LIBRE DISCUSSION DANS LES COULISSES DE DEMAIN

Débattons en toute liberté, dans le respect de l’autre, sur tous les sujets qui composent notre société : politique, économie, environnement, religion, philosophie, paranormal, sciences, famille, santé, mode, sexualité, loisirs, sports, divertissements…

Derniers sujets

» L’université ne peut être réservée aux riches
par bye Mer 12 Déc - 15:31

» À propos de la vidéo de Mantes-la-Jolie « Ne se mettre à genoux que pour cueillir une fleur » J. Prévert
par bye Lun 10 Déc - 12:07

» Les Gilets jaunes : sur le chemin de l’école ?
par bye Mar 4 Déc - 12:30

» DÉCISION D’AIRBNB DE QUITTER LES COLONIES ILLÉGALES D’ISRAËL : UNE VICTOIRE PARTIELLE POUR LES DROITS HUMAINS ET CONTRE L’IMPUNITÉ
par bye Mer 28 Nov - 20:18

» Le service national contre l’ennemi de l’intérieur
par bye Lun 26 Nov - 13:19

» SÉDENTARITÉ, POLLUTION, CLIMAT, SANTÉ… IL Y A URGENCE !
par bye Sam 24 Nov - 9:06

» c'est jaune c'est moche et ça peut vous pourrir la vie
par bye Sam 17 Nov - 10:17

» Maudite soit la guerre, le syndicalisme et la solidarité sont nos armes
par bye Mer 14 Nov - 15:29

» Rapatriement des Rohingya : vives inquiétudes et forte mobilisation des acteurs humanitaires
par bye Mar 13 Nov - 18:49

» Bien nommer les choses
par bye Lun 12 Nov - 12:22

» Situation migratoire en Méditerranée : quelles réponses européennes ?
par bye Mer 7 Nov - 19:41

» Les adultes oublient
par bye Lun 5 Nov - 9:30

» « Un buzz malveillant à des fins politiques et commerciales. » À propos du livre Inch’ Allah. L’islamisation à visage découvert. Par Véronique Decker.
par bye Jeu 1 Nov - 13:12

» LE DROIT D’ASILE EN EUROPE VICTIME DE LA POLITIQUE MIGRATOIRE
par bye Mer 31 Oct - 19:08

» Stop Autisme Virtuel L’autisme provoqué par les écrans, ça n’existe pas ! Halte aux théories infondées !
par bye Mar 9 Oct - 12:24

» Rapport des enquêteurs de l’ONU sur la Birmanie : crimes de masse, impunité et transition démocratique à l’arrêt
par bye Mar 2 Oct - 14:36

» Service national universel : surveiller et soumettre
par bye Mar 25 Sep - 10:57

» Un peu moins pauvre ?
par bye Mar 18 Sep - 11:21

» Clément Méric, ni oubli ni pardon
par bye Lun 10 Sep - 12:52

» Liberté de la presse en Birmanie : deux pas en avant, trois en arrière
par bye Mer 5 Sep - 8:49

» Rohingya : un an après... si peu d'avancées 
par bye Ven 24 Aoû - 18:59

» Le Festival de Douarnenez consacre deux journées à la Fédération de la Syrie du nord
par bye Mar 3 Juil - 14:19

» Pour une autre formation professionnelle
par bye Mer 27 Juin - 14:07

» Violences policières, violences d’Etat
par bye Mer 27 Juin - 13:56

» migration internationale
par bye Mar 26 Juin - 19:25

» Guyane : non à la Montagne d’or !
par bye Mar 12 Juin - 18:05

» Crime raciste en Calabre
par bye Ven 8 Juin - 12:17

» Les premiers chiffres de PARCOURSUP : une génération sacrifiée ?
par bye Lun 4 Juin - 17:42

» LES ONG DÉVOILENT LEUR PROJET DE LOI D’AVENIR POUR LES TRANSPORTS ET LA MOBILITÉ
par bye Mar 29 Mai - 18:01

» NE JAMAIS RECHERCHER D’ADHÉSION
par bye Mar 22 Mai - 14:38

» Kanaky, quand le peuple voulait s’éduquer lui-même...
par bye Lun 14 Mai - 10:04

» Anarchisme, éducation et pédagogie
par bye Lun 7 Mai - 13:15

» Cours libres - Debout ! Debout ! C’est maintenant que ça se passe...
par bye Dim 15 Avr - 9:08

» fascisme pas mort, hélas!
par bye Ven 6 Avr - 11:52

» Notre Dame des Landes ou l’art des grands projets inutiles
par bye Mar 3 Avr - 19:20

» MÉDECINS ET ASSOCIATIONS UNISSENT LEURS VOIX POUR RAPPELER L’URGENCE D’AGIR FACE À LA POLLUTION DE L’AIR
par bye Mer 28 Mar - 18:19

» BOMBARDEMENTS AU PROCHE ET MOYEN ORIENT : EXIGEONS LE RESPECT DU DROIT INTERNATIONAL PAR TOUS
par bye Jeu 22 Mar - 18:08

» Manifestation kurde anti-Erdogan à Bruxelles
par bye Mar 20 Mar - 7:23

» Les cigarettes électroniques, plus dangereuses que bénéfiques ?
par bye Mar 20 Mar - 7:13

» La métamatière et les créations
par Claude De Bortoli Jeu 15 Mar - 11:43

» Scandale sexuel : Oxfam présente ses excuses aux autorités haïtiennes
par bye Ven 9 Mar - 18:50

» SDF, il avait volé des sandwiches dans la poubelle d’Atac
par bye Ven 9 Mar - 18:40

» Malgré l’austérité, la France va dépenser 37 milliards pour son réarmement nucléaire
par bye Ven 9 Mar - 18:31

» La pauvreté s’installe...
par bye Mar 6 Mar - 10:58

» large victoire des grévistes d’HEMERA - HOLIDAY INN
par bye Ven 16 Fév - 10:40

» jeunes à la rue dans le grand froid : faire connaitre est déjà un combat
par bye Mer 14 Fév - 18:07

» National ou civique ou militaire : en arrière-plan du service obligatoire, la militarisation des élèves
par bye Lun 5 Fév - 13:03

» ARRIVÉES ET DEMANDES D'ASILE EN BAISSE EN 2017 EN EUROPE
par bye Mar 30 Jan - 18:29

» Les véritables enjeux des réformes éducatives de Jean-Michel Blanquer
par bye Mar 30 Jan - 15:00

» Contre la sélection à l’université : "On veut de l’inattendu !"
par bye Mar 23 Jan - 19:19

» Les policiers français ont abattu 18 personnes en 2017
par bye Ven 19 Jan - 7:43

» Acheter permis de conduire français
par Pipoinzaghi Mar 16 Jan - 16:02

» Journée internationale des droits de l’Homme : en Birmanie des espoirs déçus
par bye Sam 6 Jan - 7:52

» Tapis dans le bocage : la vérité sur les armes secrètes des "zadistes"
par bye Ven 29 Déc - 14:32

» Victoire du Secours populaire contre le maire F.N. d’Hayange
par bye Mer 20 Déc - 21:28

» Peut-on renvoyer les demandeurs d’asile vers des « pays tiers sûrs » ?
par bye Mar 19 Déc - 19:52

» Une montée des violences envers les migrants à travers l'Europe :
par bye Ven 15 Déc - 18:54

» Défendre et renforcer les CHSCT !
par bye Mar 5 Déc - 12:59

» Nuage de Ruthénium-106 sur l’Europe : que s’est-il réellement passé ?
par bye Mar 28 Nov - 12:35

» Dossier sur "l’affaire du stage de Sud éduc 93"
par bye Lun 27 Nov - 12:34

» Appel de Raymond Millot : Un projet émancipateur face aux dangers de l’anthropocène
par bye Mar 21 Nov - 12:54

» Les émissions de CO2 repartent à la hausse
par bye Ven 17 Nov - 17:05

» l’idéologie du consentement, outil d’émancipation ou d’isolement individuel ?
par bye Lun 13 Nov - 12:21

» Droit au logement opposable : le bilan chiffré 2008-2016
par bye Jeu 9 Nov - 20:02

» La rétention des « dublinés », dans l’attente d’un transfert, est contraire au règlement Dublin
par bye Lun 6 Nov - 18:33

» Face à la situation en Catalogne
par bye Mer 1 Nov - 11:33

» ACTUALITÉ SOCIÉTÉ ET POLITIQUE
par bye Sam 21 Oct - 10:37

» Offre de Prêt Entre Particulier Sérieux en 72H
par gramophone Ven 20 Oct - 9:32

» Offre de Prêt Entre Particulier Sérieux en 72H
par gramophone Ven 20 Oct - 9:32

» Offre de Prêt Entre Particulier Sérieux en 72H
par gramophone Ven 20 Oct - 9:31

» Offre de Prêt Entre Particulier Sérieux en 72H
par gramophone Ven 20 Oct - 9:31

» Bus de la honte : ne laissons pas l’avenir aux réactionnaires
par bye Sam 14 Oct - 12:44

» La métamatière et le peuple
par Claude De Bortoli Ven 6 Oct - 9:27

» Vers un retour du délit de solidarité ?
par bye Sam 30 Sep - 6:45

» Dossier : de l’École capitaliste à l’éducation émancipatrice
par bye Mer 13 Sep - 19:07

» Education : le « désastre » d’un enseignement tiré vers le bas...
par bye Lun 4 Sep - 12:13

» Offre de prêt entre particuliers rapide en 72h
par BastienL Dim 13 Aoû - 19:49

» Jean Gadrey, économiste : “Il faut remettre la réduction du temps de travail au cœur du débat public”
par bye Mar 8 Aoû - 19:04

» Le « chavo-madurisme » n’est rien moins qu’une dictature pure et simple
par bye Dim 6 Aoû - 18:52

» Gel des postes et du budget de l’éducation nationale : non, cette école ne nous convient pas !
par bye Mer 12 Juil - 13:56

» G 20 Hambourg
par bye Lun 10 Juil - 11:51

» Handicapée, je ne peux continuer à enseigner dans mon académie
par bye Mer 5 Juil - 6:21

» Pour une éducation populaire féministe
par bye Lun 12 Juin - 18:20

» La CNT a écrit aux Éditions Belin
par bye Mar 6 Juin - 10:20

» Blanquer ministre de l’Education nationale : au secours, Sarkozy revient !
par bye Jeu 25 Mai - 11:08

» L'accaparement des terres en Birmanie
par bye Mer 17 Mai - 18:42

» Un enseignant kurde témoigne...
par bye Lun 15 Mai - 17:50

» La métamatière et le Roi de la Terre
par De Bortoli Claude Mar 2 Mai - 9:52

» Au-delà des élections
par bye Mer 26 Avr - 17:26

» Les Etats-Unis ont utilisé leur plus puissante bombe non-nucléaire en Afghanistan, une première
par bye Dim 23 Avr - 18:35

» « Pourquoi nous sommes en grève de la faim dans les prisons d’Israël »
par bye Dim 23 Avr - 18:31

» « Enculé, ordure ! ». Philippe Poutou insulté par les flics
par bye Dim 23 Avr - 18:25

» La Sécurité sociale, une assistance ou un droit ?
par bye Dim 23 Avr - 18:22

» Birmanie: pour établir un mécanisme indépendant de réexamen de tous les cas de prisonniers politiques
par bye Ven 21 Avr - 6:02

LE SITE

Dans Les Coulisses de Demain

FORUMS & SITES AMIS

FORUM EST INSCRIT SUR


    Les Gilets jaunes : sur le chemin de l’école ?

    Partagez
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8823
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Les Gilets jaunes : sur le chemin de l’école ?

    Message par bye le Mar 4 Déc - 12:30

    Comme dans l’ensemble de la société, et plus particulièrement dans le petit monde militant, le mouvement des Gilets jaunes questionne, intrigue, attire ou révulse au sein du collectif Questions de classe(s).

    Les discussions sont vives et nous avons décidé d’en rendre compte publiquement en proposant un billet de Une à trois voix et en ouvrant largement les commentaires à nos lecteurs et lectrices...


    Lire aussi
    Mettez les gilets jaunes de l’école !
    Lycéen.ne.s, gilets jaunes : ne pas se tromper de combat
    Réponse à Jaunes fluo et verts de rage (du mouvement des Gilets jaunes, de ce qu’il dit de la géographie française)




    « Est-ce une révolte ? Non Sire, c’est une révolution ! »… peut-être.


    Il n’est pas possible d’être indifférent aux événements actuels : quel que soit le domaine dans lequel on agit, parfois on s’agite, il est touché par ce qui est une révolte. « Une révolte ? Non Sire, une révolution ! ». Certes, ce n’est pas encore une révolution, tout dépend de l’intensité de la prise de conscience qui s’amorce.

    En 1789, cela a été les femmes du peuple qui ont déclenché la révolte (« on veut du pain ! » devant Versailles), en 1968, ce sont les futurs « élites » (les étudiants) qui l’ont déclenchée, en 2018 c’est ce que tous les bien pensant et les nantis appellent le peuple.

    Ce qui me frappe aujourd’hui, c’est que absolument tout ce qui est institué (syndicats, mouvements politiques ou autres divers) se réclamant du peuple et de « pour le peuple », toutes les « élites » intellectuelles, toutes les vedettes qui vivent et plus que bien du peuple, se sont tenus prudemment silencieux quand ce n’était pas franchement hostiles. Ah ! Ils reconnaissent bien qu’il y aurait quelques revendications à satisfaire, de petites choses à changer, mais si cela ne vient pas d’eux, il ne faut surtout pas le soutenir ou y participer (n’est-ce pas la CGT !) Et voilà : le « peuple » est bien incapable de savoir ce qu’il veut ! Comment ? Le peuple prétend se passer des guides patentés de tout poil et de tout bord ?

    C’est vrai que ce peuple ne se pensait plus peuple, que toutes les élites, dirigeants, possesseurs d’un pouvoir quelconque ne pensaient même plus qu’un peuple existait. A la place du peuple il n’y avait plus que des chiffres, des statistiques, des courbes, des PIB, des marchés d’argent…

    Et oui, le peuple est dangereux, même Voltaire le disait (citation ici). Dangereux pour qui ? Bien sûr pour tous les ordres établis dans lesquels il n’a jamais rien eu à dire.

    Très facile de dire aujourd’hui, quand on l’a bien provoqué, quand on s’est bien gardé d’y participer, d’y apporter peut-être un certain savoir utile : « Voyez quels désordres pour lui-même ce peuple inconscient provoque », et l’ordre établi de les pointer soigneusement et en boucle. De tout temps, c’est ainsi que toutes les amorces de révolution ont été noyées ou reprises en main par ceux qui auraient eu à y perdre (de profits, du pouvoir).

    Tous les domaines sont touchés ou devraient être touchés parce que tous font partie de la vie d’un peuple qui veut justement vivre. J’ai déjà parlé de celui que je connais le mieux, l’école (dans ce billet et à longueur d’autres billets). Bien sûr que l’ensemble du peuple ne peut facilement entrevoir que la matrice de tout ce qu’il subit est l’école qui l’a formaté. Alors où sont les enseignants du peuple ? Bien sûr que l’ensemble du peuple ne peut pas facilement percevoir que s’il bouffe mal ou pas, c’est un système agricole industriel lié aux multinationales qui en est la cause. Alors, où sont les petits paysans biologiques, les ouvriers agricoles, les petits commerçants ? Bien sûr que l’ensemble du peuple ne peut facilement percevoir que toutes les concentrations de toutes sortes qui s’opèrent depuis un siècle et s’accélèrent aujourd’hui sont voulues non pas pour son bien mais pour faciliter son asservissement et les profits de quelques-uns, ceux-ci inventant leur mondialisation et nous la faisant croire comme naturelle (ex les grandes surfaces propriétés d’une ou deux multinationales et de leurs actionnaires). Alors où sont les quelques économistes qui eux le savent ? Bien sûr que la suppression des petites unités territoriales empêche chacun de participer à l’organisation de leurs lieux de vie, bien sûr que l’organisation du travail, sa fluctuation imposée, ses délocalisations… prennent la totalité du temps de vie de chacun et empêchent l’enracinement quelque part, bien sûr… bien sûr… Etc. etc. etc.

    Alors, il ne faut pas s’attendre à ce qu’un Sire qui s’appelle Jupiter proclame des Etats Généraux. Il faut que le peuple avec tous ceux qui s’en réclament prolonge lui-même sa révolte au-delà de quelques petites revendications à satisfaire (une taxe !) dont il sait, dont l’histoire nous a appris, qu’elles seront très vite défaites. Si des barricades provoquées par la colère (ou bien souvent par l’ordre établi !), peuvent être le début d’une révolution (malheureusement c’est souvent sa fin), le peuple doit élaborer comment il veut que s’organise différemment la société qui n’est que la sienne et pas celle des minorités qui l’établissent et en profitent.

    Laissez tomber les manifs où inexorablement vous serez décrédibilisés, dans tous les ronds-points, laissez passer les bagnoles mais faites à la place partout les États Généraux des ronds-points (comme ce n’est pas le printemps, pas loin des ronds-points il y a des bistrots !), emparez-vous de la réflexion qui aboutit à des propositions, des exigences, et là vous gagnerez, nous gagnerons. La volonté du peuple il n’y a que le peuple qui peut la formuler. Vous n’y êtes pas habitués ? Parce que vous n’avez jamais commencé !

    Bernard Collot





    APPEL DES GILETS JAUNES DE COMMERCY À DES ASSEMBLÉES PARTOUT


    REFUSONS LA RÉCUPÉRATION ! VIVE LA DÉMOCRATIE DIRECTE ! PAS BESOIN DE "REPRÉSENTANTS" RÉGIONAUX !

    Depuis près de deux semaines le mouvement des gilets jaunes a mis des centaines de milliers de personnes dans les rues partout en France, souvent pour la première fois. Le prix du carburant a été la goutte de gasoil qui a mis le feu à la plaine. La souffrance, le ras-le-bol, et l’injustice n’ont jamais été aussi répandus. Maintenant, partout dans le pays, des centaines de groupes locaux s’organisent entre eux, avec des manières de faire différentes à chaque fois.

    Ici à Commercy, en Meuse, nous fonctionnons depuis le début avec des assemblées populaires quotidiennes, où chaque personne participe à égalité. Nous avons organisé des blocages de la ville, des stations services, et des barrages filtrants. Dans la foulée nous avons construit une cabane sur la place centrale. Nous nous y retrouvons tous les jours pour nous organiser, décider des prochaines actions, dialoguer avec les gens, et accueillir celles et ceux qui rejoignent le mouvement. Nous organisons aussi des « soupes solidaires » pour vivre des beaux moments ensemble et apprendre à nous connaître. En toute égalité.

    Mais voilà que le gouvernement, et certaines franges du mouvement, nous proposent de nommer des représentants par région ! C’est à dire quelques personnes qui deviendraient les seuls « interlocuteurs » des pouvoirs publics et résumeraient notre diversité.

    Mais nous ne voulons pas de « représentants » qui finiraient forcément par parler à notre place !

    À quoi bon ? À Commercy une délégation ponctuelle a rencontré le sous-préfet, dans les grandes villes d’autres ont rencontré directement le Préfet : ceux ci-font DÉJÀ remonter notre colère et nos revendications. Ils savent DÉJÀ qu’on est déterminés à en finir avec ce président haï, ce gouvernement détestable, et le système pourri qu’ils incarnent !

    Et c’est bien ça qui fait peur au gouvernement ! Car il sait que si il commence à céder sur les taxes et sur les carburants, il devra aussi reculer sur les retraites, les chômeurs, le statut des fonctionnaires, et tout le reste ! Il sait aussi TRÈS BIEN qu’il risque d’intensifier UN MOUVEMENT GÉNÉRALISÉ CONTRE LE SYSTÈME !

    Ce n’est pas pour mieux comprendre notre colère et nos revendications que le gouvernement veut des « représentants » : c’est pour nous encadrer et nous enterrer ! Comme avec les directions syndicales, il cherche des intermédiaires, des gens avec qui il pourrait négocier. Sur qui il pourra mettre la pression pour apaiser l’éruption. Des gens qu’il pourra ensuite récupérer et pousser à diviser le mouvement pour l’enterrer.

    Mais c’est sans compter sur la force et l’intelligence de notre mouvement. C’est sans compter qu’on est bien en train de réfléchir, de s’organiser, de faire évoluer nos actions qui leur foutent tellement la trouille et d’amplifier le mouvement !

    Et puis surtout, c’est sans compter qu’il y a une chose très importante, que partout le mouvement des gilets jaunes réclame sous diverses formes, bien au-delà du pouvoir d’achat ! Cette chose, c’est le pouvoir au peuple, par le peuple, pour le peuple. C’est un système nouveau où « ceux qui ne sont rien » comme ils disent avec mépris, reprennent le pouvoir sur tous ceux qui se gavent, sur les dirigeants et sur les puissances de l’argent. C’est l’égalité. C’est la justice. C’est la liberté. Voilà ce que nous voulons ! Et ça part de la base !

    Si on nomme des « représentants » et des « porte-paroles », ça finira par nous rendre passifs. Pire : on aura vite fait de reproduire le système et fonctionner de haut en bas comme les crapules qui nous dirigent. Ces soi-disant « représentants du peuple » qui s’en mettent plein des poches, qui font des lois qui nous pourrissent la vie et qui servent les intérêts des ultra-riches !

    Ne mettons pas le doigt dans l’engrenage de la représentation et de la récupération. Ce n’est pas le moment de confier notre parole à une petite poignée, même s’ils semblent honnêtes. Qu’ils nous écoutent tous ou qu’ils n’écoutent personne !

    Depuis Commercy, nous appelons donc à créer partout en France des comités populaires, qui fonctionnent en assemblées générales régulières. Des endroits où la parole se libère, où on ose s’exprimer, s’entraîner, s’entraider. Si délégués il doit y avoir, c’est au niveau de chaque comité populaire local de gilets jaunes, au plus près de la parole du peuple. Avec des mandats impératifs, révocables, et tournants. Avec de la transparence. Avec de la confiance.

    Nous appelons aussi à ce que les centaines de groupes de gilets jaunes se dotent d’une cabane comme à Commercy, ou d’une « maison du peuple » comme à Saint-Nazaire, bref, d’un lieu de ralliement et d’organisation ! Et qu’ils se coordonnent entre eux, au niveau local et départemental, en toute égalité !

    C’est comme ça qu’on va gagner, parce que ça, là haut, ils n’ont pas l’habitude de le gérer ! Et ça leur fait très peur.

    Nous ne nous laisserons pas diriger. Nous ne nous laisserons pas diviser et récupérer.

    Non aux représentants et aux porte-paroles autoproclamés ! Reprenons le pouvoir sur nos vies ! Vive les gilets jaunes dans leur diversité !

    VIVE LE POUVOIR AU PEUPLE, PAR LE PEUPLE, POUR LE PEUPLE !

    Si vous vous retrouvez dans les bases de cet appel chez vous, dans votre groupe local de gilets jaunes, ou autre, contactez-nous sur giletsjaunescommercy chez gmail.com et coordonnons-nous sur la base d’assemblées populaires et égalitaires !




    Quelques réflexions personnelles


    Quelques réflexions personnelles à propos des gilets jaunes, rédigées avant les évènements du 1er décembre. Si l’évolution de la situation m’amène à les modifier, je serai le premier à m’en réjouir …

    1) Il est facile de s’autoproclamer « le peuple ». Mais aujourd’hui encore, les plus pauvres, les habitant-e-s des « quartiers », les chômeurs, et aussi les non-blancs sont largement absent-e-s de ce mouvement. Sur les réseaux sociaux les racistes s’en donnaient d’ailleurs à cœur joie il y a peu en stigmatisant la quasi absence de blocages en Seine-Saint-Denis.
    2) On peut considérer comme négligeable l’omniprésence de l’extrême droite et des groupuscules nationalistes dans les manifestations parisiennes des trois samedis.
    Mais ce qui est pour moi inquiétant, c’est que manifester avec ces fachos ne pose le plus souvent pas de problème aux gilets jaunes, au nom d’un apolitisme revendiqué. De même les nombreux incidents racistes, xénophobes, homophobes sont rarement suivis d’une rupture ou d’une expulsion de leurs auteurs.
    3) Ce mouvement a vu fleurir les panneaux « Pas de syndicats ». Les bloqueurs majoritairement se flattent de n’avoir auparavant participé à aucune manifestation, et encore moins à une grève : la défense des retraites, de la sécurité sociale, des services publics ne les ont jamais mobilisés.
    Les revendications initiales (les taxes) n’avaient aucun aspect social ; il s’y est ajouté diverses revendications générales dont le flou (« créer des emplois pour les chômeurs ») montre le caractère subsidiaire.
    4) La forme de lutte choisie interroge d’ailleurs aussi. Les blocages des ronds-points du 17 et les suivants en semaine n’ont pas gêné les responsables politiques ou économiques, mais des usagers souvent autant membres du « peuple » que les bloqueurs.
    5) Ce mouvement se réclame d’une « colère », mais ne va pas, et souvent ne veut pas aller, au-delà (le refus d’une auto-organisation en témoigne pour partie). Le slogan fédérateur est « Macron démission » : il s’agit d’avoir la tête du roi mais pas de se poser la question politique de l’après. Il est d’ailleurs significatif que la plupart des revendications (notamment dans le domaine fiscal) sont parfaitement compatibles avec le néo-libéralisme.

    Ce mouvement témoigne de frustrations ou de souffrances qu’il faut entendre, et je ne le confonds pas avec les personnes qui y participent, qui sont d’ailleurs de plus en plus diverses dans l’espace et dans le temps. Mais il est très loin, dans ses formes et surtout dans ses objectifs, des luttes que je m’efforce de mener. *
    Il est le résultat de nos échecs militants, de notre incapacité à mobiliser contre les ravages du libéralisme pour une société égalitaire et solidaire.
    Il est le résultat aussi de l’échec de l’école à développer un sens du collectif, à donner aux futurs adultes une culture sociale et politique, à développer un esprit critique propre à leur permettre de dépasser l’enfermement dans la réaction affective.
    Ce mouvement montre ainsi le travail qui nous reste à accomplir, et la responsabilité qui est la nôtre. Notre avenir dépend, pour moi, de notre capacité à construire un mouvement social fondé sur l’égalité, le collectif, la solidarité. Si certains gilets jaunes s’y reconnaissent, tant mieux, et je suis prêt à agir avec eux. Mais ne confondons pas révolte et révolution, ne nous renions pas pour accompagner tout ce qui bouge.

    Alain

    * : il y a en particulier une revendication (n° 20 de la liste remise nationalement aux députés et à la presse) qui est pour moi absolument rédhibitoire : « Que les déboutés du droit d’asile soient reconduits dans leur pays d’origine. »

    https://www.questionsdeclasses.org/?Les-Gilets-jaunes-sur-le-chemin-de-l-ecole

      La date/heure actuelle est Dim 16 Déc - 6:12