LIBRE DISCUSSION DANS LES COULISSES DE DEMAIN

Débattons en toute liberté, dans le respect de l’autre, sur tous les sujets qui composent notre société : politique, économie, environnement, religion, philosophie, paranormal, sciences, famille, santé, mode, sexualité, loisirs, sports, divertissements…

Derniers sujets

» Nous accusons
par bye Mar 12 Nov - 17:54

» Sororité contre les violences masculines
par bye Sam 9 Nov - 10:24

» VICTOIRE : IL N'EST PLUS INTERDIT D'INTERDIRE LES PESTICIDES !!!
par bye Sam 9 Nov - 10:18

» La métamatière et l'Apocalypse
par Claude De Bortoli Jeu 31 Oct - 10:35

» VOTE DE LA PREMIÈRE PARTIE DU PLF : MALGRÉ CERTAINES AVANCÉES, LE CLIMAT RESTE SUR SA FAIMVOTE DE LA PREMIÈRE PARTIE DU PLF : MALGRÉ CERTAINES AVANCÉES, LE CLIMAT RESTE SUR SA FAIM
par bye Sam 26 Oct - 18:51

» L'aviation : trou d'air climatique
par bye Ven 18 Oct - 21:26

» ACTUALITÉ SOCIÉTÉ ET POLITIQUE
par gramophone Ven 18 Oct - 5:22

» Lubrizol : la catastrophe
par bye Mar 15 Oct - 11:09

» COMMISSION EUROPÉENNE : LES QUESTIONS MIGRATOIRESS RÉPARTIES ENTRE DEUX NOUVEAUX PORTEFEUILLES
par bye Mar 8 Oct - 18:18

» Lubrizol : le préfet a donné son feu vert à des augmentations de capacités sans évaluation environnementale
par bye Mar 1 Oct - 12:18

» SOS Racisme lance une pétition contre l'arrivée d'Eric Zemmour sur C News
par bye Lun 30 Sep - 18:11

» Liberté immédiate pour Miguel Peralta !
par bye Lun 23 Sep - 17:04

» Journées du matrimoine 2019 : mettons fin à la clandestinité du matrimoine lesbien !
par bye Sam 21 Sep - 12:21

» Les élections israéliennes sont un référendum sur qui peut traiter le plus durement les Palestiniens
par bye Sam 21 Sep - 12:14

» Combattons l'extrême-droite, dans la rue et dans la tête
par gramophone Ven 20 Sep - 22:08

» LA FRANCE RESPECTE-T-ELLE SES OBJECTIFS SUR LE CLIMAT ET L’ÉNERGIE ?
par bye Ven 20 Sep - 6:51

» Six mois de prison ferme pour trois membres de Génération Identitaire
par gramophone Lun 2 Sep - 23:23

» Révélation scientifique: l’amour rend aveugle !
par gramophone Jeu 29 Aoû - 19:21

» Les destructions de villages Rohingya continuent : le rapport accablant de l'ASPI
par gramophone Ven 2 Aoû - 5:36

» Urgence humanitaire: il faut s'asseoir à la même table!
par bye Mer 24 Juil - 11:02

» Identité nationale
par gramophone Mar 23 Juil - 1:59

» « Un buzz malveillant à des fins politiques et commerciales. » À propos du livre Inch’ Allah. L’islamisation à visage découvert. Par Véronique Decker.
par gramophone Jeu 11 Juil - 13:40

» Dix-sept choses à savoir sur le plan économique de Trump et Kushner pour la Palestine
par bye Sam 6 Juil - 10:21

» Huile de palme : l’ouverture de la raffinerie de Total à La Mède se précise
par bye Sam 29 Juin - 12:00

» LA CANICULE POURRAIT DEVENIR LA NORME
par bye Jeu 27 Juin - 6:35

» NON À LA GUERRE AVEC L’IRAN
par bye Ven 21 Juin - 18:51

» Non à une résolution par l'assemblée nationale condamnant la critique de l'état d'Israël !
par bye Sam 15 Juin - 7:11

» Plus d’un million de Palestiniens de Gaza vont manquer de nourriture d’ici juin
par bye Mer 29 Mai - 18:52

» Rassemblement au port du Havre contre les ventes d'armes à l'Arabie saoudite
par bye Sam 18 Mai - 17:59

» Amnistie de Wa Lone et Kyaw Soe Oo : ce que dit la France
par bye Jeu 9 Mai - 17:16

» Le gouvernement acte la prolongation du risque nucléaire
par bye Mer 8 Mai - 17:57

» Brésil : 100e jour de deuil pour l’environnement
par bye Mar 30 Avr - 10:47

» La métamatière et la mère des idoles
par Claude De Bortoli Sam 27 Avr - 10:13

» L'exploitation des migrants birmans travaillant dans l’industrie de la pêche en Thaïlande
par bye Mer 24 Avr - 17:42

» Le procès dit Baupin : La honte change de camp ! A quand la fin de l’impunité ?
par bye Ven 19 Avr - 17:29

» un rapport sur la police et leurs armes/tactiques
par bye Jeu 18 Avr - 18:15

» Le réalisateur Min Htin Ko Ko Gyi en prison pour avoir critiqué le poids de l’armée
par bye Lun 15 Avr - 17:57

» DÉCLARATION : RWANDA, ALLER JUSQU’AU BOUT DANS LE DEVOIR DE VÉRITÉ
par bye Jeu 11 Avr - 10:11

» TROIS ANS APRÈS L’ACCORD UE-TURQUIE : LES MIGRANTS TOUJOURS BLOQUÉS DANS LES HOTSPOTS
par bye Mer 3 Avr - 17:20

» Avec les élections dans quelques semaines, Israël bombarde Gaza
par bye Mer 27 Mar - 10:17

» Un défenseur birman des droits des migrants en Thaïlande bientôt expulsé?
par bye Lun 18 Mar - 19:33

» Démissions des professeurs principaux contre la réforme du baccalauréat
par bye Ven 8 Mar - 7:55

» Antisémitisme : que faire ?
par bye Mar 26 Fév - 13:14

» migration internationale
par bye Ven 22 Fév - 18:26

» Appel des enseignant.e.s pour la planète
par bye Lun 18 Fév - 13:29

» Mariage : pour ou contre ?
par gramophone Sam 16 Fév - 0:40

» Philippines : Des syndicalistes fichés, leurs dirigeants menacés de mort
par bye Lun 4 Fév - 12:39

» Le conseil constitutionnel valide la loi abolitionniste, victoire des féministes !
par bye Ven 1 Fév - 18:32

» Alain Soral condamné à un an de prison ferme
par bye Jeu 31 Jan - 16:13

» GILETS JAUNES : APPEL DE LA PRGILETS JAUNES : APPEL DE LA PREMIÈRE ASSEMBLÉE DES ASSEMBLÉES Commercy - 27 janvier 2019
par bye Mer 30 Jan - 8:55

» 5 février 2019 : GrèveGénérale Un seul mot d’ordre : répartition égalitaire des richesses !
par bye Lun 28 Jan - 22:09

» Jaune, le journal pour gagner !
par bye Mer 23 Jan - 15:43

» Avec les stylos rouges, nos revendications doivent aboutir
par bye Jeu 17 Jan - 18:43

» combats entre la Tatmadaw et l'Armée d'Arakan : des revendications d'autonomie en arrière plan
par bye Mer 16 Jan - 19:05

» Zéro SDF, retraites, salaire maximum... Découvrez la liste des revendications des "gilets jaunes"
par bye Dim 13 Jan - 11:11

» La métamatière et la prière
par Claude De Bortoli Ven 28 Déc - 10:56

» Les droits de l’homme pour tous !
par bye Mar 18 Déc - 13:05

» L’université ne peut être réservée aux riches
par bye Mer 12 Déc - 15:31

» À propos de la vidéo de Mantes-la-Jolie « Ne se mettre à genoux que pour cueillir une fleur » J. Prévert
par bye Lun 10 Déc - 12:07

» Les Gilets jaunes : sur le chemin de l’école ?
par bye Mar 4 Déc - 12:30

» DÉCISION D’AIRBNB DE QUITTER LES COLONIES ILLÉGALES D’ISRAËL : UNE VICTOIRE PARTIELLE POUR LES DROITS HUMAINS ET CONTRE L’IMPUNITÉ
par bye Mer 28 Nov - 20:18

» Le service national contre l’ennemi de l’intérieur
par bye Lun 26 Nov - 13:19

» SÉDENTARITÉ, POLLUTION, CLIMAT, SANTÉ… IL Y A URGENCE !
par bye Sam 24 Nov - 9:06

» c'est jaune c'est moche et ça peut vous pourrir la vie
par bye Sam 17 Nov - 10:17

» Maudite soit la guerre, le syndicalisme et la solidarité sont nos armes
par bye Mer 14 Nov - 15:29

» Rapatriement des Rohingya : vives inquiétudes et forte mobilisation des acteurs humanitaires
par bye Mar 13 Nov - 18:49

» Bien nommer les choses
par bye Lun 12 Nov - 12:22

» Situation migratoire en Méditerranée : quelles réponses européennes ?
par bye Mer 7 Nov - 19:41

» Les adultes oublient
par bye Lun 5 Nov - 9:30

» LE DROIT D’ASILE EN EUROPE VICTIME DE LA POLITIQUE MIGRATOIRE
par bye Mer 31 Oct - 19:08

» Stop Autisme Virtuel L’autisme provoqué par les écrans, ça n’existe pas ! Halte aux théories infondées !
par bye Mar 9 Oct - 12:24

» Rapport des enquêteurs de l’ONU sur la Birmanie : crimes de masse, impunité et transition démocratique à l’arrêt
par bye Mar 2 Oct - 14:36

» Service national universel : surveiller et soumettre
par bye Mar 25 Sep - 10:57

» Un peu moins pauvre ?
par bye Mar 18 Sep - 11:21

» Clément Méric, ni oubli ni pardon
par bye Lun 10 Sep - 12:52

» Liberté de la presse en Birmanie : deux pas en avant, trois en arrière
par bye Mer 5 Sep - 8:49

» Rohingya : un an après... si peu d'avancées 
par bye Ven 24 Aoû - 18:59

» Le Festival de Douarnenez consacre deux journées à la Fédération de la Syrie du nord
par bye Mar 3 Juil - 14:19

» Pour une autre formation professionnelle
par bye Mer 27 Juin - 14:07

» Violences policières, violences d’Etat
par bye Mer 27 Juin - 13:56

» Guyane : non à la Montagne d’or !
par bye Mar 12 Juin - 18:05

» Crime raciste en Calabre
par bye Ven 8 Juin - 12:17

» Les premiers chiffres de PARCOURSUP : une génération sacrifiée ?
par bye Lun 4 Juin - 17:42

» LES ONG DÉVOILENT LEUR PROJET DE LOI D’AVENIR POUR LES TRANSPORTS ET LA MOBILITÉ
par bye Mar 29 Mai - 18:01

» NE JAMAIS RECHERCHER D’ADHÉSION
par bye Mar 22 Mai - 14:38

» Kanaky, quand le peuple voulait s’éduquer lui-même...
par bye Lun 14 Mai - 10:04

» Anarchisme, éducation et pédagogie
par bye Lun 7 Mai - 13:15

» Cours libres - Debout ! Debout ! C’est maintenant que ça se passe...
par bye Dim 15 Avr - 9:08

» fascisme pas mort, hélas!
par bye Ven 6 Avr - 11:52

» Notre Dame des Landes ou l’art des grands projets inutiles
par bye Mar 3 Avr - 19:20

» MÉDECINS ET ASSOCIATIONS UNISSENT LEURS VOIX POUR RAPPELER L’URGENCE D’AGIR FACE À LA POLLUTION DE L’AIR
par bye Mer 28 Mar - 18:19

» BOMBARDEMENTS AU PROCHE ET MOYEN ORIENT : EXIGEONS LE RESPECT DU DROIT INTERNATIONAL PAR TOUS
par bye Jeu 22 Mar - 18:08

» Manifestation kurde anti-Erdogan à Bruxelles
par bye Mar 20 Mar - 7:23

» Les cigarettes électroniques, plus dangereuses que bénéfiques ?
par bye Mar 20 Mar - 7:13

LE SITE

Dans Les Coulisses de Demain

FORUMS & SITES AMIS

FORUM EST INSCRIT SUR

anipassion.com

    Violences policières, violences d’Etat

    bye
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8872
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Violences policières, violences d’Etat Empty Violences policières, violences d’Etat

    Message par bye le Mar 6 Déc - 13:54


    Violences policières, violences d’Etat
    Christian de Montlibert | Fondation Copernic | 29 novembre 2016


    Nos sociétés sont violentes, mais pour avoir une mesure un peu plus fidèle de cette violence il faudrait additionner le nombre de crimes et agressions, le nombre de suicides, le nombre de morts et blessés graves de circulation routière, aérienne et maritime, le nombre d’accidentés du travail, le nombre de viols et agressions sexuelles, le nombre de violences conjugales… Pire nos sociétés connaissent sans doute une augmentation de la violence. A plus court terme les assassinats commis à Toulouse, à Montauban, à Paris à Charlie Hebdo, à l’Hyper casher, au Bataclan et dans les rues avoisinantes, a Nice sur la promenade des Anglais, mais aussi les meurtres des policiers, et encore la permanence d’un chômage de masse qui entraine une surmortalité des chômeurs (accidents routiers, suicides, agressions…), l’importance des noyades en Méditerranée que les traités européens et surtout la morale obligent la France à prendre en compte et enfin, bien qu’on n’en parle peu, l’existence des victimes des bombardements de l’aviation française au Moyen Orient dont la France est directement responsable, ont amplifié cette violence. Cette mesure répétée année après année montrerait qu’une fois un taux atteint il ne diminue pas tant que dure l’état de la société qui l’a engendré.

    Le seuil de tolérance à une violence considérée, à un moment donné, comme normale ou inévitable a sans doute d’autant plus augmenté que la violence est vite devenue l’objet d’une guerre des médias. Apprécier ou déprécier un mouvement social et les agents qui sont fait par lui et qui le font vivre est essentiel à qui veut légitimer ou délégitimer la violence. L’utilisation du terme « casseur » constitue un exemple parfait de cette pratique : le terme était déjà utilisé en 1979, lors des manifestations contre la fermeture des installations sidérurgiques, pour stigmatiser les pratiques non conventionnelles, non routinières, que des ouvriers utilisaient pour se faire entendre dans une situation où l’Etat refusait la négociation. Il est vrai que l’Etat, les classes dominantes, les détenteurs du pouvoir économique sur les médias expriment souvent leur connivence dans la dépréciation symbolique de ceux qui remettent en cause leurs décisions.

    L’origine de la violence est structurelle. La violence des institutions, des décisions politiques, des stratégies économiques en engendrant des inégalités précède et entraine la violence des comportements. On peut affirmer sans risque d’erreurs que cette violence structurelle dépend de l’écart entre les revenus , de l’absence ou du délitement du droit du travail ici et du droit de la personne ailleurs, de l’absence de travail qui défait les liens d’interdépendance fonctionnelle et enfin de l’assignation des individus dans des positions sociales stigmatisées. Lorsqu’un économisme dominant impose comme finalités de l’existence la consommation et le profit et comme moyen la lutte de chacun contre tous, comment la marchandisation des relations humaines ne serait elle pas à l’œuvre ? Le déchainement des intérêts économiques souvent liés aux intérêts politiques dans les rapports entre les pays dominants et les pays dominés s’accompagne toujours d’une détérioration de la morale politique. Plus la mondialisation concurrentielle est libérée de tout contrôle social plus les rééquilibrages organisées par les politiques sociales disparaissent et plus les régulations des relations humaines s’effacent.

    A cette violence structurelle crée par les inégalités s’ajoute la violence d’Etat. De la royauté à l’époque moderne, l’Etat, sous ses différentes formes, a toujours engagé des forces armées pour protéger ce qu’il juge être ses intérêts ou les intérêts des groupes sociaux qu’il défend. Il suffit de s’appuyer sur les travaux des historiens pour le savoir (les insurrections paysannes se succédèrent sans interruption en Aquitaine par exemple comme, au XIX e siècle, à Lyon, les révoltes ouvrières); plus prés de nous il suffit de rappeler les rapports de forces lors des manifestations de protestation contre la fermeture des installations sidérurgiques en 1978 ; le nombre de blessés lors de manifestations dont les décès de Malik Oussekine ou celui de Carlo Guliani, lors du G8 de Gênes, ou, plus récemment encore, le décès de Rémi Fraisse lors des manifestations pour empêcher le construction du barrage de Sivens, sont en quelque sorte les points d’acmé qui objectivent douloureusement cette violence d’État.

    Reste que, les conditionnements une fois créés, il n’est plus nécessaire de manifester sa force : la menace d’engager la police ou l’armée suffit à décourager l’expression des oppositions. Le maintien de l’ordre qu’assure l’État contribue au développement des sentiments de crainte et de respect à son égard. Plus encore la sortie des crises se fait souvent en édictant un règlement bureaucratique qui contribue à rendre moins visible la pérennité des inégalités structurelles au profit d’une normalisation qui embrigade la contestation dans une opposition « responsable ». Déplacements, sublimations, euphémisations… opérées par « les professionnels du discours » transforme aussi cette violence en violence symbolique d’autant moins perçue comme telle qu’elle structure les catégories de pensée et de sentir de ceux qui devraient la contester. Les manières de pensée et les représentations habituelles des dominés qui, parce qu’elles résultent en grande partie de l’intériorisation de mécanismes de défense inventés pour se protéger des contraintes de la nécessité, sont finalement assez bien adaptées aux exigences de l’ordre social et ainsi, d’une certaine façon, tant que dure la routine bureaucratique, contribuent à la permanence d’une pensée conservatrice.

    En somme la bureaucratie d’une part et la violence symbolique d’autre part devraient finir par faire oublier la violence réelle. Mais tout se passe comme si dans « la guerre des classes » comme le disait Durkheim, dans cette suite de coups et de contrecoups – dont la loi El Khomri qui répond aux exigences du FMI, de l’OCDE, de la Commission européenne et des multinationales qui veulent plus de flexibilité et moins de services publics, n’est qu’ un épisode – les classes dominantes cherchaient à reprendre leurs avantages un moment menacé par les améliorations des conditions d’existence obtenues, après des luttes, par les groupes dominés. Tout se passe comme si, ce faisant, elles suscitaient, à leur corps défendant, des résistances à même de délégitimer la violence symbolique et de remettre en cause aussi bien l’adhésion à l’ordre établi que la soumission résignée. Lorsque ces actions déterminées des classes dominées pour empêcher les régressions prennent trop d’ampleur il ne reste plus alors qu’à réinstaller, par la force s’il le faut- ce dont témoigne bien l’histoire – un pouvoir menacé. Les démonstrations des forces policières y contribuent.



    bye
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8872
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Violences policières, violences d’Etat Empty Re: Violences policières, violences d’Etat

    Message par bye le Mer 27 Juin - 13:56

    Violences policières : la préfecture vous informe !

    Des ZAD aux quartiers populaires, des manifestations réprimées aux universités occupées, certains des sujets qui occupent beaucoup de temps d’antenne, d’articles et de dépêches ont à voir avec les agissements des « forces de l’ordre ». Très régulièrement, les journalistes travaillant pour des médias dominants sur ces sujets sont confrontés à une critique sévère, issue en partie des personnes ayant vécu les événements « de l’autre côté de la matraque » : en reprenant sans recul la communication de la police ou de la gendarmerie, leurs articles et reportages occultent la violence des « forces de l’ordre », ou la présentent systématiquement – quoique plus ou moins explicitement – comme légitime.

    Partant, leur version des faits s’en trouve souvent biaisée, voire mensongère, bien qu’étiquetée « officielle », ce qui serait un gage d’« objectivité ». Pour Acrimed, qui réfute l’idée d’un complot journalistico-policier, et qui cherche à comprendre quelles sont les conditions qui favorisent la production de ce type de mauvaise information (voire, dans certains cas, de désinformation), la question que nous posons ironiquement est alors la suivante : mais pourquoi sont-ils aussi méchants ?

    Qu’il s’agisse d’une intervention d’une BAC (Brigade Anti Criminalité) ou d’une BST (Brigade Spécialisée de Terrain) dans un quartier populaire, des méthodes et des armes utilisées par des CRS ou des gendarmes mobiles lors de telle ou telle manifestation, des blessures infligées par les forces de l’ordre aux occupants des ZAD ou des universités en luttes contre la réforme ORE [1], les exemples sont nombreux : lorsque des policiers ou des gendarmes sont impliqués dans des événements violents, la communication des pouvoirs publics peut entrer en concurrence avec d’autres versions des événements, portées par des victimes (ou leur famille) ou des témoins de ces événements. Bien souvent pourtant, et même lorsqu’elle est grevée d’incohérences ou d’invraisemblances, c’est la version policière qui a les faveurs des médias dominants [2].



    Une dépendance structurelle vis-à-vis des sources policières
    Pour comprendre la primeur donnée aux sources policières, parfois au détriment de la vérité, il est utile de s’intéresser aux pratiques de certains journalistes entretenant une relation de proximité avec les forces de l’ordre, et qui construisent leur carrière sur les informations que cette proximité leur permet d’obtenir. À l’échelon de la presse quotidienne régionale, il s’agit des « faits-diversiers », ces journalistes chargés de remplir quotidiennement la rubrique « faits-divers ».

    Accidents domestiques, délits plus ou moins cocasses, crimes vraiment tragiques : localement, la police est quotidiennement en charge d’« affaires » devenant, pour les journalistes, un puits sans fond d’informations, particulièrement juteux au regard des logiques de productivité imposées dans les rubriques « faits-divers ». Dès lors, pour produire rapidement et à peu de frais un flux journalier d’articles, créer des liens personnels avec un ou des interlocuteurs loquaces et disponibles au commissariat devient la base du travail des « faits-diversiers ». Ainsi que le rapportent Jérôme Berthaut, Éric Darras et Sylvain Laurens dans un article intitulé « Pourquoi les faits divers stigmatisent-ils ? » [3] :

    Plus qu’une bonne relation, la « collecte » des faits-divers s’apparente ainsi à une quasi-osmose avec les sources policières ou judiciaires. La journée du fait-diversier commence avec « au moins 2 heures d’immersion tous les matins, dans le milieu policier » [4] et se termine par un point par téléphone avec le responsable au PC de police ; entre-temps, certains faits-diversiers, plus consciencieux, demeurent branchés sur les talkies-walkies de la police.

    Une proximité intégrée par une partie des journalistes [5], et dont ils se prévalent, ainsi que le révèle un second extrait d’entretien :

    Moi ça fait 10 ans que je suis là, tu imagines les gens qui ont été mutés, le jeu des mutations, je connais mieux le commissariat que n’importe quel flic qui arrive de Paris… et le chef quoi… […] Ce sont des maisons de verre qu’on a, on voit comment tout fonctionne. […] Nous, on s’est donné les moyens d’être comme des poissons dans l’eau au commissariat. […] À tel point, je pense, qu’au commissariat, on savait plus de choses que les directeurs et que les mecs du rang.

    https://www.acrimed.org/Violences-policieres-la-prefecture-vous-informe

      La date/heure actuelle est Lun 18 Nov - 11:35