LIBRE DISCUSSION DANS LES COULISSES DE DEMAIN

Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
LIBRE DISCUSSION DANS LES COULISSES DE DEMAIN

Débattons en toute liberté, dans le respect de l’autre, sur tous les sujets qui composent notre société : politique, économie, environnement, religion, philosophie, paranormal, sciences, famille, santé, mode, sexualité, loisirs, sports, divertissements…

Derniers sujets

» AVORTEMENT AUX USA, NOUS NE VOULONS PAS PERDRE DE DROITS, NOUS VOULONS EN GAGNER !
par bye Mar 28 Juin - 12:51

» Michel Piron en garde à vue. Derrière Jacquie et Michel : un système organisé de proxénétisme et de viols.
par bye Jeu 16 Juin - 15:33

» EuroSatory : Visioconférence et Rassemblements contre le commerce des armes
par bye Lun 6 Juin - 17:32

» Entretien avec Yamina Saheb (GIEC) : “Il y a eu quelques réticences pour mettre le terme de sobriété dans le dernier rapport”.
par bye Mer 1 Juin - 8:37

» Retour sur l’accueil des déplacés d’Ukraine dans les Hautes-Alpes
par bye Mar 31 Mai - 16:17

» L’industrie pornocriminelle cible les enfants et la justice abdique !
par bye Mer 25 Mai - 16:23

» Le Royaume-Uni renforce son arsenal juridique contre les personnes en besoin de protection
par bye Jeu 19 Mai - 10:42

» Recrutement enseignant : une crise des plus inquiétantes pour l’avenir de l’école
par bye Jeu 19 Mai - 10:36

» Moi, Nestor Makhno (épisode 7) – Il y a 100 ans, l’autre guerre d’Ukraine – Feuilleton
par bye Mer 11 Mai - 11:53

» Le "Tous capables" l'Education Nouvelle Le Groupe Français d'Education Nouvelle
par bye Ven 6 Mai - 12:42

» Menaces sur le droit à l’avortement aux Etats-Unis : le collectif Avortement Europe dénonce une énième tentative de restreindre le droit des femmes à disposer de leur corps !
par bye Ven 6 Mai - 12:30

» Biélorussie : la plus grande attaque anti-syndicale du siècle en Europe
par bye Ven 29 Avr - 12:15

» Les associations dénoncent la différence de traitement envers les ressortissants non-Ukrainiens
par bye Ven 22 Avr - 6:21

» SUD éducation gagne l’indemnité REP/REP+ pour les AED !
par bye Jeu 21 Avr - 17:21

» Guerre en Ukraine : que contient la directive sur la protection temporaire de 2001 ?
par bye Dim 17 Avr - 9:50

» ACTUALITÉ SOCIÉTÉ ET POLITIQUE
par gramophone Ven 15 Avr - 8:59

» Mutations-sanctions à l'école Pasteur (93) : dans « l'intérêt du service public », nous devons faire front !
par bye Jeu 14 Avr - 8:42

» 6e rapport du GIEC : quelles solutions face au changement climatique ?
par bye Ven 8 Avr - 12:34

» Cabinets de conseil : quand le Sénat fustige le gouvernement
par bye Mer 6 Avr - 16:36

» Les fresques carabines : une institutionnalisation des violences sexistes à l’hôpital
par bye Dim 13 Mar - 12:35

» L’Ukraine au coeur… de la classe, l’école au coeur du monde
par bye Ven 4 Mar - 17:34

» 8 Mars 2022 : Grève féministe Déferlante pour l'égalité !
par bye Mar 1 Mar - 11:08

» Une guerre “culturelle”
par bye Jeu 24 Fév - 19:27

» Nouveau camp fermé de Samos : « Barbelés, clôtures, couvre-feu […] le camp ressemble à une prison. »
par bye Jeu 17 Fév - 18:07

» Exterminez toutes ces brutes
par bye Ven 4 Fév - 10:22

» Entretien avec Laurence Scialom : « Ne pas mettre la lutte contre la dégradation de notre biosphère au cœur de la gouvernance européenne serait une erreur historique »
par bye Mer 26 Jan - 15:55

» Osez le féminisme ! fait 200 signalements de vidéos illégales sur des sites pornographiquesOsez le féminisme ! fait 200 signalements de vidéos illégales sur des sites pornographiques
par bye Lun 24 Jan - 11:46

» La mécanique des inégalités : un entretien avec les sociologues Alain Bihr et Roland PfefferkornLa mécanique des inégalités : un entretien avec les sociologues Alain Bihr et Roland Pfefferkorn
par bye Sam 22 Jan - 10:48

» Répression pour un poème au Lycée Marcelin Berthelot de Pantin.
par bye Mer 12 Jan - 20:42

» CP/ Présidence française de l'Union européenne : Une alternative pour une politique d'asile européenne réellement solidaire est possible
par bye Ven 24 Déc - 9:47

» Les fresques carabines reconnues contraires à la dignité des femmes !
par bye Mar 21 Déc - 17:56

» Frontière biélorusse : quel impact des propositions de la Commission visant à déroger au droit d’asile européen ?
par bye Ven 17 Déc - 8:59

» contre le système pornocriminel
par bye Mer 15 Déc - 18:39

» S’émanciper dès la maternelle par le travail et la coopération
par bye Mer 15 Déc - 11:40

» La coopérative pédagogique : Paroles de filles
par bye Ven 3 Déc - 10:32

» La maltraitance des migrants n’est pas une fatalité »
par bye Mar 30 Nov - 18:47

» Lutter contre la violence… pour de vrai
par bye Jeu 25 Nov - 13:13

» République blindée, Projet Local d’Évaluation, chefs dans les écoles… Fin de règne rue de Grenelle
par bye Mer 17 Nov - 13:02

» Campagne d’Eric Zemmour : un masculiniste revendiqué prétendant à l’Elysée ?
par bye Jeu 11 Nov - 12:07

» Affaire Jacquie et Michel : 4 “acteurs” mis en examen pour viol, la fin de l’impunité !
par bye Mar 2 Nov - 18:34

» Réinstallation des réfugiés afghans dans l’UE : des promesses, pas d’engagements chiffrés
par bye Sam 23 Oct - 8:14

» La marchandisation généralisée des relations humaines et des corps coïncide avec l’échec de l’ambition démocratique
par gramophone Mer 20 Oct - 19:33

» À Montpellier, descente de police contre des sans-papiers venus au contre sommet France-Afrique
par bye Mar 19 Oct - 19:07

» Climat : nous l’avons fait, l’Etat n’a plus le choix !
par bye Ven 15 Oct - 12:36

» L’école des sans-école… des jeunes migrants refusés d’école
par bye Mer 13 Oct - 11:27

» La France envoie ses déchets nucléaires en Sibérie !
par bye Mar 12 Oct - 18:05

» Total Energies et Le Louvre : alliés contre le climat
par bye Mer 6 Oct - 16:55

» L’école est à la fois un lieu de formation et d’expression des bandes
par bye Mer 6 Oct - 9:19

» Analyse/déclaration sur la vente de sous-marins américains à l’Australie
par bye Sam 2 Oct - 9:32

» À celles et ceux qui ne sont pas rentré·es,
par bye Mer 29 Sep - 11:55

» « Nous n’avons pas besoin et nous ne voulons pas d’un petit chef ! »…
par bye Mar 21 Sep - 17:18

» Noël : fêtes familiales ou marché de dupe ?
par gramophone Mar 21 Sep - 15:57

» Les troubles de l’érection
par gramophone Mar 21 Sep - 14:36

» Le 28 septembre, c'est la journée internationale de droit à l'avortement !
par bye Lun 20 Sep - 19:35

» Biélorussie : les migrants victimes de l’instrumentalisation de la question migratoire
par bye Mer 15 Sep - 19:46

» Accueil des Afghans évacués de Kaboul
par bye Ven 10 Sep - 16:48

» Marseille : un discours de chef(s) !
par bye Mer 8 Sep - 11:53

» HECTAR grand projet inutile, priorité au service public !
par bye Mer 1 Sep - 19:09

» Rapport du GIEC : Jean Jouzel appelle à une réaction
par bye Mer 11 Aoû - 5:07

» J’évite de prendre l’avion
par bye Lun 12 Juil - 20:45

» Condamné à agir d’ici 9 mois, l'Etat ne réagit pas...
par bye Ven 2 Juil - 9:05

» ENFIN L'ÉGALITÉ, la PMA pour toutes adoptée !
par bye Mer 30 Juin - 12:12

» Projet de loi sur l’enfance : le choix du contrôle plutôt que de la protection pour les mineurs isolés étrangers
par bye Sam 19 Juin - 12:16

» Appel pour les libertés, contre les idées d’extrême-droite : mobilisons-nous le 12 juin !
par bye Mar 8 Juin - 11:52

» Soutien à l’enseignante empêchée de faire cours en raison de son masque
par bye Mer 2 Juin - 18:35

» La junte du Myanmar suspend plus de 1 600 enseignant·es
par bye Mar 25 Mai - 12:24

» Manifeste pour la suspension des brevets liés au Covid 19
par bye Dim 23 Mai - 16:49

» Les dépenses militaires face aux besoins humains. Les centaines de milliards de la honte
par bye Mer 19 Mai - 18:00

» Évaluer n’est pas noter
par bye Lun 17 Mai - 11:22

» Le bilan chiffré du règlement Dublin ne plaide pas pour son maintien
par bye Mer 5 Mai - 12:37

» La compensation carbone, inefficace pour réduire les émissions du secteur aérien
par bye Mar 20 Avr - 8:39

» GRANDE-BRETAGNE. "KILL THE POLICE BILL"GRANDE-BRETAGNE. "KILL THE POLICE BILL"
par bye Ven 16 Avr - 12:34

» Covid-19 : quel impact sur les procédures d’éloignement des migrants ?
par bye Ven 2 Avr - 12:45

» Médecins : stagnation des effectifs mais baisse de la densité médicale
par bye Ven 2 Avr - 12:36

» Encore une attaque des fascistes contre une librairie libertaire
par bye Lun 22 Mar - 12:40

» A partie du 17 mars, la France est à découvert climatique
par bye Mer 17 Mar - 11:49

» Non, on ne peut pas être « féministe » et agresser des survivantes de la prostitution et des féministes le 8 mars.
par bye Jeu 11 Mar - 9:39

» Les députés les Républicains font entrave au droit à l’avortement pour toutes !
par bye Jeu 18 Fév - 12:16

» Méditerrannée : reprise des sauvetages en mer pour l'Ocean Viking
par bye Jeu 4 Fév - 19:44

» Nouveau numéro du journal Casse-rôles
par bye Lun 1 Fév - 12:53

» #METOOInceste : La loi à l’agenda de l’Assemblée Nationale !
par bye Ven 22 Jan - 13:39

» Projet Hercule : EDF serait éclaté en trois entités
par bye Sam 16 Jan - 9:00

» Les enjeux de l'intégration des bénéficiaires d'une protection internationale dans l'Union européenne
par bye Lun 11 Jan - 20:50

» La méthode Montessori en question
par bye Mer 23 Déc - 13:24

» L’environnement ? une préoccupation peu partagée par les adultes
par bye Mer 16 Déc - 12:08

» Terrorisme
par bye Lun 14 Déc - 18:45

» Éducation : il faut donner priorité aux vaincus
par bye Mar 8 Déc - 11:59

» JOURNÉE MONDIALE DE L'ENFANCE
par bye Ven 4 Déc - 17:14

» 25novembre : la lutte pour l'élimination des violences masculines continue !
par bye Mer 25 Nov - 15:07

» Les mobilisations étudiantes sous la menace de lourdes peines de prison
par bye Mar 24 Nov - 10:23

» Décision historique pour la justice climatique !
par bye Jeu 19 Nov - 20:00

» Et maintenant nous sommes là...
par bye Mer 18 Nov - 13:13

» Révélation scientifique: l’amour rend aveugle !
par gramophone Sam 7 Nov - 9:55

» La puissance de la solidarité syndicale internationale
par bye Ven 6 Nov - 11:53

LE SITE

Dans Les Coulisses de Demain

FORUMS & SITES AMIS

FORUM EST INSCRIT SUR

-30%
Le deal à ne pas rater :
Ecran PC Gamer Incurvé – VIEWSONIC VX3218 – 32″ FHD
189 € 269 €
Voir le deal

4 participants

    Où en sont aujourd'hui les espèces les plus menacées ?

    avatar
    admin
    Administratrice


    Féminin
    Nombre de messages : 2788
    Date d'inscription : 23/11/2007

    Où en sont aujourd'hui les espèces les plus menacées ? Empty Où en sont aujourd'hui les espèces les plus menacées ?

    Message par admin Ven 29 Fév - 22:24

    Le tigre du Bengale, la baleine bleue, le gorille, le panda… Ils sont depuis bien longtemps déjà les symboles d'une biodiversité en péril. Entre menaces et programmes de protection, leur pérennité n'est toujours pas assurée. Pourquoi ?
    avatar
    admin
    Administratrice


    Féminin
    Nombre de messages : 2788
    Date d'inscription : 23/11/2007

    Où en sont aujourd'hui les espèces les plus menacées ? Empty Le tigre du Bengale

    Message par admin Ven 29 Fév - 22:32

    Où en sont aujourd'hui les espèces les plus menacées ? Tigre210
    Menacé ? A quel point ?
    A l'état sauvage, on estime que la population de tigres du Bengale est inférieure à 2 500 individus. Etant donné que dans cette population, on recense tous les tigres du Bengale présents sur Terre et en liberté, il faut compter les individus qui ne sont plus ou qui ne sont pas encore en âge de procréer, prendre en compte le nombre d'animaux susceptibles de mourir soit de maladie, d'accident, chassés ou braconnés. Il faut ensuite relater le nombre de mâles et de femelles présents sur un territoire et estimer les liens de consanguinité qui favorisent les naissances à problèmes ou les fausses couches.

    De plus, en ce qui concerne le tigre du Bengale, l'IUCN et ses partenaires, les scientifiques de terrain chargé du recensement, ont constaté un déclin continu et prévu du fait qu'aucune sous-population n'est estimée à plus de 250 individus matures. Autrement dit, seuls de petits groupes demeurent sur des espaces donnés et restreint ce qui ne favorisera pas le brassage génétique et ne favorisera pas non plus la pérennisation de l'espèce.

    Comprendre les menaces
    Le tigre est un animal solitaire. Chaque mâle possède un territoire d'une surface moyenne de 60 km² et n'accepte pas les intrus, a fortiori si ce sont d'autres mâles. Prédateur redoutable, il chasse surtout la nuit. Fort et agile, il n'est cependant pas suffisamment rapide pour rattraper n'importe quelle proie. Il privilégie donc la surprise. Carnivore, il lui faut 10 kg de viande par jour ce qui implique par conséquent un bon territoire de chasse.

    Avec l'explosion démographique en Asie, son habitat naturel se réduit davantage chaque année. La pollution des rivières, la fragmentation des zones de peuplement et la chasse au trophées sont toutes autant de raisons qui font qu'aujourd'hui, les jours du tigre sont comptés.

    Le tigre fait partie de la grande famille des félidés. Il existe 5 sous-espèces, dont la plupart sont menacées de disparition, comme le tigre de Sumatra ou le tigre de Sibérie, le plus grand félin au monde.

    Où vit-il ?
    En Asie, dans les forêts, les prairies et les marécages de l'Inde, du Népal, du Bengladesh, du Myanmar et du Bhoutan, dans le sud de la Chine.

    Combien en reste-il aujourd'hui ?
    Entre 3000 et 4500 individus subsistent. Le tigre blanc, qui appartient à la même sous-espèce, aurait disparu à l'état sauvage. Le tigre de Java a disparu dans les années 1980.

    Des vertus médicales réputées exceptionnelles
    Leur fourrure a une très grande valeur marchande en Asie et certains organes sont réputés pour leurs vertus curatives miraculeuses, comme les os et les dents, le sang et les yeux. Le déboisement massif est l'autre cause de leur progressive disparition, ainsi que la disparition de leurs proies.

    A savoir
    Dans le sanctuaire de Sundarbans, une région du delta du Gange, constituée de petites îles et de marécages. Les tigres sont y maîtres de leur territoire. C'est le seul lieu connu aujourd'hui où le tigre s'attaque à l'homme de façon instinctive.

    • Nom scientifique : Panthera tigris tigris
    • Taille : 3 m
    • Poids : 230 kg
    • Alimentation : cerfs, sangliers, éléphanteaux, singes, oiseaux, poissons, reptiles
    • Espérance de vie : 15 ans dans la nature, 25 ans en captivité
    avatar
    admin
    Administratrice


    Féminin
    Nombre de messages : 2788
    Date d'inscription : 23/11/2007

    Où en sont aujourd'hui les espèces les plus menacées ? Empty Le panda géant

    Message par admin Ven 29 Fév - 22:36

    Où en sont aujourd'hui les espèces les plus menacées ? Panda210
    Menacé ? A quel point ?
    Le grand panda est une espèce "en danger d'extinction" selon l'IUCN. Au-delà, on retrouve les espèces en état critique d'extinction, les espèces qu'on considère comme éteinte car aucun spécimen n'a été aperçu ces dernières années et les espèces confirmées comme éteintes. L'habitat du panda est retreint, c'est-à-dire que la zone du globe où on le retrouve est inférieure à 5 000 km². De plus, depuis 1965, les scientifiques ont constaté un déclin continu dans le nombre d'individus.

    A l'état sauvage, le grand panda vit entre le centre et le sud de la Chine sur 5 chaînes de montagnes isolées les unes des autres. Ces zones occupent une surface globale d'environ 30 000 km².

    Comprendre les menaces
    Les pandas vivent dans les montagnes à des altitudes comprises entre 1200 et 4 000 m même s'il est plus courant de les rencontrer entre 1500 et 3 000 m. Tout dépend également de la densité en bambou, dont ils se nourrissent pratiquement exclusivement.

    Au XXe siècle, le développement des cultures intensives a contribué à la diminution des surfaces habitables pour le panda. Pire, l'agriculture a isolé les pandas dans leur chaîne de montagne ne permettant aucune migration entre les groupes isolés puisque entre deux forêts de bambous, seules des cultures existaient en plaine.

    A ces problèmes se sont ajoutés des épidémies sur certaines pousses de bambous. Avant l'industrialisation des techniques agraires, les pandas étaient capables de migrer et de se rabattre sur d'autres espèces de bambous ou de végétaux. L'isolement ne permettant plus cette migration, la famine a décimé certains groupes, notamment dans les années 1980.

    S'il a été largement braconné au début du XXe siècle pour sa peau et sa fourrure extraordinaires, de mesures drastiques ont été prises pour punir le braconnage. Certaines peines pouvant même aller jusqu'à la mort. De larges programmes de réhabilitation et de reproduction sont en cours.

    Personne ne sait encore avec certitude quel animal est le panda géant. Les scientifiques débattent toujours de sa parenté entre l'ours et le raton laveur. Il est aussi l'emblème des animaux menacés.

    Où vit-il ?
    Dans les forêts humides et froides qui couvrent les versants des montagnes du Tibet et du sud-ouest de la Chine, dans les montagnes situées au Sichuan, au Gansu et au Shaanxi, à plus de 2000 mètres d'altitude.

    Combien en reste-il aujourd'hui ?
    Environ 1750 pandas subsistent, principalement au Tibet, dans les monts Qinling au Shaanxi, les monts Minshan, Qionglai et Liangshan au Sichuan, et dans la partie sud du Gansu.

    Les forêts de bambous, condition de sa survie
    La déforestation et l'exploitation massive du bambou, source principale de son alimentation, sont directement à l'origine de sa disparition. Le bambou ne fleurit qu'une fois tous les 10 ans. Après sa floraison, la pousse de bambou meurt immédiatement. Dans la réserve de Wanglang, sur une population estimée à 196 en 1969, 20 pandas ont survécu, d'après un recensement en 1980. Le panda est aussi très recherché pour sa fourrure, et un marché de peaux important subsiste au Japon. Le faible taux de reproduction en captivité rend toute tentative de réintroduction en milieu naturel difficile.

    A savoir
    Déclaré trésor national par le gouvernement chinois en 1949, il a été choisi en 1961, en sa qualité d'animal le plus rare au monde, comme emblème par la célèbre ONG de protection de la nature : World Wild Foudation (WWF).

    • Nom scientifique : Ailuropoda melanoleuca
    • Taille : 1,50 m
    • Poids : 160 kg
    • Alimentation : feuilles, fruits, pousses de bambou, jusqu'à 30 kg/jour ; petits rongeurs
    • Espérance de vie : 20 ans
    avatar
    admin
    Administratrice


    Féminin
    Nombre de messages : 2788
    Date d'inscription : 23/11/2007

    Où en sont aujourd'hui les espèces les plus menacées ? Empty La baleine bleue

    Message par admin Ven 29 Fév - 22:41

    Où en sont aujourd'hui les espèces les plus menacées ? Balein10Menacé ? A quel point ?
    Espèce "en danger", la baleine bleue est un animal dont la réduction de la population a été spectaculaire au cours du XXe siècle. En effet, l'IUCN a enregistré une réduction des effectifs de près de 70 % en 10 ans ou sur trois générations. De plus, l'organisation a estimé que les causes de cette réduction sont clairement réversibles.

    Comprendre les menaces
    Ces 10 dernières années, on a constaté une augmentation partielle des populations dans l'hémisphère nord suite à la chasse massive organisée autour des cétacés à partir des années 1950. Néanmoins, cette situation est loin d'être assimilable à toutes les populations de baleines bleues. Entre 1904 et 1967, date à laquelle elles furent déclarées comme appartenant à une espèce protégée, 350 000 animaux furent chassés dans l'hémisphère sud. Des milliers d'autres furent tués dans les années 1960 par les baleiniers soviétiques.

    Espèce "en danger" depuis 1996, date à laquelle une baisse de plus de 50 % de la population mondiale fut enregistrée sur une période d'à peine 25 ans, la baleine n'est malheureusement pas encore tirée d'affaire. Même si les populations augmentent, on reparle de "chasse à la baleine". De plus, la plus grande menace qui pèse sur les cétacés amateurs de krill est la disparition progressive de la nourriture suite aux effets du réchauffement climatique. La population actuelle est estimée à environ 2 000 individus.
    avatar
    admin
    Administratrice


    Féminin
    Nombre de messages : 2788
    Date d'inscription : 23/11/2007

    Où en sont aujourd'hui les espèces les plus menacées ? Empty Les grands singes

    Message par admin Ven 29 Fév - 22:47

    Où en sont aujourd'hui les espèces les plus menacées ? Gorill11
    Le gorille : menacé ? A quel point ?
    Le gorille, et particulièrement le gorille de l'Ouest africain, est une espèce en "danger critique d'extinction". En conséquence, il est confronté à un risque extrêmement élevé d'extinction à l'état sauvage. En effet, en l'espace de 10 ans, les scientifiques ont constaté une réduction de près de 80 % de la population globale. De plus, cette réduction n'a malheureusement pas pu être maîtrisée et encore moins renversée. Victimes non seulement d'un braconnage incessant, les gorilles voient aussi leur habitat naturel réduit peu à peu par les cultures et les guerres et sont également victimes d'empoisonnement suite à la pollution des rivières.

    Comprendre les menaces
    Braconnage et empoisonnements sont monnaies courantes même dans les endroits protégés de la République Démocratique du Congo et au Cameroun où on retrouve les gorilles. A ces problèmes s'ajoutent les épidémies liées au virus ébola dont les gorilles souffrent largement et qui déciment davantage encore les populations. Ensuite, le taux de reproduction des gorilles est relativement faible, la mortalité infantile est élevée et le sevrage prend du temps. En d'autres termes, un arrêt du braconnage et un recul des épidémies permettraient un renouvellement tardif des populations de gorilles.
    Où en sont aujourd'hui les espèces les plus menacées ? Orang-10L'orang-outan : menacé ? A quel point ?
    L'orang-outang de Sumatra est une espèce menacée de façon critique. L'IUCN a constaté une réduction de plus de 80 % de la population totale sur seulement trois générations. Les causes de cette réduction n'ont pu être arrêtées : une exploitation à la fois de l'espèce par le braconnage et de son habitat par la déforestation. L'orang-outan de Bornéo est une espèce "en danger". La réduction de population constatée atteint elle près de 50 %. La population actuelle estimée est de 12 000 environ à Bornéo et de 5 000 à Sumatra.

    Comprendre les menaces
    Bornéo comme Sumatra sont touchées de plein fouet par la déforestation. La sylviculture est en plein essor afin de produire des biocarburants à moindre frais à partir de l'huile palme. La déforestation entraîne l'exode des grands singes et réduit considérablement leur habitat. L'activité étant illégale dans la plupart des cas, elle touche également les territoires protégés. On estime que 80 % de l'habitat a été déboisé en 20 ans. A cette menace indirecte d'ajoute le braconnage. Le marché de la viande de singe et celui des animaux exotiques est encore lucratif. Enfin, les incendies, volontaires dans bien des cas, ravagent l'habitat et sont responsables de mort par asphyxie de nombreux animaux.
    Où en sont aujourd'hui les espèces les plus menacées ? Gorill10Le gorille des montagnes est la sous-espèce de gorille la plus rare. Le gorille des plaines orientales et le gorille des plaines occidentales constituent les deux autres sous-espèces. C'est le plus grand des primates.

    Où vit-il ?
    Il vit dans la forêt tropicale humide qui couvre les monts Virunga à la frontière de l'Ouganda et du Rwanda, les pentes des montagnes boisées de l'Est du Zaïre. On peut l'observer au parc national des Virunga et dans la forêt de Bwindi.

    Combien en reste-il aujourd'hui ? Combien en reste-il aujourd'hui ?
    Il ne reste que 110 000 gorilles, répartis dans le Gabon et ses alentours, dont seulement 700 gorilles des montagnes.

    De multiples dangers
    La déforestation et le braconnage sont les principales causes de sa disparition progressive, y compris dans les réserves protégées. Les conséquences des guerres au Rwanda ont été aussi très graves pour cette espèce. De plus, les mineurs exploitent le coltan, un minerai utilisé pour les puces des téléphones mobiles, dans des territoires où se concentrent certaines espèces. Popularisé par l'œuvre de Diane Fossey, le gorille des montagnes reste l'espèce de gorille la plus menacée au monde.

    A savoir
    Au cours des deux dernières années, l'Agence spatiale européenne (ESA) et l'Organisation des Nations Unies pour l'Éducation, la Science et la Culture (UNESCO) ont utilisé des satellites dans leur combat contre le braconnage, afin de réaliser des cartes des zones inaccessibles protégées, où la nourriture serait suffisante.

    • Nom scientifique : Gorilla gorilla beringei
    • Taille : 2 m
    • Poids : 200 kg
    • Alimentation : fruits, feuilles, écorces, pousses de bambou, céleri, insectes
    • Espérance de vie : 30 ans, jusqu'à 50 ans en captivité
    avatar
    admin
    Administratrice


    Féminin
    Nombre de messages : 2788
    Date d'inscription : 23/11/2007

    Où en sont aujourd'hui les espèces les plus menacées ? Empty Le rhinocéros noir

    Message par admin Ven 29 Fév - 22:52

    Où en sont aujourd'hui les espèces les plus menacées ? Rhino10Menacé ? A quel point ?
    "Espèce en menace critique d'extinction". Le rhinocéros noir a été et est toujours, lui aussi, victime du braconnage. Sur près de 20 ans, la population a dramatiquement chuté de près de 80 %. Autrefois présent sur toute la savane africaine, on le retrouve aujourd'hui principalement en Afrique du Sud, en Namibie, au Zimbabwe et au Kenya. En 1970, la population était estimée à près de 70 000 individus pour n'en compter approximativement que 3 000 à 2 000.

    Comprendre les menaces
    N'ayant pas de prédateur naturel, c'est avant tout les vertus attribuées à leurs cornes qui ont décimé les rhinocéros noir. Des effets aphrodisiaques d'après la médecine chinoise et un matériau de luxe très prisé au Yémen, les prix pour une corne de rhinocéros s'envolent et les braconniers n'hésitent pas à tuer des animaux malgré les peines sévères encourues.

    Pour parvenir à enrayer ce fléau qu'est le braconnage, les gardes de certains parcs ont entrepris d'endormir les animaux pour leur couper eux-mêmes les cornes mais de façon beaucoup moins barbare puisque la corne, comme l'ongle, n'est pas innervée. Néanmoins, certains braconniers ayant pisté un animal écorné l'abattent quand même afin de ne pas suivre sa trace de nouveau.

    En 2007, la population de rhinocéros noirs a légèrement augmenté mais tout reste à faire pour rendre à l'animal le territoire et la place qu'il occupait autrefois dans la savane. En effet, au début du XXe siècle, on comptait plus de rhinocéros noirs que de rhinocéros blancs.
    avatar
    admin
    Administratrice


    Féminin
    Nombre de messages : 2788
    Date d'inscription : 23/11/2007

    Où en sont aujourd'hui les espèces les plus menacées ? Empty La tortue Luth

    Message par admin Ven 29 Fév - 22:55

    Où en sont aujourd'hui les espèces les plus menacées ? Tortue10Menacée ? A quel point ?
    La tortue luth est une des nombreuses tortues menacées d'extinction de façon critique. Citons entre autres la tortue imbriquée et la tortue de Kemp. Pesant jusqu'à 500 kg pour près de 1,80 m de long, la tortue luth possède une épaisse cuirasse qui lui sert de carapace.

    Selon l'IUCN, estime qu'entre 1982 et 1996, plus de 90 % de la population de tortues luth a disparu dans la l'Océan Pacifique. Etant donné la longévité de ces animaux, cette perte est évaluée sur une seule génération ce qui est particulièrement préoccupant pour le renouvellement de l'espèce que les scientifiques tentent d'estimer aujourd'hui. Le recensement se fait principalement lors des périodes de ponte, sur les plages.

    Dans l'Atlantique, c'est la Guyane qui demeure la région privilégiée des tortues même si le nombre d'individus reste incertain. Pour le reste des Caraïbes, les populations semblent croître même si ces groupes sont largement moins importants que ceux du Pacifique.

    Comprendre les menaces
    La pollution des océans, le braconnage et les filets de pêche sont les menaces les plus importantes à peser sur la tortue luth. Elle confond les sacs en plastique avec les méduses ce qui provoque une occlusion intestinale. Ou bien, elle est prise dans un filet de pêche et meurt noyée. Néanmoins, l'urbanisation des plages où elle niche demeure également un problème de taille. Même si la tortue luth est extrêmement protégée, les menaces indirectes sont dévastatrices. De plus, la mortalité des juvéniles une fois les œufs éclos est élevée. Naturellement, du fait des prédateurs comme les oiseaux ou les mammifères, une grande proportion n'atteint pas l'océan.
    avatar
    admin
    Administratrice


    Féminin
    Nombre de messages : 2788
    Date d'inscription : 23/11/2007

    Où en sont aujourd'hui les espèces les plus menacées ? Empty L'éléphant d'Asie

    Message par admin Ven 29 Fév - 23:00

    Où en sont aujourd'hui les espèces les plus menacées ? Elepha10Menacé ? A quel point ?
    Doublement menacés, les éléphants d'Asie vivant à l'état sauvage souffrent de la réduction de leur habitat naturel d'une part et d'un "niveau d'exploitation réel" de l'espèce. De ce fait, une réduction de plus de 70 % de la population des éléphants d'Asie a été constatée sur moins de trois générations ou en moins de 10 ans.

    Ainsi, l'espèce est en réel danger d'extinction. Birmanie, Thaïlande, Sumatra, Bornéo, le troupeau mené par la matriarche est sans cesse en quête de nourriture. Exclusivement végétariens, les pachydermes ont besoin d'énormément d'espace et de 100 à 200 kg d'herbe, de plantes, de racines ou de fruits par jour et par animal. Aussi sont-ils les premières victimes de la déforestation.

    Comprendre les menaces
    Utilisé comme animal de trait ou pour le transport de marchandises ou de personnes depuis près de 5 000 ans, de très nombreux éléphants d'Asie sont domestiqués. Même si le commerce d'ivoire est illégal, l'éléphant d'Asie souffre de la domestication dont les animaux sauvages sont encore victimes. De plus, des maîtres peu scrupuleux n'hésitent pas bien souvent à maltraiter les animaux et à les faire travailler jusqu'à épuisement. Même s'il est plus petit que son cousin africain, l'éléphant d'Asie est un mastodonte qui a besoin d'espace. Parcourant inlassablement les forêts d'Inde, du Sri Lanka et du Sud-est asiatique, son territoire n'est plus assez grand pour subvenir à ses besoins vitaux. Il s'attaque aux cultures et cohabitant par conséquent difficilement avec les populations locales.

    On estime aujourd'hui le nombre d'éléphant d'Asie à moins de 20 000. L'explosion démographique des régions dans lesquelles il vit est de très mauvaise augure pour la survie de l'espèce. De plus, le braconnage sévit et les pachydermes sont tués pour leur viande, les mâles le sont aussi pour leurs défenses. Au Sri Lanka, l'orphelinat pour les bébés éléphants tente par la communication internationale de faire basculer le sort de ces animaux en amenant leur cause au devant de la scène internationale et en faisant de cette espèce une richesse touristique du pays et une source de revenus et donc d'emplois.
    L'éléphant d'Asie, de la famille des pachydermes (animaux à peau épaisse) est plus petit que son cousin d'Afrique, et son dos est rond. Les éléphants d'Asie sont domestiqués depuis près de 5000 ans.

    Où vit-il ?
    Il vit dans une vaste région de l'Asie méridionale habitant les forêts et les plaines herbeuses de la Chine, de l'Inde, du Sri Lanka, de la Birmanie, de la Thaïlande, de la Malaisie de Sumatra et du Nord de Bornéo, du Laos, Cambodge, Népal, Bangladesh et Vietnam.

    Combien en reste-il aujourd'hui ?
    Il en reste environ 50 000. Plus de la moitié a été exterminée en un siècle.

    Un état sauvage compromis
    La déforestation et la fragmentation de l'habitat, le braconnage, la capture pour les zoos sont responsables de cette diminution. En Thaïlande, par exemple, les forêts naturelles n'occupent plus que 15 % du pays contre 90 % au début du XXème siècle. En Asie, les éléphants sont également utilisés somme bêtes de somme, et donc domestiqués dès leur plus jeune âge. Même s'ils sont parfois relâchés, ils sont dans ces conditions incapables de se défendre. Le trafic d'ivoire perdure, et le Japon est d'ailleurs montré du doigt car il en est grand consommateur.

    A savoir
    Les éléphants meurent souvent de faim à 50 ou 60 ans : leurs dents sont usées et ils ne peuvent plus avaler que des plantes des marais.

    • Nom scientifique : Elephas Maximus
    • Taille : 3 m
    • Poids : 3 tonnes
    • Alimentation : feuillages, racines, herbes
    • Espérance de vie : 50 ans
    avatar
    admin
    Administratrice


    Féminin
    Nombre de messages : 2788
    Date d'inscription : 23/11/2007

    Où en sont aujourd'hui les espèces les plus menacées ? Empty Le corail

    Message par admin Ven 29 Fév - 23:08

    Où en sont aujourd'hui les espèces les plus menacées ? Corail10
    Menacé ? A quel point ?
    De nombreuses espèces de corail existent et l'IUCN fait donc la distinction entre ces espèces pour les classer. La situation n'en est pas moins dramatique à l'échelle de toutes les espèces qui, quelle que soit la région du globe souffrent malheureusement des mêmes maux.

    Menacé d'extinction de façon critique, les récifs coralliens meurent peu à peu, on parle de blanchissement du corail. L'IUCN considère qu'au XXe siècle, sur une période inférieure à 10 ans, plus de 80 % des récifs ont été touchés de façon dramatique sans possibilité d'inverser la tendance.

    Comprendre les menaces
    Le blanchissement des coraux a été constaté dans la plupart des récifs du monde et notamment en Martinique ou 40 % du corail aurait blanchit ces dernières années et pire, en mer de Java ou 80 % du corail aurait disparu dans les années 1980. Les causes seraient multiples. Les pollutions directes et indirectes, le réchauffement climatique et la montée du niveau des océans seraient les principaux responsables. Le tourisme accru, l'exploitation du corail pour la fabrication de souvenirs vendus aux touristes…

    Dans les années à venir, le réchauffement climatique pourrait voir les températures moyennes augmenter de 2°C. Si cette hausse ne paraît dramatique pour l'être humain, elle placerait la température de l'eau des récifs bien au-delà de la capacité d'adaptation du corail mettant sa survie en péril ainsi que celle de toutes les espèces qui en dépendent.
    avatar
    admin
    Administratrice


    Féminin
    Nombre de messages : 2788
    Date d'inscription : 23/11/2007

    Où en sont aujourd'hui les espèces les plus menacées ? Empty Le lynx pardelle

    Message par admin Ven 29 Fév - 23:11

    Où en sont aujourd'hui les espèces les plus menacées ? Lynx-210Menacé ? A quel point ?
    Observés en groupes de moins de 50 individus matures seulement dans son habitat naturel, la péninsule ibérique, l'IUCN estime la population mondiale de ce lynx à moins de 250 individus. Ce qui fait donc du félin une espèce menacée d'extinction de façon critique.

    Au début des années 1990, le nombre d'individus recensés ne s'élevait pas au-dessus de 1 200. 20 ans plus tard, on en compte moins de 250 et le lynx pardelle pourrait bien devenir la première espèce de félin vivant à l'état sauvage éteinte en l'espace de 2 000 ans.

    Comprendre les menaces
    Le lynx de pardelle ressemble beaucoup à son cousin le lynx d'Eurasie même si son pelage est plus tacheté et qu'il est plus petit. Il vit dans les zones boisées, les zones de montagne reculées et la brousse du sud-ouest espagnol et au Portugal. Quelques individus pourraient également vivre dans les Pyrénées.

    Son régime alimentaire est carnivore et il chasse surtout le lapin, des canards, des perdrix et de jeunes mouflons. La réduction de son habitat est la menace principale qui pèse sur le lynx avec pour conséquence la diminution de ses zones de chasse et du nombre de proies présentes sur ce territoire.
    avatar
    admin
    Administratrice


    Féminin
    Nombre de messages : 2788
    Date d'inscription : 23/11/2007

    Où en sont aujourd'hui les espèces les plus menacées ? Empty L'ara bleu

    Message par admin Ven 29 Fév - 23:14

    Où en sont aujourd'hui les espèces les plus menacées ? Hyacin10Menacé ? A quel point ?
    Défini comme Ara Bleu en Français pour l'IUCN, on retrouve sous cette appellation deux oiseaux différents : l'ara glauque, en voie critique d'extinction, et l'ara hyacinthe, espèce en danger.

    La population de l'ara glauque est estimée à 50 individus environ dans le monde ;l'observation étant très difficile compte tenu des larges régions qui forment son habitat. Ce magnifique oiseau a été victime de la chasse et très largement piégé pour être vendu comme animal tropical. Désormais, les rapports locaux d'observation sont positifs mais sans études approfondies et étant donné le nombre restreint d'individus recensés, l'espèce est considérée comme largement menéacée.

    Victimes de l'exploitation de son habitat naturel mais aussi de l'espèce à proprement parler, l'IUCN le ara hyacinthe comme en danger d'extinction ayant constaté une perte de plus de 50 % des effectifs sur une période donnée de près de trois générations d'oiseaux ou de moins de 10 ans.

    Comprendre les menaces
    Ces espèces sont originaires de la forêt amazonienne : Paraguay, Bolivie, Brésil, Argentine, elles sont victimes de la déforestation massive et de la destruction de leur habitat ainsi que de toutes les nuisances liées à l'activités humaines. De plus, piégés et exportés massivement pour être vendus comme oiseaux d'ornement du fait de leur taille massive, près de 70 cm, et surtout de leur couleurs chatoyantes, le braconnage a réduit le nombre d'oiseaux vivant à l'état sauvage de 100 000 à 2 000 environ en quelques décennies.
    avatar
    admin
    Administratrice


    Féminin
    Nombre de messages : 2788
    Date d'inscription : 23/11/2007

    Où en sont aujourd'hui les espèces les plus menacées ? Empty Un bilan qui ne cesse de s'alourdir

    Message par admin Ven 29 Fév - 23:15

    Ces 10 espèces sont sévèrement menacées d'extinction, elles sont néanmoins loin d'être les seules. Sur les 41 415 espèces que compte la liste rouge 2007 de l'Union Internationale de la Conservation de la Nature, 16 306 sont menacées d'extinction. De plus, ces chiffres sont en constante évolution : le bilan ne cesse de s'alourdir.

    La vie animale a toujours été rythmée par l'adaptation, l'apparition ou la disparition d'espèces.

    Malheureusement, l'évolution naturelle du monde n'est pas le principal responsable des disparitions annoncées. L'activité humaine, l'explosion démographique, la déforestation, l'urbanisation, la pollution, le réchauffement climatique sont bien des aspects de l'influence que le genre humain a sur les habitats de ces animaux.

    La France, par exemple, est un des 10 pays les plus concernés par les disparitions d'espèces car elle abrite dans ses départements et ses territoires d'Outre-Mer des espèces endémiques uniques au monde. Préserver cette biodiversité est une force à l'échelle mondiale d'un point de vue scientifique. C'est pourquoi de nombreux programmes sont développés.

    La tortue luth, le gorille, le rhinocéros, l'ara et la baleine sont les figures de proue de catastrophes annoncées. Si l'homme est responsable d'une bonne partie des problèmes, il a l'initiative de toutes les solutions mises en place.
    Rabasse du sud
    Rabasse du sud


    Nombre de messages : 2398
    Localisation : la provence
    Emploi/loisirs : chercheur
    Date d'inscription : 26/11/2007

    Où en sont aujourd'hui les espèces les plus menacées ? Empty Re: Où en sont aujourd'hui les espèces les plus menacées ?

    Message par Rabasse du sud Ven 29 Fév - 23:47

    Liste des espèces menacées : de nombreuses oubliées

    Source : CIRS
    La liste des espèces végétales et animales en danger d'extinction serait beaucoup plus longue que ce qu'elle est, suggère une nouvelle étude.

    En effet, l'extinction d'un oiseau, d'un mammifère ou d'une plante, ne signifie pas la disparition d'une seule espèce, indique le Dr Heather Proctor, du département des Sciences Biologiques de l'Université d'Alberta (Canada), mais aussi celle des espèces qui en dépendent.

    Les chercheurs ont commencé par établir une liste de 12.200 plantes et animaux couramment considérés comme menacés. Ils ont étudié les insectes, mites, champignons et autres organismes adaptés aux hôtes menacés. L'étude a consisté à calculer, dans le cas où un hôte s'éteignait, combien d'autres espèces disparaîtraient avec lui, en sachant qu'un organisme peut dépendre de plusieurs espèces pour sa survie. Ceci a demandé de calculer le degré de dépendance par rapport à une espèce. Les chercheurs ont mis en évidence le fait qu'au moins 200 espèces affiliées avaient déjà disparu en raison du phénomène de co-extinction et que plus de 6.300 pourraient être classifiées comme «co-menacées».

    Cette étude suggère la nécessité d'un effort accru afin de préserver les espèces dont de nombreuses autres dépendent, déclare la Dr Proctor. La perte d'espèces, à travers le phénomène de co-extinction, représente la perte d'une histoire co-évolutionnaire irremplaçable.


    cet article date de 2004, si on considère (et c'est réel) "l'exponnentialité" de ce problème que l'homme a mis en place, aujourd'hui les chiffres sont du double et les conséquences aussi, la biodiversité des écosystèmes s'érode d'une manière désastreuse et irréversible à cette heure!
    ecotone
    ecotone
    Administratrice


    Nombre de messages : 1036
    Date d'inscription : 26/11/2007

    Où en sont aujourd'hui les espèces les plus menacées ? Empty Plus du quart de la faune mondiale a disparu en 35 ans

    Message par ecotone Lun 19 Mai - 20:43


    Plus du quart de la faune mondiale a disparu en 35 ans

    16.05.08


    Plus du quart de la faune mondiale a disparu depuis les années 70, a révélé une
    étude publiée vendredi par la Société zoologique de Londres en collaboration
    avec le Fonds mondial pour la nature (WWF).

    Cette étude a observé l'évolution de quelque 1.400 espèces de poissons,
    amphibiens, reptiles, oiseaux ou mammifères pour conclure à un déclin de 27% de
    la faune entre 1970 et 2005.

    La faune terrestre a reculé de 25%. La population animale en eau de mer a chuté
    de 28% et celle en eau douce de 29%, selon ce rapport.

    L'être humain contribue à la disparition d'environ 1% des espèces animales
    chaque année, selon le rapport, qui souligne qu'un des "grands épisodes
    d'extinction" de l'histoire est en cours.

    La pollution, l'agriculture, l'expansion urbaine, le recours excessif à la pêche
    et la chasse, sont les raisons citées pour expliquer cette tendance.

    "La réduction de la biodiversité signifie que des millions de personnes font
    face à un avenir où les réserves en nourriture seront plus vulnérables aux
    insectes et maladies, et où l'eau sera disponible en quantité faible et
    irrégulière", a déploré James Leape, le directeur général du WWF.

    "Personne ne peut échapper à l'impact de la réduction de la biodiversité sur nos
    vies parce que cela se traduit très clairement par moins de nouveaux
    médicaments, une plus grande vulnérabilité aux désastres naturels et des effets
    accrus sur le réchauffement climatique", a-t-il ajouté.

    Ce déclin intervient à une époque où les êtres humains consomment chaque jour
    plus de ressources naturelles, et où ils utilisent 25% de plus que ce que la
    nature peut remplacer, selon l'étude.

    Ce rapport précède la convention de l'ONU sur la biodiversité qui se tiendra la
    semaine prochaine à Bonn (Allemagne).

    http://www.lemonde.fr/web/depeches/0,14-0,39-35482976@7-50,0.html
    bye
    bye
    Administratrice


    Masculin
    Nombre de messages : 8993
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Où en sont aujourd'hui les espèces les plus menacées ? Empty Re: Où en sont aujourd'hui les espèces les plus menacées ?

    Message par bye Mar 3 Juin - 6:49

    Conférence sur la biodiversité : plus de 16000 espèces menacées d'extinction

    "La protection de la biodiversité est devenue une question de survie pour
    l'humanité, et plus récemment pour des millions de personnes sur cette planète".

    Le constat du ministre allemand de l'environnement Sigmar Gabriel est sans
    appel. Plus largement depuis deux semaines les experts réunis à Bonn sous
    l'égide de l'O.N.U tirent la sonnette d'alarme sur l'avenir de la biodiversité.

    L'accroissement exponentiel de la population, la pollution, et par conséquent
    les changements climatiques mettent en péril la survie des espèces.

    En première ligne : les singes (le gorille ou l'orang-outan), les antilopes, les
    requins, les raies et le thon rouge en Méditerranée, les coraux ou encore les
    ours polaires.

    La menace est de taille : en guise d'épée de Damoclès : une vague d'extinction
    comparable à celle des dinosaures il y a 65 millions d'années.
    D'un bout à l'autre de la chaîne alimentaire, plus de 16300 espèces pourraient
    ainsi disparaître :

    soit 1 mammifère sur 4, un oiseau sur 8, un tiers des amphibiens, 70% des
    plantes, et un poisson sur 3 dans les fleuves et les rivières d'Europe.

    Un taux d'extinction qui s'accélère, il est 100 à 1000 fois plus élevé que le
    taux naturel et bien sûr cela a un coût: 6% du PNB mondial soit 2000 milliards
    d'euros chaque année.

    La charge est particulièrement lourde pour les pays pauvres. Leurs forêts et
    leurs éco-sytèmes sont pillés par les nations industrielles, qui ne leur
    reversent aucun bénéfice. De la "biopiraterie" selon eux.

    La forêt tropicale amazonienne, poumon de la planète est particulièrement
    menacée. Berceau de 80% de la biodiversité du monde, elle est amputée chaque
    année d'une superficie équivalente à trois fois la Suisse.

    La déforestation qui accroît l'effet de serre et les plaines inondables, ou
    l'altération des récifs, contribuent à transformer des événements climatiques
    extrêmes en catastrophes naturelles de grande ampleur.

    Autre conséquence, l'appauvrissement de la diversité biologique pourrait
    engendrer un appauvrissement des récoltes : la crise des prix des produits
    alimentaires en est le premier révélateur. Si le processus continue, il sera
    difficile de nourrir près de 9 milliards de personnes en 2050.

    Enfin l'extinction des espèces entraînera aussi à terme celle de métiers. La
    surexploitation de la ressource en mer menace la survie des pêcheurs. L'Union
    Européenne fixe des quotas de pêche chaque année pour permettre aux espèces de
    se renouveller. Mais la logique économique l'emporte bien souvent sur les
    alertes scientifiques.
    Publicité

    http://www.euronews.net/index.php?page=info&article=490346&lng=2
    bye
    bye
    Administratrice


    Masculin
    Nombre de messages : 8993
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Où en sont aujourd'hui les espèces les plus menacées ? Empty Re: Où en sont aujourd'hui les espèces les plus menacées ?

    Message par bye Mer 4 Mar - 4:25

    Chasse baleinière : l'Islande s'entête
    L'islande décide d'augmenter radicalement le quota de
    chasse baleinière commercialehttp://blog.greenpeace.fr/oceans/chasse-baleiniere-l%E2%80%99islande-s%E2%80%99entete-et-la-pression-diplomatique-s%E2%80%99intensifie
    bye
    bye
    Administratrice


    Masculin
    Nombre de messages : 8993
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Où en sont aujourd'hui les espèces les plus menacées ? Empty Re: Où en sont aujourd'hui les espèces les plus menacées ?

    Message par bye Mar 5 Mai - 15:03

    De l'ormeau à la baleine: des espèces aquatiques au Canada risquent de disparaître






    La baleine boréale en voie de rétablissement dans l'Arctique
    canadien


    OTTAWA, le 4 mai /CNW Telbec/ - Selon ce qu'affirme le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC), qui s'est réuni à St. Andrews, au Nouveau-Brunswick, du 25 avril au 1er mai 2009, pour évaluer le risque de disparition de 27 espèces sauvages canadiennes, la baleine boréale est en voie de rétablissement dans l'Arctique canadien. La baleine boréale, très profondément ancrée dans la culture inuite, est le seul cétacé à fanons à demeurer toute l'année dans les eaux canadiennes du Haut-Arctique. La chasse
    commerciale à la baleine, qui remonte aux années 1500, avait gravement décimé les populations de baleines boréales bien avant que l'espèce bénéficie d'une protection dans les années 1930. Les connaissances traditionnelles autochtones et la recherche scientifique ont fourni des indications soulignant le fait que
    la taille des populations de baleines boréales a augmenté de façon constante au cours des dernières décennies. Par conséquent, la baleine boréale de l'est de l'Arctique a été reclassée dans une catégorie de moindre risque, passant de la catégorie "espèce menacée" à "espèce préoccupante", soit la même catégorie que
    celle de l'espèce de l'ouest de l'Arctique. Bien que l'abondance accrue soit encourageante, l'espèce est tout de même confrontée à un avenir incertain en raison des changements climatiques rapides observés dans l'Arctique.


    Un moratoire, trop peu pour freiner le déclin des populations de deux autres espèces marines

    La plie canadienne, un poisson semblable à la plie rouge et au flétan de l'Atlantique, a subi des déclins de plus de 90 p. 100 dans certaines aires longeant la côte est du Canada. A une certaine époque, la plie des Grands Bancs de Terre-Neuve faisait l'objet de la pêche au poisson plat la plus importante au monde. La surpêche a mené à l'imposition, en 1994, d'un moratoire visant la récolte dirigée de la population de Terre-Neuve, alors que la pêche est toujours permise dans le golfe du Saint-Laurent et le plateau néo-écossais. Ces populations ont été désignées "menacées". Les menaces continues incluent la mortalité due à la pêche, causée par les prises accessoires et les prises sous-déclarées.

    La situation est encore plus navrante pour un grand mollusque marin de la côte du Pacifique. L'ormeau nordique, prisé pour sa chair succulente, est la seule espèce d'ormeau qui se trouve au Canada. Les effectifs de cette espèce continuent de connaître un déclin malgré un moratoire imposé pour une durée de 20 ans sur toute récolte. Le braconnage, pratiqué à grande échelle, est sans
    contredit la plus grande menace qui pèse sur l'ormeau. L'espèce a été reclassée dans une catégorie de risque supérieure, passant de la catégorie "menacée" à "en voie de disparition", ce qui traduit un risque accru de disparition depuis sa dernière évaluation, en 2000.

    Une espèce des milieux humides en eaux troubles
    Un quart des terres humides de la planète se trouvent au Canada. Elles représentent des écosystèmes d'une extrême importance qui procurent des habitats clés à une diversité d'espèces végétales et animales, dont des oiseaux migrateurs. Ces écosystèmes agissent, en quelque sorte, comme les reins de la nature, puisqu'ils
    filtrent les toxines et les débris de l'eau qui se déverse ensuite dans les cours d'eau majeurs. Dans certaines régions, les terres humides disparaissent rapidement, dont une perte supérieure à 60 p. 100 dans le sud de l'Ontario et au Manitoba, en raison de l'agriculture et de l'urbanisation. A ce jour, le tiers de toutes les espèces sauvages évaluées en péril par le COSEPAC vivent dans les terres humides ou à proximité de celles-ci.

    En Amérique du Nord, plus de 90 p. 100 des aires de reproduction du Grèbe esclavon sont situées dans les terres humides canadiennes. La diminution de l'abondance de cette espèce dans l'ouest du Québec a justifié le statut "espèce préoccupante". La population distincte des îles de la Madeleine, au Québec,
    comptant moins de 50 reproducteurs, fait face à un risque de disparition plus élevé, ce qui lui a valu un statut "en voie de disparition".

    Les marais salés littoraux offrent des conditions uniques pour des espèces nécessitant un habitat particulier, tel le satyre fauve des
    Maritimes.

    A l'échelle de la planète, ce papillon se trouve seulement au Canada, où il habite dans quelques marais du nord du Nouveau-Brunswick et en Gaspésie. En raison de sa distribution extrêmement limitée et de sa vulnérabilité à la perte de son habitat, ce papillon a été désigné "en voie de disparition".
    La grenouille léopard, autrefois omniprésente et commune dans les terres humides dans presque tout le Canada, a connu d'importants déclins. En Colombie-Britannique, il n'existe qu'une seule population dans la vallée de Creston, dans le sud de la province, qui a été désignée "en voie de disparition". Les populations des Prairies et du Nord sont, pour leur part, désignées "préoccupantes". La propagation de maladies exotiques et la perte d'habitat font partie des menaces continues qui pèsent sur cette espèce. Les
    populations de l'est du Manitoba, quant à elles, semblent bien se porter, et sont désignées "non en péril".


    Prochaine réunion

    La prochaine réunion d'évaluation des espèces sauvages du COSEPAC aura lieu à Ottawa, en Ontario, en novembre 2009.

    Source :http://www.cnw.ca/fr/releases/archive/May2009/04/c8139.html
    bye
    bye
    Administratrice


    Masculin
    Nombre de messages : 8993
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Où en sont aujourd'hui les espèces les plus menacées ? Empty Re: Où en sont aujourd'hui les espèces les plus menacées ?

    Message par bye Ven 29 Mai - 14:06

    Le top 10 mondial des nouvelles espèces
    découvertes





    Le 28 Mai 2009

    Vous avez certainement entendu parler de
    la liste des espèces en voie de disparition et savez que le nombre d'animaux et
    de plantes terrestres menacés d'extinction est en hausse. Mais connaissez-vous
    la liste des nouvelles espèces ?


    Un comité international de scientifiques
    responsable de l'exploration et de la classification des espèces a publié sa
    liste des 10 nouvelles espèces les plus importantes (le «top 10») récemment
    découvertes sur la planète. Elle inclut des espèces minuscules (un minuscule
    hippocampe de la taille d'un petit pois), longues (un insecte qui mesure presque
    60 centimètres) et vieilles (un spécimen fossilisé d'un vertébré
    vivipare).


    Rien qu'en 2007, les scientifiques ont
    découvert quelque 18 516 nouvelles espèces à travers le monde et les ont
    officiellement nommées et classées. Il y a 250 ans, Carolus Linnaeus (aussi
    connu sous le nom de Carl Von Linné, le père de la taxonomie) a développé le
    système moderne de classification des animaux et des végétaux. Depuis, 1,8
    million d'espèces ont été découvertes et officiellement classées. La plupart des
    scientifiques estiment que le nombre des nouvelles espèces officiellement
    nommées et classées depuis le XVIIIe siècle est cinq fois plus important et
    représente près de 10 millions d'espèces.


    Un rapport intitulé «State of Observed
    Species» et la liste du top 10 des nouvelles espèces sont publiés chaque année
    par l'International Institute for Species Exploration de l'université d'État de
    l'Arizona, en collaboration avec l'Index international des noms de plantes et la
    revue International Journal of Systematic and Evolutionary Microbiology. Le
    rapport montre qu'en 2007 (l'année la plus récente qui a généré les données les
    plus complètes), plus de 75% des 18 516 nouvelles espèces décrites étaient des
    animaux invertébrés, suivis des plantes vasculaires (11,1%), et enfin des
    vertébrés.


    Un comité d'experts s'est vu confier la
    tâche d'établir un top 10 des nouvelles espèces. Cette année, les scientifiques
    ont eu la liberté de déterminer eux-mêmes leurs propres critères ; tout était
    acceptable, depuis les attributs uniques jusqu'aux faits intéressants et noms
    inhabituels. La création et l'annonce de la liste, explique Quentin Wheeler,
    directeur de l'International Institute for Species Explorations, doit
    sensibiliser le public à la biodiversité, la taxonomie et l'importance des
    musées et des jardins botaniques de manière amusante.


    «La classification des espèces du monde
    entier et de leurs attributs uniques est essentielle pour mieux comprendre
    l'histoire de la vie», a-t-il déclaré. «Il est dans notre intérêt de faire face
    aux défis que représente la vie sur une planète en mutation
    rapide.


    La plupart des gens ne réalisent pas à
    quel point notre connaissance des espèces de la Terre est incomplète, ou encore
    la vitesse constante à laquelle les taxonomistes explorent cette diversité. Nous
    sommes entourés par une telle abondance dans la diversité des espèces que nous
    prenons souvent tout pour acquis», a ajouté le professeur
    Wheeler.


    Parmi les 10 sélections de cette année,
    citons l'hippocampe Hippocampus satomiae, nom attribué par Melle Satomi Onishi
    qui a trouvé les spécimens en Indonésie, et un spécimen fossilisé extrêmement
    rare d'un poisson qui donnait naissance il y a quelque 380 millions d'années
    (surnommé «Josie» en honneur de la mère du scientifique qui l'a découverte). La
    liste compte également ce que les scientifiques pensent être le serpent le plus
    petit au monde, découvert à la Barbade et mesurant à peine 104 millimètres,
    ainsi que l'insecte le plus long du monde, Phobaeticus chani, découvert en
    Malaisie. Et cette liste impressionnante se poursuit : un escargot dont la
    coquille tourne autour de quatre axes ; un palmier géant qui meurt et s'effondre
    après la floraison ; le premier café sans caféine d'Afrique centrale; une
    bactérie qui vit dans la laque à cheveux, découvert par des scientifiques
    japonais ; la limace fantôme du pays de Galles, Selenochlamys ysbryda ; et une
    nouvelle espèce de petite castagnole.


    Source :http://www.notre-planete.info/actualites/actu_1999.php
    bye
    bye
    Administratrice


    Masculin
    Nombre de messages : 8993
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Où en sont aujourd'hui les espèces les plus menacées ? Empty Re: Où en sont aujourd'hui les espèces les plus menacées ?

    Message par bye Ven 5 Juin - 6:17

    La “Disparition” : la liste rouge des espèces menacées





    La “Disparition” : la liste rouge des espèces menacées



    1 juin 2009 by Kalisse



    La Liste rouge de l’UICN constitue l’inventaire mondial le plus complet de l’état de conservation global des espèces végétales et animales. Elle s’appuie sur une série de critères précis pour évaluer le risque d’extinction de milliers d’espèces et de sous-espèces.
    Ces critères s’appliquent à toutes les espèces et à toutes les parties du monde.


    Tous les quatre ans, le bilan laconique de l’érosion de la biodiversité sauvage



    La Liste Rouge de l’UICN des Espèces Menacées classe les espèces en fonction de leur risque d’extinction.
    C’est une base de données en ligne qui permet de faire des recherches et comprend le statut mondial de 45 000 espèces, avec des informations à l’appui.
    Elle a essentiellement pour but de déterminer quelles espèces ont le plus besoin de mesures de conservation, de documenter leur situation et de fournir un indice de l’état de la biodiversité. Les grands bilans de la Liste Rouge de l’UICN sont préparés tous les quatre ans. Les éditions précédentes ont été publiées en
    1996, 2000, 2004 et 2008.




    Qu’est-ce que la Liste rouge ?



    La Liste rouge de l’UICN constitue l’inventaire mondial le plus complet de l’état de conservation global des espèces végétales et animales. Elle s’appuie sur une série de critères précis
    pour évaluer le risque d’extinction de milliers d’espèces et de sous-espèces. Ces critères s’appliquent à toutes les espèces et à toutes les parties du monde.




    Fondée sur une solide base scientifique, la Liste rouge de l’UICN est reconnue comme l’outil de référence le plus fiable sur l’état de la diversité biologique spécifique. Sur la base d’une information précise sur les espèces menacées, le but essentiel de la Liste rouge consiste à mobiliser l’attention du public et des responsables politiques sur l’urgence et l’étendue des problèmes de conservation, ainsi qu’à inciter la communauté internationale à agir en vue de limiter le taux d’extinction des espèces.



    La Liste rouge permet de répondre à des questions essentielles, telles que :



    * Dans quelle me sure telle espèce est-elle menacée ?

    * Par quoi telle ou telle espèce est-elle spécialement menacée ?

    * Combien y a-t-il d’espèces menacées dans telle région du monde ?

    * Combien a-t-on dénombré de disparitions d’espèces ?



    Grâce à la Liste rouge de l’UICN, on sait aujourd’hui de façon sure que 12% des espèces d’oiseaux, 21% des mammifères, 30% des amphibiens et un tiers des espèces de conifères sont menacées d’extinction mondiale. La Liste rouge de l’UICN est retenue par la
    Convention sur la diversité biologique (CDB) comme un indicateur privilégié pour suivre l’état de la biodiversité dans le monde.




    Comment la Liste rouge est-elle établie ?


    Le système mis au point pour l’établissement de la Liste rouge est le résultat d’un vaste processus de concertation, d’élaboration et de validation de plusieurs années, mené par les experts de la Commission de sauvegarde des espèces de l’UICN. Avec le système de la Liste rouge de l’UICN, chaque espèce ou sous-espèce peut être classée dans l’une des neuf catégories suivantes :


    * Eteint (EX)

    * Eteint à l’état sauvage (EW),

    * En danger critique d’extinction (CR),

    * En danger (EN),

    * Vulnérable (VU),

    * Quasi menacé (NT),

    * Préoccupation mineure (LC),

    * Données insuffisantes (DD),

    * Non évalué (NE).



    La classification d’une espèce ou d’une sous-espèce dans l’une des trois catégories d’espèces menacées d’extinction (CR, EN ou VU) s’effectue par le biais d’une série de cinq critères quantitatifs qui forment le coeur du système. Ces critères sont basés sur
    différents facteurs biologiques associés au risque d’extinction :



    1. Taux de déclin,

    2. Population totale,

    3. Zone d’occurrence,

    4. Zone d’occupation,

    5. Degré de peuplement,

    6. Fragmentation de la répartition.



    L’analyse 2008 de la Liste Rouge de l’UICN des espèces menacées est accessible à cette adresse : http://www.iucn.org/redlist



    A propos de l’UICN :



    L’UICN, l’Union internationale pour la conservation de la nature, le plus ancien et le plus vaste réseau environnemental du monde, est une union démocratique de plus de 1 000 membres, gouvernements et ONG, et de près de 11.000 scientifiques bénévoles répartis dans
    plus de 150 pays. Le travail de l’UICN est soutenu par plus de 1 000
    professionnels dans 60 pays et par des centaines de partenaires des secteurs publics et privés et des ONG dans le monde entier. Le siège de l’UICN est situé à Gland, près de Genève, en Suisse :
    http://
    www.iucn.org




    En France, [b][b]le Comité français de l’UICN [/b][/b]est le réseau des organismes et des experts de l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature en France. Il regroupe au sein d’un partenariat original 2 ministères (écologie et affaires étrangères), 5 établissements publics et 35 organisations non gouvernementales, ainsi qu’un réseau de plus de 200 experts rassemblés au sein de commissions et de groupes de travail. Parmi
    les réalisations concrètes du Comité Français, l’établissement des listes Rouges France et Outre-Mer, ainsi que l’instauration depuis 2006 de la Fête de la Nature :
    http://www.uicn.fr/



    Pour aller plus loin :



    * Aidez l’UICN à lutter contre la crise de l’extinction, [b][b]faites un don maintenant[/b][/b]
    * [b][b]Pour consulter la base de données de la Liste rouge, rendez-vous sur le site de recherche en
    ligne
    [/b]
    [/b],

    * Des photos haute résolution et des études de cas sur des espèces

    * “Les premières listes rouges française ont été publié début 2009″

    * La Liste rouge des espèces menacées de l’UICN
    (Wikipedia)




    Kalisse - 1 juin 2009



    Source : http://sosbiodiversite.wordpress.com/2009/06/01/la-disparition-la-liste-rouge-des-especes-menacees/
    bye
    bye
    Administratrice


    Masculin
    Nombre de messages : 8993
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Où en sont aujourd'hui les espèces les plus menacées ? Empty Re: Où en sont aujourd'hui les espèces les plus menacées ?

    Message par bye Ven 5 Juin - 6:37

    La survie des espèces à l'ère du
    changement climatique



    Des scientifiques britanniques ont montré que les
    zones de conservation de la vie sauvage jouent un rôle important dans la
    sauvegarde des espèces d'oiseaux touchées par le changement climatique en
    Afrique. Leurs résultats, publiés dans la revue Ecology Letters, révèlent que
    certaines zones de vie sauvage sont très utiles pour aider la biodiversité à
    surmonter les changements fondamentaux se produisant sur la planète, et montrent
    la nécessité d'une protection renforcée de l'écosystème.


    Des chercheurs de l'université de Durham, de
    BirdLife International et de la société royale pour la protection des oiseaux
    (RSBP) au Royaume-Uni se sont penchés sur les impacts du changement climatique
    sur 815 espèces d'oiseaux en Afrique sub-saharienne. Ils ont découvert que
    jusqu'à 90% de ces espèces pouvaient bénéficier d'une aide grâce à un réseau de
    zones de vie sauvage (connu sous le nom de «zone importante pour la conservation
    des oiseaux», ou ZICO). Rien qu'en Afrique, les ZICO hébergent 875 espèces
    d'oiseaux menacées, relativement restreintes et confinées à des biomes
    particuliers (apparaissant naturellement chez les communautés de végétaux et
    d'animaux que l'on rencontre dans un habitat important).


    «Nous nous sommes penchés sur des espèces d'oiseaux
    dans tout le réseau des zones protégées en Afrique», a expliqué le Dr Stephen
    Willis de l'université de Durham, «et les résultats ont montré que les zones de
    conservation de la vie sauvage seront essentielles à la survie future de
    nombreuses espèces d'oiseaux.»


    «Les ZICO fourniront de nouveaux habitats aux
    oiseaux contraints de se déplacer en raison des changements de températures et
    de précipitations et d'un épuisement des ressources alimentaires dans les zones
    où ces changements ont lieu à l'heure actuelle. Les zones protégées représentent
    un outil de conservation vital pour permettre aux oiseaux de s'adapter au
    changement climatique au XXIe siècle», a ajouté le Dr Willis.


    Sur la base d'un scénario modéré de changement
    climatique, l'équipe a utilisé des modèles de simulation afin de déterminer
    l'effet du changement climatique sur les ZICO au cours des prochaines décennies.
    Leur recherche portait sur 863 sites ZICO au total, répartis sur 42 pays et
    territoires et couvrant 7% du continent africain.


    D'après les résultats, il est fort probable que
    certaines espèces d'oiseaux souffrent en raison des changements considérables à
    venir, et le taux de migration dans certaines zones pourrait atteindre jusqu'à
    50%. La faculté d'adaptation sera l'un des facteurs les plus importants qui les
    aidera à survivre. Selon les experts, les zones de conservation de la faune
    sauvage, ou «couloirs verts», deviendront de plus en plus importantes dans le
    besoin de déplacer la vie sauvage dans de nouvelles zones au climat adapté. Par
    exemple, tout un groupe d'espèce dans une ZICO donnée peut migrer vers une autre
    zone en Afrique qui est plus adaptée à ses besoins et lui permettra de
    survivre.


    «Les résultats ont montré que 90% des espèces
    prioritaires en Afrique trouveront un climat adapté quelque part dans le réseau
    des zones protégées à l'avenir. Toutefois, un oiseau sur 10 devra trouver un
    nouvel habitat pour vivre et se nourrir, aussi de nouveaux sites seront-ils
    ajoutés au réseau ZICO», a déclaré le Dr Willis. «Les régions d'Afrique centrale
    devraient conserver une grande partie de leurs espèces actuelles tant que les
    zones protégées demeurent intactes. En revanche, les écozones afrotropicales,
    (que l'on rencontre dans les pays d'Afrique situés au Sud du Sahara) telles que
    le Cameroun, l'Afrique du Sud et l'Éthiopie, connaîtront un énorme changement
    avec la migration de plus de 40% des espèces les habitant
    actuellement.»


    D'après le Dr Stuart Butchart de BirdLife
    International, «la survie de la plupart de la biodiversité de la planète dans un
    contexte de changement climatique dépendra de la protection adéquate des
    écosystèmes divers d'un point de vue biologique, dont les ZICO, et du soutien
    pour les personnes qui en dépendent de manière à ce que les communautés locales
    puissent participer activement à rendre leur environnement plus
    résistant.


    «Il est essentiel que la politique mène à une
    protection adéquate des ZICO et tienne compte du rôle important des écosystèmes
    dans l'adaptation de la vie sauvage et des personnes», déclare le Dr
    Butchart.


    2009-06-03

    Source: http://cordis.europa.eu/fetch?CALLER=FR_NEWS&ACTION=D&SESSION=&RCN=30861

    Contenu sponsorisé


    Où en sont aujourd'hui les espèces les plus menacées ? Empty Re: Où en sont aujourd'hui les espèces les plus menacées ?

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Lun 4 Juil - 23:47