LIBRE DISCUSSION DANS LES COULISSES DE DEMAIN

Débattons en toute liberté, dans le respect de l’autre, sur tous les sujets qui composent notre société : politique, économie, environnement, religion, philosophie, paranormal, sciences, famille, santé, mode, sexualité, loisirs, sports, divertissements…

Derniers sujets

» L’université ne peut être réservée aux riches
par bye Mer 12 Déc - 15:31

» À propos de la vidéo de Mantes-la-Jolie « Ne se mettre à genoux que pour cueillir une fleur » J. Prévert
par bye Lun 10 Déc - 12:07

» Les Gilets jaunes : sur le chemin de l’école ?
par bye Mar 4 Déc - 12:30

» DÉCISION D’AIRBNB DE QUITTER LES COLONIES ILLÉGALES D’ISRAËL : UNE VICTOIRE PARTIELLE POUR LES DROITS HUMAINS ET CONTRE L’IMPUNITÉ
par bye Mer 28 Nov - 20:18

» Le service national contre l’ennemi de l’intérieur
par bye Lun 26 Nov - 13:19

» SÉDENTARITÉ, POLLUTION, CLIMAT, SANTÉ… IL Y A URGENCE !
par bye Sam 24 Nov - 9:06

» c'est jaune c'est moche et ça peut vous pourrir la vie
par bye Sam 17 Nov - 10:17

» Maudite soit la guerre, le syndicalisme et la solidarité sont nos armes
par bye Mer 14 Nov - 15:29

» Rapatriement des Rohingya : vives inquiétudes et forte mobilisation des acteurs humanitaires
par bye Mar 13 Nov - 18:49

» Bien nommer les choses
par bye Lun 12 Nov - 12:22

» Situation migratoire en Méditerranée : quelles réponses européennes ?
par bye Mer 7 Nov - 19:41

» Les adultes oublient
par bye Lun 5 Nov - 9:30

» « Un buzz malveillant à des fins politiques et commerciales. » À propos du livre Inch’ Allah. L’islamisation à visage découvert. Par Véronique Decker.
par bye Jeu 1 Nov - 13:12

» LE DROIT D’ASILE EN EUROPE VICTIME DE LA POLITIQUE MIGRATOIRE
par bye Mer 31 Oct - 19:08

» Stop Autisme Virtuel L’autisme provoqué par les écrans, ça n’existe pas ! Halte aux théories infondées !
par bye Mar 9 Oct - 12:24

» Rapport des enquêteurs de l’ONU sur la Birmanie : crimes de masse, impunité et transition démocratique à l’arrêt
par bye Mar 2 Oct - 14:36

» Service national universel : surveiller et soumettre
par bye Mar 25 Sep - 10:57

» Un peu moins pauvre ?
par bye Mar 18 Sep - 11:21

» Clément Méric, ni oubli ni pardon
par bye Lun 10 Sep - 12:52

» Liberté de la presse en Birmanie : deux pas en avant, trois en arrière
par bye Mer 5 Sep - 8:49

» Rohingya : un an après... si peu d'avancées 
par bye Ven 24 Aoû - 18:59

» Le Festival de Douarnenez consacre deux journées à la Fédération de la Syrie du nord
par bye Mar 3 Juil - 14:19

» Pour une autre formation professionnelle
par bye Mer 27 Juin - 14:07

» Violences policières, violences d’Etat
par bye Mer 27 Juin - 13:56

» migration internationale
par bye Mar 26 Juin - 19:25

» Guyane : non à la Montagne d’or !
par bye Mar 12 Juin - 18:05

» Crime raciste en Calabre
par bye Ven 8 Juin - 12:17

» Les premiers chiffres de PARCOURSUP : une génération sacrifiée ?
par bye Lun 4 Juin - 17:42

» LES ONG DÉVOILENT LEUR PROJET DE LOI D’AVENIR POUR LES TRANSPORTS ET LA MOBILITÉ
par bye Mar 29 Mai - 18:01

» NE JAMAIS RECHERCHER D’ADHÉSION
par bye Mar 22 Mai - 14:38

» Kanaky, quand le peuple voulait s’éduquer lui-même...
par bye Lun 14 Mai - 10:04

» Anarchisme, éducation et pédagogie
par bye Lun 7 Mai - 13:15

» Cours libres - Debout ! Debout ! C’est maintenant que ça se passe...
par bye Dim 15 Avr - 9:08

» fascisme pas mort, hélas!
par bye Ven 6 Avr - 11:52

» Notre Dame des Landes ou l’art des grands projets inutiles
par bye Mar 3 Avr - 19:20

» MÉDECINS ET ASSOCIATIONS UNISSENT LEURS VOIX POUR RAPPELER L’URGENCE D’AGIR FACE À LA POLLUTION DE L’AIR
par bye Mer 28 Mar - 18:19

» BOMBARDEMENTS AU PROCHE ET MOYEN ORIENT : EXIGEONS LE RESPECT DU DROIT INTERNATIONAL PAR TOUS
par bye Jeu 22 Mar - 18:08

» Manifestation kurde anti-Erdogan à Bruxelles
par bye Mar 20 Mar - 7:23

» Les cigarettes électroniques, plus dangereuses que bénéfiques ?
par bye Mar 20 Mar - 7:13

» La métamatière et les créations
par Claude De Bortoli Jeu 15 Mar - 11:43

» Scandale sexuel : Oxfam présente ses excuses aux autorités haïtiennes
par bye Ven 9 Mar - 18:50

» SDF, il avait volé des sandwiches dans la poubelle d’Atac
par bye Ven 9 Mar - 18:40

» Malgré l’austérité, la France va dépenser 37 milliards pour son réarmement nucléaire
par bye Ven 9 Mar - 18:31

» La pauvreté s’installe...
par bye Mar 6 Mar - 10:58

» large victoire des grévistes d’HEMERA - HOLIDAY INN
par bye Ven 16 Fév - 10:40

» jeunes à la rue dans le grand froid : faire connaitre est déjà un combat
par bye Mer 14 Fév - 18:07

» National ou civique ou militaire : en arrière-plan du service obligatoire, la militarisation des élèves
par bye Lun 5 Fév - 13:03

» ARRIVÉES ET DEMANDES D'ASILE EN BAISSE EN 2017 EN EUROPE
par bye Mar 30 Jan - 18:29

» Les véritables enjeux des réformes éducatives de Jean-Michel Blanquer
par bye Mar 30 Jan - 15:00

» Contre la sélection à l’université : "On veut de l’inattendu !"
par bye Mar 23 Jan - 19:19

» Les policiers français ont abattu 18 personnes en 2017
par bye Ven 19 Jan - 7:43

» Acheter permis de conduire français
par Pipoinzaghi Mar 16 Jan - 16:02

» Journée internationale des droits de l’Homme : en Birmanie des espoirs déçus
par bye Sam 6 Jan - 7:52

» Tapis dans le bocage : la vérité sur les armes secrètes des "zadistes"
par bye Ven 29 Déc - 14:32

» Victoire du Secours populaire contre le maire F.N. d’Hayange
par bye Mer 20 Déc - 21:28

» Peut-on renvoyer les demandeurs d’asile vers des « pays tiers sûrs » ?
par bye Mar 19 Déc - 19:52

» Une montée des violences envers les migrants à travers l'Europe :
par bye Ven 15 Déc - 18:54

» Défendre et renforcer les CHSCT !
par bye Mar 5 Déc - 12:59

» Nuage de Ruthénium-106 sur l’Europe : que s’est-il réellement passé ?
par bye Mar 28 Nov - 12:35

» Dossier sur "l’affaire du stage de Sud éduc 93"
par bye Lun 27 Nov - 12:34

» Appel de Raymond Millot : Un projet émancipateur face aux dangers de l’anthropocène
par bye Mar 21 Nov - 12:54

» Les émissions de CO2 repartent à la hausse
par bye Ven 17 Nov - 17:05

» l’idéologie du consentement, outil d’émancipation ou d’isolement individuel ?
par bye Lun 13 Nov - 12:21

» Droit au logement opposable : le bilan chiffré 2008-2016
par bye Jeu 9 Nov - 20:02

» La rétention des « dublinés », dans l’attente d’un transfert, est contraire au règlement Dublin
par bye Lun 6 Nov - 18:33

» Face à la situation en Catalogne
par bye Mer 1 Nov - 11:33

» ACTUALITÉ SOCIÉTÉ ET POLITIQUE
par bye Sam 21 Oct - 10:37

» Offre de Prêt Entre Particulier Sérieux en 72H
par gramophone Ven 20 Oct - 9:32

» Offre de Prêt Entre Particulier Sérieux en 72H
par gramophone Ven 20 Oct - 9:32

» Offre de Prêt Entre Particulier Sérieux en 72H
par gramophone Ven 20 Oct - 9:31

» Offre de Prêt Entre Particulier Sérieux en 72H
par gramophone Ven 20 Oct - 9:31

» Bus de la honte : ne laissons pas l’avenir aux réactionnaires
par bye Sam 14 Oct - 12:44

» La métamatière et le peuple
par Claude De Bortoli Ven 6 Oct - 9:27

» Vers un retour du délit de solidarité ?
par bye Sam 30 Sep - 6:45

» Dossier : de l’École capitaliste à l’éducation émancipatrice
par bye Mer 13 Sep - 19:07

» Education : le « désastre » d’un enseignement tiré vers le bas...
par bye Lun 4 Sep - 12:13

» Offre de prêt entre particuliers rapide en 72h
par BastienL Dim 13 Aoû - 19:49

» Jean Gadrey, économiste : “Il faut remettre la réduction du temps de travail au cœur du débat public”
par bye Mar 8 Aoû - 19:04

» Le « chavo-madurisme » n’est rien moins qu’une dictature pure et simple
par bye Dim 6 Aoû - 18:52

» Gel des postes et du budget de l’éducation nationale : non, cette école ne nous convient pas !
par bye Mer 12 Juil - 13:56

» G 20 Hambourg
par bye Lun 10 Juil - 11:51

» Handicapée, je ne peux continuer à enseigner dans mon académie
par bye Mer 5 Juil - 6:21

» Pour une éducation populaire féministe
par bye Lun 12 Juin - 18:20

» La CNT a écrit aux Éditions Belin
par bye Mar 6 Juin - 10:20

» Blanquer ministre de l’Education nationale : au secours, Sarkozy revient !
par bye Jeu 25 Mai - 11:08

» L'accaparement des terres en Birmanie
par bye Mer 17 Mai - 18:42

» Un enseignant kurde témoigne...
par bye Lun 15 Mai - 17:50

» La métamatière et le Roi de la Terre
par De Bortoli Claude Mar 2 Mai - 9:52

» Au-delà des élections
par bye Mer 26 Avr - 17:26

» Les Etats-Unis ont utilisé leur plus puissante bombe non-nucléaire en Afghanistan, une première
par bye Dim 23 Avr - 18:35

» « Pourquoi nous sommes en grève de la faim dans les prisons d’Israël »
par bye Dim 23 Avr - 18:31

» « Enculé, ordure ! ». Philippe Poutou insulté par les flics
par bye Dim 23 Avr - 18:25

» La Sécurité sociale, une assistance ou un droit ?
par bye Dim 23 Avr - 18:22

» Birmanie: pour établir un mécanisme indépendant de réexamen de tous les cas de prisonniers politiques
par bye Ven 21 Avr - 6:02

LE SITE

Dans Les Coulisses de Demain

FORUMS & SITES AMIS

FORUM EST INSCRIT SUR


    pollution de l'air

    Partagez
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8823
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: pollution de l'air

    Message par bye le Mer 17 Sep - 13:30

    Alerte pollution : Paris prolonge la gratuité du stationnement résidentiel mardi
    http://www.paris.fr/accueil/Portal.lut?page_id=1&document_type_id=7&document_id=148095&portlet_id=24052

    15/09/2014

    AIRPARIF prévoit que l’épisode de pollution atmosphérique aux particules (PM10), qui touche la capitale depuis aujourd’hui, se poursuivra mardi, entraînant le maintien de la procédure d’information du public.

    Conformément aux dispositions adoptées en mai par le Conseil de Paris, sur proposition de l’Exécutif, la Ville de Paris maintient mardi 16 septembre le stationnement résidentiel gratuit, déjà enclenché aujourd’hui.

    Des messages de prévention sanitaire seront diffusés sur les panneaux lumineux de la Mairie et sur paris.fr afin d’inciter les personnes fragiles à limiter leurs activités durant toute la durée de cet épisode de pollution.

    La Ville de Paris poursuit sa mobilisation contre la pollution atmosphérique en y associant étroitement les Parisiens. Un grand débat citoyen sera organisé à l’automne afin de rassembler tous les acteurs autour de solutions concrètes pour lutter durablement contre la pollution de l’ai
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8823
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: pollution de l'air

    Message par bye le Mer 17 Sep - 13:33

    Pollution de l'air : «Trop de gens ignorent les précautions à prendre»
    http://www.liberation.fr/societe/2013/12/12/pollution-de-l-air-trop-de-gens-ignorent-les-mesures-de-precaution-a-prendre_966086

    Marie PIQUEMAL 12 décembre 2013 à 18:45 (Mis à jour : 11 mars 2014 à 09:50)

    Alors que la France traverse un nouvel épisode de pollution aux particules, entretien avec le professeur Jocelyne Just, de l’hôpital Trousseau.
    [L'ONG Ecologie sans frontière doit déposer ce mardi une plainte contre X pour «mise en danger d'autrui» pour dénoncer «l’inertie des pouvoirs publics» contre la pollution de l’air, alors qu’un épisode de pollution aux particules touche la France depuis quelques jours. Lors d'un précédent pic de pollution, en décembre, «Libération» avait interrogé une spécialiste de l'asthme et des allergies sur les conséquences sanitaires de cette pollution.]
    Les pics de pollutions aux particules sont assez fréquents en hiver, accentués ces jours-ci par le temps froid, sec et sans vent. En 2012, le niveau d’alerte avait été atteint quatre fois. Des consignes sont adressées aux automobilistes et à l’ensemble des citoyens pour limiter les émissions et se protéger. Car les particules fines sont dangereuses pour la santé, comme le rappelle le professeur Jocelyne Just, qui dirige le centre de l’asthme et des allergies pour enfant à l’hôpital Trousseau.
    Faut-il s’inquiéter pour notre santé ?
    Oui, évidemment qu’il y a des raisons d’être inquiet. Il y a une relation très claire entre ces pics de pollution de l’air et l’exacerbation des crises d’asthmes et d’allergies aiguës. Les études épidémiologiques le montrent de façon très nette. Elles montrent aussi, d’ailleurs, que la pollution de fond, en dehors des périodes de pics, a des conséquences néfastes sur notre santé.
    D’où viennent ces particules ?
    Il y a plusieurs sources. Pour la pollution de l’air extérieur, c’est essentiellement le diesel et les feux de cheminées. Il ne faut pas oublier non plus que l’air intérieur est aussi pollué, avec la fumée du tabac notamment. Le problème, c’est surtout l’accumulation, dangereuse pour la santé. En particulier pour les enfants et les personnes fragiles.
    A défaut de pouvoir arrêter de respirer, que peut-on faire pour se prémunir ?
    Quand le niveau d’alerte est déclenché, il y a les consignes citoyennes à respecter pour le bien de tous : éviter de prendre la voiture, ne pas allumer sa cheminée… Ensuite, si possible, limiter les déplacements dehors. Surtout, ne pas faire de sport a l’extérieur (particulièrement courir). Que vous soyez asthmatique ou non d’ailleurs. Des études ont montré que même chez un sujet sain, ces particules inhalées en grande quantité peuvent entraîner une inflammation pulmonaire. Quand on court, on accélère l’activité respiratoire et donc la fréquence à laquelle on inhale l’air extérieur et les particules fines qui vont avec… Les enfants, surtout les plus jeunes, sont encore plus touchés car justement ils respirent plus vite que les adultes.
    Pour les enfants, conseillez-vous des mesures particulières ?
    Eviter les promenades shopping, tous les déplacements qui ne sont pas indispensables. Et de manière générale, des mesures de bon sens : la poussette canne est à déconseiller car l’enfant est à hauteur des pots d’échappement. De la même manière, aux feux de circulation, éviter de rester planté, la poussette au bord de la route.
    Ne faudrait-il pas renforcer les messages sanitaires ?
    Bien évidemment. Trop de gens ignorent les mesures de précaution à prendre. On parle beaucoup des risques d’obésité dans les publicités par exemple, c’est très bien. Il faudrait faire pareil pour les dangers de la pollution de l’air. Il faut informer le public des conséquences de la pollution sur la santé pour que la société civile pousse nos politiques à prendre des mesures pour réduire la pollution automobile, et donner des consignes claires en cas de pic de pollution notamment concernant les activités en plein air (vélo, course, cours d’éducation physique), ou encore l’interdiction de circuler en voiture pour une partie des particuliers – ou tous.
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8823
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: pollution de l'air

    Message par bye le Mer 17 Sep - 13:35

    Quelle est la responsabilité de la voiture dans la pollution de l'air ?
    http://www.lemonde.fr/planete/article/2014/03/17/quelle-est-la-responsabilite-de-la-voiture-dans-la-pollution-de-l-air_4384198_3244.html
    Le Monde.fr | 17.03.2014 à 16h57 • Mis à jour le 17.03.2014 à 18h50 | Par Audrey Garric
    La circulation alternée des véhicules a été mise en place à Paris et sa petite couronne, lundi 17 mars, pour lutter contre un épisode de pollution de l'air persistant en Ile-de-France, sept jours consécutifs. Mais à quelle hauteur les automobilistes contribuent-ils aux rejets toxiques alors que l'industrie et l'agriculture polluent également ? Et quelle est la part de responsabilité du diesel ?
    Si à l'échelle globale de la France, le trafic routier n'est pas le premier émetteur de particules fines – ces poussières en suspension dans l'air qui réduisent l'espérance de vie des populations et provoquent des maladies respiratoires et vasculaires –, les voitures sont bel et bien les premières responsables de la pollution que respirent les habitants dans les agglomérations.
    L'INDUSTRIE ET CHAUFFAGE, SECTEURS LES PLUS POLLUANTS EN FRANCE
    Selon le rapport d'avril 2013 du Centre interprofessionnel technique d'études de la pollution atmosphérique (Citepa), les principaux secteurs émetteurs de PM10 (particules d'un diamètre inférieur à 10 micromètres) sont la transformation d'énergie par l'industrie (31 %), la combustion de bois pour chauffer les habitations (30 %) et l'agriculture avec l'utilisation d'engrais (20 %) devant le trafic routier (15 %).
    Lire : Tout comprendre à la pollution de l'air aux particules fines
    La situation diffère grandement dans les agglomérations. Ainsi, selon un rapport sur l'origine des polluants en Ile-de-France réalisé par Airparif, l'agence de surveillance de la qualité de l'air dans la région, la part du trafic routier bondit à 25 % des émissions, juste derrière le chauffage du secteur résidentiel (27 %) et devant les chantiers et carrières (20 %) et l'agriculture (14 %).

    LES CONCENTRATIONS DES POLLUANTS PLUS IMPORTANTES QUE LES ÉMISSIONS
    Mais là encore, ce chiffre ne traduit pas l'importance de la pollution en ville. « En réalité, ce qui compte, c'est l'air que l'on respire. C'est pourquoi il faut analyser les concentrations de polluants davantage que leurs émissions, estime Jean-Félix Bernard, président d'Airparif. Et aujourd'hui, les agglomérations sont confrontées à un excès de polluants dus aux transports et à la diésélisation du parc des voitures particulières. »

    En 2011, Airparif s'est ainsi penché sur l'origine des particules que l'on respire en Ile-de-France. Cette fois, les experts n'ont pas analysé les PM10 mais une sous-catégorie : les PM2,5, les plus dangereuses car leur petite taille (2,5 micromètres) leur permet de pénétrer plus profondément dans les voies respiratoires.
    Résultat : dans les stations proches du trafic routier – le boulevard périphérique mais aussi tous les axes majeurs de circulation – 51 % des particules, qu'elles soient produites localement, importées de l'agglomération ou des régions et pays voisins, proviennent des transports (voitures individuelles, véhicules utilitaires et poids lourds), loin devant, donc, le chauffage des habitations et l'industrie. Surtout, 70 % de ces véhicules polluants roulent au diesel.
    51 % des particules en Ile-de-France viennent dutrafic routierOrigines des particules fines PM2.5 mesurées près du trafic routierproduites localement, importées de l'agglomération et des régions et pays voisins.LocalAgglomérationRégionset pays voisinsTrafic: 44 %Trafic: 4 %Chauffage: 4 %Réactions chimiques: 5 %Industrie: 2 %Autres: 2 %Trafic: 3 %Chauffage: 9 %Réactions chimiques: 19 %Industrie: 2 %Autres: 5 %Trafic 3 %
    Or, 35 % des Franciliens résident à moins de 200 mètres d'un axe routier important, sur lequel transitent 15 000 véhicules par jour. Au final, ce sont 2,5 millions de Franciliens qui sont concernés par des dépassements des valeurs limites d'exposition.
    Lire : Pollution de l'air : quels sont les risques pour la santé ?
    DES ÉMISSIONS DE PARTICULES EN BAISSE, MAIS DES CONCENTRATIONS STABLES

    En ville, la qualité de l'air ne s'est au final pas vraiment améliorée. Les émissions de particules sont certes en baisse depuis 1990, date des premières mesures. Cette diminution s'explique par l'arrêt d'industries polluantes comme les mines, par de nouvelles normes dans les transports et des modes de chauffage plus efficaces (notamment pour les poêles à bois) ;  elles sont ainsi passées de 534 000 tonnes en 1990 à 260 000 en 2011, soit une baisse de 51 %, selon le Citepa.
    Mais, dans le même temps, les concentrations de particules sont restées plutôt stables et alors même que le trafic a diminué. Ainsi, dans l'agglomération parisienne, la concentration moyenne de PM10 était de 25 microgrammes par mètre cube d'air (25 µg/m3) en 2011 contre 21 µg/m3 en 2000, selon le bilan 2012 d'Airparif – le changement de méthode de calcul de l'agence en 2007 a entraîné une hausse des valeurs moyennes annuelles de l'ordre de 30 %. Quant aux concentrations de PM2,5, elles s'élevaient à 16 µg/m3 en 2012 contre 14 µg/m3 en 2000.

    Audrey Garric
    Journaliste au service Planète du Monde
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8823
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: pollution de l'air

    Message par bye le Mer 17 Sep - 13:36

    Les différents polluants et leur évolution
    http://www.airparif.asso.fr/pollution/differents-polluants
    L'origine des polluants
    Composé principalement :
    De diazote N2 (78 % en volume).
    De dioxygène O2 (21 % en volume).
    D'argon (0,95 % en volume).
    L'air est plus ou moins contaminé par des polluants gazeux, liquides ou solides d'origine naturelle (émissions par la végétation, les océans, les volcans...) ou produits par les activités humaines (cheminées d'usines, pots d'échappements...).

    Finalement, la qualité de l'air résulte d'un équilibre complexe entre les apports de polluants et les phénomènes de dispersion et de transformation dans l'environnement.

    Les espèces polluantes émises ou transformées dans l'atmosphère sont très nombreuses. Même si leurs concentrations sont très faibles (mesurées en général en microgrammes par mètre cube), elles peuvent avoir des effets notamment sur la santé.
    Deux grandes familles de polluants
    Les principaux polluants atmosphériques se classent dans deux grandes familles bien distinctes : les polluants primaires et les polluants secondaires.

    Les polluants primaires sont directement issus des sources de pollution (trafic routier, industries, chauffage, agriculture...).

    Il s'agit par exemple :
    Des oxydes de carbone.
    Des oxydes de soufre.
    Des oxydes d'azote.
    Des hydrocarbures légers.
    Des composés organiques volatils (COV).
    Des particules (PM10 et PM2.5).
    Des métaux (plomb, mercure, cadmium...).
    En revanche, les polluants secondaires ne sont pas directement rejetés dans l'atmosphère mais proviennent de réactions chimiques de gaz entre eux. C'est le cas notamment :
    Des particules secondaires.
    De l'ozone.
    Du dioxyde d'azote...
    L'ozone (O3) résulte ainsi de la transformation chimique de l'oxygène au contact d'oxydes d'azote et d'hydrocarbures, en présence de rayonnement ultra-violet solaire et d'une température élevée. L'ozone ainsi que d'autres polluants photochimiques (les PAN ou nitrates de peroxyacétyle, aldéhydes, cétones...) constituent le smog, ce nuage brunâtre qui stagne parfois au-dessus des grandes villes comme Paris.

    La formation d'ozone nécessite un certain temps durant lequel les masses d'air se déplacent. Ce qui explique pourquoi les niveaux d'ozone sont plus soutenus en zone rurale autour de la région parisienne que dans l'agglomération parisienne où leur précurseurs ont été produits.

    Certains polluants comme le dioxyde d'azote et les particules sont à la fois des polluants primaires et secondaires.
    Les principaux indicateurs de pollution
    Airparif suit une 60aine de polluants atmosphériques parmi lesquels une 15aine fait l'objet de réglementations françaises et européennes compte tenu de leurs effets sur la santé et l'environnement.

    Mais les polluants atmosphériques sont trop nombreux pour être surveillés en totalité. Certains d'entre eux sont choisis parce qu'ils sont caractéristiques d'un type de pollution (industrielle, automobile ou résidentielle), parce que leurs effets nuisibles pour l'environnement et la santé sont déterminés et que l'on dispose d'appareils de mesure adaptés à leur suivi régulier. Ce sont les indicateurs de pollution atmosphérique, ils font l'objet de réglementations.
    Principaux polluants réglementés :
    Pour consulter le tableau récapitulatif (origine, impacts sur l'environnement et sur la santé) des principaux polluants et des autres sources de nuisances, c'est ici ( pdf - 78 ko).
    NOx (Oxydes d'azote)
    Les émissions d'oxydes d'azote (monoxyde d'azote plus dioxyde d'azote) apparaissent dans toutes les combustions, à haute température, de combustibles fossiles (charbon, fuel, pétrole...). Le monoxyde d'azote (NO) n'est pas toxique pour l'homme aux concentrations auxquelles on le rencontre dans l'environnement mais le dioxyde d'azote (NO2) est un gaz irritant pour les bronches.

    Le secteur du trafic routier est responsable de plus de la moitié des émissions de NOx (les moteurs diesel en rejettent deux fois plus que les moteurs à essence catalysés) et le chauffage de 20%.

    Le dioxyde d'azote provient quant à lui de l'oxydation du monoxyde d'azote rejeté dans l'atmosphère par l'ozone. Mais une partie du dioxyde d'azote est également émise telle quelle dans l'atmosphère.
    PM (Particules en suspension)
    Les microparticules, de la taille du micromètre (µm, un million de fois plus petit qu'un mètre) ne sont pas visibles à l'œil nu. Ce sont celles qui sont mesurées dans l'air à travers :

    - Les particules PM10, de taille inférieure à 10 µm (6 à 8 fois plus petites que l'épaisseur d'un cheveu ou de la taille d'une cellule) et qui pénètrent dans l'appareil respiratoire.

    - Les particules fines ou PM2,5, inférieures ou égales à 2,5 µm (comme les bactéries) et qui peuvent se loger dans les ramifications les plus profondes des voies respiratoires (alvéoles).

    Ces particules ont des effets sur la santé, principalement au niveau cardiovasculaire et respiratoire. Elles ont trois origines :


    Les rejets directs dans l'atmosphère. En Île-de-France, l'industrie rejette un tiers des particules PM10 émises dans la région, toutes activités confondues.Les activités domestiques, entreprises, commerces, artisanat, en particulier le chauffage (dont le chauffage au bois) produisent un quart des PM10 rejetées dans l'air francilien. Idem pour le trafic routier.


    Les remises en suspension des particules qui s'étaient déposées au sol sous l'action du vent ou par les véhicules le long des rues.


    La transformation chimique de gaz. Par exemple, dans certaines conditions, le dioxyde d'azote pourra se transformer en particules de nitrates et le dioxyde de soufre en sulfates.

    Ces deux dernières sources donnent lieu à des transports de particules à travers l'Europe, comme pour l'ozone. Ce sont à la fois les plus difficiles à quantifier et celles sur lesquelles il est le plus compliqué d'agir pour faire baisser les niveaux de particules dans l'air.
    O3 (Ozone)
    A très haute altitude, dans la haute atmosphère, l'ozone protège les organismes vivants en absorbant une partie des rayons UV. Mais à basse altitude, là où nous vivons et respirons, c'est un polluant qui irrite les yeux et l'appareil respiratoire, et qui a des effets sur la végétation.

    L'ozone est un polluant, qui pose problème essentiellement en été, car pour produire beaucoup d'ozone la chaleur et un ensoleillement suffisant sont nécessaires. En effet, ce polluant n'est pas directement émis dans l'atmosphère mais se forme par réaction chimique à partir d'autres polluants, en particulier les oxydes d'azote et des hydrocarbures, sous l'action des rayons UV du soleil.

    C'est aussi un polluant qui voyage et qui peut traverser toute l'Europe.
    Pour en savoir plus : dossier sur l'ozone ( pdf - 1 012 ko).
    SO2 (Dioxyde de soufre)
    Les émissions de dioxyde de soufre dépendent de la teneur en soufre des combustibles (gazole, fuel, charbon...). Ce gaz irrite les muqueuses de la peau et des voies respiratoires supérieures.
    A plus de 50% il est rejeté dans l'atmosphère par les activités industrielles, dont celles liées à la production d'énergie comme les centrales thermiques. Mais il est également émis par le chauffage résidentiel, commercial ou des entreprises.
    COV (Composés Organiques Volatils)
    Les composés organiques volatils sont libérés lors de l'évaporation des carburants, par exemple lors du remplissage des réservoirs, ou par les gaz d'échappement. Ils provoquent des irritations et une diminution de la capacité respiratoire, et certains composés sont considérés comme cancérigènes comme le benzo(a)pyrène.

    Plusieurs familles de polluants font partie des COV, elles sont réglementées et surveillées par Airparif :

    - Les BTEX (benzène, toluène, éthyl benzène, m+p xylène et ortho xylène), autrement appelés HAM (Hydrocarbures aromatiques monocycliques).

    - Les HAP (Hydrocarbures aromatiques polycycliques), notamment le benzo(a)pyrène.

    - Les aldéhydes, dont le formaldéhyde, polluant principalement relevé en air intérieur .
    Les COV sont émis par le trafic automobile, par les processus industriels, par le secteur résidentiel, par l'usage domestique de solvants, mais également par la végétation.
    CO (Monoxyde de carbone)
    Les émissions de monoxyde de carbone sont liées à des combustions incomplètes (gaz, charbon, fioul ou bois), elles proviennent majoritairement des gaz d'échappement des véhicules. A fortes teneurs, le monoxyde de carbone peut provoquer des intoxications.
    Les métaux lourds
    Cette famille comprend le plomb (Pb), le mercure (Hg), l'arsenic (As), le cadmium (Cd) et le nickel (Ni). Les métaux proviennent de la combustion des charbons, pétroles, ordures ménagères mais aussi de certains procédés industriels.

    Le plomb pour sa part était principalement émis par le trafic routier jusqu'à l'interdiction totale de l'essence plombée en 2000, mais avec la suppression de l'essence plombée, il ne pose plus problème dans l'air francilien.

    Ces polluants peuvent s'accumuler dans l'organisme, avec des effets toxiques à plus ou moins long terme.
    Polluants non réglementés :
    Airparif surveille un certain nombre de polluants non réglementés dans l'air soit parce qu'ils sont sujet à des interrogations importantes (dioxines, pesticides...), soit parce qu'ils servent de référence pour les études sanitaires (c'est le cas des fumées noires).
    Différents polluants, différentes méthodes
    En termes de mesure, Airparif utilise soit :
    Des méthodes automatiques pour : SO2, NO/NOx, O3, CO, Particules PM10 et PM2.5, BTEX et certains COV.
    Des méthodes fournissant des résultats en différé après analyse en laboratoire pour : les métaux, HAP, HAM, aldéhydes, Fumées noires.
    Des campagnes ponctuelles. Par exemple, le mercure, les pesticides ou les dioxines ne sont pas surveillés de manière permanente, en l'absence de réglementation dans l'air mais des états des lieux dans l'air francilien sont effectués par des campagnes de mesure spécifiques.
    En complément, les outils de modélisation et de cartographie sont utilisés pour les polluants suivants : NO2, PM10, PM2,5, O3, et SO2.
    Documents à télécharger :
    Atmosphère capitale ( pdf - 2 800 ko).
    L'AIR que nous respirons ( pdf - 3 852 ko).
    Évolution des polluants
    Pour certains polluants, les niveaux restent stables et problématiques. Pour d'autres, la situation s'améliore.

    Le tableau ci-dessus présente ­l'évolution des niveaux de pollution observés les dernières années
    et la situation de chaque ­polluant vis-à-vis du respect de la réglementation - Situation en 2009
    Source : Airparif
    Le dioxyde d'azote : un problème actuel et pour les années à venir
    En situation éloignée du trafic, la baisse observée depuis plusieurs années pour le dioxyde d'azote semble ralentir. L'objectif de qualité n'est toujours pas respecté dans Paris et une partie de la petite couronne.
    A la pollution de fond s'ajoute la pollution à proximité du trafic le long des axes routiers où aucune amélioration pour le dioxyde d'azote n'est observée. Les niveaux restent jusqu'à deux fois plus élevés que les objectifs de qualité. Chaque année, plus de 3 millions de Franciliens sont potentiellement exposés à un air de qualité non satisfaisante. Et en 2010, l'objectif de qualité est devenu une valeur limite contraignante (voir réglementation européenne).
    Les particules : des niveaux soutenus et stables
    La tendance pour les PM10 (inférieures à 10 µm) et les PM2,5 (inférieures à 2,5 µm) est globalement stable ces dernières années, avec des niveaux largement supérieurs aux valeurs limites à proximité du trafic. Chaque année, entre 2 et 3 millions de Franciliens sont potentiellement concernés par un risque de dépassement des valeurs limites pour les PM10. Pour les PM2,5, la valeur limite est respectée loin du trafic mais pas la valeur cible française sur certaines stations de mesure.
    L'ozone : toujours des niveaux élevés
    Depuis une quinzaine d'années, les moyennes annuelles d'ozone ont quasiment doublé dans l'agglomération parisienne. Une augmentation est aussi observée en zone rurale. Les niveaux de fond planétaires sont également en hausse régulière depuis le début du siècle. Il semblerait que cette augmentation tende à se stabiliser. L'objectif de qualité français est dépassé tous les ans sur toute la région Île-de-France pendant la période estivale : plus particulièrement dans les zones rurales, mais de manière plus ou moins marquée selon les conditions météo estivales.
    Benzène : fin d'une période de baisse
    La baisse amorcée pour le benzène à la fin des années 1990 et accélérée à partir de 2000 suite à la réduction en Europe du taux de benzène dans les carburants semble terminée. Polluant émis majoritairement par les véhicules à motorisation essence, le benzène a désormais des niveaux globalement stables. Loin du trafic, l'objectif de qualité français est respecté, mais pas à proximité du trafic où plusieurs centaines de kilomètres d'axes routiers sont concernés par un dépassement. Près d'un million de Franciliens, situés dans l'agglomération, sont potentiellement exposés au dépassement de l'objectif de qualité.
    Dioxyde de soufre : une large diminution
    Les concentrations ont été divisées par 20 depuis les années 50 du fait d'une forte diminution des émissions (notamment industrielles) et de mesures techniques réglementaires (baisse du taux de soufre dans le gasoil depuis 1996). Ce polluant respecte, maintenant, largement les critères nationaux de qualité de l'air.
    Niveaux moyens annuels en agglomération parisienne, échantillon évolutif de stations urbaines et périurbaines ( pdf - 90 ko).
    Niveaux moyens annuels en agglomération parisienne, échantillon constant de stations trafic
    ( pdf - 90 ko).
    Les grands cycles de la pollution
    Les évolutions des niveaux de tel ou tel polluant dans l'environnement sont la résultante de deux facteurs principaux : les fluctuations des conditions météorologiques et celles des émissions. Ainsi les polluants présentent des cycles qui leur sont propres.
    Le cycle annuel
    Il représente l'évolution mois par mois des concentrations de chaque polluant. Cette évolution, à l'échelle de l'année, permet de mettre en évidence, soit l'influence de la saison dans les émissions de polluants, soit l'influence directe de conditions météorologiques particulières sur le comportement des polluants (transformation chimique notamment).

    Par exemple, les niveaux de dioxyde d'azote sont plus soutenus en période hivernale qu'en période estivale pour deux raisons :
    Émissions : le dioxyde d'azote est rejeté majoritairement par le trafic routier qui connaît un fléchissement au mois d'août (voir station trafic). Il est également émis en partie par le chauffage résidentiel (plus soutenu pendant la période hivernale).
    Réaction chimique : en période estivale, le dioxyde d'azote subit une transformation chimique pour former de l'ozone. Ses concentrations dans l'air ambiant sont donc moins soutenues (voir station de fond).
    Autre exemple, les concentrations d'ozone présentent un maximum pendant les mois d'été. L'ozone est un polluant, dit secondaire, issu de la transformation de gaz précurseurs primaires sortant directement des pots d'échappement (hydrocarbures et oxydes d'azote). Les mois d'été correspondent aux conditions favorables à la production d'ozone dans la troposphère (température élevée, fort rayonnement UV, durée d'insolation importante et vent faible).
    Évolution annuelle du dioxyde d'azote en 2010 ( pdf - 83 ko).

    Évolution annuelle de l'ozone en 2010 ( pdf - 84 ko).
    Le cycle hebdomadaire
    Il représente une semaine type obtenue en moyenne tous les jours de la semaine.
    Ce cycle permet de mettre en évidence les variations dans les émissions notamment liées aux activités humaines à l'échelle de la semaine (jours ouvrés/week-end).
    Le cycle journalier
    Il représente un jour type obtenu en moyenne toutes les heures de la journée.
    Ce cycle permet de mettre en évidence les variations dans les émissions liées aux activités humaines à l'échelle de la journée ainsi que les grands phénomènes physiques et chimiques induits par le cycle solaire.
    Ce cycle permet également de mettre en évidence l'évolution des conditions dispersives de l'atmosphère au cours de la journée (stabilité des basses couches pendant la nuit).

    Par exemple, les profils journaliers moyens du dioxyde d'azote et du monoxyde de carbone mesurés à proximité immédiate du trafic (place Victor Basch, Paris 14e arrondissement et porte d'Auteuil sur le périphérique) présentent des maxima corrélés aux heures de pointe de trafic du matin et du soir (les pics sont très accusés pour le monoxyde de carbone).

    Les samedis et les dimanches, les profils sont plus amortis et présentent une hausse régulière des concentrations avec une chute brutale le samedi soir et plus étalée le dimanche avec les retours de week-ends dès la fin de l'après-midi.

    Pour les particules PM10, la pointe de trafic du matin est bien marquée sur les profils journaliers moyens. Dans la journée, les niveaux soutenus de la station sur le périphérique traduisent entre autres l'importance sur cet axe du trafic de poids lourds et de véhicules utilitaires.
    Cycle journalier moyen du dioxyde d'azote, des particules PM10 et du monoxyde de carbone :
    Sur le site trafic de la place Victor Basch (Paris 14e) ( pdf - 60 ko).

    Sur le site trafic de la porte d'Auteuil (boulevard périphérique) ( pdf - 62 ko).
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8823
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: pollution de l'air

    Message par bye le Mer 28 Jan - 18:20

    OMS - Informations sur la pollution de l’air en milieu urbain
    http://www.who.int/phe/health_topics/outdoorair/databases/background_information/fr/
    Quelle est la différence entre la pollution atmosphérique et la pollution de l’air à l’intérieur des habitations? La pollution atmosphérique en milieu urbain contribue-t-elle à la pollution de l’air à l’intérieur des habitations? Et vice versa?
    La pollution de l’air est pour l’essentiel d’origine humaine et due à une mauvaise combustion des combustibles fossiles ou de la biomasse (par exemple gaz d’échappement des véhicules, et fumées des fourneaux ou poêles à bois).
    On entend par pollution de l’air en milieu urbain la pollution atmosphérique ressentie par les populations vivant dans les zones urbaines et périurbaines.
    La pollution de l’air à l’intérieur des habitations est due aux polluants que l’on y trouve. La principale cause de cette pollution est une mauvaise combustion des combustibles utilisés de façon rudimentaire pour la cuisine, le chauffage et l’éclairage. Il existe également des polluants naturels de l’air à l’intérieur des habitations, tels que le radon et les polluants chimiques provenant des matériaux de construction et des produits de nettoyage, qui ont également des effets sur la santé.
    La pollution de l’air en milieu urbain peut être un facteur important de la qualité de l’air à l’intérieur des habitations, en particulier dans les habitations très ventilées ou les habitations à proximité de sources de pollution. De même, les sources de pollution de l’air à l’intérieur des habitations peuvent également être des causes importantes de pollution atmosphérique, notamment dans les villes où de nombreuses habitations utilisent des combustibles de la biomasse ou le charbon pour le chauffage et la cuisine.
    Quelle est la différence entre pollution de l’air ambiant et pollution atmosphérique en milieu urbain?
    La pollution de l’air ambiant est un terme plus général utilisé pour décrire la pollution de l’air dans les environnements extérieurs. La pollution de l’air en milieu urbain est un terme plus spécifique qui a trait à la pollution atmosphérique à laquelle sont exposées les populations vivant en milieu urbain, généralement dans les villes et autour de celles-ci.
    Quelles sont les principales sources ou causes de pollution de l’air en milieu urbain?
    Tant des sources mobiles (voitures, par exemple) que stationnaires (cheminées d’usines, par exemple) peuvent contribuer sensiblement à la pollution de l’air des villes. Parmi les principales sources figurent les gaz d’échappement des véhicules, les émissions des usines et des centrales énergétiques (par exemple cheminées de centrales à charbon). De la même façon, dans les villes où l’utilisation du charbon est autorisée pour la cuisine et le chauffage, les émissions des habitations utilisant ce combustible peuvent contribuer de façon importante au niveau de pollution de l’air en milieu urbain.
    Quelles sont les villes les plus polluées au monde? L’OMS effectue-t-elle un classement ou une comparaison des villes en fonction de la qualité de l’air?
    De nombreuses villes, y compris certaines dont on pourrait s’attendre à ce qu’elles soient les plus polluées, ne recueillent pas ou ne notifient pas d’informations sur la qualité de l’air. L’OMS ne peut donc pas effectuer de comparaison sur la base des niveaux de pollution atmosphérique.
    L’OMS rassemble donc plutôt des informations sur la pollution de l’air réunies par les villes elles-mêmes afin de sensibiliser et de faciliter une réponse adéquate pour protéger la santé publique des effets préjudiciables de la pollution atmosphérique.
    Les villes qui recueillent et diffusent des informations sur la qualité de l’air doivent en être félicitées. C’est en effet la première mesure essentielle pour déterminer s’il existe un problème de pollution atmosphérique et pour commencer à prendre des mesures pour y remédier. Les villes qui ont investi dans la capacité de surveiller la qualité de l’air et de communiquer régulièrement des mesures font déjà la preuve de leur engagement à s’attaquer aux problèmes de qualité de l’air et de santé publique.
    Quelles informations la base de données sur la pollution de l’air en milieu urbain comprend-elle? Comment ces informations ont-elles été recueillies et organisées?
    Dans la base de données sur la pollution de l’air en milieu urbain, on trouvera les concentrations moyennes annuelles de particules en suspension (PM10 ou PM2,5 ) sur la base de mesures quotidiennes ou de données qui ont pu servir à établir des moyennes annuelles. Dans quelques cas exceptionnels, lorsque les moyennes annuelles n’ont pu être calculées, des mesures couvrant une partie de l’année seulement ont été utilisées. Afin de présenter des données de qualité de l’air largement représentatives de l’exposition humaine, on utilise des mesures urbaines caractérisées comme le niveau de fond urbain, le trafic urbain, les zones résidentielles, les zones commerciales et mixtes. Les stations caractérisées comme des «points chauds» particuliers ou les zones exclusivement industrielles ne sont pas prises en compte, sauf si elles ont été prises en compte dans le calcul des moyennes urbaines notifiées et n’ont pu être dissociées.
    Les sources de données primaires de la base de données sur la pollution de l’air des villes sont des rapports officiels nationaux ou locaux ou des sites Web où figurent des mesures des PM10 ou PM2,5. D’autres sources de mesure de la pollution atmosphérique proviennent d’autres institutions des Nations Unies, d’autres organismes de développement, d’articles de revues à comité de lecture et de réseaux régionaux : la Clean Air Initiative pour l’Asie et l’Airbase pour l’Europe ont également été utilisées.
    • Base de données de l'OMS sur la pollution atmosphérique - en anglais
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8823
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: pollution de l'air

    Message par bye le Mer 28 Jan - 18:21

    Anne Hidalgo : « dès le 1er juillet, j’interdirai la circulation des cars et poids-lourds les plus polluants »
    http://www.lemonde.fr/pollution/article/2015/01/27/anne-hidalgo-en-2020-plus-aucun-vehicule-diesel-ne-roulera-dans-paris_4564657_1652666.html

    LE MONDE | 27.01.2015 à 21h32 • Mis à jour le 28.01.2015 à 09h33 | Propos recueillis par Laetitia Van Eeckhout


    La maire de Paris, Anne Hidalgo, qui soumettra son plan antipollution début février, veut agir « dans l’urgence » pour bannir les véhicules polluants de la capitale. Les premières mesures d’interdiction s’appliqueront dès le 1er juillet 2015.
    Vous présentez le 9 février votre plan antipollution au Conseil de Paris. C’est l’un des premiers grands dossiers que vous faites adopter. Qu’est-ce qui dicte cette priorité ?
    Anne Hidalgo : Je tiens une promesse de campagne. Et nous sommes déterminés à agir vite, car la lutte contre la pollution aux particules fines, liée notamment à la diésélisation du parc automobile, est un enjeu de santé publique majeur. Bertrand Delanoë a déjà beaucoup fait pour proposer des mesures alternatives de transport. Mais il faut aller encore plus loin dans la lutte contre la pollution. Les politiques qui ne posent pas aujourd’hui les actes seront demain redevables de ce qu’ils n’ont pas fait. Je ne serai pas de ceux là.
    Concrètement, qu’est ce que vous pouvez faire de plus que votre prédécesseur ?
    Comme l’ont déjà fait près de 200 villes européennes, nous allons mettre en place une « zone à basse émission » dont nous allons progressivement interdire l’accès aux véhicules polluants, diesel comme essence. Je souhaite dès le 1er juillet 2015 interdire la circulation des cars et des poids lourds les plus polluants. Et le 1er juillet 2016, en s’appuyant sur la loi de transition énergétique, cette interdiction s’appliquera à tous les véhicules les plus polluants. Nous sommes encore en discussion avec l’Etat sur le périmètre concerné par cette interdiction, mais le gouvernement partage notre volonté d’agir. Je souhaite que cette interdiction soit dans un premier temps applicable à l’ensemble de Paris, à l’exception du périphérique et des bois de Paris.
    Les cars et les poids lourds les plus polluants seront les premiers interdits, et ce, 7 jours sur 7, 24 heures sur 24. Que prévoyez-vous pour que les livraisons et dessertes intramuros puissent être assurées sans encombre ?
    Notre démarche s’appuie sur une méthode très impliquante. Nous avons organisé une conférence citoyenne avec un panel de citoyens franciliens et nous avons engagé des concertations avec les élus de la Ville, de la métropole, et avec les professionnels. Cette discussion avec la chambre des métiers et les syndicats professionnels est très constructive : les opérateurs se montrent très intéressés par le passage à des véhicules plus propres. Il ne s’agit pas d’avoir une mesure couperet qui ne leur permettrait plus d’exercer leur activité. Je suis garante de la bonne poursuite de leur activité. Nous leur proposons ainsi de les accompagner par une aide financière à l’acquisition d’un véhicule propre, qui viendra s’ajouter à celle de l’Etat. L’aide des pouvoirs publics représentant ainsi 50 % du prix d’achat du véhicule. Et pour les 50 % restants, je souhaite favoriser la création d’un crédit à taux préférentiel. Je vais mettre autour de la table le secteur bancaire parisien et les commerçants pour avancer sur ces prêts.
    Vous voulez éradiquer le diesel à Paris d’ici à 2020. Autrement dit, à cette date, plus aucun véhicule diesel, qu’il s’agisse de bus, de camions, de voitures individuelles, ne sera autorisé à rouler dans Paris ?
    Oui, c’est l’objectif. Il est vrai qu’entre les véhicules de la fin des années 1990 et les nouveaux diesels d’aujourd’hui, il existe des améliorations technologiques. Mais les particules très fines – et les plus dangereuses pour la santé – ne sont pas captées par les filtres les plus puissants. En tant qu'acteur de terrain, je me veux très volontariste : je ne négocierai pas sur l'essentiel, à savoir la santé des parisiens. Pour autant, je souhaite faciliter ces transitions.
    Je vais pour cela aussi engager la discussion avec les constructeurs automobiles. Parce que là encore, il ne s'agit pas d'être dans des logiques d'affrontement. Il faut que chacun comprenne que l'avenir de nos villes passe par des changements radicaux. A la Ville, nous avons par exemple encore recensé 300 poids-lourds particuliers, comme des bennes ou des véhicules de nettoyage qui roulent encore au diesel et qui n’ont pas sur le marché d’équivalent non polluant. Avant la fin de l’année, je souhaite que plus aucune fourgonnette au diesel ne soit présente dans le parc de la ville. Il faut susciter une offre de la part des constructeurs. Le 26 mars, je vais réunir les maires des villes françaises et européennes pour travailler sur les groupements de commandes. Cela permettra de créer un effet de levier pour faire émerger une offre compétitive de véhicules propres. Cette demande sera génératrice d’activité et d’emplois.
    Comment entendez-vous inciter les citoyens à évoluer vers des mobilités plus propres ?
    Les comportements changent déjà fortement. En 2001, plus 60 % de Parisiens avaient un véhicule personnel, aujourd’hui, leur nombre est tombé à 40 %. Mais il faut encore accélérer ces évolutions. Nous voulons pour cela, sans attendre, développer une batterie de mesures alternatives pour accompagner les usagers vers des mobilités moins polluantes. Nous prévoyons ainsi des aides financières à l’achat d’un véhicule moins polluant (vélo ou voiture), mais aussi des abonnements à Autolib' et le remboursement du forfait Navigo. Un accompagnement financier sera proposé aux copropriétés pour installer des bornes de recharge pour véhicules électriques, ou s’équiper d’abris vélos sécurisés.
    Nous allons par ailleurs développer le réseau des bornes de recharge électrique avec des tarifs attractifs, accroître les possibilités d'autopartage avec Autolib' mais aussi d’autres sociétés travaillant sur des trajets plus longs. Et nous assurons la gratuité du stationnement à toute personne entrant et circulant dans Paris avec un véhicule propre, électrique ou rechargeable, avec la possibilité de le recharger gracieusement la nuit.
    Toutes ces mesures incitatives, qui représenteront plus de 5 millions d’euros en année pleine, s’appliquent tout de suite. Cela permettra aux personnes d’anticiper l’interdiction des véhicules polluants qui va progressivement être mise en place. Un centre des mobilités va être créé qui informera sur l’ensemble de ces aides et répondra à toutes les questions que peuvent se poser les Parisiens.
    Vous comptez mettre en place des « voies à ultra basse émission » sur quelques axes particulièrement pollués, et transformer l’hypercentre de Paris notamment « en zone à trafic limité » réservée aux seuls piétons, vélos, transports en commun et riverains. C’est une guerre contre les automobilistes ?
    On a dépassé ce genre de polémique. La question n'est plus de savoir pourquoi il faut agir, mais comment et à quel rythme. Le rythme, c'est dans l'urgence, du moins à l'échelle du mandat avec des étapes bien sûr. Le « comment », c’est en offrant une large palette d’alternatives et en accompagnant la transition par des aides. Nous avons augmenté les tarifs pour le stationnement rotatif et résidentiel, c'est vrai, mais en même temps nous proposons la gratuité de stationnement à toute personne qui circule à Paris avec un véhicule propre. Il ne s’agit pas d’empêcher de circuler mais de permettre de circuler sans polluer. La conférence sur le climat aura lieu à Paris en décembre 2015, nous ne pouvons être en dessous de l'ambition qui sera portée par la France.
    Toutes ces décisions ne sont-elles pas prématurées alors que la « métropole du Grand Paris » sera créée le 1er janvier 2016 et que la pollution ne s’arrête pas aux portes de Paris ?
    Nous nous inscrivons pleinement dans une dimension métropolitaine. Si nous n’avons pas souhaité inclure le périphérique dans le périmètre concerné par les premières mesures d’interdiction de circulation, c’est parce que nous sommes bien conscients qu’il est un axe structurant pour les déplacements des Franciliens. De même, les aides financières à l’achat d’un véhicule propre, que nous proposons aux artisans et commerçants, s’adressent aux professionnels parisiens mais aussi aux professionnels de la petite couronne.
    Le 9 janvier, nous avons réuni les maires de la métropole pour travailler avec eux. Car dès que la loi sur la transition énergétique sera promulguée, nous souhaitons que le dispositif mis en place s’applique à l’échelle du Grand Paris, avec toutes les collectivités qui le souhaitent. Des groupes de travail ont été mis en place pour réfléchir à cette mise en œuvre. Tout le monde a conscience que l’on doit travailler ensemble. En même temps, Paris ne peut pas attendre que tout le monde bouge pour avancer. La ville doit jouer un rôle d'éclaireur, de pionnier.
    • Laetitia Van Eeckhout
    Journaliste au Monde Suivre Aller sur la page de ce journaliste
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8823
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: pollution de l'air

    Message par bye le Mer 28 Jan - 18:22

    Les sénateurs demandent un rapport sur les sources des émissions de polluants des véhicules
    http://www.ccfa.fr/Les-senateurs-demandent-un-rapport-144222
    Publié le 27/01/2015
    Le Sénat a adopté en commission un amendement au projet de loi sur la transition énergétique demandant au gouvernement la rédaction d’un rapport sur les émissions de particules fines des transports routiers. Le Sénat demande que ce rapport dresse un état des lieux précis des particules émises à l’échappement des véhicules et celles dues à l’abrasion des systèmes de freinage, à l’usure des pneumatiques ou de la route. Ce bilan devra encore indiquer le niveau de particules secondaires ultrafines formées à partir des gaz précurseurs émis à l’échappement des véhicules.
    Si le Sénat adopte cette proposition en séance publique, le gouvernement aura un an pour la rédiger. Ces derniers mois, désigné comme coupable des pics de pollution, le diesel était systématiquement dans le viseur des parlementaires et du gouvernement. Un tel rapport permettrait de faire apparaître le rôle des autres organes du véhicule dans les émissions. D’après les données de différents instituts de recherche, l’abrasion des plaquettes de frein, des routes et des pneumatiques est à elle seule responsable de 35 % des émissions de particules du trafic routier. (AUTOACTU.COM 27/1/15)
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8823
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: pollution de l'air

    Message par bye le Mar 24 Mar - 18:42

    Pollution atmosphérique : l’urgence

    http://www.lesechos.fr/politique-societe/dossiers/0203377439395-pollution-lurgence-1043714.php



    Les Echos | Le 23/03 à 11:00, mis à jour à 11:11



    La France connaît depuis plusieurs jours un épisode de pollution majeur, un an après un autre pic qui avait conduit à décider de la circulation alternée en région parisienne. Cette mesure est à nouveau en vigueur ce 23 mars. En attendant des solutions plus pérennes, promises par le gouvernement.

    Des mesures d'urgence, en attendant mieux...

    Le pic de pollution qui a frappé la France début et mi-mars 2014, avec plus de 30 départements placés en alerte maximale, a souligné à nouveau l'urgence de lutter activement contre la pollution atmosphérique. Le 15 mars, le Premier ministre de l’époque, Jean-Marc Ayrault, avait décidé de déclencher la circulation alternée en région parisienne le 17 mars. Une initiative prise à reculons, étant données les « difficultés » qu’elle risquait « d’entraîner dans la vie quotidienne des Franciliens ». Cette mesure n’a connu qu’un précédent, le 1er octobre 1997. Elle avait permis, selon Airparif, « de réduire de 15% les émissions liées au trafic routier en particules PM10 [d’un diamètre inférieur à 10 microns, NDLR] et de 20% les émissions d’oxyde d’azote ».



    Au-delà de cette action d’urgence, le gouvernement avait promis un plan de protection pour les zones les plus touchées. De premières mesures – ­timides – concernant les véhicules diesel ont été annoncées à l’automne 2014 puis début 2015 (lire ci-dessous). En mars 2015, la France a de nouveau connu un épisode de pollution majeur. Paris aurait même été, selon Plume Labs, durant la journée du 18, la ville la plus polluée du monde. Après plusieurs jours de tergiversations, l’expérience de circulation alternée a été réitérée. La mairie de Paris en avait fait la demande, sans succès, pour le 20 puis pour le 21 mars. La mesure n’a été mise en place que le 23, à Paris et en proche banlieue.



    Pollution : la circulation alternée à Paris sème la pagaille dans la majorité (21/03/2015)



    Paris a été la ville la plus polluée au monde mercredi (19/03/2015)



    Pollution : Paris ne demandera pas la circulation alternée pour jeudi (18/03/2015)





    Le danger des particules fines



    L’utilisation d’un masque ne permet pas de se protéger des particules fines en suspension dans l’air. - AFP

    Les particules fines en suspension dans l’air –poussières émises par les véhicules diesel non équipés de filtres, par les activités industrielles ou encore par le chauffage domestique au fioul et au bois ou certaines pratiques agricoles– tirent leur dangerosité de leur extrême petitesse. Leur taille leur permet de s’infiltrer profondément dans les voies respiratoires, créant des inflammations. L’utilisation d’un masque ne permet pas de s’en protéger, pas plus que de rester calfeutré chez soi. Certains épisodes de beau temps peuvent entraîner leur accumulation dans l’air, comme ce fut le cas début et mi-mars 2014 : les vents faibles n’ont pas suffi à disperser les nuages de particules, tandis qu’une « couche d’inversion » –c’est à dire une couche d’air dont la température croît avec l’altitude– a contribué à nous étouffer. Quant au pic de pollution qui a frappé Paris en décembre 2013, il aurait eu le même effet que du tabagisme passif, selon une étude récente (les auteurs le comparaient même au fait d'être enfermé avec huit fumeurs dans une pièce de 20 mètres carrés). Mais au-delà des pics de pollution, la pollution chronique est tout aussi néfaste, entraînant aggravation de l’asthme, atteintes au système immunitaire, maladies vasculaires et enfin cancers. Selon une étude de l’Institut de veille sanitaire publiée en janvier 2015, les particules fines sont aussi un facteur aggravant de mortalité à court terme dans les grandes villes. A noter que la pollution de l’air ne se résume pas aux particules fines. Le doxyde de souffre, les oxydes d’azote ou le monoxyde de carbones sont d’autres polluants particulièrement nocifs.



    L'éclairage des EchosTV (14/03/2014)


    En savoir plus sur http://www.lesechos.fr/politique-societe/dossiers/0203377439395-pollution-lurgence-1043714.php?fxBQLCiOWFAeLw1w.99





    Contenu sponsorisé

    Re: pollution de l'air

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Dim 16 Déc - 6:12