LIBRE DISCUSSION DANS LES COULISSES DE DEMAIN

Débattons en toute liberté, dans le respect de l’autre, sur tous les sujets qui composent notre société : politique, économie, environnement, religion, philosophie, paranormal, sciences, famille, santé, mode, sexualité, loisirs, sports, divertissements…

Derniers sujets

» Au-delà des élections
par bye Mer 26 Avr - 17:26

» Les Etats-Unis ont utilisé leur plus puissante bombe non-nucléaire en Afghanistan, une première
par bye Dim 23 Avr - 18:35

» « Pourquoi nous sommes en grève de la faim dans les prisons d’Israël »
par bye Dim 23 Avr - 18:31

» « Enculé, ordure ! ». Philippe Poutou insulté par les flics
par bye Dim 23 Avr - 18:25

» La Sécurité sociale, une assistance ou un droit ?
par bye Dim 23 Avr - 18:22

» Birmanie: pour établir un mécanisme indépendant de réexamen de tous les cas de prisonniers politiques
par bye Ven 21 Avr - 6:02

» Gatti est mort. A la Parole Errante ses mots résonnent encore !
par bye Mer 12 Avr - 18:21

» Turquie : appel urgent au monde enseignant, aux associations et syndicats…
par bye Lun 3 Avr - 18:21

» APPEL À LA MOBILISATION CONTRE LE PROCHAIN SOMMET DE L’OTAN !
par bye Sam 1 Avr - 5:30

» Communiqué de presse de SUD éducation Guyane du 28 mars
par bye Jeu 30 Mar - 10:16

» Qu’est-ce qui ne va pas avec l’arabe à l’école ?
par bye Ven 24 Mar - 12:03

» Libérons l'oisiveté !
par bye Ven 17 Mar - 19:05

» Quand Espérance banlieues bat la campagne
par bye Ven 17 Mar - 19:00

» 8 mars : luttons toutes et tous pour l’égalité des droits !
par bye Mer 8 Mar - 11:01

» Désarmer la police, la proposition pas si saugrenue du NPA
par bye Mar 7 Mar - 12:50

» Fin du dispositif des Caomi: quelle orientation pour les mineurs isolés de Calais ?
par bye Sam 4 Mar - 9:58

» Les fonctionnaires répondent aux "menaces" de Marine Le Pen
par bye Sam 4 Mar - 6:25

» Réduction des indemnités et contrôles drastiques : Macron s’attaque aux chômeurs
par bye Sam 4 Mar - 6:22

» L'avenue Serge Dassault à Corbeil-Essonnes doit être débaptisée !
par bye Sam 4 Mar - 6:20

» Nouvelle révélation du Canard Enchainé : les copinages de Hamon et LVMH
par bye Sam 4 Mar - 6:18

» Une nouvelle menace pour les étrangers
par bye Mar 21 Fév - 12:02

» "Vous êtes la candidate du nanti-système", lance Charline Vanhoenacker à Marine Le Pen
par bye Lun 20 Fév - 20:30

» Vaccins : Marisol Touraine va-t-elle faire respecter la loi ou satisfaire les labos ?
par bye Lun 20 Fév - 20:26

» La tension monte d’un cran entre les Etats-Unis et le Venezuela
par bye Lun 20 Fév - 20:23

» Vandana Shiva : « Gandhi est plus pertinent qu’il ne l’a jamais été »
par bye Lun 20 Fév - 20:16

» Vague de froid en Europe : les migrants vulnérables
par bye Mar 7 Fév - 17:59

» Le centre pour les femmes et les familles migrantes a ouvert ses portes à Paris
par bye Mar 7 Fév - 17:56

» Des incidents éclatent à Aulnay-sous-Bois après les soupçons de viol de policiers
par bye Lun 6 Fév - 18:23

» Le maire rejette l'étude d'UFC-Que choisir sur l'eau potable
par bye Lun 6 Fév - 18:20

» DOCUMENT. Voici le contrat de travail de Penelope Fillon
par bye Lun 6 Fév - 18:17

» Le Hezbollah scrute avec inquiétude la nouvelle politique américaine au Moyen-Orient
par bye Lun 6 Fév - 18:14

» Huit hommes possèdent autant que la moitié de la population mondiale
par bye Mer 18 Jan - 20:06

» Délinquants solidaires : Pour en finir avec le délit de solidarité
par bye Mer 18 Jan - 13:29

» ACTUALITÉ SOCIÉTÉ ET POLITIQUE
par gramophone Sam 14 Jan - 11:34

» votre permis de conduire à portée de main
par neil89 Ven 13 Jan - 23:51

» Poursuivre la mobilisation pour une carte élargie des lycées de l’Education Prioritaire, en grève le 10 janvier !
par bye Mar 10 Jan - 11:50

» Grenade de désencerclement : un CRS mis en examen
par bye Sam 7 Jan - 20:59

» Les trois visages du vote FN
par bye Sam 7 Jan - 20:46

» Les deux jambes du militantisme
par bye Sam 7 Jan - 20:37

» Condamnés aujourd’hui pour avoir comparé Christiane Taubira à un singe
par bye Sam 31 Déc - 10:17

» Échapper au chaos
par bye Jeu 22 Déc - 17:53

» Le sénateur Carle coupable de détournement de fonds publics ? SUD éducation le dit depuis 2009 !
par bye Jeu 22 Déc - 15:06

» Maths : résoudre un problème
par bye Lun 12 Déc - 13:25

» Journée Internationale des droits de l'Homme: une situation inquiétante en Birmanie
par bye Dim 11 Déc - 11:17

» Comment les services de renseignement font la chasse aux employés des télécoms
par bye Sam 10 Déc - 18:54

» ET SI LE MASCULIN NE L’EMPORTAIT PAS SUR LE FEMININ ?
par bye Sam 10 Déc - 18:49

» Un document interne provoque un malaise à la SNCF
par bye Sam 10 Déc - 18:38

» Le gouvernement repousse l’évacuation de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes
par bye Sam 10 Déc - 18:29

» Légitime défense des policiers : faut-il tordre le droit ?
par bye Ven 9 Déc - 19:29

» Cadeau de fin d’année, un casier scolaire pour tous les marmots
par bye Mar 6 Déc - 13:59

» Violences policières, violences d’Etat
par bye Mar 6 Déc - 13:54

» La métamatière, les élites et les gouvernants
par De Bortoli Claude Ven 2 Déc - 9:54

» Comment les stups ont enfumé la justice
par bye Jeu 1 Déc - 12:26

» Quel opérateur
par bye Jeu 1 Déc - 12:24

» Fillon président ? Un coup de massue pour l’école
par bye Mer 30 Nov - 17:54

» « Pourquoi j’ai secouru des réfugiés. » Monument en l'honneur de Pierre-Alain Mannoni
par bye Mar 29 Nov - 13:06

» Jean-Luc Mélenchon ne passera pas au second tour de la présidentielle s'il ne se décide pas à parler au peuple
par bye Mar 29 Nov - 13:03

» Graeme Allwright : il t'a laissé la carte qui est si délirante qu'il n'aura plus jamais besoin d'une autre
par bye Mar 29 Nov - 13:00

» Mort de Fidel Castro : bilan de santé de la révolution castriste
par bye Mar 29 Nov - 12:57

» Vinci, piraté par des hacktivistes
par bye Ven 25 Nov - 18:38

» Le Mouvement de la Paix solidaire de la lutte des infirmières et infirmiers
par bye Ven 25 Nov - 18:35

» presentation de moi
par bye Ven 25 Nov - 18:30

» tests
par Matteo13 Mer 23 Nov - 7:48

» Un système d'accueil italien saturé face au nombre toujours aussi important d'arrivées
par bye Lun 21 Nov - 19:08

» Comment fonctionnera le « centre humanitaire » de Paris ?
par bye Lun 21 Nov - 19:06

» Un quart des enfants européens est menacé par la pauvreté
par bye Lun 21 Nov - 19:02

» Cuba : Le Conseil d’État décrète l’amnistie de 787 condamnés
par bye Sam 19 Nov - 11:11

» TURQUIE : Cesser la « chasse aux sorcières » à l’encontre des employé(e)s de l’éducation
par bye Jeu 17 Nov - 18:57

» Ces magnats français qui contrôlent les médias
par bye Dim 13 Nov - 12:23

» Chômage, retraites et revenu universel : et si un cocktail était la bonne solution ?
par bye Dim 13 Nov - 12:20

» L'ANTIRACISME ET LA GAUCHE RADICALE SONT-ILS IRRÉCONCILIABLES?
par bye Dim 13 Nov - 12:16

» L'Amérique de Donald Trump
par bye Dim 13 Nov - 12:09

» Un an après les élections en Birmanie ...
par bye Mar 8 Nov - 18:59

» Fichier des Français : les oublis et les erreurs de Cazeneuve et Urvoas
par bye Mar 8 Nov - 11:54

» Burkina Fasso : Grève dans l’éducation les 3 et 4 novembre
par bye Mar 8 Nov - 11:49

» "Ni rire, ni pleurer, ni haïr. Comprendre"
par bye Mar 1 Nov - 11:58

» Besoin de crédit personnel
par filhastreanne Lun 31 Oct - 2:32

» L’usage informationnel acritique d’Internet à l’école primaire
par gramophone Dim 30 Oct - 10:06

» Un maire serbe à Srebrenica, tout un symbole, 21 ans après le massacre
par bye Lun 24 Oct - 12:39

» L'Arctique : eldorado ou mirage?
par bye Lun 24 Oct - 12:36

» Après le viol et le meurtre barbare d'une adolescente, les Argentines ont arrêté de travailler
par bye Lun 24 Oct - 12:33

» Si la mise en scène des manifestations spontanées de policiers, organisées en pleine nuit dans les rues de Paris, ont pu surprendre les riverains, elles inquiètent également la majorité à l'approche de la présidentielle.
par bye Lun 24 Oct - 12:30

» Sommet de Bratislava : vers une convergence des approches "sécuritaires" sur les questions migratoires ?
par bye Jeu 20 Oct - 18:28

» Démantèlement de Calais : quel plan de répartition pour les migrants ?
par bye Jeu 20 Oct - 18:26

» Première défaite pour Viktor Orbán
par gramophone Jeu 20 Oct - 6:27

» Ça y est, les revoilà !
par bye Mar 18 Oct - 13:38

» Lettre ouverte de Kirk Douglas contre Donald Trump
par bye Mar 18 Oct - 13:32

» "Affligeant" ou "mérité", le Nobel de littérature attribué à Bob Dylan divise
par bye Mar 18 Oct - 13:26

» L'Église catholique d'Ariège demande pardon pour le massacre des cathares
par bye Mar 18 Oct - 13:23

» QUAND LES LOIS ANTITERRORISTES AUTORISENT LES AGENTS DE LA RATP ET DE LA SNCF À INTERVENIR EN CIVIL ET ARMÉS
par bye Mar 18 Oct - 13:19

» Le président Barack Obama lève les dernières sanctions américaines
par bye Mar 11 Oct - 19:25

» Rentrée scolaire sous haute tension à Mayotte
par bye Mar 11 Oct - 11:53

» S'indigner pour Alep... mais un peu trop tard
par bye Sam 8 Oct - 9:40

» Rapport mondial sur les sciences sociales : lutter contre les inégalités
par bye Sam 8 Oct - 9:34

LE SITE

Dans Les Coulisses de Demain

FORUMS & SITES AMIS

FORUM EST INSCRIT SUR


    le niveau de vie recule, le nombre de pauvres augmente, les riches toujours plus riches.....

    Partagez
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8741
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    le niveau de vie recule, le nombre de pauvres augmente, les riches toujours plus riches.....

    Message par bye le Sam 15 Sep - 10:02



    France : le niveau de vie recule, le nombre de pauvres augmente, les riches toujours plus riches.....

    Jérôme Lefilliâtre - Claire Guélaud - Pascal Riché | challenges.fr - terraeco.net - bercy.blog.lemonde.fr - rue89.com | vendredi 7 septembre 2012

    vendredi 7 septembre 2012




    Le niveau de vie recule en France... sauf pour les plus aisés
    Jérôme Lefilliâtre | challenges.fr | vendredi 7 septembre 2012
    France : Toujours plus de pauvres, des riches toujours plus riches
    | terraeco.net | vendredi 7 septembre 2012
    Le nombre de pauvres a augmenté de 440.000 en France en 2010
    Claire Guélaud | bercy.blog.lemonde.fr | vendredi 7 septembre 2012
    Pourquoi les salaires des dirigeants du CAC 40 ont doublé en dix ans
    Pascal Riché | rue89.com | lundi 3 septembre 2012

    --------------------------------------------------------------------------------



    haut de page



    Le niveau de vie recule en France... sauf pour les plus aisés
    Jérôme Lefilliâtre | challenges.fr | vendredi 7 septembre 2012



    DECRYPTAGE Une enquête édifiante de l’Insee montre la progression des inégalités entre Français. Il y avait, en 2010, 8,6 millions de pauvres dans notre pays, dont 2,7 millions d’enfants.

    S’il ne faut retenir qu’un chiffre de l’enquête édifiante de l’Insee publié vendredi 7 septembre, c’est celui-ci : 19.270 euros. Soit le niveau de vie* médian d’un Français en 2010, quel qu’il soit (salarié, indépendant, chômeur, retraité, inactif, enfant…). En clair, il y a deux ans, la moitié de la population avait un revenu disponible inférieur à 1.610 euros par mois, quand l’autre moitié dépassait cette barre. Pour la première fois depuis 2004, on constate un recul sur un an de 0,5%, en tenant compte de l’inflation.
    Autrement dit, le niveau de vie des Français a baissé de 2009 à 2010. Toutefois, derrière ce constat déprimant, les situations sont très différentes selon les catégories de population, comme le montre sans équivoque le graphique ci-dessous.



    Dans le langage Insee, les déciles D1 à D9 sont des seuils de niveau de vie qui partagent la population française en dix sous-populations d’effectifs égaux : sous D1 se retrouvent ainsi les premiers 10% des Français sur l’échelle des niveaux de vie ; sous D2 les premiers 20% ; sous D3 les premiers 30% et ainsi de suite, jusqu’à D9, au-dessus duquel émargent les 10% de Français les plus aisés.

    Le niveau de vie des plus riches augmente de 1,3%

    Sur le graphique, on observe que la baisse du niveau de vie en 2010 a été la plus brutale pour les Français les moins privilégiés, représentés par les déciles D1 et D3. La diminution est beaucoup plus faible pour le décile D9, qui correspond à l’ensemble de la population du pays à l’exception des 10% les plus fortunés.

    "La baisse est (…) plus forte dans le bas de la distribution (entre -1,3% et -1,6% pour les trois premiers déciles) que dans le haut (-0,3% pour le 9ème décile et une quasi-stabilité pour les trois précédents)", traduit l’Insee, relevant au passage que, pour la première fois depuis 2004, le niveau de vie des déciles dépassant le niveau médian (19.270 euros) baissent, comme les déciles inférieurs.

    Les seuls à échapper à cette tendance générale sont les plus aisés. Le graphique s’intéresse aux 5% les plus favorisés, représentés par le vingtile C95. Ces foyers ont vu leur niveau de vie augmenter en 2010, de 1,3%, après une quasi-stagnation l’année précédente (+0,2%). Un résultat qui confirme une évolution ancienne : depuis 1996, le niveau de vie des 10% des personnes les plus favorisées a augmenté plus vite (+2,1%) que l’ensemble de la population (+1,4%).

    Le dynamisme des hauts salaires et les bienfaits du patrimoine

    Comment expliquer que que 90% de la population vit moins bien en 2010 que l’année précédente tandis que 10% vit mieux ? "Les évolutions de salaires expliquent en partie la hausse des inégalités", répond l’Insee. Les hausses de rémunérations ont été beaucoup plus dynamiques pour les cadres que dans le bas de l’échelle, affectée par la faible revalorisation du Smic en 2010.

    De plus, les revenus du patrimoine profitent à plein aux Français les plus aisés, pour qui ils représentent 26% du revenu disponible contre 7% dans le reste de la population. Or le quinquennat de Nicolas Sarkozy a été plutôt favorable aux hauts patrimoines. Ce qui explique l’élévation du niveau de vie des plus riches. A cet égard on peut s’interroger, comme l’économiste Thomas Piketty sur Rue89, sur la volonté présumée de François Hollande de faire porter la fameuse taxe à 75% sur les revenus du travail des plus riches, et non sur leurs revenus du capital...

    La hausse de la pauvreté touche surtout les enfants

    Cette progression des inégalités –l’indice Gini qui la mesure est passé de 0,290 à 0,299– semble d’autant plus injuste qu’elle s’inscrit dans un contexte général de hausse de la pauvreté. Selon l’Insee, le nombre de personnes pauvres** est passé en 2010 à 8,6 millions, contre 8,2 en 2009. Soit 14,1% de la population française (+0,6 point sur un an). Le taux de pauvreté atteint ainsi son plus haut niveau depuis 1997. Et nul doute que la récession de la zone euro en 2012, et les plans sociaux qui s’enchaînent depuis quelques mois, n’ont pas contribué à arranger la situation. Aujourd’hui, la barre des 9 millions de pauvres est sans doute franchie.

    L’Insee relève que la hausse de la pauvreté touche en premier lieu les retraités, les adultes inactifs qui ne sont ni étudiants ni retraités et, surtout, les enfants, qui contribuent à cet accroissement pour les deux tiers. Les moins de 18 ans pauvres étaient 2,4 millions en 2009. Un an plus tard, ils sont 2,7 millions.

    Pour l’Insee, l’explication principale de ce phénomène tient à ce que les revenus d’activité des adultes sont en moyenne plus faibles dans les familles nombreuses. Ce qui réduit le budget pour chaque enfant. Mais des décisions politiques ont également eu un effet dévastateur : en 2010 n’ont été reconduites ni la prime de 150 euros aux bénéficiaires de l’allocation de rentrée scolaire ni la "prime de solidarité active" aux bénéficiaires du revenu minimum d’insertion, qui avaient toutes deux versées en 2009. Enfin, cette année-là, les prestations familiales n’ont pas été revalorisées.



    *Le niveau de vie est un indicateur individuel, calculé par l’Insee en divisant le revenu disponible du ménage par le nombre de personnes qui le composent (unités de consommation). Le revenu disponible est la somme des revenus du ménage (salaires, indemnités, prestations sociales, pensions, revenus financiers…), retranchés des impôts qu’il a à payer (impôt sur le revenu, CSG, CRDS, taxe d’habitation…)

    **Par convention, une personne est considérée comme pauvre quand son niveau de vie n’atteint pas 60% du niveau de vie médian, soit 964 euros en 2010.

    L’intégralité de l’enquête de l’Insee est disponible sur son site internet.





    --------------------------------------------------------------------------------



    haut de page


    France : Toujours plus de pauvres, des riches toujours plus riches
    | terraeco.net | vendredi 7 septembre 2012




    Le niveau de vie des Français a baissé pour la première fois depuis le début de la crise. Les inégalités, elles, grimpent encore.

    Le nombre de pauvres a augmenté, le niveau de vie médian a baissé, et le pouvoir d’achat des plus riches a augmenté. Voilà les conclusions douloureuses de la dernière étude de l’Insee (Institut national de la statistique et des études économiques) sur le niveau de vie des Français qui porte sur 2010.

    La France comptait en 2010 8,6 millions de pauvres, soit 440 000 de plus qu’un an plus tôt. Le niveau de vie médian [1] s’élève à 19270 euros, soit 0,5% de moins qu’en 2009. C’est la première baisse constatée depuis le début de la crise. Seul le niveau de vie des Français les plus riches a augmenté, de 1,3%. L’indice de Gini, qui mesure le niveau d’inégalité dans une population, est donc passé de 0,290 à 0,299 (0 correspondant à l’égalité parfaite et 1 à l’inégalité la plus forte).

    Les enfants toujours plus pauvres
    Ce sont principalement les inactifs et les enfants de moins de 18 ans qui ont vu leur niveau de pauvreté augmenter. « Le visage de la pauvreté de masse se dessine ainsi nettement : il s’agit pour une part croissante de familles monoparentales (lorsque le parent isolé ne travaille pas, le taux de pauvreté explose à près de 80 %, ce qui explique la proportion élevée – et croissante - d’enfants touchés par la pauvreté), d’inactifs et de chômeurs », analyse l’économiste Denis Clerc sur son blog à la lecture de ces chiffres. Avant de conclure : « La protection sociale ne protège pas (les familles monoparentales, les inactifs et les chômeurs, ndlr), ou pas assez, pour qu’ils puissent faire face. Au cours de ces dernières années, la tendance dominante a été d’accuser ‘l’assistanat’ de tous les maux : l’aide sociale, disait-on, inciterait les gens à ne rien faire au lieu de chercher à se former et à travailler. (...) En période « normale », déjà, cette idéologie était contestable, aussi bien moralement qu’économiquement : comme si, par exemple, le fait de ne pas disposer de quoi faire garder ses enfants n’expliquait pas une partie du ‘non-travail’ des chefs de familles monoparentales. Mais en période de crise, elle devient criminelle : quand l’emploi se dérobe, il faut être aveugle pour avancer que c’est par calcul ou par fainéantise que l’on ne travaille pas, et il faut être pervers pour préconiser une réduction des aides sociales. »
    A lire aussi :

    Notre étude : Où peut-on encore grimper l’échelle sociale
    Notre dossier : 8 millions de pauvres à qui le tour


    [1] Le niveau de vie d’un ménage correspond à l’ensemble de ses revenus nets divisé par le nombre d’unités de consommation (UC) de ce ménage – 1 UC pour le 1er adulte, 0,5 pour le suivant, 0,3 pour chaque enfant de moins de 14 ans. Le niveau de vie médian est celui qui partage la population en deux : une moitié des Français gagne plus que cette médiane, et l’autre gagne moins.

    --------------------------------------------------------------------------------



    haut de page



    Le nombre de pauvres a augmenté de 440.000 en France en 2010
    Claire Guélaud | bercy.blog.lemonde.fr | vendredi 7 septembre 2012



    La dernière enquête de l’Insee sur les niveaux de vie, rendue publique vendredi 7 septembre, est explosive. Que constate-t-elle en effet ? Qu’en 2010, le niveau de vie médian (19 270 euros annuels) a diminué de 0,5 % par rapport à 2009, que seuls les plus riches s’en sont sortis et que la pauvreté, en hausse, frappe désormais 8,6 millions de personnes, soit 440 000 de plus qu’un an plus tôt.

    Avec la fin du plan de relance, les effets de la crise se sont fait sentir massivement. En 2009, la récession n’avait que ralenti la progression en euros constants du niveau de vie médian (+ 0,4 %, contre + 1,7 % par an en moyenne de 2004 à 2008). Il faut remonter à 2004, précise l’Insee, pour trouver un recul semblable à celui de 2010 (0,5 %).

    La timide reprise économique de 2010 n’a pas eu d’effets miracle, puisque pratiquement toutes les catégories de la population, y compris les classes moyennes ou moyennes supérieures, ont vu leur niveau de vie baisser. N’a augmenté que celui des 5 % des Français les plus aisés.

    Dans un pays qui a la passion de l’égalité, la plupart des indicateurs d’inégalités sont à la hausse. L’indice de Gini, qui mesure le degré d’inégalité d’une distribution (en l’espèce, celle des niveaux de vie), a augmenté de 0,290 à 0,299 (0 correspondant à l’égalité parfaite et 1 à l’inégalité la plus forte). Le rapport entre la masse des niveaux de vie détenue par les 20 % les plus riches et celle détenue par les 20 % les plus modestes est passé de 4,3 à 4,5.

    Les inégalités ont continué de se creuser par le haut. Ainsi, entre 1996 et 2010, le niveau de vie moyen des 10 % les plus aisés a augmenté d’environ 2,1 % par an en moyenne, contre 1,4 % dans l’ensemble de la population. En 2010, c’est l’évolution des salaires, limitée dans le bas de la distribution des revenus, qui explique en partie l’accentuation des inégalités, les 10 % les plus aisés ayant bénéficié à la fois de salaires plus dynamiques et des rendements élevés de leurs placements.

    Déjà en hausse de 0,5 point en 2009, le taux de pauvreté monétaire a augmenté en 2010 de 0,6 point pour atteindre 14,1%, soit son plus haut niveau depuis 1997. 8,6 millions de personnes vivaient en 2010 en-dessous du seuil de pauvreté monétaire (964 euros par mois). Elles n’étaient que 8,1 millions en 2009. Mais il y a pire : une personne pauvre sur deux vit avec moins de 781 euros par mois.

    En 2010, le chômage a peu contribué à l’augmentation de la pauvreté (les chômeurs représentent à peine 4% de l’accroissement du nombre des personnes pauvres). C’est du côté des inactifs qu’il faut plutôt se tourner : les retraités (11 %), les adultes inactifs autres que les étudiants et les retraités (16 %) – souvent les titulaires de minima sociaux – et les enfants.

    Les moins de 18 ans contribuent pour près des deux tiers (63 %) à l’augmentation du nombre de personnes pauvres. L’Insee fait observer qu’en 2009, l’accroissement du nombre d’enfants pauvres (ils vivent fréquemment dans des familles monoparentales) avait été contenue par le versement de deux primes exceptionnelles aux ménages dans le cadre du plan de relance (150 euros aux bénéficiaires de l’allocation de rentrée scolaire, et 200 euros de prime de solidarité active). L’institut rappelle aussi que les prestations familiales n’ont pas été revalorisées en 2010, après avoir bénéficié d’une revalorisation plus forte que prévu en 2009.

    Claire Guélaud


    --------------------------------------------------------------------------------



    haut de page



    Pourquoi les salaires des dirigeants du CAC 40 ont doublé en dix ans
    Pascal Riché | rue89.com | lundi 3 septembre 2012


    Entre 1998 et 2008, les salaires français n’ont augmenté que de 25%, pour une inflation de 18% ; ceux des dirigeants des entreprises du CAC 40 (hors stock-options) ont, eux, augmenté de 120%. Autant dire que les premiers ont stagné pendant que les seconds ont doublé.

    Dans un intéressant article publié par la revue Commentaire, à paraître ce lundi, Jean Gatty, gestionnaire de portefeuille, a calculé la différence sur dix ans entre les rémunérations des dirigeants des entreprises du CAC 40.



    Les salaires des patrons (1998-2008). La dernière colonne indique la hausse des rémunérations par tête (Jean Gatty/Commentaire)

    Constatant qu’il est très rare qu’une profession voie ainsi ses salaires doubler, l’auteur de l’article s’interroge sur les causes d’un tel phénomène, et rejette une par une la plupart des explications généralement avancées.


    1


    Une pénurie de patrons

    Généralement, les salaires doublent quand on est en présence d’une tension sur le marché de l’emploi : une poussée de la demande d’informaticiens, par exemple. Dans le cas des patrons, rien de tel : il y a toujours des candidats parmi les cadres supérieurs.


    2


    Une hausse du « coût de production » des patrons

    Un patron de grande entreprise, cela se fabrique comme autrefois : en vingt ou trente ans, en le frottant à des fonctions différentes. Rien n’a changé de ce point de vue. Fausse explication, donc.


    3


    Une productivité accrue par des rémunérations élevées

    C’est l’idée selon laquelle plus vous payez quelqu’un, plus son ardeur au travail s’accroît et, avec elle, sa productivité. Les actionnaires auraient décidé de mieux payer les patrons pour conduire les entreprises à une meilleure profitabilité.

    Pour Jean Gatty, ce mécanisme ne joue pas dans le cas des patrons : la profitabilité des entreprises n’est pas liée à la rémunération des dirigeants, mais à l’état de la concurrence, à la fiscalité, etc.

    L’argument doit-il être complètement écarté comme le fait l’auteur ? Les actionnaires ont tout intérêt à faire en sorte que les dirigeants des grandes entreprises, qui doivent prendre des décisions stratégiques, partagent leurs intérêts – d’où l’octroi de stock-options par exemple – plutôt que ceux des salariés de l’entreprise. (Voir le point 2 de cet « explicateur »)


    4


    L’existence d’un « marché des dirigeants qu’on se disputerait »

    On retrouve ici l’argument de la pénurie, présenté différemment. Mais comme le remarque Jean Gatty, neuf entreprises sur dix choisissent leur PDG et leurs hauts dirigeants sans aucune considération pour ce supposé marché. Les PDG forment très souvent leurs propres successeurs.


    5


    La baisse des impôts sur les hauts revenus

    Autrefois, le taux marginal sur l’impôt sur le revenu atteignait des sommets (90% aux Etats-Unis sous Roosevelt !). Augmenter les patrons n’avait donc qu’assez peu d’intérêt pour eux et pour l’entreprise.

    Selon Jean Gatty, la baisse des impôts a pu servir de déclencheur à la hausse des rémunérations. Mais elle n’explique pas la force qui a poussé cette rémunération vers les sommets : quand vous retirez le frein à main d’une voiture garée dans une pente, elle prend de la vitesse.


    « La fiscalité n’explique pas plus la force qui pousse les rémunérations à la hausse que le frein n’explique la pesanteur qui pousse la voiture vers le bas de la pente. »


    6


    La transparence nouvelle des rémunérations

    La transparence fait souvent baisser les prix, mais pas toujours : en situation de cartel ou d’oligopole, il peut se passer le phénomène inverse. Dans le cas des patrons, cette transparence aurait poussé ces derniers à se comparer les uns aux autres.

    Certes, il est difficile de parler d’oligopole ou de cartel pour les patrons (ils sont des milliers). Mais ce qui a pu se passer, suggère l’auteur, c’est que les moins gourmands d’entre eux, ceux qui se seraient normalement contentés d’une rémunération raisonnable, se sont sentis obligés, du fait de cette transparence, à s’octroyer une rémunération alignée sur celle de leurs pairs :


    « Un PDG gagnant bien plus que ses parents, qu’il ne l’avait jamais espéré, et que tous les employés de son entreprise, se satisfait facilement
    de son sort quand les salaires de ses pairs lui sont inconnus. C’est beaucoup plus difficile lorsqu’il sait que ceux-ci gagnent deux, cinq ou dix fois plus que lui. »

    Quand une entreprise fait un jour bien mieux que ses concurrents, elle augmente ses dirigeants. L’écart se creuse alors avec les rémunérations des autres patrons. Et, peu à peu, par mimétisme, les rémunérations de ces derniers s’alignent... Par cet effet de cliquet, l’ensemble des rémunérations continue de s’élever.

    Que faire pour casser cet engrenage ? Jean Gatty promet un second article pour poser des « principes et des règles » qui permettraient de mettre un peu de rationalité dans la fixation de ces rémunérations excessives.

    En attendant, on ne peut que repenser à sa comparaison entre la fiscalité et le frein à main. D’accord, le frein/la fiscalité n’explique pas la dérive de la voiture/des rémunérations. Mais pour régler le problème, dans l’un et l’autre cas, il s’agit d’un outil efficace.

    http://www.challenges.fr/economie/20120907.CHA0561/en-france-la-pauvrete-augmente-et-le-niveau-de-vie-recule-sauf-pour-les-plus-aises-insee.html
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8741
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: le niveau de vie recule, le nombre de pauvres augmente, les riches toujours plus riches.....

    Message par bye le Sam 15 Sep - 10:05



    Les 500 français les plus riches gagnent autant que les recettes nettes de l’Etat

    Arnaud Mouillard | hern.over-blog.com | Vendredi 31 août 201

    samedi 8 septembre 2012





    Les 500 français les plus riches gagnent autant que les recettes nettes de l’Etat
    Arnaud Mouillard | hern.over-blog.com | Vendredi 31 août 2012








    Le classement 2012 de Challenges montre que les 500 français les plus riches ont cumulé 267 milliards d’euros de gain. Soit quasiment autant que les recettes nettes de l’État en 2011 (271 milliards d’euros).



    Challenges a relancé sans le vouloir le débat sur la taxation des plus riches et sur une autre répartition des richesses en France.

    Citant Jean-Philippe Delsol, auteur de "À quoi servent les riches", le magazine a fait le calcul : « S’il fallait les redistribuer aux 8,1 millions de pauvres (en France) recensés par l’Insee, cela représenterait 33 000 euros pour chacun d’eux ».

    Quant à résorber le déficit public de la France avec l’argent des plus riches, c’est tout à fait possible.

    Si l’on prenait à ces 500 plus grandes fortunes les 69,6 milliards d’euros nécessaires pour combler le déficit public actuel, cela leur laisserait tout de même aux alentours de 200 milliards pour subvenir à leurs besoins cette année.

    Les riches un peu moins riches mais toujours très riches.

    Les 500 plus grandes fortunes françaises "souffrent" (un peu) de la crise, mais elles sont tellement riches qu’elles ne s’en sont sans doute pas rendu compte.

    Leurs revenus ont baissé de 3% par rapport au classement précédent. La faute selon Challenges, aux « difficultés de l’économie française », à « la chute des cours de bourse et l’assèchement du marché des fusions acquisitions, dont l’activité poussait jusqu’alors la valeur des entreprises à la hausse ».

    En attendant, les français plus fortunés sont toujours les mêmes (9 des 10 plus grandes fortunes 2011 restent dans le Top 10 2012) :

    Bernard Arnault, François Pinault, Vincent Bolloré, Liliane Bettencourt, Serge Dassault, Jacques Servier, Xavier Niel...








    merci à http: http://www.cgt-dieppe.fr

    --------------------------------------------------------------------------------

    Arnaud MOUILLARD, moniteur éducateur de formation, je travaille auprès de personnes malades Alzheimer près de Rouen. Blogueur membre des #LeftBlogs. Militant à "Un Monde d’Avance" au sein du Parti socialiste.

    http://hern.over-blog.com/article-les-500-fran-ais-les-plus-riches-gagnent-autant-que-les-recettes-nettes-de-l-etat-109614703.html

    CHARPAL

    Masculin
    Nombre de messages : 434
    Emploi/loisirs : Refaire le monde(sans prétention).Voir : refairelemonde.unblog.fr
    Humeur : en colère face aux injustices notamment sociales
    Date d'inscription : 15/11/2009

    Re: le niveau de vie recule, le nombre de pauvres augmente, les riches toujours plus riches.....

    Message par CHARPAL le Lun 24 Sep - 11:41

    Nous constatons depuis longtemps que le système économique mondial, dogmatique et ultra libéral, appauvrit toujours plus les populations.

    Cet appauvrissement généralisé, qui va pour un nombre de plus en plus grand de pays, jusqu'à la clochardisation, génère une récession qui, "grâce" au TSCG, va se transformer en une immense dépression de type 1929, avec en prime, une liquidation de ce qui restait de démocratie dans notre République agonisante.

    Je me suis posé la question, comme bon nombre d'entre nous : quel intérêt les oligarques peuvent-ils avoir à malmener à ce point l'économie ce qui réduit forcément leurs profits et même les met en danger ?

    Grâce à l'économiste Jacques Généreux, nous avons la réponse à cette énigme. Et ça fait froid dans le dos !

    La clique qui dirige l'économie de la planète, hyper minoritaire, a depuis au moins deux décénnies accumulé tellement de profits (c'est pourquoi je l'appelle " l'Internationale des accumulateurs de fric") qu'elle peut faire le siège des démocraties, en Europe et ailleurs, pendant très longtemps.

    Ses profits peuvent baisser, les sommes engrangées sont tellement colossales, qu'elle fait le calcul suivant, ignoble et cynique : continuons à étrangler les peuples, demandons à "nos médias" de leur enfonçer dans le crâne que la récession est de leur faute, présentons nous comme les médecins ayant les bons médicaments pour les guérir, c'est à dire, asphyxier les services publics, privatiser ce qui peut encore l'être, diminuer les salaires, pensions, prestations sociales, délocalisons un maximum, fermons des entreprises, aggravons une concurrence sauvage pour augmenter le chômage de masse, multiplions les organismes non élus pour humilier les peuples à travers ceux qui sont censés les représenter.

    Cette médication austéritaire certes, va diminuer nos profits, mais nous reculons pour mieux sauter, et nous aurons fait un grand pas en avant (pour nous " un grand bond en arrière ! ").

    Une fois l'opération terminée, quel bonheur ! Des démocraties dans le caniveau, l'intérêt général et le code du travail dans les poubelles de l'Histoire, et des "réformes structurelles" assurant mécaniquement un taux de profit encore plus grand.

    Après, l'oligarchie nous fera descendre encore une marche : suppression complète des Etats et rétablissement de l'esclavage, comme au bon vieux temps ?

    NB 1 : Les 500 français les plus riches ont gagné autant en 2012 que les recettes nettes de l'Etat . Ils ont cumulé 267 milliards d’euros de gain. Soit quasiment autant que les recettes nettes de l’État en 2011 (271 milliards d'euros). Chiffres communiqués par le journal révolutionnaire " Challanges ".
    Merci Bye de nous en avoir informé.
    NB 2 : C'est bien pourquoi, tomberait-il de la crotte le 30 septembre prochain, que j'irai manifester contre le TSCG, en espérant qu'il y aura la foule des grands jours !

    Contenu sponsorisé

    Re: le niveau de vie recule, le nombre de pauvres augmente, les riches toujours plus riches.....

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Lun 1 Mai - 9:13