LIBRE DISCUSSION DANS LES COULISSES DE DEMAIN

Débattons en toute liberté, dans le respect de l’autre, sur tous les sujets qui composent notre société : politique, économie, environnement, religion, philosophie, paranormal, sciences, famille, santé, mode, sexualité, loisirs, sports, divertissements…

Derniers sujets

» Le Festival de Douranenez consacre deux journées à la Fédération de la Syrie du nord
par bye Mar 3 Juil - 14:19

» Pour une autre formation professionnelle
par bye Mer 27 Juin - 14:07

» Violences policières, violences d’Etat
par bye Mer 27 Juin - 13:56

» migration internationale
par bye Mar 26 Juin - 19:25

» Guyane : non à la Montagne d’or !
par bye Mar 12 Juin - 18:05

» Crime raciste en Calabre
par bye Ven 8 Juin - 12:17

» Les premiers chiffres de PARCOURSUP : une génération sacrifiée ?
par bye Lun 4 Juin - 17:42

» LES ONG DÉVOILENT LEUR PROJET DE LOI D’AVENIR POUR LES TRANSPORTS ET LA MOBILITÉ
par bye Mar 29 Mai - 18:01

» NE JAMAIS RECHERCHER D’ADHÉSION
par bye Mar 22 Mai - 14:38

» Kanaky, quand le peuple voulait s’éduquer lui-même...
par bye Lun 14 Mai - 10:04

» Anarchisme, éducation et pédagogie
par bye Lun 7 Mai - 13:15

» Cours libres - Debout ! Debout ! C’est maintenant que ça se passe...
par bye Dim 15 Avr - 9:08

» fascisme pas mort, hélas!
par bye Ven 6 Avr - 11:52

» Notre Dame des Landes ou l’art des grands projets inutiles
par bye Mar 3 Avr - 19:20

» MÉDECINS ET ASSOCIATIONS UNISSENT LEURS VOIX POUR RAPPELER L’URGENCE D’AGIR FACE À LA POLLUTION DE L’AIR
par bye Mer 28 Mar - 18:19

» BOMBARDEMENTS AU PROCHE ET MOYEN ORIENT : EXIGEONS LE RESPECT DU DROIT INTERNATIONAL PAR TOUS
par bye Jeu 22 Mar - 18:08

» Manifestation kurde anti-Erdogan à Bruxelles
par bye Mar 20 Mar - 7:23

» Les cigarettes électroniques, plus dangereuses que bénéfiques ?
par bye Mar 20 Mar - 7:13

» La métamatière et les créations
par Claude De Bortoli Jeu 15 Mar - 11:43

» Scandale sexuel : Oxfam présente ses excuses aux autorités haïtiennes
par bye Ven 9 Mar - 18:50

» SDF, il avait volé des sandwiches dans la poubelle d’Atac
par bye Ven 9 Mar - 18:40

» Malgré l’austérité, la France va dépenser 37 milliards pour son réarmement nucléaire
par bye Ven 9 Mar - 18:31

» La pauvreté s’installe...
par bye Mar 6 Mar - 10:58

» large victoire des grévistes d’HEMERA - HOLIDAY INN
par bye Ven 16 Fév - 10:40

» jeunes à la rue dans le grand froid : faire connaitre est déjà un combat
par bye Mer 14 Fév - 18:07

» National ou civique ou militaire : en arrière-plan du service obligatoire, la militarisation des élèves
par bye Lun 5 Fév - 13:03

» ARRIVÉES ET DEMANDES D'ASILE EN BAISSE EN 2017 EN EUROPE
par bye Mar 30 Jan - 18:29

» Les véritables enjeux des réformes éducatives de Jean-Michel Blanquer
par bye Mar 30 Jan - 15:00

» Contre la sélection à l’université : "On veut de l’inattendu !"
par bye Mar 23 Jan - 19:19

» Les policiers français ont abattu 18 personnes en 2017
par bye Ven 19 Jan - 7:43

» Acheter permis de conduire français
par Pipoinzaghi Mar 16 Jan - 16:02

» Journée internationale des droits de l’Homme : en Birmanie des espoirs déçus
par bye Sam 6 Jan - 7:52

» Tapis dans le bocage : la vérité sur les armes secrètes des "zadistes"
par bye Ven 29 Déc - 14:32

» Victoire du Secours populaire contre le maire F.N. d’Hayange
par bye Mer 20 Déc - 21:28

» Peut-on renvoyer les demandeurs d’asile vers des « pays tiers sûrs » ?
par bye Mar 19 Déc - 19:52

» Une montée des violences envers les migrants à travers l'Europe :
par bye Ven 15 Déc - 18:54

» Défendre et renforcer les CHSCT !
par bye Mar 5 Déc - 12:59

» Nuage de Ruthénium-106 sur l’Europe : que s’est-il réellement passé ?
par bye Mar 28 Nov - 12:35

» Dossier sur "l’affaire du stage de Sud éduc 93"
par bye Lun 27 Nov - 12:34

» Appel de Raymond Millot : Un projet émancipateur face aux dangers de l’anthropocène
par bye Mar 21 Nov - 12:54

» Les émissions de CO2 repartent à la hausse
par bye Ven 17 Nov - 17:05

» l’idéologie du consentement, outil d’émancipation ou d’isolement individuel ?
par bye Lun 13 Nov - 12:21

» Droit au logement opposable : le bilan chiffré 2008-2016
par bye Jeu 9 Nov - 20:02

» La rétention des « dublinés », dans l’attente d’un transfert, est contraire au règlement Dublin
par bye Lun 6 Nov - 18:33

» Face à la situation en Catalogne
par bye Mer 1 Nov - 11:33

» ACTUALITÉ SOCIÉTÉ ET POLITIQUE
par bye Sam 21 Oct - 10:37

» Offre de Prêt Entre Particulier Sérieux en 72H
par gramophone Ven 20 Oct - 9:32

» Offre de Prêt Entre Particulier Sérieux en 72H
par gramophone Ven 20 Oct - 9:32

» Offre de Prêt Entre Particulier Sérieux en 72H
par gramophone Ven 20 Oct - 9:31

» Offre de Prêt Entre Particulier Sérieux en 72H
par gramophone Ven 20 Oct - 9:31

» Bus de la honte : ne laissons pas l’avenir aux réactionnaires
par bye Sam 14 Oct - 12:44

» La métamatière et le peuple
par Claude De Bortoli Ven 6 Oct - 9:27

» Vers un retour du délit de solidarité ?
par bye Sam 30 Sep - 6:45

» Dossier : de l’École capitaliste à l’éducation émancipatrice
par bye Mer 13 Sep - 19:07

» Education : le « désastre » d’un enseignement tiré vers le bas...
par bye Lun 4 Sep - 12:13

» Offre de prêt entre particuliers rapide en 72h
par BastienL Dim 13 Aoû - 19:49

» Jean Gadrey, économiste : “Il faut remettre la réduction du temps de travail au cœur du débat public”
par bye Mar 8 Aoû - 19:04

» Le « chavo-madurisme » n’est rien moins qu’une dictature pure et simple
par bye Dim 6 Aoû - 18:52

» Gel des postes et du budget de l’éducation nationale : non, cette école ne nous convient pas !
par bye Mer 12 Juil - 13:56

» G 20 Hambourg
par bye Lun 10 Juil - 11:51

» Handicapée, je ne peux continuer à enseigner dans mon académie
par bye Mer 5 Juil - 6:21

» Pour une éducation populaire féministe
par bye Lun 12 Juin - 18:20

» La CNT a écrit aux Éditions Belin
par bye Mar 6 Juin - 10:20

» Blanquer ministre de l’Education nationale : au secours, Sarkozy revient !
par bye Jeu 25 Mai - 11:08

» L'accaparement des terres en Birmanie
par bye Mer 17 Mai - 18:42

» Un enseignant kurde témoigne...
par bye Lun 15 Mai - 17:50

» La métamatière et le Roi de la Terre
par De Bortoli Claude Mar 2 Mai - 9:52

» Au-delà des élections
par bye Mer 26 Avr - 17:26

» Les Etats-Unis ont utilisé leur plus puissante bombe non-nucléaire en Afghanistan, une première
par bye Dim 23 Avr - 18:35

» « Pourquoi nous sommes en grève de la faim dans les prisons d’Israël »
par bye Dim 23 Avr - 18:31

» « Enculé, ordure ! ». Philippe Poutou insulté par les flics
par bye Dim 23 Avr - 18:25

» La Sécurité sociale, une assistance ou un droit ?
par bye Dim 23 Avr - 18:22

» Birmanie: pour établir un mécanisme indépendant de réexamen de tous les cas de prisonniers politiques
par bye Ven 21 Avr - 6:02

» Gatti est mort. A la Parole Errante ses mots résonnent encore !
par bye Mer 12 Avr - 18:21

» Turquie : appel urgent au monde enseignant, aux associations et syndicats…
par bye Lun 3 Avr - 18:21

» APPEL À LA MOBILISATION CONTRE LE PROCHAIN SOMMET DE L’OTAN !
par bye Sam 1 Avr - 5:30

» Communiqué de presse de SUD éducation Guyane du 28 mars
par bye Jeu 30 Mar - 10:16

» Qu’est-ce qui ne va pas avec l’arabe à l’école ?
par bye Ven 24 Mar - 12:03

» Libérons l'oisiveté !
par bye Ven 17 Mar - 19:05

» Quand Espérance banlieues bat la campagne
par bye Ven 17 Mar - 19:00

» 8 mars : luttons toutes et tous pour l’égalité des droits !
par bye Mer 8 Mar - 11:01

» Désarmer la police, la proposition pas si saugrenue du NPA
par bye Mar 7 Mar - 12:50

» Fin du dispositif des Caomi: quelle orientation pour les mineurs isolés de Calais ?
par bye Sam 4 Mar - 9:58

» Les fonctionnaires répondent aux "menaces" de Marine Le Pen
par bye Sam 4 Mar - 6:25

» Réduction des indemnités et contrôles drastiques : Macron s’attaque aux chômeurs
par bye Sam 4 Mar - 6:22

» L'avenue Serge Dassault à Corbeil-Essonnes doit être débaptisée !
par bye Sam 4 Mar - 6:20

» Nouvelle révélation du Canard Enchainé : les copinages de Hamon et LVMH
par bye Sam 4 Mar - 6:18

» Une nouvelle menace pour les étrangers
par bye Mar 21 Fév - 12:02

» "Vous êtes la candidate du nanti-système", lance Charline Vanhoenacker à Marine Le Pen
par bye Lun 20 Fév - 20:30

» Vaccins : Marisol Touraine va-t-elle faire respecter la loi ou satisfaire les labos ?
par bye Lun 20 Fév - 20:26

» La tension monte d’un cran entre les Etats-Unis et le Venezuela
par bye Lun 20 Fév - 20:23

» Vandana Shiva : « Gandhi est plus pertinent qu’il ne l’a jamais été »
par bye Lun 20 Fév - 20:16

» Vague de froid en Europe : les migrants vulnérables
par bye Mar 7 Fév - 17:59

» Le centre pour les femmes et les familles migrantes a ouvert ses portes à Paris
par bye Mar 7 Fév - 17:56

LE SITE

Dans Les Coulisses de Demain

FORUMS & SITES AMIS

FORUM EST INSCRIT SUR


    LA PEINE DE MORT

    Partagez

    admin
    Administratrice

    Féminin
    Nombre de messages : 2788
    Date d'inscription : 23/11/2007

    La peine de mort : Belize

    Message par admin le Sam 12 Avr - 16:47

    Peine de mort : Maintenue

    Date de la dernière execution : 1985


    A Belize, la peine de mort est prévue pour l’homicide et pour plusieurs délits militaires. Belize est un Etat indépendant faisant partie du Commonwealth et pour lequel le Comité Judiciaire du Privy Council britannique reste la Cour d'Appel de dernière instance. Sur la base d'un jugement du Privy Council prononcé en 1993, la peine de mort ne peut pas être appliquée et doit être automatiquement commuée en prison à vie lorsque le condamné a passé plus de cinq ans dans le couloir de la mort, en attente de son exécution.

    Le 11 mars 2002, le Comité Judiciaire du Privy Council a confirmé la décision émise en avril 2001 par la Cour d'Appel des Caraïbes orientales et a unanimement considéré comme inconstitutionnelle - parce qu'inhumaine et dégradante - la peine de mort comme sanction obligatoire pour l’homicide. Cette décision induit le réexamen de toutes les condamnations émises auparavant.

    La dernière exécution à Belize s'est produite en juin 1985, lorsque Kent Bowers a été pendu ; une dizaine de détenus sont actuellement dans le couloir de la mort.

    Belize a ratifié le Pacte international sur les droits civils et politiques ; la Convention sur les Droits de l’Enfant ; la Convention contre la Torture et les traitements et punitions cruels, inhumains ou dégradants ; et le Statut de la Cour Pénale Internationale (qui interdit le recours à la peine de mort).

    admin
    Administratrice

    Féminin
    Nombre de messages : 2788
    Date d'inscription : 23/11/2007

    La peine de mort : Bénin

    Message par admin le Sam 12 Avr - 16:48

    Peine de mort : Suspendue

    Date de la dernière execution : 1993


    Le Code Pénal du Bénin prévoit une importante liste de délits passibles de la peine capitale : homicide, haute trahison, sorcellerie et autres pratiques qui troublent l'ordre public. La dernière exécution remonte cependant à 1993, tandis que la plus récente condamnation à mort date de 1999, suite à une affaire de vol dans une banque à Cotonou.

    Le Bénin a ratifié le Pacte international sur les droits civils et politiques ; le Premier Protocole additionnel du Pacte ; la Convention sur les Droits de l’Enfant, et la Convention contre la Torture et les traitements et punitions cruels, inhumains ou dégradants.

    admin
    Administratrice

    Féminin
    Nombre de messages : 2788
    Date d'inscription : 23/11/2007

    La peine de mort : Bermudes

    Message par admin le Sam 12 Avr - 16:50

    Peine de mort : Abolie

    Date de la dernière execution : 1997


    Aux Bermudes, la peine de mort a été abolie en 2000. La dernière exécution remonte à 1997, lorsque Buck Burrows et Larry Tacklyn furent pendus pour avoir assassiné le Gouverneur de la région.

    admin
    Administratrice

    Féminin
    Nombre de messages : 2788
    Date d'inscription : 23/11/2007

    La peine de mort : Bhoutan

    Message par admin le Sam 12 Avr - 16:52

    Peine de mort : Abolie

    Date de la dernière execution : 1964

    Date de la loi d'abolition : 2004


    Le 20 mars 2004, le roi du Bhoutan, Jigme Singye Wangchuk, a émis un décret royal abolissant totalement la peine de mort dans le royaume.

    Le système juridique du Bhoutan a pour bases la loi indienne et la Common Law. La peine de mort était prévue dans la loi du Bhoutan depuis la promulgation de la Constitution en 1953, mais n’avait pas été appliquée depuis 1964. Le Bhoutan étant composé à majorité de Bouddhistes, la peine de mort était considérée par beaucoup comme une contradiction avec les principes pacifiques de la religion ; pourtant le système judiciaire avait souvent été pointé du doigt, y compris par le Parlement, pour ne pas avoir requis la peine capitale pour les crimes les plus graves.

    Le Bhoutan a ratifié la Convention sur les Droits de l’enfant.

    Le Bhoutan s'est abstenu sur la résolution sur la peine de mort approuvée le 26 avril 2004 par la Commission des Droits Humains de l’ONU.

    admin
    Administratrice

    Féminin
    Nombre de messages : 2788
    Date d'inscription : 23/11/2007

    La peine de mort : Biélorussie

    Message par admin le Sam 12 Avr - 21:15

    Peine de mort : Maintenue


    En Biélorussie, les crimes capitaux sont la haute trahison, la conspiration visant à s'emparer du pouvoir, le terrorisme, les actes terroristes contre un étranger, le sabotage, le banditisme, les actions visant à troubler l'ordre dans les prisons, l’homicide prémédité avec circonstances aggravantes, le viol accompli par une personne déjà condamnée pour le même délit ou ayant induit de graves complications ou bien commis sur un mineur, la tentative d’homicide d'un policier, d'un militaire ou de leurs parents proches, le détournement aérien qui a causé la morts ou d’autres conséquences graves, et plusieurs délits relatifs au service militaire en temps de guerre.

    Le Président Alexander Lukashenko a été âprement critiqué en Occident pour son rôle autoritaire et en janvier 1997 l'Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europa a suspendu le statut d'observateur spécial de la Biélorussie à cause de sa position sur la peine de mort.

    Selon la Constitution de 1994, des élections présidentielles auraient du se tenir en 1999, mais le Président Lukashenko avait prorogé son terme jusqu’en 2001 à l’occasion du référendum de novembre 1996.

    Les informations sur la peine de mort sont classées comme secret d'Etat par le gouvernement biélorusse : les dates et lieux de l'exécution ne sont pas communiqués aux membres de la famille des condamnés, même pas après l’exécution de leur parent.

    Amnesty International aurait recensé 30 exécutions en 1999.

    La Biélorussie a ratifié le Pacte international sur les droits civils et politiques ; le Premier Protocole additionnel du Pacte ; la Convention sur les Droits de l’Enfant ; la Convention contre la Torture et les traitements et punitions cruels, inhumains ou dégradants.

    admin
    Administratrice

    Féminin
    Nombre de messages : 2788
    Date d'inscription : 23/11/2007

    La peine de mort : Birmanie

    Message par admin le Sam 12 Avr - 21:18

    Peine de mort : Suspendue

    Date de la dernière execution : 1988


    La Birmanie considère comme délits capitaux la haute trahison et l’homicide prémédité.

    Depuis 1993, une loi rend possible la peine de mort pour certains délits liés à la drogue. La loi permet l'exécution à partir de l’âge de 13 ans, mais prévoit la suspension ou la commutation de la peine pour les femmes enceintes. La peine de mort n'est plus appliquée depuis 1988.

    La Birmanie est sous régime militaire depuis 1988. La Ligue nationale pour la démocratie (NLD) a été maintenue à l’écart du pouvoir par la force, par la commission militaire birmane, malgré son éclatante victoire électorale en mai 1990.

    Si la Birmanie n’exécute plus depuis 1988, elle prononce régulièrement des condamnations à mort. Ainsi, en novembre 2003, neuf personnes ont été condamnées à mort pour trahison, et pour avoir été en contact avec des groupes d’opposition à l’étranger. Un mois après ces condamnations, Amnesty International avait obtenu des autorités birmanes qu’elles promettent de ne pas exécuter les quelques 200 personnes détenues dans les couloirs de la mort. En 2006, 24 membres du groupe rebelle Shan ont été condamnés à la peine capitale par une cour martiale.

    La Birmanie a ratifié la Convention sur les Droits de l'Enfant.

    admin
    Administratrice

    Féminin
    Nombre de messages : 2788
    Date d'inscription : 23/11/2007

    La peine de mort : Bolivie

    Message par admin le Sam 12 Avr - 21:22

    Peine de mort : Abolie

    Date de la dernière execution : 1974

    Date de la loi d'abolition : 1997


    En mars 1997, le Congrès bolivien a approuvé une loi qui abolit la peine de mort et prévoit 30 ans de prison sans la possibilité de remise de peine pour le parricide, l’homicide, la trahison et plusieurs autres délits. La dernière exécution s'est produite en 1974.

    En 1999, lors d’un débat au Congrès, la majorité des parlementaires a repoussé une loi qui entendait rétablir la peine de mort.

    La Bolivie a ratifié le Pacte international sur les droits civils et politiques ; le Premier Protocole additionnel du Pacte ; la Convention sur les Droits de l’Enfant ; la Convention contre la Torture et les traitements et punitions cruels, inhumains ou dégradants ; et le Statut de la Cour Pénale Internationale (qui interdit le recours à la peine de mort).

    admin
    Administratrice

    Féminin
    Nombre de messages : 2788
    Date d'inscription : 23/11/2007

    La peine de mort : Bosnie-Herzégovine

    Message par admin le Sam 12 Avr - 21:24

    Peine de mort : Abolie

    Date de la loi d'abolition : 1998

    Le Parlement bosniaque a un statut spécial d'observateur auprès du Conseil de l'Europa depuis janvier 1994, et la Bosnie-Herzégovine a souscrit une demande formelle d'admission en juillet 1995.

    Les accords de paix de 1995, connus sous le nom d’"accords de Dayton", contiennent un engagement formel à abolir la peine de mort.

    La Cour suprême a décidé que l'exécution d'une sentence de mort était contraire aux principes internationaux sur les droits humains.

    De même, le Conseil pour les Droits Humains de la Fédération a affirmé que l'exécution de n'importe quelle condamnation à mort serait contraire au Sixième Protocole et a demandé aux autorités d'assurer qu'aucune sentence de mort ne soit exécutée.

    En juillet 1998, la Fédération avait adopté un nouveau Code Pénal abolissant la peine de mort.

    La Bosnie-Herzégovine a ratifié le Pacte international sur les droits civils et politiques ; le Premier et le Second (abolition de la peine de mort) Protocoles additionnels du Pacte ; la Convention sur les Droits de l’Enfant ; la Convention contre la Torture et les traitements et punitions cruels, inhumains ou dégradants.

    admin
    Administratrice

    Féminin
    Nombre de messages : 2788
    Date d'inscription : 23/11/2007

    La peine de mort : Botswana

    Message par admin le Sam 12 Avr - 21:26

    Peine de mort : Maintenue

    Date de la dernière execution : 2006


    Au Botswana, l’homicide, la haute trahison, et la piraterie sont des crimes capitaux. Selon les données fournies par l’association Ditshwanelo, entre 1966, année de l’indépendance du pays, et 2006, au moins 39 personnes ont été exécutées. Parmi elles, trois femmes.

    En 1995, alors qu’aucune exécution n’avait été conduite dans le pays depuis huit ans, le Botswana a exécuté cinq personnes accusées de meurtre – crime pour lequel la peine de mort est obligatoire dans le pays. La même année, une tentative pour dénoncer la peine de mort comme inconstitutionnelle a été déboutée par la Cour d’appel. Depuis, les exécutions se poursuivent : une personne a été exécutée en 2001, quatre en 2003 et une en 2006.

    L’exécution la plus controversée fut celle, en mars 2001, de Mariette Bosch, une citoyenne sud-africaine condamnée pour homicide, suscitant un grand débat national et international sur la peine de mort au Botswana, mais qui n’a pas été suivi d’effet. Mariette Bosch avait été pendue en secret, à la hâte. Depuis, cinq personnes ont été exécutées.

    Au Botswana, les pauvres ne bénéficient pas d’une défense efficace : les avocats commis d’office par l’Etat sont payés six fois moins que les avocats qui travaillent pour leur propre compte. Il en résulte que seuls les jeunes avocats qui manquent d’expérience défendent les personnes les plus démunies.

    Les familles ne sont prévenues de l’exécution d’un proche que lorsque celui-ci est déjà mort, parfois depuis plusieurs jours. Elles n’ont pas le droit d’assister aux funérailles, ni de se rendre sur la tombe de leur proche exécuté. Au Botswana, les décrets d’exécution sont signés par le président, qui n’a jamais, jusqu’à présent, accordé la grâce à un condamné.

    En mars 2005, la Commission africaine des droits de l’homme et des peuples a appelé le Botswana à cesser d’appliquer la peine de mort ainsi que des traitements « inhumains et dégradants ». Le gouvernement britannique s’est joint à cet appel. Mais les autorités du Botswana ont répondu qu’ils ne faisaient que répondre à la volonté du peuple.

    En 2006, des associations de défense des droits de l’Homme ont dénoncé les condamnations rapides, les exécutions sommaires, et le traitement inhumain réservé aux familles des prisonniers. Elles ont critiqué le statu quo en ce qui concerne la peine de mort, ainsi que la position du président Festus Mogae, qui s’affiche ouvertement comme un partisan de la peine capitale.

    Le Botswana a voté contre la résolution sur la peine de mort de la Commission pour les Droits Humains de l’ONU, le 26 avril 2004.

    Le Botswana a ratifié le Pacte international sur les droits civils et politiques ; la Convention sur les Droits de l’Enfant, et la Convention contre la Torture et les traitements et punitions cruels, inhumains ou dégradants, et la Charte Africaine des Droits de l’Homme.

    admin
    Administratrice

    Féminin
    Nombre de messages : 2788
    Date d'inscription : 23/11/2007

    La peine de mort : Brésil

    Message par admin le Sam 12 Avr - 21:28

    Peine de mort : Abolie

    Date de la dernière execution : 1855

    Date de la loi d'abolition : 1855

    Le système juridique du Brésil a pour bases le droit romain. La Constitution de la République Fédérale du Brésil affirme à l’article 5, XLVII : "La peine de mort n'est applicable qu’en temps de guerre, tel que défini à l’article 84, XIX de la Constitution".

    Le Brésil est un pays abolitionniste pour les crimes ordinaires depuis 1979 et la dernière exécution remonte à 1855. La Cour suprême est le seul organe judiciaire compétent pour les extraditions, qui sont refusées lorsque l'accusé risque la peine de mort ou une peine plus sévère que celle qu’il recevrait au Brésil pour le même délit.

    Le Brésil a ratifié le Pacte international sur les droits civils et politiques ; la Convention sur les Droits de l’Enfant ; la Convention contre la Torture et les traitements et punitions cruels, inhumains ou dégradants ; le Protocole Additionnel à la Convention Américaine sur les droits humains pour l'abolition de la peine de mort ; et le Statut de la Cour Pénale Internationale (qui interdit le recours à la peine de mort).

    Le Brésil a co-sponsorisé et voté en faveur de la résolution contre la peine de mort de la Commission des Droits de l’Homme de l’ONU le 21 avril 2004.

    admin
    Administratrice

    Féminin
    Nombre de messages : 2788
    Date d'inscription : 23/11/2007

    La peine de mort : Brunéi Darusalam

    Message par admin le Sam 12 Avr - 21:30

    Peine de mort : Suspendue

    Date de la dernière execution : 1957


    Le système juridique du Brunei est basé sur la loi islamique et sur la Common law. La peine de mort, appliquée par pendaison, est obligatoire pour l’homicide, la possession illégale d’armes à feu et d’explosifs et le trafic de drogue : importation et exportation de plus de 15 grammes de morphine ou d’héroïne ; possession de plus de 30 grammes de morphine ou d’héroïne pour trafic illégal et manufacture illégale de morphine ou d’héroïne. La loi a été élargie en 1992, rendant la possession de plus de 200 grammes de cannabis ou d’opium passible de la peine capitale.

    En février 2002, le Brunei a amendé la Loi sur l’Abus des Drogues, introduisant la peine de mort pour quiconque trafique ou échange plus de 50 grammes d’amphétamines, la drogue synthétique communément appelée « ice » ou « shabu ». Avant cette modification, la peine de mort était réservée a quiconque trafiquait ou échangeait plus de 200 grammes de shabu.

    Pourtant, le Brunei peut être considéré comme abolitionniste de fait, puisque la dernière exécution remonte à 1957.

    Le pays a ratifié la Convention sur les Droits de l’enfant.

    admin
    Administratrice

    Féminin
    Nombre de messages : 2788
    Date d'inscription : 23/11/2007

    La peine de mort : Bulgarie

    Message par admin le Sam 12 Avr - 21:33

    Peine de mort : Abolie

    Date de la dernière execution : 1989

    Date de la loi d'abolition : 1989


    Le 10 décembre 1998, avec une écrasante majorité, le Parlement bulgare a approuvé une loi pour l'abolition de la peine de mort pour tous les crimes. La peine de mort a été substituée à une condamnation à vie qui n’est pas commuable et n’est pas applicable à des personnes d'âge inférieur à vingt ans et à des femmes enceintes à l'instant du délit ou du procès.

    Jusqu'alors, les tribunaux avaient continué à prononcer des condamnations à mort qui n'étaient cependant pas exécutées grâce à un moratoire décidé par le Parlement le 20 juillet 1990. Le vice-Président bulgare a commué en prison à vie les 21 condamnations à mort prononcées entre 1990 et 1998.

    La Bulgarie a ratifié le Pacte international sur les droits civils et politiques ; le Premier et le Second (abolition de la peine de mort) Protocoles additionnels du Pacte ; la Convention sur les Droits de l’Enfant ; la Convention contre la Torture et les traitements et punitions cruels, inhumains ou dégradants.

    admin
    Administratrice

    Féminin
    Nombre de messages : 2788
    Date d'inscription : 23/11/2007

    La peine de mort : Burkina Faso

    Message par admin le Sam 12 Avr - 21:35

    Peine de mort : Suspendue

    Date de la dernière execution : 1988


    Au Burkina Faso, sont des délits capitaux : la trahison ou l’espionnage en temps de guerre ; l’activité d'espionnage de la part d'un étranger ou d'une personne expatriée ; les crimes contre l'humanité ; l’homicide, le parricide, l’empoisonnement ; la castration qui provoque la mort ; le vol aggravé qui provoque des lésions personnelles ou la mort.

    La peine de mort a été appliquée seulement deux fois au cours des 37 dernières années, dont la dernière en 1988.

    Le Burkina Faso a ratifié le Pacte international sur les droits civils et politiques ; le Premier Protocole additionnel du Pacte ; la Convention sur les Droits de l’Enfant ; la Convention contre la Torture et les traitements et punitions cruels, inhumains ou dégradants ; et le Statut de la Cour Pénale Internationale (qui interdit le recours à la peine de mort).

    admin
    Administratrice

    Féminin
    Nombre de messages : 2788
    Date d'inscription : 23/11/2007

    La peine de mort : Burundi

    Message par admin le Sam 12 Avr - 21:37

    Peine de mort : Maintenue

    Date de la dernière execution : 2001


    Au Burundi, l’homicide prémédité, la sorcellerie, la haute la haute trahison, l’espionnage, l’atteinte à la vie du chef de l'Etat et le cannibalisme sont des crimes capitaux.

    Le Burundi a connu de nombreuses années de violence depuis l’indépendance, en 1962. On estime que plus de 500 000 personnes sont mortes au cours de diverses rébellions, massacres et coups d’Etat. En 1993, le Burundi a organisé ses premières élections libres. Mais quelques mois plus tard, le président Melchior Ndadaye, issu de la communauté Hutu, a été assassiné. Son successeur, Cyprien Ntaryamira, a été tué en 1994 dans l’accident d’avion qui a également coûté la vie à son homologue rwandais Juvénal Habyarimana – et qui déclencha le génocide au Rwanda. En 1996, le président Sylvestre Ntibantunganya a été renversé par Pierre Buyoya, issu de la communauté Tutsi.

    Le 28 août 2000, des accords de paix ont été signés à Arusha, en Tanzanie, par 19 parties dont six groupes rebelles. En 2003, en conformité avec ces accords, le président Buyoya a cédé sa place à Domitien Ndayizeye. Au même moment, le Burundi votait pour les statuts de la Cour pénale internationale.

    En janvier 2005 était mise en place une Commission vérité et réconciliation, qui avait pour mission d’enquêter sur les crimes politiques commis entre 1962 et 2000. En mars de la même année, une nouvelle Constitution a été adoptée, et le l’ancien leader rebelle Pierre Nkurunziza, issu de la minorité Hutu, a été élu président du Burundi.

    Plus de 600 personnes ont été condamnées à mort au Burundi pour des crimes violents commis entre 1993 et avril 2003. En 1999, 62 exécutions ont été recensées ; en 2000 deux soldats ont été exécutés pour homicide sans avoir pu bénéficier de l’assistance d’un avocat pendant leur procès ni pouvoir faire appel de leur sentence. Il semblerait qu’aucune exécution n’ait eu lieu depuis 2001. Pourtant, des condamnations à mort ont été prononcées par la suite – une cinquantaine en 2004, une dizaine en 2005, notamment.

    L’arrivée au pouvoir d’un ancien groupe rebelle semble avoir permis d’ouvrir le débat sur la peine de mort. Parmi les quelques 600 condamnés à mort du pays, nombreux étaient ceux qui avaient appartenu à ce même groupe rebelle. Le pouvoir souhaitait donc leur épargner la peine capitale.

    Désormais, l’abolition est attendue au Burundi. En février 2007, le gouvernement a transmis au Parlement un projet de nouveau Code pénal dans lequel la peine de mort est abolie. Le Parlement devrait prochainement se prononcer sur ce projet.

    Le Burundi a ratifié le Pacte international sur les droits civils et politiques ; la Convention sur les Droits de l’Enfant, et la Convention contre la Torture et les traitements et punitions cruels, inhumains ou dégradants.

    Le Burundi s'est abstenu sur la résolution sur la peine de mort de la Commission pour les Droits Humains de l’ONU, le 26 avril 2004.
    avatar
    Rabasse du sud

    Nombre de messages : 2398
    Localisation : la provence
    Emploi/loisirs : chercheur
    Date d'inscription : 26/11/2007

    Re: LA PEINE DE MORT

    Message par Rabasse du sud le Dim 13 Avr - 12:19

    avatar
    Rabasse du sud

    Nombre de messages : 2398
    Localisation : la provence
    Emploi/loisirs : chercheur
    Date d'inscription : 26/11/2007

    Re: LA PEINE DE MORT

    Message par Rabasse du sud le Dim 13 Avr - 12:21


    admin
    Administratrice

    Féminin
    Nombre de messages : 2788
    Date d'inscription : 23/11/2007

    La peine de mort : Cambodge

    Message par admin le Dim 13 Avr - 17:56

    Peine de mort : Abolie

    Date de la dernière execution : 1989


    Le Cambodge a aboli la peine de mort en 1989 et sa référence a été abandonnée dans la nouvelle Constitution de 1993, rédigée suite aux élections ayant pris place sous la protection des Nations Unies, et qui ont apporté la démocratie dans le pays après des décennies de conflit.

    La Constitution proclame ainsi à l'article 32 : « Chacun a droit à la vie, à la liberté et à la sûreté personnelle. Il n'y a pas de peine capitale ».

    Le Cambodge a ratifié le Pacte international sur les droits civils et politiques ; la Convention sur les Droits de l’Enfant ; la Convention contre la Torture et les traitements et punitions cruels, inhumains ou dégradants.

    admin
    Administratrice

    Féminin
    Nombre de messages : 2788
    Date d'inscription : 23/11/2007

    Re: LA PEINE DE MORT

    Message par admin le Dim 13 Avr - 18:01

    Rabasse du sud a écrit:
    C'est une date qu'il faudrait se rappeler, personnellement, j'estime que c'est tous les jours, la journée mondiale contre la peine de mort. Mais c'est vrai, c'est une date qu'il faut se rappeler. Merci Rabasse.

    C'est bien aussi les images, même si ça me choque de voir ça. Mais c'est aussi bien de montrer, parce qu'on a tendance à oublier c'est quoi tuer un être humain. ça me choque ces photos, ça me fend le coeur, mais en plus, je suis en colère de voir des gens regarder ces corps et je me demande qui sont les plus criminels, ceux qu'on a pendu ou ceux qui assistent à la pendaison ?

    admin
    Administratrice

    Féminin
    Nombre de messages : 2788
    Date d'inscription : 23/11/2007

    La peine de mort : Cameroun

    Message par admin le Dim 13 Avr - 18:10

    Peine de mort : Maintenue

    Date de la dernière execution : 1988


    Au Cameroun, l’homicide prémédité, le vol aggravés et la trahison sont des crimes capitaux.
    Les dernières exécutions se sont produites en 1988.

    Le Cameroun a ratifié le Pacte international sur les droits civils et politiques ; le Premier Protocole additionnel du Pacte ; la Convention sur les Droits de l’Enfant ; la Convention contre la Torture et les traitements et punitions cruels, inhumains ou dégradants.

    admin
    Administratrice

    Féminin
    Nombre de messages : 2788
    Date d'inscription : 23/11/2007

    La peine de mort : Canada

    Message par admin le Lun 14 Avr - 10:57

    Peine de mort : Abolie

    Date de la dernière execution : 1962

    Date de la loi d'abolition : 1962


    Le Canada a aboli la peine de mort pour les crimes ordinaires en 1976 et pour les crimes militaires le 10 décembre 1998.

    En 1987, un vote à la Chambre des Communes a réaffirmé l'abolition de la peine de mort : 148 députés contre 127 ont repoussé la proposition de réintroduction de la peine capitale.

    La dernière exécution du Canada remonte à 1962.

    Deux minutes après minuit, le 11 décembre 1962, deux hommes, Arthur Lucas et Robert Turpin, furent pendus dos à dos dans la prison Don de Toronto. Ils furent les 709e et le 710e personnes exécutées au Canada depuis l’entrée en vigueur de la peine de mort en 1859.

    Des années durant, le Canada a été l'unique pays occidental à livrer régulièrement des suspects aux États-Unis et à d’autres pays sans exiger de garanties contre leur éventuelle exécution.

    Le cas Burns et Rafay, jugé le 15 février 2001 par la Cour Suprême, a marqué un changement radical dans la politique relative aux extraditions.

    Sébastien Burns et Atif Rafay, citoyens canadiens, étaient recherchés par les États-Unis pour homicide, délit capital dans ce pays.

    Or, pour la première fois, le Canada a refusé l'extradition, mettant ainsi fin à la politique du Gouvernement canadien de concéder toujours l'extradition sans les garanties exigeant de ne pas condamner à mort, qui doivent être requises uniquement pour des cas exceptionnels.

    La Cour suprême, avec le cas Burns et Rafay, a établi exactement l'inverse, c'est-à-dire que des telles garanties doivent être systématiquement exigées, sauf dans des cas exceptionnels.

    Le 11 janvier 2002, la Cour Suprême a également établi que les réfugiés qui risquent la torture dans leurs pays d'origine ne peuvent en principe pas être extradés à moins que des preuves ne démontrent que leur présence au Canada puisse représenter un danger sérieux pour le pays.

    Le Canada a ratifié le Pacte international sur les droits civils et politiques ; le Premier Protocole additionnel du Pacte ; la Convention sur les Droits de l’Enfant ; la Convention contre la Torture et les traitements et punitions cruels, inhumains ou dégradants ; et le Statut de la Cour Pénale Internationale (qui interdit le recours à la peine de mort).

    Le Canada a co-sponsorisé la résolution contre la peine de mort de la Commission des Droits de l’Homme de l’ONU le 24 avril 2003 et le 21 avril 2004.

    admin
    Administratrice

    Féminin
    Nombre de messages : 2788
    Date d'inscription : 23/11/2007

    La peine de mort : Cap-Vert

    Message par admin le Lun 14 Avr - 10:59

    Peine de mort : Abolie

    Date de la dernière execution : 1935

    Date de la loi d'abolition : 1981


    La Constitution de la République du Cap Vert (1992) proclame, à l'article 26 : "Nul ne sera subordonné à la torture, ni à des punitions ou des traitements cruels, dégradants ou inhumains et en aucune circonstance il n’y aura la peine de mort".

    La peine de mort a été abolie en 1981, et la dernière exécution fut effectuée en 1935.

    Le Cap Vert a ratifié le Pacte international sur les droits civils et politiques ; la Convention sur les Droits de l’Enfant ; la Convention contre la Torture et les traitements et punitions cruels, inhumains ou dégradants.

    Le Cap Vert a co-sponsorisé la résolution sur la peine de mort de la Commission pour les Droits Humains de l’ONU, le 26 avril 2004.

    admin
    Administratrice

    Féminin
    Nombre de messages : 2788
    Date d'inscription : 23/11/2007

    La peine de mort : Chili

    Message par admin le Lun 14 Avr - 11:01

    Peine de mort : Abolie

    Date de la dernière execution : 1985

    Date de la loi d'abolition : 2001


    Au Chili, la peine de mort a été abolie le 28 mai 2001.

    Appliquée pour la première fois en 1890, la peine de mort a été pratiquée jusqu’en 1985, lorsque deux ex officiers de police ont été exécutés pour l’assassinat de plusieurs couples sur une plage chilienne.

    La dernière sentence capitale avait été prononcée en juillet 1999, mais dans les dernières années précédant l’abolition, toutes les condamnations étaient commuées en prison à vie.

    Le Chili a ratifié le Pacte international sur les droits civils et politiques ; le Premier et le Second Protocoles additionnels du Pacte ; la Convention sur les Droits de l’Enfant ; la Convention contre la Torture et les traitements et punitions cruels, inhumains ou dégradants ; et signé le Statut de la Cour Pénale Internationale (qui interdit le recours à la peine de mort).

    admin
    Administratrice

    Féminin
    Nombre de messages : 2788
    Date d'inscription : 23/11/2007

    La peine de mort : Chine

    Message par admin le Lun 14 Avr - 11:03

    Peine de mort : Maintenue

    Date de la dernière execution : 2007


    J'y reviendrais ...

    Voir aussi Arrow Les Jeux Olympypiques de Pékin 2008 (en Chine)


    Dernière édition par Bettina le Lun 14 Avr - 11:15, édité 1 fois

    admin
    Administratrice

    Féminin
    Nombre de messages : 2788
    Date d'inscription : 23/11/2007

    La peine de mort : Chypre

    Message par admin le Lun 14 Avr - 11:05

    Peine de mort : Abolie

    Date de la dernière execution : 1962

    Date de la loi d'abolition : 1999


    Chypre a aboli la peine de mort pour les crimes ordinaires en 1983, et le 18 février 1999, la Chambre des Représentants a voté l'abolition de la peine de mort à l'unanimité.

    La peine de mort a cependant été maintenue pour plusieurs délits militaires, notamment la haute trahison et la piraterie.

    La Constitution turco-chypriote a aboli la peine de mort, à l’exception des délits militaires.

    La dernière pendaison a été mise en œuvre en 1962.

    Chypre a ratifié le Pacte international sur les droits civils et politiques ; le Premier et le Second (abolition de la peine de mort) Protocoles additionnels du Pacte ; la Convention sur les Droits de l’Enfant ; la Convention contre la Torture et les traitements et punitions cruels, inhumains ou dégradants.

    admin
    Administratrice

    Féminin
    Nombre de messages : 2788
    Date d'inscription : 23/11/2007

    La peine de mort : Colombie

    Message par admin le Lun 14 Avr - 11:09

    Peine de mort : Abolie

    Date de la dernière execution : 1909

    Date de la loi d'abolition : 1910


    La Colombie a aboli la peine de mort en 1910. La dernière exécution remonte à 1909. Déjà la Constitution de 1886 ne prévoyait pas la peine de mort, de même que la nouvelle Constitution approuvée en 1991, qui affirme, à l’article 11 : « Le droit à la vie est inviolable. Il n’y a pas la peine de mort. »

    La Colombie a ratifié le Pacte international sur les droits civils et politiques ; le Premier et le Second Protocoles additionnels du Pacte ; la Convention sur les Droits de l’Enfant ; la Convention contre la Torture et les traitements et punitions cruels, inhumains ou dégradants ; et le Statut de la Cour Pénale Internationale (qui interdit le recours à la peine de mort).



    Contenu sponsorisé

    Re: LA PEINE DE MORT

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Ven 17 Aoû - 14:33