LIBRE DISCUSSION DANS LES COULISSES DE DEMAIN

Débattons en toute liberté, dans le respect de l’autre, sur tous les sujets qui composent notre société : politique, économie, environnement, religion, philosophie, paranormal, sciences, famille, santé, mode, sexualité, loisirs, sports, divertissements…

Derniers sujets

» Appel de Raymond Millot : Un projet émancipateur face aux dangers de l’anthropocène
par bye Mar 21 Nov - 12:54

» Les émissions de CO2 repartent à la hausse
par bye Ven 17 Nov - 17:05

» l’idéologie du consentement, outil d’émancipation ou d’isolement individuel ?
par bye Lun 13 Nov - 12:21

» Droit au logement opposable : le bilan chiffré 2008-2016
par bye Jeu 9 Nov - 20:02

» La rétention des « dublinés », dans l’attente d’un transfert, est contraire au règlement Dublin
par bye Lun 6 Nov - 18:33

» Face à la situation en Catalogne
par bye Mer 1 Nov - 11:33

» ACTUALITÉ SOCIÉTÉ ET POLITIQUE
par bye Sam 21 Oct - 10:37

» Offre de Prêt Entre Particulier Sérieux en 72H
par gramophone Ven 20 Oct - 9:32

» Offre de Prêt Entre Particulier Sérieux en 72H
par gramophone Ven 20 Oct - 9:32

» Offre de Prêt Entre Particulier Sérieux en 72H
par gramophone Ven 20 Oct - 9:31

» Offre de Prêt Entre Particulier Sérieux en 72H
par gramophone Ven 20 Oct - 9:31

» Bus de la honte : ne laissons pas l’avenir aux réactionnaires
par bye Sam 14 Oct - 12:44

» La métamatière et le peuple
par Claude De Bortoli Ven 6 Oct - 9:27

» Vers un retour du délit de solidarité ?
par bye Sam 30 Sep - 6:45

» Dossier : de l’École capitaliste à l’éducation émancipatrice
par bye Mer 13 Sep - 19:07

» Education : le « désastre » d’un enseignement tiré vers le bas...
par bye Lun 4 Sep - 12:13

» Offre de prêt entre particuliers rapide en 72h
par BastienL Dim 13 Aoû - 19:49

» Jean Gadrey, économiste : “Il faut remettre la réduction du temps de travail au cœur du débat public”
par bye Mar 8 Aoû - 19:04

» Le « chavo-madurisme » n’est rien moins qu’une dictature pure et simple
par bye Dim 6 Aoû - 18:52

» Gel des postes et du budget de l’éducation nationale : non, cette école ne nous convient pas !
par bye Mer 12 Juil - 13:56

» G 20 Hambourg
par bye Lun 10 Juil - 11:51

» Handicapée, je ne peux continuer à enseigner dans mon académie
par bye Mer 5 Juil - 6:21

» Pour une éducation populaire féministe
par bye Lun 12 Juin - 18:20

» La CNT a écrit aux Éditions Belin
par bye Mar 6 Juin - 10:20

» Blanquer ministre de l’Education nationale : au secours, Sarkozy revient !
par bye Jeu 25 Mai - 11:08

» L'accaparement des terres en Birmanie
par bye Mer 17 Mai - 18:42

» Un enseignant kurde témoigne...
par bye Lun 15 Mai - 17:50

» La métamatière et le Roi de la Terre
par De Bortoli Claude Mar 2 Mai - 9:52

» Au-delà des élections
par bye Mer 26 Avr - 17:26

» Les Etats-Unis ont utilisé leur plus puissante bombe non-nucléaire en Afghanistan, une première
par bye Dim 23 Avr - 18:35

» « Pourquoi nous sommes en grève de la faim dans les prisons d’Israël »
par bye Dim 23 Avr - 18:31

» « Enculé, ordure ! ». Philippe Poutou insulté par les flics
par bye Dim 23 Avr - 18:25

» La Sécurité sociale, une assistance ou un droit ?
par bye Dim 23 Avr - 18:22

» Birmanie: pour établir un mécanisme indépendant de réexamen de tous les cas de prisonniers politiques
par bye Ven 21 Avr - 6:02

» Gatti est mort. A la Parole Errante ses mots résonnent encore !
par bye Mer 12 Avr - 18:21

» Turquie : appel urgent au monde enseignant, aux associations et syndicats…
par bye Lun 3 Avr - 18:21

» APPEL À LA MOBILISATION CONTRE LE PROCHAIN SOMMET DE L’OTAN !
par bye Sam 1 Avr - 5:30

» Communiqué de presse de SUD éducation Guyane du 28 mars
par bye Jeu 30 Mar - 10:16

» Qu’est-ce qui ne va pas avec l’arabe à l’école ?
par bye Ven 24 Mar - 12:03

» Libérons l'oisiveté !
par bye Ven 17 Mar - 19:05

» Quand Espérance banlieues bat la campagne
par bye Ven 17 Mar - 19:00

» 8 mars : luttons toutes et tous pour l’égalité des droits !
par bye Mer 8 Mar - 11:01

» Désarmer la police, la proposition pas si saugrenue du NPA
par bye Mar 7 Mar - 12:50

» Fin du dispositif des Caomi: quelle orientation pour les mineurs isolés de Calais ?
par bye Sam 4 Mar - 9:58

» Les fonctionnaires répondent aux "menaces" de Marine Le Pen
par bye Sam 4 Mar - 6:25

» Réduction des indemnités et contrôles drastiques : Macron s’attaque aux chômeurs
par bye Sam 4 Mar - 6:22

» L'avenue Serge Dassault à Corbeil-Essonnes doit être débaptisée !
par bye Sam 4 Mar - 6:20

» Nouvelle révélation du Canard Enchainé : les copinages de Hamon et LVMH
par bye Sam 4 Mar - 6:18

» Une nouvelle menace pour les étrangers
par bye Mar 21 Fév - 12:02

» "Vous êtes la candidate du nanti-système", lance Charline Vanhoenacker à Marine Le Pen
par bye Lun 20 Fév - 20:30

» Vaccins : Marisol Touraine va-t-elle faire respecter la loi ou satisfaire les labos ?
par bye Lun 20 Fév - 20:26

» La tension monte d’un cran entre les Etats-Unis et le Venezuela
par bye Lun 20 Fév - 20:23

» Vandana Shiva : « Gandhi est plus pertinent qu’il ne l’a jamais été »
par bye Lun 20 Fév - 20:16

» Vague de froid en Europe : les migrants vulnérables
par bye Mar 7 Fév - 17:59

» Le centre pour les femmes et les familles migrantes a ouvert ses portes à Paris
par bye Mar 7 Fév - 17:56

» Des incidents éclatent à Aulnay-sous-Bois après les soupçons de viol de policiers
par bye Lun 6 Fév - 18:23

» Le maire rejette l'étude d'UFC-Que choisir sur l'eau potable
par bye Lun 6 Fév - 18:20

» DOCUMENT. Voici le contrat de travail de Penelope Fillon
par bye Lun 6 Fév - 18:17

» Le Hezbollah scrute avec inquiétude la nouvelle politique américaine au Moyen-Orient
par bye Lun 6 Fév - 18:14

» Huit hommes possèdent autant que la moitié de la population mondiale
par bye Mer 18 Jan - 20:06

» Délinquants solidaires : Pour en finir avec le délit de solidarité
par bye Mer 18 Jan - 13:29

» votre permis de conduire à portée de main
par neil89 Ven 13 Jan - 23:51

» Poursuivre la mobilisation pour une carte élargie des lycées de l’Education Prioritaire, en grève le 10 janvier !
par bye Mar 10 Jan - 11:50

» Grenade de désencerclement : un CRS mis en examen
par bye Sam 7 Jan - 20:59

» Les trois visages du vote FN
par bye Sam 7 Jan - 20:46

» Les deux jambes du militantisme
par bye Sam 7 Jan - 20:37

» Condamnés aujourd’hui pour avoir comparé Christiane Taubira à un singe
par bye Sam 31 Déc - 10:17

» Échapper au chaos
par bye Jeu 22 Déc - 17:53

» Le sénateur Carle coupable de détournement de fonds publics ? SUD éducation le dit depuis 2009 !
par bye Jeu 22 Déc - 15:06

» Maths : résoudre un problème
par bye Lun 12 Déc - 13:25

» Journée Internationale des droits de l'Homme: une situation inquiétante en Birmanie
par bye Dim 11 Déc - 11:17

» Comment les services de renseignement font la chasse aux employés des télécoms
par bye Sam 10 Déc - 18:54

» ET SI LE MASCULIN NE L’EMPORTAIT PAS SUR LE FEMININ ?
par bye Sam 10 Déc - 18:49

» Un document interne provoque un malaise à la SNCF
par bye Sam 10 Déc - 18:38

» Le gouvernement repousse l’évacuation de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes
par bye Sam 10 Déc - 18:29

» Légitime défense des policiers : faut-il tordre le droit ?
par bye Ven 9 Déc - 19:29

» Cadeau de fin d’année, un casier scolaire pour tous les marmots
par bye Mar 6 Déc - 13:59

» Violences policières, violences d’Etat
par bye Mar 6 Déc - 13:54

» La métamatière, les élites et les gouvernants
par De Bortoli Claude Ven 2 Déc - 9:54

» Comment les stups ont enfumé la justice
par bye Jeu 1 Déc - 12:26

» Quel opérateur
par bye Jeu 1 Déc - 12:24

» Fillon président ? Un coup de massue pour l’école
par bye Mer 30 Nov - 17:54

» « Pourquoi j’ai secouru des réfugiés. » Monument en l'honneur de Pierre-Alain Mannoni
par bye Mar 29 Nov - 13:06

» Jean-Luc Mélenchon ne passera pas au second tour de la présidentielle s'il ne se décide pas à parler au peuple
par bye Mar 29 Nov - 13:03

» Graeme Allwright : il t'a laissé la carte qui est si délirante qu'il n'aura plus jamais besoin d'une autre
par bye Mar 29 Nov - 13:00

» Mort de Fidel Castro : bilan de santé de la révolution castriste
par bye Mar 29 Nov - 12:57

» Vinci, piraté par des hacktivistes
par bye Ven 25 Nov - 18:38

» Le Mouvement de la Paix solidaire de la lutte des infirmières et infirmiers
par bye Ven 25 Nov - 18:35

» presentation de moi
par bye Ven 25 Nov - 18:30

» tests
par Matteo13 Mer 23 Nov - 7:48

» Un système d'accueil italien saturé face au nombre toujours aussi important d'arrivées
par bye Lun 21 Nov - 19:08

» Comment fonctionnera le « centre humanitaire » de Paris ?
par bye Lun 21 Nov - 19:06

» Un quart des enfants européens est menacé par la pauvreté
par bye Lun 21 Nov - 19:02

» Cuba : Le Conseil d’État décrète l’amnistie de 787 condamnés
par bye Sam 19 Nov - 11:11

LE SITE

Dans Les Coulisses de Demain

FORUMS & SITES AMIS

FORUM EST INSCRIT SUR


    La Banque postale est-elle vraiment une « banque citoyenne » ?

    Partagez
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8763
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    La Banque postale est-elle vraiment une « banque citoyenne » ?

    Message par bye le Sam 9 Fév - 10:01

    La Banque postale est-elle vraiment une « banque citoyenne » ?
    MARIANNE RIGAUX | BASTAMAG.NET | JEUDI 7 FÉVRIER 2013
    jeudi 7 février 2013


    La Banque postale est-elle vraiment une « banque citoyenne » ?
    Marianne Rigaux | bastamag.net | jeudi 7 février 2013


    Elle est la banque la moins chère du marché. Celle qui permet aux populations modestes d’accéder à des services bancaires essentiels. Une « banque citoyenne » assure la campagne publicitaire. Pour combien de temps ? De discrets changements en nouvelles offres, l’enseigne jaune et bleue évolue. Crédit revolving, refus de clients jugés non solvables, vente de produits d’assurance ou de téléphonie mobile... Une tendance lourde qui inquiète syndicats et clients. Où va la Banque Postale ?




    Il y a trois ans, le PDG de La Poste l’avait juré, promis : jamais la Banque Postale ne verserait dans le crédit revolving. « Nous ne proposerons pas de crédit renouvelable afin de ne pas pousser à l’endettement », assurait Jean-Paul Bailly. C’était le 25 novembre 2009 devant l’Assemblée Nationale. Octobre 2012, la même Banque Postale lance en toute discrétion le « service anti-dépassement », un crédit renouvelable aux antipodes de son image de proximité et d’accessibilité. En trois années, la Banque Postale a changé de cap.

    Dans le milieu bancaire, ce n’est apparemment un secret pour personne : la Banque Postale n’aurait plus envie d’être « la banque des pauvres ». « Tout le monde sait que la Banque Postale veut rejoindre le peloton des banques privées. Être une banque comme les autres est plus rentable », confirme un employé de la Banque de France, qui préfère garder l’anonymat. Sous-entendu : une banque qui maximise ses profits, place ses assurances et rentabilise ses clients. Si la Banque de France ne prend pas de position officielle, l’inquiétude est toutefois présente.

    « La banque pour tous » ?

    Le service de presse de la Banque Postale se veut rassurant et convaincant, et égraine les éléments de langage : « Nous sommes la banque pour tous, pas la banque des pauvres », insiste le « Monsieur service presse » [1]. « La banque de service public par excellence. » A ses yeux, faire des profits ne semble pas incompatible avec ce statut. « Traiter les clients qui ont un peu d’argent permet de traiter tous ceux qui en ont moins. »



    Banque publique créée le 1er janvier 2006, filiale à 100 % de La Poste, la Banque Postale est investie d’une mission d’accessibilité bancaire : la loi l’oblige à ouvrir un livret A à toute personne qui en fait la demande. 20 millions de personnes détiennent aujourd’hui un livret A à la Banque Postale [2] !« Nous sommes la seule banque à prêter aux pauvres », martèle le service de presse. « Nous avons deux millions de clients fragiles pour dix millions de clients au total, qui ne sont heureusement, pas tous pauvres. » Des chiffres répétés à l’envi.

    « Une stratégie de cupidité »

    Côté communication, la Banque Postale vient justement d’abandonner le slogan « Une banque pas comme les autres », pour celui – placardé actuellement sur les abribus – « Banque et citoyenne ». « Pour mettre en avant nos valeurs », explique « Monsieur service presse ». Pour s’affranchir de la mission de service public, répondent les syndicats.

    La Banque Postale a engagé « une stratégie de la cupidité qui dénature sa mission première », estime le syndicaliste Nicolas Galepides (Sud-PTT). Et d’énumérer les changements qui témoignent d’une réorientation des priorités internes. Courant 2012, le retrait dans un autre distributeur que ceux de la Banque Postale est devenu payant à partir du sixième. Une pratique habituelle, mais pas à la Banque Postale. En septembre, la possibilité de reporter ses achats au début du mois suivant – un service qui coûte 5,50 euros par mois – est légèrement modifiée : la date du débit différé passe du 5 du mois suivant au 28 du mois en cours.

    Raclages de fonds de tiroir

    Quelques jours de différence qui suffisent à provoquer des découverts les deux ou trois derniers jours du mois. « La Banque Postale l’avait d’ailleurs anticipé : une liste de 10 000 clients potentiellement mis à découvert par ce changement a été envoyée par le service informatique aux centres financiers, lors de la mise en place de cette mesure », explique Nicolas Galepides. Réponse du service de presse : « Seuls 300 000 clients utilisent une carte à débit différé, et ce ne sont pas des clients fragiles. Le changement de date a posé un problème seulement le premier mois de mise en place, puis les comptes se régulent. La minorité concernée a été accompagnée », assure-t-on. Concrètement : ils ont été dispensés de payer des aggios les deux premiers mois... Un moyen supplémentaire, quand même, pour la banque de glaner ensuite quelques euros à chaque découvert.

    Dernier changement, parvenu noir sur blanc dans les agences : facturer systématiquement toutes les opérations qui passaient jusque-là sans frais. Un document interne intitulé « Percevoir une tarification, c’est juste utile et nécessaire », en date du 11 octobre 2012, incite les guichetiers et conseillers de la Banque postale à facturer toutes les opérations. Renouvellements anticipés de carte, frais de recherche, demande de duplicata ou autres services sont désormais payants. Le document fixe un objectif chiffré à atteindre par jour pour chacun des centres, diagrammes à l’appui [3]. « On est vraiment dans le raclage de fonds de tiroir », déplore le syndicaliste Nicolas Galepides.

    Un directeur issu des banques d’affaires

    De quand date le tournant ? Certains le situent au début des années 2000, quand la branche courrier du groupe La Poste perd de la vitesse. Il faut alors trouver une autre source de revenus pour compenser. L’activité de services financiers devient l’entité Banque postale, qui bénéficie instantanément de 17 000 points de contact, soit près de deux fois plus que le premier réseau bancaire français, celui de Crédit agricole. Quatre banques accusent aussitôt La Poste de distorsion de concurrence. Depuis, la Banque Postale a reçu le feu vert pour proposer tous les produits : crédit immobilier, crédit à la consommation, crédit renouvelable, assurances. L’établissement bancaire représente désormais 25% du chiffre d’affaires total du groupe La Poste, à hauteur de 5 milliards d’euros.

    Guichetiers et conseillers s’accordent à dire que l’évolution de la Banque Postale s’est accentuée avec l’arrivée de Philippe Wahl à la tête du directoire de l’établissement en janvier 2011. Un journaliste qui le connaît bien le décrit comme « un drôle de zigoto », passé par la banque Paribas (comme directeur du pôle des services financiers), la Caisse d’épargne, le groupe Bolloré et la Royal Bank of Scotland. « Il grenouille dans une organisation patronale – l’institut Montaigne, dont il est membre du comité directeur – alors qu’il dirige un établissement public. C’est du grand conflit d’intérêts. »

    « On refuse les clients de banlieue »

    6 septembre 2012, conférence de rentrée de la Banque Postale. Le patron aux dents longues déclare aux journalistes : « Je le dis à mes clients, comme aux syndicats : la gratuité, c’est l’ennemi du service public ! Comme les autres, nous devons faire du chiffre d’affaires ! » Exit le leitmotiv de « la banque pas comme les autres »... Du côté de la clientèle, ça grogne. « Les clients ne comprennent pas les changements. Avant on faisait tout, n’importe quand pour n’importe qui. Maintenant on trie », raconte Yannick, guichetier dans le 14e arrondissement de Paris et syndiqué à Sud-PTT.

    L’émission d’un chèque de banque ? Certains bureaux en limitent le nombre par mois. Les petites opérations bancaires au guichet ? On dirige les clients vers les automates pour « dépolluer » les files d’attente. Une ouverture de compte épargne ? Il faut placer d’autres produits comme les assurances ou la téléphonie mobile. D’un bureau à l’autre, les pratiques se révèlent disparates. « Dans le 15eme arrondissement de Paris, on refuse les clients de banlieue. Sans explication. On veut clairement des clients riches », rapporte Sylvie, guichetière depuis 1988. Rarement écrites, les consignes passent mal auprès des 10 000 conseillers et 55 000 guichetiers. « Des situations isolées », évacue le service de presse. « 17 000 points de contacts, ça multiplie les possibilités de dérives. »

    Lutte contre l’exclusion bancaire ?

    Sur ces dérives, la Banque Postale est tenue à l’œil par le secteur associatif. Le lancement du crédit renouvelable a fait grincer des dents chez les organismes engagés dans la lutte contre l’exclusion bancaire. « Nous serons très attentifs aux profils des clients à qui sera accordé ce crédit renouvelable », pointe Fabien Tocqué, responsable de l’inclusion bancaire à la Croix Rouge.

    La Banque Postale a lancé en octobre dernier une initiative contre l’exclusion bancaire avec neuf partenaires, dont la Croix-Rouge et les Restos du cœur [4]. Au même moment, donc, que son offre de crédit renouvelable. « Bien sûr, nous n’accordons pas de crédit renouvelable à des clients fragiles et nous mettons en place un dispositif de suivi », assure « Monsieur service presse ». Cette réserve d’argent mobilisable à tout moment est assortie, en cas d’utilisation, d’un taux d’intérêt élevé. A la Banque Postale, ce taux grimpe à 14%, contre 20% dans d’autres enseignes.

    Sur le terrain, les bénévoles qui encadrent les populations fragiles dans leurs démarches bancaires font part de la même inquiétude. Laure Labrosse, qui accompagne des clients roms en Seine Saint Denis, le constate tous les jours en guichet. « Ça reste la banque des pauvres, mais on sent que ce n’est plus leur priorité. Et si la Banque Postale abandonne ce rôle, il n’y aura plus de service public pour les clients fragiles. » A l’heure de la pseudo réforme bancaire prônée par le gouvernement, l’évolution de La Banque postale, 100% publique, laisse pantois.

    Marianne Rigaux

    Notes
    [1] Pour des raisons obscures, la personne en charge du service de presse de La Banque postale et qui s’exprime au nom de l’entité, ne souhaite pas que son nom apparaisse, même s’il signe les communiqués de la banque.

    [2] Mais seulement 10,4 millions de clients dits actifs, c’est-à-dire qui ont plusieurs comptes ou accès à d’autres services, et pas seulement un livret A ouvert il y a 25 ans

    [3] Ces opérations n’étant pas systématiquement facturées, la perte de recettes s’élève à 5 millions d’euros, selon le document. Qui explique que la Banque Postale est déjà la banque la moins chère du marché, et qu’il n’y a pas de raison de faire « encore moins cher ». Et un peu plus loin : « Augmenter notre chiffre d’affaires dans un environnement difficile n’est pas incompatible avec nos valeurs : c’est nécessaire pour notre développement et la défense de nos valeurs »

    [4] Avec le Secours catholique, le Secours populaire, l’Union nationale des centres communaux d’action sociale, le spécialiste du microcrédit, l’Adie, ainsi que l’association d’aide aux ménages surendettés, Crésus


    http://www.bastamag.net/article2923.html

      La date/heure actuelle est Jeu 23 Nov - 8:35