LIBRE DISCUSSION DANS LES COULISSES DE DEMAIN

Débattons en toute liberté, dans le respect de l’autre, sur tous les sujets qui composent notre société : politique, économie, environnement, religion, philosophie, paranormal, sciences, famille, santé, mode, sexualité, loisirs, sports, divertissements…

Derniers sujets

» Appel de Raymond Millot : Un projet émancipateur face aux dangers de l’anthropocène
par bye Mar 21 Nov - 12:54

» Les émissions de CO2 repartent à la hausse
par bye Ven 17 Nov - 17:05

» l’idéologie du consentement, outil d’émancipation ou d’isolement individuel ?
par bye Lun 13 Nov - 12:21

» Droit au logement opposable : le bilan chiffré 2008-2016
par bye Jeu 9 Nov - 20:02

» La rétention des « dublinés », dans l’attente d’un transfert, est contraire au règlement Dublin
par bye Lun 6 Nov - 18:33

» Face à la situation en Catalogne
par bye Mer 1 Nov - 11:33

» ACTUALITÉ SOCIÉTÉ ET POLITIQUE
par bye Sam 21 Oct - 10:37

» Offre de Prêt Entre Particulier Sérieux en 72H
par gramophone Ven 20 Oct - 9:32

» Offre de Prêt Entre Particulier Sérieux en 72H
par gramophone Ven 20 Oct - 9:32

» Offre de Prêt Entre Particulier Sérieux en 72H
par gramophone Ven 20 Oct - 9:31

» Offre de Prêt Entre Particulier Sérieux en 72H
par gramophone Ven 20 Oct - 9:31

» Bus de la honte : ne laissons pas l’avenir aux réactionnaires
par bye Sam 14 Oct - 12:44

» La métamatière et le peuple
par Claude De Bortoli Ven 6 Oct - 9:27

» Vers un retour du délit de solidarité ?
par bye Sam 30 Sep - 6:45

» Dossier : de l’École capitaliste à l’éducation émancipatrice
par bye Mer 13 Sep - 19:07

» Education : le « désastre » d’un enseignement tiré vers le bas...
par bye Lun 4 Sep - 12:13

» Offre de prêt entre particuliers rapide en 72h
par BastienL Dim 13 Aoû - 19:49

» Jean Gadrey, économiste : “Il faut remettre la réduction du temps de travail au cœur du débat public”
par bye Mar 8 Aoû - 19:04

» Le « chavo-madurisme » n’est rien moins qu’une dictature pure et simple
par bye Dim 6 Aoû - 18:52

» Gel des postes et du budget de l’éducation nationale : non, cette école ne nous convient pas !
par bye Mer 12 Juil - 13:56

» G 20 Hambourg
par bye Lun 10 Juil - 11:51

» Handicapée, je ne peux continuer à enseigner dans mon académie
par bye Mer 5 Juil - 6:21

» Pour une éducation populaire féministe
par bye Lun 12 Juin - 18:20

» La CNT a écrit aux Éditions Belin
par bye Mar 6 Juin - 10:20

» Blanquer ministre de l’Education nationale : au secours, Sarkozy revient !
par bye Jeu 25 Mai - 11:08

» L'accaparement des terres en Birmanie
par bye Mer 17 Mai - 18:42

» Un enseignant kurde témoigne...
par bye Lun 15 Mai - 17:50

» La métamatière et le Roi de la Terre
par De Bortoli Claude Mar 2 Mai - 9:52

» Au-delà des élections
par bye Mer 26 Avr - 17:26

» Les Etats-Unis ont utilisé leur plus puissante bombe non-nucléaire en Afghanistan, une première
par bye Dim 23 Avr - 18:35

» « Pourquoi nous sommes en grève de la faim dans les prisons d’Israël »
par bye Dim 23 Avr - 18:31

» « Enculé, ordure ! ». Philippe Poutou insulté par les flics
par bye Dim 23 Avr - 18:25

» La Sécurité sociale, une assistance ou un droit ?
par bye Dim 23 Avr - 18:22

» Birmanie: pour établir un mécanisme indépendant de réexamen de tous les cas de prisonniers politiques
par bye Ven 21 Avr - 6:02

» Gatti est mort. A la Parole Errante ses mots résonnent encore !
par bye Mer 12 Avr - 18:21

» Turquie : appel urgent au monde enseignant, aux associations et syndicats…
par bye Lun 3 Avr - 18:21

» APPEL À LA MOBILISATION CONTRE LE PROCHAIN SOMMET DE L’OTAN !
par bye Sam 1 Avr - 5:30

» Communiqué de presse de SUD éducation Guyane du 28 mars
par bye Jeu 30 Mar - 10:16

» Qu’est-ce qui ne va pas avec l’arabe à l’école ?
par bye Ven 24 Mar - 12:03

» Libérons l'oisiveté !
par bye Ven 17 Mar - 19:05

» Quand Espérance banlieues bat la campagne
par bye Ven 17 Mar - 19:00

» 8 mars : luttons toutes et tous pour l’égalité des droits !
par bye Mer 8 Mar - 11:01

» Désarmer la police, la proposition pas si saugrenue du NPA
par bye Mar 7 Mar - 12:50

» Fin du dispositif des Caomi: quelle orientation pour les mineurs isolés de Calais ?
par bye Sam 4 Mar - 9:58

» Les fonctionnaires répondent aux "menaces" de Marine Le Pen
par bye Sam 4 Mar - 6:25

» Réduction des indemnités et contrôles drastiques : Macron s’attaque aux chômeurs
par bye Sam 4 Mar - 6:22

» L'avenue Serge Dassault à Corbeil-Essonnes doit être débaptisée !
par bye Sam 4 Mar - 6:20

» Nouvelle révélation du Canard Enchainé : les copinages de Hamon et LVMH
par bye Sam 4 Mar - 6:18

» Une nouvelle menace pour les étrangers
par bye Mar 21 Fév - 12:02

» "Vous êtes la candidate du nanti-système", lance Charline Vanhoenacker à Marine Le Pen
par bye Lun 20 Fév - 20:30

» Vaccins : Marisol Touraine va-t-elle faire respecter la loi ou satisfaire les labos ?
par bye Lun 20 Fév - 20:26

» La tension monte d’un cran entre les Etats-Unis et le Venezuela
par bye Lun 20 Fév - 20:23

» Vandana Shiva : « Gandhi est plus pertinent qu’il ne l’a jamais été »
par bye Lun 20 Fév - 20:16

» Vague de froid en Europe : les migrants vulnérables
par bye Mar 7 Fév - 17:59

» Le centre pour les femmes et les familles migrantes a ouvert ses portes à Paris
par bye Mar 7 Fév - 17:56

» Des incidents éclatent à Aulnay-sous-Bois après les soupçons de viol de policiers
par bye Lun 6 Fév - 18:23

» Le maire rejette l'étude d'UFC-Que choisir sur l'eau potable
par bye Lun 6 Fév - 18:20

» DOCUMENT. Voici le contrat de travail de Penelope Fillon
par bye Lun 6 Fév - 18:17

» Le Hezbollah scrute avec inquiétude la nouvelle politique américaine au Moyen-Orient
par bye Lun 6 Fév - 18:14

» Huit hommes possèdent autant que la moitié de la population mondiale
par bye Mer 18 Jan - 20:06

» Délinquants solidaires : Pour en finir avec le délit de solidarité
par bye Mer 18 Jan - 13:29

» votre permis de conduire à portée de main
par neil89 Ven 13 Jan - 23:51

» Poursuivre la mobilisation pour une carte élargie des lycées de l’Education Prioritaire, en grève le 10 janvier !
par bye Mar 10 Jan - 11:50

» Grenade de désencerclement : un CRS mis en examen
par bye Sam 7 Jan - 20:59

» Les trois visages du vote FN
par bye Sam 7 Jan - 20:46

» Les deux jambes du militantisme
par bye Sam 7 Jan - 20:37

» Condamnés aujourd’hui pour avoir comparé Christiane Taubira à un singe
par bye Sam 31 Déc - 10:17

» Échapper au chaos
par bye Jeu 22 Déc - 17:53

» Le sénateur Carle coupable de détournement de fonds publics ? SUD éducation le dit depuis 2009 !
par bye Jeu 22 Déc - 15:06

» Maths : résoudre un problème
par bye Lun 12 Déc - 13:25

» Journée Internationale des droits de l'Homme: une situation inquiétante en Birmanie
par bye Dim 11 Déc - 11:17

» Comment les services de renseignement font la chasse aux employés des télécoms
par bye Sam 10 Déc - 18:54

» ET SI LE MASCULIN NE L’EMPORTAIT PAS SUR LE FEMININ ?
par bye Sam 10 Déc - 18:49

» Un document interne provoque un malaise à la SNCF
par bye Sam 10 Déc - 18:38

» Le gouvernement repousse l’évacuation de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes
par bye Sam 10 Déc - 18:29

» Légitime défense des policiers : faut-il tordre le droit ?
par bye Ven 9 Déc - 19:29

» Cadeau de fin d’année, un casier scolaire pour tous les marmots
par bye Mar 6 Déc - 13:59

» Violences policières, violences d’Etat
par bye Mar 6 Déc - 13:54

» La métamatière, les élites et les gouvernants
par De Bortoli Claude Ven 2 Déc - 9:54

» Comment les stups ont enfumé la justice
par bye Jeu 1 Déc - 12:26

» Quel opérateur
par bye Jeu 1 Déc - 12:24

» Fillon président ? Un coup de massue pour l’école
par bye Mer 30 Nov - 17:54

» « Pourquoi j’ai secouru des réfugiés. » Monument en l'honneur de Pierre-Alain Mannoni
par bye Mar 29 Nov - 13:06

» Jean-Luc Mélenchon ne passera pas au second tour de la présidentielle s'il ne se décide pas à parler au peuple
par bye Mar 29 Nov - 13:03

» Graeme Allwright : il t'a laissé la carte qui est si délirante qu'il n'aura plus jamais besoin d'une autre
par bye Mar 29 Nov - 13:00

» Mort de Fidel Castro : bilan de santé de la révolution castriste
par bye Mar 29 Nov - 12:57

» Vinci, piraté par des hacktivistes
par bye Ven 25 Nov - 18:38

» Le Mouvement de la Paix solidaire de la lutte des infirmières et infirmiers
par bye Ven 25 Nov - 18:35

» presentation de moi
par bye Ven 25 Nov - 18:30

» tests
par Matteo13 Mer 23 Nov - 7:48

» Un système d'accueil italien saturé face au nombre toujours aussi important d'arrivées
par bye Lun 21 Nov - 19:08

» Comment fonctionnera le « centre humanitaire » de Paris ?
par bye Lun 21 Nov - 19:06

» Un quart des enfants européens est menacé par la pauvreté
par bye Lun 21 Nov - 19:02

» Cuba : Le Conseil d’État décrète l’amnistie de 787 condamnés
par bye Sam 19 Nov - 11:11

LE SITE

Dans Les Coulisses de Demain

FORUMS & SITES AMIS

FORUM EST INSCRIT SUR


    Le ‘capitalisme intégré’ est une économie dont le lieu n'est pas sur terre”,

    Partagez
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8763
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Le ‘capitalisme intégré’ est une économie dont le lieu n'est pas sur terre”,

    Message par bye le Mer 7 Jan - 16:10

    Les révolutions financière et numérique ont engendré un monde régi par les chiffres. Dans ce système économique dominé par le vide, la gestion planétaire échappe à tous. Dans son dernier essai, François Meyronnis entend réveiller les consciences sur une crise généralisée.
    Certains attendent la « sortie de crise » comme on attend Godot. On guette le « retour de la croissance ». On invoque le retournement de conjoncture comme on danse pour faire tomber la pluie. Et si cette crise était irrémédiable ? Et si le monde dans lequel nous vivons n'avait plus rien à voir avec l'ancien ? Profondément troublant, Proclamation sur la vraie crise mondiale, le texte qu'a publié à l'automne l'écrivain et essayiste François Meyronnis, décrit un système qui dépasse de très loin les seules considérations économiques et nous conduit droit à la catastrophe. Explications avec l'auteur.

    Pourquoi « Proclamation » ?
    Proclamer veut dire « crier en avant ». Le choix de ce mot est ainsi la métaphore d'un discours que je voudrais prophétique. Je ne suis pas économiste, je n'ai aucune autorité en la matière, mais je suis un écrivain et par conséquent attentif aux signes. A partir de ce qu'il entend, l'écrivain voit ce que les autres délaissent, l'envisage sous un angle inattendu. Par cette « proclamation », je m'efforce d'interrompre le sommeil général, une sorte de léthargie entretenue par la confusion des discours relayés par les médias, à l'instar de la polémique actuelle autour du livre d'Eric Zemmour.

    Et pourquoi la « vraie » crise ?
    Parce qu'on se limite en général à la crise au sens économique du terme. Il ne s'agit évidemment pas d'en méconnaître l'importance, celle-ci est considérable. A l'automne 2008, la crise financière nous a fait entrevoir le gouffre et la prochaine pourrait être pire car les Etats, déjà surendettés, ne pourraient plus rien endiguer. Mais la crise que nous vivons est beaucoup plus ample, et d'une certaine manière le discours économique en recouvre la « vraie » nature. Ce qu'il faut bien voir, en effet, c'est la coïncidence, au début des années 1980, de deux révolutions. Celle de la finance, dont la dérégulation a fortement bouleversé la vie des gens d'un bout à l'autre de la planète. Et celle du numérique qui en démultiplie les effets. Sans doute n'a-t-on pas pris tout de suite la mesure de ce qui est en jeu. A savoir que l'économie réelle est aujourd'hui entièrement déterminée depuis une instance en apesanteur : le virtuel l'emporte sur la réalité. Démultipliant les connexions à l'envi, irradiant en tous lieux, les réseaux numériques – processus faits d'algorithmes – combinent des branchements, recroisent des liaisons, et accouchent d'un véritable monde parallèle, capable de satelliser le nôtre. Ainsi peut-on concevoir que la finance n'est plus au service de la production et du commerce, mais le contraire. Les mouvements de capitaux, réduits à des impulsions électroniques, traversent les continents en quelques nanosecondes. La sphère virtuelle dicte aux grandes firmes leur stratégie. Le monde, d'une certaine manière, est sans arrêt reconfiguré pour créer de la valeur chiffrée. Il n'y a plus que cela qui importe.

    “Si les salariés sont aujourd'hui si démunis, c'est parce que, face à eux, il n'y a plus rien.“

    Vous datez cette mutation du 15 août 1971...
    C'est le jour où le président des Etats-Unis, Richard Nixon, décide, pour financer le déficit de la balance des paiements de son pays, de suspendre la convertibilité du dollar en or : désormais, la monnaie américaine, qui sert de référence aux autres, n'aura plus aucune garantie hormis elle-même. Elle devient un simple signe créé ex nihilo. Les Etats-Unis vont ainsi se renflouer en transformant des flux de dettes en crédit discrétionnaire. Quarante ans plus tard, c'est toute l'économie qui fonctionne de cette manière. L'argent est devenu totalement immatériel. Hors sol, il circule dans les paradis fiscaux, comme une richesse négative – une antimatière. On peut désormais « acheter sans payer et vendre sans détenir », comme le réprouvait le prix Nobel Maurice Allais. N'étant que fiduciaire, la valeur des actifs se décide à chaque instant, soumise à des hausses et à des baisses, également arbitraires. Le transfert aux ordinateurs de la plupart des échanges n'a fait qu'aggraver cette dominante spéculative, les bulles de crédit se succédant les unes aux autres. Jusqu'à une éventuelle implosion.

    Ce monde que vous décrivez, vous l'appelez « capitalisme intégré »...
    C'est un capitalisme dont le soubassement est moins l'économie politique d'Adam Smith, le père du libéralisme, que la cybernétique de Norbert Wiener. Celui-ci était un mathématicien américain, un des grands penseurs de la seconde moitié du XXe siècle, fondateur de cette science bizarre, celles des systèmes, vivants ou non : une entreprise, une machine, un réseau d'ordinateurs, une cellule ou encore un cerveau. Une théorie du contrôle et de l'information, en fait. Wiener imaginait ainsi de piloter l'ensemble d'une société à partir de machines connectées. La cybernétique, au sens étymologique, c'est d'ailleurs la science du gouvernement, un gouvernement qui passerait exclusivement par la technique. Aujourd'hui, à partir des réseaux, depuis la sphère virtuelle du maillage numérique, on conditionne l'ensemble du système social, celui de l'économie en particulier. La numérisation intègre tous les éléments, même les plus contraires, dans un processus aggloméré. Elle transforme chaque réalité en « donnée », susceptible d'être « traitée » pour la traduire en valeur chiffrée. Le marché est devenu planétaire, tous les lieux sont interconnectés, à la vitesse de la lumière. C'est un jeu de relations illimitées, qui rend disponibles tous les êtres, et les met en concurrence. Les humains demeurent attachés à des lieux, à des histoires, à des langues, mais on les gouverne désormais depuis une vacance sidérale, celle du virtuel. Sans arrêt, on les répartit comme des animaux et on les normalise comme des choses. Ce que j'appelle « capitalisme intégré » est ainsi une économie dont le lieu n'est pas sur terre. C'est pour cette raison que les salariés sont aujourd'hui si démunis.

    Pourquoi ?
    Parce que, face à eux, il n'y a plus rien. Jusqu'au siècle dernier, les dominés s'opposaient aux dominants avec lesquels ils engageaient la lutte multiséculaire, celle qui oppose le Maître et l'Esclave. Mais aujourd'hui ? On s'agite, on se bat contre la police, on investit une usine, mais c'est un leurre. Rien de plus que de la communication, qui n'a en général aucun effet politique. La révolution, au sens ancien, n'est plus possible. Confrontées aux réseaux numériques, et à l'avènement du monde comme unité virtuelle actualisée à chaque instant, les sociétés humaines sont assignées à rattraper les flux avec l'absolue certitude d'échouer. Ainsi, avec le trading à haute fréquence, les algorithmes se déchaînent-ils pour acheter ou vendre des titres qui changent de main en quelques millisecondes. Les logiques révolutionnaires sont liées à un sol, à une chronologie humaine : face au présent spectral des réseaux, elles sont condamnées à retarder toujours. L'instant cybernétique échappe, par définition, à la délibération humaine.

    “Les plus riches sont, comme les autres, prisonniers d'un monde en cours de dévastation.“

    La domination échappe, partout et nulle part à la fois ?
    Exactement. Il n'y plus personne en face, plus de palais d'Hiver à prendre. Les hommes se trouvent confrontés à une sorte de surplomb horizontal qui s'évanouit dès qu'on cherche à le circonscrire. La domination se dissocie, pour parler comme Lao-tseu, de toute « terre mortelle » : fuyant dans les réseaux, elle sait se rendre insaisissable à tout moment, hors de prise pour ceux qui voudraient la contester. C'est cela le tour de force du capitalisme intégré, il réalise le programme de la tyrannie tel que l'avait élaboré, au IIIe siècle avant Jésus-Christ, le penseur chinois Han Fei, qui se demandait : Qu'est-ce qu'un maître absolument invulnérable ? C'est un maître qui disparaît. Le dominé n'a plus en face de lui que le vide et, à partir de là, il ne peut plus rien faire. Il y a bien sûr, dans chaque pays, des oligarchies qui profitent du système, mais il faut se garder de les confondre avec lui.

    Comment les situez-vous ?
    Elles bénéficient de ce système réticulaire, comme aucune classe n'a jamais tiré profit d'un système de domination antérieur. Elles le défendent. Elles ont chacune une histoire, l'oligarchie chinoise n'est pas l'américaine qui se différencie de la française. Elles sont en conflit les unes par rapport aux autres. Mais elles se distinguent du système en ce sens qu'elles y sont intégrées comme les autres. Nous ne comprenons pas encore la portée de ce que le tournant numérique change dans nos conditions d'existence. Nous ne comprenons pas que la gestion planétaire se fait pour ainsi dire sans nous. Les plus riches pensent avoir les clés du royaume parce qu'ils élargissent leur champ d'influence à des proportions planétaires. Ils se trompent. Ils sont, comme les autres, prisonniers d'un monde en cours de dévastation. En ce sens ils n'ont pas intérêt à ce que le processus en cours aille à son terme, c'est-à-dire à la destruction irréversible de toute vie sur terre. Personne ne le souhaite, mais ça a lieu. Un de mes amis a posé la question à un homme d'affaires important qui a d'abord convenu que le système dans lequel nous sommes pris allait conduire à la catastrophe. « Oui, a-t-il dit, mais entre le moment où cela adviendra et maintenant, il y a l'occasion de faire de bonnes affaires. Et je ne m'en priverai pas.»

    “L'oligarchie française s'est longtemps servie du Front National comme d'un repoussoir.“

    Pourquoi pensez-vous que les gens ne prennent pas la mesure de ce qui arrive ?
    Pour une raison très simple. Tout le monde raisonne encore, en France en particulier, dans le grand récit de l'émancipation, celui des Temps modernes, issu des Lumières. Grâce à la technique, l'homme prend le pouvoir sur la nature et la terre. Il part à la conquête de son « autonomie », jusqu'à devenir capable de se produire lui-même. Mais nous sommes, à mon sens, depuis longtemps sortis de l'ère moderne. La réquisition universelle devant assurer aux humains une maîtrise absolue sur la nature et sur eux-mêmes s'est retournée contre eux. L'homme est devenu capable de s'auto-détruire. Mais les gens peinent à envisager cet état de fait, car ils pensent qu'il y a toujours un moyen de reprendre les choses en main. On se rassure en répétant, comme le croyait Protagoras, le philosophe grec, que l'homme est la mesure de toute chose. Sans voir qu'aujourd'hui, c'est le calcul cybernétique qui est au centre de tout. Ce qui contribue à vider de tout contenu ce qu'on a appelé, pendant deux siècles, la politique. En France par exemple, les thèmes des Temps modernes, la laïcité, la défense de l'égalité entre les hommes et les femmes, la République, sont repris par un parti d'extrême-droite. Grave symptôme de la confusion généralisée que nous connaissons aujourd'hui. Les socialistes ne sont plus socialistes, ils se définissent comme libéraux, toutes les idéologies implosent. Cette confusion est inquiétante pour l'avenir.

    Que voulez-vous dire ?
    L'oligarchie française s'est longtemps servie du Front National comme d'un repoussoir. Pour « vendre » une politique économique et sociale défavorable à la majorité des citoyens, il s'agissait de se rendre acceptable par comparaison : en face, c'est pire ! On a ainsi organisé une alternance entre des gens qui, en gros, soutiennent les mêmes idées et programmes en laissant l'extrémisme de droite s'accaparer le vote contestataire. A la fois peu crédible et repoussant, celui-ci a permis aux « partis de gouvernement » d'apparaître raisonnables malgré ce qui, dans leur bilan, s'avère catastrophique. A partir du moment où le peuple s'est montré sensible à la rhétorique du Front national, cela a également autorisé une large fraction du Parti socialiste – la fondation Terra Nova en particulier – à justifier en toute bonne conscience sa rupture avec les franges populaires de l'électorat et son ralliement ouvert aux marchés, fût-ce en habillant cela d'une phraséologie de « gauche ». Aujourd'hui, les gens sont tellement désespérés, la confusion est telle, que la situation a évolué. Si Jean-Marie Le Pen, le « diable de la République », se cantonnait au rôle d'exutoire à la colère du peuple, sa fille aspire à un jeu beaucoup plus étendu, utilisant à son profit la peur et le désarroi des gens. Et il n'est plus exclu que ceux-ci se résignent à lui confier les plus hautes responsabilités, suffisamment malheureux pour ne plus craindre d'approfondir le ravage.

    “Chacun a la possibilité de la résistance. Elle prend la forme d'un libre usage du temps et de la parole.“

    Cette catastrophe, certains réfléchissent aux moyens de l'éviter...
    C'est une bonne chose, plus les gens sont conscients, mieux ça vaut. Il est évidemment utile d'analyser les failles de l'économie mondiale et de proposer des mesures réparatrices. Les travaux d'Emmanuel Todd, de Frédéric Lordon, des économistes atterrés, sont précieux, ne serait-ce que pour répliquer aux boniments prodigués, avec la complicité des principaux médias, par les représentants de l'oligarchie. C'est la moindre des choses, si j'ose dire, mais je ne crois pas qu'il y ait une alternative au ravage étant donné la nature de celui-ci. La crise ne se limite pas à l'économie. A l'âge cybernétique, il devient illusoire d'agir sur la dévastation comme si nous lui étions extérieurs. Comment imaginer une alternative fondée sur une prise de conscience de la planète entière ? Il n'existe pas d'opinion publique planétaire sur laquelle asseoir une décision politique. Nous sommes, avec cette crise, sortis du champ de la politique au sens classique du terme. C'est cela qu'il faut admettre. Mais cela ne veut pas dire que nous soyons impuissants.

    Que voulez-vous dire ?
    Tout ce qui dans le monde, auparavant, était extraordinairement consistant, les rapports de forces, l'industrie, la production, tout ce que les marxistes, par exemple, ou les tenants du capitalisme, tenaient pour la réalité, est devenu chimérique, immatériel. Le monde que je viens de décrire, celui de la soumission de toute vie réelle au règne du virtuel, c'est celui de la mort vivante. Un contre-monde qui a horreur de la parole, où le chiffre prend la place de la parole, où le calcul cybernétique devient l'instance de souveraineté, qui met en charpie l'espace et le temps. A ce moment, chacun a la possibilité de la résistance. Elle prend la forme d'un libre usage du temps et de la parole.

    Il y a une dimension spirituelle dans cette démarche...
    Oui, je ne crains pas de le dire. Poétique, intellectuelle, mystique, à chacun de voir, cette forme de résistance peut paraître dérisoire en termes de rapports de forces. Elle me semble au contraire éminemment subversive.



    A lire : Proclamation sur la vraie crise mondiale, de François Meyronnis, Ed. Les liens qui libèrent, 110 p., 12 €.


      La date/heure actuelle est Jeu 23 Nov - 8:36