LIBRE DISCUSSION DANS LES COULISSES DE DEMAIN

Débattons en toute liberté, dans le respect de l’autre, sur tous les sujets qui composent notre société : politique, économie, environnement, religion, philosophie, paranormal, sciences, famille, santé, mode, sexualité, loisirs, sports, divertissements…

Derniers sujets

» Gel des postes et du budget de l’éducation nationale : non, cette école ne nous convient pas !
par bye Mer 12 Juil - 13:56

» G 20 Hambourg
par bye Lun 10 Juil - 11:51

» Handicapée, je ne peux continuer à enseigner dans mon académie
par bye Mer 5 Juil - 6:21

» Pour une éducation populaire féministe
par bye Lun 12 Juin - 18:20

» La CNT a écrit aux Éditions Belin
par bye Mar 6 Juin - 10:20

» Blanquer ministre de l’Education nationale : au secours, Sarkozy revient !
par bye Jeu 25 Mai - 11:08

» L'accaparement des terres en Birmanie
par bye Mer 17 Mai - 18:42

» Un enseignant kurde témoigne...
par bye Lun 15 Mai - 17:50

» La métamatière et le Roi de la Terre
par De Bortoli Claude Mar 2 Mai - 9:52

» Au-delà des élections
par bye Mer 26 Avr - 17:26

» Les Etats-Unis ont utilisé leur plus puissante bombe non-nucléaire en Afghanistan, une première
par bye Dim 23 Avr - 18:35

» « Pourquoi nous sommes en grève de la faim dans les prisons d’Israël »
par bye Dim 23 Avr - 18:31

» « Enculé, ordure ! ». Philippe Poutou insulté par les flics
par bye Dim 23 Avr - 18:25

» La Sécurité sociale, une assistance ou un droit ?
par bye Dim 23 Avr - 18:22

» Birmanie: pour établir un mécanisme indépendant de réexamen de tous les cas de prisonniers politiques
par bye Ven 21 Avr - 6:02

» Gatti est mort. A la Parole Errante ses mots résonnent encore !
par bye Mer 12 Avr - 18:21

» Turquie : appel urgent au monde enseignant, aux associations et syndicats…
par bye Lun 3 Avr - 18:21

» APPEL À LA MOBILISATION CONTRE LE PROCHAIN SOMMET DE L’OTAN !
par bye Sam 1 Avr - 5:30

» Communiqué de presse de SUD éducation Guyane du 28 mars
par bye Jeu 30 Mar - 10:16

» Qu’est-ce qui ne va pas avec l’arabe à l’école ?
par bye Ven 24 Mar - 12:03

» Libérons l'oisiveté !
par bye Ven 17 Mar - 19:05

» Quand Espérance banlieues bat la campagne
par bye Ven 17 Mar - 19:00

» 8 mars : luttons toutes et tous pour l’égalité des droits !
par bye Mer 8 Mar - 11:01

» Désarmer la police, la proposition pas si saugrenue du NPA
par bye Mar 7 Mar - 12:50

» Fin du dispositif des Caomi: quelle orientation pour les mineurs isolés de Calais ?
par bye Sam 4 Mar - 9:58

» Les fonctionnaires répondent aux "menaces" de Marine Le Pen
par bye Sam 4 Mar - 6:25

» Réduction des indemnités et contrôles drastiques : Macron s’attaque aux chômeurs
par bye Sam 4 Mar - 6:22

» L'avenue Serge Dassault à Corbeil-Essonnes doit être débaptisée !
par bye Sam 4 Mar - 6:20

» Nouvelle révélation du Canard Enchainé : les copinages de Hamon et LVMH
par bye Sam 4 Mar - 6:18

» Une nouvelle menace pour les étrangers
par bye Mar 21 Fév - 12:02

» "Vous êtes la candidate du nanti-système", lance Charline Vanhoenacker à Marine Le Pen
par bye Lun 20 Fév - 20:30

» Vaccins : Marisol Touraine va-t-elle faire respecter la loi ou satisfaire les labos ?
par bye Lun 20 Fév - 20:26

» La tension monte d’un cran entre les Etats-Unis et le Venezuela
par bye Lun 20 Fév - 20:23

» Vandana Shiva : « Gandhi est plus pertinent qu’il ne l’a jamais été »
par bye Lun 20 Fév - 20:16

» Vague de froid en Europe : les migrants vulnérables
par bye Mar 7 Fév - 17:59

» Le centre pour les femmes et les familles migrantes a ouvert ses portes à Paris
par bye Mar 7 Fév - 17:56

» Des incidents éclatent à Aulnay-sous-Bois après les soupçons de viol de policiers
par bye Lun 6 Fév - 18:23

» Le maire rejette l'étude d'UFC-Que choisir sur l'eau potable
par bye Lun 6 Fév - 18:20

» DOCUMENT. Voici le contrat de travail de Penelope Fillon
par bye Lun 6 Fév - 18:17

» Le Hezbollah scrute avec inquiétude la nouvelle politique américaine au Moyen-Orient
par bye Lun 6 Fév - 18:14

» Huit hommes possèdent autant que la moitié de la population mondiale
par bye Mer 18 Jan - 20:06

» Délinquants solidaires : Pour en finir avec le délit de solidarité
par bye Mer 18 Jan - 13:29

» ACTUALITÉ SOCIÉTÉ ET POLITIQUE
par gramophone Sam 14 Jan - 11:34

» votre permis de conduire à portée de main
par neil89 Ven 13 Jan - 23:51

» Poursuivre la mobilisation pour une carte élargie des lycées de l’Education Prioritaire, en grève le 10 janvier !
par bye Mar 10 Jan - 11:50

» Grenade de désencerclement : un CRS mis en examen
par bye Sam 7 Jan - 20:59

» Les trois visages du vote FN
par bye Sam 7 Jan - 20:46

» Les deux jambes du militantisme
par bye Sam 7 Jan - 20:37

» Condamnés aujourd’hui pour avoir comparé Christiane Taubira à un singe
par bye Sam 31 Déc - 10:17

» Échapper au chaos
par bye Jeu 22 Déc - 17:53

» Le sénateur Carle coupable de détournement de fonds publics ? SUD éducation le dit depuis 2009 !
par bye Jeu 22 Déc - 15:06

» Maths : résoudre un problème
par bye Lun 12 Déc - 13:25

» Journée Internationale des droits de l'Homme: une situation inquiétante en Birmanie
par bye Dim 11 Déc - 11:17

» Comment les services de renseignement font la chasse aux employés des télécoms
par bye Sam 10 Déc - 18:54

» ET SI LE MASCULIN NE L’EMPORTAIT PAS SUR LE FEMININ ?
par bye Sam 10 Déc - 18:49

» Un document interne provoque un malaise à la SNCF
par bye Sam 10 Déc - 18:38

» Le gouvernement repousse l’évacuation de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes
par bye Sam 10 Déc - 18:29

» Légitime défense des policiers : faut-il tordre le droit ?
par bye Ven 9 Déc - 19:29

» Cadeau de fin d’année, un casier scolaire pour tous les marmots
par bye Mar 6 Déc - 13:59

» Violences policières, violences d’Etat
par bye Mar 6 Déc - 13:54

» La métamatière, les élites et les gouvernants
par De Bortoli Claude Ven 2 Déc - 9:54

» Comment les stups ont enfumé la justice
par bye Jeu 1 Déc - 12:26

» Quel opérateur
par bye Jeu 1 Déc - 12:24

» Fillon président ? Un coup de massue pour l’école
par bye Mer 30 Nov - 17:54

» « Pourquoi j’ai secouru des réfugiés. » Monument en l'honneur de Pierre-Alain Mannoni
par bye Mar 29 Nov - 13:06

» Jean-Luc Mélenchon ne passera pas au second tour de la présidentielle s'il ne se décide pas à parler au peuple
par bye Mar 29 Nov - 13:03

» Graeme Allwright : il t'a laissé la carte qui est si délirante qu'il n'aura plus jamais besoin d'une autre
par bye Mar 29 Nov - 13:00

» Mort de Fidel Castro : bilan de santé de la révolution castriste
par bye Mar 29 Nov - 12:57

» Vinci, piraté par des hacktivistes
par bye Ven 25 Nov - 18:38

» Le Mouvement de la Paix solidaire de la lutte des infirmières et infirmiers
par bye Ven 25 Nov - 18:35

» presentation de moi
par bye Ven 25 Nov - 18:30

» tests
par Matteo13 Mer 23 Nov - 7:48

» Un système d'accueil italien saturé face au nombre toujours aussi important d'arrivées
par bye Lun 21 Nov - 19:08

» Comment fonctionnera le « centre humanitaire » de Paris ?
par bye Lun 21 Nov - 19:06

» Un quart des enfants européens est menacé par la pauvreté
par bye Lun 21 Nov - 19:02

» Cuba : Le Conseil d’État décrète l’amnistie de 787 condamnés
par bye Sam 19 Nov - 11:11

» TURQUIE : Cesser la « chasse aux sorcières » à l’encontre des employé(e)s de l’éducation
par bye Jeu 17 Nov - 18:57

» Ces magnats français qui contrôlent les médias
par bye Dim 13 Nov - 12:23

» Chômage, retraites et revenu universel : et si un cocktail était la bonne solution ?
par bye Dim 13 Nov - 12:20

» L'ANTIRACISME ET LA GAUCHE RADICALE SONT-ILS IRRÉCONCILIABLES?
par bye Dim 13 Nov - 12:16

» L'Amérique de Donald Trump
par bye Dim 13 Nov - 12:09

» Un an après les élections en Birmanie ...
par bye Mar 8 Nov - 18:59

» Fichier des Français : les oublis et les erreurs de Cazeneuve et Urvoas
par bye Mar 8 Nov - 11:54

» Burkina Fasso : Grève dans l’éducation les 3 et 4 novembre
par bye Mar 8 Nov - 11:49

» "Ni rire, ni pleurer, ni haïr. Comprendre"
par bye Mar 1 Nov - 11:58

» Besoin de crédit personnel
par filhastreanne Lun 31 Oct - 2:32

» L’usage informationnel acritique d’Internet à l’école primaire
par gramophone Dim 30 Oct - 10:06

» Un maire serbe à Srebrenica, tout un symbole, 21 ans après le massacre
par bye Lun 24 Oct - 12:39

» L'Arctique : eldorado ou mirage?
par bye Lun 24 Oct - 12:36

» Après le viol et le meurtre barbare d'une adolescente, les Argentines ont arrêté de travailler
par bye Lun 24 Oct - 12:33

» Si la mise en scène des manifestations spontanées de policiers, organisées en pleine nuit dans les rues de Paris, ont pu surprendre les riverains, elles inquiètent également la majorité à l'approche de la présidentielle.
par bye Lun 24 Oct - 12:30

» Sommet de Bratislava : vers une convergence des approches "sécuritaires" sur les questions migratoires ?
par bye Jeu 20 Oct - 18:28

» Démantèlement de Calais : quel plan de répartition pour les migrants ?
par bye Jeu 20 Oct - 18:26

» Première défaite pour Viktor Orbán
par gramophone Jeu 20 Oct - 6:27

LE SITE

Dans Les Coulisses de Demain

FORUMS & SITES AMIS

FORUM EST INSCRIT SUR


    rencontre avec des monuments

    Partagez
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8749
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    rencontre avec des monuments

    Message par bye le Sam 29 Déc - 9:12

    Je vais tout d'abord vous présenter, de manière succincte, un livre, un essai à thèse ( Joseph Danan concourait au poste de Directeur de L'institut Théâtral de Paris-La Sorbonne, qu'il a obtenu ) absolument extraordinaire, tant par la thématique, que par la connaissance et la culture contenue.Joseph, pour la petite histoire , est poète, cinéaste, auteur dramatique reconnu, mais ses pièces sont peu jouées ( difficultés du théâtre contemporain ).
    J'ai dévoré cet essai " le théâtre de la pensée ", néanmoins difficile, âpre, mais ô combien lumineux, qui a lancé des passerelles vers des continents entiers que sont Joyce, Faulkner ( je vais vous entretenir un peu plus loin de ces monstres, c'est-à-dire en dehors de la conception humaine, par leur étrangeté, leur incroyable richesse ).

    Le théâtre de la pensée: cet essai se révèle une exploration, la plus large possible, des dramaturgies modernes et contemporaines, menée selon le point de vue, dont la rigueur ne se dément jamais, des équivalences dramaturgiques et scéniques du monologue intérieur d'origine romanesque ( Artaud, Bob Wilson sont largement représentés et le devenir scénique de l'oeuvre dramatique toujours pris en compte ).
    Ce livre prend ainsi sa place - que je veux croire importante - dans une recherche, à laquelle se trouve Peter Szondt et sa théorie du drame moderne, sur la crise de la forme dramatique, en particulier sur les conditions de la subjectivisation au XX° siècle.
    Ce qui aurait pu ne rester qu'un livre à thèse, redoutable d'abstraction, se révèle à la lecture, un récit plein de suspens, d'épisodes et de retournements, d'une véritable " traversée " ou exploration des dramaturgies modernes et contemporaines..Joseph a, en quelque sorte, fictionné la théorie et pratiqué sur son corpus énorme et disparate comme ses maîtres Meyerhold et Eisenstein dans leurs réalisations artistiques, je veux dire par montage..
    Jean-Pierre Sarrazac

    De quoi s'agit-il ?

    Il s'agit de situer, dans tous les moments et disciplines de la création artistique ( cinéma, théâtre, roman, poésie,.. ) les prémices d'un piquet de fixation mentale, intériorisée et conscientisée, de l'être humain. C'est-à-dire qu'il faut essayer de mettre à jour, la partie immergée du vivant, par sa sub-expression: ce n'est donc pas qu'un exercice gratuit, mais qui renvoie à l'exploration de l'être, comme une descente intérieure en cloche marine.
    Il faut donc se poster à la source du conscient, et capter dans tout son foisonnement, les premiers vacillements de la sensation, de l'émotion, non-syntaxés, mais à l'état brut. Ceci bien sûr renseigne sur l'homme, le complète et..le renverse.Nous sommes tous, à chaque instant, traversés de météorites, de jeysers, de lave, qui sont un des effets de notre nature réelle, et ce travail d'identification sur sa traduction artistique, non seulement est défriché de manière monumentale par J.Danan ( qui balaie de Eisenstein à Duras en passant par Resnais, tous les explorateurs de nos continents immergés ), mais encore scalpellisé, pour en comprendre le schéma créateur, et donc délivré de sa gangue vers un spectateur, à goût de profonde humanité, voire de perplexité, mais chaotisé, chaosé à jamais.

    Ulysse de Joyce James:

    Lorsque j'ai découvert ce livre-monument, un des sommets de la littérature mondiale ( à mon sens ), je suis passé de l'état de tremblement à la vitrification, de façon à pouvoir de manière technique, maîtriser, et parler ensuite de ce phénomène.
    Je n'ai quasiment jamais , sauf en poésie, été traversé pareillement: Ulysse est un voyage d'une journée à l'intérieur d'un " héros " dans Dublin, qui, entre autres, interpelle tous les grands textes fondateurs, religieux ou pas ( " l'apocalypse ",..). Ce chef-d'oeuvre , peut-être commis par un humain, est écrit dans une langue travaillée, tordue, contorsionnée, comme jamais auparavant, elle n'avait subi pareil sort.Enfin, et c'est ici que réside l'essentiel , c'est une descente dans tout le grenouillage, le coassement interne, la lubricité fantasmagorique.C'est enfin un travail de vérité, de réactualisation du dessous changeant, une table de vivissection.
    Par exemple, Joyce décrit une scène quotidienne où le héros s'entretient avec un ami : au loin passe un véhicule. Dans la restitution de la scène, sans transition , l'extérieur ( voiture qui passe ) du héros est commenté de son intérieur. Ce qui complète toute son expression, et construit tout son théâtre: c'est un être totalisé, où n'existe plus de limite entre le traduit, le dialogue et son rotor. Ce qui conduit à penser, entre autres, que ce que nous percevons, et c'est aussi le thème de prédilection des symbolistes ( Verlaine,..), est sous notre responsabilité, fruit de notre humeur.
    Autre exemple, et il en existe bien d'autres:Molly, compagne du héros, est allongée physiquement et littérairement dans la dernière partie de ce livre: elle communique, sur une soixantaine de pages, tout le flux dont elle est l'objet, par association de souvenirs, de bribes de déceptions, de rancoeurs, avec tous ses rubis merveilleux qui s'enchaînent, de manière continue.La forme de cette révélation est écrite de la façon la plus brute, chirurgicale, sans ponctuation.
    Après ce livre, et le passage cité ci-dessus, la littérature sera chamanisée,trouée comme sous l'effet d'un cataclysme.

    Voici un court extrait du monologue de Molly:

    Oui puisque avant il n'a jamais fait de chose pareille de demander son petit déjeuner au lit avec deux oeufs depuis l'hôtel des Armes de la Cité quand ça lui arrivait de faire semblant d'être souffrant au lit avec sa vois geignarde jouant le grand jeu pour se rendre intéressant auprès de cette vieille tourte de Mme Riordan qu'il pensait être dans ses petits papiers et qu'elle ne nous a pas laissé un sou tout en messes pour elle et son âme ce qu'elle pouvait être pingre embêtée d'allonger huit sous pour son alcool à brûler me racontant toutes ses maladies elle en faisait des discours sur la politique et les tremblements de terre et la fin du monde payons nous un peu de temps d'abord..

    Un 2° extrait d'Ulysse, qui rend compte d'un autre aspect du génie créateur de J.Joyce:

    Corps parfumés, tièdes, fermes.Tous baisés, donnés: dans les prés profonds de l'été, herbes couchées enchevêtrées, dans les couloirs suintant des maisons de pauvres, sur des divans, des lits qui craquent.
    - Jack, mon amour!
    - Chérie!
    - Embrasse-moi, Reggy!
    - Mon petit!
    - Mon amour!
    Le coeur en branle, il poussa la porte du restaurant Burton.L'odeur le saisit à la gorge: sauces de viande pénétrantes, lavasses de légumes verts.
    Le repas des fauves.
    Des hommes, des hommes, des hommes.

    William Faulkner, cousin américain de Joyce:on peut affirmer qu'il a déboîté la construction romanesque: il applique cette recherche de l'être en coupe, soit par une parole dédoublée, où la division du moi partage le discours des personnages en un dialogue extériorisé et un monologue intérieur, et celle du point de vue tournant. En effet, dans " Tandis que j'agonise ", chaque " scène " est attitrée à un des personnages et comporte les répliques dialoguées de chacun d'entre eux et, disposé en retrait sans autre indication du locuteur, le monologue intérieur du personnage éclairé personnellement dans l'épisode.

    Court extrait de " Tandis que j'agonise ":

    "Je lui avais dit de ne pas amener ce cheval, par respect pour sa défunte mère, parce que ça n'a pas bonne façon de le voir caracoler ainsi sur ce sacré cheval de cirque, alors qu'elle voulait que nous soyons tous avec elle dans la charrette, tous ceux de sa chair et de son sang; mais, nous n'avions pas plus tôt dépassé le chemin de Tull que Darl s'est mis à rire. Assis sur la banquette avec Cash, avec sa mère couchée sous ses pieds, dans son cercueil, il a eu l'effronterie de rire!"

    De bruit et de fureur:

    Là encore, W.Faulkner utilise un procédé inédit. Il se ( nous place ) dans chaque partie du roman, dans la boîte crânienne d'un des personnages, singulièrement trempés.
    Le premier chapitre est narré, par un personnage "idiot"appelé Benjy ( diminutif de Benjamin ), c'est-à-dire qu'il a le cerveau atrophié, que tout le drame, les tensions, auxquels nous sommes conviés sont décrites à travers un cerveau mutilé; d'autre part, tout n'existe pour Benjy , que par le prisme brut de sensations animales. Il s'en est constiué un monde où il circule sans jamais se sentir entravé par des sensations d'espace et de temps. Ce n'est pas par logique qu'il saute d'une idée à une autre, mais au hazard de ses sensations enchaînées comme surgies d'un mot, d'un geste, d'un bruit, d'un parfum.Ainsi, le mot " Caddy ", que prononcent les joueurs de golf, réveille dans son coeur le souvenir de la soeur perdue ( dont le prénom est Caddy ) et le fait hurler de douleur.
    De même, lorsqu'il s'accroche au clou de la barrière, il fait une longée brusque dans le passé, au jour où, alors qu'il était tout enfant, il s'était accroché de semblable façon en allant, avec Caddy, porter à Mrs Patterson, porter le billet doux de l'oncle Maury.Grâce à ses coups de sonde rétrspectifs, deux séries d'évènements se matérialisent peu à peu: l'enterrement de la grand-mère, lorsque Caddy avait 7 ans, et le mariage de Caddy.ainsi, à la remorque de Benjy, W.Faulkner conduit simultanémént trois actions;
    La suite de ce roman est toute de ce niveau exeptionnel: monologue intérieur du futur suicidé, cerveau affolé par les idées d'inceste et de suicide, par la jalousie, la haine des camarades d'école,..
    Et la langue employée est rude, véritable; elle empoigne " sans rien lâcher ", cousue d'une terrible tension, sans aucune concession à l'arrondi des sentiments, à l'humanité pourtant présente, mais dans toute sa noirceur, non imaginée..

    Un extrait de " le bruit et la fureur ":

    7 avril 1928 ( 1° partie, dite pour l'idiot ):

    A travers la barrière, entre les vrilles des fleurs, je pouvais les voir frapper.Ils s'avançaient vers le drapeau, et je les suivais le long de la barrière.Luster cherchait quelque chose dans l'herbe, près de l'arbre à fleurs.Ils ont enlevé le drapeau et ils ont frappé.Et ils ont remis le drapeau et ils sont allés vers le terre-plein , et puis il a frappé, et l'autre a frappé aussi.Et puis ils se sont éloignés et j'ai longé la barrière.Luster a quitté l'arbre à fleurs et nous avons suivi la barrière, et ils se sont arrêtés, et nous nous sommes arrêtés aussi, et j'ai regardé à travers la barrière pendant que Luster cherchait dans l'herbe.
    - Ici, Caddie " Il a frappé.Ils ont traversé la prairie.Cramponné à la barrière, je les ai regardés s'éloigner.
    - Ecoutez-moi ça, dit Luster.A-t-on idée de se conduire comme ça, à trente-trois ans.quand je me suis donné la peine d'aller jusqu'à la ville pour aller chercher ce gâteau.Quand vous aurez fini de geindre.Vous n'pourriez pas m'aider à trouver ces vingt-cinq cents pour que je puisse aller voir ces forains, ce soir ?
    Ils frappaient un peu là-bas dans la prairie.Je me suis dirigé vers le drapeau, le long de la barrière.Il claquait sur l'herbe brillante et sur les arbres.
    - Venez, dit Luster.Nous avons assez cherché ici.Ils ne vons pas revenir tout de suite.Descendons au ruisseau pour trouver cette pièce avant que les nègres mettent la main dessus.
    Il était rouge et il claquait sur la prairie, et puis, un oiseau s'est approché, en diagonale, et est resté perché dessus.Luster a lancé.Le drapeau a claqué sur l'herbe brillante et sur les arbres.Je me cramponnais à la barrière.
    - Quand vous aurez fini de geindre, dit Luster.J'peux pas les faire revenir de force, hein? Si vous ne vous vous taisez pas, mammy n'fêtera pas son anniversaire.Si vous ne vous taisez pas, savez-vous ce que je ferai ? J'mangerai tout le gâteau. J'mangerai les bougies aussi.J'mangerai les trente-trois bougies.Venez, descendons au ruiseau.Faut que je trouve mon argent.eut-être que nous trouverons une de leurs balles.Tenez, regardez, les voilà.Là-bas, au loin. " Il s'approcha de al barrière et montra avec mon bras. " Vous voyez. Ils n'reviennent plsu par ici.Venez."
    Nous avons longé la barrière et nous sommes arrivés à la clôture du jardin, là où se trouvaient les arbres.Mon ombre, sur la clôture, était plus grande que celle de Luster.Nous sommes arrivés à l'endroit cassé et nous sommes passés à travers.
    - Attendez une minute, dit Luster.Vous v'là encore accroché à ce clou.Vous n'pouvez donc jamais passer par ici sans vosu accrocher à ce clou?
    Caddy m'a décroché et nous nous sommes faufilés par le trou.L'oncle Maury a dit qu'il ne fallait pas qu'on nous voit, aussi, nous ferons bien de nous baiser, dit Caddy.Baisse-toi, Benjy.Comme ça, tu vois?Nous nous sommes baissés et nous avons traversé le jardin où les fleurs grattaient et bruissaient contre nous.Le sol était dur.Nous avons grimpé par-dessus la barrière, là où les cochons grognaient et reniflaient. Je pense que c'est qu'ils onr de la peine, parce qu'on en a tué un aujourd'hui, dit Caddy.Le sol était dur, avec des mottes, des noeuds.
    Garde tes mains dans tes poches, dit Cddy.Sans ça, elles gèleraient.Tu ne voudrais pas avoir tes mains gelées pour Noël, je suppose.
    -Il fait trop froid dehors, dit Versh.Vous ne voulez pas sortir, voyons.

      La date/heure actuelle est Jeu 27 Juil - 3:48