LIBRE DISCUSSION DANS LES COULISSES DE DEMAIN

Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
LIBRE DISCUSSION DANS LES COULISSES DE DEMAIN

Débattons en toute liberté, dans le respect de l’autre, sur tous les sujets qui composent notre société : politique, économie, environnement, religion, philosophie, paranormal, sciences, famille, santé, mode, sexualité, loisirs, sports, divertissements…

Derniers sujets

» AVORTEMENT AUX USA, NOUS NE VOULONS PAS PERDRE DE DROITS, NOUS VOULONS EN GAGNER !
par bye Mar 28 Juin - 12:51

» Michel Piron en garde à vue. Derrière Jacquie et Michel : un système organisé de proxénétisme et de viols.
par bye Jeu 16 Juin - 15:33

» EuroSatory : Visioconférence et Rassemblements contre le commerce des armes
par bye Lun 6 Juin - 17:32

» Entretien avec Yamina Saheb (GIEC) : “Il y a eu quelques réticences pour mettre le terme de sobriété dans le dernier rapport”.
par bye Mer 1 Juin - 8:37

» Retour sur l’accueil des déplacés d’Ukraine dans les Hautes-Alpes
par bye Mar 31 Mai - 16:17

» L’industrie pornocriminelle cible les enfants et la justice abdique !
par bye Mer 25 Mai - 16:23

» Le Royaume-Uni renforce son arsenal juridique contre les personnes en besoin de protection
par bye Jeu 19 Mai - 10:42

» Recrutement enseignant : une crise des plus inquiétantes pour l’avenir de l’école
par bye Jeu 19 Mai - 10:36

» Moi, Nestor Makhno (épisode 7) – Il y a 100 ans, l’autre guerre d’Ukraine – Feuilleton
par bye Mer 11 Mai - 11:53

» Le "Tous capables" l'Education Nouvelle Le Groupe Français d'Education Nouvelle
par bye Ven 6 Mai - 12:42

» Menaces sur le droit à l’avortement aux Etats-Unis : le collectif Avortement Europe dénonce une énième tentative de restreindre le droit des femmes à disposer de leur corps !
par bye Ven 6 Mai - 12:30

» Biélorussie : la plus grande attaque anti-syndicale du siècle en Europe
par bye Ven 29 Avr - 12:15

» Les associations dénoncent la différence de traitement envers les ressortissants non-Ukrainiens
par bye Ven 22 Avr - 6:21

» SUD éducation gagne l’indemnité REP/REP+ pour les AED !
par bye Jeu 21 Avr - 17:21

» Guerre en Ukraine : que contient la directive sur la protection temporaire de 2001 ?
par bye Dim 17 Avr - 9:50

» ACTUALITÉ SOCIÉTÉ ET POLITIQUE
par gramophone Ven 15 Avr - 8:59

» Mutations-sanctions à l'école Pasteur (93) : dans « l'intérêt du service public », nous devons faire front !
par bye Jeu 14 Avr - 8:42

» 6e rapport du GIEC : quelles solutions face au changement climatique ?
par bye Ven 8 Avr - 12:34

» Cabinets de conseil : quand le Sénat fustige le gouvernement
par bye Mer 6 Avr - 16:36

» Les fresques carabines : une institutionnalisation des violences sexistes à l’hôpital
par bye Dim 13 Mar - 12:35

» L’Ukraine au coeur… de la classe, l’école au coeur du monde
par bye Ven 4 Mar - 17:34

» 8 Mars 2022 : Grève féministe Déferlante pour l'égalité !
par bye Mar 1 Mar - 11:08

» Une guerre “culturelle”
par bye Jeu 24 Fév - 19:27

» Nouveau camp fermé de Samos : « Barbelés, clôtures, couvre-feu […] le camp ressemble à une prison. »
par bye Jeu 17 Fév - 18:07

» Exterminez toutes ces brutes
par bye Ven 4 Fév - 10:22

» Entretien avec Laurence Scialom : « Ne pas mettre la lutte contre la dégradation de notre biosphère au cœur de la gouvernance européenne serait une erreur historique »
par bye Mer 26 Jan - 15:55

» Osez le féminisme ! fait 200 signalements de vidéos illégales sur des sites pornographiquesOsez le féminisme ! fait 200 signalements de vidéos illégales sur des sites pornographiques
par bye Lun 24 Jan - 11:46

» La mécanique des inégalités : un entretien avec les sociologues Alain Bihr et Roland PfefferkornLa mécanique des inégalités : un entretien avec les sociologues Alain Bihr et Roland Pfefferkorn
par bye Sam 22 Jan - 10:48

» Répression pour un poème au Lycée Marcelin Berthelot de Pantin.
par bye Mer 12 Jan - 20:42

» CP/ Présidence française de l'Union européenne : Une alternative pour une politique d'asile européenne réellement solidaire est possible
par bye Ven 24 Déc - 9:47

» Les fresques carabines reconnues contraires à la dignité des femmes !
par bye Mar 21 Déc - 17:56

» Frontière biélorusse : quel impact des propositions de la Commission visant à déroger au droit d’asile européen ?
par bye Ven 17 Déc - 8:59

» contre le système pornocriminel
par bye Mer 15 Déc - 18:39

» S’émanciper dès la maternelle par le travail et la coopération
par bye Mer 15 Déc - 11:40

» La coopérative pédagogique : Paroles de filles
par bye Ven 3 Déc - 10:32

» La maltraitance des migrants n’est pas une fatalité »
par bye Mar 30 Nov - 18:47

» Lutter contre la violence… pour de vrai
par bye Jeu 25 Nov - 13:13

» République blindée, Projet Local d’Évaluation, chefs dans les écoles… Fin de règne rue de Grenelle
par bye Mer 17 Nov - 13:02

» Campagne d’Eric Zemmour : un masculiniste revendiqué prétendant à l’Elysée ?
par bye Jeu 11 Nov - 12:07

» Affaire Jacquie et Michel : 4 “acteurs” mis en examen pour viol, la fin de l’impunité !
par bye Mar 2 Nov - 18:34

» Réinstallation des réfugiés afghans dans l’UE : des promesses, pas d’engagements chiffrés
par bye Sam 23 Oct - 8:14

» La marchandisation généralisée des relations humaines et des corps coïncide avec l’échec de l’ambition démocratique
par gramophone Mer 20 Oct - 19:33

» À Montpellier, descente de police contre des sans-papiers venus au contre sommet France-Afrique
par bye Mar 19 Oct - 19:07

» Climat : nous l’avons fait, l’Etat n’a plus le choix !
par bye Ven 15 Oct - 12:36

» L’école des sans-école… des jeunes migrants refusés d’école
par bye Mer 13 Oct - 11:27

» La France envoie ses déchets nucléaires en Sibérie !
par bye Mar 12 Oct - 18:05

» Total Energies et Le Louvre : alliés contre le climat
par bye Mer 6 Oct - 16:55

» L’école est à la fois un lieu de formation et d’expression des bandes
par bye Mer 6 Oct - 9:19

» Analyse/déclaration sur la vente de sous-marins américains à l’Australie
par bye Sam 2 Oct - 9:32

» À celles et ceux qui ne sont pas rentré·es,
par bye Mer 29 Sep - 11:55

» « Nous n’avons pas besoin et nous ne voulons pas d’un petit chef ! »…
par bye Mar 21 Sep - 17:18

» Noël : fêtes familiales ou marché de dupe ?
par gramophone Mar 21 Sep - 15:57

» Les troubles de l’érection
par gramophone Mar 21 Sep - 14:36

» Le 28 septembre, c'est la journée internationale de droit à l'avortement !
par bye Lun 20 Sep - 19:35

» Biélorussie : les migrants victimes de l’instrumentalisation de la question migratoire
par bye Mer 15 Sep - 19:46

» Accueil des Afghans évacués de Kaboul
par bye Ven 10 Sep - 16:48

» Marseille : un discours de chef(s) !
par bye Mer 8 Sep - 11:53

» HECTAR grand projet inutile, priorité au service public !
par bye Mer 1 Sep - 19:09

» Rapport du GIEC : Jean Jouzel appelle à une réaction
par bye Mer 11 Aoû - 5:07

» J’évite de prendre l’avion
par bye Lun 12 Juil - 20:45

» Condamné à agir d’ici 9 mois, l'Etat ne réagit pas...
par bye Ven 2 Juil - 9:05

» ENFIN L'ÉGALITÉ, la PMA pour toutes adoptée !
par bye Mer 30 Juin - 12:12

» Projet de loi sur l’enfance : le choix du contrôle plutôt que de la protection pour les mineurs isolés étrangers
par bye Sam 19 Juin - 12:16

» Appel pour les libertés, contre les idées d’extrême-droite : mobilisons-nous le 12 juin !
par bye Mar 8 Juin - 11:52

» Soutien à l’enseignante empêchée de faire cours en raison de son masque
par bye Mer 2 Juin - 18:35

» La junte du Myanmar suspend plus de 1 600 enseignant·es
par bye Mar 25 Mai - 12:24

» Manifeste pour la suspension des brevets liés au Covid 19
par bye Dim 23 Mai - 16:49

» Les dépenses militaires face aux besoins humains. Les centaines de milliards de la honte
par bye Mer 19 Mai - 18:00

» Évaluer n’est pas noter
par bye Lun 17 Mai - 11:22

» Le bilan chiffré du règlement Dublin ne plaide pas pour son maintien
par bye Mer 5 Mai - 12:37

» La compensation carbone, inefficace pour réduire les émissions du secteur aérien
par bye Mar 20 Avr - 8:39

» GRANDE-BRETAGNE. "KILL THE POLICE BILL"GRANDE-BRETAGNE. "KILL THE POLICE BILL"
par bye Ven 16 Avr - 12:34

» Covid-19 : quel impact sur les procédures d’éloignement des migrants ?
par bye Ven 2 Avr - 12:45

» Médecins : stagnation des effectifs mais baisse de la densité médicale
par bye Ven 2 Avr - 12:36

» Encore une attaque des fascistes contre une librairie libertaire
par bye Lun 22 Mar - 12:40

» A partie du 17 mars, la France est à découvert climatique
par bye Mer 17 Mar - 11:49

» Non, on ne peut pas être « féministe » et agresser des survivantes de la prostitution et des féministes le 8 mars.
par bye Jeu 11 Mar - 9:39

» Les députés les Républicains font entrave au droit à l’avortement pour toutes !
par bye Jeu 18 Fév - 12:16

» Méditerrannée : reprise des sauvetages en mer pour l'Ocean Viking
par bye Jeu 4 Fév - 19:44

» Nouveau numéro du journal Casse-rôles
par bye Lun 1 Fév - 12:53

» #METOOInceste : La loi à l’agenda de l’Assemblée Nationale !
par bye Ven 22 Jan - 13:39

» Projet Hercule : EDF serait éclaté en trois entités
par bye Sam 16 Jan - 9:00

» Les enjeux de l'intégration des bénéficiaires d'une protection internationale dans l'Union européenne
par bye Lun 11 Jan - 20:50

» La méthode Montessori en question
par bye Mer 23 Déc - 13:24

» L’environnement ? une préoccupation peu partagée par les adultes
par bye Mer 16 Déc - 12:08

» Terrorisme
par bye Lun 14 Déc - 18:45

» Éducation : il faut donner priorité aux vaincus
par bye Mar 8 Déc - 11:59

» JOURNÉE MONDIALE DE L'ENFANCE
par bye Ven 4 Déc - 17:14

» 25novembre : la lutte pour l'élimination des violences masculines continue !
par bye Mer 25 Nov - 15:07

» Les mobilisations étudiantes sous la menace de lourdes peines de prison
par bye Mar 24 Nov - 10:23

» Décision historique pour la justice climatique !
par bye Jeu 19 Nov - 20:00

» Et maintenant nous sommes là...
par bye Mer 18 Nov - 13:13

» Révélation scientifique: l’amour rend aveugle !
par gramophone Sam 7 Nov - 9:55

» La puissance de la solidarité syndicale internationale
par bye Ven 6 Nov - 11:53

LE SITE

Dans Les Coulisses de Demain

FORUMS & SITES AMIS

FORUM EST INSCRIT SUR

-35%
Le deal à ne pas rater :
Climatiseur électrique mobile – TECTRO TP2520 2000 W
114 € 176 €
Voir le deal

+4
trip-hop
bye
Rabasse du sud
admin
8 participants

    Energie

    bye
    bye
    Administratrice


    Masculin
    Nombre de messages : 8993
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Energie - Page 2 Empty Re: Energie

    Message par bye Lun 4 Aoû - 5:46

    Marché du gaz naturel : L’Algérie bientôt leader mondial

    dimanche 3 août 2008.

    L’Algérie se trouve en position de force sur le plan énergétique dans la région méditerranéenne, étant le 3e fournisseur de gaz naturel de l’Union européenne et le 4e exportateur de gaz et de pétrole à destination de l’Europe.

    M. Khelil a précisé à Oxford Business Group que « l’inauguration de deux nouveaux gazoducs entre l’Algérie et l’Europe, celui de Medgaz reliant l’Algérie à l’Espagne et celui de Galsi reliant l’Algérie à l’Italie via la Sardaigne, permettrait à l’Algérie de devenir un leader dans la production et la distribution de gaz naturel ».

    En effet, le principal marché d’exportation du gaz naturel algérien est l’Italie qui achète plus de 27 milliards de m3 par an, mais la France affiche une volonté accrue de reprendre du terrain. Avec la fusion entre Gaz de France et le groupe Suez, désormais GDF SUEZ, un nouveau « géant de l’énergie » est né le 22 juillet 2008 et peut contribuer à une nouvelle dynamique euro-méditerranéenne, voire mondiale, de ce secteur à forte croissance. Cette nouvelle entreprise, qui figure parmi les trois premières utilities mondiales, est le leader mondial du GNL.

    « Gaz de France a signé un accord avec son partenaire historique, Sonatrach, pour étendre l’approvisionnement de GNL jusqu’en 2019, représentant un montant total de 2.5 milliards d’Euros. L’Algérie est le premier fournisseur de GNL de GDF SUEZ et apporte une contribution essentielle à l’équilibre de notre balance gazière et de l’approvisionnement en gaz de l’Europe dans la durée », a dévoilé à OBG Jean-François Cirelli, vice-Président et Directeur général délégué de GDF SUEZ.

    La production du champ gazier de Touat par GDF SUEZ pourrait débuter en 2011, projet qui constitue une étape majeure des activités du Groupe en Algérie. Situé dans la zone encore non exploitée du Sud-ouest algérien, GDF SUEZ espère contribuer au développement de cette zone. « Nous sommes très fiers d’avoir été retenus pour exploiter avec notre partenaire Sonatrach un champ d’une telle importance. Le défi est de taille : il faudra construire de nouvelles installations pour acheminer la production jusqu’à Hassi R’mel. La production devrait atteindre un plateau de 4,5 milliards de m3 par an pendant huit années, ce qui est très significatif », a précisé Cirelli lors de son entretien avec OBG.

    Il a ajouté que les liens énergétiques entre l’Algérie et l’Europe dans son ensemble seront renforcés dans les années à venir et que, pour la France, l’Algérie fait parti du socle des fournisseurs en énergie du pays, autant en fiabilité, en quantité, qu’en durée. Rappelons que l’Algérie, qui exporte 94% des réserves en gaz naturel pour toute la région Méditerranée, affiche un bilan commercial nettement dépendant du secteur énergétique, avec des exportations hors hydrocarbures évaluées à seulement 3% du PIB (produit intérieur brut) national.

    Amine B. — La Voix de L’Oranie
    bye
    bye
    Administratrice


    Masculin
    Nombre de messages : 8993
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Energie - Page 2 Empty Re: Energie

    Message par bye Mar 5 Aoû - 6:15

    EDF, tarifs bientôt en hausse et résultats conformes aux attentes
    01/08/2008

    EDF demande aux pouvoirs publics une hausse des tarifs de l'électricité au plus égale à l'inflation. Une hausse, "différenciée" demandée pour compenser les hausses des matières premières. Les résultats semestriels sont en phase avec les attentes. L'affaire British Energy tourne court... momentanément.



    Bonnes performances malgré la hausse des matières premières. Le chiffre d'affaires d'EDF à 32,2 milliards d'euros est pour le premier semestre en hausse de 6,4%, mais obéré par un résultat net en baisse de 3,7% à 3,1 milliards d'euros « du à un effet mécanique à court terme du programme d'investissement (ndr : 4,1 milliards d'euros en hausse de 36% à semestre comparable) qui vise à consolider les résultats industriels du groupe sur les différents marchés », a commenté Pierre Gadonneix. Lequel est néanmoins satisfait de ces résultats dans un contexte de hausse rapide des hydrocarbures, du gaz et du charbon. Avec une dépense de plus de 6 milliards d'euros, l'impact du coût d'achat des combustibles est évalué à 1 milliard d'euros. En corollaire de cette hausse, l'augmentation du prix de l'électricité sur le marché de gros est « difficile à répercuter sur le marché du client final domestique. » Ce qui pondère l'Ebitda, établie à 1,3% pour le chiffre d'affaires réalisé en France, en hausse de 8% et une marge brute de 6%. La répercussion de ces tarifs de gros est elle plus forte à l'international, ce qui contribue à une croissance de 10% du CA hors de l'hexagone. Sur l'exercice 2008, EDF table sur un objectif de croissance organique de 3% et sur une progression du résultat net, indépendamment de la prolongation du Tartam (tarif réglementé transitoire d'ajustement du marché).

    Une hausse des tarifs au « au plus égale à l'inflation » demande Pierre Gadonneix pour le particulier, mais aussi une hausse "différenciée", lui permettant de facturer de discriminer le particulier de l'entreprise. Le PDG justifie cette demande par « nos coûts d'exploitation et volume d'investissements qui augmentent du fait des matières premières. Mais aussi de l'accélération de notre programme de réalisation de nouvelles capacités de production, du développement des réseaux et des coûts de maintenance ». Si les pouvoirs publics s'alignent sur l'inflation, le consommateur peut s'attendre à une augmentation des tarifs proche de 3%, soit le maximum autorisé. Pour les entreprises, cette hausse peut être supérieure, tout comme les tarifs hors de France.

    L'échec British Energy. « Je vous confirme ce que nous avons indiqué dans la soirée d'hier. Après des discussions approfondies, et au vu des exigences financières des uns et des autres, les conditions ne sont pas remplies pour mener à bien cette opération », indique Pierre Gadonneix. Néanmoins, le patron d'EDF confirme son ambition d'être un « acteur majeur » en Grande-Bretagne et considère « que le marché anglais sera le premier marché de centrales nucléaires dans les années à venir ». Sur une évaluation de 10 centrales nucléaires à construire, EDF ambitionnent d'en réaliser au moins 4. Il y a un peu plus d'un an, le groupe a déposé une demande de certification de l'EPR sur le modèle de Flamanville et le P-DG s'est dit confiant pour obtenir cette certification. Des terrains ont aussi été acquis près des sites nucléaires existants et des discussions ont lieu avec British Energy et Npower propriétaires de terrains pour les modalités des futures implantations.

    Des développements à l'international laborieux. Après l'échec financier sur la prise de contrôle de British Energy, les rumeurs abondent sur d'éventuelles consolidations en Allemagne et bien sûr en Espagne, où le feuilleton Iberdrola à fait couler beaucoup d'encre. Sur ces deux points, le patron d'EDF est très clair : « les rumeurs sur l'Allemagne sont un non sujet. Quand à l'Espagne, je vous confirme que nous ne voulons pas prendre de position significative sur Iberdrola ». Et de rappeler que le groupe est présent en Chine en partenariat avec le chinois CGNPC pour le développement de deux centrales EPR, dont une en cours de construction ; les discussions sur les licences aux Etats-Unis avec Constellation ou encore l'attente d'une réponse sur l'appel d'offres lancé par Escom en Afrique du Sud. Des projets certes importants, mais qui résonnent un peu comme des lots de consolation, alors que les portes semblent se refermer en Angleterre, Espagne ou Belgique sous la pression des groupes concurrents et autres aléas financiers.

    F.F.
    bye
    bye
    Administratrice


    Masculin
    Nombre de messages : 8993
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Energie - Page 2 Empty Re: Energie

    Message par bye Mar 12 Aoû - 5:54

    "Il faut que le gaz soit indexé sur une autre ressource"

    -->


    par Thierry Saniez, délégué général de l'association Consommation, Logement et Cadre de vie (CLCV).

    Le gouvernement a annoncé la semaine dernière une augmentation de 5% du prix du gaz. Cette hausse se justifie-t-elle alors le prix du pétrole baisse?

    - Alors que l'on traverse une crise du pouvoir d'achat, augmenter la facture énergétique mène à des situations extrêmes où des ménages doivent faire des arbitrages entre alimentation et énergie pour pouvoir payer les factures.
    Logiquement, la baisse du prix du pétrole devrait entrainer une baisse du prix du gaz. Mais c'est plus complexe. En effet, les prix du gaz sont des contrats de long terme et rien ne justifie que le prix du gaz soit lié au prix du pétrole. Ce système a été instauré dans les années 60.
    Economiquement, on est dans une situation atypique où une ressource rare, le pétrole, fixe le prix d'une ressource moins rare et qui est de plus en plus utilisée par les Français, le gaz. Ainsi, il est prévu que la consommation de gaz augmente de 40% d'ici 2030 en France. Il faut que le prix du gaz soit indexé sur une autre ressource.

    En contrepartie, le gouvernement veut élargir le nombre de bénéficiaires du "tarif de première nécessité". Or, aujourd'hui, seule la moitié des 1,2 millions de bénéficiaires potentiels en profite pour l'électricité. N'est ce pas un effet d'annonce?

    - Il est vrai que pour l'électricité, il y a un problème. En effet, les organismes de sécurité sociale doivent informer EDF, qui sous-traite à une plate forme téléphonique privée l'information. Et aujourd'hui, seul un ménage sur deux est informé. Il y a donc un système qui ne marche pas.
    Pour le gaz, c'est différent. Il est clair que c'est un effet d'annonce. En effet, une famille avec deux enfants aura le droit au maximum à une réduction de 100 euros par an. Or, pour un ménage, la facture de gaz est passée de 750 euros à 1100 euros entre janvier 2004 et juillet 2008, soit une augmentation de 40%. Donc, ce tarif social du gaz sera annihilé par les hausses récentes.
    De plus, seuls les ménages au niveau du seuil de pauvreté en bénéficieront, des ménages qui ne peuvent déjà plus payer leurs factures énergétiques.
    Par ce système, on accentue le marquage social: il faut prouver sa pauvreté pour bénéficier du tarif social.

    La fusion GDF-Suez annonce-t-elle d'autres hausses du tarif du gaz?

    - Quand le titre GDF a été introduit en Bourse, il valait 23,4 euros; aujourd'hui le titre GDF-Suez vaut 37,3 euros: ce sont donc les actionnaires qui pour l'instant bénéficient de la fusion. Or, la fusion avait été justifiée par la constitution d'un grand groupe capable d'influer dans les négociations avec les producteurs. On attend de voir.
    De notre côté, nous sommes très inquiets pour la pérennité du tarif réglementé. En effet, il est possible que les actionnaires de Suez veuillent quitter le contrat de service public qui oblige GDF à maintenir un tarif réglementé du gaz, et ce dans une logique purement mercantile. Cela ne profiterait pas aux consommateurs français. On quitterait alors la logique de service public.

    Propos recueillis par Manuel Crifo
    (le lundi 11 août 2008)
    bye
    bye
    Administratrice


    Masculin
    Nombre de messages : 8993
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Energie - Page 2 Empty Re: Energie

    Message par bye Mar 12 Aoû - 5:56

    CHRISTIAN DE BOISSIEU ET PHILIPPE ESPER

    Le gaz : tensions, opportunités et nouveaux défis
    [ 11/08/08 ]

    Il y a quelques années, beaucoup de professionnels, d'économistes et de dirigeants politiques internationaux étaient convaincus de l'efficacité du dialogue entre producteurs et consommateurs d'énergie, de la fluidité du fonctionnement des marchés et de l'évolution obligée vers un « mix énergétique » raisonnable. Lorsqu'à la refondation du Conseil économique de la défense, en mai 2003, nous prîmes l'initiative d'inscrire la problématique Energie et Sécurité au premier rang de nos thèmes, le sujet pouvait paraître novateur. Aujourd'hui, son qualificatif approprié serait « vivant », voire « préoccupant ». Les tensions géopolitiques se développent. Producteurs et consommateurs raisonnent ou agissent en fonction de leurs intérêts, intérêts économiques toujours, arrière-pensées politiques de puissance ou de reconnaissance souvent.

    Dans un paysage évolutif, où les coûts des permis d'émission ou du stockage du CO2 vont grever l'économie du charbon et réduire l'intérêt du fioul pour le chauffage ou l'électricité, où l'énergie nucléaire demeure malgré son attrait un investissement de long terme destiné à des pays sûrs, le gaz apparaît comme une matière première de plus en plus attrayante, dont le prix est en passe d'être « décorrélé » de celui du pétrole et qui va cristalliser encore plus de rapports de force géopolitiques. Une politique de sécurité et une diplomatie réalistes pour la France et l'Europe doivent renouveler les fondements du dialogue entre pays producteurs et consommateurs de gaz, en intégrant les enjeux climatiques et les stratégies de puissance.

    En forte croissance, logique dans les grands pays émergents, la demande d'énergie devrait au moins doubler dans le monde d'ici à 2050, peut-être tripler. A l'horizon de 2020, la demande de gaz va être multipliée par quatre en Chine, par deux en Inde et croître d'environ 30 % en moyenne en Europe et au Japon. L'essentiel de l'augmentation, même en Europe, servira à la production d'électricité. Moins polluante que le charbon et le pétrole, la production d'électricité à partir du gaz est en outre bien moins capitalistique que le nucléaire ou les renouvelables. Les échanges interzones progresseront plus vite que la production grâce au gaz naturel liquéfié (GNL) et les régions les plus consommatrices dépendront davantage des importations. En 2030, les deux tiers de la consommation européenne seront importés, dont plus de 60 % de Russie, avec de fortes disparités entre pays. Les producteurs seront de plus en plus sollicités par la demande asiatique. Déjà, la Russie diversifie ses clients vers l'Asie. Les Européens devraient s'en réjouir. Lorsque la Chine ou l'Inde substitue du gaz au charbon ou au fioul pour produire de l'électricité, cela contribue à réduire les émissions de gaz à effet de serre. En revanche, lorsqu'un pays européen comme l'Allemagne limite ou remplace son nucléaire par du gaz, la substitution fait débat sur le plan économique et environnemental.

    L'accroissement de la demande de gaz et l'insuffisance probable d'investissements des producteurs, à la fois sur l'amont et sur les infrastructures de transport, risquent d'engendrer à la fois des tensions entre consommateurs et producteurs (telles les crises récentes entre Russie et ses voisins) et une concurrence avivée entre grands consommateurs (Europe, Etats-Unis et Asie). La production de gaz est concentrée dans quelques pays politiquement sensibles : Russie, Iran, Qatar, Algérie...

    La recherche d'une sécurité d'approvisionnement pour l'Europe passe par la reconnaissance des intérêts des producteurs et par l'établissement de relations bilatérales entre consommateurs et producteurs. Les intérêts des grands consommateurs, en particulier l'Union européenne et les Etats-Unis, ne sont pas nécessairement convergents. Tandis que les Européens cherchent à moins dépendre de la Russie, celle-ci leur reproche un manque de visibilité de leur demande sur la longue durée et un protectionnisme sur leur marché domestique. L'intérêt mutuel des Européens et des Russes serait de converger sur des contrats à long terme, fondés sur un prix assez élevé pour intégrer le coût du CO2 et une rente de rareté applicable à une ressource non renouvelable. L'Europe n'a pas intérêt à suivre les Etats-Unis dans une tentative de « containment » de la Russie. Les tensions entre l'Union européenne et la Russie d'une part, entre l'Union et certains Etats membres comme l'Italie d'autre part, autour des tracés des gazoducs South Stream et Nabucco reflètent une autre divergence d'intérêts. L'attitude raisonnable pour l'Europe est de ne pas entraver les relations bilatérales entre chacun des pays européens et la Russie et d'inciter, autant que faire se peut, les pays européens à réduire leur dépendance gazière en recourant davantage au nucléaire. Sur ce point, il n'y a pas d'autre choix que de laisser à l'Allemagne le temps d'évoluer.

    Faciliter l'accès des pays producteurs de gaz au nucléaire civil se comprend dans la perspective d'un partenariat de long terme, qui réserve la ressource la plus rare à l'exportation, pour favoriser le développement économique des pays producteurs. Pour autant, ces derniers doivent donner les garanties indispensables en matière de non-prolifération et de sûreté et de sécurité.

    Quant à l'Iran, le discours du gouvernement en place est générateur d'une escalade conflictuelle mais une politique d'exclusion radicale de cet important détenteur de réserves de gaz pourrait s'avérer contre-productive pour l'Europe si se dessinait une hypothèse d'évolution du régime de Téhéran, à laquelle semble désormais croire l'administration américaine.

    Dans un monde qui comptera 9 milliards d'habitants en 2050, la raréfaction des ressources fossiles et la contrainte climatique portent en germe des tensions géopolitiques qui dépassent le traditionnel dialogue entre producteurs et consommateurs. La prévention de ces tensions suppose la reconnaissance des puissances gazières du monde actuel et la recherche d'une allocation optimale des ressources naturelles et technologiques. Le droit de la Russie et des autres détenteurs majeurs de gaz de se développer en s'appuyant sur leurs richesses naturelles et sur une stratégie énergétique ambitieuse est compatible avec le droit des pays émergents (comme l'Inde et la Chine) d'accéder aux énergies les moins carbonées pour produire l'électricité, moteur du développement.

    Quant à l'allocation optimale des ressources naturelles et technologiques, le bon sens conduit à substituer, chaque fois que c'est possible dans des conditions d'économie, de sûreté et de sécurité, le nucléaire au gaz pour produire de l'électricité, et d'abord en Europe. Une politique de sécurité et une diplomatie européennes actives doivent dépasser les postures défensives afin d'optimiser l'interdépendance.

    CHRISTIAN DE BOISSIEU est président délégué du Conseil d'analyse économique. PHILIPPE ESPER est président du Conseil économique de la défense.
    bye
    bye
    Administratrice


    Masculin
    Nombre de messages : 8993
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Energie - Page 2 Empty GdF: le rackett

    Message par bye Mer 20 Aoû - 6:51

    Nancy, factures trop salées pour 130 abonnés de GDF, selon l'UFC
    NANCY - Quelque 130 abonnés lorrains ont reçu depuis l'automne dernier des factures trop salées de gaz, au gré d'une facturation "en zig-zag" de Gaz de France, devenu GDF Suez en juillet, a annoncé mardi l'antenne nancéienne de l'UFC-Que Choisir.

    "Certains ont eu des prélèvements gonflés en anticipation d'un hiver rigoureux à venir, ce qui n'a aucun fondement juridique. D'autres se sont retrouvés avec des factures aux montants incompréhensibles. Une troisième catégorie de plaignants a dû payer pendant des mois deux abonnements, bien que l'ayant signalé à GDF, après un déménagement", a énuméré Guy Grandgirard, président de l'UFC-Nancy.

    "Les problèmes sont apparus en octobre-novembre 2007. On est en août 2008 et ça n'est toujours pas terminé. On ouvre de nouveaux dossiers tout le temps. C'est considérable", a déploré M. Grandgirard, qui a appelé GDF Suez à rétablir les "règles basiques de respect des consommateurs".

    Les antennes de l'UFC dans d'autres régions recensent le même genre de problèmes, dus à la facturation "fantaisiste" ou "en zig-zag" de GDF Suez, a regretté M. Grandgirard.

    "On essaie de résoudre les cas signalés. Il y a un numéro clientèle. On peut nous contacter par internet. On essaie d'être le plus possible à l'écoute de nos clients", a répondu une porte-parole de GDF Suez, précisant que 36 dossiers lorrains ont été traités ou sont en cours de traitement.

    Ces difficultés sont liées à la migration informatique des fichiers des 11 millions d'abonnés de GDF après l'ouverture du marché de l'énergie en juillet 2007, une tâche "extrêmement complexe", a précisé cette porte-parole.

    "On récupère des problèmes dans cette période d'adaptation", a-t-elle observé, appelant à remettre le problème "en perspective" quand GDF envoie 42 millions de factures par an, soit 170.000 par jour ouvré.

    (©AFP / 19 août 2008 16h06)
    bye
    bye
    Administratrice


    Masculin
    Nombre de messages : 8993
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Energie - Page 2 Empty Re: Energie

    Message par bye Mer 27 Aoû - 8:22

    Ouvert à la concurrence il y a treize mois, le marché de l'énergie a généré des dérapages chez le gazier historique. En cause: des problèmes de facturation et des méthodes commerciales musclées.

    avec afp

    LIBERATION.FR : mardi 26 août 2008

    Il y a de l'électricité dans le gaz. Depuis la libéralisation du marché de l'énergie le 1er juillet 2007, Gaz de France et Electricité de France ont perdu leur monopole respectif dans la distribution de leurs fournitures. Chacun a donc pris son indépendance, ce qui n'a pas été sans entraîner des dysfonctionnements, notamment dans les facturations.

    Les dossiers informatiques des 11.000 clients de GDF ont ainsi dû migrer d'EDF vers l'opérateur de gaz,qui porte désormais le nom de GDF Suez. Une tâche "extrêmement complexe", précise le gazier. En outre, il a fallu pour chacun des fournisseurs distinguer ce qui relève de la fourniture d'énergie et de sa distribution.



    Exemple à Nancy, où quelque 130 abonnés ont reçu depuis l'automne dernier des factures trop élevées de gaz, au gré d'une facturation "en zig-zag" de Gaz de France, a annoncé ce matin l'antenne nancéienne de l'UFC-Que Choisir.

    "Certains ont eu des prélèvements gonflés en anticipation d'un hiver rigoureux à venir, ce qui n'a aucun fondement juridique, témoigne Guy Grandgirard, président de l'UFC-Nancy. D'autres se sont retrouvés avec des factures aux montants incompréhensibles. Une troisième catégorie de plaignants a dû payer pendant des mois deux abonnements, bien que l'ayant signalé à GDF, après un déménagement."

    Difficultés nationales

    "Les problèmes sont apparus en octobre-novembre 2007. On est en août 2008 et ça n'est toujours pas terminé. On ouvre de nouveaux dossiers tout le temps. C'est considérable", déplore Guy Grandgirard, qui a appelé GDF Suez à rétablir les "règles basiques de respect des consommateurs".

    Les problèmes lorrains ne sont pas isolés: les antennes de l'UFC dans d'autres régions recensent le même genre de difficultés.


    "On essaie de résoudre les cas signalés, se défend une porte-parole de GDF Suez, précisant que 36 dossiers lorrains ont été traités ou sont en cours de traitement. Il y a un numéro clientèle. On peut nous contacter par Internet. On essaie d'être le plus possible à l'écoute de nos clients.".



    Et l'opérateur de gaz de relativiser ces difficultés au regard des 42 millions de factures par an, soit 170.000 par jour ouvré, qu'il adresse à ses abonnés.

    2.500 plaintes depuis début 2008

    Reste que 2.850 plaintes ont été enregistrées contre GDF Suez en 2007, comme Le Parisien/Aujourd'hui en France s'en fait l'écho dans son édition de ce mardi. Soit quatre fois plus qu'avant la libéralisation du marché. Et selon Michel Astruc, médiateur de GDF Suez, "sur les six premiers mois de l'année, 2.500 plaintes ont été déposées et il en arrivera probablement 4.000 ou 5.000 d'ici à la fin 2008".

    Enfin, et ce n'est pas le moindre, cette ouverture du marché a entraîné des dérives commerciales classiques chez le gazier, désormais également électricien: vente "forcée", désinformation, confusion sur les tarifs, décalage entre ce qui est vendu au client et ce qui figure sur sa facture... Autant d'arnaques que connaissent parfaitement les clients des opérateurs de téléphonie mobile et de fournisseurs d'accès à l'Internet (FAI).
    bye
    bye
    Administratrice


    Masculin
    Nombre de messages : 8993
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Energie - Page 2 Empty Re: Energie

    Message par bye Jeu 28 Aoû - 6:22

    énergie
    GDF Suez intéressé par la distribution du gaz du gisement géant de Chtokman
    Le vice-président du nouveau groupe, Jean-François Cirelli, s'est dit "très intéressé" par la distribution du gaz du gisement gazier de Chotkman en Russie.
    Le nouveau groupe GDF Suez place ses pions sur le gisement gazier géant de Chtokman. Le vice-président du groupe d'énergie, ancien numéro un de Gaz de France, Jean-François Cirelli a affirmé ce mercredi que GDF Suez était intéressé par la distribution du gaz extrait du gisement de Chtokman, lorsque son exploitation sera lancée d'ici 2013.

    "Chtokman est un projet très important pour l'Union européenne et nous sommes très intéressés par la distribution du gaz de ce projet", a-t-il déclaré lors d'une conférence sur le pétrole et le gaz.

    Chtokman a en effet de quoi attirer les appétits tellement le gisement est gigantesque. Ses réserves sont estimées à plus de 3.700 milliards de mètres cubes de gaz et son exploitation représente un projet de 20 à 30 milliards de dollars, dans lequel un groupe français est déjà présent. Total détient en effet 25% du projet Chtokman, tandis que le russe Gazprom possède 51% et le norvégien StatoilHydro 24%.

    latribune.fr
    Ego autem semper
    Ego autem semper


    Masculin
    Nombre de messages : 1161
    Age : 61
    Localisation : joigny france
    Emploi/loisirs : soudure / sociologie, économomie, philosophie
    Humeur : acide
    Date d'inscription : 01/12/2007

    Energie - Page 2 Empty Re: Energie

    Message par Ego autem semper Jeu 28 Aoû - 23:22

    Dommage pour ce qui est de la langue, puisque dans un des sites YOUTUBE ou DAILYMOTION, j'ai eu le plaisir d'écouter un discours du président de la Bolivie dans lequel il disait: (je ne vais pas m'étaler dans les détails d'une longue traduction mais dans l'essentiel) "l'eau, l'électricité, entre autres sont des besoins vitaux pour l'être humain. Du fait la gestion reste vital pour le gouvernement et aucun institution ou entreprise doit faire des bénéfices sur les besoins vitaux, C'est une obligation de l'Etat de garantir les services publiques" (fin de citation)

    Evo Morales, est une personne par ses racines très attaché à la justice sociale. Du fait il n'appartient à aucune famille bourgeoise, pour ainsi dire il est le premier président du Bolivie en apparence du sang Aymara.

    Voilà un lien, et traduction en surtitres pour le plaisir de connaître la pensée d'un président:

    ]https://www.dailymotion.com/video/x41qy8_evo-morales-ouverture-forum-humanis_politics
    bye
    bye
    Administratrice


    Masculin
    Nombre de messages : 8993
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Energie - Page 2 Empty Re: Energie

    Message par bye Ven 29 Aoû - 6:31

    tout à fait d'accord: l'eau, l'énergie, le transport, le logement, l'éducation,la santé.. sont des besoins vitaux pour chaque être humain.
    Et il est inconcevable que, petit à petit, tous ces besoins soient gérés en France, notamment, par des entreprises privées.
    C'est uniquement que ces domaines constituent des gisements énormes de profits.
    La Poste va maintenant être privatisée, puis ce seront les chemins de fer, la santé, l'éducation nationale,..
    Tout celà s'opère par un mouvement continu et correspond à un axe politique: le libéralisme ne confère à l'Etat que des tâches régaliennes: l'armée, police, collecte de l'impôt, justice.
    Tout le reste est délaissé, suivant le principe de: qui peut payer pourra bénéficier des services de bonne qualité, les autres n'auront droit qu'au minimum ( et encore ), comme la CMU ( Couverture Mutuelle Universelle ), s'ajoutant au SMIC,..
    bye
    bye
    Administratrice


    Masculin
    Nombre de messages : 8993
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Energie - Page 2 Empty Re: Energie

    Message par bye Mar 16 Sep - 15:02

    Les pays européens négocient avec Gazprom en ordre dispersé

    LE MONDE ECONOMIE | 15.09.08 | 12h00

    Cherchant une riposte commune à l'intervention russe en Géorgie, l'Union européenne (UE) a suspendu les négociations sur un partenariat renforcé avec la Russie, qui comportait un important volet sur l'énergie. Si Moscou maintient ses troupes en Géorgie, l'UE devra alors "être plus ferme", avertit le ministre français des affaires étrangères, Bernard Kouchner, dans un entretien à l'hebdomadaire américain Newsweek du 15 septembre. Il évoque en particulier la mise en place d'une "centrale européenne d'achat de gaz" dont l'objectif serait de réduire la dépendance énergétique à l'égard de la Russie, qui fournit à l'Europe 26 % de son gaz. Avant la crise russo-géorgienne, Paris souhaitait aussi que l'UE crée, à l'instar de la France, une programmation pluriannuelle des investissements (PPI) dans l'énergie, afin d'anticiper les besoins futurs et de prévenir toute pénurie.

    Pour en savoir plus

    Ramses 2009 - Turbulences économiques et géopolitique planétaire, sous la direction de Thierry de Montbrial et Philippe Moreau Defarges (2008, IFRI/Dunod, 351 p., 25 €).

    Cyclope 2008 - Les marchés mondiaux, sous la direction de Philippe Chalmin (2008, Economica, 676 p., 115 €).

    Rapport sur l'investissement dans le monde 2007 - Sociétés internationales, industries extractives et développement, Cnuced (www.unctad.org/wir).

    Statistiques sur les ressources minérales - Bureau des recherches géologiques et minières - BRGM (www.mineralinfo.org).

    A Bruxelles, experts et hauts fonctionnaires de la Commission sont nombreux à penser que l'achèvement de la libéralisation du marché intérieur de l'énergie (transparence des prix, accès des tiers aux lignes à haute tension et aux gazoducs, multiplication des interconnexions électriques et gazières, séparation des producteurs et des distributeurs, renforcement des régulateurs...) est le meilleur garant de la sécurité des approvisionnements.

    Mais la décision d'investir est entre les mains des compagnies pétrolières, gazières ou électriques, privées ou sorties récemment du giron public. Ce ne sont ni l'UE ni ses Etats membres qui investissent dans les terminaux méthaniers qui permettraient à l'Europe de ne pas dépendre des "tuyaux" venant de Russie, de Norvège et d'Algérie pour son approvisionnement en gaz, mais les géants comme Shell, BP, Total, EDF, Eni, GDF Suez ou Gas Natural. Et il n'existe pas de politique coordonnée en la matière.

    GRANDS PROJETS

    Il n'y a pas davantage de coordination sur les choix énergétiques. Le Royaume-Uni vit depuis trente ans sur son pétrole et son gaz, l'Allemagne sur son charbon, ses énergies renouvelables et ses liens privilégiés avec la Russie. La France se targue d'avoir développé le nucléaire, qui lui permet de moins dépendre du gaz et du charbon pour ses centrales, et de présenter de surcroît un bon bilan CO2. "Sécurité et propreté", résument les défenseurs du modèle français, mais Paris commence à peine à convaincre les pays qui ont programmé leur sortie du nucléaire.

    Les grands projets gaziers avec la Russie ne se sont pas faits avec l'UE, mais avec des entreprises s'appuyant sur les Etats. Au risque, parfois, d'ébranler la cohésion de l'Union. Quand l'ancien chancelier allemand Gerhard Schröder a accepté de présider le consortium russo-allemand chargé de construire le gazoduc Northstream sous la Baltique, il savait que le projet piloté par le russe Gazprom susciterait la colère de la Pologne et des pays baltes, exclus des routes de transit. Quand le président du conseil italien Romano Prodi a parrainé en 2007 le projet de gazoduc Southstream - lui aussi dirigé par Gazprom avec l'appui du groupe pétrolier italien Eni -, il n'ignorait qu'il sapait ainsi Nabucco, le projet de gazoduc reliant les gisements gaziers de la mer Caspienne à l'Europe en contournant, par le Caucase et la Turquie, le territoire russe, pourtant défendu par Bruxelles comme "prioritaire et stratégique". Il n'aurait plus manqué que l'ex-président de la Commission européenne accepte la proposition de Vladimir Poutine de prendre la tête du consortium !

    Dans ces affaires, les relations bilatérales, les intérêts financiers et l'histoire ont prévalu. Avec respectivement 42 % et 39 % de leur gaz provenant de Russie, l'Allemagne et l'Italie n'ont pas les mêmes intérêts que le Royaume-Uni (2 %) ou l'Espagne (0 %). A travers Eni et l'électricien Enel, l'Italie a tissé de solides liens avec la Russie. Qu'importe, pour ces entreprises italiennes, si Southstream "doublonnerait" avec Nabucco dans plusieurs pays membres de l'UE (Grèce, Bulgarie, Hongrie et Autriche).

    Les relations entre l'Allemagne et la Russie, depuis les années 1970 et l'Ostpolitik de Willy Brandt, sont encore plus fortes. M. Schröder a récemment déclaré qu'en présidant le Northstream, il travaillait "dans l'intérêt des consommateurs européens". L'Allemagne représente 40 % des investissements de l'UE en Russie. Ses industriels ne veulent pas connaître les mésaventures rencontrées par Shell et BP, qui ont perdu le contrôle de certains de leurs projets stratégiques en Russie. Symbole de ces liens dans l'énergie, la présence de la société allemande E.ON-Rurhgas dans le capital de Gazprom, et celle de son président, Burckhard Bergmann, au conseil d'administration du géant russe.

    Jean-Michel Bezat
    Ego autem semper
    Ego autem semper


    Masculin
    Nombre de messages : 1161
    Age : 61
    Localisation : joigny france
    Emploi/loisirs : soudure / sociologie, économomie, philosophie
    Humeur : acide
    Date d'inscription : 01/12/2007

    Energie - Page 2 Empty Re: Energie

    Message par Ego autem semper Mer 17 Sep - 8:36

    Energie - Page 2 Balanc10

    je me suis permis d'ajouter un tableau qui nous permet de comparer la balance commerciale des deux pays
    bye
    bye
    Administratrice


    Masculin
    Nombre de messages : 8993
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Energie - Page 2 Empty Re: Energie

    Message par bye Mer 17 Sep - 17:19

    Celà donne un éclairage sur la crise du Caucase actuelle, et les intérêts divergents des pays membres de l'UE, et dans quelques-uns de ces pays ( Allemagne, notamment ), l'ajustement de la diplomatie allemande aux intérêts économiques conclus dans le cadre du consortium germano-russe.Celui-ci a été facilité, par un rapprochement politique des 2 Etats, dans les années 70-80 et accéléré par la chute du mur.
    Pour l'Italie, c'est un peu le même constat: la non-dénonciation de l'invasion du territoire georgien par l'armée russe, découle de la coopération du groupe italien Eni avec Gazprom.

    Pour la France, c'est plus grave: les intérêts de ravitaillement en gaz ( accords Gazprom-Gaz de france portant l'approvisionnement jusqu'en 2035 ) conditionnent un aplatissement de la diplomatie française devant le géant russe, mais aussi de la diplomatie de l'Union Européenne.La réal-politique soumet l'expression diplomatique, voire son honneur, de l'UE à des intérêts contactualisés par un groupe privé!

    Après la Chine, la Russie!
    bye
    bye
    Administratrice


    Masculin
    Nombre de messages : 8993
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Energie - Page 2 Empty Re: Energie

    Message par bye Jeu 18 Sep - 12:11

    Trois morts, trois blessés, un disparu sur le chantier du gazoduc Medgaz
    MADRID - Un accident sur le chantier en mer de construction du gazoduc Medgaz devant relier l'Algérie à l'Espagne, a fait mercredi trois morts et trois blessés, tandis qu'un autre employé est porté disparu, a-t-on appris auprès des services de secours espagnols.

    "Il y a eu trois morts et trois blessés", a indiqué à l'AFP une porte-parole du service des urgences sanitaires d'Almeria (sud de l'Espagne), tandis que la sous-préfecture locale a précisé qu'un hélicoptère espagnol recherchait en mer une septième personne portée disparue après l'accident.

    La sous-préfecture d'Almeria, avait indiqué plus tôt dans l'après-midi que cet accident de nature non-précisée avait fait "au moins un mort et plusieurs blessés".

    L'accident s'est produit sur une plate-forme située près des côtes algériennes et une opération de sauvetage avait été immédiatement mise en place pour transporter d'urgence les blessés par hélicoptère vers Almeria, avait indiqué cette source.

    Le consortium Medgaz, interrogé par l'AFP à Madrid, se refusait à tout commentaire en attendant de publier un communiqué dans la soirée.

    Selon les médias espagnols, l'accident s'est produit à la mi-journée sur la plate-forme d'un navire italien, le "Saipem 7000". Les victimes de l'accident auraient été écrasées ou projetées en mer par le glissement d'une tube de 12 mètres de long.

    Le "Saipem 7000", chargé des travaux en eaux profondes, avait posé le 5 septembre le tronçon offshore du gazoduz Medgaz.

    Ce gazoduc sous-marin, d'une capacité de 8 milliards de m3 de gaz par an et dont le coût total est estimé à 900 millions d'euros, devrait être mis en service en 2009. Il reliera Beni Saf, sur le littoral ouest de l'Algérie, à Almeria.

    La longueur totale du gazoduc est de 1.050 km dont 550 km en territoire algérien et 210 km en mer en eaux profondes allant jusqu'à 2.160 mètres.

    Sa construction a été confiée en février 2007 à cinq entreprises multinationales: les japonaises Mitsui et Sumitomo, la britannique Rolls Royce, l'italienne Saipem et le consortium hispano-français Tecnicas Reunidas-Amec Spie.

    Le consortium Medgaz est constitué du groupe algérien Sonatrach (majoritaire avec 36%), des espagnoles Cepsa et Iberdrola (20% chacune), de Gaz de France et d'Endesa (12% chacune).

    Le projet Medgaz a été approuvé dès 2003 par la Commission européenne comme projet d'intérêt commun dans les réseaux transeuropéens du secteur de l'Energie.

    (©AFP / 17 septembre 2008 19h35)
    bye
    bye
    Administratrice


    Masculin
    Nombre de messages : 8993
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Energie - Page 2 Empty Re: Energie

    Message par bye Mar 23 Sep - 15:14

    Opep du gaz : pas forcément une mauvaise idée
    MOSCOU - La création d'un club de pays producteurs de gaz, parfois appelé "Opep du gaz", peut être une bonne idée si elle permet de faciliter les échanges, a estimé lundi Claude Mandil, ancien directeur exécutif de l'Agence internationale de l'Energie (AIE) et aujourd'hui expert indépendant.

    M. Mandil, de passage à Moscou pour présenter un rapport sur l'efficacité énergétique commandé par la France dans le cadre de sa présidence de l'Union européenne, a indiqué qu'il ignorait si le projet d'Opep du gaz, "annoncé pour juin", finirait par se concrétiser.

    Si cette nouvelle organisation "joue le rôle de cartel et essaie d'introduire des comportements monopolistiques (...) je n'aime pas ça", a-t-il dit, interrogé à ce sujet lors d'une conférence de presse.

    "Si en revanche ceci aboutit à un club de réflexion des pays exportateurs de gaz pour qu'ils réfléchissent à de meilleures conditions possibles pour l'exercice de leur mission, je trouve ça très bien, et je pense même que les pays consommateurs devraient y participer", a-t-il ajouté.

    "Nous avons beaucoup à échanger entre nous pour faire en sorte que le marché international du gaz soit plus fluide", a-t-il poursuivi, notant que le gouvernement français l'avait demandé à être observateur auprès de ce forum.

    M. Mandil, interrogé sur la politique énergétique russe, a souligné qu'elle comptait "beaucoup de bonnes choses" notamment l'existence d"'entreprises puissantes et performantes". "On en a besoin", a-t-il estimé.

    Il a toutefois conseillé aux autorités russes de "se garder de tout comportement à tendance monopolistique", en référence apparente au géant public Gazprom. Il a aussi plaidé pour une "politique beaucoup plus ambitieuse" en matière d'efficacité énergétique, insistant sur le fait que "tout le monde y gagnerait".

    M. Mandil a par ailleurs souligné que les trois principaux projets de gazoducs traversant l'Europe d'est en ouest, Nord Stream, South Stream et Nabucco, étaient tous utiles: ces projets "ne doivent pas être opposés l'un à l'autre mais considérés comme complémentaires", a-t-il jugé.

    GAZPROM

    (©AFP / 22 septembre 2008 16h31)
    bye
    bye
    Administratrice


    Masculin
    Nombre de messages : 8993
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Energie - Page 2 Empty Re: Energie

    Message par bye Jeu 25 Sep - 6:32

    A l'attention des agents et usagers EDF-GDF ,

    Le mensuel "*QUE CHOISIR*" dans son n° 462 de septembre 2008, dénonce
    les dérives des fournisseurs historiques EDF et surtout GDF.
    Ce mensuel ( dont on ne peut dire qu'il est proche de la CGT confirme
    les méthodes douteuses du secteur commercial, comme l'avait déjà fait
    INDECOSA ( Association des consommateurs de la CGT) et révèle le peu de
    scrupule de nos dirigeants.
    (Il n'est bien évidement pas question de criminaliser les agents des
    branches commerces ici)

    Il y a moins de 6 mois la FNCCR ( Fédération Nationale des collectivités
    concédantes et régies) en leurs temps avait elle aussi mis des mauvais
    points à EDF et GDF pour leur "agressivité commerciale.
    Les seuls bénéficiaires de l'ouverture des marchés, de la fusion
    GDF-SUEZ, de la privatisation etc... sont les ACTIONNAIRES !

    Les services sont tous facturés, les prix augmentent ( la concurrence
    fera baisser les prix!) les accueils ferment, les sites de proximités
    ferment et le service public de l'énergie est aujourd'hui désavoué par
    la population qui n'y comprend plus rien!
    Que dire des conditions de travail dégradés, des suppressions de postes,
    qui IRREMEDIABLEMENT apportent de plus en plus de souffrance au travail.

    Il est loin le temps du service public , peu cher, au prix coûtant, de
    qualité, et au service de la population tel qu'imaginé et voulu en 1946!

    Pourtant nos décideurs politiques avec l'appui des directions nationales
    sont en train d'offrir le secteur de l'énergie aux "ogres" de la
    finance, sans aucun scrupule et souvent avec un discours évangéliste qui
    n'est que le reflet de la société capitaliste dont les salariés et les
    travailleurs sont les "vaches à lait"


    N'HESITEZ PAS A FOURNIR CET ARTICLE A VOS FAMILLES, VOISINS, AMIS !
    ENVOYEZ- LE PART MAIL A VOS CONNAISSANCES !
    bye
    bye
    Administratrice


    Masculin
    Nombre de messages : 8993
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Energie - Page 2 Empty Re: Energie

    Message par bye Dim 28 Sep - 20:27

    http://energie.sia-conseil.com/?p=983
    Pourquoi les tarifs de transport de gaz vont continuer d’augmenter ?
    26 Septembre 2008

    La France a tous les atouts pour devenir le carrefour de l’approvisionnement en gaz de l’Europe. En contre partie les tarifs de transport continueront d’augmenter.
    Avec un bilan carbone et un coût de transformation plus favorables que les autres combustibles fossiles, le gaz naturel apparaît comme une composante essentielle du mix-énergétique pour accompagner la croissance mondiale de la demande d’électricité.
    Pour ceux qui ont renoncé au nucléaire, il devient une alternative incontournable et la disponibilité des centrales à gaz en fait le complément idéal pour pallier au risque d’intermittence inhérent aux énergies vertes.
    L’Europe développe donc ses infrastructures afin d’accroître ses capacités de transport et de sécuriser son approvisionnement. Ainsi, les projets de terminaux méthaniers et de gazoducs fleurissent en Europe de l’Ouest. D’ici 2020, les investissements des gestionnaires de réseaux de transport sont estimés à plus de 30 Milliards d’€uros avec pour objectif de fluidifier les échanges.
    bye
    bye
    Administratrice


    Masculin
    Nombre de messages : 8993
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Energie - Page 2 Empty Re: Energie

    Message par bye Ven 7 Nov - 12:35

    Coupure d'électricité dans le Sud : la CGT accuse le manque d'investissements
    PARIS - La CGT-mines-énergie a estimé jeudi que le manque d'investissements sur le réseau électrique était à l'origine d'une coupure d'électricité qui a touché la région PACA (Provence-Alpes-Côte d'Azur) en début de semaine, estimant que ce type d'incident risquait de se reproduire.

    Des entreprises et des particuliers des Alpes-Maritimes et du Var ont été privés d'électricité pendant plusieurs heures lundi matin.

    La CGT, première organisation syndicale d'EDF, souligne dans un communiqué que cette coupure est "révélatrice d'une insuffisance du maillage du réseau "Très haute tension 400.000 volts", rappelant qu'une panne identique avait touché la région le 6 mai 2005.

    Pour elle, les usagers de cette région "vivent constamment avec le risque d'être délestés au moindre aléa (incendie, orage, neige)".

    Cette situation "perdurera (...) tant que les investissements seront insuffisants, tant que les directions continueront leur politique de réforme et de suppression d'effectifs de proximité, repoussant ainsi toute intervention rapide en cas d'incident sur le réseau du Sud-Est", écrit-elle.

    "C'est aussi au gouvernement de donner les moyens suffisants pour assurer la maintenance des réseaux de transports", a réagi auprès de l'AFP Patrick Larradet, administrateur CFDT à RTE (réseau de transport d'électricité).

    M. Larradet a notamment souhaité que les tarifs d'utilisation des réseaux publics d'électricité (Turpe), qui font l'objet de discussions avec l'Etat, soient "à la hauteur du développement des réseaux".

    Le ministre de l'Energie, Jean-Louis Borloo, a annoncé qu'il allait convoquer une réunion pour examiner les façons de sécuriser l'alimentation électrique dans le sud de la France.

    (©AFP / 06 novembre 2008 18h52)
    bye
    bye
    Administratrice


    Masculin
    Nombre de messages : 8993
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Energie - Page 2 Empty Re: Energie

    Message par bye Dim 9 Nov - 11:14

    Actions EDF: BNP Paribas et SocGen condamnés à 500.000 euros chacune
    Le 07/11/08 à 10:26
    L'Autorité des marchés financiers a annoncé aujourd'hui vendredi avoir prononcé à l'encontre des banques BNP Paribas et Société Générale «un avertissement et une sanction» de 500.000 euros chacune pour des «manquements» commis lors de l'introduction en Bourse d'EDF.

    Le gendarme français de la Bourse avait indiqué fin 2005 avoir reçu «une dizaine de plaintes» de particuliers déplorant que leur banque leur ait fait souscrire, sans les prévenir, des titres EDF lors de l'entrée en Bourse de l'électricien public, le 21 novembre 2005.

    «Par deux décisions en date du 11 septembre 2008, (...) la Commission des sanctions a estimé que BNP Paribas et la Société Générale avaient, lors de la commercialisation des actions EDF, commis des manquements aux obligations pesant sur elles en leur qualité de prestataires de services d'investissement», explique l'AMF dans un communiqué.

    L'AMF reproche notamment à BNP des «atteintes portées aux règles de protection des clients», sans plus de précisions, et à la Société Générale «de ne pas avoir été en mesure de produire dans certains cas la preuve des ordres de souscription et des instructions de revente des titres».

    Quelques mois après l'entrée en Bourse de Gaz de France, le 8 juillet 2005, environ 5 millions de petits porteurs avaient souscrit des actions de l'autre géant public de l'énergie, EDF, qui avait levé 6,35 milliards d'euros en plaçant 15% de son capital sur les marchés.
    bye
    bye
    Administratrice


    Masculin
    Nombre de messages : 8993
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Energie - Page 2 Empty Re: Energie

    Message par bye Mar 30 Déc - 12:37

    L'UE lance une procédure contre EDF pour abus de position dominante
    Il y a 21 heures

    BRUXELLES (AFP) — La Commission européenne a confirmé lundi avoir ouvert une procédure d'infraction contre le groupe d'électricité français EDF, soupçonné d'empêcher ses clients industriels en France de s'adresser à d'autres fournisseurs.

    "La Commission européenne est en mesure de confirmer qu'elle a adressé une communication des griefs au groupe français EDF", ce qui constitue la première étape d'une procédure d'infraction dans le cadre d'un soupçon d'abus de position dominante, a indiqué la Commission dans un communiqué.

    "La communication de griefs concerne les contrats conclus par EDF avec des grands clients industriels en France", a-t-elle précisé.

    "La Commission considère que ces contrats pourraient empêcher les clients de s'adresser à d'autres fournisseurs, réduisant ainsi la concurrence sur le marché, en particulier au regard de la nature exclusive et la durée des contrats et de la part du marché concernée par ceux-ci".

    "Dans ces mêmes contrats, la revente d'électricité apparaît restreinte. Ces pratiques pourraient constituer des infractions aux règles" européennes sur les abus de position dominante et en particulier "avoir rendu difficiles l'entrée et l'expansion des fournisseurs sur les marchés français de l'électricité, et avoir rendu le marché de négoce d'électricité moins liquide", a encore expliqué Bruxelles.

    EDF peut désormais répondre aux griefs exprimés par la Commission, par écrit ou être demandé à être auditionné.

    Le lancement de cette procédure ne préjuge pas de son issue finale.

    La Commission européenne avait ouvert officiellement une enquête contre EDF en juillet 2007. L'enquête lancée concernait également Electrabel, filiale filiale belge du géant français de l'énergie GDF-Suez.

    Bruxelles avait alors indiqué soupçonner les deux groupes de verrouiller leur marché respectif.

    En croisade depuis plusieurs années pour améliorer le fonctionnement des marchés énergétiques européens, la Commission s'est déjà attaquée au belge Distrigaz, au français Gaz de France ou encore à l'allemand EON
    bye
    bye
    Administratrice


    Masculin
    Nombre de messages : 8993
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Energie - Page 2 Empty Re: Energie

    Message par bye Jeu 8 Jan - 13:54

    Gaz : la situation de la France donne lieu à des analyses contrastées

    [ 07/01/09 - 20H18 - actualisé à
    20:18:00 ]


    Pour les dirigeants GDF Suez, qui explorent des solutions alternatives pour pallier le déficit de 15% dû à l'arrêt des livraisons de gaz russes, il n'y a pas " à court terme " de problème d'approvisionnement. Mais le réseau français est aujourd'hui "sous tension".

    Sur fond de conflit entre la Russie et l'Ukraine, la situation de la France pour son approvisionnement en gaz, est-elle menacée ou non de pénurie, à l'heure où une vague de froid pousse Français à augmenter chaque jour un peu plus leur demande de chauffage ? oui et non, si l'on se réfère aux analyses pour le moins contrastées des dirigeants du n°1 français du gaz,
    GDF Suez.


    "Il n'y a pas, à court terme, de problème d'approvisionnement pour nos clients français", a déclaré mercredi le PDG de GDF Suez, Gérard Mestrallet, en évaluant le stock disponible à 80 jours de consommation moyenne. Il a toutefois souligné que l'arrêt des livraisons de gaz russe se combinait avec une hausse de 40% de la consommation française due à la vague de froid actuelle, qui suscite la "mobilisation exceptionnelle" de
    son entreprise dont les installations "tournent à plein".


    Le PDG a ensuite précisé que les stocks de gaz en France étaient "pleins entre 60 et 70%.
    Le problème, en cas de consommation très élevée, est le débit de sortie des
    installations de stockage. Nous sommes aujourd'hui à un niveau de débit
    maximum".


    Interrogé lui aussi mercredi sur la radio BFM, Jean-François Cirelli, vice-président de GDF Suez, a estimé que le réseau gazier français est sous tension" du fait d'une consommation record et de l'arrêt des
    livraisons russes. "On essaie de tirer du gaz qui vient du nord, de la Norvège, nous avons rerouté des bateaux vers la France, nous tirons sur la
    quinzaine de stockages que nous avons en France
    ", a-t-il précisé.
    Mais il est vrai que "le réseau est sous tension parce qu'il fait très froid. Et nous avons 15% de gaz en moins, " a-t-il ajouté en référence à l'arrêt des importations de gaz venu Russie. En effet, la France a "battu aujourd'hui même (mercredi) les pointes historiques de consommation de gaz naturel" avec 40% de consommation en plus que l'année dernière à la même période.




    JDD



    Economie 07/01/2009
    - 19:17
    Gaz: La France dispose de 80 jours de stock


    Le P-DG de
    GDF Suez, Gérard Mestrallet a assuré mercredi "que la France dispose de stocks de gaz pour 80 jours de consommation normale, (...) et que les stocks de gaz sont pourvus entre 60% et 70% de leur capacité maximum."
    La pénurie ne guette donc pas l'Hexagone, alors que le conflit gazier entre l'Ukraine et la Russie fait rage
    bye
    bye
    Administratrice


    Masculin
    Nombre de messages : 8993
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Energie - Page 2 Empty Re: Energie

    Message par bye Jeu 15 Jan - 7:08

    Un maire allume les arnaques de Powéo

    Libération consacrait samedi un
    article à l'arrêté pris par Daniel Dewalle, maire de Houdain, contre les pratiques abusives
    de Poweo. C'est à lire sur Libé Lille.


    [IMAGE]ÉCO-TERRE - Poweo est
    carrément interdit de démarchage à Houdain, dans le bassin minier du
    Pas-de-Calais. L’arrêté municipal n’y va pas de main morte, parle de «mensonge»
    et d’«usurpation d’identité» de la part du fournisseur d’énergie alternatif. Le
    maire, Daniel Dewalle (PCF), assume, ravi de son coup de gueule : «Je m’attends
    à une annulation rapide de mon arrêté, je sais bien que je suis sorti de mes
    compétences, mais je ne veux rien laisser passer.»


    Annuaire. En deux jours, lundi et mardi, trois de ses administrés
    l’ont appelé, tous avec la même histoire, et le sentiment de s’être fait
    «arnaquer», dit Dewalle. «Deux personnes ont sonné à leur porte, "bonjour, nous
    sommes deux contrôleurs EDF, nous venons voir si vous avez profité de la baisse
    de 10 % de votre facture". Ils montrent une carte professionnelle, avec une
    photo, et demandent à voir les factures. "Ah non, vous ne bénéficiez pas des 10
    % de réduction, est-ce que cela vous intéresse ?" et les personnes se
    retrouvent à signer un contrat sans savoir qu’ils rejoignent un concurrent
    d’EDF.» A Poweo, on essaye de calmer le jeu. Sans nier les faits, mais en
    évoquant des cas isolés. Selon la société, seules deux personnes auraient
    exercé leur droit de retrait. «Nous avons vérifié l’ensemble des contrats
    passés à Houdain. Sur les 42 personnes, aucune ne nous a dit être mécontente ou
    ne pas savoir qu’elle avait signé avec un opérateur alternatif.» Pas de chance,
    Brigitte, piochée dans l’annuaire, une des signataires Poweo, avoue «n’y
    comprendre plus rien». Elle a été rappelée par Poweo, mais s’inquiète. «Moi, ce
    que je voudrais, c’est arrêter tout ça.» Elle est au dernier des sept jours où
    elle peut exercer son droit de retrait. Personne ne lui a expliqué la faveur de
    Poweo : selon l’attaché de presse, on a dix jours pour se désister. Le scénario
    que décrit Brigitte confirme celui du maire : «J’ai mal compris qui ils
    étaient. C’était un homme et une femme, mais c’était surtout elle qui parlait.
    Elle m’a demandé mes factures, puis elle m’a rempli tout de suite le dossier.
    Moi, je suis à Direct Energie [un autre concurrent d’EDF, ndlr], je veux le
    quitter pour retourner à EDF. J’ai cru que c’était ce que je faisais.»



    Factures. «Poweo ? Je suis scandalisé de leur façon
    de procéder !» Christophe Dessoly, habitant d’Houdain, n’a pas avalé la visite
    de deux commerciales du fournisseur d’énergie. «Elles m’ont dit qu’elles
    venaient de la part d’EDF, qu’il fallait que je leur montre mes factures, que
    c’était obligatoire, que j’avais été prévenu par courrier. Mais je savais que
    je n’avais rien reçu, à part ma facture.» Il les a mises dehors, pour les
    retrouver, à l’étage du dessus, chez son beau-frère. «Elle était déjà en train
    de remplir le contrat. J’ai vu l’en-tête Poweo et j’ai compris. J’ai dit à mon
    beau-frère, "fais gaffe, c’est un concurrent d’EDF".»
    bye
    bye
    Administratrice


    Masculin
    Nombre de messages : 8993
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Energie - Page 2 Empty Re: Energie

    Message par bye Ven 24 Avr - 5:55

    Le Portugal, bon élève européen des énergies vertes







    Le 23 Avril 2009 par Anne Cheyvialle

    Doté de la plus grande ferme photovoltaïque du monde, le Portugal se rêve en champion européen des énergies renouvelables.

    Le contraste est saisissant : d'un côté, des petites maisons traditionnelles blanchies à la chaux baignées de soleil ; de l'autre, à quelque 200 mètres, d'immenses panneaux solaires alignés par dizaines. La plus grande ferme photovoltaïque du monde est installée dans l'Alentejo, région agricole reculée au sud-est du Portugal. De longues plaines parsemées d'oliveraies et de
    chênes-lièges où l'on vient chasser la perdrix. Des châteaux en ruine, juchés sur des collines, qui rappellent la splendeur passée.


    Aujourd'hui, la région se tourne vers le futur et le gigantisme
    technologique. Construit en 2002, le barrage d'Alqueva et son lac artificiel, le plus grand d'Europe, a déjà changé la physionomie des lieux. Depuis un an, c'est le petit village d'Amareleja qui est transformé avec l'installation de 2 520 modules de 74 m², aussi grands qu'un appartement, sur une superficie de 250 hectares. Chaque module comporte 104 panneaux solaires, soit 262 000 au total, qui tout au long de la journée suivent la trajectoire du soleil. Coût de l'investissement : 237 millions d'euros, pour une capacité aujourd'hui de 46 MW (mégawatts), qui doit alimenter 30 000 foyers et économiser 86 000 tonnes de gaz à effet de serre.


    Francisco Aleixo, directeur d'Amper Central Solar, la société
    exploitante, détaille avec enthousiasme le projet devant 75 étudiants venus du monde entier et le premier ministre José Socrates. Les questions fusent.
    Pourquoi justement ici, s'interroge un jeune Indien ? «C'est l'un des endroits les plus ensoleillés. 3 000 heures par an», précise le directeur. Pourquoi misez-vous sur les énergies renouvelables, poursuit un Angolais, à l'attention de José Socrates ? «C'est le résultat d'un choix politique. J'ai déjà connu plusieurs chocs pétroliers, j'ai été ministre de l'Environnement, nous devons
    préparer notre futur, réduire notre dépendance, préserver notre environnement», explique-t-il. Depuis quatre ans, le gouvernement a beaucoup investi, en priorité dans l'éolien.


    Serra de Caramulo, dans le centre. Changement de décor, le groupe découvre un autre Portugal, sauvage, aride. Des maisons en granit plantées dans les montagnes ; des chèvres qui broutent tranquillement les massifs de genêts. À peine troublées par les dizaines d'éoliennes aux alentours. En quelques années,
    le pays s'est doté du parc le plus vaste d'Europe. Le pays en compte 1 463, qui génèrent 10 % de la production électrique.


    Plus de 10 000 emplois créés

    La nature a bien fait les choses : du soleil, du vent… et de l'eau en abondance, des rivières et de la mer. L'énergie hydraulique est la plus développée, la plus ancienne aussi. Barrages et centrales fournissent 30 % de l'énergie électrique.
    C'est aussi la plus rentable avec l'éolien, tandis que le photovoltaïque n'en est qu'à ses débuts. Pour promouvoir cette énergie, le gouvernement offre des prix garantis aux producteurs. «EDP, l'opérateur portugais spécialisé dans les énergies renouvelables nous achète le kWh issu du photovoltaïque à 34 centimes d'euro, contre 8 à 9 pour l'éolien et l'hydraulique», explique Francisco Aleixo.
    Et pour cause : le rendement des panneaux solaires ne dépasse pas les 15 %, contre 40 % pour l'éolien. «L'effet d'échelle nous permet de baisser les coûts», ajoute le directeur. «Il y a 20 ans, on n'imaginait pas que les énergies renouvelables pouvaient être rentables. Or, aujourd'hui, certaines sont déjà compétitives. La bonne stratégie pour notre pays, c'est de diversifier»,
    explique Manuel Pinho, le ministre de l'Économie.


    Au-delà des objectifs environnementaux, de l'ambition affichée de devenir le meilleur élève d'Europe des énergies renouvelables, il y a aussi un but économique : développer une filière dynamique. «Nous avons fait beaucoup en très peu de temps et ce développement ne se fait pas contre mais en faveur de l'économie», insiste le premier ministre.

    Les énergies renouvelables ont créé plus de 10 000 emplois et permis l'implantation d'un tissu industriel. «Cela a dynamisé les régions les plus pauvres», précise le ministre de l'Économie. Car si le gouvernement garantit les prix et un système fiscal stable aux investisseurs, il exige en contrepartie le développement de productions locales. Ainsi, l'Espagnol Acciona, l'un des leaders mondiaux du secteur qui a racheté la ferme photovoltaïque en 2007, a implanté une fabrique de panneaux solaires (auparavant importés de Chine) à proximité et commence même à exporter. Idem pour le parc de Caramulo, où 90 % des éoliennes sont produites dans la région. Les communes tirent également profit de l'utilisation des terres. «Résultat, 43 % de notre électricité
    provient des énergies propres», affiche fièrement José Socrates. Le gouvernement s'est fixé un plan ambitieux pour 2020, d'atteindre 60 %, d'améliorer l'efficacité énergétique, en réduisant les émissions de gaz tout en assurant le développement technologique. La révolution verte est en marche sous le soleil du Portugal.


    Les trois 20 % imposés par Bruxelles

    Le réchauffement climatique impose des changements radicaux. L'Union européenne a fixé en décembre dernier trois objectifs à l'horizon 2020 dans le cadre de son plan climat : réduire les émissions de gaz à effet de serre d'au moins 20 % par
    rapport à 1990, augmenter la part des énergies renouvelables (éolien, hydraulique, photovoltaïque, biomasse, etc.) à concurrence de 20 % de la production totale d'énergie (contre 8,5 % actuellement) et enfin réduire la consommation d'énergie de 20 %, grâce à l'amélioration de l'efficacité énergétique. En plus de garantir l'approvisionnement énergétique de l'Europe, ces mesures visent à réduire de 50 milliards d'euros les importations de pétrole
    et de gaz d'ici à 2020. Et le nombre d'emplois dans les énergies renouvelables pourrait passer de 300 000 à un million.


    LIRE AUSSI :

    » La France à la traîne sur l'éolien et le solaire

    » Les pays nordiques montrent l'exemple

    Source : http://www.lefigaro.fr/vert/2009/04/23/01023-20090423ARTFIG00593-le-portugal-bon-eleve-europeen-des-energies-vertes-.php
    bye
    bye
    Administratrice


    Masculin
    Nombre de messages : 8993
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Energie - Page 2 Empty Re: Energie

    Message par bye Sam 25 Avr - 20:43

    Energie, est-ce encore une question de
    temps ?



    Dans un monde en proie aux divisions nationales et
    culturelles et à la guerre sécuritaire et économique, le problème de l’énergie,
    dépendant du seul et unique espace vital qu’est la planète Terre, est à
    l’origine de nombreuses inquiétudes individuelles et collectives. La prise de
    conscience toujours un peu plus marquée de l’épuisement des ressources
    naturelles, mais également de l’impact des activités humaines sur son
    environnement, conduisent à questionner la validité de nos modèles
    psychologiques et sociaux de développement.


    La mondialisation et le développement entier de
    l’économie au niveau international, sont basés en grande partie sur le pétrole.
    Par contingence matérielle et géologique, le pétrole, dont la production
    naturelle repose sur des cycles de transformation très longs à l’échelle
    humaine, est en passe de devenir une denrée dont les réserves sont en déclin,
    sans que rien ne puisse en inverser la tendance. Ainsi, il a été établi par des
    organismes d’expertise internationaux que le pic de production pétrolière,
    au-delà duquel cette même production ne pourra qu’inexorablement décroître, se
    situerait à quelques années près dans la période actuelle, entre 2007 et
    2010.


    Nous vivons donc sans bien souvent nous en rendre
    compte -tant les médias semblent préoccuper par l’information-distraction, les
    idéologies personnelles ou de groupe, et la bêtise à court terme-, une période
    charnière dans le développement matériel des civilisations humaines, dont la
    richesse actuelle relative des principaux pays industrialisés, repose
    historiquement et quasi entièrement sur la consommation de pétrole. Sans
    pétrole, plus de moyens de locomotions individuelles ou collectives, plus
    d’industrie telle que nous les connaissons. Mais il ne s’agit pas d’imaginer un
    monde tout à coup exempt de pétrole, ce qui ne serait qu’une
    abstraction.


    La lente décroissance de la production pétrolière
    qui va affecter l’économie mondiale pose ainsi un problème paradigmatique de
    développement de nos civilisations actuelles. Si les pays les plus
    industrialisés reposent pour une grande part sur la consommation de pétrole, la
    décroissance de cette production, dont le début est signalé par l’existence
    statistique d’un pic, va imposer tout naturellement à ces pays la recherche de
    nouvelles formes d’énergie pouvant possiblement remplacer le pétrole, et se
    substituer à sa consommation, afin de maintenir leur modèle de développement
    économique, ainsi que la structure des sociétés actuelles.


    Si les solutions technologiques de substitution du
    pétrole s’avèrent inefficaces ou insatisfaisantes, comme c’est le cas avec les
    agrocarburants dans un monde toujours en proie à la famine et où la
    problématique agricole apparaît comme catastrophique dans certaines de ses
    régions, les sociétés actuelles devront inévitablement revoir leur paradigme de
    développement, face au risque de s’engager dans des politiques de régression et
    de conflits importants au niveau international. En effet, s’il existe des
    sources d’énergie multiples et notamment en ce qui concerne l’électricité,
    aucune alternative sérieuse au pétrole ne semble actuellement exister en ce qui
    concerne les carburants liquides.


    Le débat public sur ces questions a également vu
    l’arrivée de manière assez récente la prise en compte des considérations
    environnementales, sanitaires et éthiques de la problématique énergétique. Ces
    considérations sont-elles compatibles avec un monde divisé en nations
    poursuivant chacune leurs propres intérêts particuliers ou regroupés en
    communautés, et donc chacune en compétition parfois guerrière avec le reste du
    monde ? En effet, la promotion du sentiment national, de valeurs isolatrices et
    conflictuelles que sont les valeurs culturelles fermées au sein de frontières
    distinctes, sont incompatibles avec la recherche de solutions globales à long
    terme, non seulement au problème énergétique, mais également aux problèmes
    alimentaires et matériels de l’humanité prise dans son ensemble, indépendamment
    des divisions arbitraires que l’homme a créé pour sa propre sécurité
    personnelle, physique et psychologique.


    Et ces conditions arbitraires que l’homme a créé
    pour se protéger, ou s’isoler, ne sont-elles pas aujourd’hui déjà source de
    guerres et de conflits en tout genre ? Ne sont-elles pas en fait à la source de
    l’insécurité tant matérielle que psychologique qui existe sur la planète ? Si
    les conditions de l’insécurité sont déjà présentes actuellement et générées par
    les divisions idéologiques entre populations, nations et groupes dans leur
    recherche d’une sécurité qui n’existe pas, car toute relative, comme en
    témoignent les problèmes, guerres, et conflits insurmontables et sans fin que
    connaît l’humanité, le temps changera-t-il quelque chose à l’affaire
    ?


    Les hommes créant des images d’eux-mêmes,
    nationales, religieuses ou autres, en tant que français, américain, italien,
    chinois, afghan, ou catholique, musulman, bouddhiste...etc, contribuant à la
    division de l’humanité, ne sont-ils pas responsables des guerres et des conflits
    de ce monde, dont le versant énergétique n’en est peut-être qu’un des aspects
    superficiels, bien que très visible et d’importance, car matériel ? Enfin, si
    ces images sont à la source de ces problèmes, images qui sont créées par la
    pensée, mettre fin à ces images est-il une question de temps ?


    par Abolab

    source: http://www.agoravox.fr/actualites/international/article/energie-est-ce-encore-une-question-55002
    bye
    bye
    Administratrice


    Masculin
    Nombre de messages : 8993
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Energie - Page 2 Empty Re: Energie

    Message par bye Mar 28 Avr - 15:42

    Publication de l'appel d'offres prévoyant une centrale solaire par
    région






    Souvenez-vous, il y a quelques mois Jean Louis Borloo (ministre de l'écologie) annonçait la construction d'une centrale solaire photovoltaïque par région (plan « énergies renouvelables ») afin de dynamiser l'énergie solaire en France et de répondre aux objectifs imposés par l'Union Européenne en matière d'énergies
    renouvelables.




    L'appel d'offres pour la construction de ces centrales solaires photovoltaïques vient d'être passé par la Commission de régulation de l'énergie (CRE). Ce nouveau parc solaire représentera 300 MW supplémentaire en puissance cumulée. Ce plan de développement durable a été divisé en quatre zones différentes. La zone 1
    concernera l'Auvergne, le Languedoc-Roussillon, le Limousin, la région PACA, le Rhône Alpes, le Poitou-Charentes et les Midi-Pyrénées. Pour cette zone, il est prévu l'installation de deux centrales solaires de 10 MW dans chacune des régions. La zone 2 concernera l'Alsace, le Centre, la Franche-Comté, la Basse
    Normandie, la Bourgogne, les Pays de la Loire et le Bretagne avec l'installation d'une centrale solaire de 10 MW dans chacune des régions. La zone 3 concernera la Haute Normandie, la Lorraine, le Nord Pas-de-Calais, la Picardie, l'Ile-de-France et la Champagne Ardenne avec une centrale solaire de 5 MW pour chacune des régions. Et enfin pour la zone 4 qui concerne la Corse (2 projets de
    5 MW concernant du stockage d'énergie solaire : 1 projet pour la Haute-Corse et l'autre pour la Corse du Sud), la Réunion (2 projets de 5 MW concernant du stockage d'énergie solaire) et 1 projet de 5 MW pour chacun des départements suivants : Guyane, Guadeloupe, Martinique et Mayotte).




    Ces centrales solaires photovoltaïques seront installées au sol. Cette manière de capter l'énergie solaire est nouvelle mais commence à fortement se développer fortement en raison de nombreux espaces inutilisés appartenant à l'Etat. Le gouvernement
    souhaite ainsi contribuer au développement de la filière photovoltaïque en France. En plus de contribuer à augmenter le parc d'énergies renouvelables, ces chantiers vont créer de nombreux emplois à court terme pour l'installation et à long terme pour ce qui est de l'exploitation de ces sites. Ce sont logiquement
    de grands groupes énergétiques qui devraient remporter les contrats d'exploitation. On pense notamment à des entreprises telles qu'EDF Energies Nouvelles, GDF-Suez, Total, CEA qui sont les poids lourds du secteur...




    La puissance cumulée du parc solaire photovoltaïque métropolitain était de 6 MW fin 2006, 13 MW fin 2007 et de 18 MW fin 2008. Avec ce plan, l'Etat envoi un message clair aux particuliers intéressés par ce type d'énergie propre : l'avenir énergétique
    de la France ne se fera pas sans énergies renouvelables. Autre mesure prise par le gouvernement afin de développer l'énergie solaire : une instruction fiscale datant du 21 avril précise que les particuliers qui ont installé des panneaux solaires et ont revendu leur électricité n'auront pas besoin d'intégrer le produit de cette vente dans leur déclaration à l'impôt sur le revenu. Le Fisc
    considère en effet qu'il ne s'agit pas d'une activité professionnelle. Seule condition : que la puissance de l'installation ne dépasse pas 3 kilowatts crête, ce qui correspond à une surface d'environ 30 mètres carrés de panneaux photovoltaïques (soit une production annuelle n'excédant pas 4.100 kWh).




    Source : http://www.bati-depot.fr/actualite/borloo-publie-son-appel-d-offres-pour-l-energie-solaire-2009.html
    bye
    bye
    Administratrice


    Masculin
    Nombre de messages : 8993
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Energie - Page 2 Empty Re: Energie

    Message par bye Dim 3 Mai - 7:58

    Rendre obligatoire les chauffe-eau solaires ?




    jeudi 30 avril 2009

    Le décret de mise en place d’une réglementation thermique spécifique aux départements d’outre-mer a été publié le 19 avril 2009 (Décret no 2009-424 du 17 avril 2009 portant sur les dispositions particulières relatives aux caractéristiques thermiques, énergétiques, acoustiques et d’aération des bâtiments d’habitation dans les départements de la Guadeloupe, de la Guyane, de la Martinique et de La Réunion. On retiendra bien sûr de ce texte le caractère obligatoire d'installation de chauffe-eau solaires thermiques sur les logements neufs. Par ailleurs, la loi Grenelle 1 a prévu, dans ces mêmes départements, que la climatisation de toutes les constructions neuves soit compensée par l’installation de systèmes solaires photovoltaïques. La mesure sera effective en
    avril 2010.

    Le Syndicat des Energies renouvelables et les associations se réjouissent de cette mesure, qui, permettra de plus de développer la filière solaire dans ces départements.

    Télécharger le décret www.enr.fr/docs/RTDOM/decret.pdf

    Une telle mesure est-elle envisageable partout en France ? Certes les chauffe-eau solaires vont progressivement devenir la norme dans les nouvelles constructions afin d'anticiper la prochaine réglementation thermique du bâtiment prévue en 2010. Mais on en est pas encore là toutefois.

    Rappelons qu'une législation contraignante à ce niveau existe dans
    différents pays. En 2008, Hawaï est devenu le premier Etat américain à décider de cette législation (voir article Enerzine.). Mais d'autres pays ont fait ce choix bien avant le "boom" de l'énergie solaire : Ainsi, 90 % des maisons sont équipées de chauffe-eau solaire en Israël (loi en 1980, source Wikipedia).


    En Espagne, la ville de Barcelone, via un arrêté municipal de 2000, imposait déjà l'installation de chauffe-eau solaire sur tout bâtiment collectif, neuf ou réhabilité, dés lors que la consommation d'eau chaude dépasse les 2 000 litres par jour. En 2006, le gouvernement espagnol a généralisé l'énergie solaire thermique dans les nouvelles constructions avec l'adoption d'un nouveau "code technique de la construction" : l'énergie solaire doit ainsi couvrir entre 30 et
    70 % des besoins d'eau chaude selon la région et le type d'énergie
    d'appoint.

    Source :http://news.espace-enr.com/2009/04/r%C3%A9glementation-sp%C3%A9cifique-%C3%A0-loutremer.html

    Contenu sponsorisé


    Energie - Page 2 Empty Re: Energie

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Dim 3 Juil - 6:45