LIBRE DISCUSSION DANS LES COULISSES DE DEMAIN

Débattons en toute liberté, dans le respect de l’autre, sur tous les sujets qui composent notre société : politique, économie, environnement, religion, philosophie, paranormal, sciences, famille, santé, mode, sexualité, loisirs, sports, divertissements…

Derniers sujets

» Dossier : de l’École capitaliste à l’éducation émancipatrice
par bye Mer 13 Sep - 19:07

» Education : le « désastre » d’un enseignement tiré vers le bas...
par bye Lun 4 Sep - 12:13

» Offre de prêt entre particuliers rapide en 72h
par BastienL Dim 13 Aoû - 19:49

» Jean Gadrey, économiste : “Il faut remettre la réduction du temps de travail au cœur du débat public”
par bye Mar 8 Aoû - 19:04

» Le « chavo-madurisme » n’est rien moins qu’une dictature pure et simple
par bye Dim 6 Aoû - 18:52

» Gel des postes et du budget de l’éducation nationale : non, cette école ne nous convient pas !
par bye Mer 12 Juil - 13:56

» G 20 Hambourg
par bye Lun 10 Juil - 11:51

» Handicapée, je ne peux continuer à enseigner dans mon académie
par bye Mer 5 Juil - 6:21

» Pour une éducation populaire féministe
par bye Lun 12 Juin - 18:20

» La CNT a écrit aux Éditions Belin
par bye Mar 6 Juin - 10:20

» Blanquer ministre de l’Education nationale : au secours, Sarkozy revient !
par bye Jeu 25 Mai - 11:08

» L'accaparement des terres en Birmanie
par bye Mer 17 Mai - 18:42

» Un enseignant kurde témoigne...
par bye Lun 15 Mai - 17:50

» La métamatière et le Roi de la Terre
par De Bortoli Claude Mar 2 Mai - 9:52

» Au-delà des élections
par bye Mer 26 Avr - 17:26

» Les Etats-Unis ont utilisé leur plus puissante bombe non-nucléaire en Afghanistan, une première
par bye Dim 23 Avr - 18:35

» « Pourquoi nous sommes en grève de la faim dans les prisons d’Israël »
par bye Dim 23 Avr - 18:31

» « Enculé, ordure ! ». Philippe Poutou insulté par les flics
par bye Dim 23 Avr - 18:25

» La Sécurité sociale, une assistance ou un droit ?
par bye Dim 23 Avr - 18:22

» Birmanie: pour établir un mécanisme indépendant de réexamen de tous les cas de prisonniers politiques
par bye Ven 21 Avr - 6:02

» Gatti est mort. A la Parole Errante ses mots résonnent encore !
par bye Mer 12 Avr - 18:21

» Turquie : appel urgent au monde enseignant, aux associations et syndicats…
par bye Lun 3 Avr - 18:21

» APPEL À LA MOBILISATION CONTRE LE PROCHAIN SOMMET DE L’OTAN !
par bye Sam 1 Avr - 5:30

» Communiqué de presse de SUD éducation Guyane du 28 mars
par bye Jeu 30 Mar - 10:16

» Qu’est-ce qui ne va pas avec l’arabe à l’école ?
par bye Ven 24 Mar - 12:03

» Libérons l'oisiveté !
par bye Ven 17 Mar - 19:05

» Quand Espérance banlieues bat la campagne
par bye Ven 17 Mar - 19:00

» 8 mars : luttons toutes et tous pour l’égalité des droits !
par bye Mer 8 Mar - 11:01

» Désarmer la police, la proposition pas si saugrenue du NPA
par bye Mar 7 Mar - 12:50

» Fin du dispositif des Caomi: quelle orientation pour les mineurs isolés de Calais ?
par bye Sam 4 Mar - 9:58

» Les fonctionnaires répondent aux "menaces" de Marine Le Pen
par bye Sam 4 Mar - 6:25

» Réduction des indemnités et contrôles drastiques : Macron s’attaque aux chômeurs
par bye Sam 4 Mar - 6:22

» L'avenue Serge Dassault à Corbeil-Essonnes doit être débaptisée !
par bye Sam 4 Mar - 6:20

» Nouvelle révélation du Canard Enchainé : les copinages de Hamon et LVMH
par bye Sam 4 Mar - 6:18

» Une nouvelle menace pour les étrangers
par bye Mar 21 Fév - 12:02

» "Vous êtes la candidate du nanti-système", lance Charline Vanhoenacker à Marine Le Pen
par bye Lun 20 Fév - 20:30

» Vaccins : Marisol Touraine va-t-elle faire respecter la loi ou satisfaire les labos ?
par bye Lun 20 Fév - 20:26

» La tension monte d’un cran entre les Etats-Unis et le Venezuela
par bye Lun 20 Fév - 20:23

» Vandana Shiva : « Gandhi est plus pertinent qu’il ne l’a jamais été »
par bye Lun 20 Fév - 20:16

» Vague de froid en Europe : les migrants vulnérables
par bye Mar 7 Fév - 17:59

» Le centre pour les femmes et les familles migrantes a ouvert ses portes à Paris
par bye Mar 7 Fév - 17:56

» Des incidents éclatent à Aulnay-sous-Bois après les soupçons de viol de policiers
par bye Lun 6 Fév - 18:23

» Le maire rejette l'étude d'UFC-Que choisir sur l'eau potable
par bye Lun 6 Fév - 18:20

» DOCUMENT. Voici le contrat de travail de Penelope Fillon
par bye Lun 6 Fév - 18:17

» Le Hezbollah scrute avec inquiétude la nouvelle politique américaine au Moyen-Orient
par bye Lun 6 Fév - 18:14

» Huit hommes possèdent autant que la moitié de la population mondiale
par bye Mer 18 Jan - 20:06

» Délinquants solidaires : Pour en finir avec le délit de solidarité
par bye Mer 18 Jan - 13:29

» ACTUALITÉ SOCIÉTÉ ET POLITIQUE
par gramophone Sam 14 Jan - 11:34

» votre permis de conduire à portée de main
par neil89 Ven 13 Jan - 23:51

» Poursuivre la mobilisation pour une carte élargie des lycées de l’Education Prioritaire, en grève le 10 janvier !
par bye Mar 10 Jan - 11:50

» Grenade de désencerclement : un CRS mis en examen
par bye Sam 7 Jan - 20:59

» Les trois visages du vote FN
par bye Sam 7 Jan - 20:46

» Les deux jambes du militantisme
par bye Sam 7 Jan - 20:37

» Condamnés aujourd’hui pour avoir comparé Christiane Taubira à un singe
par bye Sam 31 Déc - 10:17

» Échapper au chaos
par bye Jeu 22 Déc - 17:53

» Le sénateur Carle coupable de détournement de fonds publics ? SUD éducation le dit depuis 2009 !
par bye Jeu 22 Déc - 15:06

» Maths : résoudre un problème
par bye Lun 12 Déc - 13:25

» Journée Internationale des droits de l'Homme: une situation inquiétante en Birmanie
par bye Dim 11 Déc - 11:17

» Comment les services de renseignement font la chasse aux employés des télécoms
par bye Sam 10 Déc - 18:54

» ET SI LE MASCULIN NE L’EMPORTAIT PAS SUR LE FEMININ ?
par bye Sam 10 Déc - 18:49

» Un document interne provoque un malaise à la SNCF
par bye Sam 10 Déc - 18:38

» Le gouvernement repousse l’évacuation de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes
par bye Sam 10 Déc - 18:29

» Légitime défense des policiers : faut-il tordre le droit ?
par bye Ven 9 Déc - 19:29

» Cadeau de fin d’année, un casier scolaire pour tous les marmots
par bye Mar 6 Déc - 13:59

» Violences policières, violences d’Etat
par bye Mar 6 Déc - 13:54

» La métamatière, les élites et les gouvernants
par De Bortoli Claude Ven 2 Déc - 9:54

» Comment les stups ont enfumé la justice
par bye Jeu 1 Déc - 12:26

» Quel opérateur
par bye Jeu 1 Déc - 12:24

» Fillon président ? Un coup de massue pour l’école
par bye Mer 30 Nov - 17:54

» « Pourquoi j’ai secouru des réfugiés. » Monument en l'honneur de Pierre-Alain Mannoni
par bye Mar 29 Nov - 13:06

» Jean-Luc Mélenchon ne passera pas au second tour de la présidentielle s'il ne se décide pas à parler au peuple
par bye Mar 29 Nov - 13:03

» Graeme Allwright : il t'a laissé la carte qui est si délirante qu'il n'aura plus jamais besoin d'une autre
par bye Mar 29 Nov - 13:00

» Mort de Fidel Castro : bilan de santé de la révolution castriste
par bye Mar 29 Nov - 12:57

» Vinci, piraté par des hacktivistes
par bye Ven 25 Nov - 18:38

» Le Mouvement de la Paix solidaire de la lutte des infirmières et infirmiers
par bye Ven 25 Nov - 18:35

» presentation de moi
par bye Ven 25 Nov - 18:30

» tests
par Matteo13 Mer 23 Nov - 7:48

» Un système d'accueil italien saturé face au nombre toujours aussi important d'arrivées
par bye Lun 21 Nov - 19:08

» Comment fonctionnera le « centre humanitaire » de Paris ?
par bye Lun 21 Nov - 19:06

» Un quart des enfants européens est menacé par la pauvreté
par bye Lun 21 Nov - 19:02

» Cuba : Le Conseil d’État décrète l’amnistie de 787 condamnés
par bye Sam 19 Nov - 11:11

» TURQUIE : Cesser la « chasse aux sorcières » à l’encontre des employé(e)s de l’éducation
par bye Jeu 17 Nov - 18:57

» Ces magnats français qui contrôlent les médias
par bye Dim 13 Nov - 12:23

» Chômage, retraites et revenu universel : et si un cocktail était la bonne solution ?
par bye Dim 13 Nov - 12:20

» L'ANTIRACISME ET LA GAUCHE RADICALE SONT-ILS IRRÉCONCILIABLES?
par bye Dim 13 Nov - 12:16

» L'Amérique de Donald Trump
par bye Dim 13 Nov - 12:09

» Un an après les élections en Birmanie ...
par bye Mar 8 Nov - 18:59

» Fichier des Français : les oublis et les erreurs de Cazeneuve et Urvoas
par bye Mar 8 Nov - 11:54

» Burkina Fasso : Grève dans l’éducation les 3 et 4 novembre
par bye Mar 8 Nov - 11:49

» "Ni rire, ni pleurer, ni haïr. Comprendre"
par bye Mar 1 Nov - 11:58

» Besoin de crédit personnel
par filhastreanne Lun 31 Oct - 2:32

» L’usage informationnel acritique d’Internet à l’école primaire
par gramophone Dim 30 Oct - 10:06

» Un maire serbe à Srebrenica, tout un symbole, 21 ans après le massacre
par bye Lun 24 Oct - 12:39

» L'Arctique : eldorado ou mirage?
par bye Lun 24 Oct - 12:36

LE SITE

Dans Les Coulisses de Demain

FORUMS & SITES AMIS

FORUM EST INSCRIT SUR


    Libye

    Partagez
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8754
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Libye

    Message par bye le Mer 2 Mar - 5:48

    HALTE AUX MASSACRES DES POPULATIONS EN LIBYE

    Les informations qui proviennent de Libye font désormais état de plusieurs milliers de morts et d’un nombre tout aussi important de blessés. Les manifestations à Tripoli sont l’objet d’une répression féroce, les autorités utilisant des armes lourdes contre le peuple en lutte. Le colonel Kadhafi a promis lui-même dans son intervention télévisée qu’il n’hésiterait pas à mettre en œuvre un véritable bain de sang.

    Pendant des années le régime Libyen et son dictateur ont été soutenus par l’Europe et les USA. Les armes qui tirent aujourd’hui sur le peuple lui ont été vendu par les mêmes qui devant la révolte populaire critiquent aujourd’hui Kadhafi. Jusqu’au bout l’Europe et la France ont tenté d’aider les deux dictateurs tunisien et égyptien à rester au pouvoir. Les USA pour leur part tentent de récupérer les différents processus révolutionnaires populaires pour placer des hommes correspondant à leurs intérêts.

    La Libye revêt une importance stratégique pour l’Europe et les critiques forcées par les événements ne nous font pas oublier le rôle que la communauté européenne a fait jouer à Kadhafi depuis de nombreuses années. Par le biais d’accords bilatéraux, elle souhaite étendre à tous les pays africains, le rôle répressif contre les candidats à l’émigration qui a été confié à Kadhafi. Ainsi en 2009 l’accord signé avec Berlusconi confie à la Libye le rôle de garde frontière de l’Europe pour les migrations. Les sans-papiers arrêtés en Italie sont expulsés non pas vers leur pays d’origine mais vers la Libye où ils s’entassent dans des camps dans des situations dramatiques. En échange, Kadhafi a reçu 5 milliards de dollars sur une période de 25 ans.

    Le peuple Libyen ne doit pas être la victime de ces intérêts mesquins des grandes puissances qui bafouent depuis toujours les intérêts légitimes des peuples. Nous devons être à ses côtés dans cette épreuve dramatique.

    Manifestation de solidarité avec le peuple libyen

    Mercredi 2 mars 2011 à 18 h 30
    Place Rihour à Lille

    Une jonction se fera au démarrage avec la manifestation des sans-papiers

    Nous demandons à chacun d’apporter des bougies que nous allumerons en hommage aux morts de Libye.

    HALTE AUX MASSACRES EN LIBYE

    Solidarité sans ingérence avec la lutte du peuple libyen

    Collectif de solidarité avec les peuples en lutte, Algériens du Nord pour la Démocratie et le changement (ANDC), Association des Tunisiens du Nord de la France (ATNF), la Voie démocratique du Maroc, le Comité des Sans-papiers (CSP 59), LDH, MRAP,le Nouveau parti anticapitaliste (NPA), LE Parti de Gauche (PG),Europe Ecologie les Verts NPDC, Terre d'Errance Norrent-Fontes, UNEF Lille,...

    CHARPAL

    Masculin
    Nombre de messages : 434
    Emploi/loisirs : Refaire le monde(sans prétention).Voir : refairelemonde.unblog.fr
    Humeur : en colère face aux injustices notamment sociales
    Date d'inscription : 15/11/2009

    Re: Libye

    Message par CHARPAL le Jeu 3 Mar - 13:26

    Les nouvelles du front, c' est bien le cas de le dire, ne sont pas bonnes ou disons qu'elles sont inquiètantes.j' ai fait, et je ne suis pas le seul, devant cette lutte très courageuse du peuple lybien le parallèle avec la guerre d'Espagne. Je n' ai jamais compris que le Front Populaire n' ait rien fait pour aider les républicains espagnols. Il aurait pu, à défaut d 'une intervention militaire, leur donner des armes; l'issue de la guerre civile aurait été sans doute différente.

    Je ne suis pas favorable à une intervention des pays qui ont un passé impérialiste ou colonialiste. Mais il y a de nombreux pays qui ne sont pas dans ce cas et qui n' ont pas de sang sur les mains à ce titre.

    Or ces pays ne font rien et attendent que ça se passe au risque que le sérial killer qui massacre son peuple continue son oeuvre et alors que les "résistants" à l'oppression appellent eux même à l' aide.

    Je suis bien conscient que le système oligarchique du capitalisme sauvage mondialisé est tapi dans l' ombre et espère bien que ce peuple, comme tous les autres,tombera sous sa coupe, mais chaque jour suffit sa peine. La priorité pour le peuple lybien est de se débarasser d 'une dictature sanguinaire et ensuite comme tout le monde, de lutter contre la dictature des marchés.

    Je n' ose imaginer les conséquences incalculables de l' échec
    de la révolution lybienne, uniquement parce qu' aucun pays ne lui aura donné juste l' aide nécessaire pour qu'il se libère par lui même.

    CHARPAL

    Masculin
    Nombre de messages : 434
    Emploi/loisirs : Refaire le monde(sans prétention).Voir : refairelemonde.unblog.fr
    Humeur : en colère face aux injustices notamment sociales
    Date d'inscription : 15/11/2009

    Re: Libye

    Message par CHARPAL le Jeu 3 Mar - 13:49

    @complément à mon post précédent : Dépêche AFP de ce jour 11h02 :" L’opposition à Benghazi, centre névralgique de la révolte, situé à 1.000 km à l’est de Tripoli, a réclamé des frappes aériennes de l’ONU contre les mercenaires employés par le régime."

    Débrouillez vous avec ça. Je plaisante ... Si tant est qu’on puisse plaisanter dans des circonstances aussi tragiques.

    Tout ça pour dire que cette affaire n’ est pas simple, ce dont tout le monde se doute ...

    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8754
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: Libye

    Message par bye le Jeu 3 Mar - 18:05

    C'est vraiment l'évènement géo-politique le plus important depuis l'effondrement du mur de Berlin, auquel il peut être comparé, par sa déflagration et ses répercutions dans tous le Mahgreb et au-delà, jusqu'en Iran.
    Les USA perdent un certain nombre de leurs points d'appui et un rééquilibrage s'opère en faveur des peuples eux-mêmes directement concernés, et aussi du peuple palestinien.
    L'Autorité palestinienne s'en trouve, par contre affaiblie, car Moubarak était un de ses alliés fidèles, contre le Hamas.

    En fait, toute l'analyse géo-politique est à revoir, pays par pays.Et la présence dans chacun d'eux de l'armée, des services spéciaux est différente par leur poids et leur possibilité d'intervention ( cf le Monde Diplomatique de mars 2011 ).

    Quant à ta question posée, Charpal, sur le soutien au peuple libyen,contre les forces de répression de Kadhafi, je pense qu'une intervention d'émissaires soit de l'ONU ou de l'UE devrait être organisée très rapidement, avant une intervention armée.
    Car là encore, les victimes innocentes vont encore se compter poar milliers sous les bombes, les dégâts collatéraux.
    Après tout, ils lui doivent bien ça: il leur a servi dans leurs plans de repoussoir contre l'immigration des peuples affamés d'Afrique ( contre rétribution certes ), donc ils peuvent aller lui rendre visite en lui expliquant le mauvais calcul qu'il fait en s'entêtant à vouloir conserver le pouvoir, et surtout à vouloir écraser par la force , ses opposants.
    Car, de toute façon, le monde entier se liguera contre lui.

    Mais, la situation n'est pas simple, je suis bien d'accord.
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8754
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: Libye

    Message par bye le Jeu 3 Mar - 19:06

    Les États de l'UE ont pris rendez-vous : le 11 mars prochain, ils évoqueront en conseil la situation libyenne. Bravo, il était temps ! Il sera déjà bien tard. Mais de quelles nouvelles marques d'incertitudes, de valses-hésitations cette réunion risque-t-elle encore d'accoucher? Pour que le pire ne soit pas à craindre, pour que l'UE soit à la hauteur de l'enjeu historique qui se déroule sous nos yeux sur l'autre rive de la Méditerranée, il faut cesser avant tout de faire croire aux populations européennes qu'un flux migratoire de grande ampleur les menace aujourd'hui. Le seul risque de déstabilisation concerne la Tunisie à cause de l'afflux des réfugiés provenant de Libye. Les États européens doivent en finir avec la peur et l'égoïsme qui les paralysent. Ils doivent en finir avec l'incertitude et décider, enfin, des mesures à prendre pour accompagner au mieux cette formidable révolution démocratique qui éclate à nos portes.( info France- terre-d'asile )
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8754
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: Libye

    Message par bye le Jeu 3 Mar - 19:08

    Le Conseil européen pour les réfugiés et les exilés (ECRE) et France terre d'asile, appellent les gouvernements européens et l'Union européenne à se mobiliser afin de venir en aide aux personnes fuyant le chaos libyen et à fournir à la Tunisie une assistance humanitaire pour accueillir et identifier les personnes nécessitant une protection
    http://www.france-terre-asile.org/tout-lespace-presse/communiques-de-presse/item/5111-appel-pour-la-libye
    avatar
    ecotone
    Administratrice

    Nombre de messages : 1036
    Date d'inscription : 26/11/2007

    Re: Libye

    Message par ecotone le Ven 4 Mar - 18:55

    Mes chers Bye, Charpal,

    Je souscris, il serait temps qu'on montre l'exemple et le bon.
    Qu'on remette en question ses lois européennes qui augmentent les contrôles des flux migratoires et criminalisent les migrants.

    Il est impossible de mettre des "barbelets" ou construire des "murs" autour des nations, encore moins aujourd'hui compte tenu de l'Histoire en cours.

    Je pense qu'ils ont surtout peur que ces insurgés nous contamine de liberté d'expressions... c'est vrai que nous, nous avons des moyens lorsqu'on réfléchi, et nous sommes déjà mieux libérés des contraintes dont les révoltés du Monde Arabe se libèrent aujourd'hui... Encore faut-il en avoir conscience, des chaînes mentales.
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8754
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: Libye

    Message par bye le Ven 4 Mar - 19:17

    A propos des armes belges et de la répression en Libye

    La Belgique, plus gros exportateur européen d’armes à feu militaires...
    Ces armes servent aujourdhui à réprimer de manière atroce le soulèvement de tout un peuple et alimentent la guérilla dans tout le pays.
    http://romaincourcelles.wordpress.com/2011/02/23/communique-de-presse-de-la-cnapd-a-propos-des-armes-belges-de-la-fn-et-de-la-repression-en-libye/

    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8754
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: Libye

    Message par bye le Ven 4 Mar - 19:18

    Quand Nicolas Sarkozy déroulait le tapis rouge au colonel Kadhafi

    En 2007, la France avait reçu le dictateur libyen pour une visite de cinq jours en France, les bras grands ouverts...

    http://tempsreel.nouvelobs.com/actualite/les-revolutions-arabes/20110222.OBS8501/l-elysee-a-t-il-supprime-des-photographies-de-kadhafi-sur-son-site.html

    CHARPAL

    Masculin
    Nombre de messages : 434
    Emploi/loisirs : Refaire le monde(sans prétention).Voir : refairelemonde.unblog.fr
    Humeur : en colère face aux injustices notamment sociales
    Date d'inscription : 15/11/2009

    Re: Libye

    Message par CHARPAL le Mar 15 Mar - 13:15

    Dernières nouvelles de Libye, d'après l'AFP : " Le G8 à Paris n'a pas pu se mettre d'accord sur une intervention militaire en Libye, a déclaré mardi le chef de la diplomatie française, Alain Juppé.
    "Kadhafi marque des points", a-t-il admis. Sans se prononcer explicitement sur le sort de Benghazi, le fief de la rebellion libyenne et deuxième ville du pays, le ministre français a reconnu que la communauté internationale ne pourrait pas empêcher le colonel Kadhafi de la reprendre.
    "Aujourd'hui, nous n'en avons pas les moyens militaires, puisque la communauté internationale n'a pas décidé de s'en doter", a-t-il dit. " ( fin de citation).

    S'il ne s'agisssait pas d'une tragédie, on pourrait dire : " les carottes sont cuites "... Je comprends parfaitement les réticences à une "intervention".J' étais partisan personnellement d' une aide, juste ce qu'il fallait pour permettre au peuple lybien d' accéder à sa légitime défense et de réussir sa libération.

    Conclusion : au plan " moral " la Communauté internationale en est là, qu'il s'agisse de l'ONU, de l'Europe, de la Ligue Arabe ou de l'OUA. Tout reste à faire pour que l'Humanité, même dans les cas les plus dramatiques, puisse compter sur les institutions internationales.

    Conclusion : lorsque quelqu'un assassine plusieurs personnes (par exemple Jack l'éventreur, Landru ou Petiot), l'émotion à juste titre, est considérables. Il est estampillé " serial killer" et tous les moyens sont mis en oeuvre pour le mettre hors d'état de nuire.

    Par contre si vous assassinez des milliers de personnes, voire des millions, vous trouverez plein de gens pour vous défendre et vous êtes quasiment assuré de mourir dans votre lit.

    NB : j'ai entendu, hier soir, Hubert Védrine sur France 24.

    Il a un côté "grand bourgeois du PS" qui n'est pas ma tasse de thé, mais il a été très calme et plein de sang froid comme il convient à un diplomate. Il a expliqué que le cas de la Libye est particulier, qu'on est dans l'urgence et l'exceptionnel, qu'il s'agit de la démarche d'un peuple qui essaie de se libérer d'un dictateur et qu'il doit être aidé. Il a conscience que la communauté internationale va en être incapable et il l'a vivement regretté.

    Je me sens moins seul ...

    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8754
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: Libye

    Message par bye le Mar 15 Mar - 14:52

    Tu as tout à fait raison, Charpal, et j'éprouve aussi un malaise, devant l'inaction des différentes organisations internationales, devant ce massacre de la population lybienne par les mercenaise à la solde de Khadafi.
    Il y avait, il y a toujours quelque chose à tenter.
    Mais lorsque l'on se souvient de la guerre fratricide,dans l'ex-Yougoslavie, où une intervention pour séparer les différents peuples en armes ne fut diligentée qu'avec grand retard, j'ai peur qu'il n'en soit de même.

    CHARPAL

    Masculin
    Nombre de messages : 434
    Emploi/loisirs : Refaire le monde(sans prétention).Voir : refairelemonde.unblog.fr
    Humeur : en colère face aux injustices notamment sociales
    Date d'inscription : 15/11/2009

    Re: Libye

    Message par CHARPAL le Mer 16 Mar - 13:48

    Dans le monde tel qu'il est, et les choses étant ce qu'elles sont, comme aurait dit De Gaulle, il ne faut pas s'étonner que les événements virent à la tragédie.

    Sauf divine surprise, la répression la plus horrible va s' abattre sur ceux qui se sont révoltés. Khadafi, une fois de plus va pouvoir donner la pleine mesure de ce qu'il sait faire pour son peuple : assassiner, torturer, humilier.

    La Communauté internationale est une fiction totale. Reposant exclusivement sur la notion d' Etats Nation, elle n' est absolumnet pas au service des intérêts de
    l' Humanité considérée comme telle. Chaque gouvernement pense à ses intérêts et lorsqu'il y a conflit entre ces intérêts et ceux de l' Humanité ( en l' occurrence se débarrasser d' une dictature ), il donne la priorité à ses intérêts.

    A qui profite ce crime de non assistance à peuple en danger ? A beaucoup de monde !

    Les Etats qui ne sont pas démocratiques n' ont pas intérêt à ce qu'une Révolution, où que ce soit et quelles que soient les circonstances, réussisse.

    La Chine, qui actuellement "sert les fesses" , souhaite ardemment que ceux qui se sont révoltés en prennent plein la gueule, pour faire réfléchir ses propres ouailles.

    L' Algérie également. La nomenklatura ultra minoritaire qui écrase le pays et le vole va se voir accorder un sursis.

    On peut bien sûr étendre ce raisonnement à tous les régimes "autoritaires"
    ( façon "faux cul" de désigner les dictatures).

    Quand aux démocraties, aucune n' a les mains propres non seulement vis à vis des dictatures, mais de leurs propres peuples. Les ayant livré aux mains d 'une oligarchie financière mondiale, totalitaire et esclavagiste, qui se comporte à
    l' égard de l' Humanité comme le FLN vis à vis du peuple algérien ( tout pour moi, rien pour les autres ), elles redoutent la "contagion" .

    Si tous ceux qui ont des raisons, (dont ces démocraties savent parfaitement qu'elles sont bonnes), de se révolter, passent à l' acte, c' est à un soulèvement planétaire que ces démocraties assisteront. Or les gouvernements démocratiques qui savent pertinemment la responsabilité énorme qu'ils ont prise dans la clochardisation de leurs peuples seront balayés par un tel soulèvement.

    Un échec en Lybie, et tant pis pour les atroces souffrances qu'ont enduré et endureront encore les lybiens, est bien venu pour la plupart des démocraties : ce sera un bon coup de frein à la "contagion" ambiante.

    Comme si l' émancipation des peuples était une maladie !
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8754
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: Libye

    Message par bye le Mer 16 Mar - 20:41

    oui, Charpal, la réal-politique a hélas gagné.

    Je pense que derrière des déclarations de façade, les intérêts géo-politiques d'une part, et les marchés existant entre les marchands d'armes notamment ( français ), ont pesé dans la balance, cyniquement pour qu'aucune aide ne soit accordée aux forces révolutionnaires.

    L'ONU, L'UE , ont été en dessous de tout.
    Je ne suis pas pour une intervention avec bombardements, car les dégâts co-latéraux en ex-Yougoslavie, en Irak, Afghanistan où le peuple paie "cash" sont toujours horribles!
    Mais je pense qu'il y avait des interventions à promouvoir: sanctions financières, blocage des ports, envoi d'émissaires , aide aux populations et aux forces sur place, envoi d'une force européenne aux côtés des révolutionnaires ( après tout, des militaires sont envoyés en Afrique égulièrement )comme soutien d'un camp qui se libère ( comme aurait dûe également être apportée une aide aux révolutionnaires espagnols; c'est l'histoire qui se répète, hélas! ).

    C'est un calcul cynique : empêcher l'effet domino qui pourrait emporter le régime d'Arabie Saoudite , soutien des USA qui a aidé elle, le pouvoir du Bahrein à réprimer la révolte de son peuple.
    Et bien sûr, le positionnement géo-politique dans le conflit israélo-palestinien.

    Le peuple lybien a payé cher tous ces calculs; c'est une honte à aggrafer pour longtemps au revers de nos dirigeants ( qui s'en fichent, certes )
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8754
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: Libye

    Message par bye le Sam 19 Mar - 11:08

    Ce que disent exactement les gouvernements de l’ALBA sur la Lybie

    Pour les grands médias, convertis du jour au lendemain - comme les gouvernements américain et européens - à l’anti-kadhafisme, la situation en Libye est aussi une occasion inespérée de mettre en accusation le Venezuela et d’autres gouvernements progressistes latino-américains regroupés au sein de l’ALBA [1].

    Pour connaître et commenter la position exacte de ces pays – qui ont une longue expérience d’interventions armées des Etats-Unis -, il convient de se référer aux textes complets, et non pas à quelques citations hors contexte. A cet effet, on trouvera ci-dessous le communiqué du Conseil politique de l’ALBA, réuni à Caracas le 4 mars 2011.

    « Le Conseil politique de l’Alliance bolivarienne pour les peuples de notre Amérique- TCP partage la préoccupation mondiale pour la situation de conflit en Libye, avec les pertes de vies humaines qu’elle entraîne, et souhaite que ce peuple frère arabo-africain trouve une solution pacifique et souveraine au conflit armé en cours, sans ingérence étrangère et en respectant l’intégrité territoriale du pays.

    Le Conseil politique de l’ALBA-TCP soutient l’initiative de paix et d’union du président de la République bolivarienne du Venezuela, Hugo Chavez, visant à la création d’une Commission internationale humanitaire pour la paix et pour l’intégrité de la Libye afin d’éviter l’agression militaire de l’OTAN, et comme partie intégrante des efforts que doit réaliser la communauté internationale pour aider le peuple libyen.

    Le Conseil politique de l’ALBA-TCP rejette catégoriquement tout type d’intervention de l’OTAN ou d’une puissance étrangère en Libye, de même que toute intention de profiter, de manière médiatique et opportuniste, de la tragique situation qui s’est créée afin de justifier une guerre de conquête des ressources énergétiques et hydriques qui font partie du patrimoine du peuple libyen et ne sauraient être utilisés pour satisfaire la voracité du système capitaliste.

    Le Conseil politique de l’ALBA-TCP lance un appel à la mobilisation de l’opinion publique internationale et des mouvements sociaux du monde entier pour qu’ils rejettent les plans belliqueux et interventionnistes en Libye."

    Caracas, 4 mars 2011.

    [1] La dénomination complète de ce regroupement est ALBA-TCP : Alliance Bolivarienne des peuples de notre Amérique (ALBA)/ Traité de commerce entre les peuples (TCP). Les 8 pays membres sont le Venezuela, Cuba, la Bolivie, le Nicaragua, La Dominique, l’Equateur, Saint-Vincent-et-les-Grenadines, Antigua-et Barbuda

    www.medelu.org/


    --------------------------------------------------------------------------------
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8754
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: Libye

    Message par bye le Lun 21 Mar - 6:48

    MESSAGE DE MICHEL COLLON :
    Nous vous proposons de faire suivre à vos contacts l'interview très éclairante de Mohamed Hassan du 7 mars. Bientôt, nous diffuserons d'autres infos et vidéos. Consultez le site, inscrivez-vous au flux RSS. Les médiamensonges tuent !

    INVESTIG'ACTION - michelcollon.info

    Libye : révolte populaire, guerre civile ou agression militaire ?

    Mohamed Hassan s'entretient avec Michel Collon et Grégoire Lalieu

    http://www.michelcollon.info/Libye-revolte-populaire-guerre.html

    CHARPAL

    Masculin
    Nombre de messages : 434
    Emploi/loisirs : Refaire le monde(sans prétention).Voir : refairelemonde.unblog.fr
    Humeur : en colère face aux injustices notamment sociales
    Date d'inscription : 15/11/2009

    Re: Libye

    Message par CHARPAL le Mer 30 Mar - 19:50

    Je trouve très intéressant l' éditorial sur la Libye de Serge Halimi dans le numéro d' Avril du Monde Diplomatique. Prenant ses distances avec toute position manichéenne "intervenir ou pas", il explique la complexité du problème. Il ne cherche pas à excuser du tout Khadafi qui tire au canon sur son peuple ( comme Thiers sur les communards - ça c' est moi qui le dit ...) tout en critiquant ceux qui interviennent quant à leurs motivations.

    Je fais la même analyse que lui (cela dit sans prétention de ma part ...) quant à Hugo Chavez. Il explique que s 'agissant des pays arabes il se plante complètement par méconnaissance de ces pays et parce qu' aveuglé (il a des circonstances atténuantes !) par les exactions des américains en Amérique du Sud.La position d' Halimi est forte sur ce point car reposant sur des arguments pertinents.

    Ca n 'enlève rien (si, un peu quand même ...)à la pertinence de
    l' action du camarade Chavez dans son pays, face aux réacs en tout genre manipulés par la CIA.
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8754
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: Libye

    Message par bye le Sam 2 Avr - 23:12

    Je n'ai pas lu l'article de Serge Halimi (je rentre à l'instant de quelques jours de congé ), mais je continue à croire que la situation et surtout la position à prendre, n'est pas simple.
    Le temps mis à intervenir a certainement été utilisé à des calculs , des spéculations; intervenir avec la caution des USA, entraine le certitude pour eux ( les USA ) que cette action ne sera aps terrestre, et surtout ne modifiera pas l'équilibre et le soutien aux pouvoirs corrompus de Bahrein, d'Arabie Séoudite,..
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8754
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: Libye

    Message par bye le Sam 2 Avr - 23:13

    Arrivée en Italie du premier bateau de migrants venant de Libye
    >
    > LAMPEDUSA (Italie) - La première embarcation transportant des migrants
    > africains en provenance de Libye, avec à bord près de 300 personnes, est
    > arrivée dans la nuit de samedi à dimanche dans le sud de l'Italie, ont
    > indiqué les garde-côtes et les organisations humanitaires à Lampedusa.
    >
    > Le bateau, le premier à arriver en Italie depuis le début de la
    > rébellion contre le colonel Mouammar Kadhafi, avait quitté Tripoli dans
    > la nuit de jeudi à vendredi, avec à son bord pour l'essentiel des
    > Erythréens et Ethiopiens dont 80 femmes et 12 enfants.
    >
    > L'embarcation qui prenait l'eau et dont le moteur fonctionnait mal, a
    > été accompagnée par les garde-côtes italiens jusqu'à la minuscule île de
    > Linosa, près de Lampedusa, ont indiqué à l'AFP des responsales
    > d'organisations humanitaires sur Lampedusa.
    >
    > Une Ethiopienne qui avait accouché à bord, a été secourue samedi par un
    > hélicoptère militaire italien. Très éprouvée, elle a été transportée
    > avec son bébé à l'hôpital de Lampedusa, puis dans un hôpital sicilien.
    >
    > Une autre femme enceinte a aussi été transportée à l'hôpital de
    > Lampedusa, mais elle a perdu son bébé.
    >
    > Dès leur arrivée à Linosa, les migrants ont été transférés sur un ferry
    > à destination de Porto Empedocle en Sicile d'où ils seront acheminés
    > vers un centre pour demandeurs d'asile.
    >
    > Un deuxième bateau en provenance de Libye avec 200 migrants à son bord
    > est en route pour les côtes italiennes, selon les garde-côtes. Il a
    > aussi des problèmes avec son moteur et se trouve à 60 milles de la côte.
    >
    > Selon le père Mussie Zerai, un prêtre catholique érythréen qui a été en
    > contact avec les migrants par téléphone satellitaire, quatre ou cinq
    > autres embarcations transportant un millier de personnes ont quitté les
    > côtes libyennes à destination de l'Italie.
    >
    > Ces dernières années, la Libye formait un véritable rempart contre le
    > départ vers l'Europe de centaines de milliers de candidats à
    > l'émigration en provenance d'Afrique sub-saharienne.
    >
    > Un traité conclu en août 2008 entre l'Italie et la Libye avait entraîné,
    > selon les autorités italiennes, la diminution de 94% des débarquements
    > de clandestins en Italie, avec une politique de refoulement immédiat,
    > dénoncée par les organisations de défense des droits de l'homme.
    >
    > Mais après le début de l'insurrection libyenne, réprimée dans le sang,
    > et le lancement de l'intervention militaire occidentale, le colonel
    > Kadhafi a affirmé qu'il cesserait "de lutter contre l'immigration
    > clandestine pour que des millions de noirs affluent vers l'Europe".
    >
    > (©AFP / 27 mars 2011 11h03)
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8754
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: Libye

    Message par bye le Dim 3 Avr - 8:22

    Cinq remarques sur l’intervention contre la Libye
    | michelcollon.info | dimanche 20 mars 2011

    dimanche 20 mars 2011

    1. Humanitaire, mon œil !

    Vous croyez aux raisons humanitaires ? Obama, Cameron et Sarko sauveurs des Libyens alors qu’ils envoient des troupes saoudiennes massacrer les démocrates du Bahrein ? L’Occident soucieux de démocratie alors qu’il protège la répression du dictateur au Yemen ?

    Vous croyez que Bernard-Henri Lévy se soucie vraiment de « sauver des Arabes », lui qui applaudissait aux bombardements sur les civils de Gaza ? « Le plus remarquable dans l’affaire, le vrai sujet d’étonnement, ce n’est pas la « brutalité » d’Israël. C’est, à la lettre, sa longue retenue » avait-il affirmé.

    2. Qui a le droit de « changer de régime » ?

    Le peuple libyen mérite certainement un meilleur leader qu’un dictateur qui a rempli les comptes suisses de toute sa famille. Kadhafi a aussi soutenu quelques dictateurs africains détestés.

    D’un autre côté, il a fermement soutenu les Palestiniens et nationalisé le pétrole pour assurer des services sociaux à sa population. Le contraire de Moubarak et Ben Ali. Et c’est pour ça que l’Empire voudrait le remplacer par une parfaite marionnette.

    Si demain, les Libyens étaient dirigés par un Chavez ou un Evo Morales, pour une véritable démocratie avec une justice sociale, qui n’applaudirait pas ? Mais si c’est pour le remplacer par des agents US comme Karzaï ou Al-Maliki et plonger ce pays dans le chaos pour des décennies comme l’Irak et l’Afghanistan... Comment appeler ça un progrès ?

    Chaque peuple a le droit de se débarrasser de dirigeants qui ne lui conviennent pas, mais ce droit n’appartient pas aux grandes puissances impériales : USA, France et Grande-Bretagne. Celles-ci ne poursuivent que leurs intérêts propres. En fait, les intérêts de leurs multinationales.

    3. Les buts cachés.

    S’il n’y avait pas de pétrole en Libye, jamais l’Occident ne serait intervenu. Il faut quand même rappeler que la plupart des dictateurs africains ont été mis en place et sont protégés par les Etats-Unis ou la France, ou les deux ensemble.

    Le véritable but de cette guerre, comme en Irak, c’est de conserver le contrôle du pétrole. A la fois source de profits énormes et instrument de chantage pour contrôler toutes les économies. En fait, les USA n’utilisent pas eux-mêmes le pétrole du Moyen-Orient, mais veulent contrôler l’or noir dans le monde entier. Comme instrument d’hégémonie.

    Pour garder ce contrôle, il leur faut absolument sauver Israël. Et pour ça, lui assurer un cordon protecteur de régimes arabes corrompus mais présentant trois qualités :

    * Dociles envers Washington
    * Conciliants avec Tel-Aviv
    * Refusant d’appliquer la volonté de leurs peuples de faire respecter les droits des Palestiniens.

    4. La « communauté internationale » existe-t-elle ?

    Manipulé par l’argent et les chantages des USA, l’ONU n’est pas démocratique et ne représente pas les peuples. Les grandes puissances (néo)coloniales - USA, France et Grande-Bretagne - prétendent parler au nom de la « communauté internationale ». Mais leur agression n’est soutenue ni par l’Allemagne, ni par la Russie, ni par la Chine. De plus, le Conseil de l’Europe avait exigé que l’Union africaine donne son acord, pour une intervention en Libye ; or, celle-ci a rejeté l’intervention.

    Et toute l’Amérique latine a soutenu l’idée d’une médiation lancée par Hugo Chavez. Pourquoi les Occidentaux ont-ils refusé ? Parce que ce qui les intéressait n’était pas de sauver des gens, mais de s’emparer du pétrole.

    En fait, les agresseurs sont une minorité. Comme par hasard, il s’agit des puissances les plus riches et les plus coloniales, et le terme « communauté internationale » est juste un terme de marketing. Car la politique des multinationales (vol des matières premières, surexploitation de la main d’œuvre, destruction de l’agriculture locale et des ressources naturelles, maintien de dictatures, provocation de guerres civiles) maintient dans la pauvreté une grande partie de l’humanité. Les intérêts sont donc entièrement opposés. Parler de « communauté internationale » est donc une imposture politique. Quand les médias reprennent cette expression, ils se rendent complices.

    Si un peuple est uni et déterminé contre un dictateur, il trouvera la force de le renverser. Mais s’il s’agit d’une guerre civile (et personne ne nie que Kadhafi a également des soutiens importants), la solution de ce conflit n’est pas dans l’agression par les grandes puissances. Partout où elles sont intervenues (Irak, Afghanistan, Yougoslavie), la situation s’est aggravée. Elles ne poursuivent que leurs intérêts indignes, et s’ils l’emportent, le peuple libyen sera appauvri et plus exploité.

    Dans le tiers monde, on comprend tout ceci beaucoup plus facilement. Mais dans les pays riches, non. Pourquoi ?

    5. Chaque guerre est précédée d’un grand médiamensonge.

    Même dans la gauche européenne, on constate une certaine confusion : intervenir ou pas ? L’argument – massue « Kadhafi bombarde les civils » a pourtant été démenti par des sources occidentales et des sources de l’opposition libyenne. Mais répété des centaines de fois, il finit par s’imposer.

    Etes-vous certains de savoir ce qui se passe vraiment en Libye ? Quand l’Empire décide une guerre, l’info qui provient de ses médias est-elle neutre ? N’est-il pas utile de se rappeler que chaque grande guerre a été précédée d’un grand médiamensonge pour faire basculer l’opinion ? Quand les USA ont attaqué le Vietnam, ils ont prétendu que celui-ci avait attaqué deux navires US. Faux, ont-ils reconnu des années plus tard. Quand ils ont attaqué l’Irak, ils ont invoqué le vol des couveuses, la présence d’Al-Qaida, les armes de destruction massive. Tout faux. Quand ils ont bombardé la Yougoslavie, ils ont parlé d’un génocide. Faux également. Quand ils ont envahi l’Afghanistan, ce fut en prétendant qu’il était responsable des attentats du 11 septembre. Bidon aussi.

    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8754
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: Libye

    Message par bye le Dim 3 Avr - 8:39

    Rony Brauman, excellent comme d'habitude.

    Rony Brauman : « Comment a-t-on pu oublier l’Irak et l’Afghanistan ? »
    Rédaction | mediapart.fr | 24 Mars 2011

    vendredi 25 mars 2011

    Rony Brauman, ancien président de l’association Médecins sans Frontières (de 1982 à 1994), est professeur associé à l’Institut d’études politiques de Paris. Il a été l’un des premiers intellectuels à critiquer la guerre en Libye décidée par Sarkozy « dans des conditions baroques ».Il détaille les leçons à tirer des interventions et guerres précédentes, s’étonnant que ces expériences soient aussi peu prises encompte.

    Comment expliquer cette quasi-unanimité sur l’entrée en guerre de la France, même si on entend maintenant quelques voix dissonantes ? S’explique-t-elle par l’urgence de la situation en Libye ou par une recomposition plus ancienne du champ politique et médiatique ?

    Rony Brauman.© (dr)

    Je me l’explique mal. Les désastres des guerres d’Irak et d’Afghanistan semblent en dehors des esprits. Pourquoi les échecs sur le terrain – par rapport aux objectifs prévus – ne sont-ils pas davantage présents dans les discours sur la guerre ? Sans doute les notions d’urgence et d’humanitaire font-elles écran et empêchent-elles de se confronter à la réalité.

    Je pense que ça ne va pas durer mais, aujourd’hui, il est difficile d’être critique vis-à-vis de cette intervention sans être accusé d’indifférence, de complicité ou de cynisme. C’était le discours de George Bush et de ses soutiens en 2003, je vous le rappelle. Je refuse cette rhétorique d’intimidation qui nous assigne à des rôles préétablis : soit on incarne l’esprit munichois, soit on défend le sauvetage des civils et les droits de l’homme. Je considère cette alternative comme un chantage moral, parce que le sauvetage n’est qu’une illusion de sauvetage.

    On n’élimine pas une dictature, on n’arrête pas une guerre civile avec des bombardements, si bien ajustés soient-ils. Mais à l’heure qu’il est, ce travail de critique est difficile, tant l’émotion est forte.

    Vous affirmez qu’on n’instaure pas la démocratie à coups de bombardements, mais « protéger les civils » ne signifie pas nécessairement vouloir instaurer la démocratie, ni même la paix ?

    A partir du moment où la menace contre les civils c’est la dictature, les protéger, c’est se débarrasser de la dictature. La « responsabilité de protéger », pour reprendre le terme consacré par l’ONU, ça veut concrètement dire changement de régime. Je critique cette position des Nations unies depuis le début, car elle reprend l’esprit du « droit d’ingérence », comme ne cesse de le rappeler à juste titre Bernard Kouchner. C’est la version moderne de la « guerre juste » : il s’agit de chasser un souverain criminel pour le remplacer par un souverain décent, c’est-à-dire qui règne avec des méthodes démocratiques. Cet objectif, auquel je souscris bien sûr, est inatteignable par des bombardements.

    Reste que nous ne savons pas quels sont les buts de cette guerre.

    Je suis convaincu que le mouvement de contestation des dictatures corrompues et violentes est très profond. Il part des tréfonds des sociétés, de l’évolution démographique, du statut des femmes, de l’alphabétisation et de tout ce qui permet une émancipation individuelle et la possibilité de se dresser contre les pouvoirs en place. C’est ce mouvement de fond-là qui peut mettre à bas les dictatures. Toute intervention extérieure dépouille ces mouvements de leur légitimité démocratique.

    L’argument souvent opposé à cela, c’est l’Allemagne et le Japon, deux pays sans tradition démocratique qui sont devenus des démocraties après une intervention militaire. Mais il faut être aveugle aux saccages de la Seconde Guerre mondiale, aux anéantissements par les bombes, y compris atomiques, de villes entières, pour croire à un tel argument. Et, partout ailleurs, ça n’a pas fonctionné. Si un médecin ne dispose que d’un marteau pour pratiquer une intervention à cœur ouvert, il ne la fait pas ! Les marteaux ne sont pas la solution.

    Nous sommes soumis à un chantage émotionnel ancré dans une illusion technologique. Nos avions de chasse, nos missiles et nos satellites ne vont pas régler le problème d’une guerre civile et d’une dictature. C’est cette limite qu’il faut aussi avoir en tête si l’on veut rendre service aux mouvements démocratiques.

    En quoi ne pas savoir comment la guerre se terminera devrait empêcher de la déclencher ? Est-ce que ça n’a pas été toujours le cas de toutes les guerres de l’histoire ?

    Les observateurs des guerres savent qu’une guerre ne se gagne pas avec des avions. Les avions gagnent seulement des batailles. Pour le moment, on est encore dans le moment triomphal où on peut dire qu’on a visé des objectifs militaires et qu’on les a atteints : destruction de blindés, coupure des lignes de ravitaillement, difficultés logistiques extrêmes de l’armée de Kadhafi. Mais ensuite, que se passe-t-il ?

    Ou bien, comme on le pressent, il s’agit de tuer Kadhafi par un dégât collatéral, on dégomme le pouvoir, on crée un vide. Mais avec quoi est-ce qu’on le remplit ? Avec des Talabani, des Karzaï, le Conseil de transition de Benghazi ? Même s’il y avait une solution de rechange, elle serait rejetée si elle apparaît comme une solution de l’étranger. On l’a vu en Irak. C’est une règle historique vérifiée depuis Napoléon : on cherche à installer la république de l’extérieur, par les armes, et on ne produit que du nationalisme et de la haine.

    Ou alors, on coupe le pays en deux, et que fait-on alors ? Protéger les populations est peut-être un motif de guerre, mais c’est bien trop vague pour être un objectif de guerre. Car qu’est-ce qui permet de dire que le but est atteint ? Encore une fois, regardons l’Afghanistan, où les troupes de la coalition prétendent là aussi protéger la population contre les talibans, avec 200.000 hommes déployés depuis près de dix ans !

    Et puis je trouve inquiétant qu’une décision aussi grave que partir en guerre ait été prise dans des conditions aussi baroques. Cela me fait penser à l’aventure pathétique de l’Arche de Zoé, avec Nicolas Sarkozy et BHL à la place d’Eric Breteau.

    Avait-on d’autres choix que l’intervention armée sous mandat de l’ONU ou le massacre des rebelles de Benghazi ? Dispose-t-on d’un véritable espace entre volonté de ne pas s’ingérer, même pour des raisons humanitaires, et protection des civils ?

    Cet espace est effectivement limité. Je ne prétends pas qu’il existait une bonne solution en face de la mauvaise solution adoptée. Mais nous devons accepter le fait de n’être pas tout-puissants, et qu’il y ait des limites à ce que nous pouvons faire. Cela ne veut pas dire que rien n’est faisable : pressions diplomatiques et financières, mesures de rétorsions (embargo portuaire, blocage des lignes maritimes et aériennes pour empêcher la mobilisation de mercenaires par exemple), et puis également soutien à l’insurrection grâce à des conseils, des transferts d’informations ou des équipements militaires adéquats. Voilà ce qui se trouve entre les mains des amis de l’insurrection, en plus de la légitimation politique apportée par Sarkozy et d’autres chefs d’Etat. Mais, pour le reste, ce sont les insurgés libyens, mêmes aidés techniquement et politiquement, qui ont la main.

    Mais les conseillers militaires ou les fournitures d’équipement militaires constituent des méthodes de barbouzes ?

    L’aide à une insurrection, quand c’est un Etat qui la met en œuvre, passe effectivement par les services spéciaux. Mais tout dépend alors de l’objectif. Ce n’est pas parce que la CIA a pu utiliser ces méthodes pour déstabiliser des régimes de gauche, par exemple en Amérique latine, que cela délégitime les techniques employées. Soutenir des gens qui combattent une dictature, c’est un choix politique décent, même s’il n’est pas dépourvu de risques. On l’a vu en Afghanistan avec des groupes résistant à l’invasion soviétique qui se sont, plus tard, associés à des groupes radicaux.

    Le remède de l’intervention armée est-il forcément pire que le mal d’un Kadhafi menaçant de mort une bonne fraction du peuple libyen ?

    Oui, si l’on regarde les résultats d’interventions équivalentes dans le passé récent. En Somalie, l’ONU intervient en 1992 dans un contexte de guerre civile pour protéger les populations. On y est toujours, avec des victimes civiles toujours plus nombreuses, et aucune issue en vue. On commence triomphalement, comme à Srebrenica en 1993, en déclarant qu’on va protéger la population, et on connaît la suite. Créer une illusion de protection alors qu’on ne peut pas l’assurer, c’est accroître le danger. Là où des interventions militaires ont eu lieu, il y a eu des milliers, des dizaines de milliers, voire des centaines de milliers de morts, comme en Irak.

    Il y a une guerre civile en Libye, comme en Afghanistan et en Somalie, et on plonge dans cette guerre civile sans réfléchir à ce qu’on va y faire. La recette pour le chaos est écrite. Ou alors on pense qu’on pourra suivre un modèle Kosovo, c’est-à-dire la mise sous tutelle. Mais le Kosovo était caractérisé par trois attributs qui n’existent pas dans le contexte libyen : un territoire petit, une force rebelle militairement bien organisée qui a fait le travail au sol et un pays qui se situe en Europe, dont la mise sous tutelle pouvait donc s’organiser à l’échelle européenne. Et le Kosovo, si ce n’est pas un échec total, est loin d’être une réussite. On a vu la voyoucratie qui a émergé de la rébellion militaire et qui gouverne aujourd’hui le pays après en avoir chassé les Serbes.

    Il y a bientôt 17 ans commençait au Rwanda le génocide de centaines de milliers de Tutsis : que fait-on de cette expérience-là ? Ne peut-on, pour une fois, se réjouir que la communauté internationale n’ait pas été impuissante ?

    Sur le Rwanda, il me semble que l’erreur politique a d’abord été commise en octobre 1990, même s’il y a aussi eu une faute en avril 1994. La première erreur a été d’envoyer nos troupes défendre le président rwandais Habyarimana contre l’offensive du Front patriotique rwandais (FPR) de Paul Kagame. À partir du moment où on veut modifier le cours de l’histoire, il faut posséder les outils pour en orienter le cours ultérieur et modeler la forme politique que tout cela pourrait prendre.

    Or, cette intervention a été l’occasion pour les radicaux des deux camps de prendre le pas sur leurs troupes respectives. Tout le processus politique mis en œuvre – les accords d’Arusha – a été utilisé par les radicaux à leur profit. Je ne dis pas que la suite était inéluctable ou que c’est l’intervention qui a créé les conditions du génocide. Si le FPR avait pris le pouvoir en 1990, il y aurait eu de nombreux morts, car le FPR est un parti dictatorial, mais le génocide n’aurait sans doute pas eu lieu.

    La première erreur, pour le dire de manière apparemment paradoxale, n’a donc pas été une insuffisance mais un excès d’interventionnisme. Le mal étant fait, la boucherie démarrant en avril, alors, en effet, le retrait des Casques Bleus est honteux. On ne peut pas voir des soldats se retirer quand des civils sont massacrés. Il aurait fallu au moins renforcer le contingent de Casques Bleus, qui n’aurait sans doute pas pu empêcher la boucherie, mais peut-être sécuriser une partie de Kigali et permettre à des gens de partir.

    Mais cela aurait été un sauvetage seulement ponctuel, parce que les forces de l’ONU étaient impuissantes, comme elles le sont aujourd’hui en Côte d’Ivoire, à construire un appareil d’orthopédie démocratique et à mener un pays sur les chemins radieux de l’Etat de droit. Je suis atterré par l’absence de toute considération accordée à l’expérience des interventions antérieures.

    Propos recueillis par Joseph Confavreux

    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8754
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: Libye

    Message par bye le Dim 3 Avr - 11:40

    Libye : Appel unitaire

    «Non à l'engrenage militaire ! Arrêt des bombardements, Cessez-le-feu. Oui aux solutions politiques.»

    L’évolution de la situation en Libye suscite une vive inquiétude. Nous sommes de nouveau face à une grave et dangereuse aventure guerrière.

    Jeudi 31 mars, Journée nationale d'initiatives :
    Rassemblements à Caen, Angers, Avignon, Laragne, Gap, Dijon, Rennes, Nevers, Tarbes, Paris...

    L'Appel unitaire du 30 mars 2011


    http://www.mvtpaix.org/communiques/2011/Libye-appel-2011.php
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8754
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: Libye

    Message par bye le Dim 3 Avr - 19:14

    Avec le Sirocco, l’uranium appauvri protège-t-il les civils Libyens et Européens ?
    | elcorreo.eu.org | 27 mars 2011

    dimanche 27 mars 2011

    Les Romains ont donné des noms aux vents de la Méditerranée. Le Sirocco [1] est celui du SE qui vient de la Libye. Quand en Europe on découvre sa voiture, sa terrasse ou des vêtements couverts d’une poussière rouge/ocre, le coupable est le Sirocco et il sera aussi responsable de déposer en Europe les particules d’uranium appauvri avec lequel la Libye est bombardée aujourd’hui. Pour protéger les civils et sauver des vies humaines en Libye, dit-on. Et d’oublier les dommages collatéraux en Europe, dommage !

    « Les missiles qui portent des pointes dotées d’uranium appauvri correspondent à la perfection à la description d’une bombe sale … Je dirai que c’est l’arme parfaite pour assassiner un paquet de gens. » Marion Falk, experte en physique-chimique à la retraite, du Laboratoire Lawrence Livermore, Californie, Etats-Unis.

    Les premières vingt-quatre heures de l’attaque contre la Libye, les B-2 des Etats-Unis ont jeté 45 bombes de 2.000 livres chacune [un peu moins de 1.000 kilos]. Ces énormes bombes avec les missiles Cruise lancés depuis des avions et des bateaux britanniques et français, contenaient des ogives d’uranium appauvri.

    L’uranium appauvri est le produit de déchet du processus d’enrichissement de l’uranium. Il est utilisé dans les armes et les réacteurs nucléaires. Parce que c’est une substance très lourde, 1,7 fois plus dense que le plomb, elle est très appréciée par l’armée pour sa capacité à transpercer des véhicules blindés et des édifices. Quand une arme qui porte une pointe d’uranium appauvri frappe un objet solide, comme la paroi d’un char, elle pénètre à travers lui et après explose en formant un nuage incandescent de vapeur. La vapeur se dépose comme poussière, une poussière qui est pas seulement vénéneuse, aussi radioactive.

    Un missile avec de l’uranium appauvri au moment de l’impact brûle à 10.000ºC. Quand il atteint un objectif, 30 % sont fragmentés en mitraille. Les 70 % restant s’évaporent en trois oxydes hautement toxiques, dont l’oxyde d’uranium. Cette poussière noire reste suspendue dans l’air, et selon le vent et la climatologie, peut voyager sur de grandes distances. Si vous pensez que l’Irak et la Libye sont très loin, rappelez-vous que la radiation de Chernobyl est arrivée jusqu’au pays de Galles.

    C’est très facile d’inhaler des particules de moins de 5 microns de diamètre qui peuvent rester dans les poumons ou dans d’autres organes pendant des années. Cet uranium appauvri inhalé peut causer des dommages rénaux, des cancers du poumon et des os, des problèmes de peau, des troubles neurocognitifs, des anomalies chromosomiques, des syndromes d’immunodéficience et d’étranges maladies rénales et intestinales. Les femmes enceintes qui se trouvent exposées à l’uranium appauvri peuvent mettre au monde des bébés ayant des malformations. Dès que la poussière se vaporise, on ne peut pas espérer que le problème puisse disparaître de si tôt. Comme émetteur de particules alpha, l’Uranium Appauvri a une vie moyenne de 4.500 millions d’années.

    Sous la doctrine militaire US « Shock and awe » (« Choc et effroi ») appliquée dans l’attaque contre l’Irak, seulement 1.500 bombes et missiles ont jetés sur Bagdad. Seymour Hersh a affirmé que la seule la « US Third Marine Aircraft Wing » (Troisième division aéroportée de la Marine des Etats-Unis) a jeté plus de « cinq cent mille tonnes de munition ». Et tout cela portait des pointes d’uranium appauvri.

    Al Jazeera a informé que les forces d’invasion étasuniennes ont lancé 200 tonnes de matériel radioactif contre des édifices, des maisons, des rues et des jardins de Bagdad. Un journaliste du Christian Science Monitor a emmené avec lui un compteur Geiger jusqu’aux zones de la ville qui avaient subi une sérieuse pluie d’artillerie des troupes étasuniennes. Et il a trouvé des niveaux de radiation de 1.000 à 1.900 fois supérieur à la normale dans ces zones résidentielles. Avec une population de 26 millions d’habitants, cela signifie que les Etats-Unis ont jeté une bombe d’une tonne pour 52 citoyens irakiens, c’est-à-dire environ 20 kilos d’explosif par personne.

    William Hague [ministre des Affaires étrangères du Royaume-Uni] a dit que nous allions en Libye « pour protéger des civils et des zones habitées par des civils ». Vous n’avez pas à regarder très loin pour voir qui et quoi se « protège ».

    Dans les premières 24 heures, « les Forces Alliées ont dépensé » 100 millions de livres sterling en munitions dotées de pointe à uranium appauvri. Un rapport sur le contrôle de l’armement réalisé par l’Union Européenne affirmait que ses états membres ont signé un accord en 2009 pour l’autorisation de la vente d’armes et de systèmes d’armement à la Libye pour une valeur de 333.657 millions d’euros. La Grande-Bretagne a accordé des autorisations aux entreprises d’armement pour la vente d’armes à la Libye pour montant de 24.700 millions d’euros et le Colonel Kadhafi a aussi payé pour qu’on envoie les SAS [Service Spécial Aérien] pour entraîner en anglais sa 32e Brigade.

    Je parie que dans les prochaines 4.500 millions d’années, William Hague ne va pas partir en vacances en Afrique du Nord.

    David Wilson Stop the War Coalition, 24 mars 2011.

    Traduit de l’espagnol pour El Correo par : Estelle et Carlos Debiasi

    Cette création par www.elcorreo.eu.org est mise à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 Unported.

    El Correo. Paris, le 27 mars 2011.


    --------------------------------------------------------------------------------

    Notas

    [1] Le sirocco ou jaloque est un vent du sud-est de la méditerranéen. Il vient du Sahara et arrive à des vitesses d’ouragan au nord de l’Afrique et au sud de l’Europe. Au nord de l’Afrique est connu sous son mot arabe Qibli (قبلی). En italien on le nomme Scirocco et Sirocco. En grec, ιρόκος (sirókos), tandis qu’en Croatie, au Monténégro et en Slovénie s’appelle Jus, et Ghibli en Libye. Le sirocco quand il arrive au sud de la France, contient plus d’humidité et il est connu sous le nom du « Marin ». Aux îles Canaries il est oppressant, chaud et poussiéreux avec le vent s’appelle Buée. Le nom du sirocco dans le sud-ouest de l’Espagne est lebeche, xaloc en catalan. A Malte, il est connu comme xlokk. Il porte normalement une poussière rouge du Sahara et est associé aux orages et à de fortes pluies, le vent est très fort, pendant près de 4 jours. Le sirocco cause des conditions sèches le long de la côte d’Afrique du Nord, des orages en mer Méditerranée et un temps humide et froid en Europe. Parfois il arrive jusqu’à Paris. La durée du sirocco peut être aussi brève que seulement une demie journée, mais il peut aussi durer quelques jours. Ce vent, souffle toute l’année, mais des vitesses de presque 100 kms par heure se produisent seulement en général pendant l’automne et le printemps. Il atteit son maximum en mars et novembre quand il est très chaud, avec une vitesse maximale d’autour de 100 km/h (55 noeuds). Beaucoup de gens attribuent des problèmes de santé au sirocco aussi bien dû à la chaleur et qu’à la poussière le long des régions côtières de l’Afrique. La poussière dans les vents du sirocco peut causer l’abrasion des instruments mécaniques et pénétrer dans les édifices.

    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8754
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: Libye

    Message par bye le Jeu 14 Avr - 6:41

    Madame, monsieur,

    L’évolution de la situation en Libye suscite une vive inquiétude. Nous sommes de nouveau face à une grave et dangereuse aventure guerrière.

    Pleinement solidaires des mouvements populaires en Libye, en Tunisie, en Egypte et dans l'ensemble de la région - que nous considérons comme un souffle d'espoir extraordinaire pour les peuples du monde entier - nos organisations lancent un appel unitaire pour dénoncer un engrenage dangereux et que cesse au plus vite la double peine infligée au peuple libyen.



    Nous appelons à :

    l'arrêt des bombardements et au retrait de l'OTAN
    l'engagement d'initiatives politiques, notamment de la France et de l'Union européenne, pour l’établissement d’un cessez-le-feu multilatéral
    la mise en place internationale et régionale d'un strict embargo sur tous les armements, de sanctions notamment financières, et l'engagement de poursuites judiciaires contre les dirigeants du régime de Kadhafi responsables de crimes envers le peuple libyen.

    Nous vous invitons à soutenir ces exigences en signant la pétition en ligne qui sera envoyée en votre nom à l'Elysée, aux ministères de la Défense et des Affaires étrangères - cela ne prend que quelques instants;

    Faites circuler ce message autour de vous (en format html) pour former une chaîne de la paix.

    Merci de votre engagement pour la paix.


    La liste des organisations signataires au 13 avril 2011 :
    ACCA (Agir contre le colonialisme aujourd’hui) - ANECR (Association nationale des élus communistes et républicains) - Appel des Cent pour la Paix - AFASPA (Association française d’amitié et de solidarité avec les peuples d’Afrique) - AAW France (Américains contre la guerre) – ARAC (Association républicaine des anciens combattants) –CAAC Comores (Collectif des associations et des amis des Comores) - Centre quaker international – Collectif des iraniens contre la guerre - COT (Comité des objecteurs du Tarn) - DIDF (Fédération des Associations des Travailleurs et des Jeunes) - Droit solidarité - Enjeu-Les Pionniers – EPP (Enseignants pour la Paix) - Femmes Egalité – Femmes solidaires - Gauche unitaire - Les Alternatifs - Le Mouvement de la Paix - Ligue internationale des Femmes pour la Paix et la Liberté – MJCF (Mouvement jeunes communistes de France) - MRAP (Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples) – MIR (Mouvement international de la réconciliation) – PCOF (Parti communiste des ouvriers de France) - PCF (Parti communiste français) - Réseau des acteurs de la culture de la paix de la Seine Saint Denis - Réseau franciscain Gubbio - Union pacifiste

    http://www.mvtpaix.org/utils/petitionlibye.php
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8754
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: Libye

    Message par bye le Ven 15 Avr - 22:12

    La Libye, potentielle planche de salut commercial du Rafale

    La Libye "peut être une façon de faire de la publicité au Rafale grâce à un retour d'expérience au combat", résume Jean-Pierre Maulny de l'IRIS. "Le Rafale est certes déjà engagé en Afghanistan, mais ce conflit n'est pas populaire. Les industriels hésitent donc à communiquer sur leurs matériels"

    http://www.lavieeco.com/depeches/La-Libye-potentielle-planche-de-salut-commercial-du-Rafale-newsmlmmd.93b055bb1e7510842a4c055637944f2e.461.xml.html
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8754
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: Libye

    Message par bye le Sam 16 Avr - 9:19

    Mensonges et vraies raisons de la guerre de l’occident contre la Libye
    Jean-Paul Pougala | cameroonvoice.com | 28/03/2011

    mardi 12 avril 2011

    A- Les vraies raisons de la guerre en Libye

    1-Premier satellite Africain RASCOM 1

    C’est la Libye de Kadhafi qui offre à toute l’Afrique sa première vraie révolution des temps modernes : assurer la couverture universelle du continent pour la téléphonie, la télévision, la radiodiffusion et de multiples autres applications telles que la télémédecine et l’enseignement à distance ; pour la première fois, une connexion à bas coût devient disponible sur tout le continent, jusque dans les zones rurales grâce au système par pont radio WMAX.

    L’histoire démarre en 1992 lorsque 45 pays africains créent la société RASCOM pour disposer d’un satellite africain et faire chuter les coûts de communication sur le continent. Téléphoner de et vers l’Afrique est alors le tarif le plus cher au monde, parce qu’il y avait un impôt de 500 millions de dollars que l’Europe encaissait par an sur les conversations téléphoniques même à l’intérieur du même pays africain, pour le transit des voix sur les satellites européens comme Intelsat. Un satellite africain coûtait juste 400 millions de dollars payable une seule fois et ne plus payer les 500 millions de location par an. Quel banquier ne financerait pas un tel projet ? Mais l’équation la plus difficile à résoudre était : comment l’esclave peut-il s’affranchir de l’exploitation servile de son maître en sollicitant l’aide de ce dernier pour y parvenir ? Ainsi, la Banque Mondiale, le FMI, les USA, l’Union Européenne ont fait miroiter inutilement ces pays pendant 14 ans.

    C’est en 2006 que Kadhafi met fin au supplice de l’inutile mendicité aux prétendus bienfaiteurs occidentaux pratiquant des prêts à un taux usuraire ; le guide Libyen a ainsi mis sur la table 300 millions de dollars, La Banque Africaine de Développement a mis 50 millions, la Banque Ouest Africaine de Développement, 27 millions et c’est ainsi que l’Afrique a depuis le 26 décembre 2007 le tout premier satellite de communication de son histoire. Dans la foulée, la Chine et la Russie s’y sont mises, cette fois en cédant leur technologie et ont permis le lancement de nouveaux satellites, Sud-Africain, Nigérian, Angolais, Algérien et même un deuxième satellite africain est lancé en juillet 2010. Et on attend pour 2020, le tout premier satellite technologiquement 100% africain et construit sur le sol africain, notamment en Algérie. Ce satellite est prévu pour concurrencer les meilleurs du monde, mais à un coût 10 fois inférieur, un vrai défi.

    Voilà comment un simple geste symbolique de 300 petits millions peut changer la vie de tout un continent. La Libye de Kadhafi a fait perdre à l’Occident, pas seulement 500 millions de dollars par an mais les milliards de dollars de dettes et d’intérêts que cette même dette permettait de générer à l’infini et de façon exponentielle, contribuant ainsi à entretenir le système occulte pour dépouiller l’Afrique.

    2. Fond Monétaire Africain, Banque Centrale Africaine, Banque Africaine des Investissements

    Les 30 milliards de dollars saisis par M. Obama appartiennent à la Banque Centrale Libyenne et prévu pour la contribution libyenne à la finalisation de la fédération africaine à travers 3 projets phare :
    la Banque Africaine d’Investissement à Syrte en Libye,
    la création dès ce 2011 du Fond Monétaire Africain avec un capital de 42 milliards de dollars avec Yaoundé pour siège,
    la Banque Centrale Africaine avec le siège à Abuja au Nigeria dont la première émission de la monnaie africaine signera la fin du Franc CFA grâce auquel Paris a la main mise sur certains pays africains depuis 50 ans.

    On comprend dès lors et encore une fois la rage de Paris contre Kadhafi. Le Fond Monétaire Africain doit remplacer en tout et pour tout les activités sur le sol africain du Fond Monétaire International qui avec seulement 25 milliards de dollars de capital a pu mettre à genoux tout un continent avec des privatisations discutables, comme le fait d’obliger les pays africains à passer d’un monopole publique vers un monopole privé. Ce sont les mêmes pays occidentaux qui ont frappés à la porte pour être eux aussi membres du Fond Monétaire africain et c’est à l’unanimité que le 16-17 décembre 2010 à Yaoundé les Africains ont repoussé cette convoitise, instituant que seuls les pays africains seront membres de ce FMA.

    Il est donc évident qu’après la Libye la coalition occidentale déclarera sa prochaine guerre à l’Algérie, parce qu’en plus des ses ressources énergétiques énormes, ce pays a une réserve monétaire de 150 milliards d’Euros. Ce qui devient la convoitise de tous les pays qui bombardent la Libye et qui ont tous quelque chose en commun, ils sont tous financièrement en quasi faillite, les USA à eux seuls ont 14.000 Milliards de dollars de dettes, La France, la Grande Bretagne et l’Italie ont chacun environ 2.000 milliards de dettes publiques alors que les 46 pays d’Afrique Noire ont au total moins de 400 milliards de dollars de dettes publiques. Créer des fausses guerres en Afrique dans l’espoir de trouver de l’oxygène pour continuer leur apnée économique qui ne fait que s’empirer ne fera qu’enfoncer les Occidentaux dans leur déclin qui a pris son envol en 1884, lors de la fameuse Conférence de Berlin. Car comme l’avait prédit l’économiste Américain Adams Smith en 1865, dans son soutient à Abraham Lincoln pour l’abolition de l’esclavage, « l’économie de tout pays qui pratique l’esclavage des noirs est en train d’amorcer une descente vers l’enfer qui sera rude le jour où les autres nations vont se réveiller »

    3- Unions régionales comme frein à la création des Etats Unis d’Afrique

    Pour déstabiliser et détruire l’union Africaine qui va dangereusement (pour l’Occident) vers les Etats-Unis d’Afrique avec la main de maître de Kadhafi, l’Union Européenne a d’abord tenté sans y parvenir la carte de la création de l’UPM (Union Pour la Méditerranée) Il fallait à tout prix couper l’Afrique du Nord du reste de l’Afrique en mettant en avant les mêmes thèses racistes du 18-19ème siècle selon lesquelles les populations africaines d’origine Arabes seraient plus évoluées, plus civilisées que le reste du continent. Cela a échoué parce que Kadhafi a refusé d’y aller. Il a compris très vite le jeu à partir du moment où on parlait de la Méditerranée en associant quelques pays africains sans en informer l’Union Africaine, mais en y invitant tous les 27 pays de l’Union Européenne.

    L’UPM sans le principal moteur de la fédération africaine était foirée avant même de commencer, un mort-né avec Sarkozy comme Président et Mubarack, le vice-président. Ce que Alain Juppé tente de relancer, tout en misant sur la chute de Kadhafi, bien sur. Ce que les dirigeants Africains ne comprennent pas est que tant que ce sera l’Union Européennes à financer l’Union Africaine, on sera toujours au point de départ, car dans ces conditions, il n’y aura pas d’effective indépendance. C’est dans le même sens que l’Union Européenne a encouragé et financé les regroupements régionaux en Afrique. Il était évident que la CEDEAO qui a une Ambassade à Bruxelles et qui tire l’essentiel de son financement de l’UE, est un obstacle majeur contre la fédération africaine. C’est ce que Lincoln avait combattu dans la guerre de sécession aux Etats-Unis, parce qu’à partir du moment où un groupe de pays se retrouvent autour d’une organisation politique régionale, cela ne peut que fragiliser l’organe central. C’est ce que l’Europe voulait et c’est ce que les Africains n’ont pas compris en créant coup sur coup, la COMESA, l’UDEAC, la SADC et le Grand Maghreb qui n’a jamais fonctionné encore une fois grâce à Kadhafi qui lui l’avait très bien compris.

    4-Kadhafi, l’Africain qui a permis de laver l’humiliation de l’Apartheid

    Kadhafi est dans le coeur de presque tous les Africains comme un homme très généreux et humaniste pour son soutien désintéressé a la bataille contre le régime raciste d’Afrique du Sud. Si Kadhafi avait été un homme égoïste, rien ne l’obligeait à attirer sur lui les foudres des occidentaux pour soutenir financièrement et militairement l’ANC dans sa bataille contre l’apartheid.

    C’est pour cela que à peine libéré de ses 27 ans de prisons, Mandela décide d’aller rompre l’embargo des Nations Unis contre la Libye le 23 Octobre 1997. A cause de cet embargo même aérien, depuis 5 longues années aucun avion ne pouvait atterrir en Libye. Pour y arriver, Il fallait prendre un avion pour la Tunisie ; arriver à Djerba et continuer en voiture pendant 5 heures pour Ben Gardane, passer la frontière et remonter en 3 heures de route par le désert jusqu’à Tripoli. Ou alors, passer par Malte et faire la traversée de nuit, sur des bateaux mal entretenus jusqu’à la côte libyenne.

    Un calvaire pour tout un peuple, juste pour punir un seul homme. Mandela décida de rompre cette injustice et répondant a l’ex Président Américain Bill Clinton, qui avait jugé cette visite « malvenue », il s’insurgea : « Aucun Etat ne peut s’arroger le rôle de gendarme du monde, et aucun Etat ne peut dicter aux autres ce qu’ils doivent faire ». il ajouta : « ceux-là qui hier étaient les amis de nos ennemis, ont aujourd’hui le toupet de me proposer de ne pas visiter mon frère Kadhafi, ils nous conseillent d’être ingrats et d’oublier nos amis d’hier ». En effet, pour l’Occident, les racistes d’Afrique du Sud étaient leurs frères qu’il fallait protéger. C’est pour cela que tous les membres de l’Anc étaient considérés des dangereux terroristes, y compris Nelson Mandela. Il faudra attendre le 2 Juillet 2008, pour que le Congrès Américain vote une loi pour rayer le nom de Nelson Mandela et de ses camarades de l’ANC de cette liste noire, pas parce qu’ils ont compris la bêtise d’une telle liste, mais parce qu’on voulait faire un geste pour les 90 ans de Nelson Mandela. Si les Occidentaux sont aujourd’hui repentis de leur soutient d’hier aux ennemis de Mandela et sont vraiment sincères lorsqu’on lui donnent des noms de rue et de places, comment continuer à faire la guerre à celui qui a permis la victoire de Mandela et son peuple, Kadhafi ?

    B- Ceux qui veulent exporter la démocratie sont ils des démocrates ?

    Et si la Libye de Kadhafi était plus démocratique que les USA, la France, la Grande Bretagne et tous ceux qui font la guerre pour exporter la démocratie en Libye ? Le 19 Mars 2003, le Président Georges Bush lance les bombes sur la tête des Iraquiens avec le prétexte d’y exporter la démocratie. Le 19 Mars 2011, c’est-à-dire 8 ans plus tard et jour pour jour, c’est le Président Français qui lance ses bombes sur la tête des Libyens avec le même prétexte de leur offrir la démocratie. Monsieur Obama, Prix Nobel de la Paix 2009 et président des Etat Unis d’Amérique, pour justifier qu’il procède à un déferlement de missiles Cruise de ses sous-marins sur la tête des Libyens a dit que c’était pour chasser le dictateur Kadhafi du pouvoir et y instaurer la démocratie.

    La question que tout être humain doté de la moindre capacité intellectuel de jugement et d’appréciation ne peut s’empêcher de se poser est : ces pays comme la France, l’Angleterre, les USA, l’Italie, la Norvège, le Danemark, la Pologne dont la légitimité pour aller bombarder les Libyens se base sur le seul fait de s’être autoproclamés « pays démocratiques » sont-ils réellement démocratiques ? Si oui, sont-ils plus démocratiques que la Libye de Kadhafi ? La réponse, sans équivoque est NON, pour la simple et bonne raison que la démocratie n’existe pas. Ce n’est pas moi qui l’affirme, mais celui-là même dont la ville natale, Genève abrite l’essentiel du commandement des Nations Unies. Il s’agit bien entendu de Jean-Jacques Rousseau né à Genève en 1712 qui affirme dans le chapitre IV du Livre III de son très célèbre « Contrat Social » que : « il n’a jamais existé de véritable démocratie, et il n’en existera jamais ». Pour qu’un état soit véritablement démocratique Rousseau pose 4 conditions selon lesquelles la Libye de Kadhafi est même de loin plus démocratique que les Etats-Unis d’Amérique, la France et tous les autres qui prétendent lui exporter la démocratie à savoir :

    1- Dimension de l’Etat : plus un état est grand, moins il peut être démocratique, pour Rousseau l’Etat doit être très petit pour que le peuple soit facile à rassembler et que chaque citoyen puisse aisément connaître tous les autres. Avant donc de faire voter les gens, il faut s’assurer que chacun connaisse tous les autres sans quoi voter pour voter est un acte dénué de tout fondement démocratique, c’est un simulacre de démocratie pour élire un dictateur. La structure de l’organisation de l’Etat Libyen se fonde sur une base tribale qui regroupe par définition le peuple en de petites entités. Le sentiment démocratique est plus présent dans une tribu, dans un village que dans une grande Nation, parce que le fait que tout le monde se connaisse et que la vie tourne autour des mêmes points communs apporte une sorte d’autorégulation, d’autocensure même pour peser à chaque instant, la réaction ou la contre-réaction des autres membres pour ou contre les opinions qu’on peut avoir. Sous cet angle, c’est la Lybie qui répond le mieux aux exigences de Rousseau, ce qu’on ne peut pas dire de même pour les Etats-Unis d’Amérique, la France ou la Grande Bretagne, des sociétés fortement urbanisées où la majorité des voisins ne se disent même pas bonjour et donc ne se connaissent pas, même vivant cote-à-cote pendant 20 ans.

    Dans ces pays, on est passé directement à l’étape suivante : « le vote » qu’on a malignement sanctifié afin de faire oublier que ce vote est inutile à partir du moment où je m’exprime sur l’avenir d’une nation sans en connaitre ses membres. On est ainsi arrivé jusqu’à la bêtise du vote des citoyens vivant à l’étranger. Se connaitre et se parler est la condition essentielle de la communication pour le débat démocratique qui précède toute élection.

    2- Il faut la simplicité des mœurs et des comportements pour éviter que l’on passe l’essentiel du temps à parler de justice, de tribunal pour trouver des solutions aux multitudes querelles d’intérêts divers qu’une société trop complexe fait naitre naturellement. Les Occidentaux se définissent comme des pays civilisés, donc aux mœurs complexes et la Libye comme pays dit primitif, c’est-à-dire aux meurs simples. Sous cet angle, encore une fois, c’est la Libye qui répondrait mieux aux critères démocratiques de Rousseau que tous ceux qui prétendent lui donner des leçons de démocratie. Dans une société complexe, les trop nombreux conflits sont résolus par la loi du plus fort, puisque celui qui est riche évite la prison parce qu’il peut se permettre un meilleur avocat et surtout, orienter l’appareil répressif de l’état contre celui qui vole une banane dans un supermarché, plutôt que le délinquant financier qui fait crouler une banque. Dans une ville comme New York où 75% de la population est blanche, 80% des postes de cadres sont occupés par des Blancs et ils ne sont que 20% des personnes en prison.

    3- L’égalité dans les rangs et dans les fortunes. Il suffit de voir le classement FORBES 2010 pour voir quels sont les noms des personnes les plus riches de chacun des pays qui jette la bombe sur la tête des Libyens et voir la différence avec le salaire le plus bas dans chacun des pays et faire de même pour la Libye pour comprendre qu’en matière de redistribution de la richesse du pays, c’est à la Libye d’exporter son savoir faire à ceux qui la combattent et non le contraire. Même sous cet angle, selon Rousseau, la Libye serait plus démocratique que ceux qui veulent pompeusement lui exporter la prétendue démocratie. Aux Etats-Unis 5% de la population possèdent 60% de la richesse nationale. C’est le pays le plus déséquilibré, le plus inégal du monde.

    4- PAS DE LUXE.

    Pour Rousseau pour qu’il y ait la démocratie dans un pays, il ne faut pas qu’il y ait de luxe parce que selon lui, le luxe rend nécessaire la richesse et cette dernière devient la vertu, l’objectif à atteindre à tout prix et non le bonheur du peuple, « le luxe corrompt à la fois le riche et le pauvre, l’un par la possession, l’autre par la convoitise ; il vend la patrie à la mollesse, à la vanité ; il ôte à l’Etat tous ses citoyens pour les asservir les uns aux autres, et tous à l’opinion ». Ya-t-il plus de luxe en France ou en Libye ? Ce rapport d’asservissement des employés qui sont poussés jusqu’au suicide les employés mêmes des entreprises publiques ou semi-publique, pour des raisons de rentabilité et donc de possession de luxe d’une des parties est-il plus criant en Libye ou en Occident ?

    Le sociologue Américain C. Wright Mills a décrit en 1956 la démocratie américaine comme « la dictature des élites ». Selon Mills, les Etats-Unis d’Amérique ne sont pas une démocratie parce qu’en définitive, c’est l’argent qui y parle dans les élections et non le peuple. Le résultat de chaque élection y est l’expression de la voix de l’argent et non la voix du peuple. Après Bush-père et Bush-fils, pour les primaires républicaines de 2012, on parle déjà de Bush-benjamin. En plus, si le pouvoir politique se base sur la bureaucratie, Max Weber fait remarquer qu’il y a 43 millions de fonctionnaires et militaires aux Etats-Unis qui commandent effectivement le pays, mais qui n’ont été élu par personne et qui ne répondent pas directement au peuple de leurs activités. Une seule personne (un riche) est donc élue mais le vrai pouvoir sur le terrain est tenue par une seule caste de riches qui ne résulte purement et simplement que de nominations comme les ambassadeurs, les généraux de l’armée etc...

    Combien de personnes dans les pays autoproclamés « démocratiques » savent qu’au Pérou la constitution interdit un deuxième mandat consécutif au président de la république sortant ? Combien de personnes savent qu’au Guatemala, non seulement le président sortant ne doit plus jamais se présenter comme candidat à cette fonction, mais qu’en plus à aucun degré de parenté, aucun membre de sa famille ne pourra plus prétendre à cette fonction ? Combien savent que le Rwanda est le pays qui intègre politiquement le mieux les femmes au monde avec 49% de parlementaires femmes ? Combien savent que dans le classement de la CIA 2007, sur 10 pays les mieux gérés au monde, 4 sont Africains ? Avec la palme d’or à la Guinée équatoriale dont la dette publique ne représente que 1,14% de son PIB.

    La guerre civile, les révoltes, les rebellions sont les ingrédients d’un début de démocratie soutient Rousseau. Parce que la démocratie n’est pas une fin, mais un processus permanent pour réaffirmer les droits naturels des humains que dans tous les pays du monde (sans exception) une poignée d’hommes et de femmes, confisquant le pouvoir du peuple, l’oriente pour se maintenir aux affaires. On trouve ici et là des formes de castes qui usurpent le mot « démocratie » qui doit être cet idéal vers lequel tendre et non un label à s’approprier ou un refrain à vanter parce qu’on est juste capable de crier plus fort que les autres. Si un pays est calme comme la France ou les Etats-Unis, c’est-à-dire sans aucune révolte, pour Rousseau cela veut tout simplement dire que le système dictatorial est suffisamment répressif pour empêcher toute tentative de rébellion. Si les Libyens se révoltent, ce n’est pas une mauvaise chose. C’est prétendre que les peuples acceptent stoïquement le système qui les opprime partout dans le monde sans réagir qui est très mauvais. Et Rousseau de conclure : « Malo periculosam libertatem quam quietum servitium -traduction : S’il y avait un peuple de dieux, il se gouvernerait démocratiquement. Un gouvernement si parfait ne convient pas à des hommes ». Dire qu’on tue les Libyens pour leur bien est un leurre.

    C- Quelles leçons pour l’Afrique ?

    Après 500 ans de relations de dominateur et de dominé avec l’Occident, il est dès lors prouvé que nous n’avons pas les mêmes critères pour définir le bon et le méchant. Nous avons des intérêts profondément divergents. Comment ne pas déplorer le Oui de 3 pays africains au sud du Sahara, Nigeria, Afrique du Sud et Gabon pour la résolution 1973 inaugurant la nouvelle forme de colonisation baptisée « protection des peuples », validant la théorie raciste que les Européens véhiculent depuis le 18ème siècle selon laquelle l’Afrique du Nord n’a rien à partager avec l’Afrique Subsaharienne, l’Afrique du nord serait ainsi plus évoluée, plus cultivée et plus civilisée que le reste de l’Afrique. Tout se passe comme si la Tunisie, l’Egypte, la Libye, l’Algérie ne faisaient pas partie de l’Afrique. Même les Nations Unies semblent ignorer la légitimité de l’Union Africaine sur ses états membres. L’objectif est d’isoler les pays d’Afrique subsaharienne afin de mieux les fragiliser et les tenir sous contrôle. En effet, dans le capital du nouveau Fond Monétaire Africain (FMA), l’Algérie avec 16 milliards de dollars et la Libye avec 10 milliards de dollars contribuent à eux tous seuls pour près de 62% du capital qui est de 42 milliards de Dollars. Le premier pays d’Afrique subsaharienne et les plus peuplés, le Nigeria suivi de l’Afrique du Sud arrivent très loin derrière avec 3 milliards de dollars chacun.

    C’est très inquiétant de constater que pour la première fois de l’histoire des Nations Unies, on a déclaré la guerre à un peuple sans avoir exploré au préalable la moindre piste pacifique pour solutionner le problème.

    L’Afrique a-t-elle encore sa place dans une telle organisation ? Le Nigeria et l’Afrique du Sud sont disposés à voter OUI à tout ce que l’Occident demande, parce qu’ils croient naïvement aux promesses des uns et des autres de leur donner une place de membre permanent au Conseil de Sécurité avec le même droit de veto. Ils oublient tous les deux que la France n’a aucun pouvoir de leur attribuer le moindre poste. Si elle l’avait, il y a belle lurette que Mitterrand l’aurait faite pour l’Allemagne de Helmut Kohl. La reforme des Nations Unies n’est pas à l’ordre du jour. La seule manière de compter, est la méthode chinoise : tous les 50 pays africains doivent quitter les Nations Unies. Et s’ils doivent y retourner un jour, ne le faire que s’ils ont obtenu ce qu’ils demandent depuis longtemps, un poste pour toute la fédération africaine, sinon rien.

    Cette méthode de la non-violence est la seule arme de justice dont disposent les pauvres et les faibles que nous sommes. Nous devons tout simplement quitter les Nations Unies, car cette organisation de par sa configuration, de par sa hiérarchie est aux services des plus forts.

    Nous devons quitter les Nations Unies afin de marquer notre réprobation de cette conception du monde basée uniquement sur l’écrasement du plus faible. Tout au moins ils seront libres de continuer de le faire, mais pas avec notre signature, pas en rappelant que nous sommes d’accord alors qu’ils savent très bien qu’ils ne nous ont jamais interrogés. Et même quand nous avons donné notre propre point de vue, comme la rencontre de samedi 19/3 à Nouakchott avec la déclaration sur la contrariété à l’action militaire, ceci a été passé tout simplement sous silence pour aller accomplir le forfait de bombarder le peuple africain.

    Ce qui arrive aujourd’hui est le scénario déjà vu auparavant avec la Chine. Aujourd’hui, on reconnaît le gouvernement Ouattara, on reconnaît le gouvernement des insurgés en Libye. C’est ce qui s’est passé à la fin de la deuxième guerre mondiale avec la Chine. La soit disante communauté internationale avait choisi Taiwan comme unique représentant du peuple Chinois en lieu de place de la Chine de Mao. Il faudra attendre 26 ans, c’est-à-dire le 25 octobre 1971 avec la résolution 2758 que tous les Africains devraient lire, pour mettre fin à la bêtise humaine. La Chine est admise, sauf qu’elle a prétendu et obtenue d’être membre permanent avec doit de veto, si non elle n’entre pas. Cette exigence satisfaite et la résolution d’admission entrée en vigueur, il faudra attendre un an pour que le 29 septembre 1972, le Ministre Chinois des Affaires Etrangères donne sa réponse avec une lettre au Secrétaire Général des Nations Unies pas pour dire Oui ou Merci, mais pour faire des mises au point, en garantie de sa dignité et de sa respectabilité.

    Qu’est-ce que l’Afrique espère obtenir des Nations Unies sans poser un acte fort pour se faire respecter ? On a vu en Cote d’Ivoire un fonctionnaire des Nations Unies se considérer au dessus d’une institution constitutionnelle de ce pays. Nous sommes entrés dans cette organisation en acceptant d’être des serfs et croire que nous serons invités à table pour manger avec les autres dans les plats que nous avons lavés est tout simplement crédule, pire, stupide. Quand l’UA reconnaît la victoire de Ouattara sans même tenir compte des conclusions contraires de ses propres observateurs envoyés sur le terrain, juste pour faire plaisir à nos anciens maîtres, comment peut-on nous respecter ? Lorsque le président Sud-Africain Zuma déclare que Ouattara n’a pas gagné les élections et change à 180° après un tour à Paris, on peut se demander ce que valent ces dirigeants qui représentent et parlent au nom de 1 milliard d’Africains.

    La force et la vraie liberté de l’Afrique viendront de sa capacité à poser des actes réfléchis et en assumer les conséquences. La dignité et la respectabilité ont un prix. Sommes-nous disposés à le payer ? Si non, notre place reste à la cuisine, aux toilettes pour garantir le confort des autres.

    Genève le 28/03/2011

    Jean-Paul Pougala

    (*) Jean-Paul Pougala est un écrivain d’origine camerounaise, directeur de l’Institut d’Etudes Géostratégiques et professeur de sociologie à l’Université de la Diplomatie de Genève en Suisse.


    --------------------------------------------------------------------------------
    Voici Un article trop pro khadafi, certes, mais qui apporte quelques lumières sur le continent Africain


    Contenu sponsorisé

    Re: Libye

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Mar 26 Sep - 15:53