LIBRE DISCUSSION DANS LES COULISSES DE DEMAIN

Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
LIBRE DISCUSSION DANS LES COULISSES DE DEMAIN

Débattons en toute liberté, dans le respect de l’autre, sur tous les sujets qui composent notre société : politique, économie, environnement, religion, philosophie, paranormal, sciences, famille, santé, mode, sexualité, loisirs, sports, divertissements…

Derniers sujets

» Moi, Nestor Makhno (épisode 9) – Il y a 100 ans, l’autre guerre d’Ukraine – Feuilleton
par bye Jeu 21 Juil - 20:17

» AVORTEMENT AUX USA, NOUS NE VOULONS PAS PERDRE DE DROITS, NOUS VOULONS EN GAGNER !
par bye Mar 28 Juin - 12:51

» Michel Piron en garde à vue. Derrière Jacquie et Michel : un système organisé de proxénétisme et de viols.
par bye Jeu 16 Juin - 15:33

» EuroSatory : Visioconférence et Rassemblements contre le commerce des armes
par bye Lun 6 Juin - 17:32

» Entretien avec Yamina Saheb (GIEC) : “Il y a eu quelques réticences pour mettre le terme de sobriété dans le dernier rapport”.
par bye Mer 1 Juin - 8:37

» Retour sur l’accueil des déplacés d’Ukraine dans les Hautes-Alpes
par bye Mar 31 Mai - 16:17

» L’industrie pornocriminelle cible les enfants et la justice abdique !
par bye Mer 25 Mai - 16:23

» Le Royaume-Uni renforce son arsenal juridique contre les personnes en besoin de protection
par bye Jeu 19 Mai - 10:42

» Recrutement enseignant : une crise des plus inquiétantes pour l’avenir de l’école
par bye Jeu 19 Mai - 10:36

» Moi, Nestor Makhno (épisode 7) – Il y a 100 ans, l’autre guerre d’Ukraine – Feuilleton
par bye Mer 11 Mai - 11:53

» Le "Tous capables" l'Education Nouvelle Le Groupe Français d'Education Nouvelle
par bye Ven 6 Mai - 12:42

» Menaces sur le droit à l’avortement aux Etats-Unis : le collectif Avortement Europe dénonce une énième tentative de restreindre le droit des femmes à disposer de leur corps !
par bye Ven 6 Mai - 12:30

» Biélorussie : la plus grande attaque anti-syndicale du siècle en Europe
par bye Ven 29 Avr - 12:15

» Les associations dénoncent la différence de traitement envers les ressortissants non-Ukrainiens
par bye Ven 22 Avr - 6:21

» SUD éducation gagne l’indemnité REP/REP+ pour les AED !
par bye Jeu 21 Avr - 17:21

» Guerre en Ukraine : que contient la directive sur la protection temporaire de 2001 ?
par bye Dim 17 Avr - 9:50

» ACTUALITÉ SOCIÉTÉ ET POLITIQUE
par gramophone Ven 15 Avr - 8:59

» Mutations-sanctions à l'école Pasteur (93) : dans « l'intérêt du service public », nous devons faire front !
par bye Jeu 14 Avr - 8:42

» 6e rapport du GIEC : quelles solutions face au changement climatique ?
par bye Ven 8 Avr - 12:34

» Cabinets de conseil : quand le Sénat fustige le gouvernement
par bye Mer 6 Avr - 16:36

» Les fresques carabines : une institutionnalisation des violences sexistes à l’hôpital
par bye Dim 13 Mar - 12:35

» L’Ukraine au coeur… de la classe, l’école au coeur du monde
par bye Ven 4 Mar - 17:34

» 8 Mars 2022 : Grève féministe Déferlante pour l'égalité !
par bye Mar 1 Mar - 11:08

» Une guerre “culturelle”
par bye Jeu 24 Fév - 19:27

» Nouveau camp fermé de Samos : « Barbelés, clôtures, couvre-feu […] le camp ressemble à une prison. »
par bye Jeu 17 Fév - 18:07

» Exterminez toutes ces brutes
par bye Ven 4 Fév - 10:22

» Entretien avec Laurence Scialom : « Ne pas mettre la lutte contre la dégradation de notre biosphère au cœur de la gouvernance européenne serait une erreur historique »
par bye Mer 26 Jan - 15:55

» Osez le féminisme ! fait 200 signalements de vidéos illégales sur des sites pornographiquesOsez le féminisme ! fait 200 signalements de vidéos illégales sur des sites pornographiques
par bye Lun 24 Jan - 11:46

» La mécanique des inégalités : un entretien avec les sociologues Alain Bihr et Roland PfefferkornLa mécanique des inégalités : un entretien avec les sociologues Alain Bihr et Roland Pfefferkorn
par bye Sam 22 Jan - 10:48

» Répression pour un poème au Lycée Marcelin Berthelot de Pantin.
par bye Mer 12 Jan - 20:42

» CP/ Présidence française de l'Union européenne : Une alternative pour une politique d'asile européenne réellement solidaire est possible
par bye Ven 24 Déc - 9:47

» Les fresques carabines reconnues contraires à la dignité des femmes !
par bye Mar 21 Déc - 17:56

» Frontière biélorusse : quel impact des propositions de la Commission visant à déroger au droit d’asile européen ?
par bye Ven 17 Déc - 8:59

» contre le système pornocriminel
par bye Mer 15 Déc - 18:39

» S’émanciper dès la maternelle par le travail et la coopération
par bye Mer 15 Déc - 11:40

» La coopérative pédagogique : Paroles de filles
par bye Ven 3 Déc - 10:32

» La maltraitance des migrants n’est pas une fatalité »
par bye Mar 30 Nov - 18:47

» Lutter contre la violence… pour de vrai
par bye Jeu 25 Nov - 13:13

» République blindée, Projet Local d’Évaluation, chefs dans les écoles… Fin de règne rue de Grenelle
par bye Mer 17 Nov - 13:02

» Campagne d’Eric Zemmour : un masculiniste revendiqué prétendant à l’Elysée ?
par bye Jeu 11 Nov - 12:07

» Affaire Jacquie et Michel : 4 “acteurs” mis en examen pour viol, la fin de l’impunité !
par bye Mar 2 Nov - 18:34

» Réinstallation des réfugiés afghans dans l’UE : des promesses, pas d’engagements chiffrés
par bye Sam 23 Oct - 8:14

» La marchandisation généralisée des relations humaines et des corps coïncide avec l’échec de l’ambition démocratique
par gramophone Mer 20 Oct - 19:33

» À Montpellier, descente de police contre des sans-papiers venus au contre sommet France-Afrique
par bye Mar 19 Oct - 19:07

» Climat : nous l’avons fait, l’Etat n’a plus le choix !
par bye Ven 15 Oct - 12:36

» L’école des sans-école… des jeunes migrants refusés d’école
par bye Mer 13 Oct - 11:27

» La France envoie ses déchets nucléaires en Sibérie !
par bye Mar 12 Oct - 18:05

» Total Energies et Le Louvre : alliés contre le climat
par bye Mer 6 Oct - 16:55

» L’école est à la fois un lieu de formation et d’expression des bandes
par bye Mer 6 Oct - 9:19

» Analyse/déclaration sur la vente de sous-marins américains à l’Australie
par bye Sam 2 Oct - 9:32

» À celles et ceux qui ne sont pas rentré·es,
par bye Mer 29 Sep - 11:55

» « Nous n’avons pas besoin et nous ne voulons pas d’un petit chef ! »…
par bye Mar 21 Sep - 17:18

» Noël : fêtes familiales ou marché de dupe ?
par gramophone Mar 21 Sep - 15:57

» Les troubles de l’érection
par gramophone Mar 21 Sep - 14:36

» Le 28 septembre, c'est la journée internationale de droit à l'avortement !
par bye Lun 20 Sep - 19:35

» Biélorussie : les migrants victimes de l’instrumentalisation de la question migratoire
par bye Mer 15 Sep - 19:46

» Accueil des Afghans évacués de Kaboul
par bye Ven 10 Sep - 16:48

» Marseille : un discours de chef(s) !
par bye Mer 8 Sep - 11:53

» HECTAR grand projet inutile, priorité au service public !
par bye Mer 1 Sep - 19:09

» Rapport du GIEC : Jean Jouzel appelle à une réaction
par bye Mer 11 Aoû - 5:07

» J’évite de prendre l’avion
par bye Lun 12 Juil - 20:45

» Condamné à agir d’ici 9 mois, l'Etat ne réagit pas...
par bye Ven 2 Juil - 9:05

» ENFIN L'ÉGALITÉ, la PMA pour toutes adoptée !
par bye Mer 30 Juin - 12:12

» Projet de loi sur l’enfance : le choix du contrôle plutôt que de la protection pour les mineurs isolés étrangers
par bye Sam 19 Juin - 12:16

» Appel pour les libertés, contre les idées d’extrême-droite : mobilisons-nous le 12 juin !
par bye Mar 8 Juin - 11:52

» Soutien à l’enseignante empêchée de faire cours en raison de son masque
par bye Mer 2 Juin - 18:35

» La junte du Myanmar suspend plus de 1 600 enseignant·es
par bye Mar 25 Mai - 12:24

» Manifeste pour la suspension des brevets liés au Covid 19
par bye Dim 23 Mai - 16:49

» Les dépenses militaires face aux besoins humains. Les centaines de milliards de la honte
par bye Mer 19 Mai - 18:00

» Évaluer n’est pas noter
par bye Lun 17 Mai - 11:22

» Le bilan chiffré du règlement Dublin ne plaide pas pour son maintien
par bye Mer 5 Mai - 12:37

» La compensation carbone, inefficace pour réduire les émissions du secteur aérien
par bye Mar 20 Avr - 8:39

» GRANDE-BRETAGNE. "KILL THE POLICE BILL"GRANDE-BRETAGNE. "KILL THE POLICE BILL"
par bye Ven 16 Avr - 12:34

» Covid-19 : quel impact sur les procédures d’éloignement des migrants ?
par bye Ven 2 Avr - 12:45

» Médecins : stagnation des effectifs mais baisse de la densité médicale
par bye Ven 2 Avr - 12:36

» Encore une attaque des fascistes contre une librairie libertaire
par bye Lun 22 Mar - 12:40

» A partie du 17 mars, la France est à découvert climatique
par bye Mer 17 Mar - 11:49

» Non, on ne peut pas être « féministe » et agresser des survivantes de la prostitution et des féministes le 8 mars.
par bye Jeu 11 Mar - 9:39

» Les députés les Républicains font entrave au droit à l’avortement pour toutes !
par bye Jeu 18 Fév - 12:16

» Méditerrannée : reprise des sauvetages en mer pour l'Ocean Viking
par bye Jeu 4 Fév - 19:44

» Nouveau numéro du journal Casse-rôles
par bye Lun 1 Fév - 12:53

» #METOOInceste : La loi à l’agenda de l’Assemblée Nationale !
par bye Ven 22 Jan - 13:39

» Projet Hercule : EDF serait éclaté en trois entités
par bye Sam 16 Jan - 9:00

» Les enjeux de l'intégration des bénéficiaires d'une protection internationale dans l'Union européenne
par bye Lun 11 Jan - 20:50

» La méthode Montessori en question
par bye Mer 23 Déc - 13:24

» L’environnement ? une préoccupation peu partagée par les adultes
par bye Mer 16 Déc - 12:08

» Terrorisme
par bye Lun 14 Déc - 18:45

» Éducation : il faut donner priorité aux vaincus
par bye Mar 8 Déc - 11:59

» JOURNÉE MONDIALE DE L'ENFANCE
par bye Ven 4 Déc - 17:14

» 25novembre : la lutte pour l'élimination des violences masculines continue !
par bye Mer 25 Nov - 15:07

» Les mobilisations étudiantes sous la menace de lourdes peines de prison
par bye Mar 24 Nov - 10:23

» Décision historique pour la justice climatique !
par bye Jeu 19 Nov - 20:00

» Et maintenant nous sommes là...
par bye Mer 18 Nov - 13:13

» Révélation scientifique: l’amour rend aveugle !
par gramophone Sam 7 Nov - 9:55

LE SITE

Dans Les Coulisses de Demain

FORUMS & SITES AMIS

FORUM EST INSCRIT SUR

-38%
Le deal à ne pas rater :
SSD Interne – PNY – CS900 Series 1 To 2,5″ SATA III à 64,99€
64.99 € 104.99 €
Voir le deal

    réfugiés Syriens

    bye
    bye
    Administratrice


    Masculin
    Nombre de messages : 8994
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    réfugiés Syriens Empty réfugiés Syriens

    Message par bye Jeu 13 Fév - 17:46

    On compte aujourd'hui plus de 2,5 millions de réfugiés syriens. Il est donc indispensable d'organiser leur réinstallation ailleurs. Selon les pays européens, les écarts de solidarité internationale sont immenses : quand l'Allemagne promet d'en accueillir 10 000, la France s'engage à en recevoir...500.

    Cette semaine, 30 réfugiés syriens, d’abord partis en Jordanie, devaient arriver au Havre dans le cadre d'une «réinstallation». Une arrivée prévue «probablement pour le 28 janvier», selon le ministère des Affaires étrangères, «ces jours-ci» selon le ministère de l'Intérieur, peu enclin à confirmer cette information.

    Ces prochains mois, d’autres les rejoindront sur le territoire français. François Hollande s’est engagé, le 16 octobre dernier, lors d’une rencontre avec le Commissaire des Nations unies pour les réfugiés Antonio Gutteres, à ce que 500 Syriens soient ainsi réinstallés.

    La réinstallation est l'une des «solutions durables» prévues dans la convention de Genève relative au statut de réfugié. Il s’agit de transférer des réfugiés d’un pays à un autre: généralement de pays proches des zones de conflit, où les conditions de vie, souvent dans des camps, ne garantissent pas la sécurité, vers des pays plus riches, offrant un accueil de meilleure qualité.

    Alors que le nombre de réfugiés syriens ne cesse de grimper —bientôt 2,5 millions selon le Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR)—, l’immense majorité de ceux-ci (97%) s’installent au Liban, en Jordanie, en Turquie ou en Irak. Des pays qui voient pousser d’immenses camps de réfugiés. «A titre de comparaison, les 750.000 réfugiés syriens accueillis au Liban équivaudraient à une arrivée de 11 millions de personnes au Royaume-Uni», indique Philippa Candler, du bureau bruxellois du HCR.


    CRITÈRES DE VULNÉRABILITÉ

    Petit à petit, les Syriens déracinés se déplacent vers les pays occidentaux, mais dans une bien moindre mesure. Entre avril 2011 et décembre 2013, 70.786 d'entre eux ont demandé l’asile en Europe, dont 1.769 en France, la plupart choisissant de tenter leur chance en Allemagne ou en Suède. Il faut dire que le parcours pour venir demander l’asile sur le territoire de l’Union européenne est semé d’embûches: la frontière gréco-turque est particulièrement risquée pour des migrants qui risquent le refoulement, et parfois la mort.

    Si les Etats ont participé à la levée de fonds initiée par les Nations unies pour venir en aide aux victimes du conflit syrien, à hauteur de 2,4 milliards d'euros à la mi-janvier, le HCR, comme certaines associations d'aide aux réfugiés, leur demande aujourd'hui de faire un peu plus que donner des fonds. D’abord en garantissant un accès à la protection internationale, puis en réinstallant 30.000 réfugiés pour soulager —un peu— les pays limitrophes de la Syrie.

    Chaque année, des Etats proposent des «programmes de réinstallation» à quelques réfugiés triés sur le volet, d'abord par le HCR, puis sélectionnés par leurs propres autorités. La réinstallation est une pratique très répandue aux Etats-unis et au Canada, mais bien moins en Europe, à l’exception de certains pays comme la Suède.

    Souvent, les personnes réinstallées sont censées l’être sur des critères de vulnérabilité. Femmes seules avec enfants, enfants non accompagnés, personnes handicapées ou ayant subi des tortures... A chaque fois, il s'agit d'une initiative volontaire de la part des Etats. Ces réfugiés viennent en plus de ceux qui arrivent spontanément.


    «LES ETATS CHOISISSENT "LEURS" RÉFUGIÉS»

    Réinstaller des réfugiés n'est pas un acte anodin. Derrière ce geste se cachent des enjeux diplomatiques et d'intérêt national, comme le résume Francesco Maïani, professeur à l'Institut des hautes études en administration publique de Lausanne:

    «Le fait de réinstaller est en règle générale laissé à la volonté de chaque pays, qui agit en fonction de ses capacités d'accueil, bien sûr, mais aussi de ses intérêts et de sa réputation internationale. La réinstallation devrait viser en priorité les réfugiés les plus vulnérables. Or, souvent, les Etats choisissent "leurs" réfugiés selon leurs propres critères, comme les qualifications professionnelles. Par ailleurs, le fait d'accepter des réfugiés dans le cadre d'une réinstallation peut être un moyen de durcir la politique envers les réfugiés qui arrivent spontanément sans payer un prix trop fort en termes de réputation.»

    La réinstallation n'est pas exempte d'arrières-pensées. Il n'empêche, elle reste un acte de solidarité internationale.

    Et pour l'instant, les Etats européens ne sont pas franchement à la hauteur. Amnesty International s'en est d'ailleurs donné à cœur joie dans une vidéo ironique et mordante, ambiance blockbuster, intitulée «Les Apathiques».



    DEUX RÉALITÉS DIFFÉRENTES

    Mais soyons justes, tous les Etats n'ont pas été si apathiques que cela, à commencer par l'Allemagne. Le gouvernement d'Angela Merkel a promis de faire venir 10.000 réfugiés syriens. 1.000 autres devraient faire le déplacement dans le cadre de «parrainages individuels». Notons l'effort que fait la Suède, moins de 10 millions d'habitants, qui, en plus d'octroyer des titres de séjour permanents aux réfugiés syriens qui arrivent spontanément, propose 1.200 places de réinstallation.

    Plus bas dans le classement viennent des pays qui ont promis 500 réinstallations, comme l'Autriche, la Finlande ou donc la France. Notons que l'Espagne a promis 140 places, tout comme le Danemark. La Belgique en propose 75. Quant à la Hongrie, elle en fournira 10.

    Les Etats-Unis, premier pays de réinstallation au monde, pourraient réinstaller un grand nombre de réfugiés syriens vu qu'ils ne se fixent aucune limite chiffrée —en 2012, ils ont accueilli 50.097 réinstallés. La Suède, premier Etat européen, est quatrième du classement avec 2.044 personnes.

    Ces promesses de «réinstallation» regroupent deux réalités différentes: la réinstallation pure et simple et l'«admission humanitaire», beaucoup pratiquée par exemple en Allemagne. Une procédure plus rapide qu'une réinstallation, qui implique souvent des partenariats associatifs, des déplacements des autorités des pays d'accueil vers le pays de départ des réfugiés, mais aussi moins avantageuse.

    Les personnes réinstallées dans le cadre d'une admission humanitaire n'ont bien souvent qu'un titre de séjour temporaire. L'idée est bien celle d'un retour au pays d'origine en cas de fin de conflit. Mais pour Julia Zelvensak, de l'ONG ECRE, rien ne sert de finasser, «vu la situation vraiment dramatique en Syrie, peu importe la dénomination, du moment que les gens accèdent à des droits basiques et à une protection».


    «PAS UN SUJET POPULAIRE»

    Comment expliquer les différences d'engagement entre Etats? Il est clair que le HCR en attendait plus, notamment de grands pays, comme le Royaume-Uni par exemple qui, après avoir marqué son opposition à la réinstallation, a accepté de l’envisager sous la pression de la société civile.

    «La réinstallation dépend de plusieurs facteurs comme la tradition humanitaire des pays, les ressources de la société civile, la présence et la mobilisation d'une communauté issue du pays d'origine. Mais avant tout, la réinstallation dépend d'une volonté politique», détaille Aspasia Papadopoulou, elle aussi de l'ONG Ecre. Et c'est bien là que le bât blesse: «Politiquement, l'asile n'est pas un sujet populaire. Dans le contexte actuel, il n'est pas facile de dire qu'on va accueillir volontairement des gens quand le débat politique tend plutôt à un arrêt des flux migratoires.»

    Du coup, les États préfèreraient mettre la main à la pâte en envoyant des fonds là-bas pour que les réfugiés restent en Turquie, au Liban ou ailleurs, plutôt qu'en les accueillant ici. Mais aux yeux du HCR, «l'aide financière et la réinstallation ne s'excluent pas». «Les Etats utilisent l'argument des transferts de fonds comme une excuse, estime Aspasia Papadopoulou. Accueillir quelques réfugiés en plus c'est faisable, c'est possible et pas tellement difficile et cela changera la vie de ces personnes.»


    MODALITÉS DE TRANSFERT FLOUES

    En France, la réinstallation des 500 réfugiés syriens prend du temps. Les modalités du transfert restent floues. On sait qu'un préfet, Richard Didier, a été nommé pour organiser l'accueil de ces personnes; mais on ne sait pas à coup sûr si ces Syriens seront accueillis au titre de l'admission humanitaire ou de la réinstallation pure et simple. Probablement un peu des deux, glisse-t-on au ministère des Affaires étrangères, même si rien ne dit que les places ouvertes au titre de la réinstallation seront des places «supplémentaires».

    Il est en effet fort possible que certains Syriens soient transférés dans le cadre du programme annuel de réinstallation français. «Ils prendraient donc la place d'autres nationalités», regrette Jean-François Dubost, responsable du programme droit des réfugiés et des migrants chez Amnesty International.

    Quant à la sélection des réfugiés réinstallés, là aussi, c'est le flou qui domine. L'Office français de protection des réfugiés et apatrides devrait participer à des missions en Jordanie ou au Liban, mais au sein même de la direction de l'OFPRA, on concède «ne pas vraiment savoir ce qui est attendu [d'eux]», renvoyant la balle vers le ministère de l'Intérieur.



    «500 PERSONNES, CE N'EST RIEN DU TOUT»

    Quoi qu'il en soit, pour certaines associations, la promesse française est bien timorée et la mise en application est plutôt lente. Jean-François Dubost déplore une «frilosité»: «500 personnes, ce n'est rien du tout, surtout lorsqu'on pense au rôle que la France a voulu jouer en Syrie.»

    Le ministère des Affaires étrangères, lui, défend une autre perspective: «La France est un des pays qui accueille le plus de réfugiés au monde, notre politique pour obtenir le statut est relativement généreuse. Dans le cadre de la Syrie nous faisons un effort supplémentaire.»

    Amnesty International jette par ailleurs un regard critique sur l'ensemble de l'Union européenne, qui «rappelle toujours que la réinstallation relève uniquement des Etats membres. Dans le cadre de cette crise, nous attendions un signal fort des institutions, un message politique clair pour encourager à réinstaller, mais il n'y en a pas eu.»



    Slate
    Le 03 février 2014

    http://www.france-terre-asile.org/component/flexicontent/124-slider/9310-accueil-de-refugies-syriens-la-france-parmi-les-mauvais-eleves/?utm_source=Newsletter&utm_medium=e-mail&utm_campaign=Newsletter%2069
    bye
    bye
    Administratrice


    Masculin
    Nombre de messages : 8994
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    réfugiés Syriens Empty Re: réfugiés Syriens

    Message par bye Jeu 20 Mar - 19:19

    STOP aux violences en Syrie! Le peuple syrien a droit à la paix, à la liberté et à la justice!



    Il y a 3 ans jour pour jour, le peuple syrien manifestait pacifiquement pour revendiquer le droit de vivre libre et dans la dignité. Dés lors, ce même peuple, notamment les enfants, n’a cessé de vivre dans l’horreur des combats entre les différentes parties ; 3 longues années de destruction d’un peuple, d’un pays et de son patrimoine culturel, qui ont provoqué une grave crise humanitaire.
    La population est prise en étau entre la répression féroce du gouvernement et les opérations armées de milices soutenues et armées par des forces extérieures qui ont détourné les revendications légitimes du peuple syrien.

    Les résultats des négociations de la conférence de Genève 2 ont été décevants. Chaque partie restant sur ses positions, aucune décision marquante ou permettant une sortie de crise rapide et pacifique n’a été prise. Un rapport du Conseil des droits de l’Homme de l’ONU dénonce des violations des Conventions de Genève perpétrées par tous les protagonistes du conflit. Pourtant, il faut briser ce cycle infernal et exprimer notre solidarité la plus forte au peuple syrien. Il est impératif de trouver une sortie politique à ce conflit qui n’a que trop duré. Une transition démocratique décidée et mise en place par les syriens eux-mêmes doit être assurée pour garantir la paix et l’unité en Syrie.

    Tous ensemble au-delà des frontières exprimons notre solidarité et agissons pour dire Stop à la violence !

    Nous exhortons les différentes parties à déposer les armes. Le conflit en Syrie ne pourra être résolu que par la voie politique et non militaire. C’est à cet objectif que doit travailler obstinément la France.

    Le Mouvement de la Paix appelle à soutenir les initiatives de solidarité qui s’organisent en faveur de la population syrienne.

    Nous réitérons des exigences déjà exprimées en septembre :

    • La reprise de négociations, tel que demandées par l’ONU ;
    • Embargo sur les armes et contrôle des ventes d’armes effectuées ;
    • La cessation de toute ingérence étrangère tant des états que des groupes armés ;
    • La libre circulation des secours et de l’aide humanitaire au peuple syrien y compris aux réfugiés;
    • La saisine du Tribunal pénal international pour les crimes de guerre.

    http://www.mvtpaix.org/communiques/2014/Syrie-2014.php
    bye
    bye
    Administratrice


    Masculin
    Nombre de messages : 8994
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    réfugiés Syriens Empty Re: réfugiés Syriens

    Message par bye Ven 16 Mai - 12:08

    Le réseau humanitaire CARE a mis en place un projet de correspondance entre des écoliers somaliens vivant au camp de réfugiés de Dadaab, au Kenya, et des enfants syriens réfugiés en Jordanie. Venez découvrir en images ces émouvantes lettres.
    http://france-terre-asile.org/toute-lactualite-choisie/item/9482
    bye
    bye
    Administratrice


    Masculin
    Nombre de messages : 8994
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    réfugiés Syriens Empty Re: réfugiés Syriens

    Message par bye Mar 26 Aoû - 17:40

    Contraints de fuir leur pays ravagé par la guerre civile, les réfugiés syriens d'Arsaal au Liban nourrissent l'espoir de pouvoir rentrer chez eux lorsque le conflit prendra fin. À travers le pari de l'autonomie découvrez comment ces personnes luttent pour leur dignité et pour leur avenir.

    Mobil home et petits boulots, un camp de réfugiés syriens fait le pari de l'autonomie.

    Quand l'armée régulière syrienne a repris le bastion rebelle de Qousseir en juin 2013, des milliers de Syriens ont été contraints de s'installer dans des camps de fortune de l'autre côté de la frontière au Liban, où ils vivent essentiellement des aides internationales. C'est dans ce contexte qu'une ONG lance le projet "Nous rentrerons", une structure qui veut rendre aux refugiés leur autonomie en attendant de pouvoir un jour reprendre la route de la Syrie.

    Devenues la base arrière de la rébellion en 2013, les villes frontalières de Qousseir et de Yabroud ont été désertées par leurs habitants qui ont fui ont fui vers la ville libanaise d'Aarsal. Les réfugiés se sont installés dans des campements de fortune, à différents endroits de la ville et les structures humanitaires ont bien du mal à subvenir à leurs besoins. Aujourd'hui, l'ONG International Humanitarian Relief (IHR) tente les réunir dans un seul camp, composé exclusivement de mobil home.

    ÉTRE RÉFUGIÉ NE DEVRAIT PAS VOUS PRIVER DE VIVRE DIGNEMENT"
    Fares Halabi est libanais. Il est consultant en marketing et bénévole au sein de l'IHR.

    « Il y a 45 000 réfugiés syriens à Aarsal. Depuis plus d'un an, ils vivent dans des conditions insalubres. La pluie, la neige, le vent rendent les choses encore plus compliquées. Et à chaque fois, les organisations doivent leur replanter de nouvelles tentes pour leur assurer un toit décent.

    Nous avons alors pensé à leur construire quelque chose en dur. Il était évidemment hors de question de bâtir des maisons, car cela aurait signifié qu'ils allaient s'installer ici pour la vie, au grand dam des Libanais. Alors nous avons pensé aux mobil home qui ont l'avantage d'être un toit mobile. La plupart des maisons de Yabroud et de Qousseir ont été détruites lors des bombardements. Quand la guerre sera finie, les Syriens voudront rentrer chez eux, or rien ne sera prêt là-bas pour les accueillir. Ils pourront à ce moment-là attacher leurs mobil home à des voitures pour rentrer et y vivre, le temps de tout reconstruire. Ces caravanes sont donc rassurantes et pour les réfugiés et pour les locaux. C'est ce qui a également inspiré le nom du camp : "Nous rentrerons".

    Les mobil home sont composés d'une pièce, une cuisine et de toilettes. Nous sommes en discussion avec la mairie d'Aarsal pour installer un système d'évacuation des eaux usées. Chaque famille aura aussi son indépendance, il n'y aura plus d'inconnus obligés de cohabiter dans le même espace comme c'est le cas sous les tentes. L'expérience d'installer a déjà été tentée en Turquie, mais avec des sanitaires collectifs. Et ça a vraiment permis de mettre les réfugiés à l'abri des intempéries."

    NOTRE OBJECTIF EST QU'IL Y AIT AU MOINS UN SALAIRE PAR FAMILLE AFIN QU'ILS NE VIVENT PAS D'AIDES"

    « Ce sont les réfugiés eux-mêmes qui ont construit les caravanes où ils seront logés. Pour cela, ils ont été payés comme des ouvriers. Car le but de notre projet n'est pas seulement d’offrir un meilleur cadre de vie aux réfugiés, mais aussi une source de revenus, afin qu'ils ne soient plus dans l'assistance. Le camp comptera aussi une école qui sera construite par ces mêmes réfugiés, pour leurs enfants, et qui assurera un certain nombre de postes, comme celui de professeur ou de gardien.

    D'autres sources de revenus seront également assurées grâce à la culture de potagers ou aux ateliers de couture. Notre objectif est qu'il y ait au moins un salaire par famille afin qu'ils ne vivent pas d'aides.

    Des mobil home sont déjà prêts et ont commencé à accueillir des réfugiés. La totalité des 1 300 premiers seront prêts dans deux semaines et il faudra compter quelques mois pour avoir de quoi loger tout le monde.

    Ce projet demande non seulement des moyens [l'IHR est financé essentiellement par des fonds privés et des ONG européennes] mais surtout du temps. En général, les ONG travaillent dans l'urgence et essayent d'assurer le strict minimum dès l'afflux des réfugiés, comme c'est le cas à Zaatari, en Jordanie. Notre projet intervient dans un deuxième temps. Être réfugié ne devrait pas vous priver de vivre dignement. »
    Le Liban compte aujourd'hui un million de réfugiés syriens sur son sol, soit 25% de la population. Cette présence est souvent source de tensions dans un pays à l'équilibre démographique et confessionnel fragile. De 1967 à 1970, l'arrivée massive de réfugiés palestiniens au pays du Cèdre a été l'un des éléments déclencheurs de la guerre civile (1975-1990).

    Le camp en cours de construction, photos envoyées par notre Observateur.



    France 24, le 28 Juillet 2014

    http://www.france-terre-asile.org/toute-lactualite-choisie/item/9650-mobil-home-et-petits-boulots-un-camp-de-refugies-syriens-fait-le-pari-de-lautonomie

    Contenu sponsorisé


    réfugiés Syriens Empty Re: réfugiés Syriens

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Jeu 11 Aoû - 1:30