LIBRE DISCUSSION DANS LES COULISSES DE DEMAIN

Débattons en toute liberté, dans le respect de l’autre, sur tous les sujets qui composent notre société : politique, économie, environnement, religion, philosophie, paranormal, sciences, famille, santé, mode, sexualité, loisirs, sports, divertissements…

Derniers sujets

» Une montée des violences envers les migrants à travers l'Europe :
par bye Ven 15 Déc - 18:54

» Défendre et renforcer les CHSCT !
par bye Mar 5 Déc - 12:59

» Nuage de Ruthénium-106 sur l’Europe : que s’est-il réellement passé ?
par bye Mar 28 Nov - 12:35

» Dossier sur "l’affaire du stage de Sud éduc 93"
par bye Lun 27 Nov - 12:34

» Appel de Raymond Millot : Un projet émancipateur face aux dangers de l’anthropocène
par bye Mar 21 Nov - 12:54

» Les émissions de CO2 repartent à la hausse
par bye Ven 17 Nov - 17:05

» l’idéologie du consentement, outil d’émancipation ou d’isolement individuel ?
par bye Lun 13 Nov - 12:21

» Droit au logement opposable : le bilan chiffré 2008-2016
par bye Jeu 9 Nov - 20:02

» La rétention des « dublinés », dans l’attente d’un transfert, est contraire au règlement Dublin
par bye Lun 6 Nov - 18:33

» Face à la situation en Catalogne
par bye Mer 1 Nov - 11:33

» ACTUALITÉ SOCIÉTÉ ET POLITIQUE
par bye Sam 21 Oct - 10:37

» Offre de Prêt Entre Particulier Sérieux en 72H
par gramophone Ven 20 Oct - 9:32

» Offre de Prêt Entre Particulier Sérieux en 72H
par gramophone Ven 20 Oct - 9:32

» Offre de Prêt Entre Particulier Sérieux en 72H
par gramophone Ven 20 Oct - 9:31

» Offre de Prêt Entre Particulier Sérieux en 72H
par gramophone Ven 20 Oct - 9:31

» Bus de la honte : ne laissons pas l’avenir aux réactionnaires
par bye Sam 14 Oct - 12:44

» La métamatière et le peuple
par Claude De Bortoli Ven 6 Oct - 9:27

» Vers un retour du délit de solidarité ?
par bye Sam 30 Sep - 6:45

» Dossier : de l’École capitaliste à l’éducation émancipatrice
par bye Mer 13 Sep - 19:07

» Education : le « désastre » d’un enseignement tiré vers le bas...
par bye Lun 4 Sep - 12:13

» Offre de prêt entre particuliers rapide en 72h
par BastienL Dim 13 Aoû - 19:49

» Jean Gadrey, économiste : “Il faut remettre la réduction du temps de travail au cœur du débat public”
par bye Mar 8 Aoû - 19:04

» Le « chavo-madurisme » n’est rien moins qu’une dictature pure et simple
par bye Dim 6 Aoû - 18:52

» Gel des postes et du budget de l’éducation nationale : non, cette école ne nous convient pas !
par bye Mer 12 Juil - 13:56

» G 20 Hambourg
par bye Lun 10 Juil - 11:51

» Handicapée, je ne peux continuer à enseigner dans mon académie
par bye Mer 5 Juil - 6:21

» Pour une éducation populaire féministe
par bye Lun 12 Juin - 18:20

» La CNT a écrit aux Éditions Belin
par bye Mar 6 Juin - 10:20

» Blanquer ministre de l’Education nationale : au secours, Sarkozy revient !
par bye Jeu 25 Mai - 11:08

» L'accaparement des terres en Birmanie
par bye Mer 17 Mai - 18:42

» Un enseignant kurde témoigne...
par bye Lun 15 Mai - 17:50

» La métamatière et le Roi de la Terre
par De Bortoli Claude Mar 2 Mai - 9:52

» Au-delà des élections
par bye Mer 26 Avr - 17:26

» Les Etats-Unis ont utilisé leur plus puissante bombe non-nucléaire en Afghanistan, une première
par bye Dim 23 Avr - 18:35

» « Pourquoi nous sommes en grève de la faim dans les prisons d’Israël »
par bye Dim 23 Avr - 18:31

» « Enculé, ordure ! ». Philippe Poutou insulté par les flics
par bye Dim 23 Avr - 18:25

» La Sécurité sociale, une assistance ou un droit ?
par bye Dim 23 Avr - 18:22

» Birmanie: pour établir un mécanisme indépendant de réexamen de tous les cas de prisonniers politiques
par bye Ven 21 Avr - 6:02

» Gatti est mort. A la Parole Errante ses mots résonnent encore !
par bye Mer 12 Avr - 18:21

» Turquie : appel urgent au monde enseignant, aux associations et syndicats…
par bye Lun 3 Avr - 18:21

» APPEL À LA MOBILISATION CONTRE LE PROCHAIN SOMMET DE L’OTAN !
par bye Sam 1 Avr - 5:30

» Communiqué de presse de SUD éducation Guyane du 28 mars
par bye Jeu 30 Mar - 10:16

» Qu’est-ce qui ne va pas avec l’arabe à l’école ?
par bye Ven 24 Mar - 12:03

» Libérons l'oisiveté !
par bye Ven 17 Mar - 19:05

» Quand Espérance banlieues bat la campagne
par bye Ven 17 Mar - 19:00

» 8 mars : luttons toutes et tous pour l’égalité des droits !
par bye Mer 8 Mar - 11:01

» Désarmer la police, la proposition pas si saugrenue du NPA
par bye Mar 7 Mar - 12:50

» Fin du dispositif des Caomi: quelle orientation pour les mineurs isolés de Calais ?
par bye Sam 4 Mar - 9:58

» Les fonctionnaires répondent aux "menaces" de Marine Le Pen
par bye Sam 4 Mar - 6:25

» Réduction des indemnités et contrôles drastiques : Macron s’attaque aux chômeurs
par bye Sam 4 Mar - 6:22

» L'avenue Serge Dassault à Corbeil-Essonnes doit être débaptisée !
par bye Sam 4 Mar - 6:20

» Nouvelle révélation du Canard Enchainé : les copinages de Hamon et LVMH
par bye Sam 4 Mar - 6:18

» Une nouvelle menace pour les étrangers
par bye Mar 21 Fév - 12:02

» "Vous êtes la candidate du nanti-système", lance Charline Vanhoenacker à Marine Le Pen
par bye Lun 20 Fév - 20:30

» Vaccins : Marisol Touraine va-t-elle faire respecter la loi ou satisfaire les labos ?
par bye Lun 20 Fév - 20:26

» La tension monte d’un cran entre les Etats-Unis et le Venezuela
par bye Lun 20 Fév - 20:23

» Vandana Shiva : « Gandhi est plus pertinent qu’il ne l’a jamais été »
par bye Lun 20 Fév - 20:16

» Vague de froid en Europe : les migrants vulnérables
par bye Mar 7 Fév - 17:59

» Le centre pour les femmes et les familles migrantes a ouvert ses portes à Paris
par bye Mar 7 Fév - 17:56

» Des incidents éclatent à Aulnay-sous-Bois après les soupçons de viol de policiers
par bye Lun 6 Fév - 18:23

» Le maire rejette l'étude d'UFC-Que choisir sur l'eau potable
par bye Lun 6 Fév - 18:20

» DOCUMENT. Voici le contrat de travail de Penelope Fillon
par bye Lun 6 Fév - 18:17

» Le Hezbollah scrute avec inquiétude la nouvelle politique américaine au Moyen-Orient
par bye Lun 6 Fév - 18:14

» Huit hommes possèdent autant que la moitié de la population mondiale
par bye Mer 18 Jan - 20:06

» Délinquants solidaires : Pour en finir avec le délit de solidarité
par bye Mer 18 Jan - 13:29

» votre permis de conduire à portée de main
par neil89 Ven 13 Jan - 23:51

» Poursuivre la mobilisation pour une carte élargie des lycées de l’Education Prioritaire, en grève le 10 janvier !
par bye Mar 10 Jan - 11:50

» Grenade de désencerclement : un CRS mis en examen
par bye Sam 7 Jan - 20:59

» Les trois visages du vote FN
par bye Sam 7 Jan - 20:46

» Les deux jambes du militantisme
par bye Sam 7 Jan - 20:37

» Condamnés aujourd’hui pour avoir comparé Christiane Taubira à un singe
par bye Sam 31 Déc - 10:17

» Échapper au chaos
par bye Jeu 22 Déc - 17:53

» Le sénateur Carle coupable de détournement de fonds publics ? SUD éducation le dit depuis 2009 !
par bye Jeu 22 Déc - 15:06

» Maths : résoudre un problème
par bye Lun 12 Déc - 13:25

» Journée Internationale des droits de l'Homme: une situation inquiétante en Birmanie
par bye Dim 11 Déc - 11:17

» Comment les services de renseignement font la chasse aux employés des télécoms
par bye Sam 10 Déc - 18:54

» ET SI LE MASCULIN NE L’EMPORTAIT PAS SUR LE FEMININ ?
par bye Sam 10 Déc - 18:49

» Un document interne provoque un malaise à la SNCF
par bye Sam 10 Déc - 18:38

» Le gouvernement repousse l’évacuation de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes
par bye Sam 10 Déc - 18:29

» Légitime défense des policiers : faut-il tordre le droit ?
par bye Ven 9 Déc - 19:29

» Cadeau de fin d’année, un casier scolaire pour tous les marmots
par bye Mar 6 Déc - 13:59

» Violences policières, violences d’Etat
par bye Mar 6 Déc - 13:54

» La métamatière, les élites et les gouvernants
par De Bortoli Claude Ven 2 Déc - 9:54

» Comment les stups ont enfumé la justice
par bye Jeu 1 Déc - 12:26

» Quel opérateur
par bye Jeu 1 Déc - 12:24

» Fillon président ? Un coup de massue pour l’école
par bye Mer 30 Nov - 17:54

» « Pourquoi j’ai secouru des réfugiés. » Monument en l'honneur de Pierre-Alain Mannoni
par bye Mar 29 Nov - 13:06

» Jean-Luc Mélenchon ne passera pas au second tour de la présidentielle s'il ne se décide pas à parler au peuple
par bye Mar 29 Nov - 13:03

» Graeme Allwright : il t'a laissé la carte qui est si délirante qu'il n'aura plus jamais besoin d'une autre
par bye Mar 29 Nov - 13:00

» Mort de Fidel Castro : bilan de santé de la révolution castriste
par bye Mar 29 Nov - 12:57

» Vinci, piraté par des hacktivistes
par bye Ven 25 Nov - 18:38

» Le Mouvement de la Paix solidaire de la lutte des infirmières et infirmiers
par bye Ven 25 Nov - 18:35

» presentation de moi
par bye Ven 25 Nov - 18:30

» tests
par Matteo13 Mer 23 Nov - 7:48

LE SITE

Dans Les Coulisses de Demain

FORUMS & SITES AMIS

FORUM EST INSCRIT SUR


    les pesticides, insecticides......

    Partagez
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8767
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: les pesticides, insecticides......

    Message par bye le Lun 16 Mar - 8:21

    Participez à la Semaine sans Pesticides du 20 au 30 mars 2009 !
    http://mdrgf.c.topica.com/maamU48abONrBbLGgEmeafpL0Q/
    Des collectivites, des entreprises, des associations et bien d’autres acteurs mettent en place, partout en France mais aussi dans le monde, des conferences, des projections de films, des débats, des expositions ou encore des spectacles, des sorties sur le terrain, des visites et portes ouvertes en jardins ou exploitations agricoles…

    Vous pouvez agir depuis votre ordinateur :
    diffusez le clip de la semaine sans pesticides aupres de vos contacts :
    http://www.dailymotion.com/video/x8mmq4_semaine-sans-pesticides_webcam
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8767
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: les pesticides, insecticides......

    Message par bye le Mer 15 Avr - 13:32

    Malgré la participation de près de 12000 personnes à notre cyber @ction
    à l'automne dernier



    Le Ministre de l'Agriculture a renouvelé jusqu'au 15 mai 2009
    l'autorisation pour 2009 de la préparation Cruiser, insecticide utilisé en
    traitement des semences de maïs pour lutter contre le taupin.à des conditions
    restrictives et sous réserve d'un renforcement du suivi de son utilisation,
    après un avis favorable de l'Agence Française de Sécurité Sanitaire des Aliments
    (AFSSA) en date du 14 novembre 2008, indique un communiqué du ministère.


    Le cruiser dangereux pour les abeilles c'est le fabricant qui l'écrit : voir
    son document





    On compte en France plus de 1000 espèces de pollinisateurs. Ces dernières
    années, leur surmortalité a été constatée partout dans le monde. Les abeilles
    sont particulièrement touchées, avec une mortalité annuelle de 30 à 40 %. Il
    faut savoir que 35 % du tonnage mondial d’aliments végétaux (fruits, légumes,
    oléagineux, café, cacao…) * et la survie de plus de 80% des espèces végétales
    dépendent directement de la pollinisation par les insectes !

    Face à de tels enjeux agricoles, alimentaires, sanitaires et
    environnementaux, au nom du principe de précaution, nous demandons :


    - d’interdire immédiatement le Cruiser
    – de mettre en œuvre, sans retard et avec la plus grande vigilance, le plan
    Ecophyto 2018 issu du Grenelle de l’environnement, qui prévoit la réduction de
    50% de l’usage des pesticides




    COMMENT AGIR
    ?



    Sur le site
    Cette cyber @ction
    est signable en ligne





    Par courrier
    électronique

    C'EST FACILE : A VOUS DE SUIVRE LES 6 ETAPES SUIVANTES :


    1- Copiez LE TEXTE À ENVOYER ci-dessous entre les ############
    2- Ouvrez un nouveau message et collez le texte
    3- Signez le : prénom, nom, adresse, ville
    4- Rajouter l'objet de votre choix : interdiction du Cruiser
    5- Adressez votre message aux adresses suivantes :
    michel.barnier@agriculture.gouv.fr
    ministere@ecologie.gouv.fr
    cyberacteurs@wanadoo.fr


    Ou bien
    Cliquer ici
    :


    <mailto:cyberacteurs@wanadoo.fr;michel.barnier@agriculture.gouv.fr>


    ou ici
    (selon votre logiciel de messagerie)



    <mailto:cyberacteurs@wanadoo.fr,michel.barnier@agriculture.gouv.fr>


    Vérifiez que les 2 adresses apparaissent bien


    6- Envoyez le message


    Cette cyber @ction est aussi signable en ligne
    http://www.cyberacteurs.org




    Par cette action, vous ferez connaître votre opinion au Ministre de
    l'Agriculture, au ministre de l'environnement et à Cyber @cteurs pour nous
    permettre d'évaluer l'impact de cette action.


    ==========
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8767
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: les pesticides, insecticides......

    Message par bye le Mer 22 Avr - 15:15

    L'Ontario adopte les restrictions les
    plus sévères à l'usage des pesticides



    22 avril 2009

    TORONTO — L'Ontario adopte ce mercredi le règlement le plus sévère au pays sur l'usage des pesticides, une mesure qui pourrait entraîner la province au coeur d'un litige commercial international.

    Après le Québec, c'est au tour de l'Ontario de restreindre l'usage des pesticides. Mais l'Ontario va plus loin en interdisant la vente et l'usage à des fins esthétiques de plus de 80 ingrédients et 250 produits, avec quelques exceptions, disent les experts.

    D'autres provinces envisagent des mesures semblables afin de protéger l'environnement et la santé publique, a indiqué une
    représentante de la Fondation David Suzuki. La science n'a pas encore démontré les effets, s'il y en a, des pesticides sur la santé, mais étant donné les risques, mieux vaut adopter le principe de précaution, a indiqué Lisa Gue, à Ottawa.


    Le Québec et l'Ontario interdisent même le 2,4-D, en dépit du fait que Santé Canada le considère sans danger - une décision qui a été à l'origine d'une contestation de l'interdiction québécoise par le fabricant du produit en vertu de l'ALENA.

    Dow AgroSciences LLC a décidé de poursuivre le gouvernement fédéral et réclame au moins 2 millions $ en dommages-intérêts, en
    faisant valoir que le règlement québécois enfreint les obligations commerciales du Canada parce qu'il interdit un produit sans que cela soit fondé scientifiquement.


    La compagnie n'a pas dit si elle contesterait le règlement ontarien également.

    Par ailleurs, les municipalités ontariennes n'ont pas le droit d'adopter des règlements antipesticides, contrairement à ce qui est
    le cas au Québec.
    Des experts, comme le Collège des médecins de famille de
    l'Ontario, disent que les effets à long terme de l'exposition aux pesticides peut être grave, particulièrement pour les femmes et les enfants.


    L'Ontario autorisera encore l'emploi des pesticides dans l'agriculture, la foresterie ou pour des raisons de santé et sécurité,
    comme le contrôle des moustiques susceptibles de transmettre des maladies comme le virus du Nil occidental. Les terrains de golf pourront encore épandre des pesticides, mais en respectant certaines conditions, pour minimiser leurs effets sur l'environnement.


    Le Québec, où l'interdiction a été annoncée en 2003,
    interdit l'usage et la vente de 20 ingrédients utilisés sur les pelouses, et impose des limites encore plus sévères à l'usage de ces produits à l'extérieur d'établissements comme les garderies et les écoles.


    Copyright © 2009 The Canadian Press. Tous droits réservés.
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8767
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: les pesticides, insecticides......

    Message par bye le Mar 28 Avr - 6:16

    Lumière sur des militants de l’ombre




    Hélène Duvigneau

    29 ans. De Paris à Pékin, mes entreprises(...)

    Le prix Goldman, qui récompense chaque année six militants de terrain inconnus du grand public, vient d’être remis pour la zone Europe à une scientifique russe engagée dans la lutte contre la pollution aux pesticides.

    Créé il y a 20 ans, le prix Goldman pour l’environnement est passé quasiment inaperçu cette année dans le paysage médiatique français. Et pourtant, il mérite qu’on s’y attarde. Dans l’esprit de son père fondateur, le philanthrope américain Richard Goldman, il s’agissait de récompenser les militants de terrain de
    l’environnement, et notamment ceux qui n’hésitent pas à prendre des risques en allant à l’encontre des intérêts dominants. Ainsi en est-il de la lutte contre les forages pétroliers dans l’Arctique. Dans la jeune histoire du prix, il est arrivé parfois que certains primés deviennent ministres de l’environnement.


    Cette année, c’est la scientifique russe Olga Speranskaya, directrice du programme de sécurité chimique au centre Eco-accord pour l’environnement et le développement durable, qui a été récompensée dans la zone Europe. Son mérite ?
    Avoir transformé une communauté éparse d’ONG dans 11 pays de l’ex empire soviétique en une force d’action aux revendications communes. Grâce à elle, des mouvements de défense de l’environnement ont fini par éclore sur un terrain peu familier de la démocratie participative. L’objectif final étant d’éliminer les
    toxiques chimiques présents dans l’environnement, lourd héritage soviétique. Anciens greniers à blé de l’empire, les ex pays de l’URSS sont en effet aujourd’hui les victimes d’une grave pollution aux polychloro-biphényles et aux pesticides, qui se répandent dans les nappes phréatiques et peuvent conduire à des troubles hormonaux, neurologiques, voire entrainer des fausses couches. Les
    gouvernements n’ayant ni les moyens financiers ni la volonté politique de localiser et quantifier ces substances dangereuses, c’est là qu’intervient Olga Speranskaya.


    Après sa campagne entamée en 1997, 9 des 12 gouvernements de la zone ont fini par ratifier en 2004 la convention de Stockholm qui interdit l’usage de certains polluants persistants. Grâce à la scientifique, plus de 70 projets de lutte contre les polluants chimiques ont ainsi vu le jour en Azerbaïdjan, Arménie, Biélorussie, Russie ou encore en Ukraine. Outre les 150 000 $ de soutien financier, le prix Goldman devait lui apporter une renommée
    internationale et conforter son action.


    LES SOURCES DE CET ARTICLE : Le site du Goldman Prize
    Source :http://www.planete-terra.fr/Lumiere-sur-des-militants-de-l,1244.html
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8767
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: les pesticides, insecticides......

    Message par bye le Mar 28 Avr - 19:12

    Le Brésil nourri aux pesticides



    Au Brésil, l’Agence Nationale de Vigilance Sanitaire
    (Anvisa) vient de rendre publics des chiffres alarmants sur les pesticides. Des résidus de
    produits chimiques utilisés dans l’agriculture ont été retrouvés dans de nombreux produits alimentaires, à des taux dépassant les limites autorisées.

    Au Brésil, « après les médicaments, les produits chimiques issus de l’agriculture sont la deuxième cause d’intoxication des
    populations » déclare
    José Gomes Temporão, Ministre de la Santé. Selon le rapport de l’Anvisa, sur plus de 1700 échantillons analysés, parmi les produits alimentaires les plus courants (patate, tomate, banane, oignon, etc.), 15 % ne présentent pas de résultats « satisfaisants ». Quelques produits se révèlent comme les plus risqués : 64 % des échantillons de poivrons analysés ont des teneurs en pesticides au-dessus des limites admises par les autorités sanitaires, ou encore le raisin et les fraises, pour lesquels
    près de 30 % des échantillons sont contaminés.


    Le rapport met également en relief la présence de pesticides classés comme dangereux pour la santé dans la plupart des analyses.
    Désormais interdits dans d’autres pays du monde, des produits comme l'acephate, l'endosulfan, le phorate et le metamidophos ont été retrouvés dans les cultures de laitue, de riz, de tomate ou encore d’ananas.


    Pays émergent, le Brésil est considéré comme le futur « géant vert » de la planète. D’une superficie 16 fois supérieure à la
    France, ce pays-continent a en effet un potentiel agricole sans commune mesure.
    Déjà premier exportateur de café et de canne à sucre, deuxième exportateur mondial de soja et de viande bovine, le Brésil a connu ces dernières années une formidable expansion de son agriculture au point que la production agricole et l’ensemble des secteurs qui lui sont liés représentent aujourd’hui près de 33 % du PIB (Produit Intérieur Brut).


    Mais ce développement fulgurant ne se fait pas sans qu’il y ait de revers à la médaille. Sans même parler de la déforestation du
    patrimoine planétaire qu’est l’Amazonie, c’est le peuple brésilien qui est le premier affecté. D’après les résultats d’analyses de l’Anvisa, il est clair que les risques sanitaires de l’agriculture industrielle sont très loin d’être maîtrisés. Or si l’agence du ministère de la santé brésilien propose une série de recommandations, pour les consommateurs et afin de renforcer le suivi, il est à espérer que le géant latino-américain s’imposera plus de vigilance, alors
    qu’il est devenu, en 2008, le premier consommateur mondial de pesticides, dépassant les Etats-Unis.


    28-04-2009, par Elisabeth Leciak

    source: http://www.univers-nature.com/inf/inf_actualite1.cgi?id=3717
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8767
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: les pesticides, insecticides......

    Message par bye le Dim 10 Mai - 8:29

    Une nouvelle liste noire pour les
    produits toxiques



    On les appelle les POP : il s'agit des polluants
    organiques persistants, ces substances chimiques hautement toxiques et
    résistantes à la dégradation qui s'accumulent dans les organismes vivants et se
    propagent par l'air et l'eau sur de grandes distances, contaminant durablement
    les écosystèmes terrestres et aquatiques.


    Genève était, du 4 au 8 mai, l'hôte d'une importante
    réunion, organisée sur le sujet dans le cadre de la Convention de Stockholm. Ce
    traité, adopté en mai 2001 et qui compte 162 Etats partie prenante - les
    Etats-Unis envisageant de le rejoindre -, a pour objectif d'éliminer ou de
    restreindre la production et l'utilisation des POP, dont les effets sur la santé
    humaine et animale sont multiples : détérioration des systèmes immunitaires,
    nerveux et reproductifs ; mutations génétiques et cancers. "Les agriculteurs,
    les femmes enceintes, les jeunes, les générations à venir et certaines
    communautés isolées comme celles de l'Arctique sont particulièrement
    vulnérables", a rappelé Achim Steiner, directeur du Programme des Nations unies
    pour l'environnement (PNUE).


    Jusqu'ici, seuls douze pesticides et produits
    chimiques - la "sale douzaine" dont le DDT, les dioxines, les furanes et les PCB
    - figurent sur la liste noire de la Convention. Les délégations des 150 pays
    présents à Genève débattaient de la nécessité d'y adjoindre neuf poisons
    largement utilisés dans l'industrie électronique et textile. "Pour certains
    pays, on touche là à de très importants enjeux économiques", explique Fatoumata
    Keita Ouane, attachée scientifique au secrétariat de la Convention de Stockholm.
    "Les neuf substances que nous recommandons d'ajouter sont encore largement
    produites et utilisées, alors que celles de la "sale douzaine" étaient plutôt
    des produits en fin de vie", explique-t-elle.


    Le sulfonate de perfluorooctane (PFOS), dont la
    Chine est le principal producteur, fait l'objet d'intenses négociations. Pékin a
    fait valoir son droit à obtenir "une assistance technique et financière"
    conséquente, en échange de possibles concessions. Le PFOS, interdit aux
    Etats-Unis (autrefois fabricant numéro un) et en Europe, est largement utilisé
    pour la fabrication des ordinateurs et des télévisions, contaminant les
    ouvriers, puis les utilisateurs. Il entre aussi dans la composition des
    imperméabilisants et des produits antitaches dont sont imprégnés certains
    textiles, et dans les mousses anti-incendie et les fluides hydrauliques. Autant
    de produits qui inondent les marchés européens et dont on connaît très mal le
    pouvoir de nuisance à long terme. "En ce qui concerne le PFOS, outre sa nocivité
    qui est connue, on ne sait même pas en combien d'années cette substance se
    dégrade", fait remarquer Mme Keita Ouane.


    Autre produit sur la sellette : le lindane, un
    pesticide que seules le la Roumanie et l'Inde produisent encore, couramment
    utilisé dans les shampoings antipoux et en médecine vétérinaire dans de nombreux
    pays africains, asiatiques et sud-américains. L'Union européenne (UE) et les
    Etats-Unis l'ont interdit. La substance, qui est dite "bio-accumulative" (ses
    quantités augmentent à mesure qu'elle remonte la chaîne alimentaire), sert aussi
    à traiter les ananas et les semences de maïs, en particulier au Kenya, grand
    exportateur de produits agricoles vers l'Europe. A Genève, le Kenya cherche à
    obtenir une dérogation pour continuer à utiliser ce poison, comme le prévoit la
    Convention de Stockholm qui accorde des exemptions d'une durée maximale de cinq
    ans, sur présentation d'un rapport justificatif.


    Enfin, le pentabromodiphényléther (PentaBDE) - et
    autres retardateurs de flammes -, encore massivement présent dans les pays en
    voie de développement, continue à provoquer de vifs débats. L'Union européenne,
    qui en a interdit l'utilisation, s'inquiète des problèmes de recyclage auxquels
    elle pourrait être confrontée si la substance était inscrite sur la liste des
    POP. Les produits qui en contiennent devraient alors être traités à part, ce qui
    entraînerait un véritable casse-tête et des coûts élevés.


    Reste aussi à savoir dans quelle annexe de la
    convention ces neuf substances seront classées. L'annexe A regroupe les
    substances totalement interdites de production et dont l'utilisation est
    strictement limitée. L'annexe B, celles qui peuvent encore être produites et
    utilisées, comme le DDT, mais avec des "buts acceptables".


    Agathe Duparc

    © Le Monde.fr

    source: http://www.lemonde.fr/planete/article/2009/05/08/une-nouvelle-liste-noire-pour-les-produits-toxiques_1190502_3244.html
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8767
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: les pesticides, insecticides......

    Message par bye le Ven 15 Mai - 20:55

    Le PNUE et l’OMS font un grand pas en avant vers un monde sans DDT


    (Par Sandra BESSON)

    A l’occasion de la quatrième rencontre de la Conférence des Parties de la Convention de Stockholm liée au Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE) sur les polluants organiques persistants, les pays participants se sont dirigés vers des manières plus durables de repousser la malaria dans la perspective des Objectifs de Développement du Millénaire.



    Le PNUE et l’Organisation Mondiale pour la Santé (OMS), en partenariat avec le fonds pour l’environnement mondial (en anglais Global Environment Facility), ont annoncé le 6 mai le enouvellement d’un effort international visant à lutter contre la malaria, comprenant une réduction importante de la dépendance des pays au pesticide de synthèse le DDT.



    Le DDT, ou encore Dichlorodiphényltrichloroéthane est un pesticide chimique incolore, couramment utilisé pour détruire des insectes porteurs de maladies ou destructeurs de récoltes. Certaines études ont montré que ce pesticide était cancérigène et pouvait entraîner de nombreuses maladies, ce qui a conduit à son interdiction en
    Amérique du Nord. Il est pourtant encore souvent utilisé dans les pays en voie de développement.




    Dix projets, faisant tous partie du programme mondial « Démonstration et Accélération d’Alternatives durables au DDT dans la Gestion des Insectes Vecteurs de maladie », qui implique près de 40 pays en Afrique, en Méditerranée et en Asie Centrale, sont prêts à tester des méthodes non chimiques allant de l’élimination des sites de reproduction potentiels des moustiques et de la sécurisation des maisons avec des moustiquaires, jusqu’au déploiement d’arbres repoussant les moustiques et de poissons qui mangent les larves de ces insectes.



    Ces nouveaux projets lancés par le PNUE, l’OMS et le fonds pour l’environnement mondial font suite à la démonstration réussie de l’utilisation d’alternatives au DTT au Mexique et en Amérique Centrale. Là-bas, les techniques sans pesticide et les méthodes de gestion ont contribué à réduire les cas de malaria de plus de 60%.




    Le succès d’un projet pilote de cinq ans indique que les alternatives durables au DDT émergent actuellement comme étant des solutions efficaces en terme de coût, qui pourraient être appliquées au niveau régional et au niveau mondial.




    La stratégie de « Gestion Intégrée des Vecteurs » (sous-entendu vecteurs de maladie), promue par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), fournit un cadre de travail permettant d’inclure ces mesures en combinaison avec des interventions adaptées aux différentes circonstances locales.



    Accompagnées de mesures telles que l’amélioration des soins de santé, l’observation et l’éducation, ces découvertes pourraient permettre d’atteindre les deux objectifs de développement du Millénaire associés à la santé et à l’environnement d’ici 2015, tout en débarrassant le monde du pesticide persistant et polluant qu’est
    le DDT.




    Ces initiatives interviennent dans un contexte d’inquiétudes croissantes concernant l’usage du DDT, et alors que dans plusieurs pays les scientifiques ont la preuve que les insectes ont acquis une résistance plus importante aux pesticides.




    Pour rappel, le Fonds pour l’environnement mondial est une organisation financière indépendante, qui gère un système de financement destiné à mener des actions pour la préservation de l'environnement.



    Source: http://www.actualites-news-environnement.com/20483-PNUE-OMS-DDT.html
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8767
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: les pesticides, insecticides......

    Message par bye le Mar 19 Mai - 13:07

    La Chine va supprimer les pesticides
    POP



    La Chine a supprimé l'utilisation de tous les
    pesticides contenant des polluants organiques persistants (POP) le 17 mai, comme
    il était demandé par la Convention de Stockholm, a déclaré lundi 18 mai à
    Beijing le vice-ministre de la protection de l'environnement Zhang
    Lijun.


    La production, la vente, l'utilisation,
    l'importation et l'exportation du chlordane, du mirex et du DDT, les trois types
    de pesticides figurant sur la liste de la Convention ont été interdits en Chine
    à partir du 17 mai de cette année.


    Les pesticides POP sont très persistants, ils ne se
    décomposent pas facilement, voyagent dans l'atmosphère et sont très toxiques.
    L'exposition aux POP peut entraîner des effets néfastes pour la santé,
    provoquant le cancer ou les malformations congénitales.


    Avec l'aide du Programme des Nations Unies pour le
    développement et la Banque mondiale, la Chine a lancé des projets pour
    introduire les alternatives à ces pesticides, comme les traitements de termites,
    a affirmé M.Zhang.


    La Convention de Stockholm est un accord
    international sur la réduction des polluants organiques persistants qui a été
    signée en 2001. Selon les termes de la Convention, les gouvernements doivent
    prendre des mesures pour éliminer ou réduire le rejet des POP dans
    l'environnement. Au total 164 pays ont adhéré à la Convention.


    La Chine a été parmi les premiers pays à adhérer à
    la Convention en 2001. Le Comité permanent de l'Assemblée populaire nationale a
    approuvé cette convention en 2004.


    19.05.2009

    Source: http://french.peopledaily.com.cn/96851/6660890.html
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8767
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: les pesticides, insecticides......

    Message par bye le Mer 20 Mai - 15:10

    Pesticides : les votes des députés
    européens français



    Les élections européennes du 7 juin approchent.
    Terra eco commence aujourd’hui une série sur les votes des députés européens
    français. Première escale : l’agriculture et les pesticides.


    Malgré les risques pour la santé et l’environnement,
    les pesticides sont encore employés massivement par les agriculteurs de l’Union
    Européenne.


    Pour favoriser l’utilisation d’alternatives et réduire
    la dépendance à l’égard de ces produits, la Commission avait proposé au
    Parlement européen un « cadre d’action communautaire pour une utilisation
    durable des pesticides ». Une directive que ce dernier a validé en janvier
    dernier à 96,49% et surtout aucun vote contre des députés européens
    français.


    Mais cette apparente unanimité cache l’essentiel.
    Car, comme souvent dans la procédure législative européenne [1], ce vote final
    n’était qu’une confirmation d’un compromis négocié avec le conseil de l’Union
    Européenne, qui réunit les ministres concernés de chaque pays
    membre.


    Les vraies positions apparaissent lors de la
    première lecture, le 10 octobre 2007, lorsque les députés européens ont dû
    s’exprimer sur les amendements proposés par la commission de l’environnement, de
    la santé publique et de la sécurité alimentaire du Parlement.


    Parmi les principales modifications soumises au
    vote, la définition d’objectifs chiffrés : réduire la fréquence d’utilisation
    des pesticides de 25% en cinq ans et de 50% en dix ans. Alors que le texte de
    départ laissait aux Etats membres toute latitude pour les fixer
    eux-même.


    Comment ont voté nos députés sur la
    réduction de 50% de l’utilisation des pesticides ?


    POUR : 22 députés socialistes
    français ont soutenu l’amendement, à rebours de la position de leur groupe [2],
    le Parti socialiste européen (PSE), qui a voté à 84,39% contre. Les six députés
    écologistes et les deux députés communistes français ont suivi la ligne de leurs
    groupes respectifs, les deux seuls formations européennes à avoir approuvé en
    majorité cet amendement. Un député centriste a également "trahi" son groupe en
    approuvant ces objectifs.


    CONTRE : Les 17 députés UMP au
    complet ainsi que la plupart des députés FN et centristes ont voté contre. Plus
    étonnant, 3 députés socialistes se sont également opposés à cette proposition :
    Michel Rocard, Catherine Trautmann et Roselyne Lefrançois.


    RESULTAT : En ne comptant que les
    députés français, l’amendement aurait presque pu passer avec 31 voix pour et 32
    voix contre. Mais au final, le Parlement a largement rejeté l’amendement à
    82,34%. Conséquence : dans les négociations avec les ministres européens sur
    version finale du texte, ce point a été éludé. L’Europe n’a donc
    toujours pas d’objectif global sur la réduction de l’utilisation des

    pesticides.


    Julien Vinzent

    [1] C’est la Commission européenne qui rédige
    les textes. Elle les soumet ensuite à deux institutions : le Parlement européen
    et le Conseil des ministres de l’Union européenne. Dans la majorité des cas, la
    procédure dite de décision s’applique : le Parlement peut modifier le texte et
    le Conseil donne son avis sur ces modifications, jusqu’à ce qu’ils se mettent
    d’accord sur une version finale. Les amendements votés par les députés européens
    sont en général proposés par la commission parlementaire spécialisée sur le
    sujet concerné.


    Selon le domaine concerné, trois autres
    procédures existent, dont une est appelée « consultation ». Le règlement sur
    l’agriculture biologique faisait partie de ce cas puisqu’elle concerne la
    production agricole. Si le traité de Lisbonne est ratifié par tous les Etats
    membres, la procédure de codécision sera utilisée dans 40 nouveaux domaines,
    dont l’agriculture.


    [2] Comme à
    l’Assemblée nationale, les députés européens sont pour la plupart affiliés à des
    groupes. Voici, par ordre d’importance des groupes au Parlement, les partis
    français qui en sont membres :
    Parti populaire européen (PPE) : UMP et
    Nouveau Centre
    Parti socialiste européen (PSE) : PS
    Alliance des
    démocrates et libéraux pour l’Europe (ALDE) : Modem et Avenir Démocrate
    Les
    Verts européens : Les Verts
    Gauche unitaire européenne (GUE) : PCF et
    Rassemblement démocratique pour la Martinique
    Indépendance/Démocratie
    (IND/DEM) : MPF
    Non affiliés : FN, Parti de la France, La maison de la
    vie


    source: http://www.planete-terra.fr/Pesticides-les-votes-des-deputes,1303.html
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8767
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: les pesticides, insecticides......

    Message par bye le Mer 27 Mai - 20:49

    Les enfants malades des pesticides



    L'Inserm établit un lien entre la présence de certaines leucémies et tumeurs du cerveau chez l'enfant à l'utilisation des pesticides. "Le diesel est aussi soupçonné de provoquer des leucémies", préviennent les chercheurs de l’Inserm, précisant que des études ont montré "une augmentation de l’incidence de cette pathologie à
    proximité des routes à fort trafic". Il existe bel et bien un lien entre la pollution et certains cancers, selon l'expertise collective de l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) et de l'Agence française de sécurité sanitaire de l'environnement et du travail (Afsset) sur «Cancer et Environnement», qui montre une
    augmentation de l'incidence des cancers depuis 20 ans.



    Incidences des neufs cancers et leur évolution


    Une augmentation de l'incidence des neuf cancers a été observée entre 1980 et 2000. Sur la période plus récente (2000-2005) on constate un ralentissement de cette augmentation voire une diminution de l'incidence pour certaines localisations.

    Cancer de la prostate

    En 2005, le cancer de la prostate est le plus fréquent de tous les cancers avec 62 245 nouveaux cas. C'est le cancer dont le taux d'incidence a le plus augmenté entre 1980 et 2005 (+6,3 %) et l'augmentation annuelle est encore plus marquée entre 2000 et
    2005 (+8,5 %). Les cancers de la prostate sont responsables d'environ 70 % de l'augmentation globale des cancers chez l'homme en France ces 25 dernières années. L'évolution récente de l'incidence du cancer de la prostate s'explique pour une grande part par l'évolution du dépistage avec l'extension du dosage
    systématique du PSA (Prostate-Specific Antigen) en France.


    Cancer du sein

    Le cancer du sein demeure le cancer le plus fréquent chez la femme. Le nombre de nouveaux cas pour l'année 2005 a été estimé à 49 814, soit un taux d'incidence parmi les plus forts en Europe. Le taux d'incidence du cancer du sein a augmenté de 2,4 % en
    moyenne par an sur la période 1980-2005. Dans l'élévation de l'incidence du cancer du sein, il est difficile de quantifier la part due à l'évolution des facteurs de risque environnementaux ou comportementaux et l'extension de la pratique du dépistage individuel et organisé.


    Cancer du poumon


    L'incidence du cancer du poumon (23 937 nouveaux cas en 2005) a augmenté chez l'homme jusqu'à la fin des années 1990, puis diminué sur la période 2000-2005. Chez la femme en revanche, le taux d'incidence a continué à augmenter (4 % par an) sur la période la plus récente 2000-2005.

    Cancer de la thyroïde

    Parmi les 6 672 nouveaux cas de cancer de la thyroïde estimés pour l'année 2005, 76 % surviennent chez la femme. Les taux d'incidence ont fortement augmenté entre 1980 et 2005 (+6 %). L'augmentation de l'incidence a surtout concerné les formes
    de meilleur pronostic grâce à une détection de plus en plus précoce.



    Hémopathies malignes

    Avec plus de 10 000 nouveaux cas estimés pour l'année 2005, dont un peu plus de la moitié chez l'homme, les lymphomes malins non hodgkiniens représentent les hémopathies malignes les plus fréquentes chez l'adulte. L'incidence des lymphomes malins non
    hodgkiniens a régulièrement augmenté de 1980 jusqu'à la fin des années 1990 dans les deux sexes. Cette augmentation s'est ralentie chez la femme et n'est plus observée chez l'homme sur la période 2000-2005.


    Mésothéliome

    Le taux d'incidence du mésothéliome (au total 906 nouveaux cas en 2005) a augmenté chez l'homme de près de 5 % par an entre 1980 et 1995 puis on a observé une décroissance entre 2000 et 2005 correspondant à la diminution de l'incidence dans les cohortes nées après 1930. Chez la femme, le taux d'incidence a augmenté de 3,1 % en moyenne sur la période 1980-2005. Cette croissance est moins prononcée entre 2000 et 2005 (+1,8 %).

    Cancer du testicule

    Le taux d'incidence du cancer du testicule (2 002 nouveaux cas en 2005) a augmenté de 2,5 % sur la période 1980-2005. Le taux d'incidence du cancer du testicule augmente dans la plupart des pays du monde, de façon plus marquée encore en Europe.


    Tumeurs cérébrales

    Le taux d'incidence des tumeurs malignes du système nerveux central (4 090 nouveaux cas en 2005) a augmenté régulièrement de 1 % sur la période 1980-2005.

    Cancers de l'enfant

    La surveillance des cancers de l'enfant est réalisée en France par deux registres nationaux spécialisés, l'un sur les hémopathies malignes (début de l'enregistrement en 1990) et l'autre sur les tumeurs solides (début de l'enregistrement en 2000).

    Environ 1 700 nouveaux cas de cancers de l'enfant sont diagnostiqués chaque année en France.
    Les plus fréquents des cancers de l'enfant sont les leucémies avec 470 nouveaux cas par an. L'incidence des leucémies semble avoir été stable depuis 1990 en France. Les tumeurs cérébrales sont un peu moins nombreuses, avec un peu moins de 400 nouveaux cas par an. L'incidence était stable sur la période 1990-1999 d'après les données des registres régionaux pédiatriques. Le registre national
    est encore trop récent pour fournir des indications d'évolution.



    Recommandations en termes de surveillance épidémiologique des cancers et des populations exposées

    Maintenir et améliorer la qualité de la surveillance des cancers en population générale par la poursuite du plan de pérennisation des registres et renforcer la qualité de l'enregistrement de des cancers dans les DOM-TOM

    Favoriser l'enregistrement par les registres du réseau Francim
    d'adresses suffisamment précises pour permettre leur géocodage et leur liaison ultérieure avec des bases de données environnementales


    Développer la certification électronique des causes médicales de décès qui permet d'améliorer la qualité de la certification et de réduire les délais d'information ; faciliter l'accès à ces données aux registres de cancer

    Compléter l'enregistrement des cancers par une meilleure exploitation au niveau national du Programme de médicalisation des systèmes d'information (PMSI) et des données de l'assurance maladie (Affections de Longue Durée ALD30) pour faciliter le
    suivi par les épidémiologistes des cohortes de sujets exposés


    Favoriser la constitution ou le maintien de cohortes (suivi de populations) exposées à des facteurs environnementaux connus.

    Facteurs environnementaux associés aux cancers

    La démonstration de la nature causale d'une association entre un facteur d'exposition et une maladie est complexe et nécessite un ensemble d'arguments épidémiologiques, complétés avec des connaissances toxicologiques disponibles. L'évaluation de ces éléments pour les nombreuses substances supposées impliquées dans le développement de cancers permet de les classer en trois catégories selon la classification du Centre international de recherche sur le cancer (Circ) : cancérogène avéré, probable, possible. (Cf. annexe 2).

    Plusieurs facteurs environnementaux classés dans le groupe 1 des cancérogènes avérés par le Circ sont impliqués dans les cancers qui font l'objet de cette expertise. Il s'agit principalement de facteurs de risque professionnels (amiante, certains métaux, hydrocarbures polycycliques aromatiques, benzène, radiations ionisantes dont le radon...). Des facteurs présents dans l'environnement général ont également fait la preuve de leur cancérogénicité comme le tabagisme passif, l'arsenic ou le radon. La liste des facteurs débattus est longue et présente une grande diversité : agents physiques, chimiques ou biologiques. Notons que la quantité d'information disponible sur les associations entre facteurs environnementaux et cancers est très variable d'un facteur à l'autre et également selon le cancer considéré. (Cf. annexe 3).


    Recommandations générales en termes de prévention et de précaution

    Assurer la mise en œuvre effective des mesures d'amélioration de la qualité des milieux (air, eau, aliments) proposées par le Plan national Santé-Environnement

    Renforcer les politiques d'éviction ou de réduction des expositions professionnelles aux agents classés CMR (cancérogène, mutagène et reprotoxique)

    Constituer des bases de données documentant l'historique des expositions dans les milieux professionnels à partir d'échantillons représentatifs

    Favoriser la traçabilité et l'enregistrement au niveau individuel des expositions passées, ou actuelles, à des produits cancérogènes en milieu professionnel ; l'usage de la bio-métrologie doit être renforcée quand elle est disponible

    Renforcer l'information au sein des personnels et des acteurs de la prévention de l'entreprise vis-à-vis des risques liés à l'exposition à des produits cancérogènes en milieu professionnel

    Faire évoluer les recommandations de surveillance des populations ayant été exposées professionnellement à des produits cancérogènes, en prenant en compte les données scientifiques récentes (démarche médicale fondée sur les preuves)

    Constituer des bases de données bien échantillonnées des expositions en environnement général, tenant compte des modes de vie aux différents âges.

    AMIANTE

    L'amiante est un cancérogène professionnel avéré pour le poumon (même en l'absence d'asbestose) et pour le mésothéliome. Il s'agit de la plus fréquente des expositions professionnelles à l'origine de cancers du poumon.

    Même si les données récentes mettent en évidence une diminution nette des niveaux d'exposition depuis 1997 (année de l'interdiction en France de l'utilisation d'amiante), divers corps de métiers sont susceptibles d'intervenir sur des matériaux contenant encore de l'amiante. Il existe des dispositions réglementaires spécifiques, pour les interventions de retrait de matériaux contenant de l'amiante, pour l'inventaire et le contrôle de l'état de conservation des
    matériaux contenant de l'amiante en place, ainsi que pour le circuit de gestion des déchets.


    Recommandation :
    veiller à renforcer les mesures de suivi des expositions à l'amiante


    Dans le cadre du plan d'action amiante, renforcer les mesures de prévention et de protection dans les secteurs professionnels concernés par une exposition aux fibres d'amiante




    Assurer une information des personnes en milieu du travail sur toutes les sources d'exposition résiduelle mais également auprès des particuliers effectuant divers travaux de rénovation.

    RADON DOMESTIQUE ET EN MILIEU PROFESSIONNEL

    Le radon est classé comme cancérogène avéré pour le cancer du poumon. Il pourrait également être impliqué dans les leucémies chez l'adulte et chez l'enfant.

    Il est connu de longue date que le radon est à l'origine de décès par cancer du poumon chez les mineurs en particulier dans les mines d'uranium. Si l'exploitation de ces mines a cessé en France depuis 2001, d'autres populations peuvent être exposées à des
    concentrations de radon élevées du fait de leur profession (autres mines, établissements thermaux...) ou parce que leur activité est effectuée partiellement en sous-sol (champignonnières, caves vinicoles...).


    Il est aujourd'hui reconnu que le radon représente un risque même aux concentrations présentes dans les habitations ou bâtiments publics. L'excès de risque est estimé à 8-10 % pour 100 Bq/m3. Le nombre de personnes exposées est important. Une large campagne de mesure à l'intérieur des habitations a fourni une couverture nationale de plus de 10 000 communes répartie dans tous les départements métropolitains et la Corse. Une concentration de radon supérieure à 200 Bq/m3 est observée dans environ 9 % des habitations.

    Recommandation : Réduire les expositions au radon domestique et en milieu professionnel

    Poursuivre l'inventaire des situations d'exposition au radon en milieu du travail. Il est nécessaire de disposer d'une estimation fiable des expositions et des effectifs de travailleurs concernés

    Diffuser l'information sur les risques à l'ensemble des personnels potentiellement exposés de par leur profession, ainsi qu'aux personnes chargées de leur suivi médical. L'adaptation à ces populations des normes de radioprotection actuellement en vigueur dans les mines devra être mise en œuvre

    Constituer des bases de données sur les zones géographiques à risque élevé d'émanation et les sites où subsistent des dépôts miniers pouvant contaminer les cours d'eau

    Promouvoir des outils d'information pour le public, les professionnels du bâtiment, les équipes de santé environnementale sur les risques et sur les mesures préventives qui peuvent réduire l'exposition

    Etudier la faisabilité de différentes stratégies d'intervention afin d'atteindre les objectifs fixés dans le cadre réglementaire européen

    PARTICULES FINES ET ULTRAFINES



    Plusieurs études ont montré une association entre les particules atmosphériques et le cancer du poumon. Les particules réglementairement mesurées (PM10) forment un mélange
    complexe qui varie en fonction du lieu et de la période de l'année. Elles proviennent essentiellement du trafic automobile, du chauffage et des activités industrielles. Les données acquises sur les particules diesel ont joué un rôle important dans la compréhension des effets biologiques. Les particules diesel
    peuvent représenter en France jusqu'à 90 % des émissions particulaires liées au trafic routier.
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8767
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: les pesticides, insecticides......

    Message par bye le Mer 27 Mai - 20:50

    Les enfants malades des pesticides ( suite et fin )


    Les concentrations moyennes annuelles de PM10
    ont diminué entre 1996 (date du début de leur surveillance) et 1999. On
    n'observe pas de tendance nette à la baisse de 1999 à 2006
    (actuellement autour de 20 μg/m3 sur les stations urbaines ; les
    niveaux mesurés sont plus élevés à proximité de trafic routier), malgré
    la réduction des émissions dans la plupart des secteurs.


    Il
    est admis que les particules fines d'un diamètre inférieur à 2,5
    micromètres (PM2,5) présentent une activité biologique plus grande que
    les grosses particules car elles peuvent atteindre les alvéoles
    pulmonaires et franchir les barrières épithéliales (particules
    ultrafines). Certains travaux ont estimé qu'environ 1 300 et 1 900
    décès par cancer du poumon pourraient être évités chaque année dans 23
    villes européennes si les niveaux moyens de PM2,5 étaient ramenés
    respectivement à 20 et à 15 μg/m3. Par ailleurs, à
    partir des
    concentrations de PM2,5 relevées chez des individus vivant dans quatre
    agglomérations françaises (Paris, Grenoble, Rouen et Strasbourg), des
    auteurs évaluent à 10 % les cancers du poumon attribuables à
    l'exposition aux PM2,5.


    La
    nouvelle directive européenne sur la qualité de l'air (publiée en juin
    2008) introduit un seuil applicable aux poussières PM 2,5 qui n'étaient
    pas réglementées jusqu'à présent. La valeur cible de 25 μg/m3 en 2010
    deviendra contraignante à partir de 2015.


    Recommandation :
    Réduire les expositions aux particules fines et ultrafines


    Suivant
    les avis de différentes institutions (3), établir en France, pour les
    PM2,5, des valeurs limites journalière de 25 μg/m3 et annuelle de 10
    μg/m3 proposées par l'OMS Europe, à échéance de 2020, avec un plan
    annuel de réduction contraignant


    Prendre
    les mesures nécessaires pour réduire les concentrations ambiantes et
    donc les émissions sur les sites industriels et sur des stations de
    proximité relative au trafic routier où les valeurs limites en moyenne
    annuelle et journalière sont dépassées



    Promouvoir
    l'utilisation de dispositifs permettant de réduire l'émission de
    particules fines et ultrafines des véhicules à moteur et en particulier
    des poids lourds, engins lourds, autobus, qui sont les plus forts
    émetteurs.


    RAYONNEMENTS X ET GAMMA

    L'exposition
    externe aux rayonnements ionisants est classée comme cancérogène avéré
    par le Circ. De nombreuses études ont démontré ou suggéré une
    augmentation du risque de plusieurs types de cancer (cancer du poumon,
    leucémie, cancer de la thyroïde, cancer du sein, mésothéliome, tumeurs
    cérébrales) avec
    l'exposition aux rayonnements ionisants (X et
    gamma). L'excès de risque par unité de dose est généralement plus élevé
    pour une exposition durant l'enfance qu'à l'âge adulte. En particulier,
    il a été montré que les examens radiologiques répétés, que cela soit
    dans l'enfance ou à l'âge adulte, augmentent le risque de cancer du
    sein, et pourraient augmenter celui d'autres cancers.


    Les
    professionnels concernés par l'exposition aux rayons X ou gamma sont
    les travailleurs de l'industrie nucléaire, les radiologues et
    techniciens radiologistes. Plus de 250 000 personnes sont surveillées
    annuellement en France pour l'exposition externe
    aux rayonnements
    ionisants. Plus de 95 % des travailleurs surveillés reçoivent moins de
    1 mSv (limite de dose annuelle recommandée
    pour le public), et
    quelques dizaines dépassent 20 mSv (valeur limite d'exposition pour la
    dose annuelle moyenne des travailleurs sous rayonnement, établie sur
    une période de 5 ans).


    Dans
    l'environnement général, différents systèmes permanents permettent une
    surveillance continue des débits de dose dans l'air ou l'eau, complétée
    par des campagnes spécifiques. Ces données servent de bases à des
    estimations de l'exposition de la population française aux rayonnements
    ionisants.


    Environ 60 à 73
    millions d'examens diagnostiques radiologiques sont réalisés chaque
    année en France, soit environ un examen par personne. Il est noté une
    augmentation de 5 à 8 % du nombre d'examens réalisés par an. Entre 1983
    et 1996, la fréquence des
    examens radiologiques a augmenté de 10 %
    tandis que la dose moyenne par examen augmentait sur la même période de
    20 % et la dose collective annuelle de près de 50 %. L'examen
    scanographique est à l'origine de près de 40 % de la dose collective
    reçue.




    Recommandation :
    Surveiller les expositions aux rayonnements X et gamma


    Compléter
    l'enregistrement national individuel des expositions professionnelles
    des travailleurs exposés, limité actuellement aux expositions externes.
    La reconstitution des doses dues à des contaminations internes
    permettrait d'améliorer l'estimation réelle des doses d'exposition des
    travailleurs


    Effectuer un suivi
    des pratiques radiologiques en France compte tenu du nombre de
    personnes concernées. Il est particulièrement important de mieux
    préciser les expositions des populations sensibles que sont les
    enfants, ainsi que les doses reçues pour
    pouvoir évaluer le risque sanitaire à long terme et pour cibler des actions de réduction des expositions


    Etablir
    un enregistrement national individuel des examens radio-diagnostiques
    sur le modèle du fichier existant pour les travailleurs exposés aux
    rayonnements ionisants


    Mettre en
    place un carnet des doses absorbées pour chaque individu. Les
    informations dosimétriques figurent dans le compte rendu de l'examen
    utilisant les rayonnements ionisants (JO du 29 septembre 2006).


    PESTICIDES

    Les
    pesticides regroupent différentes familles chimiques destinées à
    différents usages (insecticides, herbicides, fongicides...), variables
    en fonction des contextes agricoles. Le Circ a classé l'application
    professionnelle
    d'insecticides non arsenicaux dans les activités relevant du groupe
    cancérogène probable (groupe 2A). L'arsenic est classé comme
    cancérogène certain, le captafol et le dibromure d'éthylène comme
    cancérogènes probables (groupe 2A) et dix-huit molécules, dont le DDT,
    sont classées comme cancérogènes
    possibles (groupe 2B). Près d'un
    millier de molécules ont été mises sur le marché en France ; les
    risques liés à ces molécules ne peuvent être évalués faute de données
    toxicologiques et épidémiologiques suffisantes.


    Les
    expositions professionnelles aux pesticides ont été plus
    particulièrement mises en cause dans les hémopathies malignes
    lymphoïdes. Des études en populations agricoles suggèrent leur
    implication dans les tumeurs cérébrales et dans les cancers
    hormono-dépendants (cancers de la prostate, du sein, des
    testicules, de l'ovaire).


    Chez
    l'enfant, l'utilisation domestique de pesticides, notamment
    d'insecticides domestiques, par la mère pendant la grossesse et pendant
    l'enfance a été régulièrement associée aux leucémies et, à un moindre
    degré, aux tumeurs cérébrales.


    La
    plupart des études souffrent cependant d'une forte imprécision sur
    l'exposition aux pesticides, souvent réduite à la notion d'utilisation
    ou non de pesticides ou des grandes familles telles que insecticides,
    fongicides, herbicides. La réalité de l'exposition en milieu agricole
    est beaucoup plus complexe, du fait de la diversité des secteurs, des
    cultures, des tâches et du matériel utilisé.


    Les
    pesticides sont retrouvés dans tous les compartiments de
    l'environnement et peuvent donc conduire à une exposition de la
    population générale par les aliments, l'eau de boisson, l'air intérieur
    et extérieur et les poussières de la maison. Les données sur les
    risques sanitaires liés à ces contaminations demeurent trop
    parcellaires pour pouvoir être prises en compte dans la définition des seuils dans les différents milieux.




    Recommandations :
    Réduire les expositions aux pesticides


    Agir
    à la fois sur le type de pesticides et sur les modes d'utilisation de
    ces produits pour réduire l'exposition selon les objectifs du plan
    interministériel de réduction des risques liés aux pesticides 2006-2009


    Renforcer l'information des utilisateurs de pesticides à usage professionnel ou domestique, et la formation des professionnels

    Développer
    une meilleure connaissance de la contamination des compartiments de
    l'environnement (air, eau, sol et denrées alimentaires)


    Concernant
    le suivi des populations exposées, documenter les expositions via les
    différents milieux d'apport ; distinguer les différentes formes de
    pesticides utilisés et le type d'usages, évaluer les quantités
    utilisées, préciser les périodes d'emploi ;
    utiliser les marqueurs
    d'exposition. Ces données devraient permettre de mieux appréhender le
    risque lié à l'utilisation de ces produits


    Recherches pour une meilleure maîtrise de la gestion du risque

    Les
    effets des expositions chroniques à de faibles doses de polluants et
    ceux des mélanges demeurent un problème non résolu. De même, la
    possibilité d'interaction entre différents polluants (synergie,
    opposition, indépendance) peut être cruciale pour les contaminants
    souvent associés (par exemple pesticides et dioxines) ou les
    contaminants présents dans des particules (constituants de particules
    atmosphériques). Enfin, de nombreux polluants peuvent avoir des effets
    multiples et il est nécessaire d'envisager l'ensemble des mécanismes
    d'action possibles.


    L'exposition
    de la population générale à un ou des agents chimiques ou physiques
    soupçonnés d'être cancérogènes, est le plus souvent une exposition à de
    faibles doses. La question du risque aux faibles doses peut être
    illustrée par l'exemple des expositions aux radiations ionisantes.


    Les
    résultats épidémiologiques concernant la survenue de cancers après
    exposition aux radiations proviennent de populations ayant reçu des
    expositions externes élevées, corps entier, et sur une courte période.
    Des hypothèses sont alors nécessaires pour appliquer les relations
    dose-réponse estimées à des populations
    soumises à des expositions
    de type différent (exposition chronique, exposition de faible niveau,
    contaminations internes par ingestion ou inhalation...). De nombreuses
    incertitudes persistent, en particulier sur les effets des expositions
    chroniques à faibles doses et sur les effets des expositions internes.
    En dessous de 100 mSv, les effets des rayonnements ionisants ne sont
    pas démontrés mais les risques potentiellement associés représentent un
    enjeu majeur de santé publique dans la mesure où une part importante de
    la population générale est soumise à ces faibles doses. Cette situation
    non scientifiquement tranchée conduit à des positions qui peuvent être
    divergentes (à partir de mêmes données) pour la gestion du risque. Le
    système de radioprotection actuel repose sur un modèle d'extrapolation
    linéaire aux faibles doses compatible avec les connaissances
    disponibles. La prise en compte dans ces
    modèles de facteurs tels
    que l'âge à l'exposition, le délai depuis l'exposition ou le débit de
    dose apparaît de plus en plus pertinente dans l'évaluation des risques
    de cancers aux faibles doses de rayonnements ionisants.


    Tous
    les individus ne réagissent pas de la même façon aux expositions à des
    agents cancérogènes. Il existe une immense diversité génétique d'un
    individu à l'autre, due au caractère
    polymorphe du génome humain.
    L'efficacité des enzymes impliquées dans la réparation de l'ADN, ainsi
    que des enzymes qui jouent un rôle dans le métabolisme des cancérogènes
    (activation ou détoxification en vue de l'élimination de l'organisme)
    dépend des variations nucléotidiques présentes dans le génome
    (polymorphismes génétiques). Ces différences d'efficacité des
    enzymes
    sont susceptibles de moduler les effets génotoxiques des facteurs
    environnementaux. La situation est encore plus complexe dans le cas des
    cancers hormono-dépendants, puisque de nombreuses enzymes polymorphes
    sont impliquées dans le métabolisme hormonal.


    Les
    interactions gène-environnement ont déjà fait l'objet de nombreux
    travaux, en particulier dans les cancers liés au tabac comme le cancer
    du poumon. Les interactions mises en évidence dans ces études sont peu
    nombreuses et rarement reproduites dans la littérature internationale.
    Les avancées récentes sur les techniques de génotypage (biopuces)
    permettent actuellement l'analyse simultanée de plusieurs centaines de
    milliers de
    polymorphismes dans les études épidémiologiques. Ces
    technologies qui peuvent être utilisées dans le cadre d'études de
    grande envergure au niveau international. Elles devraient permettre
    d'aborder les interactions entre les facteurs environnementaux et les
    polymorphismes génétiques dans toute leur complexité, à condition
    toutefois qu'un effort majeur soit également fait sur la
    caractérisation de l'environnement.


    Recommandations :
    Renforcer la recherche épidémiologique, toxicologique et moléculaire


    Promouvoir
    une recherche étiologique de qualité, sans restriction thématique, dans
    le domaine des risques environnementaux de cancer, en soutenant le
    recrutement de nouveaux chercheurs et la formation sur ces
    problématiques


    Soutenir les études sur les effets des expositions à faibles doses à des agents reconnus comme cancérogènes à fortes doses

    Soutenir les travaux permettant une analyse des risques intégrée vie entière

    Poursuivre
    et renforcer les recherches qui permettent d'améliorer la
    quantification des associations entre les expositions et les risques
    (établissement de relations dose-effet, modélisation)


    Poursuivre
    et renforcer les recherches qui concourent à la connaissance des effets
    d'expositions conjointes (synergies, additivités, antagonismes)


    Poursuivre
    et renforcer les recherches épidémiologiques d'envergure sur les
    interactions entre facteurs génétiques et facteurs environnementaux


    Susciter et soutenir la recherche fondamentale sur les mécanismes d'action cancérogène des polluants

    Développer
    des démarches toxicologiques nouvelles adaptées à la situation de
    l'exposition aux mélanges de composés à l'état de trace. Ceci fait
    appel à une stratégie d'éco-toxico-pharmacologie adaptée, capable de
    décrire les mécanismes d'action, les passages transbarrières ou les
    interactions cellulaires




    Développer
    les outils et les compétences en modélisation des risques, notamment
    pour l'établissement des relations dose-réponse et la prise en compte
    de la toxicodynamie et de la toxicocinétique.


    (Source: Expertise collective de l'Inserm)

    Source : http://www.continentalnews.fr/actualite/sante,7/les-enfants-malades-des-pesticides,3988.html
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8767
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: les pesticides, insecticides......

    Message par bye le Ven 29 Mai - 13:58

    «Les insecticides, danger numéro 1»



    Interview Par NICOLAS CHEVASSUS-AU-LOUIS





    Rétrovision: Dès 1955, Roger Heim, directeur du Muséum d’histoire naturelle à Paris, recensait les fléaux à venir. Interview posthume d’un pionnier de l’écologie, décédé en 1979.



    A l’occasion de la Journée mondiale de la biodiversité, le 22 mai, interview apocryphe d’un lanceur d’alerte oublié : le biologiste Roger Heim (1900-1979), directeur du Muséum national d’histoire naturelle de 1950 à 1965.

    Vous avez organisé, en 1955, au Muséum une expo intitulée : «L’Homme contre la Nature».Pourquoi ce titre choc ?



    Aujourd’hui que la puissance créatrice de l’évolution s’est amenuisée sans doute à tout jamais, maintenant que la Vie est vieille et l’Homme plus orgueilleux et plus destructeur que jamais, l’extermination de formes animales et végétales revêt la gravité d’une catastrophe. Elle marque l’une des plus grandes défaites de
    l’Homme.




    N’êtes-vous pas trop alarmiste ?



    Depuis deux mille ans, 110 espèces de mammifères ont disparu. Le XIXe siècle à lui seul en a exécuté 70 et depuis cinquante ans c’est 40 qui se sont éteintes par notre faute. Actuellement, de par le monde, 600 autres espèces de mammifères sont en voie de disparition. Certes, plusieurs de ces espèces sont arrivées en bout de course, incapables de s’adapter à des conditions nouvelles. Mais beaucoup plus nombreuses sont celles qui doivent leur extinction tout simplement et directement à l’Homme lui-même. Il a tué pour la fourrure, le cuir, l’huile, pour la chair elle-même.



    La chasse excessive st-elle seule en cause ?



    Non. L’extinction de tant d’espèces et de tant d’individus animaux et végétaux provient plus encore de la transformation des lieux où ceux-ci vivaient. La destruction de ce qu’on appelle l’habitat a entraîné tout naturellement celle des animaux et des plantes qui s’y trouvaient rassemblés. La disparition de la forêt notamment a
    entraîné celle de beaucoup de ceux qui la peuplaient. Ainsi les chauves-souris des Antilles, qui se nourrissaient des baies d’arbres sauvages, n’ont pas résisté à la disparition de la forêt voisine. La flore conditionne essentiellement la Vie de la faune. Or, cette végétation native, l’Homme en a été partout l’ennemi implacable. Du manteau forestier qui couvrait notre planète il y a quelques siècles, il nous faut mesurer l’amplitude invraisemblable de
    l’amenuisement. En Afrique tropicale, cette grande forêt vierge a disparu pour les deux tiers. A Madagascar, le bilan du désastre est plus éloquent encore.




    Quelles autres menaces pèsent sur les milieux naturels ?



    Un des plus importants facteurs de rupture dans les équilibres de la Nature reste, pratiquement, l’introduction, fortuite ou conduite par l’Homme, d’animaux ou de plantes, dites exotiques, dans un milieu qui leur est étranger. L’introduction brusque d’une plante nouvelle dans une contrée peut entraîner des perturbations inattendues et catastrophiques, non seulement pour la flore mais aussi souvent
    pour la faune sauvage ou même domestique. En naturalisant des Rosiers rubigneux dans la Nouvelle-Galles du Sud, les Australiens n’avaient pas prévu que les poils soyeux des fruits de cet arbuste provoqueraient des calculs intestinaux chez les Chèvres qui en crevèrent. Ce ne sont point les Chèvres qui eurent raison de l’Eglantier mais bien l’inverse. Seule une réglementation nationale -
    et internationale, puisque ces introductions ne connaissent pas, dans leur danger explosif, les frontières des Etats - est susceptible de limiter les désastres.




    Vous accusez également l’agriculture intensive…



    L’utilisation à grande échelle de certaines substances chimiques insecticides, fongicides, rodenticides, herbicides risque de conduire à des altérations très regrettables des équilibres naturels. L’avenir, en précipitant les catastrophes trop fréquentes auxquelles conduisent les produits antiparasitaires de synthèse, montrera une fois de plus que l’Homme n’est que rarement capable de défendre
    l’intérêt général chaque fois que le sien propre lui paraît menacé. L’addition de tels méfaits, répétés en tous lieux, la résonance que brusquement les pratiques gaspilleuses provoquent, dans une humanité grossissante, placent sur le plan planétaire ce danger numéro 1 qui risque, lors d’un prochain siècle, de ruiner toute Vie humaine. C’est le problème de l’avenir même de notre espèce,
    homo sapiens, qui est désormais posé.




    Tous les propos de Roger Heim sont tirés de son livre Destruction et protection de la nature, Armand Colin, 1952. L’usage des majuscules a été conservé.



    Source:
    http://www.liberation.fr/sciences/0101569677-les-insecticides-danger-numero-1
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8767
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: les pesticides, insecticides......

    Message par bye le Jeu 4 Juin - 17:32

    500 000 € pour avoir dit que les raisins de table contenaient des
    pesticides…






    En octobre dernier, cinq associations environnementales européennes achetaient du raisin de table dans 16 chaînes de supermarchés situées en Allemagne, France, Hongrie, Italie,
    Pays-Bas et Allemagne. L'objectif de l'opération était d'évaluer la teneur en pesticides de ces raisins, de la même manière que cela l'avait déjà été pour le vin (1) précédemment. La publication des résultats de cette étude, fin novembre, a été sans appel… 99,2 % des échantillons présentant une contamination par un ou plusieurs pesticides.




    Un tel résultat n'a évidemment pas plu aux producteurs, puisque la Fédération Nationale des Producteurs de Raisins de Table (2) a assigné en justice le MDRGF (Mouvement pour les Droits et le Respect des Générations Futures), association référence
    pour l'opération en France. En conséquence, pour ce qui est considéré comme un "dénigrement du raisin de table", le MDRGF se voit réclamer la somme de 500 000 €, la publication du jugement dans 10 médias nationaux et la suppression sur son site Internet.


    Pour l'association, il s'agit d'une "attaque scandaleuse visant simplement à nous faire taire car notre travail dérange tous ceux qui voudraient que rien ne change dans les pratiques agricoles polluantes actuelles". Avec cette assignation, comme le souligne le MDRGF, c'est en fait la liberté d'information qui est mise en cause,
    et la décision du tribunal sera à ce titre doublement intéressante à
    connaître.




    Notons que de la même manière, la chaîne de télévision TF1 aurait également été assignée en justice pour avoir dénigré le raisin de table dans le cadre de l'émission "Attention à la marche", le 22 novembre dernier. Dans cette dernière, un candidat s'est en effet vu posé la question : "quel est le pourcentage de raisin
    contaminé par les pesticides vendus en grande distribution ?"…




    Pascal Farcy



    Source:
    http://www.univers-nature.com/inf/inf_actualite1.cgi?id=3781
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8767
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: les pesticides, insecticides......

    Message par bye le Mer 17 Juin - 18:27

    Pesticides et Parkinson : lien confirmé chez les agriculteurs


    Par Anne Jeanblanc


    L'exposition aux pesticides double quasiment le risque de la maladie de Parkinson parmi les agriculteurs. C'est ce que vient de prouver une équipe de chercheurs de l'unité Inserm "Neuroépidémiologie" et de l'Université Pierre et Marie Curie. De plus, ce risque augmente avec le nombre d'années d'exposition et, chez les hommes, il est
    principalement lié à l'usage d'insecticides, notamment de type organochloré.
    Cette famille, qui regroupe le lindane et le DDT, a été largement utilisée en France entre les années 1950 et 1990 ; elle persiste dans l'environnement de nombreuses années après l'utilisation. Ces résultats sont publiés en ligne dans Annals of Neurology.


    La maladie de Parkinson est la deuxième affection neuro-dégénérative la plus fréquente, après celle d'Alzheimer, rappelle le
    communiqué de l'Inserm. On admet que, dans la plupart des cas, son origine est liée à une combinaison de facteurs de risques génétiques et environnementaux.
    Parmi ces derniers, des travaux ont déjà montré une association entre son apparition et une exposition professionnelle aux pesticides. Mais, jusqu'à présent, aucune famille de pesticides n'avait pu être spécifiquement mise en cause et le rôle du niveau d'exposition n'avait pas été analysé.


    Les chercheurs ont donc étudié 224 patients atteints de Parkinson et les ont comparés à 557 non malades, de même âge, sexe et habitant dans le même département. Les résultats montrent clairement que les patients atteints de Parkinson ont utilisé plus souvent certains insecticides et durant un plus grand nombre d'années que les témoins. Les auteurs soulignent l'importance de l'éducation des utilisateurs professionnels de pesticides à un
    meilleur usage et la mise en place de mesures de protection des travailleurs agricoles. Enfin, au-delà du rôle de l'exposition aux pesticides à des niveaux élevés en milieu professionnel, ces résultats soulèvent la question des conséquences d'une exposition de la population à de plus faibles doses.


    http://www.lepoint.fr/actualites-sciences-sante/2009-06-17/etude-pesticides-et-parkinson-lien-confirme-chez-les-agriculteurs/1055/0/353164
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8767
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: les pesticides, insecticides......

    Message par bye le Ven 19 Juin - 19:10

    Pesticides et Parkinson: le lien serait confirmé chez les
    agriculteurs






    par Sabine Casalonga



    L’exposition aux pesticides doublerait le risque de maladie de Parkinson chez les agriculteurs, selon les résultats d’une équipe française à paraître dans la revue Annals of Neurology (1).



    En collaboration avec la Mutualité sociale agricole (MSA), une équipe de chercheurs de l’Inserm et de l’université Pierre et Marie Curie a comparé un groupe de 224 patients atteints de maladie de Parkinson à un groupe de 557 personnes non malades. Leur exposition professionnelle aux pesticides a été établie à partir d’entretiens individuels avec des médecins du travail.



    Les chercheurs ont estimé que les agriculteurs exposés à de fortes doses de pesticides avaient un risque presque deux fois plus élevé de développer la maladie de Parkinson. Ce risque augmente avec le nombre d’années d’utilisation. Une étude, conduite uniquement chez les hommes, a montré que le risque est principalement lié à
    l’usage d’insecticides, notamment de type organochloré, comme le lindane et le DDT, aujourd’hui interdits en France mais largement utilisés entre 1950 et 1990 et persistant dans l’environnement.




    Les auteurs soulignent l’importance de l’éducation des utilisateurs professionnels de pesticides et la mise en place de mesures de protection des travailleurs agricoles. Enfin, des études complémentaires seront nécessaires pour évaluer l’impact d’une exposition à plus faibles doses aux pesticides.



    (1) «Professional exposure to pesticides and Parkinson’s disease» Alexis Elbaz et al., Annals of Neurology (sous presse)



    Source: http://www.journaldelenvironnement.net/fr/document/detail.asp?id=1347&idThema=5&idSousThema=26&type=JDE&ctx=259
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8767
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: les pesticides, insecticides......

    Message par bye le Lun 22 Juin - 19:56

    Pesticide Cruiser : un retrait envisagé



    Alors que s'est réunit le 19 juin le Comité de suivi du Cruiser, des rumeurs persistantes évoquent la possible annonce du retrait de l'homologation de ce pesticide par le Ministre de l'agriculture lui-même. Agir pour l'environnement se félicite de l'éventuel retrait de l'homologation du Cruiser qui est hautement toxique pour
    l'environnement et dangereux pour les abeilles.




    Alors que l'Allemagne, la Slovénie et l'Italie ont suspendu dès 2008 l'autorisation du Cruiser, un pesticide neurotoxique de la même famille que le Gaucho, la France a autorisé une seconde fois fin 2008 ce pesticide reconnu comme hautement toxique pour les abeilles. Le possible retrait du Cruiser par le Ministre de
    l'agriculture arriverait après les semis de maïs traité, mais resterait dans tous les cas la preuve de l'efficacité des mobilisations citoyennes orchestrées par les associations de protection de l'environnement et les syndicats apicoles.




    Agir pour l'environnement se félicite qu'un rapport récent de l'AFSSA n'ait pas eu l'effet escompté sur l'homologation du Cruiser, dont le possible retrait montrerait bien la prise en compte, par le Ministre de l'agriculture, des mortalités et des affaiblissements des abeilles et de la préoccupation d'une grande partie de l'opinion publique.



    Agir pour l'environnement demande donc au Ministre de l'agriculture de retirer effectivement aujourd'hui le pesticide Cruiser, à une période où de nouvelles mortalités liées à ce pesticide sont soupçonnées. faisant du Cruiser un serial-Cruiser.



    Source: http://ecolopresse.20minutes-blogs.fr/archive/2009/06/21/pesticide-cruiser-un-retrait-envisage.html
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8767
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: les pesticides, insecticides......

    Message par bye le Jeu 25 Juin - 11:45

    Cruiser : sur le départ, Barnier a décidé de ne pas décider





    Le comité de suivi du Cruiser s’est réuni vendredi dernier pour faire le point sur la campagne 2009. Très sensible, la décision de renouveler ou non l’autorisation de ce produit a été reportée à l’automne, Michel Barnier passant la « patate chaude» à Bruno Le Maire, son successeur au ministère de l’Agriculture.



    Le comité de suivi a étudié en détail la situation pour réaliser un état des lieux. Il s’est intéressé bien entendu à l’état sanitaire des ruchers à l’issue de la campagne 2008, et aux conditions de mise en place du dispositif de surveillance pour l’année 2009. Les membres du comité se sont également penchés sur les incidents
    signalés par la brigade nationale d’enquêtes vétérinaires et sanitaires, en considérant l’analyse de l’AFSSA et des connaissances scientifiques actuelles.




    Au regard de l’ensemble de ces éléments collectés, le ministère a décidé de maintenir l’interdiction du Cruiser jusqu’à l’automne prochain. Avant de se décider, le Ministère de l’agriculture demande l’éclaircissement de certaines informations comme par exemple l’émission des poussières lors du semis et plus généralement
    les pratiques agricoles génératrices d’incidents.




    Liens établis



    Pour les écologistes de France Nature Environnement, « le lien entre cet insecticide et certains cas de mortalité d’abeilles observés au printemps a été officiellement établi ». FNE rappelle que l’AFSSA a en effet confirmé que les deux cas de mortalités aiguës de butineuses observés début avril en Charente-Maritime et
    Vendée étaient bien liés à l’utilisation du Cruiser en enrobage des semences de maïs, en lien avec de mauvaises pratiques agricoles.




    Le collectif écologiste rappelle qu’il a toujours contesté le sérieux du protocole lui-même et de sa mise en place sur le terrain. « Dans ces conditions, comment tirer des conclusions de ce suivi ? » s’interroge-t-il. FNE affirme que durant la réunion, le Centre National de Développement Apicole a confirmé que le déclin des
    populations d’abeilles était de l’ordre de 30%. De nombreux cas de stérilité des reines (ruches bourdonneuses) ont été également rapportés sans explication.




    « Supercherie»




    Dans ce contexte très inquiétant, FNE demande au Ministre de l’Agriculture l’application, en urgence du principe de précaution pour la protection des abeilles et des pollinisateurs en général et lui demande instamment de ne pas renouveler l’autorisation du Cruiser pour la campagne 2010. Pour Claudine Joly, chargée du dossier à FNE : « Les pollinisateurs sont en danger. Les conséquences de leur disparition éventuelle sont incommensurables. Même si les pesticides ne sont pas l’unique cause de leur déclin, nous devons pour les sauver mettre toutes les chances de notre côté, et donc stopper impérativement l’utilisation de produits qui, comme le Cruiser, sont officiellement reconnus dangereux pour les abeilles. »



    Du côté de l’Union Nationale des Apiculteurs Français (UNAF), on déplore également cette non-décision qualifiée de « supercherie ». L’UNAF stigmatise un manque de courage de Michel Barnier, ministère sortant, qui s’est contenté de passer la patate chaude à son successeur.



    Source: http://www.enviro2b.com/2009/06/24/cruiser-sur-le-depart-barnier-a-decide-de-ne-pas-decider/
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8767
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: les pesticides, insecticides......

    Message par bye le Ven 26 Juin - 21:29

    Pesticides : Un réseau de soutien aux victimes
    Malgré les précautions, les agriculteurs sont les premières victimes des maladies liées aux pesticides
    Alors que la reconnaissance des maladies liées à l’exposition aux pesticides est trop souvent un combat perdu d’avance, le Mouvement pour les droits et le respect des générations futures (MDRGF) vient de créer un réseau pour rassembler les victimes et les aider dans leurs démarches juridiques.

    Troubles neurologiques, hormonaux, cancers, si les effets dévastateurs des pesticides sur la santé humaine sont de mieux en mieux reconnus, le droit des victimes pose toujours problème. Pour que cette réalité ne devienne pas une fatalité, le Mouvement pour les droits et le respect des générations futures (MDRGF) vient de lancer un réseau destiné à rassembler les victimes des pesticides pour les soutenir dans leurs démarches juridiques. Consciente de la difficulté à établir un lien entre l’exposition à ces substances et l’apparition de maladies, l’organisation plaide pour un meilleur respect du principe de précaution. MDRGF demande notamment l’introduction d’une norme de concentration dans l’air, comme celle qui existe déjà pour l’eau, doublée d’une interdiction pure et simple des substances cancérogènes, mutagènes ou reprotoxiques (CMR) classées 1 à 3 et des perturbateurs endocriniens.

    Le mouvement préconise par ailleurs l’introduction de distances de sécurité autour des habitations et une stricte application de l’interdiction d’épandre des pesticides par vent de plus de 18 km/h. En l’absence de sanction, le respect de cette disposition destinée à éviter la dispersion des produits hors zones de culture dépend du bon vouloir des agriculteurs.

    Source : http://www.developpementdurablelejournal.com/spip.php?article4832

    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8767
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: les pesticides, insecticides......

    Message par bye le Jeu 2 Juil - 19:34

    Les herbicides Roundup perturbent les hormones sexuelles[/size]


    2 juillet 2009

    Selon une nouvelle étude de l'équipe du Prof. GE SERALINI publiée récemment.

    Après avoir montré la toxicité des herbicides Roundup à des doses
    infinitésimales notamment sur des cellules de nouveau-né, l'équipe du Pr. Séralini du CRIIGEN à l'Université de Caen, en collaboration avec l'équipe du Pr. Chagnon de Dijon, vient de publier une nouvelle découverte. A des doses pourtant très inférieures (800 fois) à celles autorisées dans certains OGM alimentaires aux Etats-Unis, ce type d'herbicide, pour une formulation vendue en magasin, empêche l'action des androgènes, hormones virilisantes. Puis l'action
    et la formation des estrogènes sont aussi perturbées. Les dommages sur l'ADN des cellules humaines commencent alors.


    Ces effets expliquent des résultats d'expériences préoccupants sur l'animal et en épidémiologie humaine. Il est donc proposé de revoir au niveau réglementaire la classification des Roundup et autres herbicides à base de glyphosate, comme étant toxiques pour la reproduction et perturbateurs endocriniens. Ces phénomènes ont été jusqu'alors sous-estimés car les producteurs de pesticides présentent majoritairement aux autorités des études avec le glyphosate seul, alors que le mélange commercialisé est bien plus
    actif.

    L'étude est publiée fin juin 2009 dans la revue scientifique internationale Toxicology par Gasnier et al.

    Source : http://www.criigen.org/content/view/257/73/
    avatar
    Rabasse du sud

    Nombre de messages : 2398
    Localisation : la provence
    Emploi/loisirs : chercheur
    Date d'inscription : 26/11/2007

    Re: les pesticides, insecticides......

    Message par Rabasse du sud le Dim 5 Juil - 19:37

    de Michel MENGNEAU


    On oublie souvent que les pesticides représentent une
    large palette diverse et variée de produits chimiques destinés à la
    protection des cultures et récoltes.


    Parmi ceux-ci figure en bonne place des poisons contre
    les parasites, des désherbants et fongicides destructeurs de
    champignons et mauvaises herbes, genre de potion apparentée à une sorte
    de bouillon de onze heure. On a donc compris que ces tambouilles
    étaient réservées d’utilisation qu’à une petite partie de la
    population, les agriculteurs, qui, en s’empoisonnant à petit feu,
    empoisonnent par la même occasion le reste de la planète.
    Malheureusement, il y a aussi quelques apprentis jardiniers du dimanche
    qui succombent à cette facilité de faire la culture. On peut dire
    facilité car indéniablement il est moins fatiguant de passer le
    pulvérisateur que de se pencher pour arracher la mauvaise herbe ; la
    terre est basse n’est-ce pas !


    Mais là n’est pas l’unique raison. La grande raison est
    avant tout économique. Le leitmotiv des sociétés productivistes étant
    le rendement il est évident que l’emploi des produits de chez Monsanto
    et consort favorise le rendement et diminue la "pénibilité". Mais
    voilà, il y a un revers à la médaille car ce sont pour la plupart des
    poisons. Alors, le peuple s’émeut, et les politiques s’en mêlent pour
    faire semblant de compatir avec l’opinion publique. Résultat, beaucoup
    de brassage d’air, maints mensonges, et des faux-semblants pour
    affirmer une bonne volonté de circonstance.


    L’un des moins évident, tant il peut paraître le fruit
    d’une politique en apparence stricte avec tous les produits nouveaux
    arrivant sur le marché, c’est en effet la réduction en volume puisque
    il y a eut une diminution de 99 600 tonnes depuis 2000. Le chiffre peut
    paraître éloquent, seulement voilà, il y a un hic. Si on ne peut nier
    la réduction du tonnage l’on ne peut déterminer exactement l’impact car
    on oublie souvent que pendant cette période, les multinationales qu’il
    ne faut pas prendre pour des imbéciles, ont donc concentré leurs
    produits, parfois réduit par dix, ce qui fait diminuer le tonnage mais
    ne nous donne pas à savoir si l’utilisation des pesticides a diminuée.
    Il serait sans doute plus intéressant de s’intéresser aux surfaces
    traitées ce qui serait plus significatif.


    A fortiori, le réflexe pesticide n’a pas diminué et si
    l’on veut bien en croire les derniers chiffres, plutôt augmenté. Les
    pourcentages de l’année 2008 sont tombés, impitoyables. La hausse du
    chiffre d’affaire pour cette année là est alarmante, 2 079 milliards
    d’euros, soit la bagatelle de 14%. Sans entrer dans les détails, à la
    lecture de tels chiffres on reste un instant pantois, effaré, et on se
    demande, mais qu’est-ce qu’il nous raconte Borloo avec son Grenelle de
    l’environnement !


    Eh oui, la grande mascarade, la croissance verte de
    Sarkozy, c’est du bluff, de la poudre aux yeux et aussi malheureusement
    des résidus toxiques de pesticides qui détruisent les poumons,
    désagrègent les estomacs, s’attaquent aux yeux, à la peau, etc.,
    engendrant cancers et autres maladies graves.


    Quand ce gouvernement parle écologie, méfiez-vous, la
    couleur verte n’est qu’une couche superficielle servant à camoufler les
    méfaits du capitalisme pour qui le profit est le seul moteur sociétal.
    Vous pouvez crever, ils s’en foutent…peut-être pas tout à fait car ça
    fait aussi le beurre des hôpitaux privés, rien n’est laissé au hasard
    dans la société ultralibérale !


    Source chiffres : Univers-Nature
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8767
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: les pesticides, insecticides......

    Message par bye le Sam 25 Juil - 4:06

    Les victimes des pesticides s'organisent pour faire reconnaître leurs maladies



    Le Mouvement pour le Droit et le Respect des Générations Futures vient de lancer un Réseau des victimes des pesticides. Cette association, qui milite depuis quinze ans pour une agriculture sans pesticides, est sollicitée par « de nombreux particuliers qui constatent qu'ils n'ont aucun moyen de se défendre contre les pulvérisations, la législation étant quasiment inexistante », explique François Veillerette, président du Mouvement.
    Bertrand Pouchin est l'un d'entre eux. Lorsqu'il achète sa maison au milieu des champs de blé de la Beauce, en juillet 2004, il pense avoir gagné un "petit coin de paradis". Il déchante vite. Un week-end, un énorme tracteur vient pulvériser des pesticides à l'odeur nauséabonde jusqu'à la haie qui sépare les champs de son jardin, où joue son petit garçon. Première confrontation, violente, avec le fermier. M. Pouchin fait appel au maire qui, dans un premier temps, temporise. "Le conseil municipal, composé de huit céréaliers sur onze élus, a fini par m'envoyer promener, raconte-t-il.

    Chez les gendarmes, même chose ! On m'a répondu que les agriculteurs étaient là avant moi, et qu'ils doivent travailler." Il ne trouve donc personne pour constater l'infraction qui consiste à pulvériser ces produits même par vent de force 3, soit 19 km/h. "C'est pourtant fréquent dans la Beauce, premier parc éolien de France !", observe M. Pouchin. "De mars à octobre, on vit un
    enfer !, poursuit-il. Les céréaliers déversent des herbicides, des
    insecticides, des fongicides, des hormones de croissance, des hormones de contrôle..."
    En octobre 2008, Damien, son deuxième petit garçon, alors âgé de 3 ans, perd du poids, et les médecins diagnostiquent une hyperthyroïdie que M. Pouchin impute aux pesticides, considérés comme des perturbateurs endocriniens. "En guerre" contre cette pollution chimique, il lance des accusations dans la presse locale et reçoit des menaces de mort. Il s'estime pourtant légitimé dans son combat lorsque des "repentis" de l'agriculture intensive lui font
    part de leurs maladies et de leurs soupçons.
    Agriculteur installé en Alsace, Patrick fait partie de ces "repentis". Il a toujours utilisé les pesticides parce qu'on lui a "appris à le faire à
    l'école", mais le regrette depuis qu'il a développé la maladie de Parkinson, à l'âge de 35 ans. "On nous disait que les pesticides n'étaient pas nocifs, alors on les pulvérisait en short et en chemise... Un jour, un tuyau a éclaté et j'ai été douché aux désherbants à l'intérieur de la cabine de mon tracteur. J'ai
    dû être hospitalisé après une forte fièvre. Huit ans plus
    tard, les tremblements ont commencé. J'estime que j'ai été empoisonné, mais la Mutualité sociale agricole refuse d'établir un lien entre les deux événements et de reconnaître qu'il s'agit d'une maladie professionnelle", explique-t-il. Patrick et Bertrand se sont retrouvés au sein du nouveau Réseau des victimes des pesticides.
    Le Mouvement pour le Droit et le Respect des Générations Futures réclame l'interdiction des pesticides en ville, dans les parcs, jardins et aires de jeux, "pour éviter que les enfants dont le ballon tombe sur la pelouse les touchent et les avalent". Il demande aussi l'instauration de zones tampons (cultures bio ou pâturages), entre les habitations et les lieux de pulvérisation. Et, "pour que la législation soit respectée, il faut qu'elle soit assortie de
    sanctions pénales dissuasives", insiste Mr. Veillerette. Il souhaite que le gouvernement saisisse l'opportunité de la transposition
    d'une directive européenne encadrant l'usage des produits phytosanitaires pour introduire ces dispositions.
    Le Mouvement espère aussi venir en aide aux victimes professionnelles, en les aidant à faire reconnaître leurs maladies, "ce qui n'a été le cas que d'un ou deux agriculteurs pour l'instant", selon Mr. Veillerette. "De nombreuses études épidémiologiques montrent que l'exposition aux pesticides augmente les risques de cancers, de troubles de la reproduction et de maladies
    neuro-dégénératives", rappelle-t-il.
    L'Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale (Inserm) vient ainsi de confirmer, le 16 juin, qu'elle double le risque de survenue de la maladie de Parkinson chez les agriculteurs. "Nos adversaires répondent qu'on ne peut rien prouver, qu'on n'a jamais établi de lien de causalité entre l'exposition et la maladie, s'indigne Mr. Veillerette. Le fait de briser la loi du silence devrait les faire reculer." Comme cela a été le cas pour l'amiante.
    Risques accrus de Parkinson et de lymphomes
    L'exposition aux pesticides double le risque de survenue de la maladie de Parkinson chez les agriculteurs, selon les travaux menés par une équipe de chercheurs de l'Institut National de la Santé Et de la Recherche Médicale (Inserm) et de l'université Pierre-et-Marie-Curie. Le risque augmente avec le nombre d'années d'exposition et il est principalement lié à l'usage d'insecticides,
    notamment de type organochloré. Une autre étude récente de
    l'Inserm montre que les agriculteurs exposés aux pesticides présentent des anomalies chromosomiques pouvant favoriser le développement d'un lymphome ou d'un cancer du système immunitaire. Dans le cas du lymphome, le processus de
    cancérisation débute par un échange de matériel génétique, ou translocation, entre les chromosomes 14 et 18. Or, le sang de 128 agriculteurs suivis par l'Inserm présentait une fréquence de cellules transloquées pouvant être jusqu'à 1 000 fois supérieure à la normale.

    Rafaële Rivais


    Source : http://www.altermonde-sans-frontiere.com/spip.php?article11198
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8767
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: les pesticides, insecticides......

    Message par bye le Sam 1 Aoû - 7:08

    Des traces de pesticides dans les urines de femmes enceintes

    PARIS (AFP) le 16 06 2009

    Des traces de pesticides ont été décelées dans les urines de femmes
    enceintes, dans certains cas longtemps après leur exposition, selon une
    étude publiée mardi par l'Institut de veille sanitaire (InVS).

    Dans son Bulletin épidémiologique hebdomadaire, l'InVS cite une étude
    menée par une équipe de l'Inserm de Rennes à partir d'un échantillon de
    plus de 500 femmes en début de grossesse observée en Bretagne entre 2002
    et 2006.

    Les chercheurs se sont particulièrement intéressés aux herbicides de la
    famille des triazines et aux insecticides organophosphorés,
    "potentiellement toxiques pour la reproduction et le neurodéveloppement".

    L'atrazine et la simazine, de la classe des triazines, sont des
    herbicides interdits en France depuis fin 2003, mais "leurs produits de
    dégradation se déplacent dans les eaux et sont encore très présents dans
    l'environnement", notent les chercheurs. Dans le monde, l'atrazine est
    "un des herbicides les plus utilisés", et des effets toxiques voire
    mortels sur l'embryon animal ont été rapportés, suite à une exposition
    prénatale.

    Quant aux insecticides organophosphorés, d'usage agricole et non
    agricole, des effets neurotoxiques ont été observés pour des niveaux
    d'exposition modérés, voire faibles.

    Selon les résultats de l'étude, des traces d'exposition à l'atrazine et
    à la simazine sont observées chez une minorité des femmes, mais chez une
    bonne partie d'entre elles pour certains métabolites. Les traces des
    insecticides organophosphorés, et notamment de certains métabolites
    communs à nombre d'entre eux, sont plus fréquentes et de niveaux plus
    élevés.

    Selon les chercheurs, les taux de pesticides mesurés chez des femmes
    résidant en Bretagne restent inférieurs à ceux mesurés aux Pays-Bas et
    surtout aux Etats-Unis, particulièrement en Californie.

    Pour en savoir plus : le résumé de l'étude sur le site de l'INVS :
    http://www.invs.sante.fr/beh/2009/hs160609/version_francaise.htm#6




    -
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8767
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: les pesticides, insecticides......

    Message par bye le Ven 15 Jan - 11:54

    Lettre d'information du MDRGF
    http://www.mdrgf.org/


    Article de presse suite au procès MDRGF / FNPRT
    ET MEILLEURS VOEUX A TOUS ET TOUTES POUR 2010 !!!


    Devant le tribunal de Paris, les producteurs de raisin réclament 500 000 euros
    à une association écologiste
    http://www.lemonde.fr/planete/article/2010/01/07/devant-le-tribunal-de-paris-les-producteurs-de-raisin-reclament-500-000-euros-a-une-association-ecologiste_1288587_3244.html

    LE MONDE 07.01.10

    Une association écologiste, le Mouvement pour les droits et le respect
    des générations futures (MDRGF), assignée devant le tribunal de Paris
    pour dénigrement par une organisation professionnelle, la Fédération
    nationale des producteurs de raisins de table (FNPRT) : l'affaire, déjà
    médiatisée à l'époque des faits, a été examinée, mercredi 6 janvier.

    L'hostilité entre l'association présidée par François Veillerette et les
    agriculteurs conventionnels est déjà ancienne, mais c'est la première
    fois qu'elle se manifeste devant la justice.

    En novembre 2008, le MDRGF, qui est la principale association
    spécialisée sur l'utilisation des pesticides dans l'agriculture en
    France, publiait sur son site Internet les résultats d'analyses
    effectuées par un laboratoire allemand sur du raisin acheté en grande
    surface, en France. L'enquête, effectuée dans cinq pays européens par
    cinq associations, concluait à des résidus de pesticides sur 99,2 % des
    raisins testés.

    En février 2009, la FNPRT attaquait l'association, lui demandant
    notamment des dommages et intérêts de 500 000 euros - soit cinq fois le
    budget annuel du MDRGF - au motif d'une baisse des ventes de raisins.

    "Propagande"

    "On ne peut pas véhiculer sur le Net tout et n'importe quoi, et surtout
    interprété n'importe comment !", s'est insurgé d'entrée Me Patrick
    Gontard, défenseur de la FNPRT. Brandissant un tract distribué à
    l'entrée du tribunal, il affirmait que la présence dans la salle
    d'audience de militants du MDRGF prouvait bien qu'il s'agit d'une
    "association qui a une énorme capacité de mobilisation" pour faire de la "propagande".

    L'avocat a accusé le site de l'association de ne pas avoir montré
    clairement que les résidus de pesticides étaient inférieurs, pour les
    raisins français, aux normes nationales et européennes. "L'agriculture
    traditionnelle a toujours utilisé les pesticides, a-t-il poursuivi. La
    question n'est pas de savoir s'il y a des résidus de pesticides, mais si
    ces résidus dépassent les normes."

    Quelques minutes plus tard, l'avocate du MDRGF, Corinne Lepage, lui
    répondait : "Mais le problème ce n'est pas ça : le problème c'est que ça
    se sache !" L'ancienne ministre de l'environnement, favorable à un
    statut pour les "lanceurs d'alerte", n'a pas accepté par hasard de
    défendre le MDRGF. Selon elle, ce procès relève de "l'intimidation à
    l'égard des associations qui disent des choses et, derrière, à l'égard
    de la presse qui les reprend".

    Pour Me Alexandre Faro, qui défendait également le MDRGF, l'étude,
    publiée fin novembre 2009, ne peut pas être la cause réelle de la baisse
    des ventes de raisin, qui s'effectuent majoritairement d'août à octobre.
    Les avocats de l'association ont réclamé 5 000 euros de dommages et
    intérêts pour procédure abusive.

    La décision du tribunal a été mise en délibéré au 10 février.

    Agathe Chaigne
    Article paru dans l'édition du 08.01.10

    voir aussi :

    - l'article de Rue 89 avec des interviews :
    http://www.rue89.com/planete89/2010/01/06/a-t-on-le-droit-de-dire-quil-y-a-des-pesticides-dans-le-raisin-132622

    - un article sur le site de l'Express :
    http://www.lexpress.fr/actualite/environnement/poursuivie-pour-avoir-analyse-des-raisins_840287.html

    - un article sur le site de libé :
    http://www.liberation.fr/terre/0101612392-les-producteurs-de-raisins-ne-lachent-pas-la-grappe-aux-ecolos


    °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

    De nombreuses personnes ont trouvé cette assignation choquante et déplacée,
    c'est pourquoi elles ont décidé de s'associer pour réagir et de créer "Ensemble pour les Générations Futures",
    une association de soutien au MDRGF
    ( http://www.generations-futures.org ) .
    Son lancement a eu lieu lors d'une conférence de presse qui a permis de présenter à la presse
    les enjeux de cette action et la réaction du MDRGF face à cette attaque.

    Pour nous aider, vous pouvez :

    - Soutenir le MDRGF en venant manifester votre soutien lors du procès le 6 janvier.
    - Soutenir le MDRGF en adhérant ou en faisant un don
    ( http://www.mdrgf.org/soutien1.html )
    - Adhérer à l'association de soutien au MDRGF 'Ensemble pour les Générations Futures'
    http://www.generations-futures.org/Bulletin_Adhesion_EGF_2009.html
    - Envoyer un témoignage de soutien :
    http://www.generations-futures.org/agir_generations_futures.html
    - Diffusez cette information dans vos réseaux et auprès de vos contacts presse et/ou associatifs et politiques, vos élus.

    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8767
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: les pesticides, insecticides......

    Message par bye le Jeu 11 Fév - 11:07

    Assigné en justice pour avoir analysé des raisins !
    mercredi 10 février le TGI de Paris rend sa décision
    La Fédération Nationale des Producteurs de Raisins de Table qui nous attaquait a été déboutée et condamnée pour procédure abusive !

    voir la suite du communiqué du MDRGF
    http://www.cyberacteurs.org/forum/viewtopic.php?t=7272

    Nous nous réjouissons de cette victoire de la bonne foi d'une association qui fait son travail contre une organisation cherchant à étouffer le simple droit à l'information.
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8767
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: les pesticides, insecticides......

    Message par bye le Mar 27 Avr - 5:35

    http://www.20minutes.fr/article/398062/Toulouse-haro-sur-les-antibios-dans-l-eau.phphttp://www.20minutes.fr/article/398062/Toulouse-haro-sur-les-antibios-dans-l-eau.php]http://www.20minutes.fr/article/398062/Toulouse-haro-sur-les-antibios-dans-l-eau.php[/url[/url]]








    Le pilote est testé à Basso-Cambo./ A. duquesnel / 20 minutes




    Innovation Test d'un procédé pour traiter la pollution médicamenteuse


    Pesticides, antibiotiques, traitements anticancéreux et, plus largement, l'ensemble des médicaments se retrouvent en masse dans les eaux de la Garonne. Toxiques, ces molécules chimiques, connues sous le nom de xénobiotiques, passent entre les mailles du filet des filières traditionnelles de traitement des eaux usées. Mais plus pour longtemps. Loïra, une société de l'agglomération toulousaine, en collaboration avec l'Université Paul-Sabatier, vient de mettre au point un procédé innovant permettant de dégrader totalement ces molécules.
    Les poissons en changent de sexe
    « Le principe est simple : nous faisons passer de l'eau contenant des xénobiotiques sur une lampe, dont l'énergie va casser les liaisons moléculaires jusqu'à obtenir du gaz ou de l'eau, complètement inoffensifs. Tout est physique, nous ne rajoutons rien de chimique », explique Jacques Debuire, président de Loïra, pour qui ce projet est un enjeu de santé publique. Des études ont en effet prouvé que ces molécules avaient une incidence sur la féminisation des poissons, mais aussi un lien avec les problèmes de fertilité masculine humaine.
    Cette innovation a fait ses preuves en laboratoire. Elle est testée à l'heure actuelle sur un pilote industriel installé à Basso-Cambo. D'une capacité de 8 m3/h, il traite les effluents rejetés par les malades en traitement anticancéreux à l'Institut Claudius-Régaud. « Cela a un double intérêt : nous participons au développement durable et nous essayons d'être précurseurs pour la future clinique universitaire du cancer, où nous pourrions mettre en œuvre ce dispositif permettant de traiter les déchets issus du métabolisme », note Jean-Marie Raulot, directeur des services techniques de l'institut, qui attend les résultats de ce test grandeur nature pour cet été. S'ils sont positifs, cet appareil pourrait être convoité par les hôpitaux, mais aussi par les collectivités en charge de l'assainissement. A l'instar du Grand ToulouseToulouse[/url], qui a fourni les locaux pour accueillir le pilote.


    Contenu sponsorisé

    Re: les pesticides, insecticides......

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Dim 17 Déc - 1:24