LIBRE DISCUSSION DANS LES COULISSES DE DEMAIN

Débattons en toute liberté, dans le respect de l’autre, sur tous les sujets qui composent notre société : politique, économie, environnement, religion, philosophie, paranormal, sciences, famille, santé, mode, sexualité, loisirs, sports, divertissements…

Derniers sujets

» Les émissions de CO2 repartent à la hausse
par bye Ven 17 Nov - 17:05

» l’idéologie du consentement, outil d’émancipation ou d’isolement individuel ?
par bye Lun 13 Nov - 12:21

» Droit au logement opposable : le bilan chiffré 2008-2016
par bye Jeu 9 Nov - 20:02

» La rétention des « dublinés », dans l’attente d’un transfert, est contraire au règlement Dublin
par bye Lun 6 Nov - 18:33

» Face à la situation en Catalogne
par bye Mer 1 Nov - 11:33

» ACTUALITÉ SOCIÉTÉ ET POLITIQUE
par bye Sam 21 Oct - 10:37

» Offre de Prêt Entre Particulier Sérieux en 72H
par gramophone Ven 20 Oct - 9:32

» Offre de Prêt Entre Particulier Sérieux en 72H
par gramophone Ven 20 Oct - 9:32

» Offre de Prêt Entre Particulier Sérieux en 72H
par gramophone Ven 20 Oct - 9:31

» Offre de Prêt Entre Particulier Sérieux en 72H
par gramophone Ven 20 Oct - 9:31

» Bus de la honte : ne laissons pas l’avenir aux réactionnaires
par bye Sam 14 Oct - 12:44

» La métamatière et le peuple
par Claude De Bortoli Ven 6 Oct - 9:27

» Vers un retour du délit de solidarité ?
par bye Sam 30 Sep - 6:45

» Dossier : de l’École capitaliste à l’éducation émancipatrice
par bye Mer 13 Sep - 19:07

» Education : le « désastre » d’un enseignement tiré vers le bas...
par bye Lun 4 Sep - 12:13

» Offre de prêt entre particuliers rapide en 72h
par BastienL Dim 13 Aoû - 19:49

» Jean Gadrey, économiste : “Il faut remettre la réduction du temps de travail au cœur du débat public”
par bye Mar 8 Aoû - 19:04

» Le « chavo-madurisme » n’est rien moins qu’une dictature pure et simple
par bye Dim 6 Aoû - 18:52

» Gel des postes et du budget de l’éducation nationale : non, cette école ne nous convient pas !
par bye Mer 12 Juil - 13:56

» G 20 Hambourg
par bye Lun 10 Juil - 11:51

» Handicapée, je ne peux continuer à enseigner dans mon académie
par bye Mer 5 Juil - 6:21

» Pour une éducation populaire féministe
par bye Lun 12 Juin - 18:20

» La CNT a écrit aux Éditions Belin
par bye Mar 6 Juin - 10:20

» Blanquer ministre de l’Education nationale : au secours, Sarkozy revient !
par bye Jeu 25 Mai - 11:08

» L'accaparement des terres en Birmanie
par bye Mer 17 Mai - 18:42

» Un enseignant kurde témoigne...
par bye Lun 15 Mai - 17:50

» La métamatière et le Roi de la Terre
par De Bortoli Claude Mar 2 Mai - 9:52

» Au-delà des élections
par bye Mer 26 Avr - 17:26

» Les Etats-Unis ont utilisé leur plus puissante bombe non-nucléaire en Afghanistan, une première
par bye Dim 23 Avr - 18:35

» « Pourquoi nous sommes en grève de la faim dans les prisons d’Israël »
par bye Dim 23 Avr - 18:31

» « Enculé, ordure ! ». Philippe Poutou insulté par les flics
par bye Dim 23 Avr - 18:25

» La Sécurité sociale, une assistance ou un droit ?
par bye Dim 23 Avr - 18:22

» Birmanie: pour établir un mécanisme indépendant de réexamen de tous les cas de prisonniers politiques
par bye Ven 21 Avr - 6:02

» Gatti est mort. A la Parole Errante ses mots résonnent encore !
par bye Mer 12 Avr - 18:21

» Turquie : appel urgent au monde enseignant, aux associations et syndicats…
par bye Lun 3 Avr - 18:21

» APPEL À LA MOBILISATION CONTRE LE PROCHAIN SOMMET DE L’OTAN !
par bye Sam 1 Avr - 5:30

» Communiqué de presse de SUD éducation Guyane du 28 mars
par bye Jeu 30 Mar - 10:16

» Qu’est-ce qui ne va pas avec l’arabe à l’école ?
par bye Ven 24 Mar - 12:03

» Libérons l'oisiveté !
par bye Ven 17 Mar - 19:05

» Quand Espérance banlieues bat la campagne
par bye Ven 17 Mar - 19:00

» 8 mars : luttons toutes et tous pour l’égalité des droits !
par bye Mer 8 Mar - 11:01

» Désarmer la police, la proposition pas si saugrenue du NPA
par bye Mar 7 Mar - 12:50

» Fin du dispositif des Caomi: quelle orientation pour les mineurs isolés de Calais ?
par bye Sam 4 Mar - 9:58

» Les fonctionnaires répondent aux "menaces" de Marine Le Pen
par bye Sam 4 Mar - 6:25

» Réduction des indemnités et contrôles drastiques : Macron s’attaque aux chômeurs
par bye Sam 4 Mar - 6:22

» L'avenue Serge Dassault à Corbeil-Essonnes doit être débaptisée !
par bye Sam 4 Mar - 6:20

» Nouvelle révélation du Canard Enchainé : les copinages de Hamon et LVMH
par bye Sam 4 Mar - 6:18

» Une nouvelle menace pour les étrangers
par bye Mar 21 Fév - 12:02

» "Vous êtes la candidate du nanti-système", lance Charline Vanhoenacker à Marine Le Pen
par bye Lun 20 Fév - 20:30

» Vaccins : Marisol Touraine va-t-elle faire respecter la loi ou satisfaire les labos ?
par bye Lun 20 Fév - 20:26

» La tension monte d’un cran entre les Etats-Unis et le Venezuela
par bye Lun 20 Fév - 20:23

» Vandana Shiva : « Gandhi est plus pertinent qu’il ne l’a jamais été »
par bye Lun 20 Fév - 20:16

» Vague de froid en Europe : les migrants vulnérables
par bye Mar 7 Fév - 17:59

» Le centre pour les femmes et les familles migrantes a ouvert ses portes à Paris
par bye Mar 7 Fév - 17:56

» Des incidents éclatent à Aulnay-sous-Bois après les soupçons de viol de policiers
par bye Lun 6 Fév - 18:23

» Le maire rejette l'étude d'UFC-Que choisir sur l'eau potable
par bye Lun 6 Fév - 18:20

» DOCUMENT. Voici le contrat de travail de Penelope Fillon
par bye Lun 6 Fév - 18:17

» Le Hezbollah scrute avec inquiétude la nouvelle politique américaine au Moyen-Orient
par bye Lun 6 Fév - 18:14

» Huit hommes possèdent autant que la moitié de la population mondiale
par bye Mer 18 Jan - 20:06

» Délinquants solidaires : Pour en finir avec le délit de solidarité
par bye Mer 18 Jan - 13:29

» votre permis de conduire à portée de main
par neil89 Ven 13 Jan - 23:51

» Poursuivre la mobilisation pour une carte élargie des lycées de l’Education Prioritaire, en grève le 10 janvier !
par bye Mar 10 Jan - 11:50

» Grenade de désencerclement : un CRS mis en examen
par bye Sam 7 Jan - 20:59

» Les trois visages du vote FN
par bye Sam 7 Jan - 20:46

» Les deux jambes du militantisme
par bye Sam 7 Jan - 20:37

» Condamnés aujourd’hui pour avoir comparé Christiane Taubira à un singe
par bye Sam 31 Déc - 10:17

» Échapper au chaos
par bye Jeu 22 Déc - 17:53

» Le sénateur Carle coupable de détournement de fonds publics ? SUD éducation le dit depuis 2009 !
par bye Jeu 22 Déc - 15:06

» Maths : résoudre un problème
par bye Lun 12 Déc - 13:25

» Journée Internationale des droits de l'Homme: une situation inquiétante en Birmanie
par bye Dim 11 Déc - 11:17

» Comment les services de renseignement font la chasse aux employés des télécoms
par bye Sam 10 Déc - 18:54

» ET SI LE MASCULIN NE L’EMPORTAIT PAS SUR LE FEMININ ?
par bye Sam 10 Déc - 18:49

» Un document interne provoque un malaise à la SNCF
par bye Sam 10 Déc - 18:38

» Le gouvernement repousse l’évacuation de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes
par bye Sam 10 Déc - 18:29

» Légitime défense des policiers : faut-il tordre le droit ?
par bye Ven 9 Déc - 19:29

» Cadeau de fin d’année, un casier scolaire pour tous les marmots
par bye Mar 6 Déc - 13:59

» Violences policières, violences d’Etat
par bye Mar 6 Déc - 13:54

» La métamatière, les élites et les gouvernants
par De Bortoli Claude Ven 2 Déc - 9:54

» Comment les stups ont enfumé la justice
par bye Jeu 1 Déc - 12:26

» Quel opérateur
par bye Jeu 1 Déc - 12:24

» Fillon président ? Un coup de massue pour l’école
par bye Mer 30 Nov - 17:54

» « Pourquoi j’ai secouru des réfugiés. » Monument en l'honneur de Pierre-Alain Mannoni
par bye Mar 29 Nov - 13:06

» Jean-Luc Mélenchon ne passera pas au second tour de la présidentielle s'il ne se décide pas à parler au peuple
par bye Mar 29 Nov - 13:03

» Graeme Allwright : il t'a laissé la carte qui est si délirante qu'il n'aura plus jamais besoin d'une autre
par bye Mar 29 Nov - 13:00

» Mort de Fidel Castro : bilan de santé de la révolution castriste
par bye Mar 29 Nov - 12:57

» Vinci, piraté par des hacktivistes
par bye Ven 25 Nov - 18:38

» Le Mouvement de la Paix solidaire de la lutte des infirmières et infirmiers
par bye Ven 25 Nov - 18:35

» presentation de moi
par bye Ven 25 Nov - 18:30

» tests
par Matteo13 Mer 23 Nov - 7:48

» Un système d'accueil italien saturé face au nombre toujours aussi important d'arrivées
par bye Lun 21 Nov - 19:08

» Comment fonctionnera le « centre humanitaire » de Paris ?
par bye Lun 21 Nov - 19:06

» Un quart des enfants européens est menacé par la pauvreté
par bye Lun 21 Nov - 19:02

» Cuba : Le Conseil d’État décrète l’amnistie de 787 condamnés
par bye Sam 19 Nov - 11:11

» TURQUIE : Cesser la « chasse aux sorcières » à l’encontre des employé(e)s de l’éducation
par bye Jeu 17 Nov - 18:57

LE SITE

Dans Les Coulisses de Demain

FORUMS & SITES AMIS

FORUM EST INSCRIT SUR


    Les réformes néo-libérales:Le Bac Pro à la casse

    Partagez
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8762
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Les réformes néo-libérales:Le Bac Pro à la casse

    Message par bye le Ven 1 Fév - 21:36

    Après avoir pris la décision de supprimer 11 300 postes d'enseignants, dès la rentrée prochaine, le gouvernement dévoiel maintenant progressivement son mode opératoire. Et c'est par les réformes au sein de l'enseignement professionnel concernant majoritairement les élèves des milieux populaires, qu'il décide de déclencher les "festivités".La démarche de l'Etat de se désengager financièrement de cette voie d'enseignement, en l'abandonnant aux entreprises et au " puissant marché " , est déjà entamée depuis plusieurs années, cependant, la prochaine contre-réforme qui vise à généraliser la baccalauréat professionnel en 3 ans au lieu de 4 aura un impact fortement néfaste pour les élèves les plus en difficulté.

    L'enseignement professionnel à la casse
    La sphère scolaire est longtemsp restée éloignée , voire isolée, de l'apprentissage des savoir-faire techniques et professionnels. Néanmoins, grâce à la combinaison de forces progressistes et à diverses initiatives des pouvoirs publics , elle s'est imosée dans ce domaine et en assure aujourd'hui l'essentiel des formations: 700 000 jeunes bénéficient de l'enseignement professionnel sous statut scolaire, soit un tiers de la population concernée.Néanmoins, même si l'institution française a créé des structures favorisant des " passerelles " entre les divers ordres scolaires existant, il n'en reste pas moins que la sphère des savoirs concrets et celle des savoirs abstraits conservent une forme d'étanchéïté: peu d'élèves issus de filières professionnelles accèdent à un baccalauréat technologique , quasiment aucun à un baccalauréat général , et ce taux d'accès diminue à mesure que le dilôme s'élève. De manière encore plus prégnante, il est d'usage dans l'opinion d'opposer savoirs concrets et savoirs abstraits en considérant le savoir abstrait comme " l'intelligence " qui relève de l'excellence scolaire et académique, et le savoir concret comme simple "instrument " permettant l'accès au marché du trvail. Nombreux sont les hommes politiques qui s'installent en défenseurs de " l'intelligence de la main " comme si cette forme d'intelligence était disjointe de celle du cerveau. La formation professionnelle inbitiale est aussi l'objet d'un profond désintérêt de la part de l'opinion; autour des jeunes, pourtant nombreux issus de ces filières ( 30 % des élèves ), le silence est déroutant, sauf quand il s'agit de les stigmatiser comme récemment à Brest, où un projectile lancé par l'un d'eux aurait " saivagement " saccagé la vitre d'un bus de la ville!
    La formation initiale professionnelle et son projet politique de promotion sociale des travailleurs manuels sont réduits aux seuls apprentissages professionnels, pensés comme simple outil nécessaure d'accès à l'emploi.
    A l'instar de sa volonté de démolition du service public de santé, du code du travail, des principes collectifs de solidarité en tout genre, la stratégie du gouvernement est toujours identique: un important désengagement fonancier de l'Etat fragilise et dégrade de façon prégnante le secteur concerné, ce qui implique des difficultés de tous ordres: les avertissements et réclamations des personnels, directement confrontés aux effets de ces restrictions budgétaires, sont amors volontairement passés sous silence, méprisés et parfois présentés comme une peur face aux changements sociétaux; jusqu'à ce qu'un fait divers inéluctable, fortement relayé par les médias, fasse diversion et apitoye la poipulation. C'est alors qu'un ministre Zorro sort son épée et, téméraire parmi les plus courageux, annonce son plan de "revalorisation" ou de "rénovation" du secteur concerné.
    Sous prétexte d'une baisse démographique débutée il y a environ 6 ans, les fermetures autoritaires de sections d'enseignement professionnel n'ont fait que s'amplifier au fil des années: 10 lycées professionnels ont fermé chaque année depuis 2001, soit une cinquantaine environ! Pourtant les demandes de suivre ce cursus n'ont pas diminué.Pourquoi? Contrairement à ce que veulent nous faire croire les médias, l'orientation des élèvse en CAP ou BEP se fait majoritairement par l'échec, seul un infime pourcentage choisit ce cursus par réelle conviction. D'autre part, l'accroissement des difficultés sociales des parents, le chômage, les classes surchargées favorisent les inégalités sociales et culturelles au sein de la même école, et laissent encore plus d'écoliers seuls face à leur échec. L'enseignement professionnel, tel qu'il recrute aujourd'hui, ne subit donc absolument pas la présumée baisse démographique.
    Par ailleurs, le coût des machineset outils liés à l'apprentissage d'une matière professionnelle implique qu'un élève engagé dans cette voie coûte plus cher qu'un élève de seconde générale. Pour réduire les dépenses d'éducation, il est donc "logique" pour ce gouvernement d'abandonner à l'apprentissage privé ces élèves dont 80 % sont issus de mileiux défavorisés ; d'où des résultats largement inférieurs aux examens et en terme de poursuite d'études que dans les lycées pro fessionnels publics; de plus, ces élèves constituent une main d'oeuvre corvéable et bon marché.A l'évidence, la logique budgétaire prime une fois de plus sur l'avenir et la réussite des élèves. Le financement public d'un élève en école préparatoire engage pourtant, lui aussi, une prise en charge financièreplus importante pour la collectivité que celui d'un élève en Fac. Or, dans ce cas précis, il n'y a pas de remise en cause. Sans doute ne faut-il pas " fâcher" les familles aisées, amies ou alliées, d'où provient la grande majorité ( 85% ) des élèves de prépa.
    Ainsi, par son choix délibéré de se désengager financièrement de l'enseignement professionnel, le gouvernement a réalisé d'abondantes économies;il a réduit le nombre d'enseignants à rénumérer, restreint l'achat ou la maintenance du matériel ou des outils pour la formation, et fermé l'équivalent de 50 lycées professionnels. Or, ces économies substantielles se sont réalisées sur le dos des populations les plus démunies et les plus en difficultés; et tout celà dans une nébulosité totale et en toute impunité.
    Malgré l'hypocrite indignation du ministre de l'Education Nationale devant les difficultés scolaires des élèves ( suspectant insidieusement le travail des enseignants) ,c'est bien une orientation patronale que choisit l'Etat aujourd'hui.

    Le Bac Pro en 3 ans au lieu de 4

    Fin octobre, suite à une circulaire de la DGESCO ( Direction générale de l'enseignement scolaire )relative au " plan de revalorisation de l'enseignement professionnel " ( vil euphémisme contradictoire avec la réalité à venir ) , Darcos a envoyé uie " note " à tous les recteurs leur demandant de développer le Bac Pro en 3 ans au lieu de 4 à l'heure actuelle. Celà permettra de supprimer 25 % des effectifs enseignants de cette voie.
    Le Bac Pro a été créé en 1985 dans un contexte où seulement 30 % d'une classe d'âge obtenait alors un baccalauréat. Il s'acquiert arès 4 années de cursus scolaire en lycée professionnel ( 2 ans pour obtenir un BEP puis 2ans pour le Bac ). La création de ce diplôme a participé activement à approcher l'objectif de 80 % d'une classe d'âge au Bac, objectif proclamé à la même époque par Chevènement, alors Ministre de l'Education Ntionale. En 2006, alors que la proportion de bacheliers d'une m^me génération était de 64 %, ils étaient 84 % en lycée professionnel toutes sections confondues à l'obtenir. Le bilan de ce cursus est donc plutôt favorable.
    Ces résultats sont toutefois à relativiqser: les élèves qui s'orientent vers la voie professionnele, nous l'avons évoqué, le font surtout par défaut et non par choix réel car souvent le cumul de leurs années d'échec scolaire leur a fait préférer un cursus court; BEP ou CAP en 2 ans. Mais treès vite, grâce à des méthodesplus adaptées et revalorisées par leurs résultats, nombreux sont ceux qui éprouvent le désir de poursuivre leur scolarité vers le baccalauréat professionnel ou technique. Seuls 40 % d'entre eux pourront le préparer car l'offre de fprmation en baccalauréat professionnel est insuffisante.ainsi, faute de solution, beuacoupde ceux qui refusent de retourner en filières traditionnelles ou n'ont pas un dossier assez " acceptable " , abandonnent leur scolarité à la fin du BEP.
    Le bilan de l'enseignement professionnel est par conséquent aujourd'hui très mitigé du fait de ces élèves qui quittent encore trop précocement l'école, mais aissi parce qu'on n'est pas parvenu à réduire la trop granbde dissimilitude entre les savoirs théoroques et les savoirs pratiques.
    La contre-réforme du gouvernement , qui débuta dès la rentrée 2007-2008 va participer à briser tous les efforts amorcés pour ces élèves depuis des décennies. Par la généralisation du Bac Pro, en 3 ans, le gouvernement va supprimer la formation en 2 ans, du BEP. En fin de troisième, les élèves auront doinc le choix entre un bac général, un bac technique ou un bac professionnel ( c'est d'ailleur sûrement la mise en concurrence annoncée de la filière rofessionnele et de la filière technique ).S'ils ne sont pas assez " solides" , un CAP leur sera proposé.Au regard de nbotre exposé, nous pouvons aisément supposer qu'une majorité d'entre eux préfèreront la voie scolaire la plus courte. Or, un CAP et un baccalauréat n'ont pas la même valeur sur le marché du travail de plus en plus concurrentiel et, de surcroît, les contenus et les temps d'enseignement sont radicalement différents.2 années d'apprentissage d'histoire, du droit, du français, ou encore des mathématiques, les séparent, impliquant de fait que les bacheliers pourront mieux développer leur entendement et leur sens critique.
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8762
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Les réformes néo-libérales: la casse du Bac Pro (suite )

    Message par bye le Sam 2 Fév - 1:28

    Comment ce gouvernement et sa cour de valets experts en communication réussissent-ils à ce que de telles réformes réactionnaires se mettent en place? En plus de la collaboration des médias, des arguments démagogiques sont avancés du style: " l'attractivité de la voie professionnelle connaît 2 handicaps: la cohexistence de 2 diplômes de niveau V, le CAP et le BEP , aux intitulés et aux contenus souvent proches, et la durée de parcours conduisant au baccalauréat professionnel , qui est de 4 ans au lieu de 3 dans les voies générales". Ces inepties figurent dans le préambule de Darcos à sa "note " aux recteurs du 29 octobre 2007. Ineptie car si l'enseignement professionnel connaît des " handicaps ", comme il le souligne, ils ne se situent certainement pas sur ces points .Ineptie encore, car si le CAP et le BEP peuvent avoir des intitulés qui se confondent, leurs contenus sont néanmoins , nous l'avons évoqué, différents et surtout leurs publics ne sont pas mes mêmes.Le public relevant des CAP présente généralement des difficultés scolaires beaucoup plus importantes et mérite un temps d'apprentissage beaucoup plus long. Quant à la durée de parcours conduisant au baccalauréat, qui serait inacceptable car différente delon les baccalauréats, rappelons une fois de plus que les élèves orientés en lycée professionnel cumulent des années d'échec scolaire et ont donc besoin, pour accéder au baccalauréat, d'un temps d'apprentissage plus long que des élèves qui ont suivi un cursus sans obstacle.Comme le souligne le sociologue Saïd Bouamama, lorsqu'il analyse le rapport au savoir des élèves de milieux populaires " traiter en égaux des inégaux est sans doute une des pires inégalités ".Or, cette fameuse " égalité " ( égalité des chances,.. ), que l'on nous resasse sans cesse à longueur de discours politiques st l'argument principal des sous-fifres du gouvernement qui le distillent à longueur d'ondes médiatiques pour justifier leurs contre-réformes. Ce type de dévoiement de langage qui particia à brouiller la raison d'une population entière, Eric Hazan le nomme " essorage sémantique " dans son livre LQR La propagande au quotidien .Dans sa fameuse " note" aux recteurs , Darcos éboque une expérimentation relative à la mise en place du baccalauréat professionnel en 3 ans, de 2001 à 2007: " elle ( cette expérimentation ) a montré tout l'intérêt pour les élèves de pouvoir réduire la durée de leur fromation sans diminuer ni la qualité de celle-ci ni la valeur du diplôme obtenu". Signalons d'emblée que cette expérimentation, réalisée par un inspecteur général de l'Education Nationale,D.Prat, ne concernait en fait que peu d'élèves ( environ 10 000 )qui, de surcroît, étaient sélectionnés et triés en fonction de leurs aptitudes et de leurs résultats scolaires.Le bilan de cette expérimentation, publiée et consultable sur Internet, stipule par ailleurs qu'une des conditions de réussite est " le mintien des sections de BEP pour tous ceux, les plus nombreux, qui ne relèvent pas du parcours dérogatoire [...] une grande majorité des élèves ne peut pas suivre un Bac Pro en 3 ans." La conclusion de ce rapport précise enfin qu'en aucun cas , le baccalauréat professionnel en 3 ans ne doit se substituer au baccalauréat professionnel en 4 ans. S'appuyer sur cette expérimentation en occultant, voire dissimulant les résultats du rapport qui en découle , relève de l'imposture intellectuelle.
    En toute logique, les résultats de cette expérimentation étaient prévisibles.Comment conserver les contenus, la qualité et la valeur d'une formation en réduisant sa durée d'un quart et en ne remédiant pas aux difficultés du public concerné ?
    Ce nouveau dispositif, malgré l'avis négatif émanant de l'Inspection Générale en 2005 et un autre avis tout aussi critique inscrit dans le bilan statistique de l'Education Nationale , se veut effectif dès la rentrée 2007 pour une grande part des filières professionnelles ( 50 % dans les filières tertiaires ). Aucune concertation préalable avec les organisations représentatives des personnels, ni avec les régions, ni d'ailleurs avec le conseil supérieur de l'éducation. Les contenus de formation, les grilles horaires, et les programmes ne sont, encore aujourd'hui, pas définis. Si les BEP sont suprimés, il y a fort à parier que le nombre d'élèves risquant de quitter le système éducatif sans qualification va progressivement s'accroître, faute de solutions.
    Ce dispositif assumé par un ministère se prétendant public, trahit une approche de la formation professionnelle, comptable et cynique. Il fait fi des élèves les plus fragilisés et les plus démunis qui, en masse et dans le silence assourdissant des médias, ont manifesté et fermement exprimé leur désaccord à Brest, Bordeaux, Toulouse, Caen, ou Montpellier.A Bordeaux, la lutte a payé car le recteur a gelé toutes les suppressions de sections BEP qu'il avait programmées.
    Seule une prise de conscience du caractère discriminant, réactionnaire et antisocial de cette contre-réforme , peut entraîner la mobilisation massive qui lui est nécessaire.Face aux impostures argumentatives du gouvernement, il est indispensable de soutenir les luttes et de diffuser les analyses critiques afin que la décision du Bac Pro en 3 ans soit révoquée.

      La date/heure actuelle est Dim 19 Nov - 8:03