LIBRE DISCUSSION DANS LES COULISSES DE DEMAIN

Débattons en toute liberté, dans le respect de l’autre, sur tous les sujets qui composent notre société : politique, économie, environnement, religion, philosophie, paranormal, sciences, famille, santé, mode, sexualité, loisirs, sports, divertissements…

Derniers sujets

» Offre de Prêt Entre Particulier Sérieux en 72H
par marianaz Lun 16 Oct - 22:47

» Offre de Prêt Entre Particulier Sérieux en 72H
par marianaz Lun 16 Oct - 22:47

» Offre de Prêt Entre Particulier Sérieux en 72H
par marianaz Lun 16 Oct - 22:46

» Offre de Prêt Entre Particulier Sérieux en 72H
par marianaz Lun 16 Oct - 22:45

» Bus de la honte : ne laissons pas l’avenir aux réactionnaires
par bye Sam 14 Oct - 12:44

» La métamatière et le peuple
par Claude De Bortoli Ven 6 Oct - 9:27

» Vers un retour du délit de solidarité ?
par bye Sam 30 Sep - 6:45

» Dossier : de l’École capitaliste à l’éducation émancipatrice
par bye Mer 13 Sep - 19:07

» Education : le « désastre » d’un enseignement tiré vers le bas...
par bye Lun 4 Sep - 12:13

» Offre de prêt entre particuliers rapide en 72h
par BastienL Dim 13 Aoû - 19:49

» Jean Gadrey, économiste : “Il faut remettre la réduction du temps de travail au cœur du débat public”
par bye Mar 8 Aoû - 19:04

» Le « chavo-madurisme » n’est rien moins qu’une dictature pure et simple
par bye Dim 6 Aoû - 18:52

» Gel des postes et du budget de l’éducation nationale : non, cette école ne nous convient pas !
par bye Mer 12 Juil - 13:56

» G 20 Hambourg
par bye Lun 10 Juil - 11:51

» Handicapée, je ne peux continuer à enseigner dans mon académie
par bye Mer 5 Juil - 6:21

» Pour une éducation populaire féministe
par bye Lun 12 Juin - 18:20

» La CNT a écrit aux Éditions Belin
par bye Mar 6 Juin - 10:20

» Blanquer ministre de l’Education nationale : au secours, Sarkozy revient !
par bye Jeu 25 Mai - 11:08

» L'accaparement des terres en Birmanie
par bye Mer 17 Mai - 18:42

» Un enseignant kurde témoigne...
par bye Lun 15 Mai - 17:50

» La métamatière et le Roi de la Terre
par De Bortoli Claude Mar 2 Mai - 9:52

» Au-delà des élections
par bye Mer 26 Avr - 17:26

» Les Etats-Unis ont utilisé leur plus puissante bombe non-nucléaire en Afghanistan, une première
par bye Dim 23 Avr - 18:35

» « Pourquoi nous sommes en grève de la faim dans les prisons d’Israël »
par bye Dim 23 Avr - 18:31

» « Enculé, ordure ! ». Philippe Poutou insulté par les flics
par bye Dim 23 Avr - 18:25

» La Sécurité sociale, une assistance ou un droit ?
par bye Dim 23 Avr - 18:22

» Birmanie: pour établir un mécanisme indépendant de réexamen de tous les cas de prisonniers politiques
par bye Ven 21 Avr - 6:02

» Gatti est mort. A la Parole Errante ses mots résonnent encore !
par bye Mer 12 Avr - 18:21

» Turquie : appel urgent au monde enseignant, aux associations et syndicats…
par bye Lun 3 Avr - 18:21

» APPEL À LA MOBILISATION CONTRE LE PROCHAIN SOMMET DE L’OTAN !
par bye Sam 1 Avr - 5:30

» Communiqué de presse de SUD éducation Guyane du 28 mars
par bye Jeu 30 Mar - 10:16

» Qu’est-ce qui ne va pas avec l’arabe à l’école ?
par bye Ven 24 Mar - 12:03

» Libérons l'oisiveté !
par bye Ven 17 Mar - 19:05

» Quand Espérance banlieues bat la campagne
par bye Ven 17 Mar - 19:00

» 8 mars : luttons toutes et tous pour l’égalité des droits !
par bye Mer 8 Mar - 11:01

» Désarmer la police, la proposition pas si saugrenue du NPA
par bye Mar 7 Mar - 12:50

» Fin du dispositif des Caomi: quelle orientation pour les mineurs isolés de Calais ?
par bye Sam 4 Mar - 9:58

» Les fonctionnaires répondent aux "menaces" de Marine Le Pen
par bye Sam 4 Mar - 6:25

» Réduction des indemnités et contrôles drastiques : Macron s’attaque aux chômeurs
par bye Sam 4 Mar - 6:22

» L'avenue Serge Dassault à Corbeil-Essonnes doit être débaptisée !
par bye Sam 4 Mar - 6:20

» Nouvelle révélation du Canard Enchainé : les copinages de Hamon et LVMH
par bye Sam 4 Mar - 6:18

» Une nouvelle menace pour les étrangers
par bye Mar 21 Fév - 12:02

» "Vous êtes la candidate du nanti-système", lance Charline Vanhoenacker à Marine Le Pen
par bye Lun 20 Fév - 20:30

» Vaccins : Marisol Touraine va-t-elle faire respecter la loi ou satisfaire les labos ?
par bye Lun 20 Fév - 20:26

» La tension monte d’un cran entre les Etats-Unis et le Venezuela
par bye Lun 20 Fév - 20:23

» Vandana Shiva : « Gandhi est plus pertinent qu’il ne l’a jamais été »
par bye Lun 20 Fév - 20:16

» Vague de froid en Europe : les migrants vulnérables
par bye Mar 7 Fév - 17:59

» Le centre pour les femmes et les familles migrantes a ouvert ses portes à Paris
par bye Mar 7 Fév - 17:56

» Des incidents éclatent à Aulnay-sous-Bois après les soupçons de viol de policiers
par bye Lun 6 Fév - 18:23

» Le maire rejette l'étude d'UFC-Que choisir sur l'eau potable
par bye Lun 6 Fév - 18:20

» DOCUMENT. Voici le contrat de travail de Penelope Fillon
par bye Lun 6 Fév - 18:17

» Le Hezbollah scrute avec inquiétude la nouvelle politique américaine au Moyen-Orient
par bye Lun 6 Fév - 18:14

» Huit hommes possèdent autant que la moitié de la population mondiale
par bye Mer 18 Jan - 20:06

» Délinquants solidaires : Pour en finir avec le délit de solidarité
par bye Mer 18 Jan - 13:29

» ACTUALITÉ SOCIÉTÉ ET POLITIQUE
par gramophone Sam 14 Jan - 11:34

» votre permis de conduire à portée de main
par neil89 Ven 13 Jan - 23:51

» Poursuivre la mobilisation pour une carte élargie des lycées de l’Education Prioritaire, en grève le 10 janvier !
par bye Mar 10 Jan - 11:50

» Grenade de désencerclement : un CRS mis en examen
par bye Sam 7 Jan - 20:59

» Les trois visages du vote FN
par bye Sam 7 Jan - 20:46

» Les deux jambes du militantisme
par bye Sam 7 Jan - 20:37

» Condamnés aujourd’hui pour avoir comparé Christiane Taubira à un singe
par bye Sam 31 Déc - 10:17

» Échapper au chaos
par bye Jeu 22 Déc - 17:53

» Le sénateur Carle coupable de détournement de fonds publics ? SUD éducation le dit depuis 2009 !
par bye Jeu 22 Déc - 15:06

» Maths : résoudre un problème
par bye Lun 12 Déc - 13:25

» Journée Internationale des droits de l'Homme: une situation inquiétante en Birmanie
par bye Dim 11 Déc - 11:17

» Comment les services de renseignement font la chasse aux employés des télécoms
par bye Sam 10 Déc - 18:54

» ET SI LE MASCULIN NE L’EMPORTAIT PAS SUR LE FEMININ ?
par bye Sam 10 Déc - 18:49

» Un document interne provoque un malaise à la SNCF
par bye Sam 10 Déc - 18:38

» Le gouvernement repousse l’évacuation de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes
par bye Sam 10 Déc - 18:29

» Légitime défense des policiers : faut-il tordre le droit ?
par bye Ven 9 Déc - 19:29

» Cadeau de fin d’année, un casier scolaire pour tous les marmots
par bye Mar 6 Déc - 13:59

» Violences policières, violences d’Etat
par bye Mar 6 Déc - 13:54

» La métamatière, les élites et les gouvernants
par De Bortoli Claude Ven 2 Déc - 9:54

» Comment les stups ont enfumé la justice
par bye Jeu 1 Déc - 12:26

» Quel opérateur
par bye Jeu 1 Déc - 12:24

» Fillon président ? Un coup de massue pour l’école
par bye Mer 30 Nov - 17:54

» « Pourquoi j’ai secouru des réfugiés. » Monument en l'honneur de Pierre-Alain Mannoni
par bye Mar 29 Nov - 13:06

» Jean-Luc Mélenchon ne passera pas au second tour de la présidentielle s'il ne se décide pas à parler au peuple
par bye Mar 29 Nov - 13:03

» Graeme Allwright : il t'a laissé la carte qui est si délirante qu'il n'aura plus jamais besoin d'une autre
par bye Mar 29 Nov - 13:00

» Mort de Fidel Castro : bilan de santé de la révolution castriste
par bye Mar 29 Nov - 12:57

» Vinci, piraté par des hacktivistes
par bye Ven 25 Nov - 18:38

» Le Mouvement de la Paix solidaire de la lutte des infirmières et infirmiers
par bye Ven 25 Nov - 18:35

» presentation de moi
par bye Ven 25 Nov - 18:30

» tests
par Matteo13 Mer 23 Nov - 7:48

» Un système d'accueil italien saturé face au nombre toujours aussi important d'arrivées
par bye Lun 21 Nov - 19:08

» Comment fonctionnera le « centre humanitaire » de Paris ?
par bye Lun 21 Nov - 19:06

» Un quart des enfants européens est menacé par la pauvreté
par bye Lun 21 Nov - 19:02

» Cuba : Le Conseil d’État décrète l’amnistie de 787 condamnés
par bye Sam 19 Nov - 11:11

» TURQUIE : Cesser la « chasse aux sorcières » à l’encontre des employé(e)s de l’éducation
par bye Jeu 17 Nov - 18:57

» Ces magnats français qui contrôlent les médias
par bye Dim 13 Nov - 12:23

» Chômage, retraites et revenu universel : et si un cocktail était la bonne solution ?
par bye Dim 13 Nov - 12:20

» L'ANTIRACISME ET LA GAUCHE RADICALE SONT-ILS IRRÉCONCILIABLES?
par bye Dim 13 Nov - 12:16

» L'Amérique de Donald Trump
par bye Dim 13 Nov - 12:09

» Un an après les élections en Birmanie ...
par bye Mar 8 Nov - 18:59

LE SITE

Dans Les Coulisses de Demain

FORUMS & SITES AMIS

FORUM EST INSCRIT SUR


    Les sans-papiers

    Partagez
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8756
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: Les sans-papiers

    Message par bye le Lun 5 Avr - 19:35

    Une famille de Langres expulsée de façon express !

    La police est venue avec la Maman arrétée rechercher les enfants à l'école et au collège

    malgré les protestations auprès de Luc Chatel

    les collègiens trés choqués de voir leur copine de classe qui résistait, pleurait,... ont organisé spontanément une manif dans les rues de Langres




    http://lorraine-champagne-ardenne.france3.fr/info/champagne-ardenne/une-famille-kosovarde-expulsee-62240112.html?onglet=videos&id-video=000111154_CAPP_Manifestationdesoutienunefamillekosovarde_010420101519_F3[/url[/url]]--------------------------------------------
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8756
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: Les sans-papiers

    Message par bye le Lun 5 Avr - 19:52

    référence: message 981.

    L’expulsion de M. Kapan a bien eu lieu aujourd’hui. Nous n’avons aucune
    autre information pour l’instant.

    Expulsion en cachette, sans que personne ne sache où, quand, comment elle se
    déroulait.
    Cette expulsion est-elle si honteuse qu’elle doit être cachée ?

    Son départ était prévu à 13h. Mais M. Kapan a été évacué tôt ce matin du
    centre de rétention de Marseille, vers une destination inconnue.
    Sa famille a cherché en vain à le joindre durant toute la journée, et n’a
    été informée que ce soir, par un appel téléphonique d’Hanifi à son arrivée à
    Istambul.
    De même Forum Réfugiés (association ayant remplacé la Cimade au CRA de
    Marseille) a cherché en vain à savoir où se trouvait Hanifi.

    Nous étions une bonne vingtaine, militants RESF du Vaucluse et des Bouches
    du Rhône, dans le hall 4 de l’aéroport de Marignane où nous avons distribué
    des tracts aux passagers du vol Air France Marseille – Paris CDG qui
    décollait à 13h. Nous les avons juste informés des faits : un maçon, père de
    3 enfants nés et scolarisés en France, risquait d’être expulsé par ce vol,
    en les invitant à refuser de voyager dans de telles conditions, les appelant
    à leur fraternité et leur solidarité.

    La plupart des passagers se sont montrés profondément choqués de découvrir
    qu’un père pouvait ainsi être séparés de ses enfants, expulsé d’un pays où
    il avait travaillé pendant presque 10 ans. Et sans doute en effet se
    seraient-ils opposés à voyager dans de telles conditions.

    Nous avons attendus que l’avion décolle, ne sachant pas si, au dernier
    moment, Hanifi Kapan n’y serait pas embarqué.

    Ce soir nous sommes profondément tristes, tristes et en colère : une famille
    écartelée, un père désespéré, des enfants déscolarisés, une mère angoissée,
    et les droits de l’enfant une nouvelle fois foulés au pied. Dure France, que
    fais-tu à tes enfants ?

    Nous restons mobilisés et demandons le retour de M. Kapan.

    Nous vous appelons à participer au prochain cercle de silence, samedi 10
    avril à 11h30 Place Pie, à Avignon, qui sera dédié à la famille Kapan.

    PS Nous avions apporté une photo, donnée par la famille, pour la donner à
    Hanifi… nous l’avons remportée.
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8756
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: Les sans-papiers

    Message par bye le Lun 5 Avr - 20:50

    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8756
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: Les sans-papiers

    Message par bye le Jeu 8 Avr - 2:17

    Pour protéger les femmes étrangères victimes de violences les députés
    écrivent des lois. Apparemment les préfets n'arrivent pas à les lire.
    Ni une ni deux, organisons une
    CONSULTATION OPHTALMOLOGIQUE
    PUBLIQUE POUR LES PREFECTURES
    Le jeudi 8 avril à 19h
    Place du châtelet à Paris
    Avec le participation de la Compagnie Acidu
    Prises de parole

    Pour les femmes étrangères, les violences subies (violences conjugales,
    exploitation sexuelle, esclavage moderne...) ont une incidence sur leur
    situation administrative. Pour certaines d’entre elles, fuir une situation
    de violences physiques ou psychologiques est souvent synonyme de
    clandestinité.
    Si depuis 2003, des avancées législatives permettent à ces femmes de quitter
    la situation de violence et d’obtenir un titre de séjour, en pratique, ces
    textes ne sont pas ou mal appliqués.
    De nombreux dysfonctionnements administratifs sont constatés : refus de
    prendre des dossiers complets, demandes abusives de justificatifs et
    documents, refus de délivrance de récépissés pendant l’examen de la demande
    de renouvellement du titres de séjour, etc…
    Ces exemples de dysfonctionnements et pratiques abusives représentent le
    quotidien des femmes étrangères victimes de violences. L'adoption d'une
    législation favorable à leur égard n'est pas suffisante. Encore faut il
    qu'elle soit appliquée !
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8756
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: Les sans-papiers

    Message par bye le Jeu 8 Avr - 17:36

    Frome /jc [jcapache@free.fr]
    http://www.radiocampustours.com/[/url]


    Une grande bataille à Tours, par le collectif "Soif d'utopie" , pour les
    demandeurs d'asile ,
    (D.A.), sans papiers , et qui sera forcément étendue aux sans logis, une
    lutte remarquable qui gagne :ce n'est pas une "utopie" , mais bien une
    réalité.

    Exigence d'hébergement pour les demandeurs d'asile, avec dépôt de référé
    contre la préfecture
    Pour l'application des textes des 3 arrêts du conseil d'état, à savoir la
    Mise en conformité , selon les directives de la cour européenne des droits
    de l'homme, pour l'application des textes de loi pour les demandeurs d'asile
    : logement vêture nourriture.

    Il est curieux de faire appel à la justice , pour que l'Etat applique la
    loi!

    A Tours, le collectif "Soif d'utopie" : le fait et avec succès !
    15 REFERES, en moins de 15j. : tous gagnés et le logement, nourriture et
    vêture avec.

    Pourquoi sur une ville seulement... Cela marche à Tours , le droit est le
    meme pour toutes les villes : surtout à Paris, avec les centaines de
    demandeurs d'asile à la rue.

    Une campagne de référés sur toute la France ?


    A ECOUTER EN ENTIER / tout y est abordé , jusqu'au prétendu "trou" de la
    sécu.
    http://www.radiocampustours.com/

    Sur Tours la lutte est frontale : ils demandent des astreintes journalières
    à la préfecture de 200 euros/jour : ils gagnent . Un huissier sera envoyé
    par eux demain en préfecture , à suivre, et de très près!
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8756
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: Les sans-papiers

    Message par bye le Ven 9 Avr - 17:40

    Objet : proposition de mail + texte

    Il y a une opportunité pour repousser, au moins temporairement, le
    projet de loi de Besson. Il faut dénoncer le mensonge sur lequel
    repose la partie éloignement de cette loi, et qui la rend irecevable
    au regard des nouvelles exigences constittionelle. Cette question est
    dans les mains de la Conférence des présidents de l'Assemblée
    nationale, qui dispose d'encore quelques jours pour mettre en oeuvre
    ce mécanisme.

    Il faudrait qu'un maximum de monde envoie le texte ci-dessous en se
    connectant au site de l'asemblée dédié à recevoir les remarques des
    citoyens sur le projet de loi Besson:
    http://etudesimpact.assemblee-nationale.fr/index.php?cle=26208&leg=13
    (attention nombre de caractère restreint, se limiter au texte ci
    dessous)
    ainsi qu'à Bernard Accoyer : baccoyer@assemblee-nationale.

    A l'attention de la Conférence des Présidents.

    Il est certain que le projet de loi sur l'immigration et l'étude
    d'impact qui l'accompagne sont condamnables à bien des égards. Mais
    c'est sur un point précis que je souhaite attirer votre attention : La
    partie éloignement de la réforme est fondée sur une fausse
    interprétation du droit communautaire, si ce n'est un mensonge.

    Ainsi l'étude d'impact ne répond pas aux exigences de l'article 8 de
    la loi organique du 15 avril 2009 selon lequel les études d'impact "
    exposent avec précision l'articulation du projet de loi avec le droit
    européen en vigueur ou en cours d'élaboration, et son impact sur
    l'ordre juridique interne ;"

    A ce titre la Conférence des Présidents doit instamment déclarer ce
    projet de loi irrecevable en l'état.

    En effet toute la logique de l'étude d'impact repose sur le fait que :
    " L’exercice de transposition (de la directive retour) impose :
    [...] - une mesure d’interdiction d’entrée et de séjour assortissant
    par principe la mesure d’éloignement dans deux hypothèses au moins :
    lorsque le délai de départ volontaire n’a pas été accordé et lorsque
    l’obligation de quitter le territoire n’a pas été respectée. "

    Or, la directive institue des normes minimales et selon son article 4 :
    "3) La présente directive s’applique sans préjudice du droit des États
    membres d’adopter ou de maintenir des dispositions plus favorables
    pour les personnes auxquelles la présente directive s’applique, à
    condition que ces dispositions soient compatibles avec la présente
    directive."

    D'ailleurs, et comme s'en est largement fait échos la presse à
    l'époque, Brice Hortefeux lui même ne disait pas autre chose sur ce
    point très précis comme pour toute la directive :
    " Hier, Brice Hortefeux, ministre de l'immigration a affirmé que
    cette directive "retour" "ne changera en rien la politique
    française". […] Sur le deuxième élément de la directive qui vise à
    interdire pendant 5 ans le retour dans le pays d'accueil à tout
    étranger en situation irrégulière qui en a été expulsé, Brice
    Hortefeux a indiqué "avoir négocié" avec ses collègues Jean-Pierre
    Jouyet (Affaires européennes) et Bernard Kouchner (Affaires
    étrangères). "Nous avons obtenu que cette durée puisse être diminuée
    voire supprimée. La France n'est pas favorable à des politiques de
    bannissement", a ajouté Brice Hortefeux. "

    Enfin le Conseil a tenu à préciser en annexe de la directive
    " 1. Le Conseil déclare que la mise en œuvre de la présente directive
    ne devrait pas être utilisée en soi comme motif justifiant l'adoption
    de dispositions moins favorables pour les personnes auxquelles elle
    s'applique. "

    Sauf à considérer que Brice Hortefeux a menti et que les déclarations
    officielles du Conseil de l'UE n'ont aucun sens ni aucune valeur, fors
    est d'admettre que c'est l'étude d'impact et Eric Besson qui s'abrite
    derrière une fausse interprétation de la directive pour imposer ce que
    son pourtant peu humaniste prédécesseur qualifiait de politique du
    bannissement.

    Au delà des différents aspects délétères de ce projet de loi vous
    devez constater son irrecevabilité tel que prévu à l'article 9 de la
    loi organique précitée.

    Dans l'attente d'une telle action de votre part,XX
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8756
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: Les sans-papiers

    Message par bye le Sam 10 Avr - 4:20

    Bonjour à tous,

    Au festival de COZES (Charentes
    Maritimes), Idrissa Touré n'est pas venu présenter son film.


    Le Consulat de France lui ayant refusé le visa d'entrée. Il a 17
    ans, encore au lycée.

    Son père est un grand cinéaste reconnu :
    Moussa Touré réalisateur de TGV (avec Oumar Seck, Isseu Niang, Bernard
    Giraudeau, Phlippine Leroy-Beaulieu, ...), TOUBAB BI, NOUS SOMMES NOMBREUSES sur
    le viol comme "arme de guerre" au Congo.
    Il prépare un film sur le naufrage
    du JOOLA, plus importante tragédie maritime au monde à ce jour.
    Moussa
    Touré fait l'objet d'une surveillance étroite par le pouvoir politique
    sénégalais et interdit de séjour au Congo, à cause de ses
    films.

    Dans le même festival de COZES 2010 (26 mars - 02
    avril), le président du jury était... Moussa Touré. Le documentaire de son
    fils était en hors-compétition.

    La liberté de circulation est
    acceptée pour les biens et oeuvres de l'esprit, mais pas pour ceux qui les
    produisent.
    La lettre ouverte (plus bas) ne concerne pas seulement la
    question migratoire, elle ouvre sur la question de l'identité
    nationale.

    Bonne journée,
    ________________________________

    Subject: Lettre ouverte au consul Général de la france au sénégal
    Date:
    Thu, 8 Apr 2010 11:00:25 +0000

    Chers amis je vous invite a aller sur
    le site de sununews pour la lire la lettre du docteur Ibrahim Guèye. Si vous n'y
    allez pas aujourd'hui, je l'ai copiée collée la voici

    Lésé par
    une politique aveugle de fermeture des frontières, alors qu’il souhaitait de la
    manière la plus naturelle partager un moment fort de sa vie avec sa propre mère,
    le docteur Ibrahim Guèye exprime ici son sentiment de frustration aux autorités
    concernées.


    Paris, le
    31 Mars 2010


    Lettre
    ouverte à Son Excellence Monsieur le Consul Général de France à Dakar

    Son
    Excellence Monsieur le Consul Général

    L’indifférence que vous avez affichée ne me laisse pas d’autre choix que
    de vous adresser une lettre ouverte pour protester vivement contre le tort que
    vous avez causé à ma mère et à moi-même.

    Mon
    histoire est la suivante. Ma mère a déposé une demande de visa de court séjour
    pour venir assister à ma soutenance de thèse de doctorat en droit à Paris. La
    soutenance était initialement prévue le jeudi 7 janvier 2010. Après avoir déposé
    son dossier le 30 décembre 2009, vos services lui ont donné rendez-vous le 4
    janvier, vu qu’elle avait fait une réservation pour le 5 janvier
    2010.

    Le moment
    venu, elle s’est vue refuser le droit d’aller assister à la soutenance de thèse
    de son fils.

    Le
    rendez-vous du 7 janvier n’eut hélas pas lieu. La nature s’en est mêlée,
    empêchant un avion qui devait transporter un membre du jury de décoller de
    Toulouse car il y avait une intempérie de neige. La soutenance fut reportée au
    jeudi 28 janvier 2010.

    Ma pauvre
    mère reconstitua un dossier, en espérant que le coup du sort qui a fait reporter
    ma soutenance du 7 janvier allait produire le coup de miracle qui fera en sorte
    qu’elle puisse assister son fils en étant présente à ses côtés, le jour de sa
    soutenance de thèse.

    Un
    rendez-vous est à nouveau pris pour le 19 janvier et le 21 janvier vos services
    lui ont encore dit non malgré toutes les dispositions qu’on a prises, malgré le
    fait qu’elle ait été invitée par l’Ecole doctorale de mon université, malgré
    toutes les garanties que nous vous avons données.

    Son
    Excellence Monsieur le Consul, en vertu de quelle logique une mère n’a-t-elle
    pas le droit d’assister à la soutenance de thèse de son
    fils ?

    Votre
    refus injuste et injustifié signifie qu’elle n’est pas digne de fouler le sol
    français pour assister à un événement qu’elle attendait depuis plus de huit
    ans.

    Votre
    comportement traduit l’idée qu’une mère française serait plus mère de son enfant
    que ne l’est une mère sénégalaise, une mère africaine.


    Si vous
    nous avez traité de la sorte, c’est parce que nous appartenons à un pays pauvre.
    Mais la pauvreté n’est pas une tare et une mère issue d’un pays pauvre a le
    droit d’aller voir son fils pour une si bonne raison. De toute façon, une mère a
    toujours le droit de rendre visite à son enfant sans avoir à fournir de motif.

    Son
    Excellence Monsieur le Consul, la liberté d’aller et de venir est un droit
    universel, comme aménagé dans l’article 13 alinéa 2 de la Déclaration
    Universelle des Droits de l’Homme du 10 décembre 1948 qui
    dispose : « Toute personne a le droit de quitter tout pays, y
    compris le sien, et de revenir dans son
    pays ».

    Quand je
    pense que la France a la prétention d’aller enseigner aux peuples du monde
    entier ce que c’est que les droits humains parce qu’elle serait le pays des
    droits de l’Homme, permettez-moi de vous dire que c’est une bien regrettable
    façon de donner l’exemple.

    Être issu
    d’un pays pauvre est certes un handicap, ce n’est point une tare. Etre
    ressortissant d’un pays riche est certes un avantage, en aucun cas un mérite.
    Surtout quand on sait que la France a été construite avec, aussi, la force des
    fils d’Afrique, qui ont défendu l’honneur de votre patrie en versant leur sang.
    Je passe sur nos ressources et nos richesses qui ont été pillées par qui vous
    savez.

    Il n’est
    pire forme de mépris que de dire à une personne qui vient demander un visa à vos
    services, « nous refusons, nous ne vous disons pas pourquoi et vous
    n’avez pas à demander pourquoi non plus ». Le pouvoir discrétionnaire
    dont se prévalent vos services pour refuser toute justification et toute
    explication ne saurait justifier le mépris et l’humiliation. Votre politique en
    la matière gagnerait à avoir plus d’humanité, de logique, de panache et de
    grandeur.

    Vous avez
    humilié une mère, vous avez blessé et frustré son fils qui, au soir du 28
    janvier 2010, a trouvé que son grade de docteur avait un goût amer parce qu’il
    aurait légitimement aimé avoir sa mère à ses côtés. Cette façon de rabaisser
    tout un peuple en leur montrant chaque jour que vous ne voulez pas d’eux chez
    vous ne grandit point la France.


    Peut-on
    sérieusement croire qu’une femme de 62 ans risque d’émigrer en France en
    laissant ses enfants, son domicile et tous ses proches au Sénégal ?

    Mieux, ce
    n’est point élégant de pendre les 40 000 FCFA des gens (environ 60 euros) sans
    les leur rembourser si vous savez au moment même du dépôt du dossier que vous
    n’avez pas l’intention d’honorer leur demande. Vous vous dites sans doute que
    vous allez décourager les pauvres Africains en tapant sur le
    portefeuille.

    Mais, Son
    Excellence Monsieur le Consul, nous avons, comme tous les peuples du monde le
    droit de voyager, de découvrir, de visiter. Ce n’est pas un privilège qui est
    réservé aux Français et aux riches.

    Vous
    savez Monsieur le Consul, la roue de l’histoire, elle tourne et un jour viendra,
    sans doute, où les choses changeront.

    Il nous
    suffit d’avoir des dirigeants respectables et pas complexés pour défendre nos
    droits et notre honneur. On ne l’attend certainement pas de ceux qui nous
    gouvernent aujourd’hui !


    Permettez-moi de vous laisser méditer cette phrase de
    Montesquieu : « Si je savais une chose qui fut utile à ma
    nation mais nuisible à une autre, je ne la proposerais pas à mon Prince parce
    que je suis homme avant d’être français, parce que je suis (nécessairement)
    homme mais je ne suis français que par
    hasard ».

    Être
    homme est la constante qui nous unit et qui devrait nous réunir ; être
    Européens, Africains, Français ou Sénégalais est le fruit du
    hasard !

    Son
    Excellence Monsieur le Consul, tous les peuples ont une égale dignité, et priver
    une mère du plaisir d’assister à la soutenance de thèse de son fils sans aucun
    motif, sans aucune raison, juste pour le plaisir est un acte qui n’honore pas la France.

    Je vous prie de croire, Son Excellence Monsieur le Consul, à mon sentiment de respect
    pour l’HOMME que vous êtes.

    Ibrahim GUEYE

    Docteur en droit- Paris
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8756
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: Les sans-papiers

    Message par bye le Sam 10 Avr - 4:23

    terre d'errance

    Non au renvoi d'Abraham en Érythrée !

    Abraham Mehari Gebremesked est un Érythréen sous la menace d'une expulsion du territoire français suite au refus de lui accorder le statut de réfugié.

    L'office français pour les réfugiés et les apatrides a rejeté sa demande en première instance. Malheureusement, mal informé et paniqué, Abraham n'a pas fait les recours à temps, son dossier n'a donc pas été examiné par la cour nationale du droit d'asile

    Il est arrivé en France il y a 5 ans afin d'y obtenir une protection :

    - De confession pentecôtiste les autorités érythréennes l'ont torturé afin de lui faire abjurer sa foi et mis en détention pendant 1 an et demi dans des conditions très pénibles, s'apparentant à un traitement cruel, inhumain et dégradant. Depuis 2002, seules les Églises orthodoxe, luthérienne et catholique, ainsi que l'islam, ont le droit d'exister en Érythrée.

    - En 2004 Abraham est convoqué pour effectuer son service militaire. En Érythrée il est obligatoire et illimité aussi bien pour les filles que pour les garçons, la torture ainsi que le travail forcé sont monnaie courante pour les conscrits. En 2005 il s'échappe de cet enfer et devient alors un déserteur pour les autorités érythréennes et risque la peine de mort.

    À cause du risque de mauvais traitements encouru par les personnes rapatriées en Erythrée, le Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés a déconseillé d'expulser qui que ce soit vers l'Érythrée, y compris les personnes dont la demande d'asile a été rejetée. Human Rights Watch a appelé tous les pays hébergeant des demandeurs d'asile érythréens à ne pas les renvoyer par la force vers l'Érythrée, étant donné le risque de torture.

    Nous demandons au Préfet du Pas-de-Calais d'user de son pouvoir discrétionnaire pour autoriser Abraham à vivre parmi nous !
    --
    > Association Terre d'errance 932B rue du docteur Bailliet 62330 Isbergues
    http://terreerrance.wordpress.comhttp://terreerrance.wordpress.com/]http://terreerrance.wordpress.com[/url[/url]]
    http://migrantsdecalais.wordpress.comhttp://migrantsdecalais.wordpress.com/]http://migrantsdecalais.wordpress.com[/url[/url]]
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8756
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: Les sans-papiers

    Message par bye le Sam 10 Avr - 19:39

    Syndicat de la Magistrature
    Paris, le 31 mars 2010
    12-14 rue Charles Fourier
    75013 PARIS
    Tel 01 48 05 47 88
    Fax 01 47 00 16 05
    Mail : syndicat.magistrature@wanadoo.fr
    site : www.syndicat-magistrature.org


    Communiqué de presse


    Projet de loi Besson : Eloignez… ce juge qui m’agace !


    Nouvelle manifestation du recentrage de la droite sur ses fondamentaux, le
    Conseil des ministres vient d’adopter un énième projet de loi (le sixième
    depuis 2002) relatif à l’immigration, à l’intégration et à la nationalité.
    Le Gouvernement saisit l’occasion de la transposition de trois directives
    communautaires pour ajouter un ensemble de dispositions visant à
    restreindre encore les droits des étrangers lorsqu’ils sont confrontés à une
    procédure de refoulement ou de reconduite pour la seule raison qu’ils ne sont
    pas titulaires des documents ou justifications les autorisant à séjourner en
    France.
    Outre l’ingénieuse invention d’une zone d’attente « sac à dos » que les
    étrangers débarquant sur le territoire national apporteront avec eux où qu’ils
    soient – puisque tout lieu dans lequel ils seront découverts pourra être ainsi
    qualifié - le projet de loi se distingue également par une défiance totale à
    l’égard des juges, visiblement considérés comme des gêneurs dans la mise en
    oeuvre des objectifs chiffrés d’expulsions que Monsieur Besson a assignés à
    ses services.
    L’ensemble des dispositions du projet de loi relatives au contentieux judiciaire
    est en effet destiné, pour les unes, à éviter à l’administration le désagrément
    d’avoir à soumettre la régularité de ses procédures au contrôle du juge
    judiciaire et, pour les autres, à réduire ou neutraliser les pouvoirs de contrôle
    de ce dernier.
    En reportant de deux à cinq jours le délai dans lequel l’administration devra
    saisir le juge des libertés et de la détention (JLD), le projet vise ainsi
    2
    clairement à lui permettre de mettre à exécution un nombre considérable de
    procédures de reconduite et ce, sans qu’à aucun moment un juge n’ait été
    appelé à vérifier la régularité ni de l’arrestation de l’étranger ni des conditions
    de sa rétention au regard des droits qu’il est censé pouvoir exercer.
    Lorsque l’administration aura échoué dans sa tentative d’expulsion pendant
    ces cinq jours d’impunité et qu’elle devra donc demander au juge
    l’autorisation de prolonger la rétention, le pouvoir d’appréciation de ce juge
    sera considérablement restreint : contraint, par exemple, de « tenir compte
    des circonstances particulières liées notamment au placement en rétention
    d’un groupe d’étrangers pour l’appréciation des délais relatifs à la notification
    de la décision, à l’information des droits et à leur prise d’effet », il devra en
    revanche s’abstenir de prendre en considération les garanties de
    représentation offertes par l’étranger maintenu en zone d’attente pour
    refuser de prolonger ce maintien, de même qu’il devra s’interdire, en appel, de
    relever une irrégularité, même grave et manifeste, dès lors qu’elle serait
    antérieure à la comparution devant le JLD.
    Toujours plus de latitude pour l’administration dans la mise en oeuvre des
    expulsions, toujours moins de droits, corrélativement, pour des étrangers
    privés de liberté alors même qu’ils n’ont commis aucune infraction, telle est la
    conception que se fait notre gouvernement de la mise en oeuvre d’une
    politique migratoire soi-disant respectueuse des droits de l’Homme.
    Que le juge judiciaire - institué gardien des libertés individuelles par la
    constitution et chargé à ce titre de sanctionner les excès de l’administration
    en mettant fin aux rétentions indues - soit entravé dans l’exercice de cette
    fonction n’étonnera guère : en tentant d’écarter ce gêneur, Monsieur Besson
    ne fait rien d’autre que de se donner les moyens de ses objectifs.
    Le Syndicat de la magistrature se mobilisera, avec les très nombreuses
    associations et personnalités qui se battent contre une politique migratoire
    cynique et déshumanisée, pour appeler les parlementaires à faire obstacle à
    l’adoption de ces dispositions indignes.
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8756
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: Les sans-papiers

    Message par bye le Sam 10 Avr - 19:42

    Syndicat de la Juridiction Administrative
    Contact presse :
    Elsa Costa
    01 30 17 34 28
    06 78 58 58 48
    elsa.costa@juradm.fr

    Syndicat de la Juridiction Administrative

    Communiqué de presse

    PROJET DE LOI BESSON

    Le Conseil des ministres a adopté le 31 mars 2010 un nouveau projet de loi sur l’immigration.
    Reçu voilà quelques semaines par le directeur de cabinet du ministre Eric Besson, le Syndicat de la Juridiction Administrative (SJA), syndicat majoritaire des juges administratifs, avait exprimé ses désaccords avec le principe et le contenu de cette nouvelle modification du droit
    des étrangers. Il espérait avoir été entendu, d’autant plus que le contexte semble propice à une remise à plat des réformes gouvernementales annoncées.
    Le SJA est solidaire de ses collègues judiciaires à qui il est implicitement reproché d’avoir appliqué le droit dans l’affaire des réfugiés kurdes débarqués en Corse en début d’année.
    L’interpellation d’un étranger en situation irrégulière précède son éloignement éventuel.
    L’ordre d’intervention des deux juges respectivement compétents en vertu de principes constitutionnels, pour contrôler la régularité de la procédure de privation de liberté et la légalité des décisions administratives, le juge judiciaire et le juge administratif, va être inversé
    dans le but affiché d’escamoter en pratique le juge judiciaire par le biais d’un allongement de deux à cinq jours de la période initiale de rétention administrative d’un étranger. Cette mesure répond en catimini au souhait d’unification du contentieux de l’éloignement souhaité
    par le Président de la République dans un entretien au Figaro le 16 octobre 2009, après la libération par le juge des libertés et de la détention des ressortissants afghans interpellés lors du démantèlement de la « jungle » de Calais.
    Le projet est sous-tendu par l'idée erronée que le juge administratif s'opposerait moins souvent aux mesures d'éloignement des étrangers que le juge judiciaire alors que cela ne tient qu’à la différence de la nature des litiges soumis à ces deux juges.
    Ce durcissement supplémentaire va, comme cela a été le cas avec la « loi Sarkozy » du 24 juillet 2006, engendrer une nouvelle inflation de dossiers contentieux de façon totalement artificielle. Le juge administratif déjà difficilement en mesure aujourd’hui, du fait de sa charge de travail, d’étudier sereinement la situation individuelle de chaque étranger qui le saisit au regard du droit au séjour, risque de ne pas avoir les moyens de faire face à un nouvel afflux contentieux, d'autant qu'il devra statuer simultanément sur la légalité de six décisions
    distinctes. La suppression, envisagée par le Conseil d’Etat, de l'intervention dans ce type d’affaires, du rapporteur public, garant de la transparence et de la sécurité juridique de la décision rendue, apparaît dans ce contexte inacceptable.
    Enfin, le SJA souligne que, sous couvert de la simple transposition d’une directive européenne, le Gouvernement introduit en fait des mesures nouvelles, dont celles évoquées ci-dessus.
    Le 1er avril 2010.
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8756
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: Les sans-papiers

    Message par bye le Mer 14 Avr - 5:46

    32
    travailleurs intérimaires sans papiers de multipro sont en grève depuis
    le 23
    octobre 2009, soutenus par Solidaires et un large comité de soutien.
    Alliant insultes racistes, agressions physiques et mutisme,
    les dirigeants persistent depuis le début de la grève dans leur
    entêtement mais
    ne signent toujours pas les formulaires d’embauche Cerfa, nécessaires à
    la
    régularisation.


    Disant qu’ils n’avaient pas d’argent pour payer la taxe OFFI
    qu’ils devraient payer pour participer à la régularisation de ces
    travailleurs
    Sans Papiers qui ont bossé chez eux parfois durant plusieurs années, ils ont
    rouvert une autre agence !

    Le 19 février, les grévistes et leurs soutiens se sont
    rassemblés devant l’agence qui les
    emploie près de la Place de la Nation, à Paris. La réponse a eu le
    mérite
    d’être claire : insultes racistes en guise d’introduction, puis
    agression
    physique par une vingtaine de nervis armés de casques en guise de comité
    d’accueil.

    Depuis, la pression des grévistes n’a pas cessée :
    Présence devant les boutiques, malgré les insultes et les agressions
    physiques,
    tour des donneurs d’ordres pour dénoncer Multipro, les grévistes ne
    lâchent pas !

    Aidons-les !

    Dès mercredi 14 avril au matin :
    Téléphonez,
    faxez aux
    boutiques de Multipro pour réclamer qu’ils
    ouvrent les négociations et qu’ils entament les démarches pour la
    régularisation des 32 de Multipro

    244
    bd Voltaire 75011 PARIS
    Tel: 09 71 34 69 95

    15 r
    Immeubles Industriels 75011 PARIS
    Tel 0140331818
    fax : 01 40 33 11 11

    235
    bd Voltaire 75011 PARIS
    Tel 01 44 93 23 93
    fax : 01 44 93 09 08

    Nota : Pour cacher son numéro depuis un fixe, faire le
    3651 avant le numéro, #31# depuis un téléphone portablePour
    des fax gratuits: http://fax-gratuit.net/tt/index[/url] ou http://www.freefaxhttp://www.freefax.fr/]http://www.freefax[/url[/url]]
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8756
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: Les sans-papiers

    Message par bye le Ven 16 Avr - 15:54

    Prison pour étrangèr-e-s de Plaisir. Jeudi 15 avril 2010

    "J'étais au centre de rétention de Strasbourg. J'ai déjà refusé une fois d'embarquer. Et demain j'ai un autre vol.
    Le problème c'est que on me prive de ma liberté ! On m'a arrêtée à Mulhouse au foyer avec un mandat d'arrêt ça fait trois semaines. J'ai fait deux jours à Saint-Louis. je n'ai pas de sous- vêtements de rechange, ils ne m'ont rien laissé prendre !
    J'ai été opérée le 14 novembre. j'ai voulu me soigner pour avoir des enfants. J'ai aussi des problèmes psychiatriques et je suis suivie. ça fait un an et demi que je suis en France. je suis arrivée avec un visa Schengen d'un mois et je suis tombée malade. j'avais l'hépatite B, le médecin m'a dit de rester pour me soigner.
    Je ne sais pas ce qu'il me réserve demain. ma décision est déjà prise. J'ai déjà trop patienté. je ne suis plus dans ma peau. Je ne peux pas bouger d'ici. fallait qu'on m'expulse dès le départ ! Je deviens folle ici. Je pars pas ou ça sera mon cadavre."

    Une petite note d'espoir : tous les aéroports d'une bonne partie de l'Europe (France compris) étant fermés, grâce à l'activité volcanique de la terre, avec un peu chance, elle ne sera pas expulsée ainsi que de nombreuses autres personnes !


    FERMETURE DES CENTRES DE RETENTION
    LIBERTE DE CIRCULATION ET D'INSTALLATION
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8756
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: Les sans-papiers

    Message par bye le Dim 18 Avr - 9:19

    Mort d'un ado afghan de 16 ans en tentant le passage

    Loon Plage, près de Dunkerque, selon une personne de Salam:


    Ramahdin était afghan et il avait 16 ans . Il a
    trouvé la mort dans la nuit de samedi à dimanche en tentant de passer en
    angleterre. Caché sous un camion qui montait sur le ferry boat de Loon Plage
    pour rejoindre son eldorado. Un contrôle de police d'après le camarade qui
    était avec lui et il a perdu la vie sous les roues
    du semi remorque. Personne n'en a parlé, la presse n'était pas au courant. La
    mort d'un jeune de 16 ans est-elle si banale que ça?
    Nous étions plusieurs à le connaitre puisqu'il
    était allé avec son cousin à Bailleul pour une convalescence, deux gentils
    garçons d'ailleurs.
    Qu'en est-il actuellement? Le corps serait rapatrié
    en afghanistan via l'ambassade.
    Combien devra -t-il encore y avoir de morts
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8756
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: Les sans-papiers

    Message par bye le Lun 19 Avr - 5:20

    Mardi 13 avril, 8h, les CRS qui avaient harcelé toute la semaine les réfugiés soudanais dont certains sont des demandeurs d'asile, sont arrivés au squat des africains et ont interpellé tout le monde.
    Une fois emmenés, les ouvriers de la ville de Calais sont venus voler sacs, tentes, couvertures jusqu'aux palettes de bois.

    Aucune ordure n'a par contre été retirée.

    Philippe Mignonet, adjoint au Développement durable, UMP, est arrivé à son tour regarder si le vol était accompli comme convenu.

    S'il est illégal de squatter un bâtiment abandonné, il est illégal de voler des affaires et des dons de calaisiens.

    De l'argent a disparu avec les sacs à dos. La mairie a même indiqué que certains objets réclamés ont été purement détruits.

    Il semblerait que la mairie de Calais soit habituée à de telles pratiques en collaboration étroite avec la police: à la déchetterie, se trouvait un sac appartenant à un afghan qui n'habite pas au squat.

    [ Philippe Mignonet, lors d'une occupation symbolique du hall de la mairie, voit arriver devant lui, une militante No Border qui lui demande s'il est bien M. Mignonet. "Non, vous faites erreur!" répondra avec courage le grand homme.]
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8756
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: Les sans-papiers

    Message par bye le Lun 19 Avr - 19:10

    HÉBERGEMENT DES DEMANDEURS D'ASILE : L'ÉTAT CONDAMNÉ !

    L'hébergement des demandeurs d'asile en Indre-et-Loire, comme dans tous
    les départements en France, ne respecte pas la loi, pourtant minimale en
    la matière. Bien souvent, des familles ou des célibataires restent à la
    rue ou sont accueillis à la dernière minute, la nuit, dans des foyers
    d'urgence.
    Or, le Conseil d'État a rédigé trois arrêts cet automne, imposant aux
    préfectures d'assurer l'hébergement des demandeurs d'asile et de leur
    assurer nourriture et vêtements.
    Malgré ces textes, les préfets n'ont pas changé d'attitude. C'est
    pourquoi, nous avons soutenu 14 familles et célibataires, demandeurs
    d'asile, dans leurs procédures de référés auprès du Tribunal
    Administratif d’Orléans (TA), contre le préfet d'Indre-et-Loire. Ces 14
    référés ont tous été gagnés : le préfet est dans l'obligation de
    subvenir « aux besoins fondamentaux » (hébergement, nourriture et
    vêture) pour toutes les personnes concernées.
    Cependant, à ce jour, aucun des référés gagnés par les demandeurs
    d'asile n’est intégralement appliqué par la préfecture ! C’est pourquoi
    une première demande d'astreinte de 200 € par jour a été déposée auprès
    du TA. Le 12 avril 2010, le juge a ordonné « une astreinte de 200 € par
    jour [...] à l'encontre de l'État s'il n'est pas mis à exécution de
    l'ordonnance... du 31 mars [date du jugement du référé pour une famille] »
    Le fait que les demandeurs d'asile ne puissent bénéficier d'un
    hébergement digne et décent conduit à l'engorgement du dispositif
    d'urgence. Ainsi des dizaines d'hommes, de femmes et d'enfants ne
    peuvent bénéficier de ces structures d'urgence et sont laissés à la
    désespérance des trottoirs.
    Les associations locales gérant les foyers d'urgence sont en partie
    responsables de cette situation. En effet, ces structures sont en droit
    (pour ne pas dire dans l'obligation) d'agir afin que leurs missions de
    service public soient remplies. Lorsqu'elles n'ont plus les moyens de
    les mener à bien, il leur est possible de faire appel à la Justice pour
    que les autorités (ici la préfecture) leur donnent les moyens nécessaires.
    A ce titre, nous sommes extrêmement vigilants à l'égard de l'Entr'Aide
    Ouvrière. A la demande de la Direction Départementale de la Cohésion
    sociale, la direction de cette association a choisi de menacer de jeter
    à la rue 9 familles vulnérables qu'elle héberge actuellement, plutôt que
    d'exercer ces recours en justice pour l'application de la loi. Il est
    évident que si l'EAO met ses menaces à exécution, il sera entamé des
    démarches juridiques à son encontre, et que nous organiserons, comme
    depuis plusieurs années, des actions militantes afin d'empêcher
    l'expulsion de ces familles

    Nous appelons à une conférence de presse le mardi 20 avril à 17 h 30 h
    au centre social Samira place du Commandant Tulasne à Tours
    Et nous organisons, le mardi 4 mai à 20 h un débat public au centre
    social Samira place du Commandant Tulasne à Tours.
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8756
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: Les sans-papiers

    Message par bye le Ven 23 Avr - 6:52

    Récit d’une expulsion dans un charter Frontex
    10 mars 2010, vol Paris-Lagos (Nigeria) avec escale à Madrid (Espagne), organisé par la France, coordonné par Frontex.

    Ont été embarqués dans un très vieil avion de la compagnie EgyptAir :
    - 8 Nigérians de Norvège,
    - 5 Nigérians du Danemark,
    - 8 à 10 Nigérians de France,
    - 1 Nigérian des Pays-Bas ;
    En Espagne : 20 autres Nigérians.

    Parmi lesquels, 10 à 15 femmes et 2 à 3 enfants d’un âge de 8-9 ans.
    Chaque expulsé-e était « personnellement escorté-e » par 3 policiers du pays qui les expulse, et du personnel médical des Pays-Bas et de France.

    Tou-te-s les expulsé-e-s étaient menotté-e-s mains et pieds ( avec une sangle qui attache les menottes des mains à celles des pieds) et entravé-e-s par un “bodycuff” (fixation de la taille et des mains). Ils ont juste été détaché-e-s avant d’arriver à Lagos.

    Il y a eu du retard à Madrid, causé par la résistance des quelques 20 expulsé-e-s à l’embarquement.

    Durant le vol, aucun repas chaud ne leur a été servi, juste du pain et du fromage, ce qui n’a pas du tout suffi. Pas de télévision, ni de radio sur ce vol.

    Ils ont été “relâché-e-s” dans la partie réservée aux cargos de l’aéroport de Lagos.



    Ce compte-rendu est celui de Ricky, qui fait partie des survivants très traumatisés de l’incendie qui avait eu lieu au centre de détention de Schipol (Amsterdam, PB) en 2005, où 11 migrants sans papiers sont morts. Il a été mis à l’isolation au centre de détention le jour précédant son expulsion. Lors de son transfert à l’aéroport de Schipol, les policiers lui ont mis des menottes aux mains et l’ont entravé avec un « bodycuff » à la taille. A l’aéroport, ils lui ont aussi attaché les pieds et ensuite expulsé dans un avion privé pour Paris, avec une escorte de trois policiers et un médecin. Le voyage entre Amsterdam et Lagos a au total duré presque 24 heures. A Lagos, on l’a sorti de l’avion sans lui remettre de certificat médical ni lui donner de médicaments comme cela avait été promis à son avocat par le « Service néerlandais des Rapatriements et des Départs ( ?!)» [Department of Repatriation and Departure]. Il a reçu 50 euros pour payer les transports et survivre les premiers jours. Certain-e-s expulsé-e-s n’ont pas reçu d’argent du tout. Un mois a passé depuis cette expulsion et Ricky a toujours mal à ses chevilles enflées à cause des menottes et du traitement agressif qu’il lui a été infligé. Il n’a pas d’argent pour payer les médicaments dont il a besoin.
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8756
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: Les sans-papiers

    Message par bye le Mar 27 Avr - 5:37

    JOURNAL l"ALSACE

    Strasbourg - 23 Avril 2010
    La veuve marocaine toujours en sursis


    Alors qu’elle était convoquée devant le juge des libertés et de la détention hier matin ( « L’Alsace » d’hier), au TGI de Strasbourg, Rquya Benchama, 63 ans, veuve marocaine d’un ancien combattant qui a servi sous le drapeau français pendant la Seconde Guerre mondiale, a été extraite mercredi après-midi, du centre de rétention administratif (CRA) de Geispolsheim, pour être conduite à l’aéroport.Les autorités avaient prévu qu’elle embarque dans un vol pour le Maroc, mais la vieille dame a refusé d’embarquer et elle a été ramenée au CRA en début de soirée. Après son examen médical à l’hôpital de Strasbourg Hautepierre, elle a accepté de se réalimenter « pour faire passer les médicaments » qui lui ont été prescrits. En effet, elle souffre de diabète et d’un mauvais état dentaire. Et au centre de rétention, tous les étrangers retenus ont un mot gentil pour elle. Aux visiteurs qui viennent les voir, ils parlent tous de « cette grand-mère qui ne devrait pas se trouver là ». Son fils qui l’avait accueilli à son arrivée en France il y a quelques mois était présent hier matin au tribunal. Cet ouvrier mécanicien domicilié à Belfort a redit qu’il pouvait l’accueillir chez lui afin qu’elle voie grandir ses petites filles de 8 mois et deux ans.
    Rquya Benchama n’a plus de famille au Maroc, plus personne qui puisse s’occuper d’elle. Elle n’est pas non plus sans ressource, car les formalités qu’elle était venue remplir pour toucher la pension militaire de son mari décédé sont pratiquement achevées. Le juge lui a donné la possibilité hier d’être assignée à résidence chez son fils, à condition qu’elle quitte la France dans les dix jours. La veuve a refusé en affirmant qu’elle voulait rester en France auprès de ses enfants. Elle a deux autres fils établis dans le sud de la France. Elle risque à nouveau à tout moment d’être conduite à l’aéroport pour embarquer sur un vol vers le Maroc.
    Geneviève Daune-Anglard


    Strasbourg - 22 Avril 2010
    Une veuve marocaine en rétention


    Rquya Benchama, âgée de 63 ans, est détenue depuis le 14 avril, au Centre de rétention (CRA) de Geispolsheim. Cette veuve d’un ancien combattant, qui s’est battu pour la France durant trois campagnes en 1939-1940, est arrivée chez nous avec un permis de séjour de deux mois.Elle souhaitait rendre visite à ses enfants dont certains sont français et d’autres marocains avec des titres de séjour de dix ans. L’un de ses fils habite à Belfort, l’autre à Nîmes. Rquya Benchama a aussi profité de son séjour pour s’occuper des démarches à faire pour toucher la pension militaire de son mari mort en 1998.
    Elle a demandé à la préfecture du Territoire de Belfort une prolongation de son titre de séjour, pour vivre auprès de son fils et toucher la pension de réversion de son mari, elle a eu comme réponse, il y a un mois, une obligation de quitter le territoire français. Et le 14 avril, elle a été arrêtée à 6 h du matin au domicile de son fils et conduite au CRA de Geispolsheim.
    Souffrant de diabète et de problème dentaires, cette veuve ne s’alimente plus depuis son internement à Geispolsheim. Elle a été hospitalisée brièvement hier après midi, aux urgences du CHU de Strasbourg-Hautepierre, puis ramenée au CRA.
    Un premier recours déposé par son fils avait été déclaré irrecevable vendredi dernier, par le tribunal administratif de Strasbourg, parce qu’il n’avait pas été déposé par elle ou son avocate. Cette dernière a déposé en urgence un second recours, qui devrait être examiné ces jours-ci. Rquya Benchama passera ce matin devant le juge des libertés et de la détention, qui se prononcera sur son maintien ou non au CRA.
    Geneviève Daune-Anglard
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8756
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: Les sans-papiers

    Message par bye le Mar 27 Avr - 11:48

    Objet : Arrivée de plusieurs familles avec enfants à OISSEL

    Bonsoir,

    Du jamais vu depuis le début de l'année 2010...

    Plusieurs familles dont au moins 9 enfants de 3 mois à 12 ans (dont plusieurs scolarisés) viendraient d'arriver au Centre de rétention à OISSEL.

    Outre le caractère massif de cette arrivée, il semble qu'ils proviendraient tous de la même région (Besançon) et qu'ils seraient tous en procédure prioritaire de réadmission (sans recours suspensif devant le tribunal administratif) vers la Pologne...ou la Suède pour l'une d'entre elle.

    Il y aurait pour certains des problématique de santé et une procédure, qui à vue de nez, ne serait pas forcément régulière notamment en l'absence de notification des droits par l'intermédiaire d'un interprète.

    Tout cela reste au conditionnel car je n'ai pas eu directement accès aux dossiers de ces personnes.

    L'intervention du juge des libertés, qui peut seul vérifier la régularité de la procédure, ne se fait qu'après 48h de rétention...or il y a fort à parier que le renvoi soit organisé avant ce délai.

    Nous sommes, du point de vue strictement juridique, assez limité. Mais nous pouvons au moins envisager de donner une réponse militante à ces pratiques qui sont particulièrement choquantes.

    Cordialement,

    Pour le SAF de Rouen,

    Cécile Madeline
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8756
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: Les sans-papiers

    Message par bye le Mar 27 Avr - 11:54

    Comité des Sans Papiers 59 - CSP59 - 42, Rue Bernos – 06.80.57.50.61 - 59.800 Lille – E-mail : csp59@wanadoo.frmailto:csp59@wanadoo.fr]csp59@wanadoo.fr[/url[/url]] -
    http://leblogducsp59.over-blog.comhttp://leblogducsp59.over-blog.com/]http://leblogducsp59.over-blog.com[/url[/url]]


    ARRESTATION DU MARCHEUR BOUALEM SOLIDAIRE DES SINISTRES DE LA TORNADE DU VAL DE SAMBRE !

    Boualem Ghemri marcheur sans papiers un des organisateurs du repas de solidarité avec les sinistrés de la tornade du sud du département a été arrêté aux abords du local du CSP59 à Fives où il se rendait.

    Boualem a marché de Neuf-Mesnil à Lille après avoir remis un chèque de 1000 euros pour les sinistrés sur le thème : la solidarité, c’est l’intégration et les papiers.

    Boualem joue avec le théâtre de l’opprimé pour exprimer la souffrance inhumaine au quotidien des sans papiers.

    Boualem a réhabilité le local de la Maison de l’immigration et de l’égalité Romain Binazon.

    Boualem doit être bientôt parrainé par la Mairie de Lille à l’instar de Hakim, Mourad, Kamel qui viennent de l’être par la Mairie et la ville de Quiévrechain et des autres qui le seront par une vingtaine de Mairie de la région Nord-Pas-de-Calais.

    Boualem est « intégré », mais Boualem est victime du fait que depuis trois semaines la paf vient fouiner « à la porte du CSP59 pour chercher à nous arrêter et nous faire peur pour empêcher que l’on vienne au local » comme le disent les sans papiers.
    Demandons au Préfet :
    - sa libération
    - sa régularisation
    - l’arrêt de la traque de la paf aux portes du local et au métro Fives

    Fait à Lille le 26/04/10

    Ecrivez au Préfet :
    Préfecture du Nord :
    Préfet du Nord-Pas-de-Calais : Jean Michel BERARD
    Fax 03 20 30 52 52
    prefecture.nord@nord.pref.gouv.frmailto:prefecture.nord@nord.pref.gouv.fr]prefecture.nord@nord.pref.gouv.fr[/url[/url]]
    Directeur de cabinet du Préfet du Nord : marc.chappuis@nord.pref.gouv.frmailto:marc.chappuis@nord.pref.gouv.fr]marc.chappuis@nord.pref.gouv.fr[/url[/url]]
    Secrétaire général de la Préfecture du Nord salvador.perez@nord.pref.gouv.frmailto:salvador.perez@nord.pref.gouv.fr]salvador.perez@nord.pref.gouv.fr[/url[/url]]
    Ministère de l’immigration et de l'Identité Nationale :
    Fax ministère : 01 77 72 61 30 et 01 77 72 62 00
    Secrétaire général du Ministère :
    secretariat.general@iminidco.gouv.frmailto:secretariat.general@iminidco.gouv.fr]secretariat.general@iminidco.gouv.fr[/url[/url]]
    stephane.fratacci@iminidco.gouv.frmailto:stephane.fratacci@iminidco.gouv.fr]stephane.fratacci@iminidco.gouv.fr[/url[/url]]
    fax : 01 77 72 61 30 et 01 77 72 62 00
    Ministre : eric.besson@iminidco.gouv.frmailto:eric.besson@iminidco.gouv.fr]eric.besson@iminidco.gouv.fr[/url[/url]]
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8756
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: Les sans-papiers

    Message par bye le Mer 28 Avr - 5:36

    15 SOUDANAIS EN COURS D'EXPULSION A COQUELLES!

    SOLIDARITE A PARIS COMME A CALAIS! Bougeons nous! STOP AU SILENCE
    ASSOURDISSANT DE CES EXPULSIONS
    H.C.R le mal nommé! il faut l'occuper pour leur demander non leur aide et
    collaboration avec l'IOM et autres horreurs , mais l'obligation écrite de
    stopper tout vol vers ce pays : occuper jusqu'à ce que nous puissions nous
    faire entendre, Le HCR : complice responsable et acteur
    Directe de ces politiques criminelles.

    IL FAUT AGIR STOPPER CES EXPULSIONS VERS LA MORT : LE SOUDAN!!
    H C R JEUDI A PARIS : 9 rue Kepler 75016.

    (voir article ci dessous sur ce qui s'y passe, beaucoup d'autre articles :
    faire copier coller)

    www.lemonde.fr/afrique/article/2010/04/26/combats-au-soudan-avant-l-annoncewww.lemonde.fr/afrique/article/2010/04/26/combats-au-soudan-avant-l-annonce[/url[/url]]-" target="_blank" rel="nofollow">http://www.lemonde.fr/afrique/article/2010/04/26/combats-au-soudan-avant-l-annonce]www.lemonde.fr/afrique/article/2010/04/26/combats-au-soudan-avant-l-annonce[/url[/url]]-
    des-resultats-des-elections-generales_1342566_3212.html

    NON AUX EXPULSIONS DES 15 SOUDANAIS A COQUELLES
    Appel au rassemblement devant les bureaux
    du HCR à Calais jeudi 29 à 18h

    Depuis plus d'un mois les CRS harcèlent quotidiennement le squat Africain
    et les militants qui essayent d’empêcher les arrestations à Calais. Suite à
    ces rafles répétées 15 Soudanais sont enfermés au centre de rétention de
    Coquelles depuis deux semaines.

    Deux sur les 15 qui passaient en jugement le 24 avril 2010, au tribunal de
    Coquelles, au terme de leurs 15 premiers jours de rétention se sont vus
    mentionner que le consul du Soudan, présent à Coquelles le 15 avril dernier,
    les a reconnu comme ressortissants. Leur mise en rétention est prolongée de
    5 jours le temps d'organiser l'escorte et le vol qui les expulsera au Soudan
    ( le 30 avril au plus tard) . Quand la juge leur a demandé pourquoi ils ne
    souhaitaient pas demander l'asile en France ils ont répondu qu'il leur
    paraissait insensé de demander l'asile dans un pays où il n'ont pas de
    repères en dehors de ce qu’ils vivent à calais, des conditions inhumaines et
    dégradantes même pour les personnes en demande d'asile ou en bénéficiant.

    Les Soudanais présents au centre de rétention de coquelles ont dans leur
    grande majorité refusé de rencontrer le consul du Soudan et de décliné leur
    identité devant le juge et dans le centre, leurs mise en rétention est donc
    prolongée de 15 jours supplémentaires comme le permet la loi. Cette forme de
    résistance afin de ne pas être identifiés comme Soudanais et ne pas être
    expulsés peut ce transformer en prison ferme d’un jour à l’autre pour
    obstruction. Cette forme de résistance et la seule pour ne pas être renvoyé
    de force dans un pays ou La guerre civile au est un conflit armé qui
    touche depuis 2003 la région du Darfour, située dans l'ouest du Soudan. Les
    origines du conflit sont anciennes et sont dues aux tensions ethniques qui
    débouchent au premier conflit du Darfour de 1987. Bien que le gouvernement
    Soudanais affirme que le nombre de morts se situe aux environs de 10 000,
    trois pays, les Etats-Unis, Israël et le Canada, soupçonnent que ce conflit
    couvre un génocide ayant fait environ 300 000 morts et 2,7 millions de
    déplacés dont 230 000 réfugiés au Tchad. La Commission d'enquête de l’ONU
    sur les violations des droits de l'homme perpétrées au Soudan parlent de
    crimes contre l'humanité[]. Constatant que la justice Soudanaise ne peut ou
    ne veut rien faire pour y remédier, elle transmet le dossier à la cour
    pénale internationale.


    Aujourd'hui les Soudanais fuient le régime de Omar el-bachir, qui est devenu
    chef d'état en 1989 après un coup d'état militaire. Ce dictateur est
    aujourd'hui sous le coup d'un mandat international pour crimes de guerre par
    la cour internationale de la Haye. C'est pour cette même raison que Nicolas
    Sarkozy ne souhaite pas sa venue en mai prochain à Nice lors du sommet
    France-Afrique. Comment peut-on reconnaitre publiquement les exactions d'un
    dictateur et renvoyer secrètement des Soudanais dans ce pays?

    Comment l'article 3 de la constitution européenne des droits de l'homme peut
    ne pas protéger des personnes, qui fuient le Soudan, quand ils risquent
    directement l’amputation et la lapidation avec la loi en vigueur dans le
    pays?

    Calais sert de ville exemple pour légitimer une politique électoraliste et
    sécuritaire, pour faire croire à l’électorat qui a mis Nicolas Sarkozy au
    pouvoir qu’il tient ses promesses en matière de sécurité et de lutte contre
    l’immigration clandestine. A Calais le gouvernement veut montrer que tout le
    monde est expulsable, peu importe son pays .

    Ni les Afghans ni les Soudanais ni aucun peuple , ne doivent servir
    d’exemple pour assoir une logique électoraliste et politicienne. Ce
    fantasme n’existe pas, il ne fait que déplacer le problème alors que l’on
    attire les médias sur la seule ville de calais en montrant que l’on en a
    fini avec l’immigration clandestine, mais que fait-on de toutes ces jungles
    partout sur le littoral où les drames se multiplient à l’image du jeune
    afghan de 16 ans, mort il y a deux semaines, écrasé sous l’essieu d’un
    camion ?

    Nous exigeons la fin directe et sans conditions de Dublin 2.

    Nous exigeons que chaque personne puisse demander l'asile partout où elle
    le souhaite que ce soit pour des raisons politiques, économiques,
    environnementales ou pour le simple mot "liberté".

    L’Europe forteresse n’est qu’un moyen pour se protéger d’un passé colonial
    qui aujourd’hui ravage des pays entiers et pousse des milliers d’individus à
    venir vers les richesses et les droits démocratiques qu’on leur a volé
    pendant des siècles avec la colonisation et la mise en place de dictateurs.


    FERMETURE DE TOUS LES CRA
    NO BORDER, NO NATION, STOP DEPORTATION
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8756
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: Les sans-papiers

    Message par bye le Ven 30 Avr - 5:02

    Rencontre avec Graciela et Rafaela///Collectif TERRITORIO DOMESTICO

    SANS-PAPIERS A MADRID, SANS-PAPIERS A PARIS, SANS-PAPIERS PARTOUT,
    SOLIDARITE !

    Des centaines de milliers de sans-papiers travaillent dans le bâtiment,
    les travaux publics, la restauration et l'hôtellerie ou de façon isolée
    dans des secteurs non syndiqués tels que celui des services de l’aide à
    domicile, du ménage, de la garde d’enfants et des personnes âgées…
    Ils et elles effectuent les travaux pénibles et indispensables.
    Grâce à eux et à elles les routes s'allongent, les maisons s'élèvent, les
    plats chauds sont sur la table, le linge est nettoyé, des familles
    entières ont un quotidien confortable, les enfants grandissent…

    Ils et elles existent mais les lois répressives les rendent invisibles.
    Dans la rue ils et elles doivent raser les murs, fuir l'uniforme au risque
    de leur vie, vivre dans la crainte des rafles, des centres de rétention,
    des expulsions...
    Dans leurs lieux de travail, ils et elles doivent baisser les yeux, subir
    les salaires aléatoires ou divisés par deux ou par trois et les logements
    insalubres, les accidents de travail, les vexations et humiliations
    quotidiennes, la peur d'être jetés dans la rue...

    Ils et elles participent à l'économie, et subissent une chasse chaque jour
    plus inhumaine et sont décrits comme profiteurs du chômage et des
    allocations...
    Un mensonge entretenu pour des raisons politiques et économiques : pour
    diviser les plus précaires, en rendant responsables les étrangers en
    particulier les sans-papiers de leurs difficultés ; et pour créer une main
    d’œuvre docile, pas chère, à la merci des patrons et de la police,
    exploitable et licenciable dont le seul droit est de se taire et obéir...

    Ils et elles ne veulent plus vivre dans la peur et exigent les mêmes
    droits pour tou-te-s.
    Ils et elles appellent à la solidarité générale et à celle des syndicats.
    Ils et elles savent que le sort que leur réserve aujourd’hui le patronat
    sera celui de tous demain.
    Ils et elles ont le dos au mur, et ne leur reste que le chemin de la lutte.

    Nous les sans-papiers voulons dire basta !
    Nous voulons et appelons tous les sans-papiers à sortir de l’ombre et à
    s’organiser, à revendiquer le droit à vivre dignement !
    Nous ne voulons plus vivre dans l’humiliation, le mépris et la peur !
    Nous voulons les mêmes droits que nos camarades avec des papiers !

    Rencontre avec Graciela et Rafaela
    Collectif TERRITORIO DOMESTICO MADRID
    Le 1 MAI 2010 à 18h30 au CICP !
    21 Ter rue Voltaire 75011 Paris - Métro Rue des Boulets (Ligne 9)

    Graciela et Rafaela vivent à Madrid et militent dans le collectif
    "Territorio Doméstico" qui lutte pour les droits des employées de ménage
    qui sont pour la plupart immigrées, souvent sans papiers. C'est un
    collectif autogéré, où les femmes se soutiennent les unes les autres. Le
    but du collectif est de faire connaître aux femmes leurs droits et de
    rendre visible le travail domestique et les personnes qui le font, qui
    sont doublement invisibles : comme sans papiers qui ont peur et comme
    employées de ménage isolées de par leur travail.

    La rencontre sera l'occasion d'échanger des expériences de lutte, de
    raconter la situation des sans papiers en Espagne et de tisser des liens
    entre collectifs au niveau européen, et de parler de la situation des
    femmes sans papiers.
    Comment se mobiliser, faire pression quand on travaille isolé dans une
    famille ? Comment pouvons-nous créer des réseaux de solidarité pour
    obtenir la régularisation de tous les sans papiers partout ?

    Voir une vidéo sur Internet de la Manifestation du 28 mars 2010 à Madrid
    organisée par Territorio Doméstico (en espagnol) :
    http://www.youtube.com/watch?v=KUTW6clGcRMhttp://www.youtube.com/watch?v=KUTW6clGcRM]http://www.youtube.com/watch?v=KUTW6clGcRM[/url[/url]]


    A MADRID, A PARIS, ET PARTOUT, DES DROITS POUR TOU-TE-S !
    ARRÊT DES RAFLES, ARRÊT DES EXPULSIONS !
    REGULARISATION DE TOUS LES SANS-PAPIERS !
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8756
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: Les sans-papiers

    Message par bye le Mar 4 Mai - 6:01

    LE MINISTRE DE L'INTERIEUR PORTE PLAINTE
    NON AU REFOULEMENT DE L'HISTOIRE

    Le Ministre de l'intérieur vient de porter plainte contre X à propos
    d'un communiqué publié le 12 février 2010 par le collectif SOIF
    D'UTOPIES et RESF 37, intitulé « Les Baleiniers », qui dénonçait
    l’utilisation du fichage des enfants dans les écoles pour repérer les
    sans-papiers.
    « Cette technique de chasse aux enfants a eu son heure de ''gloire''
    pendant une des périodes les plus sombres de notre histoire
    contemporaine. Les nervis de Vichy ont en effet utilisé les enfants pour
    pouvoir aider à la déportation de ces derniers et de leurs parents.
    « Il semblerait que certains fonctionnaires préfectoraux,
    particulièrement zélés, s'inspirent de nouveau de la chasse à la
    baleine. Actuellement, les fichiers, comprenant la liste des élèves et
    leur adresse (par exemple Base élèves), sont constitués dans chaque
    établissement. Certains fonctionnaires préfectoraux interviennent auprès
    des directeurs d'établissement pour que ceux-ci leur transmettent la
    nationalité des parents. C'est illégal ! Il y a de réels soupçons en
    Guyane, en Ille-et-Vilaine et en Indre-et-Loire. » (extrait du CP « Les
    Baleiniers »)
    Le 16 février 2010, la préfecture d’Indre-et-Loire répondait par un
    communiqué. Elle affirmait qu'elle «[...] n'a jamais interrogé les
    directeurs d'établissements scolaires pour connaître la situation de
    leurs parents ressortissants étrangers. Cette consultation serait en
    tout état de cause inutile puisque le fichier national des étrangers
    AGDREF (Application de Gestion des Dossiers des Ressortissants Etrangers
    en France) auquel la préfecture a accès fournit tous les renseignements
    utiles à la connaissance du dossier de l'étranger ».
    Ainsi donc, l'Etat serait en mesure de connaître l'ensemble des
    personnes sans papiers vivant en France. Tous les « clandestins »
    seraient donc fichés ? C’est là un gros mensonge et une pure
    forfanterie, puisque, par définition, toute personne entrée
    clandestinement sur le territoire français et n'ayant pas encore entamé
    de procédure de régularisation, ne peut être inscrite dans ledit
    fichier. Personne aujourd’hui, et l’Etat moins que quiconque, ne peut
    donner le nombre exact de « clandestins » - seulement des estimations
    qui ne sont que des supputations.
    En Indre-et-Loire, deux directeurs d'école ont été sanctionnés parce
    qu'ils refusaient d'inscrire les données demandées dans le fichier «
    Base-élèves ». Dans d'autres départements, plusieurs responsables
    d'école ont aussi été sanctionnés. Si ce fichier était si anodin pour le
    pouvoir, pourquoi sanctionner les enseignants ?
    Le président de l'association CHRETIENS-MIGRANTS (elle n'a pas signé le
    communiqué incriminé), a été convoqué le 20 avril 2010 au commissariat
    de Tours, pour enquête. Selon lui, les policiers chercheraient à
    connaître les noms des rédacteurs de ce communiqué au contenu
    diffamatoire, selon le ministre de l’Intérieur. Il ne supporterait pas
    la comparaison de certaines pratiques policières actuelles avec celles
    du gouvernement de Vichy.
    Sans doute le ministre, par ailleurs élu d’une région qui comprend Vichy
    au nombre de ses villes illustres, veut-il soustraire de la mémoire
    collective l'aspect symbolique de cette ville, devenue entre juillet
    1940 et septembre 1944 la capitale de la collaboration avec le régime
    nazi. Ce ne sont pas ses propos racistes sur ''les Auvergnats'' (mais il
    faut entendre « les Arabes ») qui contribueront à effacer de l’histoire
    ce régime antisémite et xénophobe ! Etablir une comparaison n’est pas
    pratiquer l’amalgame. Par définition, la recherche historique est peu ou
    prou comparatiste. Refuser la comparaison conduit inévitablement à
    mutiler la recherche historique et donc à refouler toute interrogation
    sur le présent et les avenirs possibles au regard de l'expérience
    historique. C'est bien sous couvert du Ministre de l'intérieur que des
    policiers arrêtent des parents sans papiers venus chercher leurs enfants
    à la sortie de l'école, comme le faisaient des policiers aux ordres du
    ministre de l'intérieur du gouvernement de Vichy !
    On ne peut qu'être intrigué par le fait que ce soit le ministre en
    personne qui porte plainte. Dans des affaires analogues, ce sont les
    préfets qui font appel à la justice lorsqu'ils estiment que le
    représentant de l'Etat est diffamé.
    Au vu de la situation en Indre-et-Loire, il aurait été sans doute
    difficile pour le préfet de porter plainte en personne. Celui-ci vient
    d’être condamné 14 fois, depuis le mois de novembre 2009, par le
    Tribunal Administratif d'Orléans pour manquement à ses obligations
    légales d’hébergement de 14 familles et célibataires demandeurs d'asile.
    Il a de plus été condamné, le 12 avril 2010, à une astreinte de 200 €
    par jour parce qu'il ne remplissait pas les conditions que lui impose le
    jugement du TA par rapport à l’une de ces familles. Le 21 avril, le juge
    des référés l'a de nouveau condamné à 3 autres astreintes pour 3 familles.
    Le 23 avril 2010 une plainte pour « non assistance à personnes en danger
    » contre le même préfet et contre X a été déposée auprès du procureur du
    Tribunal de Tours par une famille. Elle était demandeuse d'asile et
    souhaite maintenant obtenir un titre de séjour pour raisons médicales.
    Bien que certains des membres de cette familles connaissent d’évidents
    et graves problèmes de santé, nécessitant des hospitalisations, les
    services préfectoraux les laissent à la rue et les associations en
    charge de l'hébergement à Tours font de même.
    D'un côté, un ministre estime qu'un préfet (donc l'Etat) est diffamé
    lorsque des comparaisons historiques sont faites ; de l'autre, ce même
    préfet, représentant de l'Etat, bafoue les lois, la Convention de
    Genève, et la Convention Internationale des Droits de l’Enfant.
    Comment se fait-il que ce gouvernement, si pointilleux sur sa politique
    sécuritaire, soit aussi peu enclin à enjoindre à ses représentants de
    respecter les droits des personnes ? Comment se fait-il que nous soyons
    obligés de faire appel à la Justice afin que L'Etat remplisse ses
    obligations légales ?
    On peut s'étonner également qu'il ait fallu deux mois pour que le
    Ministre estime nécessaire de déposer plainte à propos d'un communiqué.
    Est-ce le fait d'imposer à la préfecture d'Indre-et-Loire de respecter
    le droit d'asile qui, en fin de compte, soit si gênant pour le pouvoir ?
    Le gouvernement craint-il l'extension, voire la généralisation, dans
    tous les départements, de cette lutte pour l'accueil digne et décent des
    demandeurs d'asile ? Quoi qu'il fasse, cet élargissement s'opère : déjà
    dans plusieurs départements des démarches similaires à celles initiées
    collectivement à Tours sont entreprises. Il y a tout lieu de penser que
    les préfets seront condamnés pour les mêmes raisons, l'application de 3
    arrêts du Conseil d'Etat imposant aux préfectures d'assurer
    l'hébergement des demandeurs d'asile et de leur fournir les moyens de se
    nourrir et de se vêtir.

    Une militante du Collectif SOIF D'UTOPIES est convoquée au commissariat
    de Tours le 4 mai 2010.
    Nous exigeons l'arrêt de toutes les poursuites dans le cadre de cette
    plainte contre X.
    Nous luttons et lutterons sans cesse pour le respect du droit d'asile,
    pour l'obtention des papiers pour tous, la liberté de circulation et
    d'installation, la fermeture et la disparition des camps de rétention et
    un logement pour tous.

    Tours, le 03/05/2010
    COLLECTIF SOIF D'UTOPIES
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8756
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: Les sans-papiers

    Message par bye le Mer 5 Mai - 5:24

    Au CRA de Coquelles, les réfugiés du Darfour survivants du génocide, ont le choix entre
    parler au consul du Soudan et être expulsés
    ou ne pas parler et aller en prison pour obstruction à l'enquête.

    On va bientôt pouvoir parler de déportation, de camps rationnalisés comme celui de Coquelles et de complicité avec un génocidaire reconnu.

    C'est la première fois qu'une attaque de Besson est lancée contre les réfugiés soudanais. Le grand tort des soudanais est d'habiter un squat racheté par la mairie de Calais et de ne pas avoir d'empreintes prises dans d'autres pays européens et donc d'être comme les kurdes débarqués en Corse: de très bons candidats à l'asile politique en France.

    Sur la quinzaine de réfugiés enfermés au centre de rétention de Coquelles, presque tous ont refusé de décliner leur identité et de communiquer.
    Ceux qui ont accepté de parler, ont reçu un laissez passer du consul du Soudan, représentant d'un Président contre qui un mandat international est lancé, pour crimes contre l'humanité et autres...

    C'est la Cour Européenne qui a suspendu leur expulsion au dernier moment.

    Nous venons d'apprendre que 10 soudanais "muets" seront présentés en comparution immédiate demain.
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8756
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: Les sans-papiers

    Message par bye le Mer 5 Mai - 5:27

    TGI de Boulogne-sur-Mer 13h30: Besson attaque les survivants du génocide

    Les réfugiés du Darfour qui ont réussi à échapper aux meurtres organisés par le Président du Soudan, Omar El Béchir, sont arrivés à Calais, sans empreintes provenant d'un autre pays européen.

    Pas d'empreintes, donc forte probabilité de faire d'excellents demandeurs d'asile en France: une raison majeure de vouloir leur expulsion quitte à être complice d'une extermination de la population du Darfour

    Occupant le squat racheté par la maire de Calais dont les ouvriers passent parfois après les rafles des CRS pour voler leurs affaires de survie, leur disparition physique ne gènerait pas ni le préfet du Pas-de-Calais, Bousquet, ni Mme bouchart maire de Calais, la madame propre qui confond nettoyage des rues et nettoyage d'humains.

    Les 10 réfugiés vont avoir le choix entre parler et être conduit à la mort.
    et ne pas parler, aller en prison et risquer encore l'expulsion après la prison.

    Le 8 mai, nous fêtons la victoire sur les nazis et les collaborateurs de ces derniers.

    Nous avons sans doute oublié de curer la fosse du capitalisme.
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8756
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: Les sans-papiers

    Message par bye le Mer 5 Mai - 19:37

    Communiqué de l'Association Malienne des Expulsés / Le 03 Mai 2010

    Expulsion de 149 maliens de Libye

    Le lundi 03 mai 2010, vers 16H00, l'AME, prévenue par des
    correspondants de la Radio France Internationale (RFI), a été témoin
    de l’expulsion de 149 Maliens en provenance de la Libye. Une 150e
    personne, un homme entre la vie et la mort, n’a pu prendre l’avion. Ce
    charter fait suite à deux vagues d’expulsions en date du 30 septembre
    2009 avec 153 personnes expulsées et 09 décembre 2009 avec 149
    personnes expulsées.

    L’AME a pu accueillir dans ses locaux 21 maliens expulsés dans une
    situation très précaires. Toutes les autres personnes se sont
    dispersées faute de structure d’accueil. Selon les premiers
    témoignages recueillis par l’AME, ces personnes ont été arrêtées manu
    militari dans leurs foyers, dans la rue ou encore sur leur lieu de
    travail. Ces personnes exténuées, en état de choc et sujettes à des
    pathologies de toutes sortes, ont toutes témoigné de leur conditions
    d’enfermement extrêmes dans les geôles libyennes ; pour la plupart,
    ces personnes on été enfermées entre 4 et 6 mois sans aucune procédure
    légale, ni assistance d’aucune sorte. D'après les témoignages, des
    centaines de maliens sont encore détenus dans les prisons de
    Benghazi, Barack et de Saaba et cela depuis plusieurs mois. Près de
    600 femmes africaines, dont des maliennes, sont restées encore
    enfermées dans la prison de Saaba, victimes de violences morales,
    physiques et sexuelles souvent accompagnées de leurs enfants laissés
    sans soin.

    D'ores et déjà nous faisons le constat suivant:
    - Une fois de plus, le gouvernement Libyen maltraite, torture et
    laisse mourir des migrants dans ses prisons pour étrangers en dehors
    de toute procédure légale et juridique.
    - Les autorités Maliennes se rendent passivement complices par le fait
    qu'elles connaissent la situation de ces personnes et qu'aucune action
    ou pression diplomatique n'a aboutit pour sortir nos compatriotes
    maliens de ces mouroirs.

    La situation dramatique des maliens (et d’autres ressortissants
    étrangers en Lybie) doit être comprise dans le contexte des accords
    politiques et économiques qui lient depuis quelques années la Lybie et
    la Communauté européenne. Kadhafi, le « Roi des rois africains »
    déclare aujourd’hui qu’il souhaite « œuvrer » dans la lutte contre
    l’immigration clandestine, conformément à la volonté exprimée par
    l’Union Européenne ; il demande pour l’exécution de cette tâche la
    somme de 5 Milliards d’euros, soit 3 280 Milliards de Fcfa. Les
    autorités européennes n’exercent aucun contrôle sérieux en la matière.


    • Nous exhortons dès maintenant les autorités Libyennes à mettre fin à
    cette répression des enfants, femmes et hommes migrants dans leurs
    prisons illégales. Nous exigeons dès à présent des nouvelles de la
    150e personne qui n’a pas pu être rapatriée à Bamako.

    • Nous exigeons de la part des autorités maliennes qu’elles condamnent
    au plus haut sommet de l’Etat les conditions dans lesquelles les
    migrants et migrantes ont été ou sont encore emprisonnés et qu’elles
    exigent la libération des autres Maliens et Maliennes toujours
    enfermés en Libye.

    • L’Association Malienne des Expulsés qui a déjà été confrontée à
    cette situation réaffirme sa présence dans les actions d’aide aux
    migrants et expriment une nouvelle fois avec force et détermination
    ses revendications politiques de liberté de circulation et d’égalité
    des droits pour toutes et tous.

    Contenu sponsorisé

    Re: Les sans-papiers

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Ven 20 Oct - 4:25