LIBRE DISCUSSION DANS LES COULISSES DE DEMAIN

Débattons en toute liberté, dans le respect de l’autre, sur tous les sujets qui composent notre société : politique, économie, environnement, religion, philosophie, paranormal, sciences, famille, santé, mode, sexualité, loisirs, sports, divertissements…

Derniers sujets

» L’université ne peut être réservée aux riches
par bye Mer 12 Déc - 15:31

» À propos de la vidéo de Mantes-la-Jolie « Ne se mettre à genoux que pour cueillir une fleur » J. Prévert
par bye Lun 10 Déc - 12:07

» Les Gilets jaunes : sur le chemin de l’école ?
par bye Mar 4 Déc - 12:30

» DÉCISION D’AIRBNB DE QUITTER LES COLONIES ILLÉGALES D’ISRAËL : UNE VICTOIRE PARTIELLE POUR LES DROITS HUMAINS ET CONTRE L’IMPUNITÉ
par bye Mer 28 Nov - 20:18

» Le service national contre l’ennemi de l’intérieur
par bye Lun 26 Nov - 13:19

» SÉDENTARITÉ, POLLUTION, CLIMAT, SANTÉ… IL Y A URGENCE !
par bye Sam 24 Nov - 9:06

» c'est jaune c'est moche et ça peut vous pourrir la vie
par bye Sam 17 Nov - 10:17

» Maudite soit la guerre, le syndicalisme et la solidarité sont nos armes
par bye Mer 14 Nov - 15:29

» Rapatriement des Rohingya : vives inquiétudes et forte mobilisation des acteurs humanitaires
par bye Mar 13 Nov - 18:49

» Bien nommer les choses
par bye Lun 12 Nov - 12:22

» Situation migratoire en Méditerranée : quelles réponses européennes ?
par bye Mer 7 Nov - 19:41

» Les adultes oublient
par bye Lun 5 Nov - 9:30

» « Un buzz malveillant à des fins politiques et commerciales. » À propos du livre Inch’ Allah. L’islamisation à visage découvert. Par Véronique Decker.
par bye Jeu 1 Nov - 13:12

» LE DROIT D’ASILE EN EUROPE VICTIME DE LA POLITIQUE MIGRATOIRE
par bye Mer 31 Oct - 19:08

» Stop Autisme Virtuel L’autisme provoqué par les écrans, ça n’existe pas ! Halte aux théories infondées !
par bye Mar 9 Oct - 12:24

» Rapport des enquêteurs de l’ONU sur la Birmanie : crimes de masse, impunité et transition démocratique à l’arrêt
par bye Mar 2 Oct - 14:36

» Service national universel : surveiller et soumettre
par bye Mar 25 Sep - 10:57

» Un peu moins pauvre ?
par bye Mar 18 Sep - 11:21

» Clément Méric, ni oubli ni pardon
par bye Lun 10 Sep - 12:52

» Liberté de la presse en Birmanie : deux pas en avant, trois en arrière
par bye Mer 5 Sep - 8:49

» Rohingya : un an après... si peu d'avancées 
par bye Ven 24 Aoû - 18:59

» Le Festival de Douarnenez consacre deux journées à la Fédération de la Syrie du nord
par bye Mar 3 Juil - 14:19

» Pour une autre formation professionnelle
par bye Mer 27 Juin - 14:07

» Violences policières, violences d’Etat
par bye Mer 27 Juin - 13:56

» migration internationale
par bye Mar 26 Juin - 19:25

» Guyane : non à la Montagne d’or !
par bye Mar 12 Juin - 18:05

» Crime raciste en Calabre
par bye Ven 8 Juin - 12:17

» Les premiers chiffres de PARCOURSUP : une génération sacrifiée ?
par bye Lun 4 Juin - 17:42

» LES ONG DÉVOILENT LEUR PROJET DE LOI D’AVENIR POUR LES TRANSPORTS ET LA MOBILITÉ
par bye Mar 29 Mai - 18:01

» NE JAMAIS RECHERCHER D’ADHÉSION
par bye Mar 22 Mai - 14:38

» Kanaky, quand le peuple voulait s’éduquer lui-même...
par bye Lun 14 Mai - 10:04

» Anarchisme, éducation et pédagogie
par bye Lun 7 Mai - 13:15

» Cours libres - Debout ! Debout ! C’est maintenant que ça se passe...
par bye Dim 15 Avr - 9:08

» fascisme pas mort, hélas!
par bye Ven 6 Avr - 11:52

» Notre Dame des Landes ou l’art des grands projets inutiles
par bye Mar 3 Avr - 19:20

» MÉDECINS ET ASSOCIATIONS UNISSENT LEURS VOIX POUR RAPPELER L’URGENCE D’AGIR FACE À LA POLLUTION DE L’AIR
par bye Mer 28 Mar - 18:19

» BOMBARDEMENTS AU PROCHE ET MOYEN ORIENT : EXIGEONS LE RESPECT DU DROIT INTERNATIONAL PAR TOUS
par bye Jeu 22 Mar - 18:08

» Manifestation kurde anti-Erdogan à Bruxelles
par bye Mar 20 Mar - 7:23

» Les cigarettes électroniques, plus dangereuses que bénéfiques ?
par bye Mar 20 Mar - 7:13

» La métamatière et les créations
par Claude De Bortoli Jeu 15 Mar - 11:43

» Scandale sexuel : Oxfam présente ses excuses aux autorités haïtiennes
par bye Ven 9 Mar - 18:50

» SDF, il avait volé des sandwiches dans la poubelle d’Atac
par bye Ven 9 Mar - 18:40

» Malgré l’austérité, la France va dépenser 37 milliards pour son réarmement nucléaire
par bye Ven 9 Mar - 18:31

» La pauvreté s’installe...
par bye Mar 6 Mar - 10:58

» large victoire des grévistes d’HEMERA - HOLIDAY INN
par bye Ven 16 Fév - 10:40

» jeunes à la rue dans le grand froid : faire connaitre est déjà un combat
par bye Mer 14 Fév - 18:07

» National ou civique ou militaire : en arrière-plan du service obligatoire, la militarisation des élèves
par bye Lun 5 Fév - 13:03

» ARRIVÉES ET DEMANDES D'ASILE EN BAISSE EN 2017 EN EUROPE
par bye Mar 30 Jan - 18:29

» Les véritables enjeux des réformes éducatives de Jean-Michel Blanquer
par bye Mar 30 Jan - 15:00

» Contre la sélection à l’université : "On veut de l’inattendu !"
par bye Mar 23 Jan - 19:19

» Les policiers français ont abattu 18 personnes en 2017
par bye Ven 19 Jan - 7:43

» Acheter permis de conduire français
par Pipoinzaghi Mar 16 Jan - 16:02

» Journée internationale des droits de l’Homme : en Birmanie des espoirs déçus
par bye Sam 6 Jan - 7:52

» Tapis dans le bocage : la vérité sur les armes secrètes des "zadistes"
par bye Ven 29 Déc - 14:32

» Victoire du Secours populaire contre le maire F.N. d’Hayange
par bye Mer 20 Déc - 21:28

» Peut-on renvoyer les demandeurs d’asile vers des « pays tiers sûrs » ?
par bye Mar 19 Déc - 19:52

» Une montée des violences envers les migrants à travers l'Europe :
par bye Ven 15 Déc - 18:54

» Défendre et renforcer les CHSCT !
par bye Mar 5 Déc - 12:59

» Nuage de Ruthénium-106 sur l’Europe : que s’est-il réellement passé ?
par bye Mar 28 Nov - 12:35

» Dossier sur "l’affaire du stage de Sud éduc 93"
par bye Lun 27 Nov - 12:34

» Appel de Raymond Millot : Un projet émancipateur face aux dangers de l’anthropocène
par bye Mar 21 Nov - 12:54

» Les émissions de CO2 repartent à la hausse
par bye Ven 17 Nov - 17:05

» l’idéologie du consentement, outil d’émancipation ou d’isolement individuel ?
par bye Lun 13 Nov - 12:21

» Droit au logement opposable : le bilan chiffré 2008-2016
par bye Jeu 9 Nov - 20:02

» La rétention des « dublinés », dans l’attente d’un transfert, est contraire au règlement Dublin
par bye Lun 6 Nov - 18:33

» Face à la situation en Catalogne
par bye Mer 1 Nov - 11:33

» ACTUALITÉ SOCIÉTÉ ET POLITIQUE
par bye Sam 21 Oct - 10:37

» Offre de Prêt Entre Particulier Sérieux en 72H
par gramophone Ven 20 Oct - 9:32

» Offre de Prêt Entre Particulier Sérieux en 72H
par gramophone Ven 20 Oct - 9:32

» Offre de Prêt Entre Particulier Sérieux en 72H
par gramophone Ven 20 Oct - 9:31

» Offre de Prêt Entre Particulier Sérieux en 72H
par gramophone Ven 20 Oct - 9:31

» Bus de la honte : ne laissons pas l’avenir aux réactionnaires
par bye Sam 14 Oct - 12:44

» La métamatière et le peuple
par Claude De Bortoli Ven 6 Oct - 9:27

» Vers un retour du délit de solidarité ?
par bye Sam 30 Sep - 6:45

» Dossier : de l’École capitaliste à l’éducation émancipatrice
par bye Mer 13 Sep - 19:07

» Education : le « désastre » d’un enseignement tiré vers le bas...
par bye Lun 4 Sep - 12:13

» Offre de prêt entre particuliers rapide en 72h
par BastienL Dim 13 Aoû - 19:49

» Jean Gadrey, économiste : “Il faut remettre la réduction du temps de travail au cœur du débat public”
par bye Mar 8 Aoû - 19:04

» Le « chavo-madurisme » n’est rien moins qu’une dictature pure et simple
par bye Dim 6 Aoû - 18:52

» Gel des postes et du budget de l’éducation nationale : non, cette école ne nous convient pas !
par bye Mer 12 Juil - 13:56

» G 20 Hambourg
par bye Lun 10 Juil - 11:51

» Handicapée, je ne peux continuer à enseigner dans mon académie
par bye Mer 5 Juil - 6:21

» Pour une éducation populaire féministe
par bye Lun 12 Juin - 18:20

» La CNT a écrit aux Éditions Belin
par bye Mar 6 Juin - 10:20

» Blanquer ministre de l’Education nationale : au secours, Sarkozy revient !
par bye Jeu 25 Mai - 11:08

» L'accaparement des terres en Birmanie
par bye Mer 17 Mai - 18:42

» Un enseignant kurde témoigne...
par bye Lun 15 Mai - 17:50

» La métamatière et le Roi de la Terre
par De Bortoli Claude Mar 2 Mai - 9:52

» Au-delà des élections
par bye Mer 26 Avr - 17:26

» Les Etats-Unis ont utilisé leur plus puissante bombe non-nucléaire en Afghanistan, une première
par bye Dim 23 Avr - 18:35

» « Pourquoi nous sommes en grève de la faim dans les prisons d’Israël »
par bye Dim 23 Avr - 18:31

» « Enculé, ordure ! ». Philippe Poutou insulté par les flics
par bye Dim 23 Avr - 18:25

» La Sécurité sociale, une assistance ou un droit ?
par bye Dim 23 Avr - 18:22

» Birmanie: pour établir un mécanisme indépendant de réexamen de tous les cas de prisonniers politiques
par bye Ven 21 Avr - 6:02

LE SITE

Dans Les Coulisses de Demain

FORUMS & SITES AMIS

FORUM EST INSCRIT SUR


    hépatite C

    Partagez
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8823
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    hépatite C

    Message par bye le Jeu 6 Nov - 19:26

    Hépatite C : bras de fer sur le coût du nouveau traitement
    http://www.lesechos.fr/economie-france/social/0203790867498-hepatite-c-bras-de-fer-sur-le-cout-du-nouveau-traitement-1045032.php

    Solveig Godeluck / Journaliste | Le 22/09 à 06:00, mis à jour à 14:51

    Le Sovaldi permet de soigner 9 cas sur 10 d'hépatite C. Mais la cure coûte très cher. - Photo MCT/Zuma/Réa
    Le médicament Sovaldi de Gilead a déjà coûté plus de 300 millions d’euros à la Sécurité sociale.
    Les ministres de la Santé européens cherchent une ­stratégie commune.
    C’est un début de coalition européenne pour freiner les appétits de la firme pharmaceutique Gilead. Aujourd’hui et demain à Milan se tient une réunion informelle des ministres de la Santé. Ils doivent se pencher sur la question épineuse du Sovaldi. Ce médicament miracle permet de soigner 9 cas sur 10 d’hépatite C. En France, son « service médical rendu » a obtenu la deuxième meilleure note sur une échelle de 5. Les traitements précédents permettaient de guérir en moyenne un patient sur trois.
    Mais il y a un hic : une cure de Sovaldi, qui dure trois mois, coûte cher. En Allemagne, c’est 49.000 euros, en Angleterre 44.000 euros. En France, c’est même 56.000 euros par patient, selon les termes de l’autorisation temporaire d’utilisation. La charge pour l’Assurance-maladie a déjà dépassé 300 millions d’euros depuis sa mise sur le marché au début de l’année. Pour cette année, l’Assurance-maladie s’attend à 15.000 patients sous Sovaldi, soit une dépense supérieure à 800 millions d’euros, alors que l’ensemble du budget médicaments en France est de 24 milliards d’euros… Le temps où le médicament était le bon élève de la maîtrise des dépenses de santé risque de prendre fin cette année avec Gilead.
    La négociation sur le prix permanent du Sovaldi est en cours avec le Comité économique des produits de santé. L’Assurance-maladie espérait encore en juillet un tarif de 15.000 à 25.000 euros. D’autant que Pharmasset, la société qui a développé ce traitement et qui a été rachetée en 2012 par Gilead, pensait initialement commercialiser ce médicament pour 18.000 euros par patient. Le nouveau propriétaire qui pèse 160 milliards de dollars en Bourse et dont l’action a grimpé de 41 % cette année, a visiblement revu à la hausse ce tarif....
    Version générique dans les pays en développement
    Mais le socialiste Gérard Bapt compte bien semer le désordre dans cette stratégie. Vendredi, le député membre de la commission des Affaires sociales de l’Assemblée nationale a envoyé un courrier au directeur général de l’Agence nationale de sécurité du médicament. Il lui demande d’expliquer pourquoi le médicament concurrent, l’association Viekirax et Exviera du laboratoire AbbVie, n’a toujours pas obtenu son autorisation temporaire en France, alors que les deux produits « sont d’efficience comparable pour les patients, avec un taux de guérison de 90 à 100 % ». Il faut croire AbbVie sur parole, puisque, pour l’instant, ce médicament est encore en attente d’homologation aux Etats-Unis et en Europe. Gérard Bapt espère que la concurrence fera baisser le prix du Sovaldi. Au cas où l’option Viekirax ne serait pas retenue, le parlementaire réclame une « licence obligatoire » pour le Sovaldi.
    De son côté, Gilead assure faire payer les riches pour aider les pauvres. Il a autorisé une version générique de son produit dans 91 pays en développement – coût : 300 dollars par mois en Inde. De plus, certaines études montrent que les traitements précédents étaient moins chers (36.000 euros), sauf si on les rapportait au taux de guérison : 100.000 euros contre 65.000 euros pour Sovaldi. « Si le coût était amorti sur toute la durée de la vie ou sur vingt ou trente ans, le coût de traitement par année serait de l’ordre de 2.000 euros par an, et le débat actuel n’aurait pas lieu », ajoute Michel Joly, qui dirige Gilead France. Mais qui voit si loin ?
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8823
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: hépatite C

    Message par bye le Jeu 6 Nov - 19:27

    Hépatite C: le Sovaldi sera-t-il vendu 280 fois son prix de fabrication?
    http://www.bfmtv.com/societe/hepatite-c-sovaldi-un-medicament-vendu-280-fois-prix-revient-809041.html
    BFMTV A. D. Publié le 08/07/2014 à 11h18 Mis à jour le 08/07/2014 à 19h37
    Pas moins de 60.000 patients pourraient se voir prescrire du Sovaldi - © DR
    Le laboratoire américain Gilead voudrait bien vendre le Sovaldi, un médicament utilisé dans le traitement de l'hépatite C, bien plus cher que son prix de revient. Mais cinq députés français demandent au labo de baisser les tarifs, ce que le président du laboratoire aurait finalement accepté.
    Le Sovaldi est un nouveau traitement destiné  à faire disparaître le virus de l'hépathite C chronique en 12 semaines, dans 90% des cas. Mais voilà, son fabricant, le laboratoire américain Gilead, entendait bien faire payer son innovation, avant que le président concède une baisse à venir, mardi soir.

    D'après des informations publiées lundi dans Le Parisien, le laboratoire voulait facturer le Sovaldi 280 fois son prix de revient. Cinq députés socialistes français ont donc décidé de demander au laboratoire de revenir sur sa décision.
    Une note salée pour l'Assurance maladie
    Comme le rappelle Le Parisien, la posologie de ce traitement est d'un comprimé de 400 mg par jour pendant 12 semaines. Dans une lettre rédigée par les députés, ils expliquent que le traitement total devait être facturé 56.000 euros par patient. Soit 666 euros par comprimé. Or, dénoncent les élus, à terme, le coût de production reviendrait à moins de 200 euros par patient, pour 12 semaines.

    D'après eux, pas moins de 60.000 patients pourraient se voir prescrire du Sovaldi, intégralement remboursé, dans les deux ans à venir. Soit une facture potentielle pour l'Assurance maladie de 4,8 milliards d'euros, si le prix officiel n'est pas baissé.

    Finalement, le président du laboratoire, Michel Joli, aurait accepté le principe de baisser ses prix mardi dans l'après-midi. "Le prix de Sovaldi va baisser" et un prix européen sera déterminé, aurait-il assuré au site spécialisé Pourquoidocteur. Il a également mis en avant que d'autres frais que ceux de fabrication étaient engagés dans la production de ce traitement, citant "l’investissement de la recherche, le nombre de molécules développées et finalement abandonnées".

    Le député de Haute-Garone Gérard Bapt, évoque lui une volonté de la part de Gilead d'assurer un "retour sur investissement" après avoir acheté très cher la star-up détentrice du brevet de Sovaldi.
    Écrit par A. D.
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8823
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: hépatite C

    Message par bye le Jeu 6 Nov - 19:27

    Médicaments contre l'hépatite C : très efficaces mais trop chers pour la Sécu
    http://sante.journaldesfemmes.com/magazine/medicaments-contre-l-hepatite-c-tres-efficaces-mais-trop-chers-pour-la-secu-1014.shtml

    Commercialisés mais très chers, les premiers médicaments pour traiter l'hépatite C risquent de plomber les comptes de la branche maladie. Dans le cadre du projet de financement de la Sécurité sociale, Marisol Touraine propose de mettre les laboratoires à contribution.
    Ces nouveaux traitements bien tolérés par les patients sont capables de guérir 90 % des malades de l'hépatite C. "Avec l'arrivée de ces anti-viraux, on peut parler de véritable révolution dans les traitements contre l'hépatite C", se réjouissait le Professeur Marcellin, hépatologue à l'hôpital Beaujon à Clichy (Hauts-de-Seine), que nous avions interrogé.
    Efficaces mais hors de prix. Mais ces médicaments sont aussi l'objet d'une polémique : le Sovaldi (sofosbuvir) est facturé un peu plus de 650 euros par comprimé par le laboratoire pharmaceutique américain Gilead, ce qui élève la facture totale à 56 000 euros pour un traitement complet. Soit un poids énorme pour l'Assurance Maladie. En juillet dernier, certains députés de la majorité avaient dénoncé la marge exorbitante réalisée par le laboratoire. Et d'après leurs calculs, prendre en charge à 100 % les 60 000 Français en attente d'un traitement en urgence devait coûter 4,8 milliards d'euros à la Sécurité sociale. Ils réclamaient donc des tarifs plus abordables. 
    Les associations de patients s'inquiètent. Une situation également dénoncée depuis plusieurs mois par les associations de patients, qui pressent le gouvernement d'agir pour que le traitement puisse être accessible au plus grand nombre de patients. "Va-t-on devoir refuser la guérison à des milliers de malades pour des raisons de coût ?", soulignait ainsi Aides dans un communiqué en mai dernier. 
    Lundi 29 septembre, à l'occasion de la présentation du projet de loi de financement de la Sécurité sociale, la ministre de la Santé Marisol Touraine a annoncé que "des mesures vont être prises pour faire face à la progression exceptionnelle des dépenses de traitement de l'hépatite C". Pour ce faire, le gouvernement souhaite utiliser un dispositif prévu par la loi : au-delà d'un certain chiffre d'affaires, les laboratoires concernés devront reverser une contribution progressive, calculée en fonction du chiffre d'affaires réalisé. Un mécanisme qui permettra "de faire supporter un éventuel dépassement imputable aux médicaments de l'hépatite C aux seuls laboratoires concernés", selon le gouvernement.
    Autre levier de négociation, l'arrivée sans doute prochaine d'autres médicaments concurrents sur le marché, qui devraient entraîner une baisse des prix. L'américain Abbvie qui commercialise l'association Viekiurax et Exviera vient de déposer une demande d'autorisation de mise sur le marché (AMM) en France. Mais l'ANSM n'a pas encore donné de réponse positive. 
    Lire aussi

    Hépatite C : de nouveaux traitements mieux tolérés et plus efficaces
    Grâce à de nouveaux traitements anti-viraux, une grande majorité des personnes atteintes d'hépatite C peut désormais guérir. Un meilleur dépistage des personnes porteuses du virus pourrait aboutir à son éradication.
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8823
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: hépatite C

    Message par bye le Jeu 6 Nov - 19:28

    Le comprimé de Sovaldi® au prix d’un minimum vieillesse mensuel
    Guérir de l’hépatite C vous coûtera votre retraite
    http://www.actupparis.org/spip.php?article5337
    publié en ligne : 24 février 2014
    Sovaldi® (sofosbuvir), le nouveau médicament contre l’hépatite C chronique du laboratoire américain Gilead, permet d’augmenter nettement les chances de guérison tout en diminuant les effets secondaires à l’origine de nombreux abandons de soins. Un espoir de survie pour les 3 à 4 millions de personnes nouvellement infectées chaque année.
    Mais « la santé a un prix » nous rappelle Gilead, qui en fait justement un commerce bien lucratif : 3,07 milliards de dollars de bénéfice net en 2013 [1] . Aux Etats-Unis, Gilead a fixé le prix du comprimé de Sovaldi® à 730 €, l’équivalent d’un minimum vieillesse mensuel. À raison d’un comprimé par jour pendant 12 à 24 semaines, le traitement coûte donc entre 61 000 et 122 640 € (sans compter le prix des autres molécules auxquelles le sofosbuvir doit être associé).
    Pour tenter de justifier ce prix indécent, Gilead avance le sempiternel argument du coût de la recherche. Mais si l’on divise le prix auquel Gilead a racheté en 2011 le sofosbuvir (11 milliards de dollars [2]) par le nombre de personnes infectées par l’hépatite C (185 millions [3]), on obtient… 60 $ ! Ajouté à cela le coût de production de 12 semaines de Sofosbuvir, estimé entre 62 et 134$ [4], on arrive à 200$ le traitement, bien loin des 84 000$ auquel Gilead vend son produit aux Etats-Unis, bien loin aussi des 2 000$ proposés comme tarif préférentiel en Inde [5] .
    Ce n’est pas que Gilead est nul en maths, au contraire. Plutôt que de rendre son nouveau médicament accessible à touTEs, le laboratoire préfère le vendre très cher aux plus riches et maximiser ses profits, au Nord comme au Sud. La santé des pauvres, Gilead n’en a rien à faire, ce n’est pas assez rentable.
    Nous, malades de l’hépatite C et co-infectés VIH-VHC, refusons de mourir à cause de la cupidité des labos.
    À l’heure où l’Etat se désengage progressivement du champ de la santé (franchises médicales, démantèlement de l’hôpital public), que la Cour des Comptes recommande de réduire encore les dépenses de la sécurité sociale [6] et alors que se multiplient les scandales liés à l’industrie pharmaceutique [7] , nous exigeons :
    des pouvoirs publics français, qu’ils :
    fixent un prix raisonnable pour le Sovaldi® de Gilead, sachant que le coût de production d’un traitement de 12 semaines est de 50 à 100€
    accordent aux associations de malades une représentation au comité économique des produits de santé en charge de la fixation des prix des médicaments
    soutiennent les pays à revenu faible et intermédiaire à produire et importer des versions génériques du sofosbuvir
    de l’Organisation mondiale de la santé qu’elle :
    inscrive le sofosbuvir sur la liste des médicaments essentiels
    abolisse les brevets sur les médicaments
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8823
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: hépatite C

    Message par bye le Jeu 6 Nov - 19:29

    Hépatite C : le nouveau hold-up des labos
    http://www.lemonde.fr/sciences/article/2014/07/08/nouveaux-traitements-de-l-hepatite-c-le-hold-up-des-labos_4452689_1650684.html
    LE MONDE SCIENCE ET TECHNO | 08.07.2014 à 14h59 • Mis à jour le 09.07.2014 à 15h20 | Par Pascale Santi
    L’arrivée de nouvelles molécules, appelées antirétroviraux d’action directe (AAD), change la donne pour traiter voire éradiquer l’hépatite C. Seul inconvénient : leur coût est jugé exorbitant. 
    Ces nouveaux traitements – dont fait partie le Sovaldi (sofosbuvir), du laboratoire américain Gilead –, autorisés en Europe fin 2013, sont nettement plus efficaces et ont beaucoup moins d’effets secondaires que le traitement de référence actuel, qui associe l’injection d’interféron pégylé (agent renforçant la réponse immunitaire, modifié pour persister plus longtemps dans l’organisme) à la prise orale d’un antiviral, la ribavirine, pendant 24 semaines. L’efficacité sur la réponse virologique est en effet de 90 %. « Il n’est donc pas abusif de parler de révolution thérapeutique », soulignait dans nos colonnes Jean-François Delfraissy, directeur de l’Agence nationale de recherches sur le sida et les hépatites virales (« Science & médecine » du 4 juin). 
    La Haute Autorité de santé (HAS) recommande d’utiliser ces traitements pour les patients ayant atteint les stades sévères de la maladie, ayant développé une cirrhose (stade F4) ou atteint le stade de fibrose hépatique sévère (stade F3), a-t-elle indiqué mardi 1er juillet. La HAS préconise aussi de traiter ainsi les malades infectés concomitamment par le virus du sida. Elle a en outre estimé que le Sovaldi apportait une amélioration importante du service médical rendu.
    En France, environ 230 000 patients seraient contaminés par l’hépatite C, dont 59 % diagnostiqués, soit 130 000, et environ 5 000 nouveaux cas chaque année. Parmi les personnes diagnostiquées, 43 % seraient au stade de fibrose F0 ou F1, et 49 % aux stades plus avancés F2 à F4. Un quart de ces derniers seraient aux stades F3 et F4, pour lesquels la HAS recommande un traitement.
    NÉGOCIATIONS AVEC GILEAD
    Mais leur coût faramineux – plus de 19 000 euros la boîte, soit environ 50 000 euros pour l’intégralité du traitement, qui dure en général trois mois – inquiète les autorités sanitaires françaises. C’est, pour l’heure, le prix qu’a fixé le laboratoire Gilead dans le cadre de l’autorisation temporaire d’utilisation, cadre dans lequel le prix est libre.
    Au total, « sur une moyenne de quatre mois de traitement pour 25 000 patients par an, cela fait 1,9 milliard d’euros par an, soit 7 % du budget annuel du médicament de la France. A ce prix-là, c’est un véritable hold-up », s’insurge Frédéric Van Roekeghem, directeur général de la Caisse nationale de l’assurance-maladie des travailleurs salariés. En effet, un tel prix aurait des conséquences délétères sur la recherche et sur le traitement des autres pathologies. Même avis au ministère de la santé, pour qui c’est un risque sans précédent pour la solidarité nationale. La France a lancé, le 20 juin, une offensive au sein de l’Union européenne pour tenter d’obtenir de l’industrie pharmaceutique une baisse du prix de ces nouveaux médicaments, jugé excessif. Cette « initiative commune » a reçu le soutien de 14 partenaires européens de la France, dont l’Allemagne, et de la Commission européenne. Ce prix est jugé « extrêmement élevé et insoutenable pour les budgets de santé », relèvent les 15 coalisés dans une déclaration commune. lls soulignent en outre les risques d’exclusion de « milliers de patients et de nouvelles contaminations pourtant évitables ». C’est la première fois qu’une telle coalition se forme.
    En France, la balle est entre les mains du Comité économique des produits de santé, qui négocie avec le laboratoire Gilead. Une réponse doit être donnée dans un délai de 90 jours. Pour beaucoup d’experts, le coût serait 4 à 5 fois trop élevé. Certains mettent en avant le fait que ce prix servirait à éponger l’important montant payé, fin 2011, pour racheter Pharmasset (11 milliards de dollars), ancien propriétaire de la molécule. Pour Frédéric Van Roekeghem, « certes, il faut hiérarchiser et traiter ceux qui ont le plus besoin de l’être, notamment ceux qui ont une co-infection, mais sélectionner les patients et attendre l’aggravation de leur pathologie pour les soigner, c’est discutable ».
    Comment, dans ces conditions, garantir un accès équitable à tous ? C’est le questionnement d’une vingtaine d’associations dont SOS Hépatites, qui craint une discrimination sur des critères non médicaux. « Nous appelons l’Etat à exiger un juste prix et donc à jouer son rôle de régulateur auprès des industriels afin de faire baisser les prix et de garantir l’accès à ces nouvelles molécules pour au moins 80 000 personnes atteintes d’hépatite C chronique chez qui le traitement doit être commencé », avertissent ces associations. 
    D’autres molécules devraient rapidement arriver dont le Daklinza (daclatasvir), du laboratoire américain Bristol-Myers Squibb, qui vient de recevoir un premier feu vert de l’Agence européenne du médicament pour sa commercialisation en Europe.
    Pascale Santi
    Journaliste au Monde

    Contenu sponsorisé

    Re: hépatite C

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Sam 15 Déc - 16:24