LIBRE DISCUSSION DANS LES COULISSES DE DEMAIN

Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
LIBRE DISCUSSION DANS LES COULISSES DE DEMAIN

Débattons en toute liberté, dans le respect de l’autre, sur tous les sujets qui composent notre société : politique, économie, environnement, religion, philosophie, paranormal, sciences, famille, santé, mode, sexualité, loisirs, sports, divertissements…

Derniers sujets

» Moi, Nestor Makhno (épisode 9) – Il y a 100 ans, l’autre guerre d’Ukraine – Feuilleton
par bye Jeu 21 Juil - 20:17

» AVORTEMENT AUX USA, NOUS NE VOULONS PAS PERDRE DE DROITS, NOUS VOULONS EN GAGNER !
par bye Mar 28 Juin - 12:51

» Michel Piron en garde à vue. Derrière Jacquie et Michel : un système organisé de proxénétisme et de viols.
par bye Jeu 16 Juin - 15:33

» EuroSatory : Visioconférence et Rassemblements contre le commerce des armes
par bye Lun 6 Juin - 17:32

» Entretien avec Yamina Saheb (GIEC) : “Il y a eu quelques réticences pour mettre le terme de sobriété dans le dernier rapport”.
par bye Mer 1 Juin - 8:37

» Retour sur l’accueil des déplacés d’Ukraine dans les Hautes-Alpes
par bye Mar 31 Mai - 16:17

» L’industrie pornocriminelle cible les enfants et la justice abdique !
par bye Mer 25 Mai - 16:23

» Le Royaume-Uni renforce son arsenal juridique contre les personnes en besoin de protection
par bye Jeu 19 Mai - 10:42

» Recrutement enseignant : une crise des plus inquiétantes pour l’avenir de l’école
par bye Jeu 19 Mai - 10:36

» Moi, Nestor Makhno (épisode 7) – Il y a 100 ans, l’autre guerre d’Ukraine – Feuilleton
par bye Mer 11 Mai - 11:53

» Le "Tous capables" l'Education Nouvelle Le Groupe Français d'Education Nouvelle
par bye Ven 6 Mai - 12:42

» Menaces sur le droit à l’avortement aux Etats-Unis : le collectif Avortement Europe dénonce une énième tentative de restreindre le droit des femmes à disposer de leur corps !
par bye Ven 6 Mai - 12:30

» Biélorussie : la plus grande attaque anti-syndicale du siècle en Europe
par bye Ven 29 Avr - 12:15

» Les associations dénoncent la différence de traitement envers les ressortissants non-Ukrainiens
par bye Ven 22 Avr - 6:21

» SUD éducation gagne l’indemnité REP/REP+ pour les AED !
par bye Jeu 21 Avr - 17:21

» Guerre en Ukraine : que contient la directive sur la protection temporaire de 2001 ?
par bye Dim 17 Avr - 9:50

» ACTUALITÉ SOCIÉTÉ ET POLITIQUE
par gramophone Ven 15 Avr - 8:59

» Mutations-sanctions à l'école Pasteur (93) : dans « l'intérêt du service public », nous devons faire front !
par bye Jeu 14 Avr - 8:42

» 6e rapport du GIEC : quelles solutions face au changement climatique ?
par bye Ven 8 Avr - 12:34

» Cabinets de conseil : quand le Sénat fustige le gouvernement
par bye Mer 6 Avr - 16:36

» Les fresques carabines : une institutionnalisation des violences sexistes à l’hôpital
par bye Dim 13 Mar - 12:35

» L’Ukraine au coeur… de la classe, l’école au coeur du monde
par bye Ven 4 Mar - 17:34

» 8 Mars 2022 : Grève féministe Déferlante pour l'égalité !
par bye Mar 1 Mar - 11:08

» Une guerre “culturelle”
par bye Jeu 24 Fév - 19:27

» Nouveau camp fermé de Samos : « Barbelés, clôtures, couvre-feu […] le camp ressemble à une prison. »
par bye Jeu 17 Fév - 18:07

» Exterminez toutes ces brutes
par bye Ven 4 Fév - 10:22

» Entretien avec Laurence Scialom : « Ne pas mettre la lutte contre la dégradation de notre biosphère au cœur de la gouvernance européenne serait une erreur historique »
par bye Mer 26 Jan - 15:55

» Osez le féminisme ! fait 200 signalements de vidéos illégales sur des sites pornographiquesOsez le féminisme ! fait 200 signalements de vidéos illégales sur des sites pornographiques
par bye Lun 24 Jan - 11:46

» La mécanique des inégalités : un entretien avec les sociologues Alain Bihr et Roland PfefferkornLa mécanique des inégalités : un entretien avec les sociologues Alain Bihr et Roland Pfefferkorn
par bye Sam 22 Jan - 10:48

» Répression pour un poème au Lycée Marcelin Berthelot de Pantin.
par bye Mer 12 Jan - 20:42

» CP/ Présidence française de l'Union européenne : Une alternative pour une politique d'asile européenne réellement solidaire est possible
par bye Ven 24 Déc - 9:47

» Les fresques carabines reconnues contraires à la dignité des femmes !
par bye Mar 21 Déc - 17:56

» Frontière biélorusse : quel impact des propositions de la Commission visant à déroger au droit d’asile européen ?
par bye Ven 17 Déc - 8:59

» contre le système pornocriminel
par bye Mer 15 Déc - 18:39

» S’émanciper dès la maternelle par le travail et la coopération
par bye Mer 15 Déc - 11:40

» La coopérative pédagogique : Paroles de filles
par bye Ven 3 Déc - 10:32

» La maltraitance des migrants n’est pas une fatalité »
par bye Mar 30 Nov - 18:47

» Lutter contre la violence… pour de vrai
par bye Jeu 25 Nov - 13:13

» République blindée, Projet Local d’Évaluation, chefs dans les écoles… Fin de règne rue de Grenelle
par bye Mer 17 Nov - 13:02

» Campagne d’Eric Zemmour : un masculiniste revendiqué prétendant à l’Elysée ?
par bye Jeu 11 Nov - 12:07

» Affaire Jacquie et Michel : 4 “acteurs” mis en examen pour viol, la fin de l’impunité !
par bye Mar 2 Nov - 18:34

» Réinstallation des réfugiés afghans dans l’UE : des promesses, pas d’engagements chiffrés
par bye Sam 23 Oct - 8:14

» La marchandisation généralisée des relations humaines et des corps coïncide avec l’échec de l’ambition démocratique
par gramophone Mer 20 Oct - 19:33

» À Montpellier, descente de police contre des sans-papiers venus au contre sommet France-Afrique
par bye Mar 19 Oct - 19:07

» Climat : nous l’avons fait, l’Etat n’a plus le choix !
par bye Ven 15 Oct - 12:36

» L’école des sans-école… des jeunes migrants refusés d’école
par bye Mer 13 Oct - 11:27

» La France envoie ses déchets nucléaires en Sibérie !
par bye Mar 12 Oct - 18:05

» Total Energies et Le Louvre : alliés contre le climat
par bye Mer 6 Oct - 16:55

» L’école est à la fois un lieu de formation et d’expression des bandes
par bye Mer 6 Oct - 9:19

» Analyse/déclaration sur la vente de sous-marins américains à l’Australie
par bye Sam 2 Oct - 9:32

» À celles et ceux qui ne sont pas rentré·es,
par bye Mer 29 Sep - 11:55

» « Nous n’avons pas besoin et nous ne voulons pas d’un petit chef ! »…
par bye Mar 21 Sep - 17:18

» Noël : fêtes familiales ou marché de dupe ?
par gramophone Mar 21 Sep - 15:57

» Les troubles de l’érection
par gramophone Mar 21 Sep - 14:36

» Le 28 septembre, c'est la journée internationale de droit à l'avortement !
par bye Lun 20 Sep - 19:35

» Biélorussie : les migrants victimes de l’instrumentalisation de la question migratoire
par bye Mer 15 Sep - 19:46

» Accueil des Afghans évacués de Kaboul
par bye Ven 10 Sep - 16:48

» Marseille : un discours de chef(s) !
par bye Mer 8 Sep - 11:53

» HECTAR grand projet inutile, priorité au service public !
par bye Mer 1 Sep - 19:09

» Rapport du GIEC : Jean Jouzel appelle à une réaction
par bye Mer 11 Aoû - 5:07

» J’évite de prendre l’avion
par bye Lun 12 Juil - 20:45

» Condamné à agir d’ici 9 mois, l'Etat ne réagit pas...
par bye Ven 2 Juil - 9:05

» ENFIN L'ÉGALITÉ, la PMA pour toutes adoptée !
par bye Mer 30 Juin - 12:12

» Projet de loi sur l’enfance : le choix du contrôle plutôt que de la protection pour les mineurs isolés étrangers
par bye Sam 19 Juin - 12:16

» Appel pour les libertés, contre les idées d’extrême-droite : mobilisons-nous le 12 juin !
par bye Mar 8 Juin - 11:52

» Soutien à l’enseignante empêchée de faire cours en raison de son masque
par bye Mer 2 Juin - 18:35

» La junte du Myanmar suspend plus de 1 600 enseignant·es
par bye Mar 25 Mai - 12:24

» Manifeste pour la suspension des brevets liés au Covid 19
par bye Dim 23 Mai - 16:49

» Les dépenses militaires face aux besoins humains. Les centaines de milliards de la honte
par bye Mer 19 Mai - 18:00

» Évaluer n’est pas noter
par bye Lun 17 Mai - 11:22

» Le bilan chiffré du règlement Dublin ne plaide pas pour son maintien
par bye Mer 5 Mai - 12:37

» La compensation carbone, inefficace pour réduire les émissions du secteur aérien
par bye Mar 20 Avr - 8:39

» GRANDE-BRETAGNE. "KILL THE POLICE BILL"GRANDE-BRETAGNE. "KILL THE POLICE BILL"
par bye Ven 16 Avr - 12:34

» Covid-19 : quel impact sur les procédures d’éloignement des migrants ?
par bye Ven 2 Avr - 12:45

» Médecins : stagnation des effectifs mais baisse de la densité médicale
par bye Ven 2 Avr - 12:36

» Encore une attaque des fascistes contre une librairie libertaire
par bye Lun 22 Mar - 12:40

» A partie du 17 mars, la France est à découvert climatique
par bye Mer 17 Mar - 11:49

» Non, on ne peut pas être « féministe » et agresser des survivantes de la prostitution et des féministes le 8 mars.
par bye Jeu 11 Mar - 9:39

» Les députés les Républicains font entrave au droit à l’avortement pour toutes !
par bye Jeu 18 Fév - 12:16

» Méditerrannée : reprise des sauvetages en mer pour l'Ocean Viking
par bye Jeu 4 Fév - 19:44

» Nouveau numéro du journal Casse-rôles
par bye Lun 1 Fév - 12:53

» #METOOInceste : La loi à l’agenda de l’Assemblée Nationale !
par bye Ven 22 Jan - 13:39

» Projet Hercule : EDF serait éclaté en trois entités
par bye Sam 16 Jan - 9:00

» Les enjeux de l'intégration des bénéficiaires d'une protection internationale dans l'Union européenne
par bye Lun 11 Jan - 20:50

» La méthode Montessori en question
par bye Mer 23 Déc - 13:24

» L’environnement ? une préoccupation peu partagée par les adultes
par bye Mer 16 Déc - 12:08

» Terrorisme
par bye Lun 14 Déc - 18:45

» Éducation : il faut donner priorité aux vaincus
par bye Mar 8 Déc - 11:59

» JOURNÉE MONDIALE DE L'ENFANCE
par bye Ven 4 Déc - 17:14

» 25novembre : la lutte pour l'élimination des violences masculines continue !
par bye Mer 25 Nov - 15:07

» Les mobilisations étudiantes sous la menace de lourdes peines de prison
par bye Mar 24 Nov - 10:23

» Décision historique pour la justice climatique !
par bye Jeu 19 Nov - 20:00

» Et maintenant nous sommes là...
par bye Mer 18 Nov - 13:13

» Révélation scientifique: l’amour rend aveugle !
par gramophone Sam 7 Nov - 9:55

LE SITE

Dans Les Coulisses de Demain

FORUMS & SITES AMIS

FORUM EST INSCRIT SUR

Le Deal du moment : -38%
SSD Interne – PNY – CS900 Series 1 To ...
Voir le deal
64.99 €

+2
ecotone
admin
6 participants

    Sarkozy et l'influence de la télé-réalité.

    avatar
    admin
    Administratrice


    Féminin
    Nombre de messages : 2788
    Date d'inscription : 23/11/2007

    Sarkozy et l'influence de la télé-réalité. Empty Sarkozy et l'influence de la télé-réalité.

    Message par admin Lun 3 Déc - 1:09

    Je crois que le 6 mai 2007 est la résultante de la téléréalité. Il parait que cette élection présidentielle a passionné les Français. Moi, elle m’a interloquée. J’y ai vu un arrière goût de la déchéance française.

    Sur les quatre candidats arrivés en tête au soir du premier tour, avec un score dépassant l’unité : trois ont menés une campagne des plus populistes. Le gagnant, grâce à un important score et une participation tout aussi forte, a été le plus convainquant dans son usage du populisme.

    Le seul, me semble-t-il, qui n’ait pas cédé à cette nouvelle donne politicienne, d’habitude l’apanage des extrémistes, a fini en troisième position et a été, depuis, abandonné par la quasi-totalité de la classe politique de droite et du centre droit.

    Je vois là un signe : l’indice d’une régression complète qui coïncide avec la montée en puissance des émissions dites de « réalité » dans les médias télévisés, avec une éducation nationale défaillante, une jeunesse quasi inculte, une société qui accepte de se « smicardiser » et d’appauvrir la classe dite moyenne.

    Nous avons des enseignants incompétents, du moins qui ne savent pas transmettre leur compétence à leurs élèves qui eux sont démotivés ; parce que faire des études n’est plus la garantie d’avoir un emploi, l’espérance de progresser socialement.

    Il est urgent de se réveiller, de prendre notre destin en main en exigeant la réforme de notre société et de sa fonction publique. Exigeons de cette dernière des résultats en adéquation avec ce que nous déboursons pour elle. Regardons-là où les choses fonctionnent, les raisons des réussites et n’ayons pas peur d’imiter les causes des succès. Peut-être aussi faut-il redéfinir ce que nous attendons du service public, trouver les priorités. Et s’y tenir ! Leur donner les moyens financiers, humains… pour mener à bien leur mission.

    Il va falloir agir rapidement si nous ne voulons pas finir par faire partie du quart-monde, avec en plus une population complètement abrutie !

    Et j’en reviens à la télé-réalité qui devient incontournable, même si quelques irréductibles résistent (tel le village d’Astérix !), nos enfants et adolescents grandissent dans cette culture.

    Je ne remets pas en cause le potentiel d’intelligence des électeurs de quelque parti que ce soit, même des extrêmes. Mais je pense que si on vote pour un président populiste, c’est qu’on est soi-même pour le populisme. Nous avons le pouvoir, le président, le gouvernement que nous méritons. Je m’inclus dans cette analyse, même si je n’ai pas voté Sarkozy et que j’ai voté (sans grande conviction) Royal au second tour.

    L’opinion publique française est devenue populiste et a élu un président à la hauteur de ses exigences.

    Les mots ayant leur importance et une mauvaise compréhension pouvant tout changer, je tiens à définir le sens du mot facho :
    • Le sens historique : Un facho est un partisan du fascisme de Mussolini pratiqué entre 1922 et 1945 ou des tendances autoritaires, réactionnaires, nationalistes et racistes héritées du régime totalitaire de Mussolini et de ses continuateurs. C’est la forme abrégée de "fasciste" (partisan d’un régime politique héritier des fondements théoriques du fascisme de Mussolini et de ses continuateurs).
    • Le sens banalisé : Un facho est une personne autoritaire, réactionnaire et raciste.

    Je pense que Sarkozy peut être perçu comme un facho dans le sens banalisé du terme. Et parmi les électeurs, tandis qu’une partie n’a pas voté pour lui à cause de cette perception, l’autre partie (au contraire) a voté pour lui pour ça.

    Moi-même, je vois en lui une personne qui aurait pu avoir cette tendance si nos Institutions le lui permettaient.
    Mais je pense que Sarkozy est un populiste plus qu’un facho. Il se présente de façon démagogique comme le défenseur des intérêts du petit peuple, il se présente comme ayant une destinée quasi messianique : le sauveur.
    Mais l’individu ne s’efface pas devant l’Etat. Au contraire, son populisme fait qu’il cherche chaque cas médiatique pour servir sa cause. On a l’impression qu’il va régler le problème de chaque individu.

    Sarkozy veut faire croire qu’il peut tout faire pour chaque individu. Et c’est exactement ce que l’opinion publique veut entendre (c’est encore une preuve de cette génération téléréalité qui prend de plus en plus d’ampleur) : on ne demande plus à l’Etat de baisser le chômage, par exemple, on lui demande de nous trouver un emploi.

    Les médias français (pour leur grande majorité, à l’exception notable de certains journaux papiers comme le canard enchaîné ou marianne) s’appliquent à participer au « culte » de sa personnalité.

    Il est traité comme une star, voir un « people », plus que comme un personnage politique ou le Président de la République. évidemment, Nicolas Sarkozy en joue et l’opinion publique en redemande… Et c’est sur ça qu’il joue, même lorsqu’il veut améliorer (soi-disant) le système judiciaire. Il ne rejette pas les droits de l’homme : au contraire. Mais il s’en sert, pour sa promotion. Comme le cas des otages Bulgares en Lybie.

    Si j’avais à comparer Sarkozy à un homme politique du passé, et sa vision politique avec une autre, j’aurais été de l’autre côté de l’Atlantique, du côté du continent Américain : en Argentine.

    Je trouve que Sarkozy a plus de similitude avec Perón qu’avec Mussolini. Plus avec le Péronisme qu’avec le Fascisme, l’antiaméricanisme en moins (Remarquez, Perón était un admirateur de Benito Mussolini et de son régime fasciste). Même l’usage qu’il faisait (avant son divorce) Cecilia ressemble à celle de Perón avec son épouse Eva.

    La doctrine de Perón, le "justicialisme", allie (entre autre) la répression, le populisme, le réformisme et le nationalisme. Ça ressemble beaucoup à la manière d’agir de Sarkozy.

    Comme Perón, le style politique de Sarkozy est caractérisé par l’appel au peuple. Comme Perón, Sarkozy a une conduite opportuniste et se veut un leader charismatique (ou vu comme tel) qui met en relief ses origines plébéiennes : par son comportement, sa façon de parler, l’usage de son vocabulaire, Sarkozy tente toujours de témoigner d’une origine qu’il voudrait populaire.

    Mais comme Perón, Sarkozy n’est pas un fasciste au sens strict du terme.

    Autre personnage avec qui je peux le comparer, Le Maréchal. Il en est l’avatar le plus récent mais surtout le plus abouti. Contrairement à Pétain : Sarkozy n’a pas besoin d’instaurer un gouvernement « particulier ».

    « Enlevons » de notre esprit la collaboration avec le régime nazi, ce n’est pas de cela qu’il s’agit dans ma comparaison. Je parle juste de la méthode politique appliquée par les deux hommes en France.

    Pour moi Pétain était un républicain profondément populiste et Sarkozy est profondément républicain et populiste. L’histoire est jonchée de républicain de cette nature (Pinochet ou Perón par exemple). Mais l’histoire moderne de la France n’est pas vraiment parsemée de ce genre de républicain ayant accédé à la tête de l’Etat.

    Nous avons eu Pétain et nous avons aujourd’hui Sarkozy, l’époque n’étant pas la même, il est évident que les conséquences sont et seront différentes ; n’ayons pas peur : aucune dictature ne pointe son nez ! Et c’est en cela que Sarkozy est le plus abouti des populistes.

    Il est le seul qui n’aura pas besoin d’instaurer un gouvernement particulier (comme le régime de Vichy pour Pétain). Ce n’est pas le grand méchant loup, dans la bergerie, loin de là. Mais c’est l’état d’esprit, sa manière de se présenter de façon démagogique comme favorable aux intérêts du peuple, comme l’unique défenseur du peuple.

    Comme l’autre homme de droite qu’était Pétain en son temps, Sarkozy :
      • est considéré comme l’homme providentiel ;
      • souhaite la régénération morale de la France ;
      • arrive à la tête d’une France traumatisée par une « crise » particulière ; une perte d’identité…
      • a la volonté de mettre en œuvre un projet de société mûrit depuis longtemps ;
      • a l’ambition de faire don à la France de sa personne pour la sortir de son malheur ;
      • prépare la mise à mort de la République (pour Pétain la 3ème ; pour Sarkozy la 5ème) ;
      • rassemble autour de lui, dans son gouvernement, des hommes venus de divers horizons (Pour Pétain cela allait des parlementaires classiques, comme Laval, aux syndicalistes pacifistes, comme René Belin, en passant par des technocrates, tels Yves Bouthillier ou Paul Baudouin)
      • profite des très larges pouvoirs qui lui sont conférés pour mettre en œuvre une « révolution » nationale ;
      • bénéficie d’un prestige médiatique et populaire, qui dépasse ses véritables mérites ;
      • manie adroitement une rhétorique culpabilisante ;
      • consomme un certain art de la propagande et du culte de la personnalité qui lui assure une grande popularité, avec quelques contestations marginales (surtout les « Villepinistes ») dans son propre camp à droite (pour Pétain, il n’y avait guère que le général de Gaulle).
    « Lorsque nos jeunes gens, lorsque nos jeunes filles entreront dans la vie […] nous leur dirons […] que la liberté réelle ne peut s’exercer qu’à l’abri d’une autorité tutélaire, qu’ils doivent respecter, à laquelle ils doivent obéir […]. Nous leur dirons ensuite que l’égalité [doit] s’encadrer dans une hiérarchie, fondée sur la diversité des fonctions et des mérites […]. Nous leur dirons enfin qu’il ne saurait y avoir de fraternité véritable qu’à l’intérieur de ces groupes naturels que sont la famille, la cité, la Patrie. » Ces propos à quelques détails prêts auraient pu être tenus par Sarkozy qui entend redéfinir un retour à un ordre moral et à la valeur travail (ils ont été écrit par Pétain dans la Revue des deux mondes). Quand Sarkozy dit qu’il ne veut pas de repentance ; ça rappelle la vision de la Patrie de Pétain, rappel qui n’aurait pas eu lieu si Nicolas avait dit : La France ce n’est pas que la repentance (donc que la collaboration, la colonisation, la guerre d’Algérie). Quand il remet la valeur travail au goût du jour (comme si les Français ne voulaient pas travailler !) et son slogan « travailler plus pour gagner plus », ça rappel la divise de Pétain dont le premier principe était la valeur «Travail ».

    Évidemment, il n’y a rien de mal à tout cela en soit.

    Mais mis les uns avec les autres, avec certaines mesures aberrantes (comme l’amendement sur le Test ADN avant son passage au Sénat ; à l’instar de ses réactions à vifs sur chaque fait divers médiatiques pour en tirer parti en proposant une nouvelle mesure judiciaire : sans réfléchir au préalable aux conséquences de la mise en application de telles mesures…) : cela a un arrière-goût de ranci.

    Cela ne fait pas de Nicolas Sarkozy un monstre, ni quelqu’un de particulièrement détestable. Mais inutile de dire que je ne l’apprécie pas. Cela ne m’empêchera pas de reconnaître si je pense que l’une de ses mesures est bonne ou souhaitable. Mais cela fera toujours que je resterais circonspecte à son égard.

    Je ne pense pas non plus que Pétain était un monstre dans le sens où nous le comprenions - à l’instar d’un Hitler ; d’ailleurs De Gaulle devait aussi le penser ayant commué sa sentence de peine de mort à la prison.

    Peut-être est-ce plus facile de s’imaginer Pétain en monstre parce que cela dédouane la France et les Français de leur responsabilité ; ou alors parce que ça nous réconforte dans l’idée que nous, n’étant pas des monstres, nous n’aurions jamais été des collaborateurs.

    C’est sans doute aussi pour vous rassurer que certains prétendent que Pétain a usurpé le pouvoir, et que c'est l'occupant qui l'y a mis : mais affirmer cela est une falsification de l’histoire.

    Pétain comptait parmi les artisans de la victoire française durant la Première Guerre mondiale et jouissait d’un immense prestige.

    En vertu de quoi, à 81 ans, il fut rappelé en France (17 mai 1940) pour occuper la fonction de vice-président du Conseil auprès de Paul Reynaud. Le 10 juillet 1940, enfin, le maréchal Pétain reçoit de l’Assemblée nationale, par 569 voix contre 80 et 17 abstentions, « tous pouvoirs [...] à l’effet de promulguer une nouvelle Constitution de l’État français », garantissant « les droits du Travail, de la Famille et de la Patrie ». Le lendemain, les Actes constitutionnels reconnaissent le maréchal Pétain comme chef de l’État français, investi du pouvoir législatif.

    Handicapé par son grand âge (certains témoins assureront qu’à la fin le maréchal n’avait plus que quelques heures de lucidité par jour), entouré par un cercle de fidèles (dont le général Laure, le docteur Méténier, le commandant de Gorostarzu) qui entrent fréquemment en conflit avec le gouvernement, le maréchal Pétain, surtout préoccupé par sa volonté de mettre en pratique le programme de la Révolution nationale et par celle d’obtenir la libération des prisonniers de guerre, se laisse convaincre de rencontrer Hitler, à Montoire, le 24 octobre 1940.

    Si Pétain accepte de prononcer le mot de collaboration, il semble que, à la différence de Hitler, il lui ait donné un sens restreint, concevant cette politique comme un moyen d’éviter à la France le sort des autres pays occupés et de limiter autant que possible les prélèvements économiques qui pèsent lourdement sur la population française. Il entreprend parallèlement de nouer des contacts avec les États-Unis, par l’entremise de l’amiral Leahy, qui reste ambassadeur à Vichy pendant toute la durée de la guerre. Cette volonté de modération, de plus en plus critiquée par Laval, aboutit d’ailleurs au renvoi de ce dernier, le 13 décembre 1940.

    Arrêté par les Allemands après le débarquement d’août 1944, tandis que son envoyé, l’amiral Auphan, tente vainement de négocier une passation de pouvoirs avec de Gaulle, Pétain, qui se considère désormais comme un prisonnier de guerre, est contraint de suivre les Allemands dans leur retraite à Sigmaringen, où il se refuse à cautionner les activités de la délégation française mise en place par Fernand de Brinon. Réfugié en Suisse après la chute du IIIe Reich, il se livre aux autorités françaises en avril 1945, alors que son procès s’ouvre à Paris.

    Inculpé d’intelligence avec l’ennemi, jugé par la Haute Cour du 23 juillet au 15 août 1945, Pétain, qui ne prononce qu’une courte déclaration, faisant valoir que le pouvoir lui avait été confié légitimement, et qu’il en avait usé comme d’un bouclier pour protéger le peuple français, est condamné à la peine de mort, à l’indignité nationale et à la confiscation de ses biens. Gracié par de Gaulle, il est emprisonné à l’île d’Yeu où il meurt en 1951.

    Philippe Pétain (né en 1856) n’était pas un monstre ; un collaborateur sénile de 85 ans en 45, certes, mais pas un monstre – ce n’était pas « un » Hitler ou « un » Staline.

    Voilà. C’était ma longue analyse du jour !

    Je peux très bien avoir totalement tord sur ce que je dis ici mais c’est ce que je pense.

    Ce n’est pas la position du Forum, c’est-à-dire que je ne poste pas en tant qu’administratice, mais en tant que simple forumatrice.
    ecotone
    ecotone
    Administratrice


    Nombre de messages : 1036
    Date d'inscription : 26/11/2007

    Sarkozy et l'influence de la télé-réalité. Empty Re: Sarkozy et l'influence de la télé-réalité.

    Message par ecotone Lun 3 Déc - 17:56

    Juste un petit argument supplémentaire, la question des médias et leurs libertés, surtout depuis l’élection de sarko.

    Juste un petit argument supplémentaire, la question des médias et leurs libertés, surtout depuis l’élection de sarko.

    Citation de http://www.jeunes-paris15.fr/2007/11/29/nicolas-sarkozy-nouvelles-pressions-sur-les-medias/
    Dans l'actu
    Nicolas Sarkozy : Nouvelles pressions sur les médias
    Add
    Le journaliste Renaud Revel (L’Express) nous informe, cette semaine sur son blog, de nouvelles atteintes à la liberté de la presse exercées par le Président de la République.
    C’est cette fois-ci la radio RMC Info qui aurait été la cible des pressions du chef de l’Etat. Alain Veil, patron de RMC et de BFM aurait été contacté par un Nicolas Sarkozy visiblement sur les nerfs après que des allusions sur sa “nouvelle vie” eussent été faites dans l’émission polémique “Les Grandes Gueules”.
    Le propriétaire et patron de RMC et de BFM a reçu voilà quelques jours, aux alentours de 22 heures, un coup de fil furibard de Nicolas Sarkozy. Le président de la République lui a dit tout le mal qu’il pensait des journalistes et des collaborateurs de RMC, après que l’un d’entre eux se soit laissé aller à quelques pseudos confidences sur sa « nouvelle vie », dans l’émission “Les grandes gueules”.
    Depuis plusieurs semaines, la presse étrangère fait en effet état de rumeurs concernant concernant une liaison entretenue par le chef de l’Etat avec une journaliste française. Coté médias français, c’est le mutisme le plus total.
    Ces pressions inacceptables font suite à de nombreux précédents qui ne peuvent qu’inquiéter quant à l’avenir de la presse dans notre Pays. Rappelons qu’en 2006 Alain Genestar, redacteur en chef de Paris Match avait été débarqué suite à la publication d’une photo, en une, présentant Cécilia Sarkozy aux cotés de Richard Attias. Plus récemment, c’est le Journal du Dimanche qui avait du censurer une information relative à l’abstention de la femme du Président au deuxième tour de l’élection présidentielle.
    Fin de citation"




    Non seulement les médias dans leur ensemble appartiennent aux puissances financières, bientôt ils ne servent plus que de porte voix de la pensée unique, tout pour l’argent roi et la réussite grâce à l’acquisition massive de biens de consommation ; mais en plus sarko un président qui ne respecte pas les limites de la liberté d’expression, et se permet d’intervenir dans les informations qui nous regardent, à savoir soit l’intox, soit la rétention d’information.
    Période de réality show, télé réalité, presse people et sarko en première page, l’ère de la désinformation. Nous rejoignons les états unis, dans ce domaine, aussi.


    Je répondrai aux points que tu soulèves Bettina, plus tard.






    Sarkozy et l'influence de la télé-réalité. Papillon-vole-jaune
    Rabasse du sud
    Rabasse du sud


    Nombre de messages : 2398
    Localisation : la provence
    Emploi/loisirs : chercheur
    Date d'inscription : 26/11/2007

    Sarkozy et l'influence de la télé-réalité. Empty Re: Sarkozy et l'influence de la télé-réalité.

    Message par Rabasse du sud Lun 3 Déc - 18:33

    A priori Bettina et ecotone se sont faites piquer par le chikungunya de l'extreme !


    cherry adelante, fuerza mosquitos por la libertad !


    Sarkozy et l'influence de la télé-réalité. T-moustique


    lol!
    avatar
    admin
    Administratrice


    Féminin
    Nombre de messages : 2788
    Date d'inscription : 23/11/2007

    Sarkozy et l'influence de la télé-réalité. Empty Re: Sarkozy et l'influence de la télé-réalité.

    Message par admin Lun 3 Déc - 21:28

    A priori Rabasse : ecotone et moi-même sommes des femmes ... donc rien à craindre !
    Sarkozy et l'influence de la télé-réalité. C256
    Ego autem semper
    Ego autem semper


    Masculin
    Nombre de messages : 1161
    Age : 61
    Localisation : joigny france
    Emploi/loisirs : soudure / sociologie, économomie, philosophie
    Humeur : acide
    Date d'inscription : 01/12/2007

    Sarkozy et l'influence de la télé-réalité. Empty Re: Sarkozy et l'influence de la télé-réalité.

    Message par Ego autem semper Lun 3 Déc - 22:31

    J'ai le plaisir de vous inviter à chercher au-delà des constatations.



    Que notre président soit en place pendant 5 ans est un fait

    Qu'il ait su capter une majorité des suffrages aussi une réalité

    Que son caractère reste particulière (à la limite quant il dit je cite " tous les chômeurs ne tirent pas sur la police…ça n'a rien a voir avec un problème sociale… donnant plus de sanctions, beaucoup à été fait… plus généraux pour ceux qui veulent s'en sortir…face au malaise sociale… la vérité c'est qu'il y a de trafique, il y a des trafiquants, il y a de la drogue, il y a des voyous, il faut les traiter comment des trafiquants, et comme des voyous, j'ajoute que je demandé aux forces de l'ordre de faire une opération systématique pour aller chercher les armes, quant un hélicoptère a survolé certains quartiers, il a vu que des parpaings et de munitions étaient prépares… qu'est-ce que ça a avoir avec le malaise sociale?") J'ai la certitude qu'il le pense, déjà; cela se traduit par un fait, une notion, qui vu avec recul de la part d'une personne moyennement intelligente, signifie que le président de la France se trouve à coté de la plaque.



    Je veux bien approfondir mais j'ai dispose d'un temps limité du à d'autres obligations, donc j'y reviendrai (le téléphone…)
    avatar
    admin
    Administratrice


    Féminin
    Nombre de messages : 2788
    Date d'inscription : 23/11/2007

    Sarkozy et l'influence de la télé-réalité. Empty Re: Sarkozy et l'influence de la télé-réalité.

    Message par admin Lun 3 Déc - 22:54

    gramophone a écrit:J'ai le plaisir de vous inviter à chercher au-delà des constatations.



    Que notre président soit en place pendant 5 ans est un fait

    Qu'il ait su capter une majorité des suffrages aussi une réalité

    Que son caractère reste particulier (à la limite quant il dit je cite " tous les chômeurs ne tirent pas sur la police…ça n'a rien a voir avec un problème sociale… donnant plus de sanctions, beaucoup a été fait… plus généraux pour ceux qui veulent s'en sortir…face au malaise sociale… la vérité c'est qu'il y a de trafique, il y a des trafiquants, il y a de la drogue, il y a des voyous, il faut les traiter comment des trafiquants, et comme des voyous, j'ajoute que je demandé aux forces de l'ordre de faire une opération systématique pour aller chercher les armes, quant un hélicoptère a survolé certains quartiers, il a vu que des parpaings et de munitions étaient prépares… qu'est-ce que ça a avoir avec le malaise sociale?") J'ai la certitude qu'il le pense, déjà; cela se traduit par un fait, une notion, qui vu avec recul de la part d'une personne moyennement intelligente, signifie que le président de la France se trouve à coté de la plaque.



    Je veux bien approfondir mais j'ai dispose d'un temps limité du à d'autres obligations, donc j'y reviendrai (le téléphone…)
    Ok, on en reparle quand tu reviens.
    avatar
    Invité
    Invité


    Sarkozy et l'influence de la télé-réalité. Empty Re: Sarkozy et l'influence de la télé-réalité.

    Message par Invité Jeu 6 Déc - 18:03

    le preambule de Bettina est bien. les polemiques de Villier sont en cours, les forums sont des sources d'enseignement et de renseignements. Oui la politique francaise s'americanise tout comme le train de vie, les medias le commerce, c'est le second effet oncle sam, puis vient big brother et alors?..ce systeme amené par des manips insecurité immigration concurrence c'est tout de même des citoyens teleguidés qui les acceptent. Le lavage de cerveaux est institué etatisé. le niveau de vie est confortable. les ventres sont pleins les voisins sont calmes les métiers distribués, qui peut prétendre changé un iotat a un systeme qui tourne pour cette majorité tranquille? les extremistes sont classés comme tel si par malheur ils otent un pain de nos fours. Le recul est necessaire avec une bonne analyse des interactions engendrées et la vision futuriste est basée sur ...du vent, des chiffres honteusement donnés en cadeaux pour satisfaire les bourses, pour perdurer dans cet echelonnement de castes, de gangs, de terroristes en col blanc.
    Le choc sera dur quand il faudra reechelonner les valeurs du travail selon la nature du dit choc. Cata naturelle ou cata boursiere ou cata provoquée par les cousines a Bertha, il faut ce coup de pied dans la fourmilliere humaine pour enfin revenir a des affaires serieuses concernant la terre,pas le petit bout de terre.
    la france est une puissance technologique en reve, au lieu d etre chef de file vers le progres, la france traine et geint. Mr Sarkosy est une rallonge pas un generateur. il passera dans l'histoire sans bruit a moins qu il ne resolve un probleme lancinant tel en moyen orient ou ...non, les candidats aux elections ne sont pas crédibles au delà de notre pays et c'est l'experience qui a permis a Nico de se percher. il a pas les c...de lancer un projet innovant et a long terme pour ses ouailles, il est un vrp comme son premier guru et un moraliste de la bourgeoisie parisienne.
    Rabasse du sud
    Rabasse du sud


    Nombre de messages : 2398
    Localisation : la provence
    Emploi/loisirs : chercheur
    Date d'inscription : 26/11/2007

    Sarkozy et l'influence de la télé-réalité. Empty Re: Sarkozy et l'influence de la télé-réalité.

    Message par Rabasse du sud Mar 18 Déc - 16:47

    Sarkozy et l'influence de la télé-réalité. Actup_ns_affiche
    Rabasse du sud
    Rabasse du sud


    Nombre de messages : 2398
    Localisation : la provence
    Emploi/loisirs : chercheur
    Date d'inscription : 26/11/2007

    Sarkozy et l'influence de la télé-réalité. Empty Re: Sarkozy et l'influence de la télé-réalité.

    Message par Rabasse du sud Mar 18 Déc - 22:47

    MARIANNE:
    Sarkozy, le soixante-huitard démasqué
    Retour sur l'arrière-fond politique de l'équipée de Disneyland : il n'y a pas que le cul dans la vie...


    Sarkozy, le soixante-huitard démasqué
    On venait de boucler la semaine Kadhafi, on entrait dans la semaine pouvoir d'achat, thème sur lequel le Président n'est pas à l'aise. Alors, on aura la semaine Bruni. Oh, n'allez pas imaginer plan com, complot et compagnie. Les choses ont été beaucoup plus simples que ça. Nulle cellule de l'Elysée, nulle convocation des paparazzi, comme il a été expliqué ici et là.
    Il y a d'abord le boulot de base des photographes de cour, stimulés, sur l'affaire Bruni depuis plusieurs semaines, les conseillers de la Cour n'hésitant pas à chuchoter et sourire en évoquant les « frasques » du Président. Un signe de bonne santé que cette libido triomphante, vous ne trouvez pas ? Vous aimeriez mieux que notre Kaiser déprime ? Allons donc ! La gaudriole, ça réveille l'agilité intellectuelle en même temps que la bonne humeur ! Franchement, Sarko avec Bruni à Eurodisney ou à Charm el-Cheikh, « ça le fait plus » que Sarko avec « Moman » à Pékin, non?

    Le Président piétine le candidat
    Alors quand les paparazzi ont vu le mini-cortège présidentiel se diriger vers l'est de Paris, tout le monde a compris la destination probable de l'équipée présidentielle. Il y a eu, sans doute, le désir de Carla Bruni de ne pas se cacher, doux euphémisme pour une publicité probablement souhaitée par une jeune femme habituée aux unes de journaux depuis longtemps, et celui du Président de lui faire plaisir et surtout d'être, comme d'habitude, là où on ne l'attend pas. Va pour Eurodisney. Va pour les paparazzi. Va pour les confidences de la chanteuse à ses amis des médias, qui ont allumé la mèche.
    Sauf que, dans cette affaire, Nicolas Sarkozy s'est oublié lui-même. Comme d'habitude, le Président méprise et piétine le candidat.
    La semaine passée, Sarkozy-Président avait oublié que Sarkozy-candidat avait prétendu devenir le président des droits de l'homme. Cette semaine, Sarkozy-Président avait oublié que Sarkozy-candidat avait promis que l'on ne l'y reprendrait plus à médiatiser sa vie privée. La promesse valait pour un mari cocu. Elle ne vaut plus pour un amant qui croit sans doute distraire les Français des sujets qui fâchent. C'était, en somme, le choix qui s'offrait au Président : rester un cocu magnifique ou cocufier le peuple qui a cru en une nouvelle figure de l'autorité et de la restauration.

    Jean-Paul II, un exemple pour la jeunesse ?
    Mais il y a plus étrange encore, ou cocasse puisque seul l'humour peut nous sauver du ridicule dont, visiblement, Nicolas Sarkozy n'a aucune idée, comme souvent les personnes incultes : le sens du ridicule a une relation charnelle avec la littérature car on l'apprend par les livres. Rappelez-vous, ce n'est pas si loin. Le 30 avril de cette même année 2007, Nicolas Sarkozy avait conclu sa campagne par une charge virile contre Mai 68, «dont il fallait tourner la page». Dans ses discours, la charge contre Mai et « ses enfants gâtés » prenait parfois une forme un peu « réac » sur les bords. Nicolas Sarkozy citait en exemple « Jean Paul II qui est et restera un exemple pour les jeunes ». Il vilipendait la « crise morale », héritage de Mai 68. Bref, les discours de Sarko avaient alors un parfum de révolution néo-conservatrice qui, ajoutés à l'amitié avec George Bush, faisait de lui le candidat de toutes les droites.
    Six mois après son élection, notre Président doit susciter bien des interrogations au sein de cet électorat. Son divorce pouvait encore être mis sur le compte d'une épouse déphasée ou délurée. Mais son choix de revendiquer haut et fort une liaison à peine entamée avec Carla Bruni risque de troubler encore bien davantage. Désormais Sarkozy devient l'homme qui ne recule devant aucun scandale, aucune transgression. Libre. Oui, mais de quoi?

    Au mois de mai 2006, après un meeting en province, s'apprêtant à sortir du local et à affronter des dizaines de photographes, notre hidalgo national avait chuchoté à l'oreille de sa compagne du moment, une journaliste du Figaro : «Si tu es d'accord, on annonce notre mariage là, maintenant.» La dame avait eu la sagesse de refuser la « botte », sans doute parce que son esprit répugnait à mélanger un projet de couple et une percée médiatique.
    Là, maintenant ! C'était tout Sarko. Ceux qui connaissent cette scène ne s'étonneront pas de la facilité avec laquelle le Président enchaîne la fin de son couple avec Cécilia sur une nouvelle affaire amoureuse sans respecter un quelconque délai de viduité. Les divorcés expérimentés s'étonneront encore plus de la légèreté avec laquelle les enfants des acteurs – le petit Louis Sarkozy hier, le petit Aurélien Enthoven aujourd'hui – sont mêlés aux amours parentales et entraînés malgré eux à faire la une des journaux du monde entier sans aucun égard pour leur intimité ou leur libre-arbitre, qui, on le sait, n'est pas encore constitué à six ans. Mais sans doute ce souci des enfants est-il l'apanage des vieux réactionnaires auxquels le Président fait aujourd'hui un pied de nez. Rejoignant ainsi une génération pour laquelle l'hédonisme mérite qu'on lui sacrifie à peu près tout.
    Sarkozy l'avait donc bien soigneusement caché à ses électeurs lepénistes, comme à ceux de la droite traditionnelle : il est bien un soixante-huitard qui n'a gardé de la révolution que ce qui lui a finalement survécu, et qui n'est guère « de gauche », les m,,urs dites libres et l'argent.
    avatar
    Invité
    Invité


    Sarkozy et l'influence de la télé-réalité. Empty Re: Sarkozy et l'influence de la télé-réalité.

    Message par Invité Mar 18 Déc - 22:59

    quoi d autre attendre? c est la vie, il est parisien elevé petit bourgeois non? J ai jamais lu totalement sa biographie parce que l individu me parait etre photocop standard d une classe arriviste et opportuniste avec plein de petits tics qu ils ne peuvent voir, habitués a vivre en clans.
    Je suis nico depuis que jacques mon voisin et dedette sa femme ont couvés ce petit militant. Je souris quand j entend dire qu il est cangereux. Il l est par le contre coup de ses actes, pas directement.
    il vit a donf une periode où il lui faudrait la paix, pour se concentrer, mais si c est une femme why not? de mà a en faire des unes de medias...
    Rabasse du sud
    Rabasse du sud


    Nombre de messages : 2398
    Localisation : la provence
    Emploi/loisirs : chercheur
    Date d'inscription : 26/11/2007

    Sarkozy et l'influence de la télé-réalité. Empty Re: Sarkozy et l'influence de la télé-réalité.

    Message par Rabasse du sud Mar 18 Déc - 23:13

    ben tu connaîs la starac sarko


    Sarkozy et l'influence de la télé-réalité. Sarkozyincontrolablesq4
    avatar
    Invité
    Invité


    Sarkozy et l'influence de la télé-réalité. Empty Re: Sarkozy et l'influence de la télé-réalité.

    Message par Invité Lun 31 Déc - 13:03

    je reviens taper sur le tete a claque qui est aux responsabiltes par la vlonté desfrancais.
    Je n oublie pas mes mots sur d autres salons dans lesquels je moderais cette tendance , par respect et pour ne pas froisser les autres sensibilites.
    eh bien non, je ne peux m empecher de taper ce petit con representant cette bourgeoisie installée par le systeme dit democratique lui meme creer pour faire tourner la cour et arroser les couches sociales d en bas avec leur arrogante miévrerie.
    logique que les extremistes soient attisés aux braises des lois remodelées pour l avantage des nantis
    logique le mal etre des classes moyennes, en equilibre instable entre la précarité et la servilité
    J chirac malgré sa bonhommie n a pas eté lucide en aidant l arriviste a cotoyer les grands singes costumes de l elysé.

    tout ce que vous ecrivez est juste, nico prend les francais pour ce qu ils sont, certes eduques et respectables, mais teleguides et trompes et enc..
    Sarkozy et l'influence de la télé-réalité. 243854 la suite si cela n est pas privé de publication
    la colere monte a la lecture de petits details qui ne font que justifier mon degout d etre sous un regime bananier moderne, fachiste et feodale
    avatar
    Invité
    Invité


    Sarkozy et l'influence de la télé-réalité. Empty Re: Sarkozy et l'influence de la télé-réalité.

    Message par Invité Lun 31 Déc - 13:54

    apres le bloc repartiteur, vous avez l arrivée d energie electrique a votre compteur. De là, vous avez le disjoncteur a differentiel suivi d un plus petit dit de sécurité, differrntiel plus sensible qui coupe le jus encas de sur tension ou de cc.
    Puis le panneau repartition a fusibles ou encore de protection.
    C est nico qui assure la distribution, les fusibles sont ses ministres, des types parfois honnetes et parachutés, des alliances obligées ou des faire valoir, mais des fusibles remplacables avec du monde pour les remplacer...
    c est pas nouveau mais le vice est extreme et nico est protegé.
    en regardant les guignols, on rit et la caricature est si grosse qu on oublie le fond de vérité. la realité fait froid dans le dos, oublié la bassesse des rafles, des delits de faciés, de liberté d expression,de solidarité alimentaire, de secours a humains en danger...les francais ont l honneur d avoir un passé de resistant sous l occupation,(5%sic), ils etaient heroiques, ils ont meme tondu des femmes et assassinés des voisins pcq ils sont patriotes...les juifs sortis de l enfer etaient pourtant apprehendes sur le territoire, peur qu une race villipendes des annees ne reste en france, puis l arabe chez lui est devenu la bete, l arabe bon a rien sinon a ramasser les dechets des civilises de france, poursuivi et tué sur son propre territoire,..Heureusement un grand homme est revenu apres avoir ete remercié, les francais sont des as dans la tenue de veste a double face...mais surtout ceux qui usent et abusent de l argent volé aux faibles avec la volonté barbare primitive de gagner le pouvoir.
    je suis raciste, tolerant mais raciste, et j ai le regret que la pilule n ait que 40 ans. baston
    Rabasse du sud
    Rabasse du sud


    Nombre de messages : 2398
    Localisation : la provence
    Emploi/loisirs : chercheur
    Date d'inscription : 26/11/2007

    Sarkozy et l'influence de la télé-réalité. Empty Re: Sarkozy et l'influence de la télé-réalité.

    Message par Rabasse du sud Lun 31 Déc - 14:04

    on coupe le jus, on fait péter les plombs, c'est le courant d'aujourd'hui!
    alors EPR est égale aux irradiations et les malformations maladives polluantes sur nos éco-systèmes vont détruire les hommes, les abeilles le savent déjà....... oui moi aussi je suis raciste à cette forme de progrès qui nous tue ! cette pilule je ne l'avale pas !
    ecotone
    ecotone
    Administratrice


    Nombre de messages : 1036
    Date d'inscription : 26/11/2007

    Sarkozy et l'influence de la télé-réalité. Empty Re: Sarkozy et l'influence de la télé-réalité.

    Message par ecotone Lun 31 Déc - 14:26

    aissachris a écrit:je reviens taper sur le tete a claque qui est aux responsabiltes par la vlonté desfrancais.
    Je n oublie pas mes mots sur d autres salons dans lesquels je moderais cette tendance , par respect et pour ne pas froisser les autres sensibilites.
    eh bien non, je ne peux m empecher de taper ce petit con representant cette bourgeoisie installée par le systeme dit democratique lui meme creer pour faire tourner la cour et arroser les couches sociales d en bas avec leur arrogante miévrerie.
    logique que les extremistes soient attisés aux braises des lois remodelées pour l avantage des nantis
    logique le mal etre des classes moyennes, en equilibre instable entre la précarité et la servilité
    J chirac malgré sa bonhommie n a pas eté lucide en aidant l arriviste a cotoyer les grands singes costumes de l elysé.

    tout ce que vous ecrivez est juste, nico prend les francais pour ce qu ils sont, certes eduques et respectables, mais teleguides et trompes et enc..
    Sarkozy et l'influence de la télé-réalité. 243854 la suite si cela n est pas privé de publication
    la colere monte a la lecture de petits details qui ne font que justifier mon degout d etre sous un regime bananier moderne, fachiste et feodale

    Aissachris, permets-moi de te dire que les sarkosistes ne s’occupent pas de ménager nos sensibilités!
    Alors, moi non plus!
    Bettina et ecotone, ici, t’autorisent à ne pas te modérer, sinon, nous serions obligées de nous modérer. Ça ne m’arrangerait pas, j’aurais l’impression de parler faux!
    chapeau
    ecotone
    ecotone
    Administratrice


    Nombre de messages : 1036
    Date d'inscription : 26/11/2007

    Sarkozy et l'influence de la télé-réalité. Empty Re: Sarkozy et l'influence de la télé-réalité.

    Message par ecotone Lun 31 Déc - 14:38

    Rabasse du sud a écrit:on coupe le jus, on fait péter les plombs, c'est le courant d'aujourd'hui!
    alors EPR est égale aux irradiations et les malformations maladives polluantes sur nos éco-systèmes vont détruire les hommes, les abeilles le savent déjà....... oui moi aussi je suis raciste à cette forme de progrès qui nous tue ! cette pilule je ne l'avale pas !

    Heu Heu WerkPouf!!!!!......
    Ah!
    yeux Excuse-moi, je m'étais étranglée avec le poison grrr
    avatar
    Invité
    Invité


    Sarkozy et l'influence de la télé-réalité. Empty Re: Sarkozy et l'influence de la télé-réalité.

    Message par Invité Lun 31 Déc - 14:56

    c que j en dis..c est vrai coa, nico peut garder ses voeux pour ses potos, sa tete encore a la télé pour encore sa voix de petit chef menteur et ....qu il soit un president de la rupture, qu il ne fasse pas d elocution de faux cul, qu il se carre ses bla bla et ne nous fasse pas de baratin de cocu pour des poules mouillées a la recherche de leader;
    voila coa, rien qu il va encore se pointer avec sa morale de petit gangster , c est irritant.
    Rabasse du sud
    Rabasse du sud


    Nombre de messages : 2398
    Localisation : la provence
    Emploi/loisirs : chercheur
    Date d'inscription : 26/11/2007

    Sarkozy et l'influence de la télé-réalité. Empty Re: Sarkozy et l'influence de la télé-réalité.

    Message par Rabasse du sud Lun 31 Déc - 15:01

    aissachris a écrit:c que j en dis..c est vrai coa, nico peut garder ses voeux pour ses potos, sa tete encore a la télé pour encore sa voix de petit chef menteur et ....qu il soit un president de la rupture, qu il ne fasse pas d elocution de faux cul, qu il se carre ses bla bla et ne nous fasse pas de baratin de cocu pour des poules mouillées a la recherche de leader;
    voila coa, rien qu il va encore se pointer avec sa morale de petit gangster , c est irritant.

    va voir, écouter, j'ai poster dans "coup de gueule" une vidéo !
    pour la peine voilà une p'tite tête de noeud !
    a+


    Sarkozy et l'influence de la télé-réalité. Cartoon_matiz_ratzinger_condom_web
    avatar
    Invité
    Invité


    Sarkozy et l'influence de la télé-réalité. Empty Re: Sarkozy et l'influence de la télé-réalité.

    Message par Invité Mer 2 Jan - 19:29

    je cherchais a qui ma fait penser nico, je l avais deja entendu et c 'est tellement vrai................

    persiffleur le serpent [img]Sarkozy et l'influence de la télé-réalité. Robinh10[/img]
    Rabasse du sud
    Rabasse du sud


    Nombre de messages : 2398
    Localisation : la provence
    Emploi/loisirs : chercheur
    Date d'inscription : 26/11/2007

    Sarkozy et l'influence de la télé-réalité. Empty Re: Sarkozy et l'influence de la télé-réalité.

    Message par Rabasse du sud Sam 5 Jan - 0:03

    La chronique d'Edwy Plenel, journaliste.
    *

    AFP

    C'est un livre introuvable que l'on peut dénicher en flânant chez les bouquinistes des quais de Seine. Quoique paru il y aura bientôt quatre-vingt-dix ans, en 1918, il semble encore d'actualité devant le spectacle médiatique français. Antonin Périvier, son auteur, qui finit directeur du Figaro, commit chez Plon ce Napoléon journaliste, inimaginable dithyrambe bonapartiste d'un Empereur promu « journaliste assurément le plus vibrant » et sacré « véritable écrivain-journaliste ». Lequel Empereur, inventant la version moderne du contrôle de l'information, par l'assujettissement des hommes et par la maîtrise de l'agenda, voyait d'abord la presse comme une menace à juguler. Tardif, l'aveu fut fait à Saint-Hélène : « L'abandonner à elle-même, c'est s'endormir à côté d'un danger. »

    Propriétaire du Figaro d'aujourd'hui, par la grâce d'une fortune aéronautique d'invention paternelle et de commandes étatiques, Serge Dassault refuse de s'endormir. Actualisant Périvier et sa presse de gouvernement, celle qui – Napoléon toujours – défend « les saines doctrines et les bons principes », ce parlementaire milliardaire, posté à l'aile droite de l'UMP, le parti du président Nicolas Sarkozy, a donc franchi allégrement, le 1er janvier 2008, la saine barrière entre actionnaire et rédaction, autrement dit capital et éditorial, sur laquelle repose cette valeur inestimable, l'indépendance de l'information. En forme de « v,,ux à la France qui a choisi un président dynamique et courageux », cet éditorial de propriétaire, dont on ne saurait oublier qu'il s'efforce de caser ses avions Rafale via l'entregent présidentiel, est une première.

    On peine à trouver une comparaison historique pour cette situation nouvelle qui ne rend pas vraiment fier de son propre pays. Jamais les liens n'ont été si explicites et revendiqués, autant étalés et assumés, entre ce pouvoir sans efficace contre-pouvoir qu'est la présidence de la République française et l'espèce d'oligarchie financière qui, ces dernières années, n'a cessé d'étendre et de consolider sa mainmise sur l'information en France.

    D'Arnaud Lagardère à Martin Bouygues, en passant par Bernard Arnault et Vincent Bolloré sans oublier Alain Minc et le précité Serge Dassault, tous ont bien d'autres centres d'intérêt économiques que les médias et tous se disent amis, frères, proches et obligés de notre actuel président – et ils le sont effectivement, Nicolas Sarkozy n'hésitant pas à revendiquer leur amitié via les facilités qu'ils lui fournissent à l'occasion.

    Or, cette brève liste de noms suffit à réunir l'essentiel de nos médias nationaux. Si on ajoute les habituelles pressions sur les dirigeants du service public audiovisuel, il n'est pas faux de dire qu'aujourd'hui, l'opposition en général et la gauche en particulier ne disposent d'aucun porte-voix médiatique d'importance.

    Le plus étonnant, c'est que cela ne suscite pas de révolte citoyenne. Comme si nous étions encore prisonniers de cette tradition politique illibérale léguée par le bonapartisme qui faisait dire au dramaturge Heinrich von Kleist que « le journalisme français est l'art de faire croire au peuple ce que le gouvernement considère comme bon ».

    Ce n'est donc pas en français, mais en anglais, dans le si peu rebelle Financial Times que l'on a pu lire ceci à propos de notre nouveau Napoléon : « Observer Nicolas Sarkozy gouverner la France, c'est un peu comme regarder un homme craquer des allumettes dans un entrepôt plein de feux d'artifice : il y a des étincelles, du bruit et de l'excitation, mais aussi une peur agaçante que tout peut exploser. »

    Parues le jour de l'an, soit concomitamment à l'éditorial courtisan de M. Dassault, ces lignes expriment une inquiétude aussi partagée en profondeur que peu exprimée à la surface.

    Depuis quelques mois, les Français sont spectateurs d'un roman présidentiel. Oui, un roman, autrement dit une fiction, et ce n'est pas un hasard si sa dimension sentimentale finit par s'afficher autant que son ambition politique. Nicolas Sarkozy est le héros d'une aventure dont il se veut le seul maître, sans limites, sans freins, bref sans vergogne. Il affiche sans complexes son goût de la possession – qu'il s'agisse d'opposants politiques débauchés ou d'une nouvelle conquête amoureuse –, son envie de s'enrichir – presque doubler le salaire présidentiel au moment même où il remet en cause les acquis sociaux d'autres catégories –, son refus des contraintes collectives – narcissique, l'aventure dont il est le héros et le scénariste ne connaît qu'un personnage, lui-même.

    Le délai de viduité non respecté après le divorce, l'avion de Bolloré après son yacht, le quart d'heure de retard à l'audience papale pendant laquelle il consultait ostensiblement son téléphone : toutes ces mauvaises manières n'expriment pas seulement la personnalité d'un homme parmi d'autres, elles disent aussi une conception de la politique, réduite à l'aventure personnelle sans limite d'un seul homme, dès lors élevé au-dessus du lot commun.

    Et, dans ce tourbillon dont le culot ne cesse d'étonner et de surprendre – donc de faire causer, c'est aussi le but –, ce n'est pas tant l'action qui compte que le verbe. Le président parle bien plus qu'il n'agit. Ses discours sont le semblant du faire. S'il assume ne pas en être l'auteur, laissant son écrivain officiel, Henri Guaino, les commenter publiquement, c'est qu'ils n'ont qu'une importance relative : ils n'ont d'utilité que dans la mesure où ils garantissent le mouvement, créent l'agitation, suscitent l'exégèse.

    D'où ce sentiment d'irréalité à l'écoute de discours qui sont autant de performances, c'est-à-dire des numéros d'acteur plutôt que des moments de vérité – là encore, des fictions.

    Jugés faiblards à cette aune, les v,,ux télévisés du 31 décembre ont réussi à tenir en haleine les médias durant les deux jours qui les ont précédés par la seule annonce qu'ils seraient prononcés en direct, sans filet en quelque sorte comme on le dirait d'un acrobate de cirque. Quant à leur contenu, plutôt convenu, on retiendra cet étonnant rapprochement d'une proclamation définitive (« Je vous dois la vérité, je vous la dirai toujours, je ne m'autoriserai aucune hypocrisie ») et d'une promesse stupéfiante (« Nous ne résoudrons rien… si nous n'entreprenons pas de moraliser le capitalisme financier »), évident tête-à-queue au spectacle français de mélanges des genres affairistes recrudescents.

    Ce genre de collision accentue le sentiment persistant d'irréalité. Tout comme, au souvenir du rapt par l'alors candidat Sarkozy de figures historiques du socialisme, on se pince à imaginer un Jean Jaurès ou un Léon Blum « bling bling », pour reprendre l'expression popularisée par le goût du clinquant élyséen.

    C'est comme si les mots n'avaient plus de sens véritable, comme s'ils n'étaient plus que des leurres, entre appâts politiques et hameçons médiatiques. Ainsi de la seule trouvaille du dernier discours présidentiel de l'année 2007 : « … ce que j'appelle une politique de civilisation ». C'est, là encore, un emprunt, ou plutôt une annexion. Une citation, sans droit d'auteur.

    Depuis un quart de siècle, l'une des figures intellectuelles de la gauche française, Edgar Morin, s'efforce en effet de populariser cette formule, dont il a fait le titre d'un livre paru en 1997 chez Arléa, comme la ligne d'un nouvel horizon d'espérance. Mais il l'enracine dans l'histoire du socialisme et de son aspiration, certes déçue mais maintenue, « à plus de communauté, de fraternité et de liberté ». Nous voici bien loin du « travailler plus pour gagner plus » et des politiques réactionnaires qui vont avec. Et encore plus loin, tel que ce pouvoir se met en scène, à la lecture de l'ultime impératif, selon Morin, d'une politique de civilisation : « Moraliser (contre l'irresponsabilité et l'égocentrisme) »…

    Le Soir
    avatar
    Invité
    Invité


    Sarkozy et l'influence de la télé-réalité. Empty Re: Sarkozy et l'influence de la télé-réalité.

    Message par Invité Sam 2 Fév - 17:54

    http://sarkostique.over-blog.com/

    j me marre!
    tres bon!

    http://blogduchi.canalblog.com/

    tous tres forts.
    avatar
    Invité
    Invité


    Sarkozy et l'influence de la télé-réalité. Empty Re: Sarkozy et l'influence de la télé-réalité.

    Message par Invité Sam 2 Fév - 22:54

    N empeche, il y a le second effet des impots allégés par nico.
    Il est visible par les politiques, le modem en tete.
    les elus , au vu de leur declaration d impots ont tressaillis de bonheur, ils ont vite calculé que les taxes isf en moins leur permettent d acheter plus pour leurs affaires perso, qu ils ont un magot sup à faire fructifier sous le regne de nico , c est donc l appat du gain qui les rend si avides de pouvoir en allant directement chez leur magasinier de lois protectrices de leur fric honteusement gagné par le mensonge.


    baston baston baston baston
    avatar
    admin
    Administratrice


    Féminin
    Nombre de messages : 2788
    Date d'inscription : 23/11/2007

    Sarkozy et l'influence de la télé-réalité. Empty Re: Sarkozy et l'influence de la télé-réalité.

    Message par admin Sam 2 Fév - 23:34

    aissachris a écrit:http://sarkostique.over-blog.com/

    j me marre!
    tres bon!

    http://blogduchi.canalblog.com/

    tous tres forts.
    rire rire rire rire
    NASSIMUSS
    NASSIMUSS


    Masculin
    Nombre de messages : 54
    Age : 35
    Localisation : ALGER,ALGERIE
    Emploi/loisirs : étudiant
    Date d'inscription : 02/02/2008

    Sarkozy et l'influence de la télé-réalité. Empty Re: Sarkozy et l'influence de la télé-réalité.

    Message par NASSIMUSS Dim 3 Fév - 0:05

    slt
    c'est la "staracozy" ce soir jai apris son mariage,personellement le jour ou jai vue a la télé sarkozy avec bruni j'était surpris je regardé dun oeil suspicieu comme si carla se joué du premeir homme de la france on parle de coup de foudre d'amoureux comme si lélyssé c'était un studio de cinéma ou se tournée une série a l'eau de rose moi,sarkozy va raproché la france des usa c'est vrai lol il a détourné une république pour en faire un show télévisé ou on parle de tout ce qui se passe dans lélysé story les éléction de 2007 comme si c'était un casting ou les gens voté par des bulletin au lieu des sms le france est entrin de dormir ou quoi ?? faut agir et se réveillé avant de regrétté "l'amour rend aveugle" attention sarkozy et fou amoureux.
    Kundalina
    Kundalina


    Féminin
    Nombre de messages : 18
    Age : 47
    Date d'inscription : 14/12/2007

    Sarkozy et l'influence de la télé-réalité. Empty Re: Sarkozy et l'influence de la télé-réalité.

    Message par Kundalina Dim 3 Fév - 10:37

    Personnellement , je me fiche de savoir avec qui Sarkozy couche et partage sa vie , par contre ce qui m'intéresse c'est la politique qu'il mène , c'est bien pour cette raison que l'on vote n'est-ce pas , rassurez moi ?!!

    Contenu sponsorisé


    Sarkozy et l'influence de la télé-réalité. Empty Re: Sarkozy et l'influence de la télé-réalité.

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Mar 9 Aoû - 23:55