LIBRE DISCUSSION DANS LES COULISSES DE DEMAIN

Débattons en toute liberté, dans le respect de l’autre, sur tous les sujets qui composent notre société : politique, économie, environnement, religion, philosophie, paranormal, sciences, famille, santé, mode, sexualité, loisirs, sports, divertissements…

Derniers sujets

» Dossier : de l’École capitaliste à l’éducation émancipatrice
par bye Mer 13 Sep - 19:07

» Education : le « désastre » d’un enseignement tiré vers le bas...
par bye Lun 4 Sep - 12:13

» Offre de prêt entre particuliers rapide en 72h
par BastienL Dim 13 Aoû - 19:49

» Jean Gadrey, économiste : “Il faut remettre la réduction du temps de travail au cœur du débat public”
par bye Mar 8 Aoû - 19:04

» Le « chavo-madurisme » n’est rien moins qu’une dictature pure et simple
par bye Dim 6 Aoû - 18:52

» Gel des postes et du budget de l’éducation nationale : non, cette école ne nous convient pas !
par bye Mer 12 Juil - 13:56

» G 20 Hambourg
par bye Lun 10 Juil - 11:51

» Handicapée, je ne peux continuer à enseigner dans mon académie
par bye Mer 5 Juil - 6:21

» Pour une éducation populaire féministe
par bye Lun 12 Juin - 18:20

» La CNT a écrit aux Éditions Belin
par bye Mar 6 Juin - 10:20

» Blanquer ministre de l’Education nationale : au secours, Sarkozy revient !
par bye Jeu 25 Mai - 11:08

» L'accaparement des terres en Birmanie
par bye Mer 17 Mai - 18:42

» Un enseignant kurde témoigne...
par bye Lun 15 Mai - 17:50

» La métamatière et le Roi de la Terre
par De Bortoli Claude Mar 2 Mai - 9:52

» Au-delà des élections
par bye Mer 26 Avr - 17:26

» Les Etats-Unis ont utilisé leur plus puissante bombe non-nucléaire en Afghanistan, une première
par bye Dim 23 Avr - 18:35

» « Pourquoi nous sommes en grève de la faim dans les prisons d’Israël »
par bye Dim 23 Avr - 18:31

» « Enculé, ordure ! ». Philippe Poutou insulté par les flics
par bye Dim 23 Avr - 18:25

» La Sécurité sociale, une assistance ou un droit ?
par bye Dim 23 Avr - 18:22

» Birmanie: pour établir un mécanisme indépendant de réexamen de tous les cas de prisonniers politiques
par bye Ven 21 Avr - 6:02

» Gatti est mort. A la Parole Errante ses mots résonnent encore !
par bye Mer 12 Avr - 18:21

» Turquie : appel urgent au monde enseignant, aux associations et syndicats…
par bye Lun 3 Avr - 18:21

» APPEL À LA MOBILISATION CONTRE LE PROCHAIN SOMMET DE L’OTAN !
par bye Sam 1 Avr - 5:30

» Communiqué de presse de SUD éducation Guyane du 28 mars
par bye Jeu 30 Mar - 10:16

» Qu’est-ce qui ne va pas avec l’arabe à l’école ?
par bye Ven 24 Mar - 12:03

» Libérons l'oisiveté !
par bye Ven 17 Mar - 19:05

» Quand Espérance banlieues bat la campagne
par bye Ven 17 Mar - 19:00

» 8 mars : luttons toutes et tous pour l’égalité des droits !
par bye Mer 8 Mar - 11:01

» Désarmer la police, la proposition pas si saugrenue du NPA
par bye Mar 7 Mar - 12:50

» Fin du dispositif des Caomi: quelle orientation pour les mineurs isolés de Calais ?
par bye Sam 4 Mar - 9:58

» Les fonctionnaires répondent aux "menaces" de Marine Le Pen
par bye Sam 4 Mar - 6:25

» Réduction des indemnités et contrôles drastiques : Macron s’attaque aux chômeurs
par bye Sam 4 Mar - 6:22

» L'avenue Serge Dassault à Corbeil-Essonnes doit être débaptisée !
par bye Sam 4 Mar - 6:20

» Nouvelle révélation du Canard Enchainé : les copinages de Hamon et LVMH
par bye Sam 4 Mar - 6:18

» Une nouvelle menace pour les étrangers
par bye Mar 21 Fév - 12:02

» "Vous êtes la candidate du nanti-système", lance Charline Vanhoenacker à Marine Le Pen
par bye Lun 20 Fév - 20:30

» Vaccins : Marisol Touraine va-t-elle faire respecter la loi ou satisfaire les labos ?
par bye Lun 20 Fév - 20:26

» La tension monte d’un cran entre les Etats-Unis et le Venezuela
par bye Lun 20 Fév - 20:23

» Vandana Shiva : « Gandhi est plus pertinent qu’il ne l’a jamais été »
par bye Lun 20 Fév - 20:16

» Vague de froid en Europe : les migrants vulnérables
par bye Mar 7 Fév - 17:59

» Le centre pour les femmes et les familles migrantes a ouvert ses portes à Paris
par bye Mar 7 Fév - 17:56

» Des incidents éclatent à Aulnay-sous-Bois après les soupçons de viol de policiers
par bye Lun 6 Fév - 18:23

» Le maire rejette l'étude d'UFC-Que choisir sur l'eau potable
par bye Lun 6 Fév - 18:20

» DOCUMENT. Voici le contrat de travail de Penelope Fillon
par bye Lun 6 Fév - 18:17

» Le Hezbollah scrute avec inquiétude la nouvelle politique américaine au Moyen-Orient
par bye Lun 6 Fév - 18:14

» Huit hommes possèdent autant que la moitié de la population mondiale
par bye Mer 18 Jan - 20:06

» Délinquants solidaires : Pour en finir avec le délit de solidarité
par bye Mer 18 Jan - 13:29

» ACTUALITÉ SOCIÉTÉ ET POLITIQUE
par gramophone Sam 14 Jan - 11:34

» votre permis de conduire à portée de main
par neil89 Ven 13 Jan - 23:51

» Poursuivre la mobilisation pour une carte élargie des lycées de l’Education Prioritaire, en grève le 10 janvier !
par bye Mar 10 Jan - 11:50

» Grenade de désencerclement : un CRS mis en examen
par bye Sam 7 Jan - 20:59

» Les trois visages du vote FN
par bye Sam 7 Jan - 20:46

» Les deux jambes du militantisme
par bye Sam 7 Jan - 20:37

» Condamnés aujourd’hui pour avoir comparé Christiane Taubira à un singe
par bye Sam 31 Déc - 10:17

» Échapper au chaos
par bye Jeu 22 Déc - 17:53

» Le sénateur Carle coupable de détournement de fonds publics ? SUD éducation le dit depuis 2009 !
par bye Jeu 22 Déc - 15:06

» Maths : résoudre un problème
par bye Lun 12 Déc - 13:25

» Journée Internationale des droits de l'Homme: une situation inquiétante en Birmanie
par bye Dim 11 Déc - 11:17

» Comment les services de renseignement font la chasse aux employés des télécoms
par bye Sam 10 Déc - 18:54

» ET SI LE MASCULIN NE L’EMPORTAIT PAS SUR LE FEMININ ?
par bye Sam 10 Déc - 18:49

» Un document interne provoque un malaise à la SNCF
par bye Sam 10 Déc - 18:38

» Le gouvernement repousse l’évacuation de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes
par bye Sam 10 Déc - 18:29

» Légitime défense des policiers : faut-il tordre le droit ?
par bye Ven 9 Déc - 19:29

» Cadeau de fin d’année, un casier scolaire pour tous les marmots
par bye Mar 6 Déc - 13:59

» Violences policières, violences d’Etat
par bye Mar 6 Déc - 13:54

» La métamatière, les élites et les gouvernants
par De Bortoli Claude Ven 2 Déc - 9:54

» Comment les stups ont enfumé la justice
par bye Jeu 1 Déc - 12:26

» Quel opérateur
par bye Jeu 1 Déc - 12:24

» Fillon président ? Un coup de massue pour l’école
par bye Mer 30 Nov - 17:54

» « Pourquoi j’ai secouru des réfugiés. » Monument en l'honneur de Pierre-Alain Mannoni
par bye Mar 29 Nov - 13:06

» Jean-Luc Mélenchon ne passera pas au second tour de la présidentielle s'il ne se décide pas à parler au peuple
par bye Mar 29 Nov - 13:03

» Graeme Allwright : il t'a laissé la carte qui est si délirante qu'il n'aura plus jamais besoin d'une autre
par bye Mar 29 Nov - 13:00

» Mort de Fidel Castro : bilan de santé de la révolution castriste
par bye Mar 29 Nov - 12:57

» Vinci, piraté par des hacktivistes
par bye Ven 25 Nov - 18:38

» Le Mouvement de la Paix solidaire de la lutte des infirmières et infirmiers
par bye Ven 25 Nov - 18:35

» presentation de moi
par bye Ven 25 Nov - 18:30

» tests
par Matteo13 Mer 23 Nov - 7:48

» Un système d'accueil italien saturé face au nombre toujours aussi important d'arrivées
par bye Lun 21 Nov - 19:08

» Comment fonctionnera le « centre humanitaire » de Paris ?
par bye Lun 21 Nov - 19:06

» Un quart des enfants européens est menacé par la pauvreté
par bye Lun 21 Nov - 19:02

» Cuba : Le Conseil d’État décrète l’amnistie de 787 condamnés
par bye Sam 19 Nov - 11:11

» TURQUIE : Cesser la « chasse aux sorcières » à l’encontre des employé(e)s de l’éducation
par bye Jeu 17 Nov - 18:57

» Ces magnats français qui contrôlent les médias
par bye Dim 13 Nov - 12:23

» Chômage, retraites et revenu universel : et si un cocktail était la bonne solution ?
par bye Dim 13 Nov - 12:20

» L'ANTIRACISME ET LA GAUCHE RADICALE SONT-ILS IRRÉCONCILIABLES?
par bye Dim 13 Nov - 12:16

» L'Amérique de Donald Trump
par bye Dim 13 Nov - 12:09

» Un an après les élections en Birmanie ...
par bye Mar 8 Nov - 18:59

» Fichier des Français : les oublis et les erreurs de Cazeneuve et Urvoas
par bye Mar 8 Nov - 11:54

» Burkina Fasso : Grève dans l’éducation les 3 et 4 novembre
par bye Mar 8 Nov - 11:49

» "Ni rire, ni pleurer, ni haïr. Comprendre"
par bye Mar 1 Nov - 11:58

» Besoin de crédit personnel
par filhastreanne Lun 31 Oct - 2:32

» L’usage informationnel acritique d’Internet à l’école primaire
par gramophone Dim 30 Oct - 10:06

» Un maire serbe à Srebrenica, tout un symbole, 21 ans après le massacre
par bye Lun 24 Oct - 12:39

» L'Arctique : eldorado ou mirage?
par bye Lun 24 Oct - 12:36

LE SITE

Dans Les Coulisses de Demain

FORUMS & SITES AMIS

FORUM EST INSCRIT SUR


    Rentrée scolaire sous haute tension à Mayotte

    Partagez
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8754
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Rentrée scolaire sous haute tension à Mayotte

    Message par bye le Mar 11 Oct - 11:53

    C’est la Cimade (www.lacimade.org) qui nous alerte dans un article du 27 septembre 2016 :

    Qu’ils soient enfants du sud de l’île, logés au gîte du Bengali ou bacheliers de Mamoudzou, tous ces jeunes rencontrent des difficultés pour suivre leur cursus scolaire, du fait de leur nationalité comorienne. L’histoire les a placés au cœur d’une île en crise, soumise à des tensions inquiétantes. Eux ne désiraient qu’une chose : étudier.

    De janvier à mai 2016, des habitants mahorais se sont constitués en collectifs pour expulser les comoriens dans des villages au sud de l’île. Dénonçant des habitations illégales occupées par des clandestins, les vols à répétition et un encombrement des services publics généré, à leurs yeux, par l’afflux d’étrangers, les collectifs ont chassé des villages concernés la quasi-totalité des étrangers, dont la majorité était composée de mineurs et ou de personnes en situation régulière. Habitations pillées, détruites partiellement ou brûlées…. La crise atteindra son paroxysme en juin et condamnera à la rue plus de 2 000 personnes. Si certaines sont, depuis, retournées aux Comores, la majorité est restée à Mayotte, enfermée pourtant dans la spirale de solutions précaires (relogement chez des amis, dans la forêt, ou sur la place de La République de Mamoudzou, chef-lieu du département…). Officiellement stoppées depuis juin et le ramadan, les opérations de décasages donnent désormais lieu à des actions d’un nouveau type, toujours frappées du sceau de l’illégalité, des collectifs mahorais.
    L’entrée des écoles interdite aux enfants comoriens
    A la rentrée, des actions ont été menées dans le sud de l’ile, aux abords des écoles pour mettre la pression sur les familles et les élus. Le but avoué de ces manœuvres visait la déscolarisation des enfants des familles décasées à la suite des expulsions.
    Le 24 août dernier, des mahorais ont ainsi bloqué l’entrée de l’école de Tsimkoura dans la Commune de Chirongui et protesté contre la présence des enfants comoriens. A plusieurs reprises les forces de l’ordre ont dû se mobiliser pour assurer l’entrée des enfants à l’école. Dans la commune de Bounéi, des opérations de filtrage se sont déroulées à l’entrée des écoles d’Hagnoudrou et de Bouéni pour repérer les enfants comoriens.
    Enfin, le mardi 30 août, l’école de Choungui dans la commune de Kani Kéli a fermé ses portes en raison d’une présence « massive d’enfants en situation irrégulière ». Si les filtrages ont cessé début septembre, en revanche la société civile a d ores et déjà identifiés plus de 47 enfants déscolarisés pour la seule commune de Chirongui. (villages de Tsimkoura et Poroani).
    Déscolarisation ou difficultés d’accès à l’école pour les mineurs vivant au gîte du Bengali
    Les familles réfugiées place de La République à Mamoudzou ont été relogées à compter du 22 juin au sein du gîte, « Le Bengali », à 10km de Mamoudzou, à Vahibé. Sur les 364 personnes recensées fin juin sur le gîte, elles n’étaient plus que 130 en septembre. Des conventions ont été signées dès juillet pour garantir aux familles une allocation pour couvrir les besoins alimentaires. La préfecture s’engageait également à proposer des solutions d’hébergement et de nature à scolariser les enfants.
    Des annonces trompeuses
    Dans les faits, si les « décasés » du gîte de Bengali sont nourris par les gérants du gîte qui perçoivent 8€ par personne par la Croix Rouge, ils ne bénéficient presque pas d’accompagnement social et leurs conditions de vie sont catastrophiques. Les personnes ayant quitté le gîte ont dû trouver des options de logement par elles-mêmes.
    La préfecture et la Mairie refusant de domicilier les familles, leurs enfants, (une centaine majoritairement en âge d’être scolarisés, se voient interdits d’école. Les 35 collégiens et lycéens sont contraints de se rendre chaque jour dans le sud de l’île, ce qui implique un départ du gîte à 4h du matin, une marche d’une heure puis un trajet en bus de 2 heures. Le soir ils ne rentrent chez eux qu’aux alentours de 19h.
    Des jeunes bacheliers privés d’études faute de carte de séjour
    2016 est une année record pour le nombre d’élèves à Mayotte avec 95 000 jeunes, dont près de la moitié est comorienne. Les élèves étrangers qui arrivent au bout de ce parcours scolaire se heurtent à une difficulté majeure : l’obtention de cartes de séjour pour poursuivre des études supérieures.
    C’est ainsi chaque année. Ils sont des centaines (entre 300 et 400 selon le CIO) à ne pas être en mesure de poursuivre leurs études, du moins temporairement.
    Ces élèves ne sont ni moins motivés ni moins doués que d’autres. Mais ceux-là sont différents. Parce qu’étrangers. Et la République que nous connaissons en métropole a perdu la mémoire à Mayotte.
    Là, les étudiants sont contraints de passer une (ou deux) années blanches. Certains redoublent d’ailleurs volontairement leur année de terminale pour ne pas se retrouver désœuvrés de peur de décrocher totalement de leur parcours scolaire.
    L’origine de cette situation réside dans les difficultés d’obtention d’une carte de séjour, et notamment les délais. Si, au regard de la loi, la préfecture dispose de 4 mois pour rendre une décision à la suite d’ une demande de titre de séjour, la durée d’attente à Mayotte oscille entre 10 mois et deux ans. Les jeunes bacheliers se retrouvent dans l’impossibilité d’obtenir leur régularisation administrative pour poursuivre leur formation, à Mayotte, à La Réunion ou en métropole.
    Les étudiants soutenus par La Cimade
    En désespoir de cause, les étudiants sont nombreux à se rendre dans les permanences d’accompagnement juridique de La Cimade de Mayotte pour tenter de trouver une solution. Pour cette année 2016, les bénévoles les ont accueillis pour discuter collectivement de ces difficultés. L’idée a germé de créer un collectif depuis lors soutenu par La Cimade au plan matériel mais aussi en terme de ressources juridiques afin que la centaine d’étudiants structuré en collectif puissent développer leur capacité à faire valoir leurs droits.
    Dès le 8 août, ils ont interpellé par écrit le Préfet de Mayotte pour faire état de leurs difficultés et solliciter un entretien. Face à son silence, le collectif a convoqué les médias locaux le 17 août pour rendre visible leur situation auprès de l’opinion publique.
    Réfugiée dans un mutisme incompréhensible, la préfecture n’a, là encore, pas eu de réactions. Les étudiants ont en conséquence organisé une manifestation qui a permis d’obtenir un rendez-vous avec le secrétaire général le vendredi 2 septembre, puis un 2nd le mardi 6 septembre.
    A l’issue de ce dernier entretien auxquels assistaient des responsables du vice-rectorat, la Préfecture s’est engagée à traiter avant fin novembre l’ensemble des dossiers des jeunes bacheliers en lien avec les établissements scolaires. Un protocole a été mis en place pour que les chefs d’établissements puissent informer le vice-rectorat d’éventuelles difficultés rencontrées par des jeunes bacheliers.
    Pour autant, à ce jour, le collectif continue d’alerter les médias en attendant la concrétisation des mesures annoncées par la préfecture.
    Qu’ils soient enfants du sud de l’île, logés au gîte du Bengali ou bacheliers de Mamoudzou, tous ces jeunes rencontrent des difficultés pour suivre leur cursus scolaire, du fait de leur nationalité comorienne. L’histoire les a placés au cœur d’une île en crise, soumise à des tensions inquiétantes. Eux ne désiraient qu’une chose : étudier.

    http://www.questionsdeclasses.org/?Rentree-scolaire-sous-haute-tension-a-Mayotte-3676

      La date/heure actuelle est Dim 24 Sep - 15:22