LIBRE DISCUSSION DANS LES COULISSES DE DEMAIN

Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
LIBRE DISCUSSION DANS LES COULISSES DE DEMAIN

Débattons en toute liberté, dans le respect de l’autre, sur tous les sujets qui composent notre société : politique, économie, environnement, religion, philosophie, paranormal, sciences, famille, santé, mode, sexualité, loisirs, sports, divertissements…

Derniers sujets

» AVORTEMENT AUX USA, NOUS NE VOULONS PAS PERDRE DE DROITS, NOUS VOULONS EN GAGNER !
par bye Mar 28 Juin - 12:51

» Michel Piron en garde à vue. Derrière Jacquie et Michel : un système organisé de proxénétisme et de viols.
par bye Jeu 16 Juin - 15:33

» EuroSatory : Visioconférence et Rassemblements contre le commerce des armes
par bye Lun 6 Juin - 17:32

» Entretien avec Yamina Saheb (GIEC) : “Il y a eu quelques réticences pour mettre le terme de sobriété dans le dernier rapport”.
par bye Mer 1 Juin - 8:37

» Retour sur l’accueil des déplacés d’Ukraine dans les Hautes-Alpes
par bye Mar 31 Mai - 16:17

» L’industrie pornocriminelle cible les enfants et la justice abdique !
par bye Mer 25 Mai - 16:23

» Le Royaume-Uni renforce son arsenal juridique contre les personnes en besoin de protection
par bye Jeu 19 Mai - 10:42

» Recrutement enseignant : une crise des plus inquiétantes pour l’avenir de l’école
par bye Jeu 19 Mai - 10:36

» Moi, Nestor Makhno (épisode 7) – Il y a 100 ans, l’autre guerre d’Ukraine – Feuilleton
par bye Mer 11 Mai - 11:53

» Le "Tous capables" l'Education Nouvelle Le Groupe Français d'Education Nouvelle
par bye Ven 6 Mai - 12:42

» Menaces sur le droit à l’avortement aux Etats-Unis : le collectif Avortement Europe dénonce une énième tentative de restreindre le droit des femmes à disposer de leur corps !
par bye Ven 6 Mai - 12:30

» Biélorussie : la plus grande attaque anti-syndicale du siècle en Europe
par bye Ven 29 Avr - 12:15

» Les associations dénoncent la différence de traitement envers les ressortissants non-Ukrainiens
par bye Ven 22 Avr - 6:21

» SUD éducation gagne l’indemnité REP/REP+ pour les AED !
par bye Jeu 21 Avr - 17:21

» Guerre en Ukraine : que contient la directive sur la protection temporaire de 2001 ?
par bye Dim 17 Avr - 9:50

» ACTUALITÉ SOCIÉTÉ ET POLITIQUE
par gramophone Ven 15 Avr - 8:59

» Mutations-sanctions à l'école Pasteur (93) : dans « l'intérêt du service public », nous devons faire front !
par bye Jeu 14 Avr - 8:42

» 6e rapport du GIEC : quelles solutions face au changement climatique ?
par bye Ven 8 Avr - 12:34

» Cabinets de conseil : quand le Sénat fustige le gouvernement
par bye Mer 6 Avr - 16:36

» Les fresques carabines : une institutionnalisation des violences sexistes à l’hôpital
par bye Dim 13 Mar - 12:35

» L’Ukraine au coeur… de la classe, l’école au coeur du monde
par bye Ven 4 Mar - 17:34

» 8 Mars 2022 : Grève féministe Déferlante pour l'égalité !
par bye Mar 1 Mar - 11:08

» Une guerre “culturelle”
par bye Jeu 24 Fév - 19:27

» Nouveau camp fermé de Samos : « Barbelés, clôtures, couvre-feu […] le camp ressemble à une prison. »
par bye Jeu 17 Fév - 18:07

» Exterminez toutes ces brutes
par bye Ven 4 Fév - 10:22

» Entretien avec Laurence Scialom : « Ne pas mettre la lutte contre la dégradation de notre biosphère au cœur de la gouvernance européenne serait une erreur historique »
par bye Mer 26 Jan - 15:55

» Osez le féminisme ! fait 200 signalements de vidéos illégales sur des sites pornographiquesOsez le féminisme ! fait 200 signalements de vidéos illégales sur des sites pornographiques
par bye Lun 24 Jan - 11:46

» La mécanique des inégalités : un entretien avec les sociologues Alain Bihr et Roland PfefferkornLa mécanique des inégalités : un entretien avec les sociologues Alain Bihr et Roland Pfefferkorn
par bye Sam 22 Jan - 10:48

» Répression pour un poème au Lycée Marcelin Berthelot de Pantin.
par bye Mer 12 Jan - 20:42

» CP/ Présidence française de l'Union européenne : Une alternative pour une politique d'asile européenne réellement solidaire est possible
par bye Ven 24 Déc - 9:47

» Les fresques carabines reconnues contraires à la dignité des femmes !
par bye Mar 21 Déc - 17:56

» Frontière biélorusse : quel impact des propositions de la Commission visant à déroger au droit d’asile européen ?
par bye Ven 17 Déc - 8:59

» contre le système pornocriminel
par bye Mer 15 Déc - 18:39

» S’émanciper dès la maternelle par le travail et la coopération
par bye Mer 15 Déc - 11:40

» La coopérative pédagogique : Paroles de filles
par bye Ven 3 Déc - 10:32

» La maltraitance des migrants n’est pas une fatalité »
par bye Mar 30 Nov - 18:47

» Lutter contre la violence… pour de vrai
par bye Jeu 25 Nov - 13:13

» République blindée, Projet Local d’Évaluation, chefs dans les écoles… Fin de règne rue de Grenelle
par bye Mer 17 Nov - 13:02

» Campagne d’Eric Zemmour : un masculiniste revendiqué prétendant à l’Elysée ?
par bye Jeu 11 Nov - 12:07

» Affaire Jacquie et Michel : 4 “acteurs” mis en examen pour viol, la fin de l’impunité !
par bye Mar 2 Nov - 18:34

» Réinstallation des réfugiés afghans dans l’UE : des promesses, pas d’engagements chiffrés
par bye Sam 23 Oct - 8:14

» La marchandisation généralisée des relations humaines et des corps coïncide avec l’échec de l’ambition démocratique
par gramophone Mer 20 Oct - 19:33

» À Montpellier, descente de police contre des sans-papiers venus au contre sommet France-Afrique
par bye Mar 19 Oct - 19:07

» Climat : nous l’avons fait, l’Etat n’a plus le choix !
par bye Ven 15 Oct - 12:36

» L’école des sans-école… des jeunes migrants refusés d’école
par bye Mer 13 Oct - 11:27

» La France envoie ses déchets nucléaires en Sibérie !
par bye Mar 12 Oct - 18:05

» Total Energies et Le Louvre : alliés contre le climat
par bye Mer 6 Oct - 16:55

» L’école est à la fois un lieu de formation et d’expression des bandes
par bye Mer 6 Oct - 9:19

» Analyse/déclaration sur la vente de sous-marins américains à l’Australie
par bye Sam 2 Oct - 9:32

» À celles et ceux qui ne sont pas rentré·es,
par bye Mer 29 Sep - 11:55

» « Nous n’avons pas besoin et nous ne voulons pas d’un petit chef ! »…
par bye Mar 21 Sep - 17:18

» Noël : fêtes familiales ou marché de dupe ?
par gramophone Mar 21 Sep - 15:57

» Les troubles de l’érection
par gramophone Mar 21 Sep - 14:36

» Le 28 septembre, c'est la journée internationale de droit à l'avortement !
par bye Lun 20 Sep - 19:35

» Biélorussie : les migrants victimes de l’instrumentalisation de la question migratoire
par bye Mer 15 Sep - 19:46

» Accueil des Afghans évacués de Kaboul
par bye Ven 10 Sep - 16:48

» Marseille : un discours de chef(s) !
par bye Mer 8 Sep - 11:53

» HECTAR grand projet inutile, priorité au service public !
par bye Mer 1 Sep - 19:09

» Rapport du GIEC : Jean Jouzel appelle à une réaction
par bye Mer 11 Aoû - 5:07

» J’évite de prendre l’avion
par bye Lun 12 Juil - 20:45

» Condamné à agir d’ici 9 mois, l'Etat ne réagit pas...
par bye Ven 2 Juil - 9:05

» ENFIN L'ÉGALITÉ, la PMA pour toutes adoptée !
par bye Mer 30 Juin - 12:12

» Projet de loi sur l’enfance : le choix du contrôle plutôt que de la protection pour les mineurs isolés étrangers
par bye Sam 19 Juin - 12:16

» Appel pour les libertés, contre les idées d’extrême-droite : mobilisons-nous le 12 juin !
par bye Mar 8 Juin - 11:52

» Soutien à l’enseignante empêchée de faire cours en raison de son masque
par bye Mer 2 Juin - 18:35

» La junte du Myanmar suspend plus de 1 600 enseignant·es
par bye Mar 25 Mai - 12:24

» Manifeste pour la suspension des brevets liés au Covid 19
par bye Dim 23 Mai - 16:49

» Les dépenses militaires face aux besoins humains. Les centaines de milliards de la honte
par bye Mer 19 Mai - 18:00

» Évaluer n’est pas noter
par bye Lun 17 Mai - 11:22

» Le bilan chiffré du règlement Dublin ne plaide pas pour son maintien
par bye Mer 5 Mai - 12:37

» La compensation carbone, inefficace pour réduire les émissions du secteur aérien
par bye Mar 20 Avr - 8:39

» GRANDE-BRETAGNE. "KILL THE POLICE BILL"GRANDE-BRETAGNE. "KILL THE POLICE BILL"
par bye Ven 16 Avr - 12:34

» Covid-19 : quel impact sur les procédures d’éloignement des migrants ?
par bye Ven 2 Avr - 12:45

» Médecins : stagnation des effectifs mais baisse de la densité médicale
par bye Ven 2 Avr - 12:36

» Encore une attaque des fascistes contre une librairie libertaire
par bye Lun 22 Mar - 12:40

» A partie du 17 mars, la France est à découvert climatique
par bye Mer 17 Mar - 11:49

» Non, on ne peut pas être « féministe » et agresser des survivantes de la prostitution et des féministes le 8 mars.
par bye Jeu 11 Mar - 9:39

» Les députés les Républicains font entrave au droit à l’avortement pour toutes !
par bye Jeu 18 Fév - 12:16

» Méditerrannée : reprise des sauvetages en mer pour l'Ocean Viking
par bye Jeu 4 Fév - 19:44

» Nouveau numéro du journal Casse-rôles
par bye Lun 1 Fév - 12:53

» #METOOInceste : La loi à l’agenda de l’Assemblée Nationale !
par bye Ven 22 Jan - 13:39

» Projet Hercule : EDF serait éclaté en trois entités
par bye Sam 16 Jan - 9:00

» Les enjeux de l'intégration des bénéficiaires d'une protection internationale dans l'Union européenne
par bye Lun 11 Jan - 20:50

» La méthode Montessori en question
par bye Mer 23 Déc - 13:24

» L’environnement ? une préoccupation peu partagée par les adultes
par bye Mer 16 Déc - 12:08

» Terrorisme
par bye Lun 14 Déc - 18:45

» Éducation : il faut donner priorité aux vaincus
par bye Mar 8 Déc - 11:59

» JOURNÉE MONDIALE DE L'ENFANCE
par bye Ven 4 Déc - 17:14

» 25novembre : la lutte pour l'élimination des violences masculines continue !
par bye Mer 25 Nov - 15:07

» Les mobilisations étudiantes sous la menace de lourdes peines de prison
par bye Mar 24 Nov - 10:23

» Décision historique pour la justice climatique !
par bye Jeu 19 Nov - 20:00

» Et maintenant nous sommes là...
par bye Mer 18 Nov - 13:13

» Révélation scientifique: l’amour rend aveugle !
par gramophone Sam 7 Nov - 9:55

» La puissance de la solidarité syndicale internationale
par bye Ven 6 Nov - 11:53

LE SITE

Dans Les Coulisses de Demain

FORUMS & SITES AMIS

FORUM EST INSCRIT SUR

Le Deal du moment : -30%
-30% Lego Classic – La valisette de construction ...
Voir le deal
10.49 €

    Brésil " A mort le foot "

    bye
    bye
    Administratrice


    Masculin
    Nombre de messages : 8993
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Brésil " A mort le foot " Empty Brésil " A mort le foot "

    Message par bye Sam 14 Juin - 12:51

    Il est peu probable que les Brésiliens obéissent à l’impudente consigne que leur a lancé, le 26 avril dernier, le joueur jadis talentueux devenu président contesté [1] de l’Union européenne des associations de football (UEFA), Michel Platini : « Faites un effort ! – leur a-t-il dit – Arrêtez la contestation sociale ! Calmez-vous pendant un mois [2] ! »

    Le Mondial du foot démarre en effet à Sao Paulo le 12 juin et s’achève le 13 juillet à Rio de Janeiro. Et ce qui devait être une fête est devenu une sorte de cauchemar. Aussi bien pour les instances internationales de ce sport que pour gouvernement de Dilma Rousseff. Le refus de la compétition, exprimé par une partie de la population, n’a pas cessé depuis que tout a commencé, en juin 2013, à l’occasion de la Coupe des Confédérations. La plupart des Brésiliens affirment maintenant regretter que leur pays organise la Coupe du monde. Ils pensent que cela leur apportera plus d’inconvénients que d’avantages [3]. Tous se demandent si la contestation sociale s’amplifiera pendant la durée du Mondial.

    Pourquoi cette attitude si hostile à l’égard de la grande fête du football dans un pays où ce sport est roi ? Depuis un an, sociologues et politologues se posent cette question et tentent d’y répondre en partant d’un constat : au cours des onze dernières années – depuis que le Parti des travailleurs (PT) gouverne – le niveau de vie des Brésiliens a progressé de manière remarquable. Les augmentations successives du salaire minimum ont eu pour effet d’élever considérablement le pouvoir d’achat des plus humbles. Grâce à des programmes comme « Bolsa familia » (Panier familial), « Fame zero » (Faim zéro) ou « Brasil sim miseria » (Un Brésil sans misère), les plus pauvres ont vu leur vie s’améliorer. Vingt millions de personnes sont sorties de la pauvreté. Les classes moyennes ont également vu leur sort progresser ; elles ont désormais accès à des cartes de crédit, des assurances santé, des appartements confortables, des voitures privées, des vacances... Même si le Brésil reste un pays de très fortes inégalités où les conditions matérielles de vie sont loin d’être dignes pour tous.

    Ne disposant pas de majorité politique – ni à la Chambre des députés, ni au Sénat –, le PT n’a pu disposer que d’une marge de manoeuvre réduite. Pour parvenir à faire voter les lois qui ont permis les progrès cités ci-dessus, le PT – Lula en premier lieu – ont été contraints de s’allier à d’autres partis conservateurs et affairistes [4]. Ce qui a faussé le jeu démocratique et créé une sorte de paralysie politique dans la mesure où le PT a dû freiner toute contestation sociale.

    Les citoyens mécontents se sont mis à questionner le fonctionnement de la démocratie brésilienne. Surtout quand les politiques sociales ont commencé à montrer leurs limites. Car simultanément se produisait une « crise de maturité » de la société. En quittant la pauvreté, beaucoup de Brésiliens sont passés d’une exigence quantitative (plus d’emplois, plus d’écoles, plus d’hôpitaux) à une exigence qualitative (meilleurs emplois, meilleures écoles, meilleurs hôpitaux).



    Au cours des révoltes de 2013, on a pu constater que les contestataires étaient souvent des jeunes des classes modestes ayant le plus bénéficié des programmes sociaux mis en oeuvre par les gouvernements de Lula et de Dilma. Ces jeunes – étudiants du soir, apprentis, animateurs culturels, techniciens débutants – se comptent par millions. Ils sont mal payés, mais ils ont désormais accès à Internet et possèdent un bon niveau de connexion qui leur permet de connaître les nouvelles formes mondiales de la contestation. Dans ce nouveau Brésil, ils ne veulent pas « rater le coche » et désirent que « l’ascenseur social » leur permette de s’élever le plus possible [5]. Leurs ambitions dépassent maintenant les limites de ce qui fut longtemps leur conditionnement social. Ils ont cru au discours libérateur du PT. Mais ils découvrent que la société brésilienne n’est pas prête à changer et qu’elle ne les accepte que très difficilement. D’où leur frustration et leur mécontentement.

    Comme une sorte de révélateur, le Mondial a cristallisé ce courroux. Evidemment, même si certains crient « A mort le foot ! », la contestation ne vise pas le football, mais tous les abus que l’organisation du Mondial a favorisés. Les investissements ont été estimés à quelque 50 milliards d’euros [6]. Et les gens pensent qu’avec ce colossal budget, les autorités auraient pu construire plus d’écoles, plus de logements et plus d’hôpitaux pour le peuple.

    Comme le football est l’univers symbolique auquel le plus grand nombre de Brésiliens s’identifient, il est normal qu’ils s’en soient servis pour attirer l’attention du gouvernement et du monde. Afin de clamer ce qui ne marche pas. Et pour dénoncer tous les détournements scandaleux de l’argent public. Le coût de la construction des stades [7], par exemple, a été trois fois supérieur au budget prévu. Les travaux ont été financés avec de l’argent public via la Banque nationale de développement économique et social (BNDES). Celle-ci a confié la construction des stades et les gigantesques travaux d’infrastructures à des firmes privées. Lesquelles auraient cyniquement programmé le retard des dates de livraison. Sachant qu’ainsi, en raison des pressions qu’exercerait la Fédération internationale de football association (FIFA), elles recevraient des primes complémentaires pour achever les travaux à temps.

    Les contestataires dénoncent également l’expulsion, dans certaines des villes sièges de la compétition, de milliers de familles dont les favelas ont été détruites pour libérer les terrains pour les stades, les autoroutes ou les aéroports indispensables au Mondial. D’autres protestent contre la marchandisation du football que la FIFA encourage. Une poignée de joueurs talentueux étant présentée par les grands médias dominants comme des « modèles de réussite » pour la jeunesse et des « idoles » pour la population. Ils gagnent des millions d’euros. Et leur « succès » établit la fausse illusion d’une ascension sociale généralisée via le foot.

    On reproche également à la FIFA d’avoir imposé au gouvernement brésilien des conditions draconiennes pour protéger les privilèges des marques commerciales qui parrainent le Mondial (Coca Cola, McDonald’s, Budweiser, etc.). Et qui interdisent, par exemple, la vente ambulante de boissons, nourriture ou gadgets sportifs aux alentours des stades.

    Plusieurs mouvements contestataires ont pour consigne : « Copa sem Povo. Tô na Rua de Novo. » ([Contre] une Coupe sans le peuple. Je descends dans la rue de nouveau). Ils expriment cinq revendications (pour les cinq Mondiaux remportés par le Brésil) : logement, santé, transport public, éducation et justice (fin de la violence d’Etat dans les favelas et démilitarisation de la police militaire). Ils en ajoutent une sixième (parce qu’ils espèrent, malgré tout, que le Brésil gagnera son sixième Mondial) : que les autorités autorisent permettent la présence des vendeurs ambulants dans les environs des stades.

    Les mouvements sociaux (dont le puissant « Mouvement des travailleurs sans abri ») qui ont pris la tête de la contestation se divisent en deux groupes différents. Une fraction radicale - ayant pour mot d’ordre « Sans droits, pas de Mondial » - est alliée objectivement aux secteurs les plus violents, y compris les « Black Blocks » et leurs pratiques de destructions extrêmes. L’autre tendance, organisée en Comités populaires de la Coupe (CPC), dénonce le « Mondial de la FIFA », mais refuse les actions violentes.

    Même si elle se poursuit, la contestation de ces dernières semaines n’a plus la virulence de celle de juin de l’an dernier. Les groupes radicaux ont contribué à fragmenter la révolte. Il n’y a pas de direction unique du mouvement. Résultat : selon une enquête récente, les deux tiers des Brésiliens sont contre les manifestations pendant le mois du Mondial. Et surtout, ils désapprouvent les formes violentes de la protestation [8].

    Quel sera le coût politique de tout cela pour le gouvernement de Dilma Rousseff ? Les révoltes de l’an dernier ont représenté un coup très dur pour la présidente. En trois semaines, elle avait perdu un quart de sa popularité. Ensuite, elle a essayé de se ressaisir. En déclarant qu’elle écoutait la « voix de la rue ». Elle a proposé une courageuse réforme politique au Congrès. Cette réponse énergique lui a permis de reprendre une partie de la popularité perdue. Mais le prochain défi se jouera dans les urnes. Le premier tour de l’élection présidentielle a lieu le 5 octobre prochain.

    Dilma semble bien placée pour être réélue pour un second mandat. Mais elle doit affronter une opposition regroupée au sein de deux fronts : le centriste Parti de la social démocratie brésilienne (PSDB), dont le candidat est Aecio Neves. Et le pôle du social-démocrate Parti socialiste brésilien (PSB), constitué par l’alliance d’Eduardo Campos (ex-ministre des sciences et technologies de Lula) et la militante écologiste Marina Silva (ex-ministre de l’environnement de Lula). Ce scrutin sera décisif, non seulement pour le géant brésilien mais – étant donné le poids spécifique de celui-ci – pour l’ensemble de l’Amérique latine. C’est pourquoi ce qui va se passer ce mois-ci au Brésil, au cours du Mondial, sera déterminant.

    http://www.medelu.org/Bresil-A-mort-le-foot

      La date/heure actuelle est Sam 2 Juil - 23:04