LIBRE DISCUSSION DANS LES COULISSES DE DEMAIN

Débattons en toute liberté, dans le respect de l’autre, sur tous les sujets qui composent notre société : politique, économie, environnement, religion, philosophie, paranormal, sciences, famille, santé, mode, sexualité, loisirs, sports, divertissements…

Derniers sujets

» Les émissions de CO2 repartent à la hausse
par bye Hier à 17:05

» l’idéologie du consentement, outil d’émancipation ou d’isolement individuel ?
par bye Lun 13 Nov - 12:21

» Droit au logement opposable : le bilan chiffré 2008-2016
par bye Jeu 9 Nov - 20:02

» La rétention des « dublinés », dans l’attente d’un transfert, est contraire au règlement Dublin
par bye Lun 6 Nov - 18:33

» Face à la situation en Catalogne
par bye Mer 1 Nov - 11:33

» ACTUALITÉ SOCIÉTÉ ET POLITIQUE
par bye Sam 21 Oct - 10:37

» Offre de Prêt Entre Particulier Sérieux en 72H
par gramophone Ven 20 Oct - 9:32

» Offre de Prêt Entre Particulier Sérieux en 72H
par gramophone Ven 20 Oct - 9:32

» Offre de Prêt Entre Particulier Sérieux en 72H
par gramophone Ven 20 Oct - 9:31

» Offre de Prêt Entre Particulier Sérieux en 72H
par gramophone Ven 20 Oct - 9:31

» Bus de la honte : ne laissons pas l’avenir aux réactionnaires
par bye Sam 14 Oct - 12:44

» La métamatière et le peuple
par Claude De Bortoli Ven 6 Oct - 9:27

» Vers un retour du délit de solidarité ?
par bye Sam 30 Sep - 6:45

» Dossier : de l’École capitaliste à l’éducation émancipatrice
par bye Mer 13 Sep - 19:07

» Education : le « désastre » d’un enseignement tiré vers le bas...
par bye Lun 4 Sep - 12:13

» Offre de prêt entre particuliers rapide en 72h
par BastienL Dim 13 Aoû - 19:49

» Jean Gadrey, économiste : “Il faut remettre la réduction du temps de travail au cœur du débat public”
par bye Mar 8 Aoû - 19:04

» Le « chavo-madurisme » n’est rien moins qu’une dictature pure et simple
par bye Dim 6 Aoû - 18:52

» Gel des postes et du budget de l’éducation nationale : non, cette école ne nous convient pas !
par bye Mer 12 Juil - 13:56

» G 20 Hambourg
par bye Lun 10 Juil - 11:51

» Handicapée, je ne peux continuer à enseigner dans mon académie
par bye Mer 5 Juil - 6:21

» Pour une éducation populaire féministe
par bye Lun 12 Juin - 18:20

» La CNT a écrit aux Éditions Belin
par bye Mar 6 Juin - 10:20

» Blanquer ministre de l’Education nationale : au secours, Sarkozy revient !
par bye Jeu 25 Mai - 11:08

» L'accaparement des terres en Birmanie
par bye Mer 17 Mai - 18:42

» Un enseignant kurde témoigne...
par bye Lun 15 Mai - 17:50

» La métamatière et le Roi de la Terre
par De Bortoli Claude Mar 2 Mai - 9:52

» Au-delà des élections
par bye Mer 26 Avr - 17:26

» Les Etats-Unis ont utilisé leur plus puissante bombe non-nucléaire en Afghanistan, une première
par bye Dim 23 Avr - 18:35

» « Pourquoi nous sommes en grève de la faim dans les prisons d’Israël »
par bye Dim 23 Avr - 18:31

» « Enculé, ordure ! ». Philippe Poutou insulté par les flics
par bye Dim 23 Avr - 18:25

» La Sécurité sociale, une assistance ou un droit ?
par bye Dim 23 Avr - 18:22

» Birmanie: pour établir un mécanisme indépendant de réexamen de tous les cas de prisonniers politiques
par bye Ven 21 Avr - 6:02

» Gatti est mort. A la Parole Errante ses mots résonnent encore !
par bye Mer 12 Avr - 18:21

» Turquie : appel urgent au monde enseignant, aux associations et syndicats…
par bye Lun 3 Avr - 18:21

» APPEL À LA MOBILISATION CONTRE LE PROCHAIN SOMMET DE L’OTAN !
par bye Sam 1 Avr - 5:30

» Communiqué de presse de SUD éducation Guyane du 28 mars
par bye Jeu 30 Mar - 10:16

» Qu’est-ce qui ne va pas avec l’arabe à l’école ?
par bye Ven 24 Mar - 12:03

» Libérons l'oisiveté !
par bye Ven 17 Mar - 19:05

» Quand Espérance banlieues bat la campagne
par bye Ven 17 Mar - 19:00

» 8 mars : luttons toutes et tous pour l’égalité des droits !
par bye Mer 8 Mar - 11:01

» Désarmer la police, la proposition pas si saugrenue du NPA
par bye Mar 7 Mar - 12:50

» Fin du dispositif des Caomi: quelle orientation pour les mineurs isolés de Calais ?
par bye Sam 4 Mar - 9:58

» Les fonctionnaires répondent aux "menaces" de Marine Le Pen
par bye Sam 4 Mar - 6:25

» Réduction des indemnités et contrôles drastiques : Macron s’attaque aux chômeurs
par bye Sam 4 Mar - 6:22

» L'avenue Serge Dassault à Corbeil-Essonnes doit être débaptisée !
par bye Sam 4 Mar - 6:20

» Nouvelle révélation du Canard Enchainé : les copinages de Hamon et LVMH
par bye Sam 4 Mar - 6:18

» Une nouvelle menace pour les étrangers
par bye Mar 21 Fév - 12:02

» "Vous êtes la candidate du nanti-système", lance Charline Vanhoenacker à Marine Le Pen
par bye Lun 20 Fév - 20:30

» Vaccins : Marisol Touraine va-t-elle faire respecter la loi ou satisfaire les labos ?
par bye Lun 20 Fév - 20:26

» La tension monte d’un cran entre les Etats-Unis et le Venezuela
par bye Lun 20 Fév - 20:23

» Vandana Shiva : « Gandhi est plus pertinent qu’il ne l’a jamais été »
par bye Lun 20 Fév - 20:16

» Vague de froid en Europe : les migrants vulnérables
par bye Mar 7 Fév - 17:59

» Le centre pour les femmes et les familles migrantes a ouvert ses portes à Paris
par bye Mar 7 Fév - 17:56

» Des incidents éclatent à Aulnay-sous-Bois après les soupçons de viol de policiers
par bye Lun 6 Fév - 18:23

» Le maire rejette l'étude d'UFC-Que choisir sur l'eau potable
par bye Lun 6 Fév - 18:20

» DOCUMENT. Voici le contrat de travail de Penelope Fillon
par bye Lun 6 Fév - 18:17

» Le Hezbollah scrute avec inquiétude la nouvelle politique américaine au Moyen-Orient
par bye Lun 6 Fév - 18:14

» Huit hommes possèdent autant que la moitié de la population mondiale
par bye Mer 18 Jan - 20:06

» Délinquants solidaires : Pour en finir avec le délit de solidarité
par bye Mer 18 Jan - 13:29

» votre permis de conduire à portée de main
par neil89 Ven 13 Jan - 23:51

» Poursuivre la mobilisation pour une carte élargie des lycées de l’Education Prioritaire, en grève le 10 janvier !
par bye Mar 10 Jan - 11:50

» Grenade de désencerclement : un CRS mis en examen
par bye Sam 7 Jan - 20:59

» Les trois visages du vote FN
par bye Sam 7 Jan - 20:46

» Les deux jambes du militantisme
par bye Sam 7 Jan - 20:37

» Condamnés aujourd’hui pour avoir comparé Christiane Taubira à un singe
par bye Sam 31 Déc - 10:17

» Échapper au chaos
par bye Jeu 22 Déc - 17:53

» Le sénateur Carle coupable de détournement de fonds publics ? SUD éducation le dit depuis 2009 !
par bye Jeu 22 Déc - 15:06

» Maths : résoudre un problème
par bye Lun 12 Déc - 13:25

» Journée Internationale des droits de l'Homme: une situation inquiétante en Birmanie
par bye Dim 11 Déc - 11:17

» Comment les services de renseignement font la chasse aux employés des télécoms
par bye Sam 10 Déc - 18:54

» ET SI LE MASCULIN NE L’EMPORTAIT PAS SUR LE FEMININ ?
par bye Sam 10 Déc - 18:49

» Un document interne provoque un malaise à la SNCF
par bye Sam 10 Déc - 18:38

» Le gouvernement repousse l’évacuation de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes
par bye Sam 10 Déc - 18:29

» Légitime défense des policiers : faut-il tordre le droit ?
par bye Ven 9 Déc - 19:29

» Cadeau de fin d’année, un casier scolaire pour tous les marmots
par bye Mar 6 Déc - 13:59

» Violences policières, violences d’Etat
par bye Mar 6 Déc - 13:54

» La métamatière, les élites et les gouvernants
par De Bortoli Claude Ven 2 Déc - 9:54

» Comment les stups ont enfumé la justice
par bye Jeu 1 Déc - 12:26

» Quel opérateur
par bye Jeu 1 Déc - 12:24

» Fillon président ? Un coup de massue pour l’école
par bye Mer 30 Nov - 17:54

» « Pourquoi j’ai secouru des réfugiés. » Monument en l'honneur de Pierre-Alain Mannoni
par bye Mar 29 Nov - 13:06

» Jean-Luc Mélenchon ne passera pas au second tour de la présidentielle s'il ne se décide pas à parler au peuple
par bye Mar 29 Nov - 13:03

» Graeme Allwright : il t'a laissé la carte qui est si délirante qu'il n'aura plus jamais besoin d'une autre
par bye Mar 29 Nov - 13:00

» Mort de Fidel Castro : bilan de santé de la révolution castriste
par bye Mar 29 Nov - 12:57

» Vinci, piraté par des hacktivistes
par bye Ven 25 Nov - 18:38

» Le Mouvement de la Paix solidaire de la lutte des infirmières et infirmiers
par bye Ven 25 Nov - 18:35

» presentation de moi
par bye Ven 25 Nov - 18:30

» tests
par Matteo13 Mer 23 Nov - 7:48

» Un système d'accueil italien saturé face au nombre toujours aussi important d'arrivées
par bye Lun 21 Nov - 19:08

» Comment fonctionnera le « centre humanitaire » de Paris ?
par bye Lun 21 Nov - 19:06

» Un quart des enfants européens est menacé par la pauvreté
par bye Lun 21 Nov - 19:02

» Cuba : Le Conseil d’État décrète l’amnistie de 787 condamnés
par bye Sam 19 Nov - 11:11

» TURQUIE : Cesser la « chasse aux sorcières » à l’encontre des employé(e)s de l’éducation
par bye Jeu 17 Nov - 18:57

LE SITE

Dans Les Coulisses de Demain

FORUMS & SITES AMIS

FORUM EST INSCRIT SUR


    inégalités sociales !

    Partagez
    avatar
    Rabasse du sud

    Nombre de messages : 2398
    Localisation : la provence
    Emploi/loisirs : chercheur
    Date d'inscription : 26/11/2007

    inégalités sociales !

    Message par Rabasse du sud le Mar 8 Jan - 16:20

    Baromètre des inégalités et de la pauvreté, édition 2006 : Bip40 poursuit sa hausse





    Pour la troisième année consécutive, les inégalités et la pauvreté ont progressé en France en 2004. Après avoir fortement baissé entre 2000 et 2001, les inégalités ont recommencé à augmenter à partir de 2002. La hausse a été particulièrement forte en 2003 et s’est poursuivie en 2004 : cette année-là, les inégalités ont atteint leur plus haut niveau depuis 20 ans. C’est ce que montre la nouvelle édition du « Bip40 ».
    Au mois de février dernier, l’Observatoire National de la Pauvreté et de l’Exclusion Sociale (ONPES) a rendu public son dernier rapport. De façon surprenante, l’Observatoire n’a pas tenu la conférence de presse qui accompagne d’habitude cette publication annuelle. Les autorités ministérielles auraient-elles voulu éviter d’attirer l’attention sur la hausse du taux de pauvreté monétaire calculé par l’Insee, ou sur l’envolée du nombre de titulaires du RMI ? Alors que les chiffres du Dow Jones et du Cac 40 sont présents dans tous les médias, le débat sur les inégalités et la pauvreté semble demeurer tabou dans notre pays. C’est pour nourrir ce débat que le RAI publie depuis quelques années un indicateur synthétique, le Bip40 (Baromètre des inégalités et de la pauvreté) qui résume en un indice synthétique plus de 60 indicateurs regroupés en six grands domaines : revenus, emploi, éducation, logement, santé, justice. En 2004, le Bip40 s’envole d’abord à cause de la hausse du chômage. Les chômeurs non seulement sont plus nombreux, mais ils reçoivent moins souvent une indemnisation : la proportion d’allocataires de l’Unedic parmi les demandeurs d’emploi diminue. Les écarts de taux de chômage entre cadres et ouvriers recommencent à augmenter, de même qu’entre jeunes et vieux. Cette situation pèse sur les conditions de vie des ménages dont une proportion croissante vient gonfler le nombre d’allocataires de minima sociaux. Dans ce contexte, la précarité de l’emploi (CDD, intérim, sous-emploi) a recommencé à augmenter en 2004 et continue à se situer à un niveau élevé. Par ailleurs, les conditions de travail continuent de se dégrader, avec la multiplication des maladies professionnelles et une gravité croissante des accidents du travail. La hausse du Bip40 traduit aussi une dégradation sans précédent de la situation du logement. Le prix des loyers continue de flamber, appauvrissant directement les familles locataires les moins favorisées. Le nombre d’assignations pour loyers impayés n’a jamais été aussi élevé qu’en 2004. En matière de consommation, le nombre de ménages surendettés a battu des records, et le nombre des incidents de crédit (chèques impayés) reste très élevé. Dans le domaine de la justice, la situation reste très dégradée. Les politiques sécuritaires prennent le pas sur les politiques sociales : on emprisonne les pauvres faute de vouloir réduire la pauvreté. Le taux d’incarcération a fait un bond spectaculaire en 2004 dans notre pays, atteignant son niveau record de 98 pour 100 000 habitants. Quant aux étrangers, leur situation demeure précaire : le taux de reconnaissance du statut de réfugié est de 17%, proche de son plus faible niveau des vingt dernières années. En 2004, les inégalités en matière d’éducation se maintiennent, après avoir augmenté au cours des deux années précédentes. Jusqu’au milieu des années 1990, ces inégalités se réduisaient, modérant la hausse du Bip40 ; ce n’est plus le cas désormais. La démocratisation de l’école s’est interrompue, les inégalités en matière de réussite scolaire ne se réduisent plus. Une situation analogue s’observe dans le domaine de la santé. La réforme de l’assurance maladie va laisser à la charge des patients une part croissante des frais de santé. Si l’espérance de vie continue à progresser en moyenne, les travaux récemment publiés par l’Insee montrent que les écarts d’espérance de vie entre cadres et ouvriers n’ont pas cessé d’augmenter. Enfin, dans le domaine des revenus, la part des salaires dans la valeur ajoutée reste à un niveau historiquement très faible, tandis que les politiques fiscales ont continué à favoriser les ménages les plus aisés. Par ailleurs, les revenus financiers occupent désormais une place considérable dans le revenu des ménages et la part des ménages imposés à l’ISF n’a jamais été aussi élevée. Ces évolutions pèsent de façon importante sur le niveau de vie des ménages de salariés qui ne disposent que des revenus de leur travail. Sur plus long terme, les variations du Bip40 signalent une augmentation préoccupante des inégalités. La dégradation du tissu social au cours de la période n’a été ni continue ni inéluctable, mais semble désormais durablement installée. Au-delà des fluctuations de court terme, qui peuvent être sensibles sous l’impulsion de changements politiques, comme ce fut le cas entre 1998 et 2001, la montée des inégalités et de la pauvreté se poursuit depuis 20 ans.


    © 2004-2007 - Réseau d'Alerte sur les Inégalités
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8762
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: inégalités sociales !

    Message par bye le Mar 8 Jan - 19:03

    Excellent, ( si je puis m'exprimer ainsi! ), l'ami Rabasse.Sur des assises viciées, où le déterminisme reproduit à l'intérieur de chaque classe, les héritages d'éducation, de positionnement social, d'environnement relationnel ( ce qui identifie chaque classe ), sauf à la marge où un individu peut s'échapper de sa classe pour en intégrer une autre, supérieure, et où le régime politique en place détruit les effets d'outils ou d'instruments ( l'Etat redistributeur à ne pas confondre avec l'Etat keynésien relançant la machine économique ),pouvant permettre d'atténuer la portée ou l'agressivité des lois du marché ,il conviendrait a minima de corriger les leviers qui accélèrent ces inégalités, comme les privatisations, la place toujours plus grande octroyée aux revenus du capital, au détriment des salaires,..

    Invité
    Invité

    Re: inégalités sociales !

    Message par Invité le Mar 8 Jan - 22:58

    yo, bye, tu permets que je te dises pourquoi je ne crois pas en l anarchie, sans a priori politique, c est parce que tu n as pas la notion du temps, la masturbation intellectuelle pour que tous les citoyens adherent a une methode societale fondamentement differente, c est du temps, des annees, des siecles...Tu le sais en lisant l histoire, et il faudrait une cata pour tout remettre en cause.
    le temps est passé, dirons nous. L urgence serait d adapter le type capitalime democratique a la restauration des eco systemes, des depollutions des nouvelles technologies avec les nouvelles energies,
    tu sais tout ça.
    vous tous forumeurs, vous savez pour le rassemblement de fevrier a paris comme ecotone nous l a signalé, oui mais le PS déclare ne pas etre de la fete, que faire sans l appui de la majorite des socialos?
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8762
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: inégalités sociales !

    Message par bye le Mer 9 Jan - 0:21

    mon cher assayachris,
    je suis d'abord passionné par le désintéressement des gens porteurs de ces idées, et il y en eut dans le passé, comme il en existe toujours. J'ai avant de militer dans ces groupes, fréquenté d'autres chemins de la pensée socialiste; tant au niveau culturel, vie au quotidien, rejet de la norme ( au sens large ) de la morale, rapport avec les femmes,.. sans porter de jugement sur ceux ou celles qui ont adopté des styles de vie que ceux que je viens de souligner, ce n'est pas comparable.
    A côté d'une pratique sociale, qui a généré des idées audacieuses, ou des pratiques syn dicales comme la souveraineté des assemblées générales en cas de conflit, sur toute bureaucratisation, par exemple, ou l'exercice de l'oeil critique par rapport à tout discours ou message politique ( même venant de nos camarades ), sans compter les luttes sociales importantes qui ont été menées avec d'autres ( par exemple, la fête du 1° mai provient de la pendaison d'anarchistes américains Le 1° mai 1886 à Haymarket aux Etats-Unis: ces syndicalistes revendiquaient la journée de travail de 8 heures ), ou contre l'alcoollisme dans la classe ouvrière ( Jules Durand, charbnnier au Havre et anarchiste, qui fut accusé à tort d'assassinat et fut condamné à la peine de mort, commué en réclusion.L'affaire prit un caractère international, digne de l'émotion soulevée par le procès et la condamnation de Sacco et Vanzetti.Il était militant antialccolique.)
    Bref, beaucoup de militants ont contribué à émanciper, apporter un peu plus de bien-être aux salariés, ouvriers particulièrement.Et celà continue, sur las bases de la méfiance absolue vis à vis des bureaucraties syndicales, et sans concession face au patronnat et àl'Etat.Déjà, si cette tâche est convenablement remplie, les anarchistes n'ont pas à rougir (sic).
    Concernant la révolution sociale, telle que nous l'aimerions, c'est nettement plus compliqué, et elle passe par une montée de l'exigence des gens, afin de prendre leur destin entre leurs mains.Cela passe pardes réunions, collages, manifs,..C'est plus contraignant que de mettre un morceau de papier dans une urne, pour un vote quelqconque, ou un référendum: dans les 2 cas, il n'ya aucune prise sur les leviers de la société.Pour la Constitution Européenne, l'éloignement du centre de décision est trop patent pour attendre quelque chose en terme de prise en considération de ce que les gens veulent vraiment.
    En général, quand il y a choix, mieux vaut opter pour la décision la plus difficile, la plus engageante.Celà vaut pour la politique, comme pour le reste.

    Invité
    Invité

    Re: inégalités sociales !

    Message par Invité le Mer 9 Jan - 0:51

    tu me reponds en politisant le sujet sur lequel je ne veux etre amener...pas le fait des actes du passé ni des actes militants en cours, mais des conditions dans lesquelles la terre tourne, avec notre indécision de prendre en main le vrai reel probleme qui se pose a tous, la suite du grenelle, la reaction a l urgence,..on nous alarme depuis assez longtemps de la situation de la planete, il semble a vos propos tous nombrilistes que vous avez le temps de changer la politique de vos pays et d y refondre une societe a vos gouts, et là le temps durée est incertain mais vous aurez encore piller les matieres premieres et consumés vos tonnes de dechets avant de vous atteler a la tache de preservation des especes, de notre monde. Il se peut que dans qques ans, les republiques occidentales ait d autre urgence pour ne s occuper des qques mecontents d un systeme certe en panne mais tout de meme abritant les civilisations relativement aisées.
    D où mon insistance a desirer des debats plus en phase aves la realite, pas des discours n ayant pas d effet sur le present, et l avenir sera peut etre.
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8762
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: inégalités sociales !

    Message par bye le Mer 9 Jan - 1:08

    D'accord, je vais répondre plus précisément à ta question: la suite du grenelle.
    Je pense qu'aucun dirigeant, en France et ailleurs, ne veut s'atteler réellement au prblème.Lorsque comme toi, j'écoute des spécialistes, beaucoup sont d'accord pour déclarer qu'il faut agir vite et fort: les mesurettes du Grenelle ou celles prises dans d'autres pays ne changeront rien, sur le fonds.
    Il faut poser franchement des questions de société: consommation à outrance, trop de voitures, transports routiers trop nombreux,..
    Bref, tout rvient à casser le moteur de la société: je suis pour une logique de décroissance, et personnellement, je l'applique depuis assez longtemps.L'individu n'est pas destiné qu'à consommer: c'est une drogue, et qui enrichit pas mal d'intermédiaires, producteurs,..Qui peur tenir ce discours, et pourtant, c'est le seul qui est crédible.
    Les ressources de la terre s'épuisent: pétrole, uranium, gaz, charbon,..Et même si le progrès des techniques peut suppléer à des richesses défaillantes, je persiste à dire qu'il faut se désaliéner de la consommation, de façon à redonner plus d'espace à notre liberté, à nos facultés de sentir, vivre, créer, trop étouffées par des pulsions addistives.

    Invité
    Invité

    Re: inégalités sociales !

    Message par Invité le Mer 9 Jan - 1:41

    je vais dire ça aux gens qui aspirent a vivre comme nous, ils diront qu on a jouit sans les attendre, qu on a piller sans eux, qu il ne faut pas rever, qu ils sont a leur place avec leur conso reduite, ils vont pas aimer.
    et j ferais pas des gosses et j veux pas etre gpere.
    on bouffe on bouffe pas.....
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8762
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: inégalités sociales !

    Message par bye le Dim 21 Nov - 19:44

    L’évolution des inégalités de revenus en France
    inegalites.fr | 27 octobre 2010

    mardi 16 novembre 2010

    Les inégalités de revenus se sont accrues au cours des dix dernières années. Le revenu annuel moyen des 10 % les plus modestes s’est élevé de 970 euros entre 1998 et 2008, celui des 10 % les plus riches de 11 530 euros.

    Le jugement que l’on peut porter sur les inégalités de revenus dépend de l’échelle de temps et de l’instrument de mesure que l’on utilise. Contrairement à une thèse répandue, la question n’est pas de "faire dire ce qu’on veut aux chiffres", mais de se mettre d’accord à la fois sur les dates d’observation et les outils.

    Depuis les années 1970

    L’outil utilisé le plus souvent pour mesurer les inégalités de revenus est le rapport entre ce que touchent les 10 % les plus riches et ce que touchent les 10 % les plus pauvres. C’est une mesure relative des inégalités. Les statisticiens appellent cet indicateur, le "rapport interdécile". Plus exactement, il ne s’agit pas de ce que "touchent" les plus riches et les plus pauvres, mais de valeurs limites : le rapport entre le niveau de vie minimum des 10 % les plus riches (ce qui s’appelle un décile, le neuvième) et le niveau de vie maximum des 10 % les plus pauvres (un autre décile, le premier). Tout cela, après impôts directs et prestations sociales.

    Avec cet outil, et si l’on observe les choses depuis les années 1970, la diminution est nette : le rapport interdécile est passé de 4,8 à 3,1. On peut bien parler d’une baisse des inégalités qui a lieu de 1970 à 1984, ensuite l’évolution est très faible.

    mardi 16 novembre 2010

    Les inégalités de revenus se sont accrues au cours des dix dernières années. Le revenu annuel moyen des 10 % les plus modestes s’est élevé de 970 euros entre 1998 et 2008, celui des 10 % les plus riches de 11 530 euros.

    Le jugement que l’on peut porter sur les inégalités de revenus dépend de l’échelle de temps et de l’instrument de mesure que l’on utilise. Contrairement à une thèse répandue, la question n’est pas de "faire dire ce qu’on veut aux chiffres", mais de se mettre d’accord à la fois sur les dates d’observation et les outils.

    Depuis les années 1970

    L’outil utilisé le plus souvent pour mesurer les inégalités de revenus est le rapport entre ce que touchent les 10 % les plus riches et ce que touchent les 10 % les plus pauvres. C’est une mesure relative des inégalités. Les statisticiens appellent cet indicateur, le "rapport interdécile". Plus exactement, il ne s’agit pas de ce que "touchent" les plus riches et les plus pauvres, mais de valeurs limites : le rapport entre le niveau de vie minimum des 10 % les plus riches (ce qui s’appelle un décile, le neuvième) et le niveau de vie maximum des 10 % les plus pauvres (un autre décile, le premier). Tout cela, après impôts directs et prestations sociales.

    Avec cet outil, et si l’on observe les choses depuis les années 1970, la diminution est nette : le rapport interdécile est passé de 4,8 à 3,1. On peut bien parler d’une baisse des inégalités qui a lieu de 1970 à 1984, ensuite l’évolution est très faible.


    L’évolution entre 1998 et 2008

    Il est juste de mesurer les évolutions des inégalités sur une longue période, les commentaires sur les variations d’une année sur l’autre n’ont pas grande valeur compte tenu des écarts de mesure. Mais remonter 40 ans en arrière est tout de même une bien longue période. Si l’on se concentre sur les dix dernières années, l’observation est différente. Surtout si à la place des "déciles", on observe le revenu moyen de chaque tranche de 10 %. Une très forte progression des 5 % les plus riches peut ne rien modifier à la valeur du neuvième décile (celui qui sépare les 90 % les moins riches des 10 % les plus riches), mais elle va accroître la valeur moyenne de la tranche. Les moyennes comprennent des très bas et des très hauts revenus, qui ne sont pas pris en compte quand on ne s’intéresse qu’aux valeurs limites des tranches.

    L’observation que l’on peut faire sur dix ans est sensiblement différente. Entre 1998 et 2008, le niveau de vie moyen des 10 % les plus pauvres a progressé de 13,7 % soit 970 euros, une fois l’inflation déduite. Le niveau de vie moyen des 10 % les plus riches a augmenté de 27,3 % soit… 11 530 euros. L’écart relatif entre ces deux catégories a augmenté : les plus modestes touchent 6,7 fois moins que les plus aisés, contre 6 fois en 1998. En valeur absolue, l’écart est passé de 35 170 à 45 730 euros. En moyenne, les 10 % les plus riches ont gagné près de 10 mois de Smic net supplémentaire en dix ans.

    Que s’est-il passé depuis 2008 ?

    Tout en haut de la pyramide des revenus, les revenus financiers représentent une part importante des ressources et en 2009-2010 ce type de revenus a enregistré des performances moins bonnes. Mais il en est de même pour les plus bas revenus, lourdement frappés par la crise, et pour qui les pertes de ressources auront des conséquences bien plus dramatiques que pour ceux qui vivent de leurs rentes...

    Conclusion :

    Plus personne ne peut contester la hausse des inégalités dans les années récentes. Principalement parce que les revenus des très riches se sont envolés. Entre 2004 et 2007, les 0,01 % les plus riches ont vu leur revenu annuel s’accroître de 360 000 euros ! (données avant impôts). Les inégalités se sont aussi accrues au niveau des 10 % les plus riches : le neuvième décile a touché 5 000 euros de plus en dix ans, ce qui reste modeste rapporté aux 0,01 % les plus riches, mais qui représente cinq fois plus que le gain du premier décile. Avec retard et avec moins d’ampleur, la France suit le chemin emprunté par les Etats-Unis dès le milieu des années 1970 et la Grande-Bretagne quelques années après. Les baisses d’impôts effectuées depuis dix ans ont accompagné ce mouvement.
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8762
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: inégalités sociales !

    Message par bye le Dim 19 Déc - 8:07

    Entre les salaires des petits et grands patrons, 569 smic d’écart

    Les petits patrons français vont-ils un jour se révolter ? Au vu des classements de fin d’année sur la rémunération des PDG, ils auraient de quoi. Entre les stars du CAC 40 qui émargent à plus de 200 fois le smic, et les gagne-petit des PME, le fossé est immense, comme le constate la CGPME et le cabinet Proxinvest, qui appuient leurs évaluations sur les chiffres 2008 de l’Insee, les documents boursiers du CAC 40 et du SBF 120, premières capitalisations boursières françaises.

    Ainsi :

    Carlos Ghosn, PDG de Renault-Nissan, gagne 9 240 809 euros annuels, soit 572 smic par mois (à 1 344 euros brut par mois) ;

    Nordine Hachémi, PDG de Séchilienne-Sidec, gagne 4 322 210 euros annuels, soit 267 smic par mois ;

    Robert Dupont, PDG d’une PME de moins de vingt salariés, gagne 48 000 euros annuels soit trois smic par mois.

    La France en retard sur les questions de gouvernance

    Depuis la financiarisation de l’économie au tournant des années 2000, les grands patrons français vivent sur un (très) grand pied. Juste derrière les Américains, mais loin devant tous leurs voisins européens. Le cabinet Proxinvest, peu suspect de CGTite aiguë, dresse le constat que les grands patrons n’ont pas tiré en 2009 :

    « Etrangement, la France, qui était il y a quelques années encore en avance sur les questions de gouvernance, est restée à l’écart du débat concernant le vote annuel des actionnaires sur la politique de rémunération, vote aussi appelé “Say on Pay”, généralisé au Royaume-Uni, aux Pays-Bas et en Suisse, adopté en 2009 en Allemagne et enfin en 2010 en Belgique et aux Etats-Unis. […] »

    Bien sûr, en présentant le bilan 2010 de l’application du code Afep-Medef, Maurice Lévy et Laurence Parisot se sont félicités des progrès accomplis. Il est vrai que la rémunération globale des patrons du CAC 40 a plutôt baissé ces trois dernières années. A cause de l’effondrement du cours des actions, la « part actionnariale » de cette rémunération a chuté de 46%. La « part salariale », elle, a grimpé l’an dernier de 5%.

    La pente est aussi forte que rapide

    Jusqu’à 50 salariés, les entreprises semblent gérer « normalement » les écarts de salaires. Que Robert Dupont gagne trois fois le smic, donc à peu près deux fois le salaire moyen de ses employés, paraît justifié au regard des responsabilités exercées.

    Ainsi, en 2008, le salaire moyen des dirigeants d’entreprise atteint 61 300 euros, soit 5 108 euros mensuels. Mais c’est une moyenne. En réalité, la pente est aussi forte que rapide :

    * de 20 à 49 salariés, le salaire du patron s’élève à 6 733 euros ;
    * après 50 salariés, cela monte à 10 942 euros ;
    * au-delà de 250 salariés, on arrive à une moyenne de 17 475 euros mensuels.

    Et ainsi de suite… jusqu’au sommet du CAC 40. Où l’opacité règne encore dans le flou entretenu par les conseils d’administration. Proxinvest résume cela d’un sévère : « La transparence progresse, mais la responsabilité régresse. » Le cabinet relève trois points noirs :

    1. La France ne soumet pas les rémunérations des dirigeants à l’approbation de l’assemblée des actionnaires et encore moins celles des présidents non exécutifs.
    2. Idem pour l’absence d’informations sur les retraites chapeau, qui échappent au contrôle des actionnaires. Le patron de Publicis et de l’Afep, Maurice Lévy, en sait quelque chose.
    3. Enfin, des critères de performance, qui définissent la part variable des rémunérations, ne sont pas du tout lisibles, voire simplement pas communiqués.

    Photo : des billets de banque (Kevin Rawlings/Flickr).

    Voir en ligne : Entre les salaires des petits et grands patrons, 569 smic d’écart

    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8762
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: inégalités sociales !

    Message par bye le Dim 11 Sep - 20:50

    Inégalités sociales : le cancer tue plus les pauvres

    http://www.actualite-francaise.com/depeches/inegalites-sociales-cancer-tue-plus-pauvres,821.html



    Dans : Info Santé



    L’Institut de veille sanitaire (InVS) publie, dans le Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH), une conclusion accablante sur les risques de cancers dans les différentes couches sociales en France.

    « De fortes inégalités sociales de mortalité par cancer sont observées chez les hommes, en particulier pour les cancers des voies aérodigestives supérieures (VADS). Les inégalités sociales sont moins importantes chez les femmes, mais elles sont observées pour l’utérus, l’estomac et le poumon », annonce l’InVS sur son site Internet.

    « Ces résultats soulignent l’ampleur et l’actualité du problème des inégalités sociales de mortalité par cancer en France », ajoute l’institut.

    Entre 1980 et 1989, un ouvrier avait deux fois plus de chance de mourir entre 30 et 65 ans qu'un cadre.

    Les causes ? Le tabac et l’alcool qui ne sont pas consommés de la même façon dans les différentes catégories sociales.

    Les différents accès aux soins et aux systèmes de dépistages expliquent aussi ces fortes disparités dans la population.



    Contenu sponsorisé

    Re: inégalités sociales !

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Sam 18 Nov - 0:09