LIBRE DISCUSSION DANS LES COULISSES DE DEMAIN

Débattons en toute liberté, dans le respect de l’autre, sur tous les sujets qui composent notre société : politique, économie, environnement, religion, philosophie, paranormal, sciences, famille, santé, mode, sexualité, loisirs, sports, divertissements…

Derniers sujets

» Appel de Raymond Millot : Un projet émancipateur face aux dangers de l’anthropocène
par bye Mar 21 Nov - 12:54

» Les émissions de CO2 repartent à la hausse
par bye Ven 17 Nov - 17:05

» l’idéologie du consentement, outil d’émancipation ou d’isolement individuel ?
par bye Lun 13 Nov - 12:21

» Droit au logement opposable : le bilan chiffré 2008-2016
par bye Jeu 9 Nov - 20:02

» La rétention des « dublinés », dans l’attente d’un transfert, est contraire au règlement Dublin
par bye Lun 6 Nov - 18:33

» Face à la situation en Catalogne
par bye Mer 1 Nov - 11:33

» ACTUALITÉ SOCIÉTÉ ET POLITIQUE
par bye Sam 21 Oct - 10:37

» Offre de Prêt Entre Particulier Sérieux en 72H
par gramophone Ven 20 Oct - 9:32

» Offre de Prêt Entre Particulier Sérieux en 72H
par gramophone Ven 20 Oct - 9:32

» Offre de Prêt Entre Particulier Sérieux en 72H
par gramophone Ven 20 Oct - 9:31

» Offre de Prêt Entre Particulier Sérieux en 72H
par gramophone Ven 20 Oct - 9:31

» Bus de la honte : ne laissons pas l’avenir aux réactionnaires
par bye Sam 14 Oct - 12:44

» La métamatière et le peuple
par Claude De Bortoli Ven 6 Oct - 9:27

» Vers un retour du délit de solidarité ?
par bye Sam 30 Sep - 6:45

» Dossier : de l’École capitaliste à l’éducation émancipatrice
par bye Mer 13 Sep - 19:07

» Education : le « désastre » d’un enseignement tiré vers le bas...
par bye Lun 4 Sep - 12:13

» Offre de prêt entre particuliers rapide en 72h
par BastienL Dim 13 Aoû - 19:49

» Jean Gadrey, économiste : “Il faut remettre la réduction du temps de travail au cœur du débat public”
par bye Mar 8 Aoû - 19:04

» Le « chavo-madurisme » n’est rien moins qu’une dictature pure et simple
par bye Dim 6 Aoû - 18:52

» Gel des postes et du budget de l’éducation nationale : non, cette école ne nous convient pas !
par bye Mer 12 Juil - 13:56

» G 20 Hambourg
par bye Lun 10 Juil - 11:51

» Handicapée, je ne peux continuer à enseigner dans mon académie
par bye Mer 5 Juil - 6:21

» Pour une éducation populaire féministe
par bye Lun 12 Juin - 18:20

» La CNT a écrit aux Éditions Belin
par bye Mar 6 Juin - 10:20

» Blanquer ministre de l’Education nationale : au secours, Sarkozy revient !
par bye Jeu 25 Mai - 11:08

» L'accaparement des terres en Birmanie
par bye Mer 17 Mai - 18:42

» Un enseignant kurde témoigne...
par bye Lun 15 Mai - 17:50

» La métamatière et le Roi de la Terre
par De Bortoli Claude Mar 2 Mai - 9:52

» Au-delà des élections
par bye Mer 26 Avr - 17:26

» Les Etats-Unis ont utilisé leur plus puissante bombe non-nucléaire en Afghanistan, une première
par bye Dim 23 Avr - 18:35

» « Pourquoi nous sommes en grève de la faim dans les prisons d’Israël »
par bye Dim 23 Avr - 18:31

» « Enculé, ordure ! ». Philippe Poutou insulté par les flics
par bye Dim 23 Avr - 18:25

» La Sécurité sociale, une assistance ou un droit ?
par bye Dim 23 Avr - 18:22

» Birmanie: pour établir un mécanisme indépendant de réexamen de tous les cas de prisonniers politiques
par bye Ven 21 Avr - 6:02

» Gatti est mort. A la Parole Errante ses mots résonnent encore !
par bye Mer 12 Avr - 18:21

» Turquie : appel urgent au monde enseignant, aux associations et syndicats…
par bye Lun 3 Avr - 18:21

» APPEL À LA MOBILISATION CONTRE LE PROCHAIN SOMMET DE L’OTAN !
par bye Sam 1 Avr - 5:30

» Communiqué de presse de SUD éducation Guyane du 28 mars
par bye Jeu 30 Mar - 10:16

» Qu’est-ce qui ne va pas avec l’arabe à l’école ?
par bye Ven 24 Mar - 12:03

» Libérons l'oisiveté !
par bye Ven 17 Mar - 19:05

» Quand Espérance banlieues bat la campagne
par bye Ven 17 Mar - 19:00

» 8 mars : luttons toutes et tous pour l’égalité des droits !
par bye Mer 8 Mar - 11:01

» Désarmer la police, la proposition pas si saugrenue du NPA
par bye Mar 7 Mar - 12:50

» Fin du dispositif des Caomi: quelle orientation pour les mineurs isolés de Calais ?
par bye Sam 4 Mar - 9:58

» Les fonctionnaires répondent aux "menaces" de Marine Le Pen
par bye Sam 4 Mar - 6:25

» Réduction des indemnités et contrôles drastiques : Macron s’attaque aux chômeurs
par bye Sam 4 Mar - 6:22

» L'avenue Serge Dassault à Corbeil-Essonnes doit être débaptisée !
par bye Sam 4 Mar - 6:20

» Nouvelle révélation du Canard Enchainé : les copinages de Hamon et LVMH
par bye Sam 4 Mar - 6:18

» Une nouvelle menace pour les étrangers
par bye Mar 21 Fév - 12:02

» "Vous êtes la candidate du nanti-système", lance Charline Vanhoenacker à Marine Le Pen
par bye Lun 20 Fév - 20:30

» Vaccins : Marisol Touraine va-t-elle faire respecter la loi ou satisfaire les labos ?
par bye Lun 20 Fév - 20:26

» La tension monte d’un cran entre les Etats-Unis et le Venezuela
par bye Lun 20 Fév - 20:23

» Vandana Shiva : « Gandhi est plus pertinent qu’il ne l’a jamais été »
par bye Lun 20 Fév - 20:16

» Vague de froid en Europe : les migrants vulnérables
par bye Mar 7 Fév - 17:59

» Le centre pour les femmes et les familles migrantes a ouvert ses portes à Paris
par bye Mar 7 Fév - 17:56

» Des incidents éclatent à Aulnay-sous-Bois après les soupçons de viol de policiers
par bye Lun 6 Fév - 18:23

» Le maire rejette l'étude d'UFC-Que choisir sur l'eau potable
par bye Lun 6 Fév - 18:20

» DOCUMENT. Voici le contrat de travail de Penelope Fillon
par bye Lun 6 Fév - 18:17

» Le Hezbollah scrute avec inquiétude la nouvelle politique américaine au Moyen-Orient
par bye Lun 6 Fév - 18:14

» Huit hommes possèdent autant que la moitié de la population mondiale
par bye Mer 18 Jan - 20:06

» Délinquants solidaires : Pour en finir avec le délit de solidarité
par bye Mer 18 Jan - 13:29

» votre permis de conduire à portée de main
par neil89 Ven 13 Jan - 23:51

» Poursuivre la mobilisation pour une carte élargie des lycées de l’Education Prioritaire, en grève le 10 janvier !
par bye Mar 10 Jan - 11:50

» Grenade de désencerclement : un CRS mis en examen
par bye Sam 7 Jan - 20:59

» Les trois visages du vote FN
par bye Sam 7 Jan - 20:46

» Les deux jambes du militantisme
par bye Sam 7 Jan - 20:37

» Condamnés aujourd’hui pour avoir comparé Christiane Taubira à un singe
par bye Sam 31 Déc - 10:17

» Échapper au chaos
par bye Jeu 22 Déc - 17:53

» Le sénateur Carle coupable de détournement de fonds publics ? SUD éducation le dit depuis 2009 !
par bye Jeu 22 Déc - 15:06

» Maths : résoudre un problème
par bye Lun 12 Déc - 13:25

» Journée Internationale des droits de l'Homme: une situation inquiétante en Birmanie
par bye Dim 11 Déc - 11:17

» Comment les services de renseignement font la chasse aux employés des télécoms
par bye Sam 10 Déc - 18:54

» ET SI LE MASCULIN NE L’EMPORTAIT PAS SUR LE FEMININ ?
par bye Sam 10 Déc - 18:49

» Un document interne provoque un malaise à la SNCF
par bye Sam 10 Déc - 18:38

» Le gouvernement repousse l’évacuation de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes
par bye Sam 10 Déc - 18:29

» Légitime défense des policiers : faut-il tordre le droit ?
par bye Ven 9 Déc - 19:29

» Cadeau de fin d’année, un casier scolaire pour tous les marmots
par bye Mar 6 Déc - 13:59

» Violences policières, violences d’Etat
par bye Mar 6 Déc - 13:54

» La métamatière, les élites et les gouvernants
par De Bortoli Claude Ven 2 Déc - 9:54

» Comment les stups ont enfumé la justice
par bye Jeu 1 Déc - 12:26

» Quel opérateur
par bye Jeu 1 Déc - 12:24

» Fillon président ? Un coup de massue pour l’école
par bye Mer 30 Nov - 17:54

» « Pourquoi j’ai secouru des réfugiés. » Monument en l'honneur de Pierre-Alain Mannoni
par bye Mar 29 Nov - 13:06

» Jean-Luc Mélenchon ne passera pas au second tour de la présidentielle s'il ne se décide pas à parler au peuple
par bye Mar 29 Nov - 13:03

» Graeme Allwright : il t'a laissé la carte qui est si délirante qu'il n'aura plus jamais besoin d'une autre
par bye Mar 29 Nov - 13:00

» Mort de Fidel Castro : bilan de santé de la révolution castriste
par bye Mar 29 Nov - 12:57

» Vinci, piraté par des hacktivistes
par bye Ven 25 Nov - 18:38

» Le Mouvement de la Paix solidaire de la lutte des infirmières et infirmiers
par bye Ven 25 Nov - 18:35

» presentation de moi
par bye Ven 25 Nov - 18:30

» tests
par Matteo13 Mer 23 Nov - 7:48

» Un système d'accueil italien saturé face au nombre toujours aussi important d'arrivées
par bye Lun 21 Nov - 19:08

» Comment fonctionnera le « centre humanitaire » de Paris ?
par bye Lun 21 Nov - 19:06

» Un quart des enfants européens est menacé par la pauvreté
par bye Lun 21 Nov - 19:02

» Cuba : Le Conseil d’État décrète l’amnistie de 787 condamnés
par bye Sam 19 Nov - 11:11

LE SITE

Dans Les Coulisses de Demain

FORUMS & SITES AMIS

FORUM EST INSCRIT SUR


    krach, boum, hue!

    Partagez

    CHARPAL

    Masculin
    Nombre de messages : 434
    Emploi/loisirs : Refaire le monde(sans prétention).Voir : refairelemonde.unblog.fr
    Humeur : en colère face aux injustices notamment sociales
    Date d'inscription : 15/11/2009

    Re: krach, boum, hue!

    Message par CHARPAL le Ven 14 Mai - 11:12

    Je ne me prends pas pour un petit génie, mais je suis toujours émerveillé( au second degré ) par les possibilités quasi illimitées de la bêtise humaine.

    La stupidité incommensurable est pour moi la caractéristique essentielle du néo libéralisme, ce qui fait qu' elle ne peut être servie que pas des imbéciles (qui ne savent pas ce qu'ils font) ou des salauds ( qui le savent très bien). Mais on croit toujours que cette " pratique" a atteint ses limites, touché le fond, qu' elle n'ira pas plus loin dans l' ignominie et l'injustice.

    Eh bien, elle vient encore de faire un pas en avant remarquable, si on peut dire, dans la crétinerie en voulant contrôler les budgets des pays, dans un sens encore plus drastique .

    L' " Europe ", appellation qu'on ne peut plus utiliser désormais autrement qu'avec des pincettes, qui n' a pourtant en face d'elle que des gouvernements réactionnaires, conservateurs, et acquis au néo libéralisme le plus obtus, a décidé alors que les politiques suivies sont toutes déflationnistes de façon suicidaire, digne de Gribouille, qu'il fallait aller encore plus loin dans cette voie qui est pourtant, pour toute personne de bon sens, une impasse manifeste.

    C'est comme si on disait à quelqu'un à qui on impose de courir un marathon, et qui s' y prépare, vous avez une saignée une fois par jour, maintenant je veillerai à ce qu' on vous en administre deux. C' est pour votre bien !

    Peut-on être plus sot... ?

    En l' état actuel, s'il y avait des jeux olympiques de la bêtise ( en Grèce ?) les néo libéraux seraient assurés d' obtenir haut la main la médaille d'or !
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8763
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: krach, boum, hue!

    Message par bye le Ven 14 Mai - 12:27

    oui, Charpal.
    Je ne sais si tu as lu ou gardé en mémoire le Diplo d'avril 2009 avec l'article " Nous avons eu le pouvoir, maintenant il nous faut l'argent".
    Il y est narré notamment le tournant le virage "réfléchi" dès septembre 1981 par Delors notamment, "faire face sans création monétaire à dse besoins de financement qui s'accroissent ou qui doivent s'accroître pour que la politique économique réussisse". Sans création monétaire, c'est-à-dire en s'appuyant sur l'épargne financière plutôt que sur les crédits banciares potentillement inflationnistes.
    Le Parlement vote en janvier 1983 dse incitations fiscales pour les placements boursiers et fonde le second marché, où seront cotées dsee ntreprises moyennes ( TF1, Canal+,..)Et le Financial Times ( 8/9/82 ) d'ironiser: "Le gouvernement , au milieu de ses tribulations pour diriger l'économie, adopte une attitude toute"capitaliste" en ce qui concerne le développement nécessaire de la Bourse". Mias celui-ci demeure encore un moyen parmi d'autres.
    Aprsè le tournant libéral ( 83-84 ), il devient une fin en soi. Le nouveau 1° ministre Fabius ets on ministre de l'économie bérégovoy ont redéfini les priorités: éduction de l'inflation, austérité salariale, limitation dse dépenses publiques, rétablissement dse margse de l'entreprise. C'est la désinflation "compétitive". De ce choix, tout découle. La politique de désinflation joue à la fois comme cause et comme effet: elle pousse l'Etat et les entreprises à se financer sans créer de monnaie: elle porte les taux d'intérêt au-dessus de l'inflation , ce qui favorise les patrimoines en général et la Bourse en particulier.Négatifs à la fin des années 70, les taux réels à long terme dépassent 6% en 86. La dette et son service coûtent de plsu en plsu cher à l'Etat.Pour les financer, le gouvernement a besoin d'un marché de l'argent où les capitaux circulent sans entrave. Etc..

    CHARPAL

    Masculin
    Nombre de messages : 434
    Emploi/loisirs : Refaire le monde(sans prétention).Voir : refairelemonde.unblog.fr
    Humeur : en colère face aux injustices notamment sociales
    Date d'inscription : 15/11/2009

    Re: krach, boum, hue!

    Message par CHARPAL le Lun 17 Mai - 0:27

    Oui bye, j' ai lu cet article. Navrant, ô combien, de voir qu' un parti de gauche, parce qu'il était arrivé au pouvoir ( dans quel état ...), a descendu marche après marche l'escalier d' un capitalisme de plus en plus sauvage et inhumain.
    Ci après, des nouvelles de la Grèce prises sur un autre blog et hélas hallucinantes :
    "Le tourisme grec est dans une situation critique. Après les annulations massives de réservations, un comité de crise piloté par l'organisme grec du tourisme a été mis en place", a indiqué le porte-parole du gouvernement grec à la presse.

    "Il y a des milliers d'annulations, en raison des incidents des derniers jours et de la récession, qui provoquent chaque semaine la perte de dizaines de millions d'euros", a-t-il ajouté.

    Ces annulations touchent "toute la Grèce", a précisé une source gouvernementale.

    Selon l'Association des hôteliers d'Athènes (AHA), près de 20 000 nuits d'hôtel ont été annulées dans la capitale et ses environs depuis les violences qui ont fait trois morts en marge des manifestations du 5 mai contre le plan de rigueur du gouvernement.

    "Ce chiffre continue d'augmenter", affirme le directeur de l'AHA, Loukas Douvas. "Il n'y a aucune raison d'être optimiste car nous avons chaque jour de nouvelles annulations, et surtout nous n'avons pas de nouvelles demandes de réservation", a-t-il ajouté.

    Le tourisme représente près de 17 % du produit intérieur brut grec.

    http://www.lemonde.fr/europe/article/2010/05/13/la-grece-s-inquiete-des-annulations-de-reservations-touristiques_1351310_3214.html#ens_id=1344982

    Karl Otto Pöhl est l'ancien président de la Banque Centrale allemande. Karl Otto Pöhl vient de déclarer :

    "Un petit, un tout petit pays comme la Grèce, sans base industrielle, ne pourra jamais rembourser 300 milliards d’euros de dettes" :

    "ein kleines, ein winziges Land wie Griechenland noch dazu ohne industrielle Basis niemals in der Lage sein wird, 300 Milliarden Euro an Schulden zurückzuzahlen".

    Commentaire personnel : nul besoin d'être ancien responsable de la banque centrale allemande pour savoir que la Grèce ne remboursera jamais ses dettes sur la base du système financier actuel. Pas plus que les Etats-Unis, s'ils étaient mis en demeure, ne seraient capables, même au bout de 30 ans de combler les déficits abyssaux qu'ils connaissent depuis 20 ans et qui sont sans précédents dans leur histoire, car les niveaux d' aberration atteints par la sauvagerie économique et la barbarie financière sont eux mêmes sans précédent .
    Pour en revenir à la Grèce, voilà un pays rayé de la carte !
    Et je crois qu'on peut dire à qui le tour ? Et avec quelles conséquences ? Comme après la crise de 29 ?
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8763
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: krach, boum, hue!

    Message par bye le Dim 5 Sep - 19:01

    La dette, une manne pour les créanciers, un drame pour les peuples !
    par CADTM - 26 août 2010

    mercredi 1er septembre 2010

    Ensemble, pour imposer une autre logique !

    L’argument de la dette publique est fréquemment avancé par les gouvernements européens pour imposer des plans d’austérité.

    Mais la dette publique n’est pas seulement utile comme prétexte pour faire payer davantage les populations. Elle constitue une véritable spoliation pour les peuples.

    La dette publique est la conséquence directe de politiques budgétaires et fiscales favorables aux classes sociales aisées et aux grandes entreprises. En réduisant l’implication de l’Etat et les contributions payées par les plus riches, elles ont creusé les déficits publics, alors que les besoins sociaux du plus grand nombre étaient de moins en moins satisfaits.

    Les bénéficiaires de ces largesses fiscales et sociales ont pu dégager une épargne dont ils n’avaient pas besoin. Ils en ont profité pour accroître leur fortune, dont ils ont placé une partie en juteuses obligations d’Etat.

    Cela leur a permis d’être gagnants sur les 2 tableaux : moins d’impôts à payer et une rente garantie perçue sur les dettes publiques. En d’autres termes, les gouvernements, par des lois fiscales successives, ont permis aux entreprises, nationales ou étrangères, de renforcer leur position de créanciers des Etats et de les rendre capables d’exercer un chantage sur les pouvoirs publics tout en faisant des gains substantiels.

    La dette publique a aussi énormément augmenté suite aux généreux plans de sauvetage accordés au secteur financier par les Etats après la crise qui a débuté en 2007-2008. Les gouvernements ont alors choisi de renflouer les banques, mais sans en profiter pour leur imposer l’abandon des pratiques ayant mené à cette crise. Le sauvetage des banques a donc eu lieu sans véritable contrepartie. Les sommes engagées ont pourtant été faramineuses : au moins 700 milliards de dollars aux Etats-Unis, 500 milliards de livres au Royaume-Uni et 1700 milliards d’euros dans la zone euro. Les gouvernements ont ainsi dépensé de l’argent public pour venir au secours d’opérateurs financiers coupables d’errements graves avant cette crise et qui spéculent aujourd‘hui contre les dettes des Etats.

    C’est ainsi que pour l’Union européenne, la dette publique est passée de 7 300 à 8 700 milliards d’euros entre 2007 et 2009. Cette augmentation rapide de la dette entraîne des remboursements de capital et d’intérêts en forte hausse. Les Etats en prennent alors prétexte pour imposer des plans d’austérité draconiens qui provoquent un véritable démantèlement des protections sociales et des services publics.

    Les populations sont doublement perdantes : elles subissent les conséquences sociales de la crise (chômage, précarité, gel des salaires, recul de l’âge de la retraite…) et elles sont ponctionnées par les Etats via les plans de renflouement des banques et les plans d’austérité.

    Les coupables de la crise en sortent quasi indemnes et peuvent continuer leur course aux profits puisqu’on leur laisse les mains libres. Les victimes de la crise doivent payer et voir leurs conditions de vie se dégrader. Ce véritable hold-up sur les finances publiques doit cesser !

    Il faut refuser les plans d’austérité et s’attaquer à la racine du problème !

    Le CADTM met en avant 8 propositions alternatives pour constituer une plateforme commune de revendications des mouvements sociaux et politiques.

    1. Exproprier les banques pour les transférer au secteur public sous contrôle citoyen.

    Il n’y a pas de régulation durable possible avec des institutions financières privées. Les Etats doivent retrouver leur capacité de contrôle et d’orientation de l’activité économique et financière.

    2. Réaliser un moratoire unilatéral (sans accumulation d’intérêts de retard) sur le paiement de la dette, le temps de réaliser un audit (avec participation citoyenne) des emprunts publics. Sur la base des résultats de l’audit, il s’agira d’annuler la dette identifiée comme illégitime.

    Avec son expérience sur la question de la dette des pays du Sud, le CADTM met en garde contre une revendication insuffisante, comme une simple suspension du remboursement de la dette. Il faut un moratoire sans ajout d’intérêts de retard sur les sommes non remboursées.

    Le moratoire est mis à profit pour procéder à un examen des emprunts afin d’identifier les dettes illégitimes. La participation citoyenne est la condition impérative pour garantir l’objectivité et la transparence de l’audit. Il permettra de déterminer les différentes responsabilités dans le processus d’endettement et d’exiger que les responsables rendent des comptes à la collectivité. Les dettes identifiées comme odieuses ou illégitimes doivent être annulées.

    3. Instaurer une véritable justice fiscale européenne et une juste redistribution de la richesse. Interdire les paradis judiciaires et fiscaux. Taxer lourdement les transactions financières.

    Avec une harmonisation européenne de la fiscalité permettant d’empêcher le dumping fiscal, il faut une réforme en profondeur de la fiscalité. Le but est une augmentation des recettes publiques, notamment via l’impôt sur le revenu et l’impôt sur les sociétés, et une baisse rapide du prix d’accès aux biens et services de première nécessité (aliments de base, eau, électricité, chauffage, transports publics…), notamment par une baisse forte et ciblée de la TVA sur ces biens et services vitaux.

    Depuis 1980, les impôts directs n’ont cessé de baisser sur les revenus les plus élevés et sur les grandes entreprises. Ainsi, dans l’Union européenne, de 2000 à 2008, les taux supérieurs de l’impôt sur le revenu et l’impôt sur les sociétés ont baissé respectivement de 7 et 8,5 points. Ces centaines de milliards d’euros de cadeaux fiscaux ont pour l’essentiel été orientés vers la spéculation et l’accumulation de richesses de la part des plus riches.

    Il faut interdire toute transaction passant par des paradis fiscaux. Les différents G20 ont refusé, malgré leurs déclarations d’intention, de s’attaquer réellement aux paradis judiciaires et fiscaux. Il faut interdire ces gouffres noirs de la finance, de la corruption, de la délinquance de haut niveau et des trafics illicites. A la progressivité de l’impôt, il faudrait ajouter une taxation dissuasive des transactions spéculatives et des revenus des créanciers de la dette.

    4. Lutter contre la fraude fiscale massive des grandes entreprises et des plus riches.

    La fraude fiscale prive de moyens considérables la collectivité et joue contre l’emploi. Des moyens publics conséquents doivent être alloués aux services des finances pour lutter efficacement contre cette fraude. Les résultats doivent être rendus publics et les coupables lourdement sanctionnés.

    5. Mettre au pas les marchés financiers, notamment par la création d’un registre des propriétaires de titres et par l’interdiction des ventes à découvert.

    La spéculation à l’échelle mondiale représente plusieurs fois les richesses produites sur la planète. Les montages sophistiqués de la mécanique financière rendent celle-ci totalement incontrôlable. Les engrenages qu’elle suscite déstructurent l’économie réelle. L’opacité sur les transactions financières est la règle. Pour taxer les créanciers à la source, il faut les identifier. La dictature des marchés financiers doit cesser.

    6. Réduire radicalement le temps de travail pour créer des emplois tout en augmentant les salaires et les retraites.

    Répartir autrement les richesses est la meilleure réponse à la crise. La part destinée aux salariés dans les richesses produites a nettement baissé, tandis que les créanciers et les entreprises ont accru leurs profits pour les consacrer à la spéculation. En augmentant les salaires, non seulement, on favorise le pouvoir d’achat des populations, on renforce aussi les moyens de la protection sociale et des régimes de retraite.

    En diminuant le temps de travail sans réduction de salaire et en créant des emplois, on améliore la qualité de vie des populations.

    7. Socialiser les nombreuses entreprises et services privatisés au cours des 30 dernières années.

    Une caractéristique de ces 30 dernières années a été la privatisation de nombre d’entreprises et services publics. Des banques au secteur industriel en passant par la poste, les télécommunications, l’énergie et les transports, les gouvernements ont livré au privé des pans entiers de l’économie, perdant au passage toute capacité de régulation de l’économie. Ces biens publics, issus du travail collectif, doivent revenir dans le domaine public.

    8. Pour une assemblée constituante des peuples pour une autre union européenne.

    L’Union européenne issue des traités constitutionnels imposés aux populations est une véritable machine de guerre au service du capital et de la finance. Elle doit être totalement refondée par un processus constituant où la parole des populations est enfin prise en considération. Cette autre Europe démocratisée doit œuvrer à l’harmonisation par le haut de la justice fiscale et sociale, permettre une élévation du niveau et de la qualité de vie de ses habitants, retirer ses troupes d’Afghanistan et quitter l’OTAN, réduire radicalement ses dépenses militaires, bannir les armes nucléaires et s’engager résolument dans le désarmement, mettre fin à sa politique de forteresse assiégée envers les candidats à l’immigration, devenir un partenaire équitable et véritablement solidaire à l’égard des peuples du Sud de la planète.

    Rompre avec la domination du grand capital !

    Aujourd’hui, les institutions financières à l’origine de la crise s’enrichissent et spéculent sur les dettes des Etats, avec la complicité active de la Commission européenne, de la Banque centrale européenne et du FMI pour satisfaire les intérêts des gros actionnaires et des créanciers. Cet enrichissement privé, permis par les cadeaux fiscaux et sociaux des gouvernements et accéléré avec les plans d’austérité, doit cesser.

    La réduction des déficits publics doit se faire, non pas en réduisant les dépenses sociales publiques mais par la hausse des recettes fiscales en taxant davantage le capital (entreprises et capital financier) comme les revenus, le patrimoine des ménages riches et les transactions financières. Pour cela, il faut rompre avec la logique capitaliste et imposer un changement radical de société. Contrairement au capitalisme que nous subissons actuellement, la nouvelle logique à construire devra intégrer la donne écologique et rompre avec le productivisme.

    Nos revendications sont de nature à répondre concrètement à la crise dans l’intérêt des peuples. Annuler la dette illégitime relève de la souveraineté des Etats et des peuples. Il s’agit pour nous de sortir de la crise en prenant en compte l’intérêt des populations.

    Nous proposons de réunir dans un front anticrise à l’échelle européenne, mais aussi localement, les énergies pour créer un rapport de force favorable à la mise en pratique de solutions radicales centrées sur la justice sociale. Ensemble, pour imposer une autre logique !

    Annuler la dette illégitime, c’est possible et c’est dans l’intérêt des peuples !

    Il y a eu dans l’Histoire de très nombreuses annulations de dettes dans les pays du Sud comme dans ceux du Nord, parfois unilatérales, parfois validées en justice, parfois concédées sous la pression par les puissances dominantes. Le droit international est riche de doctrines et de jurisprudences qui peuvent permettre, et ont d’ailleurs déjà permis, de fonder des annulations ou des répudiations de dettes.

    Exemple emblématique, le CADTM a participé activement à l’audit de la dette de l’Equateur en 2007-2008. Cet audit a permis au gouvernement d’annuler des dettes illégitimes et d’économiser 300 millions de dollars par an pendant 20 ans. Ces sommes sont aujourd’hui consacrées à l’amélioration de la santé publique, de l’éducation et à la création d’emplois.

    Ces mesures, pour insuffisantes qu’elles soient, marquent des avancées non négligeables, qui peuvent être utilisées par les mouvements sociaux du Sud et du Nord pour exiger l’annulation totale et inconditionnelle de la dette illégitime. Cette annulation est aujourd’hui une nécessité et une urgence, tant les sommes consacrées au remboursement entravent les droits économiques, sociaux et culturels des populations.

    Contester la dette publique, en exiger un audit citoyen, est aujourd’hui indissociable de la lutte contre les plans d’austérité !


    --------------------------------------------------------------------------------

    P.-S. Qu’est-ce que le CADTM ? Créé en 1990, le Comité pour l’Annulation de la Dette du Tiers Monde (CADTM) est un réseau international constitué de membres et de comités locaux actifs dans une trentaine de pays d’Europe, d’Afrique, d’Amérique latine et d’Asie. Il dispose d’un site internet en français, anglais, espagnol, portugais et arabe : www.cadtm.org . Son travail principal est l’élaboration d’alternatives radicales visant la satisfaction universelle des besoins, des libertés et des droits humains fondamentaux. Il ancre son action au carrefour des luttes des mouvements sociaux populaires, des mouvements d’éducation permanente, des syndicats, des comités de solidarité internationale et des ONG de développement.

    Le CADTM, depuis 20 ans, a développé une expertise en matière de dette publique tant sur le plan du diagnostic que celui des alternatives.

    Email pour contact : info@cadtm.org CADTM - Secrétariat International, 345 avenue de l’Observatoire, 4000 Liège, Belgique

    Voir en ligne : La dette, une manne pour les créanciers, un drame pour les peuples !

    CHARPAL

    Masculin
    Nombre de messages : 434
    Emploi/loisirs : Refaire le monde(sans prétention).Voir : refairelemonde.unblog.fr
    Humeur : en colère face aux injustices notamment sociales
    Date d'inscription : 15/11/2009

    Re: krach, boum, hue!

    Message par CHARPAL le Mer 8 Sep - 12:05


    Il est clair qu' il importe de combattre la barbarie financière et la dictature des marchés, c'est à dire la forme la plus réactionnaire,archaïque et totalitaire qu'on ait donné au capitalisme depuis la première moitié du XIX è siècle.

    Pas facile pour les politiciens de faire leur autocritique et de changer du tout au tout, quand pendant 30 ans on s' est couché lâchement et stupidement devant une "internationale", véritable oligarchie parasite et mafieuse du fric triomphant de tout, y compris de toute copnsidération humaniste et progressiste.

    On peut dire de même de la plupart des syndicats, CFDT en tête, dont les "piteux ancêtres" ( Le Maire et Notat entre autres) ont été des prototypes de sociaux traîtres particulièrement remarquables, à supposer qu'ils n'aient pas été corrompus purement et simplement par le Medef ( lui aussi pratique la politique des "petites enveloppes").

    Il est tout aussi clair qu'aucun problème qui se pose aux peuples et qui relève de leurs intérêts supérieurs, ne peut être résolu tant que "le système" reste à l'identique.Qu'il s' agisse des retraites, des déficits de toutes sortes (budgétaires ou autres), de la santé, de l' éducation et de la sécurité.

    Rien n'est possible puisque les moyens financiers sont quasi inexistants, or c'est le "nerf de la guerre". En effet, les richesses produites, toujours plus grandes en terme de PIB et de productivité, au lieu de revenir majoritairement et prioritairement à ceux qui les produisent sont détournées, on peut dire volées, par une minorité de parasites : les spéculateurs-actionnaires et les patrons milliardaires, ultra réactionnaires.

    Ne sachant littéralement que faire du fric produit par d'autres, tant les quantités détournées sont considérables, ils le jouent au "casino" des marchés dérivés, où les sommes qui seraient si utiles ailleurs, sont stérilisées et aggravent la "crise" financière.

    Ce qui ne les empêche pas, avec une impudence et un cynisme révoltant, d' imputer aux salariés et à l' ensemble des citoyens, la responsabilité d'une "crise" dont ils sont les seuls et uniques responsables!

    Ce qu'il faut pour éradiquer définitivement la crise, c'est un véritable plan Marchall des salaires dans toutes les démocraties, pour à nouveau irriguer l' économie réelle, la seule qui vaille. Ainsi toutes "les caisses" seraient automatiquement et spectaculairement remplies.

    Au lieu de cela, les experts et politiciens, aussi nuls les uns que les autres, dignes descendants non du génial Keynes mais des médecins de Molière, ne savent que prescrire des saignées à un malade souffrant d' une forme particulièrement grave d' anémie, alors que des tranfusions de sang massives sont devenues impératives !

    A croire, sans vouloir paraître trop trivial, que ce petit monde ( droite et gauche confondues) a de la merde dans les yeux, un pot de yaourt à la place du cerveau et rien dans le pantalon...



    CHARPAL

    Masculin
    Nombre de messages : 434
    Emploi/loisirs : Refaire le monde(sans prétention).Voir : refairelemonde.unblog.fr
    Humeur : en colère face aux injustices notamment sociales
    Date d'inscription : 15/11/2009

    Re: krach, boum, hue!

    Message par CHARPAL le Mer 8 Sep - 12:07

    CHARPAL a écrit:
    Il est clair qu' il importe de combattre la barbarie financière et la dictature des marchés, c'est à dire la forme la plus réactionnaire,archaïque et totalitaire qu'on ait donné au capitalisme depuis la première moitié du XIX è siècle.

    Pas facile pour les politiciens de faire leur autocritique et de changer du tout au tout, quand pendant 30 ans on s' est couché lâchement et stupidement devant une "internationale", véritable oligarchie parasite et mafieuse du fric triomphant de tout, y compris de toute copnsidération humaniste et progressiste.

    On peut dire de même de la plupart des syndicats, CFDT en tête, dont les "piteux ancêtres" ( Le Maire et Notat entre autres) ont été des prototypes de sociaux traîtres particulièrement remarquables, à supposer qu'ils n'aient pas été corrompus purement et simplement par le Medef ( lui aussi pratique la politique des "petites enveloppes").

    Il est tout aussi clair qu'aucun problème qui se pose aux peuples et qui relève de leurs intérêts supérieurs, ne peut être résolu tant que "le système" reste à l'identique.Qu'il s' agisse des retraites, des déficits de toutes sortes (budgétaires ou autres), de la santé,et de l' éducation.

    Rien n'est possible puisque les moyens financiers sont quasi inexistants, or c'est le "nerf de la guerre". En effet, les richesses produites, toujours plus grandes en terme de PIB et de productivité, au lieu de revenir majoritairement et prioritairement à ceux qui les produisent sont détournées, on peut dire volées, par une minorité de parasites : les spéculateurs-actionnaires et les patrons milliardaires, ultra réactionnaires.

    Ne sachant littéralement que faire du fric produit par d'autres, tant les quantités détournées sont considérables, ils le jouent au "casino" des marchés dérivés, où les sommes qui seraient si utiles ailleurs, sont stérilisées et aggravent la "crise" financière.

    Ce qui ne les empêche pas, avec une impudence et un cynisme révoltant, d' imputer aux salariés et à l' ensemble des citoyens, la responsabilité d'une "crise" dont ils sont les seuls et uniques responsables!

    Ce qu'il faut pour éradiquer définitivement la crise, c'est un véritable plan Marchall des salaires dans toutes les démocraties, pour à nouveau irriguer l' économie réelle, la seule qui vaille. Ainsi toutes "les caisses" seraient automatiquement et spectaculairement remplies.

    Au lieu de cela, les experts et politiciens, aussi nuls les uns que les autres, dignes descendants non du génial Keynes mais des médecins de Molière, ne savent que prescrire des saignées à un malade souffrant d' une forme particulièrement grave d' anémie, alors que des tranfusions de sang massives sont devenues impératives !

    A croire, sans vouloir paraître trop trivial, que ce petit monde ( droite et gauche confondues) a de la merde dans les yeux, un pot de yaourt à la place du cerveau et rien dans le pantalon...


    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8763
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: krach, boum, hue!

    Message par bye le Mer 8 Sep - 12:51

    Je te rejoins, Charpal.

    Plutôt que de nous rebattre les oreilles, concernant le droit à la retraite, sur le rapport actifs-retraités, sur l'allongement de la durée de la vie,..où tous les partis, toutes les organisations syndicales se font manipuler ( ou manipulent elles-mêmes ), posons-nous la question des richesses produites!

    Par exemple, pour ne considérer qu'un indicateur, la part des salaires dans la valeur ajoutée produite est passée de 60 % ( 1978 ) à 57 % en 2001. 3 points de moins, cela peut paraître faible, mais, compte tenu de la diminution sensible du nombre de travailleurs indépendants et de la montée du salariat dans la société ( 83,4% des emplois étaient salariés en 1978, 88,7% le sont en 2000), la part des salaires dans la valeur ajoutée aurait dû augmenter – de 3 à 5 points, selon les hypothèses retenues pour tenir compte de cette « salarisation » croissante – et non diminuer. Entre 1978 et 1999, le salaire net médian (celui tel que moitié gagnent plus, moitié gagnent moins) des hommes travaillant à temps plein dans le secteur privé et semi-public, primes comprises, exprimé en francs 2000, est passé de 8600 F par mois à 8900 F : 3% d’augmentation en… vingt ans, et cela malgré la hausse de la qualification moyenne des salariés, dont les emplois de manœuvres et d’ouvriers spécialisés, les moins bien payés, ont fondu dans l’intervalle!
    Et donc, on peut se demander: où est passée la richesse non distribuée ? J'ai ma petite idée!

    http://www.cairn.info/revue-du-mauss-2001-2-page-20.htm
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8763
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: krach, boum, hue!

    Message par bye le Mer 15 Sep - 12:32

    Des économistes «atterrés» contre le pouvoir de la finance

    http://www.marianne2.fr/Des-economistes-atterres-contre-le-pouvoir-de-la-finance_a197418.html

    CHARPAL

    Masculin
    Nombre de messages : 434
    Emploi/loisirs : Refaire le monde(sans prétention).Voir : refairelemonde.unblog.fr
    Humeur : en colère face aux injustices notamment sociales
    Date d'inscription : 15/11/2009

    Re: krach, boum, hue!

    Message par CHARPAL le Ven 15 Oct - 18:33

    A signaler un article remarquable dans Le Monde Diplomatique d' octobre (page 3)qui concerne l' Irlande. Une preuve de plus de l' absurdité et de l'injustice incroyables de la barbarie financière et de la dictature des marchés (alias libéralisme) !
    L' Irlande a fait d'elle même pendant des années application du dogme que les dictateurs du FMI imposent maintenant au peuple grec avec la "collaboration" du parti "socialiste" de ce pays! Résultat ? Echec, fiasco sur toute la ligne !

    C' est à dire : déficits en tout genre, appauvrissement généralisé, chômage, inégalités creusées, impossibilité de "rebondir", et dette quasiment équivalente à la Grèce !

    Réponse du FMI ? Il faut continuer, aller plus loin !

    Les bras m' en tombent ...Comment être plus sot (pour être poli)??
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8763
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: krach, boum, hue!

    Message par bye le Sam 16 Oct - 7:49

    Tout à fait d'accord, mon cher Charpal.

    Cet article est pertinent, et devrait peut-être faire réfléchir certain(e)s à l'éventuelle arrivée d'un DSK, en France aux prochaines élections. Il a d'ailleurs donné le ton, en validant la réforme des retraites de Sarkozy!

    CHARPAL

    Masculin
    Nombre de messages : 434
    Emploi/loisirs : Refaire le monde(sans prétention).Voir : refairelemonde.unblog.fr
    Humeur : en colère face aux injustices notamment sociales
    Date d'inscription : 15/11/2009

    Re: krach, boum, hue!

    Message par CHARPAL le Ven 26 Nov - 14:53

    Après la Grèce, maintenant c' est l'Irlande, après ce sera l' Espagne ...
    Eh bien ça y est, nous y voilà ! La dictature des marchés est sur le point de s'écrouler sous le poids de son incommensurable bêtise ! Il faut s' en réjouir !

    Qu' elle crêve cette sous merde idéologique ! On pourra enfin remettre sur ses pieds une Humanité qui marche sur la tête et au service de l' Homme une économie qui a voulu le soumettre à son service comme un esclave !

    Depuis des décennies qu' existe ce système fou, sauvage, inhumain, de dictature des marchés, je n' ai jalmais cru qu'il apporterait un bonheur quelconque à 98% des gens sur terre et je l' ai toujours condamné de toutes mes forces, même si je ne suis qu'un modeste membre de base de l' Humanité et un citoyen ordinaire.

    Après l' Irlande ça va être le Portugal puis l' Espagne! Tant mieux ! Plus il y aura de peuples concernés plus ça fera de monde pour descendre dans la rue, manifester, faire la grêve de la production et de la consommation. La désobéissance générale, voilà la seule riposte ! Jusqu' à ce que "le monstre" de la barbarie financière crêve dans de dernières convulsions qui devront être pour nous un grand moment de joie !

    Ce jour là, la peur changera de camp ! Ce sont les rentiers et spéculateurs parasites qui dirigent tout, qui connaitront enfin à leur tour, le goût du sang et des larmes !

    Pour cela il faut que les peuples coordonnent leurs actions : qu'ils fassent grêve et manifestent au même moment !

    Les salauds du FMI, les banksters, les putes de la Commission Européenne se coordonnent bien eux ! Ils ont compris que l'union fait la force.

    Que les peuples en fassent autant et ils constitueront une force mille fois plus efficace que ce ramassis de pourris !

    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8763
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: krach, boum, hue!

    Message par bye le Ven 26 Nov - 19:36

    Et après l'Irlande, la France ?

    C'est la théorie du jeu de dominos, sauf que ce n'est pas un jeu ( du moins pour nous qui en payons les pots cassés ).

    Tout à fait d'accord, Charpal: ce système est mortifère et il est encore temps de s'en débarrasser.

    Le capitalisme c'est la gangrène
    Ou on l'écrase ou on en crève!

    CHARPAL

    Masculin
    Nombre de messages : 434
    Emploi/loisirs : Refaire le monde(sans prétention).Voir : refairelemonde.unblog.fr
    Humeur : en colère face aux injustices notamment sociales
    Date d'inscription : 15/11/2009

    Re: krach, boum, hue!

    Message par CHARPAL le Mer 15 Déc - 14:42

    Dépêche AFP de ce jour : "La Grèce paralysée par une grève générale contre l'austérité.
    La Grèce tournait au ralenti mercredi, privée de transports aériens, maritimes et ferroviaires, dans le cadre d'une grève générale de 24 heures contre la deuxième vague de rigueur prévue dans le pays en 2011, incluant notamment des baisses de salaire dans les entreprises."

    Une grêve générale de 24 h,c'est mieux que rien, mais quand nos semblables comprendront ils ( cela dit sans vouloir faire la leçon à qui que ce soit), qu'une grêve générale tant que les objectifs ne sont pas atteints est beaucoup plus efficace ?

    Et concernant l' Europe une grêve dans plusieurs pays en même temps ? En Irlande, au Portugal, en Espagne, en Angleterre, en Italie, en France etc ...

    Il est possible de mettre à genoux la Commission européenne, le FMI,les fonds spéculatifs, les multinationales et de mettre par terre l' austérité, ce nouveau monstre du capitalisme sauvage. Pourquoi attendre ??
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8763
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: krach, boum, hue!

    Message par bye le Mer 15 Déc - 15:46

    oui, Charpal.
    Je m'étonne tout de même que la CES lance cette journée alors que le plus fort du mouvement social en France, notamment, soit éteint?
    L'europe sociale avait solidairement les yeux tournés vers l'hexagone.

    Ne pouvait-on y penser quand l'occupation des dépôts de carburant, des sites pétroliers,.. bloquait l'économie ?
    Les travailleurs des autres pays faisaient valoir leur solidarité, parce qu'eux mêmes touchés par ces plans d'austérité, et refusaient pour certains de ravitailler les ports et sites industriels français.

    Est-ce que la CES, comme les OS françaises, a peur également d'être débordée par sa base ?

    CHARPAL

    Masculin
    Nombre de messages : 434
    Emploi/loisirs : Refaire le monde(sans prétention).Voir : refairelemonde.unblog.fr
    Humeur : en colère face aux injustices notamment sociales
    Date d'inscription : 15/11/2009

    Re: krach, boum, hue!

    Message par CHARPAL le Mar 12 Avr - 11:30

    Info jouissive, vue sur Rue 89 :

    Les islandais viennent, pour la deuxième fois, par 60 % des votants de dire non au paiement par le peuple des dettes faites par les banques.

    Titre jubilatoire de Rue 89 : deuxième torgnole pour la finance mondiale !

    Cerise sur le gâteau : un sondage avait " prédit " un oui à 65 % et tous les médias avaient "ordonné" au peuple de voter oui !

    NB : la Grèce, le Portugal et l' Irlande feraient bien de s 'inspirer du courage islandais! Se soumettre n' est pas la solution ! Il faut donner le futur prix Nobel d' économie au peuple islandais !

    http://www.rue89.com/yeti-voyageur/2011/04/11/referendum-en-islande-seconde-torgnole-a-la-finance-mondiale-199458
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8763
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: krach, boum, hue!

    Message par bye le Mar 12 Avr - 12:38

    Il faudrait également qu'ici, nous refusions les mesures d'austérité en préparation, à défaut d'avoir pu annuler les "réformes rétrogades( retraites,..)".
    Car, étant en période électorale, la droite au pouvoir comme la gauche à l'affût, ne vont pas trop bouger; c'est après que la purge va être terrible, pour éponger une partie de la dette vertigineuse!
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8763
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: krach, boum, hue!

    Message par bye le Sam 4 Juin - 11:17

    29 mai : la crise nous a donné raison
    Raoul Marc Jennar | jennar.fr | 29 mai 2011

    dimanche 29 mai 2011

    Il y a six ans, le peuple français – massivement le peuple de gauche – rejetait le « traité établissant une Constitution pour l’Europe ». Pendant les longs mois qui avaient précédé le référendum, en fait depuis octobre 2004 et « l’appel des 200″, peu à peu le peuple s’était réapproprié son destin.

    Comme on l’a vu rarement dans le passé, on a assisté à un intense travail de prise de connaissance et d’analyse du texte proposé – en fait, la collection des différents traités européens adoptés depuis 1957 auxquels s’ajoutaient de nouvelles dispositions.

    Je garde le souvenir ému de gens venant, au terme d’une réunion, demander mon opinion sur l’interprétation de tel ou tel paragraphe de l’un ou l’autre article. Ce qui fut remarquable, c’est que la préoccupation principale des protagonistes de la campagne du « non » fut d’appeler non pas à la passion, mais à l’intelligence du peuple, à sa raison. Loin des slogans, loin des manipulations du texte par les partisans du « oui », nous nous sommes efforcés de présenter le texte et d’en expliquer la portée. Ce fut un formidable exercice de pédagogie populaire.

    Ce fut aussi une démonstration éclatante de la dynamique et de la mobilisation que crée l’unité lorsque les forces de gauche se rassemblent.

    Deux leçons qui restent valables pour 2012, même si elles ne furent pas retenues en 2007.

    Il en est une troisième dont 2008 a révélé la pertinence, c’est la leçon tirée du travail de décodage des textes européens en 2005 : la crise qui a éclaté en 2008 a donné raison à ceux qui dénonçaient ce qu’imposent ces textes européens adoptés par nos gouvernements de droite comme de gauche : la dictature des marchés, la privatisation des services publics, le démantèlement du droit du travail, la concurrence de tous contre tous conduisent au désastre social et à la catastrophe écologique. Nous avions repris la formule de Pierre Bourdieu : « la construction européenne s’apparente à une destruction sociale ». La suite, depuis 2005, l’a amplement vérifié.

    Nous n’avons pas rejeté l’union des peuples d’Europe. Nous avons dit : cette Europe-là n’est pas conforme aux valeurs de solidarité et de justice que prétend porter l’Europe. Ce n’est pas une Europe pour les peuples, mais contre eux. Elle aliène les peuples à la dictature de l’argent. Elle privilégie les intérêts particuliers animés par la seule logique du profit. Elle conduit à la catastrophe sociale et écologique.

    Les révoltes que nous observons depuis en Grèce, en Irlande, au Portugal, en Espagne, mais aussi les manifestations en Grande-Bretagne et en Italie témoignent des souffrances infligées par des idéologues au service de la finance et du monde des affaires.

    Le repli national n’est d’aucune efficacité pour inverser le cours des choses. Mais le cadre national peut être le départ d’une résistance qui doit se coordonner pour manifester son efficacité au seul niveau pertinent : l’Europe. Résistance des peuples, résistance des organisations syndicales, résistance des forces de gauche qui refusent d’accompagner un système qui est la négation du socialisme.

    En ce jour anniversaire, à moins d’un an d’une échéance majeure dans un pays en capacité de changer l’Europe, il s’impose de prendre en compte toutes les leçons du 29 mai 2005.


    CHARPAL

    Masculin
    Nombre de messages : 434
    Emploi/loisirs : Refaire le monde(sans prétention).Voir : refairelemonde.unblog.fr
    Humeur : en colère face aux injustices notamment sociales
    Date d'inscription : 15/11/2009

    Re: krach, boum, hue!

    Message par CHARPAL le Lun 6 Juin - 11:44

    Tout à fait d' accord avec le précédent message !
    Concernant " la large victoire de la droite " au Portugal, les choses méritent d'être sérieusement nuancées. Il y a eu 41% d"abstentions, ce qui est énorme, et sans précédent dans ce pays. Si on y ajoute ceux qui ont voté pour l'extrême gauche et la gauche anti libérale, on peut dire sans exagérer, qu'il n'y a pas de majorité pour approuver l'austérité prônée par les deux principaux partis.
    Réaction (c'est bien le cas de le dire...) de Coelho, leader de la droite, après sa "large victoire" : "Nous ferons tout notre possible pour honorer l'accord établi entre l'Etat portugais, l'Union européenne et le Fonds monétaire international, pour reconquérir la confiance des marchés". Autrement dit, peu importe qu'une majorité du peuple n'adhère pas aux purges inutiles et sadiques de ces Diafoirus foireux, l'essentiel c'est d'obtenir la confiance des marchés, c'est à dire de quelques banques d'affaires (comprendre des spéculateurs de la pire espèce) et de deux ou trois agences de notation, dont la légitimité éclate aux yeux de tous !
    Un motif d'espoir cependant dans cet océan d'absurdité : compte tenu du remède qui va être, à doses massives, asséné à ce pays, l'échec, cuisant, est assuré. C'est reculer pour mieux sauter. L'heure des révisions déchirantes et salvatrices sonnera inéluctablement, comme pour tous les pays en proie à l'ultra libéralisme forcené et à la dictature des marchés.

    CHARPAL

    Masculin
    Nombre de messages : 434
    Emploi/loisirs : Refaire le monde(sans prétention).Voir : refairelemonde.unblog.fr
    Humeur : en colère face aux injustices notamment sociales
    Date d'inscription : 15/11/2009

    Re: krach, boum, hue!

    Message par CHARPAL le Mer 15 Juin - 22:27

    Ci-après le texte, absolument superbe, de Mikis Theodorakis à propos de la révolte du peuple grec face aux exactions de l'Oligarchie totalitaire qui tente de l' écraser. Cette proclamation devrait figurer en première page de tous les journaux, comme ce fut le cas du " J' accuse" de Zola en première page de l' Aurore ! On sait qu'il n' en sera rien ! Heureusement reste internet. A faire circuler et méditer sans modération !

    " Nous saluons les dizaines de milliers, voire les centaines de milliers de nos concitoyens, jeunes pour la plupart, qui se sont rassemblés sur les places de toutes les grandes villes pour manifester leur indignation à l’occasion de la commémoration du mémorandum (accord cadre signe entre le gouvernement grec, l’UE, le FMI et la BCE, en Mai 2010 et renouvelé depuis régulièrement), demandant le départ du gouvernement de la Honte et de tout le personnel politique qui a géré le bien public, détruisant, pillant et asservissant la Grèce. La place de tous ces individus n’est pas au Parlement, mais en prison.
    Nous saluons les premières Assemblées générales qui se déroulent dans les centres de nos villes et la démocratie immédiate que s’efforce de découvrir le mouvement inédit de notre jeunesse. Nous saluons les travailleurs de la fonction publique qui ont entrepris manifestations, grèves et occupations pour défendre un Etat qui, plutôt que le démantèlement prévu par le FMI, a désespérément besoin d’une amélioration et d’une réforme radicales. Par leurs mobilisations, les travailleurs de l’Hellenic Postbank, de la Régie nationale d’électricité et de la Société publique de loterie et de paris sportifs défendent le patrimoine du peuple grec qu’entendent piller les banques étrangères, par le truchement de leur gouvernement fantoche à Athènes. »
    Le pacifisme exemplaire de ces manifestations a démontré que lorsque la police et les agents provocateurs ne reçoivent pas l’ordre d’intervenir, le sang ne coule pas. Nous appelons les policiers grecs à ne pas être les instruments des forces obscures qui tenteront certainement, à un moment donné, de réprimer dans le sang les jeunes et les travailleurs. Leur place, leur devoir et leur intérêt est d’être aux côtés du peuple grec, des protestations et des revendications pacifiques de celui-ci, aux côtés de la Grèce et non des forces obscures qui dictent leur politique au gouvernement actuel.

    « Un an après le vote du mémorandum, tout semble attester son échec. Après cette expérience, on ne peut plus s’autoriser la moindre illusion. La voie qu’a emprunté et continue de suivre le gouvernement, sous la tutelle des banques et des instances étrangères, de Goldman Sachs et de ses employés européens, mènent la Grèce à la catastrophe. Il est impératif que cela cesse immédiatement, il est impératif qu’ils partent immédiatement. Jour après jour, leurs pratiques révèlent leur dangerosité pour le pays. Il est étonnant que le procureur général ne soit pas encore intervenu contre le Ministre de l’Economie et des Finances, après les récentes déclarations tenues par ce dernier sur l’imminence de la faillite et l’absence de ressources budgétaires. Pourquoi n’est-il pas intervenu suite aux déclarations du président de la Fédération des patrons de l’industrie et de la commissaire européenne grecque Mari Damanaki sur une sortie de l’euro ? Pourquoi n’est-il pas intervenu contre le terrorisme de masse avec lequel un gouvernement en faillite, sous le diktat de la Troïka [UE - FMI - BCE], tente une nouvelle de fois d’extorquer le peuple grec ? Par leur catastrophisme, leurs allusions tragiques et tout ce qu’ils inventent et déblatèrent pour effrayer les Grecs, ils ont réussi à humilier le pays dans le monde entier et à le mener réellement au bord de la faillite. Si un chef d’entreprise s’exprimait de la même façon que le fait le Premier ministre et ses ministres lorsqu'ils parlent de la Grèce, il se retrouverait immédiatement derrière les barreaux pour malversation grave.
    Nous nous adressons aussi aux peuples européens. Notre combat n’est pas seulement celui de la Grèce, il aspire à une Europe libre, indépendante et démocratique. Ne croyez pas vos gouvernements lorsqu’ils prétendent que votre argent sert à aider la Grèce. Ne croyez-pas les mensonges grossiers et absurdes de journaux compromis qui veulent vous convaincre que le problème est dû soi-disant à la paresse des Grecs alors que, d’après les données de l’Institut statistique européen, ceux-ci travaillent plus que tous les autres Européens !
    « Les travailleurs ne sont pas responsables de la crise ; le capitalisme financier et les politiciens à sa botte sont ceux qui l’ont provoquée et qui l’exploitent. Leurs programmes de « sauvetage de la Grèce » aident seulement les banques étrangères, celles précisément qui, par l’intermédiaire des politiciens et des gouvernements à leur solde, ont imposé le modèle politique qui a mené à la crise actuelle. Il n’y a pas d’autre solution qu’une restructuration radicale de la dette, en Grèce, mais aussi dans toute l’Europe. Il est impensable que les banques et les détenteurs de capitaux responsables de la crise actuelle ne déboursent pas un centime pour réparer les dommages qu’ils ont causés. Il ne faut pas que les banquiers constituent la seule profession sécurisée de la planète ! »
    Il n’y pas d’autre solution que de remplacer l’actuel modèle économique européen, conçu pour générer des dettes, et revenir à une politique de stimulation de la demande et du développement, à un protectionnisme doté d’un contrôle drastique de la Finance. Si les Etats ne s’imposent pas sur les marchés, ces derniers les engloutiront, en même temps que la démocratie et tous les acquis de la civilisation européenne. La démocratie est née à Athènes quand Solon a annulé les dettes des pauvres envers les riches. Il ne faut pas autoriser aujourd’hui les banques à détruire la démocratie européenne, à extorquer les sommes gigantesques qu’elles ont elle-même générées sous forme de dettes. Comment peut-on proposer un ancien collaborateur de la Goldman Sachs pour diriger la Banque centrale européenne ? De quelle sorte de gouvernements, de quelle sorte de politiciens disposons-nous en Europe ? »
    « Nous ne vous demandons pas de soutenir notre combat par solidarité, ni parce que notre territoire a été le berceau de Platon et Aristote, Périclès et Protagoras, des concepts de démocratie, de liberté et d’Europe. Nous ne vous demandons pas un traitement de faveur parce que nous avons subi, en tant que pays, l’une des pires catastrophes européennes aux années 1940 et nous avons lutté de façon exemplaire pour que le fascisme ne s’installe pas sur le continent.
    "Nous vous demandons de le faire dans votre propre intérêt. Si vous autorisez aujourd’hui le sacrifice des sociétés grecque, irlandaise, portugaise et espagnole sur l’autel de la dette et des banques, ce sera bientôt votre tour. Vous ne prospérerez pas au milieu des ruines des sociétés européennes. Nous avons tardé de notre côté, mais nous nous sommes réveillés. Bâtissons ensemble une Europe nouvelle ; une Europe démocratique, prospère, pacifique, digne de son histoire, de ses luttes et de son esprit. Résistez au totalitarisme des marchés qui menace de démanteler l’Europe en la transformant en tiers-monde, qui monte les peuples européens les uns contre les autres, qui détruit notre continent en suscitant le retour du fascisme. »
    Le Comité Consultatif du Mouvement de Citoyens Indépendants. « L’Etincel » Créé à l’initiative de Mikis Theodorakis. Athènes, 26 Mai 2011.

    CHARPAL

    Masculin
    Nombre de messages : 434
    Emploi/loisirs : Refaire le monde(sans prétention).Voir : refairelemonde.unblog.fr
    Humeur : en colère face aux injustices notamment sociales
    Date d'inscription : 15/11/2009

    Re: krach, boum, hue!

    Message par CHARPAL le Sam 2 Juil - 13:40

    La dernière de Jack Lang (d'après l'AFP) : " L'ancien ministre PS Jack Lang, "très heureux" de la libération sur parole de Dominique Strauss-Kahn à New York, a fait valoir que "la France a besoin de la compétence, du talent et du rayonnement international" de l'ancien patron du FMI".
    On mesure qu'entre ces gens là et nous, il y a non pas un fossé, ni un océan, mais des années lumières. On peut même dire qu'on ne vit pas sur la même planète !
    J'aimerais beaucoup savoir ce que les islandais, les grecs, les espagnols, les irlandais, les portugais (la liste n'est pas limitative) pensent de la "compétence, du talent et du rayonnement international" de leur bourreau. Il n'y a pas de mot, dans aucune langue, pour exprimer la colère et la révolte que j'ai éprouvée en lisant une telle déclaration ! Et ça se dit socialiste !
    En fait de socialistes, moi je préfère Jaurès !

    CHARPAL

    Masculin
    Nombre de messages : 434
    Emploi/loisirs : Refaire le monde(sans prétention).Voir : refairelemonde.unblog.fr
    Humeur : en colère face aux injustices notamment sociales
    Date d'inscription : 15/11/2009

    Re: krach, boum, hue!

    Message par CHARPAL le Lun 4 Juil - 14:03

    L'Oligarchie qui dirige l' économie de la planète a tiré des leçons de la crise de 29, mais pas les bonnes. Ou plutôt les bonnes pour elle, mais pas pour les peuples et le progrès social. Le système est virtuellement mort et ne tient qu'au prix d'un acharnement thérapeuthique démentiel. Ce qui est génial (et révoltant à la fois) c'est que la facture de ces soins hors de prix est présentée aux peuples qui n'y sont pour rien et à qui on ne demande pas ce qu'ils en pensent, alors qu'ils sont sensés vivre en démocratie !
    La vraie leçon à tirer de 29, c'est que les gouvernements doivent intervenir dans la finance, la règlementer, ne pas laisser les peuples sombrer dans la misère, relancer l'économie notamment en augmentant les salaires et en présentant l'essentiel de la facture à ceux qui sont responsables de la situation : les rentiers et les spéculateurs.
    L'Oligarchie se battra jusqu'au bout pour différer l'échéance des règlements de compte et injectera le plus d'argent possible pris aux pauvres dans le système. Elle a deux atouts : des gauches molles dans presque toutes les démocraties et 95 % des médias à sa botte, pour la simple raison qu'elle en est propriétaire.
    C'est la leçon qu'elle retire de la crise de 29. Elle pense qu'on peut désormais éviter une crise systémique, non en s'en prenant à ses causes (la spéculation et une déflation structurelle galopante) ce qui serait intelligent, mais en s'en prenant aux pauvres, ce qui est particulièrement stupide. Ca ne fait
    qu'aggraver les choses et c'est moralement ignoble.
    C'est pourquoi, je le dis sans rire, je suis toujours déçu que le système à chaque crise, s'en sorte. Qu'il s'écroule une bonne fois pour toutes et que l'Humanité qui depuis 30 ans marche sur la tête, remarche sur ses pieds !

    CHARPAL

    Masculin
    Nombre de messages : 434
    Emploi/loisirs : Refaire le monde(sans prétention).Voir : refairelemonde.unblog.fr
    Humeur : en colère face aux injustices notamment sociales
    Date d'inscription : 15/11/2009

    Re: krach, boum, hue!

    Message par CHARPAL le Mer 6 Juil - 16:33

    Dernières nouvelles du Portugal (d'après l'AFP) : " Incompréhension et indignation après la dégradation du Portugal par l'agence Moody's. Moody's a baissé de quatre crans la note à long terme du Portugal (à Ba2),
    La décision de l'agence de notation suscitait incompréhension et indignation, alors que le pays commence à peine à mettre en oeuvre le programme d'aide de l'UE et du FMI."

    Si tout cela n'était si affligeant, ça serait presque comique ! Cette décision soulève une vague d'indignation paraît-il. Ce qui me scandalise, c'est toutes ces larmes de crocodile versées maintenant. Ca fait des années que ce système ultra libéral piétine la démocratie et les peuples en donnant tout le pouvoir à une poignée d'individus non élus constituant cette Oligarchie totalitaire qui décide de tout.
    Les indignés de la dernière heure, qui découvrent la lune, pleurnichent à la suite de la décision de l'agence " alors que le pays commence à peine à mettre en oeuvre le programme d'aide de l'UE et du FMI." Qu'ils sont niais ! C'est précisément parcequ'ils se sont soumis à l'UE et au FMI qu'on les enfonce encore plus. Il fallait comme l'Islande les envoyer promener.
    Il est bien temps maintenant de découvrir l'absurdité et l'injustice de ce système ! Il ne fallait tout simplement pas le mettre en place !

    Comment les gouvernements des démocraties ont-ils pu concevoir et admettre, à moins d'avoir complètement perdu les pédales, que les peuples soient soumis aux diktats de quelques officines de notation, non élues, illégitimes et mêmes illégales en regard des principes juridiques les plus basiques, y compris constitutionnels, qui régissent les démocraties ?

    En démocratie le peuple est souverain. C'est à lui et à lui seul de dire dans quel monde il veut vivre et d'établir les règles du jeu. Ces agences, le FMI, l'OMC, la BCE, la Commission, ras le bol ! Que se vayan todos !


    CHARPAL

    Masculin
    Nombre de messages : 434
    Emploi/loisirs : Refaire le monde(sans prétention).Voir : refairelemonde.unblog.fr
    Humeur : en colère face aux injustices notamment sociales
    Date d'inscription : 15/11/2009

    Re: krach, boum, hue!

    Message par CHARPAL le Ven 15 Juil - 18:54

    Le modèle (de ce qu'il ne faut pas faire) et qui gangrène le monde, c'est à dire le capitalisme de casino mondialisé, est au bord du gouffre et va faire un grand bond en avant. Il ne faut surtout pas le retenir et plutôt le pousser un peu.
    Dépêche AFP de ce matin (extraits) : " Le président américain Barack Obama doit s'adresser à la nation vendredi à propos de la dette. Au-delà du 2 août, le défaut de paiement menace, a répété jeudi le secrétaire au Trésor, Timothy Geithner: "Nous n'avons plus beaucoup de temps. Il faut agir". La dette américaine atteint 14.294 milliards de dollars. La Chine a investi plus d'un tiers de ses colossales réserves de change en bons du Trésor américain et détient plus de mille milliards de dollars. Certains économistes et milieux d'affaire redoutent l'onde de choc pour l'économie mondiale encore convalescente en cas de défaut de paiement." (Fin de citation)

    Quand on rapproche ces beaux résultats de ceux que produit en Europe cette même conception déjantée du capitalisme, une des plus idiotes que le capitalisme, pourtant prodigue en la matière, a jamais inventée, on peut être catastrophé. Moi je me réjouis. C'est la preuve par 9 de l'absurdité de l'ultra libéralisme hystérique.

    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8763
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: krach, boum, hue!

    Message par bye le Ven 15 Juil - 18:59

    oui, Charpal et je reprendrai le commentaire du secrétaire au Trésor: " Nous n'avons plus beaucoup de temps. Il faut agir ", mais avec une appréciation toute différente!
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8763
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: krach, boum, hue!

    Message par bye le Sam 23 Juil - 13:46

    La face cachée de la monnaie -> le crédit et son intérêt
    | journarles.org | 18 juillet 2011

    lundi 18 juillet 2011

    Les explications accessibles par tous et chacun de la monnaie et sa création, qui rappellent régulièrement qu’elle est issue du rien, dans un contexte ou la majorité des médias continue à utiliser le jargon économique des initiés, connaissent un écho très favorable. La petite brochure de LA FACE CACHEE DE LA MONNAIE N° 1 au prix d’1 €, coéditée par les éditions Yves MICHEL et JournArles vient même d’être traduite en anglais. Elle sera bientôt disponible en portugais, allemand et bambara.

    LA FACE CACHÉE DE LA MONNAIE N° 1 permettait de comprendre facilement l’inimaginable, c’est à dire la création de l’outil de mesure de la valeur des marchandises et des services, qui en même temps facilite l’échange. Cet outil sort du néant, du rien : EX NIHILO disent les "savants" pour cacher cette simple vérité. Les billets de banque et les pièces de monnaie sont créés du néant. Certes, il faut de l’encre, du papier et une imprimante ou un peu de métal et une presse. Cette monnaie permet ensuite même d’être stockée comme richesse et ainsi se transformer en pouvoir.

    La brochure numéro 2 dissèque d’une manière concise et amusante le crédit et son intérêt. L’histoire intitulée « L’Île des naufragés », dans la brochure numéro un décrit l’introduction de la monnaie et l’arnaque possible de l’étalon or, puisque la monnaie n’avait sur cette île – et par conséquent dans nos sociétés – aucunement besoin d’un étalon or. Elle ne doit pas être convertible en or et elle fonctionne quand même. Cette pseudo garantie de la valeur ne sert qu’à justifier « psychologiquement » l’intérêt. « Je vous prête mon or en forme de billets, je renonce par billets interposés à ma richesse, alors il faut me donner une rémunération pour ma générosité... ». Et voilà, nous sommes déjà au cœur de la nouvelle brochure. LA NUMÉRO DEUX qui pose la question « Mais qui a bien pu inventer l’intérêt ? » Aujourd’hui, en pleine crise de la finance privatisée, il est urgent de comprendre, de repenser et de rediscuter les fondements du système du crédit et de le transformer.



    Les erreurs et fautes inhérentes au système monétaire ne sont pas connues par les citoyens.

    C’est la raison d’être de ces brochures La face cachée de la monnaie. La monnaie est un bien commun. Un bien public. Un outil d’échange qui appartient partout à chacun et chacune de la même manière. Mais les règles de la création monétaire, les règles de la création du crédit sont appliquées mais cachées derrière un tabou et derrière l’opacité et permettent la transformation du crédit et son intérêt en matrice de domination monétaire détruisant sournoisement la démocratie. Ainsi la démocratie se laisse enfermer depuis trop longtemps dans cette économie rendue incompréhensible par les mots des économistes au service et à la grâce des détenteurs de capitaux de plus en plus puissants.



    La matrice monétaire actuelle
    autrement dit la régulation du crédit porte en lui une dynamique de croissance phénoménale. Il permet la construction de pistes de ski au milieu du désert. Nous assistons à la destruction de la planète par la déforestation, le pillage des matières premières, l’érosion de la biodiversité, la désertification, la pollution et la genèse de l’irréparable. L’expérience et le savoir de milliers de générations de nos ancêtres sont aujourd’hui soumis à la privatisation par cette matrice monétaire.



    Son fonctionnement arrache au bien commun
    tout ce qui est gratuit ou ce qui ne peut avoir de prix : le sol, le sous-sol, les plantes, les animaux, les semences à travers la brevetabilité du vivant, l’eau, et si la pollution dans les villes s’accentue encore plus, bientôt même l’air.

    Le crédit et son intérêt, selon le mode d’emploi actuel, oblige à élargir continuellement la sphère marchande à tous les services publics et tous les domaines de l’existence. Il impose un titre de propriété même aux plus petites des choses comme les gênes et les nanoparticules.

    Les façades brillantes d’une société superficielle et gadgetisée veulent nous faire croire que nous vivons dans le plus libre des mondes possibles, mais elles cachent de moins en moins l’enfer que nous vivrons comme esclaves du crédit.

    TELECHARGER LA BROCHURE No2

    L’EMISSION AGRICULTURE ET FRIC RADIO 3DFM du mois de juin 2010 présentant la première partie de la brochure numéro 2 de la Face cachée de la monnaie : LE CREDIT ET SON INTERET peut être écouté ou téléchargé par simple clic sur ce lien

    Le texte de la brochure no 2 "Le crédit et son intèrêt" se base d’une manière importante sur les travaux du juge constitutionnel allemand Dieter Suhr (1939-1990) en utilisant la traduction française de Peter Knauer "Une faute structurelle de notre systeme monétaire ?" Les dessins de cette brochure ont été réalisés par CHRISKE - Christian Kessler - à l’exception du dessin de Morpheus sur la quatrième de couverture qui est issu du court métrage THE MEATRIX (voir bibliographie). Si malgré nos efforts vous trouverez dans ce texte des mots et notions inconnus, essayez de consulter les explications de Wikipedia sur Internet et surtout dites le à nous : bureau@journarles.org


    Contenu sponsorisé

    Re: krach, boum, hue!

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Jeu 23 Nov - 10:23