LIBRE DISCUSSION DANS LES COULISSES DE DEMAIN

Débattons en toute liberté, dans le respect de l’autre, sur tous les sujets qui composent notre société : politique, économie, environnement, religion, philosophie, paranormal, sciences, famille, santé, mode, sexualité, loisirs, sports, divertissements…

Derniers sujets

» Stop Autisme Virtuel L’autisme provoqué par les écrans, ça n’existe pas ! Halte aux théories infondées !
par bye Mar 9 Oct - 12:24

» Rapport des enquêteurs de l’ONU sur la Birmanie : crimes de masse, impunité et transition démocratique à l’arrêt
par bye Mar 2 Oct - 14:36

» Service national universel : surveiller et soumettre
par bye Mar 25 Sep - 10:57

» Un peu moins pauvre ?
par bye Mar 18 Sep - 11:21

» Clément Méric, ni oubli ni pardon
par bye Lun 10 Sep - 12:52

» Liberté de la presse en Birmanie : deux pas en avant, trois en arrière
par bye Mer 5 Sep - 8:49

» Rohingya : un an après... si peu d'avancées 
par bye Ven 24 Aoû - 18:59

» Le Festival de Douarnenez consacre deux journées à la Fédération de la Syrie du nord
par bye Mar 3 Juil - 14:19

» Pour une autre formation professionnelle
par bye Mer 27 Juin - 14:07

» Violences policières, violences d’Etat
par bye Mer 27 Juin - 13:56

» migration internationale
par bye Mar 26 Juin - 19:25

» Guyane : non à la Montagne d’or !
par bye Mar 12 Juin - 18:05

» Crime raciste en Calabre
par bye Ven 8 Juin - 12:17

» Les premiers chiffres de PARCOURSUP : une génération sacrifiée ?
par bye Lun 4 Juin - 17:42

» LES ONG DÉVOILENT LEUR PROJET DE LOI D’AVENIR POUR LES TRANSPORTS ET LA MOBILITÉ
par bye Mar 29 Mai - 18:01

» NE JAMAIS RECHERCHER D’ADHÉSION
par bye Mar 22 Mai - 14:38

» Kanaky, quand le peuple voulait s’éduquer lui-même...
par bye Lun 14 Mai - 10:04

» Anarchisme, éducation et pédagogie
par bye Lun 7 Mai - 13:15

» Cours libres - Debout ! Debout ! C’est maintenant que ça se passe...
par bye Dim 15 Avr - 9:08

» fascisme pas mort, hélas!
par bye Ven 6 Avr - 11:52

» Notre Dame des Landes ou l’art des grands projets inutiles
par bye Mar 3 Avr - 19:20

» MÉDECINS ET ASSOCIATIONS UNISSENT LEURS VOIX POUR RAPPELER L’URGENCE D’AGIR FACE À LA POLLUTION DE L’AIR
par bye Mer 28 Mar - 18:19

» BOMBARDEMENTS AU PROCHE ET MOYEN ORIENT : EXIGEONS LE RESPECT DU DROIT INTERNATIONAL PAR TOUS
par bye Jeu 22 Mar - 18:08

» Manifestation kurde anti-Erdogan à Bruxelles
par bye Mar 20 Mar - 7:23

» Les cigarettes électroniques, plus dangereuses que bénéfiques ?
par bye Mar 20 Mar - 7:13

» La métamatière et les créations
par Claude De Bortoli Jeu 15 Mar - 11:43

» Scandale sexuel : Oxfam présente ses excuses aux autorités haïtiennes
par bye Ven 9 Mar - 18:50

» SDF, il avait volé des sandwiches dans la poubelle d’Atac
par bye Ven 9 Mar - 18:40

» Malgré l’austérité, la France va dépenser 37 milliards pour son réarmement nucléaire
par bye Ven 9 Mar - 18:31

» La pauvreté s’installe...
par bye Mar 6 Mar - 10:58

» large victoire des grévistes d’HEMERA - HOLIDAY INN
par bye Ven 16 Fév - 10:40

» jeunes à la rue dans le grand froid : faire connaitre est déjà un combat
par bye Mer 14 Fév - 18:07

» National ou civique ou militaire : en arrière-plan du service obligatoire, la militarisation des élèves
par bye Lun 5 Fév - 13:03

» ARRIVÉES ET DEMANDES D'ASILE EN BAISSE EN 2017 EN EUROPE
par bye Mar 30 Jan - 18:29

» Les véritables enjeux des réformes éducatives de Jean-Michel Blanquer
par bye Mar 30 Jan - 15:00

» Contre la sélection à l’université : "On veut de l’inattendu !"
par bye Mar 23 Jan - 19:19

» Les policiers français ont abattu 18 personnes en 2017
par bye Ven 19 Jan - 7:43

» Acheter permis de conduire français
par Pipoinzaghi Mar 16 Jan - 16:02

» Journée internationale des droits de l’Homme : en Birmanie des espoirs déçus
par bye Sam 6 Jan - 7:52

» Tapis dans le bocage : la vérité sur les armes secrètes des "zadistes"
par bye Ven 29 Déc - 14:32

» Victoire du Secours populaire contre le maire F.N. d’Hayange
par bye Mer 20 Déc - 21:28

» Peut-on renvoyer les demandeurs d’asile vers des « pays tiers sûrs » ?
par bye Mar 19 Déc - 19:52

» Une montée des violences envers les migrants à travers l'Europe :
par bye Ven 15 Déc - 18:54

» Défendre et renforcer les CHSCT !
par bye Mar 5 Déc - 12:59

» Nuage de Ruthénium-106 sur l’Europe : que s’est-il réellement passé ?
par bye Mar 28 Nov - 12:35

» Dossier sur "l’affaire du stage de Sud éduc 93"
par bye Lun 27 Nov - 12:34

» Appel de Raymond Millot : Un projet émancipateur face aux dangers de l’anthropocène
par bye Mar 21 Nov - 12:54

» Les émissions de CO2 repartent à la hausse
par bye Ven 17 Nov - 17:05

» l’idéologie du consentement, outil d’émancipation ou d’isolement individuel ?
par bye Lun 13 Nov - 12:21

» Droit au logement opposable : le bilan chiffré 2008-2016
par bye Jeu 9 Nov - 20:02

» La rétention des « dublinés », dans l’attente d’un transfert, est contraire au règlement Dublin
par bye Lun 6 Nov - 18:33

» Face à la situation en Catalogne
par bye Mer 1 Nov - 11:33

» ACTUALITÉ SOCIÉTÉ ET POLITIQUE
par bye Sam 21 Oct - 10:37

» Offre de Prêt Entre Particulier Sérieux en 72H
par gramophone Ven 20 Oct - 9:32

» Offre de Prêt Entre Particulier Sérieux en 72H
par gramophone Ven 20 Oct - 9:32

» Offre de Prêt Entre Particulier Sérieux en 72H
par gramophone Ven 20 Oct - 9:31

» Offre de Prêt Entre Particulier Sérieux en 72H
par gramophone Ven 20 Oct - 9:31

» Bus de la honte : ne laissons pas l’avenir aux réactionnaires
par bye Sam 14 Oct - 12:44

» La métamatière et le peuple
par Claude De Bortoli Ven 6 Oct - 9:27

» Vers un retour du délit de solidarité ?
par bye Sam 30 Sep - 6:45

» Dossier : de l’École capitaliste à l’éducation émancipatrice
par bye Mer 13 Sep - 19:07

» Education : le « désastre » d’un enseignement tiré vers le bas...
par bye Lun 4 Sep - 12:13

» Offre de prêt entre particuliers rapide en 72h
par BastienL Dim 13 Aoû - 19:49

» Jean Gadrey, économiste : “Il faut remettre la réduction du temps de travail au cœur du débat public”
par bye Mar 8 Aoû - 19:04

» Le « chavo-madurisme » n’est rien moins qu’une dictature pure et simple
par bye Dim 6 Aoû - 18:52

» Gel des postes et du budget de l’éducation nationale : non, cette école ne nous convient pas !
par bye Mer 12 Juil - 13:56

» G 20 Hambourg
par bye Lun 10 Juil - 11:51

» Handicapée, je ne peux continuer à enseigner dans mon académie
par bye Mer 5 Juil - 6:21

» Pour une éducation populaire féministe
par bye Lun 12 Juin - 18:20

» La CNT a écrit aux Éditions Belin
par bye Mar 6 Juin - 10:20

» Blanquer ministre de l’Education nationale : au secours, Sarkozy revient !
par bye Jeu 25 Mai - 11:08

» L'accaparement des terres en Birmanie
par bye Mer 17 Mai - 18:42

» Un enseignant kurde témoigne...
par bye Lun 15 Mai - 17:50

» La métamatière et le Roi de la Terre
par De Bortoli Claude Mar 2 Mai - 9:52

» Au-delà des élections
par bye Mer 26 Avr - 17:26

» Les Etats-Unis ont utilisé leur plus puissante bombe non-nucléaire en Afghanistan, une première
par bye Dim 23 Avr - 18:35

» « Pourquoi nous sommes en grève de la faim dans les prisons d’Israël »
par bye Dim 23 Avr - 18:31

» « Enculé, ordure ! ». Philippe Poutou insulté par les flics
par bye Dim 23 Avr - 18:25

» La Sécurité sociale, une assistance ou un droit ?
par bye Dim 23 Avr - 18:22

» Birmanie: pour établir un mécanisme indépendant de réexamen de tous les cas de prisonniers politiques
par bye Ven 21 Avr - 6:02

» Gatti est mort. A la Parole Errante ses mots résonnent encore !
par bye Mer 12 Avr - 18:21

» Turquie : appel urgent au monde enseignant, aux associations et syndicats…
par bye Lun 3 Avr - 18:21

» APPEL À LA MOBILISATION CONTRE LE PROCHAIN SOMMET DE L’OTAN !
par bye Sam 1 Avr - 5:30

» Communiqué de presse de SUD éducation Guyane du 28 mars
par bye Jeu 30 Mar - 10:16

» Qu’est-ce qui ne va pas avec l’arabe à l’école ?
par bye Ven 24 Mar - 12:03

» Libérons l'oisiveté !
par bye Ven 17 Mar - 19:05

» Quand Espérance banlieues bat la campagne
par bye Ven 17 Mar - 19:00

» 8 mars : luttons toutes et tous pour l’égalité des droits !
par bye Mer 8 Mar - 11:01

» Désarmer la police, la proposition pas si saugrenue du NPA
par bye Mar 7 Mar - 12:50

» Fin du dispositif des Caomi: quelle orientation pour les mineurs isolés de Calais ?
par bye Sam 4 Mar - 9:58

» Les fonctionnaires répondent aux "menaces" de Marine Le Pen
par bye Sam 4 Mar - 6:25

» Réduction des indemnités et contrôles drastiques : Macron s’attaque aux chômeurs
par bye Sam 4 Mar - 6:22

» L'avenue Serge Dassault à Corbeil-Essonnes doit être débaptisée !
par bye Sam 4 Mar - 6:20

» Nouvelle révélation du Canard Enchainé : les copinages de Hamon et LVMH
par bye Sam 4 Mar - 6:18

LE SITE

Dans Les Coulisses de Demain

FORUMS & SITES AMIS

FORUM EST INSCRIT SUR


    la discipline psychiatrique

    Partagez
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8809
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    la discipline psychiatrique

    Message par bye le Ven 20 Nov - 21:43

    Collectif des 39…

    …contre la nuit sécuritaire



    Rencontre Nationale :

    Quelle hospitalité pour la folie ?

    Non:
    - au retour des gardiens de fous
    - au grand renfermement
    - à l'abandon, au tri, à la mise à l'écart



    Au programme : la question de l’industrialisation de la santé,
    l’évaluation, les protocoles, la déshumanisation,puis un temps sur les
    soins contraints et les dérives sécuritaires, l’usage systématisé des
    chambres d’isolement et enfin la réflexion sur les moyens de
    résistance, de coordination, pour défendre nos pratiques cliniques.



    SAMEDI 28 NOVEMBRE 2009

    à la maison de l'arbre et de la parole errante

    9, rue François Debergues, à Montreuil.

    Inscriptions :
    http://www.collectifpsychiatrie.fr/phpPetitions/index.php?petition=7


    Preprogramme de la journée du 28 novembre



    Présentation "une politique pour la folie" par Guy Dana


    table ronde n°1 « A l’heure de la rétention, de l’enfermement, et de
    la banalisation de la contrainte »
    Invité : Serge Portelli
    Présidente de séance : Marie Cathelinau
    Intervenants : Béatrice Benattar, Antoine Machto, Philippe Bichon, Elie Winter
    Discutant : Michaël Guyader


    Table ronde n°2 « A l’heure des protocoles et de
    l’industrialisation des soins »
    Invité :Yves Clot
    Président de séance : Patrick Chemla
    Intervenants : Serge Klopp, Bénédicte Maurin, Hervé Bokobza, Bruno
    Tournaire-Bacchini


    Table n°3 « Défendre la folie »
    Invité : Patrick Coupechoux
    Discutant : Roger Ferreri
    Présidente de séance : Alexandra de Séguin

    Table n°4 Convergences et Résistances : comment construire et
    affermir un mouvement au sein de la psychiatrie ?
    Président de séance : Mathieu Bellahsen
    Invités: Jean Pierre Martin (politique de la peur), Remi Pottier
    (Appel des appels)
    1-Intercollectifs : politique de la peur et appel des appels
    2-Collectifs des 39 : les 39 du 93, Val de la Folie, 17/89, Reims, Oise…
    3- Perspectives: Actions menées, réflexions en devenir (et vice versa)

    Toutes les tables rondes seront suivies d'un débat avec la salle


    -------------------------------

    Texte introductif àl'une des tables rondes de la journée de samedi 28
    novembre 2009


    A l’heure des protocoles et de l’industrialisation des soins

    Tout acte de soins en psychiatrie s’articule autour d’une triade
    incontournable : ce que je suis, ce que je sais, ce que je fais.
    Cette articulation ne suppose aucun compromis, ne supporte aucune
    préférence pour l’un ou l’autre de ces trois composants ; elle
    détermine notre éthique, la soutient dans sa nécessaire et
    indispensable réflexion que suscite tout acte soignant.

    Cette éthique est une éthique du doute, de l’engagement, de
    l’incertitude. En ce sens elle nous convoque à une évaluation
    permanente de nos actes. Ainsi l’évaluation des pratiques
    professionnelles est au cœur de notre profession.

    Tout le travail d’un collectif soignant repose sur ce postulat :
    échanger, confronter, améliorer, inventer. L’évaluation est alors un
    mode vivant de construction d’une pensée autour, et avec les patients.
    Elle participe dans ce contexte de l’évolution de la relation du
    collectif soignant avec les patients.

    Depuis les années 80, la discipline psychiatrique s’est trouvée
    progressivement phagocytée par la dynastie du sigle (dms, dsm, rmo,
    etc.) , tremplin à celle du chiffre : les logiques gestionnaires ,
    sous couvert de meilleure utilisation de l’argent public , ont
    progressivement mis en place une formidable machine de destruction de
    la discipline .

    Empruntée au management pratiqué dans les grandes multinationales la
    démarche qualité devient le concept maitre de tout le discours
    administratif. Celui-ci s’est largement abreuvé du langage clinique,
    le passant à la machine de la rentabilité, nous nous trouvons
    aujourd’hui dépossédé de notre outil de travail : la langue. Sous
    couvert de la démarche qualité synonyme de la modernité des soins,
    l’acte soignant est standardisé, uniformisé, quantifié. Dans les
    institutions sanitaires et médicosociales, elle trouve ses
    applications dans les démarches d’accréditation et de certification.

    Se soumettre ou se démettre tel est l’enjeu fixé par les pouvoirs en
    place. Mais se soumettre à quoi ? Tout d’abord se soumettre pour se
    soumettre, introduire un processus de colonisation mentale à même de
    nous entrainer à subir des diktats étrangers à notre pratique.

    L’absurdité des référentiels et des protocoles qui les sous tendent
    est destinée à nous aliéner au pouvoir administratif avec de graves
    conséquences pour notre pratique : le pré pensé, le kit de bonne
    conduite, le soin du protocole devraient devenir nos références
    théoriques.

    L’introjection d’une pratique surmoïque des plus basiques est
    l’objectif recherché ; ainsi les rituels de soumission sociale ( RSS)
    devraient accomplir leur œuvre destructrice en expropriant les
    soignants de leur fonction première, à savoir l’élaboration par eux
    mêmes et avec les patients de leur projet de soins.


    L’attaque est inouïe, frontale, massive.

    Elle balaie des décennies de praxis car elle dénie la position
    subjective, elle chosifie le soignant, elle détériore l’existant, elle
    annule dans ses attendus et ses prétentions ce qui fonde la pratique,
    à savoir la question du sens.

    Tout patient se pose toujours la question du pourquoi ou du comment ;
    la même question est reprise par le soignant.

    Les protocoles, les démarches accréditives , les démarches « qualité »
    ignorent superbement ce fondement de notre discipline ; plus même
    ,elles le dénigrent, le rejettent.La question et la pensée
    élaboratrice, qui s’en suit, ont disparu au profit d’une réponse
    univoque, unilatérale, d’un savoir médical systématisé par
    l’intériorisation des logiques administratives.

    c’est une novlangue qui nous est imposée. Une véritable conversion
    nous ordonnerait de dénier le fait psychopathologique, de ne plus
    penser la folie, de ne plus imaginer que nos actes ont un sens /des
    significations qui nous restent inconnues, et imprévisibles. Il nous
    faudrait promouvoir le raisonnement au scalpel, l’asepsie de l’espace
    mental, le blanc de l’a-conflictualité psychique.

    Kant, déjà affirmait : « Tout a ou bien un prix ou bien une dignité.
    ON peut remplacer ce qui a un prix par son équivalent ; en revanche,
    ce qui n’a pas de prix et donc pas d’équivalent, c’est ce qui possède
    une dignité ».

    Garder sa dignité devient difficile, quand tout est quantifié au
    chiffre et à la virgule prêt, même quand il s’agit de rencontrer,
    d’écouter un autre qui souffre.

    Comment résister ? Comment créer ?

    Nous essaierons lors de la deuxième table ronde de cette rencontre
    nationale de chercher ensemble des éléments de réponse à ces graves
    questions

    Par Herve Bokobza, du groupe des 39
    avatar
    yunolo

    Féminin
    Nombre de messages : 743
    Age : 65
    Localisation : finistere
    Emploi/loisirs : fontionnaire
    Humeur : plutôt gaie
    Date d'inscription : 27/06/2009

    Re: la discipline psychiatrique

    Message par yunolo le Sam 21 Nov - 2:52

    Evident sur beaucoup de tes "copier-coller" Bye!
    On lésine sur tous les soins en France depuis quelques années et on voudrait "tout faire rentrer dans des cases"! Ce serait tellement plus simple!
    1) Il vaut mieux pour une jeune femme prête à accoucher qu'elle s'accroche! Plus de cliniques proches! Plus de gynéco-accoucheurs disponibles 24 H/24!
    2) Plus trop non plus de généralistes disponibles pour venir à domicile! Avec 38-39 de fièvre.. il faut se déplacer! Et tant pis si avec ta grippe A tu contamines le reste de la salle d'attente! (ineptie du système:)
    3) Les maladies psychiatriques!... Rien que le fait de les évoquer me hérisse le poil! C'est un véritable business pour les cliniques privées déjà! et un manque criant de moyens dans les hôpitaux publics! Je sais de quoi je parle!
    et en 4) il est temps de se rendre compte que bientôt il n'y aura que certaines personnes, plutôt bien payées qui pourront se soigner! les autres!... Et ben les autres.... ceux qui ne pourront pas aligner.... crèveront!
    puis en 5) Tant que le "numerus clausus" français restera dans ses positions aussi restrictives.... On n'aura plus de médecins ici! Et on ira les chercher ailleurs! (Ce qui devrait te réjouir!) Ce n'est pas méchant Bye! ce que je dis! C'est juste une constatation!
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8809
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    Re: la discipline psychiatrique

    Message par bye le Dim 5 Sep - 19:21

    Accueil du site > Truks de dernière minute > Appel contre les soins sécuritaires
    Appel contre les soins sécuritaires
    vendredi 3 septembre 2010

    relayé par le syndicat de la médecine générale Transmis par JP de Loupi Fri, 03 Sep 2010 06:22:34 +0200


    --------------------------------------------------------------------------------

    Appel contre les soins sécuritaires Signez l’appel en ligne ! http://www.maiscestunhomme.org/

    Les politiques sociales et sanitaires, les lois récentes et à venir transforment nos représentations : les soins y deviennent un marché concurrentiel et la « folie » y est représentée comme un état forcément dangereux. Il est douloureux pour nous, et pourtant fondamental dans la période que nous vivons, d’avoir à rappeler que ce qu’on appelle un « fou », est d’abord un homme !

    Après la loi « HPST » qui organise la concurrence entre public et privé lucratif pour les missions de service public, vient le « Projet de loi relatif aux droits et à la protection des personnes faisant l’objet de soins psychiatriques et à leurs modalités de prise en charge », qui est l’application attendue du discours du président de la République du 2 décembre 2008. Ce projet fait du « soin sans consentement » le modèle du soin psychique. Il maintient l’exception française en Europe d’une loi spécifique pour le traitement sous contrainte en psychiatrie, sans qu’un juge intervienne dans l’autorisation de cette privation de liberté. En posant le principe d’un soin sous contrainte imposable tant à l’hôpital qu’au domicile du patient, il y ajoute l’atteinte à la vie privée. Ainsi, les patients, fichés et contraints, se verraient enfermés dans une véritable trappe psychiatrique : considérés à vie comme des malades mentaux potentiellement dangereux.

    L’entrée dans le soin est annoncée de fait comme une garde à vue psychiatrique de 72 heures, durant laquelle toute action de traitement contraint serait autorisée. C’est plus encore qu’un régime de liberté surveillée, puisque pouvant autoriser toute intrusion dans l’intimité et le corps du patient.

    Nous sommes également opposés à des soins sans consentement en « ambulatoire ». Ce serait la partie immergée d’une psychiatrie sécuritaire, autoritaire et paternaliste. Pour les professionnels comme pour les usagers ce serait accepter que l’obligation de moyens pour l’Etat en vue d’une psychiatrie d’accueil et de soin, soit au contraire celle de l’organisation d’un nouveau « grand renfermement » actualisé. Depuis décembre 2008, l’État a trouvé l’argent pour construire 4 unités pour malades difficiles, pour installer ou rénover des chambres d’isolement et installer la vidéosurveillance ! N’oublions pas qu’une telle disposition entre aussi dans le cadre de la nouvelle gouvernance : cela coûterait moins cher et cela pourrait donner lieu au développement de services à but lucratif.

    Au vu de l’application de fichiers dans d’autres domaines (que nous dénonçons), ce projet contient la perspective d’un fichage national généralisé de toute personne bénéficiant de soins spécialisés. Cette disposition adhère à l’amalgame entre « folie » et « dangerosité », amalgame que nous condamnons. Toutes les études sur le sujet en démontrent la fausseté. En insistant sur la figure de l’aliéné, le pouvoir justifie sa politique de la peur et la société de surveillance qu’il met en place. Tel est le véritable sens du « soin sans consentement » prévu dans ce texte

    Citoyens, élus, usagers, professionnels, nous devons tenir bon.

    Le soin psychique ne concerne pas que des « états aigus », des « troubles du comportement », auxquels la réponse unique serait simplement médicale, médicamenteuse et normalisatrice. Le soin psychique demande des approches complexes, des disponibilités d’accueil, d’écoute, d’accompagnement, d’hospitalité, des pratiques de négociation avec le patient et son entourage, avec des intervenants souvent nombreux, en difficulté, et aux intérêts différents. Cela implique que la « personne présentant des troubles psychiques » soit pensée et vécue comme un corps, une subjectivité singulière, une personne, un individu social, et un sujet de droit. Une telle fondation éthique a pu et peut toujours s’illustrer dans des pratiques concrètes. L’État se doit de les favoriser.

    On comprendra alors notre appel pour une mobilisation publique contre un tel projet de« condamnation au soin », et contre le projet politique qu’il promeut. Si une obligation de soin peut s’imposer, elle doit être cadrée de manière à assurer l’articulation du droit à des soins garantissant la préservation de l’intégrité de la personne et de ses droits, et de droits de recours effectifs. La mise en œuvre d’une telle obligation ne peut se dérouler que pour une durée limitée sous le contrôle de la justice dans un lieu de soins spécialisé agréé et assurant des soins 24h / 24. Nous soutenons qu’il est possible pour l’essentiel d’aménager des espaces et des temps d’accueil, de traitement actif de la demande des tiers, de négociation et d’élaboration avec une personne présentant un état psychique pouvant éventuellement conduire à un traitement contraint.

    Il faut en finir avec l’exception psychiatrique ; le droit commun doit s’appliquer. Il faut en finir avec le pouvoir du Préfet, qui a toujours signifié loi de police et mesure de sûreté. Il faut une mesure de protection de la personne, qui relève alors de recommandations médicales et d’une obligation de prendre soin pour les services psychiatriques dans le respect de la dignité de la personne et de sa parole, autant que d’une autorisation et d’un contrôle par l’instance d’un juge judiciaire.

    Ce projet de loi est un leurre démagogique à l’égard des familles, des voisins, de l’ordre public. Voté, il aurait des conséquences lourdes pour les libertés individuelles, les droits collectifs et le soin psychique. Nous demandons instamment aux parlementaires de repousser un tel projet. Nous invitons professionnels, élus, usagers, citoyens à débattre partout et à faire valoir l’alternative esquissée ici pour répondre à la situation.

    Contenu sponsorisé

    Re: la discipline psychiatrique

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Mar 16 Oct - 6:53