LIBRE DISCUSSION DANS LES COULISSES DE DEMAIN

Débattons en toute liberté, dans le respect de l’autre, sur tous les sujets qui composent notre société : politique, économie, environnement, religion, philosophie, paranormal, sciences, famille, santé, mode, sexualité, loisirs, sports, divertissements…

Derniers sujets

» L’université ne peut être réservée aux riches
par bye Mer 12 Déc - 15:31

» À propos de la vidéo de Mantes-la-Jolie « Ne se mettre à genoux que pour cueillir une fleur » J. Prévert
par bye Lun 10 Déc - 12:07

» Les Gilets jaunes : sur le chemin de l’école ?
par bye Mar 4 Déc - 12:30

» DÉCISION D’AIRBNB DE QUITTER LES COLONIES ILLÉGALES D’ISRAËL : UNE VICTOIRE PARTIELLE POUR LES DROITS HUMAINS ET CONTRE L’IMPUNITÉ
par bye Mer 28 Nov - 20:18

» Le service national contre l’ennemi de l’intérieur
par bye Lun 26 Nov - 13:19

» SÉDENTARITÉ, POLLUTION, CLIMAT, SANTÉ… IL Y A URGENCE !
par bye Sam 24 Nov - 9:06

» c'est jaune c'est moche et ça peut vous pourrir la vie
par bye Sam 17 Nov - 10:17

» Maudite soit la guerre, le syndicalisme et la solidarité sont nos armes
par bye Mer 14 Nov - 15:29

» Rapatriement des Rohingya : vives inquiétudes et forte mobilisation des acteurs humanitaires
par bye Mar 13 Nov - 18:49

» Bien nommer les choses
par bye Lun 12 Nov - 12:22

» Situation migratoire en Méditerranée : quelles réponses européennes ?
par bye Mer 7 Nov - 19:41

» Les adultes oublient
par bye Lun 5 Nov - 9:30

» « Un buzz malveillant à des fins politiques et commerciales. » À propos du livre Inch’ Allah. L’islamisation à visage découvert. Par Véronique Decker.
par bye Jeu 1 Nov - 13:12

» LE DROIT D’ASILE EN EUROPE VICTIME DE LA POLITIQUE MIGRATOIRE
par bye Mer 31 Oct - 19:08

» Stop Autisme Virtuel L’autisme provoqué par les écrans, ça n’existe pas ! Halte aux théories infondées !
par bye Mar 9 Oct - 12:24

» Rapport des enquêteurs de l’ONU sur la Birmanie : crimes de masse, impunité et transition démocratique à l’arrêt
par bye Mar 2 Oct - 14:36

» Service national universel : surveiller et soumettre
par bye Mar 25 Sep - 10:57

» Un peu moins pauvre ?
par bye Mar 18 Sep - 11:21

» Clément Méric, ni oubli ni pardon
par bye Lun 10 Sep - 12:52

» Liberté de la presse en Birmanie : deux pas en avant, trois en arrière
par bye Mer 5 Sep - 8:49

» Rohingya : un an après... si peu d'avancées 
par bye Ven 24 Aoû - 18:59

» Le Festival de Douarnenez consacre deux journées à la Fédération de la Syrie du nord
par bye Mar 3 Juil - 14:19

» Pour une autre formation professionnelle
par bye Mer 27 Juin - 14:07

» Violences policières, violences d’Etat
par bye Mer 27 Juin - 13:56

» migration internationale
par bye Mar 26 Juin - 19:25

» Guyane : non à la Montagne d’or !
par bye Mar 12 Juin - 18:05

» Crime raciste en Calabre
par bye Ven 8 Juin - 12:17

» Les premiers chiffres de PARCOURSUP : une génération sacrifiée ?
par bye Lun 4 Juin - 17:42

» LES ONG DÉVOILENT LEUR PROJET DE LOI D’AVENIR POUR LES TRANSPORTS ET LA MOBILITÉ
par bye Mar 29 Mai - 18:01

» NE JAMAIS RECHERCHER D’ADHÉSION
par bye Mar 22 Mai - 14:38

» Kanaky, quand le peuple voulait s’éduquer lui-même...
par bye Lun 14 Mai - 10:04

» Anarchisme, éducation et pédagogie
par bye Lun 7 Mai - 13:15

» Cours libres - Debout ! Debout ! C’est maintenant que ça se passe...
par bye Dim 15 Avr - 9:08

» fascisme pas mort, hélas!
par bye Ven 6 Avr - 11:52

» Notre Dame des Landes ou l’art des grands projets inutiles
par bye Mar 3 Avr - 19:20

» MÉDECINS ET ASSOCIATIONS UNISSENT LEURS VOIX POUR RAPPELER L’URGENCE D’AGIR FACE À LA POLLUTION DE L’AIR
par bye Mer 28 Mar - 18:19

» BOMBARDEMENTS AU PROCHE ET MOYEN ORIENT : EXIGEONS LE RESPECT DU DROIT INTERNATIONAL PAR TOUS
par bye Jeu 22 Mar - 18:08

» Manifestation kurde anti-Erdogan à Bruxelles
par bye Mar 20 Mar - 7:23

» Les cigarettes électroniques, plus dangereuses que bénéfiques ?
par bye Mar 20 Mar - 7:13

» La métamatière et les créations
par Claude De Bortoli Jeu 15 Mar - 11:43

» Scandale sexuel : Oxfam présente ses excuses aux autorités haïtiennes
par bye Ven 9 Mar - 18:50

» SDF, il avait volé des sandwiches dans la poubelle d’Atac
par bye Ven 9 Mar - 18:40

» Malgré l’austérité, la France va dépenser 37 milliards pour son réarmement nucléaire
par bye Ven 9 Mar - 18:31

» La pauvreté s’installe...
par bye Mar 6 Mar - 10:58

» large victoire des grévistes d’HEMERA - HOLIDAY INN
par bye Ven 16 Fév - 10:40

» jeunes à la rue dans le grand froid : faire connaitre est déjà un combat
par bye Mer 14 Fév - 18:07

» National ou civique ou militaire : en arrière-plan du service obligatoire, la militarisation des élèves
par bye Lun 5 Fév - 13:03

» ARRIVÉES ET DEMANDES D'ASILE EN BAISSE EN 2017 EN EUROPE
par bye Mar 30 Jan - 18:29

» Les véritables enjeux des réformes éducatives de Jean-Michel Blanquer
par bye Mar 30 Jan - 15:00

» Contre la sélection à l’université : "On veut de l’inattendu !"
par bye Mar 23 Jan - 19:19

» Les policiers français ont abattu 18 personnes en 2017
par bye Ven 19 Jan - 7:43

» Acheter permis de conduire français
par Pipoinzaghi Mar 16 Jan - 16:02

» Journée internationale des droits de l’Homme : en Birmanie des espoirs déçus
par bye Sam 6 Jan - 7:52

» Tapis dans le bocage : la vérité sur les armes secrètes des "zadistes"
par bye Ven 29 Déc - 14:32

» Victoire du Secours populaire contre le maire F.N. d’Hayange
par bye Mer 20 Déc - 21:28

» Peut-on renvoyer les demandeurs d’asile vers des « pays tiers sûrs » ?
par bye Mar 19 Déc - 19:52

» Une montée des violences envers les migrants à travers l'Europe :
par bye Ven 15 Déc - 18:54

» Défendre et renforcer les CHSCT !
par bye Mar 5 Déc - 12:59

» Nuage de Ruthénium-106 sur l’Europe : que s’est-il réellement passé ?
par bye Mar 28 Nov - 12:35

» Dossier sur "l’affaire du stage de Sud éduc 93"
par bye Lun 27 Nov - 12:34

» Appel de Raymond Millot : Un projet émancipateur face aux dangers de l’anthropocène
par bye Mar 21 Nov - 12:54

» Les émissions de CO2 repartent à la hausse
par bye Ven 17 Nov - 17:05

» l’idéologie du consentement, outil d’émancipation ou d’isolement individuel ?
par bye Lun 13 Nov - 12:21

» Droit au logement opposable : le bilan chiffré 2008-2016
par bye Jeu 9 Nov - 20:02

» La rétention des « dublinés », dans l’attente d’un transfert, est contraire au règlement Dublin
par bye Lun 6 Nov - 18:33

» Face à la situation en Catalogne
par bye Mer 1 Nov - 11:33

» ACTUALITÉ SOCIÉTÉ ET POLITIQUE
par bye Sam 21 Oct - 10:37

» Offre de Prêt Entre Particulier Sérieux en 72H
par gramophone Ven 20 Oct - 9:32

» Offre de Prêt Entre Particulier Sérieux en 72H
par gramophone Ven 20 Oct - 9:32

» Offre de Prêt Entre Particulier Sérieux en 72H
par gramophone Ven 20 Oct - 9:31

» Offre de Prêt Entre Particulier Sérieux en 72H
par gramophone Ven 20 Oct - 9:31

» Bus de la honte : ne laissons pas l’avenir aux réactionnaires
par bye Sam 14 Oct - 12:44

» La métamatière et le peuple
par Claude De Bortoli Ven 6 Oct - 9:27

» Vers un retour du délit de solidarité ?
par bye Sam 30 Sep - 6:45

» Dossier : de l’École capitaliste à l’éducation émancipatrice
par bye Mer 13 Sep - 19:07

» Education : le « désastre » d’un enseignement tiré vers le bas...
par bye Lun 4 Sep - 12:13

» Offre de prêt entre particuliers rapide en 72h
par BastienL Dim 13 Aoû - 19:49

» Jean Gadrey, économiste : “Il faut remettre la réduction du temps de travail au cœur du débat public”
par bye Mar 8 Aoû - 19:04

» Le « chavo-madurisme » n’est rien moins qu’une dictature pure et simple
par bye Dim 6 Aoû - 18:52

» Gel des postes et du budget de l’éducation nationale : non, cette école ne nous convient pas !
par bye Mer 12 Juil - 13:56

» G 20 Hambourg
par bye Lun 10 Juil - 11:51

» Handicapée, je ne peux continuer à enseigner dans mon académie
par bye Mer 5 Juil - 6:21

» Pour une éducation populaire féministe
par bye Lun 12 Juin - 18:20

» La CNT a écrit aux Éditions Belin
par bye Mar 6 Juin - 10:20

» Blanquer ministre de l’Education nationale : au secours, Sarkozy revient !
par bye Jeu 25 Mai - 11:08

» L'accaparement des terres en Birmanie
par bye Mer 17 Mai - 18:42

» Un enseignant kurde témoigne...
par bye Lun 15 Mai - 17:50

» La métamatière et le Roi de la Terre
par De Bortoli Claude Mar 2 Mai - 9:52

» Au-delà des élections
par bye Mer 26 Avr - 17:26

» Les Etats-Unis ont utilisé leur plus puissante bombe non-nucléaire en Afghanistan, une première
par bye Dim 23 Avr - 18:35

» « Pourquoi nous sommes en grève de la faim dans les prisons d’Israël »
par bye Dim 23 Avr - 18:31

» « Enculé, ordure ! ». Philippe Poutou insulté par les flics
par bye Dim 23 Avr - 18:25

» La Sécurité sociale, une assistance ou un droit ?
par bye Dim 23 Avr - 18:22

» Birmanie: pour établir un mécanisme indépendant de réexamen de tous les cas de prisonniers politiques
par bye Ven 21 Avr - 6:02

LE SITE

Dans Les Coulisses de Demain

FORUMS & SITES AMIS

FORUM EST INSCRIT SUR


    Le bisphénol A favorise les allergies alimentaires

    Partagez
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8823
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Le bisphénol A favorise les allergies alimentaires

    Message par bye le Mer 6 Aoû - 10:48

    Etude de l’Inra
    Le bisphénol A favorise les allergies alimentaires
    http://www.pourquoidocteur.fr/Le-bisphenol-A-favorise-les-allergies-alimentaires-7459.html
    par
    Audrey Vaugrente

    Publié le 5 Août 2014

    A faible dose déjà, le bisphénol A agit. L’exposition in utero et pendant l’allaitement au perturbateur endocrinien favorise la survenue d’une allergie ou d’une intolérance alimentaire.

    Le laboratoire de l'Inra (LANCELOT FREDERIC/SIPA)
    Sur le même thème
    1 personne sur 5 souffre d’une allergie alimentaire dans le monde. Une statistique trop élevée pour qu’elle ne soit due qu’au hasard. Une exposition au bisphénol A pendant la gestation et l’allaitement pourrait l’expliquer, conclut une équipe de l’Institut national de la recherche agronomique (Inra). Les résultats de leur étude, parus dans l’édition d’août du Faseb, mettent en cause ce perturbateur endocrinien dès les plus faibles doses.
     
    Des allergies à l’âge adulte
    Dans le cadre de cette étude, les chercheurs ont observé deux groupes. Dans l’un, des rates gestantes ont reçu du bisphénol A par voie orale, du début de la gestation jusqu’au sevrage des nouveaux-nés, 21 jours après la naissance. Les doses ne dépassaient pas celles préconisées par l’Agence de sécurité sanitaire (Anses) : 5 µg/kg poids corporel/jour. Le second groupe a servi de témoin. Parvenus à l’âge adulte, tous les rats ont été nourris avec l’ovalbumine, une protéine que l’on trouve dans le blanc d’oeuf. Jusqu’alors, jamais ils n’en avaient reçu. Les animaux exposés au bisphénol A ont présenté une réaction immunitaire, à savoir une inflammation du côlon. Les autres ont parfaitement toléré la protéine.
     
    Ces résultats confirment qu’une faible exposition périnatale au perturbateur endocrinien favorise la survenue d’une intolérance alimentaire à l’âge adulte. En effet, le bisphénol A perturbe le système immunitaire dès les plus petites doses. Ce qui est inquiétant, selon les chercheurs, c’est que certaines n’excèdent pas le seuil toxicologique fixé par l’Anses. « Ces nouveaux résultats contribuent à caractériser les effets délétères du BPA sur le système immunitaire, à de faibles niveaux d’exposition, et à des âges auxquels l’individu est particulièrement vulnérable car immature : le fœtus et le nourrisson », réagit l’Inra dans un communiqué.
     
    De nombreux risques pour la santé
    Le bisphénol A est quasi omniprésent dans notre quotidien, via les emballages alimentaires et cosmétiques. Ce perturbateur endocrinien absorbé par simple contact avec la peau est aussi connu pour les risques qu’il représente sur le plan de la santé. Classé « toxique pour la reproduction » par l’Anses, il affecte aussi le foie, les reins et les glandes mammaires, reconnaît l’Agence européenne de sécurité des aliments (EFSA). Il aggraverait aussi les maladies métaboliques, comme le diabète ou l’obésité, et peut être à l’origine de lésions oculaires graves. La liste ne cesse de s’allonger à mesure que de nouvelles études sont publiées. Mais les autorités sanitaires agissent aussi de manière plus stricte. Depuis 2013, les produits destinés aux enfants ont interdiction de contenir du bisphénol A. En 2015, ce seront les emballages alimentaires dans leur ensemble qui devront se passer de ce produit chimique qui assouplit les plastiques.
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8823
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: Le bisphénol A favorise les allergies alimentaires

    Message par bye le Mer 6 Aoû - 10:49

    Bisphénol A : la liste des dangers s'allonge
    http://www.pourquoidocteur.fr/Bisphenol-A---la-liste-des-dangers-s-allonge-6256.html

    Publié le : 24 Avril 2014 par Cécile Coumau

    L'exposition au bisphénol A présente des dangers. Aujourd'hui, nous n'en sommes plus au stade du doute. Les agences sanitaires produisent des rapports pour en attester. Mais la liste complète des dangers n'a pas fini d'être établie. Des chercheurs français viennent d'apporter leur pierre à l'édifice. D'après leurs travaux, relayés par le site du Point, ce perturbateur endocrinien pourrait aussi aggraver les maladies métaboliques telles que le diabète ou l'obésité. En travaillant sur le désormais célèbre poisson-zèbre, l'équipe de l'Institut de génomique fonctionnelle de Lyon, conduite par Vincent Laudet, « affirme avoir identifié un type de récepteur hormonal bien plus sensible au bisphénol A que les récepteurs des œstrogènes », indique la journaliste de l'hebdomadaire Le Point. Mille fois plus sensible, selon Vincent Laudet !

    Ce récepteur, perturbé par le bisphénol A, qui s'appelle ERRy, joue un rôle majeur dans la régulation du métabolisme. « De là à relier cette découverte aux soupçons portant sur le BPA en matière d'obésité ou de diabète de type 2, il y a un pas que les scientifiques ne peuvent, pour l'instant, pas franchir », tient à souligner la journaliste du Point. Mais, cette découverte n'en est pas moins très importante. Ces résultats suggèrent que la gamme des effets induits par ce composé « est bien plus importante que prévu et qu'il faudrait par conséquent réévaluer son impact sur la santé humaine », estime Vincent Laudet.

    Déjà, en janvier dernier, l'Autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa) avait dressé la liste des effets toxiques du bisphénol A, et selon son rapport intermédiaire, l'exposition au bisphénol A attaque le foie, les reins et les glandes mammaires. Les « effets possibles du BPA sur les systèmes reproductif, nerveux, immunitaire, métabolique et cardiovasculaire, ainsi que sur le développement de cancers (...) pourraient constituer une préoccupation potentielle pour la santé », mais une association est pour le moment jugée « improbable » par l'Efsa. Par ailleurs, le récepteur ERRy est impliqué dans le développement de l'oreille. Vincent Naudet suggère donc qu'il serait intéressant d'étudier les relations entre exposition au bisphénol A et audition.

    Il est donc temps que l'Efsa publie son rapport définitif. Nul doute qu'elle tiendra compte des travaux français et que l'étau risque de se resserrer autour du BPA qui n'est pas qu'un perturbateur endocrinien.


    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8823
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: Le bisphénol A favorise les allergies alimentaires

    Message par bye le Mer 6 Aoû - 10:49

    Toxique pour la reproduction
    Bisphénol A : l’Europe propose de durcir la réglementation
    http://www.pourquoidocteur.fr/Bisphenol-A---l-Europe-propose-de-durcir-la-reglementation-5917.html

    Publié le 26 Mars 2014

    Le tristement renommé bisphénol A devrait être réévalué par l’Europe : l’Agence des substances chimiques (ECHA) a rendu un avis favorable à une réglementation plus sévère.
    Sur le même thème
    Le bisphénol A, bientôt indésirable ? L’Agence de sécurité sanitaire (Anses) annonce ce 25 mars la réévaluation européenne de cette substance chimique de synthèse. Connue pour perturber l’équilibre hormonal, elle est largement utilisée dans l’industrie du plastique. Plus pour longtemps, si l’on en croit l’avis de l’Agence européenne des substances chimiques (ECHA).
     
    Le comité d’évaluation des risques (RAC), a livré son dernier avis sur le bisphénol A. Il s'y déclare favorable à un classement plus sévère du perturbateur endocrinien, qui devrait donc passer en catégorie 1, de « reprotoxique suspecté » à « toxique pour la reproduction. » La substance est également signalée comme irritante pour les voies respiratoires, capable de provoquer des lésions oculaires graves et une sensibilisation par contact avec la peau, rappelle l’Anses dans un communiqué.
     
    L’Agence de sécurité sanitaire recommande depuis 2011 une réduction de l’exposition au bisphénol A, notamment à travers une substitution dans les matériaux en contact avec l’alimentation. Elle a déposé en 2012 cette demande de durcissement auprès de l’ECHA, et voit finalement son combat validé dans le Plan d’évaluation des substances 2014-2016, rendu public ce 25 mars. Grâce à ce nouveau classement, le bisphénol A pourrait être interdit dans les produits à destination des consommateurs, mais aussi dans les utilisations professionnelles.
    Prochaine étape : la Commission Européenne, dont la décision s’appuiera sur cette recommandation du RAC. Elle devrait être rendue, au plus tard, dans 18 mois.

    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8823
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: Le bisphénol A favorise les allergies alimentaires

    Message par bye le Mer 6 Aoû - 10:50

    Sur le foie, les reins, les glandes mammaires
    Bisphénol A : l'Europe dresse la liste de ses effets toxiques
    http://www.pourquoidocteur.fr/Bisphenol-A---des--effets-toxiques-generaux--selon-l-Europe-5065.html

    Audrey Vaugrente

    |
    Publié le 17 Janvier 2014

    L'Autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa) a réévalué les risques du bisphénol A. L'exposition à ce produit toxique est potentiellement nocive pour plusieurs organes. 

    Le bisphénol A peut nuire à la santé. Dans un communiqué du 17 janvier, l'Autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa) livre les résultats intermédiaires de sa réévaluation de la substance. « Nos experts ont identifié des dangers pour la santé associés à l'exposition au BPA », annonce le communiqué.
     
    Une « préoccupation potentielle »
    Le bisphénol A est un produit chimique souvent utilisé dans la fabrication de plastiques et de résines. Il peut migrer dans les aliments et boissons stockés dans des emballages qui en contiennent et est connu pour être un perturbateur endocrinien. L'Efsa reconnaît les « effets toxiques généraux » de la substance, mais avec modération.
     
    Selon le rapport intermédiaire, l'exposition au bisphénol A est potentiellement nocive pour l'être humain : elle attaque le foie, les reins et les glandes mammaires. Les « effets possibles du BPA sur les systèmes reproductif, nerveux, immunitaire, métabolique et cardiovasculaire, ainsi que sur le développement de cancers (...) pourraient constituer une préoccupation potentielle pour la santé » mais une association est pour le moment jugée « improbable » par l'Efsa. Ils ne sont pour le moment que supposés chez l'homme, mais prouvés chez l'animal.
     
    Diviser par dix les seuils tolérés
    L'agence européenne relativise toutefois le danger du bisphénol A. Elle demande de diviser par dix les seuils tolérés d'exposition, pour atteindre 5 µg par kg de poids corporel par jour. Mais l'exposition actuelle serait inférieure à ce seuil. Par ailleurs, l'Efsa estime que « le risque sanitaire pour tous les groupes de population est faible, y compris pour les foetus, nourrissons et jeunes enfants ». L'avis final de l'agence sera rendu en mars prochain.
     
    Le Canada l'a classé parmi les substances toxiques, mais les Etats-Unis l'autorisent. Pour mémoire, en Europe le bisphénol A est interdit depuis 2011 dans les biberons. Au 1e janvier 2013, l'interdiction a été étendue à l'ensemble des conditionnements alimentaires. Ce devrait être le cas pour tous les emballages alimentaires début 2015. D'ici là, l'Agence de sécurité sanitaire (Anses) recommande de réduire l'exposition au bisphénol A.
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8823
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: Le bisphénol A favorise les allergies alimentaires

    Message par bye le Mer 6 Aoû - 10:51

    En vigueur en janvier 2015
    Ségolène Royal lance un label “anti-bisphénol”
    http://www.pourquoidocteur.fr/Segolene-Royal-interdit-le-bisphenol-A-au-1er-janvier-2015-6430.html
    Publié le 9 Mai 2014
    Les entreprises ayant d'ores et déjà remplacé ce perturbateur endocrinien bénéficieront d'un Label "anti-bisphénol", selon la ministre de l'Ecologie.  
    L’objectif est clair : au 1er janvier 2015, le bisphénol A sera complètement interdit des produits de consommation, des contenants alimentaires et des tickets de caisse en France. C’est Ségolène Royal, la ministre de l’Ecologie, du développement durable et de l'énergie qui l’a confirmé vendredi 9 mai. Ce produit, un antioxydant et un plastifiant, avait déjà été interdit en 2013 pour les produits destinés aux bébés et aux enfants en bas âge, comme par-exemple les biberons.

    Le bisphénol A est un perturbateur endocrinien ; il est soupçonné d'agir sur la fertilité, la croissance, de perturber les systèmes reproductif, nerveux, immunitaire, métabolique et cardiovasculaire et d'être à l'origine de certains cancers. En janvier, l'Autorité européenne pour la sécurité des aliments (Efsa) a indiqué que les seuils tolérés pour l'exposition au bisphénol A devraient être divisés par dix à l'avenir. 

    Afin d’encourager les entreprises a enlevé cette substance avant même le 1er janvier 2015, la ministre de l’Ecologie a déclaré vouloir créer un label “anti-bisphénol”. Un processus d'interdiction au niveau européen a également été enclenché et devrait voir le jour d'ici fin 2015, annonce le communiqué du ministère de l'Ecologie.

    Le bisphénol A n’est pas la seule cible de Ségolène Royal. La ministre souhaite également un renforcement des contrôles concernant l’éventuelle présence dans les jouets de phtalates, une substance interdite pour tous les jouets destinés aux enfants de moins de trois ans au niveau européen. Enfin, Ségolène Royal a demandé à l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) une expertise ciblée sur cinq substances « suspectées d’être des perturbateurs endocriniens », dont les methyl-parabènes, utilisés comme conservateurs dans les aliments ou des produits pharmaceutiques.
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8823
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: Le bisphénol A favorise les allergies alimentaires

    Message par bye le Sam 24 Jan - 8:08

    Le Bisphénol A, sans risque pour la santé ? Le rapport européen qui "surprend" Royal
    http://lci.tf1.fr/science/sante/le-bisphenol-a-sans-risque-pour-la-sante-le-rapport-europeen-qui-8551151.html
    avec AFP

    le 21 janvier 2015 à 18h37 , mis à jour le 21 janvier 2015 à 18h54.

    La ministre de l'Ecologie s'est interrogée, mercredi, sur le "poids des lobbies" après la publication d'un rapport européenne pour la sécurité des aliments qui blanchit provisoirement le Bisphénol A. Une position contraire à celle de la France.

    Elle se dit "très surprise". Ségolène Royal s'est étonnée de la publication d'un rapport de l'Autorité européenne pour la sécurité des aliments (Efsa) blanchissant provisoirement le Bisphénol A. Un avis "curieusement lancé au moment où l'interdiction du Bisphénol A est entrée en application, le 1er janvier" en France. Il va à l'encontre d'avis d'autres structures qui, depuis des années" pointent les risques liés à l'exposition au Bisphénol A, a-t-elle souligné, indiquant qu'elle allait demander à l'Agence française de sécurité sanitaire (Anses) de se pencher sur les conclusions de l'Efsa.
    "Le ministère va faire expertiser cet avis, pour voir si le poids des lobbies n'est pas intervenu dans sa publication", a-t-elle ajouté, notant que lors de la dernière réunion des ministres européens de l'Environnement, où il avait pourtant été question des perturbateurs endocriniens, la sortie d'un tel rapport n'avait pas été évoquée. La députée européenne française Michèle Rivasi, du groupe des Verts, a pour sa part dénoncé une "expertise caricaturale", qui "inflige un camouflet à l'Anses", le gendarme sanitaire français. Aux avant-postes de la lutte contre cette substance considérée comme un perturbateur endocrinien, la France a généralisé depuis le 1er janvier l'interdiction à tous les contenants alimentaires de cet antioxydant et plastifiant, déjà banni des biberons européens depuis 2011
    La Commission européenne va "évaluer" ce nouvel avis
    Dans sa note publiée mercredi, l'Efsa estime que l'exposition au Bisphénol A "aux niveaux actuels" "ne présente pas de risque pour la santé des consommateurs", même si de nombreux doutes restent à éclaircir. A l'issue d'une "réévaluation complète" lancée en 2012, l'Agence préconise certes de diviser par douze le seuil de sécurité pour l'exposition humaine. Mais l'exposition humaine réelle au Bisphénol A, également présent notamment dans les tickets de caisse, est "de trois à cinq fois inférieure" à ce nouveau "niveau sans danger", selon l'Efsa.
    Ce nouveau seuil, ou "dose journalière tolérable" (DJT), doit être ramenée à 4 microgrammes (mg) par kilo de poids corporel contre 50 mg actuellement, recommande-t-elle. L'Agence pointe aussi des "incertitudes sur les effets sanitaires potentiels du BPA sur la glande mammaire ainsi que sur les systèmes reproductif, métabolique, neurocomportemental et immunitaire", et ses effets indésirables possibles à haute dose "pour les reins et le foie". Ces effets, ainsi qu'une possible incidence sur le développement de cancers, notamment du sein, "sont considérés comme peu probables mais n'ont pas pu être exclus". Le BPA "pourrait aussi avoir des effets sur la glande mammaire chez les animaux". La Commission européenne a indiqué qu'elle allait "évaluer" cet avis en vue de "possibles" mesures additionnelles pour actualiser la réglementation.
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8823
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: Le bisphénol A favorise les allergies alimentaires

    Message par bye le Sam 24 Jan - 8:09

    Bisphénol A : aucun danger ?
    http://www.ledauphine.com/societe/2015/01/21/bisphenol-a-aucun-danger


    Le bisphénol A, précédemment interdit dans les biberons, a disparu de tous les contenants alimentaires depuis le 1 er janvier 2015. Photo PHOVOIR
    L’Autorité européenne de sécurité des aliments estime que la substance ne présente en l’état « pas de risque pour la santé ». Ce qui surprend la ministre de l’Environnement Ségolène Royal.
    Coup de théâtre du côté du Bisphénol A : l’Autorité européenne pour la sécurité des aliments (Efsa) blanchirait provisoirement la substance alors que la France l’interdit depuis le 1er janvier dernier. Dans sa note publiée hier, l’Efsa estime que l’exposition au Bisphénol A « aux niveaux actuels » « ne présente pas de risque pour la santé des consommateurs », même si de nombreux doutes restent à éclaircir.
    Hier, la ministre de l’Écologie, Ségolène Royal, s’est dite alors « très surprise », s’interrogeant sur le « poids des lobbies » après la publication de ce rapport contradictoire.
    Déjà banni des biberons depuis 2011
    « Cet avis va à l’encontre d’avis d’autres structures qui, depuis des années pointent les risques liés à l’exposition au Bisphénol A », a-t-elle souligné, indiquant qu’elle allait demander à l’Agence française de sécurité sanitaire (Anses) de se pencher sur les conclusions de l’Efsa.
    « Le ministère va faire expertiser cet avis, pour voir si le poids des lobbies n’est pas intervenu dans sa publication », a-t-elle ajouté, notant que lors de la dernière réunion des ministres européens de l’Environnement, où il avait pourtant été question des perturbateurs endocriniens, la sortie d’un tel rapport n’avait pas été évoquée.
    Aux avant-postes de la lutte contre cette substance considérée comme un perturbateur endocrinien, la France a généralisé depuis le 1er janvier l’interdiction à tous les contenants alimentaires de cet antioxydant et plastifiant, déjà banni des biberons européens depuis 2011.

    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8823
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: Le bisphénol A favorise les allergies alimentaires

    Message par bye le Sam 24 Jan - 8:10

    Bisphénol A : l'interdiction française est-elle pionnière ou prématurée ?
    http://www.actu-environnement.com/ae/news/bisphenol-a-interdiction-francaise-contenants-alimentaires-efsa-anses-23475.php4#xtor=EPR-1

    A partir du 1er janvier 2015, l'utilisation du bisphénol A sera interdite dans tous les contenants alimentaires. Les industriels sont prêts, mais cette initiative franco-française pourrait être remise en cause à l'échelle européenne.


    © Africa Studio
    Une note publiée le 8 décembre par la direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) est venue rappeler l'entrée en vigueur, au 1er janvier prochain, de la suspension du bisphénol A (BPA) dans tout contenant ou ustensile alimentaire. Décidée fin 2012, cette interdiction a laissé deux ans à l'industrie agro-alimentaire pour trouver des substituts à cette substance. "Un chantier colossal", selon Bérénice Mazoyer, responsable qualité au pôle Alimentation & santé de l'Association nationale des industries alimentaires (Ania). En effet, cette interdiction concerne essentiellement les résines époxydes et le polycarbonate, qui étaient utilisées de manière universelle. Il a fallu les remplacer par une multitude d'autres matières plastiques, comme le soulignait récemment le rapport réalisé par le gouvernement sur la substitution.
    Interdiction française : une première mondiale
    Ce vaste chantier, mené par l'industrie française, est une première mondiale. Si de nombreux pays, ainsi que l'Union européenne, ont interdit l'usage du BPA dans les biberons et autres contenants alimentaires destinés aux enfants en bas âge, la France est la première à mettre en œuvre l'élargissement de cette mesure. Sera-t-elle suivie à l'échelle européenne ? Tout dépendra de l'avis de l'Autorité de sécurité alimentaire (Efsa), qui devrait être publié d'ici le mois de janvier.

    Pas de disparition totale du BPA au 1er janvier Les contenants alimentaires et ustensiles de cuisine ayant été mis sur le marché français avant le 1er janvier pourront être écoulés jusqu'à épuisement des stocks. Outre les emballages alimentaires, sont concernés la vaisselle, les bouilloires, cafetières, robots cuiseurs, bacs à légume… En revanche, les matériels et équipements industriels ne sont pas concernés par l'interdiction (cuves, réservoirs, silos, tuyaux, moules à chocolat et douilles pâtissières intégrés à des appareils de production en grande série…). Enfin, les contrôles de la DGCCRF porteront essentiellement sur les usages intentionnels du BPA.

    En effet, informée de la décision française, la Commission européenne a indiqué, en janvier 2013 lors du Comité permanent de la chaine alimentaire et de la santé animale, qu'elle réservait sa prise de position à la remise de l'avis définitif de l'Efsa. Lors de cette réunion, plusieurs Etats membres s'étaient alarmés de l'initiative française et insistaient sur la nécessité d'une approche européenne harmonisée, basée sur l'avis de l'Efsa.
    Vers un contentieux européen ?
    Dans un projet d'avis, présenté en janvier 2014, l'Efsa reconnaissait que les aliments étaient la principale source d'exposition au BPA et qu'il existait des effets probables sur le rein et le foie. Cependant, elle jugeait que l'exposition des consommateurs était faible, y compris pour les populations les plus sensibles, et préconisait seulement d'abaisser, à titre provisoire, la dose journalière tolérable (DJT). Selon elle, même abaissée, cette DJT reste bien plus importante que les niveaux d'exposition réels des citoyens. Si, dans son avis définitif, l'Efsa considère qu'une interdiction n'est pas nécessaire, la Commission pourrait alors remettre en cause la décision française.
    "Les matériaux au contact alimentaire sont encadrés par un règlement européen général, décliné en règlements spécifiques pour chaque matériau, explique Bérénice Mazoyer. Le texte sur les plastiques autorise le bisphénol A en fixant néanmoins des seuils de migration". La décision française va donc au-delà de la réglementation européenne. "Celle-ci prévoit néanmoins la mise en place de clauses de sauvegarde sur la base de nouveaux résultats scientifiques", souligne l'experte de l'Ania, comme le permet également la réglementation sur les OGM. La France s'est appuyée sur l'avis de l'Anses qui, en avril 2013, alertait sur les risques sanitaires liés à une exposition permanente au BPA.
    Mais, pour un dossier similaire, portant cette fois sur l'interdiction du BPA dans les papiers thermiques, autre source d'exposition importante pointée du doigt par l'Anses, la France a fait un autre choix. Cette fois-ci, les autorités ont décidé de porter ce sujet à l'échelon européen, plutôt que de fixer une suspension nationale.
    Une suppression complexe et coûteuse
    Malgré ces incertitudes juridiques, les industriels français se disent prêts à respecter l'échéance du 1er janvier. "Cela n'a pas été sans difficultés. Les délais étaient très courts. Certains ont pu être amenés à changer de format d'emballage, de type d'emballage…", raconte Bérénice Mazoyer.
    L'industrie agro-alimentaire est particulièrement concernée par le remplacement des résines époxydes, utilisées pour vernir les boîtes de conserve, les bouchons de bouteilles… "Le vernis a un rôle essentiel car il assure l'étanchéité mais aussi l'absence de corrosion". Alors que les résines époxydes étaient universelles, il a fallu trouver des substituts différents selon la catégorie d'aliments. Ce qui a pu poser problème, notamment pour les aliments acides. Pour les boîtes de conserve, dont la durée de vie pouvait aller jusqu'à quatre ou cinq ans, "des tests de vieillissement accéléré ont été menés pour analyser la qualité du produit dans le temps. Certains fabricants ont réduit les durées de conservation car ils n'ont pas pu les tester en conditions réelles. Avec du recul, ils pourront s'adapter". Toutes les substances alternatives utilisées ont été évaluées et autorisées par l'UE, un Etat membre ou les Etats-Unis (Food and drug administration). Ces travaux de recherche ont néanmoins engendré un surcoût, pour les conserves et canettes de boisson, de 3 à 5%.
    En revanche, la substitution du polycarbonate de BPA, utilisé notamment pour les bonbonnes à eau, les bouilloires, les cafetières, pose problème aux industriels. "Le rapport du gouvernement sur la substitution est léger : il n'évalue pas solidement les alternatives au bisphénol A. Alors que nous connaissons le bisphénol depuis très longtemps et que nous avons appris à réduire les migrations, nous manquons de recul sur les substituts", regrette Michel Loubry, directeur général de la branche ouest de PlasticsEurope.
    Enfin, pour les papiers et cartons en contact alimentaire, la question de la substitution "ne se pose pas puisque nous n'utilisons pas de BPA". Cependant, pour les matières recyclées, "une contamination n'est pas à exclure". Les autorités françaises prévoient donc une tolérance de 2 mg/kg de papiers et cartons.
    Sophie Fabrégat © Tous droits réservés Actu-Environnement
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8823
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: Le bisphénol A favorise les allergies alimentaires

    Message par bye le Sam 24 Jan - 8:11

    Les bisphénols alternatifs sont aussi nocifs pour la fertilité masculine
    http://www.actu-environnement.com/ae/news/inserm-cea-etude-bisphenolS-bisphenol-F-testicule-foetal-humain-23680.php4#xtor=EPR-1

    Les deux substituts au Bisphénol A - le Bisphénol S (BPS) et le Bisphénol F (BPF) - ont le "même effet négatif sur le testicule foetal humain", selon une étude de l'Inserm et du CEA.
    Hygiene / Securite / Sante | 19 janvier 2015 | Rachida Boughriet


    © jgroup
    Cette étude de l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) et de l'Institut de radiobiologie cellulaire et moléculaire du CEA est publiée dans la revue spécialisée Fertility & Sterility, ont-ils annoncé le 15 janvier.
    Le BPS et le BPF sont utilisés comme substituts au BPA (substance chimique de synthèse perturbatrice endocrinienne) en tant que "révélateur" dans les papiers thermiques (tickets de caisse), selon l'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses). Le BPS sert également de "monomère de départ pour la synthèse du polyéthersulfone (PES)", qui est notamment utilisé pour la fabrication de biberons et de vaisselle pour enfants. En avril 2013, l'Anses avait alerté sur le même potentiel oestrogénique de ces bisphénols, c'est-à-dire similaire aux hormones féminines et potentiellement toxique.
    Production de testostérone réduite

    "C'est la première fois que l'on démontre un effet délétère des bisphénols S et F sur une fonction physiologique chez l'Homme", indique l'équipe de chercheurs de l'Inserm et du CEA, dirigée par René Habert, professeur en physiologie de la reproduction. Or, "il n'y a actuellement aucune réglementation les concernant", déplorent les scientifiques.

    Les chercheurs ont testé l'effet de ces Bisphénols sur des cellules de testicules de fœtus mâle cultivés in vitro. Ils ont observé que "l'exposition in vitro des testicules foetaux humains au bisphénol S ou au bisphénol F réduit la production de testostérone, par le testicule foetal humain, de façon tout à fait identique à la réduction provoquée par le bisphénol A".

    Chez l'homme et les mammifères, la testostérone produite par le testicule pendant la vie foetale "impose la masculinisation des organes génitaux internes et externes. En son absence, ces organes évolueraient spontanément dans le sens femelle", préviennent les chercheurs. Une diminution de la production de testostérone foetale peut se traduire par des défauts de la masculinisation observés à la naissance (tels que l'hypospadias et la cryptorchidie), précisent-ils. "De plus, il est probable qu'un défaut de la production de testostérone pendant la vie foetale puisse se traduire par une altération de la production spermatique à l'âge adulte".

    Depuis le 1er janvier 2015, la fabrication, l'exportation, l'importation et la mise sur le marché de tout conditionnement alimentaire contenant du BPA sont interdites en France. La ministre de l'Ecologie Ségolène Royal mise sur le volontariat des acteurs économiques (grande distribution, banques…) pour supprimer le Bisphénol A des tickets de caisse thermiques en France, via un processus de labellisation délivrée par l'Ineris. Mme Royal a demandé le 16 janvier à ce dernier d'étendre ce label aux Bisphénols S et F.
    Rachida Boughriet, journaliste
    Rédactrice spécialisée © Tous droits réservés Actu-Environnement
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8823
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: Le bisphénol A favorise les allergies alimentaires

    Message par bye le Sam 24 Jan - 8:11

    Dangers et risques du Bisphénol A (BPA)
    http://www.dangersalimentaires.com/2011/01/dangers-et-risques-du-bisphenol-a-bpa/
    22 janvier 2011


    Qu’est-ce que le bisphénol A et où le trouve-t-on ?
    Le bisphénol A (BPA) est un composé chimique utilisé dans la fabrication de plastiques alimentaires et de résines. Utilisé massivement depuis les années 1960, le BPA peut se retrouver dans le polycarbonate (PC), le PVC et dans les résines époxy qui, pour éviter un mauvais goût des aliments, tapissent l’intérieur des boîtes de conserves, canettes etc.
    Il est également présent dans d’autres produits de consommation courantes tels que les récipients alimentaires (bonbonnes d’eau réutilisables, biberons, conditionnements alimentaires…), bouilloires, films alimentaires, mais aussi dans la vaisselle plastique (assiettes, couverts…), certaines amalgames dentaires, les CD, les lunettes de soleil, et même les tickets de caisse (nous y reviendrons), bref en un mot : partout !

    Boîte de conserve tapissée de résine d’époxy au BPA
    Comment est-ce que le BPA nous intoxique-t-il ?
    D’après une étude américaine, 95% des échantillons d’urine collectés dans la population adulte contenaient du BPA.
    Cette substance chimique qui est destinée à être en contact avec la nourriture, selon l’AESA (Autorité Européenne de Sécurité des Aliments), est accusée de tous les maux.
    Lorsque le contenant est chauffé, le BPA se « détache » et infecte les aliments. C’est également le cas lorsque le contenant est à température ambiante selon Éric Houdeau, chercheur à l’INRA (Institut national de recherche agronomique de Toulouse). La migration du BPA augmente en tout cas fortement à haute température.
    Quels sont les dangers pour la santé ?
    Beaucoup de tests récents, sur des animaux dans un premier temps, ont démontré la toxicité du BPA même à de faibles doses. Il agit comme un perturbateur endocrinien (il interfère avec le système hormonal).
    En 2008, le programme national de toxicologie aux États-Unis (National Toxicology Program) exprime son inquiétude face au BPA qui serait susceptible d’engendrer des troubles « du cerveau, du comportement, de la prostate chez les fœtus, les nourrissons et les enfants ». Le programme a également exprimé sa préoccupation quant à un déclenchement précoce de la puberté chez les filles [1].
    Une étude sur des rats montre l’effet que le BPA peut avoir sur l’intestin. Éric Houdeau, responsable de l’étude sur le bisphénol A, explique qu’en utilisant des doses journalières de BPA inférieures à celles admises par l’AFSSA (l’Agence Française de Sécurité Sanitaire des Aliments, devenue ANSES) qui sont de 0,05 mg par kilo de poids corporel, il a été « démontré qu’il agit sur l’épithélium intestinal. Il diminue la perméabilité de cette voie d’échange de l’eau et des sels minéraux et occasionne des rétentions d’eau. D’autre part, chez les rats nouveau-nés, une exposition au BPA augmente le risque de développer une inflammation intestinale sévère à l’âge adulte ». Le chercheur conclut par : « Nous avons mené une étude sur des cellules intestinales humaines en culture. Elles sont également réactives à ce contaminant alimentaire le plus répandu dans nos sociétés occidentales ». En effet environ 3 millions de tonnes de bisphénol A sont produits chaque année dans le monde !
    Le bisphénol A favoriserait également l’apparition du diabète, augmenterait les chances d’infertilité, engendrerait des troubles cardio-vasculaires et rendrait moins efficace le traitement par la chimiothérapie lors d’un cancer.
    Chez l’homme elle baisse la qualité du sperme par une baisse de spermatozoïdes et augmente les risques de déficience sexuelle [2]. Cette substance est jugée, par l’INSERM (Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale), de « préoccupante pour la fertilité de l’espèce humaine ».

    Contenu sponsorisé

    Re: Le bisphénol A favorise les allergies alimentaires

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Dim 16 Déc - 14:43