LIBRE DISCUSSION DANS LES COULISSES DE DEMAIN

Débattons en toute liberté, dans le respect de l’autre, sur tous les sujets qui composent notre société : politique, économie, environnement, religion, philosophie, paranormal, sciences, famille, santé, mode, sexualité, loisirs, sports, divertissements…

Derniers sujets

» Les droits de l’homme pour tous !
par bye Hier à 13:05

» L’université ne peut être réservée aux riches
par bye Mer 12 Déc - 15:31

» À propos de la vidéo de Mantes-la-Jolie « Ne se mettre à genoux que pour cueillir une fleur » J. Prévert
par bye Lun 10 Déc - 12:07

» Les Gilets jaunes : sur le chemin de l’école ?
par bye Mar 4 Déc - 12:30

» DÉCISION D’AIRBNB DE QUITTER LES COLONIES ILLÉGALES D’ISRAËL : UNE VICTOIRE PARTIELLE POUR LES DROITS HUMAINS ET CONTRE L’IMPUNITÉ
par bye Mer 28 Nov - 20:18

» Le service national contre l’ennemi de l’intérieur
par bye Lun 26 Nov - 13:19

» SÉDENTARITÉ, POLLUTION, CLIMAT, SANTÉ… IL Y A URGENCE !
par bye Sam 24 Nov - 9:06

» c'est jaune c'est moche et ça peut vous pourrir la vie
par bye Sam 17 Nov - 10:17

» Maudite soit la guerre, le syndicalisme et la solidarité sont nos armes
par bye Mer 14 Nov - 15:29

» Rapatriement des Rohingya : vives inquiétudes et forte mobilisation des acteurs humanitaires
par bye Mar 13 Nov - 18:49

» Bien nommer les choses
par bye Lun 12 Nov - 12:22

» Situation migratoire en Méditerranée : quelles réponses européennes ?
par bye Mer 7 Nov - 19:41

» Les adultes oublient
par bye Lun 5 Nov - 9:30

» « Un buzz malveillant à des fins politiques et commerciales. » À propos du livre Inch’ Allah. L’islamisation à visage découvert. Par Véronique Decker.
par bye Jeu 1 Nov - 13:12

» LE DROIT D’ASILE EN EUROPE VICTIME DE LA POLITIQUE MIGRATOIRE
par bye Mer 31 Oct - 19:08

» Stop Autisme Virtuel L’autisme provoqué par les écrans, ça n’existe pas ! Halte aux théories infondées !
par bye Mar 9 Oct - 12:24

» Rapport des enquêteurs de l’ONU sur la Birmanie : crimes de masse, impunité et transition démocratique à l’arrêt
par bye Mar 2 Oct - 14:36

» Service national universel : surveiller et soumettre
par bye Mar 25 Sep - 10:57

» Un peu moins pauvre ?
par bye Mar 18 Sep - 11:21

» Clément Méric, ni oubli ni pardon
par bye Lun 10 Sep - 12:52

» Liberté de la presse en Birmanie : deux pas en avant, trois en arrière
par bye Mer 5 Sep - 8:49

» Rohingya : un an après... si peu d'avancées 
par bye Ven 24 Aoû - 18:59

» Le Festival de Douarnenez consacre deux journées à la Fédération de la Syrie du nord
par bye Mar 3 Juil - 14:19

» Pour une autre formation professionnelle
par bye Mer 27 Juin - 14:07

» Violences policières, violences d’Etat
par bye Mer 27 Juin - 13:56

» migration internationale
par bye Mar 26 Juin - 19:25

» Guyane : non à la Montagne d’or !
par bye Mar 12 Juin - 18:05

» Crime raciste en Calabre
par bye Ven 8 Juin - 12:17

» Les premiers chiffres de PARCOURSUP : une génération sacrifiée ?
par bye Lun 4 Juin - 17:42

» LES ONG DÉVOILENT LEUR PROJET DE LOI D’AVENIR POUR LES TRANSPORTS ET LA MOBILITÉ
par bye Mar 29 Mai - 18:01

» NE JAMAIS RECHERCHER D’ADHÉSION
par bye Mar 22 Mai - 14:38

» Kanaky, quand le peuple voulait s’éduquer lui-même...
par bye Lun 14 Mai - 10:04

» Anarchisme, éducation et pédagogie
par bye Lun 7 Mai - 13:15

» Cours libres - Debout ! Debout ! C’est maintenant que ça se passe...
par bye Dim 15 Avr - 9:08

» fascisme pas mort, hélas!
par bye Ven 6 Avr - 11:52

» Notre Dame des Landes ou l’art des grands projets inutiles
par bye Mar 3 Avr - 19:20

» MÉDECINS ET ASSOCIATIONS UNISSENT LEURS VOIX POUR RAPPELER L’URGENCE D’AGIR FACE À LA POLLUTION DE L’AIR
par bye Mer 28 Mar - 18:19

» BOMBARDEMENTS AU PROCHE ET MOYEN ORIENT : EXIGEONS LE RESPECT DU DROIT INTERNATIONAL PAR TOUS
par bye Jeu 22 Mar - 18:08

» Manifestation kurde anti-Erdogan à Bruxelles
par bye Mar 20 Mar - 7:23

» Les cigarettes électroniques, plus dangereuses que bénéfiques ?
par bye Mar 20 Mar - 7:13

» La métamatière et les créations
par Claude De Bortoli Jeu 15 Mar - 11:43

» Scandale sexuel : Oxfam présente ses excuses aux autorités haïtiennes
par bye Ven 9 Mar - 18:50

» SDF, il avait volé des sandwiches dans la poubelle d’Atac
par bye Ven 9 Mar - 18:40

» Malgré l’austérité, la France va dépenser 37 milliards pour son réarmement nucléaire
par bye Ven 9 Mar - 18:31

» La pauvreté s’installe...
par bye Mar 6 Mar - 10:58

» large victoire des grévistes d’HEMERA - HOLIDAY INN
par bye Ven 16 Fév - 10:40

» jeunes à la rue dans le grand froid : faire connaitre est déjà un combat
par bye Mer 14 Fév - 18:07

» National ou civique ou militaire : en arrière-plan du service obligatoire, la militarisation des élèves
par bye Lun 5 Fév - 13:03

» ARRIVÉES ET DEMANDES D'ASILE EN BAISSE EN 2017 EN EUROPE
par bye Mar 30 Jan - 18:29

» Les véritables enjeux des réformes éducatives de Jean-Michel Blanquer
par bye Mar 30 Jan - 15:00

» Contre la sélection à l’université : "On veut de l’inattendu !"
par bye Mar 23 Jan - 19:19

» Les policiers français ont abattu 18 personnes en 2017
par bye Ven 19 Jan - 7:43

» Acheter permis de conduire français
par Pipoinzaghi Mar 16 Jan - 16:02

» Journée internationale des droits de l’Homme : en Birmanie des espoirs déçus
par bye Sam 6 Jan - 7:52

» Tapis dans le bocage : la vérité sur les armes secrètes des "zadistes"
par bye Ven 29 Déc - 14:32

» Victoire du Secours populaire contre le maire F.N. d’Hayange
par bye Mer 20 Déc - 21:28

» Peut-on renvoyer les demandeurs d’asile vers des « pays tiers sûrs » ?
par bye Mar 19 Déc - 19:52

» Une montée des violences envers les migrants à travers l'Europe :
par bye Ven 15 Déc - 18:54

» Défendre et renforcer les CHSCT !
par bye Mar 5 Déc - 12:59

» Nuage de Ruthénium-106 sur l’Europe : que s’est-il réellement passé ?
par bye Mar 28 Nov - 12:35

» Dossier sur "l’affaire du stage de Sud éduc 93"
par bye Lun 27 Nov - 12:34

» Appel de Raymond Millot : Un projet émancipateur face aux dangers de l’anthropocène
par bye Mar 21 Nov - 12:54

» Les émissions de CO2 repartent à la hausse
par bye Ven 17 Nov - 17:05

» l’idéologie du consentement, outil d’émancipation ou d’isolement individuel ?
par bye Lun 13 Nov - 12:21

» Droit au logement opposable : le bilan chiffré 2008-2016
par bye Jeu 9 Nov - 20:02

» La rétention des « dublinés », dans l’attente d’un transfert, est contraire au règlement Dublin
par bye Lun 6 Nov - 18:33

» Face à la situation en Catalogne
par bye Mer 1 Nov - 11:33

» ACTUALITÉ SOCIÉTÉ ET POLITIQUE
par bye Sam 21 Oct - 10:37

» Offre de Prêt Entre Particulier Sérieux en 72H
par gramophone Ven 20 Oct - 9:32

» Offre de Prêt Entre Particulier Sérieux en 72H
par gramophone Ven 20 Oct - 9:32

» Offre de Prêt Entre Particulier Sérieux en 72H
par gramophone Ven 20 Oct - 9:31

» Offre de Prêt Entre Particulier Sérieux en 72H
par gramophone Ven 20 Oct - 9:31

» Bus de la honte : ne laissons pas l’avenir aux réactionnaires
par bye Sam 14 Oct - 12:44

» La métamatière et le peuple
par Claude De Bortoli Ven 6 Oct - 9:27

» Vers un retour du délit de solidarité ?
par bye Sam 30 Sep - 6:45

» Dossier : de l’École capitaliste à l’éducation émancipatrice
par bye Mer 13 Sep - 19:07

» Education : le « désastre » d’un enseignement tiré vers le bas...
par bye Lun 4 Sep - 12:13

» Offre de prêt entre particuliers rapide en 72h
par BastienL Dim 13 Aoû - 19:49

» Jean Gadrey, économiste : “Il faut remettre la réduction du temps de travail au cœur du débat public”
par bye Mar 8 Aoû - 19:04

» Le « chavo-madurisme » n’est rien moins qu’une dictature pure et simple
par bye Dim 6 Aoû - 18:52

» Gel des postes et du budget de l’éducation nationale : non, cette école ne nous convient pas !
par bye Mer 12 Juil - 13:56

» G 20 Hambourg
par bye Lun 10 Juil - 11:51

» Handicapée, je ne peux continuer à enseigner dans mon académie
par bye Mer 5 Juil - 6:21

» Pour une éducation populaire féministe
par bye Lun 12 Juin - 18:20

» La CNT a écrit aux Éditions Belin
par bye Mar 6 Juin - 10:20

» Blanquer ministre de l’Education nationale : au secours, Sarkozy revient !
par bye Jeu 25 Mai - 11:08

» L'accaparement des terres en Birmanie
par bye Mer 17 Mai - 18:42

» Un enseignant kurde témoigne...
par bye Lun 15 Mai - 17:50

» La métamatière et le Roi de la Terre
par De Bortoli Claude Mar 2 Mai - 9:52

» Au-delà des élections
par bye Mer 26 Avr - 17:26

» Les Etats-Unis ont utilisé leur plus puissante bombe non-nucléaire en Afghanistan, une première
par bye Dim 23 Avr - 18:35

» « Pourquoi nous sommes en grève de la faim dans les prisons d’Israël »
par bye Dim 23 Avr - 18:31

» « Enculé, ordure ! ». Philippe Poutou insulté par les flics
par bye Dim 23 Avr - 18:25

» La Sécurité sociale, une assistance ou un droit ?
par bye Dim 23 Avr - 18:22

LE SITE

Dans Les Coulisses de Demain

FORUMS & SITES AMIS

FORUM EST INSCRIT SUR


    LA PEINE DE MORT

    Partagez
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8824
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: LA PEINE DE MORT

    Message par bye le Mer 22 Sep - 11:27

    GEORGIE, N’EXECUTEZ PAS TROY ANTHONY DAVIS

    Le 24 août 2010, le recours extraordinaire de Troy Davis a été rejeté.

    Dans son rapport, le juge Moore a décidé que «M. Davis n'a pas réussi à prouver son innocence».
    Considéré comme coupable, puisque déjà condamné, c’était en effet à Troy Davis de démontrer son innocence, et non à l’accusation de prouver sa culpabilité au-delà de tout doute raisonnable.
    Le standard légal pour Troy Davis était donc presque inatteignable.

    Seul point positif, le juge Moore a également jugé qu’exécuter un innocent serait une violation de la Constitution, point qui doit par contre être confirmé par la Cour Suprême.

    Comme le reconnait ainsi le juge lui-même, le dossier de l’exécution est loin d’être «en béton».
    Comme l’ont constaté les délégués d’Amnesty présents lors des audiences, celles-ci n’ont fait que confirmer les innombrables doutes pesant sur la culpabilité.
    Pour Amnesty International, dans le cas de condamnations à mort, si des doutes subsistent, il est fondamental que ceux-ci profitent au condamné, et que celui-ci ne puisse pas être exécuté.

    Pourtant, la décision du juge ouvre la voie à la reprise de la procédure pouvant conduire à l'exécution de Troy Davis, malgré les doutes demeurant quant à sa culpabilité, au risque d’une erreur irréversible.

    Troy Davis peut encore faire appel, mais ses chances d'être un jour reconnu innocent sont maintenant très réduites.
    Une date d’exécution pourrait ainsi être fixée dans les semaines ou les mois à venir.
    Nous devons profiter du temps imparti pour demander dès maintenant aux autorités de Georgie de commuer la peine de mort de Troy Davis.

    Nous vous appelons à agir et à mobiliser votre entourage, en signant la pétition.

    http://www.amnesty.fr/index.php/amnesty/agir/campagnes/peine_de_mort/agir/n_executez_pas_troy_davis/non_a_l_execution_de_troy_davis


    Vous pouvez aussi continuer de participer à la pétition photo mosaïque : «Donnons un visage à la justice».

    http://www.amnesty.fr/index.php/amnesty/agir/campagnes/peine_de_mort/agir/donnez_un_visage_a_la_justice_pour_troy_davis


    Pour plus d’information, le "USA: Less than 'ironclad', less than safe: Federal court ruling may clear way for Georgia to set new execution date for Troy Davis" (en anglais)

    http://www.amnesty.org/en/library/info/AMR51/077/2010/en

    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8824
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: LA PEINE DE MORT

    Message par bye le Dim 21 Nov - 19:56

    Saadoun Shaker, condamné à mort par pendaison... Son épouse parle...
    Xavière Jardez | 5.11.2010

    jeudi 18 novembre 2010

    Saadoun Shaker, ancien ministre irakien de l’Intérieur (1979-1987), a été condamné à la peine capitale par la « Haute cour pénale » irakienne en même temps que Tarek Aziz et trois autres dirigeants baasistes. Siham Shaker, son épouse, est de passage à Paris pour raisons médicales. Elle a tenue une conférence de presse le 12 novembre à l’AGECA, sous l’égide des Amitiés franco-irakiennes et de l’Appel franco-arabe, avec Maître Jacques Vergès (photo). Xavière Jardez a rencontré Mme Shaker.

    Interview :

    Xavière Jardez : En 1991, votre mari avait pris sa retraite et n’était plus ni membre du Conseil de Commandement de la Révolution (CCR), ni membre du gouvernement. Dans ce cas-là, quelles accusations a-t-on pu porter contre lui ?

    Siham Shaker : Mon mari a été ministre de l’Intérieur de 1980 à 1987. En 1990, il n’exerçait plus aucune fonction. L’accusation qui a été retenue contre lui est celle de la répression des partis religieux. Or, la sécurité était de la compétence du Président Saddam Hussein et non du ministre de l’Intérieur qui n’avait sous sa tutelle que les forces de police et de la gendarmerie. En fait, c’est sa seule qualité de membre du Conseil de Commandement de la Révolution qui fonde les accusations. Le juge a dit qu’ « étant donné qu’il était membre du CCR, Saddam Hussein lui avait donné tous les pouvoirs ». Or, Saddam Hussein a depuis le début reconnu sa responsabilité personnelle pour toutes les importantes décisions de l’État. On assiste là à une peine collective qui n’a même pas été appliquée lors du procès de Nuremberg où chaque individu a été condamné pour les ordres qu’il avait donnés et exécutés. De toute manière, le tribunal qui a jugé mon mari et les autres n’est pas légal : il a été constitué par Bremer et sa constitution n’a même pas été ratifiée par les Irakiens.

    Tous les prisonniers irakiens sont des prisonniers de guerre qui tombent sous la juridiction des conventions internationales. Il n’est pas permis de les livrer à leurs ennemis, ceux qui sont actuellement au pouvoir en Irak. Les Américains sont responsables de ce qui leur arrive et de ce qui peut leur arriver dans les jours et mois à venir. C’est pour cela que nous sommes résolus à poursuivre le gouvernement américain et l’armée américaine en justice s’il arrive malheur à mon mari et à ses camarades.

    X.J : Est-il vrai que le droit pénal irakien exclut la condamnation à la peine capitale pour les personnes âgées de 70 ans et plus ?

    Siham Shaker : Oui, et voyez-vous, on s’est empressé d’exécuter Saddam Hussein avant qu’il n’ait 70 ans. Il avait 69 ans. Mon mari a maintenant 71 ans et Tarek Aziz plus de 70 ans aussi.

    X.J : Dans quelles conditions votre mari a-t-il été arrêté ?

    Siham Shaker : C’est une question un peu délicate car je ne peux citer de noms. Mais, des amis arabes ont discuté, en 2003, avec les Américains qui nous ont promis de transférer la famille en Jordanie et de ne retenir mon mari à Bagdad que quelques heures ou tout au plus quelques jours, le temps de le questionner. Ce qui n’a pas été respecté. A l’époque de la guerre, mon mari s’était retiré de la vie politique depuis 16 ans. Rien ne lui est reproché en tant que ministre de l’Intérieur. Sur les 160 personnes appartenant au parti religieux Dawa qui ont porté plainte, trois ont désigné l’ensemble des accusés. Personne ne l’a nommé personnellement.

    X.J : Comment sa défense a-t-elle été assurée ? A-t-il eu le choix de ses avocats ; ont-ils eu accès au dossier d’accusation ? Sur quelles preuves les accusations ont-elles été basées ?

    Siham Shaker : La famille a choisi un premier avocat qui a été assassiné. Le deuxième le fut aussi, et le troisième, Maître Badie, n’a jamais pu se rendre en Irak où il est interdit. Le Tribunal a nommé des avocats d’office qui appartiennent tous au parti Dawa. Il n’y a aucune preuve écrite dans le dossier, aucun dossier qui ait une relation quelconque avec l’interdiction des partis religieux.

    X.J : Quelles furent ses conditions de détention aux mains des Américains d’abord, au Camp Cropper puis ensuite quand il fut remis aux Irakiens ?

    Siham Shaker : J’ai pu rendre visite à mon mari, ainsi que mes enfants. Ses conditions de détention étaient certainement meilleures au Camp Cropper où il pouvait être examiné par un médecin alors qu’avec les Irakiens, il n’a pas de soins, de suivi médical ou de médicaments. Il en va de même des autres prisonniers et de Tarek Aziz qui ne peut ni marcher ni parler.

    (propos recueillis le 5 /11/10)

    Campagne de soutien aux Amitiés franco-irakiennes et à AFI-Flash Pour nous aider, merci de nous adresser vos chèque à l’ordre de : Amitiés franco-irakiennes - 7, rue de Sarzeau – 35700 Rennes

    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8824
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: LA PEINE DE MORT

    Message par bye le Sam 30 Avr - 8:11

    Etats-Unis: la condamnation à mort de Mumia Abu-Jamal va être réexaminée
    http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5gLzSOcVMAkCOWblnmp9tRVPQn1iQ?docId=CNG.2d49f66724f7f05ec2f49f75b49822ee.951
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8824
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: LA PEINE DE MORT

    Message par bye le Mer 14 Sep - 15:19

    N'exécutez pas Troy Davis : ULTIME APPEL

    Sur le site : Cette cyber @ction est signable en ligne
    En 1991, Troy Anthony Davis est condamné à mort pour le meurtre de Mark Allen MacPhail, policier abattu le 19 août 1989 à Savannah, État de Géorgie. Depuis le début de son inculpation Troy Davis a reconnu s’être trouvé sur les lieux au moment des faits, mais a nié être l’auteur du crime. Il n’y a aucune preuve matérielle à son encontre.


    Les éléments à charge reposaient entièrement sur les déclarations de témoins, dont sept sur neuf sont revenus, au cours des années, sur leur déposition. De procédure en procédure, son exécution a été reportée in extremis à 3 reprises. L’affaire Troy Davis souligne tous les obstacles judiciaires que les condamnés à mort doivent surmonter aux Etats-Unis pour obtenir gain de cause auprès des cours d’appel. Plusieurs centaines de milliers de citoyens dans le monde ont déjà appelé les autorités américaines à commuer la condamnation à mort de Troy Davis et à rouvrir un procès.

    Nous nous sommes joints à ces campagnes à 3 reprises
    http://www.cyberacteurs.org/archives/archive.php?id=354
    http://www.cyberacteurs.org/archives/archive.php?id=274
    http://www.cyberacteurs.org/archives/archive.php?id=224


    La date d’exécution est fixée au 21 septembre 2011.

    C’est maintenant, ultime recours, au Comité des grâces de Géorgie de décider si Troy Davis doit vivre ou mourir.
    http://www.pap.state.ga.us/opencms/opencms/

    Plus que jamais il faut continuer à faire pression pour que Troy Davis ne soit pas exécuté.


    Amicalement

    Alain Uguen


    COMMENT AGIR ?

    Sur le site : Cette cyber @ction est signable en ligne



    Par courrier électronique :
    C'EST FACILE : A VOUS DE SUIVRE LES 6 ETAPES SUIVANTES :
    1- Copiez LE TEXTE À ENVOYER ci-dessous entre les ############
    2- Ouvrez un nouveau message et collez le texte
    3- Signez le : prénom, nom, adresse, ville
    4- Rajouter l'objet de votre choix : Don't kill Troy Davis
    5- Adressez votre message aux adresses suivantes :

    cyberacteurs@wanadoo.fr
    Clemency_Information@pap.state.ga.us

    Cliquer ici :


    ou ici selon votre logiciel de messagerie


    Vérifiez que les 2 adresses apparaissent bien

    6- Envoyez le message


    Par cette action, vous ferez connaître votre opinion au Comité des Grâces de Géorgie et à Cyber @cteurs pour nous permettre d'évaluer l'impact de cette action.


    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8824
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: LA PEINE DE MORT

    Message par bye le Lun 3 Fév - 10:52

    Et Obama choisit la peine de mort…
    « Après avoir examiné les faits, les législations en vigueur et les éléments soumis par l’avocat de l’accusé, j’ai décidé que les Etats-Unis requerront la peine de mort dans cette affaire. La nature du comportement incriminé et le préjudice qui en a résulté exigent de requérir la peine capitale ». Signé Eric Hodler, le ministre états-unien de la Justice, Eric Holder. Donc, signé par Obama (Etats-Unis, Amérique du Nord, territoire Indien occupé).

    Petit retour en arrière. C’était le 15 avril 2013 à l’arrivée du marathon de Boston, l’explosion de deux bombes artisanales causant trois morts et 260 blessés, parmi lesquels plusieurs blessés graves. La traque s’était organisée, visant Djokhar Tsarnaev, un Tchétchène naturalisé Etats-Unien en 2012, accusé d’avoir organisé les attentats, avec son frère Tamerlan.

    Eric Holder s’affirme à titre personnel hostile à la peine de mort, mais grâce à un avantageux dédoublement de la personnalité, il a décidé de la requérir, au nom de l’Etat fédéral. Un vrai sacrifice pour ce gouvernement de la morale tribale. La réquisition de peine de mort contre Djokhar est justifiée du faut de la «trahison des Etats-Unis», pour «le choix du site» du marathon, un «événement emblématique» pour perpétrer un acte terroriste, ou encore «l’absence de remords».

    L’Etat du Massachusetts a aboli la peine capitale, mais elle demeure au niveau fédéral. Mais bien sûr, le Prix Nobel de la Paix est opposé à la peine de mort.

    Sacré rigolo… Eh à propos, Barack, si tu as cinq minutes de dispo, tu fermes Guantanamo, comme promis. Oki ?

    http://lesactualitesdudroit.20minutes-blogs.fr/archive/2014/01/31/et-obama-choisit-la-peine-de-mort-891164.html
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8824
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: LA PEINE DE MORT

    Message par bye le Sam 3 Mai - 10:13

    Peine de mort par injection aux Etats-Unis : non, ce n’était pas mieux avant !

    Washington, le vendredi 2 mai 2014 – Une fois encore, les Etats-Unis sont confrontés au récit de l’horrible agonie d’un condamné à mort. Les faits se sont déroulés mardi 29 avril en fin d’après-midi dans une prison de l’Oklahoma. Le condamné Clayton Lockett a d’abord reçu du midazolam, puis du bromure de vécuronium et du chlorure de potassium. L’homme n’a cependant pas sombré dans l’inconscience et a bientôt manifesté des signes de souffrance par des mouvements, une respiration très bruyante ou encore le bredouillement de mots incompréhensibles. Face à ces manifestations et constatant « l’échec de l’intraveineuse », le directeur des prisons de l’Oklahoma a ordonné la suspension de l’exécution quelques minutes après l’injection des trois produits. Mais 43 minutes après les avoir reçus, Clayton Lockett succombait.

    Des Etats obligés de s’approvisionner en dehors des réseaux légaux

    Depuis le récit de cette nouvelle exécution « ratée », les controverses reprennent sur la constitution des cocktails létaux par les états américains appliquant la peine de mort. Nous l’avons déjà évoqué à plusieurs reprises, depuis qu’en février 2011 l’unique laboratoire américain acceptant encore de fabriquer le thiopental sodique, utilisé jusqu'ici pour les injections létales, a mis fin à sa production, les difficultés d’approvisionnement des pénitenciers sont nombreuses. Face aux refus successifs des laboratoires européens de continuer à fournir les Etats-Unis en thiopental, ils doivent en effet fréquemment se tourner vers des officines privées et non réglementées par la FDA. Ces conditions opaques alimentent les soupçons et les discussions. Avant même l’exécution de Clayton Lockett les interrogations étaient ainsi nombreuses sur les produits qui seraient utilisés par l’Oklahoma et notamment sur leur provenance. Les conditions dans lesquels le condamné a expiré n’ont pu que renforcer ces controverses. « L’Etat doit dévoiler toutes les informations sur les médicaments, y compris leur degré de pureté, leur efficacité, leur origine et les résultats de tous les tests » a ainsi exhorté Madeline Cohen, avocate du second condamné qui devait être exécuté mardi dans l’Oklahoma et dont l’exécution a été suspendue in extremis à la suite de ce "ratage".

    Des « complications » depuis toujours

    Ces débats concernant la composition des cocktails létaux se focalisent sur l’idée que les produits utilisés aujourd’hui sont à l’origine de ces agonies spectaculaires. En réalité, la peine de mort par injection létale n’a jamais été une méthode permettant d’éviter systématiquement un châtiment « cruel et inhabituel », interdit par le huitième amendement de la constitution américaine. Déjà en 2008, des experts réunis par le New England Journal of Medecine à l’occasion d’une table ronde sur la peine de mort avaient rappelé les nombreux accidents survenus au cours des années précédentes. Le docteur Atul Gawande, professeur de chirurgie d’Harvard avait par ailleurs déclaré que le taux de « complication » était estimé entre 4 et 5 % tandis que l’anesthésiste David Waiser remarquait qu’il était très difficile de connaître exactement la part de complications et avait affirmé que selon lui elle était beaucoup plus élevée. Ce dernier expliquait notamment l’impossibilité d’avoir une perception exacte en raison de la difficulté représentée par la pose de la voie intraveineuse par des non professionnels de santé, à l’heure où la très grande majorité des médecins et des infirmières refuse de participer aux exécutions capitales. D’ailleurs, dans le cas de Clayton Lockett, il semble que ce soit plus sûrement la façon dont l’intraveineuse a été posée et donc l'extravasation du "cocktail" qui a posé problème et non pas d’abord l’efficacité des produits.

    Châtiments cruels et inhabituels

    Dès lors la concentration du débat sur la qualité des produits n’est qu’une nouvelle illustration de la schizophrénie (de l’hypocrisie ?) des Etats-Unis sur la peine de mort. Tout se passe en effet comme si pour beaucoup, le principal scandale était l’opacité des Etats quant à leurs modes d’approvisionnement. De même, une nouvelle fois, il apparaît que les Etats-Unis sont aux prises avec le caractère totalement paradoxal de ce huitième amendement de leur constitution interdisant les châtiments cruels et inhabituels. Passionnés par ce type de discussions, ils pourraient dans l’avenir se confronter à des débats du même type si certains Etats confirmaient leur velléité de recourir à des modes d’exécution abandonnés afin de contourner les difficultés actuelles posées par l’injection létale. La chaise électrique (qui pourrait être réintroduite dans l’arsenal des méthodes autorisées au Tennessee selon un récent projet de loi) est-elle un châtiment cruel et inhabituel ? Et qu’en est-il du peloton d’exécution (qui intéresse le Wyoming et le Missouri) ? Autant de questions qui éludent celle du bien fondé de la peine capitale. A moins que comme certains l’espèrent les turbulences actuelles entraînent plusieurs états sur la voie de l’abolition.


    Mais rien n’est moins sûr.

    Aurélie Haroche

    http://www.jim.fr/medecin/actualites/pro_societe/e-docs/peine_de_mort_par_injection_aux_etats_unis_non_ce_netait_pas_mieux_avant__145103/document_actu_pro.phtml
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8824
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: LA PEINE DE MORT

    Message par bye le Sam 7 Nov - 12:29

    Une nouvelle méthode d'injection en Californie
    Peine de mortLes exécutions pourraient reprendre dans un Etat où elles sont suspendues depuis 10 ans.

    Une nouvelle méthode d'injection létale proposée par les autorités carcérales de Californie pourrait relancer les exécutions dans cet Etat de l'ouest américain, où elles sont suspendues depuis presque dix ans en raison de joutes devant les tribunaux.

    Le département des Corrections et réhabilitations de Californie (CDCR) a proposé vendredi «un protocole à une seule substance comme méthode de peine capitale par injection létale».

    Quatre substances barbituriques sont possibles, l'une d'elle doit être sélectionnée et injectée par dose de 7,5 grammes.

    Douleurs excessives

    Jusqu'en 2006, année de la dernière exécution, un mélange de trois substances était utilisé. Le condamné Michael Angelo Morales avait réussi à suspendre son exécution en portant plainte, affirmant que la méthode d'exécution en vigueur était anticonstitutionnelle car elle l'exposait à un risque de douleurs excessives, à l'encontre du huitième amendement de la constitution américaine.

    La Californie compte actuellement 747 condamnés à mort.

    «La nouvelle réglementation proposée devrait promulguer des protocoles d'injection létale (...) comprenant des garde-fous pour s'assurer que les méthodes d'exécution respectent le huitième amendement», commente l'avis du CDCR vendredi.

    Le huitième amendement interdit au gouvernement fédéral d'imposer des peines «cruelles».

    Plaintes en cours

    Si elle était validée, la nouvelle méthode proposée pourrait relancer les exécutions en Californie mais «il est prématuré» de parler déjà d'une reprise des mises à mort, selon Terry Thornton, porte-parole des autorités carcérales interrogée par l'AFP.

    La proposition doit en effet faire l'objet d'appels à commentaires publics pendant 75 jours puis d'un débat public le 22 janvier. «Les agences de l'Etat ont un an environ pour promulguer les nouvelles lois», précise Terry Thornton.

    Il reste également de très nombreuses plaintes en cours ou obstacles légaux pour empêcher les exécutions capitales de reprendre.

    Système «dysfonctionnel»

    Il y a un an, un tribunal fédéral californien avait jugé que l'ensemble du système de peine de mort de l'Etat était «dysfonctionnel» et l'avait assimilé à de la «torture mentale», ce qui le rend «anticonstitutionnel».

    En 2014, l'exécution d'un condamné dans l'Oklahoma (sud), mort dans d'atroces souffrances après 40 minutes d'agonie à la suite d'une injection ratée, avait suscité un vif émoi et relancé le débat sur les méthodes d'exécution.

    Sur les 50 Etats américains, 31 disposent toujours de la peine capitale et 19 l'ont abolie.

    Vingt-cinq condamnés à mort ont été exécutés cette année aux Etats-Unis, dont la moitié au Texas. (afp/nxp)

    (Créé: 07.11.2015, 00h42)

    http://www.tdg.ch/monde/Une-nouvelle-methode-d-injection-en-Californie/story/26773916

    Contenu sponsorisé

    Re: LA PEINE DE MORT

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Mer 19 Déc - 18:35