LIBRE DISCUSSION DANS LES COULISSES DE DEMAIN

Débattons en toute liberté, dans le respect de l’autre, sur tous les sujets qui composent notre société : politique, économie, environnement, religion, philosophie, paranormal, sciences, famille, santé, mode, sexualité, loisirs, sports, divertissements…

Derniers sujets

» L’université ne peut être réservée aux riches
par bye Hier à 15:31

» À propos de la vidéo de Mantes-la-Jolie « Ne se mettre à genoux que pour cueillir une fleur » J. Prévert
par bye Lun 10 Déc - 12:07

» Les Gilets jaunes : sur le chemin de l’école ?
par bye Mar 4 Déc - 12:30

» DÉCISION D’AIRBNB DE QUITTER LES COLONIES ILLÉGALES D’ISRAËL : UNE VICTOIRE PARTIELLE POUR LES DROITS HUMAINS ET CONTRE L’IMPUNITÉ
par bye Mer 28 Nov - 20:18

» Le service national contre l’ennemi de l’intérieur
par bye Lun 26 Nov - 13:19

» SÉDENTARITÉ, POLLUTION, CLIMAT, SANTÉ… IL Y A URGENCE !
par bye Sam 24 Nov - 9:06

» c'est jaune c'est moche et ça peut vous pourrir la vie
par bye Sam 17 Nov - 10:17

» Maudite soit la guerre, le syndicalisme et la solidarité sont nos armes
par bye Mer 14 Nov - 15:29

» Rapatriement des Rohingya : vives inquiétudes et forte mobilisation des acteurs humanitaires
par bye Mar 13 Nov - 18:49

» Bien nommer les choses
par bye Lun 12 Nov - 12:22

» Situation migratoire en Méditerranée : quelles réponses européennes ?
par bye Mer 7 Nov - 19:41

» Les adultes oublient
par bye Lun 5 Nov - 9:30

» « Un buzz malveillant à des fins politiques et commerciales. » À propos du livre Inch’ Allah. L’islamisation à visage découvert. Par Véronique Decker.
par bye Jeu 1 Nov - 13:12

» LE DROIT D’ASILE EN EUROPE VICTIME DE LA POLITIQUE MIGRATOIRE
par bye Mer 31 Oct - 19:08

» Stop Autisme Virtuel L’autisme provoqué par les écrans, ça n’existe pas ! Halte aux théories infondées !
par bye Mar 9 Oct - 12:24

» Rapport des enquêteurs de l’ONU sur la Birmanie : crimes de masse, impunité et transition démocratique à l’arrêt
par bye Mar 2 Oct - 14:36

» Service national universel : surveiller et soumettre
par bye Mar 25 Sep - 10:57

» Un peu moins pauvre ?
par bye Mar 18 Sep - 11:21

» Clément Méric, ni oubli ni pardon
par bye Lun 10 Sep - 12:52

» Liberté de la presse en Birmanie : deux pas en avant, trois en arrière
par bye Mer 5 Sep - 8:49

» Rohingya : un an après... si peu d'avancées 
par bye Ven 24 Aoû - 18:59

» Le Festival de Douarnenez consacre deux journées à la Fédération de la Syrie du nord
par bye Mar 3 Juil - 14:19

» Pour une autre formation professionnelle
par bye Mer 27 Juin - 14:07

» Violences policières, violences d’Etat
par bye Mer 27 Juin - 13:56

» migration internationale
par bye Mar 26 Juin - 19:25

» Guyane : non à la Montagne d’or !
par bye Mar 12 Juin - 18:05

» Crime raciste en Calabre
par bye Ven 8 Juin - 12:17

» Les premiers chiffres de PARCOURSUP : une génération sacrifiée ?
par bye Lun 4 Juin - 17:42

» LES ONG DÉVOILENT LEUR PROJET DE LOI D’AVENIR POUR LES TRANSPORTS ET LA MOBILITÉ
par bye Mar 29 Mai - 18:01

» NE JAMAIS RECHERCHER D’ADHÉSION
par bye Mar 22 Mai - 14:38

» Kanaky, quand le peuple voulait s’éduquer lui-même...
par bye Lun 14 Mai - 10:04

» Anarchisme, éducation et pédagogie
par bye Lun 7 Mai - 13:15

» Cours libres - Debout ! Debout ! C’est maintenant que ça se passe...
par bye Dim 15 Avr - 9:08

» fascisme pas mort, hélas!
par bye Ven 6 Avr - 11:52

» Notre Dame des Landes ou l’art des grands projets inutiles
par bye Mar 3 Avr - 19:20

» MÉDECINS ET ASSOCIATIONS UNISSENT LEURS VOIX POUR RAPPELER L’URGENCE D’AGIR FACE À LA POLLUTION DE L’AIR
par bye Mer 28 Mar - 18:19

» BOMBARDEMENTS AU PROCHE ET MOYEN ORIENT : EXIGEONS LE RESPECT DU DROIT INTERNATIONAL PAR TOUS
par bye Jeu 22 Mar - 18:08

» Manifestation kurde anti-Erdogan à Bruxelles
par bye Mar 20 Mar - 7:23

» Les cigarettes électroniques, plus dangereuses que bénéfiques ?
par bye Mar 20 Mar - 7:13

» La métamatière et les créations
par Claude De Bortoli Jeu 15 Mar - 11:43

» Scandale sexuel : Oxfam présente ses excuses aux autorités haïtiennes
par bye Ven 9 Mar - 18:50

» SDF, il avait volé des sandwiches dans la poubelle d’Atac
par bye Ven 9 Mar - 18:40

» Malgré l’austérité, la France va dépenser 37 milliards pour son réarmement nucléaire
par bye Ven 9 Mar - 18:31

» La pauvreté s’installe...
par bye Mar 6 Mar - 10:58

» large victoire des grévistes d’HEMERA - HOLIDAY INN
par bye Ven 16 Fév - 10:40

» jeunes à la rue dans le grand froid : faire connaitre est déjà un combat
par bye Mer 14 Fév - 18:07

» National ou civique ou militaire : en arrière-plan du service obligatoire, la militarisation des élèves
par bye Lun 5 Fév - 13:03

» ARRIVÉES ET DEMANDES D'ASILE EN BAISSE EN 2017 EN EUROPE
par bye Mar 30 Jan - 18:29

» Les véritables enjeux des réformes éducatives de Jean-Michel Blanquer
par bye Mar 30 Jan - 15:00

» Contre la sélection à l’université : "On veut de l’inattendu !"
par bye Mar 23 Jan - 19:19

» Les policiers français ont abattu 18 personnes en 2017
par bye Ven 19 Jan - 7:43

» Acheter permis de conduire français
par Pipoinzaghi Mar 16 Jan - 16:02

» Journée internationale des droits de l’Homme : en Birmanie des espoirs déçus
par bye Sam 6 Jan - 7:52

» Tapis dans le bocage : la vérité sur les armes secrètes des "zadistes"
par bye Ven 29 Déc - 14:32

» Victoire du Secours populaire contre le maire F.N. d’Hayange
par bye Mer 20 Déc - 21:28

» Peut-on renvoyer les demandeurs d’asile vers des « pays tiers sûrs » ?
par bye Mar 19 Déc - 19:52

» Une montée des violences envers les migrants à travers l'Europe :
par bye Ven 15 Déc - 18:54

» Défendre et renforcer les CHSCT !
par bye Mar 5 Déc - 12:59

» Nuage de Ruthénium-106 sur l’Europe : que s’est-il réellement passé ?
par bye Mar 28 Nov - 12:35

» Dossier sur "l’affaire du stage de Sud éduc 93"
par bye Lun 27 Nov - 12:34

» Appel de Raymond Millot : Un projet émancipateur face aux dangers de l’anthropocène
par bye Mar 21 Nov - 12:54

» Les émissions de CO2 repartent à la hausse
par bye Ven 17 Nov - 17:05

» l’idéologie du consentement, outil d’émancipation ou d’isolement individuel ?
par bye Lun 13 Nov - 12:21

» Droit au logement opposable : le bilan chiffré 2008-2016
par bye Jeu 9 Nov - 20:02

» La rétention des « dublinés », dans l’attente d’un transfert, est contraire au règlement Dublin
par bye Lun 6 Nov - 18:33

» Face à la situation en Catalogne
par bye Mer 1 Nov - 11:33

» ACTUALITÉ SOCIÉTÉ ET POLITIQUE
par bye Sam 21 Oct - 10:37

» Offre de Prêt Entre Particulier Sérieux en 72H
par gramophone Ven 20 Oct - 9:32

» Offre de Prêt Entre Particulier Sérieux en 72H
par gramophone Ven 20 Oct - 9:32

» Offre de Prêt Entre Particulier Sérieux en 72H
par gramophone Ven 20 Oct - 9:31

» Offre de Prêt Entre Particulier Sérieux en 72H
par gramophone Ven 20 Oct - 9:31

» Bus de la honte : ne laissons pas l’avenir aux réactionnaires
par bye Sam 14 Oct - 12:44

» La métamatière et le peuple
par Claude De Bortoli Ven 6 Oct - 9:27

» Vers un retour du délit de solidarité ?
par bye Sam 30 Sep - 6:45

» Dossier : de l’École capitaliste à l’éducation émancipatrice
par bye Mer 13 Sep - 19:07

» Education : le « désastre » d’un enseignement tiré vers le bas...
par bye Lun 4 Sep - 12:13

» Offre de prêt entre particuliers rapide en 72h
par BastienL Dim 13 Aoû - 19:49

» Jean Gadrey, économiste : “Il faut remettre la réduction du temps de travail au cœur du débat public”
par bye Mar 8 Aoû - 19:04

» Le « chavo-madurisme » n’est rien moins qu’une dictature pure et simple
par bye Dim 6 Aoû - 18:52

» Gel des postes et du budget de l’éducation nationale : non, cette école ne nous convient pas !
par bye Mer 12 Juil - 13:56

» G 20 Hambourg
par bye Lun 10 Juil - 11:51

» Handicapée, je ne peux continuer à enseigner dans mon académie
par bye Mer 5 Juil - 6:21

» Pour une éducation populaire féministe
par bye Lun 12 Juin - 18:20

» La CNT a écrit aux Éditions Belin
par bye Mar 6 Juin - 10:20

» Blanquer ministre de l’Education nationale : au secours, Sarkozy revient !
par bye Jeu 25 Mai - 11:08

» L'accaparement des terres en Birmanie
par bye Mer 17 Mai - 18:42

» Un enseignant kurde témoigne...
par bye Lun 15 Mai - 17:50

» La métamatière et le Roi de la Terre
par De Bortoli Claude Mar 2 Mai - 9:52

» Au-delà des élections
par bye Mer 26 Avr - 17:26

» Les Etats-Unis ont utilisé leur plus puissante bombe non-nucléaire en Afghanistan, une première
par bye Dim 23 Avr - 18:35

» « Pourquoi nous sommes en grève de la faim dans les prisons d’Israël »
par bye Dim 23 Avr - 18:31

» « Enculé, ordure ! ». Philippe Poutou insulté par les flics
par bye Dim 23 Avr - 18:25

» La Sécurité sociale, une assistance ou un droit ?
par bye Dim 23 Avr - 18:22

» Birmanie: pour établir un mécanisme indépendant de réexamen de tous les cas de prisonniers politiques
par bye Ven 21 Avr - 6:02

LE SITE

Dans Les Coulisses de Demain

FORUMS & SITES AMIS

FORUM EST INSCRIT SUR


    Trouble dans le genre

    Partagez

    admin
    Administratrice

    Féminin
    Nombre de messages : 2788
    Date d'inscription : 23/11/2007

    Trouble dans le genre

    Message par admin le Mar 11 Déc - 17:47

    Avoir la conviction d’appartenir à l’autre sexe et d’être emprisonné dans un corps que l’on ne reconnaît pas comme le sien. Tel est le vécu de 5 000 à 6 000 transsexuels en France. Comment vivent-ils cette situation ? Quelle est l’origine de ce décalage entre le corps et l’esprit ? Peut-on y remédier ?
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8823
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: Trouble dans le genre

    Message par bye le Jeu 14 Fév - 7:30

    C'est juste une réflexion, qui s'appuie sur une sorte de postulat " logique", mais qui peut être développé.

    On ne " peut" défendre, voire assumer, une enveloppe physique, un contenu, donc un corps, qu'à compter du moment où on l'a librement choisi.C'est la bataille de la conception:

    Pendant des siècles, les chromosomes X et Y n'ont cessé de nous jouer des tours et nous étonner avec leur infini tour de manège dans la détermination du sexe du bébé. C'est la Combinaison de ces deux chromosomes qui permet de définir le sexe du bébé : (X ; X) pour une fille et (X ; Y) pour un garçon.
    Sachant que la mère, ou plutôt l'ovule de la mère, donne toujours un chromosome X, il est évident que c'est le spermatozoïde du père qui va apporter le deuxième chromosome pour définir le sexe du bébé. On distingue donc deux types de spermatozoïdes :
    - Spermatozoïde portant la chromosome X : Spermatozoïde femelle,
    - Spermatozoïde portant la chromosome Y : Spermatozoïde mâle.
    Le choix du sexe du bébé n'est devenu alors qu'une question de de pré-sélection : choisir le spermatozoïde femelle pour avoir une fille, ou bien, si c'est pour un garçon, choisir un spermatozoïde mâle.

    Jai pompé sur le Net, pour la juste définition ci-dessus.

    Il n'en reste pas moins que c'est juste une bataille du hazard. Donc, on peut s'épanouir, s'assumer, mais dans des limites, somme toute assez réduites. Nul n'est obligé de suivre les marques identitaires, découlant d'une forme physique imposée ?

    Rien n'empêche, par exemple, de revêtir un corps masculin ( pourquoi pas ? ) sur une sensibilité en mouvement, ou qui rejetterait ( ne se satisferait pas ) un intérieur masculin ?Ou bien sûr, de développer un corps situé entre les 2 aspects ( l'androginie ), aussi bien à l'extérieur qu'à l'intérieur.

    Certain(e)s bougent " les lignes " ( suivant l'expression galvaudée ), mais celà reste encore très minoritaire. La société veille...
    avatar
    Rabasse du sud

    Nombre de messages : 2398
    Localisation : la provence
    Emploi/loisirs : chercheur
    Date d'inscription : 26/11/2007

    Re: Trouble dans le genre

    Message par Rabasse du sud le Ven 15 Fév - 23:19

    Spoiler:
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8823
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: Trouble dans le genre

    Message par bye le Ven 15 Fév - 23:45

    cher Rabasse du Sud, je vois que tu es revenu... en formes !

    Fais attention à Bettina et son spoiler magique !

    admin
    Administratrice

    Féminin
    Nombre de messages : 2788
    Date d'inscription : 23/11/2007

    Re: Trouble dans le genre

    Message par admin le Sam 16 Fév - 0:17

    Je n'ai pas le choix, c'est ça ou la suppression. Comme je ne suis pas spécialement pour la censure, je ne fais que "spoiler"....
    avatar
    Rabasse du sud

    Nombre de messages : 2398
    Localisation : la provence
    Emploi/loisirs : chercheur
    Date d'inscription : 26/11/2007

    Re: Trouble dans le genre

    Message par Rabasse du sud le Dim 17 Fév - 23:52





    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8823
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: Trouble dans le genre

    Message par bye le Ven 22 Mai - 9:48

    Refusons la transphobie, respectons l’identité de genre !
    http://www.idahomophobia.org/

    Appel aux Nations unies, à l’OMS et aux Etats du monde
    Partout dans le monde, les personnes qui vivent leur identité de genre en dehors des normes en vigueur (1) sont chaque jour confrontées aux violences, abus, viols, tortures et crimes de haine, aussi bien dans leur vie privée que dans la sphère publique. Les premières semaines de l’année 2009 ont déjà été marquées par plusieurs meurtres de femmes Trans, assassinées au Honduras, en
    Serbie et aux Etats-Unis. Les hommes d’origine Trans eux aussi sont victimes de crimes de haine, de préjugés et de discriminations bien qu'ils soient souvent "invisibles" aux yeux de la société.
    Dans le monde entier, les droits humains fondamentaux des personnes Trans sont ignorés ou bafoués, que ce soit à cause des préjugés, de l’ignorance, de la peur ou de la haine ; exclusion sociale, pauvreté, santé précaire, absence de perspective
    professionnelle, telles sont les conséquences des discriminations auxquelles font face les personnes Trans.
    Loin de protéger les citoyen-ne-s Trans, les Etats et les institutions internationales renforcent la transphobie sociale
    par les politiques réactionnaires qu’ils mènent : bien trop souvent, les lois et les pratiques sociales obligent les personnes Trans à vivre avec une identité de genre qu’elles ressentent comme fausse. Dans la plupart des pays, le moindre acte visant à changer son genre peut amener des sanctions légales, exposer aux maltraitances et conduire à l’exclusion sociale. Dans d’autres pays, la reconnaissance légale du changement de genre est
    conditionnée à la stérilisation ou à d’autres interventions chirurgicales majeures. Les personnes qui ne peuvent ou ne veulent se soumettre à ces traitements ne peuvent obtenir la reconnaissance de leur identité de genre souhaitée, et sont
    “démasqué(e)s” dès qu’elles traversent une frontière, font face à un contrôle d’identité, sollicitent un emploi ou un logement, ou
    tout simplement achètent un téléphone portable.
    Par ailleurs, la classification médicale internationale en vigueur les considère encore comme mentalement “dérangées”. Cette vision archaïque n’est pas seulement fausse et insultante, elle justifie,
    voire renforce, les discriminations et stigmatisations de toutes sortes. Pourtant, des progrès législatifs significatifs ont bien pu être réalisés récemment par des pays de cultures très différentes, où l’acceptation sociale des personnes Trans s’est nettement
    améliorée du fait de politiques publiques courageuses. Cela démontre que les avancées sont possibles.
    Partout dans le monde, les personnes Trans se mobilisent pour réclamer leurs Droits Humains et leur liberté. Elles déclarent unanimement qu’elles n’acceptent plus d’être stigmatisées comme
    « malades » ou bafouées dans leur humanité sur la base de leur identité de genre.


    C’est pourquoi nous demandons :
    - A l’Organisation Mondiale de la Santé de ne plus considérer les personnes Trans comme atteintes de troubles mentaux, et de promouvoir l’accès à des soins adaptés aux demandes des personnes concernées (y compris l’accès à un soutien psychologique, quand la personne concernée en fait la requête).
    - Aux organes des Nations unies pour les Droits de l’Homme d’enquêter sur les abus dont sont victimes les personnes Trans, et de prendre les mesures nécessaires pour les combattre.
    - Aux Etats du monde de prendre toutes les mesures nécessaires, dans le respect des Principes de Yogyakarta, pour que les personnes Trans puissent bénéficier d’une prise en charge médicale si elles le souhaitent, y compris pour la réassignation sexuelle ; pour qu’elles puissent adapter leur état civil à leur genre revendiqué ; pour qu’elles puissent vivre leur vie sociale, familiale et professionnelle sans être exposées aux discriminations, préjugés ou
    violences transphobes ; pour qu’elles soient protégées par la police et par la justice des agressions physiques qui les prennent si souvent pour cibles.
    Nous en appelons à l’ONU, à l’OMS et aux Etats du monde pour qu’ils adoptent ces mesures, refusent la transphobie, et fassent respecter le droit des citoyen-ne-s qui entendent vivre pleinement et en toute liberté, comme expression de leur liberté culturelle, l’identité de genre qu’ils ou elles revendiquent.

    (1) transsexuel-le-s, transgenres,
    travesti-e-s, et autres expressions culturelles qui explorent les frontières du genre.

    Pour signer l'appel :
    http://idahomophobia.org/wp/?page_id=28〈=en
    avatar
    Manumax

    Masculin
    Nombre de messages : 251
    Date d'inscription : 27/06/2008

    Re: Trouble dans le genre

    Message par Manumax le Ven 22 Mai - 11:51

    "Nous en appelons à l’ONU, à l’OMS et aux Etats du monde pour qu’ils adoptent ces mesures, refusent la transphobie, et fassent respecter le droit des citoyen-ne-s qui entendent vivre pleinement et en toute liberté, comme expression de leur liberté culturelle, l’identité de genre qu’ils ou elles revendiquent"

    Si un homme vous dit qu'il est une femme, que penseriez-vous ?

    - C'est un choix d'idéal culturel
    - C'est un menteur
    - C'est une fausse identité civile
    - C'est son état d'esprit

    Si un noir vous dit qu'il est blanc ?
    Si un français vous dit qu'il est algerien ?
    Si un pirate vous dit qu'il ne vole pas ce qu'il prend ?
    Si un anarchiste vous dit qu'il est pour une société sans autorité ni pouvoir ?

    ... j'arrete là, car je n'ai pas de répondant concret en face de moi.
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8823
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: Trouble dans le genre

    Message par bye le Ven 22 Mai - 13:11

    C'est encore une question de choix, ou plutôt de condition imposée à l'être humain.

    Un homme peut très bien ressentir ( comme une femme ) une inadéquation entre son enveloppe charnelle et sa véritable nature; certain(e)s le vivent de façon dramatique, et demandent à être opéré(e)s afin de pouvoir mieux cohabiter avec sa vraie personnalité, sa sensibilité.

    Le genre n'est pas une définition intangible dans laquelle on peut classer chaque être, sans que celui-ci ait son mot à dire.

    Il ne faut pas oublier non plus, toute la part de féminité en nous, variable selon les individus, comme la part de masculinité chez les femmes; c'est une profonde libération de l'être, des différents êtres en nous.

    Je ne vois pas le rapport avec tes autres comparaisons: l'Anarchiste ( je me cantonnerai à celui-là ) choisit ses options, convictions,..Ton exemple est très mal choisi: s'il y a quelqu'un que rien ni personne ne peut influencer, et qui ne détient ses choix d'aucune autre autorité que la sienne, c'est bien lui!
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8823
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: Trouble dans le genre

    Message par bye le Sam 18 Juin - 11:55

    Enseigner le genre : contre une censure archaïque

    Dans une lettre ouverte du 31 mai adressée au ministre de l'éducation nationale, Christine Boutin brandit la menace "des scrutins qui s'annoncent". C'est pour exiger de Luc Chatel le retrait puis la correction des manuels de sciences de la vie et de la terre des classes de Première L et ES qui viennent d'être publiés conformément aux nouveaux programmes : elle leur reproche en effet d'offrir "un enseignement directement et explicitement inspiré de la théorie du genre".

    De quoi s'agit-il au juste ? Un des objets d'étude au programme est intitulé : "Devenir homme ou femme." Selon le Bulletin officiel du 30 septembre 2010, "ce thème vise à fournir à l'élève des connaissances scientifiques clairement établies, qui ne laissent de place ni aux informations erronées sur le fonctionnement de son corps ni aux préjugés. Ce sera également l'occasion d'affirmer que si l'identité sexuelle et les rôles sexuels dans la société avec leurs stéréotypes appartiennent à la sphère publique, l'orientation sexuelle fait partie, elle, de la sphère privée".

    Christine Boutin s'indigne qu'on enseigne le "genre" : "Comment ce qui n'est qu'une théorie, qu'un courant de pensée, peut-il faire partie d'un programme de sciences ? Comment peut-on présenter dans un manuel, qui se veut scientifique, une idéologie qui consiste à nier la réalité : l'altérité sexuelle de l'homme et la femme ? [… ] Je ne peux accepter que nous trompions [les adolescents] en leur présentant comme une explication scientifique ce qui relève d'un parti-pris idéologique."

    Pourtant, il n'appartient nullement aux politiques de juger de la scientificité des objets, des méthodes ou des théories. Seule la communauté savante peut évaluer les travaux de ses pairs : le champ scientifique, par ses contrôles, en garantit la rigueur. Si nous restons silencieux aujourd'hui, nous dira-t-on demain que l'évolution n'est qu'une idéologie ? A quand les pressions pour imposer l'enseignement du créationnisme, au nom de la liberté de conscience ?

    Pour nous, membres de l'Institut Emilie du Châtelet qui vise au développement et à la diffusion des recherches sur les femmes, le sexe et le genre, une telle censure politique serait inacceptable – et d'autant plus que l'ancienne ministre justifie sa demande d'interdiction "au nom du respect de la liberté de conscience." Pour nous, universitaires et chercheur-e-s, une telle ingérence religieuse dans l'enseignement serait insupportable – et d'autant plus que la présidente du Parti chrétien-démocrate invoque sans rire "la neutralité des valeurs républicaines". Or sa lettre au ministre ne fait que relayer celle du lobby des Associations familiales catholiques.

    Le site de L'Evangile de la vie, qui défend la vie "depuis sa conception", rapporte dès le 20 mai la naissance de cette campagne : "Avertie la semaine dernière par le lycée Saint-Joseph de Draguignan (Dominicaines du Saint-Esprit) qui venait de recevoir les tout nouveaux manuels […], la commission bioéthique en lien avec l'Observatoire sociopolitique du diocèse de Fréjus-Toulon a pu mesurer la gravité des changements opérés par le ministère de l'Éducation nationale par rapport aux précédents programmes."

    En réalité, la présidente du Parti chrétien-démocrate se fait la porte-parole du Vatican, qui ne cesse de marteler son opposition aux études de genre – depuis la conférence des Nations unies sur les femmes de Pékin en 1995 jusqu'aux dernières interventions de Benoît XVI, en passant par la "Lettre aux évêques sur la collaboration de l'homme et de la femme dans l'Eglise" de celui qui n'était encore en 2004 que le Cardinal Ratzinger.

    On aurait tort de croire que nous ne faisons que défendre ici notre pré carré de chercheur-e-s et d'enseignant-e-s. La vigilance s'impose aujourd'hui à chacune et à chacun. Le responsable de la commission bioéthique du diocèse de Fréjus-Toulon ne s'en cache pas : "Si l'on regarde de l'autre côté des Pyrénées, on s'aperçoit que des dizaines de milliers de familles catholiques avec le soutien appuyé de la Conférence épiscopale espagnole et le concours de juristes compétents se sont d'ores et déjà organisées pour contester les cours obligatoires sur le gender du gouvernement Zapatero, voire retirer leurs enfants en posant un acte d'objection de conscience. Allons-nous devoir en arriver là en France ?". La menace qui pèse sur la laïcité est claire.

    Nous, chercheur-e-s et universitaires engagé-e-s dans des travaux sur les femmes, le sexe et le genre, spécialistes d'anthropologie biologique et culturelle, de neurologie et de génétique, de médecine et d'épidémiologie, de psychologie et de psychanalyse, de droit et de science politique, de démographie, d'histoire et de géographie, de sociologie, de sciences de l'éducation et d'économie, de philosophie et d'histoire des sciences, d'arts du spectacle et de cinéma, de littérature et de linguistique, et d'autres domaines encore, nous élevons avec force contre des conceptions anti-scientifiques qui s'autorisent du "bon sens" pour imposer leur ordre rétrograde.

    Interroger les "préjugés" et les "stéréotypes" pour les remettre en cause, c'est précisément le point de départ de la démarche scientifique. C'est encore plus nécessaire lorsqu'il s'agit des différences entre les sexes, qui sont toujours présentées comme naturelles pour justifier les inégalités : la "réalité" selon la droite religieuse, c'est en réalité une hiérarchie entre les sexes dont nos travaux, issus de disciplines multiples, convergent tous pour contester qu'elle soit produite par la nature. La science rejoint ici le féminisme : on ne naît pas femme, ni homme d'ailleurs, on le devient. Bref, en démocratie, l'anatomie ne doit plus être un destin.


    --------------------------------------------------------------------------------

    Pour cette tribune, l'Institut Emilie du Châtelet (pour le développement et la diffusion des recherches sur les femmes), a reçu le soutien des associations scientifiques spécialistes des études de genre : Association nationale des études féministes (ANEF), Mnémosyne (association pour le développement de l'histoire des femmes et du genre) et la Fédération de recherche sur le genre (RING).

    Florence Rochefort, présidente de l'Institut Emilie du Châtelet (IEC), et les membres de l'IEC




    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8823
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: Trouble dans le genre

    Message par bye le Sam 1 Juin - 16:32

    La "théorie du genre", cache-sexe de la réaction
    GÉRALDINE DELACROIX - LAURENCE RIZET - FRANCIS CHASTAGNER | MEDIAPART.FR | VENDREDI 31 MAI 2013
    vendredi 31 mai 2013


    La "théorie du genre", cache-sexe de la réaction
    Géraldine Delacroix - Laurence Rizet - Francis Chastagner | mediapart.fr | vendredi 31 mai 2013


    « Lorsque Vincent Peillon, ministre de l’éducation nationale, explique qu’il est “ contre ” la “ théorie du genre ” – reprenant là l’expression employée par l’opposition réactionnaire – (...) l’étonnement fait place à la colère », tempête Pauline Delage, doctorante en sociologie, qui poursuit : « L’attitude du ministre alimente le discours de droite et d’extrême droite » visant à « maintenir le statu quo, voire renforcer les inégalités ».



    Que Frigide Barjot et ses comparses de la soi-disant “ Manif pour tous ” veuillent discréditer la “ théorie du genre ” : rien d’étonnant à cela. Mais lorsque Vincent Peillon, ministre de l’éducation nationale, explique qu’il est « contre » la « théorie du genre » – reprenant là l’expression employée par l’opposition réactionnaire – et trouverait absurde de la voir inscrite aux programmes des écoliers/ères, lorsqu’un membre du gouvernement répète les mêmes inanités que l’opposition de droite, l’étonnement fait place à la colère.

    Avant de faire des déclarations publiques sur un sujet qu’il ne connaît à l’évidence pas, Vincent Peillon aurait pu lire, sous les plumes de Laure Bereni ou Bruno Perreau par exemple, que le monde académique ne parle jamais de “ théorie du genre ”, mais bien d’études sur le genre ou d’études de genre, l’usage du pluriel et du terme “ étude ” attestant de la diversité des recherches et des positionnements.

    Le genre n’est en effet pas une théorie unique, monolithique, sortie de la cuisse de quelques féministes dogmatiques, c’est un concept travaillé par tout un champ d’études en France mais également dans le monde entier. Les propos du ministre relèguent ces études au domaine de la croyance – on serait pour ou contre le genre, on trouverait ça bien ou mal –, attestant d’un mépris et d’une réelle condescendance de la part d’un réprésentant d’Etat à l’égard d’universitaires, chercheurs et chercheuses, mais aussi membres du monde associatif, fonctionnaires ou encore militant-e-s qui ne croient pas au genre, mais travaillent dessus, l’analysent pour comprendre le monde social et améliorer les politiques publiques.

    Le problème soulève alors des questions quant au respect de l’autonomie de la recherche : dans quelle mesure le ministre n’outrepasse-t-il pas son rôle en attestant, ou non, de la validité de recherches, construites et évaluées par des membres du monde académique ? Est-ce le rôle du pouvoir politique que de s’y ingérer en déclassant un champ de recherche dynamique sous le sceau de la croyance ? Ces déclarations ne font d’ailleurs que reproduire des débats déjà anciens, qui reflètent des clivages politiques, et dont les principaux acteurs s’opposent à la volonté de décortiquer, de comprendre et d’expliquer comment les différenciations entre hommes et femmes sont construites, le sens qu’elles ont socialement et la manière dont elles nourrissent des inégalités. Parce qu’au fond les études de genre traitent bien de cela.

    Polémique entamée il y a déjà longtemps dans le milieu académique et politique, celle-ci a été ravivée en 2011 par des députés UMP voyant dans la mention du genre dans les manuels de SVT le risque d’endoctrinement de nos jeunesses. Cette année encore, les opposant-e-s au mariage pour toutes et tous, de droite et d’extrême-droite, mais toujours apolitiques selon eux, ont profité de leur médiatisation pour continuer à semer la confusion, en clamant notamment que la “ théorie du genre ”, parfois désignée dans sa version anglaise – gender – pour mieux souligner son inadéquation au contexte français, cacherait en fait la volonté de faire accepter l’homosexualité. Figurerait alors, selon la tristement célèbre Frigide Barjot, sur nos sacro-saintes cartes d’identité, la mention “ genre ”, et non plus sexe, incluant de fait l’orientation sexuelle : on n’y verrait plus homme ou femme mais hétérosexuel-le ou homosexuel-le (regarder la vidéo à partir de la 5e minute).

    L’incompréhension du genre participe à créer une nouvelle figure idéologique repoussoir fondée sur une homophobie latente, parfois manifeste, et l’insupportable menace de l’égalité entre hommes et femmes. Sous la peur de l’indifférenciation entre hommes et femmes, entre hétérosexuel-le-s et homosexuel-le-s, réside en effet le maintien des inégalités. Parce que comme l’explique notamment Christine Delphy, l’opération de classement entre hommes et femmes n’a de sens que parce qu’elle permet de les hiérarchiser, d’accorder des privilèges aux hommes, de créer et maintenir les rapports de domination (1).

    Si les études de genre sont en effet plurielles et diverses, il ne s’agit pas nécessairement d’invalider toute distinction biologique, mais bien de montrer quel sens elle prend, quel rôle elle joue, comment elle opère et quels en sont les effets dans des contextes spécifiques. Combattre les études de genre permet de rendre invisible, de mettre sous silence la manière dont se construisent les inégalités pour les pérenniser. Et l’attitude du ministre alimente le discours de droite et d’extrême droite qui joue un jeu idéologique dont les règles semblent pourtant claires : répandre des croyances pour discréditer les travaux, universitaires, militants, etc., et de cette manière, maintenir le statu quo, voire renforcer les inégalités entre femmes et hommes, entre hétérosexuel-le-s et lesbiennes, gays, bi-e-s et trans.

    Si le ministre n’avalisait pas des propos réactionnaires, dans le cadre de l’éducation nationale, le concept de genre pourrait se révéler utile pour analyser la manière dont l’institution scolaire est un espace de socialisation qui participe notamment à reproduire des différences de jugement et d’attentes envers les filles et les garçons. S’il n’utilisait pas la fausse notion de “ théorie du genre ”, et qu’il appliquait le concept de genre aux politiques éducatives, il se rendrait compte que c’est un levier vers la lutte contre le sexisme et l’homophobie à l’école.

    C’est bien parce que le genre est une question politique qu’il est sous le feu de la critique, objet des fantasmes de la droite et de l’extrême droite. Et les membres du gouvernement devraient peut-être le prendre comme tel, avec sérieux et rigueur intellectuelle, pour éviter de reprendre à leur compte des formules inadaptées et infondées construites par la droite, mais également en permettant aux études de genre de jouir du statut qui leur est dû, celui d’un champ d’études.

    (1) Christine Delphy, L’Ennemi principal II, Penser le genre, Paris, Syllepse, 2001.

    http://blogs.mediapart.fr/edition/les-batailles-de-legalite/article/310513/la-theorie-du-genre-cache-sexe-de-la-reaction

    Contenu sponsorisé

    Re: Trouble dans le genre

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Jeu 13 Déc - 6:40