LIBRE DISCUSSION DANS LES COULISSES DE DEMAIN

Débattons en toute liberté, dans le respect de l’autre, sur tous les sujets qui composent notre société : politique, économie, environnement, religion, philosophie, paranormal, sciences, famille, santé, mode, sexualité, loisirs, sports, divertissements…

Derniers sujets

» Gel des postes et du budget de l’éducation nationale : non, cette école ne nous convient pas !
par bye Mer 12 Juil - 13:56

» G 20 Hambourg
par bye Lun 10 Juil - 11:51

» Handicapée, je ne peux continuer à enseigner dans mon académie
par bye Mer 5 Juil - 6:21

» Pour une éducation populaire féministe
par bye Lun 12 Juin - 18:20

» La CNT a écrit aux Éditions Belin
par bye Mar 6 Juin - 10:20

» Blanquer ministre de l’Education nationale : au secours, Sarkozy revient !
par bye Jeu 25 Mai - 11:08

» L'accaparement des terres en Birmanie
par bye Mer 17 Mai - 18:42

» Un enseignant kurde témoigne...
par bye Lun 15 Mai - 17:50

» La métamatière et le Roi de la Terre
par De Bortoli Claude Mar 2 Mai - 9:52

» Au-delà des élections
par bye Mer 26 Avr - 17:26

» Les Etats-Unis ont utilisé leur plus puissante bombe non-nucléaire en Afghanistan, une première
par bye Dim 23 Avr - 18:35

» « Pourquoi nous sommes en grève de la faim dans les prisons d’Israël »
par bye Dim 23 Avr - 18:31

» « Enculé, ordure ! ». Philippe Poutou insulté par les flics
par bye Dim 23 Avr - 18:25

» La Sécurité sociale, une assistance ou un droit ?
par bye Dim 23 Avr - 18:22

» Birmanie: pour établir un mécanisme indépendant de réexamen de tous les cas de prisonniers politiques
par bye Ven 21 Avr - 6:02

» Gatti est mort. A la Parole Errante ses mots résonnent encore !
par bye Mer 12 Avr - 18:21

» Turquie : appel urgent au monde enseignant, aux associations et syndicats…
par bye Lun 3 Avr - 18:21

» APPEL À LA MOBILISATION CONTRE LE PROCHAIN SOMMET DE L’OTAN !
par bye Sam 1 Avr - 5:30

» Communiqué de presse de SUD éducation Guyane du 28 mars
par bye Jeu 30 Mar - 10:16

» Qu’est-ce qui ne va pas avec l’arabe à l’école ?
par bye Ven 24 Mar - 12:03

» Libérons l'oisiveté !
par bye Ven 17 Mar - 19:05

» Quand Espérance banlieues bat la campagne
par bye Ven 17 Mar - 19:00

» 8 mars : luttons toutes et tous pour l’égalité des droits !
par bye Mer 8 Mar - 11:01

» Désarmer la police, la proposition pas si saugrenue du NPA
par bye Mar 7 Mar - 12:50

» Fin du dispositif des Caomi: quelle orientation pour les mineurs isolés de Calais ?
par bye Sam 4 Mar - 9:58

» Les fonctionnaires répondent aux "menaces" de Marine Le Pen
par bye Sam 4 Mar - 6:25

» Réduction des indemnités et contrôles drastiques : Macron s’attaque aux chômeurs
par bye Sam 4 Mar - 6:22

» L'avenue Serge Dassault à Corbeil-Essonnes doit être débaptisée !
par bye Sam 4 Mar - 6:20

» Nouvelle révélation du Canard Enchainé : les copinages de Hamon et LVMH
par bye Sam 4 Mar - 6:18

» Une nouvelle menace pour les étrangers
par bye Mar 21 Fév - 12:02

» "Vous êtes la candidate du nanti-système", lance Charline Vanhoenacker à Marine Le Pen
par bye Lun 20 Fév - 20:30

» Vaccins : Marisol Touraine va-t-elle faire respecter la loi ou satisfaire les labos ?
par bye Lun 20 Fév - 20:26

» La tension monte d’un cran entre les Etats-Unis et le Venezuela
par bye Lun 20 Fév - 20:23

» Vandana Shiva : « Gandhi est plus pertinent qu’il ne l’a jamais été »
par bye Lun 20 Fév - 20:16

» Vague de froid en Europe : les migrants vulnérables
par bye Mar 7 Fév - 17:59

» Le centre pour les femmes et les familles migrantes a ouvert ses portes à Paris
par bye Mar 7 Fév - 17:56

» Des incidents éclatent à Aulnay-sous-Bois après les soupçons de viol de policiers
par bye Lun 6 Fév - 18:23

» Le maire rejette l'étude d'UFC-Que choisir sur l'eau potable
par bye Lun 6 Fév - 18:20

» DOCUMENT. Voici le contrat de travail de Penelope Fillon
par bye Lun 6 Fév - 18:17

» Le Hezbollah scrute avec inquiétude la nouvelle politique américaine au Moyen-Orient
par bye Lun 6 Fév - 18:14

» Huit hommes possèdent autant que la moitié de la population mondiale
par bye Mer 18 Jan - 20:06

» Délinquants solidaires : Pour en finir avec le délit de solidarité
par bye Mer 18 Jan - 13:29

» ACTUALITÉ SOCIÉTÉ ET POLITIQUE
par gramophone Sam 14 Jan - 11:34

» votre permis de conduire à portée de main
par neil89 Ven 13 Jan - 23:51

» Poursuivre la mobilisation pour une carte élargie des lycées de l’Education Prioritaire, en grève le 10 janvier !
par bye Mar 10 Jan - 11:50

» Grenade de désencerclement : un CRS mis en examen
par bye Sam 7 Jan - 20:59

» Les trois visages du vote FN
par bye Sam 7 Jan - 20:46

» Les deux jambes du militantisme
par bye Sam 7 Jan - 20:37

» Condamnés aujourd’hui pour avoir comparé Christiane Taubira à un singe
par bye Sam 31 Déc - 10:17

» Échapper au chaos
par bye Jeu 22 Déc - 17:53

» Le sénateur Carle coupable de détournement de fonds publics ? SUD éducation le dit depuis 2009 !
par bye Jeu 22 Déc - 15:06

» Maths : résoudre un problème
par bye Lun 12 Déc - 13:25

» Journée Internationale des droits de l'Homme: une situation inquiétante en Birmanie
par bye Dim 11 Déc - 11:17

» Comment les services de renseignement font la chasse aux employés des télécoms
par bye Sam 10 Déc - 18:54

» ET SI LE MASCULIN NE L’EMPORTAIT PAS SUR LE FEMININ ?
par bye Sam 10 Déc - 18:49

» Un document interne provoque un malaise à la SNCF
par bye Sam 10 Déc - 18:38

» Le gouvernement repousse l’évacuation de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes
par bye Sam 10 Déc - 18:29

» Légitime défense des policiers : faut-il tordre le droit ?
par bye Ven 9 Déc - 19:29

» Cadeau de fin d’année, un casier scolaire pour tous les marmots
par bye Mar 6 Déc - 13:59

» Violences policières, violences d’Etat
par bye Mar 6 Déc - 13:54

» La métamatière, les élites et les gouvernants
par De Bortoli Claude Ven 2 Déc - 9:54

» Comment les stups ont enfumé la justice
par bye Jeu 1 Déc - 12:26

» Quel opérateur
par bye Jeu 1 Déc - 12:24

» Fillon président ? Un coup de massue pour l’école
par bye Mer 30 Nov - 17:54

» « Pourquoi j’ai secouru des réfugiés. » Monument en l'honneur de Pierre-Alain Mannoni
par bye Mar 29 Nov - 13:06

» Jean-Luc Mélenchon ne passera pas au second tour de la présidentielle s'il ne se décide pas à parler au peuple
par bye Mar 29 Nov - 13:03

» Graeme Allwright : il t'a laissé la carte qui est si délirante qu'il n'aura plus jamais besoin d'une autre
par bye Mar 29 Nov - 13:00

» Mort de Fidel Castro : bilan de santé de la révolution castriste
par bye Mar 29 Nov - 12:57

» Vinci, piraté par des hacktivistes
par bye Ven 25 Nov - 18:38

» Le Mouvement de la Paix solidaire de la lutte des infirmières et infirmiers
par bye Ven 25 Nov - 18:35

» presentation de moi
par bye Ven 25 Nov - 18:30

» tests
par Matteo13 Mer 23 Nov - 7:48

» Un système d'accueil italien saturé face au nombre toujours aussi important d'arrivées
par bye Lun 21 Nov - 19:08

» Comment fonctionnera le « centre humanitaire » de Paris ?
par bye Lun 21 Nov - 19:06

» Un quart des enfants européens est menacé par la pauvreté
par bye Lun 21 Nov - 19:02

» Cuba : Le Conseil d’État décrète l’amnistie de 787 condamnés
par bye Sam 19 Nov - 11:11

» TURQUIE : Cesser la « chasse aux sorcières » à l’encontre des employé(e)s de l’éducation
par bye Jeu 17 Nov - 18:57

» Ces magnats français qui contrôlent les médias
par bye Dim 13 Nov - 12:23

» Chômage, retraites et revenu universel : et si un cocktail était la bonne solution ?
par bye Dim 13 Nov - 12:20

» L'ANTIRACISME ET LA GAUCHE RADICALE SONT-ILS IRRÉCONCILIABLES?
par bye Dim 13 Nov - 12:16

» L'Amérique de Donald Trump
par bye Dim 13 Nov - 12:09

» Un an après les élections en Birmanie ...
par bye Mar 8 Nov - 18:59

» Fichier des Français : les oublis et les erreurs de Cazeneuve et Urvoas
par bye Mar 8 Nov - 11:54

» Burkina Fasso : Grève dans l’éducation les 3 et 4 novembre
par bye Mar 8 Nov - 11:49

» "Ni rire, ni pleurer, ni haïr. Comprendre"
par bye Mar 1 Nov - 11:58

» Besoin de crédit personnel
par filhastreanne Lun 31 Oct - 2:32

» L’usage informationnel acritique d’Internet à l’école primaire
par gramophone Dim 30 Oct - 10:06

» Un maire serbe à Srebrenica, tout un symbole, 21 ans après le massacre
par bye Lun 24 Oct - 12:39

» L'Arctique : eldorado ou mirage?
par bye Lun 24 Oct - 12:36

» Après le viol et le meurtre barbare d'une adolescente, les Argentines ont arrêté de travailler
par bye Lun 24 Oct - 12:33

» Si la mise en scène des manifestations spontanées de policiers, organisées en pleine nuit dans les rues de Paris, ont pu surprendre les riverains, elles inquiètent également la majorité à l'approche de la présidentielle.
par bye Lun 24 Oct - 12:30

» Sommet de Bratislava : vers une convergence des approches "sécuritaires" sur les questions migratoires ?
par bye Jeu 20 Oct - 18:28

» Démantèlement de Calais : quel plan de répartition pour les migrants ?
par bye Jeu 20 Oct - 18:26

» Première défaite pour Viktor Orbán
par gramophone Jeu 20 Oct - 6:27

LE SITE

Dans Les Coulisses de Demain

FORUMS & SITES AMIS

FORUM EST INSCRIT SUR


    chine

    Partagez
    avatar
    Rabasse du sud

    Nombre de messages : 2398
    Localisation : la provence
    Emploi/loisirs : chercheur
    Date d'inscription : 26/11/2007

    chine

    Message par Rabasse du sud le Sam 10 Mai - 10:24

    Une épidémie à l'entérovirus EV-71 inquiète les autorités chinoises

    Par Jean-Luc Goudet, Futura-Sciences
    Une maladie potentiellement mortelle pour les enfants poursuit sa progression autour d'une province de l'est de la Chine. Des moyens sont mis en œuvre pour l'entraver.

    L'épidémie a déjà fait 34 victimes, tous des enfants, et touché quelque 25.000 personnes, dont environ 1.300 ont dû être hospitalisées. Les autorités sanitaires ont pris des mesures pour endiguer la propagation de cette maladie dite mains, pieds, bouche (HFMD en anglais, soit hand-feet-mouth disease), car elle provoque à ces endroits l'apparition d'éruptions cutanées. Elle reste bénigne pour des adultes en bonne santé mais s'avère grave voire mortelle pour des jeunes ou des personnes dont le système immunitaires est affaibli.

    L'agent de la maladie, très contagieux, est un entérovirus (c'est-à-dire un virus présent dans le tube digestif). Les plus communs, explique le ministère de la santé chinois, sont EV-71, le plus souvent cité et qui semble bien être le vecteur de l'épidémie actuelle, mais aussi le virus coxsackie (Cox A16). Ces deux virus se propagent facilement lorsque les conditions d'hygiène sont mauvaises.

    Sous contrôle

    Le foyer de l'épidémie se trouve dans la ville de Fuyang, à l'est de la Chine, dans la province de Anhui. Depuis le début de la propagation de la HFMD il y a environ une semaine, l'infection s'est étendue à d'autres provinces, Guangdong, Guangxi, Hainan, Hunan (c'est-à-dire vers le sud et l'ouest) et Zhejiang (vers le nord). Les autorités sanitaires ont accéléré le dépistage et les Etats-Unis ont proposé leur aide. En 2003, l'épidémie de SRAS (syndrome respiratoire aigu sévère), ou grippe aviaire, avait échappé à tout contrôle. L'épidémie touche également le Vietnam, où une dizaine d'enfants seraient décédés depuis le début de l'année.

    Selon l'agence Chine nouvelle, les autorités chinoises ont annoncé un déclin de l'épidémie dans la région de Fuyang et le ministère de la santé affirme que l'organisation des Jeux olympiques ne sera pas affectée. Du côté de l'OMS (Organisation mondiale de la santé), aucune restriction sur les voyages en Chine n'a été proposée.
    avatar
    Rabasse du sud

    Nombre de messages : 2398
    Localisation : la provence
    Emploi/loisirs : chercheur
    Date d'inscription : 26/11/2007

    Re: chine

    Message par Rabasse du sud le Mer 14 Mai - 14:49

    Le bilan continue de s’alourdir en Chine après le séisme de 7,8 de magnitude qui a frappé le sud-ouest du pays lundi matin. La catastrophe aurait fait plus de 12.000 victimes, et plus de 9.400 personnes seraient ensevelies sous les décombres dans la région du Sichuan. 50.000 soldats ont été mobilisés par les autorités pour venir en aide aux habitants des zones sinistrées, mais hier encore, des répliques du séisme ralentissaient l’action des secours. Le gouvernement, qui affirmait lundi que la situation était "plus grave que nous l’avions estimé précédemment", a accepté l’aide financière et matérielle proposée par les pays occidentaux, mais refusent encore tout déploiement d’équipes étrangères sur le terrain. 21 experts chinois ont été envoyés dans la région sinistrée pour s’assurer de la sécurité des centrales nucléaires et des installations chimiques. Le séisme a notamment provoqué l’effondrement d’une usine chimique à Shifang, entraînant une fuite de 80 tonnes d’ammoniaque. F.G. (www.lepetitjournal.com) mercredi 14 mai 2008
    avatar
    ecotone
    Administratrice

    Nombre de messages : 1036
    Date d'inscription : 26/11/2007

    Re: chine

    Message par ecotone le Jeu 15 Mai - 17:39

    Merci Rabasse,

    Paraît-il aussi le barrage, cet énorme, risquerait de péter. Ce serait une catastrophone humaine rajoutée à celle-là...

    Si j'ai un truc, à ce sujet, je vous le mets
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8749
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: chine

    Message par bye le Jeu 30 Sep - 18:29

    La Chine a mis la Norvège en garde pour le Nobel de la Paix

    La dépêche du 28 septembre

    http://fr.reuters.com/article/frEuroRpt/idFRLDE68Q2A220100927
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8749
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: chine

    Message par bye le Dim 23 Jan - 8:51

    La Chine annonce des réserves d’uranium pour 3000 ans

    La Chine annonce avoir mis au point un procédé pour retraiter le combustible nucléaire usé. Selon des responsables Chinois, cette technique apportera une solution à la pénurie d’uranium en permettant de réutiliser jusqu’à soixante fois le combustible. Rien n’a en revanche filtré sur les questions de sécurité.

    La nouvelle a fait l’effet d’une bombe. Chose peu courante en Chine elle a été annoncée en fanfare dans tous les médias : la Chine a trouvé un moyen de retraiter son combustible nucléaire pour le rendre soixante fois plus efficace. Résultat : les ressources de la Chine en uranium pourraient durer 30 siècles. Jusqu’à présent seuls quelques rares pays étaient parvenus à maîtriser cette technologie. En France, plus du tiers des centrales nucléaires sont ainsi capables d’utiliser en partie du combustible recyclé, notamment le Mox qui contient du plutonium hautement radioactif. Et les EPR pourraient tourner entièrement avec ce carburant.

    La Chine fait donc désormais partie du club très fermé des pays maîtrisant le cycle complet du combustible nucléaire.

    La CNNC (China National Nuclear Corporation) a fait ses calculs : le pays va pouvoir utiliser ses réserves d’uranium pendant 3 000 ans, au lieu de 50 à 70 ans prévus jusqu’ici.

    Cette « percée technologique » a été réalisée le 21 décembre dernier dans l’usine numéro 404 de CNNC. Une zone ultrasecrète située dans une partie désertique de la province du Gansu. Sur place, des ingénieurs chinois sont parvenus à réutiliser dans un réacteur expérimental du combustible irradié.

    « Dans un premier temps, le réacteur a été mis en route en utilisant des produits non radioactifs ou très faiblement radioactifs. Puis on est passé à une phase de tests actifs avec de la matière fissile, radioactive. Mais il s’agit toujours de test, souligne un expert occidental à Pékin. Nous verrons ensuite quand la Chine passera à une production à plus large échelle ». L’expérience de la CNNC est cependant une étape cruciale pour résoudre le problème de matières premières auquel est confrontée l’industrie nucléaire.

    Indépendance énergétique

    Le pays possède actuellement 13 réacteurs nucléaires en exploitation et Pékin a donné son feu vert à la réalisation de 34 autres, dont 26 sont déjà en construction, soit plus de 40% des centrales en chantier dans le monde. La Chine cherche en effet à réduire sa dépendance vis-à-vis du charbon, qui couvre les trois quarts de ses besoins en énergie, mais ses réserves d’uranium sont limitées. Elle produit actuellement près de 750 tonnes d’uranium par an. Mais, avec la montée en puissance du nucléaire, la demande annuelle dans le pays pourrait s’élever à 20 000 tonnes d’ici à 2020.

    « On estime que 75% de son énergie électrique est produite à partir du charbon, nous explique un représentant d’Areva en Chine. A peu près 15% à partir du pétrole, le reste étant l’hydraulique puis le nucléaire, le solaire et l’éolien. On voit que la partie énergie propre est aujourd’hui minoritaire. Le plan des Chinois, très clairement, est d’en faire une source d’énergie principale ». Objectif : couvrir un quart de ses besoins en énergie d’ici 2035.

    « On devrait voir le pays tirer 20 à 25% de ses besoins énergétiques du nucléaire et ceci va permettre également à la Chine de répondre aux engagements de réduction de gaz à effet de serre dans les 10 prochaines années, nous confirme Glenn Maguire, Chef économiste Asie-Pacifique à la Société Générale. Il est certain que plus y aura de pression sur la Chine pour changer son modèle de croissance et plus le pays jouera la carte du nucléaire ».

    Dans son plan de développement nucléaire à moyen et à long terme, Pékin a déjà pris note et s’est déjà fixé un objectif précis : porter de 2,5 à 6%, d’ici à 2020, la part du nucléaire dans sa production d’électricité. On est encore loin de la France et de ses 78% d’énergie électrique produite à partir du nucléaire. Mais les choses peuvent aller très vite dans l’Empire du Milieu. Tout récemment, l’Association chinoise de l’industrie nucléaire indiquait que dans les vingt ans à venir, le pays devrait construire au moins 60 centrales pour répondre à ces objectifs !

    La sécurité nucléaire passée sous silence

    En Chine, le secteur nucléaire est en effet stratégique. Tout comme l’ensemble du secteur énergétique il est étroitement contrôlé par l’Etat. Rien ne filtre. Jusque-là d’ailleurs seuls les problèmes d’approvisionnement en uranium pouvaient vraiment inquiéter les Chinois. Actuellement, en effet, les importations chinoises d’uranium représentent 25% de la consommation mondiale. Sachant que le fonctionnement annuel de chaque centrale nécessite environ 400 tonnes d’uranium, cette boulimie avait fait s’envoler les prix. Selon des experts américains, le prix de l’uranium pourrait croître de 32% cette année. Autant dire que cette annonce chinoise devrait profondément modifier la donne.

    Priorité donc au nucléaire avec, du côté des autorités chinoises, un optimisme infaillible : « Écologiquement parlant, l’énergie nucléaire est bonne pour l’environnement, nous assure Zhang Huazhu, Président de l’Association pour l’énergie nucléaire de Chine. Ça nous permet de réduire nos gaz à effet de serre tout en satisfaisant nos besoins en énergie. Nous devons donc changer nos modes de production et développer les énergies propres et notamment le nucléaire ».

    La question de la sécurité des installations et du retraitement des déchets est passée sous silence. Récemment pourtant, un incident qualifié de mineur dans une installation du sud du pays a jeté le trouble chez de nombreux observateurs. « On sait très bien que si une fuite radioactive devait se produire, la Chine ferait tout pour étouffer l’affaire », nous assure un diplomate étranger.

    © 2009 Novethic - Tous droits réservés

    Voir en ligne : La Chine annonce des réserves d’uranium pour 3000 ans

    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8749
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: chine

    Message par bye le Ven 15 Avr - 22:15

    Craignant la contagion, Pékin multiplie les arrestations parmi les cyber-activistes

    Depuis le début du mois de février, et les appels à manifester lancés par quelques blogueurs, les autorités chinoises se livrent à une vague de répression sans précédent visant particulièrement les opposants au régime qui sévissent sur Internet. Alors qu'il s'apprêtait à quitter Pékin pour Hong-Kong, l'artiste et féroce opposant au régime Ai Weiwei, a été arrêté. Pékin refuse de donner la moindre information sur son sort.

    http://www.marianne2.fr/Pekin-multiplie-les-arrestations-parmi-les-cyber-activistes_a204723.html
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8749
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: chine

    Message par bye le Sam 30 Avr - 8:14

    Chine/Tibet : assaut meurtrier contre les bonzes de Kirti

    Répression. Deux personnes ont été tuées et 300 lamas arrêtés lors de l’attaque contre le monastère tibétain.

    http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2011/04/14/pendant-ce-temps-la-chine-reprime_1507545_3216.html
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8749
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: chine

    Message par bye le Mar 7 Juin - 5:11

    Pékin craint un «printemps arabe» en Mongolie intérieure

    Les autorités chinoises ont bouclé une partie de la Mongolie intérieure [Mongolie du sud, NDLR]. Les déplacements sont désormais limités dans cette région du nord de la Chine.

    http://www.rfi.fr/asie-pacifique/20110528-troubles-mongolie-interieure
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8749
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: chine

    Message par bye le Ven 17 Juin - 10:37

    http://www.novethic.fr/novethic/ecologie,environnement,energie,la_chine_bientot_leader_nucleaire/134188.jsp
    Nucléaire : la Chine accélère ses projets de centrales
    Oublié l'accident nucléaire de Fukushima ? La Chine a décidé de mettre un coup d'accélérateur sur ses projets de centrales et part à l'assaut de nouveaux marchés sur le continent asiatique. Une véritable course en avant, malgré les risques.



    Contrairement à l’Allemagne et à l’Italie, l’Asie est loin de remettre en cause le nucléaire. La Chine a au contraire balayé les dangers de l’atome et accéléré ses projets de centrales. « Fukushima a dopé les tenants du saut technologique de la 2ème génération à la 3ème génération », explique l’économiste français Joël Ruet, chercheur au Centre d’étude sur la Chine contemporaine. Une « G3 » comme disent les spécialistes, qui se veut une version « low-cost » des fameux EPR français « hors de prix ». Une technologie moderne, plus sûre, et relativement bon marché, dont la Chine a acquis les brevets pour l’exploiter via ses deux géants du nucléaire que sont CNNC (China National Nuclear Corporation) et CGNPC (China Guangdong National Power Corporation). La moitié des projets de centrales dans le monde est aujourd’hui en Chine et le pays maintient le cap en passant de 15 à 70 de gigawatts d’ici 2020 et 200 GW en 2030. Soit l’équivalent de trois fois le parc nucléaire français actuel !

    Et la Chine voit encore plus loin. Pékin compte exporter sa technologie G3 de l’Afrique du Sud au Pakistan en passant par l’ensemble des pays du Sud-est asiatique. La Thaïlande, la Malaisie, Singapour et le Vietnam sont d’ores et déjà en discussions avancées avec la Chine pour construire des centrales « low-cost ».

    Premier constructeur mondial de centrales

    Ces centrales connues sous le nom de code CP1000 produisent environ 1 GW d’électricité et sont basées sur une technologie française des années 90, développée par EDF et remise au goût du jour par les Chinois. Une centrale devrait pouvoir alimenter l’équivalent d’un million de foyers en électricité. « L’intérêt pour la Chine est de vendre directement sa technologie à l’étranger sans avoir de compte à rendre à d’autres industriels. Si elle voulait exporter des réacteurs de type EPR elle devrait négocier avec Areva. Mais là, elle est complètement autonome », nous explique un expert Français.

    « A ce rythme, la Chine pourrait rapidement devenir le premier constructeur mondial de centrales, assure George Borovas, responsable des dossiers nucléaires au sein du cabinet PWSP. La puissance financière et industrielle de la Chine en font un acteur incontournable, non seulement pour les pays en développement, mais aussi pour les pays développés ». L’usine du monde ambitionne déjà de devenir le réacteur de la planète.

    Reste le problème des normes de sécurité et des contrôles. La Chine vient de terminer deux réacteurs de 0,3 GW chacun au Pakistan et commence la construction d’un troisième. Le pays est pourtant situé en pleine zone sismique et n’a pas ratifié, en outre, le traité de non prolifération nucléaire. Rien ne prouve donc que ces centrales n’auront pas un usage militaire. Au Vietnam, où la pénurie d’électricité est récurrente, on mise également beaucoup sur la technologie chinoise. 14 centrales sont en travaux avec l’aide de la Chine, mais aussi de la Russie et du Japon. Là encore rien ne garantit la sécurité des centrales et le régime de Hanoi n’est pas réputé pour sa grande transparence.

    Inquiétudes et critiques

    Des voix s’élèvent cependant sur les risques nucléaires. La critique la plus virulente a été émise par le professeur He Zuoxiu. Ce physicien de renom est l’auteur d’une tribune dans le « Science Times », dans laquelle il tire la sonnette d’alarme. Selon lui, ce « grand bond en avant du nucléaire » risque de se terminer par un désastre. Il estime que la technologie chinoise est loin d’être mature, que le pays n’a pas pris en compte les faibles ressources en uranium et, plus grave, que les études concernant la résistance des centrales aux tremblements de terre n’ont jamais été rendues publiques. La Chine, qui compte déjà 14 réacteurs nucléaires en activité, en construit actuellement 26 et 28 autres sont en projet. Plusieurs centrales sont situées dans des zones sismiques à risques. « Sommes-nous réellement prêts à affronter les conséquences de cette vitesse étourdissante dans le développement du nucléaire ? », s’interroge le professeur He. En Chine où la société civile est muselée, c’est la première critique ouverte lancée contre les projets gouvernementaux dans le nucléaire. Un texte qui a fait l’effet d’une bombe dans ce secteur. Certains ingénieurs avouent, du bout des lèvres, que le plus gros risque reste la résistance des centrales aux tremblements de terre. Les séismes sont fréquents dans cette partie du monde.



    Stéphane Pambrun à Pékin
    Mis en ligne le : 16/06/2011
    © 2009 Novethic - Tous droits réservés

    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8749
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: chine

    Message par bye le Sam 25 Juin - 6:10

    Brusque poussée de fièvre en mer de Chine

    Dans son différend territorial et énergétique avec Pékin, le Vietnam procède à des exercices militaires avec «tirs réels» et en appelle aux États-Unis.

    http://www.toulouse7.com/2011/06/22/vives-tensions-entre-la-chine-et-le-vietnam/
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8749
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: chine

    Message par bye le Dim 25 Sep - 21:02

    Chine : Pékin sans pitié

    Tibet, Mongolie-Intérieure, Xinjiang… Aux mouvements de contestation violente qui agitent périodiquement les marches de la République populaire, ses dirigeants opposent une implacable fermeté. Et la liste des victimes s’allonge…

    http://www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAJA2640p068-069.xml0/?utm_source=feedburner&utm_medium=feed&utm_campaign=Feed%3A+jeune_afrique_Politique+%28Jeune+Afrique+Politique%29
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8749
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: chine

    Message par bye le Mer 9 Juil - 12:50

    Chine : une nouvelle génération de réacteurs nucléaires entrera en opération fin 2015
    http://french.china.org.cn/business/txt/2014-05/29/content_32529250.htm

    Par : LIANG Chen 
    French.china.org.cn | Mis à jour le 29-05-2014
    Une nouvelle génération de réacteurs nucléaires sera installée dans les centrales nucléaires le long de la côte est de la Chine, et le premier de ces réacteurs entrera en opération en 2015, a révélé jeudi un haut responsable de cette industrie.
    Ce réacteur à eau pressurisée (REP) AP1000, dont la technologie a été introduite par la compagnie américaine Westinghouse et améliorée par des chercheurs chinois, est entré dans sa phase de tests et pourra commencer à produire de l'électricité d'ici fin 2015, a révélé Wang Binghua, président de la Société nationale des technologies de l'électricité nucléaire, lors d'un symposium à Shanghai.
    Un autre réacteur de ce type devrait entrer en opération début 2016, a-t-il ajouté.
    Le réacteur AP1000 est la troisième génération de réacteurs développée par Westinghouse et a été introduit en Chine en 2006. La construction de quatre réacteurs AP1000 a commencé en 2009.
    Sur la base du réacteur AP1000, la Chine a développé sa version améliorée, nommée CAP1400, dont 65% des travaux de conception ont été achevés. Le premier réacteur CAP1400 pourrait entrer en opération en 2018.
    Suivez China.org.cn sur Twitter et Facebook pour rejoindre la conversation.
    Source: Agence de presse Xinhua
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8749
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: chine

    Message par bye le Mer 9 Juil - 12:51

    Nucléaire : la Chine prête à exporter un réacteur de troisième génération face à l'EPR français
    http://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/energie-environnement/20130202trib000746484/nucleaire-la-chine-prete-a-exporter-un-reacteur-de-troisieme-generation-face-a-l-epr-francais.html

    Nucléaire La Chine est prête à exporter un réacteur de troisième génération de conception chinoise, qui pourrait à terme faire concurrence à l'AP1000 américain dont il est dérivé, ainsi qu'à l'EPR français.
    sur le même sujet
    Henri Proglio nie avoir fourni des secrets technologiques nucléaires à la Chine
    Nucléaire franco-chinois: le patron d'Areva fait le point
    Nucléaire : EDF confirme le feu vert du gouvernement pour signer un accord avec la Chine
    Nucléaire franco-chinois: les clés pour comprendre le double jeu d'EDF
    Newsletter Suivez toute l'actualité :
    Industrie & Services
    Haut du formulaire

    Bas du formulaire
    Ce qui devait arriver, est en train... d'arriver. Premier marché mondial pour le nucléaire civil, la Chine a annoncé qu'elle était prête à exporter un réacteur de troisième génération de conception chinoise, qui pourrait à terme faire concurrence à l'AP1000 américain dont il est dérivé, ainsi qu'à l'EPR français. "L'exploration du marché mondial pour le CAP1400 va démarrer en 2013", a déclaré le directeur général de State Nuclear Power Technology Corporation, Gu Jun, lors d'un colloque vendredi à Pékin dont fait état samedi le quotidien le "China Daily". Cette exploration se ferait conjointement avec le groupe Westinghouse, constructeur de l'AP1000, selon le directeur général adjoint du groupe, Ma Lu, également cité par le journal.
    Aucun réacteur dit de "troisième génération", dont les concepteurs promettent une sûreté et une longévité augmentées par rapport aux réacteurs actuels, n'a encore été mis en service dans le monde. Quatre exemplaires de l'AP1000 sont actuellement en construction sur deux sites dans l'est de la Chine et plusieurs autres aux Etats-Unis. La construction du premier CAP1400 devrait démarrer cette année près de Rongcheng, dans la province orientale du Shandong, pour un achèvement des travaux en 2017. Parallèlement, un démonstrateur du CAP1400 est en cours de réalisation à l'université Tsinghua de Pékin et pourrait être achevé fin 2013.
    L'Afrique du Sud intéressée ?
    Si le réacteur américain devrait être préféré à sa version modifiée en Chine dans la plupart des pays, "pour certains marchés comme l'Afrique du Sud , nous espérons que State Nuclear Power pourra prendre l'initiative et promouvoir le CAP1400", a déclaré Ma Lu. Les experts émettent toutefois des doutes sur la capacité de State Nuclear Power à exporter rapidement cette nouvelle technologie. "La Chine devra construire de 20 à 30 réacteurs CAP1400 chez elle avant de pouvoir établir son image de marque mondialement", estime le directeur du Centre de recherches sur l'économie du secteur de l'énergie à l'université de Xiamen (sud-est), Lin Boqiang, cité par le China Daily.
    La Chine est de loin le principal marché mondial pour la construction de centrales nucléaires, avec 30 réacteurs de production d'électricité en construction, pour 16 déjà en opération, selon la World Nuclear Association. Les français Areva et EDF y construisent dans la province méridionale du Guangdong deux réacteurs EPR, également de troisième génération, avec le groupe cantonais CGNPC, et espèrent qu'il pourront en bâtir davantage à l'avenir. Mais alors que l'AP1000 a été choisi dès 2006 comme technologie de référence en Chine pour la troisième génération de réacteurs, la compétition pourrait devenir encore plus rude pour les acteurs français à la suite d'un rapport publié en octobre par Pékin soulignant que la multiplication des standards dans la filière complique la gestion de la sûreté.
    Trois réacteurs chinois en développement
    En dehors du CAP1400, deux autres réacteurs chinois "autochtones" de troisième génération sont en développement dans le pays, l'ACP1000 de la China National Nuclear Corporation (CNNC) et l'ACPR1000 par CGNPC. Pour rester dans la course, les acteurs français envisagent de développer avec les Chinois leur propre réacteur dérivé de la technologie EPR, comme Westinghouse l'a fait avec l'AP1000. L'an dernier, EDF et Areva ont conclu avec CGNPC un accord en sens. Le projet a été validé par le gouvernement français mais suscite des craintes sur d'éventuels transferts de technologies. Une mission a été lancée par l'Etat pour faire le point. Parallèlement, EDF voudrait associer son partenaire CGNPC à ses projets de centrales nucléaires au Royaume-Uni, où le chinois pourrait se substituer à son partenaire actuel, le britannique Centrica, a rapporté le mois dernier l'agence financière Dow Jones.
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8749
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: chine

    Message par bye le Mer 9 Juil - 12:52

    L'avenir chinois du nucléaire mondial
    LE MONDE | 05.11.2012 à 13h02 • Mis à jour le 06.11.2012 à 09h26 | Par Jean-Michel Bezat (L'air du monde)

    On fêtera, en janvier 2013, le 30e anniversaire de la coopération nucléaire franco-chinoise, lancée avec le projet de centrale de Daya Bay, à proximité de la "zone économique spéciale" de Shenzhen. Il faudra attendre les décisions de la nouvelle équipe dirigeante issue du 18e congrès du Parti communiste chinois pour en savoir plus sur l'avenir de cette aventure industrielle.
    On peut penser qu'elle se poursuivra et déjà imaginer une belle commémoration : une estrade ornée de parterres de fleurs dressée dans une salle monumentale, des discours pleins de promesses, des toasts amicaux portés par des personnalités du monde politique et industriel... Les anciens "élèves" chinois remercieront leurs "maîtres" français de leur avoir tant appris. La Chine de 2012 n'est plus celle de 1983, quand Deng Xiaoping relançait une industrie et une production nucléaires pour assurer l'essor économique du pays. Pékin était alors impressionné par l'ampleur du programme électronucléaire décidé dix ans plus tôt en France. Les rôles se sont inversés.
    China Guangdong Nuclear Power Corporation (CGNPC), partenaire historique d'EDF et d'Areva, sait depuis des années dupliquer les réacteurs de deuxième génération d'origine française. Il fera de même pour les EPR (troisième génération), s'il poursuit au-delà des deux unités en construction à Taïshan (dans le sud du pays).
    150 NOUVEAUX RÉACTEURS D'ICI À 2025
    La Chine semble tenir le destin de la filière nucléaire française entre ses mains. Les prévisions sont implacables. Même si elle se montre prudente depuis la catastrophe de Fukushima, elle devrait mettre en chantier ou en service plus de 150 réacteurs d'ici à 2025, soit de 40 % à 50 % des nouvelles tranches en projet dans le monde. Elle a le plus grand marché intérieur (et ses économies d'échelle) du monde, des salaires encore bas, une monnaie faible et manipulable. Ces atouts rendront son industrie nucléaire très compétitive.
    Ce renversement de situation n'a pas échappé au PDG d'EDF. Henri Proglio cherche coûte que coûte un accord global. Il veut croire qu'il sera gagnant-gagnant afin de maintenir un tissu industriel - avec ses emplois - en France. Qu'il permettra aussi d'exporter du nucléaire franco-chinois depuis l'empire du Milieu vers l'Asie, le Moyen-Orient et l'Afrique. Cette relance de la coopération passe par le développement d'un réacteur franco-chinois (1 000 MW) de troisième génération avec CGNPC. Un réacteur moins puissant et moins coûteux que l'EPR, et donc mieux adapté à de nombreux pays émergents, y compris la Chine. Rien à redire jusque-là...
    Sauf qu'entre 2010 et avril 2012 les dirigeants d'EDF ont caché à l'Etat actionnaire et à leur partenaire Areva qu'ils négociaient - seuls - un "accord-cadre " avec CGNPC. Et qu'il prévoyait, selon un document publié par Le Nouvel Observateur, une entrée des Chinois dans le nucléaire hexagonal et d'importants transferts de technologies. Ils ignoraient superbement les consignes de l'Elysée pour une participation d'Areva et croyaient pouvoir obtenir le feu vert du gouvernement à la veille de l'élection présidentielle. L'Agence des participations de l'Etat avait prévenu que l'accord organisait "un partage de connaissances fondamentalement déséquilibré, au bénéfice de CGNPC", et François Baroin, alors à Bercy, l'avait retoqué.
    "ILS TRICHENT SUR TOUT"
    Le projet ne refera pas surface. Au sommet de l'Etat, on ne semble pas persuadé que les Chinois soient très "réglos" en affaires, si l'on en croit les confidences de François Hollande au journaliste Eric Dupin (La Victoire empoisonnée, Seuil, 2012). "Ils trichent sur tout", confiait-il avant son élection. Sur la monnaie, la concurrence, la propriété intellectuelle... "Ce n'est pas le principe d'un accord global avec les Chinois qui fait débat, mais son contenu, explique aujourd'hui un ministre. Le coeur du problème, c'est la propriété intellectuelle." On soupçonne le patron d'EDF de vouloir livrer aux Chinois les secrets de fabrique de l'industrie française de l'atome. Ces liaisons dangereuses ont poussé le gouvernement à le placer sous haute surveillance.
    Jusqu'à quel point la vieille amitié des nucléocrates des deux pays justifie-t-elle la livraison de technologies sensibles ? On a oublié qu'en 2006 Washington avait autorisé un fleuron du nucléaire à vendre les plans de son réacteur, l'AP 1000, aux Chinois. Traître à la patrie, Westinghouse ? Un an plus tard, Nicolas Sarkozy lançait à son homologue Hu Jintao : "Nos meilleures technologies, nous les partagerons avec vous." L'ambition de CGNPC, affichée publiquement, est de "construire des centrales 100 % chinoises". Les dirigeants d'EDF le savent et l'acceptent, convaincus que, "si les Chinois ne font pas de nucléaire avec [eux], ils le feront seuls ou avec d'autres".
    QUELQUES BEAUX "CADAVRES"
    Après tout, le sort de ce secteur en Chine peut-il être différent de celui du ferroviaire, où les trains à grande vitesse ont fini par échapper à Alstom, Siemens et Kawazaki ? Et de l'aéronautique, où le C919 va concurrencer l'A320 d'Airbus et le B737 de Boeing ? Au cimetière des relations économiques sino-occidentales, on trouve quelques beaux "cadavres" : Danone, Google, Vodafone, News Corp, tués sur place par Wahaha, Baïdu, China Mobile, CCTV. Du ressentiment mêlé d'inquiétude aussi. Il y a deux ans, le patron de General Electric l'exprimait en privé : Jeffrey Immelt jugeait que son groupe n'avait jamais eu autant de difficultés pour travailler dans ce pays depuis un quart de siècle.
    Alors, pourquoi les centres de recherche et développement des entreprises occidentales poussent-ils en Chine comme des champignons ? Il y en aurait 1 300, qui travaillent en partenariat avec des sociétés, des universités, des centres de recherche publics contrôlés de près ou de loin par l'Etat. Autant de risques de pillage, certes, mais aussi de chances d'adapter leurs produits au goût et aux exigences d'un marché de 1,3 milliard de consommateurs. Comme PSA, Alstom, Schneider, L'Oréal ou Saint-Gobain, EDF a donc ouvert le sien à Pékin pour accompagner le développement du nucléaire, des réseaux intelligents et des énergies vertes. Son directeur s'appelle Chen Guofei. Et la directrice de la branche Asie-Pacifique du groupe, Xudan Song. Joyeux anniversaire pour les 3 ans de glorieuses relations atomiques franco-chinoises !
    bezat@lemonde.fr
    Jean-Michel Bezat (L'air du monde)
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8749
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: chine

    Message par bye le Mer 9 Juil - 12:52

    Le développement du nucléaire en Chine
    http://www.ambafrance-cn.org/2-Genese-du-developpement-nucleaire-chinois.html
    Dernière mise à jour : 21 janvier 2013
    Sommaire
    Les débuts de l’électronucléaire chinois
    Le lancement d’un programme civil et la construction des premières centrales
    L’énergie nucléaire aujourd’hui
    Le programme nucléaire chinois a commencé dans les années cinquante, la puissance installée devrait atteindre 70 GW d’ici 2020.
     Les débuts de l’électronucléaire chinois
    Comme toutes les puissances atomiques, la Chine a commencé son programme nucléaire dès les années cinquante, par des recherches sur les applications militaires de la fission nucléaire. Celles-ci ont été grandement facilitées par l’accord de coopération nucléaire signé le 27 avril 1955 entre la Chine et l’Union Soviétique. Très rapidement en mai 1956, la construction du premier réacteur expérimental à eau lourde a débuté à l’Institut CIAE proche de Pékin, suivie par la création du Ministère de l’Industrie Mécanique N°2, chargé du développement de l’énergie atomique, tourné essentiellement vers des fins militaires. C’est ainsi qu’ont été lancés simultanément les projets d’une usine d’enrichissement de l’uranium (par diffusion gazeuse) à Lanzhou (Gansu), d’une usine de retraitement à Diwopu (Gansu), de recherches minières de l’uranium dans le Jiangxi, d’une usine de conversion du fluorure d’uranium à Baotou (Mongolie Intérieure). Malgré la rupture des relations sino-soviétiques en juillet 1960, le programme nucléaire militaire chinois a abouti le 16 octobre 1964 à l’explosion de la première bombe à fission nucléaire, suivie le 16 juin 1967 par le premier essai de bombe à hydrogène.
     Le lancement d’un programme civil et la construction des premières centrales
    En février 1970, le Premier Ministre ZHOU Enlai lance l’idée d’un programme électronucléaire civil, mais les errements de la révolution culturelle vont retarder la réalisation d’une première centrale nucléaire de conception et de fabrication chinoise décidée dès 1974 par la Commission d’Etat au Plan.
    En mai 1982 le Ministère de l’Industrie Mécanique N°2 devient Ministère de l’Industrie Nucléaire, et celui-ci prend la décision de construire une centrale chinoise de 300 MW à Qinshan en novembre 1982. C’est cependant plus tard en 1985, au moment des réformes de DENG Xiaoping, que la construction de Qinshan 1 commencera vraiment. Elle a finalement été mise en service en 1991. En 1984, le Conseil des Affaires d’Etat créée la NNSA (National Nuclear Security Administration) et transfère la responsabilité du programme nucléaire chinois du Ministère des ressources en eau et de l’électricité au Ministère de l’énergie nucléaire.
     L’énergie nucléaire aujourd’hui
    En 2012, l’énergie d’origine nucléaire représente une puissance installée de 12.6 GW, pour 15 centrales en service, correspondant environ à 1.2% de la puissance installée. Il y a 27 centrales en construction, et la barre des 40 GW installés devrait être dépassée en 2015. Pour 2020, il est plus difficile de faire une prévision, mais la puissance devrait être de l’ordre de 60 à 70 GW.
    Suite à l’accident de Fukushima, le Conseil des Affaires d’Etat a pris la décision de procéder à un audit de sûreté des installations existantes et en construction, mais aussi de geler provisoirement l’examen des nouveaux projets de centrales nucléaires. Afin de lever ce moratoire, il faut que trois textes soient approuvés par le Conseil des Affaires d’Etat :
    Un plan à moyen-long terme de développement du nucléaire, préparé par la NEA,
    Un plan sur la sûreté des centrales nucléaires, par la NEA
    Un plan sur la sureté nucléaire globale préparé par la NNSA
    Le Conseil des Affaires Etat a accordé une validation de principe sur ce dernier texte, tout en le rendant disponible sur le site internet du MEP afin de demander l’avis du public.
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8749
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: chine

    Message par bye le Mer 9 Juil - 12:53

    Les Chinois mettent un pied dans l'industrie nucléaire britannique
    http://www.rfi.fr/asie-pacifique/20131017-chinois-mettent-pied-industrie-nucleaire-britannique/
    par RFI
    C'est une première : Londres va autoriser des sociétés chinoises à participer à des projets nucléaires au Royaume-Uni. Un accord qui préfigure la renaissance de l'atome outre-Manche et ouvre la voie à de nouvelles relations entre Londres et Pékin.

    Des services à la science, des infrastructures à l'innovation, nous travaillons ensemble et créons des liens entre nos pays.

    George Osborne, chancelier de l'Échiquier
    Alors que le sujet est hautement stratégique et relève pour certains Etats de la sécurité nationale, le Royaume-Uni a décidé d'ouvrir grand ses portes à des investisseurs chinois. Le ministre britannique des Finances, George Osborne, vient d'annoncer que son gouvernement autorisera des participations chinoises minoritaires ou majoritaires dans le développement de la nouvelle génération du parc nucléaire de son pays.
    Eviter les coupures d'électricité
    Londres et Pékin entament donc une nouvelle coopération dans le secteur du nucléaire civil. Une alliance qui trouve sa raison d'être dans les besoins britanniques de financement de son énergie. Quinze de ses seize réacteurs en activité arriveront en fin de vie autour de 2023. Pour éviter des coupures géantes d'électricité, Londres a besoin de plus de 100 milliards de livres d'investissement d'ici 2020.
    Dans un premier temps, les deux groupes nucléaires chinois CGNPC et CNNC auraient une participation minoritaire dans la construction de la nouvelle centrale nucléaire sur le site de Hinkley Point dans le sud de l'Angleterre. Le français EDF aurait quant à lui conclu un accord avec le gouvernement britannique pour la construction de deux réacteurs de la centrale.
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8749
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: chine

    Message par bye le Mer 9 Juil - 12:54

    Coopération sino-russe
    http://www.ambafrance-cn.org/Cooperation-sino-russe.html

    Dernière mise à jour : 12 juillet 2012
    Nouvelle percée de la coopération sino-russe dans le domaine de l’énergie nucléaire
    Le 5 juin 2012, M. CHEN Qiufa, vice-ministre de l’Industrie et de l’Information et président de la CAEA a signé avec M. Sergey Kirienko, directeur général du groupe russe Rosatom la « Feuille de route sur les champs de coopération du nucléaire entre la CAEA et Rosatom ». Ce document couvre tous les domaines de l’électronucléaire, ainsi que la filière des réacteurs à neutrons rapides, le cycle du combustible et la propulsion nucléaire spatiale, permettant à la coopération sino-russe d’atteindre un nouveau palier et de disposer d’un contenu plus riche.
    Selon un autre accord conclu entre la Chine et la Russie lors de la visite du président Poutine en Chine début juin, le groupe russe Rosatom aidera son partenaire chinois à réaliser la filière à neutrons rapides à l’instar de la centrale nucléaire de Beloïarsk, qui est aujourd’hui dans le monde la seule installation en service utilisant la technologie à neutrons rapides. Les négociations devront être entamées dès le début de l’été 2012 pour définir le cadre d’un accord de coopération sur les travaux préliminaires.
    Dans le domaine de la filière à neutrons thermiques, le projet Tianwan phase II (tranches 3 et 4) devra être mis en chantier fin 2012. La partie russe continuera de participer à ce projet en tant que fournisseur de l’îlot nucléaire, à la différence de Tianwan phase I (tranches 1 et 2), où elle a assuré les travaux clé en main. Lors d’une interview accordée par Sergey Kirienko, ce dernier a précisé que les tranches 3 et 4 bénéficieraient des mêmes conditions que celles prévues pour les tranches 1 et 2 de Tianwan phase I conformément à l’accord additionnel, notamment pour l’utilisation des crédits à l’exportation. Quoi qu’il en soit la probabilité pour que les chinois aient recours à ces crédits est très faible du fait de leur capacité financière.



    Sources :
    http://www.miit.gov.cn (11/06/10)
    http://www.cgnpc.com.cn (25/06/12)

    Contenu sponsorisé

    Re: chine

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Jeu 27 Juil - 3:48