LIBRE DISCUSSION DANS LES COULISSES DE DEMAIN

Débattons en toute liberté, dans le respect de l’autre, sur tous les sujets qui composent notre société : politique, économie, environnement, religion, philosophie, paranormal, sciences, famille, santé, mode, sexualité, loisirs, sports, divertissements…

Derniers sujets

» Gel des postes et du budget de l’éducation nationale : non, cette école ne nous convient pas !
par bye Mer 12 Juil - 13:56

» G 20 Hambourg
par bye Lun 10 Juil - 11:51

» Handicapée, je ne peux continuer à enseigner dans mon académie
par bye Mer 5 Juil - 6:21

» Pour une éducation populaire féministe
par bye Lun 12 Juin - 18:20

» La CNT a écrit aux Éditions Belin
par bye Mar 6 Juin - 10:20

» Blanquer ministre de l’Education nationale : au secours, Sarkozy revient !
par bye Jeu 25 Mai - 11:08

» L'accaparement des terres en Birmanie
par bye Mer 17 Mai - 18:42

» Un enseignant kurde témoigne...
par bye Lun 15 Mai - 17:50

» La métamatière et le Roi de la Terre
par De Bortoli Claude Mar 2 Mai - 9:52

» Au-delà des élections
par bye Mer 26 Avr - 17:26

» Les Etats-Unis ont utilisé leur plus puissante bombe non-nucléaire en Afghanistan, une première
par bye Dim 23 Avr - 18:35

» « Pourquoi nous sommes en grève de la faim dans les prisons d’Israël »
par bye Dim 23 Avr - 18:31

» « Enculé, ordure ! ». Philippe Poutou insulté par les flics
par bye Dim 23 Avr - 18:25

» La Sécurité sociale, une assistance ou un droit ?
par bye Dim 23 Avr - 18:22

» Birmanie: pour établir un mécanisme indépendant de réexamen de tous les cas de prisonniers politiques
par bye Ven 21 Avr - 6:02

» Gatti est mort. A la Parole Errante ses mots résonnent encore !
par bye Mer 12 Avr - 18:21

» Turquie : appel urgent au monde enseignant, aux associations et syndicats…
par bye Lun 3 Avr - 18:21

» APPEL À LA MOBILISATION CONTRE LE PROCHAIN SOMMET DE L’OTAN !
par bye Sam 1 Avr - 5:30

» Communiqué de presse de SUD éducation Guyane du 28 mars
par bye Jeu 30 Mar - 10:16

» Qu’est-ce qui ne va pas avec l’arabe à l’école ?
par bye Ven 24 Mar - 12:03

» Libérons l'oisiveté !
par bye Ven 17 Mar - 19:05

» Quand Espérance banlieues bat la campagne
par bye Ven 17 Mar - 19:00

» 8 mars : luttons toutes et tous pour l’égalité des droits !
par bye Mer 8 Mar - 11:01

» Désarmer la police, la proposition pas si saugrenue du NPA
par bye Mar 7 Mar - 12:50

» Fin du dispositif des Caomi: quelle orientation pour les mineurs isolés de Calais ?
par bye Sam 4 Mar - 9:58

» Les fonctionnaires répondent aux "menaces" de Marine Le Pen
par bye Sam 4 Mar - 6:25

» Réduction des indemnités et contrôles drastiques : Macron s’attaque aux chômeurs
par bye Sam 4 Mar - 6:22

» L'avenue Serge Dassault à Corbeil-Essonnes doit être débaptisée !
par bye Sam 4 Mar - 6:20

» Nouvelle révélation du Canard Enchainé : les copinages de Hamon et LVMH
par bye Sam 4 Mar - 6:18

» Une nouvelle menace pour les étrangers
par bye Mar 21 Fév - 12:02

» "Vous êtes la candidate du nanti-système", lance Charline Vanhoenacker à Marine Le Pen
par bye Lun 20 Fév - 20:30

» Vaccins : Marisol Touraine va-t-elle faire respecter la loi ou satisfaire les labos ?
par bye Lun 20 Fév - 20:26

» La tension monte d’un cran entre les Etats-Unis et le Venezuela
par bye Lun 20 Fév - 20:23

» Vandana Shiva : « Gandhi est plus pertinent qu’il ne l’a jamais été »
par bye Lun 20 Fév - 20:16

» Vague de froid en Europe : les migrants vulnérables
par bye Mar 7 Fév - 17:59

» Le centre pour les femmes et les familles migrantes a ouvert ses portes à Paris
par bye Mar 7 Fév - 17:56

» Des incidents éclatent à Aulnay-sous-Bois après les soupçons de viol de policiers
par bye Lun 6 Fév - 18:23

» Le maire rejette l'étude d'UFC-Que choisir sur l'eau potable
par bye Lun 6 Fév - 18:20

» DOCUMENT. Voici le contrat de travail de Penelope Fillon
par bye Lun 6 Fév - 18:17

» Le Hezbollah scrute avec inquiétude la nouvelle politique américaine au Moyen-Orient
par bye Lun 6 Fév - 18:14

» Huit hommes possèdent autant que la moitié de la population mondiale
par bye Mer 18 Jan - 20:06

» Délinquants solidaires : Pour en finir avec le délit de solidarité
par bye Mer 18 Jan - 13:29

» ACTUALITÉ SOCIÉTÉ ET POLITIQUE
par gramophone Sam 14 Jan - 11:34

» votre permis de conduire à portée de main
par neil89 Ven 13 Jan - 23:51

» Poursuivre la mobilisation pour une carte élargie des lycées de l’Education Prioritaire, en grève le 10 janvier !
par bye Mar 10 Jan - 11:50

» Grenade de désencerclement : un CRS mis en examen
par bye Sam 7 Jan - 20:59

» Les trois visages du vote FN
par bye Sam 7 Jan - 20:46

» Les deux jambes du militantisme
par bye Sam 7 Jan - 20:37

» Condamnés aujourd’hui pour avoir comparé Christiane Taubira à un singe
par bye Sam 31 Déc - 10:17

» Échapper au chaos
par bye Jeu 22 Déc - 17:53

» Le sénateur Carle coupable de détournement de fonds publics ? SUD éducation le dit depuis 2009 !
par bye Jeu 22 Déc - 15:06

» Maths : résoudre un problème
par bye Lun 12 Déc - 13:25

» Journée Internationale des droits de l'Homme: une situation inquiétante en Birmanie
par bye Dim 11 Déc - 11:17

» Comment les services de renseignement font la chasse aux employés des télécoms
par bye Sam 10 Déc - 18:54

» ET SI LE MASCULIN NE L’EMPORTAIT PAS SUR LE FEMININ ?
par bye Sam 10 Déc - 18:49

» Un document interne provoque un malaise à la SNCF
par bye Sam 10 Déc - 18:38

» Le gouvernement repousse l’évacuation de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes
par bye Sam 10 Déc - 18:29

» Légitime défense des policiers : faut-il tordre le droit ?
par bye Ven 9 Déc - 19:29

» Cadeau de fin d’année, un casier scolaire pour tous les marmots
par bye Mar 6 Déc - 13:59

» Violences policières, violences d’Etat
par bye Mar 6 Déc - 13:54

» La métamatière, les élites et les gouvernants
par De Bortoli Claude Ven 2 Déc - 9:54

» Comment les stups ont enfumé la justice
par bye Jeu 1 Déc - 12:26

» Quel opérateur
par bye Jeu 1 Déc - 12:24

» Fillon président ? Un coup de massue pour l’école
par bye Mer 30 Nov - 17:54

» « Pourquoi j’ai secouru des réfugiés. » Monument en l'honneur de Pierre-Alain Mannoni
par bye Mar 29 Nov - 13:06

» Jean-Luc Mélenchon ne passera pas au second tour de la présidentielle s'il ne se décide pas à parler au peuple
par bye Mar 29 Nov - 13:03

» Graeme Allwright : il t'a laissé la carte qui est si délirante qu'il n'aura plus jamais besoin d'une autre
par bye Mar 29 Nov - 13:00

» Mort de Fidel Castro : bilan de santé de la révolution castriste
par bye Mar 29 Nov - 12:57

» Vinci, piraté par des hacktivistes
par bye Ven 25 Nov - 18:38

» Le Mouvement de la Paix solidaire de la lutte des infirmières et infirmiers
par bye Ven 25 Nov - 18:35

» presentation de moi
par bye Ven 25 Nov - 18:30

» tests
par Matteo13 Mer 23 Nov - 7:48

» Un système d'accueil italien saturé face au nombre toujours aussi important d'arrivées
par bye Lun 21 Nov - 19:08

» Comment fonctionnera le « centre humanitaire » de Paris ?
par bye Lun 21 Nov - 19:06

» Un quart des enfants européens est menacé par la pauvreté
par bye Lun 21 Nov - 19:02

» Cuba : Le Conseil d’État décrète l’amnistie de 787 condamnés
par bye Sam 19 Nov - 11:11

» TURQUIE : Cesser la « chasse aux sorcières » à l’encontre des employé(e)s de l’éducation
par bye Jeu 17 Nov - 18:57

» Ces magnats français qui contrôlent les médias
par bye Dim 13 Nov - 12:23

» Chômage, retraites et revenu universel : et si un cocktail était la bonne solution ?
par bye Dim 13 Nov - 12:20

» L'ANTIRACISME ET LA GAUCHE RADICALE SONT-ILS IRRÉCONCILIABLES?
par bye Dim 13 Nov - 12:16

» L'Amérique de Donald Trump
par bye Dim 13 Nov - 12:09

» Un an après les élections en Birmanie ...
par bye Mar 8 Nov - 18:59

» Fichier des Français : les oublis et les erreurs de Cazeneuve et Urvoas
par bye Mar 8 Nov - 11:54

» Burkina Fasso : Grève dans l’éducation les 3 et 4 novembre
par bye Mar 8 Nov - 11:49

» "Ni rire, ni pleurer, ni haïr. Comprendre"
par bye Mar 1 Nov - 11:58

» Besoin de crédit personnel
par filhastreanne Lun 31 Oct - 2:32

» L’usage informationnel acritique d’Internet à l’école primaire
par gramophone Dim 30 Oct - 10:06

» Un maire serbe à Srebrenica, tout un symbole, 21 ans après le massacre
par bye Lun 24 Oct - 12:39

» L'Arctique : eldorado ou mirage?
par bye Lun 24 Oct - 12:36

» Après le viol et le meurtre barbare d'une adolescente, les Argentines ont arrêté de travailler
par bye Lun 24 Oct - 12:33

» Si la mise en scène des manifestations spontanées de policiers, organisées en pleine nuit dans les rues de Paris, ont pu surprendre les riverains, elles inquiètent également la majorité à l'approche de la présidentielle.
par bye Lun 24 Oct - 12:30

» Sommet de Bratislava : vers une convergence des approches "sécuritaires" sur les questions migratoires ?
par bye Jeu 20 Oct - 18:28

» Démantèlement de Calais : quel plan de répartition pour les migrants ?
par bye Jeu 20 Oct - 18:26

» Première défaite pour Viktor Orbán
par gramophone Jeu 20 Oct - 6:27

LE SITE

Dans Les Coulisses de Demain

FORUMS & SITES AMIS

FORUM EST INSCRIT SUR


    Viv(r)e la gratuité!

    Partagez
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8749
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Viv(r)e la gratuité!

    Message par bye le Sam 18 Juin - 11:42

    Viv(r)e la gratuité

    Un seul objectif: Agiter l'idée de la gratuité pour bousculer la vie politique

    Le Sarkophage existe depuis le 14 Juillet 2007. Nous assumons cette fonction de bouffeurs… de Sarko. Nous n’aimons pas ce monde de profit et de mépris des faibles. Nous ne pourrons peut-être pas changer ce monde capitaliste mais nous devons au moins essayer d’en inventer un autre.
    Nous aimons l’idée d’une gauche écologiste maquisarde, buissonnière. Nous savons qu’on ne pourra jamais rompre le cours de la vie en culpabilisant les gens : « Salauds de pauvres qui osez revendiquer alors qu’il y a le feu à la planète ! »
    Nous n’appartenons pas à ceux qui désespèrent Billancourt ni de Billancourt. Le grand enjeu est de susciter le désir, de lui rendre sa vertu subversive.
    Nous aimons la gratuité car elle donne à rêver, à penser, à lutter, à construire. Nous sommes de cette gauche antiproductiviste tout à la fois rebelle et bâtisseuse.
    Le Sarkophage savoure les disputes théoriques car nous sommes convaincus qu’une partie du problème réside dans le retard de la pensée critique.
    Nous travaillons avec de nombreuses associations et municipalités. Ce sont autant de lieux d’expérimentation sociale et politique, autant de laboratoires qui permettent de reprendre espoir et d’affûter nos armes.
    Le Sarkophage a co-organisé en novembre 2009 son premier colloque international avec la ville de Vaulx-en-Velin (Rhône) sur le thème du ralentissement… Oui, nous voulons ralentir la ville, pour la rendre aux plus pauvres, puisque toute accélération se fait toujours au détriment des plus faibles.
    Nous avons organisé en novembre 2010 un deuxième colloque avec la communauté d’agglomération les Lacs de l’Essonne sur le thème de la gratuité des services publics.
    Ce hors-série poursuit la réflexion engagée lors de cette rencontre. Un seul objectif : agiter l’idée de gratuité pour bousculer la vie politique…
    Nous en aurons besoin si nous voulons que 2012 soit porteur d’espoir. ■

    Paul Ariès


    http://www.lesarkophage.com/f/index.php?sp=coll&collection_id=24&PHPSESSID=9cf8c55f227e790b6994aba05a224340
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8749
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: Viv(r)e la gratuité!

    Message par bye le Lun 11 Mar - 12:56

    La gratuité, une valeur créatrice de lien social
    DIDIER BEBADA MEGNON | EUROPECREATIVE.EU | VENDREDI 8 MARS 2013
    vendredi 8 mars 2013


    La gratuité, une valeur créatrice de lien social
    Didier Bebada Megnon | europecreative.eu | vendredi 8 mars 2013





    La gratuité, comme pratique alternative à la marchandisation, est un véritable projet de société.

    Achetons-nous l’eau ou payons-nous seulement les services distributeurs ? Cette question et sa réponse s’apprécient différemment selon qui on est et suivant l’endroit où on habite sur la planète. Dans tous les cas, tout le monde peut reconnaître qu’il y a aujourd’hui un vrai marché de l’eau, un marché devenu mondial avec tout ce que cela induit comme tensions et perversions dans les échanges. La question de l’eau n’est qu’un élément quoique importante, d’une problématique plus globale qui se pose à notre civilisation marchande : sommes-nous obligés de vivre dans une société où tout s’achète et se vend ?

    La conscience citoyenne de la gratuité
    Même si le phénomène parait encore marginal, beaucoup commencent à penser voire à exprimer le besoin de repenser nos modes d’échanges en prônant par exemple le partage, le co-usage, la co-propriété, la gratuité, etc.

    Oui la gratuité ! Par ces temps de confusion où la course vers le low cost (faute à la mise en berne du pouvoir d’achat du grand nombre des citoyens) se confronte avec l’idée que les moins-disant en terme de prix sacrifient souvent la qualité, il peut paraître provocant, voire suspect, d’aller jusqu’à prôner la gratuité d’un certain nombre de biens utiles au plus grand nombre. Et pourtant, il n’y a pas meilleur moment pour poser ce débat de rendre accessibles et sans frais quelques biens et services essentiels. Non seulement parce que la crise a davantage précarisé certains qui ont besoin de la solidarité communautaire, mais aussi et justement parce que ladite crise est une formidable opportunité pour faire muter en profondeur nos modes d’être ensemble. Le temps des pratiques alternatives, c’est maintenant !

    Etymologiquement la gratuité a quelque chose à voir avec la liberté, celle de donner et de recevoir sans engagement, sans obligation. Nous connaissons la presse gratuite qui nous est distribuée pour « aucun euro », pour rien (gratis en latin). Cela ne signifie pas que ces journaux n’ont pas un coût mais leurs émetteurs ont librement décidé de les distribuer gratuitement. La gratuité caractérise donc un modèle économique où le produit ou le service proposé peut être obtenu sans contrepartie. Rien n’est payé, rien n’est demandé en retour.

    Nous ne retenons pas ici le sens figuré du terme « gratuit » qui fait référence à un acte sans motivation rationnelle, sans mobile, sans logique. Un acte gratuit, au sens péjoratif, n’apporte rien à personne en terme de bénéfice. Au contraire, la gratuité que prône la présente réflexion a une motivation anthropologique et une finalité sociale.

    La gratuité comme valeur anthropologique
    La motivation anthropologique de la gratuité se réfère à une notion fondamentale du vivre ensemble, la valeur. Dans les Fondements de la métaphysique des mœurs, le philosophe allemand Emmanuel Kant faisait une nette distinction entre prix et dignité (valeur). Dans le règne des choses finies, tout ce qui a trait aux désirs et aux besoins généraux de l’homme est remplaçable par quelque chose d’autre, à titre d’équivalent et donc a un prix. La voiture, la maison, les loisirs, les petits plaisirs du quotidien, ont un prix. Par contre, « ce qui constitue la condition, qui seule peut faire que quelque chose est une fin en soi, cela n’a pas seulement une valeur relative, c’est-à-dire un prix, mais une valeur intrinsèque, c’est-à-dire une dignité »*. Tout ce qui a une valeur intrinsèque n’a pas d’équivalent et est supérieur à tout prix. La terre, l’air, l’eau, la vie ont une valeur intrinsèque et ne devraient donc pas faire l’objet de prix marchand.

    Mais le constat est que notre civilisation marchande, qui ne trouve d’intérêt qu’au mesurable, qu’au quantifiable (notamment du point de vue monétaire), est décidée à tout « priser » (au sens de donner un prix dans le but de vendre). Si tout semble se vendre et s’acheter, il y a très peu de place à l’échange sans contrepartie, à la gratuité qui est tout simplement de l’ordre de la valeur. Comme le rappelle si souvent le philosophe et citoyen engagé, Patrick Viveret, la valeur renvoie à l’idée de « force de vie », c’est-à-dire tout ce qui fonde et structure la vie, individuelle comme collective. Le vital est sans prix même si son entretien induit des coûts. Penser la gratuité, c’est donc poser le problème des biens essentiels, vitaux, nécessaires à l’être social. D’où le second aspect de la gratuité, celui de vecteur du lien social.

    Créer du lien social par la gratuité
    Dans son Essai sur le don, le « père de l’anthropologie française », Marcel Mauss, démontre comment dans les sociétés dites archaïques, le don a une forte valeur sociale d’interdépendance entre les individus du groupe. Le don appelle nécessairement un contre-don (don en retour) dans un mouvement de triple obligation : donner – recevoir – rendre. Ainsi s’établit une dépendance créatrice de lien social. Le modèle économique de ces sociétés place les échanges au-delà des simples considérations de prix et d’intérêts. Il ne s’agit plus d’une simple opération économique mais d’un vrai fait social, un « fait social total » qui selon Mauss régule, articule et fait fonctionner la société. Et c’est là le rôle qu’on peut faire jouer aujourd’hui à la gratuité par analogie avec la théorie sur le don. En l’occurrence, la gratuité est sans contrepartie et on ne devrait rien attendre en retour. Donc il ne s’agit pas de plaquer un « système de don-contre-don » comme dans les sociétés primitives, mais de voir ce que le don a de factorisant pour le lien social.

    L’idée de la gratuité, notamment sur des biens et services qui ont un coût, n’est ni farfelue ni hors sol, puisqu’elle fait déjà l’objet d’expériences concluantes ou en bonne voie de réalisation. A titre d’exemples, la gratuité des transports en commun mise en place à Aubagne (commune du sud de la France) est éloquente à souhait. Cette expérience a fait l’objet d’un ouvrage dont le philosophe et dramaturge Jean-Louis Sagot-Duvauroux est co-auteur, Voyageurs sans ticket**. Pour cet homme résolument de gauche, la gratuité peut être une véritable alternative à une société de plus en plus marchande. Parler de gratuité dans une société où le non-payant est sans valeur peut paraître révolutionnaire. Mais pour les habitants d’Aubagne qui ne subissent plus de contrôle de ticket dans les transports publics, cela a bien une valeur non seulement individuelle mais aussi et surtout collective puisque comme le rapporte Sagot-Duvauroux, la gratuité baisse les tensions liées au contrôle et donc entretient le lien social. L’enjeu maintenant est de voir dans quelle mesure cette expérience peut être étendue à d’autres services comme ceux de l’eau pour laquelle l’idée d’un tarif social peut être mieux explorée et les coûts pris en charge par la collectivité.

    A l’échelle citoyenne, on peut dénombrer de nombreuses expériences de troc, de partage, de co-propriété, de don, d’usage ouvert (toute la gamme des biens « open »). Quand les habitants d’un immeuble créent un site internet de partage d’objets usagers mais encore utiles, ils expérimentent la gratuité tout en nourrissant le lien social. Au-delà des frontières françaises, les expériences de la gratuité sont aussi nombreuses : la médecine gratuite en Algérie rend effective l’idée de la santé comme droit fondamental. La gratuité des bus à Hasselt (Belgique) a rendu la ville plus conviviale. En mettant en place la politique de l’eau gratuite, l’Afrique du Sud veut répondre non seulement à un enjeu environnemental mais aussi à un impératif social de développement post-apartheid.

    La gratuité bien-sûr n’est pas dans l’air du temps. Pour ses opposants, c’est une mesure déresponsabilisante pour l’individu qui perdrait de vue le coût financier et humain (travail) induit par la fourniture de l’eau, la mise en service de moyens de transports ou la dispensation des soins médicaux. Mais la vérité est que l’individu sait apprécier à sa juste valeur un bien mis gracieusement à sa disposition sans le diktat du prix, pour peu qu’on l’accompagne d’un minimum de pédagogie citoyenne d’information et de sensibilisation.

    La gratuité peut être un projet de société parce que l’économie de la gratuité est une alternative crédible, au moins localement, à l’omni-marchandisation.

    Didier Mègnon Bébada

    * Kant Emmanuel, Fondements de la métaphysique des mœurs, 1785.
    ** Magali Giovannangeli et Jean-Louis Sagot-Duvauroux, Voyageurs sans ticket : liberté, égalité, fraternité. Une expérience sociale à Aubagne, Editions Au Diable Vauvert, 2012.


    http://www.europecreative.eu/la-gratuite-une-valeur-creatrice-de-lien-social/

      La date/heure actuelle est Jeu 27 Juil - 17:20