LIBRE DISCUSSION DANS LES COULISSES DE DEMAIN

Débattons en toute liberté, dans le respect de l’autre, sur tous les sujets qui composent notre société : politique, économie, environnement, religion, philosophie, paranormal, sciences, famille, santé, mode, sexualité, loisirs, sports, divertissements…

Derniers sujets

» Une montée des violences envers les migrants à travers l'Europe :
par bye Ven 15 Déc - 18:54

» Défendre et renforcer les CHSCT !
par bye Mar 5 Déc - 12:59

» Nuage de Ruthénium-106 sur l’Europe : que s’est-il réellement passé ?
par bye Mar 28 Nov - 12:35

» Dossier sur "l’affaire du stage de Sud éduc 93"
par bye Lun 27 Nov - 12:34

» Appel de Raymond Millot : Un projet émancipateur face aux dangers de l’anthropocène
par bye Mar 21 Nov - 12:54

» Les émissions de CO2 repartent à la hausse
par bye Ven 17 Nov - 17:05

» l’idéologie du consentement, outil d’émancipation ou d’isolement individuel ?
par bye Lun 13 Nov - 12:21

» Droit au logement opposable : le bilan chiffré 2008-2016
par bye Jeu 9 Nov - 20:02

» La rétention des « dublinés », dans l’attente d’un transfert, est contraire au règlement Dublin
par bye Lun 6 Nov - 18:33

» Face à la situation en Catalogne
par bye Mer 1 Nov - 11:33

» ACTUALITÉ SOCIÉTÉ ET POLITIQUE
par bye Sam 21 Oct - 10:37

» Offre de Prêt Entre Particulier Sérieux en 72H
par gramophone Ven 20 Oct - 9:32

» Offre de Prêt Entre Particulier Sérieux en 72H
par gramophone Ven 20 Oct - 9:32

» Offre de Prêt Entre Particulier Sérieux en 72H
par gramophone Ven 20 Oct - 9:31

» Offre de Prêt Entre Particulier Sérieux en 72H
par gramophone Ven 20 Oct - 9:31

» Bus de la honte : ne laissons pas l’avenir aux réactionnaires
par bye Sam 14 Oct - 12:44

» La métamatière et le peuple
par Claude De Bortoli Ven 6 Oct - 9:27

» Vers un retour du délit de solidarité ?
par bye Sam 30 Sep - 6:45

» Dossier : de l’École capitaliste à l’éducation émancipatrice
par bye Mer 13 Sep - 19:07

» Education : le « désastre » d’un enseignement tiré vers le bas...
par bye Lun 4 Sep - 12:13

» Offre de prêt entre particuliers rapide en 72h
par BastienL Dim 13 Aoû - 19:49

» Jean Gadrey, économiste : “Il faut remettre la réduction du temps de travail au cœur du débat public”
par bye Mar 8 Aoû - 19:04

» Le « chavo-madurisme » n’est rien moins qu’une dictature pure et simple
par bye Dim 6 Aoû - 18:52

» Gel des postes et du budget de l’éducation nationale : non, cette école ne nous convient pas !
par bye Mer 12 Juil - 13:56

» G 20 Hambourg
par bye Lun 10 Juil - 11:51

» Handicapée, je ne peux continuer à enseigner dans mon académie
par bye Mer 5 Juil - 6:21

» Pour une éducation populaire féministe
par bye Lun 12 Juin - 18:20

» La CNT a écrit aux Éditions Belin
par bye Mar 6 Juin - 10:20

» Blanquer ministre de l’Education nationale : au secours, Sarkozy revient !
par bye Jeu 25 Mai - 11:08

» L'accaparement des terres en Birmanie
par bye Mer 17 Mai - 18:42

» Un enseignant kurde témoigne...
par bye Lun 15 Mai - 17:50

» La métamatière et le Roi de la Terre
par De Bortoli Claude Mar 2 Mai - 9:52

» Au-delà des élections
par bye Mer 26 Avr - 17:26

» Les Etats-Unis ont utilisé leur plus puissante bombe non-nucléaire en Afghanistan, une première
par bye Dim 23 Avr - 18:35

» « Pourquoi nous sommes en grève de la faim dans les prisons d’Israël »
par bye Dim 23 Avr - 18:31

» « Enculé, ordure ! ». Philippe Poutou insulté par les flics
par bye Dim 23 Avr - 18:25

» La Sécurité sociale, une assistance ou un droit ?
par bye Dim 23 Avr - 18:22

» Birmanie: pour établir un mécanisme indépendant de réexamen de tous les cas de prisonniers politiques
par bye Ven 21 Avr - 6:02

» Gatti est mort. A la Parole Errante ses mots résonnent encore !
par bye Mer 12 Avr - 18:21

» Turquie : appel urgent au monde enseignant, aux associations et syndicats…
par bye Lun 3 Avr - 18:21

» APPEL À LA MOBILISATION CONTRE LE PROCHAIN SOMMET DE L’OTAN !
par bye Sam 1 Avr - 5:30

» Communiqué de presse de SUD éducation Guyane du 28 mars
par bye Jeu 30 Mar - 10:16

» Qu’est-ce qui ne va pas avec l’arabe à l’école ?
par bye Ven 24 Mar - 12:03

» Libérons l'oisiveté !
par bye Ven 17 Mar - 19:05

» Quand Espérance banlieues bat la campagne
par bye Ven 17 Mar - 19:00

» 8 mars : luttons toutes et tous pour l’égalité des droits !
par bye Mer 8 Mar - 11:01

» Désarmer la police, la proposition pas si saugrenue du NPA
par bye Mar 7 Mar - 12:50

» Fin du dispositif des Caomi: quelle orientation pour les mineurs isolés de Calais ?
par bye Sam 4 Mar - 9:58

» Les fonctionnaires répondent aux "menaces" de Marine Le Pen
par bye Sam 4 Mar - 6:25

» Réduction des indemnités et contrôles drastiques : Macron s’attaque aux chômeurs
par bye Sam 4 Mar - 6:22

» L'avenue Serge Dassault à Corbeil-Essonnes doit être débaptisée !
par bye Sam 4 Mar - 6:20

» Nouvelle révélation du Canard Enchainé : les copinages de Hamon et LVMH
par bye Sam 4 Mar - 6:18

» Une nouvelle menace pour les étrangers
par bye Mar 21 Fév - 12:02

» "Vous êtes la candidate du nanti-système", lance Charline Vanhoenacker à Marine Le Pen
par bye Lun 20 Fév - 20:30

» Vaccins : Marisol Touraine va-t-elle faire respecter la loi ou satisfaire les labos ?
par bye Lun 20 Fév - 20:26

» La tension monte d’un cran entre les Etats-Unis et le Venezuela
par bye Lun 20 Fév - 20:23

» Vandana Shiva : « Gandhi est plus pertinent qu’il ne l’a jamais été »
par bye Lun 20 Fév - 20:16

» Vague de froid en Europe : les migrants vulnérables
par bye Mar 7 Fév - 17:59

» Le centre pour les femmes et les familles migrantes a ouvert ses portes à Paris
par bye Mar 7 Fév - 17:56

» Des incidents éclatent à Aulnay-sous-Bois après les soupçons de viol de policiers
par bye Lun 6 Fév - 18:23

» Le maire rejette l'étude d'UFC-Que choisir sur l'eau potable
par bye Lun 6 Fév - 18:20

» DOCUMENT. Voici le contrat de travail de Penelope Fillon
par bye Lun 6 Fév - 18:17

» Le Hezbollah scrute avec inquiétude la nouvelle politique américaine au Moyen-Orient
par bye Lun 6 Fév - 18:14

» Huit hommes possèdent autant que la moitié de la population mondiale
par bye Mer 18 Jan - 20:06

» Délinquants solidaires : Pour en finir avec le délit de solidarité
par bye Mer 18 Jan - 13:29

» votre permis de conduire à portée de main
par neil89 Ven 13 Jan - 23:51

» Poursuivre la mobilisation pour une carte élargie des lycées de l’Education Prioritaire, en grève le 10 janvier !
par bye Mar 10 Jan - 11:50

» Grenade de désencerclement : un CRS mis en examen
par bye Sam 7 Jan - 20:59

» Les trois visages du vote FN
par bye Sam 7 Jan - 20:46

» Les deux jambes du militantisme
par bye Sam 7 Jan - 20:37

» Condamnés aujourd’hui pour avoir comparé Christiane Taubira à un singe
par bye Sam 31 Déc - 10:17

» Échapper au chaos
par bye Jeu 22 Déc - 17:53

» Le sénateur Carle coupable de détournement de fonds publics ? SUD éducation le dit depuis 2009 !
par bye Jeu 22 Déc - 15:06

» Maths : résoudre un problème
par bye Lun 12 Déc - 13:25

» Journée Internationale des droits de l'Homme: une situation inquiétante en Birmanie
par bye Dim 11 Déc - 11:17

» Comment les services de renseignement font la chasse aux employés des télécoms
par bye Sam 10 Déc - 18:54

» ET SI LE MASCULIN NE L’EMPORTAIT PAS SUR LE FEMININ ?
par bye Sam 10 Déc - 18:49

» Un document interne provoque un malaise à la SNCF
par bye Sam 10 Déc - 18:38

» Le gouvernement repousse l’évacuation de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes
par bye Sam 10 Déc - 18:29

» Légitime défense des policiers : faut-il tordre le droit ?
par bye Ven 9 Déc - 19:29

» Cadeau de fin d’année, un casier scolaire pour tous les marmots
par bye Mar 6 Déc - 13:59

» Violences policières, violences d’Etat
par bye Mar 6 Déc - 13:54

» La métamatière, les élites et les gouvernants
par De Bortoli Claude Ven 2 Déc - 9:54

» Comment les stups ont enfumé la justice
par bye Jeu 1 Déc - 12:26

» Quel opérateur
par bye Jeu 1 Déc - 12:24

» Fillon président ? Un coup de massue pour l’école
par bye Mer 30 Nov - 17:54

» « Pourquoi j’ai secouru des réfugiés. » Monument en l'honneur de Pierre-Alain Mannoni
par bye Mar 29 Nov - 13:06

» Jean-Luc Mélenchon ne passera pas au second tour de la présidentielle s'il ne se décide pas à parler au peuple
par bye Mar 29 Nov - 13:03

» Graeme Allwright : il t'a laissé la carte qui est si délirante qu'il n'aura plus jamais besoin d'une autre
par bye Mar 29 Nov - 13:00

» Mort de Fidel Castro : bilan de santé de la révolution castriste
par bye Mar 29 Nov - 12:57

» Vinci, piraté par des hacktivistes
par bye Ven 25 Nov - 18:38

» Le Mouvement de la Paix solidaire de la lutte des infirmières et infirmiers
par bye Ven 25 Nov - 18:35

» presentation de moi
par bye Ven 25 Nov - 18:30

» tests
par Matteo13 Mer 23 Nov - 7:48

LE SITE

Dans Les Coulisses de Demain

FORUMS & SITES AMIS

FORUM EST INSCRIT SUR


    Les conséquences écologiques des guerres

    Partagez
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8767
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Les conséquences écologiques des guerres

    Message par bye le Ven 27 Fév - 19:15

    Les conséquences écologiques des guerres
    http://leblogbio.unblog.fr/2012/12/06/les-consequences-ecologiques-des-guerres/comment-page-1/

    Un incendie de puits de pétrole au Koweït en 1991, lors de la Guerre du Golfe
    Vietnam, Rwanda, Irak, Caucase, Darfour, Afghanistan, Syrie… Les conflits armés marquent les hommes, mais aussi l’environnement. Ces tragédies provoquent en effet des catastrophes écologiques d’une ampleur difficilement mesurable. Pollution, destruction, terrorisme, préservation… A l’heure où le régime syrien songe à utiliser les armes chimiques contre sa propre population, découvrez le véritable impact des guerres sur l’environnement.
    Les pollutions et les guerres
    Une guerre, ce sont des milliers d’hommes en perpétuel mouvement, mais surtout, et ce depuis les deux guerres mondiales et la guerre froide, un déploiement gigantesque de matériel : tanks, avions de chasse, bateaux militaires, moyens de transport, satellite… Tous ces matériels sont déjà polluants par leur fabrication, mais ils sont en plus robustes et consomment donc des quantités importantes de carburants, avec autant de rejet de GES dans l’atmosphère. Les déplacements massifs de troupes ont des conséquences dans la diminution des ressources en eau.
    La préparation au conflit, la fabrication d’armes notamment, détourne une partie de l’industrie de son rôle de producteur de richesses vers une activité destinée à la destruction de l’ennemi potentiel. Il ne peut donc plus être question de développement durable.
    Et une fois que ces armes sont utilisés, les impacts sont destructeurs. Les obus et les munitions, s’ils ne sont pas ramassés, finissent par s’enfouir dans les sols et les polluent durablement. De nombreuses armes de ce type sont encore retrouvées régulièrement en France et en Europe, vestiges de la Première ou de la Seconde Guerre Mondiale. Ainsi, chaque année, 500 à 800 tonnes de munitions anciennes sont récupérées sur le territoire français. Remplies d’arsenic, de mercure, de perchlorates ou autres substances chimiques, elles polluent les sols, l’eau et l’air de la région bombardée.
    Une des pollutions guerrières les plus célèbres reste celle du Vietnam. Entre 1964 et 1975, les Etats-Unis et leurs alliés sont utilisés « l’agent orange », un défoliant la toxicité aurait détruit 14% des forêts du Vietnam méridional, mais aussi provoqué des malformations, des maladies de la peau et des cancers sur 2 à 5 millions de personnes. Et entre l’agent orange et le napalm (inventés par Monsanto, premier producteur d’OGM), la guerre du Vietnam a été reconnue comme la plus grande guerre chimique de tous les temps. Une telle destruction délibérée de l’environnement est appelée « écocide ».
    Les dommages guerriers aux milieux naturels
    Il n’existe pas de bilans écologiques précis des guerres passées. Les seules données connues sont des constatations faites pendant ou après les conflits : forêts déboisées, fleuves et littoraux pollués, milieux naturels détruits…
    A la fin de la Guerre du Golfe, en 1991, les eaux du Golfe Persique ont connues une pollution majeure, ainsi que l’atmosphère. En se retirant, les troupes irakiennes incendièrent volontairement un millier de puits de pétrole, rejetant un million de tonnes de brut dans l’atmosphère.
    Au Rwanda, en 1993-1994, outre les massacres épouvantables, des milieux naturels ont été gravement endommagés. Sans l’intervention de l’administration du Parc des Volcans, de nombreux gorilles des montagnes auraient été victimes des braconniers, libres d’agir en toute impunité. Il faut aussi ajouter le déplacement massif de la population. 2 millions de Hutus quittèrent le Rwanda pour se réfugier en Tanzanie et en République Démocratique du Congo. Ce sauvetage humain eut pour conséquence des dizaines d’hectares de forêts détruits pour protéger les réfugiés.
    Plus généralement, ce sont les animaux marins qui sont victimes des guerres. En effet, les ondes émises par les sonars des sous-marins désorientent ou tuent les cétacés, les requins et autres poissons. De plus, les dizaines de milliers de litres d’hydrocarbures n’arrangent pas leur situation.
    L’environnement, cause de la guerre
    Il arrive que parfois que l’environnement, en plus d’être victime, soit la cause de la guerre. En 2007, 67 conflits armés avaient pour origine les ressources naturelles, sur les 328 recensés dans le monde, la plupart en Afrique et en Asie.
    L’une des plus connue est la guerre du Golfe. L’Irak a en effet envahit le Koweït dans le but de s’emparer des réserves pétrolières du pays. Et faute de n’avoir pu les obtenir, ils incendièrent les puits de pétrole. Et depuis longtemps, de nombreuses conflits ont été provoqués dans le but d’accéder à certaines ressources naturelles, dont les plus prisés sont l’eau, la terre, les minéraux et le pétrole.
    Des préservations surprenantes
    On l’a bien compris, les guerres sont dévastatrices pour l’environnement. Mais leurs effets sont parfois étonnement positifs, car elles permettent dans certains cas de protéger l’environnement.
    Ainsi, les zones frontières interdites constituent souvent un refuge pour de nombreuses espèces animales et végétales. Des écologistes allemands ont étudiés les espaces vides laissés par le rideau de fer, et ont constaté une impressionnante diversité des espèces. Le « no man’s land » entre les deux Corées regorgerait de tigres de Sibérie. L’arrêt des exploitations forestières lors de la guerre de Bosnie-Herzégovine eut une influence bénéfique sur les populations d’ours et de loups.
    Une guerre nucléaire : quels effets ?
    La peur d’une troisième guerre mondiale, qui serait cette fois nucléaire, laisse craindre le pire à la population mondiale. Car outre les drames humains terribles et terrifiants qui seraient causés par une telle guerre, son impact écologique serait dévastateur. On a pu l’observer avec les deux bombes nucléaires de 1945 sur Hiroshima et Nagasaki et avec les « accidents » de Tchernobyl et Fukushima : l’impact du nucléaire sur les hommes et la nature est destructeur.
    Une explosion atomique provoquerait un réchauffement de la haute atmosphère dans des proportions encore mal connues, alors que la température globale baisserait de 1°C au cours des trois premières années suivant l’explosion. Les particules de carbone, plus fines que celles de sulfate, auraient une influence beaucoup plus longue sur le climat, pouvant atteindre 10 ans. De plus, le niveau de précipitation baisserait globalement de 10% dans les deux à quatre ans suivant l’évènement. Les cycles agricoles seraient totalement désorganisés, conduisant à une famine terrible.
    Mais le plus grave, c’est que ces risques sont globaux, et non pas particuliers à la zone d’explosion. Ainsi, si l’Iran ou la Corée du Nord, les deux pays les plus menaçants à l’heure actuelle, lançaient une attaque nucléaire, ils souffriraient également des conséquences.
    Que faut-il penser de tout cela ?
    Il est bien sûr évident qu’une guerre, peu importe son ampleur, a de graves conséquences humaines. Mais ses conséquences environnementales sont très mal connues, et pourtant les quelques données que nous avons nous montrent à quel point un conflit peut être dévastateur. Entre pollution de l’eau, de l’air et des terres, un pays ne peut se relever facilement d’une guerre. De plus, la faune et la flore subissent de plein fouet les conflits. Et les attaques chimiques, appelées « terrorisme écologique », n’arrangent rien. C’est pourquoi une guerre est un drame qui doit à tout prix être évité, pour que la population et l’environnement n’aient pas à souffrir plus que maintenant.
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8767
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: Les conséquences écologiques des guerres

    Message par bye le Ven 27 Fév - 19:15

    Guerre et Paix et écologie, de Ben Cramer, éditions Yves Michel
    http://www.goodplanet.info/debat/2014/12/19/guerre-et-paix-et-ecologie/

    Plus de 10% des émissions annuelles de carbone à l’échelle globale proviennent des activités militaires rappelle Ben Cramer, journaliste spécialiste de géopolitique et d’environnement, dans son dernier ouvrage « Guerre et paix… et écologie ». Il met en lumière l’impact des acticvités militaires pour la planète.
    A l’heure de l’anthropocène, quelle est l’institution qui nous a placés, nous humains, sur le chemin de l’abime climatique ? A l’horizon de COP 21, prévu à Paris dans 12 mois, alors que tant d’experts voudraient faire croire que c’est une affaire d’écologie et non pas de diplomatie environnementale ou de rapports de forces géopolitiques, il faut rappeler que :
    a) 10% des émissions annuelles de carbone à l’échelle globale (au moins) proviennent uniquement des activités militaires ;
    b) Plus de 1% de la surface terrestre (soit davantage que la superficie de la France) est squattée (« condamnée ») par les camps d’entraînement militaire et ces km2 sont réservés exclusivement au maniement des armes, y compris en temps de paix
    Parvenir à faire suffoquer la planète avec ces 2 chiffres mérite qu’on s’y arrête un peu.
    c) S’il y a encore une opposition à taxer le carburant pour les avions/aéronefs, ceci renvoie aux décisions prises par la Convention de Chicago (OACI) qui a été codifiée en 1944 pour développer ce moyen de transport civil dès la sortie de la Deuxième Guerre mondiale.
    d) Si les Etats riches portent une responsabilité certaine dans le chaos climatique, les plus militaristes, ceux qui s’accaparent le plus de ‘théâtres d’opérations’ sur la planète méritent une mention spéciale : après tout, le 1/3 des pays les « plus riches » est responsable de la moitié des guerres au 20ème siècle. Américains et Britanniques le savent bien. Evitons donc de mettre tous les artisans de la destruction dans le même panier. Ceux qui manient la guérilla aux 4 coins du monde ne disposent pas de chars qui consument 400 litres aux 100 !
    Tandis que la vague verte est sur tous les fronts, l’arbre climatique cache la forêt des conflits armés !
    http://www.athena21.org/securite-ecologique
    De nouvelles ‘guerres sales’ vont animer nos écrans, agiter, perturber et pourrir la planète, alimenter le marché de la peur. Quant à la guerre propre, elle ne s’éloigne pas : elle n’a jamais existé. On ne peut pas militariser proprement la planète. Ce n’est pas une affaire d’éco-gestes. Après Hiroshima, la formule à retenir n’est pas « détruire, disent-ils », mais plutôt « détruire durablement, disent-ils »
    Dommage que le thème « Guerres, paix & écologie » soit si peu exploré.
    Curieusement, le politiquement correct consiste à dissocier deux phénomènes : la dégradation environnementale et la militarisation du monde. Et pourtant ? Pourquoi traverser tant de zones de turbulences amnésiques ?
    La militarisation, ennemi public numéro 1 de la démocratie, est aussi l’ennemi de la sauvegarde de la qualité de la vie et — venons-en à l’essentiel ! — de la vie tout court. Tant que les neuf puissances dotées d’armes nucléaires sont capables de débloquer en 24 heures, juste pour maintenir en état et moderniser leurs arsenaux, l’équivalent de ce que le Programme des Nations Unies pour l’Environnement dépense en un an, les financements pour éviter la fonte des banquises seront toujours difficiles à trouver.
    Tâchons donc de ne pas oublier que :
    • La dimension militaire est exclue du Protocole de Kyoto
    • La France n’a pas signé encore moins ratifié la Convention ENMOD
    • Un Etat qui vit au dessus de ses moyens’ vit aussi et surtout au-dessus de ses moyens militaires.
    • La paix est l’angle mort des du pacte mondial, tout comme des Objectifs du Millénaire pour le Développement.

    Ben Cramer a co-animé en 2008 le premier débat au Parlement européen sur le thème de « Sécurité Collective et Environnement ». Journaliste, chargé de recherches au CIRPES et au GRIP à Bruxelles, co-fondateur de Nautilus 21, théoricien de la stratégie navale des Pays-Bas, enseigne la géopolitique du développement durable à la Faculté des Sciences Sociales et Economiques de l’ICP à Paris.
    GUERRE ET PAIX… ET ÉCOLOGIE : Les risques de militarisation durable, par Ben Cramer. Editions Yves Michel

      La date/heure actuelle est Dim 17 Déc - 1:27