LIBRE DISCUSSION DANS LES COULISSES DE DEMAIN

Débattons en toute liberté, dans le respect de l’autre, sur tous les sujets qui composent notre société : politique, économie, environnement, religion, philosophie, paranormal, sciences, famille, santé, mode, sexualité, loisirs, sports, divertissements…

Derniers sujets

» Maudite soit la guerre, le syndicalisme et la solidarité sont nos armes
par bye Mer 14 Nov - 15:29

» Rapatriement des Rohingya : vives inquiétudes et forte mobilisation des acteurs humanitaires
par bye Mar 13 Nov - 18:49

» Bien nommer les choses
par bye Lun 12 Nov - 12:22

» Situation migratoire en Méditerranée : quelles réponses européennes ?
par bye Mer 7 Nov - 19:41

» Les adultes oublient
par bye Lun 5 Nov - 9:30

» « Un buzz malveillant à des fins politiques et commerciales. » À propos du livre Inch’ Allah. L’islamisation à visage découvert. Par Véronique Decker.
par bye Jeu 1 Nov - 13:12

» LE DROIT D’ASILE EN EUROPE VICTIME DE LA POLITIQUE MIGRATOIRE
par bye Mer 31 Oct - 19:08

» Stop Autisme Virtuel L’autisme provoqué par les écrans, ça n’existe pas ! Halte aux théories infondées !
par bye Mar 9 Oct - 12:24

» Rapport des enquêteurs de l’ONU sur la Birmanie : crimes de masse, impunité et transition démocratique à l’arrêt
par bye Mar 2 Oct - 14:36

» Service national universel : surveiller et soumettre
par bye Mar 25 Sep - 10:57

» Un peu moins pauvre ?
par bye Mar 18 Sep - 11:21

» Clément Méric, ni oubli ni pardon
par bye Lun 10 Sep - 12:52

» Liberté de la presse en Birmanie : deux pas en avant, trois en arrière
par bye Mer 5 Sep - 8:49

» Rohingya : un an après... si peu d'avancées 
par bye Ven 24 Aoû - 18:59

» Le Festival de Douarnenez consacre deux journées à la Fédération de la Syrie du nord
par bye Mar 3 Juil - 14:19

» Pour une autre formation professionnelle
par bye Mer 27 Juin - 14:07

» Violences policières, violences d’Etat
par bye Mer 27 Juin - 13:56

» migration internationale
par bye Mar 26 Juin - 19:25

» Guyane : non à la Montagne d’or !
par bye Mar 12 Juin - 18:05

» Crime raciste en Calabre
par bye Ven 8 Juin - 12:17

» Les premiers chiffres de PARCOURSUP : une génération sacrifiée ?
par bye Lun 4 Juin - 17:42

» LES ONG DÉVOILENT LEUR PROJET DE LOI D’AVENIR POUR LES TRANSPORTS ET LA MOBILITÉ
par bye Mar 29 Mai - 18:01

» NE JAMAIS RECHERCHER D’ADHÉSION
par bye Mar 22 Mai - 14:38

» Kanaky, quand le peuple voulait s’éduquer lui-même...
par bye Lun 14 Mai - 10:04

» Anarchisme, éducation et pédagogie
par bye Lun 7 Mai - 13:15

» Cours libres - Debout ! Debout ! C’est maintenant que ça se passe...
par bye Dim 15 Avr - 9:08

» fascisme pas mort, hélas!
par bye Ven 6 Avr - 11:52

» Notre Dame des Landes ou l’art des grands projets inutiles
par bye Mar 3 Avr - 19:20

» MÉDECINS ET ASSOCIATIONS UNISSENT LEURS VOIX POUR RAPPELER L’URGENCE D’AGIR FACE À LA POLLUTION DE L’AIR
par bye Mer 28 Mar - 18:19

» BOMBARDEMENTS AU PROCHE ET MOYEN ORIENT : EXIGEONS LE RESPECT DU DROIT INTERNATIONAL PAR TOUS
par bye Jeu 22 Mar - 18:08

» Manifestation kurde anti-Erdogan à Bruxelles
par bye Mar 20 Mar - 7:23

» Les cigarettes électroniques, plus dangereuses que bénéfiques ?
par bye Mar 20 Mar - 7:13

» La métamatière et les créations
par Claude De Bortoli Jeu 15 Mar - 11:43

» Scandale sexuel : Oxfam présente ses excuses aux autorités haïtiennes
par bye Ven 9 Mar - 18:50

» SDF, il avait volé des sandwiches dans la poubelle d’Atac
par bye Ven 9 Mar - 18:40

» Malgré l’austérité, la France va dépenser 37 milliards pour son réarmement nucléaire
par bye Ven 9 Mar - 18:31

» La pauvreté s’installe...
par bye Mar 6 Mar - 10:58

» large victoire des grévistes d’HEMERA - HOLIDAY INN
par bye Ven 16 Fév - 10:40

» jeunes à la rue dans le grand froid : faire connaitre est déjà un combat
par bye Mer 14 Fév - 18:07

» National ou civique ou militaire : en arrière-plan du service obligatoire, la militarisation des élèves
par bye Lun 5 Fév - 13:03

» ARRIVÉES ET DEMANDES D'ASILE EN BAISSE EN 2017 EN EUROPE
par bye Mar 30 Jan - 18:29

» Les véritables enjeux des réformes éducatives de Jean-Michel Blanquer
par bye Mar 30 Jan - 15:00

» Contre la sélection à l’université : "On veut de l’inattendu !"
par bye Mar 23 Jan - 19:19

» Les policiers français ont abattu 18 personnes en 2017
par bye Ven 19 Jan - 7:43

» Acheter permis de conduire français
par Pipoinzaghi Mar 16 Jan - 16:02

» Journée internationale des droits de l’Homme : en Birmanie des espoirs déçus
par bye Sam 6 Jan - 7:52

» Tapis dans le bocage : la vérité sur les armes secrètes des "zadistes"
par bye Ven 29 Déc - 14:32

» Victoire du Secours populaire contre le maire F.N. d’Hayange
par bye Mer 20 Déc - 21:28

» Peut-on renvoyer les demandeurs d’asile vers des « pays tiers sûrs » ?
par bye Mar 19 Déc - 19:52

» Une montée des violences envers les migrants à travers l'Europe :
par bye Ven 15 Déc - 18:54

» Défendre et renforcer les CHSCT !
par bye Mar 5 Déc - 12:59

» Nuage de Ruthénium-106 sur l’Europe : que s’est-il réellement passé ?
par bye Mar 28 Nov - 12:35

» Dossier sur "l’affaire du stage de Sud éduc 93"
par bye Lun 27 Nov - 12:34

» Appel de Raymond Millot : Un projet émancipateur face aux dangers de l’anthropocène
par bye Mar 21 Nov - 12:54

» Les émissions de CO2 repartent à la hausse
par bye Ven 17 Nov - 17:05

» l’idéologie du consentement, outil d’émancipation ou d’isolement individuel ?
par bye Lun 13 Nov - 12:21

» Droit au logement opposable : le bilan chiffré 2008-2016
par bye Jeu 9 Nov - 20:02

» La rétention des « dublinés », dans l’attente d’un transfert, est contraire au règlement Dublin
par bye Lun 6 Nov - 18:33

» Face à la situation en Catalogne
par bye Mer 1 Nov - 11:33

» ACTUALITÉ SOCIÉTÉ ET POLITIQUE
par bye Sam 21 Oct - 10:37

» Offre de Prêt Entre Particulier Sérieux en 72H
par gramophone Ven 20 Oct - 9:32

» Offre de Prêt Entre Particulier Sérieux en 72H
par gramophone Ven 20 Oct - 9:32

» Offre de Prêt Entre Particulier Sérieux en 72H
par gramophone Ven 20 Oct - 9:31

» Offre de Prêt Entre Particulier Sérieux en 72H
par gramophone Ven 20 Oct - 9:31

» Bus de la honte : ne laissons pas l’avenir aux réactionnaires
par bye Sam 14 Oct - 12:44

» La métamatière et le peuple
par Claude De Bortoli Ven 6 Oct - 9:27

» Vers un retour du délit de solidarité ?
par bye Sam 30 Sep - 6:45

» Dossier : de l’École capitaliste à l’éducation émancipatrice
par bye Mer 13 Sep - 19:07

» Education : le « désastre » d’un enseignement tiré vers le bas...
par bye Lun 4 Sep - 12:13

» Offre de prêt entre particuliers rapide en 72h
par BastienL Dim 13 Aoû - 19:49

» Jean Gadrey, économiste : “Il faut remettre la réduction du temps de travail au cœur du débat public”
par bye Mar 8 Aoû - 19:04

» Le « chavo-madurisme » n’est rien moins qu’une dictature pure et simple
par bye Dim 6 Aoû - 18:52

» Gel des postes et du budget de l’éducation nationale : non, cette école ne nous convient pas !
par bye Mer 12 Juil - 13:56

» G 20 Hambourg
par bye Lun 10 Juil - 11:51

» Handicapée, je ne peux continuer à enseigner dans mon académie
par bye Mer 5 Juil - 6:21

» Pour une éducation populaire féministe
par bye Lun 12 Juin - 18:20

» La CNT a écrit aux Éditions Belin
par bye Mar 6 Juin - 10:20

» Blanquer ministre de l’Education nationale : au secours, Sarkozy revient !
par bye Jeu 25 Mai - 11:08

» L'accaparement des terres en Birmanie
par bye Mer 17 Mai - 18:42

» Un enseignant kurde témoigne...
par bye Lun 15 Mai - 17:50

» La métamatière et le Roi de la Terre
par De Bortoli Claude Mar 2 Mai - 9:52

» Au-delà des élections
par bye Mer 26 Avr - 17:26

» Les Etats-Unis ont utilisé leur plus puissante bombe non-nucléaire en Afghanistan, une première
par bye Dim 23 Avr - 18:35

» « Pourquoi nous sommes en grève de la faim dans les prisons d’Israël »
par bye Dim 23 Avr - 18:31

» « Enculé, ordure ! ». Philippe Poutou insulté par les flics
par bye Dim 23 Avr - 18:25

» La Sécurité sociale, une assistance ou un droit ?
par bye Dim 23 Avr - 18:22

» Birmanie: pour établir un mécanisme indépendant de réexamen de tous les cas de prisonniers politiques
par bye Ven 21 Avr - 6:02

» Gatti est mort. A la Parole Errante ses mots résonnent encore !
par bye Mer 12 Avr - 18:21

» Turquie : appel urgent au monde enseignant, aux associations et syndicats…
par bye Lun 3 Avr - 18:21

» APPEL À LA MOBILISATION CONTRE LE PROCHAIN SOMMET DE L’OTAN !
par bye Sam 1 Avr - 5:30

» Communiqué de presse de SUD éducation Guyane du 28 mars
par bye Jeu 30 Mar - 10:16

» Qu’est-ce qui ne va pas avec l’arabe à l’école ?
par bye Ven 24 Mar - 12:03

» Libérons l'oisiveté !
par bye Ven 17 Mar - 19:05

» Quand Espérance banlieues bat la campagne
par bye Ven 17 Mar - 19:00

LE SITE

Dans Les Coulisses de Demain

FORUMS & SITES AMIS

FORUM EST INSCRIT SUR


    Proche Moyen-Orient

    Partagez
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8816
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: Proche Moyen-Orient

    Message par bye le Lun 29 Déc - 15:25

    Les initiatives prévues
    le lundi 29 décembre 2008


    Angers
    Lundi 29 décembre 17H30 place du ralliement devant le grand théatre
    Annecy
    Le mardi 30 décembre 2008 à 17h00 manifestation devant la Préfecture à Annecy
    Rassemblement Lundi 29 décembre à 17h30 Place Maginot à Nancy
    Besançon
    Lundi 29 novembre 17H30 PLACE DU 8 SEPTEMBRE
    Bordeaux
    Rassemblement de solidarité au peuple Palestinien le lundi 29 décembre à partir de 18h30 devant la Mairie
    Genève
    Lundi 29 décembre une manifestation pour protester contre les attaques israéliennes dans la bande de Gaza. Sous réserve d'autorisation le rendez-vous est fixé à 15h.30 à la Place Neuve, cortège par les rues basses, à 17h.00 meeting devant la poste du Mont-Blanc.
    Lyon
    Lundi 29 décembre à 17 heures, Hôtel de Ville, devant l'Opéra - Place de la Comédie (métro A - Hôtel de Ville)
    Marseille
    Rassemblement le lundi 29 décembre 18H00 Vieux Port
    Montpellier
    PLACE DE LA COMÉDIE - LUNDI 29 DÉCEMBRE 16H
    Nîmes
    RASSEMBLEMENT DE PROTESTATION - LUNDI 29 DECEMBRE 2008 à 15 h devant CARRE D'ART
    Quimper
    Rassemblement le mardi 30 décembre, à 18 h, Place de la Résistance
    Rennes
    Manifestation lundi 29 à partir de 17h30, place de la Mairie
    Roubaix
    Rassemblement à 17h30 devant la Maison des Associations
    Rouen
    Rassemblement lundi 29 décembre à 18 heures devant le palais de justice
    St.Etienne
    Rassemblement devant la préfecture le lundi 29 décembre à 17H00
    St.Girons
    Mardi 30 décembre17 H devant la préfecture
    Thionville
    Rassemblement le lundi 29 décembre 2008 sur la Place aux Bois à 18H00
    Toulouse
    17H00 Place du Capitole - Lundi 29 décembre

    ***

    Consultez régulièrement la page http://www.aloufok.net/ecrire/articles.php3?id_article=5243



    Al-Oufok

    Le site sur
    http://www.aloufok.net/

    Inscription par envoi d'un message à
    assawra-subscribe@yahoogroupes.fr

    Non au terrorisme de l'État d'Israël
    contre les peuples palestinien et libanais
    http://www.aloufok.net/article.php3?id_article=32
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8816
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: Proche Moyen-Orient

    Message par bye le Mar 30 Déc - 5:54

    Bonjour de Gaza Je ne donne pas de nouvelles sur la situation dure à Gaza,vu
    les coupeurs d'electricité et l'Internet.La réalité sur place est terrible
    que les médias essayent de la montrer:des corps déchirés par terre,maisons
    qui tombent en secondes,
    L'armée israélienne est en train de détruire Gaza,elle bombarde tout à
    Gaza:écoles,mosqués,universités,maisons,magasins,hobitaux,postes de polices
    et ministères,plus de 360 martyrs et 1600 blessés en deux jours de raids et
    bombardements aveugles la majorité sont des civils,personnes ni à l'abri.
    C'est une vraie guerre contre notre peuple isolé
    La population est horrifiée et terrorisées par ces attaques sanglantes mais
    reste confiante.
    Amitiés de Gaza la martyre
    Ziad
    0097259881347
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8816
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: Proche Moyen-Orient

    Message par bye le Mar 30 Déc - 5:56

    Des activistes, médecins et journalistes internationaux sont partis
    à Gaza ce soir, en bateau, depuis Chypre


    >
    > Effort utopique et noble, tel une goutte d'espoir dans cet océan de
    > violence : une quinzaine de personnes de toute origine sont partis ce soir
    > depuis Chypre avec un bateau de pêche du Free Gaza Movement, pour casser
    > le blocus de Gaza (comme ils l'ont déjà fait depuis août dernier, à quatre
    > reprises). Leur but : être présents, témoigner, rapporter, aider la
    > population martyrisée de la bande de Gaza, stopper le massacre...
    >
    > Voici leur communiqué :
    >
    > La “Dignité ” (“Dignity”) a quitté Chypre ce soir et devrait arriver à
    > Gaza demain, mardi 30 décembre à 10h locale.
    >
    > Suivez l' actualisation des nouvelles sur le website www.freegaza.org
    >
    >
    > Israel a déclaré Gaza comme “une zone militairement fermée” dans le but de
    > s'assurer que personne ne pourra témoigner des attrocités qui s'y passent.
    >
    > Notre bateau va lancer un défi à cette fermeture.
    >
    > Ce matin, six petites filles d'une seule famille palestinienne ont été
    > assassinées, assises devant leur maison. Israel dit qu'il ne vise pas les
    > civils. Or, il le fait.
    >
    > La liste des passagers du bateau suit ci dessous et inclut Cynthia
    > McKinney, une journaliste du CNN ainsi que trois médecins qui vont rester
    > à Gaza pour aider les médecins locaux dépassés par la situation.
    >
    > Nous allons communiquer aussi la liste des médicaments que nous
    > transportons à bord.
    >
    >
    > (UK) Denis Healey, Capitaine
    > (Grèce) Giorgios Klontzas, Capitaine adjoint
    > (Grèce) Nikolas Bolos, Premier Matelot
    > (Jordanie) Othman Abu Falah
    > (USA) Cynthia McKinney, journaliste, CNN
    > (Australie) Renee Bowyer
    > (Ireland) Caoimhe Butterly
    > (Chypre) Ekaterini Christodulou – freelance journaliste
    > (Sudan) Sami El-Haj – Al-Jasira tv
    > (UK) Dr. David Halpin, chirurgien
    > (Germany) Dr. Mohamed Issa, chirurgien pédiatre
    > (Chypre) Dr. Elena Theoharous, Membre du Parlement Chypriote
    > (UK/Tunisia) Fathi Jaouadi – reporter, producteur de tv
    > (Chypre) Martha Paisi, chercheur
    > (UK) Karl Penhaul - video correspondent, CNN, basé à Bogotá, Colombie.
    > (Iraq) Thaer Shaker – cameraman, Al-Jazeera television.
    >
    >
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8816
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: Proche Moyen-Orient

    Message par bye le Mar 30 Déc - 20:53

    Eric Hazan : "Notes sur l’occupation : Naplouse, Kalkilya, Héron


    Notes sur l’occupation : p. 119-120


    "Pendant ce mois passé en Cisjordanie, chaque jour était un étonnement, mais ma ylus grande surprise a été de voir que l’idée d’Etat unique sur le territoire de la Palestine historique est désormais une quasi-évidence. Parmi les dizaines de gens de milieux différents à qui j’ai parlé, la plupart ont fait leur deuil d’un Etat palestinien ou, pour le dire autrement, ils ne veulent plus entendre parler de simulacres — tables de négociations, processus de paix, calendriers de redéploiement, phases 1,11 et III. L’Etat qu’on finira un jour par leur proposer sera, ils le savent, dessiné par une armée d’occupation dont ils connaissent toutes les capacités dans le domaine du faux-semblant.
    D’un autre côté, la perspective d’habiter le même pays que les Israéliens ne leur paraît nullement extravagante. « Nous pouvons très bien vivre avec les juifs, nous l’avons toujours fait», «Nous n’avons rien contre les juifs en tant que juifs »: ces phrases, je les ai souvent entendues, y compris parmi ceux qui avaient eu à souffrir personnellement de l’occupation. Les plus jeunes, les moins éduqués politiquement savent faire la différence entre les colons, les soldats et le peuple israélien dans son ensemble — qu’ils ne peuvent s empêcher d’admirer, malgré tout. Un soir, avec E, l’homme des compteurs électriques, nous regardions du haut de Tel Rumeida les lumières des colonies et des routes de liaison. À un moment il parla des ]ews, mais tout de suite il se reprit: «Je sais qu’il ne faut pas dire ça, qu’il faut dire Israéliens, mais avec ceux-là... (les colons) »
    On pourra objecter que l’échantillon de mes interlocuteurs n’était pas représentatif, que les assertions sur la psychologie des peuples sont toujours discutables, que j’ai entendu ce que je voulais entendre et que de toute façon l’Etat unique est un rêve irréalisable, une utopie — avec toute la charge négative attachée aujourd’hui à ce mot. Peut-être. Mais espérons pourtant que ce qui a lieu au Liban et à Gaza en cet été 2006 ne compromettra pas cette chance si improbable: ce n’est pas la haine qui domine en Palestine, c’est plutôt un immense et presque naïf étonnement — qu’avons-nous fait pour qu’on nous traite de cette façon, comment pareille injustice peut-elle durer depuis si longtemps, pourquoi le monde entier refuse-t-il de nous aider?"
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8816
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: Proche Moyen-Orient

    Message par bye le Jeu 1 Jan - 10:34

    Quelques points de vue sur la situation à Gaza et ce qui nous oblige


    A Lyon ce samedi, comme dans bien d'autres endroits, il y aura une manifestation à Bellecour à 14h, j'y serai et j'espère qu'il y aura encore plus de monde qu'à celle de lundi. Je pense que chacun doit s'obliger à venir et quitter pour une fois ces obligations. Nous le devons au peuple palestinien,aux résistants, à la population de Gaza. Je m'obligerai donc d'être présent et d'y faire venir le maximum de mes ami(e)s.

    J'espère, contrairement à lundi que toutes les organisations, associations, partis, syndicats seront en nombre et visibles : il est temps de dire de quel côté chacun est et pas seulement en bas d'un tract. Ceux cités doivent être visibles c'est-à-dire identifiables et pas simplement quelques militants égarés envoyés en "ambassadeurs". Je veux drapeaux, banderoles, slogans etc…que ça puisse se voir et se compter.

    Pour beaucoup d'entre ceux cités : que veut dire "Paix en Palestine" quand la seule perspective que l'on propose au peuple palestinien est d'être ceux qui "logerons" dans les trous d'un grand gruyère, nommé Israël ? IL y a la situation à Gaza, mais dans le même temps la Cisjordanie voit "fleurir" des colonies qui feront de ce pays, un pays éparpillé, en zone et sous contrôle !
    Il ne peut y avoir que la victoire du peuple palestinien et du peuple israélien qui refuse la politique d'un Etat fasciste ! Chaque peuple y perdra son âme si c'est Tsahal qui dicte sa politique dans la région. faisons tomber Tsahal et les murs ! La paix ne peut être que celle de la défaite des militaros-coloniaux-fascistes israéliens !

    La résistance de Gaza, la vie du peuple de Gaza contre l'Etat et Tsahal ( qui se félicitait fut un temps d'avoir des bergers allemands pour surveiller les camps de réfugiés) est à notre temps ce que fut celle des résistants et du peuple juif du ghetto de Varsovie contre les nazis. C'est une raison essentielle pour être dans la rue, pour dire et scander que nous sommes avec le peuple de Gaza et le peuple palestinien. La politique de l'Etat d'Israël et de son armée n'est que barbarie, chiennerie, et volonté d'éliminer un peuple, et engager le sien dans la guerre et la haine (soit se détruire subjectivement)
    Il n'y a pour s'en convaincre que de regarder comment le gouvernement israélien traite une partie de son propre peuple ( l'exemple des juifs émigrés des pays du Magrheb sont traités de "barbares", de gens "sans manières", "incivilisés, ils sont comme les arabes disent le gouvernement israélien, les orthodoxes religieux qui font la pluie et le beau temps, les groupes néo-nazis impunis ( cf Ella Shohat : "Le sionisme du point de vue de ses victimes
    juives. Les juifs orientaux en Israël".
    Pour reprendre les titres de deux livres (Tanya Reinhrt et Michel Warschawski aux éditions La Fabrique), il s'agit pour l'Etat israélien de "Détruire la Palestine; ou comment terminer la guerre de 1948, de "Programmer le désastre" de deux peuples et de toute la région !

    Tous ces enjeux valent de s'obliger à être dans la rue.
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8816
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: Proche Moyen-Orient

    Message par bye le Jeu 1 Jan - 10:39

    LIbbération Le Monde : exemplaires !


    Libération : "DOSSIER Israël-Palestine : le conflit sans fin" qui veut ne pas que ça finisse ou dans quelles conditions la fin ? Gonflé Jofftin !

    Le Monde :

    Le Hamas se dit prêt à combattre "jusqu'au dernier souffle" (rien à redire à ça)
    LEMONDE.FR avec AFP et Reuters | 31.12.08 | 06h36 • Mis à jour le 31.12.08 | 20h57

    lors qu'Israël a rejeté les appels de la communauté internationale au cessez-le-feu à Gaza, le Hamas s'est engagé mercredi 31 décembre à combattre l'armée israélienne "jusqu'au dernier souffle" en cas d'offensive terrestre. "Israël se lancera dans une véritable aventure s'il se décide à envahir Gaza.
    Nous leur réservons des surprises", a menacé le député Moushir Al-Masri, chef du groupe parlementaire du Hamas.

    UNE RADIO ISRAÉLIENNE ANNONCE LA VISITE DE NICOLAS SARKOZY (Sarkozy envoie-t-il la BAC peut-être ?)
    Alors que la présidence française de l'Union européenne doit s'achever mercredi 31 décembre, L'Elysée a annoncé, mercredi, la visite, lundi 5 janvier, du président français Nicolas Sarkozy au Proche-Orient en vue d'obtenir un cessez-le-feu. Le chef de l'Etat devrait se rendre lundi en Egypte, en Cisjordanie et en Israël, et mardi en Syrie et au Liban. Selon une radio publique israélienne, Nicolas Sarkozy devrait rencontrer Ehoud Olmert, puis le
    président palestinien, Mahmoud Abbas, en Cisjordanie. En outre, Mme Livni doit rencontrer M. Sarkozy jeudi 1er janvier à Paris. – (Avec AFP.)


    Sur le même sujet

    Le président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas a, lui, annoncé qu'il "n'hésitera pas à arrêter" les négociations de paix avec Israël – relancées fin 2007 –,"si elles vont à l'encontre de nos intérêts et offrent une caution à l'agression" israélienne dans la bande de Gaza, qui a fait plus de trois cent quatre-vingt-dix morts depuis samedi. Il a accusé Israël d'une "agression barbare et criminelle" et du "massacre le plus sanglant"."Le conflit [israélo-
    palestinien] ne prendra pas fin si le vaillant peuple palestinien ne recouvre pas ses droits. Par conséquent, à quoi servent les négociations si les portes restent fermées ?", a-t-il questionné dans un discours télévisé marquant le 44e anniversaire de la proclamation de son parti, le Fatah, comme mouvement de résistance.

    M. Abbas avait décidé plus tôt d'en appeler au Conseil de sécurité de l'ONU pour qu'il adopte une résolution imposant un cessez-le-feu. M. Abbas multiplie les contacts régionaux, et mercredi, il était en Jordanie, où il devait rencontrer le premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan. Le secrétaire général de la Ligue arabe, Amr Moussa, a lui aussi fait son possible pour remettre le Fatah de Mahmoud Abbas dans la partie. "Nous appelons les
    frères palestiniens à une réunion de réconciliation immédiatement", a déclaré M. Moussa alors que les ministres de la Ligue arabe doivent définir une réponse commune à l'offensive israélienne. L'appel de M. Moussa fait écho à une déclaration du chef de la diplomatie saoudienne, Saoud Al-Fayçal, qui a affirmé que les pays arabes ne pourraient "tendre la main" aux Palestiniens tant que ces derniers resteraient divisés.

    Malgré la pression internationale, M. Olmert a estimé plus tôt dans la journée que les conditions n'étaient pas réunies pour un cessez-le-feu, sans toutefois exclure cette possibilité à l'avenir. "Si les conditions mûrissent, et nous pensons qu'il peut y avoir une solution diplomatique qui garantisse une meilleure sécurité dans le Sud [israélien], nous l'examinerons. Mais pour l'heure, ce n'est pas le cas", a-t-il déclaré à l'issue d'une réunion. Le
    cabinet de sécurité a décidé de poursuivre l'offensive lancée samedi à Gaza contre le Hamas. (...) L'opération n'a pas été lancée à Gaza pour la finir avec les mêmes tirs de roquettes que nous dénombrions au début de l'offensive", a affirmé à l'AFP un haut responsable israélien à l'issue de la réunion avec le premier ministre.

    La Maison Blanche a de son côté déclaré qu'il appartenait au Hamas de faire le premier pas pour un cessez-le-feu qui devrait être "durable", en cessant ses tirs sur Israël. Un peu plus tôt, le président américain, George W. Bush, a appelé le premier ministre israélien, Ehoud Olmert, et celui-ci lui a assuré qu'Israël prenait les "mesures appropriées" pour éviter les victimes civiles, selon la Maison Blanche.

    L'UE ENVOIE UNE DÉLÉGATION MINISTÉRIELLE

    Mardi soir, le Quartet pour le Proche-Orient a demandé un cessez-le-feu immédiat qui soit "pleinement respecté", tandis que le ministre des affaires étrangères français, Bernard Kouchner, suivi par ses collègues de l'UE, proposait une trêve de quarante-huit heures pour permettre l'acheminement d'une aide humanitaire et créer un climat favorable à une accalmie. Yigal Palmor, porte-parole du ministère des affaires étrangères israélien, avait
    déploré que cette dernière offre "ne prévoit aucune garantie de quelque sorte que le Hamas cessera ses tirs de roquettes et ses activités de contrebande". En revanche, le ministre de la défense, Ehoud Barak, était favorable à une suspension des hostilités de quarante-huit heures, selon son porte-parole.
    L'Union européenne, principal bailleur de fonds de l'Autorité palestinienne, enverra la semaine prochaine une délégation conduite par Karel Schwartzenberg, le ministre des affaires étrangères de la République tchèque, qui doit prendre jeudi la présidence de l'Union. Il sera accompagné de son homologue suédois et du commissaire aux relations extérieures de l'UE, Benita Ferrero-Waldner. Le trio "discutera de la situation dans la région et des efforts pour parvenir à un cessez-le-feu à Gaza", a précisé un responsable européen en poste en Israël.

    Dans la nuit de mardi à mercredi, l'aviation israélienne a bombardé, pour la deuxième fois en deux jours, des tunnels de contrebande à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, et les bureaux du premier ministre du gouvernement du Hamas, Ismaïl Haniyeh. Au moins un Palestinien, un médecin, a été tué lors de ces nouvelles attaques, ce qui porte le bilan des victimes à trois cent quatre-vingt-treize, en majorité des membres du Hamas mais
    également des dizaines de civils, et dix-neuf cents blessés. Côté israélien, quatre personnes, dont trois civils, ont été tuées. Mercredi, une roquette a même atteint Beersheva, capitale du Néguev, à 40 km à l'est de Gaza, un choc pour Israël, qui ne pensait pas que les roquettes pouvaient aller aussi loin.

    L'Agence de l'ONU pour l'aide aux réfugiés palestiniens (UNRWA) a estimé qu'au moins 25 % des tués palestiniens étaient des civils.

    -----------

    Israël expose son offensive à Gaza sur YouTube
    LEMONDE.FR avec AFP | 31.12.08 | 10h05 • Mis à jour le 31.12.08 | 19h43

    'armée israélienne a désormais sa propre chaîne sur le site de partage de vidéos YouTube, où elle met en ligne des vidéos des raids aériens et autres attaques qu'elle mène depuis samedi contre le Hamas dans la bande de Gaza. Ces vidéos, consultables depuis lundi, ont pour but de "contribuer à porter notre message au monde", explique le bureau de presse des Forces de défense israéliennes (Israeli Defense Forces, IDF). Mardi, le nombre d'abonnés dépassait 3 800 et sur les dix vidéos diffusées, certaines avaient été vues plus de dix mille fois.

    Parmi ces images en noir et blanc figurent notamment des vues aériennes d'attaques de l'armée de l'air contre ce qui est décrit comme des sites de lancement de roquettes, des entrepôts de stockage d'armes, ainsi qu'un complexe du gouvernement du Hamas et des tunnels servant à la contrebande. Une des vidéos montre un bateau, décrit comme un patrouilleur du Hamas, détruit par une roquette lancée depuis un navire israélien.
    Une autre montre l'explosion d'un missile contre un tunnel utilisé, selon la description de l'armée, "pour faire entrer des armes dans la bande de Gaza via le corridor de Philadelphi, près de la frontière avec Rafah" (voir vidéo au bas de l'article).

    Certaines des vidéos ont été supprimées par YouTube, indique le bureau de presse des Forces de défense israéliennes. D'autres ont vu leur accès bloqué aux internautes mineurs, leur contenu "pouvant offenser certains utilisateurs". "Nous sommes déçus que YouTube ait enlevé certaines de nos vidéos, indique Tsahal. Alors que l'Etat d'Israël affronte à nouveau ceux qui veulent le voir détruit, il est impératif que les IDF montrent au monde l'inhumanité dirigée contre nous et nos efforts pour l'arrêter." YouTube n'a pas répondu, pour l'heure, aux questions de l'AFP qui demandait si des vidéos avaient bien été supprimées à son initiative, et pourquoi.
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8816
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: Proche Moyen-Orient

    Message par bye le Jeu 1 Jan - 19:21

    Sur l'UE et les évènements de Gaza


    L'Union Européenne est à la solde de l'état israélien, l'UE s'est récemment
    liée économiquement et militairement très fortement à Isarël sans que
    l'européen de base n'ait rien à en dire ou même à en savoir.

    Comment les dirigeants européens sont-ils mis sous la coupe d'Israël je ne
    sais pas, cela reste à découvrir.

    Cet entretien avec Leila Shahid, la déléguée générale de Palestine à
    Bruxelles, est très éclairant, même si les termes qu'elle emploie sont, à
    mon avis, très pesés diplomatiquement: "l'Europe, par aveuglement et
    lâcheté, a encouragé l'agression israélienne".


    Entretien avec Leïla Shahid réalisé par Françoise Germain-Robin

    Gaza. « L'UE a choisi la politique de l'autruche »

    - Y a-t-il, selon vous, des responsabilités européennes dans le
    déclenchement de l'attaque israélienne contre Gaza ?

    Leïla Shahid: En 2006 les Européens ont refusé de reconnaître les -
    résultats des élections qu'ils avaient eux-mêmes encouragées, surveillées et
    pour lesquelles ils nous avaient félicités. Comme ils n'étaient pas contents
    du résultat (la victoire du Hamas), ils ne l'ont pas reconnu.

    Ensuite, lorsque quelques mois plus tard un gouvernement de coalition
    nationale a été constitué, les dirigeants de l'UE ont d'abord félicité le
    président Mahmoud Abbas, puis se sont mis à boycotter ce gouvernement ! Ils
    ont été incapables de résister au diktat américain. C'est une lâcheté qui a
    favorisé la prise du pouvoir par les forces du - Hamas à Gaza en juin 2007.

    En ce qui concerne ses - relations avec Israël maintenant, l'Union
    européenne a fait la politique de l'autruche. Ses dirigeants n'ont pas cessé
    de dénoncer l'occupation, la construction du mur (ils ont même voté contre à
    l'ONU), l'extension des colonies, qu'ils déclarent illégales. Malgré cela,
    ils n'hésitent pas à récompenser le pays concerné en rehaussant leurs
    relations avec lui. C'est incompréhensible.

    - La présidence française peut-elle faire quelque chose pour arrêter le
    massacre dans les trois jours qui lui restent ?

    Leïla Shahid: Comment pourrait-elle faire quelque chose alors qu'elle s'est
    elle-même tiré une balle dans le pied ? Comment pourrait-elle se faire
    entendre d'Israël alors qu'elle vient de lui donner tout ce qu'il voulait,
    sans conditions, sans contrepartie politique ? La présidence française a
    tout fait pour ce rehaussement des relations avec Israël. Il ne se limite
    pas à l'économie et au commerce, mais comprend aussi la défense. Israël,
    désormais, participe à la politique étrangère et de sécurité commune (PESC)
    ! Pourquoi la présidence française s'est-elle ainsi précipitée alors que le
    Conseil d'association ne devait se réunir qu'en avril prochain ? Pourquoi n'a-t-elle
    pas exigé des progrès de la part d'Israël ? C'est inexplicable. Pourquoi,
    pendant les trois jours que Tzipi Livni a passés à Bruxelles, où elle a vu
    tout le monde, ni M. Kouchner, ni M. Barroso, ni M. Solana ne lui ont
    rappelé les principes qui fondent la politique européenne, c'est-à-dire le
    respect du droit et de la démocratie ? Ils ont ainsi cautionné un massacre
    qui fait partie de la campagne électorale de Tzipi Livni et d'Ehud Barak.

    L'Europe doit mettre fin à cette tragédie qui consiste à prendre en otage
    toute la population de Gaza.

    Entretien réalisé par Françoise Germain-Robin


    [->http://www.humanite.fr/2008-12-29_International_Gaza-Leila-Shahid-L-UE-a-choisi-la-politique-de-l-autruche]
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8816
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: Proche Moyen-Orient

    Message par bye le Dim 4 Jan - 9:07

    Attaque terrestre contre Gaza.
    > Les dirigeants israéliens devront répondre de leurs crimes.
    >
    > Après des années d'un blocus inhumain, après une semaine de bombardements qui ont tué 450 personnes et blessé des milliers d'autres, l'armée israélienne vient de lancer ses troupes terrestres (samedi 3 janvier) contre la bande de Gaza. Ce crime était annoncé de longue date. La rage et la colère de ne pas avoir pu l'empêcher n'en sont que plus grandes.
    >
    > Ainsi donc en 2009, une des plus puissantes armées au monde peut attaquer un territoire surpeuplé et y massacrer impunément qui bon lui semble.
    >
    > Le crime a été rendu possible par un consensus tragique dans la société israélienne. Tous les partis sionistes ont été avertis à l'avance de l'attaque contre Gaza et tous l'ont approuvée. Seule une petite minorité d'anticolonialistes continue inlassablement de s'opposer, de manifester, de témoigner. Cette situation de l'opinion est le résultat d'une propagande permanente en Israël visant à « déshumaniser » les habitants de Gaza ou le Hamas et à rendre licite ou normal leur assassinat. Le crime a été rendu possible par la complicité de l'Union Européenne. La décision du Conseil sous présidence française du « rehaussement » des relations entre l'Union et Israël alors que la classe politique israélienne est lancée dans une surenchère électorale guerrière a été comprise comme un « permis de tuer ». La réception de Tzipi Livni à Paris par Sarkozy et Kouchner était un encouragement à l'agression.
    >
    > Le crime a été rendu possible par la complicité des Etats-Unis qui n'ont jamais cessé de surarmer Israël et de le renflouer financièrement et par celle enfin de certains dirigeants arabes qui, comme Moubarak, ont donné leur accord à cette invasion. Le crime a été rendu possible en raison de l'impunité des dirigeants israéliens, civils ou militaires, qui violent sans arrêt le droit international et se rendent coupables régulièrement de crimes de guerre et de crimes contre l'humanité.
    >
    > Dans le monde entier, des manifestations d'une ampleur rare ont eu lieu contre l'attaque israélienne, notamment aujourd'hui. Aussi bien dans les pays arabes qu'aux Etats-Unis, en Grande-Bretagne, ou même à Tel-Aviv. Dans toutes les villes de France, des manifestations gigantesques ont mobilisé des forces nouvelles qui s'engagent contre cette barbarie. L'Union Juive Française pour la Paix s'honore d'avoir participé à ces manifestations. Elle dénonce la tentative du CRIF d'enrôler tous les Juifs de France derrière la politique criminelle de l'Etat d'Israël.
    >
    > Il y a urgence, il faut continuer la mobilisation et les manifestations.
    >
    > Pour arrêter le massacre en cours, il faut exiger du gouvernement français, de l'Union Européenne et de la communauté internationale qu'elles cessent immédiatement leur complicité avec l'agression. Elles doivent exiger l'arrêt immédiat de l'invasion. Elles doivent mettre en place une politique de boycott, désinvestissement et sanction contre Israël, à l'image de la campagne qui a fait céder autrefois l'Apartheid en Afrique du Sud. Elles doivent exiger que les dirigeants israéliens soient traduits en justice pour répondre de leurs crimes.
    >
    > Le BN de l'Union Juive Française pour la Paix
    > (3 janvier 2009)
    >
    >
    >
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8816
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: Proche Moyen-Orient

    Message par bye le Dim 4 Jan - 21:52

    Mon retour au pays, en Galilée, a coincidé avec l’attaque génocidaire d’Israël sur Gaza. L’état, par le biais de ses media et avec l’aide de l’académie, a montré, d’ une voix unanime, presque plus forte que lors de l’attaque criminelle contre le Liban l’été

    Une fois de plus, voilà Israël s’est engouffré avec une furieuse indignation, dans sa politique de destruction dans la Bande de Gaza.Cette épouvantable justification qu’Israël se donne pour ses actes inhumains et son impunité n’est pas seulement ennuyeuse... c’est un sujet sur lequel il faut s’arrêter, si on veut comprendre l’immunité internationale qui est donnée à Israël pour ce massacre qui fait rage à Gaza.

    Tout ceci repose principalement et d’abord sur de purs mensonges transmis par des informations sur un ton rappelant les jours sombres de l’Europe de 1930. Toutes les demi-heures, un bulletin d’information à la radio et à la télévision décrit les victimes de Gaza comme des terroristes, et ma réplique d’Israël en tuant massivement les Gazaoui comme un acte d’auto-défense. Israel se présente à ses citoyens comme la victure pure qui se défend d’un grand Satan. Le monde académique a été recruté pour expliquer à quel point la lutte palestinienne est démoniaque et monstrueuse, si elle est menée par le Hamas. Ce sont les mêmes érudits qui avaient démonisé le dernier leader palestinien, Yasser Arafat, dans d’autres temps, et avaient fait en sorte de délégitimiser le Fatah pendant la seconde Intifada palestinienne.

    Mais les mensonges et les représentations distordues ne sont pas le pire. Ce qui est le plus rageant, c’est cette attaque directe menée contre ce qui restait d’humanité et de dignité dans le peuple palestinien. En Israël, les Palestiniens-israéliens ont montré leur solidarité avec le peuple de Gaza et maintenant, on les considère comme la 5e colonne de l’état juif. Leur droit de rester sur leur terre natale parait leur donner un rôle douteux de supporter de l’agression israélienne. Ceux parmi lesquels qui ont accepté de passer dans les media locaux, -erreur, à mon avis- sont questionnés, et pas interviewés, comme s’ils avaient partagé les geôles du Shin bet. Leur passage à l’antenne est préfacée et suivie par des remarques racistes et humiliantes et ils sont confrontés à des accusations d’être la 5e colonne, un peuple irrationnel et fanatique. Et ça n’est pas le pire :il existe un petit nombre d’enfants palestiniens des territoires occupés qui sont traités contre le cancer dans des hopitaux israéliens. Dieu seul sait combien ça a coûté aux familles qui ont payé pour qu’ils soient admis en Israel. La radio israélienne est allée à l’hopital demander aux pauvres parents de dire aux auditeurs israéliens qu’Israël avait raison d’attaquer, et combien le Hamas était un grand Satan en se défendant.

    Il n’y a pas de limites à l’hypocrisie quand elle est produite par une certitude de bon droit haineuse. Les discours des généraux et des politiciens vont d’un côté de l’autosatisfaction, les louanges à cette armée et ses opérations chirurgicales et de l’autre du besoin de détruire Gaza une fois pour toutes, mais de façon humaine bien sûr..

    Cette pure colère a toujours été un phénomène constant, que ce soit Israël ou les Sionistes, qui soient dépossédés de la Palestine. Chaque acte, qu’il soit un nettoyage ethnique, de l’occupation, un massacre ou de la destruction, a toujours été dépeint comme un acte juste moralement et comme de la pure auto-défense, qu’Israël était obligé de pratiquer dans sa guerre contre la pire espèce des êtres humains.Dans son excellent livre "le retour du sionisme, mythes, politiques et études en Israël", Gabi Piterberg explore les origines idéologiques et historiques de cette progression historique du droit à la rage.Aujourd’hui, en Israël, de la gauche à la droite, du Likud à Kadima, de l’académie aux média, on peut entendre cette rage juste de l’état israélien, plus occupé que n’importe quel autre au monde, à détruire et dépouiller sa population indigène.

    Il est crucial d’explorer les origines idéologiques de cette attitude et de tirer les conclusions politiques de sa prévalence. Cette juste rage protège la société et les politiciens israélien du moindre blâme ou de la moindre critique. Mais le pire, c’est que ce comportement se traduit systématiquement par des politiques destructrices envers les Palestiniens. Sans un mécanisme intérieur de critique et en l’absence d’une quelconque pression venue de l’extérieur, chaque Palestinien devient une cible potentielle de cette colère. Comme l’état juif a le pouvoir des armes à l’état juif, ça ne peut que se terminer par plus de massacres, plus de nettoyage ethnique.

    La certitude d’être juste est une puissante manifestation du déni et de la justification. Cela explique pourquoi la société israélienne juive ne sera jamais guidée par des mots de sagesse, par une logique persuasive ou par le dialogue diplomatique. Et si on leur répond par la violence, cela ne pourra que provoquer une réaction frontale en raison de ce "droit juste" et de cette idéologie démoniaque utilisés pour couvrir les atrocités commises. L’autre nom pour cette idéologie est le sionisme, et le seul moyen de riposter à cette certitude d’être dans le juste droit, serait le rejet international du sionisme, et pas seulement de la politique israélienne. Il nous faut expliquer au monde, mais aussi aux Israéliens eux-mêmes, que le sionisme est une idéologie qui favorise le nettoyage ethnique, l’occupation, et maintenant des massacres massifs. Il faudrait maintenant non seulement une condamnation des massacres mais aussi une délégitimation de l’idéologie qui a produit cette façon de faire et la justifie, moralement et politiquement. Espérons que des voix qui comptent dans le monde diront à l’état juif que cette idéologie et que la conduite général de l’état sont intolérables et inacceptables et que, aussi longtemps qu’il continuera ainsi, Israël sera boycotté et sujet à des sanctions.

    Mais je ne suis pas naïf, je sais que, même si des centaines de Palestiniens innocents sont tués, ça ne sera pas assez pour provoquer un glissement dans l’opinion publique occidentale. On dirait même que ces crimes commis à Gaza ne vont pas faire changer d’un iota la politique des Occidentaux envers la Palestine.

    Et maintenant, nous ne pouvons laisser 2009 être une autre année, encore moins importante que 2008, l’année de la commémoration de la Naqba. Année 2008 qui n’a pas rempli les grands espoirs que nous avions tous d’avoir la bonne occasion pour que l’Occident change d’attitude envers la Palestine et les Palestiniens. On dirait même que les crimes les plus horribles, comme le génocide à Gaza, sont traités comme des événements discrets, déconnectés de tout ce qui est arrivé dans le passé, et complétement dissociés d’une quelconque idéologie ou d’un quelconque comportement systématique. En cette nouvelle année, nous devons tenter d’ouvrir l’opinion publique à l’histoire de la Palestine et à ces horreurs de l’idéologie sioniste. C’est le meilleur moyen d’expliquer le pourquoi des opérations de génocide, comme celle de Gaza et d’envisager le pire à venir.

    Académiquement, cela a toujours été fait. Notre challenge actuel est de trouver un moyen de démontrer la connexion entre l’idéologie sioniste, les politiques passées de destruction et la crise actuelle. Cela devrait être plus facile de le faire dans les abominables circonstances actuelle, pendant que l’attention du monde entier est axée sur la Palestine une fois encore. Il serait beaucoup plus difficile de le faire pendant les temps d’accalmie donc moins dramatiques. Dans de tels instants "tranquilles", la légère attention traversant les media marginaliserait encore plus la tragédie palestinienne et la négligerait en pointant sur les affreux génocides en Afrique, ou la crise économique, ou les scénarios écologiques sinistres du reste du mnde. Alors que les média occidentaux ne semblent pas avoir un intérêt quelconque pour l’analyse par l’histoire, c’est hélas seulement à travers une évaluation historique qu’on pourra exposer l’ampleur des crimes commis contre le peuple palestinien depuis les 60 dernières années. Donc, c’est le rôle d’intellectuels activistes et des media alternatifs d’insister sur le contexte historique. Ces gens ne devraient pas négliger d’éduquer l’opinion publique. Ils devraient aussi , espérons-le, pousser les politiciens les plus consciencieux à aborder ce qui se passe avec une perspective historique.

    De la même manière, nous pourrions trouver le bon moyen de vulgariser, distinctement de ce que nous faisons à la faculté, la politique israélienne de ces 60 dernières années : Politique qui s’inspire d’une hégémonie raciste appelée sionisme, recouverte par des couches de rage d’être dans le bon droit.

    En dépit des accusations d’antisémitisme dont vous allez être accusé, il est temps de répandre dans les esprits que l’idéologie sioniste est associée à la "marque" israélienne : l’épuration ethnique de 1948, l’oppression des lois militaires sur les Palestiniens israéliens, l’occupation brutale de la Cisjordanie et maintenant le massacre de Gaza. Très proche de l’idéologie de l’Apartheid qui fut une politique répressive du gouvernement sud-africain, cette idéologie a permis de façon consensuelle et simpliste, à tous les gouvernements du passé et du présent, de déshumaniser les Palestiniens où qu’ils soient, et de se battre contre eux. De temps en temps, selon l’endroit, la manière changeait, tout comme la manière de raconter et de couvrir ces atrocités. Mais il y a un molèle clair qui ne peut être discuté seulement dans les tours d’ivoires des académies, mais qui doit entrer en ligne de compte dans le discours sur la réalité contemporaine de la Palestine.

    Certains d’entre nous, particulièrement ceux qui sont engagés pour la paix et la justice en Palestine, contournent bêtement le débat en cristallisant sur les territoires occupés et la bande de Gaza, ce qui est inévitable et compréhensible. Pour lutter contre ces politiques criminelles, il y a une chose urgente à faire. Mais il faut à tout prix éviter de transmettre le message que les pouvoirs occidentaux ont joyeusement adopté sur un signal israélien. Ce message, c’est que la Palestine est seulement la Cisjordanie, et la bande de Baza et que les Palestiniens sont seulement ceux qui vivent dans ces territoires. Nous devrions agrandir la représentation de la Palestine géographiquement et démographiquement en racontant l’histoire, la vraie, des événements de 48 et de ce qui s’est passé après, et demander l’égalité entre Palestiniens et Israéliens et les mêmes droits à tous les gens qui vivent, ou ont vécu dans ce que sont aujourd’hui Israël et les territoires occupés.urgent mission.

    En mettant toujours en relation l’idéologie sioniste, les politiques israéliennes passées et les atrocités du moment, nous devrions pouvoir donner une explication claire et logique pour une campagne de boycott, de blâme et de sanctions. S’opposer de façon pacifiste à un état qui manipule une idéologie bourrée de certitudes et se permet, aidé en ça par une communauté internationale muette, à déposséder de sa terre et détruire le peuple indigène de Palestine est une cause morale. C’est aussi un moyen réel de galvaniser l’opinion publique non seulement contre l’actuel génocide qui a lieu à Gaza, mais aussi, espérons-le, pourrait prévenir de prochaines atrocités. Mais plus important que tout : cela permettrait de dégonfler le ballon de cette furie du bon droit qui étouffe les Palestiens chaque fois que le ballon s’enflamme. Cela aiderait à mettre fin à l’immunité donnée par l’Occident et à l’impunité d’Israël. Sans cette immunité, on peut espérer que de plus en plus de gens en Israël commenceraient à voir la vraie nature des crimes commis en leur nom et leur colère serait dirigée contre ceux qui les ont piégés , avec les Palestiniens, dans ce cycle infernal de bains de sang et de violence inutiles.

    Ilan Pappe tient la chaire du département histoire de l’université d’Exeter.

    Electronic Intifada.
    Le véritable but du carnage à Gaza
    Jonathan Cook, "the Electronic Intifada" 1er janvier 2009

    Traductrice bénévole : Claudine Luscher





    PÉTITION


    Non au terrorisme de l’État d’Israël contre les peuples Palestinien et Libanais



    Signez et faites signer la pétition à l’adresse :

    http://www.aloufok.net/article.php3 ?id_article=32








    Participez à la liste de Diffusion

    " Assawra "
    S’inscrire en envoyant un message à :

    assawra-subscribe@yahoogroupes.fr
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8816
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: Proche Moyen-Orient

    Message par bye le Lun 5 Jan - 7:07

    Guillaume Belan, rédacteur en chef de TTU, une lettre spécialisée sur
    les questions de Défense, revient d'Israël. Il analyse la stratégie
    de l'Etat hébreu et les modalités de l'attaque terrestre sur Gaza.

    Recueilli par FRANÇOIS MEURISSE

    Pourquoi l'armée israélienne n'a-telle pas lancé l'attaque terrestre
    plus tôt?

    Il fallait d'abord «nettoyer» le terrain pour qu'il y ait le moins
    d'obstacles possibles. L'opération aérienne visait d'abord à se
    débarrasser, avec des F-16, de certaines cibles. Elles avaient été
    répertoriées par Tsahal qui a observé les mouvements du Hamas depuis
    le retrait de la bande de Gaza en 2005. Leur volonté était à la fois
    de casser la structure politique du Hamas en visant les institutions,
    les bureaux du mouvement et les structures militaires en frappant les
    camps d'entraînement, les caches d'armes, etc.

    L'armée israélienne s'est-elle attaquée aussi aux œuvres sociales du
    Hamas?

    Les centres d'aide sociale n'étaient pas des priorités. Autant que
    possible, Tsahal a cherché a éviter les dommages collatéraux car se
    joue aussi une bataille médiatique à l'international. Pour prendre en
    charge le travail social à la place du Hamas, l'idée israélienne,
    c'est de donner des moyens similaires voire plus importants au Fatah.
    La tactique est différente.

    Quelle est la nécessité d'une telle attaque terrestre pour Israël?

    La guerre au Liban il y a deux ans - où l'armée israélienne avait
    tout misé sur les frappes aériennes - a révélé qu'il fallait
    accompagner les raids d'une attaque au sol. Le Hamas s'est préparé à
    une offensive et toutes les cibles ne peuvent pas être détruites par
    les airs. Il y a des tunnels, des fortifications qui résistent aux
    bombardements.

    Comment l'attaque se prépare-t-elle?

    Il y a d'abord eu une phase avec les forces spéciales infiltrées dès
    le début de l'offensive, avec des objectifs ponctuels. Ensuite,
    viennent les blindés, les chars Merkava, soutenus par le nouveau
    véhicule de transport de troupes Namer. Celui-ci a été développé
    suite au retour sur expérience de la guerre de 2006. Les Israéliens
    se sont en effet aperçus que l'infanterie restait trop en retrait par
    rapport aux chars.

    Peut-on s'attendre à une très forte résistance de la part du Hamas?

    Tsahal n'a pas mis les pieds sur ce terrain depuis plusieurs années.
    Malgré le renseignement, le Hamas a donc l'avantage du terrain. Il y
    a fort à parier qu'il y a des engins piégés, des maisons piégées,
    comme en Irak. Cela dit, l'issue ne fait aucun doute: les combattants
    du Hamas vont subir des pertes importantes et ils le savent. Israël
    n'a simplement pas le droit de perdre cette guerre car il ne peut
    continuer à exister qu'en maintenant l'idée qu'il est intouchable.

    Quel est l'objectif réel de cette offensive?

    Il n'est pas possible d'éradiquer le Hamas, qui est présent par
    ailleurs en Cisjordanie. Mais il s'agit de lui porter un coup très
    fort. Ce que cherche Israël, c'est paralyser le mouvement
    suffisamment longtemps pour que le Fatah reprenne la main lors des
    prochaines élections.

    Vous étiez en Israël début décembre, le traumatisme de la guerre au
    Liban est-il toujours présent au sein de l'armée?

    Oui. J'ai rencontré des officiers de l'armée de l'air, de terre, des
    politiciens aussi et personne ne veut reproduire cet échec. Depuis
    deux ans, dans tous les corps, à tous les niveaux, tous les scénarios
    d'engagement (de la bataille de rue aux frappes aériennes), la
    stratégie, la complémentarité entre les armes, l'acquisition
    d'armement, la tactique au sol, tout a été revu. Israël doit prendre
    sa revanche pour maintenir sa capacité de dissuasion.

    Peut-on imaginer un maintien des troupes israéliennes à Gaza après
    l'offensive?

    Si le Fatah reprend la main, les Israéliens n'auront pas à réinvestir
    les lieux mais une présence minimale n'est pas totalement à exclure.
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8816
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: Proche Moyen-Orient

    Message par bye le Mar 6 Jan - 19:54

    GAZA: Communiqué du Mouvement des Quartiers (MQJS)
    Communiqué du Mouvement des Quartiers pour la Justice Sociale.
    Paris, le 06 janvier 2009.
    Israël assassine Gaza en toute impunité ! Amplifions la mobilisation unitaire
    et internationale !
    Déclenché le 27 Décembre, l'offensive militaire israéliènne contre la bande
    de Gaza à deja fait des centaines de morts, victime des bombardements, tandis
    que l'offensive terrestre a débuté ce samedi 3 Janvier. Cette offensive est
    planifiée depuis des mois par les autorités israéliennes pour renforcer sa
    domination coloniale et les crimes contre le peuple palestinien !
    L'Etat français et l'Union européenne ont une lourde responsabilité dans
    cette situation pour avoir encouragé une coopération renforcée avec l'Etat
    d'Israël. Sarkozy a reçut jeudi 1er janvier la ministre des affaires étrangères
    israélienne, Tzipi Livni, affichant ainsi son soutien aux attaques israéliennes
    et essayant en vain de faire passer cette agression israélienne pour une guerre
    de civilisation !!!
    L'État sioniste impose depuis 2007 un blocus sur Gaza, plongeant davantage la
    population dans des conditions d'existence dramatiques. Pour soutenir la
    résistance palestinienne et imposer aux États occidentaux de se désolidariser
    d'Israël, nous devons construire un rapport de force internationale pour obtenir
    qu'Israël arrête ses exactions criminelles et son blocus.Nous affirmons notre
    solidarité avec la lutte du peuple palestinien et des militants
    anticolonialistes israéliens ! Nous réaffirmons et défendons la souveraineté du
    peuple palestinien !
    Nous appelons à amplifier la mobilisation partout en France, dans les
    quartiers, les entreprises, les lycées et les Universités, afin d'obtenir
    l'arrêt des bombardements et le retrait de l'armée israélienne, la fin immédiate
    du blocus de Gaza, la destruction du « mur de la honte », l'arrêt de la
    colonisation en Cisjordanie et la restitution des terres palestiniennes
    spoliées, la fin de l'état d'apartheid pour les arrabes israëliens, le droit au
    retour des réfugiés, ainsi que le droit pour le peuple palestinien de disposer
    librement et souverainement de ses territoires.
    Nous appelons tout le monde à se joindre à la journée nationale de
    mobilisation, de manifestation du samedi 10 janvier 2009. Des manifestations,
    rassemblements se tiendront dans toutes les grands villes de l'Hexagone.
    Multiplions les initiatives locales, les comités locaux de soutien à GAZA et la
    Palestine afin d'inscrire la mobilisation dans la durée, et la réussite de plus
    en plus grande !!!
    Mouvement des Quartiers Pour la Justice Sociale.
    mqjs.contact@yahoo.fr
    06 66 83 10
    51
    www.justicesocialepourlesquartiers.org
    -------------------------------------------------------------
    LA
    MOBILISATION UNITAIRE ET INTERNATIONALE. MANIFESTATION SAMEDI 10 JANVIER, départ
    15h à République
    Merçi de faire circuler au max l’info et de venir si possible.
    POUR PLUS D INFOS:
    www.justicesocialepourlesquartiers.org, le site du Mouvement
    des Quartiers pour la Justice Sociale (MQJS)
    www.URGENCE-GAZA.com, le
    site du collectif national pour une Paix Juste et Durable entre Palestiniens et
    Israéliens.
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8816
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: Proche Moyen-Orient

    Message par bye le Mar 6 Jan - 21:30

    Pour Gaza : pas vu à la télé, une vidéo de Culture Paix. Gaza, Palestine,
    média, guerre, terrestre


    [img][/img][img][/img][img][/img][img][/img]

    https://www.dailymotion.com/mychannel/gerardv/video/x7xzxs_pour-gaza-pas-vu-la-tl_news?from=rss
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8816
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: Proche Moyen-Orient

    Message par bye le Mer 7 Jan - 8:17

    Le Vénézuela expulse l'ambassadeur d'Israël


    [img][/img]
    [img][/img]
    [img][/img]
    [img][/img]
    Le Vénézuela expulse l'ambassadeur d'Israël
    SOURCE AP



    Le Venezuela a ordonné mardi l'expulsion de l'ambassadeur d'Israël en signe de protestation contre l'offensive militaire dans la Bande de Gaza.
    Le ministre des Affaires étrangères a annoncé la décision dans un
    communiqué, expliquant que le Venezuela "a décidé d'expulser
    l'ambassadeur israélien et une partie du personnel de l'ambassade
    israélienne".Le président vénézuélien Hugo Chavez avait auparavant condamné les Israéliens participant à l'offensive terrestre, les qualifiant de "meurtriers", et demandé à la communauté juive vénézuélienne de prendre position contre le gouvernement
    israélien.Le ministre des Affaires étrangères a déclaré que la
    mission vénézuélienne aux Nations unies se joignait à d'autres pays
    pour demander "d'appliquer des mesures urgentes et nécessaires pour stopper cette invasion".Les responsables de l'ambassade israélienne au Venezuela ne pouvaient être joints mardi. AP
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8816
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: Proche Moyen-Orient

    Message par bye le Mer 7 Jan - 15:55

    Retour sur la surprenante mobilisation de soutien au peuple
    palestinien


    [img][/img][img][/img][img][/img][img][/img]

    http://www.bastamag.net/spip.php?article361
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8816
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: Proche Moyen-Orient

    Message par bye le Jeu 8 Jan - 6:48

    Déclaration d’organisations de femmes israéliennes

    6 janvier 2009 - Nous,
    organisations de paix de femmes appartenant à un large spectre d’opinions
    politiques, exigeons la fin des bombardements et autres instruments de
    mort, et appelons au commencement immédiat de délibérations pour parler
    de paix et ne pas faire la guerre. La danse de morts et des destructions doit
    finir...

    Lire la suite
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8816
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: Proche Moyen-Orient

    Message par bye le Jeu 8 Jan - 6:50

    Israël - Palestine : Appel aux consciences

    La Ligue des Droits de l'Homme
    vient de publier un appel de personnalités que vous êtes invités à
    soutenir.
    "L’offensive israélienne s’accentue et les morts et les
    blessés, essentiellement civils, s’accumulent. Le territoire de Gaza connaît une
    situation humanitaire effroyable dont la presse ne peut rendre compte puisque le
    gouvernement israélien y a interdit sa présence. Le Hamas continue à bombarder
    le sud d’Israël. Si toute violence contre des civils est une violation des
    conventions de Genève, rien ne peut justifier le blocus infligé depuis des
    années à Gaza pas plus que, aujourd’hui, l’engagement massif et meurtrier de
    l’armée israélienne..."
    Parmi les premiers signataires : Jean-Pierre
    Dubois (président de la LDH), Arielle Denis et Pierre Villard (co-Présidents du
    Mouvement de la Paix), Aurélie Trouvé et Jean-Marie Harribey (co-présidents
    d’Attac) Gérard Aschieri (secrétaire général de la FSU), Guy Bedos (comédien),
    Philippe Caubère (comédien), Annick Coupé (déléguée générale Union syndicale
    Solidaires), Jean-Michel Ducomte (président de la Ligue de l’enseignement),
    Cécile Duflot (secrétaire nationale Les Verts), Jacques Gaillot (évêque de
    Partenia), Claude Sérillon (journaliste), Bernard Thibault (secrétaire général
    de la CGT)...


    Voir l'appel
    et signer la pétition
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8816
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: Proche Moyen-Orient

    Message par bye le Jeu 8 Jan - 16:04

    L’opération « Plomb durci »: La guerre israélienne est financée par l’Arabie saoudite
    http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=11637
    par Thierry Meyssan

    Mondialisation.ca, Le 6 janvier 2009



    Depuis le samedi 27 décembre 2008, à 11h30 (heure locale),
    les forces armées israéliennes ont lancé une offensive contre la bande de Gaza, d’abord aérienne, puis aussi terrestre à partir du 3 janvier 2009, 18h30 (heure locale).

    Les autorités israéliennes déclarent viser exclusivement des sites du Hamas et prendre le maximum de précautions pour épargner les vies des civils. Dans la pratique, viser « des sites du Hamas » signifie détruire non pas seulement les sites de ce parti politique, mais aussi les logements de ses cadres et, surtout, tous les bâtiments officiels. En d’autres termes, l’opération actuelle vise à anéantir toute forme d’administration dans la bande de Gaza. Le général Dan Harel, chef d’état-major adjoint, a précisé : « Cette opération est différente des précédentes. Nous avons mis la barre très haut et
    nous allons dans cette direction. Nous ne frappons pas uniquement les terroristes et les lance-roquettes, mais aussi l’ensemble du gouvernement du Hamas. Nous visons des édifices officiels, les forces de sécurité, et nous faisons porter la responsabilité de tout ce qui se passe sur le Hamas et ne faisons aucune distinction entre ses différentes ramifications. »

    Par ailleurs, « faire son possible pour épargner les vies des civils » ressort de la pure rhétorique et n’a aucune concrétisation possible : avec environ 3 900 habitants au kilomètre carré [1], la bande de Gaza est un des territoires à plus
    forte densité de population au monde. Il est matériellement impossible d’atteindre les cibles choisies sans détruire en même temps les habitations voisines.

    Les autorités israéliennes affirment agir en légitime défense.
    Selon elles, des tirs de roquette ont repris contre l’État juif depuis la rupture unilatérale du cessez-le-feu par le Hamas, le 19 décembre 2008.

    Or, le Hamas n’a pas rompu de trêve. Une trêve de six mois avait
    été conclue entre Israël et le Hamas par l’intermédiaire de l’Égypte. Israël s’était engagé à interrompre le blocus de la bande de Gaza ; l’Égypte s’était engagée à rouvrir le point de passage de Rafah ; et le Hamas s’était engagé à stopper les tirs de roquette contre Israël. Cependant, Israël et l’Égypte ne remplirent jamais leurs engagements. Le Hamas interrompit les tirs de roquettes durant des mois. Il les reprit en novembre à la suite d’une incursion israélienne meurtrière. Tirant le bilan de la duplicité de ses interlocuteurs, le Hamas a jugé inutile de renouveler un accord à sens unique.

    Des tirs de roquette ont lieu depuis 2001 contre Israël. Prés de 2 500 tirs ont été recensés en 7 ans. Ils ont tué au total 14 israéliens jusqu’au lancement de l’offensive. Ils n’ont fait aucune victime entre la fin de la trêve et la dernière attaque israélienne.

    Or, la notion de légitime défense suppose une proportionnalité des moyens, ce qui n’est évidemment pas le cas. Tsahal a activé une soixantaine de bombardiers et au moins 20 000 hommes suréquipés face à des résistants armés de roquettes rudimentaires et d’adolescents munis de pierres.

    Il est impossible d’estimer actuellement les dégâts matériels et
    humains. Au dixième jour de bombardements, les hôpitaux et services d’urgence ont dénombré 530 morts. Ce chiffre ne tient pas compte des victimes décédées avant l’arrivée des secours, dont les corps sont directement récupérés par les familles sans transiter par les services de santé. Les blessés se comptent par milliers. Faute de médicaments, ils ne pourront pas recevoir les soins nécessaires et seront pour la plupart handicapés à vie. Les destructions
    matérielles, quand à elles, sont considérables.

    L’opération a été lancée au cours de la fête d’Hanoukka, un jour de shabbat. Elle a été dénommée « Plomb durci » par référence à une chanson d’Haïm Nahman Bialik que l’on entonne durant les huits jours d’Hanoukka. De la sorte, Israël, qui s’affirme comme « l’État
    juif », élève cette opération au rang de cause nationale et
    religieuse.

    Hanoukka commémore le miracle de l’huile : pour rendre grâce à Dieu, les juifs qui avaient repoussé les Grecs, allumèrent une lampe à huile dans le temple sans prendre le temps de se purifier ; mais alors que la lampe ne contenait de l’huile que pour une journée, elle brûla durant huit jours. En liant l’opération militaire actuelle au miracle de l’huile, les autorités israéliennes indiquent à leur population qu’il n’est pas impur de tuer des Palestinens.

    La guerre israélienne a suscité des protestations dans le monde entier. Les manifestations les plus importantes ont eu lieu en Turquie, où elles ont rassemblé 700 000 personnes.

    Le National Information Directorate, nouvel organe de propagande rattaché aux services du Premier ministre, a alors appelé les divers leaders israéliens à développer un autre argument. L’opération « Plomb durci » serait une bataille dans la « guerre mondiale au terrorisme » déclarée par les États-Unis et soutenue par le monde
    occidental. En effet, le Hamas est considéré comme une organisation terroriste par les États-Unis, même s’il ne l’est pas formellement par l’Union européenne.
    Le gouvernement israélien tente de relancer la thématique du « choc des civilisations » chère à l’administration Bush, alors que l’administration Obama qui entrera en fonction le 20 janvier a clairement annoncé qu’il l’abandonnerait.

    Ce glissement rhétorique laisse entrevoir les motivations réelles de l’opération. Celles-ci sont à la fois à rechercher dans la nature de l’affrontement et dans la particularité de l’actuelle opération.

    La logique du mouvement sioniste est de s’approprier cette terre en la nettoyant ethniquement ou, à défaut, d’y imposer un système
    d’apartheid. Les Palestiniens sont alors parqués dans des réserves, sur le modèle des bantoustans sud-africains ; actuellement la Cisjordanie d’une part, la bande de Gaza d’autre part. Tous les 5 à 10 ans, une importante opération militaire doit être déployée pour casser les velléités de résistance de cette population. De ce point de vue, l’opération « Plomb durci » n’est qu’un massacre de plus, perpétré par un État qui jouit d’une immunité totale depuis soixante
    ans.

    Ainsi que l’a révélé Haaretz, le ministre de la Défense Ehud Barack
    n’a accepté la trêve de six mois que pour pousser les combattants du Hamas à sortir de l’ombre. Il a mis a profit cette période pour les cartographier dans le but de les anéantir dés que l’occasion se présenterait [2].
    Le flou de la nouvelle administration US
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8816
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    L'opération "plomb durci" (suite)

    Message par bye le Jeu 8 Jan - 16:16

    Reste que cette opération prend place durant la période de transition de la présidence états-unienne. Depuis septembre 2008, les observateurs avisés prévoyaient que Barack Obama accèderait à la Maison-Blanche grâce au soutien d’une coalition hétéroclite comprenant le complexe écolo-financier, le mouvement sioniste, les généraux en révolte et les partisans de la Commission Baker-Hamilton. Pour ma part, j’avais annoncé ce résultat dès le mois de
    mai.

    Or, cette coalition n’a pas de position définie sur le Proche-Orient. Les généraux en révolte et les partisans de la Commission Baker-Hamilton considèrent avec leur maître à penser, le général Brent Scowcroft, que les États-Unis ont surdéployé leurs armées et doivent impérativement limiter leurs objectifs et reconstituer leurs forces. Ils se sont opposés à une guerre contre l’Iran et ont au contraire affirmé la nécessité d’obtenir l’aide de Téhéran pour éviter la débâcle en Irak. Ils déplorent les tentatives de remodelage du Grand Moyen-Orient (c’est-à-dire de modification des frontières) et appellent à une période de stabilité. Certains d’entre eux vont
    même jusqu’à préconiser de faire basculer la Syrie et l’Iran dans le camp atlantique en contraignant Israël à restituer le Golan et à résoudre partiellement la question palestinienne. Ils proposent d’indemniser les États qui naturaliseraient les déplacés palestiniens et d’investir massivement dans les Territoires pour les rendre économiquement viables. Cette perspective signifie la fin du rêve d’expansion sioniste tout autant que la fin de certains régimes arabes soutenus jusque-là à bout de bras par Washington.

    De leur côté, les sionistes états-uniens qui ont lancé Barack Obama en politique il y a seulement douze ans, auxquels se sont joints les Clinton, depuis qu’Hillary s’est convertie au sionisme chrétien et a adhéré à la Fellowhip Foundation, soutiennent la poursuite du projet d’apartheid. Dans la foulée de la lettre de George W. Bush à Ariel Sharon et de la conférence d’Annapolis, ils veulent achever la transformation des Territoires en bantoustans. Un ou deux États
    palestiniens seraient reconnus par les États-Unis et leurs alliés, mais ce ou ces États ne seraient pas souverains. Ils seraient privés d’armées, leur politique étrangère et leurs finances resteraient sous contrôle israélien. Si l’on parvenait à y éradiquer la Résistance, ils se fondraient à terme dans le paysage comme les réserves indiennes aux États-Unis.

    Inquiets pour leur avenir commun, des délégations égyptienne, israélienne et saoudienne se sont réunies en Égypte en septembre et octobre 2008. Selon une source de la Résistance, à l’issue de ces négociations, il a été convenu qu’en cas d’évolution défavorable à Washington, Israël lancerait une vaste opération
    militaire à Gaza, financée par l’Arabie saoudite, tandis que l’Égypte ferait entrer des paramilitaires à Gaza. Si de nombreuses fois par le passé des gouvernements arabes ont laissé le champ libre à Israël, c’est la première fois qu’ils participent à la planification d’une guerre israélienne, constituant ainsi un axe sioniste musulman.

    Informés en temps réel par le chef de cabinet Rahm Emanuel (double national israélo-US et officier de renseignement militaire israélien) des rapports de force au sein de l’équipe Obama, la troïka
    Israël-Égypte-Arabie saoudite a appris la répartition des fonctions.

    Les postes importants au secrétariat d’État seront confiés à des protégés de Madeleine Albright et d’Hillary Clinton. Les deux secrétaires d’État adjoints, James Steinberg et Jacob Lew sont des sionistes convaincus. Le premier avait été un des rédacteurs du discours d’Obama à l’AIPAC.

    Le Conseil national de sécurité échoit à des atlantistes inquiets que les provocations israéliennes débouchent sur une perturbation de l’approvisionnement énergétique de l’Occident, le général Jones et Tom Donilon. Jones, qui était chargé du suivi de la conférence d’Annapolis, a plusieurs fois exprimé son agacement face à la
    surenchère israélienne.

    Le secrétariat à la Défense reste aux mains de Robert Gates, un ex-adjoint de Scowcroft et un membre de la Commission Baker
    Hamilton. Il s’apprête à remercier les collaborateurs dont il a hérité de Donald Rusmfeld et qu’il n’avait pu virer plus tôt comme il l’a déjà fait avec deux maniaques anti-Iraniens, le secrétaire à l’Air Force Michael Wynne et son chef d’état-major le général T. Michael Moseley. En outre, Gates a réussi à imposer son ami Léon Panetta, comme lui membre de la Commission Baker-Hamilton, à la tête de la CIA.

    En résumé, la troïka peut toujours compter sur l’appui diplomatique des États-Unis, mais plus sur son aide militaire massive.L’Égypte, l’Arabie saoudite et 10 000 paramilitaires arabes avec Israël

    C’est là le point nouveau au Proche-Orient. Pour la première fois,
    une guerre israélienne n’est pas financée par les États-Unis, mais par l’Arabie saoudite. Riyad paye pour écraser le principal mouvement politique sunnite qu’il ne contrôle pas, le Hamas. La dynastie des Séoud sait qu’elle doit anéantir toute alternative sunnite au Proche-Orient pour se maintenir au pouvoir. C’est
    pourquoi elle a fait le choix du sionisme musulman. L’Égypte quand à elle craint une extension via les Frères musulmans de la révolte sociale.

    La stratégie militaire reste cependant états-unienne, comme lors de la guerre de 2006 contre le Liban. Les bombardements ne sont pas conçus pour éliminer les combattants, ce qui je l’ai indiqué plus haut n’a pas de sens en milieu urbain, mais de paralyser la société palestinienne dans son ensemble. C’est l’application de la théorie des cinq cercles de John A. Warden III.

    En définive, toujours selon Haaretz, Ehud Olmert, Ehud Barack et Tzipi Livni ont pris la décision de la guerre le 18 décembre, c’est-à-dire la veille de l’expiration de la trêve.

    Le National Information Directorate a organisé une simulation, le 22 décembre, pour mettre au point les mensonges qui serviraient à justifier le massacre.
    L’opération a débuté le 27 décembre de manière à éviter que la papauté puisse s’en mêler. Benoît XVI a néanmoins évoqué dans son message de Noël « un horizon qui semble redevenir sombre pour les Israéliens et les Palestiniens ».

    Revenons-en au théâtre d’opération.
    L’aviation israélienne a préparé le terrain à une pénétration terrestre, laquelle ouvre la voie à des paramilitaires arabes. Selon nos informations, environ 10 000 hommes sont actuellement massés prés de Rafah. Entraînés en Égypte et en Jordanie, ils sont placés sous le commandement de l’ex-conseiller national de sécurité de Mahmoud Abbas, le général Mohammed Dahlan (l’homme qui organisa l’empoisonnement de Yasser Arafat pour le compte des Israéliens, selon des documents rendus publics il y a deux ans). Ils sont appelés à jouer le rôle qui avait été dévolu à la milice d’Elie Hobeika à Beyrouth lorsque les troupes d’Ariel Sharon encerclèrent les camps de réfugiés de Sabra et Chatila.

    Cependant, la troïka sioniste hésite à lancer ses « chiens de guerre » tant que la situation militaire à l’intérieur de la bande de Gaza reste incertaine. Depuis deux ans, de nombreux résistants palestiniens ont été formés aux techniques de guérilla du Hezbollah. Bien qu’ils soient en théorie dépourvus des armes nécessaires à ce type de combat, on ignore quelles sont leurs capacités exactes. Une défaite au sol serait une catastrophe politique pour Israël après la défaite de son armée de terre au Liban, en 2006, et de ses
    instructeurs en Géorgie, en 2008. Il est toujous possible de retirer rapidement ses blindés de Gaza, il n’en sera pas de même pour retirer des paramilitaires arabes.

    L’Union européenne a appelé à une trêve humanitaire. Israël a
    répondu que cela n’était pas nécessaire car il n’y avait pas de crise
    humanitaire nouvelle depuis le début des bombardements. Pour preuve de sa bonne foi, le soi-disant « État juif » a laissé pénétrer quelques centaines de camions d’aide alimentaire et médicale… pour 1 400 000 habitants.

    Dans chacune des guerres qu’Israël a conduit en violation du droit international, une avant-scène diplomatique a été organisée pour lui permettre de gagner du temps, tandis que les Etats-Unis bloquent toute résolution du Conseil de sécurité. En 2006, c’était Romano Prodi et la conférence de Rome. Cette fois, c’est le président français, Nicolas Sarkozy, qui produit le divertissement. Il a annoncé qu’il consacrerait deux jours de son précieux temps pour régler un problème où les autres ont échoué depuis 60 ans. Ne laissant guère de doute sur sa partialité, M. Sarkozy a d’abord reçu à l’Élysée la ministre israélienne des Affaires étrangères, Tzipi Livni, et le leader sunnite saoudo-libanais Saad Hariri, et s’est entretenu par téléphone avec le président égyptien Hosni Moubarak, le président fantoche de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, et le
    Premier ministre israélien Ehud Olmert.

    Cet article a été publié en arabe par "New Orient News. Il n’a pas pu être diffusé sur le Réseau Voltaire, saboté depuis plusieurs semaines.
    [1] La densité de population était estimée par l’ONU en 2005 à 3 823 ha/km2. Elle aurait augmenté depuis de 12 à 16 pour mille.

    [2] « Disinformation, secrecy and lies : How the Gaza offensive
    came about », par Barak Ravid, Haaretz du 31 décembre 2008.
    Thierry Meyssan: analyste politique, fondateur du Réseau Voltaire. Dernier ouvrage paru : L’Effroyable imposture 2 (le remodelage du Proche-Orient et la guerre
    israélienne contre le Liban).

    Thierry Meyssan est un collaborateur régulier de Mondialisation.ca. Articles de Thierry Meyssan publiés par Mondialisation.ca
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8816
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: Proche Moyen-Orient

    Message par bye le Jeu 8 Jan - 18:01

    Israël / Bande de Gaza : Les politiciens mentent, les civils
    meurent.

    http://www.republique-des-lettres.fr/10620-israel-gaza.php

    Nous nous sommes tellement habitués au carnage au Moyen-Orient que nous ne réagissons même plus, sauf lorsqu'il y a offense à Israël. Combien y-a-t-il de civils morts à Gaza ? ce n'est pas très clair, mais la réponse de l'administration Bush réaffirme aux Arabes ce qu'ils savent déjà depuis longtemps: alors qu'ils luttent contre leur ennemi, l'Occident prendra toujours le parti d'Israël en dépit même de ses crimes car comme d'habitude le bain de sang est de la faute des Arabes qui, comme on sait, ne comprennent bien que le langage de la force.
    Et toujours M. Bush (père) ou M. Clinton ou M. Bush Jr. ou M. Blair ou M. Brown demandent aux deux côtés d'exercer de "la retenue", comme si Palestiniens et Israéliens avaient chacun des F-18, des colonnes de chars d'assaut et des régiments d'artillerie. Les roquettes artisanales du Hamas ont tué vingt Israéliens en huit ans, mais les bombardements de l'aviation israélienne tuent
    300 Palestiniens en une seule journée: c'est du pareil au même. Les massacres sanguinaires à grande échelle opérés par Israël relèvent désormais de la routine. Il est inutile d'en parler.

    Oui, le Hamas a provoqué la colère 'Israël, de même qu'Israël a provoqué la colère du Hamas, qui a été provoquée par Israël, qui a été provoqué par le Hamas, qui... etc. Le Hamas tire des roquettes sur Israël, Israël bombarde le Hamas, le Hamas tire plus de roquettes, Israël bombarde à nouveau,... Pigé ? L'Occident réclame la sécurité pour Israël, bien, mais quid du massacre massif et complètement disproportionné d'Israël ? Madeleine Albright a déclaré un jour qu'Israël était "assiégé", comme si "l'armée palestinienne" était dans les rues de Tel-Aviv.

    Cette semaine, le taux de change s'est élevé à 296 Palestiniens morts pour un Israélien mort.
    En 2006, on avait dix morts libanais pour un mort israélien. Ce week-end a connu le taux de change le plus inflationniste depuis la Guerre du Kippour de 1973 ?
    La guerre de Six jours de 1967 ? La Crise du Canal de Suez de 1956 ? La guerre de l'Indépendence de 1948 ? C'est obscène mais c'est un "jeu" qu'Ehud Barak, le Ministre de la Défense israélien, admet inconsciemment à la télévision: "Notre intention est de complètement changer les règles du jeu", dit-il. Sauf que les
    "règles du jeu" ne changent jamais. C'est un énième dérapage sur les échanges arabo-israéliens, un nouveau glissement de pourcentage encore plus impressionnant que le crash de Wall Street mais comme d'habitude sans intérêt pour les Etats-Unis qui, rappelons-le, livrent les F-18 et les missiles Hellfire (feux de l'enfer) qu'ils demandent à Israël d'utiliser "avec modération" à chaque conflit.

    La plupart des morts de la semaine seraient dit-on des membres du Hamas, mais qu'est-ce que cela est censé résoudre ? Est- ce que l'on imagine sérieusement entendre le Hamas dire: "Oh la-la, ce bombardement aérien est très impressionnant et nous allons reconnaître l'Etat Juif, déposer les armes, prier pour que nous soyons fait prisonniers et supporter un nouveau "processus de paix" Israélo-américain au Proche-Orient !" Est-ce vraiment cela
    que les Etats-unis et Israël attendent du Hamas ? Souvenons-nous du cynisme du Hamas, le cynisme de tous les groupes Islamistes armés. Leur besoin de martyrs
    musulmans leur est aussi essentiel que Israël a besoin de le créer. La leçon qu'Israël croit enseigner -- allez en enfer ou nous vous écraserons -- n'est pas la leçon que le Hamas apprend. Le Hamas a besoin de la violence pour mettre l'accent sur l'oppression des Palestiniens et il compte sur Israël pour lui fournir cette violence. Quelques roquettes artisanales tombent sans faire de victimes sur Israël et Israël répond comme d'habitude par un bain de sang.
    Pas un gémissement de Tony Blair, l'envoyé pour la paix au Moyen-Orient, qui n'est jamais allé à Gaza au titre de cette fonction. Pas un mot. Nous n'entendons que la propagande israélienne ordinaire emplir les médias occidentaux. Le Général Yaakov Amidror, ex-chef de la de la division d'évaluation et recherche de l'armée israélienne, déclare "qu'aucun pays dans le monde ne permettrait à ses citoyens d'être pris pour cible d'attaques de roquettes sans prendre des mesures fortes pour les défendre". Bien. Mais quand
    l'IRA tirait des mortiers sur la frontière en Irlande du Nord, quand leurs militants franchissaient cette dernière pour attaquer des postes de police anglais, la Grande-Bretagne a-t-elle envoyé la RAF bombarder l'Irlande ? La RAF a-t-elle bombardé les églises, les centrales électriques et les bâtiments administratifs ? A-t-elle tué 300 irlandais en une nuit pour faire la leçon à l'IRA ? Non, elle ne l'a pas fait. Par ce que le monde aurait perçu cela comme un comportement criminel. Le Royaume-Uni ne s'est pas abaissé au niveau de l'IRA.
    Oui, Israël a droit à la sécurité. Mais les bains de sang dans
    lesquels il se vautre régulièrement sont le meilleur moyen pour ne jamais être en sécurité. Depuis 1948 les raids aériens n'ont jamais protégés Israël. Le Liban a été victime de milliers de bombardements israéliens depuis 1975 et les soi-disant "terroristes" islamistes n'ont jamais été éliminés, au contraire.
    Alors à quoi rime ce nouveau massacre d'Israël dans la Bande de Gaza, que l'on menace en plus maintenant d'une offensive terrestre ? Le Hamas se prépare à la bataille et les politiciens des pays occidentaux s'accroupissent dans leurs trous de trouille. Quelque part en Orient -- dans une grotte ? Dans un sous-sol
    ? Sur un flanc de montagne ? -- un homme célèbre avec un turban
    sourit.Copyright © Robert Fisk / La République des Lettres, vendredi 02 janvier 2009
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8816
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: Proche Moyen-Orient

    Message par bye le Jeu 8 Jan - 18:08

    Dailymotion - Témoignage de Radjaa Abou Dagaa, une vidéo de FRANCE_24.
    france, 24, gaza, bande, journaliste


    [img][/img]
    [img][/img]
    [img][/img]
    [img][/img]
    https://www.dailymotion.com/mychannel/gerardv/video/x7ys3d_tmoignage-de-radjaa-abou-dagaa_news?from=rss
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8816
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: Proche Moyen-Orient

    Message par bye le Ven 9 Jan - 7:43

    PaS DE CRIMES EN NOTRE NOM ! (Gaza)


    [img][/img]
    [img][/img]
    [img][/img]
    [img][/img]
    Un lien vers cette pétition? sites web, forums et blogs:
    http://www.lapetition.com/sign1.cfm?numero=50

    Recent Visitors
    Top Lyon Blogs
    Click to get FEEDJIT

    PAS DE CRIMES EN NOTRE NOM !

    date d'inscription 08/01/2009
    date de clôture 06/08/09



    BULLETIN
    D'INFORMATION
    SUR LA PETITION
    Pas d'actualité à ce jour.



    AUTEURS
    COLLECTIF
    PAS DE CRIMES EN NOTRE NOM


    Autres auteurs :

    Daniel Lévyne, enseignant ROUEN
    Michèle Sibony, enseignante PARIS
    Pierre Stambul, formateur IUFM MARSEILLE
    Stéphane Hessel, Ambassadeur de France PARIS
    Georges Gumpel, retraité LYON


    TITRE DE LA PETITION
    PAS DE CRIMES EN NOTRE NOM !


    TEXTE
    Nous sommes des juifs de France provenant de divers horizons avec des
    opinions, des pratiques , des engagements culturels, politiques,
    philosophiques ou religieux non moins divers, mais , justement parce que
    juifs et en raison de ces engagements, ensemble :

    1) Nous sommes indignés qu'un Etat qui se dit juif avec une armée
    suréquipée d'engins de mort sophistiqués assiège, prive de tout moyen de
    vivre,
    terrorise, bombarde, massacre toute une population auparavant déshumanisée
    car préalablement désignée comme « entité hostile ». Inévitablement,
    nous pensons aux heures tragiques que certains de nous, de nos parents ou
    grands parents ont vécues il y a plus de soixante ans.

    2) Nous refusons qu'en notre nom le CRIF ou quiconque soutienne cette
    politique en osant déclarer qu'elle se fait pour nous. Les responsables
    israéliens se rendent clairement coupables de crimes de guerre et de crimes
    contre l'humanité, ces crimes étant déguisés en macabre parodie d' «
    auto-défense ».

    3) Nous pensons que cette politique loin de « protéger les juifs » risque
    fort de provoquer la résurgence de l'antisémitisme et des replis
    communautaires juif et arabe en France.

    4) Nous exigeons donc l'arrêt immédiat de l'intervention israélienne à
    Gaza, la fin du blocus et une négociation avec le Hamas et toutes les
    autres
    instances palestiniennes sur la base des résolutions de l'ONU et de la
    légalité internationale pour qu'une paix juste s'instaure enfin au
    Proche-Orient
    où chaque habitant, quelle que soit son origine ou sa religion puisse jouir
    d'une pleine égalité de droit.
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8816
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: Proche Moyen-Orient

    Message par bye le Ven 9 Jan - 15:11

    PROCHE ORIENT : LES 11 REGLES DU JOURNALISME (Bernard
    Langlois)

    http://www.pag69.org/article.php3?id_article=434Voici
    ces règles que tout le monde doit avoir à l´esprit lorsqu´il regarde le JT le soir, ou quand il lit son journal le matin. Tout deviendra simple.

    Règle numéro 1 : Au Proche Orient, ce sont toujours les arabes qui attaquent les
    premiers et c´est toujours Israël qui se défend. Cela s´appelle des représailles.
    Règle numéro 2 : Les Arabes, Palestiniens ou Libanais, n´ont pas le droit de tuer des civils de l´autre camp. Cela s´appelle du
    terrorisme.
    Règle numéro 3 : Israël a le droit de tuer les civils arabes.
    Cela s´appelle de la légitime défense.
    Règle numéro 4 : Quand Israël tue trop de civils, les puissances occidentales l´appellent à la retenue. Cela s´appelle la réaction de la communauté internationale.
    Règle numéro 5 :
    Les Palestiniens et les Libanais n´ont pas le droit de capturer des militaires israéliens, même si leur nombre est très limité et ne dépasse pas
    trois soldats.
    Règle numéro 6 : Les Israéliens ont le droit d´enlever autant de Palestiniens qu´ils le souhaitent (environ 10.000 prisonniers à ce jours
    dont près de 300 enfants). Il n´y a aucune limite et ils n´ont besoin d´apporter aucune preuve
    de la culpabilité des personnes enlevées. Il suffit
    juste de dire le mot magique "terroristes".
    Règle numéro 7 : Quand vous dites "Hezbollah", il faut toujours rajouter l´expression « soutenu par la
    Syrie et l´Iran ».
    Règle numéro 8 : Quand vous dites "Israël", Il ne faut surtout pas rajouter après : « soutenu par les Etats-Unis, la France et l´Europe », car on pourrait
    croire qu´il s´agit d´un conflit déséquilibré.
    Règle numéro 9 : Ne jamais parler de "Territoires occupés ", ni de résolutions de l´ONU, ni de violations du droit international, ni des conventions de Genève. Cela risque de perturber le téléspectateur et l´auditeur de France Info.
    Règle numéro 10 : Les Israéliens parlent mieux
    le français que les Arabes.
    C´est ce qui explique qu´on leur donne, ainsi
    qu´à leurs partisans, aussi souvent que possible la parole. Ainsi, ils peuvent nous expliquer les règles
    précédentes (de 1 à 9). Cela s´appelle la neutralité journalistique.
    Règle numéro 11 : Si vous n´êtes pas d´accord avec ces règles ou si vous trouvez qu´elles favorisent une partie dans le conflit contre une autre, c´est que vous êtes un dangereux antisémite.

    Cet article est paru dans Politis ( Bloc-notes de Bernard Langlois).
    http://www.pag69.org/article.php3?id_article=434


    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8816
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: Proche Moyen-Orient

    Message par bye le Ven 9 Jan - 15:19

    Ce que l’Occident ne veut pas admettre
    Posted janvier 6th, 2009 by admin

    Appel aux
    intellectuels du monde entier


    http://mustapha-cherif.net/?p=69

    Par
    Mustapha Cherif

    Dans un contexte de grave crise mondiale, morale,
    politique et économique, comme dans les années trente avec le fascisme, le
    sionisme idéologie raciste favorise le nettoyage ethnique, l’occupation
    coloniale et les massacres. Plus encore, elle met en danger toute la planète en
    inventant un nouvel ennemi, en menant la guerre contre l’islam, civilisation de
    la ligne médiane, qui a orienté vers le vrai et fait ses preuves, notamment en
    ayant participé à l’Occident d’hier, et aujourd’hui témoin abrahamique, figure
    du résistant, du droit à la différence, face au règne du culte du « veau d’or
    », des idolâtries et dérives de notre temps qui portent atteintes à la nature
    humaine et à la nature elle même. Les sionistes pratiquent l’amalgame,
    fabriquent et nourrissent les extrémismes, en vue de répandre la peur. Pour
    paralyser toute forme de protestations, ils exploitent à outrance le souvenir
    de l’immonde, l’holocauste, et la mauvaise conscience occidentale, en se mettant
    au dessus de toutes les lois. Ainsi, même si des centaines, voire des milliers
    de Palestiniens sont tués par les sionistes, on risque de ne pas voir une
    mobilisation massive de l’opinion publique occidentale contre les crimes de
    guerre des sionistes. Il est impérieux d’expliquer le fond de la question, de
    contrecarrer les mensonges et de déconstruire les schémas mystificateurs.
    L’émotion ne résoudra rien. Seul les faits historiques et les arguments
    irréfutables de la juste cause palestienne peuvent changer les rapports de force
    et démasquer les cyniques. Il s’agit en même temps d’exiger l’égalité entre
    Palestiniens et Israéliens, d’autant qu’ils existent des juifs, des chrétiens,
    et des êtres humains honnêtes de par le monde qui savent que le sionisme c’est
    l’anti-judaïsme et l’antihumanisme. Expliquer de façon réfléchi, fondé sur la
    communication, le savoir et la vigilance afin d’élargir les forces attachées à
    la justice est le chemin pour amener la communauté internationale à refuser
    enfin : que l’on dépossède un peuple de sa terre, qu’on le déshumanise en lui
    infligeant des traitements barbares et que l’on impose un monde de
    non-droit.

    Droit ou loi de la jungle ?

    Est t-il donc possible
    d’exprimer une opinion différente de celle qui domine en Occident au sujet de la
    situation génocidaire en Palestine? Apparemment, cela parait quasi impossible.
    Les données sont tellement manipulées que même des personnes de bonne foi sont
    trompées. Tout le monde n’est pas dupe, et les manifestations internationales
    sont encourageantes ; mais les discours officiels et médiatiques deviennent des
    armes d’enfermement. Ils empêchent la critique. Le système occidental, malgré la
    diversité de parole, impose pour certaines questions une seule manière de voir.
    J’appelle à nous interroger sur ce que l’Occident refuse d’admettre. A Gaza ce
    n’est pas une guerre comme les autres, ni une agression banale ; mais à trait à
    l’avenir du monde. Le droit régira t-il les relations internationales ou la loi
    de la jungle ?

    Tout être objectif ne peut qu’être stupéfait des réactions
    des autorités en Occident, qui prétendent que cette agression est « défensive »,
    et, dans le meilleur des cas, mettent sur le même plan les parties en présence,
    en occultant l’injustice dont souffre le peuple palestinien depuis 60 ans. Qui
    reconnaitra qu’il y a des oppresseurs et des opprimés, des colonisateurs et des
    colonisés, des agresseurs et des agressés ? Tout appel à la paix qui ne
    s’accompagne pas d’un discernement et d’une dénonciation de l’injustice ne peut
    être entendu. Le mythe grossier d’un encerclement d’Israël ne peut plus tenir.
    Après des années de tergiversation, car le monde arabe est innocent des crimes
    commis durant la deuxième guerre mondiale à l’égard des juifs; en 1979 l’Egypte
    a signé un accord de paix. Suivi en 1996 par la Jordanie. Depuis 1991 lors de la
    Conférence internationale de Madrid la volonté de paix des arabes basée sur le
    recouvrement des territoires occupés depuis juin 1967 était évidente. En 1993
    les autorités palestiniennes ont acceptés le processus de paix, sans garantie
    d’édifier leur Etat. Depuis ils survivent dans une prison à ciel ouvert,
    bantoustans qui forment à peine 8 % des territoires qui leur reviennent selon le
    partage de 1948. En 2002, à l’unanimité, les 22 pays arabes soumettent une
    solution diplomatique de normalisation, qui est confirmée à chaque sommet. A
    tout cela les USA et Israël ont toujours préférés le langage de la force, le
    viol des 60 résolutions des Nations Unies à ce sujet et la diabolisation des
    musulmans.
    Un problème de colonisation !
    Cette tragique injustice s’est
    aggravée. A force d’exploitation des crimes commis par des groupes
    politico-religieux manipulés, poussés au désespoir et apparentés à l’islam,
    l’Occident, depuis la chute du mur de Berlin en 1989 et plus encore après le «
    11 septembre 2001», s’est inventé un nouvel ennemi, et pratique l’amalgame, pour
    faire diversion aux impasses politiques. Contrairement à ce qui est colporté,
    l’immense majorité des musulmans, de par le monde, rejette l’instrumentalisation
    de la religion et l’islamisme qui sont l’anti-islam. De plus, en Palestine c’est
    un problème de colonisation. Face à la brutalité de la répression, l’attentisme
    de la plupart des élites, et des autorités morales et religieuses, en Occident,
    sont inadmissibles. Le Pape lui-même n’intervient pas, alors que trois jours
    avant à l’occasion de Noel, il appelait à la paix au Moyen Orient. La peur et
    la propagande rendent-elles à ce point muet, aveugle et sourd et partant
    complice? Les islamophobes ne mettent l’accent que sur la violence épisodique
    des faibles et non celle à grande échelle et permanente des puissants. Pire,
    toute critique des crimes de guerre d’Israël est assimilé à de l’antisémitisme.
    Terrorisme d’un puissant régime doté d’armes de destructions massives, Etat pas
    comme les autres, aux frontières inconnues, qui agit dans l’impunité, contre une
    résistance légitime, lorsqu’elle défend le droit à la vie libre et vise des
    forces armées d’occupation. En sachant que, au lieu de construire une société
    fondée sur la responsabilisation des citoyens, le savoir et la connaissance, les
    régimes arabes perfides et illégitimes, sont inertes, ou complices, que faire?
    Il s’agit de dénoncer sans relâche la barbarie, que le monde occidental laisse
    faire, sans oublier que des non-musulmans de tous pays sont solidaires des
    palestiniens. La cause Palestinienne n’est pas que l’affaire des arabes et des
    musulmans, bien au contraire. En temps d’accalmie, comme de guerre, il y a lieu
    d’expliquer tous les faits. Dans ce cadre, il sera possible d’exiger des
    sanctions internationales contre Israël et la traduction des responsables
    israéliens devant une cour de justice internationale. Plus encore qu’il il y a
    trois ans, suite à l’agression contre le peuple libanais, tout non-musulman doit
    comprendre pourquoi ce carnage est révoltant. L’actuelle guerre totale, air,
    terre, mer, d’une puissance militaire fascisante, avec plus de 600 tués
    palestiniens et plus de trois mille blessés, démontre que nous sommes dans un
    début de “solution finale” pour liquider le peuple palestinien, et partant de la
    notion de liberté dans le monde. “On n’arrêtera que quand nous aurons fini le
    travail” répètent les chefs de la soldatesque sioniste. Après un long blocus,
    c’est la continuation du Mur de l’apartheid en Cisjordanie, des exécutions
    extrajudiciaires, des crimes de Chabra et Chatilla, de Jenine, de Naplouse…
    Mener des représailles féroces, préméditée et préparée de longue date contre des
    opérations dérisoires de très faibles amplitudes comme le lancement de
    roquettes, par des actions de guerre totale et de destruction massive prouve que
    ce qui compte ce n’est pas le prétexte mais un projet de domination. Les pays
    européens ferment les yeux, et demandent aux victimes, dépossédées de leur
    terre, coupées du monde et réduites à des conditions inhumaines, de reconnaître
    leur bourreau. Cette politique inique est vouée à l’échec. A Gaza, les
    palestiniens unis résistent et se battent. Les soutenir c’est défendre la
    dignité humaine et notre propre devenir.

    Quelle folie que cette guerre
    perpétrée par Israël, alors que par le passé les juifs se refugiaient en terre
    d’islam pour fuir les persécutions européennes. Comment des sionistes
    peuvent-ils croirent que c’est en semant la mort et la haine et en maintenant un
    autre peuple sémite sous un déluge de feu qu’ils obtiendront la paix et la
    sécurité? Le sioniste ne semble pouvoir vivre que dans le bellicisme. Ce sont
    les prophètes bibliques qui sont trahis, c’est le judaïsme qui est trahi. Tout
    comme le Prophète est trahi à chaque fois qu’un « islamiste » tue un innocent.
    Même si son idéologie peut être contestable, la diversité est une richesse, le
    problème n’est pas « Hamas », mouvement de résistance, choisit démocratiquement
    par les palestiniens, qui n’a jamais commis d’attentats en dehors du territoire
    de l’occupant. Rien ne fera plier la volonté de liberté des palestiniens. Un
    million de résistants, renaitront des cendres de Gaza. Sans justice il ne
    saurait y avoir de paix. L’amnésie de l’histoire et l’impunité détruisent
    l’image de l’Occident moderne et creusent la tombe de l’actuel « ordre mondial
    ». Que les êtres épris de justice assument leur responsabilité. Sinon plus rien
    n’aura de valeur. Quel est le refoulé de cette guerre que l’Occident ne veut pas
    voir? Qui a pris le monde en otage ? Avant que l’humanité ne sombre, dites le
    nous, nous qui croyons encore aux vertus de la raison, aux bienfaits du dialogue
    vigilant et au vivre ensemble.





    Mustapha Cherif, Docteur
    d'Etat ès Lettres en philosophie, coordinateur du Forum des Intellectuels
    Algériens. Une des figures de proue de la nouvelle génération d'intellectuels
    soucieux d'allier authenticité et progrès. Professeur à l’Université d’Alger.
    Professeur à l’Institut d’Etudes Diplomatiques et de Relations Internationales,
    Alger. Recteur et fondateur de l’Université de la Formation Continue; Professeur
    invité au Collège de France, Paris (2004). Ancien ministre de l'Enseignement
    supérieur, et Ambassadeur d'Algérie au Caire. Auteur de nombreux ouvrages, voir
    bibliographie.

    Voir aussi :
    http://mustapha-cherif.blogspot.com/2006/09/message-de-bienvenu-et-mot-sur-lauteur.html


    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8816
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: Proche Moyen-Orient

    Message par bye le Ven 9 Jan - 15:21

    Offensive israélienne sur Gaza : une mise en perspective
    http://contretemps.eu/interventions/offensive-israelienne-contre-gaza%C2%A0-mise-en-perspective
    Julien Salingue - 6 janvier 2009





    L’offensive israélienne contre Gaza, loin d’être un « coup de sang » causé par un trop grand nombre de
    tirs de roquettes sur le Sud d’Israël, est une action d’ampleur, préparée de longue date, avec des objectifs politiques et militaires précis. Tout a été envisagé pour que cette opération ne se solde pas par un échec tel que celui de la guerre contre le Liban à l’été 2006. Cette offensive doit être comprise comme une nouvelle étape dans l’intense combat que livre l’Etat d’Israël depuis des décennies contre les droits nationaux du peuple palestinien. C’est ce que je me propose de faire ici, en tentant de mettre en perspective l’opération en cours et d’indiquer pourquoi elle est non seulement la tragique illustration des impasses du projet sioniste, mais aussi de celles de la construction du pseudo-appareil d’Etat nommé « Autorité Palestinienne ».

    Retour aux sources : le sionisme contre le partage
    Un rapide retour aux sources permet d’ordonner l’apparent
    chaos qui règne actuellement dans l’ancienne Palestine mandataire. L’instabilité permanente dans cette région résulte en effet, en dernière analyse, de l’indépassable contradiction entre le projet sioniste d’établir un Etat juif en Palestine et la présence sur cette terre d’un peuple autochtone refusant d’abandonner ses droits nationaux. De la grande révolte arabe de 1936, provoquée
    par l’accélération de la colonisation juive, à l’offensive en cours contre Gaza, en passant par la Grande Expulsion de 1947-49 et les prétendus Accords de Paix de 1993-94, c’est cette contradiction essentielle qui demeure le moteur du conflit.


    Le projet des dirigeants sionistes n’a jamais été de partager la terre de Palestine. De David Ben Gourion, père fondateur de l’Etat
    d’Israël (« L’acceptation de la partition ne nous engage pas à renoncer à la Cisjordanie. On ne demande pas à quelqu’un de renoncer à sa vision. Nous accepterons un Etat dans les frontières fixées aujourd’hui ; mais les frontières des aspirations sionistes sont les affaires des Juifs et aucun facteur externe ne pourra les limiter ») à Ehud Olmert, actuel Premier Ministre (« Chaque colline de Samarie et chaque vallée de Judée est partie intégrante de notre
    patrie historique (…). Nous revendiquons avec fermeté le droit historique du peuple d’Israël à l’entièreté de la terre d’Israël »), la souveraineté israélienne sur l’ensemble de la Palestine du mandat britannique est demeurée l’objectif principal.


    Pour y parvenir le mouvement sioniste a eu (et a encore) besoin du soutien des grandes puissances. Mais ce soutien a un prix :
    l’Etat d’Israël doit avoir, au moins en apparence, les attributs d’une
    démocratie. Une seconde contradiction a donc rapidement fait son apparition, qui a résulté de la nécessité de préserver simultanément le caractère juif et le caractère démocratique de l’Etat. La solution envisagée par les dirigeants du mouvement sioniste, puis de l’Etat d’Israël, a été de s’assurer que les citoyens de l’Etat soient dans leur très grande majorité, sinon dans leur totalité, des
    Juifs. Ils ont donc dû trouver, avant même l’indépendance d’Israël en 1948, une solution au « problème » palestinien, sachant que la Palestine n’était pas une « terre sans peuple » et que l’immigration ne pourrait suffire à assurer la suprématie démographique juive.


    Du nettoyage ethnique à l’enfermement Entre 1947 et 1949, environ 800 000 Palestiniens, soit 80% de ceux qui résidaient à l’intérieur du territoire sur lequel Israël proclame son indépendance, sont expulsés et deviennent des réfugiés. Ce ne sont pas des victimes « collatérales » de la guerre de 1948, mais les victimes d’un plan d’expulsion minutieusement établi, le Plan Daleth, dont l’objectif était simple : le plus de terre et le moins d’Arabes possible sous juridiction israélienne. L’Etat juif est né du nettoyage ethnique, au terme duquel moins d’1/3 de la population s’est attribué 78% de la superficie de la Palestine du Mandat.

    La suite :http://contretemps.eu/interventions/offensive-israelienne-contre-gaza%C2%A0-mise-en-perspective
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8816
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: Proche Moyen-Orient

    Message par bye le Lun 12 Jan - 18:29

    Des médecins évoquent l'usage "d'un nouveau type d'arme" à Gaza


    [img][/img]
    [img][/img]
    [img][/img]
    [img][/img]
    Des médecins évoquent l'usage "d'un nouveau type d'arme" à Gaza


    LE MONDE | 12.01.09 | 08h50 • Mis à jour le 12.01.09 | 13h57

    Le bilan des morts de l'offensive israélienne à Gaza, entrée dans sa
    17e journée, a dépassé lundi le seuil des 900, a annoncé le chef des services d'urgence du territoire palestinien. Selon le docteur
    Mouawiya Hassanein, le bilan des tués a atteint 905 après la mort de 15 Palestiniens lundi matin. Parmi les morts, figurent 277 enfants, 95 femmes et 92 personnes âgées,a-t-il précisé. Plus de 3 950 Palestiniens ont en outre été blessés.Al-Arish (Egypte), envoyée spéciale
    Des blessés d'un type nouveau – adultes et enfants dont les jambes ne sont plus que des trognons brûlés et sanguinolents – ont été montrés ces derniers jours par les télévisions arabes émettant de Gaza. Dimanche 11 janvier, ce sont deux médecins norvégiens, seuls occidentaux présents dans l'hôpital de la ville, qui en ont témoigné.

    Les docteurs Mads Gilbert et Erik Fosse, qui interviennent dans la région depuis une vingtaine d'années avec l'organisation non gouvernementale (ONG) norvégienne Norwac, ont pu
    sortir du territoire la veille, avec quinze blessés graves, par la
    frontière avec l'Egypte. Non sans ultimes obstacles : "Il y a trois
    jours, notre convoi, pourtant mené par le Comité international de la
    Croix-Rouge, a dû rebrousser chemin avant d'arriver à Khan Younès, où des chars ont tiré pour nous stopper", ont-ils dit aux journalistes présents à Al-Arish.
    Deux jours plus tard, le convoi est passé, mais les médecins, et
    l'ambassadeur de Norvège venu les accueillir, furent bloqués toute la nuit "pour des raisons bureaucratiques" à l'intérieur du
    terminal frontalier égyptien de Rafah, entrouvert pour des missions
    sanitaires seulement. Cette nuit-là, des vitres et un plafond du
    terminal furent cassés par le souffle d'une des bombes lâchées à
    proximité.
    "A 2 MÈTRES, LE CORPS EST COUPÉ EN DEUX; À 8 MÈTRES, LES JAMBES SONT COUPÉES, BRÛLÉES"

    "A l'hôpital Al-Chifa, de Gaza, nous n'avons pas vu de brûlures
    au phosphore, ni de blessés par bombes à sous-munitions. Mais nous avons vu des victimes de ce que nous avons toutes les raisons de penser être le nouveau type d'armes, expérimenté par les militaires américains, connu sous l'acronyme DIME – pour Dense Inert Metal Explosive", ont déclaré les médecins.
    Petites boules de carbone contenant un alliage de tungstène, cobalt, nickel ou fer, elles ont un énorme pouvoir d'explosion, mais qui se dissipe à 10 mètres. "A 2 mètres, le corps est coupé en deux; à 8 mètres, les jambes sont coupées, brûlées comme par des milliers de piqûres d'aiguilles. Nous n'avons pas vu les corps disséqués, mais nous avons vu beaucoup d'amputés. Il y a eu des cas semblables au Liban sud en 2006 et nous en avons vu à Gaza la même année, durant l'opération israélienne Pluie d'été. Des expériences sur des rats ont montré que ces particules qui restent dans le corps sont cancérigènes", ont-ils expliqué.
    Un médecin palestinien interrogé, dimanche, par Al-Jazira, a parlé de son impuissance dans ces cas : "Ils n'ont aucune trace de métal dans le corps, mais des hémorragies internes étranges. Une matière brûle leurs vaisseaux et provoque la mort, nous ne pouvons rien faire." Selon la première équipe de médecins arabes autorisée à entrer dans le territoire, arrivée vendredi par le sud à l'hôpital de Khan Younès, celui-ci a accueilli "des dizaines" de cas de ce type.
    Les médecins norvégiens, eux, se sont trouvés obligés, ont-ils dit,
    de témoigner de ce qu'ils ont vu, en l'absence à Gaza de tout autre
    représentant du "monde occidental" – médecin ou journaliste : "Se peut-il que cette guerre soit le laboratoire des fabricants de mort ? Se peut-il qu'au XXIe siècle on puisse enfermer 1,5 million de personnes et en faire tout ce qu'on veut en les appelant terroristes ?"
    Arrivés au quatrième jour de la guerre à l'hôpital Al-Chifa qu'ils
    ont connu avant et après le blocus, ils ont trouvé un bâtiment et de l'équipement "au bout du rouleau", un personnel déjà épuisé, des mourants partout. Le matériel qu'ils avaient préparé est resté bloqué au passage d'Erez.
    "Quand cinquante blessés arrivent d'un coup aux urgences, le meilleur hôpital d'Oslo serait à la peine, racontent-ils.
    Ici, les bombes pouvaient tomber dix par minutes. Des vitres de
    l'hôpital ont été soufflées par la destruction de la mosquée voisine.
    Lors de certaines alertes, le personnel doit se réfugier dans les
    corridors. Leur courage est incroyable. Ils peuvent dormir deux à
    trois heures par jour. La plupart ont des victimes parmi leurs proches, ils entendent à la radio interne la litanie des nouveaux lieux attaqués, parfois là où se trouve leur famille, mais doivent rester travailler…
    Le matin de notre départ, en arrivant aux urgences, j ai demandé
    comment s'était passé la nuit. Une infirmière a souri. Et puis a
    fondu en larmes."
    A ce moment de son récit, la voix du docteur Gilbert vacille. "Vous voyez, se reprend-il en souriant calmement, moi aussi…"
    Sophie Shihab

    Contenu sponsorisé

    Re: Proche Moyen-Orient

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Sam 17 Nov - 1:56