LIBRE DISCUSSION DANS LES COULISSES DE DEMAIN

Débattons en toute liberté, dans le respect de l’autre, sur tous les sujets qui composent notre société : politique, économie, environnement, religion, philosophie, paranormal, sciences, famille, santé, mode, sexualité, loisirs, sports, divertissements…

Derniers sujets

» Appel de Raymond Millot : Un projet émancipateur face aux dangers de l’anthropocène
par bye Mar 21 Nov - 12:54

» Les émissions de CO2 repartent à la hausse
par bye Ven 17 Nov - 17:05

» l’idéologie du consentement, outil d’émancipation ou d’isolement individuel ?
par bye Lun 13 Nov - 12:21

» Droit au logement opposable : le bilan chiffré 2008-2016
par bye Jeu 9 Nov - 20:02

» La rétention des « dublinés », dans l’attente d’un transfert, est contraire au règlement Dublin
par bye Lun 6 Nov - 18:33

» Face à la situation en Catalogne
par bye Mer 1 Nov - 11:33

» ACTUALITÉ SOCIÉTÉ ET POLITIQUE
par bye Sam 21 Oct - 10:37

» Offre de Prêt Entre Particulier Sérieux en 72H
par gramophone Ven 20 Oct - 9:32

» Offre de Prêt Entre Particulier Sérieux en 72H
par gramophone Ven 20 Oct - 9:32

» Offre de Prêt Entre Particulier Sérieux en 72H
par gramophone Ven 20 Oct - 9:31

» Offre de Prêt Entre Particulier Sérieux en 72H
par gramophone Ven 20 Oct - 9:31

» Bus de la honte : ne laissons pas l’avenir aux réactionnaires
par bye Sam 14 Oct - 12:44

» La métamatière et le peuple
par Claude De Bortoli Ven 6 Oct - 9:27

» Vers un retour du délit de solidarité ?
par bye Sam 30 Sep - 6:45

» Dossier : de l’École capitaliste à l’éducation émancipatrice
par bye Mer 13 Sep - 19:07

» Education : le « désastre » d’un enseignement tiré vers le bas...
par bye Lun 4 Sep - 12:13

» Offre de prêt entre particuliers rapide en 72h
par BastienL Dim 13 Aoû - 19:49

» Jean Gadrey, économiste : “Il faut remettre la réduction du temps de travail au cœur du débat public”
par bye Mar 8 Aoû - 19:04

» Le « chavo-madurisme » n’est rien moins qu’une dictature pure et simple
par bye Dim 6 Aoû - 18:52

» Gel des postes et du budget de l’éducation nationale : non, cette école ne nous convient pas !
par bye Mer 12 Juil - 13:56

» G 20 Hambourg
par bye Lun 10 Juil - 11:51

» Handicapée, je ne peux continuer à enseigner dans mon académie
par bye Mer 5 Juil - 6:21

» Pour une éducation populaire féministe
par bye Lun 12 Juin - 18:20

» La CNT a écrit aux Éditions Belin
par bye Mar 6 Juin - 10:20

» Blanquer ministre de l’Education nationale : au secours, Sarkozy revient !
par bye Jeu 25 Mai - 11:08

» L'accaparement des terres en Birmanie
par bye Mer 17 Mai - 18:42

» Un enseignant kurde témoigne...
par bye Lun 15 Mai - 17:50

» La métamatière et le Roi de la Terre
par De Bortoli Claude Mar 2 Mai - 9:52

» Au-delà des élections
par bye Mer 26 Avr - 17:26

» Les Etats-Unis ont utilisé leur plus puissante bombe non-nucléaire en Afghanistan, une première
par bye Dim 23 Avr - 18:35

» « Pourquoi nous sommes en grève de la faim dans les prisons d’Israël »
par bye Dim 23 Avr - 18:31

» « Enculé, ordure ! ». Philippe Poutou insulté par les flics
par bye Dim 23 Avr - 18:25

» La Sécurité sociale, une assistance ou un droit ?
par bye Dim 23 Avr - 18:22

» Birmanie: pour établir un mécanisme indépendant de réexamen de tous les cas de prisonniers politiques
par bye Ven 21 Avr - 6:02

» Gatti est mort. A la Parole Errante ses mots résonnent encore !
par bye Mer 12 Avr - 18:21

» Turquie : appel urgent au monde enseignant, aux associations et syndicats…
par bye Lun 3 Avr - 18:21

» APPEL À LA MOBILISATION CONTRE LE PROCHAIN SOMMET DE L’OTAN !
par bye Sam 1 Avr - 5:30

» Communiqué de presse de SUD éducation Guyane du 28 mars
par bye Jeu 30 Mar - 10:16

» Qu’est-ce qui ne va pas avec l’arabe à l’école ?
par bye Ven 24 Mar - 12:03

» Libérons l'oisiveté !
par bye Ven 17 Mar - 19:05

» Quand Espérance banlieues bat la campagne
par bye Ven 17 Mar - 19:00

» 8 mars : luttons toutes et tous pour l’égalité des droits !
par bye Mer 8 Mar - 11:01

» Désarmer la police, la proposition pas si saugrenue du NPA
par bye Mar 7 Mar - 12:50

» Fin du dispositif des Caomi: quelle orientation pour les mineurs isolés de Calais ?
par bye Sam 4 Mar - 9:58

» Les fonctionnaires répondent aux "menaces" de Marine Le Pen
par bye Sam 4 Mar - 6:25

» Réduction des indemnités et contrôles drastiques : Macron s’attaque aux chômeurs
par bye Sam 4 Mar - 6:22

» L'avenue Serge Dassault à Corbeil-Essonnes doit être débaptisée !
par bye Sam 4 Mar - 6:20

» Nouvelle révélation du Canard Enchainé : les copinages de Hamon et LVMH
par bye Sam 4 Mar - 6:18

» Une nouvelle menace pour les étrangers
par bye Mar 21 Fév - 12:02

» "Vous êtes la candidate du nanti-système", lance Charline Vanhoenacker à Marine Le Pen
par bye Lun 20 Fév - 20:30

» Vaccins : Marisol Touraine va-t-elle faire respecter la loi ou satisfaire les labos ?
par bye Lun 20 Fév - 20:26

» La tension monte d’un cran entre les Etats-Unis et le Venezuela
par bye Lun 20 Fév - 20:23

» Vandana Shiva : « Gandhi est plus pertinent qu’il ne l’a jamais été »
par bye Lun 20 Fév - 20:16

» Vague de froid en Europe : les migrants vulnérables
par bye Mar 7 Fév - 17:59

» Le centre pour les femmes et les familles migrantes a ouvert ses portes à Paris
par bye Mar 7 Fév - 17:56

» Des incidents éclatent à Aulnay-sous-Bois après les soupçons de viol de policiers
par bye Lun 6 Fév - 18:23

» Le maire rejette l'étude d'UFC-Que choisir sur l'eau potable
par bye Lun 6 Fév - 18:20

» DOCUMENT. Voici le contrat de travail de Penelope Fillon
par bye Lun 6 Fév - 18:17

» Le Hezbollah scrute avec inquiétude la nouvelle politique américaine au Moyen-Orient
par bye Lun 6 Fév - 18:14

» Huit hommes possèdent autant que la moitié de la population mondiale
par bye Mer 18 Jan - 20:06

» Délinquants solidaires : Pour en finir avec le délit de solidarité
par bye Mer 18 Jan - 13:29

» votre permis de conduire à portée de main
par neil89 Ven 13 Jan - 23:51

» Poursuivre la mobilisation pour une carte élargie des lycées de l’Education Prioritaire, en grève le 10 janvier !
par bye Mar 10 Jan - 11:50

» Grenade de désencerclement : un CRS mis en examen
par bye Sam 7 Jan - 20:59

» Les trois visages du vote FN
par bye Sam 7 Jan - 20:46

» Les deux jambes du militantisme
par bye Sam 7 Jan - 20:37

» Condamnés aujourd’hui pour avoir comparé Christiane Taubira à un singe
par bye Sam 31 Déc - 10:17

» Échapper au chaos
par bye Jeu 22 Déc - 17:53

» Le sénateur Carle coupable de détournement de fonds publics ? SUD éducation le dit depuis 2009 !
par bye Jeu 22 Déc - 15:06

» Maths : résoudre un problème
par bye Lun 12 Déc - 13:25

» Journée Internationale des droits de l'Homme: une situation inquiétante en Birmanie
par bye Dim 11 Déc - 11:17

» Comment les services de renseignement font la chasse aux employés des télécoms
par bye Sam 10 Déc - 18:54

» ET SI LE MASCULIN NE L’EMPORTAIT PAS SUR LE FEMININ ?
par bye Sam 10 Déc - 18:49

» Un document interne provoque un malaise à la SNCF
par bye Sam 10 Déc - 18:38

» Le gouvernement repousse l’évacuation de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes
par bye Sam 10 Déc - 18:29

» Légitime défense des policiers : faut-il tordre le droit ?
par bye Ven 9 Déc - 19:29

» Cadeau de fin d’année, un casier scolaire pour tous les marmots
par bye Mar 6 Déc - 13:59

» Violences policières, violences d’Etat
par bye Mar 6 Déc - 13:54

» La métamatière, les élites et les gouvernants
par De Bortoli Claude Ven 2 Déc - 9:54

» Comment les stups ont enfumé la justice
par bye Jeu 1 Déc - 12:26

» Quel opérateur
par bye Jeu 1 Déc - 12:24

» Fillon président ? Un coup de massue pour l’école
par bye Mer 30 Nov - 17:54

» « Pourquoi j’ai secouru des réfugiés. » Monument en l'honneur de Pierre-Alain Mannoni
par bye Mar 29 Nov - 13:06

» Jean-Luc Mélenchon ne passera pas au second tour de la présidentielle s'il ne se décide pas à parler au peuple
par bye Mar 29 Nov - 13:03

» Graeme Allwright : il t'a laissé la carte qui est si délirante qu'il n'aura plus jamais besoin d'une autre
par bye Mar 29 Nov - 13:00

» Mort de Fidel Castro : bilan de santé de la révolution castriste
par bye Mar 29 Nov - 12:57

» Vinci, piraté par des hacktivistes
par bye Ven 25 Nov - 18:38

» Le Mouvement de la Paix solidaire de la lutte des infirmières et infirmiers
par bye Ven 25 Nov - 18:35

» presentation de moi
par bye Ven 25 Nov - 18:30

» tests
par Matteo13 Mer 23 Nov - 7:48

» Un système d'accueil italien saturé face au nombre toujours aussi important d'arrivées
par bye Lun 21 Nov - 19:08

» Comment fonctionnera le « centre humanitaire » de Paris ?
par bye Lun 21 Nov - 19:06

» Un quart des enfants européens est menacé par la pauvreté
par bye Lun 21 Nov - 19:02

» Cuba : Le Conseil d’État décrète l’amnistie de 787 condamnés
par bye Sam 19 Nov - 11:11

LE SITE

Dans Les Coulisses de Demain

FORUMS & SITES AMIS

FORUM EST INSCRIT SUR


    Le Nouvel Obs.

    Partagez

    admin
    Administratrice

    Féminin
    Nombre de messages : 2788
    Date d'inscription : 23/11/2007

    Le Nouvel Obs.

    Message par admin le Mer 23 Jan - 14:29


    Pour rendre hommage pour le centenaire à Simone de Beauvoir, le nouvel obs n’a pas trouvé un autre moyen que de mettre à la une le cul de la « scandaleuse » grassement retouché !

    C’est nul.

    Ils ont retouché la photo à la manière dont Paris-Match le fait avec les bourrelets de Sarkozy. Ils gomment un peu de cellulite, de culotte de cheval et tant qu’à faire on recadre pour éliminer la cuvette des toilettes… Et pour faire ne pas « dépareiller » avec les photos des magnifiques demeures de l’avant-dernière page du nouvel obs, on revoit l’éclairage glauque des années 50 de la salle de bains…

    Et me voilà triplement en colère parce que :

      1° pour parler d’une femme de lettres, d’un prix Goncourt féminin… on nous montre son cul !

      2° ils osent retoucher Beauvoir pour la faire ressembler à un top modèle moderne.

      3° je n'avais pas imaginé que le nouvel Obs était capable d’autant de bassesses.


    Dernière édition par le Mer 13 Fév - 16:18, édité 1 fois
    avatar
    Kundalina

    Féminin
    Nombre de messages : 18
    Age : 43
    Date d'inscription : 14/12/2007

    Re: Le Nouvel Obs.

    Message par Kundalina le Jeu 24 Jan - 10:40

    Je suis également scandalisée par le choix de la photo , ça reflète bien l'état d'esprit de ceux qui l'ont fait ...c'est petit ! La grandeur de cette femme attise de la jalousie encore aujourd'hui , ce qui prouve bien qu'elle a marqué notre histoire . Le film passé récemment retraçant l'histoire de cette femme m'a beaucoup plu , l'interprétation est excellente et il m'a donné envie de relire le deuxième sexe . :D
    avatar
    Rabasse du sud

    Nombre de messages : 2398
    Localisation : la provence
    Emploi/loisirs : chercheur
    Date d'inscription : 26/11/2007

    Re: Le Nouvel Obs.

    Message par Rabasse du sud le Jeu 24 Jan - 11:40




    allez les filles!!

    LOL (le
    Invité

    Image lapsus révèlateur de la perception de la femme

    Message par LOL (le le Jeu 24 Jan - 14:25

    Ayant été l'une des premières a assumer dans le cadre de l'histoire, pas la seule, mais l'une de celle qui avait le respect pour ces pensées et non comme la première pas du nouvel obs, une femme dont on retouche l'image et qui par la suite a pour objet de parler de la forme et non du fond.

    Car parler du fond, c'est constater les informations suivantes: encore 7% seulement de femmes dans les conseils municipaux, mais surtout, plus vous montez et plus elles sont absentes.
    Pour ce qui est de la précaristation, alors la les records d'emplois précaires de statuts, d'inégalités aux salaires et fonctions, avancement et perspectives et effectivement un néant au 21eme siècle.

    Pour ce qui me concerne, depuis mon retour du danemark, vivant dans un pays réèllement égalitariste, ayant modifier le langage, "droits humains" et non "droits de l'homme".
    La perception de la compétence asexué qui permet donc d'optimiser leur socièté puisque cela ne dépend pas de préalable historique de l'imaginaire collectif construit a partir de l'homme, mais a partir du résultat et de la confiance.

    Mais plus loin, lors de mon apprentissage du danois, il était nécessaire pour le parler de conceptualiser la langue sans empreinte sexué sur les mots. (ce que vous avez en anglais, qui est dailleur d'empreinte nordique).

    De fait, pour parler danois, il faut passer le cap de l'alterité française construite sur la proéminence de l'homme, dans l'histoire dans la construction mental et les représentations qui permet a la socièté une plus grande cohérence et surtout une égalité plus grande de fait. (Même si il demeure sur les postes hautement èlevé un % encore proportionnellement d'homme plutôt que de femmes).

    Mais la socièté, dans les représentations publicitaires, montre que tout est possible. De fait, et concernant par exemple en france la question de l'égalité de traitement pour les personnes issues de l'immigration ou simplement différents, les publicitaires la socièté civile bref l'ensemble des institutions intègre donc par exemple le fait de vendre une voiture de luxe en ayant une femme comme représentante, de la richesse, de la compétence et de fait de la confiance.

    Au fait simplement de l'election présidentielle de l'année passée, il est évident rien que sur la sémantique et les techniques utilisées, que la notion de compétence revient constament dans les débat. Ce que l'on a appelé les boulettes au vue de ce qui se passe actuellement met en relief un sexisme qui tient a l'histoire, aux comportement au langage ainsi que finalement dans l'alterité construite chez l'homme et la femme française.

    A cela je prends conscience aussi qu'il s'agit d'un format, car pour une partie des femmes étant donc dans le fait de la mise en avant de l'homme, se formatent elles aussi a cet état de fait. Et c'est ce qui rend encore plus difficile dans les conversations, une autonomie de pensée qui part du principe de comparaison et qui est possible si vous êtes confronter a une culture matriarcale.

    L'avenir est dans l'égalité femme -homme, et je crois véritablement que cela n'est possible que si un faisceau d'éléments soient modifier. L'alterité (L'altérité implique une relation laïque, accueillante, qui s'associe au métissage des cultures, éloignée de la notion de tolérance. L'altérité est étroitement liée à la conscience de la relation aux autres en tant qu'ils sont différents et ont besoin d'être reconnus dans leur droit d'être eux-mêmes et différents) :D .

    Cette question d'alterité est centrale, car finalement la question qui actuellement est celle des banlieues est la même!! Elle concerne aussi le handicape.

    Ce qui amène de fait a penser qu'il s'agit de faire bouger l'alterité pour que chacune puisse se ressentir face a l'autre dans une égalité réèlle et non dans la constructions d'images qui il y a a peine 30 ans, étaient autour de
    l'image de l'homme de sa propre représentation et dont il est possible de voir au quotidien, qu'il s'agit d'un même type d'homme, qui n'est jamais en exemple, soit pour la question de la diversité, comme celle du handicape. afro

    Je suis de ceux qui pensent que mécaniquement, il faudra travailler sur l'alterité afin de permettre donc l'obligation de ceux qui vivent encore dans le c'était bien avant, de trouver une stabilité qui ne passe pas nécessairement par la comparaison qui n'est pas raison entre la femme et l'homme, alors qu'il y a aujourd'hui des milliards d'êtres humains chacun different l'un de l'autre, femme, homme bref quelque chose qui en lien avec une alterité basée sur le principe de la compétence ne fait pas apparaitres des appriories qui se construit sur des siècles.

    De fait, l'alterité est en soit la clef de la confiance de tous, et je suis certain que cela passe par l'émancipation totale de la femme (ce qui sera difficile pour l'homme), mais qui obligera celui a tenir compte du cerveau plutôt que du corp. (ce qui est marrant, c'est la différence entre la france et la scandinavie sur la culture de la beauté ou en france, c'est un tout, surtout sur les habits et la spéculations d'appartenance sociale, alors qu'en scandinavie, c'est la culture du corp. Donc physique).

    mais pour autant la construction du langage comme des images demeure centré sur la personne et non sur son sexe. Plus les femmes auront le pouvoir économique et plus cela changera. Dailleur autant pour ce qui concerne la diversité, que ce qui touche aux handicapes. cheers


    L'impact simplement d'un français comme moi labas et surtout l'appréhension de la langue et la culture ne fut possible que dans la mesure ou il fallait intègrer l'égalité de fait. (j'avais la chance d'avoir été éduqué par une femme) et cela lors de mon arrivée et par la suite lors de la prise de conscience de cette culture, c'était comme j'étais en cohérence dans un pays qui défend ces valeurs)....

    Je vous conseille par ailleur de vous interesser a Karen Blixen, qui au fait du changement chez les scandinaves progressivement mais réèllement a partir des années 30, il faut évident que par le fait aujourd'hui ils ou elles sont dans l'air du temps. (j'espère que nous allons franchir des étapes qui dépassent simplement la symbolique, spécialité maison). lol!


    Bref, il faut donc une nouvelle pensée en france, celle du constat et de l'action et non simplement du diagnostic et des commissions.

    C'est en marche, car le nombre de couples mono parentaux deviennent la norme et de ce fait cela bouge.
    Vous pouvez dailleur le constater a partir de la mode actuelle qui est le SLIM pantalons et autres qui démontre donc la proximité plus grande et l'identification plus importante des jeunes générations plus sensibles ou simplement assumant plus facilement l'image de la femme.

    Mais cela dit, le format que nous avons est essentiellement médiatique et globalement ceux qui sont les donneurs d'ordres dans la publicité, restent des hommes, cela se voit en comparaison direct avec ce pays.

    Ayant maintenant ce que l'on appel en danois "dansktaenkgang", je peux aisément m'exprimer sur le sujet et aussi de mon côté, personnel ou collectif faire avancer l'idée d'égalité.

    La lutte commence réèllement en france, et les signes d'autres pays latins comme l'espagne avec le mariage des homosexuels dans un pays ultra catholique, démontre qu'il est possible d'imposer l'égalité de fait.

    Ayant en moyenne pour les études supérieur un ration de 70% de femme pour 30% d'homme, plus vous montez et plus cela s'écrème, de fait d'ici une ou deux générations, les femmes seront donc elles mêmes les propres actrices de ce changement.

    Observer le monde anglo saxon, son langage et de fait il permet a l'alterité d'inscrire non pas un féminin ou un masculin sur les choses, mais sur les personnes. (ce qui est fondamentale pour ne pas associer des mots a conotation historique et forte sur un féminin. psycho

    Dernière exemple, la difference sur le langage démontre aussi la perception.

    Exemple, lorsqu'une femme est attend un enfant, en france on dit qu'elle est enceinte.
    Au Danemark on dit que la femme est Gravide pour dire qu'elle est enceinte.

    Nous utilisons en français le mot gravide pour parler d'une jument qui attend un poulain.
    Relation avec la nature que nous n'avons pas et que nous inscrivons autant dans le langage que dans l'attitude pour se différencier de l'animal que nous sommes et qui place l'homme et la femme devant plus la nature mais lui ou elle même en différence avec son environnement.

    Psychologiquement, il y a du travail a faire, mais nous sommes en chemin.

    Les femmes doivent nous le faire comprendre.
    avatar
    Rabasse du sud

    Nombre de messages : 2398
    Localisation : la provence
    Emploi/loisirs : chercheur
    Date d'inscription : 26/11/2007

    Re: Le Nouvel Obs.

    Message par Rabasse du sud le Jeu 24 Jan - 15:47

    je l'avais dit la femme est l'avenir de l'homme !


    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8763
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: Le Nouvel Obs.

    Message par bye le Mer 13 Fév - 8:58

    Ce sujet me passionne.Je le commente, tout d'abord, à partir de quelques aspects de mon vécu, puis tout en essayant de rester cadré ( oh! ), je tenterai quelques réflexions.

    Je n'ai pas vu la couverture du Nouvel Obs, mais j'en ai entendu parler.
    Voici quelques années, j'ai dévoré "le deuxième sexe", " les mémoires d'une jeune fille rangée" de Simone de Beauvoir. Vraiment, je ne m'en suis jamais remis.J'ai lu, à la même époque, "ainsi soit-elle", de Benoîte Groult, "ecoute ma différence" de Mariella Righini,..
    Je fréquentais beaucoup les cercles féministes, ceux qui acceptaient les hommes ( je le dis sans acrimonie, uniquement pour retracer avec précision ), et j'en suis resté très marqué.
    Avec ma compagne, nous avons continué les contacts avec certaines copines, qui gardaient la flamme, mais avec aussi des retours de bâton: certaines avaient quitté leurs hommes, par militantisme et se retrouvaient seules. D'autres avaient "négocié" une sorte de compromis avec cette société patriarcale,..

    Je pense que des avancées ont été constatées, mais c'est bien peu.L'inégalité se trouve au centre de la société, et les femmes en sont toujours les principales victimes.
    L'inégalité sociale et économique est patente, vérifiable à tout instant dans les statistiques.

    Mais ce qui me semble au moins aussi important, tout d'abord, c'est la digestion des réformes par le système, pour mieux conforter le pouvoir masculin dans quasiment tous les domaines.Oui, on montre telle dirigeante, comme un alibi. On pourrait faire le tour des structures de pouvoir ou de réel épanouissement, et celà permettrait sans doute de constater le fossé entre l'affirmation et la réalité.

    Et c'est dans la mentalité que rien ne bouge vraiment.C'est comme si , dans les meilleures configurations, était atteinte la zone incompressible.Quelques couples, bien sûr, ont dépassé les schémas, et ont chamboulé l'ordre des relations, des responsabilités, des tâches,..mais celà est vraiment infime, face à un monde mangé par le reprise en main du marché,..

    Les grandes avancées des féministes se sont faites de manière assez expressive, voire radicales ( soutenues par quelques hommes ).Sans en passer obligatoirement par là, je crains ou pense qu'une paix dans ce domaine, une acceptation tranquille, ne sert en rien la cause des femmes, et des hommes d'ailleurs.

    Perso: le langage est souvent décortiqué comme dimension linguistique , vecteur ou témoin de pensée, dans le débat politique , économique. Je pense que l'on peut élargir cette analyse à l'utilisation de certains mots ou attributs comme "mec", "nana",..pour ne prendre que les plus utilisés ou moins grossiers, mais qui restent tout de même "chargés" d'un certain sens., dans les relations des hommes avec des femmes.

    admin
    Administratrice

    Féminin
    Nombre de messages : 2788
    Date d'inscription : 23/11/2007

    Re: Le Nouvel Obs.

    Message par admin le Mer 13 Fév - 16:22

    bye a écrit:Ce sujet me passionne.Je le commente, tout d'abord, à partir de quelques aspects de mon vécu, puis tout en essayant de rester cadré ( oh! ), je tenterai quelques réflexions.

    Je n'ai pas vu la couverture du Nouvel Obs, mais j'en ai entendu parler.
    Voici quelques années, j'ai dévoré "le deuxième sexe", " les mémoires d'une jeune fille rangée" de Simone de Beauvoir. Vraiment, je ne m'en suis jamais remis.J'ai lu, à la même époque, "ainsi soit-elle", de Benoîte Groult, "ecoute ma différence" de Mariella Righini,..
    Je fréquentais beaucoup les cercles féministes, ceux qui acceptaient les hommes ( je le dis sans acrimonie, uniquement pour retracer avec précision ), et j'en suis resté très marqué.
    Avec ma compagne, nous avons continué les contacts avec certaines copines, qui gardaient la flamme, mais avec aussi des retours de bâton: certaines avaient quitté leurs hommes, par militantisme et se retrouvaient seules. D'autres avaient "négocié" une sorte de compromis avec cette société patriarcale,..

    Je pense que des avancées ont été constatées, mais c'est bien peu.L'inégalité se trouve au centre de la société, et les femmes en sont toujours les principales victimes.
    L'inégalité sociale et économique est patente, vérifiable à tout instant dans les statistiques.

    Mais ce qui me semble au moins aussi important, tout d'abord, c'est la digestion des réformes par le système, pour mieux conforter le pouvoir masculin dans quasiment tous les domaines.Oui, on montre telle dirigeante, comme un alibi. On pourrait faire le tour des structures de pouvoir ou de réel épanouissement, et celà permettrait sans doute de constater le fossé entre l'affirmation et la réalité.

    Et c'est dans la mentalité que rien ne bouge vraiment.C'est comme si , dans les meilleures configurations, était atteinte la zone incompressible.Quelques couples, bien sûr, ont dépassé les schémas, et ont chamboulé l'ordre des relations, des responsabilités, des tâches,..mais celà est vraiment infime, face à un monde mangé par le reprise en main du marché,..

    Les grandes avancées des féministes se sont faites de manière assez expressive, voire radicales ( soutenues par quelques hommes ).Sans en passer obligatoirement par là, je crains ou pense qu'une paix dans ce domaine, une acceptation tranquille, ne sert en rien la cause des femmes, et des hommes d'ailleurs.

    Perso: le langage est souvent décortiqué comme dimension linguistique , vecteur ou témoin de pensée, dans le débat politique , économique. Je pense que l'on peut élargir cette analyse à l'utilisation de certains mots ou attributs comme "mec", "nana",..pour ne prendre que les plus utilisés ou moins grossiers, mais qui restent tout de même "chargés" d'un certain sens., dans les relations des hommes avec des femmes.
    C’est possible pour le langage, moi c’est surtout quand un homme dit fille au lieu de dire femme. Je ne sais pas, mais moi, quand je parle d’un homme, je parle pas d’un garçon. Quand je dis garçon, je parle d’adolescent ou d’enfant, mais pas d’homme.

    admin
    Administratrice

    Féminin
    Nombre de messages : 2788
    Date d'inscription : 23/11/2007

    Une midinette aux ongles laqués

    Message par admin le Mer 13 Fév - 17:40

    bye a écrit:"Une midinette aux ongles laqués"

    par Sylvie Tissot - Sociologue, membre du Collectif des féministes pour l'égalité

    Femme passionnée et femme malheureuse, à la fois autoritaire et soumise, intelligente mais toute en chair, tellement stylée malgré son étrange coiffure, dévoreuse d'amants mais pourtant liée toujours à un seul homme: de qui s'agit-il donc ? Britney Spears, Rachida Dati, Carla Bruni ? Non, ce portrait est celui que l'on trouve, dans le Nouvel Observateur, d'une femme qui fut une philosophe, une femme engagée et une militante, et qui, pour beaucoup, en France et à l'étranger, incarne le féminisme : Simone de Beauvoir. Les mêmes ressorts du portrait "people" ( la photographie "choquante" comprise, ici un nu en couverture de journal ) y sont mobilisés. Publié à l'occasion du centenaire de sa naissance, ce dossier en dit long sur les conditions que doit remplir une femme pour pénétrer, aujourd'hui en France, dans le panthéon des grands hommes.

    La première condition, c'est d'être...accompagné par un homme! Beauvoir l'est tout au long du dossier du Nouvel Observateur. Celui-ci s'ouvre par le récit de sa liaison avec Claude Lanzmann, enchaîne avec Jean-Paul Sartre, et se termine par l'amant américain Nelson Algreen. Il montre une femme qui vit une relation intense et conjugale (ses lettres à Lanzmann sont signées "ta femme"), une femme pleine de gratitude devant cet amour inespéré ("elle qui se croyait désormais trop vieille pour l'amour en pleure alors de bonheur ", écrivent les journalistes à propos d'une femme de... 44 ans). Ou, pour reprendre les termes de Lanzmann, "une vraie femme, complète".

    Lanzmann - et les journalistes - parlent-ils bien de Simone de Beauvoir ? L'auteure de "on ne naît pas femme, on le devient", celle qui a montré qu'être une femme ne renvoyait à aucune "nature" qui le pré-déterminerait ? Il semble que oui, et le ton est donné: la vraie femme n'est pas la féministe et la militante, c'est la "grande amoureuse", nous explique Arielle Dombasle, sollicitée par Le Nouvel Observateur ( peut-être parce qu'elle est, elle aussi, ce que Beauvoir semble être avant tout à leurs yeux : "femme de philosophe").

    Tout se passe donc comme si la vie amoureuse d'une femme qui ne s'est pas mariée, n'a pas eu d'enfant et semble avoir connu un certain nombre d'amants ou d'amantes, s'était en réalité déployée uniquement sous la tutelle des hommes ( ses relations homosexuelles ne sont évoquées que comme manifestation de sa personnalité "manipulatrice" ), sur le mode de la passion tragique et sur fond de réconciliation tardive avec la conjugalité monogame ( elle est enterrée " portant au doigt l'anneau d'argent que lui avait offert Nelson Algreen " ).

    La photographie publiée en "une" est, comme l'insistance sur la vie amoureuse de Beauvoir, assurément choquante. Comme si la philosophe avait dû, avant d'avoir l'honneur des magazines et la gloire de la célébration nationale, non pas seulement donner des gages de son amour pour les hommes, mais aussi...se déshabiller .Une femme n'est une "vraie" femme qu'en tant qu'elle est un corps, et un corps qui ne se refuse pas au regard des hommes..ni à celui des publicitaires.

    Mais que cette photographie dénudée ne prend tout son sens que par rapport au dossier d'Agathe Logeart et Aude Lancelin, et à l'opposition radicale, manichéenne, sur laquelle il repose, entre la vie sexuelle et affective de Simone de Beauvoir d'une part, et sa vie intellectuelle et militante d'autre part. " La compagne de Sartre déclara la guerre au patriarcat, mais fut aussi victime de la passion ", est-il expliqué en introduction. D'un côté Beauvoir agrégée de philosophie, auteure du Deuxième Sexe et Prix Goncourt, militante féministe et de gauche : de l'autre, Beauvoir , femme et amante, emportée par les désirs et les pasions : les deux réalités sont pensées comme antagonistes ; comme si sa vie amoureuse, son compagnonnage intellectuel et son couple non exclusif avec Sartre n'avaient rien à voir avec son questionnement des normes conjugales et familiales.

    Rien de ce qui ressort du "privé" de la vie de Simone de Beauvoir n'est jamais pensé comme "politique" : on en reste à cette opposition si "traditionnelle" - et réactionnaire - entre l'affect et l'intellect, le corps et l'esprit ( Michelle Le Doeuff, Le Sexe du Savoir, Aubier-Montaigne ). Cette opposition est sans doute une ficelle journalistique , mais elle permet aussi de réaffirmer la distinction entre les domaines qui seraient "naturellement " investis par les hommes et les femmes. Aux hommes, l'abstraction ; aux femmes, la passion. La tentative faite par Beauvoir de déconstruire dans ses livres, et de dépasser dans sa vie, cette sacro-sainte barrière est d'ailleurs associée à l'intolérance. Beauvoir est, toujours dans le même article, une " donneuse de leçons corsetée dans ses certitudes " ; elle est "sincère", dans son engagement, mais si "froide" qu'elle devient la "Dame de fer sartrienne ".

    L'opposition est renforcée par le propos implicite du dossier : la" nature" reprend toujours le dessus. N'est-elle pas restée "midinette jusqu'au bout de ses ongles laqués" ? Et Philippe Sollers d'expliquer que, par sa voix, " haut perchée, désagréable, butée, didactique, elle semblait vouloir nier sa belle image ". C'est dans le domaine de l'apparence, et non du langage articulé, que Beauvoir est le plus charmante. Ce que confirme Dombasle : " Cachée derrière des tailleurs rêches et des turbans austères ", elle était quand même " une femme ravissante ".Il aurait été malséant q u'une femme célèbre et française soit moche et mal fagotée.

    La Simone de Beauvoir intellectuelle et militante est enterrée par l'audace sollersienne : " Elle restera comme une garnde épistolière ." Décrétant supérieurs à son oeuvre théorique les chefs-d'oeuvre que sont les lettres d'amour, il nous invite à " (re)lire Beauvoir " épistolière, la Beauvoir du secret et du privé, des sentiments et de l'épanchement : enfin " sensuelle, drôle ".

    Ainsi le dossier vient alimenter la thématique favorite du backlash antiféministe ( Susan Faludi, Backlash : la guerre froide contre les femmes, éd.Des Femmes ): le combat des femems déssèche, isole, rend malheureux.Cette conclusion est amenée progressivement par l'idée que le combat de Beauvoir est violent. La " guerre" qu'elle mène est réduite à quelques revendications rapidement évoquées : le refus de "l'avenir mâle ", la non-mixité des groupes féministes, la défense du doit des femmes à la violence, la suppression de la famille au profit de la communauté...On aurait pu s'attendre à des explications.On devra se contenter d'une légère énumération, immédiatement suivie par cette ahurissante question : " Lue et écoutée, célébrée dans le monde entier, est-elle pour autant heureuse ? "

    La réponse tant attendue nous est donnée quelques pages plus loin par Dombasle, qui va jusqu'à célébrer l'échec de la quête beauvoirienne d'une " liberté au-dessus de ses forces ". Et la comédienne-cantatrice de conclure sur une bouleveversante vision de Beauvoir, qui " allait s'asseoir sur un petit banc, seule, près de la tombe de Sartre, pleurant l'amour de toute une vie ".

    C'est ce destin tragique qui ferait de Simone de Beauvoir une femme exceptionnelle. Pourquoi ? En raison de son caractère posé, de façon complètement tautologique, comme exceptionnel, et jamais en lien avec son oeuvre et son action. Le titre du dossier, " La scandaleuse " est révélateur car, si les journalistes citent les réactions indignées d'Albert Camus ou de François mauriac après la parution du deuxième Sexe en 1949 , elles ne jugent pas opportun de préciser quelles sont les thèses qui ont suscité cette mâle indignation !

    Beauvoir entre en somme dans le patrimoine national , à la manière de Guy Môquet dans le panthéon sarkozyste : comme un personnage mythifié et dépolitisé, déconnecté de tout contexte social et de tout rapport de domination. Les conflits sont gommés au profit d'une célébration du génie national, à laquelle elle est grâcieusement invitée à participer. Il est symptomatique que l'article consacré à l'actualité de Beauvoir enchaîne les témoignages de personnalité sféministes contemporaines, présentées comme des individualitézs et jamais comme actrices des luttes collectives. A contrario, la part belle est donnée, dans des encarts, à Sollers ou à Dombasle, célébrités parlant d'égal à égal avec Beauvoir, mais peu connues pour leur oeuvre philosophique - ou leur engagement féministe.

    Roland Barthes a montré comment la description des écrivains en vacances venait renforcer l'image de personnages " à part ", célébrés en tant que tels et jamais pour leur production ( Roland Barthes, Mythologies, Seuil ). Le dossier sur Simone de Beauvoir se termine avec l'hommage du petit peuple respectueux lors de ses obsèques : ces serveurs de la Coupole qui, " au passage du cortège, lui ont fait une haie d'honneur "..

    Contenu sponsorisé

    Re: Le Nouvel Obs.

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Ven 24 Nov - 2:49