LIBRE DISCUSSION DANS LES COULISSES DE DEMAIN

Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
LIBRE DISCUSSION DANS LES COULISSES DE DEMAIN

Débattons en toute liberté, dans le respect de l’autre, sur tous les sujets qui composent notre société : politique, économie, environnement, religion, philosophie, paranormal, sciences, famille, santé, mode, sexualité, loisirs, sports, divertissements…

Derniers sujets

» AVORTEMENT AUX USA, NOUS NE VOULONS PAS PERDRE DE DROITS, NOUS VOULONS EN GAGNER !
par bye Mar 28 Juin - 12:51

» Michel Piron en garde à vue. Derrière Jacquie et Michel : un système organisé de proxénétisme et de viols.
par bye Jeu 16 Juin - 15:33

» EuroSatory : Visioconférence et Rassemblements contre le commerce des armes
par bye Lun 6 Juin - 17:32

» Entretien avec Yamina Saheb (GIEC) : “Il y a eu quelques réticences pour mettre le terme de sobriété dans le dernier rapport”.
par bye Mer 1 Juin - 8:37

» Retour sur l’accueil des déplacés d’Ukraine dans les Hautes-Alpes
par bye Mar 31 Mai - 16:17

» L’industrie pornocriminelle cible les enfants et la justice abdique !
par bye Mer 25 Mai - 16:23

» Le Royaume-Uni renforce son arsenal juridique contre les personnes en besoin de protection
par bye Jeu 19 Mai - 10:42

» Recrutement enseignant : une crise des plus inquiétantes pour l’avenir de l’école
par bye Jeu 19 Mai - 10:36

» Moi, Nestor Makhno (épisode 7) – Il y a 100 ans, l’autre guerre d’Ukraine – Feuilleton
par bye Mer 11 Mai - 11:53

» Le "Tous capables" l'Education Nouvelle Le Groupe Français d'Education Nouvelle
par bye Ven 6 Mai - 12:42

» Menaces sur le droit à l’avortement aux Etats-Unis : le collectif Avortement Europe dénonce une énième tentative de restreindre le droit des femmes à disposer de leur corps !
par bye Ven 6 Mai - 12:30

» Biélorussie : la plus grande attaque anti-syndicale du siècle en Europe
par bye Ven 29 Avr - 12:15

» Les associations dénoncent la différence de traitement envers les ressortissants non-Ukrainiens
par bye Ven 22 Avr - 6:21

» SUD éducation gagne l’indemnité REP/REP+ pour les AED !
par bye Jeu 21 Avr - 17:21

» Guerre en Ukraine : que contient la directive sur la protection temporaire de 2001 ?
par bye Dim 17 Avr - 9:50

» ACTUALITÉ SOCIÉTÉ ET POLITIQUE
par gramophone Ven 15 Avr - 8:59

» Mutations-sanctions à l'école Pasteur (93) : dans « l'intérêt du service public », nous devons faire front !
par bye Jeu 14 Avr - 8:42

» 6e rapport du GIEC : quelles solutions face au changement climatique ?
par bye Ven 8 Avr - 12:34

» Cabinets de conseil : quand le Sénat fustige le gouvernement
par bye Mer 6 Avr - 16:36

» Les fresques carabines : une institutionnalisation des violences sexistes à l’hôpital
par bye Dim 13 Mar - 12:35

» L’Ukraine au coeur… de la classe, l’école au coeur du monde
par bye Ven 4 Mar - 17:34

» 8 Mars 2022 : Grève féministe Déferlante pour l'égalité !
par bye Mar 1 Mar - 11:08

» Une guerre “culturelle”
par bye Jeu 24 Fév - 19:27

» Nouveau camp fermé de Samos : « Barbelés, clôtures, couvre-feu […] le camp ressemble à une prison. »
par bye Jeu 17 Fév - 18:07

» Exterminez toutes ces brutes
par bye Ven 4 Fév - 10:22

» Entretien avec Laurence Scialom : « Ne pas mettre la lutte contre la dégradation de notre biosphère au cœur de la gouvernance européenne serait une erreur historique »
par bye Mer 26 Jan - 15:55

» Osez le féminisme ! fait 200 signalements de vidéos illégales sur des sites pornographiquesOsez le féminisme ! fait 200 signalements de vidéos illégales sur des sites pornographiques
par bye Lun 24 Jan - 11:46

» La mécanique des inégalités : un entretien avec les sociologues Alain Bihr et Roland PfefferkornLa mécanique des inégalités : un entretien avec les sociologues Alain Bihr et Roland Pfefferkorn
par bye Sam 22 Jan - 10:48

» Répression pour un poème au Lycée Marcelin Berthelot de Pantin.
par bye Mer 12 Jan - 20:42

» CP/ Présidence française de l'Union européenne : Une alternative pour une politique d'asile européenne réellement solidaire est possible
par bye Ven 24 Déc - 9:47

» Les fresques carabines reconnues contraires à la dignité des femmes !
par bye Mar 21 Déc - 17:56

» Frontière biélorusse : quel impact des propositions de la Commission visant à déroger au droit d’asile européen ?
par bye Ven 17 Déc - 8:59

» contre le système pornocriminel
par bye Mer 15 Déc - 18:39

» S’émanciper dès la maternelle par le travail et la coopération
par bye Mer 15 Déc - 11:40

» La coopérative pédagogique : Paroles de filles
par bye Ven 3 Déc - 10:32

» La maltraitance des migrants n’est pas une fatalité »
par bye Mar 30 Nov - 18:47

» Lutter contre la violence… pour de vrai
par bye Jeu 25 Nov - 13:13

» République blindée, Projet Local d’Évaluation, chefs dans les écoles… Fin de règne rue de Grenelle
par bye Mer 17 Nov - 13:02

» Campagne d’Eric Zemmour : un masculiniste revendiqué prétendant à l’Elysée ?
par bye Jeu 11 Nov - 12:07

» Affaire Jacquie et Michel : 4 “acteurs” mis en examen pour viol, la fin de l’impunité !
par bye Mar 2 Nov - 18:34

» Réinstallation des réfugiés afghans dans l’UE : des promesses, pas d’engagements chiffrés
par bye Sam 23 Oct - 8:14

» La marchandisation généralisée des relations humaines et des corps coïncide avec l’échec de l’ambition démocratique
par gramophone Mer 20 Oct - 19:33

» À Montpellier, descente de police contre des sans-papiers venus au contre sommet France-Afrique
par bye Mar 19 Oct - 19:07

» Climat : nous l’avons fait, l’Etat n’a plus le choix !
par bye Ven 15 Oct - 12:36

» L’école des sans-école… des jeunes migrants refusés d’école
par bye Mer 13 Oct - 11:27

» La France envoie ses déchets nucléaires en Sibérie !
par bye Mar 12 Oct - 18:05

» Total Energies et Le Louvre : alliés contre le climat
par bye Mer 6 Oct - 16:55

» L’école est à la fois un lieu de formation et d’expression des bandes
par bye Mer 6 Oct - 9:19

» Analyse/déclaration sur la vente de sous-marins américains à l’Australie
par bye Sam 2 Oct - 9:32

» À celles et ceux qui ne sont pas rentré·es,
par bye Mer 29 Sep - 11:55

» « Nous n’avons pas besoin et nous ne voulons pas d’un petit chef ! »…
par bye Mar 21 Sep - 17:18

» Noël : fêtes familiales ou marché de dupe ?
par gramophone Mar 21 Sep - 15:57

» Les troubles de l’érection
par gramophone Mar 21 Sep - 14:36

» Le 28 septembre, c'est la journée internationale de droit à l'avortement !
par bye Lun 20 Sep - 19:35

» Biélorussie : les migrants victimes de l’instrumentalisation de la question migratoire
par bye Mer 15 Sep - 19:46

» Accueil des Afghans évacués de Kaboul
par bye Ven 10 Sep - 16:48

» Marseille : un discours de chef(s) !
par bye Mer 8 Sep - 11:53

» HECTAR grand projet inutile, priorité au service public !
par bye Mer 1 Sep - 19:09

» Rapport du GIEC : Jean Jouzel appelle à une réaction
par bye Mer 11 Aoû - 5:07

» J’évite de prendre l’avion
par bye Lun 12 Juil - 20:45

» Condamné à agir d’ici 9 mois, l'Etat ne réagit pas...
par bye Ven 2 Juil - 9:05

» ENFIN L'ÉGALITÉ, la PMA pour toutes adoptée !
par bye Mer 30 Juin - 12:12

» Projet de loi sur l’enfance : le choix du contrôle plutôt que de la protection pour les mineurs isolés étrangers
par bye Sam 19 Juin - 12:16

» Appel pour les libertés, contre les idées d’extrême-droite : mobilisons-nous le 12 juin !
par bye Mar 8 Juin - 11:52

» Soutien à l’enseignante empêchée de faire cours en raison de son masque
par bye Mer 2 Juin - 18:35

» La junte du Myanmar suspend plus de 1 600 enseignant·es
par bye Mar 25 Mai - 12:24

» Manifeste pour la suspension des brevets liés au Covid 19
par bye Dim 23 Mai - 16:49

» Les dépenses militaires face aux besoins humains. Les centaines de milliards de la honte
par bye Mer 19 Mai - 18:00

» Évaluer n’est pas noter
par bye Lun 17 Mai - 11:22

» Le bilan chiffré du règlement Dublin ne plaide pas pour son maintien
par bye Mer 5 Mai - 12:37

» La compensation carbone, inefficace pour réduire les émissions du secteur aérien
par bye Mar 20 Avr - 8:39

» GRANDE-BRETAGNE. "KILL THE POLICE BILL"GRANDE-BRETAGNE. "KILL THE POLICE BILL"
par bye Ven 16 Avr - 12:34

» Covid-19 : quel impact sur les procédures d’éloignement des migrants ?
par bye Ven 2 Avr - 12:45

» Médecins : stagnation des effectifs mais baisse de la densité médicale
par bye Ven 2 Avr - 12:36

» Encore une attaque des fascistes contre une librairie libertaire
par bye Lun 22 Mar - 12:40

» A partie du 17 mars, la France est à découvert climatique
par bye Mer 17 Mar - 11:49

» Non, on ne peut pas être « féministe » et agresser des survivantes de la prostitution et des féministes le 8 mars.
par bye Jeu 11 Mar - 9:39

» Les députés les Républicains font entrave au droit à l’avortement pour toutes !
par bye Jeu 18 Fév - 12:16

» Méditerrannée : reprise des sauvetages en mer pour l'Ocean Viking
par bye Jeu 4 Fév - 19:44

» Nouveau numéro du journal Casse-rôles
par bye Lun 1 Fév - 12:53

» #METOOInceste : La loi à l’agenda de l’Assemblée Nationale !
par bye Ven 22 Jan - 13:39

» Projet Hercule : EDF serait éclaté en trois entités
par bye Sam 16 Jan - 9:00

» Les enjeux de l'intégration des bénéficiaires d'une protection internationale dans l'Union européenne
par bye Lun 11 Jan - 20:50

» La méthode Montessori en question
par bye Mer 23 Déc - 13:24

» L’environnement ? une préoccupation peu partagée par les adultes
par bye Mer 16 Déc - 12:08

» Terrorisme
par bye Lun 14 Déc - 18:45

» Éducation : il faut donner priorité aux vaincus
par bye Mar 8 Déc - 11:59

» JOURNÉE MONDIALE DE L'ENFANCE
par bye Ven 4 Déc - 17:14

» 25novembre : la lutte pour l'élimination des violences masculines continue !
par bye Mer 25 Nov - 15:07

» Les mobilisations étudiantes sous la menace de lourdes peines de prison
par bye Mar 24 Nov - 10:23

» Décision historique pour la justice climatique !
par bye Jeu 19 Nov - 20:00

» Et maintenant nous sommes là...
par bye Mer 18 Nov - 13:13

» Révélation scientifique: l’amour rend aveugle !
par gramophone Sam 7 Nov - 9:55

» La puissance de la solidarité syndicale internationale
par bye Ven 6 Nov - 11:53

LE SITE

Dans Les Coulisses de Demain

FORUMS & SITES AMIS

FORUM EST INSCRIT SUR

Le deal à ne pas rater :
One Piece : pas de tome Collector 25 ans prévu chez Glénat ?
Voir le deal

+4
trip-hop
bye
Rabasse du sud
admin
8 participants

    Energie

    avatar
    admin
    Administratrice


    Féminin
    Nombre de messages : 2788
    Date d'inscription : 23/11/2007

    Energie Empty Energie

    Message par admin Lun 26 Nov - 2:12

    L'Europe est-elle un acteur essentiel dans la non prolifération nucléaire ? La dépendance énergétique risque-t-elle de changer l'ordre mondial ? Le développement des énergies de substitution deviendra-t-il un enjeu stratégique de première importance entre les pays ? Le nucléaire (civil) est-il une solution ? Devons-nous et pouvons-nous faire évoluer nos modes de vie ? Quel sacrifice pouvons-nous réaliser ?
    Rabasse du sud
    Rabasse du sud


    Nombre de messages : 2398
    Localisation : la provence
    Emploi/loisirs : chercheur
    Date d'inscription : 26/11/2007

    Energie Empty Re: Energie

    Message par Rabasse du sud Lun 26 Nov - 14:18

    Devons-nous et pouvons-nous faire évoluer nos modes de vie ?

    oui nous pouvons ! adopter une autre façon de vivre, changer nos modes de vie et garder à l'esprit que c'est possible, les solutions sont multiples......

    Le nucléaire n’est pas le seul moyen de produire de l’électricité : il existe d'autres sources d’énergies. Une sortie rapide du nucléaire est possible.

    En attendant le plein rendement des énergies renouvelables, on peut utiliser les autres moyens disponibles, en favorisant les plus efficaces et les moins polluants.
    - Si les centrales nucléaires devaient être fermées demain, la France ne se retrouverait pas plongée dans l’obscurité pour autant. La soixantaine de centrales au fioul ou au charbon qui existent en France peut pourvoir en grande partie à notre consommation, pour peu qu’elles fonctionnent toute l’année. à l’heure actuelle, elles ne sont mises en marche que quelques jours pas an, pour compenser les augmentations de consommation dues principalement au chauffage électrique. Pour les centrales au charbon, une modernisation selon la technique du Lit fluidisé circulant (telle qu’elle a été pratiqué en Allemagne) permettrait de limiter considérablement les pollutions comme le soufre. Ce type de centrales présente l’inconvénient de produire beaucoup de CO2, ce qui en fait une solution transitoire.

    Les prochains chantiers devraient s’orienter vers des centrales au gaz à cycle combiné. Utilisée dans de nombreux pays, cette technologie est peu polluante et très performante. Elle produit trois fois moins de C02 que les centrales au charbon et permet des rendements de l'ordre de 65 %, le double de celui des centrales traditionnelles.

    - Des unités de production électrique peuvent être installées en cogénération. Le principe est de récupérer la chaleur perdue lors de la production d'électricité et de la réutiliser pour l’eau chaude ou le chauffage urbain. On peut atteindre ainsi des rendements de l’ordre de 80 %. La source d’énergie peut être le gaz, le fuel, le bois ou n’importe quel autre combustible.

    -La pile à combustible est très peu polluante. Elle utilise l’hydrogène, dont la combustion produit de l'énergie et de l'eau. Elle demande cependant une source d’énergie préalable pour produire l’hydrogène : la plupart des installations existantes sont alimentées en gaz naturel. La micro centrale installée à Chelles (Seine et Marne) alimente ainsi 200 foyers en électricité et en chaleur. Encore coûteuse, c’est une technologie prometteuse en plein développement, qui mériterait de plus grands efforts de recherche.

    Fermons les centrales inutiles.
    L’équivalent de :

    * Douze réacteurs fonctionnent pour l’exportation. Cette électricité est vendue à bas prix aux pays voisins ; les déchets restent en France.

    * Cinq réacteurs servent à fournir l’énergie nécessaire au propre fonctionnement de l’industrie nucléaire (auto-consommation).

    Posons le problème des besoins réels en énergie.

    * La maîtrise de l’énergie est une étape inévitable pour résoudre les problèmes énergétiques. Le potentiel de l’efficacité énergétique est souvent sous-estimé. Par exemple, une campagne européenne a montré qu’on pouvait réaliser dans l'habitat 50 % d'économies d'électricité à confort égal. Généralisé dans tous les logements français, cela représenterait la consommation de quatre à cinq réacteurs nucléaires. Rien que la consommation inutile des appareils en veille représente un réacteur nucléaire ! L'abandon du chauffage électrique permettrait d'arrêter dix réacteurs.

    Produisons autrement.

    * En transition, il existe d’autres moyens de produire de l’électricité : centrales thermiques classiques, centrales au gaz à cycle combiné, installations de cogénération, piles à combustibles…

    * à terme, les énergies renouvelables devront satisfaire tous nos besoins. Il est urgent de se donner les moyens de développer ces nouvelles technologies qui seront forcément les énergies de demain.
    Une fin proche du danger nucléaire et de son cortège de pollution est possible par ces modernisations. Cela nécessite de la part de la France une volonté politique ferme et des financements correspondants à la hauteur des enjeux.

    Le vrai prix du nucléaire
    Le nucléaire est compétitif uniquement parce qu’il ne prend pas en compte son coût réel.
    Le nucléaire a la réputation d’être peu coûteux. Mais c’est oublier de prendre en compte ses coûts cachés, qui sont payés par tous les Français, même s’ils ne figurent pas sur la facture d’électricité.

    Prenons l’exemple du Commissariat à l’énergie atomique (CEA). Cet organisme de recherche a bénéficié de 308 milliards de francs de subventions publiques sur les 405 milliards de francs de budget civil cumulé pour la période 1946-1992 (1). Le programme nucléaire en est le principal bénéficiaire, puisqu’il monopolise plus de 90 % de ces budgets de recherche, contre 1 % à 2 % pour les énergies renouvelables (2).

    Coûts inconnus. D’autre part, le coût du démantèlement a toujours été sous-évalué par les producteurs d’électricité. De même, le coût total de la gestion des déchets reste inconnu. Cela signifie que demain, nous et nos descendants continuerons à payer pour les conséquences de ces kWh nucléaires déjà consommés.
    Amory Lovins est le fondateur du Rocky Mountain Institute (3), un organisme américain de recherche et de conseil en énergie. Il estime que le coût prohibitif du nucléaire justifie à lui seul qu’on se passe de cette énergie : « L’énergie nucléaire s’est révélée beaucoup plus coûteuse que prévue ; bien plus coûteuse en réalité que tous les autres modes de production d’électricité. Les gouvernements feraient mieux de respecter la loi du marché au lieu d’avantager cette technologie aux frais du contribuable. » Selon lui, G. Bush n’obtiendra pas le soutien des financiers pour relancer le nucléaire aux états-Unis, dans la mesure où cette industrie a déjà prouvé qu’elle n’était pas rentable.

    (1) « CEA, un demi-siècle de pouvoir nucléaire », Bruno Barrillot, Damoclès, CDRPC, Lyon.
    (2) OCDE/Ademe, Energy policy in country.
    (3) RMI : http://www.rmi.org
    Rabasse du sud
    Rabasse du sud


    Nombre de messages : 2398
    Localisation : la provence
    Emploi/loisirs : chercheur
    Date d'inscription : 26/11/2007

    Energie Empty Re: Energie

    Message par Rabasse du sud Ven 21 Déc - 17:31

    Texte : Les records de consommation d’électricité consacrent l’échec de l’option nucléaire française

    Malgré la nécessité d’économiser l’énergie, la France vient une nouvelle fois de battre son record de consommation d’électricité avec une puissance appelée de 88,9 GW à 19h, lundi 17 décembre et de 88,2 GW, mardi 18 décembre à 19h. Pourtant, si les températures sont fraîches, elles ne sont pas extrêmes. Alors comment expliquer une telle consommation qui contraint la France à importer de l’électricité ?

    Cette situation est la conséquence directe du « tout nucléaire » imposé en France depuis trente ans : pour légitimer la construction de 58 réacteurs, EDF et l’Etat ont mis en place le plus grand parc de chauffage électrique d’Europe [1], qui entraîne une surconsommation d’électricité et qui, par ailleurs, est un mode de chauffage ruineux pour les consommateurs. Le chauffage électrique qui obère le pouvoir d’achat des ménages les plus pauvres est d’ailleurs interdit au Danemark dans toutes les constructions neuves.

    Le nucléaire, dont la production manque de souplesse, est incapable de répondre aux pointes de consommation dont il est pourtant responsable. De fait, quand il fait froid comme actuellement, il faut faire fonctionner des centrales au charbon et au fioul fortement émettrices de CO2, mais aussi importer au tarif fort de l’électricité depuis les pays voisins. Mais ces derniers pourront-ils toujours fournir l’électricité manquante à la France ? La France n’est-elle pas sous la menace d’une pénurie d’électricité en cas de nouvelles baisses de la température et/ou d’indisponibilité de moyens de production ?

    Or, il est possible de sortir rapidement de cette impasse énergétique. Selon l’étude sur des sorties du nucléaire en 5 ou 10 ans publiée par le Réseau « Sortir du nucléaire » [2], une campagne vigoureuse d’économies d’énergie et d’énergies renouvelables sur 5 ans pourrait diminuer la consommation électrique de la France de 20 %. Pour cela, il faudrait lancer un programme d’isolation du bâti ancien et remplacer les équipements les plus gourmands en énergie (électroménager et éclairage) par des appareils sobres. Il faudrait aussi remplacer le chauffage électrique et les chauffe-eau électriques par des installations de chauffage utilisant la biomasse (bois, résidus de récolte, déchets organiques) et par des panneaux solaires thermiques.

    Economies d’énergie et énergies renouvelables permettraient à la France d’améliorer réellement son indépendance énergétique et diminueraient sensiblement sa facture énergétique. Ces programmes créeraient en outre beaucoup plus d’emplois que la construction du réacteur nucléaire EPR à Flamanville, un investissement inutile et dangereux.

    Il est plus que temps de changer notre manière de produire et de consommer l’énergie pour éviter ces pics de consommation et les risques de pénurie.

    Communiqué de presse du 19 décembre 2007
    Réseau Sortir du nucléaire
    Fédération de 800 associations
    http://www.sortirdunucleaire.org
    Tel. 04 78 28 29 22

    [1] 7 millions de ménages se chauffent à l’électricité en France.

    [2] http://www.sortirdunucleaire.org/
    bye
    bye
    Administratrice


    Masculin
    Nombre de messages : 8993
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Energie Empty Re: Energie

    Message par bye Ven 21 Déc - 17:54

    Le réseau " sortir du nucléaire " lui aussi, effectue un excellent travail de sensibilisation et d'alerte au danger du nucléaire, mais aussi à l'impasse qu'il représente.
    En effet, il est possible de réduire la consommation d'électricité, de conduire une démarche novatrice en énergies renouvelables. Mais aussi, et surtout, à mon sens, plus généralement, il faut stopper progressivement la course à cette fameuse croissance.Les économistes ont déjà soutenu le pari d'une croissance ralentie, épousant les contraintes liées à l'apauvrissement des matières premières.
    En fait, c'est un leurre; le gaspillage ( d'autant plus que ces richesses minières proviennent presqu'exclusivement des pays en voie de développement ), la surconsommation continueront, avec bien sûr la demande de plus en plus forte d'énergie.
    La décroissance se pose déjà comme alternative, comme rupture avec le système de production actuel.
    Pour terminer, le capitalisme, est également prêt à sauter de cheval pour enfourcher celui d'une croissance raisonnable, durable.
    Il est tout à fait adaptable, comme on peut le voir à une petite échelle, où les petites contraintes dûes à l'application du protocole de Kyoto, ou celles du Grenelle de l'environnement, ne le dérangent absolument pas.Mieux, c'est lui qui mène le bal, au travers des différents lobbys ( EDF, ensemenciers, AREVA, constructeurs d'automobiles,..)
    Rabasse du sud
    Rabasse du sud


    Nombre de messages : 2398
    Localisation : la provence
    Emploi/loisirs : chercheur
    Date d'inscription : 26/11/2007

    Energie Empty Re: Energie

    Message par Rabasse du sud Ven 21 Déc - 18:07

    arthur bye, je pense que la décroissance qui sauvera tout ! ceci impliquera d'entrer dans un autre système qui, par là même, profitera globalement à une meilleure qualité de vie. C'est comme tu dis une alternative.
    Rabasse du sud
    Rabasse du sud


    Nombre de messages : 2398
    Localisation : la provence
    Emploi/loisirs : chercheur
    Date d'inscription : 26/11/2007

    Energie Empty Re: Energie

    Message par Rabasse du sud Sam 29 Déc - 19:01

    Les pics de consommation d'électricité enregistrés en début de semaine interrogent sur la politique énergétique française.
    En raison de températures inférieures de 5 à 6 degrés aux normales saisonnières, la France a battu, lundi 17 décembre, son record de consommation d'électricité avec une puissance appelée de 88,9 GW. En effet, une baisse de 1 degré entraîne un surcroît de consommation de 1 700 MW (deux fois les besoins de Marseille) dans l'Hexagone. Ce pic de consommation a donc nécessité d'importer de l'électricité et de faire appel aux producteurs allemands et suisses.

    Pour EDF, cette situation est la preuve que "l'Europe de l'électricité existe et fonctionne". Au moment où la France importait 5 100 MW, elle en exportait 3 500 vers l'Angleterre, l'Italie, l'Espagne et la Belgique.

    Pour le Réseau "Sortir du nucléaire", "cette situation est la conséquence directe du « tout nucléaire » imposé en France depuis trente ans : pour légitimer la construction de 58 réacteurs, EDF et l'Etat ont mis en place le plus grand parc de chauffage électrique d'Europe, qui entraîne une surconsommation d'électricité et qui, par ailleurs, est un mode de chauffage ruineux pour les consommateurs. Le chauffage électrique qui obère le pouvoir d'achat des ménages les plus pauvres est d'ailleurs interdit au Danemark dans toutes les constructions neuves."

    Le Réseau souligne en outre que de telles pointes de consommation nécessitent aussi de recourir à des centrales au charbon et au fioul fortement émettrices de CO2.

    Pour sortir de cette situation, il semble une fois de plus urgent d'engager une politique volontariste d'économies d'énergie et de développement des énergies renouvelables.

    7 millions de ménages se chauffent à l'électricité en France.

    alors pour ou contre le nucléaire ?
    bye
    bye
    Administratrice


    Masculin
    Nombre de messages : 8993
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Energie Empty Re: Energie

    Message par bye Sam 29 Déc - 19:35

    contre, bien sûr; EDF est quasiment un état dans l'état car il dicte la politique énergétique, c'est évident, mais plus largement on peut affirmer que la production d'électricité n'est pas calculée en fonction des besoins des populations ou des industries;ce serait plutôt le contraire.Le parc nucléaire est lourd à gérer, et manque de souplesse;baisser une tranche de centrale est faisable, mais à manier avec un maximum de sécurité ( c'est évident ), en tout cas, moins souple qu'une centrale à charbon ( comme celle du Havre ) ou à gaz. Ce parc, par sa puissance et son coût, a besoin de tourner à plein régime; il s'ensuit que ce sont les besoins ( opérations commerciales dignes d'un rackett pour vendre du chauffage électrique; les pubs affirmant qu' EDF peut aider à faire des économies, sont fausses, puisque les commerciaux d'EDF ont comme consigne de faire économiser, certes, sur un produit mais pour le faire dépenser sur un autre ) que l'on ajuste en fonction de cette production ( au besoin, comme tu le soulignes, Rabasse en faisant appel aux autres producteurs ).A celà, il faut ajouter qu'EDF est un groupe de taille mondiale, fortement implanté en Europe.EDF , par exemple, fournit de l'électricité par le canal de London Energy qui lui appartient, à tout le bassin londonien; pour celà, elle puise dans les sites de production qu'elle s'est accaparé en GB, mais aussi en transportant du courant hors de France ( départ de Penly ). Le fameux EPR, installé en Manche, a comme objectif principal de mieux s'implanter en GB, en absorbant éventuellement d'autres producteurs made in England ( qui doivent être au nombre de 6, sauf erreur ).
    Bref, EDF n'est plus un électricien national, dépositaire d'une mission de service public, puisqu'en cas de manque de production par rapport à la demande, les clients de l'hexagone se verront " délestés " au profit des intérêts bien compris du groupe à l'étranger.En France, EDF n'a plus rien à conquérir ; mieux, il est prêt à perdre des clients, car il espère en gagner beaucou plus à l'étranger.
    Rabasse du sud
    Rabasse du sud


    Nombre de messages : 2398
    Localisation : la provence
    Emploi/loisirs : chercheur
    Date d'inscription : 26/11/2007

    Energie Empty Re: Energie

    Message par Rabasse du sud Sam 29 Déc - 20:01

    ouais, c'est un peu l'histoire de l'ampoule base tension !

    on nous allume tout azimuth, une sorte de courant à profits pour nous pomper l'énergie, du coup on consomme plus.
    avatar
    Invité
    Invité


    Energie Empty Re: Energie

    Message par Invité Mer 30 Jan - 18:59


    Une conclusion a l instant t mois 2 an 08, Nico et sa clique sont des charlots avec leur rapide promesse de tenir parole face au defi que le Grenelle a defini. C est pas un hasard, ils l ont fait ce grenelle au moment chaud des elections. Borloo est mr gadget, un con incapable sans l appui de la grande gueule de nico. sa secretaire ex vert et bien mignone devrait prendre sa place, mais tout n est que du vent. J ai entendu le nabot pendant sa campagne il emboitait le pas de Sego avec ses voeux de proposer des emplois et des projets lies aux energies renouvelables. Pipeau. Son pote Bolloré est en embuscade avec son suppositoire a autobus,sa voiture mi elctrique, mi jetable. Le debat des agriculteurs et du potentiel bio energetic est pas amorcé, les trouvailles francaises sont pas exploitées, la folie des grandeurs de nico est une tres grosse epine a la modernite de notre pays qui eut dû etre leader ecolo mais qui sera clochard europeen face aux pays du nord. Total est aussi en lice avec ses main mise sur les societes solaire, et toutes les industries polluantes avec leur fortune sont en train de spolier les recherches applicables a la destitution de ce mastodonte lobby petrole.
    Rabasse du sud
    Rabasse du sud


    Nombre de messages : 2398
    Localisation : la provence
    Emploi/loisirs : chercheur
    Date d'inscription : 26/11/2007

    Energie Empty Re: Energie

    Message par Rabasse du sud Mer 30 Jan - 21:01

    Energie Image11
    avatar
    Invité
    Invité


    Energie Empty Re: Energie

    Message par Invité Mer 30 Jan - 21:33

    un carré blanc? C est porno? champi tu nous a habitué a mieux! clown
    Rabasse du sud
    Rabasse du sud


    Nombre de messages : 2398
    Localisation : la provence
    Emploi/loisirs : chercheur
    Date d'inscription : 26/11/2007

    Energie Empty Re: Energie

    Message par Rabasse du sud Mer 30 Jan - 21:37

    aissachris a écrit:un carré blanc? C est porno? champi tu nous a habitué a mieux! clown

    tu vois pas le dessin ??????? scratch
    avatar
    trip-hop


    Nombre de messages : 4
    Date d'inscription : 09/12/2007

    Energie Empty Re: Energie

    Message par trip-hop Sam 8 Mar - 16:21

    http://neel.cnrs.fr/spip.php?article1280


    C'est un projet européen (NessHy)


    Un laboratoire du CNRS de Grenoble a trouvé comment stocker
    l'hydrogène à basse pression grace aux nanocristaux de magnésium ...
    cela résoudra beaucoup de problèmes au niveau des réseaux électriques,
    permettra vraiment l'essor des énergies renouvelables .... et de se
    passer des centrales thermiques utilisant les énergies fossiles (
    pétrole, charbon )


    http://www.trip-hops-blog.blogspot.com/


    lire les 2 derniers articles :


    - Pile à combustible et hydrogène

    - LCPAN : "Ca vous regarde"
    Rabasse du sud
    Rabasse du sud


    Nombre de messages : 2398
    Localisation : la provence
    Emploi/loisirs : chercheur
    Date d'inscription : 26/11/2007

    Energie Empty Re: Energie

    Message par Rabasse du sud Dim 9 Mar - 20:12

    Nouvelle pile à hydrogène innovante

    Source : Ambassade de France aux
    États-Unis
    Les piles à hydrogène semblent posséder toutes les qualités leur permettant de devenir la source d'énergie non polluante du futur. Un des problèmes rencontrés par les ingénieurs est que la chaleur dégagée par le cœur de la pile (1000°C) impose l'utilisation de matériaux très chers car résistants aux hautes températures.

    Le centre de recherche sur la supraconductivité et les matériaux avancés de l'Université de Houston vient de développer un nouveau type de pile à oxyde solide.

    Ils ont réalisé une membrane ultra fine qui permet l'échange d'ions chargés au cœur de la pile.

    Construite atome par atome, cette interface (1 micromètre !) permet de diminuer la résistance au courant et donc l'échauffement du cœur de la pile. La température de 500°C obtenue diminue énormément les coûts de fabrication.

    De plus, alors que les autres types de piles à hydrogènes ne supportent que l'hydrogène comme carburant, la pile à oxyde solide fonctionne avec n'importe quel hydrocarbure.

    Même si en utilisant de l'essence ordinaire, cette pile à hydrogène pollue autant qu'un moteur à combustion classique, cela lui permettrait d'être utilisée par le grand public avant même que toutes les stations services investissent dans une pompe à hydrogène.
    Rabasse du sud
    Rabasse du sud


    Nombre de messages : 2398
    Localisation : la provence
    Emploi/loisirs : chercheur
    Date d'inscription : 26/11/2007

    Energie Empty Re: Energie

    Message par Rabasse du sud Dim 9 Mar - 20:14

    Stockage d’hydrogène : un bon candidat découvert à Grenoble

    Par Jean-Luc Goudet, Futura-Sciences
    De façon inattendue, une équipe du synchrotron de Grenoble a mis au point un matériau capable de stocker de l’hydrogène dans de bonnes conditions. Un espoir pour en faire un réservoir qui prendra place, demain, dans nos voitures ou nos avions.

    Classée VIP– Very Important Paper –, la publication de l’équipe grenobloise de l’ESRF (European Synchrotron Radiation Facility) dans la revue Angewandte Chemie a déjà fait le tour du monde. Défiant les lois de la physique, la découverte ouvre en effet une nouvelle piste pour le stockage de l’hydrogène, un domaine de recherche hyperactif. Chimistes et physiciens du monde entier s’acharnent depuis des années sur le sujet pour faire entrer la plus grande quantité possible d’hydrogène dans le volume le plus petit possible et dans des conditions pas trop contraignantes. On pourrait ainsi amener nos voitures électriques dans une station service pour faire le plein d’hydrogène (qui aura été fabriqué ailleurs, dans une centrale). Sous le capot, la pile à combustible le combinera à l’oxygène de l’air et en fera de l’eau, plus de l’électricité qui fera tourner le moteur.

    Mais l’élément le plus léger de l’univers ne se laisse pas dompter facilement. Pour en retenir une quantité suffisante, on peut le liquéfier mais il faut une température extrêmement basse (- 253 °C), ou bien le comprimer, mais à des pressions élevées (plusieurs centaines de bars). Les scientifiques cherchent plutôt des composés dans lesquels l’hydrogène est chimiquement lié. Le méthanol est un candidat (mais la réaction produit du CO2). Les hydrures semblent plus intéressants. L’équipe suisse-norvégienne de l’ESRF s'est penchée sur l'un d'eux, un matériau bien connu, le borohydrure de lithium (ou lithium borohydride en franglais), de formule LiBH4.


    La nouvelle structure du borohydrure de lithium. En gris, les atomes de lithium, en rose-orangé, les tétraèdres d’hydrure de bore, étonnamment proches, les atomes d’hydrogène n’étant éloignés que d’environ 1,9 angström. © Y. Filinchuk, D. Chernyshov, A. Nevidomskyy et V. Dmitriev
    Précieuse instabilité

    Ce solide (que l’on trouve sous forme de poudre) était déjà candidat pour le stockage d’hydrogène puisqu’il en contient 18 %, en poids. Mais ce composé est stable, beaucoup trop pour en extraire facilement l’hydrogène. Il faut en effet le chauffer à plus de 300 °C. L’équipe a cherché à en obtenir des formes nouvelles et en a effectivement découvertes deux en exerçant une pression de 200.000 atmosphères. Très élevée, cette valeur n’est cependant pas un record.

    La surprise est venue de l’une des formes obtenues, qui a pu être étudiée à l’aide d’un rayonnement X synchrotron. C’est l’utilisation de cet instrument particulier (où le rayonnement provient de l’émission de particules de matière accélérées) qui a permis de bien visualiser la structure. En effet, l’hydrogène, si petit, ne se laisse pas facilement voir en radiographie X classique et il faut la puissance du rayonnement synchrotron pour y parvenir.

    Dans cette forme de LiBH4, les atomes d’hydrogène sont très proches les uns des autres. Cette structure n’avait jamais été prédite par les modèles théoriques, qui doivent donc être révisés… De plus, cette forme est instable, une aubaine pour les scientifiques. En effet, cette instabilité promet une extraction plus facile de l’hydrogène. Cette nouvelle forme « est réellement inattendue et très encourageante » estime Yaroslav Filinchuk, l’un des membres de l’équipe.

    On peut donc espérer descendre largement sous les 300 °C pour récupérer l’hydrogène contenu dans le borohydrure de lithium. La pression élevée nécessaire à la fabrication de cette nouvelle forme de LiBH4 n’est sans doute pas un obstacle. « La structure commence à apparaître à 10.000 atmosphères, rapporte Yaroslav Filinchuk, soit la pression utilisée par l’industrie pharmaceutique pour comprimer les pilules ».

    Le travail ne fait que commencer. Il reste à vérifier que les possibilités de stockage sont bien réelles puis à trouver un procédé chimique pour obtenir un matériau facilement utilisable. Bref, une piste à explorer…
    Rabasse du sud
    Rabasse du sud


    Nombre de messages : 2398
    Localisation : la provence
    Emploi/loisirs : chercheur
    Date d'inscription : 26/11/2007

    Energie Empty Re: Energie

    Message par Rabasse du sud Dim 9 Mar - 20:15

    Energie Delucq_souris
    ecotone
    ecotone
    Administratrice


    Nombre de messages : 1036
    Date d'inscription : 26/11/2007

    Energie Empty Re: Energie

    Message par ecotone Lun 10 Mar - 21:02

    trip-hop a écrit:http://neel.cnrs.fr/spip.php?article1280


    C'est un projet européen (NessHy)


    Un laboratoire du CNRS de Grenoble a trouvé comment stocker
    l'hydrogène à basse pression grace aux nanocristaux de magnésium ...
    cela résoudra beaucoup de problèmes au niveau des réseaux électriques,
    permettra vraiment l'essor des énergies renouvelables .... et de se
    passer des centrales thermiques utilisant les énergies fossiles (
    pétrole, charbon )


    http://www.trip-hops-blog.blogspot.com/


    lire les 2 derniers articles :


    - Pile à combustible et hydrogène

    - LCPAN : "Ca vous regarde"


    Trip-hop, bonjour...
    Ton infos a l'air intéressant. Mais je ne comprend pas tout, si tu peux nous en redire un mot plus simple, en te disant que je n'y connais rien...
    Merci!!!

    J'ai entendu une émission sur les énergies renouvelables. Je pensais qu'il y avait des avancées dans ce domaine, sans trop m'être encore vraiment informée. J'ai été surprise d'entendre dire, les dits spécialistes, que pas grand chose connu aujourd'hui ne peut résoudre l'équation, consommer moins, utiliser une énergie qui produit autant d'énergie qu'aujourd'hui on en consomme, c'est normal ; mais, là où je suis étonnée, c'est qu'ils avaient l'air de dire qu'aucunes des énergies à notre disposition, sinon avant un siècle, nous rendrait le service dont on avait besoin. Quand je dit on, c'est la planète, évidemment, et pas que les pays industrialisés.
    avatar
    admin
    Administratrice


    Féminin
    Nombre de messages : 2788
    Date d'inscription : 23/11/2007

    Energie Empty La pénurie de main-d'œuvre menace la filière nucléaire

    Message par admin Jeu 27 Mar - 14:08

    A la fin de la prochaine décennie, des centrales nucléaires commenceront à fermer en France. Les mirifiques plans de développement de cette énergie seront remisés un peu partout dans le monde. La guerre des antinucléaires aura cessé, faute d'"ennemis".

    La cause de tout cela est banale : la pénurie de main-d'oeuvre...

    EDF, premier exploitant mondial avec ses 58 réacteurs, en serait la première victime. Ce scénario ne se réalisera probablement pas, mais la pénurie de compétences fait peser une hypothèque de plus en plus lourde sur le secteur à mesure que les commandes de centrales se multiplient.

    Dans une déclaration unanime, les 28 pays membres de l'Agence nucléaire de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) ont tiré la sonnette d'alarme au Congrès mondial de l'énergie, en novembre 2007, à Rome : "Si aucune mesure n'est prise, le secteur nucléaire risque d'être confronté à une pénurie de main-d'oeuvre qualifiée, tant pour assurer le contrôle et le fonctionnement des centrales existantes que pour en construire de nouvelles." Tous les métiers sont concernés.

    "Le problème du vieillissement de la main-d'oeuvre donne des insomnies aux dirigeants. Les "baby-boomers" commencent à partir à la retraite, particulièrement dans le secteur de l'énergie et des "utilities" (services collectifs)", prévient Eric Schmitt, expert chez Capgemini, dans une étude intitulée Préparer la renaissance du nucléaire.

    On assiste à un effet de ciseaux : les salariés qualifiés partent à la retraite alors que les écoles d'ingénieurs et les universités ont réduit ces formations dans les années 1980-1990 et tari les sources de recrutement. Le recul des prix du pétrole avait alors entraîné l'arrêt des investissements dans le nucléaire, dont l'image s'était fortement dégradée après l'accident de Three Mile Island (1979) et la catastrophe de Tchernobyl (1986).

    "Le nucléaire est viable, compétitif, sûr et respectueux de l'environnement", assure M. Schmitt. Est-ce suffisant pour attirer les jeunes talents de demain ? La situation française n'est pas dramatique, affirme Alain Bugat, administrateur général du Commissariat à l'énergie atomique (CEA). Il n'en reconnaît pas moins que la formation de spécialistes est "une tâche de grande ampleur". "Le renouvellement des compétences est un enjeu majeur", souligne de son côté Pierre Gadonneix, PDG d'EDF.

    D'ici à 2015, 40 % des équipes EDF d'ingénierie et de production devront être renouvelées. Surtout dans la filière nucléaire, qui emploie 25 000 salariés et assure 80 % de la production. L'entreprise prévoit l'embauche de 500 ingénieurs par an dans les dix prochaines années et d'autant de diplômés bac + 2.

    Comme le fabricant de réacteurs et de combustibles nucléaires Areva, EDF doit pour cela peaufiner l'image d'un groupe soucieux de développement durable et dont l'activité permet d'éviter des rejets massifs de gaz à effet de serre. Elle doit surtout inciter universités et grandes écoles à attirer les futurs ingénieurs dans ces filières. EDF doit lancer, mi-avril, une Fondation européenne pour les énergies de demain, chargée de financer des formations dans les énergies sans CO2, dont le nucléaire. Dès la rentrée, elle financera un master préparé dans plusieurs écoles (Polytechnique, Mines, Centrale...).

    Mais EDF devra être "encore plus attractive", reconnaît Yann Laroche, directeur général délégué chargé des ressources humaines. L'enjeu est aussi international pour le groupe français, qui a fait de la vente de son savoir-faire une priorité. Ses dirigeants estiment qu'en 2010, 700 personnes travailleront sur des projets de centrales à l'étranger (Etats-Unis, Chine, Grande-Bretagne, Afrique du Sud...).

    La situation reste néanmoins tendue au niveau mondial. Selon Capgemini, la moitié des écoles formant ingénieurs et opérateurs ont arrêté ces formations au cours des 25 dernières années. Aux Etats-Unis, qui ont le premier parc de centrales, un tiers des travailleurs du nucléaire pourront faire valoir leurs droits à la retraite d'ici à 2012, estime le département du travail. La filière devra embaucher 26 000 personnes dans les dix ans pour faire tourner les 104 réacteurs existants. Sans compter celles qu'il faudra former pour les dizaines de réacteurs prévus.

    Dans les pays émergents déjà dotés de compétences (Chine, Inde...), les formations devraient suivre le développement de la filière. Mais dans ceux ayant renoncé au nucléaire (Italie) ou programmé sa disparition (Allemagne, Suède, Belgique, Espagne), la situation risque d'être critique s'ils décident de relancer l'atome civil. Sans parler de ceux qui veulent se doter de centrales, comme certains pays arabes. "Les spécialistes considèrent qu'il faudra, d'ici dix ans, plus de 30 000 ingénieurs et techniciens supplémentaires dans cette filière à destination des pays qui auront accédé au nucléaire civil", note Pierre Laffitte, sénateur des Alpes-Maritimes et président de la Fondation Sophia Antipolis (technopole sur les nouvelles technologies). Durant sa présidence de l'Union européenne (juillet-décembre 2008), la France devrait proposer la création d'un Institut international du nucléaire civil, chargé de former les spécialistes (conception, construction, maintenance et démantèlement des centrales).

    Si le nucléaire se développe autant que ses partisans l'espèrent, la "course aux talents" va être vive, prévient M. Schmitt. Les salariés de la filière étaient jusqu'à présent très stables. Dans un monde économique où le turn-over est important, ce ne sera plus la règle. Est-ce compatible avec le bon fonctionnement d'un secteur où, plus que dans tout autre, l'accumulation des compétences et les retours d'expérience sont des gages de la sûreté des centrales et de la fiabilité de la production ?
    avatar
    trip-hop


    Nombre de messages : 4
    Date d'inscription : 09/12/2007

    Energie Empty Re: Energie

    Message par trip-hop Ven 28 Mar - 15:10

    ecotone a écrit:
    Trip-hop, bonjour...
    Ton infos a l'air intéressant. Mais je ne comprend pas tout, si tu peux nous en redire un mot plus simple, en te disant que je n'y connais rien...
    Merci!!!

    J'ai essayé de faire plus simple sur naturavox en groupant les billets de mon blog sur ce sujet :

    http://www.naturavox.fr/article.php3?id_article=3496

    En résumé :
    - Cette technique (stockage de l'énergie) ne produit pas d"énergie mais elle est indispensable pour le développement de l'éolien et du solaire pour qu'ils soient compatibles avec le réseau électrique.
    - Cette technique est à basse pression ... plus de problème de fuite d'hydrogène, de pression ou de températures.
    - résoudre le problème du stockage de l'énergie, c'est pouvoir se passer TOTALEMENT du pétrole et du charbon ... donc indispensable contre l'effet de serre.

    J'ai mouillé la chemise pour défendre cette idée : 2 mails au ministere de l'environnement, 1 coup de fil à france 5 pendant un 'C dans l'air' alors que des conneries été racontées (par Me papallardo et Mr Meillaud), un echange de mails avec ce Monsieur, un mail au service recherche et developpement d'EDF pour essayer de leur faire comprendre l'interet qu'ils auraient avec cette technologie (optimiser les rendements des centrales nucleaires ainsi que la possibilité de développer les renouvelables afin d'atteindre l'objectif des 20% ), j'ai également contacté Mr Pierre Beuzit, Centralien, directeur d'Altea (boite spécialisée dans la recherche sur l'hydrogène et ses applications) et co-auteur avec Mr Meillaud du livre "l'hydrogène, l'avenir de la voiture ?" .... sa réponse m'a fait chaud au coeur et justifie mes efforts :-) ... je me permet de la mettre en ligne :

    "Monsieur,
    Pour répondre à votre question, je pense beaucoup
    de bien de ces technologies. Je suis persuadé que c'est la solution pour
    l'automobile pile à combustible et qu'il faut continuer à travailler cette voie.
    Les performances ne sont pas encore au bon niveau (de l'ordre de 7% en masse) et
    le process industriel pour fabriquer ces "réservoirs" n'existe pas. Raison de
    plus pour y travailler. Nous avons le mois prochain une réunion à Grenoble pour
    en parler.



    Cordialement"

    NB : C'est à Grenoble que se trouve le labo du CNRS où a été découvert le stockage de l'hydrogène à basse pression grace aux nanocristaux de magnésium.
    ecotone
    ecotone
    Administratrice


    Nombre de messages : 1036
    Date d'inscription : 26/11/2007

    Energie Empty Re: Energie

    Message par ecotone Dim 30 Mar - 11:46

    trip-hop a écrit:
    ecotone a écrit:
    Trip-hop, bonjour...
    Ton infos a l'air intéressant. Mais je ne comprend pas tout, si tu peux nous en redire un mot plus simple, en te disant que je n'y connais rien...
    Merci!!!

    J'ai essayé de faire plus simple sur naturavox en groupant les billets de mon blog sur ce sujet :

    http://www.naturavox.fr/article.php3?id_article=3496

    En résumé :
    - Cette technique (stockage de l'énergie) ne produit pas d"énergie mais elle est indispensable pour le développement de l'éolien et du solaire pour qu'ils soient compatibles avec le réseau électrique.
    - Cette technique est à basse pression ... plus de problème de fuite d'hydrogène, de pression ou de températures.
    - résoudre le problème du stockage de l'énergie, c'est pouvoir se passer TOTALEMENT du pétrole et du charbon ... donc indispensable contre l'effet de serre.

    J'ai mouillé la chemise pour défendre cette idée : 2 mails au ministere de l'environnement, 1 coup de fil à france 5 pendant un 'C dans l'air' alors que des conneries été racontées (par Me papallardo et Mr Meillaud), un echange de mails avec ce Monsieur, un mail au service recherche et developpement d'EDF pour essayer de leur faire comprendre l'interet qu'ils auraient avec cette technologie (optimiser les rendements des centrales nucleaires ainsi que la possibilité de développer les renouvelables afin d'atteindre l'objectif des 20% ), j'ai également contacté Mr Pierre Beuzit, Centralien, directeur d'Altea (boite spécialisée dans la recherche sur l'hydrogène et ses applications) et co-auteur avec Mr Meillaud du livre "l'hydrogène, l'avenir de la voiture ?" .... sa réponse m'a fait chaud au coeur et justifie mes efforts :-) ... je me permet de la mettre en ligne :

    "Monsieur,
    Pour répondre à votre question, je pense beaucoup
    de bien de ces technologies. Je suis persuadé que c'est la solution pour
    l'automobile pile à combustible et qu'il faut continuer à travailler cette voie.
    Les performances ne sont pas encore au bon niveau (de l'ordre de 7% en masse) et
    le process industriel pour fabriquer ces "réservoirs" n'existe pas. Raison de
    plus pour y travailler. Nous avons le mois prochain une réunion à Grenoble pour
    en parler.



    Cordialement"

    NB : C'est à Grenoble que se trouve le labo du CNRS où a été découvert le stockage de l'hydrogène à basse pression grace aux nanocristaux de magnésium.

    Et bien Trip-Hop! Moi je suis prête à mouiller aussi ma chemise, et même toute ma garde robe, pour soutenir cette action.
    Dis-moi ce que nous pourrions faire pour aller dans ce sens... Peut-être déjà de l'info, pour beaucoup de gens, il n'existe aucune solution de rechange à ce qui existe aujourd'hui. C'est une idée reçue, il faut la combattre.

    Peut-être faut-il relancer tes courriers de manières massive auprès des médias, qu'ils relayent les vraies infos, plutôt que les frasques de sarko, ou les conseils de prendre son vélo par la garde, ou des questions à la noix des journalistes comme les gens ne veulent pas se passer des voitures, ou aucunes solutions ne sont réalistes,... !
    Mais tu as dû penser à des actions possibles, dis-nous en plus.
    respect
    Rabasse du sud
    Rabasse du sud


    Nombre de messages : 2398
    Localisation : la provence
    Emploi/loisirs : chercheur
    Date d'inscription : 26/11/2007

    Energie Empty Re: Energie

    Message par Rabasse du sud Jeu 17 Avr - 15:12

    Pas tous égaux face aux dépenses énergétiques
    La part des dépenses en combustibles fossiles dans le budget est 6 fois plus importante pour un rural pauvre que pour un citadin fortuné. C’est ce que révèle l’Agence De l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie (ADEME) dans sa lettre « Stratégie et Etudes » du 3 avril 2008. Des disparités de plus en plus importantes.




    En cette période où le thème du pouvoir d’achat est présent dans tous les esprits, la lettre de l’ADEME met en évidence les difficultés grandissantes des plus pauvres. S’appuyant sur les résultats de l’enquête Budget des ménages de l’Insee, l’ADEME montre que depuis 5 ans, les inégalités face aux dépenses énergétiques n’ont cessé de croître. Les prix des combustibles fossiles (hydrocarbures, pétrole, gaz naturel et charbon) ont augmenté depuis 1995 de 3% par an en euro constant. Cette hausse devrait se poursuivre jusqu’à 2020. Après cette date, la croissance des prix des combustibles fossiles devrait être exponentielle.

    Du fait de ces augmentations, les dépenses énergétiques prennent de plus en plus de place dans le budget des ménages les plus pauvres, passant de 10% en 2001 à 15% en 2006. L’enquête de l’ADEME prend en compte l’ensemble des fournisseurs d’énergie. L’Agence De l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie ne fait donc pas de distinction entre le fournisseur historique EDF ou d’autres fournisseurs plus récents comme Direct Energie, Enercoop ou Poweo (fournisseur principal d’électricité verte) pour la réalisation de sa lettre.

    L’une des raisons de la croissance des inégalités sociales est l’augmentation des revenus des plus riches qui a été plus rapide que celle des prix des combustibles. La part des dépenses énergétiques dans leur budget a ainsi diminué. L’Ademe précise que « La part des achats de combustibles fossiles dans le revenu des ménages peut être multiplié par 6 entre un riche citadin et un rural pauvre ».

    15% du budget des ménages les plus pauvres est consacré aux dépenses énergétiques

    Ainsi, les ménages les plus pauvres voient la part des dépenses énergétiques croître dans leur budget. Représentant 15% du budget des ménages les plus pauvres, la part des dépenses énergétiques n’est que de 6% pour les ménages les plus fortunés, soit 2,5 fois moins.

    Concernant les seules dépenses en électricité, la part est de 5,9% pour les moins aisés et de 2,2% pour les plus riches. L’écart représente encore une fois plus du double entre les deux catégories.

    Le lieu d’habitation influe sur les dépenses énergétiques

    Dans la lettre de l’ADEME, il apparaît clairement que la part des dépenses énergétiques dans le budget des citadins est moins importante que celle des ruraux. En général, les habitants des grandes villes ont une part des dépenses énergétiques dans leur budget 1/3 inférieure aux ruraux.

    En effet, en milieu rural, les personnes sont plus dépendantes de leur voiture et les logements, souvent individuels, ont besoin davantage d’énergie pour être chauffés. Les ménages ayant des dépenses énergétiques représentant la part la moins importante dans leur budget sont les parisiens. Cette part est inférieure de 44% par rapport à une personne habitant dans un village de campagne. Ce fossé s’explique par le fait que le réseau de transport en commun est très développé à Paris, par les habitations collectives, mieux isolées et par les revenus des parisiens, plus élevés que la moyenne nationale. Cependant, les différences sont moins importantes si on prend en compte les frais de transports collectifs, même si l’écart reste significatif (les dépenses des habitants des grandes villes restent ¼ inférieures aux ruraux).

    Selon l’ADEME, seuls les ménages pouvant réaliser des investissements pour maîtriser l’énergie dans leur habitation et ceux qui ont des véhicules à faible consommation échapperont à la hausse du poids des énergies dans leur budget.
    bye
    bye
    Administratrice


    Masculin
    Nombre de messages : 8993
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Energie Empty Re: Energie

    Message par bye Lun 2 Juin - 15:42

    31-05-2008

    Après le nucléaire flottant, le stockage/distribution de gaz sur navire


    Echo Nature
    Le magazine d'information environnementale

    Pour de nombreux pays, la problématique énergétique est double, avec non seulement l'approvisionnement en matière première mais aussi le traitement de cette ressource pour la mettre à disposition des consommateurs finaux.
    Face à des marchés de plus en plus tendus où le développement des installations classiques tend à être à la traîne de la demande énergétique, le concept d'unités indépendantes mobiles semble promis à un avenir certain, en palliant ici et là les insuffisances des dispositifs de production/distribution conventionnels. C'est ainsi que la Russie devrait proposer des centrales nucléaires flottantes et mobiles dans les 2 ans à venir, tandis que Gaz de France (GDF) envisage très sérieusement la construction d'un navire servant d'Unité Flottante de Stockage et de Regazéification (navire-FSRU) de gaz naturel liquéfié (GNL).

    Dans ce cadre, Gaz de France et Höegh LNG AS (1) viennent de signer un partenariat pour réfléchir à la conception, la construction et l'exploitation d'un navire utilisé comme Unité Flottante de Stockage et de Regazéification. Concrètement, ce type de navire-FSRU aurait vocation à transporter du GNL, provenant d'un gisement marin, vers une zone de consommation où le gaz liquéfié est regazéifié au fur et à mesure de son injection dans le réseau de distribution local.

    Le projet actuel vise à la réalisation d'un navire disposant d'une capacité de stockage de GNL d'environ 170 000 m3, soit une fois regazéifié un volume de 102 millions de m3 de gaz… Le navire serait intégré à une plate-forme d'exploitation de GNL offshore, développée par Gaz de France en mer Adriatique à environ 30 km des côtes italiennes. Sur une année, les services de cette Unité Flottante de Stockage et de Regazéification permettrait à l'Italie de couvrir 6,5 % de ses besoins en gaz, avec un potentiel de livraison de 5 milliards de m3 (2) de gaz par an obtenu grâce à 49 cycles de remplissage plateforme/déchargement terrestre. En outre, si nécessaire, Gaz de France et Höegh LNG AS soulignent qu'il serait possible de doubler la capacité de production par l'adjonction d'un second navire-FSRU, rendant l'approvisionnement du réseau italien quasi permanent.

    La technique qui consiste à liquéfier un gaz en le refroidissant à -160 °C pour pouvoir l'acheminer par voie marine, par exemple, puis à l'arrivée de le regazéifier pour le diffuser dans les réseaux de distribution, nécessite d'importantes infrastructures de haute technologie que peu de pays possèdent. Aussi, en concevant et proposant les services de ce navire-FSRU, Gaz de France et Höegh LNG AS entendent intéresser de très nombreux pays non approvisionnés, ou insuffisamment desservis en gaz.

    Selon GDF, "La décision finale d'investir pourrait être prise fin 2009, et la mise en service pourrait alors intervenir fin 2012."
    bye
    bye
    Administratrice


    Masculin
    Nombre de messages : 8993
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Energie Empty Re: Energie

    Message par bye Ven 1 Aoû - 6:17

    + 17% pour l’électricité + 27 % pour le gaz, EDF s’investit en Grande Bretagne, les consommateurs apprécient. Vivent les privatisations….
    Quand EDF manque de psychologie...
    Vous avez sans doute appris qu’EDF avait réussi dans sa tentative de racheter British Energy mise en vente par les pouvoirs publics britanniques. Il s’agit de la société qui gère tous les équipements nucléaires britannique, mais qui manque cruellement d’argent pour relancer le nucléaire en Grande-Bretagne comme vient d’en décider le gouvernement. La décision finale sur ce rachat doit être annoncée très bientôt, une fois que le Parlement en aura discuté.

    Nous sommes dans une phase haussière des prix de vente de l’électricité en Grande-Bretagne. Or, c’est juste le moment qu’a choisi EDF Energy, la filiale existante d’EDF au Royaume-Uni, pour faire l’annonce d’une hausse de 17 % pour l’électricité et de 27 % pour le gaz qu’elle fournit à ses clients et, de plus, avec application immédiate ! La réaction ne s’est pas fait attendre. Alors que les Britanniques sont le peuple le plus tolérant de l’Union européenne vis-à-vis de la possession par des entreprises étrangères de ses sociétés traditionnelles, cette hausse brutale a réveillé les démons du nationalisme dans la presse anglaise et sur le sites internet.

    Traditionnellement, on laisse le soin au leader du marché de faire passer les hausses, toujours impopulaires, au grand public. Ce n’était pas le cas d’EDF Energy qui ne détenait que 12 % du marché britannique avant le rachat de British Energy.

    Depuis, les parlementaires, sans vouloir remettre en question le résultat d’une adjudication qui leur permettra de construire les nouvelles centrales nucléaires dont ils ont besoin, s’inquiètent de la proportion importante du marché de l’électricité primaire detenu par EDF (27 %). Tout cela se terminera peut-être par des engagements à construire plus de nouvelles centrales, à "fluidifier" les hausses sur le marché de gros... à moins que ce ne soit par une cession d’une part de British Energy au Britannique Centrica.

    Bref une maladresse psychologique qui risque de coûter un peu d’argent à EDF...

    NB : les Britanniques qui comprennent bien que les possibilités financières d’une société comme EDF face aux besoins de construction de centrales nouvelles sont forcement limitées, doivent s’étonner que nous ne nous servions pas d’abord en construisant celles dont nous-mêmes en France avons besoin. Une autre maladresse ou une vraie erreur de management ?
    bye
    bye
    Administratrice


    Masculin
    Nombre de messages : 8993
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Energie Empty Re: Energie

    Message par bye Ven 1 Aoû - 18:26

    La CGT dénonce la vente par LCL de contrats de gaz et d'électricité
    PARIS - La CGT-Indecosa (association de consommateurs) a dénoncé jeudi la vente par LCL (Crédit Lyonnais) "avec l'aval de Gaz de France", de contrats de gaz et d'électricité à des "personnes souhaitant acquérir un nouveau logement ou contracter un prêt".

    LCL "profite de l'ouverture du marché de l'énergie depuis le 1er juillet 2007 pour placer avec l'aval de Gaz de France des contrats de gaz et électricité" à ces personnes, écrit l'association de consommateurs dans un communiqué.

    "Cette banque, via le conseiller financier, insiste même en contactant directement ses clients pour un rendez-vous à l'agence bancaire afin de proposer la souscription d'un contrat alléchant en gaz naturel et en électricité", selon elle.

    L'association dénonce "ces pratiques qui consistent à vendre du gaz et de l'électricité comme on vend de l'assurance vie" alors que "le gaz et l'électricité ne sont pas des marchandises".

    "Ces énergies doivent être proposées par de véritables professionnels dans le cadre de la qualité, de la sécurité et de la transparence", souligne-t-elle.

    La CGT-Indecosa regrette par ailleurs que "depuis la libéralisation du marché, les différents fournisseurs d'énergie aient mis la pression sur les vendeurs ou se soient appuyés sur des prestataires extérieurs pour recruter un maximum de clients".

    Gaz de France avait annoncé au mois de juin que les agences bancaires de LCL, filiale du Crédit Agricole, allaient vendre aux particuliers du gaz et de l'électricité fournis par Gaz de France, dans le cadre d'un partenariat entre les deux entreprises.

    Ces offres d'énergie sont proposées soit à des prix de marché (dits "libres"), soit à des prix réglementés (fixés par l'Etat), avait précisé GDF.

    (©AFP / 31 juillet 2008 18h09)
    bye
    bye
    Administratrice


    Masculin
    Nombre de messages : 8993
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Energie Empty Re: Energie

    Message par bye Sam 2 Aoû - 5:58

    Electricité: les ménages pourraient bientôt subir une hausse des tarifs
    Il y a 8 heures

    PARIS (AFP) — Les ménages français pourraient bientôt subir une hausse des tarifs de l'électricité, susceptible de rogner un peu plus leur pouvoir d'achat, alors que les prix du gaz ont déjà augmenté de près de 10% depuis le début de l'année, sur fond de flambée de l'or noir.

    Le PDG d'EDF, Pierre Gadonneix, a indiqué vendredi avoir demandé à l'Etat une hausse des tarifs pour les particuliers "au plus égale à l'inflation", dont l'Insee prévoit qu'elle atteindra 3,2% cette année.

    Pour les autres clients d'EDF, comme les entreprises, l'augmentation "peut être supérieure" à l'inflation, a souligné M. Gadonneix.

    "EDF a bien fait une telle demande", a confirmé vendredi Bercy à l'AFP. "Elle est actuellement en cours d'instruction et la hausse sera connue dans les toutes prochaines semaines, avant la fin du mois", a-t-on précisé de même source.

    M. Gadonneix a expliqué avoir demandé cette hausse pour couvrir "les coûts" de son entreprise, conformément au contrat de service public entre EDF et l'Etat qui stipule que la hausse de ces tarifs, fixés par l'Etat, ne peut pas dépasser l'inflation.

    "Nos coûts d'exploitation et nos volumes d'investissements ont augmenté sous l'effet combiné de la hausse des prix des matières premières et l'accélération de notre programme de réalisation de nouvelles capacités de production, de maintenance et de développement des réseaux", a souligné M. Gadonneix pour justifier cette demande de hausse des tarifs.

    Les tarifs réglementés de l'électricité pour les particuliers avaient augmenté de 1,1% en août 2007.

    L'inflation en France a atteint en juin 3,6% en rythme annuel, un record depuis 17 ans, attisée par la hausse des prix de l'énergie et de l'alimentation.

    L'Insee prévoit, à condition que le cours du baril de pétrole se stabilise, que l'inflation atteindra son sommet cet été avant de refluer en dessous de 3% à la fin de l'année. Elle s'établirait en moyenne à 3,2% pour 2008, après 1,5% l'an dernier, un niveau inégalé depuis 1991.

    "Même si les prix de l'électricité n'augmentent pas beaucoup, une hausse sera fortement ressentie par les Français, car ils sont en ce moment pris en étau, les prix continuant d'augmenter plus vite que les salaires", a souligné Nicolas Bouzou, économiste chez Asterès.

    "L'électricité représente 2% de la consommation totale des ménages. Ce n'est pas énorme en soi, mais une hausse des prix pèserait essentiellement sur les ménages les plus modestes", a-t-il ajouté.

    Une hausse des tarifs du gaz, également fixés par le gouvernement, pourrait en outre s'ajouter à une augmentation des tarifs de l'électricité.

    La ministre de l'Economie, Christine Lagarde, avait indiqué mi-juillet que l'Etat pourrait "ajuster" les tarifs du gaz compte tenu de la flambée des prix du pétrole.

    Elle avait alors promis que la presse et le public disposeraient de "tous les éléments dans les semaines qui viennent" sur "d'éventuelles augmentations" de tarifs.

    Deux hausses sont déjà intervenues début janvier (+4%) et fin avril (+5,5%).

    Les prix du pétrole restent actuellement très élevés même s'ils ont perdu 25 dollars par rapport à leur record de 147 dollars atteint mi-juillet.

    La baisse des prix des carburants amorcée mi-juillet s'est confirmée la semaine passée, dans le sillage du repli des cours du pétrole, et après les records de mai et juin.

    Contenu sponsorisé


    Energie Empty Re: Energie

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Dim 3 Juil - 6:10