... et ne peut de fait qu’être tenu à l’identique par les autres électriciens US.

    On peut donc légitimement espérer que cette annulation soit suivie de nombreuses autres, aux USA et par ricochet dans d’autres pays. D’ailleurs, en décembre dernier, l’Afrique du Sud a annulé les 12 réacteurs qu’elle prétendait construire. Ce scénario donnerait raison au Réseau "Sortir du nucléaire" qui, depuis des mois, conteste la thèse du "grand retour du nucléaire".

    Le nucléaire est une industrie issue du milieu du siècle dernier, elle est archaïque, dangereuse, chère, et laisse derrière elle des déchets radioactifs pour lesquels n’existe aucune solution et dont certains vont durer des millions d’années. Il est temps que l’industrie nucléaire disparaisse. Il est légitime d’espérer que Ameren vient de signifier le début de la fin de cette industrie nuisible.

    Source :http://www.hns-info.netspip.php?article18381________________________________________________[/size]
    avatar
    Manumax

    Masculin
    Nombre de messages : 251
    Date d'inscription : 27/06/2008

    Re: pour ou contre le nucléaire?

    Message par Manumax le Ven 24 Avr - 22:07

    Le problème, c'est que nous avons un grand savoir faire dans le nucléaire en France qui serait dommage d'abandonner.

    C'est une énergie rentable en éléctricité, le président avait dit qu'on ne pouvait pas s'en passer.

    "tout ce qui est efficace est dangereux"

    En esperant que la science pourra réduire la pollution et les risques.

    Contenu sponsorisé

    Re: pour ou contre le nucléaire?

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Dim 17 Déc - 1:25