LIBRE DISCUSSION DANS LES COULISSES DE DEMAIN

Débattons en toute liberté, dans le respect de l’autre, sur tous les sujets qui composent notre société : politique, économie, environnement, religion, philosophie, paranormal, sciences, famille, santé, mode, sexualité, loisirs, sports, divertissements…

Derniers sujets

» L’université ne peut être réservée aux riches
par bye Mer 12 Déc - 15:31

» À propos de la vidéo de Mantes-la-Jolie « Ne se mettre à genoux que pour cueillir une fleur » J. Prévert
par bye Lun 10 Déc - 12:07

» Les Gilets jaunes : sur le chemin de l’école ?
par bye Mar 4 Déc - 12:30

» DÉCISION D’AIRBNB DE QUITTER LES COLONIES ILLÉGALES D’ISRAËL : UNE VICTOIRE PARTIELLE POUR LES DROITS HUMAINS ET CONTRE L’IMPUNITÉ
par bye Mer 28 Nov - 20:18

» Le service national contre l’ennemi de l’intérieur
par bye Lun 26 Nov - 13:19

» SÉDENTARITÉ, POLLUTION, CLIMAT, SANTÉ… IL Y A URGENCE !
par bye Sam 24 Nov - 9:06

» c'est jaune c'est moche et ça peut vous pourrir la vie
par bye Sam 17 Nov - 10:17

» Maudite soit la guerre, le syndicalisme et la solidarité sont nos armes
par bye Mer 14 Nov - 15:29

» Rapatriement des Rohingya : vives inquiétudes et forte mobilisation des acteurs humanitaires
par bye Mar 13 Nov - 18:49

» Bien nommer les choses
par bye Lun 12 Nov - 12:22

» Situation migratoire en Méditerranée : quelles réponses européennes ?
par bye Mer 7 Nov - 19:41

» Les adultes oublient
par bye Lun 5 Nov - 9:30

» « Un buzz malveillant à des fins politiques et commerciales. » À propos du livre Inch’ Allah. L’islamisation à visage découvert. Par Véronique Decker.
par bye Jeu 1 Nov - 13:12

» LE DROIT D’ASILE EN EUROPE VICTIME DE LA POLITIQUE MIGRATOIRE
par bye Mer 31 Oct - 19:08

» Stop Autisme Virtuel L’autisme provoqué par les écrans, ça n’existe pas ! Halte aux théories infondées !
par bye Mar 9 Oct - 12:24

» Rapport des enquêteurs de l’ONU sur la Birmanie : crimes de masse, impunité et transition démocratique à l’arrêt
par bye Mar 2 Oct - 14:36

» Service national universel : surveiller et soumettre
par bye Mar 25 Sep - 10:57

» Un peu moins pauvre ?
par bye Mar 18 Sep - 11:21

» Clément Méric, ni oubli ni pardon
par bye Lun 10 Sep - 12:52

» Liberté de la presse en Birmanie : deux pas en avant, trois en arrière
par bye Mer 5 Sep - 8:49

» Rohingya : un an après... si peu d'avancées 
par bye Ven 24 Aoû - 18:59

» Le Festival de Douarnenez consacre deux journées à la Fédération de la Syrie du nord
par bye Mar 3 Juil - 14:19

» Pour une autre formation professionnelle
par bye Mer 27 Juin - 14:07

» Violences policières, violences d’Etat
par bye Mer 27 Juin - 13:56

» migration internationale
par bye Mar 26 Juin - 19:25

» Guyane : non à la Montagne d’or !
par bye Mar 12 Juin - 18:05

» Crime raciste en Calabre
par bye Ven 8 Juin - 12:17

» Les premiers chiffres de PARCOURSUP : une génération sacrifiée ?
par bye Lun 4 Juin - 17:42

» LES ONG DÉVOILENT LEUR PROJET DE LOI D’AVENIR POUR LES TRANSPORTS ET LA MOBILITÉ
par bye Mar 29 Mai - 18:01

» NE JAMAIS RECHERCHER D’ADHÉSION
par bye Mar 22 Mai - 14:38

» Kanaky, quand le peuple voulait s’éduquer lui-même...
par bye Lun 14 Mai - 10:04

» Anarchisme, éducation et pédagogie
par bye Lun 7 Mai - 13:15

» Cours libres - Debout ! Debout ! C’est maintenant que ça se passe...
par bye Dim 15 Avr - 9:08

» fascisme pas mort, hélas!
par bye Ven 6 Avr - 11:52

» Notre Dame des Landes ou l’art des grands projets inutiles
par bye Mar 3 Avr - 19:20

» MÉDECINS ET ASSOCIATIONS UNISSENT LEURS VOIX POUR RAPPELER L’URGENCE D’AGIR FACE À LA POLLUTION DE L’AIR
par bye Mer 28 Mar - 18:19

» BOMBARDEMENTS AU PROCHE ET MOYEN ORIENT : EXIGEONS LE RESPECT DU DROIT INTERNATIONAL PAR TOUS
par bye Jeu 22 Mar - 18:08

» Manifestation kurde anti-Erdogan à Bruxelles
par bye Mar 20 Mar - 7:23

» Les cigarettes électroniques, plus dangereuses que bénéfiques ?
par bye Mar 20 Mar - 7:13

» La métamatière et les créations
par Claude De Bortoli Jeu 15 Mar - 11:43

» Scandale sexuel : Oxfam présente ses excuses aux autorités haïtiennes
par bye Ven 9 Mar - 18:50

» SDF, il avait volé des sandwiches dans la poubelle d’Atac
par bye Ven 9 Mar - 18:40

» Malgré l’austérité, la France va dépenser 37 milliards pour son réarmement nucléaire
par bye Ven 9 Mar - 18:31

» La pauvreté s’installe...
par bye Mar 6 Mar - 10:58

» large victoire des grévistes d’HEMERA - HOLIDAY INN
par bye Ven 16 Fév - 10:40

» jeunes à la rue dans le grand froid : faire connaitre est déjà un combat
par bye Mer 14 Fév - 18:07

» National ou civique ou militaire : en arrière-plan du service obligatoire, la militarisation des élèves
par bye Lun 5 Fév - 13:03

» ARRIVÉES ET DEMANDES D'ASILE EN BAISSE EN 2017 EN EUROPE
par bye Mar 30 Jan - 18:29

» Les véritables enjeux des réformes éducatives de Jean-Michel Blanquer
par bye Mar 30 Jan - 15:00

» Contre la sélection à l’université : "On veut de l’inattendu !"
par bye Mar 23 Jan - 19:19

» Les policiers français ont abattu 18 personnes en 2017
par bye Ven 19 Jan - 7:43

» Acheter permis de conduire français
par Pipoinzaghi Mar 16 Jan - 16:02

» Journée internationale des droits de l’Homme : en Birmanie des espoirs déçus
par bye Sam 6 Jan - 7:52

» Tapis dans le bocage : la vérité sur les armes secrètes des "zadistes"
par bye Ven 29 Déc - 14:32

» Victoire du Secours populaire contre le maire F.N. d’Hayange
par bye Mer 20 Déc - 21:28

» Peut-on renvoyer les demandeurs d’asile vers des « pays tiers sûrs » ?
par bye Mar 19 Déc - 19:52

» Une montée des violences envers les migrants à travers l'Europe :
par bye Ven 15 Déc - 18:54

» Défendre et renforcer les CHSCT !
par bye Mar 5 Déc - 12:59

» Nuage de Ruthénium-106 sur l’Europe : que s’est-il réellement passé ?
par bye Mar 28 Nov - 12:35

» Dossier sur "l’affaire du stage de Sud éduc 93"
par bye Lun 27 Nov - 12:34

» Appel de Raymond Millot : Un projet émancipateur face aux dangers de l’anthropocène
par bye Mar 21 Nov - 12:54

» Les émissions de CO2 repartent à la hausse
par bye Ven 17 Nov - 17:05

» l’idéologie du consentement, outil d’émancipation ou d’isolement individuel ?
par bye Lun 13 Nov - 12:21

» Droit au logement opposable : le bilan chiffré 2008-2016
par bye Jeu 9 Nov - 20:02

» La rétention des « dublinés », dans l’attente d’un transfert, est contraire au règlement Dublin
par bye Lun 6 Nov - 18:33

» Face à la situation en Catalogne
par bye Mer 1 Nov - 11:33

» ACTUALITÉ SOCIÉTÉ ET POLITIQUE
par bye Sam 21 Oct - 10:37

» Offre de Prêt Entre Particulier Sérieux en 72H
par gramophone Ven 20 Oct - 9:32

» Offre de Prêt Entre Particulier Sérieux en 72H
par gramophone Ven 20 Oct - 9:32

» Offre de Prêt Entre Particulier Sérieux en 72H
par gramophone Ven 20 Oct - 9:31

» Offre de Prêt Entre Particulier Sérieux en 72H
par gramophone Ven 20 Oct - 9:31

» Bus de la honte : ne laissons pas l’avenir aux réactionnaires
par bye Sam 14 Oct - 12:44

» La métamatière et le peuple
par Claude De Bortoli Ven 6 Oct - 9:27

» Vers un retour du délit de solidarité ?
par bye Sam 30 Sep - 6:45

» Dossier : de l’École capitaliste à l’éducation émancipatrice
par bye Mer 13 Sep - 19:07

» Education : le « désastre » d’un enseignement tiré vers le bas...
par bye Lun 4 Sep - 12:13

» Offre de prêt entre particuliers rapide en 72h
par BastienL Dim 13 Aoû - 19:49

» Jean Gadrey, économiste : “Il faut remettre la réduction du temps de travail au cœur du débat public”
par bye Mar 8 Aoû - 19:04

» Le « chavo-madurisme » n’est rien moins qu’une dictature pure et simple
par bye Dim 6 Aoû - 18:52

» Gel des postes et du budget de l’éducation nationale : non, cette école ne nous convient pas !
par bye Mer 12 Juil - 13:56

» G 20 Hambourg
par bye Lun 10 Juil - 11:51

» Handicapée, je ne peux continuer à enseigner dans mon académie
par bye Mer 5 Juil - 6:21

» Pour une éducation populaire féministe
par bye Lun 12 Juin - 18:20

» La CNT a écrit aux Éditions Belin
par bye Mar 6 Juin - 10:20

» Blanquer ministre de l’Education nationale : au secours, Sarkozy revient !
par bye Jeu 25 Mai - 11:08

» L'accaparement des terres en Birmanie
par bye Mer 17 Mai - 18:42

» Un enseignant kurde témoigne...
par bye Lun 15 Mai - 17:50

» La métamatière et le Roi de la Terre
par De Bortoli Claude Mar 2 Mai - 9:52

» Au-delà des élections
par bye Mer 26 Avr - 17:26

» Les Etats-Unis ont utilisé leur plus puissante bombe non-nucléaire en Afghanistan, une première
par bye Dim 23 Avr - 18:35

» « Pourquoi nous sommes en grève de la faim dans les prisons d’Israël »
par bye Dim 23 Avr - 18:31

» « Enculé, ordure ! ». Philippe Poutou insulté par les flics
par bye Dim 23 Avr - 18:25

» La Sécurité sociale, une assistance ou un droit ?
par bye Dim 23 Avr - 18:22

» Birmanie: pour établir un mécanisme indépendant de réexamen de tous les cas de prisonniers politiques
par bye Ven 21 Avr - 6:02

LE SITE

Dans Les Coulisses de Demain

FORUMS & SITES AMIS

FORUM EST INSCRIT SUR


     Explosion des cancers, de l’obésité, du diabète, de l’asthme, des allergies en tout genre

    Partagez
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8823
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

     Explosion des cancers, de l’obésité, du diabète, de l’asthme, des allergies en tout genre

    Message par bye le Mer 8 Oct - 14:53

    « Explosion des cancers, de l’obésité, du diabète, de l’asthme, des allergies en tout genre… »
    La chimie industrielle, 100 ans d’«impunité»
    http://www.journaldelenvironnement.net/article/la-chimie-industrielle-100-ans-d-impunite,50187

    Le 22 septembre 2014 par Romain Loury

    Fabrice Nicolino

    Explosion des cancers, de l’obésité, du diabète, de l’asthme, des allergies en tout genre… en France comme ailleurs, l’espérance de vie en bonne santé diminue depuis le milieu des années 2000. La faute à «un empoisonnement universel», orchestré par l’industrie chimique depuis le début du XXème siècle, estime le journaliste Fabrice Nicolino dans un nouvel ouvrage.
    De la synthèse des premiers engrais synthétiques jusqu’à la «chimie verte», rien n’a vraiment changé: lobbying à tout-va, conflits d’intérêt omniprésents, relations incestueuses entre l’Etat et l’industrie, et ce au détriment de notre santé. C’est cette histoire que le journaliste Fabrice Nicolino raconte dans son dernier ouvrage, «Un empoisonnement universel», paru aux éditions «Les liens qui libèrent».
    JDLE: Selon vous, la chimie industrielle a de tout temps fait l’objet d’une impunité totale, ne payant jamais les conséquences de ces actes. Quelle en est l’origine?
    Fabrice Nicolino: C’est une clé pour comprendre comment l’industrie chimique a pu se développer aussi vite et avec autant de facilité. La date cruciale, c’est 1914, avec le début de la première guerre mondiale. On y assiste alors à la rencontre, voire à la fusion, entre l’industrie chimique et l’Etat à travers la guerre. Un homme symbolise cette alliance, l’Allemand Fritz Haber. Ce chimiste génial a réussi un prodige en 1904, en parvenant à synthétiser de l’ammoniac à partir de l’azote atmosphérique. Ce qui va permettre la mise au point d’engrais synthétiques, qui vont succéder au fumier et au guano. Si Haber est une sorte de bienfaiteur de ce côté-ci, il est par ailleurs un nationaliste déchaîné. Cela va l’amener à se mettre au service de l’armée allemande, en lui fournissant les premières armes de destruction massive de l’Histoire, les gaz de combat. Le 22 avril 1915, près d’Ypres en Belgique, le régiment allemand Peterson va déverser 5.000 cylindres de chlore sur les tranchées françaises, entraînant des milliers de morts. C’est un tournant historique.
    A la fin de la guerre, Fritz Haber, qui figure sur une liste de criminels de guerre, s’enfuit en Suisse. Il en revient après quelques mois, alors que son nom a disparu de cette liste, on ne sait pas trop comment. Et il reçoit le prix Nobel 1918 de chimie pour ses travaux sur la synthèse de l’ammoniac! C’est sous ce signe que l’industrie va se développer. La même chose va se produire après la seconde guerre mondiale, avec IG Farben [1], qui a quasiment fusionné avec l’appareil nazi, et qui est à l’origine du gaz Zyklon B utilisé dans les chambres à gaz. Ces dirigeants sortent de la guerre sans trop d’ennui, au pire après 3 ans de prison. Et l’on pourrait citer d’autres cas chez les Anglais, les Français et les Américains. A chaque fois, on accorde le droit aux chimistes de faire n’importe quoi.
    JDLE: De nos jours, n’y a-t-il pas tout de même des tentatives de réguler le flux, voire de limiter d’éventuels impacts sanitaires? Notamment par le règlement REACH?
    Fabrice Nicolino: A supposer qu’il ait été élaboré dans de bonnes conditions, REACH ne constitue qu’un barrage contre le Pacifique. La chimie industrielle constitue une telle marée qu’il n’y a aucune manière possible de la contenir: l’industrie a synthétisé des dizaines de millions de substances chimiques différentes [2], tandis que REACH ne s’attache qu’à 30.000! Ce règlement est une fiction : il ne sert pas à grand-chose, sauf au plan commercial. L’Europe en a fait un avantage comparatif, très précieux pour l’industrie qui dispose ainsi d’un label selon lequel les produits fabriqués en Europe sont moins dangereux. Il s’agit ainsi de répondre à l’angoisse du public, diffuse mais réelle. En 2002, Chirac, Schröder et Blair ont envoyé une lettre à la Commission européenne pour lui dire de faire attention dans la mise en place de REACH, faisant part de leurs craintes pour l’emploi. Quand on voit quel niveau de lobbying l’industrie peut atteindre, on comprend qu’il ne sortira pas grand-chose de ce règlement!
    JDLE: Sujet tout autant d’actualité qu’il semble au point mort, celui des perturbateurs endocriniens. Comment expliquez-vous ce blocage, alors que les résultats scientifiques sont des plus clairs?
    Fabrice Nicolino: Je crois qu’il y a un profond hiatus entre d’une part une population désormais très consciente du problème, d’autre part une classe politique et des agences de sécurité d’une inertie colossale. Même les politiques qui ne sont pas indifférents  sont tétanisés, car ils ne voient pas de solution évidente. Pourtant, il y a un consensus pour dire que les perturbateurs endocriniens constituent un danger majeur.
    En France, on ne fait absolument rien à ce sujet, on fait tout juste semblant. Exemple, le triclosan est présent dans des centaines de produits d’usage courant [produits de soins, savons, shampoings, dentifrices], mais personne ne s’y intéresse : l’Anses [Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail] n’y consacre même pas une page sur son site internet.
    En 2006, la France a lancé un programme national de recherche sur les perturbateurs endocriniens, placé sous l’égide du ministère de l’écologie et d’Ecrin, une structure fortement influencée, voire infiltrée, par l’industrie. Résultat: alors qu’il faudrait des moyens considérables, ils sont dérisoires, de quelques centaines de milliers d’euros. Et il ne s’est rien passé depuis 2010. Fin avril, Ségolène Royal a présenté sa stratégie nationale contre les perturbateurs endocriniens: ses objectifs sont tellement vagues et généraux qu’il est certain qu’il ne se passera rien. C’est l’abandon d’une question sanitaire majeure.
    JDLE: Que pensez-vous du concept de «chimie verte», présenté par l’industrie comme son avenir vertueux?
    Fabrice Nicolino: Je pense que c’est une fumisterie commerciale. Un certain nombre d’industriels ont songé à l’idée de faire disparaître le mot de «chimie», afin de repartir sur des bases saines. Ils n’ont pas tiré le bilan de la chimie de synthèse, mais ils voudraient qu’on parle de «chimie durable», de «chimie verte». L’avenir demeure dans les mains de ceux qui ont provoqué des désastres en chaîne, et qui demandent une fois de plus qu’on leur fasse confiance. Or l’avenir en chimie, et même déjà son présent, ce sont les nanoparticules, dont une quantité énorme est utilisée dans notre dos. Sans que l’on ne sache rien quant à leur impact sur la santé humaine, sauf que certaines peuvent se retrouver jusque dans notre cerveau. Et ça, qui nous le dit? Personne.
    [1] IG Farben est la société fondée en 1925 à partir de six grandes entreprises allemandes de chimie, dont BASF, Bayer et Agfa.
    [2] Près de 89,7 millions de substances sont recensées par le Chemical Abstracts Service (CAS).
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8823
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re:  Explosion des cancers, de l’obésité, du diabète, de l’asthme, des allergies en tout genre

    Message par bye le Mer 8 Oct - 14:54

    On sous-estime toujours le nombre de cancers professionnels en France
    http://www.journaldelenvironnement.net/article/on-sous-estime-toujours-le-nombre-de-cancers-professionnels-en-france,50847?xtor=EPR-9

    Le 07 octobre 2014 par Romain Loury


    La France compterait de 5.000 à 10.000 cancers professionnels par an.
    santé et travail
    La France compterait de 5.000 à 10.000 cancers professionnels par an, selon des données de l’Institut de veille sanitaire (InVS) citées par le magazine «Santé & Travail». Or seuls 1.700 d’entre eux, pour la plupart liés à l’amiante, sont actuellement reconnus par l’assurance maladie.
    Il demeure difficile de connaître le nombre réel de cancers professionnels. Parmi les facteurs les mieux connus, l’amiante, mais aussi les rayonnements ionisants, le radon, la silice, les métaux et les hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP), rappelait l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) en 2012.
    Lors d’un colloque organisé les 27 et 28 novembre à Paris par l’Institut national de recherche et de sécurité (INRS), de nouvelles données de l’InVS seront présentées quant à l’incidence des cancers professionnels en France. Citées par «Santé & Travail», elles font état «de 2 à 9% des cancers du larynx et du poumon chez les hommes, soit de 600 à 2.500 cas, attribuables à la silice», «entre 90 et 290 cas de cancer du rein associés à l'exposition au trichloréthylène», «entre 260 et 660 cas de cancers des voies aérodigestives provoqués par le ciment», «de 2 à 28% des cas de leucémie seraient dus au benzène».
    Des chiffres à la baisse?
    «Quant à l'amiante, il pourrait être incriminé dans la survenue de 3.600 à 4.700 cas de cancers», ajoute le magazine. Au total, les cancers professionnels attribués à ces produits, chez les hommes, seraient au nombre de 4.800 à 9.500 nouveaux cas, soit 2,4% et 4,8% de l’ensemble des cancers survenant en France.
    Bien en-dessous des chiffres de 2003, lorsque l’InVS estimait que 4% à 8,5% des cancers survenant chaque année en France étaient d’origine professionnelle, soit 11.000 à 23.000 cas. Amélioration réelle ou simple affinement des données? Contacté mardi par le JDLE, l’InVS se montre peu enclin à commenter ses données tant qu’elles n’ont pas été officiellement présentées.
    Une chose est certaine: le taux de salariés français exposés à au moins un produit chimique a diminué, passant de 13 % en 2003 à 10% en 2010, soit 2,2 millions de salariés, selon les résultats de la dernière étude SUMER (Surveillance médicale des expositions aux risques professionnels).
    Une minorité reconnue par l’assurance maladie
    Parmi ces 5.000 à 10.000 cancers estimés, environ 1.700 sont reconnus comme maladies professionnelles par l’assurance maladie, dont 1.500 dus à l’amiante et une centaine liés aux poussières de bois.
    Interrogé par «Santé & Travail», William Dab, professeur en hygiène et sécurité au Conservatoire national des arts et métiers (Cnam), explique ce décalage par le fait que «les tableaux de maladies professionnelles reposent sur une imputation strictement individuelle». «C'est un système binaire qui ne prend pas en compte la part attribuable aux différentes causes», ajoute l’ancien Directeur général de la santé.
    Une situation bien pratique
    «Cette situation semble arranger tout le monde. Les employeurs, puisque l'évaluation individuelle sous-évalue la contribution réelle des facteurs professionnels. L'assureur, qui, tout public qu'il soit, peut redouter l'enjeu financier. Les syndicats, qui y voient une mise en cause plus facile de la responsabilité des employeurs. Il existe une sorte de conspiration invisible, de conjonction d'intérêts et de contraintes qui ne favorise guère les évolutions», affirme William Dab.
    Outre les risques liés à des agents physicochimiques, d’autres risques commencent à apparaître. Tel est le cas du cancer du sein, dont l’étude française CECILE-PRO a montré en 2012 que les femmes travaillant de nuit en présentaient un risque accru de 40%, probablement en raison de perturbations de l’horloge biologique.
    En 2010, le Centre international de recherche sur le cancer (Circ) a d’ailleurs classé le travail de nuit comme «cancérogène probable» (catégorie 2A). Il pourrait favoriser d’autres types de cancers, dont ceux du poumon et de la prostate.
    Quant aux cancers liés à l’emploi de pesticides, l’étude AGRICAN, publiée en en 2011, avait révélé contre toute attente que les agriculteurs avaient moins de risques de décéder d’un cancer que la population générale. Des résultats alors très critiqués par l’association Générations futures.
     
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8823
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re:  Explosion des cancers, de l’obésité, du diabète, de l’asthme, des allergies en tout genre

    Message par bye le Mer 8 Oct - 14:54

    Pollution chimique: "En France, les cas de cancers annuels ont augmenté de 110 % en 30 ans"
    http://rmc.bfmtv.com/emission/pollution-chimique-en-france-les-cas-de-cancers-annuels-ont-augmente-de-110-percent-en-30-ans-838457.html
    RMC Claire Béziau avec Jean-Jacques Bourdin Publié le 06/10/2014 à 08h44


    Fabrice Nicolino, journaliste spécialisé dans l’écologie et les pollutions, alerte sur ce qu'il considère comme étant un futur "grand scandale de santé publique". - © Capture RMCD
    Cancer, diabète, obésité, Alzheimer, allergies… en France, un certain nombre de maladies graves ont explosé entre 1980 et 2012. Fabrice Nicolino, journaliste invité sur RMC, dénonce les liens certains avec les produits chimiques présents dans notre environnement, annonciateurs d'un "grand scandale de santé publique."
    Qui ne connaît pas dans son entourage un cancéreux, un malade d’Alzheimer, un obèse ou un diabétique ? On assiste à une explosion de nature épidémique d’un certain nombre de maladies graves, dénonce Fabrice Nicolino, journaliste spécialisé dans l’écologie et les pollutions, et qui publie "Un empoisonnement universel. Comment les produits chimiques ont envahi la planète", aux éditions "Les liens qui libèrent".

    Invité sur RMC ce lundi matin, il a éclairé ce qu’il considère comme "une situation grave". Les conséquences sur la santé sont désastreuses : il y avait 8,5 % d’obèses en France en 1997, 15 % en 2012. Selon les projections, on attendait 3,5 millions de cas de diabète en 2016, on y est arrivé dès 2009. Fabrice Nicolino précise : "Des études parues dans les meilleures revues scientifiques montrent des liens sans ambiguïté entre exposition à des molécules toxiques. L'on a assisté à une flambée des cancers, plus 110% entre 1980 et 2012, il y a quatre millions d’asthmatiques en France, un million d'Alzheimer, peut-être deux millions d'ici 2020, et tout cela sur une durée très courte, qui révèle une nature épidémique."
    90 millions de substances chimiques différentes 
    Selon le journaliste, "c’est le résultat d’un siècle d’impunité, ayant débuté avec Fritz Haber, un chimiste de la Première guerre mondiale, qui a mis son savoir au service de la guerre des gaz. Il aurait dû être poursuivi pour crime de guerre. A sa suite, des générations de chimistes ont été élevés dans une impunité conduisant à une irresponsabilité générale." Le décompte est sans appel: "Aujourd’hui il existe 90 millions de substances chimiques différentes enregistrées dans le monde. Chaque jour, entre 20 et 30.000 substances sont synthétisées, rendant le contrôle impossible" prévient le journaliste.
    "Les politiques sont tétanisés"
    Pire, il décrit des agences sanitaires défaillantes, incapables d'alerter et de protéger le consommateur, en France et en Europe : "Elles sont empêtrées dans des conflits d’intérêts : des employés de l’industrie chimiques peuvent se mettre au service d’agences sanitaires, et inversement." De plus, les lobbys industriels sont organisés de telle manière que l’action publique est sabotée. Exemple avec le Triclosan, un pesticide très efficace, dont on a découvert les propriétés antibactériennes, et que l’on trouve en France "dans des centaines de produits d’usages courants, comme des dentifrices". Ce perturbateur endocrinien, extrêmement dangereux, est inconnu des agences sanitaires françaises, et absent des étiquettes.

    Parmi les urgences selon le journaliste, la qualité de l’eau potable, très chargée en produits chimiques, et celle de l’air, qu’il faudrait assainir : "Je suis presque sûr que ce sera demain un grand scandale de santé publique. L’air que nous respirons 20 heures par jour est contaminé par des molécules chimiques toxiques" alerte-t-il. Face à l’ampleur du problème, les politiques sont démunis: "Cela met en cause tous les "process" industriels ; les politiques sont tétanisés par la peur de voir surgir un scandale de l’amiante à une échelle beaucoup plus importante."

    Suivez Jean-Jacques Bourdin sur Twitter
    Réagissez sur le compte Twitter d'RMC avec le hashtag #BourdinDirect
    Écrit par Claire Béziau avec Jean-Jacques Bourdin
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8823
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re:  Explosion des cancers, de l’obésité, du diabète, de l’asthme, des allergies en tout genre

    Message par bye le Mer 8 Oct - 14:55

    Maladie professionnelle : des chiffres plus importants que les chiffres officiels
    http://www.juritravail.com/Actualite/chsct-prevention-risques-psychosociaux/Id/157731
    Par Juritravail | Modifié le 07-10-2014 |
    Juritravail
    Alors que l'Assurance maladie a rendu public des résultats, en baisse, du nombre d'accidents du travail et de maladies professionnelles au cours de l'année 2013, une évaluation de l'INRS révèle que le nombre de cancers professionnels est en réalité 3 fois supérieur à ceux reconnus par la sécurité sociale.
    On le sait, la maladie professionnelle est celle qui est contractée par le salarié en raison de l'exposition à un risque sur son lieu de travail.
    Si le nombre de maladies reconnues comme étant liées directement à l'activité professionnelle est en baisse de 4,7% sur l'année 2013, et que le nombre de salariés exposés à des substances cancérogènes est lui aussi en baisse, les statistiques de l'INRS (qui seront présentées lors d'un colloque en novembre 2014) sont bien plus alarmantes.
    Il semblerait que les cancers professionnels soient 3 fois plus nombreux que ceux reconnus comme tels par la Sécurité sociale. Alors que cette dernière n'a reconnu qu'un peu moins de 1.700 cancers comme maladie professionnelle (la quasi-totalité liée à l'amiante), l'INRS avance un chiffre bien plus alarmant, de 4.800 à 9.500 cancers professionnels. La grande majorité des cancers développés suite à des expositions professionnelles (risques physiques, chimiques ou biologiques) ne seraient donc pas reconnus ni indemnisés par la sécurité sociale.
    Ce contraste saisissant a de quoi inquiéter, notamment les assurés, qui ont du mal à faire reconnaitre le caractère professionnel de leur maladie, mais aussi les acteurs de la prévention des risques en entreprise, qui ne doivent pas rester indifférents face à ce constat.
    "Info-plus" CHSCT, analyser les chiffres pour prévenir le risque
    Le CHSCT, principal acteur de la prévention du risque en entreprise – aux côtés de l'employeur sur lequel repose l'obligation de sécurité de résultat - doit analyser les chiffres des accidents du travail et des maladies professionnelles, afin :
    d'identifier les sources de maladies et d'accidents ;
    de mesurer les progrès accomplis ou a contrario les domaines dans lesquels il est important d'agir ;
    de proposer des actions de prévention.
    En effet, le taux d'AT et de MP – et notamment leur fréquence – est un indicateur qui permet de réaliser des comparaisons d'une année sur l'autre. Plus le taux est proche de 0, plus il indique que le risque professionnel est faible, ou du moins maitrisé.
    Il permet de prendre la température des conditions de travail.
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8823
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re:  Explosion des cancers, de l’obésité, du diabète, de l’asthme, des allergies en tout genre

    Message par bye le Mer 8 Oct - 14:56

    5.000 à 10.000 cancers par an auraient une cause professionnelle
    http://www.lesechos.fr/economie-france/social/0203834246235-5000-a-10000-cancers-par-an-auraient-une-cause-professionnelle-1050538.php

    Leïla de Comarmond / Journaliste | Le 06/10 à 19:15, mis à jour à 20:08

    Le scandale de l’amiante n’a pas provoqué de sursaut pour la prévention sur les risques professionnels notamment liés au cancer
    Franck CRUSIAUX/REA
    Cette évaluation de l’Institut national de recherche et de sécurité, révélée par le mensuel « Santé & travail », est au moins trois fois supérieure aux cancers professionnels reconnus par la Sécurité sociale.
    Le scandale de l’amiante a fait prendre conscience des dangers de l’exposition des salariés à des substances cancérogènes. C’est devenue un sujet de santé publique et médiatique. On aurait donc pu penser que cela provoquerait un sursaut de prévention et partant une nette baisse des risques. Sur ce plan, les résultats de la dernière enquête Sumer sur les risques professionnels réalisée par la Dares et la Direction générale du travail (DGT) publiés en septembre 2013 avaient montré qu’entre 2003 et 2010, la proportion de salariés exposés à au moins un produit chimique cancérogène avait diminué, passant de 13 % à 10 % sur le secteur concurrentiel et les hôpitaux publics. Une bonne nouvelle, même si l’évolution des effectifs en valeur absolue en relativisait l’ampleur puisque le nombre de salariés concernés n’avait que peu diminué en sept ans, passant de près de 2,4 millions à 2,2 millions.
    Silice, benzène, amiante
    Les statistiques que s’apprête à publier l’Institut national de recherche et de sécurité révélées ce lundi par la revue « Santé & travail », qui doivent être présentés lors d’un colloque organisé fin novembre par cet organisme sont a contrario inquiétantes. L’INRS a comptabilisé en 2012 entre 4.800 et 9.500 cancers professionnels - c’est-à-dire qui sont la conséquence directe de l’exposition à un risque physique, chimique ou biologique, ou qui résulte des conditions dans lesquelles le travailleur touché exerce son activité professionnelle. Selon ses estimations, de 2 à 9 % des cancers du larynx et du poumon chez les hommes seraient par exemple attribuables à la silice, de 2 à 28 % des cas de leucémie seraient dus au benzène et 3.600 à 4.700 cancers seraient liés à l’amiante.
     
     
    Le contraste est saisissant entre ces chiffrages et le nombre de cancers reconnus comme maladie professionnels par la Sécurité sociale : moins de 1.700 dont la quasi-totalité liés à l’amiante.

    En savoir plus sur http://www.lesechos.fr/economie-france/social/0203834246235-5000-a-10000-cancers-par-an-auraient-une-cause-professionnelle-1050538.php?jvrJSkU6aML5lWJL.99

    Contenu sponsorisé

    Re:  Explosion des cancers, de l’obésité, du diabète, de l’asthme, des allergies en tout genre

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Sam 15 Déc - 17:27