LIBRE DISCUSSION DANS LES COULISSES DE DEMAIN

Débattons en toute liberté, dans le respect de l’autre, sur tous les sujets qui composent notre société : politique, économie, environnement, religion, philosophie, paranormal, sciences, famille, santé, mode, sexualité, loisirs, sports, divertissements…

Derniers sujets

» Gel des postes et du budget de l’éducation nationale : non, cette école ne nous convient pas !
par bye Mer 12 Juil - 13:56

» G 20 Hambourg
par bye Lun 10 Juil - 11:51

» Handicapée, je ne peux continuer à enseigner dans mon académie
par bye Mer 5 Juil - 6:21

» Pour une éducation populaire féministe
par bye Lun 12 Juin - 18:20

» La CNT a écrit aux Éditions Belin
par bye Mar 6 Juin - 10:20

» Blanquer ministre de l’Education nationale : au secours, Sarkozy revient !
par bye Jeu 25 Mai - 11:08

» L'accaparement des terres en Birmanie
par bye Mer 17 Mai - 18:42

» Un enseignant kurde témoigne...
par bye Lun 15 Mai - 17:50

» La métamatière et le Roi de la Terre
par De Bortoli Claude Mar 2 Mai - 9:52

» Au-delà des élections
par bye Mer 26 Avr - 17:26

» Les Etats-Unis ont utilisé leur plus puissante bombe non-nucléaire en Afghanistan, une première
par bye Dim 23 Avr - 18:35

» « Pourquoi nous sommes en grève de la faim dans les prisons d’Israël »
par bye Dim 23 Avr - 18:31

» « Enculé, ordure ! ». Philippe Poutou insulté par les flics
par bye Dim 23 Avr - 18:25

» La Sécurité sociale, une assistance ou un droit ?
par bye Dim 23 Avr - 18:22

» Birmanie: pour établir un mécanisme indépendant de réexamen de tous les cas de prisonniers politiques
par bye Ven 21 Avr - 6:02

» Gatti est mort. A la Parole Errante ses mots résonnent encore !
par bye Mer 12 Avr - 18:21

» Turquie : appel urgent au monde enseignant, aux associations et syndicats…
par bye Lun 3 Avr - 18:21

» APPEL À LA MOBILISATION CONTRE LE PROCHAIN SOMMET DE L’OTAN !
par bye Sam 1 Avr - 5:30

» Communiqué de presse de SUD éducation Guyane du 28 mars
par bye Jeu 30 Mar - 10:16

» Qu’est-ce qui ne va pas avec l’arabe à l’école ?
par bye Ven 24 Mar - 12:03

» Libérons l'oisiveté !
par bye Ven 17 Mar - 19:05

» Quand Espérance banlieues bat la campagne
par bye Ven 17 Mar - 19:00

» 8 mars : luttons toutes et tous pour l’égalité des droits !
par bye Mer 8 Mar - 11:01

» Désarmer la police, la proposition pas si saugrenue du NPA
par bye Mar 7 Mar - 12:50

» Fin du dispositif des Caomi: quelle orientation pour les mineurs isolés de Calais ?
par bye Sam 4 Mar - 9:58

» Les fonctionnaires répondent aux "menaces" de Marine Le Pen
par bye Sam 4 Mar - 6:25

» Réduction des indemnités et contrôles drastiques : Macron s’attaque aux chômeurs
par bye Sam 4 Mar - 6:22

» L'avenue Serge Dassault à Corbeil-Essonnes doit être débaptisée !
par bye Sam 4 Mar - 6:20

» Nouvelle révélation du Canard Enchainé : les copinages de Hamon et LVMH
par bye Sam 4 Mar - 6:18

» Une nouvelle menace pour les étrangers
par bye Mar 21 Fév - 12:02

» "Vous êtes la candidate du nanti-système", lance Charline Vanhoenacker à Marine Le Pen
par bye Lun 20 Fév - 20:30

» Vaccins : Marisol Touraine va-t-elle faire respecter la loi ou satisfaire les labos ?
par bye Lun 20 Fév - 20:26

» La tension monte d’un cran entre les Etats-Unis et le Venezuela
par bye Lun 20 Fév - 20:23

» Vandana Shiva : « Gandhi est plus pertinent qu’il ne l’a jamais été »
par bye Lun 20 Fév - 20:16

» Vague de froid en Europe : les migrants vulnérables
par bye Mar 7 Fév - 17:59

» Le centre pour les femmes et les familles migrantes a ouvert ses portes à Paris
par bye Mar 7 Fév - 17:56

» Des incidents éclatent à Aulnay-sous-Bois après les soupçons de viol de policiers
par bye Lun 6 Fév - 18:23

» Le maire rejette l'étude d'UFC-Que choisir sur l'eau potable
par bye Lun 6 Fév - 18:20

» DOCUMENT. Voici le contrat de travail de Penelope Fillon
par bye Lun 6 Fév - 18:17

» Le Hezbollah scrute avec inquiétude la nouvelle politique américaine au Moyen-Orient
par bye Lun 6 Fév - 18:14

» Huit hommes possèdent autant que la moitié de la population mondiale
par bye Mer 18 Jan - 20:06

» Délinquants solidaires : Pour en finir avec le délit de solidarité
par bye Mer 18 Jan - 13:29

» ACTUALITÉ SOCIÉTÉ ET POLITIQUE
par gramophone Sam 14 Jan - 11:34

» votre permis de conduire à portée de main
par neil89 Ven 13 Jan - 23:51

» Poursuivre la mobilisation pour une carte élargie des lycées de l’Education Prioritaire, en grève le 10 janvier !
par bye Mar 10 Jan - 11:50

» Grenade de désencerclement : un CRS mis en examen
par bye Sam 7 Jan - 20:59

» Les trois visages du vote FN
par bye Sam 7 Jan - 20:46

» Les deux jambes du militantisme
par bye Sam 7 Jan - 20:37

» Condamnés aujourd’hui pour avoir comparé Christiane Taubira à un singe
par bye Sam 31 Déc - 10:17

» Échapper au chaos
par bye Jeu 22 Déc - 17:53

» Le sénateur Carle coupable de détournement de fonds publics ? SUD éducation le dit depuis 2009 !
par bye Jeu 22 Déc - 15:06

» Maths : résoudre un problème
par bye Lun 12 Déc - 13:25

» Journée Internationale des droits de l'Homme: une situation inquiétante en Birmanie
par bye Dim 11 Déc - 11:17

» Comment les services de renseignement font la chasse aux employés des télécoms
par bye Sam 10 Déc - 18:54

» ET SI LE MASCULIN NE L’EMPORTAIT PAS SUR LE FEMININ ?
par bye Sam 10 Déc - 18:49

» Un document interne provoque un malaise à la SNCF
par bye Sam 10 Déc - 18:38

» Le gouvernement repousse l’évacuation de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes
par bye Sam 10 Déc - 18:29

» Légitime défense des policiers : faut-il tordre le droit ?
par bye Ven 9 Déc - 19:29

» Cadeau de fin d’année, un casier scolaire pour tous les marmots
par bye Mar 6 Déc - 13:59

» Violences policières, violences d’Etat
par bye Mar 6 Déc - 13:54

» La métamatière, les élites et les gouvernants
par De Bortoli Claude Ven 2 Déc - 9:54

» Comment les stups ont enfumé la justice
par bye Jeu 1 Déc - 12:26

» Quel opérateur
par bye Jeu 1 Déc - 12:24

» Fillon président ? Un coup de massue pour l’école
par bye Mer 30 Nov - 17:54

» « Pourquoi j’ai secouru des réfugiés. » Monument en l'honneur de Pierre-Alain Mannoni
par bye Mar 29 Nov - 13:06

» Jean-Luc Mélenchon ne passera pas au second tour de la présidentielle s'il ne se décide pas à parler au peuple
par bye Mar 29 Nov - 13:03

» Graeme Allwright : il t'a laissé la carte qui est si délirante qu'il n'aura plus jamais besoin d'une autre
par bye Mar 29 Nov - 13:00

» Mort de Fidel Castro : bilan de santé de la révolution castriste
par bye Mar 29 Nov - 12:57

» Vinci, piraté par des hacktivistes
par bye Ven 25 Nov - 18:38

» Le Mouvement de la Paix solidaire de la lutte des infirmières et infirmiers
par bye Ven 25 Nov - 18:35

» presentation de moi
par bye Ven 25 Nov - 18:30

» tests
par Matteo13 Mer 23 Nov - 7:48

» Un système d'accueil italien saturé face au nombre toujours aussi important d'arrivées
par bye Lun 21 Nov - 19:08

» Comment fonctionnera le « centre humanitaire » de Paris ?
par bye Lun 21 Nov - 19:06

» Un quart des enfants européens est menacé par la pauvreté
par bye Lun 21 Nov - 19:02

» Cuba : Le Conseil d’État décrète l’amnistie de 787 condamnés
par bye Sam 19 Nov - 11:11

» TURQUIE : Cesser la « chasse aux sorcières » à l’encontre des employé(e)s de l’éducation
par bye Jeu 17 Nov - 18:57

» Ces magnats français qui contrôlent les médias
par bye Dim 13 Nov - 12:23

» Chômage, retraites et revenu universel : et si un cocktail était la bonne solution ?
par bye Dim 13 Nov - 12:20

» L'ANTIRACISME ET LA GAUCHE RADICALE SONT-ILS IRRÉCONCILIABLES?
par bye Dim 13 Nov - 12:16

» L'Amérique de Donald Trump
par bye Dim 13 Nov - 12:09

» Un an après les élections en Birmanie ...
par bye Mar 8 Nov - 18:59

» Fichier des Français : les oublis et les erreurs de Cazeneuve et Urvoas
par bye Mar 8 Nov - 11:54

» Burkina Fasso : Grève dans l’éducation les 3 et 4 novembre
par bye Mar 8 Nov - 11:49

» "Ni rire, ni pleurer, ni haïr. Comprendre"
par bye Mar 1 Nov - 11:58

» Besoin de crédit personnel
par filhastreanne Lun 31 Oct - 2:32

» L’usage informationnel acritique d’Internet à l’école primaire
par gramophone Dim 30 Oct - 10:06

» Un maire serbe à Srebrenica, tout un symbole, 21 ans après le massacre
par bye Lun 24 Oct - 12:39

» L'Arctique : eldorado ou mirage?
par bye Lun 24 Oct - 12:36

» Après le viol et le meurtre barbare d'une adolescente, les Argentines ont arrêté de travailler
par bye Lun 24 Oct - 12:33

» Si la mise en scène des manifestations spontanées de policiers, organisées en pleine nuit dans les rues de Paris, ont pu surprendre les riverains, elles inquiètent également la majorité à l'approche de la présidentielle.
par bye Lun 24 Oct - 12:30

» Sommet de Bratislava : vers une convergence des approches "sécuritaires" sur les questions migratoires ?
par bye Jeu 20 Oct - 18:28

» Démantèlement de Calais : quel plan de répartition pour les migrants ?
par bye Jeu 20 Oct - 18:26

» Première défaite pour Viktor Orbán
par gramophone Jeu 20 Oct - 6:27

LE SITE

Dans Les Coulisses de Demain

FORUMS & SITES AMIS

FORUM EST INSCRIT SUR


    surveillance des masses

    Partagez
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8749
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    surveillance des masses

    Message par bye le Mer 11 Mar - 6:23

    Voici une photo de "l'inauguration" de Barak Obama du 20 janvier dernier, dans
    laquelle on peut distinguer nettement chaque personne dans la
    foule.


    Pointez quelque part. Cliquez 2 fois avec la petite main sur
    la photo. Attendez quelques secondes et vous serez au point. Renouveler
    l'opération.


    Cette photo a été prise avec une caméra-robot de 1.474
    megapixel, soit avec 295 fois plus de puissance que les photos à 5 megapixels
    de nos caméras familiales.


    Une seule photo et la possibilité de
    "ficher" un million de personnes !
    Voici le site
    :coller.copier


    http://gigapan.org/viewGigapanFullscreen.php?auth=033ef14483ee899496648c2b4b06233c

    Faites-lui faire le tour de vos amis,
    afin que tous apprennent la puissance dont peuvent disposer les gouvernements —
    au cas où vous ne le sauriez pas.


    A bientôt sur le pavé, sourions
    ensemble
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8749
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: surveillance des masses

    Message par bye le Sam 12 Fév - 12:07

    Bouquin : Ficher, filmer, enfermer, vers une société de surveillance ?
    http://www.fondation-copernic.org/spip.php?article413

    Livre coordonné par Evelyne Sire-Marin, éditions Syllepse


    “...de très vieilles ombres sont de retour et nous fixent sans trembler” Patrick Chamoiseau

    Ce livre collectif tente de mettre la main au collet de la société de surveillance qui se profile en France, lois après lois. Une société de défiance issue de la concurrence mondialisée tente de se préserver de tout conflit et de prévoir tout risque social, en mettant à l’index les pauvres, les chômeurs et les étrangers. L’école, la justice, la psychiatrie, la prison, les services sociaux, et bien sûr la police, sont dévorées par la tentation sécuritaire, multipliant les fichiers, les relevés d’ADN, les vidéo-surveillances et autres bracelets électroniques. Les puces RFID et les réseaux sociaux gardent la trace de nos vies, de nos opinions et de nos passions. Le PDG de Google n’a-t-il pas récemment déé : "le développement des nouvelles technologies devrait faire renoncer au concept de vie privé" ?

    Nous vérifions aujourd’hui les fulgurances de Michel Foucault sur l’histoire de la société disciplinaire. Le panopticum, plan architectural du monastère et des prisons de l’âge classique, où chacun pouvait être vu de tous, semble dessiner le projet d’architecture sociale de la France de la dernière décennie. En annexe de ce livre, un tableau des dernières lois de surveillance, démontre mieux qu’un long exposé l’état de déréliction des libertés, aujourd’hui en France.

    Il ne s’agit pas seulement de surveiller, mais aussi de classer les êtres humains en populations utiles et inutiles, qu’on peut alors discriminer et éliminer socialement.

    Les expulsions massives de Roms l’ont dévoilé en été 2010. Derrière des rafles policières dans les camps de nomades, et bien avant les expulsions effectives de femmes et d’enfants, il y a eu des fichiers et des circulaires organisant le travail de la police, émanant du pouvoir politique.

    Des fichiers, comme le fichier MENS de la gendarmerie (Minorités ethniques non sédentarisées), qui énumèrent les noms des familles de gens du voyage, les recensant en gitans, manouches, roms, et les classant par “spécialité”, vol à la tire, vol au distributeurs de billets, proxénétisme, trafic de véhicules.

    Des circulaires, comme l’incroyable circulaire du 5 août 2010 du Ministre de l’Intérieur, Brice Hortefeux, qui ordonnait l’expulsion des roms en tant que communauté, et non pas, comme cela aurait été légal, de tout occupant irrégulier de terrains communaux.

    Des politiques, comme Brice Hortefeux, déjà condamné pour injure raciale et cependant toujours Ministre de la République, qui, bien qu’il soit entouré de services de renseignements, n’était, selon lui, pas informé de l’existence de ce texte profondément contraire à nos principes constitutionnels. Ou comme Eric Besson, le Ministre de l’Immigration et de l’identité nationale, qui s’est félicité en août 2010, de la mise en place de la biométrie dans le fichier OSCAR (Outil de statistique et de contrôle de l’aide au retour) créé par un décret du 26 octobre 2009, pour collecter des données (photographie numérisée du visage et empreintes des dix doigts), tant pour le bénéficiaire de l’aide au retour que pour ses enfants dès l’âge de 12 ans.

    Cela ne fera qu’un fichier de plus alors que les nomades sont astreints en France à posséder un livret de circulation, ayant remplacé le carnet anthropométrique, qui servit aux autorités de collaboration pour acheminer les tziganes vers les camps de concentration.

    Ce livre tente, comme tous les travaux de la Fondation Copernic, d’être une passerelle entre différents savoirs, différentes analyses, différentes organisations, différents auteurs. Mais il se veut surtout l’écho de différentes mobilisation, celles de la Ligue des Droits de l’Homme pour le pacte citoyen pour les droits, de DELIS (Droits et Libertés face à l’Informatisation de la Société) contre la société de surveillance, de l’appel des appel autour de la marchandisation des métiers du social et de la santé et de la Fondation Copernic, “pour remettre à l’endroit ce que le capitalisme a mis à l’envers”.

    Mais il s’agit aussi de faire se rencontrer des mondes professionnels fonctionnant le plus souvent en monades, juristes, psychanalystes, scientifiques ou philosophes.

    Jean-Claude Vitran, membre du Bureau National de la Ligue des Droits de l’Homme dresse un bilan exhaustif des technologies de surveillances. Son texte détaille les techniques d’informatisation, de fichage, de video-surveillance, de profilage, de géolocalisation et de biométrie, tant publiques que privées. Tentant une définition du contrôle social, il rappelle que jamais les révolutionnaires de 1789 ne mentionnent la sécurité dans la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen du 26 août 1789 ; l’article II affirme seulement que la sûreté est un droit naturel et imprescriptible. La sûreté n’est pas du tout la sécurité, prônée aussi bien par la loi sécurité quotidienne du socialiste Daniel Vaillant ou par la loi sécurité intérieure du populiste Nicolas Sarkozy, tout deux Ministres de l’Intérieur. La sûreté, comme le dit Robert Badinter, c’est l’assurance pour le citoyen que le pouvoir de l’Etat ne s’exercera pas sur lui de façon arbitraire et excessive. Jean-Claude Vitran souligne donc l’inversion politique et intellectuelle du concept sécuritaire qui justement s’applique sur les individus de façon arbitraire et excessive.

    Roland Gori, Psychanalyste et professeur de psychopathologie clinique, fondateur de l’appel des appels, dans un article lumineux, livre sa réflexion philosophique sur la norme. Il décrit la médicalisation de l’existence, et la transformation de la médecine en biopouvoir dans le cadre de l’économie capitaliste. Il montre comment la modification constante des normes biologiques, hypertention, ostéoporose, dépression..., conduit chaque individu à pratiquer une surveillance sociale médicalisée de lui-même, pour le plus grand bénéfice des laboratoires pharmaceutiques. Aujourd’huil les “dys”, dysfonctionnants de toutes sortes (dyslexiques, dysphoriques, etc), ont remplacé les malades, d’où le titre de l’article “la traque des dys”. Les troubles se sont substitués aux symptômes, participant en médecine et en psychiatrie, de cette confusion totale entre normal, pathologique, et anomal. L’anomalie n’est plus un fait clinique, mais elle devient le signe d’une différence normative suspecte qu’il faut dépister et contrôler en permanence. Ce n’est plus tant la maladie mentale qui intéresse la psychiatrie, mais le petit peuple des “anormaux”. Ce n’est plus tant le criminel qui intéresse la justice, mais les déviants, ceux qui commettent des incivilités.

    Julien BACH, haut fonctionnaire, retrace dans un article très documenté l’histoire du droit des prisonniers. Citant de nombreuses décisions des justices administratives et judiciaires françaises, et de la justice européenne, il souligne le contraste entre la réalité de la condition des détenus, humiliante et misérable, et les normes juridiques. Ainsi, parmi de nombreux exemples, le droit à l’encellulement individuel est proclamé depuis une loi du...5 juin 1875, mais les détenus s’entassent toujours, parfois à quatre dans la même cellule, puisque le taux d’occupation de certaines prisons est de 200%. Si les prisons françaises sont une honte pour la République, l’auteur souligne qu’il existe cependant une pression croissante de la part des juridictions, et surtout de la Cour Européenne des Droits de l’Homme, pour sanctionner les états qui ne respectent pas la dignité des hommes en prison, leur droit à une vie familiale et leur droit au travail. Un récent arrêt de la Cour Européenne confirme son propos, puisque la France vient d’être condamnée le 12 octobre 2010, dans un arrêt Brusco, pour la non conformité de son régime de garde à vue à l’article 6 de la Convention Européenne des Droits de l’Homme ( Droit à un procès équitable).

    Odile Morvan et A-M Alléon, psychanalyste et psychiatre, décrivent la réalité quotidienne des soins en psychiatrie, les patients entravés, les réhospitalisations qui se multiplient après des séjours de courte durée et le fichage systématique des malades. Elles constatent que la souffrance devient une arme politique, à travers l’utilisation de la souffrance des victimes, alors qu’elle était jusqu’ici une affaire individuelle. Dans le climat de peur qui est sans cesse alimenté par le gouvernement,les populations sont dressées les unes contre les autres, utilisant la binarité victime/bourreau. Les auteurs réfléchissent autour de la dangerosité et du fichage en psychiatrie, questions réactualisées par le projet de loi sur les soins sous contrainte, qui crée une obligation de soins en ambulatoire. Mettant en oeuvre les déclarations du discours d’Antony du Président de la République du 2 décembre 2008 sur la dangerosité psychiatrique, le projet prévoit que le patient sera surveillé hors les murs de l’hopital, à l’opposé du climat de confiance nécessaire aux soins, comme le dénonce l’appel “Mais c’est un homme”.

    Enfin, Evelyne Sire-Marin, magistrat et membre de la Fondation Copernic, montre, à partir de son expérience judiciaire, comment le droit pénal s’étend, bien au delà du domaine habituel de la justice, à la surveillance des “classes dangereuses”. Si l’on parle ici de société de surveillance, c’est que l’état ne se borne plus à utiliser ses forces régaliennes, police, justice, armée, pour réprimer le désordre social et punir les actes réels de délinquance. En réponse au chômage de masse, l’état sécuritaire a remplacé l’état social. Le champ pénal et la surveillance ont débordé le domaine de la justice. La mission de celle-ci était de sanctionner des infractions matérielles dont la réalité est prouvée. Mais pour l’état sécuritaire, le risque de délinquance, le danger virtuel suffisent et justifient un "ordre mobile", selon le terme édifiant du programme de l’UMP lors de l’élection présidentielle). L’école, la psychiatrie, les services sociaux sont dévorées par la tentation sécuritaire qui cherche à identifier et à contenir des dangers errants et virtuels.

    Pour cet “ordre mobile”, la surveillance s’étend infiniment dans le temps et dans l’espace. Dans le temps, car les délais de prescription des infractions s’allongent, et la durée d’inscription sur les fichiers policiers va désormais de 20 à 40 ans, créant une présomption permanente de culpabilité.

    La surveillance s’étend dans l’espace, avec les bracelets électroniques, la biométrie, la video surveillance, la téléphonie mobile. Mais c’est aussi dans les esprits que s’insinue la société de surveillance, alors qu’une police de la parole finit par dominer le discours public, et notamment celui du Président, parlant de racailles, de nettoyage au Kärcher, et de “guerre nationale aux délinquants d’origine étrangère”.

    Après avoir dressé le bilan calamiteux de cette politique, qui échoue à lutter contre la délinquance, qui désorganise la police et la justice, E Sire-Marin énonce de nombreuses propositions alternatives en matière de fichage, de video surveillance et de protection des données personnelles.

    Un historique des dernières lois de surveillance est annexé à l’ouvrage.


    _____


    Lire la tribune (Libération, 10/01/11) rédigée par Evelyne Sire-Marin, magistrat, présidente d'honneur de la Fondation Copernic : http://www.fondation-copernic.org/spip.php?article414



      La date/heure actuelle est Ven 21 Juil - 19:42