LIBRE DISCUSSION DANS LES COULISSES DE DEMAIN

Débattons en toute liberté, dans le respect de l’autre, sur tous les sujets qui composent notre société : politique, économie, environnement, religion, philosophie, paranormal, sciences, famille, santé, mode, sexualité, loisirs, sports, divertissements…

Derniers sujets

» Défendre et renforcer les CHSCT !
par bye Mar 5 Déc - 12:59

» Nuage de Ruthénium-106 sur l’Europe : que s’est-il réellement passé ?
par bye Mar 28 Nov - 12:35

» Dossier sur "l’affaire du stage de Sud éduc 93"
par bye Lun 27 Nov - 12:34

» Appel de Raymond Millot : Un projet émancipateur face aux dangers de l’anthropocène
par bye Mar 21 Nov - 12:54

» Les émissions de CO2 repartent à la hausse
par bye Ven 17 Nov - 17:05

» l’idéologie du consentement, outil d’émancipation ou d’isolement individuel ?
par bye Lun 13 Nov - 12:21

» Droit au logement opposable : le bilan chiffré 2008-2016
par bye Jeu 9 Nov - 20:02

» La rétention des « dublinés », dans l’attente d’un transfert, est contraire au règlement Dublin
par bye Lun 6 Nov - 18:33

» Face à la situation en Catalogne
par bye Mer 1 Nov - 11:33

» ACTUALITÉ SOCIÉTÉ ET POLITIQUE
par bye Sam 21 Oct - 10:37

» Offre de Prêt Entre Particulier Sérieux en 72H
par gramophone Ven 20 Oct - 9:32

» Offre de Prêt Entre Particulier Sérieux en 72H
par gramophone Ven 20 Oct - 9:32

» Offre de Prêt Entre Particulier Sérieux en 72H
par gramophone Ven 20 Oct - 9:31

» Offre de Prêt Entre Particulier Sérieux en 72H
par gramophone Ven 20 Oct - 9:31

» Bus de la honte : ne laissons pas l’avenir aux réactionnaires
par bye Sam 14 Oct - 12:44

» La métamatière et le peuple
par Claude De Bortoli Ven 6 Oct - 9:27

» Vers un retour du délit de solidarité ?
par bye Sam 30 Sep - 6:45

» Dossier : de l’École capitaliste à l’éducation émancipatrice
par bye Mer 13 Sep - 19:07

» Education : le « désastre » d’un enseignement tiré vers le bas...
par bye Lun 4 Sep - 12:13

» Offre de prêt entre particuliers rapide en 72h
par BastienL Dim 13 Aoû - 19:49

» Jean Gadrey, économiste : “Il faut remettre la réduction du temps de travail au cœur du débat public”
par bye Mar 8 Aoû - 19:04

» Le « chavo-madurisme » n’est rien moins qu’une dictature pure et simple
par bye Dim 6 Aoû - 18:52

» Gel des postes et du budget de l’éducation nationale : non, cette école ne nous convient pas !
par bye Mer 12 Juil - 13:56

» G 20 Hambourg
par bye Lun 10 Juil - 11:51

» Handicapée, je ne peux continuer à enseigner dans mon académie
par bye Mer 5 Juil - 6:21

» Pour une éducation populaire féministe
par bye Lun 12 Juin - 18:20

» La CNT a écrit aux Éditions Belin
par bye Mar 6 Juin - 10:20

» Blanquer ministre de l’Education nationale : au secours, Sarkozy revient !
par bye Jeu 25 Mai - 11:08

» L'accaparement des terres en Birmanie
par bye Mer 17 Mai - 18:42

» Un enseignant kurde témoigne...
par bye Lun 15 Mai - 17:50

» La métamatière et le Roi de la Terre
par De Bortoli Claude Mar 2 Mai - 9:52

» Au-delà des élections
par bye Mer 26 Avr - 17:26

» Les Etats-Unis ont utilisé leur plus puissante bombe non-nucléaire en Afghanistan, une première
par bye Dim 23 Avr - 18:35

» « Pourquoi nous sommes en grève de la faim dans les prisons d’Israël »
par bye Dim 23 Avr - 18:31

» « Enculé, ordure ! ». Philippe Poutou insulté par les flics
par bye Dim 23 Avr - 18:25

» La Sécurité sociale, une assistance ou un droit ?
par bye Dim 23 Avr - 18:22

» Birmanie: pour établir un mécanisme indépendant de réexamen de tous les cas de prisonniers politiques
par bye Ven 21 Avr - 6:02

» Gatti est mort. A la Parole Errante ses mots résonnent encore !
par bye Mer 12 Avr - 18:21

» Turquie : appel urgent au monde enseignant, aux associations et syndicats…
par bye Lun 3 Avr - 18:21

» APPEL À LA MOBILISATION CONTRE LE PROCHAIN SOMMET DE L’OTAN !
par bye Sam 1 Avr - 5:30

» Communiqué de presse de SUD éducation Guyane du 28 mars
par bye Jeu 30 Mar - 10:16

» Qu’est-ce qui ne va pas avec l’arabe à l’école ?
par bye Ven 24 Mar - 12:03

» Libérons l'oisiveté !
par bye Ven 17 Mar - 19:05

» Quand Espérance banlieues bat la campagne
par bye Ven 17 Mar - 19:00

» 8 mars : luttons toutes et tous pour l’égalité des droits !
par bye Mer 8 Mar - 11:01

» Désarmer la police, la proposition pas si saugrenue du NPA
par bye Mar 7 Mar - 12:50

» Fin du dispositif des Caomi: quelle orientation pour les mineurs isolés de Calais ?
par bye Sam 4 Mar - 9:58

» Les fonctionnaires répondent aux "menaces" de Marine Le Pen
par bye Sam 4 Mar - 6:25

» Réduction des indemnités et contrôles drastiques : Macron s’attaque aux chômeurs
par bye Sam 4 Mar - 6:22

» L'avenue Serge Dassault à Corbeil-Essonnes doit être débaptisée !
par bye Sam 4 Mar - 6:20

» Nouvelle révélation du Canard Enchainé : les copinages de Hamon et LVMH
par bye Sam 4 Mar - 6:18

» Une nouvelle menace pour les étrangers
par bye Mar 21 Fév - 12:02

» "Vous êtes la candidate du nanti-système", lance Charline Vanhoenacker à Marine Le Pen
par bye Lun 20 Fév - 20:30

» Vaccins : Marisol Touraine va-t-elle faire respecter la loi ou satisfaire les labos ?
par bye Lun 20 Fév - 20:26

» La tension monte d’un cran entre les Etats-Unis et le Venezuela
par bye Lun 20 Fév - 20:23

» Vandana Shiva : « Gandhi est plus pertinent qu’il ne l’a jamais été »
par bye Lun 20 Fév - 20:16

» Vague de froid en Europe : les migrants vulnérables
par bye Mar 7 Fév - 17:59

» Le centre pour les femmes et les familles migrantes a ouvert ses portes à Paris
par bye Mar 7 Fév - 17:56

» Des incidents éclatent à Aulnay-sous-Bois après les soupçons de viol de policiers
par bye Lun 6 Fév - 18:23

» Le maire rejette l'étude d'UFC-Que choisir sur l'eau potable
par bye Lun 6 Fév - 18:20

» DOCUMENT. Voici le contrat de travail de Penelope Fillon
par bye Lun 6 Fév - 18:17

» Le Hezbollah scrute avec inquiétude la nouvelle politique américaine au Moyen-Orient
par bye Lun 6 Fév - 18:14

» Huit hommes possèdent autant que la moitié de la population mondiale
par bye Mer 18 Jan - 20:06

» Délinquants solidaires : Pour en finir avec le délit de solidarité
par bye Mer 18 Jan - 13:29

» votre permis de conduire à portée de main
par neil89 Ven 13 Jan - 23:51

» Poursuivre la mobilisation pour une carte élargie des lycées de l’Education Prioritaire, en grève le 10 janvier !
par bye Mar 10 Jan - 11:50

» Grenade de désencerclement : un CRS mis en examen
par bye Sam 7 Jan - 20:59

» Les trois visages du vote FN
par bye Sam 7 Jan - 20:46

» Les deux jambes du militantisme
par bye Sam 7 Jan - 20:37

» Condamnés aujourd’hui pour avoir comparé Christiane Taubira à un singe
par bye Sam 31 Déc - 10:17

» Échapper au chaos
par bye Jeu 22 Déc - 17:53

» Le sénateur Carle coupable de détournement de fonds publics ? SUD éducation le dit depuis 2009 !
par bye Jeu 22 Déc - 15:06

» Maths : résoudre un problème
par bye Lun 12 Déc - 13:25

» Journée Internationale des droits de l'Homme: une situation inquiétante en Birmanie
par bye Dim 11 Déc - 11:17

» Comment les services de renseignement font la chasse aux employés des télécoms
par bye Sam 10 Déc - 18:54

» ET SI LE MASCULIN NE L’EMPORTAIT PAS SUR LE FEMININ ?
par bye Sam 10 Déc - 18:49

» Un document interne provoque un malaise à la SNCF
par bye Sam 10 Déc - 18:38

» Le gouvernement repousse l’évacuation de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes
par bye Sam 10 Déc - 18:29

» Légitime défense des policiers : faut-il tordre le droit ?
par bye Ven 9 Déc - 19:29

» Cadeau de fin d’année, un casier scolaire pour tous les marmots
par bye Mar 6 Déc - 13:59

» Violences policières, violences d’Etat
par bye Mar 6 Déc - 13:54

» La métamatière, les élites et les gouvernants
par De Bortoli Claude Ven 2 Déc - 9:54

» Comment les stups ont enfumé la justice
par bye Jeu 1 Déc - 12:26

» Quel opérateur
par bye Jeu 1 Déc - 12:24

» Fillon président ? Un coup de massue pour l’école
par bye Mer 30 Nov - 17:54

» « Pourquoi j’ai secouru des réfugiés. » Monument en l'honneur de Pierre-Alain Mannoni
par bye Mar 29 Nov - 13:06

» Jean-Luc Mélenchon ne passera pas au second tour de la présidentielle s'il ne se décide pas à parler au peuple
par bye Mar 29 Nov - 13:03

» Graeme Allwright : il t'a laissé la carte qui est si délirante qu'il n'aura plus jamais besoin d'une autre
par bye Mar 29 Nov - 13:00

» Mort de Fidel Castro : bilan de santé de la révolution castriste
par bye Mar 29 Nov - 12:57

» Vinci, piraté par des hacktivistes
par bye Ven 25 Nov - 18:38

» Le Mouvement de la Paix solidaire de la lutte des infirmières et infirmiers
par bye Ven 25 Nov - 18:35

» presentation de moi
par bye Ven 25 Nov - 18:30

» tests
par Matteo13 Mer 23 Nov - 7:48

» Un système d'accueil italien saturé face au nombre toujours aussi important d'arrivées
par bye Lun 21 Nov - 19:08

LE SITE

Dans Les Coulisses de Demain

FORUMS & SITES AMIS

FORUM EST INSCRIT SUR


    Attentats à Charlie Hebdo : les enfants de banlieues sur le banc des accusés

    Partagez
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8766
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Attentats à Charlie Hebdo : les enfants de banlieues sur le banc des accusés

    Message par bye le Dim 18 Jan - 17:46

    Après les attentats perpétrés le 7 janvier contre Charlie Hebdo et le 9 janvier contre un commerce juif, nous avons été nombreux parmi les enseignants à nous demander, parfois avec appréhension, comment traiter ces événements dans les classes.
    Une fois n’est pas coutume, l’actualité est venue perturber les programmes. Il est regrettable qu’il faille attendre des tragédies pour voir entrer la "vie" dans les cours (façon de parler), mais ça n’est pas tout à fait le sujet de cet article. Quoique...
    Les infos des jours suivant la tragédie ont mis en avant des témoignages de collègues en difficulté en zones d’éducation prioritaire. Le premier ministre et la ministre de l’éducation ont rapidement repris à leur compte ces paroles afin de fustiger les quelques élèves qui ça et là, manifestaient une hostilité face à la minute de silence imposée.
    À présent, Najat Vallaud-Belkacem nous enjoint à lancer une "grande mobilisation de l’école pour les valeurs de la République".
    Car tout ça, ce n’est qu’à cause de l’École...
    Participer à l’effort de guerre
    Le 13 janvier, Manuel Valls a tenu un discours empreint d’un vocabulaire guerrier face à l’assemblée.
    Si ces propos belliqueux commencent à malheureusement rythmer notre quotidien, l’École n’était jusque là que peu prise à partie. Mais tout peut changer...
    Au cours des trois quarts d’heure durant lesquels les foules ont été haranguées, Manuel Valls a partagé sa vision de la relation prof / élèves, et sans que cela ne choque visiblement grand monde dans l’assemblée ou dans les médias :
    « Comment on peut accepter qu’un gamin de sept ou huit ans dise à son enseignant quand il lui pose la question « quel est ton ennemi ? » et qu’il lui répond « c’est le juif » ? »
    Il semblerait donc qu’aujourd’hui, il soit de bon ton pour les enseignants de demander aux élèves de désigner leur "ennemi", si l’on en croit le Premier Ministre. Car l’école doit maintenant participer à cet effort de guerre, et traquer le traître à la patrie. Nous voilà de retour au temps de l’Union sacrée. Sombre perspective lorsque l’on se remémore l’une des origines de l’École Nouvelle : le "plus jamais ça" d’après 14-18, c’est à dire le traumatisme dû à l’horreur de la guerre et aux modes de pensée qui ont participé à la générer.
    Est-ce le grand retour de l’école caserne (la vraie) ? La lettre de Najat-Vallaud Belkacem au Monde de l’Éducation tempère ces paroles, mais ce discours pose question sur les attentes à notre égard, ainsi que sur nos missions. Parce qu’à écouter le Premier ministre, les plus grands problèmes que nous rencontrons relèvent de l’impossibilité supposée de pouvoir enseigner le génocide perpétré par les nazis, et de faire respecter la laïcité dans les établissements. Quant à l’approche pédagogique, on est en droit de se demander si elle est encore envisagée.
    Un arrière goût de choc des civilisations
    Mais que reste t-il dans nos esprits entre le discours évoqué à l’instant et ceux diffusés à la télé et en librairie par Zemmour et Houellebecq ? Qu’imagine t-on lorsqu’à la lecture d’une dizaine d’articles récents sur l’école, nous nous retrouvons à en avoir lu huit ou neuf au sujet de ces refus de recueillement et de ces soutiens supposés d’enfants à des thèses complotistes voire terroristes ?
    Quelle représentation est-on en capacité de se forger au sujet des banlieues lorsqu’on reçoit ce flot continu d’informations, qui ne cesse de ressasser l’existence d’une menace imminente et de réseaux grouillant sur tout le territoire ? L’image d’Épinal s’ancre un peu plus.
    Malgré d’énormes ventes, les ouvrages de Zemmour et Houellebecq ont heureusement suscité de nombreuses critiques quant à leurs thèses réactualisant les vieilles rengaines de l’extrême droite et annonçant une guerre de civilisation ainsi qu’un grand remplacement de population.
    Dans ce contexte s’ajoute néanmoins une longue liste de déclarations et de catégorisations, à l’image de la surréaliste affaire de l’académie de Poitiers il y a quelques mois, où un document officiel enjoignait les fonctionnaires à repérer les enfants potentiellement jihadistes en fonction de critères tels que le port de la barbe, ou le soutien à la cause palestinienne.
    Rappelons pour prendre la juste mesure du problème, que ces incidents, aussi sérieux soient-ils, ont touché 0,1 % des établissements.
    Qu’on le veuille ou non, une curieuse impression s’insinue dans les esprits : celle qu’un terreau de soutien aux terroristes se dissimule dans les banlieues, et qu’il existerait une sympathie inavouée de certaines personnes à ce type d’agissements. L’explosion d’interpellations médiatisées d’individus parfois ivres morts et ayant proféré de telles "opinions" viennent asseoir la légitimité de ce discours.
    Qu’ils soient de banlieue ou non, les musulmans vont devoir montrer patte blanche et se positionner.
    Au ministère, on veut de la morale et les élèves acteurs de leurs choix
    Toujours le 13, Najat Vallaud-Belkacem envoie une lettre aux pontes de l’Éducation Nationale dans laquelle les propos du premier ministre sont un peu tempérés. On y trouve plusieurs pistes, allant de l’introduction de la morale laïque jusqu’à d’obscures incitations à renforcer les valeurs démocratiques dans les établissements.
    Mais parmi toutes ces idées lancées pêle-mêle, les plus concrètes se cantonneront malheureusement à l’enseignement de cette morale à partir de septembre (sur quels temps ? Comment ? Mystère...), et à la prise en charge des élèves ayant été repérés comme blasphémateurs du recueillement (pour faire quoi ? Dans quel but ? Va savoir).
    La deuxième initiative prend déjà forme concrètement, puisque certains collèges organisent des réunions de crise allant dans ce sens.
    Là encore, le discours de la ministre est ambivalent et oscille entre "traitement" en surface de la question (des intellectuels et des artistes seront invités dans les lycées franciliens pour promouvoir les valeurs républicaines auprès des élèves), et pistes bienveillantes sans aucune garantie de moyens pour les réaliser (des élèves acteurs de leurs choix, de la coopération, une participation à la vie sociale de la classe etc.).
    Malgré cela, il est tout de même surprenant de retrouver dans le texte des attaques à peine voilées à tout discours dissonant avec cette petite chansonnette :
    Il nous faut notamment apporter des réponses à un relativisme ambiant, incarné par deux symptômes, le « oui c’est grave, mais... » et le « deux poids, deux mesures ».
    Union nationale oblige...
    Instaurer la démocratie dans l’urgence est toujours compliqué
    Au fond, ces histoires de minutes de silence et de propos provocateurs ne constituent probablement que de la partie émergée de l’iceberg. Si les situations présentées comme généralisées dans les banlieues sont en réalité minoritaires, il serait idiot de vouloir les ignorer. Il y a bien un malaise chez les élèves qui est parfois palpable, mais ne voir en ces comportements qu’un soutien au terrorisme serait une grave erreur et une garantie de leur persistance.
    Ça n’est pas la première fois d’ailleurs que des minutes de silence ont été perturbées, quelle qu’en soit l’origine.
    Avant d’attendre des élèves une capacité à débattre sereinement d’événements aussi choquants, je crois que les questions que nous devrions nous poser sont celles-ci :
    Quelle place laissons nous au débat dans les écoles ?
    Quels temps pour la contradiction ? Son acceptation ?
    À l’argumentation ?
    À la décentration ?
    À la polémique ?
    ...
    À la démocratie ?
    Toutes ces compétences sont très complexes et nous-mêmes ne les maîtrisons parfois que très peu en tant qu’adultes. Il n’y a qu’à voir les débats sur les attentats dans les salles des profs ! Alors pourquoi en faire des préalables pour nos élèves ? Pourquoi se lamenter de leurs difficultés à comprendre un point de vue différent du leur au cours d’un échange collectif, alors que parfois pas plus d’une heure y a été consacrée depuis le début de leur scolarité ? Et comment peut-on penser qu’imposer à des élèves musulmans les caricatures de Mahomet sans même avoir une classe qui soit sérieusement rodée à la pratique du débat contradictoire puisse être révélateur de quoi que ce soit ? (cette option a visiblement effleuré certains collègues déstabilisés par les événements).
    C’est un lieu hétérogène comme l’école qui doit faire émerger ou renforcer ces compétences, et non seulement la famille ou les ami-e-s. Donc si les élèves ne savent pas, c’est aussi un peu parce que nous ne leur avons pas appris. Faites-les débattre sur la meilleure marque de baskets, les résultats ne seront, au début, pas plus probants.
    Quand bien même les opinions de certains élèves ont pu paraître choquantes, on peut aussi se dire qu’elles n’ont tout simplement pas encore rencontré la contradiction, ou qu’elles n’ont pas encore été éprouvées face à suffisamment d’arguments pour être réfutées (pas de débats, pas de contradiction).
    Ces paroles sont aussi parfois de très maladroits stratagèmes pour affirmer à contre-courants et en dépit de son dénigrement global, la valeur d’une identité culturelle. D’autres fois, cela sera même pour retourner les stigmates d’une discrimination qui commence à être théorisée, ou encore une erreur comme on en fait dans tout apprentissage. Quand bien même cela serait de la bêtise, cela se travaille.
    Lors de nos échanges dans mes classes, les élèves ont abordé ces événements au "Quoi de neuf ?" Certains ont effectivement dit que les journalistes l’avaient bien cherché, qu’ils n’avaient pas le droit de dessiner Mahomet, ou encore que peut-être il s’agissait d’un complot. Une élève pensait même que les juifs n’y étaient pas étrangers. Mais à quoi bon s’offusquer ? Pourquoi vouloir transférer notre indignation face à de tels propos plutôt que de les laisser réellement creuser ces idées, les confronter aux points de vues de camarades, envisager leurs conséquences sur la classe ("et nos règles à nous ?"), sur une société ?
    Pour ma part j’ai une chance, celle que toutes mes classes soient multi-confessionnelles. Lorsque nous avons eu à débattre de religion ou de cette affaire, la confrontation des points de vue a toujours été intéressante, car la reconnaissance en pratique de la pluralité des opinions semblait presque évidente ("mon copain ou ma copine pense autrement, et pourtant je l’apprécie").
    Cela permet de poser rapidement le postulat que tout ce que nous pouvons dire sur les cultes sont de l’ordre de la croyance personnelle, de l’opinion (et non une vérité absolue à partager par tous). La question du droit au blasphème est évidemment complexe car ressentie à la fois comme un interdit religieux et une provocation dans le contexte actuel, mais les élèves arrivent facilement à la conclusion qu’il est difficile d’imposer tous ses points de vue à tous, quand son camarade de table adopte d’autres pratiques que l’on juge tout aussi respectables.
    Il faut donc également gérer la part affective que cela représente pour les élèves. Accueillir ce qui peut toucher à leur culture (ou la représentation dont ils s’en font), à l’autorité de la parole des amis, de la famille etc.
    Cela demande aussi de distinguer "ça se fait pas" du "on n’a pas le droit". Pas évident...
    Même si ce temps sur les attentats a été nécessaire, c’est certain, je reste persuadé qu’il n’est qu’une infime partie de ce qu’il est constructif de mettre en place toute l’année et à l’échelle de l’établissement. Nous ne pouvons attendre des élèves qu’ils ne s’exercent à la démocratie qu’occasionnellement, dans l’urgence, et sur des sujets aussi sensibles.
    La grande complexité à analyser les informations publiées dans les médias
    Comme pour beaucoup de collègues, il a souvent été nécessaire de préciser au départ que Charlie n’est pas une personne.
    C’est de là qu’on part. Soyons-en conscient avant de brandir les grands concepts.
    La diffusion d’images sensationnalistes en direct, la précipitation des chaînes d’information continue à interpréter les événements, l’émotion suscitée et surjouée, le croisement avec des théories fumeuses provenant du net, tous ces éléments ont rendu difficile la compréhension des faits pour les élèves.
    Pour les 6e, les termes jihadiste, islamiste, caricature, liberté d’expression, ont été les premiers obstacles à l’analyse du discours médiatique.
    Ne parlons pas de l’interprétation du slogan « nous sommes tous Charlie », qui entre injonction et ambiguïté quant au soutien ou non au contenu du journal, n’a pas facilité le travail.
    Les médias ne les ont pas non plus aidés sur le reste. Les images violentes et voyeuristes ont, elles, fait écho à la banalisation du visionnage de vidéos choquantes sur le net. Comment apprécier la valeur de la vie lorsque l’on jette en pâture certaines images dans les journaux télévisés ? Il n’est même pas rare de voir des cadavres dans les guerres au Proche-Orient ou en Afrique afin d’augmenter l’audimat et le chiffre d’affaire des chaînes d’information. Dans ce cadre, il est moins surprenant d’entendre : "ils l’avaient bien cherché".Quelle différence avec GTA 5 ? (Grand Theft Auto, jeu « d’action » violent)
    Sur ce point, la lettre de Najat Vallaud-Belkacem a le mérite de porter à nouveau l’éducation aux médias et à l’information au premier plan. Mais une fois encore, les inconnues sont innombrables lorsqu’on envisage le terrain. Est-ce uniquement le rôle d’un professeur documentaliste souvent seul pour plusieurs centaines d’élèves ? Est-ce transdisciplinaire ? Auquel cas se pose la question de la faisabilité lorsque l’on sait que des matières comme l’ECJS (Éducation Civique Juridique et Sociale) sont à peine traitées par manque de temps et à cause de la pression des programmes et des examens.
    La responsabilité de l’École
    Alors oui, l’école est responsable de quelque chose. Elle est responsable car c’est un puissant instrument de reproduction sociale, voire même d’aggravation de ces inégalités.
    Elle l’est, car elle est encore incapable d’intégrer les nouvelles logiques de médiation des informations et de communication. Elle l’est aussi depuis plus d’un siècle, car elle combat parfois dans sa structure les possibilités de mettre en place les expérimentations d’éducation nouvelle pourtant maintes fois passées à l’épreuve des faits, comme la pédagogie Freinet.
    Elle doit se refonder car les valeurs de liberté, d’égalité et de fraternité y sont si peu pratiquées que ces notions finissent par prendre autant de sens qu’un point de programme expédié en 55 min : elles paraissent être de l’information, du discours. Libre à chacun de se les approprier du haut de ses 13 ans.
    Mais comment enseigner l’égalité quand nos anciens élèves se font refuser une embauche ou un logement en fonction de leurs villes d’origine ou de leurs racines ?
    Comment prôner la liberté lorsque nos écoles sont organisées contre les rythmes biologiques, contre la libre progression dans les apprentissages et marginalisent trop souvent l’expression personnelle ? C’est encore quand le rapport aux forces de l’ordre est on ne peut plus tendu en raison de dérapages bien trop fréquents et de contrôles au faciès quotidiens qu’il est difficile de conserver certaines postures.
    Enfin, comment brandir la solidarité lorsque nous notons, classons et récompensons les élèves pour un travail qui, s’il ne leur était pas ainsi imposé, pourrait répondre à leur besoin d’explorer et de comprendre leur environnement ?
    L’École a donc un grand rôle à jouer dans cette lutte contre le fractionnement de la société. Mais elle ne pourra rien tant que les discours politiques et leurs relais médiatiques jetteront de l’huile sur le feu en mettant en concurrence les communautés. Ces discours seront inutiles tant qu’ils se disqualifieront par leur dissonance avec la réalité de la ségrégation sociale opérée dans les banlieues. Et ils seront nocifs tant qu’ils ne seront pas suivis de faits perceptibles par ceux pour lesquels la notion de droits en démocratie n’est qu’un point du programme évalué sur 20 au cours d’un devoir passé bien des années auparavant.
    Mais qu’on se le dise, tout cela n’a rien à voir avec le 11 janvier 2015.

    http://www.questionsdeclasses.org/?Attentats-a-Charlie-Hebdo-les

      La date/heure actuelle est Jeu 14 Déc - 22:00