LIBRE DISCUSSION DANS LES COULISSES DE DEMAIN

Débattons en toute liberté, dans le respect de l’autre, sur tous les sujets qui composent notre société : politique, économie, environnement, religion, philosophie, paranormal, sciences, famille, santé, mode, sexualité, loisirs, sports, divertissements…

Derniers sujets

» Défendre et renforcer les CHSCT !
par bye Mar 5 Déc - 12:59

» Nuage de Ruthénium-106 sur l’Europe : que s’est-il réellement passé ?
par bye Mar 28 Nov - 12:35

» Dossier sur "l’affaire du stage de Sud éduc 93"
par bye Lun 27 Nov - 12:34

» Appel de Raymond Millot : Un projet émancipateur face aux dangers de l’anthropocène
par bye Mar 21 Nov - 12:54

» Les émissions de CO2 repartent à la hausse
par bye Ven 17 Nov - 17:05

» l’idéologie du consentement, outil d’émancipation ou d’isolement individuel ?
par bye Lun 13 Nov - 12:21

» Droit au logement opposable : le bilan chiffré 2008-2016
par bye Jeu 9 Nov - 20:02

» La rétention des « dublinés », dans l’attente d’un transfert, est contraire au règlement Dublin
par bye Lun 6 Nov - 18:33

» Face à la situation en Catalogne
par bye Mer 1 Nov - 11:33

» ACTUALITÉ SOCIÉTÉ ET POLITIQUE
par bye Sam 21 Oct - 10:37

» Offre de Prêt Entre Particulier Sérieux en 72H
par gramophone Ven 20 Oct - 9:32

» Offre de Prêt Entre Particulier Sérieux en 72H
par gramophone Ven 20 Oct - 9:32

» Offre de Prêt Entre Particulier Sérieux en 72H
par gramophone Ven 20 Oct - 9:31

» Offre de Prêt Entre Particulier Sérieux en 72H
par gramophone Ven 20 Oct - 9:31

» Bus de la honte : ne laissons pas l’avenir aux réactionnaires
par bye Sam 14 Oct - 12:44

» La métamatière et le peuple
par Claude De Bortoli Ven 6 Oct - 9:27

» Vers un retour du délit de solidarité ?
par bye Sam 30 Sep - 6:45

» Dossier : de l’École capitaliste à l’éducation émancipatrice
par bye Mer 13 Sep - 19:07

» Education : le « désastre » d’un enseignement tiré vers le bas...
par bye Lun 4 Sep - 12:13

» Offre de prêt entre particuliers rapide en 72h
par BastienL Dim 13 Aoû - 19:49

» Jean Gadrey, économiste : “Il faut remettre la réduction du temps de travail au cœur du débat public”
par bye Mar 8 Aoû - 19:04

» Le « chavo-madurisme » n’est rien moins qu’une dictature pure et simple
par bye Dim 6 Aoû - 18:52

» Gel des postes et du budget de l’éducation nationale : non, cette école ne nous convient pas !
par bye Mer 12 Juil - 13:56

» G 20 Hambourg
par bye Lun 10 Juil - 11:51

» Handicapée, je ne peux continuer à enseigner dans mon académie
par bye Mer 5 Juil - 6:21

» Pour une éducation populaire féministe
par bye Lun 12 Juin - 18:20

» La CNT a écrit aux Éditions Belin
par bye Mar 6 Juin - 10:20

» Blanquer ministre de l’Education nationale : au secours, Sarkozy revient !
par bye Jeu 25 Mai - 11:08

» L'accaparement des terres en Birmanie
par bye Mer 17 Mai - 18:42

» Un enseignant kurde témoigne...
par bye Lun 15 Mai - 17:50

» La métamatière et le Roi de la Terre
par De Bortoli Claude Mar 2 Mai - 9:52

» Au-delà des élections
par bye Mer 26 Avr - 17:26

» Les Etats-Unis ont utilisé leur plus puissante bombe non-nucléaire en Afghanistan, une première
par bye Dim 23 Avr - 18:35

» « Pourquoi nous sommes en grève de la faim dans les prisons d’Israël »
par bye Dim 23 Avr - 18:31

» « Enculé, ordure ! ». Philippe Poutou insulté par les flics
par bye Dim 23 Avr - 18:25

» La Sécurité sociale, une assistance ou un droit ?
par bye Dim 23 Avr - 18:22

» Birmanie: pour établir un mécanisme indépendant de réexamen de tous les cas de prisonniers politiques
par bye Ven 21 Avr - 6:02

» Gatti est mort. A la Parole Errante ses mots résonnent encore !
par bye Mer 12 Avr - 18:21

» Turquie : appel urgent au monde enseignant, aux associations et syndicats…
par bye Lun 3 Avr - 18:21

» APPEL À LA MOBILISATION CONTRE LE PROCHAIN SOMMET DE L’OTAN !
par bye Sam 1 Avr - 5:30

» Communiqué de presse de SUD éducation Guyane du 28 mars
par bye Jeu 30 Mar - 10:16

» Qu’est-ce qui ne va pas avec l’arabe à l’école ?
par bye Ven 24 Mar - 12:03

» Libérons l'oisiveté !
par bye Ven 17 Mar - 19:05

» Quand Espérance banlieues bat la campagne
par bye Ven 17 Mar - 19:00

» 8 mars : luttons toutes et tous pour l’égalité des droits !
par bye Mer 8 Mar - 11:01

» Désarmer la police, la proposition pas si saugrenue du NPA
par bye Mar 7 Mar - 12:50

» Fin du dispositif des Caomi: quelle orientation pour les mineurs isolés de Calais ?
par bye Sam 4 Mar - 9:58

» Les fonctionnaires répondent aux "menaces" de Marine Le Pen
par bye Sam 4 Mar - 6:25

» Réduction des indemnités et contrôles drastiques : Macron s’attaque aux chômeurs
par bye Sam 4 Mar - 6:22

» L'avenue Serge Dassault à Corbeil-Essonnes doit être débaptisée !
par bye Sam 4 Mar - 6:20

» Nouvelle révélation du Canard Enchainé : les copinages de Hamon et LVMH
par bye Sam 4 Mar - 6:18

» Une nouvelle menace pour les étrangers
par bye Mar 21 Fév - 12:02

» "Vous êtes la candidate du nanti-système", lance Charline Vanhoenacker à Marine Le Pen
par bye Lun 20 Fév - 20:30

» Vaccins : Marisol Touraine va-t-elle faire respecter la loi ou satisfaire les labos ?
par bye Lun 20 Fév - 20:26

» La tension monte d’un cran entre les Etats-Unis et le Venezuela
par bye Lun 20 Fév - 20:23

» Vandana Shiva : « Gandhi est plus pertinent qu’il ne l’a jamais été »
par bye Lun 20 Fév - 20:16

» Vague de froid en Europe : les migrants vulnérables
par bye Mar 7 Fév - 17:59

» Le centre pour les femmes et les familles migrantes a ouvert ses portes à Paris
par bye Mar 7 Fév - 17:56

» Des incidents éclatent à Aulnay-sous-Bois après les soupçons de viol de policiers
par bye Lun 6 Fév - 18:23

» Le maire rejette l'étude d'UFC-Que choisir sur l'eau potable
par bye Lun 6 Fév - 18:20

» DOCUMENT. Voici le contrat de travail de Penelope Fillon
par bye Lun 6 Fév - 18:17

» Le Hezbollah scrute avec inquiétude la nouvelle politique américaine au Moyen-Orient
par bye Lun 6 Fév - 18:14

» Huit hommes possèdent autant que la moitié de la population mondiale
par bye Mer 18 Jan - 20:06

» Délinquants solidaires : Pour en finir avec le délit de solidarité
par bye Mer 18 Jan - 13:29

» votre permis de conduire à portée de main
par neil89 Ven 13 Jan - 23:51

» Poursuivre la mobilisation pour une carte élargie des lycées de l’Education Prioritaire, en grève le 10 janvier !
par bye Mar 10 Jan - 11:50

» Grenade de désencerclement : un CRS mis en examen
par bye Sam 7 Jan - 20:59

» Les trois visages du vote FN
par bye Sam 7 Jan - 20:46

» Les deux jambes du militantisme
par bye Sam 7 Jan - 20:37

» Condamnés aujourd’hui pour avoir comparé Christiane Taubira à un singe
par bye Sam 31 Déc - 10:17

» Échapper au chaos
par bye Jeu 22 Déc - 17:53

» Le sénateur Carle coupable de détournement de fonds publics ? SUD éducation le dit depuis 2009 !
par bye Jeu 22 Déc - 15:06

» Maths : résoudre un problème
par bye Lun 12 Déc - 13:25

» Journée Internationale des droits de l'Homme: une situation inquiétante en Birmanie
par bye Dim 11 Déc - 11:17

» Comment les services de renseignement font la chasse aux employés des télécoms
par bye Sam 10 Déc - 18:54

» ET SI LE MASCULIN NE L’EMPORTAIT PAS SUR LE FEMININ ?
par bye Sam 10 Déc - 18:49

» Un document interne provoque un malaise à la SNCF
par bye Sam 10 Déc - 18:38

» Le gouvernement repousse l’évacuation de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes
par bye Sam 10 Déc - 18:29

» Légitime défense des policiers : faut-il tordre le droit ?
par bye Ven 9 Déc - 19:29

» Cadeau de fin d’année, un casier scolaire pour tous les marmots
par bye Mar 6 Déc - 13:59

» Violences policières, violences d’Etat
par bye Mar 6 Déc - 13:54

» La métamatière, les élites et les gouvernants
par De Bortoli Claude Ven 2 Déc - 9:54

» Comment les stups ont enfumé la justice
par bye Jeu 1 Déc - 12:26

» Quel opérateur
par bye Jeu 1 Déc - 12:24

» Fillon président ? Un coup de massue pour l’école
par bye Mer 30 Nov - 17:54

» « Pourquoi j’ai secouru des réfugiés. » Monument en l'honneur de Pierre-Alain Mannoni
par bye Mar 29 Nov - 13:06

» Jean-Luc Mélenchon ne passera pas au second tour de la présidentielle s'il ne se décide pas à parler au peuple
par bye Mar 29 Nov - 13:03

» Graeme Allwright : il t'a laissé la carte qui est si délirante qu'il n'aura plus jamais besoin d'une autre
par bye Mar 29 Nov - 13:00

» Mort de Fidel Castro : bilan de santé de la révolution castriste
par bye Mar 29 Nov - 12:57

» Vinci, piraté par des hacktivistes
par bye Ven 25 Nov - 18:38

» Le Mouvement de la Paix solidaire de la lutte des infirmières et infirmiers
par bye Ven 25 Nov - 18:35

» presentation de moi
par bye Ven 25 Nov - 18:30

» tests
par Matteo13 Mer 23 Nov - 7:48

» Un système d'accueil italien saturé face au nombre toujours aussi important d'arrivées
par bye Lun 21 Nov - 19:08

LE SITE

Dans Les Coulisses de Demain

FORUMS & SITES AMIS

FORUM EST INSCRIT SUR


    le FMI

    Partagez
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8766
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    le FMI

    Message par bye le Sam 28 Mai - 6:06

    Le FMI : une institution antidémocratique qui impose la régression sociale
    Éric Toussaint | alainet.org | 19 mai 2011

    vendredi 20 mai 2011

    Le présent texte est une version actualisée et modifiée par l’auteur d’une interview donnée à Jean-François Pollet du magazine Imagine (www.imagine-magazine.com). La version originale de cette interview a été publiée par Imagine dans son numéro de janvier-février 2010.




    Le FMI : une institution antidémocratique qui impose la régression sociale


    Sur cette carte du monde la surface des pays a été modifiée afin de refléter le poids dont chacun dispose en termes de droits de vote au sein du FMI. On distingue clairement que la Belgique (10 millions d’habitants) occupe une surface supérieure à celle de pays comme le Brésil (qui a pourtant une population 18 fois plus importante et un territoire 279 fois plus étendu), le Mexique, l’Indonésie ou la République démocratique du Congo (6 fois plus d’habitants que la Belgique et un territoire 77 fois plus étendu).

    Le FMI est au centre de la scène internationale ?

    Depuis quelques jours, les accusations que porte la justice des Etats-Unis contre Dominique Strauss Kahn renouvellent l’intérêt de l’opinion publique pour l’institution dont il est le directeur général. Avec la crise qui s’est aggravée au Nord en septembre 2008, le FMI est revenu sur le devant de la scène après des années très difficiles. Profondément délégitimé par ses graves échecs au cours des décennies 1980 et 1990, il connaît aussi une sévère crise interne puisque ses deux derniers directeurs généraux ont démissionné avant la fin de leur mandat. Malgré cela, le G20 réuni à Londres en avril 2009 a voulu le remettre au centre du jeu politique car il est un outil essentiel de la domination des grandes puissances. Les pays du Sud préfèrent souvent éviter autant que possible de se plier aux conditions qui accompagnent toute signature d’un accord avec le FMI. Le Mexique, l’Argentine et la Pologne, qui ont obtenu la promesse de crédits possibles pour un total de 52 milliards, attendent le dernier moment pour effectivement accepter ces prêts. Ils veulent explorer toutes les alternatives possibles et éviter autant que faire se peut les diktats du FMI. En 2011, le Portugal a tenté pendant plusieurs mois d’éviter de devoir recourir aux prêts du FMI car, la dernière fois que celui-ci est intervenu, il y a eu un bain de sang social. C’était en 1983. L’opinion publique portugaise est opposée à un accord avec le FMI mais Socrates, le premier ministre (socialiste) démissionnaire est favorable à un tel accord.

    Les conditions du FMI sont tellement contraignantes ?

    Oui. Elles se basent sur le Consensus de Washington, en vigueur depuis une trentaine d’années, qui préconise de comprimer les dépenses publiques et les budgets sociaux, de privatiser à tout va, d’ouvrir les marchés pour permettre les profits des sociétés transnationales et d’abandonner toutes les protections dont bénéficiaient les producteurs locaux et les populations pauvres. Officiellement, ce consensus n’a plus cours mais en réalité, les conditions qu’impose le FMI aux pays qui font appel à lui n’ont pas changé et leur logique est toujours la même. La Hongrie, qui fut le premier pays à solliciter un prêt après la crise financière, a dû supprimer le treizième mois de ses fonctionnaires. L’Ukraine a été sommée de reculer l’âge de la retraite. Les conditions imposées à la Grèce et à l’Irlande en 2010 provoquent une brutale régression sociale au point qu’on peut parler de violation des droits économiques et sociaux de la population. Le FMI dicte ses volontés aux gouvernements et leur impose des mesures très impopulaires. Il se permet de réécrire les codes nationaux du travail en contraignant les parlementaires à revoir les législations en vigueur dans un sens favorable aux grands créanciers et défavorables aux populations du pays. Bien sûr, officiellement, ce sont les autorités du pays qui prennent l’initiative de modifier les lois mais en réalité le travail est prémâché par les équipes du FMI. Pourtant, en Grèce, les accords passés en 2010 entre le FMI et le gouvernement grec n’ont pas été approuvées en bonne et due forme par le parlement grec. On en revient au temps des oukases du temps du Tsar de toutes les Russies.

    La Hongrie, la Grèce, l’Irlande,… sont des pays européens. Le FMI n’intervenait jusqu’ici qu’au Sud ?

    Ce n’est pourtant pas une première. On l’a oublié, mais au cours des années 1970, le gouvernement travailliste a fait appel à lui pour enrayer la chute de la livre sterling. Le plan concocté par le FMI a produit un tel rejet de la population que celle-ci a infligé aux travaillistes une punition électorale qui a abouti à l’élection de Margaret Thatcher ! Comme dit plus haut, le Portugal du socialiste Mario Soares a également fait appel au FMI en 1983. En 2009, c’était au tour de l’Europe centrale et orientale, sans oublier l’Islande, touchée de plein fouet par la crise financière. En 2010, la Grèce et l’Irlande sont soumises aux exigences du FMI. En 2011, le Portugal passera sous ses fourches caudines et d’autres pays risquent de s’ajouter à la liste. Ses tentacules se développent au Nord sans relâcher la pression sur le Sud, il faut combattre l’action du FMI de manière urgente.

    Le pouvoir de décision au FMI est distribué en fonction de la quote-part versée par les pays membres au moment de leur adhésion. Pourquoi les pays qui s’estiment sous-représentés n’augmentent-ils tout simplement pas leur contribution ?

    Parce qu’on les en empêche. La Chine dispose de plus de 2 200 milliards de dollars de réserves de change. Elle demande à avoir plus de poids au FMI, mais les contributions ne sont pas volontaires, elles dépendent des alliances géostratégiques. Le FMI a été imaginé, au sortir de la seconde guerre mondiale, par les pays industrialisés qui y disposent de la majorité des voix alors qu’ils représentent moins de 20 % de la population mondiale. Ils rechignent à redistribuer les cartes aujourd’hui. Ils ont construit un FMI à leur service et veulent le maintenir tel quel.

    Sur la carte, l’Afrique ne semble pas trop mal lotie…

    Soyons sérieux : l’Afrique subsaharienne occupe une place égale à la France alors qu’elle compte 10 fois plus d’habitants. L’Afrique au Sud du Sahara ne dispose que de deux membres au sein du Conseil d’administration du FMI et ces deux membres doivent exprimer le point de vue de 48 pays. La France dispose à elle seule d’un administrateur. Les pays de l’Union européenne ont 8 représentants au sein du Conseil d’administration sur un total de 24 membres, soit un tiers d’entre eux. Vous imaginez la difficulté des 48 pays africains à se faire entendre si seuls 2 administrateurs les représentent. Le FMI est parfaitement verrouillé par les pays européens et nord-américains. L’Afrique a demandé que l’on porte de 24 à 26 le nombre d’administrateurs afin de dégager deux sièges supplémentaires en sa faveur. Ils se sont heurtés à un refus net des États-Unis. C’est donc l’immobilisme qui prévaut, mais pendant ce temps, les dégâts sociaux au Nord et au Sud s’aggravent.

    Le FMI est donc irréformable ?

    Oui car ses statuts sont foncièrement antidémocratiques. Le G20 réuni à Pittsburgh en 2009 a décidé de transférer 5% des voix des pays surreprésentés vers certains pays sous-représentés comme la Chine, l’Espagne et la Pologne. Ce transfert, qui se fera probablement au détriment des pays comme la Suisse et la Belgique, ne transformera pas pour autant le FMI en une institution démocratique, car il concernera quelques dixièmes de pourcent mais ne modifiera pas les rapports de force en profondeur. En conclusion, il faut créer une nouvelle institution mondiale garantissant la stabilité monétaire, notamment en luttant contre la spéculation, et fondamentalement centrée sur le respect des droits humains fondamentaux, ce qui n’est pas du tout le cas actuellement. Il est très important de faire sauter le verrou du FMI pour espérer jeter les bases d’un autre monde.

    - Éric Toussaint, docteur en sciences politiques des universités de Liège et de Paris VIII, est président du CADTM Belgique.
    Le présent texte est une version actualisée et modifiée par l’auteur d’une interview donnée à Jean-François Pollet du magazine Imagine (www.imagine-magazine.com). La version originale de cette interview a été publiée par Imagine dans son numéro de janvier-février 2010.


    CHARPAL

    Masculin
    Nombre de messages : 434
    Emploi/loisirs : Refaire le monde(sans prétention).Voir : refairelemonde.unblog.fr
    Humeur : en colère face aux injustices notamment sociales
    Date d'inscription : 15/11/2009

    Re: le FMI

    Message par CHARPAL le Sam 28 Mai - 11:46

    Les méfaits et les capacités de nuisance du FMI sont bien connus depuis de nombreuses années de ceux qui résistent à la désinformation massive des médias qui frise le lavage de cerveau. Malheureusement, la majorité de l'opinion, manipulée et endoctrinée par les chiens de garde du capitalisme sauvage, ignore le caractère ignoble de cette institution. Par conséquent, il est utile de répéter inlassablement pourquoi cette officine ultra réactionnaire doit disparaître.
    J' apporterais cependant un petit correctif à l' analyse, par ailleurs si pertinente, d' Eric Toussaint.
    Il voit dans le FMI un instrument de domination des grandes puissances.Personnellement je considère que les choses sont plus compliquées et surtout plus perverses que ça ...
    Avant que Reagan-le-crétin et l' odieuse-Thatcher n' arrivent au pouvoir, les grandes puissances, c'est à dire leurs gouvernements avaient un certain pouvoir dans le domaine économique et social.Au FMI et à la Banque Mondiale trvaillaient des keynésiens, qui certes n' étaient pas des anges, mais assuraient dans les démocraties un niveau de vie global acceptable (pour les pays du "Tiers Monde" comme on disait alors, c'était une autre histoire, mais "nobody is perfect" ...).

    Dès que les deux zozos précités ont commencé à sévir, ils ont chassés tous les keynésien pour mettre à leur place de bons abrutis d'ultra libéraux, fanatiques et bornés. Tous les pays, tous!, se sont alignés sur le dogme abject, si bien décrit par Toussaint, Europe en tête.
    Les gouvernements ont donc remis un à un leurs marges de manoeuvre ( qu'il ne faut pas idéaliser, mais pas sous estimer non plus )vis à vis du capital, entre les mains des multinationales et des spéculateurs ( déguisés en "banquiers").
    Dans l' application du dogme, les gouvernements ne doivent à la limite, plus jouer aucun rôle déterminant dans le domaine économique, social et environnemental.Quant aux peuples et à la démocratie réelle, ils sont rayés de la carte.Il ne reste plus que la com (Sarkozy va ête papa !) et une démocratie formelle décadente ( la présidentielle considérée comme une course de chevaux avec paris à la clef, sans aucun contenu programatique). Ce qui me fait parler (sans rire ! ) de "fascisme économique modialisé".
    On peut donc dire que dans ce monde qui marche sur la tête, les "grandes puissances" émasculées n' ont plus aucun pouvoir propre, mais seulement celui que leur sous traîtent le FMI et l' OMC.
    Ces deux organismes étant eux mêmes les exécuteurs des basses oeuvres de l'oligarchie( multinationales + spéculateurs) qui dirige l' économie de la planète, c'est à dire la planète elle même.

    Dans "l' organigramme" de la dévolution des pouvoirs mondiaux la hiérarchie, à mon sens, est la suivante : 1° l' Oligarchie 2° Le FMI et L'OMC 3° Les gouvernements (ou associations de gouvernements comme l' Europe, qui n' a d'autre but que de simplifier la domination de l' Oligarchie, comme Vichy qui avait pour vocation de "faciliter le travail" du Reich nazi).
    Le grand principe directeur de "tout ça" étant résumé par l' équation : Fric = Pouvoirs. "Pouvoirs" étant au pluriel, car qui détient les capitaux, d' après le "dogme", détient sans limite ni contre pouvoir, tous les pouvoirs : politique, économique, social, écologique, éducatif, culturel, médiatique.
    Quid, pour y revenir, du pouvoir des "grandes puissances" ? Est-il devenu inexistant ? Non pas vraiment, mais il a évolué considérablement. Pour un sauvage du capitalisme absolu ( "de droit divin "), alias ultra libéral,un gouvernement se voit assigné le rôle suivant : ne rien faire, jamais, en aucune façon et sous aucun prétexte, qui puisse gêner l' accumulation exponentielle de capital par l' Oligarchie.C'est le service minimum. Pour les "meilleurs", tout faire pour faciliter cette accumulation : faire se battre entre eux les travailleurs de tous les pays;c'est la "guerre économique" conduite par l' OMC, qui fait chaque année des millions de morts, et dont le Général en Chef est "PS" (l'immonde Lamy ).
    Faire disparaître des cerveaux toute notion d' intérêt général, détruire les services publics, asservir les peuples et les appauvrir toujours plus. C'est le rôle du FMI ( dont l' ancien responsable était "PS" - no comment).
    Les gouvernements n' ont plus qu'un pouvoir, important certes, mais dénué de toute autonomie et dirigé uniquement contre les peuples : collaborer à la soumission de l' Humanité au "dogme".

    Ce qu'il faut bien voir, à mon avis, c'est que le système mondial est totalitaire : chaque échelon de pouvoir est totalement soumis à l' échelon supérieur : l' Oligarchie soumet le FMI et l' OMC, le FMI et l' OMC soumettent les gouvernements, les gouvernements soumettent les peuples, par délégation, des deux échelons supérieurs ( c'est pourquoi je ne parlerais plus de "grandes puissances", même si leur emprise sur les peuples est très contraignante, car ils ne disposent d'aucune marge de manoeuvre, ce sont des exécutants).
    Solution : relire ou lire le "Discours Sur la Servitude Volontaire" de La Boëtie, texte génial que tout être humain devrait connaître par coeur. Que l' Humanité se révolte pour abattre un système assassin, humiliant, aliénant et totalitaire !
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8766
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: le FMI

    Message par bye le Sam 11 Juin - 10:52

    La coprésidente d’Attac candidate à la direction générale du FMI

    Le FMI joue un rôle décisif dans la régulation – ou plutôt l’absence de régulation – de la finance internationale. C’est pourquoi l’association Attac a décidé de proposer une candidature pour succéder à Dominique Strauss-Kahn.

    Aurélie Trouvé, 31 ans, est maître de conférences en sciences économiques et coprésidente d'Attac depuis quatre ans. Elle est spécialiste des marchés agricoles, actuellement l’un des domaines de prédilection de la spéculation financière internationale. Elle bénéficie du soutien technique et politique du Conseil scientifique d’Attac, qui comporte de nombreux économistes spécialistes des questions financières. Si elle ne bénéficie pas encore du soutien officiel d’États, sa candidature suscitera l’intérêt de tous ceux, gouvernants ou citoyens, qui désirent remettre l’industrie financière à sa place, celle de soutien aux initiatives de l’économie réelle.

    Depuis l’éclatement de la crise financière en 2008, ni le G20, ni le FMI, pas plus que le comité de Bâle ou les autorités nationales de régulation financière, n’ont pris de mesures pour réduire significativement l’instabilité des marchés financiers internationaux. La spéculation fait aujourd’hui rage sur les matières premières et les titres des dettes publiques.

    Avec Dominique Strauss-Kahn, la politique du FMI a consisté, comme par le passé, à défendre inconditionnellement les intérêts des créanciers des États endettés, en imposant à ces derniers des plans d’austérité brutaux : Hongrie, Ukraine et Lettonie en 2008, Islande en 2009, Grèce, Espagne, Portugal, Irlande en 2010… Les banques et les fonds d’investissement sont les principaux bénéficiaires de politiques qui détruisent les solidarités sociales et mènent l’Union européenne au bord du gouffre.

    Tout indique que Christine Lagarde fera encore pire que Dominique Strauss-Kahn. Christine Lagarde a été à la tête d'une technostructure du Ministère de l'Economie (Direction Générale du Trésor et Direction du Budget), composée de fonctionnaires ultralibéraux acquis aux intérêts financiers. C'est ainsi que la France a refusé en 2010 de soutenir l'Allemagne sur la question de l'interdiction de la spéculation sur les CDS (vente à nu à découvert). Les représentants de la France à Bruxelles ont toujours freiné les maigres initiatives de la Commission sur la régulation financière. Sur la question de la taxation des transactions financières, malgré le discours apparemment offensif de Nicolas Sarkozy, le ministère de Christine Lagarde s'est toujours refusé à produire des notes et études préparant une décision, et la France ne s'est jamais engagée réellement auprès de ses partenaires de l'Union européenne ou de l'Eurogroupe.

    Aurélie Trouvé propose une réorientation fondamentale du FMI, partant du principe que la stabilité financière mondiale est un bien public qui doit être démocratiquement géré par la communauté internationale dans son ensemble. Son programme pour le FMI comporte donc :
    - l’arrêt des plans d’austérité, et la mise en place d’une taxe sur les transactions financières et d’une stricte régulation des transactions sur les produits dérivés
    - la coordination des politiques économiques au plan international, amenant les pays présentant des déséquilibres excessifs (Chine, Allemagne, Japon du côté des pays excédentaires, États-Unis du côté des pays déficitaires) à se rééquilibrer de façon coordonnée par des ajustements des taux de change ainsi que des politiques budgétaires et salariales actives ;
    - le développement d’une monnaie internationale basée sur un panier des principales devises, comme alternative au dollar ;
    - l’émission de Droits de tirage spéciaux pour aider les pays en difficulté durant la période de réduction des déséquilibres internationaux ou face à des chocs conjoncturels imprévus ;
    - la démocratisation du FMI, par l’élargissement de son Conseil d’administration à tous les pays de la planète et l’intégration du FMI dans le système onusien, avec une voix pour chacun des 187 pays membres du Fonds : il s’agit d’en finir avec le pouvoir exclusif des grandes puissances.

    C’est sur cette base qu’Attac a envoyé hier 1er juin 2011 au FMI la candidature officielle de Mme Aurélie Trouvé, 31 ans, économiste. Toute candidature doit être présentée par un des gouverneurs et administrateurs du FMI. L'association Attac compte sur le fair play de Christine Lagarde, actuel gouverneur du FMI pour la France.



    Attac France,

    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8766
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: le FMI

    Message par bye le Sam 2 Juil - 14:35

    Les têtes changent, le FMI ne change pas

    Christine Lagarde vient d’être élue directrice générale du Fonds monétaire international (FMI) en remplacement de Dominique Strauss-Kahn. À l’heure où le Parlement grec vote un nouveau plan d’austérité injuste et inutile sous la pression de l’Union européenne et du FMI, cette décision élude tout débat sur une réorientation radicale du Fonds. Mais l’actualité judiciaire française (affaire Tapie) ou l’aggravation prévisible de la crise financière pourraient fort bien poser à nouveau ce débat dans les mois qui viennent. C’est pourquoi Attac maintient la candidature de sa coprésidente Aurélie Trouvé à la direction du FMI et engage dès maintenant des démarches pour faire émerger une candidature altermondialiste venant du sud de la planète.

    C’est la cinquième fois que ce poste, traditionnellement réservé à un État européen, échoit à la France, et il n’y a hélas pas lieu de s’en réjouir. Depuis les années 1980, la politique du FMI est toujours la même, quel qu’en soit le directeur général. Ainsi, c’est sous la direction de Jacques de Larosière (1978-1987), puis de Michel Camdessus (1987-2000) qu’ont été élaborés les plans d’ajustement structurel ayant conduit à la ruine tant de pays d’Amérique latine, d’Afrique ou d’Asie, si bien que par la suite la plupart des pays émergents ou en développement ont refusé de recourir à l’aide du FMI ou de la Banque mondiale (c’est d’ailleurs ce que vient de faire l’Égypte tout récemment).

    Les choses allaient-elles changer avec DSK ? Il fallait être bien naïf pour le croire. À l’exception d’un léger toilettage, le fonctionnement de l’institution est resté le même : c’est toujours “un dollar = une voix”, si bien que les États-Unis, avec plus de 17% des voix, disposent d’un droit de veto qui leur permet de contrôler le FMI, où les grands pays de l’Union européenne jouent aussi un rôle majeur. Il y a quand même une chose qui a changé : avec la crise financière, que le FMI a été d’ailleurs incapable de voir venir, ce sont maintenant des pays européens qu’on force à solliciter des plans d’austérité tout aussi draconiens que les précédents. Hongrie, Ukraine, Lettonie, Irlande, Grèce, Portugal sont les plus récentes victimes de programmes d’une rare violence sociale.

    Avec Christine Lagarde, au moins, il n’y aura plus la moindre ambiguïté : cette avocate d’affaires est ultralibérale et ne s’en cache pas. Mais n’allons pas croire que son concurrent au poste de directeur général, le Mexicain Agustín Carstens, aurait été un meilleur choix. Celui qui se veut le représentant des pays émergents est avant tout un économiste issu de l’école de Chicago, tout aussi néolibéral que Christine Lagarde.

    C’est pourquoi une candidature alternative est nécessaire pour porter l’idée d’une réforme radicale du FMI, qui doit cesser de privilégier la défense des créanciers et des banques et retourner dans le giron de l’ONU, avec comme règle essentielle “un pays = une voix”. C’est à cette condition que le FMI pourra peut-être trouver la crédibilité qu’il n’a pas aujourd’hui aux yeux des peuples.

    Attac France,

    http://www.france.attac.org/articles/les-tetes-changent-le-fmi-ne-change-pas

    CHARPAL

    Masculin
    Nombre de messages : 434
    Emploi/loisirs : Refaire le monde(sans prétention).Voir : refairelemonde.unblog.fr
    Humeur : en colère face aux injustices notamment sociales
    Date d'inscription : 15/11/2009

    Re: le FMI

    Message par CHARPAL le Lun 4 Juil - 0:45

    Il était clair dès le départ que le successeur de DSK quelqu'il ( ou elle ) soit et quelle que soit sa nationalité serait ultra réactionnaire, esclavagiste, partisan du capitalisme de casino et de la dictature des marchés.Il n'y a rien de bon à attendre du FMI , cette nouvelle inquisition au service du capitalisme de droit divin. Il faut supprimer purement et simplement cette officine dépourvue de toute légitimité.
    Par ailleurs,je maintiens que Camdessus a commis un crime contre l' Humanité, crime économique mais crime quand même,en Amérique Latine et en Afrique et qu'il devrait être jugé par un Tribunal Pénal international ! Ca serait infiniment plus juste que de juger Gérard Filoche, inspecteur du travail qui essaie de sauver du naufrage ce qui reste du Code du Travail !

    Contenu sponsorisé

    Re: le FMI

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Jeu 14 Déc - 22:04