LIBRE DISCUSSION DANS LES COULISSES DE DEMAIN

Débattons en toute liberté, dans le respect de l’autre, sur tous les sujets qui composent notre société : politique, économie, environnement, religion, philosophie, paranormal, sciences, famille, santé, mode, sexualité, loisirs, sports, divertissements…

Derniers sujets

» Maudite soit la guerre, le syndicalisme et la solidarité sont nos armes
par bye Mer 14 Nov - 15:29

» Rapatriement des Rohingya : vives inquiétudes et forte mobilisation des acteurs humanitaires
par bye Mar 13 Nov - 18:49

» Bien nommer les choses
par bye Lun 12 Nov - 12:22

» Situation migratoire en Méditerranée : quelles réponses européennes ?
par bye Mer 7 Nov - 19:41

» Les adultes oublient
par bye Lun 5 Nov - 9:30

» « Un buzz malveillant à des fins politiques et commerciales. » À propos du livre Inch’ Allah. L’islamisation à visage découvert. Par Véronique Decker.
par bye Jeu 1 Nov - 13:12

» LE DROIT D’ASILE EN EUROPE VICTIME DE LA POLITIQUE MIGRATOIRE
par bye Mer 31 Oct - 19:08

» Stop Autisme Virtuel L’autisme provoqué par les écrans, ça n’existe pas ! Halte aux théories infondées !
par bye Mar 9 Oct - 12:24

» Rapport des enquêteurs de l’ONU sur la Birmanie : crimes de masse, impunité et transition démocratique à l’arrêt
par bye Mar 2 Oct - 14:36

» Service national universel : surveiller et soumettre
par bye Mar 25 Sep - 10:57

» Un peu moins pauvre ?
par bye Mar 18 Sep - 11:21

» Clément Méric, ni oubli ni pardon
par bye Lun 10 Sep - 12:52

» Liberté de la presse en Birmanie : deux pas en avant, trois en arrière
par bye Mer 5 Sep - 8:49

» Rohingya : un an après... si peu d'avancées 
par bye Ven 24 Aoû - 18:59

» Le Festival de Douarnenez consacre deux journées à la Fédération de la Syrie du nord
par bye Mar 3 Juil - 14:19

» Pour une autre formation professionnelle
par bye Mer 27 Juin - 14:07

» Violences policières, violences d’Etat
par bye Mer 27 Juin - 13:56

» migration internationale
par bye Mar 26 Juin - 19:25

» Guyane : non à la Montagne d’or !
par bye Mar 12 Juin - 18:05

» Crime raciste en Calabre
par bye Ven 8 Juin - 12:17

» Les premiers chiffres de PARCOURSUP : une génération sacrifiée ?
par bye Lun 4 Juin - 17:42

» LES ONG DÉVOILENT LEUR PROJET DE LOI D’AVENIR POUR LES TRANSPORTS ET LA MOBILITÉ
par bye Mar 29 Mai - 18:01

» NE JAMAIS RECHERCHER D’ADHÉSION
par bye Mar 22 Mai - 14:38

» Kanaky, quand le peuple voulait s’éduquer lui-même...
par bye Lun 14 Mai - 10:04

» Anarchisme, éducation et pédagogie
par bye Lun 7 Mai - 13:15

» Cours libres - Debout ! Debout ! C’est maintenant que ça se passe...
par bye Dim 15 Avr - 9:08

» fascisme pas mort, hélas!
par bye Ven 6 Avr - 11:52

» Notre Dame des Landes ou l’art des grands projets inutiles
par bye Mar 3 Avr - 19:20

» MÉDECINS ET ASSOCIATIONS UNISSENT LEURS VOIX POUR RAPPELER L’URGENCE D’AGIR FACE À LA POLLUTION DE L’AIR
par bye Mer 28 Mar - 18:19

» BOMBARDEMENTS AU PROCHE ET MOYEN ORIENT : EXIGEONS LE RESPECT DU DROIT INTERNATIONAL PAR TOUS
par bye Jeu 22 Mar - 18:08

» Manifestation kurde anti-Erdogan à Bruxelles
par bye Mar 20 Mar - 7:23

» Les cigarettes électroniques, plus dangereuses que bénéfiques ?
par bye Mar 20 Mar - 7:13

» La métamatière et les créations
par Claude De Bortoli Jeu 15 Mar - 11:43

» Scandale sexuel : Oxfam présente ses excuses aux autorités haïtiennes
par bye Ven 9 Mar - 18:50

» SDF, il avait volé des sandwiches dans la poubelle d’Atac
par bye Ven 9 Mar - 18:40

» Malgré l’austérité, la France va dépenser 37 milliards pour son réarmement nucléaire
par bye Ven 9 Mar - 18:31

» La pauvreté s’installe...
par bye Mar 6 Mar - 10:58

» large victoire des grévistes d’HEMERA - HOLIDAY INN
par bye Ven 16 Fév - 10:40

» jeunes à la rue dans le grand froid : faire connaitre est déjà un combat
par bye Mer 14 Fév - 18:07

» National ou civique ou militaire : en arrière-plan du service obligatoire, la militarisation des élèves
par bye Lun 5 Fév - 13:03

» ARRIVÉES ET DEMANDES D'ASILE EN BAISSE EN 2017 EN EUROPE
par bye Mar 30 Jan - 18:29

» Les véritables enjeux des réformes éducatives de Jean-Michel Blanquer
par bye Mar 30 Jan - 15:00

» Contre la sélection à l’université : "On veut de l’inattendu !"
par bye Mar 23 Jan - 19:19

» Les policiers français ont abattu 18 personnes en 2017
par bye Ven 19 Jan - 7:43

» Acheter permis de conduire français
par Pipoinzaghi Mar 16 Jan - 16:02

» Journée internationale des droits de l’Homme : en Birmanie des espoirs déçus
par bye Sam 6 Jan - 7:52

» Tapis dans le bocage : la vérité sur les armes secrètes des "zadistes"
par bye Ven 29 Déc - 14:32

» Victoire du Secours populaire contre le maire F.N. d’Hayange
par bye Mer 20 Déc - 21:28

» Peut-on renvoyer les demandeurs d’asile vers des « pays tiers sûrs » ?
par bye Mar 19 Déc - 19:52

» Une montée des violences envers les migrants à travers l'Europe :
par bye Ven 15 Déc - 18:54

» Défendre et renforcer les CHSCT !
par bye Mar 5 Déc - 12:59

» Nuage de Ruthénium-106 sur l’Europe : que s’est-il réellement passé ?
par bye Mar 28 Nov - 12:35

» Dossier sur "l’affaire du stage de Sud éduc 93"
par bye Lun 27 Nov - 12:34

» Appel de Raymond Millot : Un projet émancipateur face aux dangers de l’anthropocène
par bye Mar 21 Nov - 12:54

» Les émissions de CO2 repartent à la hausse
par bye Ven 17 Nov - 17:05

» l’idéologie du consentement, outil d’émancipation ou d’isolement individuel ?
par bye Lun 13 Nov - 12:21

» Droit au logement opposable : le bilan chiffré 2008-2016
par bye Jeu 9 Nov - 20:02

» La rétention des « dublinés », dans l’attente d’un transfert, est contraire au règlement Dublin
par bye Lun 6 Nov - 18:33

» Face à la situation en Catalogne
par bye Mer 1 Nov - 11:33

» ACTUALITÉ SOCIÉTÉ ET POLITIQUE
par bye Sam 21 Oct - 10:37

» Offre de Prêt Entre Particulier Sérieux en 72H
par gramophone Ven 20 Oct - 9:32

» Offre de Prêt Entre Particulier Sérieux en 72H
par gramophone Ven 20 Oct - 9:32

» Offre de Prêt Entre Particulier Sérieux en 72H
par gramophone Ven 20 Oct - 9:31

» Offre de Prêt Entre Particulier Sérieux en 72H
par gramophone Ven 20 Oct - 9:31

» Bus de la honte : ne laissons pas l’avenir aux réactionnaires
par bye Sam 14 Oct - 12:44

» La métamatière et le peuple
par Claude De Bortoli Ven 6 Oct - 9:27

» Vers un retour du délit de solidarité ?
par bye Sam 30 Sep - 6:45

» Dossier : de l’École capitaliste à l’éducation émancipatrice
par bye Mer 13 Sep - 19:07

» Education : le « désastre » d’un enseignement tiré vers le bas...
par bye Lun 4 Sep - 12:13

» Offre de prêt entre particuliers rapide en 72h
par BastienL Dim 13 Aoû - 19:49

» Jean Gadrey, économiste : “Il faut remettre la réduction du temps de travail au cœur du débat public”
par bye Mar 8 Aoû - 19:04

» Le « chavo-madurisme » n’est rien moins qu’une dictature pure et simple
par bye Dim 6 Aoû - 18:52

» Gel des postes et du budget de l’éducation nationale : non, cette école ne nous convient pas !
par bye Mer 12 Juil - 13:56

» G 20 Hambourg
par bye Lun 10 Juil - 11:51

» Handicapée, je ne peux continuer à enseigner dans mon académie
par bye Mer 5 Juil - 6:21

» Pour une éducation populaire féministe
par bye Lun 12 Juin - 18:20

» La CNT a écrit aux Éditions Belin
par bye Mar 6 Juin - 10:20

» Blanquer ministre de l’Education nationale : au secours, Sarkozy revient !
par bye Jeu 25 Mai - 11:08

» L'accaparement des terres en Birmanie
par bye Mer 17 Mai - 18:42

» Un enseignant kurde témoigne...
par bye Lun 15 Mai - 17:50

» La métamatière et le Roi de la Terre
par De Bortoli Claude Mar 2 Mai - 9:52

» Au-delà des élections
par bye Mer 26 Avr - 17:26

» Les Etats-Unis ont utilisé leur plus puissante bombe non-nucléaire en Afghanistan, une première
par bye Dim 23 Avr - 18:35

» « Pourquoi nous sommes en grève de la faim dans les prisons d’Israël »
par bye Dim 23 Avr - 18:31

» « Enculé, ordure ! ». Philippe Poutou insulté par les flics
par bye Dim 23 Avr - 18:25

» La Sécurité sociale, une assistance ou un droit ?
par bye Dim 23 Avr - 18:22

» Birmanie: pour établir un mécanisme indépendant de réexamen de tous les cas de prisonniers politiques
par bye Ven 21 Avr - 6:02

» Gatti est mort. A la Parole Errante ses mots résonnent encore !
par bye Mer 12 Avr - 18:21

» Turquie : appel urgent au monde enseignant, aux associations et syndicats…
par bye Lun 3 Avr - 18:21

» APPEL À LA MOBILISATION CONTRE LE PROCHAIN SOMMET DE L’OTAN !
par bye Sam 1 Avr - 5:30

» Communiqué de presse de SUD éducation Guyane du 28 mars
par bye Jeu 30 Mar - 10:16

» Qu’est-ce qui ne va pas avec l’arabe à l’école ?
par bye Ven 24 Mar - 12:03

» Libérons l'oisiveté !
par bye Ven 17 Mar - 19:05

» Quand Espérance banlieues bat la campagne
par bye Ven 17 Mar - 19:00

LE SITE

Dans Les Coulisses de Demain

FORUMS & SITES AMIS

FORUM EST INSCRIT SUR


    Grand Paris : Veolia et le Sedif rêvent de reconstruire leur empire de l’eau en Île-de-France

    Partagez
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8816
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Grand Paris : Veolia et le Sedif rêvent de reconstruire leur empire de l’eau en Île-de-France

    Message par bye le Sam 24 Oct - 20:04

    Alors que les élections régionales et la création du Grand Paris approchent, un sujet s’est imposé ces derniers mois en Île-de-France : l’eau. André Santini, patron du tout puissant syndicat francilien de l’eau (Sedif) et principal allié de Veolia et de Suez, ne cache pas sa volonté d’étendre son petit empire et d’y rattacher Paris, qui s’était pourtant libérée du joug de la privatisation en 2010. En face, de plus en plus de communes font un choix inverse : celui du service public et de la remunicipalisation. Enquête.

    De Gennevilliers (92) à Brétigny-sur-Orge (91), en passant par Viry-Châtillon (91), Montreuil (93) et Bobigny (93), la fin d’année pourrait être décisive sur un dossier crucial en Île-de-France : la gestion de l’eau. L’enjeu se chiffre en centaines de millions d’euros et concerne aussi bien la démocratie locale que la protection de l’environnement. Il oppose les communes qui, considérant l’eau comme un service public, la confient à une régie municipale, à celles qui choisissent de confier cette mission à une entreprise privée à travers une délégation de service public.

    Actuellement, la deuxième option est clairement majoritaire en Île-de-France, comme dans tout le pays. Mais la tendance commence à s’inverser : à la suite de Grenoble en 2001 puis de Paris en 2010, des dizaines de villes françaises, petites et grandes, y compris Rennes, Nice et Montpellier, ont décidé, depuis quinze ans, de tourner la page de la privatisation et de « remunicipaliser » leur service de l’eau (lire à ce propos notre ouvrage Eau publique, eau d’avenir. L’expérience mondiale de la remunicipalisation).

    La perspective de la création du Grand Paris, en 2016 ou 2017, remet ce sujet au premier plan. Depuis les élections municipales de 2014, la droite est globalement majoritaire dans les communes de la future métropole. Les élections régionales de décembre 2015 seront une nouvelle occasion, pour chaque camp, de se compter. Grosso modo, on peut considérer que la droite est plutôt tentée par le privé, et la gauche, par le public, mais rien n’est jamais simple dans le domaine de l’eau.

    Sedif - Veolia - Suez : le triangle magique

    Les principaux acteurs de cette guerre de l’eau en Île-de-France sont, d’une part, la mairie de Paris, dirigée par une majorité PS-EELV-FDG, et, d’autre part, le Sedif (Syndicat des eaux d’Île-de-France), présidé depuis 1983 par André Santini, député-maire UDI d’Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine). La mairie de Paris a déclenché les hostilités en 2010, en ne renouvelant pas ses contrats avec la Lyonnaise des eaux et Veolia, et en créant une régie municipale, Eau de Paris (lire notre entretien avec Anne Le Strat, cheville ouvrière de cette remunicipalisation).



    Le Sedif, lui, regroupe 149 communes réparties dans sept départements. Il se charge de négocier pour elles les contrats de distribution de l’eau : quatre millions de Franciliens sont concernés, pour un budget de 420 millions d’euros. C’est, en termes de chiffre d’affaires, le plus important contrat de Veolia dans le monde. Cette convention arrivait à échéance, en 2010, à un moment où la majorité des communes membres étaient gouvernées par des municipalités de gauche. Beaucoup espéraient alors que le contrat avec Veolia ne soit pas reconduit, mais, après quelques rebondissements, André Santini a su manœuvrer pour convaincre une partie des élus de gauche de ne pas remettre en cause la gestion privée.

    Le Sedif est le principal allié – certains diraient le bras armé politique – des grandes entreprises privées de l’eau que sont Veolia (ex-Compagnie générale des eaux) et de Suez (ex-Lyonnaise des Eaux) en Île-de-France, où elles monopolisent les contrats pour des centaines de millions d’euros. André Santini voudrait en faire les opérateurs en eau potable du futur Grand Paris, qui regroupera la capitale et les trois départements de la petite couronne (Seine-Saint-Denis, Hauts-de-Seine, Val-de-Marne) [1]. Mais les statuts du Grand Paris ne prévoient pas de récupérer cette compétence. Ce que sait parfaitement le président du Sedif, puisqu’il est aussi... président du conseil de surveillance de la Société du Grand Paris.

    Officiellement, Eau de Paris n’a pas de position sur la question de la gestion de l’eau dans la future métropole. Mais beaucoup verraient bien la régie parisienne se positionner en fer de lance d’un retour total de la gestion de l’eau en Île-de-France dans le giron public. En réponse aux appels d’André Santini, Célia Blauel, maire-adjointe (EELV) de Paris et présidente d’Eau de Paris, a d’ailleurs répondu par une tribune dans la presse, en plaidant « pour un service public métropolitain de l’eau ». Dans ce paysage en pleine mutation, les appétits s’aiguisent et la tension monte. Comme en témoignent deux événements récents.

    Deux batailles récentes

    Le premier s’est déroulé dans le Val d’Orge, une agglomération qui regroupe dix villes, dont la moitié sont dirigées par la gauche [2] et l’autre moitié, par la droite [3]. À l’initiative de l’association Aggl’eau publique Val-d’Orge, une consultation des habitants est organisée début juin 2015, pour leur demander s’ils souhaitent confier la gestion de l’eau à une régie publique. Le résultat est sans appel : sur les 7 313 voix exprimées, 78,4 % ont répondu « oui ». Dix jours plus tard, les élus de l’agglomération suivent ce choix et décident, à l’unanimité, d’abandonner la délégation au privé.

    Quelques jours plus tôt, une autre bataille s’est jouée dans l’agglomération de Gennevilliers. Remportée cette fois par le camp d’en face. Le Syndicat des eaux de la presqu’île de Gennevilliers (SEPG), qui regroupe dix communes des Hauts-de-Seine, soit 600 000 habitants [4], gère le troisième grand contrat de la gestion de l’eau en Île-de-France après le Sedif et Paris. Il est contrôlé depuis des années par Suez. Ne pouvant plus répondre à la demande, le SEPG a dû faire appel à un deuxième opérateur. Deux se sont portés candidats : Eau de Paris et le Sedif. C’est finalement le second qui l’a emporté sur un argument écologique : l’eau proposée par le Sedif est décarbonatée, c’est-à-dire sans calcaire, contrairement à celle d’Eau de Paris, a avancé le président du SEPG pour justifier sa décision.

    « Un argument étonnant, commente Jean-Claude Oliva, directeur de la Coordination eau Île-de-France. D’abord, les habitants de ces communes n’ont pas exprimé le souhait d’avoir une eau décarbonatée. Ensuite, l’eau du Sedif n’est pas la plus saine : c’est une eau de surface, plus polluée que celle fournie par Eau de Paris, et elle est traitée avec des sels d’aluminium pour la rendre transparente, tandis qu’Eau de Paris la traite au chlorure de fer, plus écologique. Enfin, les tarifs proposés par Eau de Paris étaient plus avantageux pour le consommateur que ceux du Sedif. »

    Après avoir signé le contrat, le président du SEPG, Jean-Luc Leclercq, adjoint au maire (divers droite) de Suresnes, fit ce commentaire : « Le partage des ressources nous positionne dans un futur Grand Paris de l’eau. » Une déclaration qui semble tout droit sortie de la bouche d’André Santini, et qui fait ressortir la motivation politique de sa décision.

    Quand Veolia punit Paris

    Dans ce bras de fer entre public et privé, entre Eau de Paris et le Sedif, l’avantage est a priori au second. Cela s’explique notamment par l’importance de Veolia et de Suez : au niveau financier, Veolia a réalisé en 2014 un chiffre d’affaires de 23,8 milliards d’euros, Suez, 14,3 milliards ; quant à l’ancienneté de leur activité dans le domaine de l’eau, elle est de 160 ans pour Veolia et de 120 ans pour Suez. Ces sociétés sont souvent les fournisseurs attitrés de telle commune ou de tel syndicat depuis plusieurs décennies, de sorte que les élus et les fonctionnaires territoriaux ont perdu toute expertise sur le service de l’eau. Les entreprises ont souvent amorti depuis longtemps leurs investissements dans les réseaux. Ce qui leur permet, lorsqu’un de leur marché est menacé, de faire des offres écrasant toute concurrence. C’est ainsi qu’en 2010, quand le Sedif a dû renouveler ses contrats, Veolia a baissé ses tarifs de 20 % !

    Autre conséquence de cette longue tradition, les liens étroits tissés avec les élus locaux. « Il est beaucoup plus facile pour un élu de choisir la régie publique quand il n’est pas lié à Veolia ou à Suez, analyse Jean-Claude Oliva. C’était par exemple le cas de Bertrand Delanoë, à Paris. » Il existe une multitude de moyens de pression, plus ou moins directs. Par exemple lorsque Veolia décide de transférer son siège social, 2 500 salariés, de Paris à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis), où il sera inauguré en octobre 2016. Une façon de « punir » Paris, qui lui a fait perdre, en 2010, un de ses plus gros contrats, et de lui préférer le Grand Paris... et son président André Santini.

    Malgré ce contexte défavorable, si les tenants du public restent minoritaires, ils ont remporté des victoires en Île-de-France, depuis la remunicipalisation parisienne. En 2013, les six communes de l’agglomération Évry Centre Essonne [5] – sous l’égide de Manuel Valls ! – sont passées en régie municipale. Deux ans plus tôt, celles de l’agglomération des Lacs de l’Essonne, Grigny et Viry-Châtillon, ont décidé de quitter le Sedif suite au renouvellement du contrat de Veolia pour fonder une nouvelle régie. Mais Viry-Châtillon ayant basculé à droite aux dernières élections municipales, le nouveau maire (UDI) Jean-Marie Vilain a déclaré réfléchir à un retour au privé et a lancé une étude en ce sens début 2015.

    Dans le fief de Claude Bartolone, le PS hésite

    Enfin, depuis près de cinq ans, l’agglomération Est Ensemble, qui regroupe une bonne partie des villes de Seine-Saint-Denis [6], exprime le souhait de sortir du Sedif et de revenir en gestion publique, en association avec Eau de Paris. Mais elle n’arrive pas à franchir le pas, en raison de désaccords au sein de la majorité de gauche. « En 2010, l’argument des socialistes pour voter l’adhésion au Sedif était qu’il fallait assurer la continuité du service public en attendant une nouvelle étude, et qu’on pourrait en ressortir après. L’étude a été réalisée, ses résultats sont connus, il faut donc sortir du Sedif maintenant », déclaraient, après les élections municipales de mars 2014, les élus Front de gauche et EELV du Pré-Saint-Gervais, ancien fief d’un certain Claude Bartolone, et dont le maire PS actuel, Gérard Cosme, est le président d’Est Ensemble.

    Les éléments qui peuvent inciter à municipaliser l’eau concernent, bien sûr, les questions de démocratie locale, mais aussi le prix de l’eau. Avec des chiffres sans équivoque : « En dépit du rabais consenti par Veolia, le tarif du mètre cube d’eau, assainissement compris, reste en moyenne un euro plus élevé sur les trois départements de la petite couronne qu’à Paris, où il est de 3 euros », constate ainsi le magazine Grand Paris Développement [7].

    Il y a aussi le chiffre des fuites : une étude publiée en mars 2014 par la fondation France Libertés révélait que 1 300 milliards de litres d’eau étaient perdus en France, chaque année, à cause d’un mauvais entretien des réseaux. Soit, en moyenne, entre 20 et 25 % de la consommation totale. Or, dans le classement des opérateurs économe en pertes, les régies municipales font partie des meilleurs élèves, à l’image de Paris (8,3 %).

    Menaces judiciaires sur André Santini

    Dans un contexte où les finances locales connaissent une cure d’austérité inédite, le passage à la gestion publique devient un argument qui n’est plus seulement idéologique, mais aussi pragmatique. On voit des communes de droite choisir cette option, comme cela a été le cas dans l’agglomération du Val d’Orge. Mais aussi... dans l’agglomération de Nice, ville dirigée par Christian Estrosi (LR).

    C’est pourquoi le résultat des prochaines élections régionales en Île-de-France, même s’il est défavorable à la gauche – et même si l’eau ne relève pas directement de la compétence de la région – pourrait ne pas forcément inverser la tendance à la remunicipalisation. Cela dépendra, entre autres, des projets pour la région, comme pour le Grand Paris, présentés par la candidate LR Valérie Pécresse, et par le candidat PS Claude Bartolone, qui ne se sont guère exprimés sur le sujet. Cela dépendra aussi de l’influence déterminante que continuera ou non à avoir le député-maire d’Issy-les-Moulineaux, André Santini, âgé de 74 ans.

    Le 23 septembre 2015, la cour d’appel de Versailles a rendu son verdict dans l’affaire dite « de la Fondation Hamon » dans laquelle Charles Pasqua (décédé depuis) et André Santini étaient poursuivis pour détournement de fonds public, recel de faux et prise illégale d’intérêts. L’avocat général avait requis cinq ans d’inéligibilité contre ce dernier. En première instance, il a été condamné à deux ans d’emprisonnement avec sursis, à 200 000 euros d’amende et à cinq ans d’inéligibilité. Une douche froide pour l’indéboulonnable président du Sedif. Qui vient d’être relaxé par la cour d’appel.

    Martin Brésis

    http://www.bastamag.net/Grand-Paris-le-Sedif-et-Veolia-revent-de-reconstruire-leur-empire-de-l-eau-en—

      La date/heure actuelle est Sam 17 Nov - 1:29