LIBRE DISCUSSION DANS LES COULISSES DE DEMAIN

Débattons en toute liberté, dans le respect de l’autre, sur tous les sujets qui composent notre société : politique, économie, environnement, religion, philosophie, paranormal, sciences, famille, santé, mode, sexualité, loisirs, sports, divertissements…

Derniers sujets

» Défendre et renforcer les CHSCT !
par bye Mar 5 Déc - 12:59

» Nuage de Ruthénium-106 sur l’Europe : que s’est-il réellement passé ?
par bye Mar 28 Nov - 12:35

» Dossier sur "l’affaire du stage de Sud éduc 93"
par bye Lun 27 Nov - 12:34

» Appel de Raymond Millot : Un projet émancipateur face aux dangers de l’anthropocène
par bye Mar 21 Nov - 12:54

» Les émissions de CO2 repartent à la hausse
par bye Ven 17 Nov - 17:05

» l’idéologie du consentement, outil d’émancipation ou d’isolement individuel ?
par bye Lun 13 Nov - 12:21

» Droit au logement opposable : le bilan chiffré 2008-2016
par bye Jeu 9 Nov - 20:02

» La rétention des « dublinés », dans l’attente d’un transfert, est contraire au règlement Dublin
par bye Lun 6 Nov - 18:33

» Face à la situation en Catalogne
par bye Mer 1 Nov - 11:33

» ACTUALITÉ SOCIÉTÉ ET POLITIQUE
par bye Sam 21 Oct - 10:37

» Offre de Prêt Entre Particulier Sérieux en 72H
par gramophone Ven 20 Oct - 9:32

» Offre de Prêt Entre Particulier Sérieux en 72H
par gramophone Ven 20 Oct - 9:32

» Offre de Prêt Entre Particulier Sérieux en 72H
par gramophone Ven 20 Oct - 9:31

» Offre de Prêt Entre Particulier Sérieux en 72H
par gramophone Ven 20 Oct - 9:31

» Bus de la honte : ne laissons pas l’avenir aux réactionnaires
par bye Sam 14 Oct - 12:44

» La métamatière et le peuple
par Claude De Bortoli Ven 6 Oct - 9:27

» Vers un retour du délit de solidarité ?
par bye Sam 30 Sep - 6:45

» Dossier : de l’École capitaliste à l’éducation émancipatrice
par bye Mer 13 Sep - 19:07

» Education : le « désastre » d’un enseignement tiré vers le bas...
par bye Lun 4 Sep - 12:13

» Offre de prêt entre particuliers rapide en 72h
par BastienL Dim 13 Aoû - 19:49

» Jean Gadrey, économiste : “Il faut remettre la réduction du temps de travail au cœur du débat public”
par bye Mar 8 Aoû - 19:04

» Le « chavo-madurisme » n’est rien moins qu’une dictature pure et simple
par bye Dim 6 Aoû - 18:52

» Gel des postes et du budget de l’éducation nationale : non, cette école ne nous convient pas !
par bye Mer 12 Juil - 13:56

» G 20 Hambourg
par bye Lun 10 Juil - 11:51

» Handicapée, je ne peux continuer à enseigner dans mon académie
par bye Mer 5 Juil - 6:21

» Pour une éducation populaire féministe
par bye Lun 12 Juin - 18:20

» La CNT a écrit aux Éditions Belin
par bye Mar 6 Juin - 10:20

» Blanquer ministre de l’Education nationale : au secours, Sarkozy revient !
par bye Jeu 25 Mai - 11:08

» L'accaparement des terres en Birmanie
par bye Mer 17 Mai - 18:42

» Un enseignant kurde témoigne...
par bye Lun 15 Mai - 17:50

» La métamatière et le Roi de la Terre
par De Bortoli Claude Mar 2 Mai - 9:52

» Au-delà des élections
par bye Mer 26 Avr - 17:26

» Les Etats-Unis ont utilisé leur plus puissante bombe non-nucléaire en Afghanistan, une première
par bye Dim 23 Avr - 18:35

» « Pourquoi nous sommes en grève de la faim dans les prisons d’Israël »
par bye Dim 23 Avr - 18:31

» « Enculé, ordure ! ». Philippe Poutou insulté par les flics
par bye Dim 23 Avr - 18:25

» La Sécurité sociale, une assistance ou un droit ?
par bye Dim 23 Avr - 18:22

» Birmanie: pour établir un mécanisme indépendant de réexamen de tous les cas de prisonniers politiques
par bye Ven 21 Avr - 6:02

» Gatti est mort. A la Parole Errante ses mots résonnent encore !
par bye Mer 12 Avr - 18:21

» Turquie : appel urgent au monde enseignant, aux associations et syndicats…
par bye Lun 3 Avr - 18:21

» APPEL À LA MOBILISATION CONTRE LE PROCHAIN SOMMET DE L’OTAN !
par bye Sam 1 Avr - 5:30

» Communiqué de presse de SUD éducation Guyane du 28 mars
par bye Jeu 30 Mar - 10:16

» Qu’est-ce qui ne va pas avec l’arabe à l’école ?
par bye Ven 24 Mar - 12:03

» Libérons l'oisiveté !
par bye Ven 17 Mar - 19:05

» Quand Espérance banlieues bat la campagne
par bye Ven 17 Mar - 19:00

» 8 mars : luttons toutes et tous pour l’égalité des droits !
par bye Mer 8 Mar - 11:01

» Désarmer la police, la proposition pas si saugrenue du NPA
par bye Mar 7 Mar - 12:50

» Fin du dispositif des Caomi: quelle orientation pour les mineurs isolés de Calais ?
par bye Sam 4 Mar - 9:58

» Les fonctionnaires répondent aux "menaces" de Marine Le Pen
par bye Sam 4 Mar - 6:25

» Réduction des indemnités et contrôles drastiques : Macron s’attaque aux chômeurs
par bye Sam 4 Mar - 6:22

» L'avenue Serge Dassault à Corbeil-Essonnes doit être débaptisée !
par bye Sam 4 Mar - 6:20

» Nouvelle révélation du Canard Enchainé : les copinages de Hamon et LVMH
par bye Sam 4 Mar - 6:18

» Une nouvelle menace pour les étrangers
par bye Mar 21 Fév - 12:02

» "Vous êtes la candidate du nanti-système", lance Charline Vanhoenacker à Marine Le Pen
par bye Lun 20 Fév - 20:30

» Vaccins : Marisol Touraine va-t-elle faire respecter la loi ou satisfaire les labos ?
par bye Lun 20 Fév - 20:26

» La tension monte d’un cran entre les Etats-Unis et le Venezuela
par bye Lun 20 Fév - 20:23

» Vandana Shiva : « Gandhi est plus pertinent qu’il ne l’a jamais été »
par bye Lun 20 Fév - 20:16

» Vague de froid en Europe : les migrants vulnérables
par bye Mar 7 Fév - 17:59

» Le centre pour les femmes et les familles migrantes a ouvert ses portes à Paris
par bye Mar 7 Fév - 17:56

» Des incidents éclatent à Aulnay-sous-Bois après les soupçons de viol de policiers
par bye Lun 6 Fév - 18:23

» Le maire rejette l'étude d'UFC-Que choisir sur l'eau potable
par bye Lun 6 Fév - 18:20

» DOCUMENT. Voici le contrat de travail de Penelope Fillon
par bye Lun 6 Fév - 18:17

» Le Hezbollah scrute avec inquiétude la nouvelle politique américaine au Moyen-Orient
par bye Lun 6 Fév - 18:14

» Huit hommes possèdent autant que la moitié de la population mondiale
par bye Mer 18 Jan - 20:06

» Délinquants solidaires : Pour en finir avec le délit de solidarité
par bye Mer 18 Jan - 13:29

» votre permis de conduire à portée de main
par neil89 Ven 13 Jan - 23:51

» Poursuivre la mobilisation pour une carte élargie des lycées de l’Education Prioritaire, en grève le 10 janvier !
par bye Mar 10 Jan - 11:50

» Grenade de désencerclement : un CRS mis en examen
par bye Sam 7 Jan - 20:59

» Les trois visages du vote FN
par bye Sam 7 Jan - 20:46

» Les deux jambes du militantisme
par bye Sam 7 Jan - 20:37

» Condamnés aujourd’hui pour avoir comparé Christiane Taubira à un singe
par bye Sam 31 Déc - 10:17

» Échapper au chaos
par bye Jeu 22 Déc - 17:53

» Le sénateur Carle coupable de détournement de fonds publics ? SUD éducation le dit depuis 2009 !
par bye Jeu 22 Déc - 15:06

» Maths : résoudre un problème
par bye Lun 12 Déc - 13:25

» Journée Internationale des droits de l'Homme: une situation inquiétante en Birmanie
par bye Dim 11 Déc - 11:17

» Comment les services de renseignement font la chasse aux employés des télécoms
par bye Sam 10 Déc - 18:54

» ET SI LE MASCULIN NE L’EMPORTAIT PAS SUR LE FEMININ ?
par bye Sam 10 Déc - 18:49

» Un document interne provoque un malaise à la SNCF
par bye Sam 10 Déc - 18:38

» Le gouvernement repousse l’évacuation de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes
par bye Sam 10 Déc - 18:29

» Légitime défense des policiers : faut-il tordre le droit ?
par bye Ven 9 Déc - 19:29

» Cadeau de fin d’année, un casier scolaire pour tous les marmots
par bye Mar 6 Déc - 13:59

» Violences policières, violences d’Etat
par bye Mar 6 Déc - 13:54

» La métamatière, les élites et les gouvernants
par De Bortoli Claude Ven 2 Déc - 9:54

» Comment les stups ont enfumé la justice
par bye Jeu 1 Déc - 12:26

» Quel opérateur
par bye Jeu 1 Déc - 12:24

» Fillon président ? Un coup de massue pour l’école
par bye Mer 30 Nov - 17:54

» « Pourquoi j’ai secouru des réfugiés. » Monument en l'honneur de Pierre-Alain Mannoni
par bye Mar 29 Nov - 13:06

» Jean-Luc Mélenchon ne passera pas au second tour de la présidentielle s'il ne se décide pas à parler au peuple
par bye Mar 29 Nov - 13:03

» Graeme Allwright : il t'a laissé la carte qui est si délirante qu'il n'aura plus jamais besoin d'une autre
par bye Mar 29 Nov - 13:00

» Mort de Fidel Castro : bilan de santé de la révolution castriste
par bye Mar 29 Nov - 12:57

» Vinci, piraté par des hacktivistes
par bye Ven 25 Nov - 18:38

» Le Mouvement de la Paix solidaire de la lutte des infirmières et infirmiers
par bye Ven 25 Nov - 18:35

» presentation de moi
par bye Ven 25 Nov - 18:30

» tests
par Matteo13 Mer 23 Nov - 7:48

» Un système d'accueil italien saturé face au nombre toujours aussi important d'arrivées
par bye Lun 21 Nov - 19:08

LE SITE

Dans Les Coulisses de Demain

FORUMS & SITES AMIS

FORUM EST INSCRIT SUR


    L'ENFER DES RÉFUGIÉS D'ÉRYTHRÉE

    Partagez
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8766
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    L'ENFER DES RÉFUGIÉS D'ÉRYTHRÉE

    Message par bye le Mer 22 Oct - 18:58

    Les enlèvements de migrants érythréens dans le désert du Sinaï demeure un thème malheureusement méconnu. Découvrez l'enfer dans lequel sont plongés ces personnes à travers le combat d'une réfugiée érythréenne installée en Suède, animatrice d'une radio qui recueille leurs témoignages.
    Le désert du Sinaï est devenu en quelques années l’enfer de milliers de réfugiés érythréens détenus par des trafiquants bédouins. Dans le documentaire “La Torture au bout du fil”, diffusé sur Arte, une militante fait entendre la voix de disparus.
    Les otages occidentaux attirent l’attention des médias internationaux. Le monde entier se sent concerné par l’enlèvement hors normes des 223 Nigérianes revendiqué en avril dernier par les terroristes de Boko Haram. Mais « qui a entendu parler des enlèvements de réfugiés érythréens dans la corne de l’Afrique ? », interroge Meron Estefanos, une journaliste et militante des droits de l’homme qui consacre tout son temps à lutter contre la traite de ses compatriotes. Un documentaire impressionnant, La torture au bout du fil, diffusé sur Arte, raconte son combat.



    Huit ans que cette Érythréenne d’origine – partie vivre à l’adolescence en Suède avec son père, un ancien activiste politique – anime depuis son appartement de Stockholm Les voix des réfugiés érythréens. L’émission de radio libre est devenue la hotline de cette diaspora. L’Agence des Nations unies pour les réfugiés estime que plus de 305 000 Erythréens ont fui leur pays en dix ans.



    Après son indépendance en 1993, l’Érythrée, l’un des États les plus pauvres de la planète, devient une dictature militaire. Les migrants prennent d’abord la route de l’Europe, à travers l’Italie. Jusqu’à la fermeture des frontières aux demandeurs d’asile en 2006. Avec le durcissement de la situation à Asmara en 2008, ils se tournent vers Israël, en traversant le Soudan puis l’Égypte. Mais juste avant de franchir la frontière israélo-egyptienne, des centaines d’entre eux sont pris en otage par des passeurs égyptiens et remis à des Bédouins qui les gardent captifs dans des « villas de torture » implantées dans le désert du Sinaï. Ces barbares rançonnent les familles présentes en Israël et sont passés maîtres dans l’art du chantage : lorsqu’ils torturent, un téléphone portable reste toujours allumé.



    Détenus aux abois et parents en détresse : tous ont enregistré le numéro de téléphone de Meron Estefanos. Et quand un frère entendant sa sœur se faire brûler au chalumeau, mutiler ou violer, n’a pas la force de rester pendu au bout du fil, la journaliste verse une larme mais écoute inlassablement les cris de détresse, tente de dialoguer avec les bourreaux et retransmet le son de l’horreur sur les ondes. Son objectif ? Appeler à la collecte de fonds pour verser les rançons (en moyenne 5 000 dollars par personne), même si cela fait « monter la cote » des prisonniers.

    Des proies faciles



    En 2011, alors qu’elle venait d’entendre parler des maisons de torture, Keren Shayo, une jeune réalisatrice israélienne « très impliquée dans la communauté africaine de Tel Aviv » a commencé à travailler sur le sujet pour son premier documentaire. Elle n’a pas mis longtemps à entendre parler de Meron Estefanos : « Je me suis d’abord focalisée sur l’histoire de Timnit, une jeune femme recherchée par son frère. Il m’a fait écouter l’émission de Meron. Je n’ai pas compris car c’était en langue tigrigna (1), mais c’était très émouvant. J’ai donc contacté la présentatrice qui nous a rejoints en Israël pour trouver Timnit et, progressivement, Meron est devenue le personnage principal du film. J’avais besoin d’une force positive, d’une militante, pour ne pas me centrer seulement sur les victimes. »



    Selon Meron Estefanos, devenue entretemps cofondatrice de la commission internationale sur les réfugiés erythréens, « 500 Erythréens sont capturés chaque semaine ». Elle a coécrit une étude (2) chiffrant à 10 000 le nombre de disparus sur les 50 000 Erythréens qui seraient passés dans le Sinaï ces dernières années. Pourquoi ces derniers et non pas les Soudanais ou les Ethiopiens ? Il y a deux raisons principales pour Meron Estefanos : « Une fois qu’ils ont quitté le pays, les Erythréens sont considérés comme des traitres ; ce sont donc des proies faciles. De plus, la diaspora est très solidaire. Elle s’organise pour payer les rançons, contrairement aux ressortissants d’autres pays. » Les quelques centaines ou milliers de Bédouins faisant partie de ce que Keren Shayo qualifie de « mafia » – sans que l’on sache encore précisément si un Etat ou une organisation terroriste en tire les ficelles – ne le savent que trop.


    Du Sinaï à la Libye



    Peuplée de 260 000 Bédouins considérés comme des citoyens de seconde zone par le régime égyptien, l’immense péninsule du Sinaï – zone tampon démilitarisée, rétrocédée par Israël à l’Egypte en 1975 – est devenue une région de non-droit. Depuis juillet 2013 et la déposition du président islamiste Mohamed Morsi, l’armée égyptienne tente d’y éradiquer des cellules djihadistes.



    En novembre, Keren Shayo bouclait le montage de son film pendant qu’Israël posait la dernière pierre à un mur érigé le long de sa frontière sud, ayant pour effet de bloquer l’entrée des migrants africains. L’Etat hébreu a également voté une loi d’immigration restrictive et encouragé financièrement le départ volontaire des Erythréens et des Soudanais dans des pays tiers africains. Cette année, les réfugiés érythréens ont donc dû reprendre la route de l’Europe par la Libye. « A cause de la clôture, les Bédouins ont senti que leur ‘‘business’’ était menacé, analyse la réalisatrice. Ils ont donc commencé à kidnapper des Erythréens à la frontière entre l’Ethiopie et le Soudan ou dans des camps de réfugiés pour les emmener dans le Sinaï où le nombre de prisonniers a néanmoins diminué. Mais il y a quelques mois, nous avons entendu parler de camps en Libye. Les rançons sont montées très vite de 3 000 à 10 000 dollars. Donc, le problème se reproduit de pays en pays. »



    maron estefanos
    A Stockholm, la journaliste Meron Estefanos dans émission de radio en provenance de l'Érythrée tente d'aider les victimes dans les camps de torture sur la frontière israélo-égyptienne - © Daniel Gal



    Rien ne bouge



    En se propageant dans la Corne de l’Afrique, le trafic est donc en train de devenir un massacre. La torture au bout du fil a déjà été diffusé à l’ONU, au Parlement européen (3) ou encore à la Knesset (le parlement israélien) en juin dernier. Les instances politiques internationales sont donc au courant. « Le film a été montré dans des lieux de décision politique, mais ça n’a pas fait bouger les choses, déplore Keren Shayo. Peut-être parce que l’Erythrée a peu de poids politique. A la Knesset, il a été bien accueilli, mais la projection a eu lieu une semaine avant la guerre contre Gaza. Donc le sujet a vite été mis entre parenthèses. »



    A Jérusalem, la députée Michal Rozin, du parti Meretz (extrême gauche) a organisé la projection « pour que les membres du parlement voient la réalité de la torture ». Mais seuls les partis de gauche et du centre ont répondu présents : « tout le monde a été choqué par ce qu’il a vu, mais ceux qui sont venus savaient déjà ». Si la parlementaire se réjouit « que la clôture ait mis un terme à l’industrie de la torture dans le Sinaï », elle continue de militer pour les droits des « 48 000 Erythréens présents en Israël ». Pour cette responsable de la commission des travailleurs étrangers, « le cœur du problème c’est que le gouvernement n’accorde pas le statut de réfugié aux Erythréens. Il les voit tout juste comme des immigrants économiques, ce qui ne leur ouvre aucun droit à la santé ou au logement. Il veut améliorer leurs conditions de vie, mais en aucun cas changer leur statut car il craint que les Africains ne viennent alors en plus grand nombre ». Meron Estefanos n’a pas de mots assez durs pour qualifier l’attitude « discriminatoire » du gouvernement israélien envers les immigrés africains : « il les appelle "les infiltrés".».



    En attendant, cette enquêtrice pour l’Union européenne s’occupe de trouver un logement et des soins aux survivants qui la considèrent comme une mère. Parallèlement, elle recherche les trafiquants dans toute l’Europe, comme les Klarsfeld traquait les nazis hier. Et elle continue de répondre à pas moins de 200 coups de téléphone par jour, d’où qu’ils viennent : Sinaï, Libye, Rwanda, Lampedusa... « Le plus dur c’est quand on m’appelle d’un bateau en train de couler à l’approche des côtes italiennes. Cela arrive toutes les semaines en ce moment. »



    Mère célibataire de deux enfants, Meron Estefanos confie être désormais proche du burn out. A entendre son débit saccadé au téléphone, on la croit sur parole. « Je me bats depuis huit ans et je continuerai aussi longtemps que je vivrai, mais maintenant je suis fatiguée et en situation de faillite. Parfois, je n’ai même pas l’argent de passer un coup de fil, parce que je n’ai pas travaillé depuis très longtemps et que je ne reçois aucun soutien. Là, j’essaie de monter un organisme en demandant des financements. Mais si je ne les obtiens pas, peut-être que je raccrocherai et que je prendrai un boulot normal, comme tout le monde. »



    Pour découvrir le documentaire, disponible en ce moment sur Arte +, cliquez ici.



    1) Langue officielle de l’Erythée.
    2) The Human Trafficking Cycle, Sinai and Beyond, par Mirjam Van Reisen, Meron Estefanos et Conny Rijken (éditions Wolfpublishers, 2013).
    3) Qui a publié le 12 mars 2014 une proposition de résolution commune demandant notamment à l’Egypte de régler le problème de la traite dans le Sinaï.

    http://www.france-terre-asile.org/toute-lactualite-choisie/item/9774-un-documentaire-siderant-pour-raconter-lenfer-des-refugies-derythree

      La date/heure actuelle est Jeu 14 Déc - 21:54