LIBRE DISCUSSION DANS LES COULISSES DE DEMAIN

Débattons en toute liberté, dans le respect de l’autre, sur tous les sujets qui composent notre société : politique, économie, environnement, religion, philosophie, paranormal, sciences, famille, santé, mode, sexualité, loisirs, sports, divertissements…

Derniers sujets

» Une montée des violences envers les migrants à travers l'Europe :
par bye Ven 15 Déc - 18:54

» Défendre et renforcer les CHSCT !
par bye Mar 5 Déc - 12:59

» Nuage de Ruthénium-106 sur l’Europe : que s’est-il réellement passé ?
par bye Mar 28 Nov - 12:35

» Dossier sur "l’affaire du stage de Sud éduc 93"
par bye Lun 27 Nov - 12:34

» Appel de Raymond Millot : Un projet émancipateur face aux dangers de l’anthropocène
par bye Mar 21 Nov - 12:54

» Les émissions de CO2 repartent à la hausse
par bye Ven 17 Nov - 17:05

» l’idéologie du consentement, outil d’émancipation ou d’isolement individuel ?
par bye Lun 13 Nov - 12:21

» Droit au logement opposable : le bilan chiffré 2008-2016
par bye Jeu 9 Nov - 20:02

» La rétention des « dublinés », dans l’attente d’un transfert, est contraire au règlement Dublin
par bye Lun 6 Nov - 18:33

» Face à la situation en Catalogne
par bye Mer 1 Nov - 11:33

» ACTUALITÉ SOCIÉTÉ ET POLITIQUE
par bye Sam 21 Oct - 10:37

» Offre de Prêt Entre Particulier Sérieux en 72H
par gramophone Ven 20 Oct - 9:32

» Offre de Prêt Entre Particulier Sérieux en 72H
par gramophone Ven 20 Oct - 9:32

» Offre de Prêt Entre Particulier Sérieux en 72H
par gramophone Ven 20 Oct - 9:31

» Offre de Prêt Entre Particulier Sérieux en 72H
par gramophone Ven 20 Oct - 9:31

» Bus de la honte : ne laissons pas l’avenir aux réactionnaires
par bye Sam 14 Oct - 12:44

» La métamatière et le peuple
par Claude De Bortoli Ven 6 Oct - 9:27

» Vers un retour du délit de solidarité ?
par bye Sam 30 Sep - 6:45

» Dossier : de l’École capitaliste à l’éducation émancipatrice
par bye Mer 13 Sep - 19:07

» Education : le « désastre » d’un enseignement tiré vers le bas...
par bye Lun 4 Sep - 12:13

» Offre de prêt entre particuliers rapide en 72h
par BastienL Dim 13 Aoû - 19:49

» Jean Gadrey, économiste : “Il faut remettre la réduction du temps de travail au cœur du débat public”
par bye Mar 8 Aoû - 19:04

» Le « chavo-madurisme » n’est rien moins qu’une dictature pure et simple
par bye Dim 6 Aoû - 18:52

» Gel des postes et du budget de l’éducation nationale : non, cette école ne nous convient pas !
par bye Mer 12 Juil - 13:56

» G 20 Hambourg
par bye Lun 10 Juil - 11:51

» Handicapée, je ne peux continuer à enseigner dans mon académie
par bye Mer 5 Juil - 6:21

» Pour une éducation populaire féministe
par bye Lun 12 Juin - 18:20

» La CNT a écrit aux Éditions Belin
par bye Mar 6 Juin - 10:20

» Blanquer ministre de l’Education nationale : au secours, Sarkozy revient !
par bye Jeu 25 Mai - 11:08

» L'accaparement des terres en Birmanie
par bye Mer 17 Mai - 18:42

» Un enseignant kurde témoigne...
par bye Lun 15 Mai - 17:50

» La métamatière et le Roi de la Terre
par De Bortoli Claude Mar 2 Mai - 9:52

» Au-delà des élections
par bye Mer 26 Avr - 17:26

» Les Etats-Unis ont utilisé leur plus puissante bombe non-nucléaire en Afghanistan, une première
par bye Dim 23 Avr - 18:35

» « Pourquoi nous sommes en grève de la faim dans les prisons d’Israël »
par bye Dim 23 Avr - 18:31

» « Enculé, ordure ! ». Philippe Poutou insulté par les flics
par bye Dim 23 Avr - 18:25

» La Sécurité sociale, une assistance ou un droit ?
par bye Dim 23 Avr - 18:22

» Birmanie: pour établir un mécanisme indépendant de réexamen de tous les cas de prisonniers politiques
par bye Ven 21 Avr - 6:02

» Gatti est mort. A la Parole Errante ses mots résonnent encore !
par bye Mer 12 Avr - 18:21

» Turquie : appel urgent au monde enseignant, aux associations et syndicats…
par bye Lun 3 Avr - 18:21

» APPEL À LA MOBILISATION CONTRE LE PROCHAIN SOMMET DE L’OTAN !
par bye Sam 1 Avr - 5:30

» Communiqué de presse de SUD éducation Guyane du 28 mars
par bye Jeu 30 Mar - 10:16

» Qu’est-ce qui ne va pas avec l’arabe à l’école ?
par bye Ven 24 Mar - 12:03

» Libérons l'oisiveté !
par bye Ven 17 Mar - 19:05

» Quand Espérance banlieues bat la campagne
par bye Ven 17 Mar - 19:00

» 8 mars : luttons toutes et tous pour l’égalité des droits !
par bye Mer 8 Mar - 11:01

» Désarmer la police, la proposition pas si saugrenue du NPA
par bye Mar 7 Mar - 12:50

» Fin du dispositif des Caomi: quelle orientation pour les mineurs isolés de Calais ?
par bye Sam 4 Mar - 9:58

» Les fonctionnaires répondent aux "menaces" de Marine Le Pen
par bye Sam 4 Mar - 6:25

» Réduction des indemnités et contrôles drastiques : Macron s’attaque aux chômeurs
par bye Sam 4 Mar - 6:22

» L'avenue Serge Dassault à Corbeil-Essonnes doit être débaptisée !
par bye Sam 4 Mar - 6:20

» Nouvelle révélation du Canard Enchainé : les copinages de Hamon et LVMH
par bye Sam 4 Mar - 6:18

» Une nouvelle menace pour les étrangers
par bye Mar 21 Fév - 12:02

» "Vous êtes la candidate du nanti-système", lance Charline Vanhoenacker à Marine Le Pen
par bye Lun 20 Fév - 20:30

» Vaccins : Marisol Touraine va-t-elle faire respecter la loi ou satisfaire les labos ?
par bye Lun 20 Fév - 20:26

» La tension monte d’un cran entre les Etats-Unis et le Venezuela
par bye Lun 20 Fév - 20:23

» Vandana Shiva : « Gandhi est plus pertinent qu’il ne l’a jamais été »
par bye Lun 20 Fév - 20:16

» Vague de froid en Europe : les migrants vulnérables
par bye Mar 7 Fév - 17:59

» Le centre pour les femmes et les familles migrantes a ouvert ses portes à Paris
par bye Mar 7 Fév - 17:56

» Des incidents éclatent à Aulnay-sous-Bois après les soupçons de viol de policiers
par bye Lun 6 Fév - 18:23

» Le maire rejette l'étude d'UFC-Que choisir sur l'eau potable
par bye Lun 6 Fév - 18:20

» DOCUMENT. Voici le contrat de travail de Penelope Fillon
par bye Lun 6 Fév - 18:17

» Le Hezbollah scrute avec inquiétude la nouvelle politique américaine au Moyen-Orient
par bye Lun 6 Fév - 18:14

» Huit hommes possèdent autant que la moitié de la population mondiale
par bye Mer 18 Jan - 20:06

» Délinquants solidaires : Pour en finir avec le délit de solidarité
par bye Mer 18 Jan - 13:29

» votre permis de conduire à portée de main
par neil89 Ven 13 Jan - 23:51

» Poursuivre la mobilisation pour une carte élargie des lycées de l’Education Prioritaire, en grève le 10 janvier !
par bye Mar 10 Jan - 11:50

» Grenade de désencerclement : un CRS mis en examen
par bye Sam 7 Jan - 20:59

» Les trois visages du vote FN
par bye Sam 7 Jan - 20:46

» Les deux jambes du militantisme
par bye Sam 7 Jan - 20:37

» Condamnés aujourd’hui pour avoir comparé Christiane Taubira à un singe
par bye Sam 31 Déc - 10:17

» Échapper au chaos
par bye Jeu 22 Déc - 17:53

» Le sénateur Carle coupable de détournement de fonds publics ? SUD éducation le dit depuis 2009 !
par bye Jeu 22 Déc - 15:06

» Maths : résoudre un problème
par bye Lun 12 Déc - 13:25

» Journée Internationale des droits de l'Homme: une situation inquiétante en Birmanie
par bye Dim 11 Déc - 11:17

» Comment les services de renseignement font la chasse aux employés des télécoms
par bye Sam 10 Déc - 18:54

» ET SI LE MASCULIN NE L’EMPORTAIT PAS SUR LE FEMININ ?
par bye Sam 10 Déc - 18:49

» Un document interne provoque un malaise à la SNCF
par bye Sam 10 Déc - 18:38

» Le gouvernement repousse l’évacuation de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes
par bye Sam 10 Déc - 18:29

» Légitime défense des policiers : faut-il tordre le droit ?
par bye Ven 9 Déc - 19:29

» Cadeau de fin d’année, un casier scolaire pour tous les marmots
par bye Mar 6 Déc - 13:59

» Violences policières, violences d’Etat
par bye Mar 6 Déc - 13:54

» La métamatière, les élites et les gouvernants
par De Bortoli Claude Ven 2 Déc - 9:54

» Comment les stups ont enfumé la justice
par bye Jeu 1 Déc - 12:26

» Quel opérateur
par bye Jeu 1 Déc - 12:24

» Fillon président ? Un coup de massue pour l’école
par bye Mer 30 Nov - 17:54

» « Pourquoi j’ai secouru des réfugiés. » Monument en l'honneur de Pierre-Alain Mannoni
par bye Mar 29 Nov - 13:06

» Jean-Luc Mélenchon ne passera pas au second tour de la présidentielle s'il ne se décide pas à parler au peuple
par bye Mar 29 Nov - 13:03

» Graeme Allwright : il t'a laissé la carte qui est si délirante qu'il n'aura plus jamais besoin d'une autre
par bye Mar 29 Nov - 13:00

» Mort de Fidel Castro : bilan de santé de la révolution castriste
par bye Mar 29 Nov - 12:57

» Vinci, piraté par des hacktivistes
par bye Ven 25 Nov - 18:38

» Le Mouvement de la Paix solidaire de la lutte des infirmières et infirmiers
par bye Ven 25 Nov - 18:35

» presentation de moi
par bye Ven 25 Nov - 18:30

» tests
par Matteo13 Mer 23 Nov - 7:48

LE SITE

Dans Les Coulisses de Demain

FORUMS & SITES AMIS

FORUM EST INSCRIT SUR


    les pesticides, insecticides......

    Partagez
    avatar
    Rabasse du sud

    Nombre de messages : 2398
    Localisation : la provence
    Emploi/loisirs : chercheur
    Date d'inscription : 26/11/2007

    les pesticides, insecticides......

    Message par Rabasse du sud le Mer 2 Jan - 14:41

    les pesticides, c'est quoi ?
    Dans les pays industrialisés, la révolution verte des années 60 a considérablement augmenté la productivité agricole en jouant sur l'augmentation des surfaces cultivées, la mécanisation, la plantation de cultures sélectionnées et hybrides aux rendements plus élevés, le remembrement et la lutte contre toutes les nuisances.
    Cette lutte passe notamment par le recours massif aux pesticides, qui sont des produits chimiques dangereux destinés à repousser ou tuer les rongeurs, champignons, maladies, insectes et "mauvaises herbes" qui fragilisent le mode de culture intensif et par là même détruit des éco-systèmes.
    Les pesticides, également appelés produits phytopharmaceutiques, ne sont pas seulement utilisés dans l'agriculture mais aussi dans le jardin du particulier, dans les parcs ouverts au public, pour l'entretien de la voirie, des voies ferrées, des aires de loisirs (golfs, hippodromes...).

    D'un point de vue réglementaire européen, on distingue deux grandes catégories de pesticides :
    - les produits phytopharmaceutiques destinés à la protection des végétaux
    - les biocides destinés à la protection des éléments de construction (charpente) ou des animaux domestiques.
    Les produits phytosanitaires sont généralement classés en fonction de la cible qu'ils visent, on distingue ainsi :
    - les herbicides pour lutter contre les "mauvaises herbes"
    - les fongicides pour détruire les champignons, maladies virales et bactériennes
    - les insecticides pour tuer les insectes
    - les corvicides contre les oiseaux
    - les rodenticides pour lutter contre les taupes et les rongeurs
    - les mollusicides contre les limaces
    - les nématicides contre les nématodes (petits vers) - les régulateurs de croissance.

    Les produits phytosanitaires sont également regroupés en fonction de leurs composants actifs : organochlorés (DDT, lindane...), triazines (atrazine, simazine...), acétamides (acetochlore, alachlore...)...

    Un pesticide est ainsi un produit chimique destiné originellement à la protection des cultures afin de lutter contre des tiers jugés nuisibles comme les parasites, mauvaises herbes, insectes et champignons. En fait le pesticide est un produit fabriqué par l'homme et contribu directement à sa destruction, combien d'humains sont atteints de maladie respiratoires, cancers, troubles, malformations........on nous emmerde à bouffer 10 légumes et fruits par jour avec 0,10% d'insecticide, entre autre, et voilà comment vous profitez à la résultance de la mondialisation, on en revient rapidement à un constat plus que critique tel que le slogan tueur : travailler+gagner+ = manger+crever+, encore une déformation magique de la culture des ressources humaines, donc optez pour des insecticides naturels biologiques qui sont très très efficaces et qui ne vous coûteront rien : purins, décoctions.......ou achetez vos produits végétales bio c'est déjà un pas vers la santé et contre la mondialisation.
    utilisez-vous des pesticides et pourquoi ce choix ?
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8767
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: les pesticides, insecticides......

    Message par bye le Mer 2 Jan - 15:02

    Très juste, Rabasse.
    D'ailleurs, le fameux déroulant sur les pubs des produits agro-alimentaires, n'est pas un effet d'altruisme de ces producteurs de boissons sucrées, ..
    Une structure travaillant pour la Commission Européenne ( je ne me rappelle plus laquelle) menaçait voici un an, de faire payer à tous ces groupes, une taxe assez élevée, de manière à subventionner des programmes de prévention contre l'obésité, le cholestérol,..
    Des groupes de pression, à la solde de ces groupes ( Danone,..) sont intervenus et ont négocié avec cette structure européenne, afin d'éviter de payer la taxe, de continuer à nous balancer leur pub nocive, à condition d'insérer dans tous les supports, un message à caractère préventif ou disons: mangez des fruits, ...à condition que vous avaliez ma cochonnerie.
    C'est quand même bien joué de leur part, et les consommateurs sont tout de même " bien défendus " à Bruxelles, et ailleurs...
    avatar
    Rabasse du sud

    Nombre de messages : 2398
    Localisation : la provence
    Emploi/loisirs : chercheur
    Date d'inscription : 26/11/2007

    Re: les pesticides, insecticides......

    Message par Rabasse du sud le Dim 6 Jan - 20:06

    Les associations écologistes dénoncent l'autorisation de l'insecticide ''Cruiser''
    Selon les associations écologistes Les Amis de la Terre, le MDRGF et le WWF, le ministre de l’agriculture Michel Barnier envisagerait d’autoriser l’utilisation d’une nouvelle semence de maïs traitée par l’insecticide systémique Cruiser dont la matière active est le Thiamethoxam. Cette autorisation devrait être limitée au maïs ensilage et aux lignées femelles destinées à la production de semences.

    Les associations dénoncent dans un communiqué ''la toxicité'' de cet insecticide qu'elles estiment dangereux pour les abeilles. Alors que les travaux du Comité Scientifique et Technique (CST) chargé d’évaluer les causes de dépérissement des colonies d’abeilles sont volontairement arrêtés depuis deux ans, nous nous élevons contre cette autorisation qui permettrait à un insecticide qu’on sait être extrêmement dangereux pour les abeilles d’être répandu dans l’environnement au mépris du principe de précaution, déclarent les associations.

    Les organismes écologistes déplorent l'avis de l'Afssa (Agence française de sécurité sanitaire des aliments) qui aurait déclaré ce nouvel insecticide non dangereux. Selon les associations, le Thiamethoxam pourrait entraîner la perturbation du vol de retour à la ruche des abeilles et serait persistant dans les sols. Sa toxicité est équivalente à celle du fipronil et de l’imidaclopride dont on connaît les effets délétères sur le rucher français, expliquent-elles.

    Les associations se sont par ailleurs ''réjouies'' du refus d’autorisation d’un autre insecticide systémique, le Poncho maïs, dont le principe actif est la clothianidine de la famille des néo-nicotinoïdes.

    R. BOUGHRIET
    avatar
    Glode

    Masculin
    Nombre de messages : 118
    Age : 61
    Localisation : Nantes
    Emploi/loisirs : Aéronautique
    Humeur : Toujours en pétard
    Date d'inscription : 05/01/2008

    Re: les pesticides, insecticides......

    Message par Glode le Mar 8 Jan - 20:15

    Abert Einstein aurait dit: "Si l'abeille venait à disparaître, l'homme n'aurait plus que quelques années à vivre". Espérons que le père de la relativité restreinte se soit trompé, car depuis des dizaines d'années, le constat est alarmant.
    http://www.jp-petit.org/Presse/ARMES/big_dog.htm#mort_abeilles
    LES INSECTICIDES TUENT LES ABEILLES
    POLLINISATION ET OGM
    Maurice Coudoin avait produit en première instance une étude sous contrôle d'huissier effectuée en 2006 sur ses ruches et sur des cultures traditionnelles voisines des champs d'OGM. Cette étude montrait que trois ruches avaient été "contaminées" à 40 % à 400 mètres et entre 40 et 50 % à 1.200 mètres mais la teneur en ADN transgénique détectée était "non quantifiable" à 1.500 mètres. L'étude précisait aussi que les trois parcelles de maïs traditionnel avaient un taux de contamination qui atteignait de 0,3 % d'ADN à 15 mètres de la "source" à 0,1 9/à à 95 mètres mais pour la troisième à 305 mètres, les OGM étaient "détectables mais non quantifiables".
    Le 24 mai dernier, le tribunal de Marmande avait condamné les apiculteurs à s'abstenir de placer leurs ruches dans un rayon de 1,5 km autour des parcelles de maïs OGM pendant la période de pollinisation, et ce, afin de ne pas récolter de pollen transgénique et d'empêcher les abeilles de propager la contamination aux cultures traditionnelles avoisinantes. La décision de la cour d'appel a donc souligné que Maurice Coudoin "pouvait s'abstenir pendant la période critique de la pollinisation de déposer des ruches à proximité de ces parcelles parfaitement identifiées". Décision surprenante: des cas similaires sont apparus dans d'autres pays européens où la justice a donné droit aux apiculteurs et ordonné aux agriculteurs de détruire les cultures transgéniques pour éviter une contamination des cultures traditionnelles.
    Quoi qu'il en soit. l'espoir renaît pourtant, car les apiculteurs français ont observé un repeuplement tout à fait significatif de leurs colonies d'abeilles en 2006. Un phénomène qu'ils n'avaient pas pu observer depuis trop longtemps...
    avatar
    Rabasse du sud

    Nombre de messages : 2398
    Localisation : la provence
    Emploi/loisirs : chercheur
    Date d'inscription : 26/11/2007

    Re: les pesticides, insecticides......

    Message par Rabasse du sud le Ven 11 Jan - 21:40

    Un éminent zoologiste,le Docteur Hans Hinrich Kaatz, de l’Université F. Schiller de Jena (Iéna), en Allemagne, a mis en évidence que les gènes utilisés pour modifier les cultures peuvent sauter la barrière des espèces et causer la mutation de bactéries, soulevant les craintes que la technologie des modifications génétiques pourrait causer de sérieux risques sanitaires...



    Une étude de 4 ans du Professeur Hans-Hinrich Kaatz, un zoologiste allemand respecté, fit apparaître que le gène étranger utilisé pour modifier les graines de colza s’était transféré dans une bactérie vivant dans les intestins des abeilles. La recherche qui est déjà publiée et n’a pas été encore critiquée par des confrères est hautement significative car elle suggère que tout type de bactéries pourrait être contaminé par des gènes utilisés dans les technologies de Modification Génétique, incluant celles qui vivent dans le système digestif humain.

    Si cela arrivait, il pourrait y avoir des conséquences dans le rôle vital des bactéries pour aider le corps humain à combattre les maladies, l’aide à la digestion et à la liquéfaction du sang.

    Le Ministre de l’Agriculture, Nick Brown, qui hier, annonçait aux fermiers qui avaient planté des graines d’oléagineux accidentellement contaminées par des OGM, l’arrachage de leur récolte, confirme la signification potentielle des recherches de Kaatz. Il a dit : "Si c’est vrai, alors ce sera très grave".

    Ce Chercheur de 47 ans était réticent à parler de ses recherches jusqu’à ce qu’elles soient publiées dans une revue scientifique, parce qu’il redoutait un tollé de la part de la communauté scientifique similaire à celui qu’avait dû affronter le Dr. Arpad Pustzai qui clamait que les pommes de terre génétiquement modifiées, endommageaient la paroi stomacale des rats. Pustzai fut mis en boîte et son travail fut discrédité. Mais dans son premier interview pour un journal, Kaatz déclara à l’Observer : "C’est vrai, j’ai trouvé des gènes herbicides résistant dans des semences transférées par les bactéries et la levure à l’intérieur des intestins de jeunes abeilles. Cela arrive rarement, mais c’est arrivé.".

    Quoique Kaatz réalise la signification potentielle de ses découvertes, il dit n’être pas surpris des résultats. Sur les implications sur la bactérie des intestins humains, il répond : "Peut-être, mais je ne suis pas expert en ce domaine". Dr. MAE-WAN HO, généticienne à l’Open University et opposée à la technologie O.G.M., n’a aucun doute sur les dangers potentiels." Ces découvertes sont très inquiétantes et ont fourni la première preuve réelle à ce que beaucoup redoutaient" dit-elle. "Tout le monde est favorable à l’exploitation de cette technologie mais personne ne se penche sur le risque de transfert génétique horizontal".
    "Nous sommes en train de jouer avec des structures qui ont des millions d’années et l’expérience n’est plus sous contrôle".

    Une des plus grandes inquiétudes est que le gène résistant aux antibiotiques utilisé dans certaines semences O.G.M. puisse passer dans la bactérie. "Si cela arrive, cela nous laissera incapables de traiter des maladies majeures comme les méningites et les E. Coli"...

    Kaatz, qui travaille au respectable Institut de Recherche sur les Abeilles de Jena en Allemagne, a recouvert d’un filet un champ ensemencé par des graines génétiquement modifiées produites par AgrEvo. Il a laissé les abeilles voler librement dans la cage. Sur les ruches, il a installé des trappes pour récolter les grains de pollen sur les pattes postérieures des abeilles lorsqu’elles rentrent à la ruche. Ce pollen a nourri de jeunes abeilles en laboratoire. Le pollen est l’aliment naturel des jeunes abeilles qui ont besoin d’une nourriture hautement protéinée. Kaatz a alors extrait l’intestin des jeunes abeilles et a découvert que le gène avait été transféré dans les bactéries des entrailles.
    avatar
    Rabasse du sud

    Nombre de messages : 2398
    Localisation : la provence
    Emploi/loisirs : chercheur
    Date d'inscription : 26/11/2007

    Re: les pesticides, insecticides......

    Message par Rabasse du sud le Mar 15 Jan - 18:15

    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8767
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: les pesticides, insecticides......

    Message par bye le Lun 21 Jan - 22:46

    Sur France 2, vendredi soir dernier ( 17/1 ), un reportage intéressant sur le trafic de pesticides.Je n'ai pu insérer la vidéo, mais s'il y a un majicien qui puisse effectuer l'opération..


    Enquête Pesticides : alerte aux trafics
    Un reportage de Véronique Blanc et Annie Tribouart.

    Des tomates à l’Acephate, des poires à l’Isofenphos, de la salade à l’Endosulfan… des noms étranges pour accompagner nos aliments… des pesticides en fait interdits en France à cause de leur dangerosité. Et, pourtant, régulièrement, on en retrouve dans nos fruits et légumes. Pourquoi ces produits hautement toxiques retirés du marché s’invitent-ils dans nos assiettes ? Quelles sont les filières qui permettent de s’approvisionner en produits interdits ? Quelles conséquences sur la santé des consommateurs ?




    voir ou revoir ce reportage
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8767
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: les pesticides, insecticides......

    Message par bye le Jeu 6 Mar - 16:57

    1er février 2008> Eau, agriculture et pollution : espoir ou impasse ?
    > par Marc Laimé
    >
    >
    > Plusieurs évènements attirent à nouveau l’attention sur la dégradation
    > accélérée, et qui semble inexorable, des ressources en eau françaises.
    > Les bilans officiels n’inclinent pas à l’optimisme. Une polémique
    > naissante conduit à s’interroger sur la fiabilité des données
    > environnementales, et notamment celles relatives à la qualité des
    > ressources en eau. Contraint d’accélérer le pas face aux échéances
    > fixées par la Directive cadre européenne sur l’eau, le gouvernement
    > multiplie les effets d’annonce, interdit une trentaine de substances
    > phyto-sanitaires, déclare souhaiter promouvoir l’agriculture
    > biologique aux fins de sécuriser les captages d’eau potable… Dans le
    > même temps, très discrètement, les grandes manœuvres préparatoires à
    > l’adoption d’une nouvelle Politique agricole commune, qui agitent
    > fortement la profession agricole, n’inclinent pas vraiment à
    > l’optimisme…
    >
    > La Cour de justice des communautés européennes vient à nouveau de
    > condamner la France le 31 janvier 2008 pour non respect des directives
    > communautaires relatives aux nitrates et aux pesticides, en Vendée,
    > dans les Deux-Sèvres et en Charente.
    >
    > Une véritable course de vitesse est engagée en Bretagne afin d’éviter
    > une relance des poursuites, et l’exécution de la condamnation déjà
    > effective dans le dossier nitrates. La France bénéficie d’un ultime
    > sursis jusqu’en 2009, mais l’application des mesures décidées à la
    > hâte l’an dernier n’incline pas à l’optimisme sur l’issue d’un
    > contentieux qui empoisonne la Bretagne depuis 1995.
    >
    > La Commission vient aussi d’adresser le 31 janvier 2008 une sévère
    > injonction à la France, cette fois dans le contentieux relatif au non
    > respect de la Directive eaux résiduaires urbaines (DERU), datant de
    > 1991. Les enjeux sont colossaux puisque la France risque, sur ce seul
    > dossier, une condamnation financière qui pourrait atteindre le
    > milliard d’euros !
    >
    >
    > Pollution généralisée
    >
    >
    > Dans le même temps l’Institut français de l’environnement (Ifen) vient
    > de publier son dernier rapport sur l’état de la contamination des eaux
    > par les pesticides à partir de mesures effectuées au cours de l’année
    > 2005 dans les cours d’eau et les nappes souterraines.
    >
    > Les données (par ailleurs contestées, nous y reviendrons) confirment
    > la dégradation des masses d’eau par les produits phytosanitaires
    > (engrais, pesticides). Aucun fleuve ou cours d’eau ne semble
    > aujourd’hui épargné par la présence de molécules toxiques. Ainsi 91 %
    > des points de mesure des cours d’eau détectent des pesticides, tout
    > comme 55% des points de surveillance des nappes souterraines.
    >
    > Les niveaux de contamination sont significatifs : 36 % des points de
    > mesure en eaux de surface ont une qualité moyenne à mauvaise et 25 %
    > des points de mesure en eaux souterraines ont une qualité médiocre à
    > mauvaise. Pour ces dernières, la contamination représente souvent de
    > plus graves conséquences notamment pour la ressource en eau potable.
    >
    > En fait la dégradation des eaux semble inexorable. On sait que des
    > modélisations permettent d’établir que les transferts des produits
    > chimiques vers un aquifère s’effectuent sur de très longues durées,
    > avec des temps de dégradation qui se comptent en plusieurs dizaines
    > d’années, voire plus d’un siècle, après l’emploi des substances
    > concernées, s’il s’agit par exemple de produits phyto-sanitaires.
    >
    > L’activisme gouvernemental
    >
    >
    > La France affiche officiellement un volontarisme résolu et multiplie
    > les annonces tonitruantes.
    >
    > A l’issue du Grenelle de l’Environnement un document ébouriffant,
    > attribué à la Direction de l’eau et aux Agences de l’eau, traduit bien
    > la schizophrénie ambiante. Publié en annexe (2) du rapport du Groupe
    > de travail dédié à la biodiversité, il propose en effet un programme
    > de mesures seules à même de permettre d’atteindre les objectifs de
    > recouvrement de bon état des eaux à l’échéance 2015, comme nous y
    > enjoint la Directive-cadre européenne sur l’eau. On mesure aisément à
    > sa lecture (voir l’annexe 2 du rapport page 42) le gouffre qui sépare
    > ces bonnes intentions affichées d’une réalité de jour en jour plus
    > inquiétante.
    >
    > Pour sa part le ministre de l’Agriculture et de la Pêche, M. Michel
    > Barnier, annonçait le 29 janvier 2008 le retrait, avant le 1er
    > février, de 30 substances « considérées comme les plus préoccupantes »
    > et entrant dans la composition de plus de 1500 préparations
    > commerciales de produits phytosanitaires.
    >
    > Des OGM au bilan de la PAC, M. Barnier, avait annoncé, à l’occasion de
    > ses vœux à la presse, ses « grands chantiers » pour l’année 2008.
    > Dans ce contexte, et à l’occasion du deuxième comité d’orientation du
    > plan Ecophyto 2018, le ministre a donc ordonné le retrait,
    > « conformément aux engagements du Grenelle de l’Environnement » des
    > autorisations des mises sur le marché (AMM) des préparations
    > phytosanitaires contenant les 30 substances « considérées comme les
    > plus préoccupantes.
    >
    > Quelle "réduction" des pesticides ?
    >
    >
    > S’agissant des stocks, les préparations ne seront plus autorisées à la
    > distribution à compter du 30 avril 2008, et à l’utilisation par les
    > agriculteurs à compter du 31 décembre 2008, à l’exception des
    > préparations à base de Carbendazime, de Molinate et de Dinocap, pour
    > lesquelles des solutions alternatives sont en cours d’évaluation à
    > l’Agence française de sécurité des aliments (AFSSA), et devraient être
    > disponibles pour la campagne 2009, précisait le ministère dans un
    > communiqué.
    >
    > La distribution des préparations contenant ces trois substances est
    > ainsi maintenue jusqu’au 31 décembre 2008 et leur utilisation est
    > maintenue jusqu’au 31 décembre 2009.
    >
    >
    > Cette décision constitue la première mesure du plan Ecophyto 2018.
    > Dans le prolongement des décisions prises à l’issue du Grenelle de
    > l’environnement, M. Barnier a installé le 15 novembre dernier le
    > comité d’orientation du plan de réduction de l’usage des pesticides.
    >
    > Il comporte deux volets : le retrait du marché dans les meilleurs
    > délais au regard des solutions alternatives existantes, des produits
    > contenant les 53 substances actives les plus préoccupantes, dont 30
    > avant la fin 2008 et l’élaboration d’un plan de réduction de 50% de
    > l’usage des pesticides dans un délai de dix ans, « si possible ».
    >
    > Cette deuxième mesure fera l’objet d’un plan élaboré sous la
    > présidence de M. Guy Paillotin, secrétaire perpétuel de l’Académie
    > d’agriculture. Il s’agit entre autres de définir ce que « 50% de
    > réduction » signifie....
    >
    > Le groupe d’experts, composé d’une quinzaine de membres, est chargé de
    > formuler des propositions d’action sur les thématiques suivantes :
    > définition d’indicateurs précis et consensuels pour assurer le suivi,
    > évaluation des marges de progrès sur les substances et itinéraires
    > techniques, mobilisation de la recherche, du développement et du
    > transfert des méthodes alternatives et des systèmes économes en
    > pesticides, formation des agriculteurs à l’utilisation des pesticides
    > et professionnalisation des métiers de la distribution et du conseil
    > phytosanitaire autour d’un objectif de certification et renforcement
    > des réseaux de surveillance sur les bio-agresseurs et sur les effets
    > non intentionnels de l’utilisation des pesticides avec une mise en
    > transparence de la connaissance.
    >
    > Ce plan devrait être présenté avant la fin du premier semestre 2008 au
    > Président de la République.
    >
    >
    >
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8767
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    les pesticides, insecticides ( suite )

    Message par bye le Jeu 6 Mar - 16:58

    Du bio pour protéger l’eau potable
    >
    >
    > Pour ne pas être en reste, la secrétaire d’Etat à l’écologie,
    > Mme Nathalie Kosciusko-Morizet avait déclaré le 21 janvier dernier :
    > « Je rêve qu’on ait en France une expérimentation du type de ce qui se
    > fait à Munich. » Cette ville allemande a mis en place un programme
    > incitant les agriculteurs travaillant sur des zones influençant les
    > captages d’eau à se convertir à l’agriculture biologique.
    >
    > On apprenait le 31 janvier la signature d’un partenariat d’une durée
    > de 5 ans entre l’Agence de l’eau Seine-Normandie (AESN) et le
    > Groupement des agriculteurs biologiques d’Ile-de-France. Il consiste à
    > mener des actions préventives sur les bassins d’alimentation des
    > captages d’eau potable et les zones humides, afin de limiter les
    > traitements à réaliser pour rendre l’eau utilisable au robinet des
    > usagers.
    >
    > « L’agriculture biologique, de par son cahier des charges fondé sur le
    > respect de l’environnement et les techniques agronomiques qu’elle
    > développe, est une solution alternative et préventive pour la
    > protection de l’eau et des milieux aquatiques », indiquait l’AESN dans
    > un communiqué.
    >
    >
    > Rupture ?
    >
    >
    > Sur le fond nombre d’experts s’accordent à considérer que seul le
    > développement d’une politique de fort soutien à l’agriculture intégrée
    > et/ou à l’agriculture biologique pourrait enrayer la pollution massive
    > des ressources en eau.
    >
    > L’agriculture intégrée se distingue de l’agriculture dite
    > « raisonnée », où les agriculteurs ne traitent que si nécessaire, au
    > moment le plus propice et avec une dose adaptée. L’agriculture dite
    > intégrée recourt elle à des techniques alternatives, comme la lutte
    > biologique, et utilise par exemple des coccinelles pour lutter
    > efficacement contre les pucerons. Techniques davantage respectueuses
    > de l’environnement. L’agriculture intégrée revendique donc de produire
    > dans des conditions économiquement viables des produits de bonne
    > qualité, respectueux de l’environnement et de la santé. La production
    > intégrée se distingue toutefois de l’agriculture biologique car elle
    > n’abandonne pas les méthodes classiques lorsqu’elles ont fait leurs
    > preuves pour assurer des rendements corrects à l’agriculteur, en
    > particulier lors d’années climatiques défavorables. Comme son nom
    > l’indique, la production intégrée “intègre” tous ces éléments.
    >
    > Ces démarches pourraient être complétées par l’instauration d’une taxe
    > suffisamment dissuasive sur les pesticides pour les agriculteurs comme
    > pour les particuliers.
    >
    > Mais ici la schizophrénie affleure : l’annexe du rapport précité du
    > groupe de travail « Biodiversité » du Grenelle de l’environnement
    > propose ainsi de multiplier par 10 le montant de cette taxe, dont
    > l’assiette et le taux ont pourtant été définis par le législateur,
    > quand il a adopté la récente Loi sur l’eau et les milieux aquatiques
    > du 30 décembre 2006…
    >
    > Protéger les captages
    >
    >
    > Dans le même ordre d’idées, en écho au souhait récemment exprimé par
    > la secrétaire d’Etat à l’Ecologie, la protection des bassins versants
    > alimentant des captages d’eau potable pourrait s’inspirer des
    > initiatives qu’ont très tôt développé en France les grands minéraliers
    > à Evian ou Vittel.
    >
    > Les captages d’eau minérale Vittel sont en effet alimentés par un
    > bassin versant de 5000 hectares de formations calcaires, vulnérables à
    > la pollution. A la fin des années 70, la teneur en nitrates des cours
    > d’eau et sources superficielles a brusquement augmenté. Les élevages
    > laitiers du bassin avaient progressivement intensifié leur production
    > et s’étaient diversifié en développant la culture du maïs.
    >
    > Dès les années 1980, la société des eaux de Vittel a initié des études
    > qui ont mis en évidence le rôle néfaste de la culture de maïs sur la
    > préservation de la qualité des ressources en eau.
    >
    > Elle a dès lors effectué d’importantes acquisitions foncières, et
    > négocié avec les agriculteurs du bassin, contre indemnisation, un
    > contrat imposant le respect d’un cahier des charges, les engageant à
    > abandonner la culture du mais, à composter les déjections animales et
    > à mettre un terme à l’utilisation de produits phytosanitaires.
    >
    > Dans le courant des années 1990, la société fermière maîtrisait près
    > de 50% des terres cultivées. Le coût total de l’opération a été de 24
    > millions € sur 7 ans, pour 3500 hectares, dont 9 millions € pour les
    > achats de terrains et 3,8 millions € pour les investissements dans les
    > exploitations.
    >
    > Une opération qui témoigne que la mise en place de mesures
    > agro-environnementales cohérentes peut conduire à des résultats
    > significatifs sur un milieu naturel.
    >
    > Ce type de démarche est appelé à se développer puisque on parle
    > désormais de « parcs naturels hydrogéologiques », que nombre de
    > collectivités locales commencent à leur tour à développer
    > discrètement.
    >
    > Et le thème est porteur, comme en atteste la Semaine des alternatives
    > aux pesticides qui se déroulera en Alsace du 20 au 30 mars 2008.
    > Ouverte au grand public qui pourra y accéder gratuitement, elle
    > offrira dans les régions de Mulhouse, Guebwiller ou Haguenau un grand
    > nombre de conférences, démonstrations de techniques alternatives aux
    > pesticides, spectacles, expositions, ateliers de jardinage naturel,
    > dont un grand nombre dans le cadre de « fermes ouvertes » (1).
    >
    > Quelle réforme de la PAC ?
    >
    >
    > Ce bouillonnement d’initiatives ne doit toutefois pas faire illusion.
    > L’avenir des ressources en eau dépend étroitement des évolutions d’un
    > modèle agricole productiviste, qui a connu son achèvement avec les
    > avatars successifs de la Politique agricole commune (PAC).
    >
    > La dernière réforme de la PAC en juin 2003 avait instauré le principe
    > d’un « bilan de santé » de la PAC à mi-parcours. Cet exercice
    > d’autoévaluation doit être conclu en décembre 2008, autrement dit sous
    > la responsabilité de la présidence française à la tête de l’Union
    > européenne.
    >
    > Pour préparer cet exercice, le ministère de l’Agriculture vient de
    > lancer un débat afin que les acteurs de terrain participent à la
    > réflexion sur cette évolution.
    >
    > Infiniment moins médiatisé que le Grenelle de l’Environnement, c’est
    > sous l’autorité des préfets, et dans le cadre de sessions organisées
    > dans chaque département par les Chambres d’agriculture que le débat va
    > se tenir entre le 30 janvier et le 11 février 2008...
    >
    > Dix jours pour "consulter" la profession agricole sur l’avenir de la
    > PAC, tous les records sont battus !
    >
    > "Produire plus et mieux..."
    >
    >
    > « J’ai souhaité renouer le débat entre l’Union européenne et les
    > agriculteurs. L’exercice du bilan de santé sur la PAC en donne
    > l’occasion », a déclaré M. Michel Barnier.
    >
    > Pour préparer ces débats le ministère a formalisé de premières pistes
    > de réflexions. La synthèse des contributions des départements qui sera
    > disponible avant fin février permettra donc d’éclairer la position que
    > prendra la France sur l’évolution de la PAC.
    >
    > C’est le Conseil supérieur d’orientation et de coordination de
    > l’économie agricole et agroalimentaire (CSO), présidé par le ministre
    > de l’Agriculture et de la Pêche et composé des représentants de la
    > profession agricole, des industries agroalimentaires, des
    > distributeurs, des consommateurs, des salariés du secteur
    > agroalimentaire, des associations de protection de la nature, des
    > propriétaires et des forestiers qui anime cette consultation.
    >
    > En prenant connaissance des premières pistes de réflexion,
    > synthétisées dans un document nommé « Vers une nouvelle PAC, ouvrons
    > le débat » on peut légitimement éprouver quelques inquiétudes :
    >
    > « (…) Le défi environnemental pour lequel l’agriculture est un acteur
    > incontournable à travers la préservation des ressources naturelles, de
    > la biodiversité et la lutte contre les pollutions :
    >
    > Tout en répondant aux besoins alimentaires avec un niveau de sécurité
    > et de qualité sanitaires élevé, l’agriculture devra donc désormais
    > concilier performance économique et efficacité écologique dans une
    > approche de développement durable,
    >
    > (…)
    >
    > Pour relever ces défis, le CSO estime que l’agriculture doit
    > simultanément produire plus et mieux. »
    >
    > Or au vu des connaissances disponibles aujourd’hui on ne peut produire
    > « mieux » en produisant « plus ».
    >
    > L’avenir des ressources en eau dépend pour une grande part de
    > l’arbitrage entre le « mieux » et le « plus ».
    >
    > La partie est loin d’être gagnée.
    >
    > (1) Semaine des alternatives aux pesticides en Alsace :
    >
    > Schopka Elsa
    >
    > Coordonnatrice mission Eau
    >
    avatar
    Rabasse du sud

    Nombre de messages : 2398
    Localisation : la provence
    Emploi/loisirs : chercheur
    Date d'inscription : 26/11/2007

    Re: les pesticides, insecticides......

    Message par Rabasse du sud le Jeu 6 Mar - 19:55


    Le gouvernement a donné un avis défavorable à l'emploi du pesticide Poncho-Maïs, jugé dangereux pour les abeilles, mais autorisé celui du Cruiser en l’assortissant de mesures de précaution sur son utilisation.

    Les associations environnementales* l’avaient annoncé le 3 janvier dernier : le ministre de l'agriculture Michel Barnier a autorisé l’insecticide Cruiser fabriqué par Syngenta. Ce produit, qui contient du thiaméthoxam, appartient à la même famille que les substances actives du Gaucho et du Regent incriminés pour leur impact néfaste sur les abeilles.
    En revanche le Gouvernement a décidé de ne pas autoriser le Poncho-Maïs, fabriqué par Bayer. Ce produit contient du thiaméthoxam, qui dont le principe actif est la clothianidine de la famille des néo-nicotinoïdes.
    Les substances actives présentes dans le Régent (fipronil), le Gaucho (imidaclopride), le Poncho (clothianidine) et le Cruiser (thiaméthoxam) appartiennent à la même famille d’insecticides systémiques utilisés en enrobage de semences, notamment de maïs. Elles sont homologuées au niveau européen, même si la France a été le seul pays européen à retirer l’autorisation d’usage du Régent et du Gaucho.

    Rappelons que l’Agence française de sécurité sanitaire des aliments (AFSSA) avait été saisie début septembre pour évaluer ces deux préparations dites aussi phytopharmaceutiques. Sur la base d’une analyse notamment des effets sur les abeilles, l’AFSSA a donné un avis défavorable pour le Poncho, et favorable pour le Cruiser en l’assortissant de préconisations d’usage.
    Le Gouvernement a décidé de suivre ces avis puisque le Poncho n’est pas autorisé à l’inverse du Cruiser qui sera toutefois soumis à des conditions de précaution prévoyant notamment une autorisation limitée à 1 an suivie d’une nouvelle évaluation, une limitation de la période d’utilisation avant le 15 mai afin de réduire la période de Floraison et une application autorisée uniquement sur le maïs ensilage, le maïs grain et le maïs porte-graine femelle.

    Les associations se sont réjouies du refus d'autorisation du Poncho, mais ont exprimé leur surprise quant à la décision du gouvernement d’autoriser le Cruiser, alors même qu’une réduction de l’usage des pesticides a été validée dans son principe par les pouvoirs publics lors du Grenelle de l’environnement. Alors que les travaux du Comité Scientifique et Technique (CST) chargé d'évaluer les causes de dépérissement des colonies d'abeilles sont volontairement arrêtés depuis deux ans, nous nous élevons contre cette autorisation qui permettrait à un insecticide qu'on sait être extrêmement dangereux pour les abeilles d'être répandu dans l'environnement au mépris du principe de précaution, déclare le MDRGF même si Michel Barnier a imposé la mise en place d’un suivi et d’une surveillance des ruchers portant sur 3 régions minimum. Les modalités de ce suivi seront définies en concertation avec les représentants des apiculteurs et avec les associations protectrices de l’environnement, indique dans un communiqué le ministère de l'agriculture. Une première réunion du comité scientifique et technique est prévue le 30 janvier.
    La décision d’autorisation a été présentée aux associations de protection de l’environnement et aux représentants de la profession apicole. À la demande de certains d’entre eux une audition de scientifiques va être réalisée par l’AFSSA à l’occasion du comité d’experts spécialisé du 16 janvier prochain, précise le ministère.
    Enfin, une mission sur la filière apicole sera prochainement confiée à un parlementaire. Son objectif : la mise en place d’un plan d’action apicole portant sur l’organisation de la surveillance de l’état des ruchers, l’aménagement du territoire et sur l’accompagnement technique, scientifique et économique durable de la filière.

    Pour FNE, le problème de fond reste la monoculture de maïs, à l’origine de la dépendance de cette culture aux pesticides. De ce fait la fédération d’association demande à ce que cette monoculture soit remise en cause et que les techniques alternatives à l’usage des pesticides soient promues, en particulier la rotation des cultures.

    Rappelons que dans le prolongement des décisions prises à l’issue du Grenelle de l’environnement, Michel Barnier, ministre de l’agriculture et de la pêche, a installé le 15 novembre dernier, le comité d’orientation du plan de réduction de l’usage des pesticides. Ce plan de réduction comporte deux volets : le retrait du marché dans les meilleurs délais au regard des solutions alternatives existantes, des produits contenant les 53 substances actives les plus préoccupantes, dont 30 avant la fin 2008 et l’élaboration d’un plan de réduction de 50% de l’usage des pesticides dans un délai de dix ans, si possible. Un groupe d’experts composé d’une quinzaine de personnes est chargé de formuler des propositions d’action sur les thématiques suivantes : définition d’indicateurs précis et consensuels pour assurer le suivi, évaluation des marges de progrès sur les substances et itinéraires techniques, mobilisation de la recherche, du développement et du transfert des méthodes alternatives et des systèmes économes en pesticides, formation des agriculteurs à l’utilisation des pesticides et professionnalisation des métiers de la distribution et du conseil phytosanitaire autour d’un objectif de certification et renforcement des réseaux de surveillance sur les bio-agresseurs et sur les effets non intentionnels de l’utilisation des pesticides avec une mise en transparence de la connaissance.

    C.SEGHIER

    * Amis de la Terre,
    avatar
    Rabasse du sud

    Nombre de messages : 2398
    Localisation : la provence
    Emploi/loisirs : chercheur
    Date d'inscription : 26/11/2007

    Re: les pesticides, insecticides......

    Message par Rabasse du sud le Jeu 6 Mar - 19:56

    avatar
    Rabasse du sud

    Nombre de messages : 2398
    Localisation : la provence
    Emploi/loisirs : chercheur
    Date d'inscription : 26/11/2007

    Re: les pesticides, insecticides......

    Message par Rabasse du sud le Jeu 6 Mar - 20:16

    avatar
    Rabasse du sud

    Nombre de messages : 2398
    Localisation : la provence
    Emploi/loisirs : chercheur
    Date d'inscription : 26/11/2007

    Re: les pesticides, insecticides......

    Message par Rabasse du sud le Dim 18 Mai - 11:08

    Insecticide: le gouvernement accorde un sursis au présumé "tueur d'abeilles"

    http://www.flickr.com/photos/wolfraven/1334244592/
    Accusé par les apiculteurs de faire des ravages parmi les colonies, l'insecticide Cruiser, sous surveillance depuis janvier, n'a pas augmenté "la mortalité des abeilles", selon le ministère de l'Agriculture.
    LIBERATION.FR (AVEC SOURCES AFP)
    LIBERATION.FR : samedi 17 mai 2008
    14 réactions
    a surveillance effectuée dans certaines régions françaises après l'autorisation de l'insecticide Cruiser en janvier n'a pas révélé d'"évolution préoccupante de la mortalité des abeilles", a assuré samedi le ministère de l'Agriculture dans un communiqué.
    "Le suivi effectué, dans le cadre d'un protocole scientifique élaboré en liaison avec les associations d'apiculteurs, n'a révélé aucune évolution préoccupante de la mortalité des abeilles, ni de défauts d'application des règles techniques sur la qualité de l'enrobage des semences", indique le ministère.

    Refusant de revenir sur l'autorisation du Cruiser, délivrée le 8 janvier, comme le réclamaient les apiculteurs, le ministre de l'Agriculture Michel Barnier avait mis en place ce dispositif en Aquitaine, Rhône Alpes, et Midi Pyrénées.

    "L'autorisation d'utilisation de ces semences, qui n'a été accordée que pour une saison, s'est achevée au 15 mai", précise le communiqué.

    Par ailleurs, alors que l'Allemagne a décidé de suspendre l'utilisation de plusieurs insecticides, dont le Cruiser, le ministère assure que ce pays est confronté à une "surmortalité des abeilles dans le Bad-Württemberg" et à des "problèmes notamment liés à l'emploi de certains types de semoirs".

    Des "éléments (qui) ne sont pas constatés dans la situation française", affirme-t-il.

    Le ministre demande donc à l'Allemagne "toutes les informations nécessaires à l'explication" de cette surmortalité. Il indique en outre qu'il va maintenir "une grande vigilance dans la mise en oeuvre du protocole scientifique" et appelle ses services à "assurer un suivi approprié des mortalités d'abeilles".

    Fabriqué par la firme suisse Syngenta, le Cruiser est un insecticide d'enrobage des semences de maïs dont la molécule active, le thiamétoxam, appartient à la famille des neurotoxiques.

    Les apiculteurs sont partis en guerre contre ce nouvel insecticide qui pourrait, selon eux, faire des ravages parmi les colonies d'abeilles. Ils le rapprochent de deux autres insecticides, le Gaucho et le Régent, qui ont été interdits sur certaines cultures.
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8767
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: les pesticides, insecticides......

    Message par bye le Jeu 22 Mai - 5:32

    Insecticide Cruiser :
    L'Allemagne suspend son autorisation au nom du principe de précaution !
    http://www.mdrgf.org/news/news180508_abeille_pesticides.html
    Communiqué du MDRGF

    Alors que la France a donné une Autorisation de Mise sur le Marché au Cruiser en début d’année suite à une demande de la société Syngenta dans le cadre d'une procédure de reconnaissance mutuelle avec l’Allemagne , l’Allemagne vient de décider le 15 mai dernier la suspension de l’autorisation de cet insecticide !

    En Allemagne, le Bureau Fédéral pour le protection des consommateurs et la sécurité alimentaire (BVL) a décidé le 15 mai dernier (1)d’ordonner la suspension de l’autorisation des produits pesticides d’enrobage de semences suivants : Cruiser 350 FS, Cruiser OSR Et aussi : Antarc, Chinook, Elado, Faibel, Mesurol liquide, et le Poncho.

    Pourquoi cette décision ? Cette décision a été prise après un examen attentif des faits concernant les dommages importants sur les abeilles dans les régions du sud ouest de l’Allemagne. Pour le BVL il était nécessaire d’étudier une éventuelle relation entre les empoisonnements d’abeilles signalés et l’utilisation de semences enrobées de pesticides systémiques. L’étude réalisée a révélé que le semis avec certains semoirs pneumatiques conduisait à une exposition des abeilles supérieures à celle originellement modélisée durant le processus d’homologation. La sécurité de l’utilisateur et les techniques de semis devront être également révisées d’après le BVL.

    Application du principe de précaution. A cause de ces découvertes, pour éviter de nouveaux dégâts sur les abeilles et afin de clarifier définitivement les causes de ces dégâts, le BVL a ordonné, pour des raisons de précautions, une suspension de l’homologation et de l’usage de ces produits jusqu’à nouvel ordre.

    Retour sur le cas français. Pour rappel l’AFSSA a rendu en novembre 2007 un avis conduisant à l’homologation du Cruiser sur maïs en se basant sur des chiffres fournis par le fabricant (Syngenta) aux autorités allemandes et européennes, ainsi que sur des données complémentaires françaises. Cette avis faisait suite à une demande de la société Syngenta d'autorisation de mise sur le marché dans le cadre d'une procédure de reconnaissance mutuelle avec l’Allemagne, qui avait déjà homologué cet insecticide. Aujourd’hui, les autorités allemandes font machine arrière et, au nom du principe de précaution, retire l’autorisation à ce Cruiser.

    Le MDRGF demande au gouvernement français de tirer les conclusions de cette décision allemande et de retirer à son tour l’autorisation de mise sur le marché français du Cruiser.

    « Nous avions prévenu le Ministère de l’Agriculture dès le début 2008 que le Cruiser présenterait des risques inacceptables pour les abeilles. » déclare François Veillerette, Président du MDRGF. « Aujourd’hui, Michel Barnier doit tirer les leçons de la situation allemande qui montre une sous estimation du risque pour les abeilles et retirer immédiatement l’homologation du Cruiser en France. » ajoute t’il.

    (1) : lire le communiqué du BVL en allemand à la page :
    http://www.bvl.bund.de/cln_007/nn_491652/DE/08__PresseInfothek/01__InfosFuerPresse/01__PI__und__HGI/PSM/2008/PIZulassungRuhen.html
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8767
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: les pesticides, insecticides......

    Message par bye le Ven 21 Nov - 11:29

    Arte va diffuser le mardi 25 novembre à 21 heures un documentaire sur
    les perturbateurs endocriniens :

    "Mâles en péril".


    Vous pouvez visitez le site que consacre Arte au film :
    http://www.arte.tv/malesenperil







    Brève présentation du documentaire :

    Depuis 50 ans, la production de spermatozoïdes dans l’espèce humaine a diminué en moyenne de 50%. Pourquoi ?

    Dans les pays occidentaux , le nombre de cancers du testicule ne cesse de croître. Une étude de 2004 montre que l’incidence de ce cancer a augmenté de 50% en 20 ans en France.
    Pourquoi ?

    Le nombre de malformations congénitales de l’appareil reproducteur masculin augmente également.Pourquoi ?


    Des populations de poissons de certaines rivières se féminisent, de plus en plus de malformations sexuelles et de cas de stérilité sont observés chez les phoques, les oiseaux, les alligators, les grenouilles…
    Des études sur la faune montrent une dévirilisation croissante.
    Pourquoi ?

    Féminisation de la nature d’un côté, diminution du nombre de spermatozoïdes chez l’homme de l’autre : des évènements bizarres et inquiétants entre lesquels personne, pendant longtemps, n’avait pensé ou osé établir un lien.

    Et si toutes ces observations avaient une origine commune ?

    C’est l’hypothèse audacieuse de nombreux scientifiques tant aux Etats-Unis qu’en Europe. Ils sont persuadés que certains facteurs environnementaux sont responsables de ces pathologies et de ces malformations. Au banc des accusés, de nombreuses molécules mises sur le marché par l’industrie chimique : PCB, DDT, éthers de glycol, phtalates, pesticides… liste non exhaustive de composés chimiques qui agissent sur le système hormonal et qui
    provoqueraient ainsi - peut-être – une féminisation du monde (on les désigne sous le terme un peu barbare de « perturbateurs endocriniens »).


    La gravité des faits rapportés impose que l’on s’y intéresse de très près. La fertilité, et donc l’avenir de l’humanité est en jeu.
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8767
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: les pesticides, insecticides......

    Message par bye le Mer 3 Déc - 13:47

    http://www.cyberacteurs.org/actions/action.php?id=347

    Les Apiculteurs et les Organisations environnementales une nouvelle
    fois dans la rue Mercredi 3 Décembre 2008 pour une journée d’action
    nationale.
    Rendez-vous à Paris et dans certaines villes de France,
    Lyon, Clermont-Ferrand, Nantes, Toulouse …
    pour dire :
    Non à l’insecticide CRUISER !
    Cri d’alarme ! Danger ! Toxique !
    En reconduisant son autorisation, le ministre de l’agriculture
    aggrave une situation déjà préoccupante pour les abeilles, dont la
    MORT semble programmée
    Depuis l’utilisation des insecticides neurotoxiques les pertes de
    colonies d’abeilles sont passées de moins de 5 % à plus de 30 %,
    partout dans le monde où on utilise ces substances … L’Environnement,
    gravement contaminé
    Les effets se font sentir sur les pollinisateurs sauvages, la faune
    utile des sols, l’avifaune, etc. Notre alimentation, l’eau que nous
    buvons et l’air que nous
    respirons !
    Pollution maintenant confirmée par de nombreuses et récentes études.
    La situation sanitaire : catastrophe annoncée par de nombreux
    spécialistes !
    Augmentation du nombre des cancers, des maladies neurologiques, etc.
    … / …
    nous vous invitons à vous mobiliser pour dénoncer l’homologation du
    CRUISER par le ministère de l’agriculture soit dans la rue soit au
    travers de la cyber @ction
    Les rendez-vous :

    - Toulouse : rendez à la DRAF à 9 h 00 - Contact : 05 63 72 34 15

    - Lyon : DRAF - Rdv Place Bellecour à 12 h 00 (midi) - Contact : 06
    60 61 79 28

    - Nantes : Opération escargot à partir de 8 h 30. Puis rdv en préfecture
    - contact : 06 33 24 81 40
    Rdv pour l'ouest 1er sortie St Etienne de Montluc sur la 4 voies St
    nazaire - Nantes Ct 06 76 07 89 86

    - Clermont-Ferrand : rdv 9 bis rue de Romagna à Aubière (sud de
    Clermont) à 8 h 30 - Contact : 04 73 35 88 68 ou 06 89 37 06 12

    - Paris :
    - rdv à l'Unaf à 9 h 30 au 26, rue des Tournelles - place de la
    Bastille (Métro Bastille - IVème arrondissement) - Contact : 01 48 87
    47 15 ou 06
    83 52 47 11 ou 06 69 58 01 33
    - ou rdv au Sna à 9 h 30, au 62, rue de Rome - Métro St Lazare
    (VIIIème arrondissement) - Contact : 06 45 16 62 93

    Alain Rey
    Vice président de la FABPL fédération des apiculteurs de bretagne et
    Pays de Loire
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8767
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: les pesticides, insecticides......

    Message par bye le Lun 29 Déc - 9:04

    Pesticides : pourquoi les inquiétudes sont légitimes
    http://www.novethic.fr/novethic/planete/environnement/agriculture/pesticides_pourquoi_inquietudes_sont_legitimes.jsp?id=&newsletter=ok&cat=article

    L’Union des industries pour la protection des plantes (UIPP) veut rassurer l’opinion publique sur la dangerosité supposée des pesticides. Indispensables, inoffensifs, très réglementés, peu persistants, les arguments ne manquent pas pour la promotion des produits phytosanitaires. Deux experts commentent les affirmations de l’UIPP pour Novethic.

    Après la sortie du rapport annuel de la Direction général de la santé et de la protection du consommateur (DG SANCO), l’Union des industries de la protection des plantes (UIPP) contre-attaque. Pour la fédération, qui regroupe 19 entreprises de l’industrie des phytosanitaires, les résidus de pesticides dans les aliments ne doivent pas être source d’inquiétude. André Picot, toxico-chimiste, directeur de recherche honoraire au CNRS et expert français auprès de l’Union européenne pour la fixation des normes de produits chimiques, et François Veillerette, président du Mouvement pour les droits et le respect des générations futures (MDRGF), répondent aux arguments des porte-parole de l’UIPP.

    « La balance bénéfice/risque est favorable aux pesticides »
    Les phytosanitaires ne sont pas des produits anodins, mais ils sont très utiles, explique l’UIPP. « Aucun produit ne peut couvrir la santé du consommateur, celle de l’agriculture et celle de la plante aussi bien qu’un phytosanitaire » soutient Jean-Charles Bocquet, directeur de l’UIPP.
    La réponse des experts
    Pour André Picot, « c’est valable dans une économie de surproduction ». L’agriculture biologique prouve que les pesticides sont substituables. « L’INRA montre qu’un agriculteur peut utiliser deux fois moins de pesticides, en perdant très peu de rendement, et en faisant des économies » avance François Veillerette. Par ailleurs, une application stricte du principe de précaution supposerait qu’un risque, même infime, annihile tout bénéfice d’un produit.

    « C’est la dose qui fait le poison »
    Paraphrasant Paracelse, alchimiste du XVIe siècle, l’UIPP soutient qu’aux doses infimes auxquelles le consommateur est exposé, il n’y a aucun risque pour la santé. « Aujourd’hui, on peut détecter des quantités minimes de substances chimiques dans l’organisme. Mais il faut distinguer présence d’un produit et impact sur la santé » insiste Vincent Gros, vice-président de l’UIPP.
    La réponse des experts
    Cette affirmation est valable pour de nombreux produits mais pas pour les génotoxiques, substances qui peuvent modifier l’ADN et entraîner des cancers. C’est le cas pour un certain nombre de pesticides. « La toxicité dépend aussi de l’effet de la substance » précise André Picot. Même schéma pour les perturbateurs endocriniens : ils agissent comme des hormones, qui ont justement des effets à des doses très basses. « De petites doses de produits chimiques suffisent aussi à atteindre les systèmes nerveux et immunitaire » ajoute André Picot. C’est surtout l’exposition prolongée aux pesticides dont l’effet est encore mal connu.

    « Il n’y a pas de preuve de l’effet cocktail des pesticides »
    L’UIPP cite l’Agence européenne pour la sécurité des aliments (EFSA) et le Fond mondial de recherche contre le cancer (WCRF), qui affirment qu’il n’existe « aucune preuve épidémiologique » d’un effet combiné synergique des pesticides.
    La réponse des experts
    En effet, il existe peu de preuves… pour la bonne raison qu’il y a eu très peu d’études sur le sujet. Modéliser toutes les combinaisons possibles d’interactions de substances chimiques serait très fastidieux. « Les quelques études [voir liens] qui montrent des effets cocktails sont complètement négligées » regrette François Veillerette.


    « Les pesticides sont éliminés par l’organisme »
    « L’organisme humain est bien fait : il élimine les substances chimiques » soutient Alain Periquet, professeur à l’université Toulouse III et expert pour l’Agence française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa). Les tests réalisés par le WWF, qui montraient la présence de pesticides dans le sang des cobayes, ne sont qu’ « une image à l’instant T de substances qui vont être éliminées ».
    La réponse des experts
    « Certains pesticides sont solubles dans les graisses : ils sont donc stockés puis libérés petit à petit dans l’organisme » explique André Picot. Selon les caractéristiques génétiques et hormonales des individus, il faudrait 7 ans pour éliminer certaines substances bioaccumulables. Les pesticides sont effectivement éliminés à terme, mais si l’exposition est quasi-quotidienne, ils sont remplacés par de nouveaux résidus ingérés.

    « Les produits sont testés avant d’être mis sur le marché »
    Pour obtenir une mise sur le marché, le fabricant doit fournir un dossier d’étude sur le produit phytosanitaire. Les tests, réalisés « selon le protocole établi par la communauté scientifique internationale » explique Jean-Charles Bocquet, sont effectués par des laboratoires agréés “Bonnes pratiques de laboratoire” (BPL). Le coût de cette étude pèse lourd dans le prix du développement d’un pesticide.
    La réponse des experts
    François Veillerette remet en cause le contenu des dossiers montés par les industriels. « Seule la substance active est testée. Mais les autres composants du produit augmentent souvent les effets de la matière active ». Autre lacune : les tests sont réalisés sur des animaux, ce qui n’est pas significatif de leur dangerosité chez l’homme. « Si les résultats ne sont pas homogènes sur la population animale, les tests ne sont pas approfondis et la substance est considérée comme non dangereuse » ajoute François Veillerette.

    Rouba Naaman
    Mis en ligne le : 19/12/2008
    © 2008 Novethic - Tous droits réservés
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8767
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: les pesticides, insecticides......

    Message par bye le Lun 29 Déc - 9:05

    L’UIPP se met au bio

    16 des 19 membres de l’UIPP (Union des industries pour la protection des plantes) se sont lancés dans la mise au point de produits utilisables en agriculture biologique. On notera en particulier le retour de la “bouillie bordelaise”, un fongicide ancestral à base de sulfate de cuivre et de chaux, chez Cerexagri, Dupont Solutions et Phytoeurop notamment. Syngenta Agro commercialise un fongicide à base de soufre et un insecticide à base d’huile de pétrole. Certaines firmes remettent les techniques des prédateurs naturels au goût du jour. Arysta LifeScience a développé un insecticide contenant un virus qui extermine les larves de carpocapse, un ravageur des arbres fruitiers. Belchim Crop Protection propose un produit contenant un champignon parasite d’un autre champignon, lui-même parasite du colza. Le retour aux procédés naturels simples prouve-il l’inquiétude des producteurs de phytosanitaires quant à l’avenir des produits chimiques ?
    « Les résidus observés sont très en deçà des doses dangereuses »
    Les limites maximales de résidus réglementaires (LMR) sont toujours bien moindres que les doses journalières admissibles (DJA, quantité de résidus qui pourrait être consommé chaque jour sans risque pour la santé) qui sont 100 fois moindre que les doses sans effet (DSE). Donc, même si parfois ces LMR sont très légèrement dépassées, la marge est grande.
    La réponse des experts
    Les limites imposées sont calculées sur la base d’un individu de sexe masculin pesant 60kg. Elles ne prennent pas en compte l’exposition des organismes les plus sensibles : enfants, personnes âgées, femmes enceintes, malades. « La notion de DJA est remise en question. C’est un garde fou, une approximation grossière » estime André Picot. La DSE est par ailleurs la dose sans effet sur les animaux, et les chiffres applicables aux humains sont simplement extrapolés.

    http://www.novethic.fr/novethic/planete/environnement/agriculture/pesticides_pourquoi_inquietudes_sont_legitimes.jsp?id=&newsletter=ok&cat=article
    voir aussi :
    http://www.bioeco.org/docu299
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8767
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: les pesticides, insecticides......

    Message par bye le Lun 12 Jan - 20:22

    Pour la reconnaissance des PNPP, alternatives aux pesticides de
    synthèse






    Cyber @ction 295: Pour la reconnaissance des PNPP, alternatives aux pesticides de synthèse

    En cas de problème cette cyber @ction est signable en ligne
    http://www.cyberacteurs.org/actions/action.php?id=365

    Les sénateurs comme les députés ont voté un amendement dit «
    Préparations Naturelles Peu Préoccupantes » à la loi sur l’eau en
    décembre 2006. Cet amendement avait pour but de corriger la LOA (loi d’orientation agricole) de janvier 2006 en prévoyant une procédure simplifiée, fixée par décret, destinée à permettre leur
    commercialisation et leur utilisation.

    Concrètement, avec la LOA, quasiment tous les produits naturels
    s’étaient retrouvés exclus des produits autorisés à l’usage dans nos
    champs, nos jardins mais aussi nos villes, du fait des coûts
    exorbitants des homologations et de l’inadaptation des procédures.
    Un moyen subtil de laisser le monopole aux pesticides de synthèse.

    Pour l’instant, la loi Grenelle 1 ne reprend pas l’amendement PNPP de la loi sur l’eau et ne tient pas compte d’une proposition en faveur des PNPP, présentée par l’UMP (initialement Lionel Tardy), appuyée par Germinal Peiro (PS) puis par William Dumas (PS) et François Sauvadet (Nouveau Centre). Tous les quatre (députés) ont déposé des questions écrites au gouvernement (sans réponse à ce jour). Ces questions interrogent le ministère de l’agriculture sur le fait qu’après 2 ans, les PNPP ne sont toujours pas autorisées en France.
    Un projet de décret proposé par l’administration chargée de mettre en application l’amendement à la loi sur l’eau est rédigé depuis fin
    2007. Or, ce projet de décret stipule que les matières premières
    comme les plantes doivent : « avoir fait l’objet d’une procédure
    d’inscription sur la liste communautaire des substances actives en
    application des articles R. 253-5 et suivants du code rural et ne pas avoir fait l'objet d'une décision de refus
    d'inscription ». Une procédure longue et très coûteuse, loin de
    l’esprit de l’amendement à la loi sur l’eau, qui bloque toute
    alternative.
    Ceci est en totale contradiction avec l'amendement voté qui indiquait « Ces dispositions ,ne s'appliquent pas aux préparations naturelles peu préoccupantes... »
    Pourtant, de nombreuses PNPP non homologuées en France sont
    autorisées et utilisées dans de nombreux pays Européens : Allemagne,Espagne, Italie, Pays Bas, Royaume Uni ...
    Le projet de loi dit Grenelle II prévoit une obligation d’agrément et
    de certification pour toute commercialisation et utilisation de
    produits phytopharmaceutiques, ainsi que pour toute communication, même générique, sur leur intérêt, sans dérogation pour les PNPP. Le coût et les normes liées à ces agrément et certification rendront impossible leur utilisation. Qui plus est, ces procédures sont totalement inadaptées aux PNPP.
    Aujourd’hui, le gouvernement s’est fixé pour objectif de diminuer de
    50% l’usage des pesticides. Mais cette intention louable a une face
    cachée : le blocage des alternatives aux pesticides mettra de facto
    l’agriculture dans l’impossibilité de la respecter.
    Ce blocage des alternatives aux pesticides limitera également
    l’autonomie des jardiniers.
    Déjà, les producteurs de fruits et légumes dénoncent l’obligation de
    réduction des pesticides car ils craignent, faute d’alternatives, de
    ne pas pouvoir assurer les récoltes en 2009. Ils demandent des
    dérogations. …/…

    Nous assistons à un retour en arrière alors que les solutions peuvent exister. C’est une question de choix…et de reconnaissance.
    Qui de bonne foi, peut encore contester les effets négatifs des
    pesticides de synthèse sur la santé ?
    Leur coût parfois élevé, leur efficacité parfois très discutée n’en
    font pas des solutions durables ni indispensables. L’image même des
    aliments produits avec de telles substances est dégradée.
    En tant que usagers et consommateurs, nous sommes les premiers
    concernés. Nous demandons la reconnaissance des PNPP dans les lois Grenelle1 et Grenelle2, pour en favoriser le développement comme alternatives aux pesticides, avec des procédures d’agrément allégées, adaptées, faciles et rapides à mettre en oeuvre.

    Le 20 décembre 2008,
    Signataires : · ASPRO – PNPP (ASsociation pour la PROmotion des Produits Naturels Peu Préoccupants)
    · Nature et Progrès
    · Les Amis de la Terre
    · La Confédération Paysanne
    · Les Amis de l’Ortie
    Alain Uguen Association Cyber @cteurs

    COMMENT AGIR ?

    Sur le site
    Cette cyber @ction est signable en ligne
    http://www.cyberacteurs.org/actions/lettre_dep.php?id=365
    avatar
    ecotone
    Administratrice

    Nombre de messages : 1036
    Date d'inscription : 26/11/2007

    Re: les pesticides, insecticides......

    Message par ecotone le Lun 12 Jan - 22:32

    Oui, mon cher Bye, je vais faire circuler cette pétition.

    De plus, des études ont montré que la fertilité masculine était de plus plus en plus endommagée, ces 10 dernières années de façon exponentielle...
    Hè bè! Ils sont pas encore inquiétés!! ça doit pas être assez médiatisé!
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8767
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: les pesticides, insecticides......

    Message par bye le Mar 13 Jan - 7:42

    Les décideurs ( ceux qui décident pour nous tous et toutes ) ont fait le choix depuis un moment, d'une société mercantile et superficielle, contre l'être humain, sa santé, sa reproduction,..
    L'homme ( le masculin ) se voit confronté, à un dilemme: accepter le clinquant contre quelques chose d'aussi clinquant, absurde, "mâle orgueilleux" ( je ne parle évidemment pas des traumatismes vécus par le couple ne pouvant avoir d'enfant, mais plutôt de la vanité de l'homme atteint dans son orgueil de "géniteur"): la capacité de l'homme à se reproduire. Par fainéantise, il aura donc accepté encore une fois, le moindre effort.
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8767
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: les pesticides, insecticides......

    Message par bye le Lun 19 Jan - 16:06

    L'herbicide Roundup serait toxique pour des cellules humaines

    Source : Relaxnews

    Une nouvelle étude met en évidence les effets toxiques sur les cellules humaines du Roundup, l'un des herbicides les plus utilisés au monde, y compris sur les OGM alimentaires.

    Menée par Gilles-Eric Seralini et Nora Benachour, de l'université de Caen, cette étude (qui n'est pas la première du genre), publiée dans la revue scientifique américaine Chemical Research in Toxicology, s'est intéressée à la toxicité du Roundup sur différents types de cellules humaines (du cordon ombilical, de l'embryon et du placenta). L'expérience a porté sur quatre différentes formulations, à des doses correspondant à celles autorisées sur les cultures OGM (le soja notamment) modifiées génétiquement pour résister à cet herbicide.

    Les résultats ont montré que ces formulations agissent à des doses infinitésimales (dilution jusqu'à 100.000 fois ou plus) et programment la mort de cellules (c'est l'apoptose). Elles causent aussi des dommages des membranes et de l'ADN, et empêchent la respiration cellulaire.

    Le produit actif n'est pas seul en cause

    Autre résultat, le mélange de différents constituants adjuvants des Roundup augmente l'action du principe actif de l'herbicide, le glyphosate, et qu'un de ses produits de transformation peut s'avérer encore plus toxique.

    Cet effet des adjuvants « est grandement sous-estimé par la réglementation actuelle qui ne tient pas compte de ces phénomènes et fixe par exemple des Limites Maximales en résidus pour le glyphosate, quelle que soit sa formulation de vente » indique dans un communiqué le MDRGF (Mouvement pour le droit et le respect des générations futures).

    Cette association demande aux autorités en charge de l'évaluation des pesticides de réévaluer les différentes formulations de Roundup en prenant en compte les effets de la toxicité du glyphosate.

    http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/developpement-durable-1/d/lherbicide-roundup-serait-toxique-pour-des-cellules-humaines_17792/

    http://terresacree.org SOS-Planete,
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8767
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: les pesticides, insecticides......

    Message par bye le Lun 19 Jan - 16:14

    L’insecticide Cruiser à nouveau autorisé en France
    http://www.europe1.fr/Info/Actualite-Economie-et-Societe/Environnement/L-insecticide-Cruiser-a-nouveau-autorise-en-France/(gid)/188510
    Créé le 17/12/08 - Dernière mise à jour le 18/12/08 à 9h26
    13 commentaires

    Le ministère de l'Agriculture a annoncé mercredi le renouvellement de l'autorisation d'utilisation de l'insecticide Cruiser en France jusqu'en mai 2009. Ce produit est pourtant dénoncé par les apiculteurs, qui l’accusent d’être notamment à l’origine de la disparition des abeilles, et par les associations de défense de l’environnement, qui y voient une atteinte à la biodiversité. Un comité de suivi assure cependant que cette autorisation sera suspendue si des "circonstances particulières le justifiaient".

    C’est le produit pointé du doigt depuis plusieurs années déjà par les agriculteurs et les associations de défense de l’environnement. Mercredi, le ministère de l'Agriculture a annoncé le renouvellement, et ce jusqu'en mai 2009, de l'autorisation d'utilisation de l'insecticide Cruiser en France délivrée à l’origine pour un an en janvier dernier. Provoquant la colère de ses adversaires.

    Cette autorisation "a été accordée à des conditions restrictives et sous réserve d'un renforcement du suivi de son utilisation, après un avis favorable de l'Agence française de sécurité sanitaire des aliments en date du 14 novembre 2008", a fait valoir le ministère dans un communiqué. "L'autorisation sera immédiatement suspendue si les éléments de suivi ou toute circonstance particulière le justifiaient", promettent les services de Michel Barnier.

    Le Cruiser, insecticide utilisé principalement pour la culture du maïs, est jugé nuisible pour la biodiversité et les abeilles par ses détracteurs. "C'est dramatique, cela va à l'encontre du principe de précaution, les abeilles seront des cobayes", a réagi Henri Clément, président de l'Union nationale de l'apiculture française. Cette autorisation est "scandaleuse, totalement malheureuse et contraire au principe de précaution", a renchéri Arnaud Gossement, le porte-parole de France nature environnement. "Nous envisageons de saisir la justice", a-t-il également indiqué.

    http://www.actu-environnement.com/ae/news/pesticide_barnier_gaucho_regent_poncho_cruiser_afssa_4217.php4
    http://www.duflot.org/pauvreterre.php/2008/12/19/le-pesticide-cruiser-autorise-6-mois-de-
    http://lyonenfrance-environnement.blogspot.com/2008/12/les-abeilles-en-danger-dextinction.html
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8767
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: les pesticides, insecticides......

    Message par bye le Jeu 12 Fév - 16:15

    ecotone a écrit:Oui, mon cher Bye, je vais faire circuler cette pétition.

    De plus, des études ont montré que la fertilité masculine était de plus plus en plus endommagée, ces 10 dernières années de façon exponentielle...
    Hè bè! Ils sont pas encore inquiétés!! ça doit pas être assez médiatisé!

    Pour la reconnaissance des PNPP, alternatives aux pesticides de
    synthèse

    http://www.cyberacteurs.org/actions/lettre_dep_rapide.php?id=365


    Nouvelle étape: le Sénat
    reconnaît les PNPP (Préparations Naturelles Peu Préoccupantes), alternatives aux
    pesticides.

    A l'occasion de la discussion sur la loi « Grenelle I », les Sénateurs
    viennent d'adopter un amendement à l'article 28 visant à faciliter les
    procédures d'Autorisation de Mise sur le Marché (AMM) des Préparations
    Naturelles Peu Préoccupantes (PNPP).
    Les Associations et tous les signataires des pétitions adressées à Bruno
    SIDO (rapporteur du projet de loi) – plus de 8000 signatures en ligne et 500
    signatures par courrier – se félicitent d'avoir été écoutées. Le même Bruno SIDO
    a déclaré: «... un amendement qui m'a valu d'être submergé de dizaines de
    milliers de mails identiques...(sourires)...Mais j'ai compris le problème
    qu'évoquaient les auteurs de ce message et c'est pourquoi j'ai proposé à la
    Commission d'émettre un avis favorable ».
    Un décret doit cependant encore voir le jour.
    Il prévoit malheureusement, dans sa rédaction actuelle, de renvoyer à une
    procédure européenne lourde, coûteuse, longue et inappropriée qui privera la
    majorité des PNPP de toute possibilité d'accès au marché. Ce décret est donc en
    complète opposition au texte de loi « Grenelle I » cité précédemment.
    Rappelons qu'il s'agit de préparations naturelles peu préoccupantes et
    qu'il n'y a donc pas lieu d'appliquer les mêmes procédures que pour les
    pesticides chimiques.
    La loi « Grenelle II » pourrait aggraver encore cette menace: le projet
    actuel impose un agrément et une certification pour toute vente, utilisation ou
    communication concernant les produits phytopharmaceutiques, sans aucune
    dérogation pour les PNPP. Les jardiniers n'auront-ils plus le droit d'utiliser
    ou même de s'échanger la recette du purin d'orties au prétexte qu'il ne rentre
    pas dans les normes du règlement européen ?
    Nous restons convaincus que les députés suivront le vote du Sénat.
    Nous interpellons à nouveau le gouvernement et nos élus pour que cet
    amendement soit traduit clairement et concrètement dans ses décrets
    d'application et dans la loi « Grenelle II » et qu'il soit publié dans une forme
    qui permette la mise sur le marché effective des PNPP. C'est le voeu émis par
    les consommateurs, les agriculteurs, les jardiniers, les collectivités locales
    et tous les défenseurs de nos milieux vivants.
    Nous restons vigilants pour que, malgré le vote des Sénateurs, un décret et
    la loi « Grenelle II » ne viennent assassiner définitivement les Préparations
    Naturelles Peu Préoccupantes.
    Le 10 février 2009,
    L'ASPRO-PNPP (ASsociation pour la PROmotion des Produits Naturels Peu
    Préoccupants)
    Nature et Progrès
    La Confédération Paysanne
    L'Association des Amis de l'Ortie
    Les Amis de la Terre
    Le Syndicat de l'Agriculrure Bio-Dynamique
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8767
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: les pesticides, insecticides......

    Message par bye le Lun 16 Mar - 8:06

    Enquête sur les raisins de table au sein de l’UE :
    des ONG détectent des pesticides, parfois interdits, souvent préoccupants et en grand nombre dans des raisins de certains supermarchés !
    http://www.mdrgf.org/news/news241108_raisin_supermarche_pesticides.html
    Une grande enquête a été menée par 5 ONG , dont le MDRGF pour la France, dans 5 pays européens ( Italie, France, Pays-Bas, Hongrie et Allemagne) dans des magasins appartenant à 16 enseignes différentes. 124 échantillons de raisins issus de l’agriculture intensive ont été analysés, par un laboratoire allemand
    spécialisé, afin de rechercher d’éventuels résidus de pesticides. Les résultats sont préoccupants :



    Résultats globaux.

    99,2% des raisins analysés contenaient des résidus de pesticides! Soit 123 des 124 échantillons testés. Seul un échantillon ne présentait pas de trace de
    pesticides.

    0.65mg/kg de pesticide (matière active) trouvé en
    moyenne par échantillon.

    20% des raisins étaient contaminés par 10 ou plus de 10 pesticides différents.

    4,8% des échantillons dépassaient les nouvelles Limites Maximales en Résidus européennes (LMR), des
    limites légales qu'on ne doit pas dépasser !

    3 échantillons contenaient des pesticides interdits dans les pays de production.

    Un échantillon dépassait la dose de référence pour la toxicité aiguë de l'Organisation mondiale de la santé! Le dépassement de cette dose de référence, même une seule fois, peut endommager la santé humaine, en particulier la santé des enfants.

    Et parmi tous ces pesticides de nombreuses matières
    actives présentaient des risques potentiels pour la santé. On a trouvé des pesticides neurotoxiques, suspectés d’être cancérigènes ou encore pouvant
    perturber le système hormonal.


    Et pour la France ?

    100% des 25 échantillons testés étaient contaminés.

    0,73mg/kg de pesticide (matière active) trouvé en moyenne par échantillon.

    44% des raisins étaient contaminés par 10 ou plus de 10 pesticides. 51 pesticides différents ont été détectés au total.

    8,5 pesticides par échantillon en moyenne! Le record pour l’enquête : 16 pesticides dans un échantillon de
    raisin acheté!

    16% des échantillons dépassaient les nouvelles
    Limites Maximales en Résidus européennes (LMR), des limites légales qu'on ne doit pas dépasser !

    Cerise sur le gâteau, des pesticides interdits
    d’usage dans toute l’UE ou dans le pays de production ont été retrouvés ! En effet, 2 échantillons de raisins italiens contenaient de l’endosulfan, un pesticide interdit dans toute l'UE. Comme le DDT, l'endosulfan est un polluant organique persistant (POPs) qui provoque des dommages à long terme pour
    l'environnement. De plus, un autre échantillon de raisin italien contenait l’insecticide bromopropylate qui n’est plus autorisé en Italie depuis fin 2007 !



    Contenu sponsorisé

    Re: les pesticides, insecticides......

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Dim 17 Déc - 1:31