LIBRE DISCUSSION DANS LES COULISSES DE DEMAIN

Débattons en toute liberté, dans le respect de l’autre, sur tous les sujets qui composent notre société : politique, économie, environnement, religion, philosophie, paranormal, sciences, famille, santé, mode, sexualité, loisirs, sports, divertissements…

Derniers sujets

» Les policiers français ont abattu 18 personnes en 2017
par bye Aujourd'hui à 7:43

» Acheter permis de conduire français
par Pipoinzaghi Mar 16 Jan - 16:02

» Journée internationale des droits de l’Homme : en Birmanie des espoirs déçus
par bye Sam 6 Jan - 7:52

» Tapis dans le bocage : la vérité sur les armes secrètes des "zadistes"
par bye Ven 29 Déc - 14:32

» Victoire du Secours populaire contre le maire F.N. d’Hayange
par bye Mer 20 Déc - 21:28

» Peut-on renvoyer les demandeurs d’asile vers des « pays tiers sûrs » ?
par bye Mar 19 Déc - 19:52

» Une montée des violences envers les migrants à travers l'Europe :
par bye Ven 15 Déc - 18:54

» Défendre et renforcer les CHSCT !
par bye Mar 5 Déc - 12:59

» Nuage de Ruthénium-106 sur l’Europe : que s’est-il réellement passé ?
par bye Mar 28 Nov - 12:35

» Dossier sur "l’affaire du stage de Sud éduc 93"
par bye Lun 27 Nov - 12:34

» Appel de Raymond Millot : Un projet émancipateur face aux dangers de l’anthropocène
par bye Mar 21 Nov - 12:54

» Les émissions de CO2 repartent à la hausse
par bye Ven 17 Nov - 17:05

» l’idéologie du consentement, outil d’émancipation ou d’isolement individuel ?
par bye Lun 13 Nov - 12:21

» Droit au logement opposable : le bilan chiffré 2008-2016
par bye Jeu 9 Nov - 20:02

» La rétention des « dublinés », dans l’attente d’un transfert, est contraire au règlement Dublin
par bye Lun 6 Nov - 18:33

» Face à la situation en Catalogne
par bye Mer 1 Nov - 11:33

» ACTUALITÉ SOCIÉTÉ ET POLITIQUE
par bye Sam 21 Oct - 10:37

» Offre de Prêt Entre Particulier Sérieux en 72H
par gramophone Ven 20 Oct - 9:32

» Offre de Prêt Entre Particulier Sérieux en 72H
par gramophone Ven 20 Oct - 9:32

» Offre de Prêt Entre Particulier Sérieux en 72H
par gramophone Ven 20 Oct - 9:31

» Offre de Prêt Entre Particulier Sérieux en 72H
par gramophone Ven 20 Oct - 9:31

» Bus de la honte : ne laissons pas l’avenir aux réactionnaires
par bye Sam 14 Oct - 12:44

» La métamatière et le peuple
par Claude De Bortoli Ven 6 Oct - 9:27

» Vers un retour du délit de solidarité ?
par bye Sam 30 Sep - 6:45

» Dossier : de l’École capitaliste à l’éducation émancipatrice
par bye Mer 13 Sep - 19:07

» Education : le « désastre » d’un enseignement tiré vers le bas...
par bye Lun 4 Sep - 12:13

» Offre de prêt entre particuliers rapide en 72h
par BastienL Dim 13 Aoû - 19:49

» Jean Gadrey, économiste : “Il faut remettre la réduction du temps de travail au cœur du débat public”
par bye Mar 8 Aoû - 19:04

» Le « chavo-madurisme » n’est rien moins qu’une dictature pure et simple
par bye Dim 6 Aoû - 18:52

» Gel des postes et du budget de l’éducation nationale : non, cette école ne nous convient pas !
par bye Mer 12 Juil - 13:56

» G 20 Hambourg
par bye Lun 10 Juil - 11:51

» Handicapée, je ne peux continuer à enseigner dans mon académie
par bye Mer 5 Juil - 6:21

» Pour une éducation populaire féministe
par bye Lun 12 Juin - 18:20

» La CNT a écrit aux Éditions Belin
par bye Mar 6 Juin - 10:20

» Blanquer ministre de l’Education nationale : au secours, Sarkozy revient !
par bye Jeu 25 Mai - 11:08

» L'accaparement des terres en Birmanie
par bye Mer 17 Mai - 18:42

» Un enseignant kurde témoigne...
par bye Lun 15 Mai - 17:50

» La métamatière et le Roi de la Terre
par De Bortoli Claude Mar 2 Mai - 9:52

» Au-delà des élections
par bye Mer 26 Avr - 17:26

» Les Etats-Unis ont utilisé leur plus puissante bombe non-nucléaire en Afghanistan, une première
par bye Dim 23 Avr - 18:35

» « Pourquoi nous sommes en grève de la faim dans les prisons d’Israël »
par bye Dim 23 Avr - 18:31

» « Enculé, ordure ! ». Philippe Poutou insulté par les flics
par bye Dim 23 Avr - 18:25

» La Sécurité sociale, une assistance ou un droit ?
par bye Dim 23 Avr - 18:22

» Birmanie: pour établir un mécanisme indépendant de réexamen de tous les cas de prisonniers politiques
par bye Ven 21 Avr - 6:02

» Gatti est mort. A la Parole Errante ses mots résonnent encore !
par bye Mer 12 Avr - 18:21

» Turquie : appel urgent au monde enseignant, aux associations et syndicats…
par bye Lun 3 Avr - 18:21

» APPEL À LA MOBILISATION CONTRE LE PROCHAIN SOMMET DE L’OTAN !
par bye Sam 1 Avr - 5:30

» Communiqué de presse de SUD éducation Guyane du 28 mars
par bye Jeu 30 Mar - 10:16

» Qu’est-ce qui ne va pas avec l’arabe à l’école ?
par bye Ven 24 Mar - 12:03

» Libérons l'oisiveté !
par bye Ven 17 Mar - 19:05

» Quand Espérance banlieues bat la campagne
par bye Ven 17 Mar - 19:00

» 8 mars : luttons toutes et tous pour l’égalité des droits !
par bye Mer 8 Mar - 11:01

» Désarmer la police, la proposition pas si saugrenue du NPA
par bye Mar 7 Mar - 12:50

» Fin du dispositif des Caomi: quelle orientation pour les mineurs isolés de Calais ?
par bye Sam 4 Mar - 9:58

» Les fonctionnaires répondent aux "menaces" de Marine Le Pen
par bye Sam 4 Mar - 6:25

» Réduction des indemnités et contrôles drastiques : Macron s’attaque aux chômeurs
par bye Sam 4 Mar - 6:22

» L'avenue Serge Dassault à Corbeil-Essonnes doit être débaptisée !
par bye Sam 4 Mar - 6:20

» Nouvelle révélation du Canard Enchainé : les copinages de Hamon et LVMH
par bye Sam 4 Mar - 6:18

» Une nouvelle menace pour les étrangers
par bye Mar 21 Fév - 12:02

» "Vous êtes la candidate du nanti-système", lance Charline Vanhoenacker à Marine Le Pen
par bye Lun 20 Fév - 20:30

» Vaccins : Marisol Touraine va-t-elle faire respecter la loi ou satisfaire les labos ?
par bye Lun 20 Fév - 20:26

» La tension monte d’un cran entre les Etats-Unis et le Venezuela
par bye Lun 20 Fév - 20:23

» Vandana Shiva : « Gandhi est plus pertinent qu’il ne l’a jamais été »
par bye Lun 20 Fév - 20:16

» Vague de froid en Europe : les migrants vulnérables
par bye Mar 7 Fév - 17:59

» Le centre pour les femmes et les familles migrantes a ouvert ses portes à Paris
par bye Mar 7 Fév - 17:56

» Des incidents éclatent à Aulnay-sous-Bois après les soupçons de viol de policiers
par bye Lun 6 Fév - 18:23

» Le maire rejette l'étude d'UFC-Que choisir sur l'eau potable
par bye Lun 6 Fév - 18:20

» DOCUMENT. Voici le contrat de travail de Penelope Fillon
par bye Lun 6 Fév - 18:17

» Le Hezbollah scrute avec inquiétude la nouvelle politique américaine au Moyen-Orient
par bye Lun 6 Fév - 18:14

» Huit hommes possèdent autant que la moitié de la population mondiale
par bye Mer 18 Jan - 20:06

» Délinquants solidaires : Pour en finir avec le délit de solidarité
par bye Mer 18 Jan - 13:29

» votre permis de conduire à portée de main
par neil89 Ven 13 Jan - 23:51

» Poursuivre la mobilisation pour une carte élargie des lycées de l’Education Prioritaire, en grève le 10 janvier !
par bye Mar 10 Jan - 11:50

» Grenade de désencerclement : un CRS mis en examen
par bye Sam 7 Jan - 20:59

» Les trois visages du vote FN
par bye Sam 7 Jan - 20:46

» Les deux jambes du militantisme
par bye Sam 7 Jan - 20:37

» Condamnés aujourd’hui pour avoir comparé Christiane Taubira à un singe
par bye Sam 31 Déc - 10:17

» Échapper au chaos
par bye Jeu 22 Déc - 17:53

» Le sénateur Carle coupable de détournement de fonds publics ? SUD éducation le dit depuis 2009 !
par bye Jeu 22 Déc - 15:06

» Maths : résoudre un problème
par bye Lun 12 Déc - 13:25

» Journée Internationale des droits de l'Homme: une situation inquiétante en Birmanie
par bye Dim 11 Déc - 11:17

» Comment les services de renseignement font la chasse aux employés des télécoms
par bye Sam 10 Déc - 18:54

» ET SI LE MASCULIN NE L’EMPORTAIT PAS SUR LE FEMININ ?
par bye Sam 10 Déc - 18:49

» Un document interne provoque un malaise à la SNCF
par bye Sam 10 Déc - 18:38

» Le gouvernement repousse l’évacuation de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes
par bye Sam 10 Déc - 18:29

» Légitime défense des policiers : faut-il tordre le droit ?
par bye Ven 9 Déc - 19:29

» Cadeau de fin d’année, un casier scolaire pour tous les marmots
par bye Mar 6 Déc - 13:59

» Violences policières, violences d’Etat
par bye Mar 6 Déc - 13:54

» La métamatière, les élites et les gouvernants
par De Bortoli Claude Ven 2 Déc - 9:54

» Comment les stups ont enfumé la justice
par bye Jeu 1 Déc - 12:26

» Quel opérateur
par bye Jeu 1 Déc - 12:24

» Fillon président ? Un coup de massue pour l’école
par bye Mer 30 Nov - 17:54

» « Pourquoi j’ai secouru des réfugiés. » Monument en l'honneur de Pierre-Alain Mannoni
par bye Mar 29 Nov - 13:06

» Jean-Luc Mélenchon ne passera pas au second tour de la présidentielle s'il ne se décide pas à parler au peuple
par bye Mar 29 Nov - 13:03

LE SITE

Dans Les Coulisses de Demain

FORUMS & SITES AMIS

FORUM EST INSCRIT SUR


    Haro sur les travailleurs étrangers en Arabie saoudite

    Partagez
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8772
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Haro sur les travailleurs étrangers en Arabie saoudite

    Message par bye le Dim 14 Déc - 12:22

    Depuis plus d’un an, les travailleurs étrangers qui se trouvent en situation irrégulière en Arabie saoudite sont la cible d’une campagne pour les forcer à rentrer dans leur pays. Avec une extrême brutalité, les autorités ont expulsé des centaines de milliers d’entre eux. Pourtant, le départ d’un immigré ne crée pas automatiquement un emploi pour un Saoudien et des secteurs comme le bâtiment pâtissent déjà d’une pénurie de main d’oeuvre.

    Le 3 novembre 2013 expirait la période de grâce octroyée par le roi Abdallah pour que les étrangers en situation irrégulière en Arabie saoudite régularisent leur statut, sous peine d’emprisonnement et d’amende. À cette date, près d’un million de migrants avait déjà quitté le pays, alors que le Royaume en compte officiellement neuf millions. Mettant à exécution sa menace, le gouvernement saoudien s’est alors lancé dans une vaste campagne de répression des travailleurs irréguliers, venus principalement du sud-est asiatique, du Yémen et de la Corne de l’Afrique. En deux jours, le gouvernement, multipliant les contrôles sur les lieux de travail, les commerces et quartiers d’habitation des immigrés, a annoncé avoir procédé à 16 000 arrestations.

    EXPULSIONS ET RAPATRIEMENTS

    Passée largement inaperçue en dehors de l’Arabie, cette opération est d’une ampleur inégalée : au cours de la semaine suivant l’expiration de l’amnistie, 23 000 Éthiopiens se sont rendus aux autorités saoudiennes, dans un contexte de violence où, après des mois de campagne médiatique ciblant particulièrement les Africains, ils avaient fait l’objet d’agressions. Aidé par l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), le gouvernement éthiopien a, au plus fort de la crise, affrété 12 avions par jour pour rapatrier en l’espace de 12 jours quelque 20 000 nationaux bloqués en centre de détention dans des conditions précaires. Début mai 2014, le nombre d’Éthiopiens rentrés d’Arabie saoudite depuis 2011 et le durcissement de la politique saoudienne dépassait les 163 000, dans un pays où le taux de chômage urbain est déjà de 17,5 %.

    Le Yémen, voisin méridional de l’Arabie, est particulièrement touché : au mois de novembre 2013, le nombre de retours via le poste-frontière d’Al-Touwal s’élevait à 71 000, pouvant atteindre des pics de 7 000 personnes par jour. Dans un pays en proie à l’instabilité, où un tiers de la population vit en dessous du seuil de pauvreté, le rapatriement de 300 000 personnes1 ne fait qu’empirer la situation : non seulement le marché du travail yéménite est incapable d’absorber ce choc mais ce dernier est encore amplifié par le manque à gagner en termes de transferts d’argent. Dans ces conditions, beaucoup de migrants yéménites, issus pour plus qu’un quart du secteur du bâtiment2 annonçaient leur intention de retourner en Arabie.

    De l’Inde3 en passant par la Somalie, le Bangladesh, le Pakistan4, les Philippines5 et l’Indonésie, ce sont les mêmes histoires de rapatriement faute de régularisation : cependant, contrairement au Yémen ou aux États de la Corne africaine qui ont dû faire appel à l’OIM, les pays comme l’Inde ou les Philippines, qui possèdent des institutions représentant les intérêts de leurs travailleurs à l’étranger ont pu atténuer la rudesse du choc en proposant certaines formes d’assistance juridique ou d’aide au retour pour se conformer aux directives saoudiennes. De sorte que le gros de leurs ressortissants en situation illégale serait parti durant la période d’amnistie, évitant la détention dans le royaume.

    Un an après, la traque aux résidents illégaux n’a pas perdu de son intensité. Les inspections et contrôles dans les endroits fréquentés par les immigrés se poursuivent et avec elles les campagnes officielles associant crime et situation irrégulière. Durant la dernière semaine de novembre 2014, 624 étrangers ont été arrêtés en l’espace de quatre jours dans le gouvernorat de Riyad. En dépit du signal politique fort et de la brutalité de la procédure dont témoignent les rapatriés, les mesures de répression ne sont pas parvenues à dissuader les migrants de la Corne de l’Afrique et du Yémen de revenir en Arabie saoudite. Conséquence perverse au contraire : avec l’augmentation du risque pour passer la frontière, le trafic d’êtres humains fleurit de plus belle, profitant de la plus grande vulnérabilité des candidats à l’immigration. Le nombre d’arrivées au Yémen aurait plus que doublé entre septembre 2013 et septembre 2014. Comme dans le Sinaï sur l’autre rive de la mer Rouge, les passeurs au Nord Yémen utilisent de façon routinière la torture et le viol pour extorquer de l’argent aux migrants et à leurs familles restées au pays.

    VICTOIRE DE COURTE DURÉE ?

    Faisant fi du coût humain, le gouvernement saoudien, qui estime exercer sa prérogative souveraine, interprète l’opération comme un succès, à l’aune des résultats fixés par « Nitaqat », son programme de réforme du marché du travail.

    Nitaqat est un système de quotas obligatoires d’emplois saoudiens, calculés en fonction du secteur d’activité et de la taille des entreprises privées. Suivant le degré de remplissage des objectifs de nationalisation de l’emploi, les entreprises sont classées en diverses catégories qui, à leur tour, dictent les facilités d’obtention de visa ou l’imposition de pénalités financières6.

    L’expulsion des travailleurs étrangers en situation irrégulière prend place dans ce contexte plus large de reprise en main par l’État saoudien du contrôle sur l’importation de main d’œuvre — privatisée depuis des décennies dans le cadre de la kafâla7. Sur fond de soulèvements dans le monde arabe, le gouvernement saoudien a décidé de prendre à bras-le-corps la question de l’emploi de sa population. Partant du constat que la préférence des nationaux pour la fonction publique n’est pas tenable à terme, le projet tâche d’inciter le secteur privé à engager plus de Saoudiens en fixant des objectifs graduels.

    Dès août 2012, le ministère annonçait la création de 250 000 emplois en un an dans le secteur privé, « plus que dans les cinq années précédant la mise en œuvre de Nitaqat », menant à un recul du taux de chômage de 12,1 % à 11,7 % en 2013. Il présentait ces avancées comme la conséquence directe de la « libération d’emplois » (lire : par des étrangers)8. Pourtant la réalité économique est plus complexe : une étude du Massachussets Institute of Technology (MIT) montre qu’en l’espace de seize mois, le secteur privé a généré un total net de 96 000 emplois9. Cela est dû au fait que les nouvelles réglementations ont conduit à la disparition de quelques 11 000 PME et à la contraction de l’emploi dans celles qui ont survécu, le secteur privé dans son ensemble ayant perdu quelque 418 000 postes.

    De fait, penser la saoudisation de l’emploi en termes de remplacement des étrangers par des Saoudiens est erroné : le fait est avéré que les nationaux des pays du Golfe, tout comme les Européens, n’affectionnent pas les emplois dans le secteur du bâtiment. En conséquence, les professionnels du bâtiment ont exprimé leurs doutes quant à la faisabilité de l’agenda de Nitaqat : alors que le secteur vit avant tout des contrats publics, ils ont dès à présent indiqué que l’augmentation de leurs coûts salariaux se répercuterait sur leurs prix. En outre, c’est dans ce secteur que le plus grand nombre « d’emplois fantômes » (ghost/phantom employment, pratique qui consiste à embaucher un national sur le papier dans le seul but de remplir les quotas) est recensé.

    Faire correspondre les besoins du secteur privé avec les qualifications des jeunes diplômés arrivant sur le marché du travail est une entreprise de longue haleine qui exige plus que des mesures répressives contre les migrants en situation irrégulière. En mettant en scène son pouvoir tout-puissant contre cette cible facile et vulnérable, le gouvernement saoudien trouve un bouc émissaire pour faire passer ce qui ressemble à une reprise en main des leviers de l’emploi privé.

    CLAIRE BEAUGRAND
    1Le chiffre est difficile à évaluer. Les autorités saoudiennes parlent de 267 000 personnes (Arab News, 7 décembre 2014) alors qu’un article de The Economist donne une fourchette entre 300 000 et 400 000.
    2Le deuxième contingent le plus important étant représenté par les travailleurs agricoles, d’après les entretiens menés au poste-frontière par l’OIM.
    3Le 5 novembre 2013, le ministre des affaires indiennes d’Outre-mer (MOIA) annonçait un chiffre de 134 000 Indiens qui étaient retournés en Inde faute de papiers.
    4La disponibilité de chiffres concernant les rapatriés varie d’un pays à l’autre. Dans le cas du Pakistan, le nombre d’illégaux était estimé de 30 à 50 000 mais aucune donnée n’a été publiée concernant les régularisations ou le retour de ces ressortissants.
    5Dans le cas des Philippines, les autorités parlent du rapatriement de 5 000 personnes entre le 4 novembre et le 31 décembre 2013, alors que 196 000 ont corrigé leur statut, en rectifiant leur « catégorie d’emploi », en changeant de sponsor ou en quittant volontairement le pays à l’expiration de leur contrat de travail (39 000). Environ 1000 étaient, en date du 8 janvier 2014, hébergés dans des tentes à proximité des représentations consulaires pour compléter les procédures engagées au département saoudien des passeports. Ils avaient même obtenu à cet effet un délai supplémentaire, jusqu’à mars 2014.Le gouvernement estime à 20 000le nombre de ses ressortissants en situation irrégulière.
    6Steffen Hertog, Arab Gulf states : An Assessment of Nationalisation Policies, GLMM-Research Paper, 2014 ; p. 1–29.
    7La kafâla est un système de régulation migratoire qui lie la présence d’un étranger sur le territoire national saoudien à l’obtention d’un contrat de travail. Les étrangers qui souhaitent changer d’emploi doivent obtenir l’accord de leur sponsor ou kafîl. Outre les travailleurs entrés illégalement (principalement par le Yémen) ou excédant la durée de leur séjour légal (notamment les pèlerins), beaucoup de travailleurs se retrouvent dans une situation d’illégalité lorsque leur emploi effectif ne correspond pas au contrat grâce auquel il sont entrés sur le territoire.

    http://orientxxi.info/magazine/reforme-du-marche-du-travail-en,0761

      La date/heure actuelle est Ven 19 Jan - 10:35