LIBRE DISCUSSION DANS LES COULISSES DE DEMAIN

Débattons en toute liberté, dans le respect de l’autre, sur tous les sujets qui composent notre société : politique, économie, environnement, religion, philosophie, paranormal, sciences, famille, santé, mode, sexualité, loisirs, sports, divertissements…

Derniers sujets

» Pour une éducation populaire féministe
par bye Lun 12 Juin - 18:20

» La CNT a écrit aux Éditions Belin
par bye Mar 6 Juin - 10:20

» Blanquer ministre de l’Education nationale : au secours, Sarkozy revient !
par bye Jeu 25 Mai - 11:08

» L'accaparement des terres en Birmanie
par bye Mer 17 Mai - 18:42

» Un enseignant kurde témoigne...
par bye Lun 15 Mai - 17:50

» La métamatière et le Roi de la Terre
par De Bortoli Claude Mar 2 Mai - 9:52

» Au-delà des élections
par bye Mer 26 Avr - 17:26

» Les Etats-Unis ont utilisé leur plus puissante bombe non-nucléaire en Afghanistan, une première
par bye Dim 23 Avr - 18:35

» « Pourquoi nous sommes en grève de la faim dans les prisons d’Israël »
par bye Dim 23 Avr - 18:31

» « Enculé, ordure ! ». Philippe Poutou insulté par les flics
par bye Dim 23 Avr - 18:25

» La Sécurité sociale, une assistance ou un droit ?
par bye Dim 23 Avr - 18:22

» Birmanie: pour établir un mécanisme indépendant de réexamen de tous les cas de prisonniers politiques
par bye Ven 21 Avr - 6:02

» Gatti est mort. A la Parole Errante ses mots résonnent encore !
par bye Mer 12 Avr - 18:21

» Turquie : appel urgent au monde enseignant, aux associations et syndicats…
par bye Lun 3 Avr - 18:21

» APPEL À LA MOBILISATION CONTRE LE PROCHAIN SOMMET DE L’OTAN !
par bye Sam 1 Avr - 5:30

» Communiqué de presse de SUD éducation Guyane du 28 mars
par bye Jeu 30 Mar - 10:16

» Qu’est-ce qui ne va pas avec l’arabe à l’école ?
par bye Ven 24 Mar - 12:03

» Libérons l'oisiveté !
par bye Ven 17 Mar - 19:05

» Quand Espérance banlieues bat la campagne
par bye Ven 17 Mar - 19:00

» 8 mars : luttons toutes et tous pour l’égalité des droits !
par bye Mer 8 Mar - 11:01

» Désarmer la police, la proposition pas si saugrenue du NPA
par bye Mar 7 Mar - 12:50

» Fin du dispositif des Caomi: quelle orientation pour les mineurs isolés de Calais ?
par bye Sam 4 Mar - 9:58

» Les fonctionnaires répondent aux "menaces" de Marine Le Pen
par bye Sam 4 Mar - 6:25

» Réduction des indemnités et contrôles drastiques : Macron s’attaque aux chômeurs
par bye Sam 4 Mar - 6:22

» L'avenue Serge Dassault à Corbeil-Essonnes doit être débaptisée !
par bye Sam 4 Mar - 6:20

» Nouvelle révélation du Canard Enchainé : les copinages de Hamon et LVMH
par bye Sam 4 Mar - 6:18

» Une nouvelle menace pour les étrangers
par bye Mar 21 Fév - 12:02

» "Vous êtes la candidate du nanti-système", lance Charline Vanhoenacker à Marine Le Pen
par bye Lun 20 Fév - 20:30

» Vaccins : Marisol Touraine va-t-elle faire respecter la loi ou satisfaire les labos ?
par bye Lun 20 Fév - 20:26

» La tension monte d’un cran entre les Etats-Unis et le Venezuela
par bye Lun 20 Fév - 20:23

» Vandana Shiva : « Gandhi est plus pertinent qu’il ne l’a jamais été »
par bye Lun 20 Fév - 20:16

» Vague de froid en Europe : les migrants vulnérables
par bye Mar 7 Fév - 17:59

» Le centre pour les femmes et les familles migrantes a ouvert ses portes à Paris
par bye Mar 7 Fév - 17:56

» Des incidents éclatent à Aulnay-sous-Bois après les soupçons de viol de policiers
par bye Lun 6 Fév - 18:23

» Le maire rejette l'étude d'UFC-Que choisir sur l'eau potable
par bye Lun 6 Fév - 18:20

» DOCUMENT. Voici le contrat de travail de Penelope Fillon
par bye Lun 6 Fév - 18:17

» Le Hezbollah scrute avec inquiétude la nouvelle politique américaine au Moyen-Orient
par bye Lun 6 Fév - 18:14

» Huit hommes possèdent autant que la moitié de la population mondiale
par bye Mer 18 Jan - 20:06

» Délinquants solidaires : Pour en finir avec le délit de solidarité
par bye Mer 18 Jan - 13:29

» ACTUALITÉ SOCIÉTÉ ET POLITIQUE
par gramophone Sam 14 Jan - 11:34

» votre permis de conduire à portée de main
par neil89 Ven 13 Jan - 23:51

» Poursuivre la mobilisation pour une carte élargie des lycées de l’Education Prioritaire, en grève le 10 janvier !
par bye Mar 10 Jan - 11:50

» Grenade de désencerclement : un CRS mis en examen
par bye Sam 7 Jan - 20:59

» Les trois visages du vote FN
par bye Sam 7 Jan - 20:46

» Les deux jambes du militantisme
par bye Sam 7 Jan - 20:37

» Condamnés aujourd’hui pour avoir comparé Christiane Taubira à un singe
par bye Sam 31 Déc - 10:17

» Échapper au chaos
par bye Jeu 22 Déc - 17:53

» Le sénateur Carle coupable de détournement de fonds publics ? SUD éducation le dit depuis 2009 !
par bye Jeu 22 Déc - 15:06

» Maths : résoudre un problème
par bye Lun 12 Déc - 13:25

» Journée Internationale des droits de l'Homme: une situation inquiétante en Birmanie
par bye Dim 11 Déc - 11:17

» Comment les services de renseignement font la chasse aux employés des télécoms
par bye Sam 10 Déc - 18:54

» ET SI LE MASCULIN NE L’EMPORTAIT PAS SUR LE FEMININ ?
par bye Sam 10 Déc - 18:49

» Un document interne provoque un malaise à la SNCF
par bye Sam 10 Déc - 18:38

» Le gouvernement repousse l’évacuation de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes
par bye Sam 10 Déc - 18:29

» Légitime défense des policiers : faut-il tordre le droit ?
par bye Ven 9 Déc - 19:29

» Cadeau de fin d’année, un casier scolaire pour tous les marmots
par bye Mar 6 Déc - 13:59

» Violences policières, violences d’Etat
par bye Mar 6 Déc - 13:54

» La métamatière, les élites et les gouvernants
par De Bortoli Claude Ven 2 Déc - 9:54

» Comment les stups ont enfumé la justice
par bye Jeu 1 Déc - 12:26

» Quel opérateur
par bye Jeu 1 Déc - 12:24

» Fillon président ? Un coup de massue pour l’école
par bye Mer 30 Nov - 17:54

» « Pourquoi j’ai secouru des réfugiés. » Monument en l'honneur de Pierre-Alain Mannoni
par bye Mar 29 Nov - 13:06

» Jean-Luc Mélenchon ne passera pas au second tour de la présidentielle s'il ne se décide pas à parler au peuple
par bye Mar 29 Nov - 13:03

» Graeme Allwright : il t'a laissé la carte qui est si délirante qu'il n'aura plus jamais besoin d'une autre
par bye Mar 29 Nov - 13:00

» Mort de Fidel Castro : bilan de santé de la révolution castriste
par bye Mar 29 Nov - 12:57

» Vinci, piraté par des hacktivistes
par bye Ven 25 Nov - 18:38

» Le Mouvement de la Paix solidaire de la lutte des infirmières et infirmiers
par bye Ven 25 Nov - 18:35

» presentation de moi
par bye Ven 25 Nov - 18:30

» tests
par Matteo13 Mer 23 Nov - 7:48

» Un système d'accueil italien saturé face au nombre toujours aussi important d'arrivées
par bye Lun 21 Nov - 19:08

» Comment fonctionnera le « centre humanitaire » de Paris ?
par bye Lun 21 Nov - 19:06

» Un quart des enfants européens est menacé par la pauvreté
par bye Lun 21 Nov - 19:02

» Cuba : Le Conseil d’État décrète l’amnistie de 787 condamnés
par bye Sam 19 Nov - 11:11

» TURQUIE : Cesser la « chasse aux sorcières » à l’encontre des employé(e)s de l’éducation
par bye Jeu 17 Nov - 18:57

» Ces magnats français qui contrôlent les médias
par bye Dim 13 Nov - 12:23

» Chômage, retraites et revenu universel : et si un cocktail était la bonne solution ?
par bye Dim 13 Nov - 12:20

» L'ANTIRACISME ET LA GAUCHE RADICALE SONT-ILS IRRÉCONCILIABLES?
par bye Dim 13 Nov - 12:16

» L'Amérique de Donald Trump
par bye Dim 13 Nov - 12:09

» Un an après les élections en Birmanie ...
par bye Mar 8 Nov - 18:59

» Fichier des Français : les oublis et les erreurs de Cazeneuve et Urvoas
par bye Mar 8 Nov - 11:54

» Burkina Fasso : Grève dans l’éducation les 3 et 4 novembre
par bye Mar 8 Nov - 11:49

» "Ni rire, ni pleurer, ni haïr. Comprendre"
par bye Mar 1 Nov - 11:58

» Besoin de crédit personnel
par filhastreanne Lun 31 Oct - 2:32

» L’usage informationnel acritique d’Internet à l’école primaire
par gramophone Dim 30 Oct - 10:06

» Un maire serbe à Srebrenica, tout un symbole, 21 ans après le massacre
par bye Lun 24 Oct - 12:39

» L'Arctique : eldorado ou mirage?
par bye Lun 24 Oct - 12:36

» Après le viol et le meurtre barbare d'une adolescente, les Argentines ont arrêté de travailler
par bye Lun 24 Oct - 12:33

» Si la mise en scène des manifestations spontanées de policiers, organisées en pleine nuit dans les rues de Paris, ont pu surprendre les riverains, elles inquiètent également la majorité à l'approche de la présidentielle.
par bye Lun 24 Oct - 12:30

» Sommet de Bratislava : vers une convergence des approches "sécuritaires" sur les questions migratoires ?
par bye Jeu 20 Oct - 18:28

» Démantèlement de Calais : quel plan de répartition pour les migrants ?
par bye Jeu 20 Oct - 18:26

» Première défaite pour Viktor Orbán
par gramophone Jeu 20 Oct - 6:27

» Ça y est, les revoilà !
par bye Mar 18 Oct - 13:38

» Lettre ouverte de Kirk Douglas contre Donald Trump
par bye Mar 18 Oct - 13:32

» "Affligeant" ou "mérité", le Nobel de littérature attribué à Bob Dylan divise
par bye Mar 18 Oct - 13:26

LE SITE

Dans Les Coulisses de Demain

FORUMS & SITES AMIS

FORUM EST INSCRIT SUR


    L'euthanasie

    Partagez

    admin
    Administratrice

    Féminin
    Nombre de messages : 2788
    Date d'inscription : 23/11/2007

    L'euthanasie

    Message par admin le Sam 22 Mar - 0:11

    Législations et pratiques de l'euthanasie à l'étranger


    Il y a actuellement 233 pays et territoires dans le monde, dont 192 pays indépendants (sur 195 pays indépendants) sont représentés à l'ONU.

    En Europe, seuls les Pays-Bas et la Belgique ont formellement légalisé l'euthanasie, sous de strictes conditions. Le Luxembourg a adopté le 20 février dernier en première lecture une loi qui va dans le même sens, et qui devrait passer en deuxième lecture avant l'été.

    PAYS QUI ONT LEGALISE L'EUTHANASIE
    • Les Pays-Bas ont été, le 1er avril 2002, le premier pays au monde à légaliser l'euthanasie: la loi exempte le médecin de poursuites judiciaires s'il respecte certains "critères de minutie".
    • La Belgique a suivi le 23 septembre 2002.

    PAYS QUI RECONNAISSENT L'EUTHANASIE PASSIVE
    • En France, une loi sur la fin de vie du 22 avril 2005 tend à instaurer un droit au "laisser mourir", sans permettre aux médecins de pratiquer une euthanasie active.
    • En Suisse, un médecin peut fournir à une personne, condamnée par la médecine et qui désire mettre fin à ses jours, une dose mortelle d'un médicament, qu'elle prendra elle-même.
    • En Norvège, l'euthanasie passive est autorisée sur demande d'un patient agonisant ou de ses proches si la personne ne peut communiquer.
    • Au Danemark, depuis fin 1992, les Danois peuvent faire un "testament médical" que les médecins doivent respecter.
    • En Allemagne, en Autriche et en Espagne, la jurisprudence admet l'euthanasie passive lorsque le patient en a clairement exprimé le désir.
    • En Suède, une assistance médicale au suicide est possible.
    • En Hongrie, la législation permet à des malades incurables de refuser leur traitement médical.

    PAYS OU L'EUTHANASIE EST INTERDITE MAIS EN DEBAT
    • En Grande-Bretagne, l'aide au suicide est passible de 14 ans de prison, mais le débat a été relancé par plusieurs décisions de justice controversées.
    • Au Portugal, le Conseil national de l'éthique pour les sciences de la vie a émis un avis favorable à l'arrêt des traitements pour les malades en état végétatif persistant qui en ont exprimé le souhait.
    • En Italie, l'euthanasie est interdite mais le droit de refuser des soins est reconnu par la Constitution. Une commission travaille actuellement en vue de préparer une loi qui accorderait au patient le droit de choisir sa mort en cas de maladie incurable.

    PAYS OU L'EUTHANASIE EST INTERDITE SOUS TOUTES SES FORMES
    • En Pologne, l'euthanasie est passible de 3 mois à 5 ans de prison, mais "dans des cas exceptionnels", le tribunal peut appliquer une atténuation extraordinaire de la peine ou même renoncer à l'infliger.
    • Des pays comme la Grèce, la Bosnie, la Croatie, la Serbie ou la République tchèque considèrent l'euthanasie comme un homicide et la punissent en conséquence.

    admin
    Administratrice

    Féminin
    Nombre de messages : 2788
    Date d'inscription : 23/11/2007

    POUR

    Message par admin le Sam 22 Mar - 0:17

    L'euthanasie - le débat reste ouvert
    Un texte de l'association allemande pour une mort dans la dignité


    Mourir dans la dignité, dans son univers familier, chez soi et sans souffrance, tel est le vœu du plus grand nombre. Pourtant, en Europe, la grande majorité des gens meurent à l'hôpital ou en institution. Notre société persiste à tenir la mort à distance, et le débat public sur ce sujet est souvent difficile. Ce que l'on redoute n'est pas la mort en soi, mais plutôt une agonie dans d'atroces souffrances.

    L'espérance de vie ne cesse de croître et les maladies se multiplient avec l'âge. La médecine développe sans cesse de nouvelles méthodes et thérapies pour repousser l'issue fatale. D'aucuns affirment même que la "mort naturelle" serait en voie de disparition. Il y a une vingtaine d'années encore, les vieillards impotents mouraient de ne plus pouvoir absorber de nourriture. Aujourd'hui, il existe des sondes gastriques (GPE) capables d'alimenter un comateux durant des décennies.

    Depuis plusieurs années, l'évidence s'impose de plus en plus que l'usage inconsidéré d'appareillages médicaux destinés à prolonger la vie peut être source de souffrances. En particulier pour les patients atteints de maladies incurables et les vieillards, il serait peut-être plus humain de ne pas prolonger la vie à tout prix. Il nous paraît essentiel de tenir compte de la volonté des personnes intéressées. Les testaments de vie (ou dispositions de fin de vie) permettent à ces personnes de définir à l'avance les options médicales qu'elles refusent en cas de maladie incurable.

    Personne aujourd'hui ne conteste le droit de tout un chacun à mourir dans la dignité. Mais nombreux sont ceux qui pensent que si l'euthanasie peut être une aide aux mourants, elle ne peut en aucun cas être une aide pour mourir. L'accompagnement des mourants et l'euthanasie ne sont pas clairement définis par la loi, d'où parfois une grande confusion sur ce que ces termes signifient et impliquent vraiment.

    De façon générale, l’euthanasie englobe tout ce qui peut rendre la mort d’une personne plus douce. L'accompagnement des mourants tel qu'il est pratiqué dans les hospices ne prête pas à contestation. De la même façon, les soins palliatifs, et plus particulièrement le traitement de la douleur, paraissent tout à fait essentiels.

    La "Société allemande pour une mort dans la dignité" (Deutsche Gesellschaft für humanes Sterben) n'est pas seule à penser qu'il reste encore beaucoup à faire dans ce domaine en Allemagne: les médecins spécialisés dans le traitement de la douleur sont encore bien trop rares, et des idées préconçues freinent encore le recours aux morphines et autres opïoides.

    Ces substances soulagent effectivement la souffrance, mais peuvent aussi abréger la vie. Il en va de même du refus ou de l'interruption de traitements de survie (euthanasie passive). Ce qui fait débat, c'est de savoir à quel stade de la maladie on peut envisager une suspension des traitements de survie : cela ne doit-il être possible qu'en phase terminale quand la mort devient inéluctable, ou plus tôt ? Depuis quelques mois, il existe en France une législation réglementant ces mesures régulièrement pratiquées en milieu hospitalier, mais ce n'est pas encore le cas en Allemagne.

    La forme d'euthanasie la plus controversée en Allemagne est l'euthanasie active directe. Toutefois, les cas Vincent Humbert, Diane Pretty, Ramón Sampedro (film "Mar Adentro") ou Terri Schiavo prouvent que les malades incurables jugent parfois leur sort intolérable malgré l'excellence des soins qui leur sont prodigués et demandent qu'on les aide à mourir. L'intolérable pour eux n'est pas seulement la souffrance physique ; c'est aussi le sentiment d'avoir perdu toute dignité humaine. C'est ainsi que Ramón Sampedro, devenu paraplégique à la suite d'un accident, finit par absorber une potion létale dans un verre que lui tend une amie.

    En Allemagne, l'aide au suicide n'est pas punissable en soi. Mais il existe d'autres textes de lois qui de fait la rendent impossible pour les médecins comme pour les parents proches. Si l'on en croit un sondage publié en 1996 par le magazine allemand "Stern", environ la moitié des médecins allemands ont été confrontés au moins une fois à un patient qui les priait de leur admi-nistrer une "substance mortelle". Mais tout praticien qui accepterait de le faire s’exposerait à des poursuites pénales, même si le patient en fin de vie en a fait la demande expresse.

    Aussi certains patients allemands n'hésitent-ils pas à aller chercher l'issue fatale en Suisse, où des associations d'aide au suicide accompagnent les personnes atteintes d’une maladie grave qui désirent mourir : le médecin, après avoir vérifié le cas, prescrit une substance létale à base de penthiobarbital de sodium que le candidat au suicide doit être en état d'absorber lui-même. Depuis octobre 1997, la législation de l'État de l'Oregon aux États-Unis autorise également le suicide médicalement assisté pour des patients en phase terminale.

    Le Territoire-du-Nord en Australie a été le premier Etat du monde à légaliser l'euthanasie active directe. Un nombre très réduit de personnes, pour l'essentiel des cancéreux en phase terminale, y ont eu recours. En Europe, l'euthanasie active directe est admise sous certaines conditions aux Pays-Bas et en Belgique. Chaque cas doit être dûment documenté.

    Une telle aide au suicide est inconcevable en Allemagne et en France, où les associations de médecins la rejettent sans exception comme étant contraire à l'éthique et à la déontologie médicale. Des organisations comme la Deutsche Gesellschaft für Humanes Sterben (DGHS) se battent sans relâche depuis des années pour faire évoluer les mentalités dans ce domaine et pour promouvoir l'émergence d'une législation spécifique en la matière.

    Le débat sur l'euthanasie est dominé par la crainte d'ouvrir une brèche qui laisserait libre cours à tous les excès. Des pressions sociales ou des considérations financières pourraient inciter à mettre fin à la vie de personnes âgées et malades. Ces craintes sont très vivaces en Allemagne, qui reste très marquée par les expériences traumatisantes du Troisième Reich.

    Pourtant, les tentatives faites dans d'autres pays pour légiférer en la matière ne confirment pas vraiment ces craintes. Aux Pays-Bas, le nombre d'homicides perpétrés sans consultation de la volonté des patients n'a pas augmenté depuis que l'euthanasie est réglementée par la loi. La législation néerlandaise interdit également de tels actes. En Allemagne, l'expérience montre que le fait de ne pas légiférer sur ces questions ne protège en rien des abus.

    admin
    Administratrice

    Féminin
    Nombre de messages : 2788
    Date d'inscription : 23/11/2007

    CONTRE

    Message par admin le Sam 22 Mar - 0:27

    La médecine palliative - un oui à la vie
    Dr Thomas Schindler Société allemande de médecine palliative

    La médecine palliative est un oui à la vie et considère la mort comme un processus normal. Ce qui signifie aussi que la mort ne doit être ni accélérée ni retardée. Partant de là, l’euthanasie et le suicide médicalement assisté ne sont pas des options de la médecine palliative.

    Dans le débat entourant l’euthanasie, notion ambiguë qui ne fait pas l’objet d’une définition unanime, on observe souvent que les discussions transfron-talières ressemblent à des dialogues de sourds. Il n’est donc pas inutile, avant de se prononcer "pour ou contre", de préciser ce qu’on entend exactement par euthanasie. En 2003, l’Association européenne de soins palliatifs (EAPC), ONG qui regroupe toutes les associations européennes de soins palliatifs, a adopté une position officielle.

    A propos de l’euthanasie et du suicide médicalement assisté, l’EAPC explique clairement… ce que l’euthanasie n’est pas : en cas de pronostic létal, l’arrêt d’un traitement ou de soins médicaux n’apportant aucune chance de rémission, ainsi que l’administration de calmants pour soulager d’insoutenables souffrances au cours des derniers jours de la vie (= séda-tion terminale ou palliative) ne sont pas assimilés à l’euthanasie.

    Ils sont considérés comme des moyens légaux de médecine palliative, toujours choisis en étroite concertation avec le patient et ses proches. Au contraire, l’euthanasie est le fait de donner la mort à un patient sur sa demande ; elle est définie comme un "acte du médecin visant à faire mourir une personne qui a décidé librement et en connaissance de cause de mettre fin à ses jours, en lui administrant un médicament."

    Le suicide médicalement assisté est décrit de la façon suivante : "l’acte d’un médecin visant à permettre à une personne qui en a décidé librement et en connaissance de cause de mettre fin à ses jours, en mettant un médicament à sa disposition."

    Le débat sur l’euthanasie et le suicide médicalement assisté fait systématique référence à la médecine palliative. L’un des principes essentiels de la médecine palliative est de respecter, renforcer, voire restaurer l’autonomie du patient – et non de la détruire. Les soins palliatifs portés aux malades incurables en fin de vie visent essentiellement à :

    • atténuer les douleurs et autres symptômes insupportables ;
    • intégrer la dimension psychologique et spirituelle ;
    • aider les patients pour qu’ils puissent jusqu’au bout mener une vie aussi active que possible ;
    • aider les proches d’un patient en leur montrant comment l’accompagner dans la maladie, et les aider aussi à gérer la perte douloureuse d’un être cher.

    Bref, la médecine palliative a pour objectif d’améliorer la qualité de vie et d’avoir un impact positif sur l’évolution de la maladie, même grave et incurable. Autrement dit, dans cette situation éminemment existentielle qu’est la fin de vie, ce qui compte est bien de respecter et de préserver la dignité de la personne.

    Les aides proposées à cet effet sont nombreuses mais impliquent le plus souvent la présence d’une équipe. Les ressources qu’il faut mobiliser pour répondre aux désirs et aux besoins des malades incurables, des personnes en phase terminale et de leurs familles sont assez lourdes, et sont loin d’être disponibles partout.

    Il est donc important d’engager une action énergique pour que toute personne puisse bénéficier de soins palliatifs adéquats – que ce soit dans les hôpitaux, dans les structures médicalisées ou à domicile.

    La médecine palliative est un oui à la vie et considère la mort comme un processus normal. Ce qui signifie aussi que la mort ne doit être ni accélérée ni retardée. Partant de là, l’euthanasie et le suicide médicalement assisté ne sont pas des options de la médecine palliative.

    La grande majorité des intervenants en soins palliatifs estime au contraire que l’introduction d’une euthanasie légalisée est très risquée, et la refuse pour diverses raisons. L’EAPC a résumé les principaux motifs de refus de l’euthanasie :

    "La légalisation de l’euthanasie … est susceptible de

    • mettre sous pression des personnes sans défenses ;
    • minimiser l’importance des soins palliatifs, donc d’en entraver le développement ;
    • générer une situation conflictuelle entre les dispositions juridiques d’une part et d’autre part les valeurs et principes personnels et professionnels des médecins et du personnel soignant ;
    • appliquer ou promouvoir l’application des critères cliniques à d’autres groupes sociaux ;
    • promouvoir les ‘homicides’ pratiqués par les médecins sans l’accord des patients, voire contre leur volonté ;
    • banaliser les actes d’ ’homicides’ qui finiraient par être acceptés par la société."

    Il faut toujours prendre au sérieux la peur de mourir dans la souffrance qui incite beaucoup de gens à regarder vers l’euthanasie ou le suicide médicalement assisté.

    Il ne faut pas que cette angoisse soit un motif de propagande en faveur d’une mort hâtée mais au contraire qu’elle contribue à renforcer la création d’un réseau dense de structures proposant des soins pal-liatifs.

    L’expérience le montre : les demandes d’euthanasie et de suicides médicalement assistés diminuent presque toujours lorsqu’on propose un accompagnement palliatif complet.

    Au fur et à mesure qu’une maladie évolue, les personnels soignants assistent souvent à un profond revirement des mentalités. Une situation qui aurait paru insupportable à quelqu’un en bonne santé finit par être acceptée.

    Peut-être certains espoirs sont-ils déçus, mais en même temps ils peuvent évoluer, tendre vers d’autres objectifs – ils jouent alors un rôle essentiel pendant le traitement palliatif.

    Pour toutes ces raisons, il convient de mettre en garde contre l’euthanasie, même "bien intentionnée", même légalisée, car qui sait où elle mènerait une fois que la mécanique serait enclenchée ?

    admin
    Administratrice

    Féminin
    Nombre de messages : 2788
    Date d'inscription : 23/11/2007

    Re: L'euthanasie

    Message par admin le Sam 22 Mar - 0:28

    Mourir dans la dignité, dans son univers familier, chez soi et sans souffrance, tel est le vœu du plus grand nombre. Pourtant, en Europe, la grande majorité des gens meurent à l'hôpital ou en institution. Notre société persiste à tenir la mort à distance, et le débat public sur ce sujet est souvent difficile. Ce que l'on redoute n'est pas la mort en soi, mais plutôt une agonie dans d'atroces souffrances. L'euthanasie est-elle une solution?
    avatar
    ecotone
    Administratrice

    Nombre de messages : 1036
    Date d'inscription : 26/11/2007

    Re: L'euthanasie

    Message par ecotone le Sam 22 Mar - 19:24

    Dans le débat de ce jour, tout d'abord je rends homage à Chantal Sébire qui a eu du courage dans ses souffrances de se mettre en jeu, elle nous a relancé la réflexion.

    De ce que j'entends de nombreux débat, de la part des dirigeants en place, et léoneti également. Ils posent la question de savoir si on doit laisser mourrir ou accelérer la mort.
    Pour moi la question est très mal posée. La demande des malades en question n'est pas celle-là. Les malades ne demandent pas qu'on les laisse mourrir ou qu'on les tue.
    La demande est plus subtile, et ne concerne que leur propre personne. Ils demandent à choisir, eux-mêmes, pour eux-mêmes, le moment de leur propre mort, chose qui ne doit pas être décidée par les dirigeants.
    C'est un choix de société, qui doit être débattu et décidé par les citoyens.

    C'est un débat assez proche de l'IVG, lorsque la société décidait pour la femme qu'elle mène à terme une grossesse non désirée.
    Ce choix appartient à la femme aujourd'hui, ce fut une avancée.
    Le droit de choisir l'heure de sa mort appartient à l'individu en question et non aux législateurs ou dirigeants, surtout lorsqu'ils ont des tabous sur la douleur ou la mort... ou le suicide, tabou lié à leur culture judéo-chrétienne, qui refusent le paradis sur terre, et attendent le paradis au ciel, après la mort, après avoir expier ses pêchers...
    L'interdiction de mourir appartient à la religion, et non à notre société laïque.

    Pour moi, le droit de mourir doit être inclut dans les droits de l'homme.
    avatar
    Rabasse du sud

    Nombre de messages : 2398
    Localisation : la provence
    Emploi/loisirs : chercheur
    Date d'inscription : 26/11/2007

    Re: L'euthanasie

    Message par Rabasse du sud le Sam 22 Mar - 21:30


    Contenu sponsorisé

    Re: L'euthanasie

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Sam 24 Juin - 17:03