LIBRE DISCUSSION DANS LES COULISSES DE DEMAIN

Débattons en toute liberté, dans le respect de l’autre, sur tous les sujets qui composent notre société : politique, économie, environnement, religion, philosophie, paranormal, sciences, famille, santé, mode, sexualité, loisirs, sports, divertissements…

Derniers sujets

» Libérons l'oisiveté !
par bye Ven 17 Mar - 19:05

» Quand Espérance banlieues bat la campagne
par bye Ven 17 Mar - 19:00

» 8 mars : luttons toutes et tous pour l’égalité des droits !
par bye Mer 8 Mar - 11:01

» Désarmer la police, la proposition pas si saugrenue du NPA
par bye Mar 7 Mar - 12:50

» Fin du dispositif des Caomi: quelle orientation pour les mineurs isolés de Calais ?
par bye Sam 4 Mar - 9:58

» Les fonctionnaires répondent aux "menaces" de Marine Le Pen
par bye Sam 4 Mar - 6:25

» Réduction des indemnités et contrôles drastiques : Macron s’attaque aux chômeurs
par bye Sam 4 Mar - 6:22

» L'avenue Serge Dassault à Corbeil-Essonnes doit être débaptisée !
par bye Sam 4 Mar - 6:20

» Nouvelle révélation du Canard Enchainé : les copinages de Hamon et LVMH
par bye Sam 4 Mar - 6:18

» Une nouvelle menace pour les étrangers
par bye Mar 21 Fév - 12:02

» "Vous êtes la candidate du nanti-système", lance Charline Vanhoenacker à Marine Le Pen
par bye Lun 20 Fév - 20:30

» Vaccins : Marisol Touraine va-t-elle faire respecter la loi ou satisfaire les labos ?
par bye Lun 20 Fév - 20:26

» La tension monte d’un cran entre les Etats-Unis et le Venezuela
par bye Lun 20 Fév - 20:23

» Vandana Shiva : « Gandhi est plus pertinent qu’il ne l’a jamais été »
par bye Lun 20 Fév - 20:16

» Vague de froid en Europe : les migrants vulnérables
par bye Mar 7 Fév - 17:59

» Le centre pour les femmes et les familles migrantes a ouvert ses portes à Paris
par bye Mar 7 Fév - 17:56

» Des incidents éclatent à Aulnay-sous-Bois après les soupçons de viol de policiers
par bye Lun 6 Fév - 18:23

» Le maire rejette l'étude d'UFC-Que choisir sur l'eau potable
par bye Lun 6 Fév - 18:20

» DOCUMENT. Voici le contrat de travail de Penelope Fillon
par bye Lun 6 Fév - 18:17

» Le Hezbollah scrute avec inquiétude la nouvelle politique américaine au Moyen-Orient
par bye Lun 6 Fév - 18:14

» Huit hommes possèdent autant que la moitié de la population mondiale
par bye Mer 18 Jan - 20:06

» Délinquants solidaires : Pour en finir avec le délit de solidarité
par bye Mer 18 Jan - 13:29

» ACTUALITÉ SOCIÉTÉ ET POLITIQUE
par gramophone Sam 14 Jan - 11:34

» votre permis de conduire à portée de main
par neil89 Ven 13 Jan - 23:51

» Poursuivre la mobilisation pour une carte élargie des lycées de l’Education Prioritaire, en grève le 10 janvier !
par bye Mar 10 Jan - 11:50

» Grenade de désencerclement : un CRS mis en examen
par bye Sam 7 Jan - 20:59

» Les trois visages du vote FN
par bye Sam 7 Jan - 20:46

» Les deux jambes du militantisme
par bye Sam 7 Jan - 20:37

» Condamnés aujourd’hui pour avoir comparé Christiane Taubira à un singe
par bye Sam 31 Déc - 10:17

» Échapper au chaos
par bye Jeu 22 Déc - 17:53

» Le sénateur Carle coupable de détournement de fonds publics ? SUD éducation le dit depuis 2009 !
par bye Jeu 22 Déc - 15:06

» Maths : résoudre un problème
par bye Lun 12 Déc - 13:25

» Journée Internationale des droits de l'Homme: une situation inquiétante en Birmanie
par bye Dim 11 Déc - 11:17

» Comment les services de renseignement font la chasse aux employés des télécoms
par bye Sam 10 Déc - 18:54

» ET SI LE MASCULIN NE L’EMPORTAIT PAS SUR LE FEMININ ?
par bye Sam 10 Déc - 18:49

» Un document interne provoque un malaise à la SNCF
par bye Sam 10 Déc - 18:38

» Le gouvernement repousse l’évacuation de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes
par bye Sam 10 Déc - 18:29

» Légitime défense des policiers : faut-il tordre le droit ?
par bye Ven 9 Déc - 19:29

» Cadeau de fin d’année, un casier scolaire pour tous les marmots
par bye Mar 6 Déc - 13:59

» Violences policières, violences d’Etat
par bye Mar 6 Déc - 13:54

» La métamatière, les élites et les gouvernants
par De Bortoli Claude Ven 2 Déc - 9:54

» Comment les stups ont enfumé la justice
par bye Jeu 1 Déc - 12:26

» Quel opérateur
par bye Jeu 1 Déc - 12:24

» Fillon président ? Un coup de massue pour l’école
par bye Mer 30 Nov - 17:54

» « Pourquoi j’ai secouru des réfugiés. » Monument en l'honneur de Pierre-Alain Mannoni
par bye Mar 29 Nov - 13:06

» Jean-Luc Mélenchon ne passera pas au second tour de la présidentielle s'il ne se décide pas à parler au peuple
par bye Mar 29 Nov - 13:03

» Graeme Allwright : il t'a laissé la carte qui est si délirante qu'il n'aura plus jamais besoin d'une autre
par bye Mar 29 Nov - 13:00

» Mort de Fidel Castro : bilan de santé de la révolution castriste
par bye Mar 29 Nov - 12:57

» Vinci, piraté par des hacktivistes
par bye Ven 25 Nov - 18:38

» Le Mouvement de la Paix solidaire de la lutte des infirmières et infirmiers
par bye Ven 25 Nov - 18:35

» presentation de moi
par bye Ven 25 Nov - 18:30

» tests
par Matteo13 Mer 23 Nov - 7:48

» Un système d'accueil italien saturé face au nombre toujours aussi important d'arrivées
par bye Lun 21 Nov - 19:08

» Comment fonctionnera le « centre humanitaire » de Paris ?
par bye Lun 21 Nov - 19:06

» Un quart des enfants européens est menacé par la pauvreté
par bye Lun 21 Nov - 19:02

» Cuba : Le Conseil d’État décrète l’amnistie de 787 condamnés
par bye Sam 19 Nov - 11:11

» TURQUIE : Cesser la « chasse aux sorcières » à l’encontre des employé(e)s de l’éducation
par bye Jeu 17 Nov - 18:57

» Ces magnats français qui contrôlent les médias
par bye Dim 13 Nov - 12:23

» Chômage, retraites et revenu universel : et si un cocktail était la bonne solution ?
par bye Dim 13 Nov - 12:20

» L'ANTIRACISME ET LA GAUCHE RADICALE SONT-ILS IRRÉCONCILIABLES?
par bye Dim 13 Nov - 12:16

» L'Amérique de Donald Trump
par bye Dim 13 Nov - 12:09

» Un an après les élections en Birmanie ...
par bye Mar 8 Nov - 18:59

» Fichier des Français : les oublis et les erreurs de Cazeneuve et Urvoas
par bye Mar 8 Nov - 11:54

» Burkina Fasso : Grève dans l’éducation les 3 et 4 novembre
par bye Mar 8 Nov - 11:49

» "Ni rire, ni pleurer, ni haïr. Comprendre"
par bye Mar 1 Nov - 11:58

» Besoin de crédit personnel
par filhastreanne Lun 31 Oct - 2:32

» L’usage informationnel acritique d’Internet à l’école primaire
par gramophone Dim 30 Oct - 10:06

» Un maire serbe à Srebrenica, tout un symbole, 21 ans après le massacre
par bye Lun 24 Oct - 12:39

» L'Arctique : eldorado ou mirage?
par bye Lun 24 Oct - 12:36

» Après le viol et le meurtre barbare d'une adolescente, les Argentines ont arrêté de travailler
par bye Lun 24 Oct - 12:33

» Si la mise en scène des manifestations spontanées de policiers, organisées en pleine nuit dans les rues de Paris, ont pu surprendre les riverains, elles inquiètent également la majorité à l'approche de la présidentielle.
par bye Lun 24 Oct - 12:30

» Sommet de Bratislava : vers une convergence des approches "sécuritaires" sur les questions migratoires ?
par bye Jeu 20 Oct - 18:28

» Démantèlement de Calais : quel plan de répartition pour les migrants ?
par bye Jeu 20 Oct - 18:26

» Première défaite pour Viktor Orbán
par gramophone Jeu 20 Oct - 6:27

» Ça y est, les revoilà !
par bye Mar 18 Oct - 13:38

» Lettre ouverte de Kirk Douglas contre Donald Trump
par bye Mar 18 Oct - 13:32

» "Affligeant" ou "mérité", le Nobel de littérature attribué à Bob Dylan divise
par bye Mar 18 Oct - 13:26

» L'Église catholique d'Ariège demande pardon pour le massacre des cathares
par bye Mar 18 Oct - 13:23

» QUAND LES LOIS ANTITERRORISTES AUTORISENT LES AGENTS DE LA RATP ET DE LA SNCF À INTERVENIR EN CIVIL ET ARMÉS
par bye Mar 18 Oct - 13:19

» Le président Barack Obama lève les dernières sanctions américaines
par bye Mar 11 Oct - 19:25

» Rentrée scolaire sous haute tension à Mayotte
par bye Mar 11 Oct - 11:53

» S'indigner pour Alep... mais un peu trop tard
par bye Sam 8 Oct - 9:40

» Rapport mondial sur les sciences sociales : lutter contre les inégalités
par bye Sam 8 Oct - 9:34

» Manifestant blessé : la version policière contredite par les vidéos
par bye Sam 8 Oct - 9:32

» Donald Trump won the 2016 elections, but civil war and WWIII are here !!!
par bye Mer 5 Oct - 19:06

» CIA(Facebook) wants me dead now.
par BASTIANAUSER Dim 2 Oct - 14:49

» PSYCHIATRISTS !!! American CIA(Obama) and Russian KGB(FSB Putin) want me dead NOW !!! SLOWENIEN - SLOVENIA !!!
par BASTIANAUSER Dim 2 Oct - 14:48

» Obama And His Holy War on White Race Exposed !!! THE END OF OBAMA !!!
par BASTIANAUSER Dim 2 Oct - 14:47

» Comment les “fils et filles de…” ont pris le pouvoir sur la culture en France
par bye Dim 2 Oct - 6:24

» Un sans-abri sur dix est diplômé de l’enseignement supérieur
par bye Dim 2 Oct - 6:19

» A Hayange, le maire Front national veut expulser le Secours populaire
par bye Dim 2 Oct - 6:16

» La guerre nucléaire silencieuse
par bye Dim 2 Oct - 6:11

» Notre Dame des Landes ou l’art des grands projets inutiles
par gramophone Ven 30 Sep - 15:08

» Dangereux pédagogues !
par bye Lun 26 Sep - 11:38

LE SITE

Dans Les Coulisses de Demain

FORUMS & SITES AMIS

FORUM EST INSCRIT SUR


    L’usage informationnel acritique d’Internet à l’école primaire

    Partagez
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8730
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    L’usage informationnel acritique d’Internet à l’école primaire

    Message par bye le Jeu 27 Oct - 11:50

    Jorge Diaz Pina est un universitaire, chercheur en éducation, vénézuélien. Dans un article, publié en 2016, dont la seconde partie est traduite ci-dessous, il propose une analyse critique des nouvelles technologies en éducation. Il s’appuie pour cela, entre autres, sur la conceptualisation de la théorie critique de l’école de Francfort. Il essaye à l’inverse de tracer les contours de ce que peut être une pédagogie critique face aux Technologies de l’information et de la communication (TICs).

    […] L’objectif de caractériser la cyberculture discursive qui entoure Internet, en tant que réseau des réseaux par lequel circule des flux d’information, nous conduit à soutenir qu’Internet est entouré d’une symbolique et d’une signification idéologique de nature réificatrice et fétichiste par la voie de l’interconnectivité technologique des TICs […]. La réification est entendue comme manifestation de la matérialité technologique, produite socialement par des hommes et des femmes, qui s’est autonomisée de cette origine sociale et se présente comme une création éloignée, au-dessus de ceux qui l’ont produite. La fétichisation consiste dans le fait que les services et fonctions ont revêtu de manière imaginaire une suprématie et un pouvoir de science-fiction pour ceux qui leur rendent un tribu et sont dans une servitude idéologico-culturelle à leur égard. Par exemple, par le fait que ces technologies deviennent déterminantes dans le développement de tous les buts que l’on soit atteindre.

    Cette réification, associée avec la fétichisation des TICs, relègue les individus, qui se perçoivent subjectivement eux-mêmes de manière prépondérante comme des usagers et des consommateurs d’information subordonnés à Internet avec la fiction d’une interactivité libre qui est en réalité contrôlée par les choix algorithmiquement préétablis et programmés technologiquement. Cette configuration de la prévalence d’une subjectivité inactive, car dépendante des contrôles et des lignes directrices d’Internet, établit chez les sujets des pratiques qui transmettent des représentations cognitives, des valorisations, des esthétiques… qui induisent des comportements face aux TICs. En outre, la consommation acritique de l’information qui circule et de l’interactivité communicative de type technologique transmisive renforce ce type de subjectivité hétéronome ou assujettie par les forces extérieures qui produisant ce type d’information en font la vérité. C’est ainsi qu’est induit un type de subjectivité aliénée.

    L’école intervient dans le processus de subjectivation en se présentant comme une institution qui a un pouvoir de socialisation des enfants. Dans le discours analysé antérieurement, on peut inférer qu’il n’y a pas une systématisation théorique qui favorise une compréhension critique des processus de médiation et d’appropriation informationnel non aliénants des TICs, et particulièrement d’Internet, à partir d’une perspective didactico-pédagogique authentiquement libératrice qui conduise à réfléchir sur les ordinateurs portables Canaima, par exemple, octroyés gratuitement aux élèves par le gouvernement national.

    Ce qui est prépondérant dans ces orientations de forme instrumentale-pragmatique, à propos de leur usage fondamentalement technico-opératif, c’est qu’elles ne problématisent par l’usage informationnel d’Internet au-delà de la prévention que l’on doit avoir relativement à un certain type d’informations préjudiciables pour l’intégrité des élèves dans l’éducation primaire vénézuélienne. […]

    Au milieu de ce manque systématique de théorie critique que l’on perçoit dans les documents officiels au sujet de l’usage des TICs dans l’éducation primaire vénézuélienne, l’absence d’une perspective concernant la relation entre la technologie et l’éducation est notable, que ce soit sur le plan épistémologique ou de son traitement méthodologique (...) De même, on oblitère l’analyse de cette relation à partir d’un regard historique sur l’usage de la technologie dans le cadre de l’école primaire. Cette perspective pourrait offrir des apports pour réexaminer la pertinence éducative de l’usage de la technologie en éducation des enfants à ce niveau de scolarité […]

    Pour adopter une perspective sur l’histoire contemporaine la plus immédiate de la relation technologie-éducation dans l’éducation primaire vénézuélienne, il faut faire une démarcation sur ce que l’on considère comme relevant d’une recherche sur l’éducation. A partir d’une perspective très généraliste et réductionniste, on considère comme technologie éducative tout procédé technico-méthodique qui s’inscrit en éducation dans une relation fin/moyens que ce soit dans le cadre de la pratique didactico-pédagogique ou de la planification administrative de l’enseignement. A partir de cette définition, il ne s’agit pas de méconnaître la fonction de la technique en tant que savoir-faire, pas nécessairement instrumental dans la mesure où il ne réduit pas à une simple application des autres champs comme celui de la science, étant donné qu’actuellement c’est un champ autonome de pensée et d’action qui exprime des conceptions opposées au technocratisme pragmatique. Mais le discours officiel a servi dans différents espaces éducatifs à développer une rationalité technique et technologique à partir de diverses conceptions.

    La rationalité technologique est une manifestation intrinsèque de la volonté de pouvoir qui se constitue au sein de la technologie actuelle, comme l’exprime, Queralto, un défenseur de la pragmatique technologique globale :

    « La rationalité technologique dénote toujours une volonté de pouvoir. Mais on observe que cela n’est pas une conséquence des tâches techniques concrètes en tant que telle, mais que c’est quelque chose qui se constitue au sein même de la rationalité technologique. Parce que, ce n’est pas seulement le fait qu’elle procure un pouvoir sur la réalité à cause de ces résultats, mais qu’elle recherche le pouvoir sur le réel pour se fonder en tant que forme de rationalité ».

    La technologie éducative a été véhiculée par le programme induit par le paradigme positiviste de la psychologie behavoriste en lien avec le processus d’enseignement-apprentissage et son évaluation, et basé sur l’association d’idées, le conditionnement opérant et les renforcements de la conduite depuis les années 1960, qui a utilisé également des moyens et des ressources audiovisuelles, comme par exemple le fameux Apprentissage assisté par ordinateur qui n’a pas eu en définitif le développement escompté car il a été limité a quelques secteurs éducatifs principalement privés. Ces technologies ont été désignées sous le nom de machines d’apprentissage, mais de manière différentes des actuelles TICs, bien que les deux reposent sur l’idée de la programmation de l’enseignement et de l’apprentissage.

    L’éducation behavoriste pratiquée à travers la technologie éducative a été un objet de questionnement par les effets aliénants qu’il a produit chez les élèves vénézuéliens :

    « Ces modèles et processus éducatifs basés sur le conditionnement opérant et le renforcement, à la base du behavorisme, poursuivent l’automatisation de l’être humain étant donné que cela part d’une psychologie qui nie l’existence de la conscience comme forme supérieure de l’organisation de la matière – en éliminant totalement l’apprentissage critique et créateur en substituant à la praxis vitale humaine que peut réaliser un individu lors d’un apprentissage non mécanisé par l’unique pratique qui convient à la programmation : une expérience mécanisée, planifiée dans tous ses aspects – sans possibilité d’inventivité, de création et de ruptures avec ce qui est déjà établi – répressive et individualiste à l’extrême » (Quintero, 1978).

    Plus tard durant les années 1980, apparaît sur la scène vénézuélienne la perspective cognitiviste avec de nouvelles conceptualisations autour de la conception éducative de la technologie éducative fondés sur la caractérisation des processus cognitifs des étudiants et leur interaction avec les systèmes symboliques des médias.

    Ils formulent des critiques à la conception selon laquelle les médias et les ressources technologiques étaient seulement des instruments neutres de transmission d’information. Au contraire, ils postulent que ce sont des systèmes symboliques de représentation de la réalité qui en interagissant avec les structures cognitives, agissent sur celles-là et que c’est pour cela qu’il fallait étudier le type d’interactivité qui avait des effets sur la formation scolaire.

    Ensuite, à partir des années 1990 et en lien avec la Théorie critique de la culture, dont l’origine est attribuée à l’Ecole de Francfort, apparaissent de manière très influente la perspective psycho-pédagogique constructiviste et sociocritique. Elle centre la réflexion sur la construction de la pensée des élèves, sur les valorisations culturelles aliénantes que reflètent les TICs aussi bien dans les interfaces usagers-machines qu’au sujet de leurs contenus formatés, et ceux que l’on devrait promouvoir dans le contexte d’une crise structurelle mondiale et locale pour rendre propice une pensée autonome, critique et engagée avec des changements socioculturels. Cependant, en dépit de ce qui a été affirmé, on peut partager la conclusion formulée par Rueda en 2007 :

    « Les modèles de l’usage des technologies dans les institutions scolaires en sont restés à un discours technocratique, dans le cadre d’une conception technico-rationnelle et d’un usage instrumental avec une perspective behavoriste et cognitiviste assez éloignée, y compris des présupposés de ces théories, mais encore plus des théories constructivistes sociocritiques et de la complexité propre à ces dernières décennies ».

    A partir du point de vu éducatif, qui est assumé dans cette réflexion sur les TICs et l’usage informationnel d’Internet, plus particulièrement en ayant présent la complexité de la société mondiale dans laquelle est insérée le local, joint à la multiplicité des informations qui circulent, qui tend à saturer de manière aliénante l’attention des récepteurs avec les significations sémiotiques des discours qu’ils portent, s’impose la nécessité de fonder de manière critique les jugements analytico-interprétatifs. Il faut former en conséquence les élèves à la relativité des perspectives informatives, à l’incertitude des vérités présumées informées, et en même temps aussi paradoxal et ambivalent que cela paraît, leur apprendre à fonder leurs opinions et actions sur des critères consistants et pertinents. C’est pourquoi, je souscris à l’assertion formulée par Mauri et Onrubia : « Dans une société de l’information, ce dont les élèves ont besoin, ce n’est pas d’information, mais surtout qu’on les encapacite pour qu’ils l’organisent et lui donne du sens ».

    A cette tâche, le rôle médiateur de l’enseignant est décisif car il doit agir comme un interlocuteur pour une signification autre pour les élèves, qui doivent transformer pour cela l’information obtenue, par la recherche sur Internet, en une connaissance construite de manière autonome et interactive en la communicant sur un mode dialogique aux autres. Ici les TICs et Internet sont conçus comme des éléments d’appui de l’activité mentale coopérative et constructive des étudiants dans un contexte d’interaction intersubjective entre eux, animé et modéré par l’enseignant. La transformation de l’information en connaissance implique que l’on distingue entre les deux, de manière épistémologique, mais surtout socio-culturellement. En effet, la connaissance se produit de manière différente dans une interaction sociale contextualisée avec les savoirs des individus qui interprètent l’information comme des faits structurés. Selon Garcia : « Pour l’épistémologie actuelle, la production de faits sans structure n’est pas synonyme d’information, tout comme l’information ne peut pas être considérée comme de la connaissance si elle n’est pas organisée rationnellement au sein d’un système de savoir. Il ne s’agit pas seulement d’une question épistémologique, mais également socio-anthropologique : l’information acquiert du sens dans des contextes spécifiques, distincts selon les relations sociales dans lesquelles sont insérés ceux qui l’interprètent et l’utilisent ».

    Cette perspective suppose de passer d’une conception individualiste de l’apprentissage et de la connaissance à une autre qui les conçoit comme des processus sociaux d’activité conjointe entre les membres du groupe scolaire ou communauté éducative : enseignants et élèves. Cela suppose en outre que l’on doit savoir différencier la connectivité ou l’interactivité technologique de l’interaction socio-pédagogique car cette dernière dépasse la simple réception informationnelle et la communication instrumentale, en régulant l’adéquation des intérêts et des caractéristiques des étudiants dans leur interaction reconstructive des contenus des apprentissages proposés. On doit rappeler que la différence fondamentale entre la communication instrumentale télétransmissive et la communication dialogique réside dans le fait que la première est un échange informationnel de messages et de signaux entre usagers du réseau Internet sans que ceux-ci mesurent les processus de reconstruction, tandis que dans le deuxième cas, pour que ce soit un processus sémiotique, dans lequel s’échangent intersubjectivement des signaux, intervient la reconstruction et la resignification pour attribuer du sens.

    C’est en cela que la qualité éducative dans ce cas dépend du type d’interaction sociopédagogique que l’on promeut par l’usage des TICs. Il faut souligner, par conséquent, la différence entre interactivité et interaction. L’interactivité consiste dans la mise en relation opérationnelle des individus avec des moyens et des ressources techniques, ou entre ceux-ci, en regardant les actions des sujets avec les interfaces des TICs pour produire entre autres activités, l’obtention de l’information sur Internet et la communication instrumentale télétransmissive. Tandis que l’interaction, c’est la médiation de l’intersubjectivité qui bien qu’elle peut être médiatisée par les TICs peut rendre propice la reconstruction resignifiante de l’information sur Internet à travers l’action régulatrice de la conversation et de la réflexion critique ou de la communication dialogique entre les participants. Tout cela, cela montre la nécessité d’une pédagogie critique qui intègre une perspective désaliénante de l’usage des TICs, qui s’oppose à la signification et à la connotation instrumentale qui prévaut comme technologie éducative.

    A partir de ces considérations se détachent certaines des capacités et des compétences que les enseignants doivent posséder pour favoriser ce type d’usage informationnel d’Internet dans l’activité reconstructive et resignifiante chez les élèves. Parmi celles-ci, nous pouvons indiquer les suivantes :
    - La valorisation critique de l’usage informationnel d’Internet dans l’apprentissage
    - L’utilisation de la technologie pour rechercher et sélectionner l’information adéquate.
    - La différenciation entre le banal et l’essentiel dans l’information obtenue.
    - Savoir lire les différents langages multimédias pour s’informer et communiquer
    - L’usage adéquat des différentes bases et sources d’information
    - Présentation organisée de l’information en accord avec les différentes finalités.
    - Favoriser la vérification et l’analyse interprétative de l’information reçue.

    Finalement, et en partageant sur les TICs, le jugement de Gimeno : « nous devons reconnaître les possibilités qui s’ouvrent si c’est le sujet qui contrôle lui-même l’accès et s’il est un récepteur critique ». Cette réflexion sur le discours officiel au sujet de l’usage informationnel d’Internet à l’école primaire au Venezuela, conduit à recommander son usage pédagogique avec des préventions critiques : principalement, la régulation communicativo-dialogique reconstructive et resignificative de manière intersubjective et sous la modération de l’enseignant qui l’anime de l’information que cherchent et reçoivent les étudiants au moyen du réseau d’Internet pour produire des connaissances.
    En orientant la dite interaction dialogique fondamentalement vers la formation émancipatrice de l’autonomie des enfants de ce niveau, qui contrasterait de cette manière avec le type d’information qui produit l’aliénation des individus en les normalisant et les disciplinant corporellement comme des sujets informationnels, comme sujets dépendants de l’information qui circule et se consomme à travers Internet.

    http://www.questionsdeclasses.org/?L-usage-informationnel-acritique-d-Internet-a-l-ecole-primaire
    avatar
    gramophone

    Masculin
    Nombre de messages : 69
    Age : 56
    Date d'inscription : 22/12/2014

    La question clé

    Message par gramophone le Dim 30 Oct - 10:06

    bye a écrit:Jorge Diaz Pina est un universitaire, chercheur en éducation, vénézuélien. Dans un article, publié en 2016, dont la seconde partie est traduite ci-dessous, il propose une analyse critique des nouvelles technologies en éducation. Il s’appuie pour cela, entre autres, sur la conceptualisation de la théorie critique de l’école de Francfort. Il essaye à l’inverse de tracer les contours de ce que peut être une pédagogie critique face aux Technologies de l’information et de la communication (TICs).

    […] L’objectif de caractériser la cyberculture discursive qui entoure Internet, en tant que réseau des réseaux par lequel circule des flux d’information, nous conduit à soutenir qu’Internet est entouré d’une symbolique et d’une signification idéologique de nature réificatrice et fétichiste par la voie de l’interconnectivité technologique des TICs […]. La réification est entendue comme manifestation de la matérialité technologique, produite socialement par des hommes et des femmes, qui s’est autonomisée de cette origine sociale et se présente comme une création éloignée, au-dessus de ceux qui l’ont produite. La fétichisation consiste dans le fait que les services et fonctions ont revêtu de manière imaginaire une suprématie et un pouvoir de science-fiction pour ceux qui leur rendent un tribu et sont dans une servitude idéologico-culturelle à leur égard. Par exemple, par le fait que ces technologies deviennent déterminantes dans le développement de tous les buts que l’on soit atteindre.

    Cette réification, associée avec la fétichisation des TICs, relègue les individus, qui se perçoivent subjectivement eux-mêmes de manière prépondérante comme des usagers et des consommateurs d’information subordonnés à Internet avec la fiction d’une interactivité libre qui est en réalité contrôlée par les choix algorithmiquement préétablis et programmés technologiquement. Cette configuration de la prévalence d’une subjectivité inactive, car dépendante des contrôles et des lignes directrices d’Internet, établit chez les sujets des pratiques qui transmettent des représentations cognitives, des valorisations, des esthétiques… qui induisent des comportements face aux TICs. En outre, la consommation acritique de l’information qui circule et de l’interactivité communicative de type technologique transmisive renforce ce type de subjectivité hétéronome ou assujettie par les forces extérieures qui produisant ce type d’information en font la vérité. C’est ainsi qu’est induit un type de subjectivité aliénée.

    L’école intervient dans le processus de subjectivation en se présentant comme une institution qui a un pouvoir de socialisation des enfants. Dans le discours analysé antérieurement, on peut inférer qu’il n’y a pas une systématisation théorique qui favorise une compréhension critique des processus de médiation et d’appropriation informationnel non aliénants des TICs, et particulièrement d’Internet, à partir d’une perspective didactico-pédagogique authentiquement libératrice qui conduise à réfléchir sur les ordinateurs portables Canaima, par exemple, octroyés gratuitement aux élèves par le gouvernement national.

    Ce qui est prépondérant dans ces orientations de forme instrumentale-pragmatique, à propos de leur usage fondamentalement technico-opératif, c’est qu’elles ne problématisent par l’usage informationnel d’Internet au-delà de la prévention que l’on doit avoir relativement à un certain type d’informations préjudiciables pour l’intégrité des élèves dans l’éducation primaire vénézuélienne. […]

    Au milieu de ce manque systématique de théorie critique que l’on perçoit dans les documents officiels au sujet de l’usage des TICs dans l’éducation primaire vénézuélienne, l’absence d’une perspective concernant la relation entre la technologie et l’éducation est notable, que ce soit sur le plan épistémologique ou de son traitement méthodologique (...) De même, on oblitère l’analyse de cette relation à partir d’un regard historique sur l’usage de la technologie dans le cadre de l’école primaire. Cette perspective pourrait offrir des apports pour réexaminer la pertinence éducative de l’usage de la technologie en éducation des enfants à ce niveau de scolarité […]

    Pour adopter une perspective sur l’histoire contemporaine la plus immédiate de la relation technologie-éducation dans l’éducation primaire vénézuélienne, il faut faire une démarcation sur ce que l’on considère comme relevant d’une recherche sur l’éducation. A partir d’une perspective très généraliste et réductionniste, on considère comme technologie éducative tout procédé technico-méthodique qui s’inscrit en éducation dans une relation fin/moyens que ce soit dans le cadre de la pratique didactico-pédagogique ou de la planification administrative de l’enseignement. A partir de cette définition, il ne s’agit pas de méconnaître la fonction de la technique en tant que savoir-faire, pas nécessairement instrumental dans la mesure où il ne réduit pas à une simple application des autres champs comme celui de la science, étant donné qu’actuellement c’est un champ autonome de pensée et d’action qui exprime des conceptions opposées au technocratisme pragmatique. Mais le discours officiel a servi dans différents espaces éducatifs à développer une rationalité technique et technologique à partir de diverses conceptions.

    La rationalité technologique est une manifestation intrinsèque de la volonté de pouvoir qui se constitue au sein de la technologie actuelle, comme l’exprime, Queralto, un défenseur de la pragmatique technologique globale :

    « La rationalité technologique dénote toujours une volonté de pouvoir. Mais on observe que cela n’est pas une conséquence des tâches techniques concrètes en tant que telle, mais que c’est quelque chose qui se constitue au sein même de la rationalité technologique. Parce que, ce n’est pas seulement le fait qu’elle procure un pouvoir sur la réalité à cause de ces résultats, mais qu’elle recherche le pouvoir sur le réel pour se fonder en tant que forme de rationalité ».

    La technologie éducative a été véhiculée par le programme induit par le paradigme positiviste de la psychologie behavoriste en lien avec le processus d’enseignement-apprentissage et son évaluation, et basé sur l’association d’idées, le conditionnement opérant et les renforcements de la conduite depuis les années 1960, qui a utilisé également des moyens et des ressources audiovisuelles, comme par exemple le fameux Apprentissage assisté par ordinateur qui n’a pas eu en définitif le développement escompté car il a été limité a quelques secteurs éducatifs principalement privés. Ces technologies ont été désignées sous le nom de machines d’apprentissage, mais de manière différentes des actuelles TICs, bien que les deux reposent sur l’idée de la programmation de l’enseignement et de l’apprentissage.

    L’éducation behavoriste pratiquée à travers la technologie éducative a été un objet de questionnement par les effets aliénants qu’il a produit chez les élèves vénézuéliens :

    « Ces modèles et processus éducatifs basés sur le conditionnement opérant et le renforcement, à la base du behavorisme, poursuivent l’automatisation de l’être humain étant donné que cela part d’une psychologie qui nie l’existence de la conscience comme forme supérieure de l’organisation de la matière – en éliminant totalement l’apprentissage critique et créateur en substituant à la praxis vitale humaine que peut réaliser un individu lors d’un apprentissage non mécanisé par l’unique pratique qui convient à la programmation : une expérience mécanisée, planifiée dans tous ses aspects – sans possibilité d’inventivité, de création et de ruptures avec ce qui est déjà établi – répressive et individualiste à l’extrême » (Quintero, 1978).

    Plus tard durant les années 1980, apparaît sur la scène vénézuélienne la perspective cognitiviste avec de nouvelles conceptualisations autour de la conception éducative de la technologie éducative fondés sur la caractérisation des processus cognitifs des étudiants et leur interaction avec les systèmes symboliques des médias.

    Ils formulent des critiques à la conception selon laquelle les médias et les ressources technologiques étaient seulement des instruments neutres de transmission d’information. Au contraire, ils postulent que ce sont des systèmes symboliques de représentation de la réalité qui en interagissant avec les structures cognitives, agissent sur celles-là et que c’est pour cela qu’il fallait étudier le type d’interactivité qui avait des effets sur la formation scolaire.

    Ensuite, à partir des années 1990 et en lien avec la Théorie critique de la culture, dont l’origine est attribuée à l’Ecole de Francfort, apparaissent de manière très influente la perspective psycho-pédagogique constructiviste et sociocritique. Elle centre la réflexion sur la construction de la pensée des élèves, sur les valorisations culturelles aliénantes que reflètent les TICs aussi bien dans les interfaces usagers-machines qu’au sujet de leurs contenus formatés, et ceux que l’on devrait promouvoir dans le contexte d’une crise structurelle mondiale et locale pour rendre propice une pensée autonome, critique et engagée avec des changements socioculturels. Cependant, en dépit de ce qui a été affirmé, on peut partager la conclusion formulée par Rueda en 2007 :

    « Les modèles de l’usage des technologies dans les institutions scolaires en sont restés à un discours technocratique, dans le cadre d’une conception technico-rationnelle et d’un usage instrumental avec une perspective behavoriste et cognitiviste assez éloignée, y compris des présupposés de ces théories, mais encore plus des théories constructivistes sociocritiques et de la complexité propre à ces dernières décennies ».

    A partir du point de vu éducatif, qui est assumé dans cette réflexion sur les TICs et l’usage informationnel d’Internet, plus particulièrement en ayant présent la complexité de la société mondiale dans laquelle est insérée le local, joint à la multiplicité des informations qui circulent, qui tend à saturer de manière aliénante l’attention des récepteurs avec les significations sémiotiques des discours qu’ils portent, s’impose la nécessité de fonder de manière critique les jugements analytico-interprétatifs. Il faut former en conséquence les élèves à la relativité des perspectives informatives, à l’incertitude des vérités présumées informées, et en même temps aussi paradoxal et ambivalent que cela paraît, leur apprendre à fonder leurs opinions et actions sur des critères consistants et pertinents. C’est pourquoi, je souscris à l’assertion formulée par Mauri et Onrubia : « Dans une société de l’information, ce dont les élèves ont besoin, ce n’est pas d’information, mais surtout qu’on les encapacite pour qu’ils l’organisent et lui donne du sens ».

    A cette tâche, le rôle médiateur de l’enseignant est décisif car il doit agir comme un interlocuteur pour une signification autre pour les élèves, qui doivent transformer pour cela l’information obtenue, par la recherche sur Internet, en une connaissance construite de manière autonome et interactive en la communicant sur un mode dialogique aux autres. Ici les TICs et Internet sont conçus comme des éléments d’appui de l’activité mentale coopérative et constructive des étudiants dans un contexte d’interaction intersubjective entre eux, animé et modéré par l’enseignant. La transformation de l’information en connaissance implique que l’on distingue entre les deux, de manière épistémologique, mais surtout socio-culturellement. En effet, la connaissance se produit de manière différente dans une interaction sociale contextualisée avec les savoirs des individus qui interprètent l’information comme des faits structurés. Selon Garcia : « Pour l’épistémologie actuelle, la production de faits sans structure n’est pas synonyme d’information, tout comme l’information ne peut pas être considérée comme de la connaissance si elle n’est pas organisée rationnellement au sein d’un système de savoir. Il ne s’agit pas seulement d’une question épistémologique, mais également socio-anthropologique : l’information acquiert du sens dans des contextes spécifiques, distincts selon les relations sociales dans lesquelles sont insérés ceux qui l’interprètent et l’utilisent ».

    Cette perspective suppose de passer d’une conception individualiste de l’apprentissage et de la connaissance à une autre qui les conçoit comme des processus sociaux d’activité conjointe entre les membres du groupe scolaire ou communauté éducative : enseignants et élèves. Cela suppose en outre que l’on doit savoir différencier la connectivité ou l’interactivité technologique de l’interaction socio-pédagogique car cette dernière dépasse la simple réception informationnelle et la communication instrumentale, en régulant l’adéquation des intérêts et des caractéristiques des étudiants dans leur interaction reconstructive des contenus des apprentissages proposés. On doit rappeler que la différence fondamentale entre la communication instrumentale télétransmissive et la communication dialogique réside dans le fait que la première est un échange informationnel de messages et de signaux entre usagers du réseau Internet sans que ceux-ci mesurent les processus de reconstruction, tandis que dans le deuxième cas, pour que ce soit un processus sémiotique, dans lequel s’échangent intersubjectivement des signaux, intervient la reconstruction et la resignification pour attribuer du sens.

    C’est en cela que la qualité éducative dans ce cas dépend du type d’interaction sociopédagogique que l’on promeut par l’usage des TICs. Il faut souligner, par conséquent, la différence entre interactivité et interaction. L’interactivité consiste dans la mise en relation opérationnelle des individus avec des moyens et des ressources techniques, ou entre ceux-ci, en regardant les actions des sujets avec les interfaces des TICs pour produire entre autres activités, l’obtention de l’information sur Internet et la communication instrumentale télétransmissive. Tandis que l’interaction, c’est la médiation de l’intersubjectivité qui bien qu’elle peut être médiatisée par les TICs peut rendre propice la reconstruction resignifiante de l’information sur Internet à travers l’action régulatrice de la conversation et de la réflexion critique ou de la communication dialogique entre les participants. Tout cela, cela montre la nécessité d’une pédagogie critique qui intègre une perspective désaliénante de l’usage des TICs, qui s’oppose à la signification et à la connotation instrumentale qui prévaut comme technologie éducative.

    A partir de ces considérations se détachent certaines des capacités et des compétences que les enseignants doivent posséder pour favoriser ce type d’usage informationnel d’Internet dans l’activité reconstructive et resignifiante chez les élèves. Parmi celles-ci, nous pouvons indiquer les suivantes :
    - La valorisation critique de l’usage informationnel d’Internet dans l’apprentissage
    - L’utilisation de la technologie pour rechercher et sélectionner l’information adéquate.
    - La différenciation entre le banal et l’essentiel dans l’information obtenue.
    - Savoir lire les différents langages multimédias pour s’informer et communiquer
    - L’usage adéquat des différentes bases et sources d’information
    - Présentation organisée de l’information en accord avec les différentes finalités.
    - Favoriser la vérification et l’analyse interprétative de l’information reçue.

    Finalement, et en partageant sur les TICs, le jugement de Gimeno : « nous devons reconnaître les possibilités qui s’ouvrent si c’est le sujet qui contrôle lui-même l’accès et s’il est un récepteur critique ». Cette réflexion sur le discours officiel au sujet de l’usage informationnel d’Internet à l’école primaire au Venezuela, conduit à recommander son usage pédagogique avec des préventions critiques : principalement, la régulation communicativo-dialogique reconstructive et resignificative de manière intersubjective et sous la modération de l’enseignant qui l’anime de l’information que cherchent et reçoivent les étudiants au moyen du réseau d’Internet pour produire des connaissances.
    En orientant la dite interaction dialogique fondamentalement vers la formation émancipatrice de l’autonomie des enfants de ce niveau, qui contrasterait de cette manière avec le type d’information qui produit l’aliénation des individus en les normalisant et les disciplinant corporellement comme des sujets informationnels, comme sujets dépendants de l’information qui circule et se consomme à travers Internet.

    http://www.questionsdeclasses.org/?L-usage-informationnel-acritique-d-Internet-a-l-ecole-primaire

    QUELLE SERAIT LA BONNE QUESTION

    1° L'économie du syntagme
    2° L'amorhisme intellectuel
    3° Infantilisation du quidam et naissance des monstres
    4° La bonne question
    5° L'éducation dedans

    D'abord reste impossible aborder un sujet tel, avec l'impartialité nécessaire pour produire un diagnostique honorable.

    En fonction de l'âge et du milieu sociale; la réponse finira pour perdre sont importance, du à l'écart entre l'une et l'autre culture, l'une ou l'autre continent, l'une ou l'autre classe sociale. Nous pourrions même arriver à nous dévier de l’objectif principale, qui est l'évaluation de l'influence du progrès des technologies dans l'apprentissage humain.

    Comment à l'habitude déjà, je tiens sincèrement à présenter mes plus humbles excuses au pauvre nombre de lecteurs, en langue française, car ma lange maternelle est l'espagnol.

    L'économie du syntagme

    Du point de vue de la sémiotique, le coup est rude sur les langues, pour aller droit au sujet, si nous prenons un téléphone portable d'un ou une adolescent(e) (juste une simulation de l'action pour le droit à la vie privée) et que nous tentons de lire les messages échanges sous la forme de texto, nous tomberons sur une sémiologie très particulière, sous l'égide de l'économie de caractères, c'est une autre langue que nous pourrions découvrir : t u, jy v dm s te dccord (tu est où, j'y vais demain si tu est d'accord)

    l'amorphisme intellectuel


    La cyberculture, offre une large gamme de moyens de décamper l'esprit, l'individu arrive ainsi à se désintéresser complètement de la réalité tangible, devant laquelle il est pourtant obligé d'inter-aguir (manger, dormir, affronter les proches) mais il tentera tant que faire se peu d'échapper le maximum de temps possible à la vie réelle.

    Dans un tel détournement, nous pouvons observer le divorce ou des-socialisation progressive des nouvelles entités, qui comment l'alcoolique ou le cocaïnomane, finissent pour créer des conflits de tout genre avec leurs familles. La tendance à s'éclipser de cette sorte de zombies.

    Les classes dirigeantes, auraient pu encourager initialement cette tendance, en le faisant, en réalité, alors que l'idée du départ rimerait habilement avec la production des moutons, des électeurs, dociles, indispensables pour légitimer une classe politique en décadence accélérée. Des écervelés incapables de discerner.

    Infantilisation du citoyens qui crée aussi des monstres

    Parmi les zombies, certains seraient alors trop facilement transformé par des esprit malveillants en bombes humaines, une bonne partie, irait grossir les longues listes de l'abstention qui frôle de manière ridicule mais vraie cinq citoyens sur dix ; où dans le pire de scénarios, trois citoyens sur dix voteraient facilement pour des tribuns au discours populiste. Dans le meilleur des cas des dociles ouvriers, sans la moindre envie d'appartenir à un parti politique, à un syndicat, trop occupés à faire leur travail, et jouer CLASH OF CLANS et assimilés, à passer leur week-end en groupes à jouer comment des enfants au Paintball en reproduisant le combat qu'il seraient jamais réussi à vivre autre mot que via les informations des médias.

    La bonne questions

    Si les médias tombent dans les mains des gens du genre BOLLORÉ, et l'éducation s’efface pour laisser la place à la barbarie, quand le temps des enfants et adolescents devant des écrans de guerre dépasse largement le temps de cours, Que deviendraient les citoyens de demain?

    Je souligne que j'ai aucun mérite sur le sujet puisque, j'ai simplement lu “Pensées” de Pascal, ou le discours de 9 juillet de 1849 de Victor Hugo, et si je le souligne c'est parce que je ne veut pas plagier des grands hommes, il m'arrive d'omettre de citer des personnages, lorsque j'écris, mais s'il y a des lecteurs fidèles, combien, cinq, quatre, allé un ? Il ou elle saura que j'ai tendance à citer les personnages qu'inspirent mes écrits, ainsi leur qualité grammaticale et d'orthographie soient honteuses.

    L'éducation dans tout ça

    L'éducation en tant qu'institution, reste dans nombre des cas, les mains liées, primo parce que les parents transforment les ordinateurs et télévision en puéricultrice, sans jamais chercher à mesurer les conséquences.

    Hélas, il est absurde, ridicule, leur jeter la pierre, car cela arrive le plus souvent dans des foyers au revenu modeste, bien que cela ne soit pas une règle, comment dans touts les cas du comportement humain.  Vu les dates (manuscrits de Pascal recueillis après 1662), Vu la date du discours de Victor Hugo 1849, “ nos ” élites sont au courant du danger il y a trop long temps, et qui dit des siècles ? Nous pourrions donc pas espérer que le salut vienne des élites.

    Reste aux éducateurs, la lourde bataille face à la loi de la facilité et l'indifférence, de prévenir les élèves du danger monumental de accoutumance aux activités nuisibles pour l'esprit humain. Demander aux élèves d'entreprendre des réunions d'étude, leurs redonner le goût pour l'art de discerner, tenter de leur donner discrètement des travaux où soit nécessaire: interprétation des textes, traduction des mots usage du dictionnaire, pour accroître leur lexique, qui d’appauvri vertigineusement, cibler les plus faibles est concentrer sur eux, la lourde tâche de la prise de conscience, une utopie hélas, hélas, hélas, mais j'aime rêver!

    Ne jamais baisser la garde, les batailles seraient perdues mais pas la guerre!!!

    Par Nestor E. RAMIREZ JIMENEZ
    Joigny, dimanche 30 octobre 2016

      La date/heure actuelle est Jeu 23 Mar - 11:19