LIBRE DISCUSSION DANS LES COULISSES DE DEMAIN

Débattons en toute liberté, dans le respect de l’autre, sur tous les sujets qui composent notre société : politique, économie, environnement, religion, philosophie, paranormal, sciences, famille, santé, mode, sexualité, loisirs, sports, divertissements…

Derniers sujets

» Gel des postes et du budget de l’éducation nationale : non, cette école ne nous convient pas !
par bye Mer 12 Juil - 13:56

» G 20 Hambourg
par bye Lun 10 Juil - 11:51

» Handicapée, je ne peux continuer à enseigner dans mon académie
par bye Mer 5 Juil - 6:21

» Pour une éducation populaire féministe
par bye Lun 12 Juin - 18:20

» La CNT a écrit aux Éditions Belin
par bye Mar 6 Juin - 10:20

» Blanquer ministre de l’Education nationale : au secours, Sarkozy revient !
par bye Jeu 25 Mai - 11:08

» L'accaparement des terres en Birmanie
par bye Mer 17 Mai - 18:42

» Un enseignant kurde témoigne...
par bye Lun 15 Mai - 17:50

» La métamatière et le Roi de la Terre
par De Bortoli Claude Mar 2 Mai - 9:52

» Au-delà des élections
par bye Mer 26 Avr - 17:26

» Les Etats-Unis ont utilisé leur plus puissante bombe non-nucléaire en Afghanistan, une première
par bye Dim 23 Avr - 18:35

» « Pourquoi nous sommes en grève de la faim dans les prisons d’Israël »
par bye Dim 23 Avr - 18:31

» « Enculé, ordure ! ». Philippe Poutou insulté par les flics
par bye Dim 23 Avr - 18:25

» La Sécurité sociale, une assistance ou un droit ?
par bye Dim 23 Avr - 18:22

» Birmanie: pour établir un mécanisme indépendant de réexamen de tous les cas de prisonniers politiques
par bye Ven 21 Avr - 6:02

» Gatti est mort. A la Parole Errante ses mots résonnent encore !
par bye Mer 12 Avr - 18:21

» Turquie : appel urgent au monde enseignant, aux associations et syndicats…
par bye Lun 3 Avr - 18:21

» APPEL À LA MOBILISATION CONTRE LE PROCHAIN SOMMET DE L’OTAN !
par bye Sam 1 Avr - 5:30

» Communiqué de presse de SUD éducation Guyane du 28 mars
par bye Jeu 30 Mar - 10:16

» Qu’est-ce qui ne va pas avec l’arabe à l’école ?
par bye Ven 24 Mar - 12:03

» Libérons l'oisiveté !
par bye Ven 17 Mar - 19:05

» Quand Espérance banlieues bat la campagne
par bye Ven 17 Mar - 19:00

» 8 mars : luttons toutes et tous pour l’égalité des droits !
par bye Mer 8 Mar - 11:01

» Désarmer la police, la proposition pas si saugrenue du NPA
par bye Mar 7 Mar - 12:50

» Fin du dispositif des Caomi: quelle orientation pour les mineurs isolés de Calais ?
par bye Sam 4 Mar - 9:58

» Les fonctionnaires répondent aux "menaces" de Marine Le Pen
par bye Sam 4 Mar - 6:25

» Réduction des indemnités et contrôles drastiques : Macron s’attaque aux chômeurs
par bye Sam 4 Mar - 6:22

» L'avenue Serge Dassault à Corbeil-Essonnes doit être débaptisée !
par bye Sam 4 Mar - 6:20

» Nouvelle révélation du Canard Enchainé : les copinages de Hamon et LVMH
par bye Sam 4 Mar - 6:18

» Une nouvelle menace pour les étrangers
par bye Mar 21 Fév - 12:02

» "Vous êtes la candidate du nanti-système", lance Charline Vanhoenacker à Marine Le Pen
par bye Lun 20 Fév - 20:30

» Vaccins : Marisol Touraine va-t-elle faire respecter la loi ou satisfaire les labos ?
par bye Lun 20 Fév - 20:26

» La tension monte d’un cran entre les Etats-Unis et le Venezuela
par bye Lun 20 Fév - 20:23

» Vandana Shiva : « Gandhi est plus pertinent qu’il ne l’a jamais été »
par bye Lun 20 Fév - 20:16

» Vague de froid en Europe : les migrants vulnérables
par bye Mar 7 Fév - 17:59

» Le centre pour les femmes et les familles migrantes a ouvert ses portes à Paris
par bye Mar 7 Fév - 17:56

» Des incidents éclatent à Aulnay-sous-Bois après les soupçons de viol de policiers
par bye Lun 6 Fév - 18:23

» Le maire rejette l'étude d'UFC-Que choisir sur l'eau potable
par bye Lun 6 Fév - 18:20

» DOCUMENT. Voici le contrat de travail de Penelope Fillon
par bye Lun 6 Fév - 18:17

» Le Hezbollah scrute avec inquiétude la nouvelle politique américaine au Moyen-Orient
par bye Lun 6 Fév - 18:14

» Huit hommes possèdent autant que la moitié de la population mondiale
par bye Mer 18 Jan - 20:06

» Délinquants solidaires : Pour en finir avec le délit de solidarité
par bye Mer 18 Jan - 13:29

» ACTUALITÉ SOCIÉTÉ ET POLITIQUE
par gramophone Sam 14 Jan - 11:34

» votre permis de conduire à portée de main
par neil89 Ven 13 Jan - 23:51

» Poursuivre la mobilisation pour une carte élargie des lycées de l’Education Prioritaire, en grève le 10 janvier !
par bye Mar 10 Jan - 11:50

» Grenade de désencerclement : un CRS mis en examen
par bye Sam 7 Jan - 20:59

» Les trois visages du vote FN
par bye Sam 7 Jan - 20:46

» Les deux jambes du militantisme
par bye Sam 7 Jan - 20:37

» Condamnés aujourd’hui pour avoir comparé Christiane Taubira à un singe
par bye Sam 31 Déc - 10:17

» Échapper au chaos
par bye Jeu 22 Déc - 17:53

» Le sénateur Carle coupable de détournement de fonds publics ? SUD éducation le dit depuis 2009 !
par bye Jeu 22 Déc - 15:06

» Maths : résoudre un problème
par bye Lun 12 Déc - 13:25

» Journée Internationale des droits de l'Homme: une situation inquiétante en Birmanie
par bye Dim 11 Déc - 11:17

» Comment les services de renseignement font la chasse aux employés des télécoms
par bye Sam 10 Déc - 18:54

» ET SI LE MASCULIN NE L’EMPORTAIT PAS SUR LE FEMININ ?
par bye Sam 10 Déc - 18:49

» Un document interne provoque un malaise à la SNCF
par bye Sam 10 Déc - 18:38

» Le gouvernement repousse l’évacuation de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes
par bye Sam 10 Déc - 18:29

» Légitime défense des policiers : faut-il tordre le droit ?
par bye Ven 9 Déc - 19:29

» Cadeau de fin d’année, un casier scolaire pour tous les marmots
par bye Mar 6 Déc - 13:59

» Violences policières, violences d’Etat
par bye Mar 6 Déc - 13:54

» La métamatière, les élites et les gouvernants
par De Bortoli Claude Ven 2 Déc - 9:54

» Comment les stups ont enfumé la justice
par bye Jeu 1 Déc - 12:26

» Quel opérateur
par bye Jeu 1 Déc - 12:24

» Fillon président ? Un coup de massue pour l’école
par bye Mer 30 Nov - 17:54

» « Pourquoi j’ai secouru des réfugiés. » Monument en l'honneur de Pierre-Alain Mannoni
par bye Mar 29 Nov - 13:06

» Jean-Luc Mélenchon ne passera pas au second tour de la présidentielle s'il ne se décide pas à parler au peuple
par bye Mar 29 Nov - 13:03

» Graeme Allwright : il t'a laissé la carte qui est si délirante qu'il n'aura plus jamais besoin d'une autre
par bye Mar 29 Nov - 13:00

» Mort de Fidel Castro : bilan de santé de la révolution castriste
par bye Mar 29 Nov - 12:57

» Vinci, piraté par des hacktivistes
par bye Ven 25 Nov - 18:38

» Le Mouvement de la Paix solidaire de la lutte des infirmières et infirmiers
par bye Ven 25 Nov - 18:35

» presentation de moi
par bye Ven 25 Nov - 18:30

» tests
par Matteo13 Mer 23 Nov - 7:48

» Un système d'accueil italien saturé face au nombre toujours aussi important d'arrivées
par bye Lun 21 Nov - 19:08

» Comment fonctionnera le « centre humanitaire » de Paris ?
par bye Lun 21 Nov - 19:06

» Un quart des enfants européens est menacé par la pauvreté
par bye Lun 21 Nov - 19:02

» Cuba : Le Conseil d’État décrète l’amnistie de 787 condamnés
par bye Sam 19 Nov - 11:11

» TURQUIE : Cesser la « chasse aux sorcières » à l’encontre des employé(e)s de l’éducation
par bye Jeu 17 Nov - 18:57

» Ces magnats français qui contrôlent les médias
par bye Dim 13 Nov - 12:23

» Chômage, retraites et revenu universel : et si un cocktail était la bonne solution ?
par bye Dim 13 Nov - 12:20

» L'ANTIRACISME ET LA GAUCHE RADICALE SONT-ILS IRRÉCONCILIABLES?
par bye Dim 13 Nov - 12:16

» L'Amérique de Donald Trump
par bye Dim 13 Nov - 12:09

» Un an après les élections en Birmanie ...
par bye Mar 8 Nov - 18:59

» Fichier des Français : les oublis et les erreurs de Cazeneuve et Urvoas
par bye Mar 8 Nov - 11:54

» Burkina Fasso : Grève dans l’éducation les 3 et 4 novembre
par bye Mar 8 Nov - 11:49

» "Ni rire, ni pleurer, ni haïr. Comprendre"
par bye Mar 1 Nov - 11:58

» Besoin de crédit personnel
par filhastreanne Lun 31 Oct - 2:32

» L’usage informationnel acritique d’Internet à l’école primaire
par gramophone Dim 30 Oct - 10:06

» Un maire serbe à Srebrenica, tout un symbole, 21 ans après le massacre
par bye Lun 24 Oct - 12:39

» L'Arctique : eldorado ou mirage?
par bye Lun 24 Oct - 12:36

» Après le viol et le meurtre barbare d'une adolescente, les Argentines ont arrêté de travailler
par bye Lun 24 Oct - 12:33

» Si la mise en scène des manifestations spontanées de policiers, organisées en pleine nuit dans les rues de Paris, ont pu surprendre les riverains, elles inquiètent également la majorité à l'approche de la présidentielle.
par bye Lun 24 Oct - 12:30

» Sommet de Bratislava : vers une convergence des approches "sécuritaires" sur les questions migratoires ?
par bye Jeu 20 Oct - 18:28

» Démantèlement de Calais : quel plan de répartition pour les migrants ?
par bye Jeu 20 Oct - 18:26

» Première défaite pour Viktor Orbán
par gramophone Jeu 20 Oct - 6:27

LE SITE

Dans Les Coulisses de Demain

FORUMS & SITES AMIS

FORUM EST INSCRIT SUR


    Les riches en France : de qui parle-t-on ?

    Partagez
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8749
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Les riches en France : de qui parle-t-on ?

    Message par bye le Sam 6 Sep - 9:33

    A quel niveau devient-on riche ? En utilisant plusieurs méthodes différentes, nous aboutissons à environ 3 000 euros mensuels pour une personne seule, 5 500 euros pour un couple et 7 000 euros pour un couple avec deux enfants. L’analyse de Louis Maurin, directeur de l’Observatoire des inégalités.

    La question du seuil de la richesse est rarement posée. Sociologues et économistes ne s’y intéressent pas vraiment. L’Insee non plus. Rien à voir avec l’ampleur de la littérature sur les pauvres. A quel niveau devient-on riche ? En utilisant plusieurs méthodes différentes, nous aboutissons à environ 3 000 euros mensuels après impôts et prestations sociales pour une personne seule, 5 500 euros pour un couple et 7 000 euros pour un couple avec deux enfants. Des sommes ridicules vues d’en haut mais considérables vues d’en bas. Quelques explications.

    Première définition : la richesse, c’est le double du revenu médian

    Pour évaluer le seuil de la richesse, pourquoi ne pas partir du revenu médian ? [1]. Longtemps, le seuil de pauvreté a été défini de façon arbitraire comme la moitié de ce revenu médian. Pourquoi ne pas fixer le seuil de richesse au double [2] ? Une proposition ni plus ni moins absurde que le seuil de pauvreté, pourtant utilisé sans ménagement. On entre dans le club des riches à partir de 2 900 euros par mois pour une personne seule (après impôts et prestations sociales, données 2011), 5 700 euros pour un couple sans enfant et 7 700 euros pour un couple avec deux enfants.

    Deuxième définition : la richesse, c’est le seuil des 10 % les plus riches

    Appartenir au dixième le plus favorisé, cela représente symboliquement quelque chose. En tous cas, on ne peut plus se dire « moyen », même si certains commentateurs le font. Avec ce seuil on obtiendrait des valeurs un peu inférieures à la définition précédente. Il se situe à 2 800 euros pour une personne seule, 5 500 euros pour un couple sans enfant et 7 100 euros pour un couple avec deux enfants. Cette pratique a tout de même un inconvénient majeur : par définition, la proportion de personnes aisées ne varie jamais. C’est le seuil qui change et non le taux.

    Pauvre ou riche : une question arbitraire.
    Toute définition de la richesse ou de la pauvreté est arbitraire. Ce n’est qu’en confrontant les outils et les points de vue que l’on peut avancer dans le travail de construction. Beaucoup pensent bien faire en élevant au maximum le seuil de pauvreté, pour y inclure la population la plus large possible. Même chose à l’autre extrémité, mais avec l’effet inverse de réduire la population concernée : en France personne n’aime être qualifié de riche. Les plus favorisés pèsent dans le débat pour élever le seuil de la richesse le plus possible vers le haut. Le rapport de force idéologique des différents camps va peser sur les normes sociales et la construction des indicateurs utilisés. Personne ne détient la vérité mais la pression est réelle. L’important est de mesurer de façon précise la portée des différents outils.

    Troisième définition : la richesse selon l’opinion

    Une autre méthode consiste à poser la question par sondage à la population. Elle n’est pas très fiable compte tenu de la difficulté de réunir un échantillon représentatif, incluant notamment les plus démunis, et de l’impact du bruit médiatique sur le sujet au moment où sont posées les questions. Un sondage de l’Ifop en 2011 situait la barre à 8 300 euros pour un couple avec deux enfants. L’année d’avant, elle était inférieure de 1 800 euros : 6 500 euros. Mais ces données n’intègrent pas les impôts. Poser une question à une population qui n’a pas vraiment connaissance des niveaux de revenus aboutit à une réponse dont la valeur n’a qu’un intérêt réduit. Ceci dit, on obtient un ordre de grandeur équivalent au revenu médian multiplié par deux, aux alentours de 7 500 euros pour un couple avec deux enfants [3].

    Quatrième définition : les seuils de l’impôt

    Les parlementaires se sont très souvent posé la question du niveau de la richesse sans le nommer explicitement : il leur faut définir un niveau maximum de revenu qui permet de bénéficier de certains avantages fiscaux. Au-delà, on juge que l’on est assez riche pour ne plus en avoir besoin. Si l’on prend certaines niches fiscales, le seuil de richesse a dégringolé. En 2009, on pouvait obtenir un maximum de 25 000 euros de réduction d’impôts, contre 10 000 euros en 2014, en utilisant les niches fiscales [4]. Pour être redevable d’un impôt de 10 000 euros et donc bénéficier de la réduction maximale (au-delà, ce serait trop), un célibataire n’ayant aucune autre déduction doit disposer d’environ 4 800 euros mensuels : le seuil est donc bien supérieur au double du revenu médian. Mais ce maximum est le même qu’il s’agisse d’une personne seule, d’un couple ou d’une famille. Dans ces derniers cas, on se situe en-deçà des seuils de richesse déterminés précédemment.

    Cinquième définition : un patrimoine qui rapporte sans rien faire

    Les données précédentes ne disent rien du niveau de patrimoine. Pour être précis, il faudrait ajouter au revenu des ménages propriétaires, la valeur des loyers qu’ils ne versent pas (que l’on appelle « loyer fictif ») [5]. L’Insee estime en effet que le niveau de vie médian en serait augmenté de 10 %, ce qui élèverait donc d’autant le seuil de richesse.

    Pour le reste, détenir un stock d’actions ou d’obligations n’a d’impact sur les niveaux de vie que lorsqu’il se traduit en revenus et donc en dépenses. Ce ne sont pas les 10 millions de dollars que l’on détient en Suisse qui améliorent la vie, mais leur rendement, le revenu du patrimoine. Deux sociologues, Alain Bihr et Roland Pfefferkorn [6] ont proposé depuis longtemps un seuil de richesse articulant patrimoine et revenus : selon eux, on devient riche quand son patrimoine assure un niveau de vie équivalent au niveau de vie médian. Etre riche, c’est vivre de ses rentes. Il faudrait donc atteindre 1 500 euros de revenus mensuels [7] pour un célibataire. Avec un taux de rendement net après inflation et imposition du patrimoine de 4 %, on deviendrait riche avec un capital de 450 000 euros [8].

    Cette définition pose de nombreux problèmes. Quels taux de rentabilité utiliser pour ce calcul ? Ceux-ci varient selon les placements, et le rendement des actions est très volatil. Surtout, cette définition écarte de la richesse des salariés aux niveaux de vie très élevés mais sans patrimoine, et considère comme « riche » des rentiers dont le niveau de vie est juste au dessus de la médiane [9].

    420 000 euros : un riche patrimoine
    On peut aussi déterminer le niveau d’un riche patrimoine, sorte de seuil de la fortune. Si l’on applique la même méthode que pour les revenus, le double du patrimoine médian est de 226 000 euros par ménage (l’Insee ne distingue pas par individu). Mais on rassemble toutes les générations. Mesuré entre 50 et 59 ans, le seuil de la fortune serait de 420 000 euros.
    Sixième définition, la richesse en conditions de vie

    Une dernière méthode d’estimation de la richesse pourrait être utilisée : la richesse en conditions de vie. L’Insee mesure la part de la population qui n’a pas les moyens d’accéder à tel ou tel bien de consommation ou d’avoir recours à tel ou tel service : il s’agit de la pauvreté dite « en conditions de vie ». On pourrait déterminer la richesse par ses signes extérieurs. Parmi ces signes on pourrait intégrer certains éléments : le nombre de mètres carrés par personne (la moyenne étant de 40 m2, tous logements et tous âges confondus), la possession d’une montre Rolex, comme l’a déclaré le publicitaire Jacques Seguela ou encore le fait d’avoir une résidence secondaire, de partir en vacances à l’étranger, d’employer du personnel à domicile.

    D’autres éléments, plus complexes, pourraient aussi entrer en ligne de compte, comme la stabilité du revenu. Toucher 3 000 euros mensuels une année donnée pour un artisan qui a accumulé plus de chantiers que d’habitude, n’est pas la même chose que pour celui qui les perçoit chaque mois régulièrement. Le fait d’avoir un statut de la fonction publique ou de travailler dans une grande entreprise devient un élément distinctif de richesse dans une période de chômage de masse. Avoir du temps pour soi, pouvoir définir ses horaires de travail, bénéficier de congés plus longs que les cinq semaines légales sont autant d’éléments qui pourraient aussi intervenir dans la notion de richesse.

    Et le capital culturel ?
    On pourrait mesurer la richesse en fonction du capital non pas économique mais culturel : le niveau de diplôme, dont le rôle est déterminant. Culturellement parlant, les classes moyennes françaises se situent autour du CAP ou du BEP. C’est après un bac + 2 que l’on entre dans l’univers des riches, façon titre scolaire. Si on en juge par la teneur du débat actuel sur les inégalités, les « riches » du point de vue du diplôme ont bien moins le sens de leur place dans la hiérarchie sociale que les « riches » vus par le niveau de revenu. Ce qui est normal, puisque l’école a légitimé leur place dans la société.
    Conclusion : l’argent a mauvaise presse

    L’argent a mauvaise presse en France. Il n’est pas « convenable » de faire étalage de sa richesse. Les catégories les plus aisées ont tout à gagner à cette pudeur collective qui masque la réalité des revenus des plus favorisés. Est-on riche avec 2 900 euros ? 4 000 euros ? 10 000 euros ? A ce niveau, on reste bien modeste rapporté aux patrons des plus grandes entreprises qui chiffrent leurs revenus en centaines de milliers d’euros. On est toujours le pauvre d’un autre. Surtout en France où cela permet de se défausser de la solidarité sur le voisin du dessus. Une position confortable. Cela n’empêche qu’il existe, au sein des populations les plus riches, des écarts de taille. Entre le cadre supérieur et une partie du patronat qui perçoit quelques centaines d’années de Smic chaque année, les niveaux de vie sont incomparables. Inversement, pointer du doigt les revenus des cadres supérieurs aisés permet aussi d’oublier l’accumulation démesurée de certains. Pour aller plus loin, il faudrait distinguer les éléments qui, à l’intérieur de ces milieux favorisés, opèrent des distinctions.

    Louis Maurin, directeur de l’Observatoire des inégalités.

    http://www.inegalites.fr/spip.php?page=article&id_article=1976

      La date/heure actuelle est Ven 28 Juil - 9:50