LIBRE DISCUSSION DANS LES COULISSES DE DEMAIN

Débattons en toute liberté, dans le respect de l’autre, sur tous les sujets qui composent notre société : politique, économie, environnement, religion, philosophie, paranormal, sciences, famille, santé, mode, sexualité, loisirs, sports, divertissements…

Derniers sujets

» Offre de prêt entre particuliers rapide en 72h
par BastienL Dim 13 Aoû - 19:49

» Jean Gadrey, économiste : “Il faut remettre la réduction du temps de travail au cœur du débat public”
par bye Mar 8 Aoû - 19:04

» Le « chavo-madurisme » n’est rien moins qu’une dictature pure et simple
par bye Dim 6 Aoû - 18:52

» Gel des postes et du budget de l’éducation nationale : non, cette école ne nous convient pas !
par bye Mer 12 Juil - 13:56

» G 20 Hambourg
par bye Lun 10 Juil - 11:51

» Handicapée, je ne peux continuer à enseigner dans mon académie
par bye Mer 5 Juil - 6:21

» Pour une éducation populaire féministe
par bye Lun 12 Juin - 18:20

» La CNT a écrit aux Éditions Belin
par bye Mar 6 Juin - 10:20

» Blanquer ministre de l’Education nationale : au secours, Sarkozy revient !
par bye Jeu 25 Mai - 11:08

» L'accaparement des terres en Birmanie
par bye Mer 17 Mai - 18:42

» Un enseignant kurde témoigne...
par bye Lun 15 Mai - 17:50

» La métamatière et le Roi de la Terre
par De Bortoli Claude Mar 2 Mai - 9:52

» Au-delà des élections
par bye Mer 26 Avr - 17:26

» Les Etats-Unis ont utilisé leur plus puissante bombe non-nucléaire en Afghanistan, une première
par bye Dim 23 Avr - 18:35

» « Pourquoi nous sommes en grève de la faim dans les prisons d’Israël »
par bye Dim 23 Avr - 18:31

» « Enculé, ordure ! ». Philippe Poutou insulté par les flics
par bye Dim 23 Avr - 18:25

» La Sécurité sociale, une assistance ou un droit ?
par bye Dim 23 Avr - 18:22

» Birmanie: pour établir un mécanisme indépendant de réexamen de tous les cas de prisonniers politiques
par bye Ven 21 Avr - 6:02

» Gatti est mort. A la Parole Errante ses mots résonnent encore !
par bye Mer 12 Avr - 18:21

» Turquie : appel urgent au monde enseignant, aux associations et syndicats…
par bye Lun 3 Avr - 18:21

» APPEL À LA MOBILISATION CONTRE LE PROCHAIN SOMMET DE L’OTAN !
par bye Sam 1 Avr - 5:30

» Communiqué de presse de SUD éducation Guyane du 28 mars
par bye Jeu 30 Mar - 10:16

» Qu’est-ce qui ne va pas avec l’arabe à l’école ?
par bye Ven 24 Mar - 12:03

» Libérons l'oisiveté !
par bye Ven 17 Mar - 19:05

» Quand Espérance banlieues bat la campagne
par bye Ven 17 Mar - 19:00

» 8 mars : luttons toutes et tous pour l’égalité des droits !
par bye Mer 8 Mar - 11:01

» Désarmer la police, la proposition pas si saugrenue du NPA
par bye Mar 7 Mar - 12:50

» Fin du dispositif des Caomi: quelle orientation pour les mineurs isolés de Calais ?
par bye Sam 4 Mar - 9:58

» Les fonctionnaires répondent aux "menaces" de Marine Le Pen
par bye Sam 4 Mar - 6:25

» Réduction des indemnités et contrôles drastiques : Macron s’attaque aux chômeurs
par bye Sam 4 Mar - 6:22

» L'avenue Serge Dassault à Corbeil-Essonnes doit être débaptisée !
par bye Sam 4 Mar - 6:20

» Nouvelle révélation du Canard Enchainé : les copinages de Hamon et LVMH
par bye Sam 4 Mar - 6:18

» Une nouvelle menace pour les étrangers
par bye Mar 21 Fév - 12:02

» "Vous êtes la candidate du nanti-système", lance Charline Vanhoenacker à Marine Le Pen
par bye Lun 20 Fév - 20:30

» Vaccins : Marisol Touraine va-t-elle faire respecter la loi ou satisfaire les labos ?
par bye Lun 20 Fév - 20:26

» La tension monte d’un cran entre les Etats-Unis et le Venezuela
par bye Lun 20 Fév - 20:23

» Vandana Shiva : « Gandhi est plus pertinent qu’il ne l’a jamais été »
par bye Lun 20 Fév - 20:16

» Vague de froid en Europe : les migrants vulnérables
par bye Mar 7 Fév - 17:59

» Le centre pour les femmes et les familles migrantes a ouvert ses portes à Paris
par bye Mar 7 Fév - 17:56

» Des incidents éclatent à Aulnay-sous-Bois après les soupçons de viol de policiers
par bye Lun 6 Fév - 18:23

» Le maire rejette l'étude d'UFC-Que choisir sur l'eau potable
par bye Lun 6 Fév - 18:20

» DOCUMENT. Voici le contrat de travail de Penelope Fillon
par bye Lun 6 Fév - 18:17

» Le Hezbollah scrute avec inquiétude la nouvelle politique américaine au Moyen-Orient
par bye Lun 6 Fév - 18:14

» Huit hommes possèdent autant que la moitié de la population mondiale
par bye Mer 18 Jan - 20:06

» Délinquants solidaires : Pour en finir avec le délit de solidarité
par bye Mer 18 Jan - 13:29

» ACTUALITÉ SOCIÉTÉ ET POLITIQUE
par gramophone Sam 14 Jan - 11:34

» votre permis de conduire à portée de main
par neil89 Ven 13 Jan - 23:51

» Poursuivre la mobilisation pour une carte élargie des lycées de l’Education Prioritaire, en grève le 10 janvier !
par bye Mar 10 Jan - 11:50

» Grenade de désencerclement : un CRS mis en examen
par bye Sam 7 Jan - 20:59

» Les trois visages du vote FN
par bye Sam 7 Jan - 20:46

» Les deux jambes du militantisme
par bye Sam 7 Jan - 20:37

» Condamnés aujourd’hui pour avoir comparé Christiane Taubira à un singe
par bye Sam 31 Déc - 10:17

» Échapper au chaos
par bye Jeu 22 Déc - 17:53

» Le sénateur Carle coupable de détournement de fonds publics ? SUD éducation le dit depuis 2009 !
par bye Jeu 22 Déc - 15:06

» Maths : résoudre un problème
par bye Lun 12 Déc - 13:25

» Journée Internationale des droits de l'Homme: une situation inquiétante en Birmanie
par bye Dim 11 Déc - 11:17

» Comment les services de renseignement font la chasse aux employés des télécoms
par bye Sam 10 Déc - 18:54

» ET SI LE MASCULIN NE L’EMPORTAIT PAS SUR LE FEMININ ?
par bye Sam 10 Déc - 18:49

» Un document interne provoque un malaise à la SNCF
par bye Sam 10 Déc - 18:38

» Le gouvernement repousse l’évacuation de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes
par bye Sam 10 Déc - 18:29

» Légitime défense des policiers : faut-il tordre le droit ?
par bye Ven 9 Déc - 19:29

» Cadeau de fin d’année, un casier scolaire pour tous les marmots
par bye Mar 6 Déc - 13:59

» Violences policières, violences d’Etat
par bye Mar 6 Déc - 13:54

» La métamatière, les élites et les gouvernants
par De Bortoli Claude Ven 2 Déc - 9:54

» Comment les stups ont enfumé la justice
par bye Jeu 1 Déc - 12:26

» Quel opérateur
par bye Jeu 1 Déc - 12:24

» Fillon président ? Un coup de massue pour l’école
par bye Mer 30 Nov - 17:54

» « Pourquoi j’ai secouru des réfugiés. » Monument en l'honneur de Pierre-Alain Mannoni
par bye Mar 29 Nov - 13:06

» Jean-Luc Mélenchon ne passera pas au second tour de la présidentielle s'il ne se décide pas à parler au peuple
par bye Mar 29 Nov - 13:03

» Graeme Allwright : il t'a laissé la carte qui est si délirante qu'il n'aura plus jamais besoin d'une autre
par bye Mar 29 Nov - 13:00

» Mort de Fidel Castro : bilan de santé de la révolution castriste
par bye Mar 29 Nov - 12:57

» Vinci, piraté par des hacktivistes
par bye Ven 25 Nov - 18:38

» Le Mouvement de la Paix solidaire de la lutte des infirmières et infirmiers
par bye Ven 25 Nov - 18:35

» presentation de moi
par bye Ven 25 Nov - 18:30

» tests
par Matteo13 Mer 23 Nov - 7:48

» Un système d'accueil italien saturé face au nombre toujours aussi important d'arrivées
par bye Lun 21 Nov - 19:08

» Comment fonctionnera le « centre humanitaire » de Paris ?
par bye Lun 21 Nov - 19:06

» Un quart des enfants européens est menacé par la pauvreté
par bye Lun 21 Nov - 19:02

» Cuba : Le Conseil d’État décrète l’amnistie de 787 condamnés
par bye Sam 19 Nov - 11:11

» TURQUIE : Cesser la « chasse aux sorcières » à l’encontre des employé(e)s de l’éducation
par bye Jeu 17 Nov - 18:57

» Ces magnats français qui contrôlent les médias
par bye Dim 13 Nov - 12:23

» Chômage, retraites et revenu universel : et si un cocktail était la bonne solution ?
par bye Dim 13 Nov - 12:20

» L'ANTIRACISME ET LA GAUCHE RADICALE SONT-ILS IRRÉCONCILIABLES?
par bye Dim 13 Nov - 12:16

» L'Amérique de Donald Trump
par bye Dim 13 Nov - 12:09

» Un an après les élections en Birmanie ...
par bye Mar 8 Nov - 18:59

» Fichier des Français : les oublis et les erreurs de Cazeneuve et Urvoas
par bye Mar 8 Nov - 11:54

» Burkina Fasso : Grève dans l’éducation les 3 et 4 novembre
par bye Mar 8 Nov - 11:49

» "Ni rire, ni pleurer, ni haïr. Comprendre"
par bye Mar 1 Nov - 11:58

» Besoin de crédit personnel
par filhastreanne Lun 31 Oct - 2:32

» L’usage informationnel acritique d’Internet à l’école primaire
par gramophone Dim 30 Oct - 10:06

» Un maire serbe à Srebrenica, tout un symbole, 21 ans après le massacre
par bye Lun 24 Oct - 12:39

» L'Arctique : eldorado ou mirage?
par bye Lun 24 Oct - 12:36

» Après le viol et le meurtre barbare d'une adolescente, les Argentines ont arrêté de travailler
par bye Lun 24 Oct - 12:33

» Si la mise en scène des manifestations spontanées de policiers, organisées en pleine nuit dans les rues de Paris, ont pu surprendre les riverains, elles inquiètent également la majorité à l'approche de la présidentielle.
par bye Lun 24 Oct - 12:30

LE SITE

Dans Les Coulisses de Demain

FORUMS & SITES AMIS

FORUM EST INSCRIT SUR


    Les formes réactionnaires : entretien avec Jean-Michel Barreau

    Partagez
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8752
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Les formes réactionnaires : entretien avec Jean-Michel Barreau

    Message par bye le Mar 6 Mai - 19:30

    Questions de classe(s) propose un entretien avec Jean-Michel Barreau à propos de son ouvrage Critique des formes réactionnaires (éditions du Panthéon, 2013, 14,80 €)
    Questions de classe(s) - Après avoir décrypté l’histoire des thèses de l’extrême-droite sur l’école (L’extrême-droite, l’école et la République, petits détours par l’histoire, Syllepse, 2003), en particulier sous le régime de Vichy (Vichy contre l’école de la République, Flammarion, 2001) mais aussi vous être intéressé à la question des inégalités à l’école (Dictionnaire des inégalités scolaires, ESF, 2009), ce nouvel ouvrage entend élargir la focale et interroger l’offensive réactionnaire actuellement à l’œuvre dans l’ensemble de la société. En quoi votre cheminement, cette entrée par les questions éducatives pour étudier la résurgence des discours réactionnaires, est-elle décisive et peut confirmer cette déclaration de Jacques Rancière : « C’est, de fait, autour de la question de l’éducation que le sens de quelques mots – république, démocratie, égalité, société, a basculé. » (La Haine de la démocratie) ?
    Jean-Michel Barreau - Jacques Rancière a raison, la question de l’éducation mobilise toujours fortement les valeurs ou les contre-valeurs démocratiques et républicaines.
    A titre d’exemple extrême, le gouvernement de Vichy du Maréchal Pétain fut particulièrement ségrégationniste, élitiste et inégalitaire avec son école. Il le fut de plusieurs façons avec plusieurs des membres de la « Nation » dont il se réclamait. Avec le juif : un juif n’était pas l’égal d’un « Français de souche », il devait être puni pour cela. Avec le peuple : le peuple n’était pas l’égal de l’élite, il devait être remis à sa place ouvrière ou artisanale. Avec la femme : la femme n’était pas l’égale de l’homme, elle ne pouvait avoir un parcours scolaire qui lui soit identique. Le sien devait être celui du « foyer ».
    Actuellement, le Front national tient de nombreux propos sur la laïcité scolaire en donnant très régulièrement des leçons de morale à l’école républicaine contemporaine. Cela ne l’empêche pas d’avoir en bonne place Charles Maurras dans son Panthéon idéologique. Pourtant, ce néo-royaliste, ce nationaliste intégral et cet antisémite viscéral eut maintes fois l’occasion de dire dans ses écrits politiques ce qu’il pensait de la démocratie : « La démocratie, c’est le mal, la démocratie c’est la mort ».Quant à l’Egalité, cet idéologue qui plaçait le « naturel » hiérarchique et monarchique au-dessus de tout, n’y voyait rien de moins qu’une simple perversion des rapports entre les hommes. Dans le très anti-démocratique et très antirépublicain journal Candide, il disait tout le bien qu’il pensait de l’ordre inégalitaire : « L’inégalité des biens est un bien ».
    L’actuelle installation patente du Front national sur la scène politique française, qu’ont confirmé les dernières élections municipales, ne manque d’interpeller fortement la République, la Démocratie, et l’Egalité. Car ce parti politique prend très souvent la parole sur ces thématiques, en particulier dans leurs relations avec l’école. Lorsque l’on regarde de près ce qu’il pense sur le sujet, comme je le fais actuellement, on trouve cela très intéressant…
    Q2C - Avec cette Critique des formes réactionnaires, il s’agit non seulement de présenter mais surtout de dénoncer la banalisation des thèses conservatrices. Le livre s’ouvre d’ailleurs sur un constat assez terrifiant : non seulement « les réactionnaires sont désormais bien installés dans la cité » mais de plus « ils proclament aujourd’hui avec beaucoup d’orgueil ce qu’avant ils ne faisaient que murmurer avec pas mal de honte. » Suit une liste de livres où cette fierté s’étale - et j’en rajoute un qui n’y figure pas mais qui témoigne bien de cet « air du temps » Je suis une prof réac et fière de l’être ! de Veronique Bouzou. On est loin de la victimisation dont ces auteurs se disent l’objet et l’on constate surtout que très rares sont les ouvrages qui s’interrogent et s’attaquent à cette régression… Comment expliquer - pour reprendre le titre d’un des classiques de la littérature réactionnaire - cette « défaite de la pensée » ?
    Jean-Michel Barreau - Cette « défaite de la pensée » d’Alain Finkielkraut est tout à fait typique d’une rhétorique lugubre de l’imprécation du désastre. Il est extrêmement difficile de cerner les raisons de ces succès pamphlétaires où, dès lors qu’il s’agit de dire que plus rien ne fonctionne comme avant, leurs auteurs deviennent des stars médiatiques. Mais le constat est là : il y a une légitimité, sinon un orgueil, à se proclamer réactionnaire qui fonctionne très bien au niveau du grand public. Comme en témoigne le livre d’Ivan Rioufol, De l’urgence d’être réactionnaire, paru en 2012.
    Dans le domaine de l’école, cela fonctionne encore mieux. Proclamer que le niveau contemporain des élèves est catastrophique, que la violence scolaire est abyssale, que l’école fabrique des crétins, que le pire est de plus en plus sûr etc. assure à ses auteurs une gloire éditoriale et médiatique certaine : de Maurice T. Taschino, à Jean-Paul Brighelli, en passant par Marc le Bris, Natacha Polony, Sophie Coignard, Laurent Laforgue, Veronique Bouzou etc.
    La grande force de ces auteurs est sans doute d’être des imprécateurs. L’imprécateur : celui qui fait peur par ses constats et ses prédictions de malheur et auprès de qui se rangent ceux qui craignent qu’il ait raison.
    Mais c’est aussi leur grande faiblesse que de faire toujours les mêmes inventaires et prophéties aussi approximatifs que lugubres. Il y a une histoire à faire de la « baisse du niveau scolaire » où les acteurs les plus conservateurs se sont toujours insurgés contre le niveau de leur temps, avec un luxe de promesses de déliquescence à venir. En particulier aux moments des grands épisodes de démocratisation scolaire républicaine : la gratuité et l’obligation de l’école primaire, l’enseignement secondaire féminin au 19e siècle, la gratuité du secondaire dans les années Trente, la création du collège unique en 1975, la création des Zones d’éducation prioritaires dans les années 80 etc. La récurrence du discours de la baisse de niveau de l’école est bien présente : elle fait partie de l’histoire même de l’école de la République.
    Q2C - Ce n’est pas la première fois que vous revenez sur la définition qu’il convient d’adopter pour définir ce courant des « néo-réactionnaires ». « Le réactionnaire est assurément un réformateur, mais un réformateur qui réforme à reculons : en reculant dans l’histoire et en reculant dans le social, dans la justice et l’égalité. » ou encore « Le réactionnaire est un conservateur qui veut maintenir l’ordre « naturel » des choses et se donne les moyens autoritaires de le faire. ». Dans Critique des formes réactionnaires vous avancez une nouvelle définition « est réactionnaire ce qui entame, contredit ou bafoue les formes démocratiques que les personnes peuvent entretenir entre elles. » En quoi cette définition précise-t-elle la spécificité et même la « modernité » des « nouveaux réactionnaires » ? En quoi le terme de démocratie - derrière lequel la plupart d’entre eux s’abritent aussi - est-il pertinent pour établir une ligne de démarcation ?
    Jean-Michel Barreau - Définir le concept de « réactionnaire » est fondamental car notre monde contemporain est souvent réactionnaire. Mais ce mot reste encore beaucoup trop dénonciateur ou auto-laudateur (Rioufol) pour qu’il ait une quelconque pertinence dans son utilisation.
    Dans Critique des formes réactionnaires, je fais fondamentalement un travail de définition. Je pars du principe qu’il devrait être un concept suffisamment creusé pour qu’il puisse être opérant et servir d’analyseur/indicateur pertinent du sociétal. En ce qui me concerne, je définis comme réactionnaire ce qui s’oppose au démocratique : à l’égalité, au partage, à la mixité, à la fraternité, à la rationalité. Et, à l’inverse, ce qui promeut le contre démocratique : l’inégalité, la ségrégation, l’égoïsme, le déterminisme, la reproduction, la sélection, l’exploitation, le dogmatisme.
    Les nouveaux réactionnaires tentent de rendre légitimes et banales ces contre-valeurs démocratiques. Le comble est qu’ils se réclament de la démocratie. On pourrait dire qu’ils tentent de démocratiser leurs propos contre démocratiques, en quelque sorte. La tranquille assurance avec laquelle Eric Zemmour à parlé des noirs et des arabes dans une émission de télévision était significative de cet état d’esprit.
    Q2C - Le discours réactionnaire se structure autant par son contenu que par sa forme. L’insulte et la caricature, bien sûr, et vous y revenez longuement, mais aussi une rhétorique spécifique qu’Albert O. Hirschman a très finement analysée (Deux siècles de rhétorique réactionnaire). Comment comprendre cette uniformité dans les discours et quelle est, selon vous, sa fonction ?
    Jean-Michel Barreau - Le discours réactionnaire se structure par son contenu, sa forme… et ses valeurs. L’insulte et la caricature, pour la forme et le refus de la démocratie, pour les valeurs. O. Hirschman travaille sur la rhétorique, je travaille sur l’axiologique.
    C’est ce que j’ai voulu démontrer dans cet ouvrage : l’uniformité du discours réactionnaire se structure quatre fois autour de valeurs contre démocratiques. Refus de la démocratie de conscience, par la théocratie. Refus de la démocratie de fraternité, par la ségrégation. Refus de la démocratie d’émancipation, par le traditionalisme. Refus de la démocratie sociale, par le triptyque égoïsme / cupidité / exploitation.
    La fonction du discours réactionnaire est de freiner, de s’opposer ou de revenir sur les formes démocratiques. Dans ce livre, je montre principalement que ces formes réactionnaires sont essentiellement des adversaires des formes démocratiques. Elles peuvent être historiques ou contemporaines, mais elles tournent toujours autour de ces quatre axes fondamentaux.
    Q2C - L’ouvrage est structuré autour de quatre entrées : « Théocratie », « Ségrégation », « Tradition » et la dernière « Égoïsme / cupidité / exploitation » qui conclut très justement sur la centralité de la question de l’égalité sociale dans la pensée réactionnaire. « Il n’y a pas de réflexion approfondie sur les formes réactionnaires qui ne puisse placer au centre de sa pensée l’idée de social » écrivez vous en ouverture de ce chapitre. En quoi cette question sociale est-elle selon vous au cœur de l’analyse mais aussi du combat à mener ? Je pense en particulier aux passages sur le « libéralisme réactionnaire ».
    Jean-Michel Barreau - En effet, comme je le dis plus haut, les formes réactionnaires sociales s’opposent aux formes démocratiques sociales. Le travail des enfants dans le monde au mépris de leur santé physique ou morale, les entreprises qui mettent sur la paille des employés tout en faisant des profits mirifiques, les revenus phénoménaux des patrons des grandes firmes internationales alors que l’augmentation de la pauvreté et des inégalités dans le monde est exponentielle etc. sont autant d’exemples qui montrent que la trilogie égoïsme/cupidité/exploitation est significative d’un fonctionnement qui porte atteinte à la condition des personnes. D’autant plus qu’en bout de courses, souffrances, misères, blessures, handicaps ou morts sont toujours au rendez-vous.
    Cette question sociale est au cœur de l’analyse car la « logique du marché » justifie souvent tranquillement ces misères économiques. Alors que d’un autre côté on peut très bien s’offusquer des horreurs des théocraties, par exemple. Comme si c’était moins grave de souffrir des horreurs théocratiques que de souffrir des horreurs économiques. Il est vrai que certains souffrent des deux…
    Une démocratie digne de ce nom a toujours ces quatre combats à mener contre les formes réactionnaires.
    Propos recueillis par Grégory Chambat pour Q2C.

    http://www.questionsdeclasses.org/?Les-formes-reactionnaires

      La date/heure actuelle est Mer 23 Aoû - 5:16