LIBRE DISCUSSION DANS LES COULISSES DE DEMAIN

Débattons en toute liberté, dans le respect de l’autre, sur tous les sujets qui composent notre société : politique, économie, environnement, religion, philosophie, paranormal, sciences, famille, santé, mode, sexualité, loisirs, sports, divertissements…

Derniers sujets

» Appel de Raymond Millot : Un projet émancipateur face aux dangers de l’anthropocène
par bye Mar 21 Nov - 12:54

» Les émissions de CO2 repartent à la hausse
par bye Ven 17 Nov - 17:05

» l’idéologie du consentement, outil d’émancipation ou d’isolement individuel ?
par bye Lun 13 Nov - 12:21

» Droit au logement opposable : le bilan chiffré 2008-2016
par bye Jeu 9 Nov - 20:02

» La rétention des « dublinés », dans l’attente d’un transfert, est contraire au règlement Dublin
par bye Lun 6 Nov - 18:33

» Face à la situation en Catalogne
par bye Mer 1 Nov - 11:33

» ACTUALITÉ SOCIÉTÉ ET POLITIQUE
par bye Sam 21 Oct - 10:37

» Offre de Prêt Entre Particulier Sérieux en 72H
par gramophone Ven 20 Oct - 9:32

» Offre de Prêt Entre Particulier Sérieux en 72H
par gramophone Ven 20 Oct - 9:32

» Offre de Prêt Entre Particulier Sérieux en 72H
par gramophone Ven 20 Oct - 9:31

» Offre de Prêt Entre Particulier Sérieux en 72H
par gramophone Ven 20 Oct - 9:31

» Bus de la honte : ne laissons pas l’avenir aux réactionnaires
par bye Sam 14 Oct - 12:44

» La métamatière et le peuple
par Claude De Bortoli Ven 6 Oct - 9:27

» Vers un retour du délit de solidarité ?
par bye Sam 30 Sep - 6:45

» Dossier : de l’École capitaliste à l’éducation émancipatrice
par bye Mer 13 Sep - 19:07

» Education : le « désastre » d’un enseignement tiré vers le bas...
par bye Lun 4 Sep - 12:13

» Offre de prêt entre particuliers rapide en 72h
par BastienL Dim 13 Aoû - 19:49

» Jean Gadrey, économiste : “Il faut remettre la réduction du temps de travail au cœur du débat public”
par bye Mar 8 Aoû - 19:04

» Le « chavo-madurisme » n’est rien moins qu’une dictature pure et simple
par bye Dim 6 Aoû - 18:52

» Gel des postes et du budget de l’éducation nationale : non, cette école ne nous convient pas !
par bye Mer 12 Juil - 13:56

» G 20 Hambourg
par bye Lun 10 Juil - 11:51

» Handicapée, je ne peux continuer à enseigner dans mon académie
par bye Mer 5 Juil - 6:21

» Pour une éducation populaire féministe
par bye Lun 12 Juin - 18:20

» La CNT a écrit aux Éditions Belin
par bye Mar 6 Juin - 10:20

» Blanquer ministre de l’Education nationale : au secours, Sarkozy revient !
par bye Jeu 25 Mai - 11:08

» L'accaparement des terres en Birmanie
par bye Mer 17 Mai - 18:42

» Un enseignant kurde témoigne...
par bye Lun 15 Mai - 17:50

» La métamatière et le Roi de la Terre
par De Bortoli Claude Mar 2 Mai - 9:52

» Au-delà des élections
par bye Mer 26 Avr - 17:26

» Les Etats-Unis ont utilisé leur plus puissante bombe non-nucléaire en Afghanistan, une première
par bye Dim 23 Avr - 18:35

» « Pourquoi nous sommes en grève de la faim dans les prisons d’Israël »
par bye Dim 23 Avr - 18:31

» « Enculé, ordure ! ». Philippe Poutou insulté par les flics
par bye Dim 23 Avr - 18:25

» La Sécurité sociale, une assistance ou un droit ?
par bye Dim 23 Avr - 18:22

» Birmanie: pour établir un mécanisme indépendant de réexamen de tous les cas de prisonniers politiques
par bye Ven 21 Avr - 6:02

» Gatti est mort. A la Parole Errante ses mots résonnent encore !
par bye Mer 12 Avr - 18:21

» Turquie : appel urgent au monde enseignant, aux associations et syndicats…
par bye Lun 3 Avr - 18:21

» APPEL À LA MOBILISATION CONTRE LE PROCHAIN SOMMET DE L’OTAN !
par bye Sam 1 Avr - 5:30

» Communiqué de presse de SUD éducation Guyane du 28 mars
par bye Jeu 30 Mar - 10:16

» Qu’est-ce qui ne va pas avec l’arabe à l’école ?
par bye Ven 24 Mar - 12:03

» Libérons l'oisiveté !
par bye Ven 17 Mar - 19:05

» Quand Espérance banlieues bat la campagne
par bye Ven 17 Mar - 19:00

» 8 mars : luttons toutes et tous pour l’égalité des droits !
par bye Mer 8 Mar - 11:01

» Désarmer la police, la proposition pas si saugrenue du NPA
par bye Mar 7 Mar - 12:50

» Fin du dispositif des Caomi: quelle orientation pour les mineurs isolés de Calais ?
par bye Sam 4 Mar - 9:58

» Les fonctionnaires répondent aux "menaces" de Marine Le Pen
par bye Sam 4 Mar - 6:25

» Réduction des indemnités et contrôles drastiques : Macron s’attaque aux chômeurs
par bye Sam 4 Mar - 6:22

» L'avenue Serge Dassault à Corbeil-Essonnes doit être débaptisée !
par bye Sam 4 Mar - 6:20

» Nouvelle révélation du Canard Enchainé : les copinages de Hamon et LVMH
par bye Sam 4 Mar - 6:18

» Une nouvelle menace pour les étrangers
par bye Mar 21 Fév - 12:02

» "Vous êtes la candidate du nanti-système", lance Charline Vanhoenacker à Marine Le Pen
par bye Lun 20 Fév - 20:30

» Vaccins : Marisol Touraine va-t-elle faire respecter la loi ou satisfaire les labos ?
par bye Lun 20 Fév - 20:26

» La tension monte d’un cran entre les Etats-Unis et le Venezuela
par bye Lun 20 Fév - 20:23

» Vandana Shiva : « Gandhi est plus pertinent qu’il ne l’a jamais été »
par bye Lun 20 Fév - 20:16

» Vague de froid en Europe : les migrants vulnérables
par bye Mar 7 Fév - 17:59

» Le centre pour les femmes et les familles migrantes a ouvert ses portes à Paris
par bye Mar 7 Fév - 17:56

» Des incidents éclatent à Aulnay-sous-Bois après les soupçons de viol de policiers
par bye Lun 6 Fév - 18:23

» Le maire rejette l'étude d'UFC-Que choisir sur l'eau potable
par bye Lun 6 Fév - 18:20

» DOCUMENT. Voici le contrat de travail de Penelope Fillon
par bye Lun 6 Fév - 18:17

» Le Hezbollah scrute avec inquiétude la nouvelle politique américaine au Moyen-Orient
par bye Lun 6 Fév - 18:14

» Huit hommes possèdent autant que la moitié de la population mondiale
par bye Mer 18 Jan - 20:06

» Délinquants solidaires : Pour en finir avec le délit de solidarité
par bye Mer 18 Jan - 13:29

» votre permis de conduire à portée de main
par neil89 Ven 13 Jan - 23:51

» Poursuivre la mobilisation pour une carte élargie des lycées de l’Education Prioritaire, en grève le 10 janvier !
par bye Mar 10 Jan - 11:50

» Grenade de désencerclement : un CRS mis en examen
par bye Sam 7 Jan - 20:59

» Les trois visages du vote FN
par bye Sam 7 Jan - 20:46

» Les deux jambes du militantisme
par bye Sam 7 Jan - 20:37

» Condamnés aujourd’hui pour avoir comparé Christiane Taubira à un singe
par bye Sam 31 Déc - 10:17

» Échapper au chaos
par bye Jeu 22 Déc - 17:53

» Le sénateur Carle coupable de détournement de fonds publics ? SUD éducation le dit depuis 2009 !
par bye Jeu 22 Déc - 15:06

» Maths : résoudre un problème
par bye Lun 12 Déc - 13:25

» Journée Internationale des droits de l'Homme: une situation inquiétante en Birmanie
par bye Dim 11 Déc - 11:17

» Comment les services de renseignement font la chasse aux employés des télécoms
par bye Sam 10 Déc - 18:54

» ET SI LE MASCULIN NE L’EMPORTAIT PAS SUR LE FEMININ ?
par bye Sam 10 Déc - 18:49

» Un document interne provoque un malaise à la SNCF
par bye Sam 10 Déc - 18:38

» Le gouvernement repousse l’évacuation de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes
par bye Sam 10 Déc - 18:29

» Légitime défense des policiers : faut-il tordre le droit ?
par bye Ven 9 Déc - 19:29

» Cadeau de fin d’année, un casier scolaire pour tous les marmots
par bye Mar 6 Déc - 13:59

» Violences policières, violences d’Etat
par bye Mar 6 Déc - 13:54

» La métamatière, les élites et les gouvernants
par De Bortoli Claude Ven 2 Déc - 9:54

» Comment les stups ont enfumé la justice
par bye Jeu 1 Déc - 12:26

» Quel opérateur
par bye Jeu 1 Déc - 12:24

» Fillon président ? Un coup de massue pour l’école
par bye Mer 30 Nov - 17:54

» « Pourquoi j’ai secouru des réfugiés. » Monument en l'honneur de Pierre-Alain Mannoni
par bye Mar 29 Nov - 13:06

» Jean-Luc Mélenchon ne passera pas au second tour de la présidentielle s'il ne se décide pas à parler au peuple
par bye Mar 29 Nov - 13:03

» Graeme Allwright : il t'a laissé la carte qui est si délirante qu'il n'aura plus jamais besoin d'une autre
par bye Mar 29 Nov - 13:00

» Mort de Fidel Castro : bilan de santé de la révolution castriste
par bye Mar 29 Nov - 12:57

» Vinci, piraté par des hacktivistes
par bye Ven 25 Nov - 18:38

» Le Mouvement de la Paix solidaire de la lutte des infirmières et infirmiers
par bye Ven 25 Nov - 18:35

» presentation de moi
par bye Ven 25 Nov - 18:30

» tests
par Matteo13 Mer 23 Nov - 7:48

» Un système d'accueil italien saturé face au nombre toujours aussi important d'arrivées
par bye Lun 21 Nov - 19:08

» Comment fonctionnera le « centre humanitaire » de Paris ?
par bye Lun 21 Nov - 19:06

» Un quart des enfants européens est menacé par la pauvreté
par bye Lun 21 Nov - 19:02

» Cuba : Le Conseil d’État décrète l’amnistie de 787 condamnés
par bye Sam 19 Nov - 11:11

LE SITE

Dans Les Coulisses de Demain

FORUMS & SITES AMIS

FORUM EST INSCRIT SUR


    Le Meilleur de l'Europe pour les Femmes

    Partagez
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8763
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    LE MEILLEUR DE L’EUROPE POUR LES FEMMES

    Message par bye le Mer 4 Juin - 13:57

    Par Violaine Lucas et Barbara Vilain

    En Pologne et dans nombre de pays européens, l’histoire de Mme Alicja Tysiac a eu un certain retentissement : en mars 2007, elle a réussi à faire condamner son pays devant la Cour Européenne des droits de l’homme ( CEDH ). En 2000, mère de 2 enfants qu’elle élevait seule, elle avait voulu interrompre sa 3° grossesse, qui menaçait de lui faire perdre la vue. L’avortement est interdit en Pologne, sauf en cas de malformation du fœtus, de viol ou de danger pour la santé de la mère, mais les médecins ont rejeté sa demande d’avortement thérapeutique. Après l’accouchement, une hémorragie rétinienne a considérablement dégradé sa vue. Elle risque, à terme, de devenir aveugle. Si mme Tysiac avait pu bénéficier de la législation en vigueur en Suède, sa décision n’aurait dépendu de personne d’autre qu’elle-même ; elle aurait eu un délai de 18 semaines pour mettre un terme à sa grossesse, et l’intervention aurait été prise en charge par l’Etat.

    Afin de remédier à de telles inégalités de traitement entre les femmes qui appartiennent à la même entité politique, une équipe de militantes – juristes, avocates, syndicalistes,.. – a étudié les législations en vigueur dans les pays de l’Union européenne en matière de droits des femmes. Elle a réuni les lois les plus progressistes dans chaque domaine au sein de la « clause de l’Européenne la plus favorisée », et propose que ce »bouquet législatif » s’applique à toutes les femmes de l’Union.

    Les 255 millions de citoyennes de l’Union européenne ont beau représenter 51,2 % de sa population, elles ne bénéficient pas des mêmes conditions de vie que les Européens, au seul motif qu’elles sont nées femmes. Elles sont discriminées dans tous les aspects de la vie. Leur accès aux responsabilités, tant dans l’entreprise qu’en politique, est restreint. Elles subissent dans leur corps une violence spécifique : en France, tous les 3 jours, une femme décède sous les coups de son compagnon. Elles éprouvent plus de difficultés à travailler, et gagnent, à poste égal, un salaire inférieur de 15 % en moyenne à celui des hommes.

    Elles subissent la précarité de l’emploi : 3 travailleurs à bas salaire sur 4 sont des travailleuses, de même que 8 travailleurs sur 10 à temps partiel . Minoritaires au sein de la population active, elles sont majoritaires parmi les chômeurs. Moins bien employées, moins bien payées, interrompant souvent leur vie professionnelle pour élever leurs enfants – et y étant incitées par des congés parentaux qui favorisent la carrière du père -, elles se retrouvent aussi, fatalement, avec des retraites plus faibles : en Italie, en 2004, les femmes disposaient d’un montant de retraite inférieur de 40 % à celui des hommes.

    Le problème du financement des retraites se posant de manière plus aigüe que pour les hommes, la défense de leurs droits constitue une excellente boussole pour les choix de société qui devront être faits au cours des prochaines années au sein de l’Union – qui est, rappelons-le, une des zones les plus riches du monde. Le système de retraite par capitalisation, qui tend de plus en plus à compléter ou à remplacer le système par répartition, et qui substitue l’épargne individuelle à la solidarité entre les générations, leur est ainsi particulièrement défavorable : leur accès au dispositif est moins fréquent, car les secteurs dans lesquels elles sont employées sont moins couverts.

    En outre, dans le système par capitalisation, à salaire égal, elles doivent épargner davantage que les hommes pour un même niveau de retraite, du fait d’une espérance de vie plus longue. Enfin, c’est elles que ce système expose aux plus gros risques : elles ne peuvent diversifier leurs placements pour faire face à l’effondrement de certains d’entre eux, puisque leurs capacités d’épargne sont moindres.

    L’allongement de la durée de cotisation , adopté par plusieurs pays de l’Union, est une solution illusoire : au Danemark, par exemple, il est question de repousser l’âge de la retraite de 65 à 67 ans ; pourtant, si l’on examine la courbe d’âge moyen de sortie du travail dans ce pays, on constate que, d’une part, on a du mal à maintenir les travailleurs en activité au-delà de 62 ans, et que, d’autre part, les femmes sortent plus tôt que les hommes du marché du travail.Seule une hausse des taux de cotisations, adossée à une revalorisation des salaires, ainsi qu’un élargissement de l’assiette des cotisations sociales à l’ensemble de la richesse produite – au lieu des seuls salaires – pourraient empêcher la paupérisation généralisée des retraités, et en premier lieu des retraitées. Comme le dit Hanne-Vibeke Holst, journaliste et écrivaine danoise, « nous ne devrions jamais oublier que le visage de la pauvreté et de la misère est souvent celui d’une femme « .

    Dan tous les domaines, la reconnaissance et l’harmonisation par le haut des droits des citoyennes de l’Union profiteraient à tous, comme chaque avancée de la cause des femmes au cours des dernières décennies. C’est à l’issue des années 1970 – une période marquée par de nombreuses luttes, en particulier celle pour la légalisation de l’interruption volontaire de grossesse ( IVG ) – que l’idée a été avancée pour la 1° fois d’établir un bouquet législatif améliorant chaque aspect de la condition des Européennes.

    En 1979 avait eu lieu la 1° élection au suffrage universel de l’Assemblée européenne, éveillant de faire l’Europe des peuples et non celle de Etats et de leurs gouvernements. Quelques mois plus tard, les féministes italiennes – qui sont aujourd’hui confrontées à une offensive majeure contre le droit à l’avortement – avaient demandé à la Commission Européenne d’adopter une directive communautaire étendant à tous les Etats le droit des femmes de choisir de donner la vie.Le projet de clause fut cependant mis de côté durant les années 1980 et 1990, au profit d’autres luttes plus immédiates : pour la parité en politique, pour la criminalisation du viol,..

    Pour élaborer la clause, l’association Choisir la cause des femmes a rencontré dans chacun des 27 pays de l’Union, une responsable politique et une féministe emblématique. L’idée de la clause progresse : en novembre 2006, déjà, le commissaire européen chargé de l’emploi et des affaires sociales, M. Vladimir Spidla, avait souligné que ce projet pouvait être étroitement lié à la feuille de route 2006-2010 pour l’égalité entre les femmes et les hommes adoptée par la Commission.

    En janvier 2007, Mme Anne-marie Lizin, alors présidente du Sénat belge, a introduit devant cette assemblée une proposition de résolution visant à faire appliquer la clause. En juin 2007, les dirigeants de plusieurs groupes politiques du Parlement européen lui ont également apporté leur soutien. Le groupe confédéral de la Gauche unitaire européenne – Gauche verte nordique ( GUE-NGL ) l’a inscrit dans son programme. Puis la préparation de la présidence française de l’Union – au cours du second semestre 2008 – lui a donné une nouvelle impulsion.

    Pourtant, jusqu’à aujourd’hui, l’histoire de l’Europe et de ses concitoyennes a surtout été faite, de rendez-vous manqués, d’évitements et de promesses non tenues. Dès 1957, comme le rappelle Eliane Vogel-Polsky, professeure émérite à la faculté de droit et d’études européennes de l’Université libre de Bruxelles, le traité de Rome posait le principe d’égalité des salaires. Mais, en 1961, les chefs d’Etat et de gouvernement , réunis à Bruxelles, décidèrent de « remplacer le constat, exigé par le traité, de réalisation de l’égalité salariale dans les Etats membres par un calendrier pour l’avenir. C’est donc en 1961 quen très officiellement mais sans dire son nom, au cœur de la plus haute instance politique de la Communauté européenne, il est décidé de remplacer le concept d’égalité par celui d’égalisation ». Il faudra attendre 1976pour que la Cour de justice des Communautés européennes condamne cette violation du traité de Rome, et déclare que le principe de l’égalité salariale qui y est inscrit constitue l’un des droits fondamentaux de la Communauté, aussi important que les droits économiques.
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8763
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    LE MEILLEUR DE L’EUROPE POUR LES FEMMES

    Message par bye le Mer 4 Juin - 13:59

    Le traité d’Amsterdam ( 1997 ), lui, énonce parmi les missions de l’Union « l’égalité entre les hommes et les femmes ». Mais il prescrit, pour y parvenir, l’approche du gender mainstreaming ( qui trouve son origine dans la plate-forme de la Conférence mondiale des femmes de Pékin, en 1995 ), c’est-à-dire l’intégration de l’égalité de genre dans toutes les actions et politiques de la Communauté. « En réalité, commente le professeur Vogel-Polski, il s’agit de la consécration de la politique européenne d’égalisation. Les recommandations, résolutions, programmes d’action, feuilles de route, ..sont très nombreux dans le codex communautaire, et les résultats obtenus ont été très médiocres, dans la mesure où leur mise en œuvre est facultative ».

    Elle souligne qu’il n’a jamais été possible de faire adopter, en matière de droit des femmes à l’égalité, dans quelque domaine que ce soit, un autre instrument juridique contraignant que la directive « . Une directive a ceci de particulier qu’elle définit des objectifs, mais qu’elle laisse aux états le choix des moyens à utiliser pour y parvenir, en fonction de leurs systèmes juridiques nationaux : « les directives ne peuvent en aucun cas produire une législation européenne unique ou uniforme ». Militante de longue date du droit des femmes européennes, elle préconise, pour parvenir à un statut juridique européen unique de la femme, de recourir au règlement, qui est « l’instrument le plus puissant du droit communautaire ». ; il constitue une loi unique s’appliquant dans tous ses éléments et dans tous ses Etats membres.

    L’union européenne , de la même façon qu’elle subordonne déjà l’adhésion de ses membres à l’abolition de la peine de mort, pourrait ainsi faire du respect des droits des femmes l’un des piliers de sa politique et de son identité. Parmi les objections à la faisabilité de la clause , revient souvent l’argument de la complexité de la mise en œuvre. Or le projet part de ce qui existe et ne nécessite donc aucun traité. Mais, surtout, l’énergie dépensée pour créer l’Europe politique est déjà immense. Depuis un demi-siècle, les traités se sont succédé inlassablement. Le traité de Lisbonne, par exemple, comporte 287 pages, 356 modifications aux traités antérieurs, + 13 protocoles, 65 déclarations et 1 annexe !

    La notion de clause de la nation la plus favorisée, qui fait consensus entre les Etats membres dans le domaine du commerce, montre en outre qu’une harmonisation internationale peut aboutir lorsque la volonté politique est au rendez-vous. Enfin, l’harmonisation sociale entre el Etats membres nous est au moins promise depuis le traité de Maastricht, en 1992 – promesse réitérée en 2005 lors de la campagne du traité constitutionnel. La clause de l’Européenne la plus favorisée pourrait être un bon moyen de prendre les responsables politiques au mot. Et de donner un exemple de ce que peut être une Europe solidaire. Ensuite, le principe même de l’harmonisation par le haut pourrait être appliqué à d’autres revendications.
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8763
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    LE MEILLEUR DE L’EUROPE POUR LES FEMMES

    Message par bye le Mer 4 Juin - 14:00

    Bouquet législatif : chaque Etat membre fera profiter ses citoyennes d’un bouquet législatif composé des lois les plus avancées et déjà existantes dans l’un ou l’autre des 27 pays de l’Union.
    Ces lois réglementent les droits spécifiques des femmes dans les domaines suivants :


    Vie familiale
    Droits sexuels et reproductifs
    Lutte contre les violences
    Vie professionnelle
    Parité politique

    Espagne :

    Mariage. Primauté du mariage civil. S’y ajouterait la loi espagnole pour l’ouverture sans restriction aux homosexuel-le-s.

    Divorce. Obtention du divorce non subordonnée à une cause ou à une période de réflexion. Obligation de secours alimentaire maintenue.

    Violences conjugales. Loi intégrale contre la violence de genre : lutte contre les stéréotypes à l’école, mesures de protection d’urgence et centre d’accueil pour les victimes, formation des interlocuteurs des services publics, tribunaux spécialisés..

    France

    Viol. Définition du viol comme un crime ; prononcé du huis clos à la seule demande de la victime ; possibilité offerte aux associations de défense des victimes de se joindre aux parties plaignantes. S’y ajouterait la loi espagnole , pour son approche globale ( justice, santé,..)

    Travail. Code du travail reprenant les principales conquêtes sociales. Régime de retraite fondé sur la logique de solidarité.

    Belgique

    Contrat d’union civile. Droits élevés pour les hétérosexuel-le-s et les homosexuel-le-s , à côté du mariage ( loi identique aux Pays-Bas)

    Politique. Inscription de la parité dans la Constitution et dispositif législatif imposant une parité absolue et des quotas pour toutes les élections.

    Suède

    Avortement. Délai légal de 18 semaines ( un minimum de 12 semaines, délai le plus répandu en Europe, est requis). La pilule est autorisée et l’acte remboursé.

    Congé parental. Haut niveau de rémunération du congé parental et esquisse du système de l’alternance ( une partie du congé réservé au père ).

    Prostitution. Abolition de fait de la prostitution : pénalisation du client, impunité accordée aux prostituées et création de centre d’aide, avec une attention particulière, portée aux victimes de la traite.

    Pays-Bas

    Autorité parentale. Etablissement de l’autorité à partir du lien de filiation. Exercice conjoint de l’autorité maintenu en cas de séparation. S’y ajouterait la loi des Pays-Bas pour l’attribution judiciaire de l’autorité à l’un des parents et à son partenaire, quelle que soit son orientation sexuelle.

    Education sexuelle. Education à la sexualité, dès l’école primaire. La Finlande et les Pays-Bas proposent également des lois progressistes.

    Contraception. Accès direct, libre et gratuit ( y compris pour les mineures ).


    Contrat d’union civile. Droits élevés pour les hétérosexuel-le-s et les homosexuel-le-s , à côté du mariage ( loi identique aux Pays-Bas)


    Danemark

    Education sexuelle. Education à la sexualité, dès l’école primaire. La Finlande et les Pays-Bas proposent également des lois progressistes.

    Autriche


    Mariage. Primauté du mariage civil. S’y ajouterait la loi espagnole pour l’ouverture sans restriction aux homosexuel-le-s.

    Finlande

    Education sexuelle. Education à la sexualité, dès l’école primaire. La Finlande et les Pays-Bas proposent également des lois progressistes.

    Estonie


    Autorité parentale. Etablissement de l’autorité à partir du lien de filiation. Exercice conjoint de l’autorité maintenu en cas de séparation. S’y ajouterait la loi des Pays-Bas pour l’attribution judiciaire de l’autorité à l’un des parents et à son partenaire, quelle que soit son orientation sexuelle.

    Lituanie

    Harcèlement. Dispositions contre la harcèlement dans le code du travail et dans la loi sur l’égalité entre femmes et hommes.
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8763
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    LE MEILLEUR DE L’EUROPE POUR LES FEMMES

    Message par bye le Mer 4 Juin - 14:01

    Droit à l’avortement

    Avortement autorisé en cas de viol, pour raisons de santé, ou en cas de difficultés socio- économiques : Portugal, Espagne, Royaume-Uni, Italie, Finlande,Pays-Bas, Malte .

    Avortement obtenu à la demande de la femme, mais parfois restreint de fait par le refus, ou le manque de moyens des services de santé : France, Luxembourg, Belgique, Allemagne, Slovaquie, République Tchèque, Hongrie, Autriche, Slovénie, Roumanie, Bulgarie, Grèce, Lithuanie, Esthonie, Lettonie, Suède, Danemark.

    Avortement autorisé en cas de viol ou si la santé ( physique ou psychique )de la femme est menacée : Pologne, Chypre.

    Avortement illégal, autorisé uniquement s’il permet de sauver la vie de la femme : Irlande.



    Salariés à temps partiel ( en % de l’emploi total )

    Portugal :
    f : 20 % h : 10 %

    Espagne :
    f : 25 % h : 5 %

    France :
    f : 30 % h : 5%

    Irlande :
    f : 24 % h :11 %

    GB :
    f : 37 % h : 11 %

    Belgique :
    f : 40 % h : 7 %

    Lux :
    f : 40 % h : 2 %

    Pays-Bas :
    f : 73 % h : 22 %

    Allemagne :
    f :42 % h : 7 %

    Danemark :
    f : 32 % h : 12 %

    Autriche :
    f : 41 % h : 5 %

    Suède :
    f : 40 % h : 12 %

    Slovénie :
    f : 11 % h : 7 %

    Malte :
    f : 20 % h : 2 %

    Italie :
    f : 23 % h : 3 %

    Rép.Tchèq. :
    f : 11 % h : 1 %

    Pologne :
    f : 13 % h : 8 %

    Slovaquie :
    f : 3 % h : 1 %

    Hongrie :
    f : 6 % h : 2 %

    Finlande :
    f : 19 % h : 9 %

    Estonie :
    f: 10 % h : 3 %

    Lettonie :
    f : 11 % h : 7 %

    Lituanie :
    f : 9 % h : 3 %

    Grèce :
    f : 20 % h : 2 %

    Chypre :
    f : 11 % h : 2 %


    Femmes dans les parlements nationaux

    Portugal :
    22 %

    Espagne :
    33 %

    France :
    12 %

    Irlande :
    13 %

    Belgique :
    33 %

    GB :
    19 %

    Lux :
    22 %

    Pays-Bas :
    34 %

    Allemagne :
    32 %

    Danemark :
    33 %

    Rép.Tchèq. :
    13 %

    Suède :
    44 %

    Autriche :
    31 %

    Slovénie :
    12 %

    Italie :
    13 %

    Malte :
    7 %

    Hongrie :
    8 %

    Pologne :
    19 %

    Finlande :
    33 %

    Estonie :
    14 %

    Lituanie :
    23 %

    Lettonie :
    15 %

    Roumanie :
    11 %

    Bulgarie :
    22 %

    Grèce :
    12 %

    Chypre :
    5 %

    Contenu sponsorisé

    Re: Le Meilleur de l'Europe pour les Femmes

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Ven 24 Nov - 3:00