LIBRE DISCUSSION DANS LES COULISSES DE DEMAIN

Débattons en toute liberté, dans le respect de l’autre, sur tous les sujets qui composent notre société : politique, économie, environnement, religion, philosophie, paranormal, sciences, famille, santé, mode, sexualité, loisirs, sports, divertissements…

Derniers sujets

» Appel de Raymond Millot : Un projet émancipateur face aux dangers de l’anthropocène
par bye Mar 21 Nov - 12:54

» Les émissions de CO2 repartent à la hausse
par bye Ven 17 Nov - 17:05

» l’idéologie du consentement, outil d’émancipation ou d’isolement individuel ?
par bye Lun 13 Nov - 12:21

» Droit au logement opposable : le bilan chiffré 2008-2016
par bye Jeu 9 Nov - 20:02

» La rétention des « dublinés », dans l’attente d’un transfert, est contraire au règlement Dublin
par bye Lun 6 Nov - 18:33

» Face à la situation en Catalogne
par bye Mer 1 Nov - 11:33

» ACTUALITÉ SOCIÉTÉ ET POLITIQUE
par bye Sam 21 Oct - 10:37

» Offre de Prêt Entre Particulier Sérieux en 72H
par gramophone Ven 20 Oct - 9:32

» Offre de Prêt Entre Particulier Sérieux en 72H
par gramophone Ven 20 Oct - 9:32

» Offre de Prêt Entre Particulier Sérieux en 72H
par gramophone Ven 20 Oct - 9:31

» Offre de Prêt Entre Particulier Sérieux en 72H
par gramophone Ven 20 Oct - 9:31

» Bus de la honte : ne laissons pas l’avenir aux réactionnaires
par bye Sam 14 Oct - 12:44

» La métamatière et le peuple
par Claude De Bortoli Ven 6 Oct - 9:27

» Vers un retour du délit de solidarité ?
par bye Sam 30 Sep - 6:45

» Dossier : de l’École capitaliste à l’éducation émancipatrice
par bye Mer 13 Sep - 19:07

» Education : le « désastre » d’un enseignement tiré vers le bas...
par bye Lun 4 Sep - 12:13

» Offre de prêt entre particuliers rapide en 72h
par BastienL Dim 13 Aoû - 19:49

» Jean Gadrey, économiste : “Il faut remettre la réduction du temps de travail au cœur du débat public”
par bye Mar 8 Aoû - 19:04

» Le « chavo-madurisme » n’est rien moins qu’une dictature pure et simple
par bye Dim 6 Aoû - 18:52

» Gel des postes et du budget de l’éducation nationale : non, cette école ne nous convient pas !
par bye Mer 12 Juil - 13:56

» G 20 Hambourg
par bye Lun 10 Juil - 11:51

» Handicapée, je ne peux continuer à enseigner dans mon académie
par bye Mer 5 Juil - 6:21

» Pour une éducation populaire féministe
par bye Lun 12 Juin - 18:20

» La CNT a écrit aux Éditions Belin
par bye Mar 6 Juin - 10:20

» Blanquer ministre de l’Education nationale : au secours, Sarkozy revient !
par bye Jeu 25 Mai - 11:08

» L'accaparement des terres en Birmanie
par bye Mer 17 Mai - 18:42

» Un enseignant kurde témoigne...
par bye Lun 15 Mai - 17:50

» La métamatière et le Roi de la Terre
par De Bortoli Claude Mar 2 Mai - 9:52

» Au-delà des élections
par bye Mer 26 Avr - 17:26

» Les Etats-Unis ont utilisé leur plus puissante bombe non-nucléaire en Afghanistan, une première
par bye Dim 23 Avr - 18:35

» « Pourquoi nous sommes en grève de la faim dans les prisons d’Israël »
par bye Dim 23 Avr - 18:31

» « Enculé, ordure ! ». Philippe Poutou insulté par les flics
par bye Dim 23 Avr - 18:25

» La Sécurité sociale, une assistance ou un droit ?
par bye Dim 23 Avr - 18:22

» Birmanie: pour établir un mécanisme indépendant de réexamen de tous les cas de prisonniers politiques
par bye Ven 21 Avr - 6:02

» Gatti est mort. A la Parole Errante ses mots résonnent encore !
par bye Mer 12 Avr - 18:21

» Turquie : appel urgent au monde enseignant, aux associations et syndicats…
par bye Lun 3 Avr - 18:21

» APPEL À LA MOBILISATION CONTRE LE PROCHAIN SOMMET DE L’OTAN !
par bye Sam 1 Avr - 5:30

» Communiqué de presse de SUD éducation Guyane du 28 mars
par bye Jeu 30 Mar - 10:16

» Qu’est-ce qui ne va pas avec l’arabe à l’école ?
par bye Ven 24 Mar - 12:03

» Libérons l'oisiveté !
par bye Ven 17 Mar - 19:05

» Quand Espérance banlieues bat la campagne
par bye Ven 17 Mar - 19:00

» 8 mars : luttons toutes et tous pour l’égalité des droits !
par bye Mer 8 Mar - 11:01

» Désarmer la police, la proposition pas si saugrenue du NPA
par bye Mar 7 Mar - 12:50

» Fin du dispositif des Caomi: quelle orientation pour les mineurs isolés de Calais ?
par bye Sam 4 Mar - 9:58

» Les fonctionnaires répondent aux "menaces" de Marine Le Pen
par bye Sam 4 Mar - 6:25

» Réduction des indemnités et contrôles drastiques : Macron s’attaque aux chômeurs
par bye Sam 4 Mar - 6:22

» L'avenue Serge Dassault à Corbeil-Essonnes doit être débaptisée !
par bye Sam 4 Mar - 6:20

» Nouvelle révélation du Canard Enchainé : les copinages de Hamon et LVMH
par bye Sam 4 Mar - 6:18

» Une nouvelle menace pour les étrangers
par bye Mar 21 Fév - 12:02

» "Vous êtes la candidate du nanti-système", lance Charline Vanhoenacker à Marine Le Pen
par bye Lun 20 Fév - 20:30

» Vaccins : Marisol Touraine va-t-elle faire respecter la loi ou satisfaire les labos ?
par bye Lun 20 Fév - 20:26

» La tension monte d’un cran entre les Etats-Unis et le Venezuela
par bye Lun 20 Fév - 20:23

» Vandana Shiva : « Gandhi est plus pertinent qu’il ne l’a jamais été »
par bye Lun 20 Fév - 20:16

» Vague de froid en Europe : les migrants vulnérables
par bye Mar 7 Fév - 17:59

» Le centre pour les femmes et les familles migrantes a ouvert ses portes à Paris
par bye Mar 7 Fév - 17:56

» Des incidents éclatent à Aulnay-sous-Bois après les soupçons de viol de policiers
par bye Lun 6 Fév - 18:23

» Le maire rejette l'étude d'UFC-Que choisir sur l'eau potable
par bye Lun 6 Fév - 18:20

» DOCUMENT. Voici le contrat de travail de Penelope Fillon
par bye Lun 6 Fév - 18:17

» Le Hezbollah scrute avec inquiétude la nouvelle politique américaine au Moyen-Orient
par bye Lun 6 Fév - 18:14

» Huit hommes possèdent autant que la moitié de la population mondiale
par bye Mer 18 Jan - 20:06

» Délinquants solidaires : Pour en finir avec le délit de solidarité
par bye Mer 18 Jan - 13:29

» votre permis de conduire à portée de main
par neil89 Ven 13 Jan - 23:51

» Poursuivre la mobilisation pour une carte élargie des lycées de l’Education Prioritaire, en grève le 10 janvier !
par bye Mar 10 Jan - 11:50

» Grenade de désencerclement : un CRS mis en examen
par bye Sam 7 Jan - 20:59

» Les trois visages du vote FN
par bye Sam 7 Jan - 20:46

» Les deux jambes du militantisme
par bye Sam 7 Jan - 20:37

» Condamnés aujourd’hui pour avoir comparé Christiane Taubira à un singe
par bye Sam 31 Déc - 10:17

» Échapper au chaos
par bye Jeu 22 Déc - 17:53

» Le sénateur Carle coupable de détournement de fonds publics ? SUD éducation le dit depuis 2009 !
par bye Jeu 22 Déc - 15:06

» Maths : résoudre un problème
par bye Lun 12 Déc - 13:25

» Journée Internationale des droits de l'Homme: une situation inquiétante en Birmanie
par bye Dim 11 Déc - 11:17

» Comment les services de renseignement font la chasse aux employés des télécoms
par bye Sam 10 Déc - 18:54

» ET SI LE MASCULIN NE L’EMPORTAIT PAS SUR LE FEMININ ?
par bye Sam 10 Déc - 18:49

» Un document interne provoque un malaise à la SNCF
par bye Sam 10 Déc - 18:38

» Le gouvernement repousse l’évacuation de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes
par bye Sam 10 Déc - 18:29

» Légitime défense des policiers : faut-il tordre le droit ?
par bye Ven 9 Déc - 19:29

» Cadeau de fin d’année, un casier scolaire pour tous les marmots
par bye Mar 6 Déc - 13:59

» Violences policières, violences d’Etat
par bye Mar 6 Déc - 13:54

» La métamatière, les élites et les gouvernants
par De Bortoli Claude Ven 2 Déc - 9:54

» Comment les stups ont enfumé la justice
par bye Jeu 1 Déc - 12:26

» Quel opérateur
par bye Jeu 1 Déc - 12:24

» Fillon président ? Un coup de massue pour l’école
par bye Mer 30 Nov - 17:54

» « Pourquoi j’ai secouru des réfugiés. » Monument en l'honneur de Pierre-Alain Mannoni
par bye Mar 29 Nov - 13:06

» Jean-Luc Mélenchon ne passera pas au second tour de la présidentielle s'il ne se décide pas à parler au peuple
par bye Mar 29 Nov - 13:03

» Graeme Allwright : il t'a laissé la carte qui est si délirante qu'il n'aura plus jamais besoin d'une autre
par bye Mar 29 Nov - 13:00

» Mort de Fidel Castro : bilan de santé de la révolution castriste
par bye Mar 29 Nov - 12:57

» Vinci, piraté par des hacktivistes
par bye Ven 25 Nov - 18:38

» Le Mouvement de la Paix solidaire de la lutte des infirmières et infirmiers
par bye Ven 25 Nov - 18:35

» presentation de moi
par bye Ven 25 Nov - 18:30

» tests
par Matteo13 Mer 23 Nov - 7:48

» Un système d'accueil italien saturé face au nombre toujours aussi important d'arrivées
par bye Lun 21 Nov - 19:08

» Comment fonctionnera le « centre humanitaire » de Paris ?
par bye Lun 21 Nov - 19:06

» Un quart des enfants européens est menacé par la pauvreté
par bye Lun 21 Nov - 19:02

» Cuba : Le Conseil d’État décrète l’amnistie de 787 condamnés
par bye Sam 19 Nov - 11:11

LE SITE

Dans Les Coulisses de Demain

FORUMS & SITES AMIS

FORUM EST INSCRIT SUR


    “La Fabrique des garçons”: “On éduque les garçons à l’agressivité, à la compétition, à ne pas pleurer”

    Partagez
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8763
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    “La Fabrique des garçons”: “On éduque les garçons à l’agressivité, à la compétition, à ne pas pleurer”

    Message par bye le Sam 22 Nov - 12:12

    Dans les deux volumes de “La Fabrique des garçons”, Sylvie Ayral, professeur agrégée et docteur en sciences de l’éducation, et Yves Raibaud, géographe, maître de conférence à l’université Bordeaux III et chargé de mission pour l’égalité hommes-femmes, enquêtent sur la façon dont la société impose la virilité aux garçons dès leur plus jeune âge. Entretien.
    Comment fonctionne la “fabrique des garçons” ?

    Sylvie Ayral – S’il y a eu beaucoup de travaux sur les femmes dans une approche féministe, il y en a encore trop peu sur les hommes et sur la manière dont se construit leur identité masculine. Dès leur plus jeune âge, on éduque les garçons à l’agressivité, la compétition, à refouler le “je” au profit du “nous” du groupe de pairs, à masquer leurs émotions, à ne pas pleurer. C’est le prix à payer pour pouvoir dominer, plus tard, presque toutes les sphères de la vie publique. Malheureusement ils en subissent et en font payer les conséquences : 96,5 % de la population pénitentiaire est masculine ; 69 % des tués en voiture sont des hommes [40 % des femmes tuées sont des passagères]; 78 % des personnes SDF sont des hommes et 35 % des femmes qui le sont ont fui un conjoint violent ; 83,6 % des auteurs de crimes conjugaux sont des hommes; 80 % des personnes décédées par overdose sont des hommes, 75 % des personnes décédées par suicide sont des hommes.

    Notre travail consiste à décrypter comment les garçons s’emparent ou non des figures d’hommes virils et dominants auxquelles on les expose. A l’école par exemple, ils subissent une double injonction: on leur dit qu’il faut être obéissants, qu’il faut s’appliquer, mais s’ils sont trop sages, leurs camarades vont les traiter d’intellos, de “gonzesse” ou même, comme on l’entend fréquemment en ce moment, de “soumis”. Implicitement, on s’attend à ce que les garçons soient indisciplinés, rebelles, fumistes. Cette pression exercée par les pairs et naturalisée par l’école (“les garçons sont naturellement plus turbulents, moins appliqués, etc.” entend-on régulièrement) entraîne le fait qu’ils sont quatre fois plus souvent punis que les filles, se retrouvent plus souvent en échec scolaire. Ils sont poussés à investir dans leur scolarité les matières à “haute valeur virile ajoutée” – les maths, le sport, la technologie – et à rejeter ce qui serait le “domaine des femmes” – la littérature, les arts plastiques. La mixité, qui est pourtant un grand pas en avant, ne suffit pas à réduire ces différences puisque les garçons se construisent en se distinguant hiérarchiquement de tout ce qui est féminin.

    Vous décrivez, en définitive, une “fabrique de machos” ?

    Yves Raibaud – Non, tous les garçons ne sont pas machos. Mais tous sont encouragés à aller vers certaines activités. Un garçon ne va pas choisir l’équitation comme loisir car il sait que c’est une activité à 80 % féminine. Il aura peur d’être moqué, de se faire traiter de “pédé”. C’est le cas aussi de la gymnastique, et encore plus de la danse. Les garçons doivent tenir leur rang, ne pas perdre la face devant les leaders qui rassemblent autour d’eux un groupe solidaire dans le harcèlement d’un plus faible désigné comme “la gonzesse” ou “le pédé”. Le machisme comme le sexisme ou l’homophobie (qui est une forme de sexisme car on déteste tout ce qui est féminin chez un garçon) sont les travers de cette virilité exacerbée.

    Quelle est la solution ?

    Sylvie Ayral – L’enjeu est de faire une école qui offre aux garçons et aux filles l’éventail le plus large possible de possibilités. Encourager les filles à faire du sport ou à investir les matières scientifiques et technologiques, certes, mais aussi faire chanter et danser les garçons, développer les occasions de leur permettre d’exprimer leurs émotions, de favoriser l’entraide plutôt que l’émulation et la performance. Donner une place à ces filles et ces garçons qui n’apparaissent pas, au départ, conformes aux normes de genre, “garçons manqués” ou “efféminés” ; celles et ceux qui ne savent ou ne veulent pas choisir l’un ou l’autre sexe, celles et ceux qui imaginent des relations amoureuses différentes… D’autres méthodes bien connues participent également à dénouer ces tensions : diminuer voire tendre à supprimer les sanctions (dont les garçons s’emparent pour affirmer leur virilité), limiter les notes et les classements, promouvoir des activités sportives mixtes non compétitives, développer les ateliers philo, etc.

    Vous vous êtes également intéressés aux loisirs…

    Yves Raibaud – La vie des garçons ne s’arrête pas à la sortie de l’école. Les enfants passent presque autant de temps dans des activités périscolaires, incluant les vacances, qu’à l’école. Nous avons réuni des recherches qui s’intéressent aux centres de loisir, aux séjours qu’on appelait autrefois les colonies de vacances, aux maisons de quartiers, aux activités choisies dans le domaine du sport et des pratiques culturelles et artistiques. Le premier constat est que si filles et garçons sont presque à égalité dans les activités périscolaires à la fin de l’école primaire, les filles décrochent massivement à partir de la sixième. D’où ce chiffre alarmant, issues de recherches faites à Bordeaux et Toulouse : les loisirs destinés aux jeunes, organisés ou subventionnés par les municipalités, profitent à deux fois plus de garçons que de filles, toutes activités confondues. Et si l’on considère que les loisirs masculins sont toujours plus coûteux que ceux des filles, on arrive à ce résultat incroyable : pour 4 euros d’argent public dépensés pour les enfants et les jeunes, 3 euros le sont pour les garçons et 1 pour les filles !

    Dans ces recherches, nous analysons les mécanismes psychologiques et sociologiques qui font que filles et garçons ont des choix plus ou moins imposés : les filles à la danse ou au piano, les garçons au foot ou à la batterie. Mais nous analysons aussi les mécanismes implicites qui favorisent les garçons plus que les filles. Dans nos entretiens avec des élus ou des responsables de service jeunesse, le skate, le hip-hop, le graf, le rock apparaissent comme des activités importantes, qui permettent aux jeunes de canaliser leur violence, de s’intégrer, de vivre leur adolescence le mieux possible. Le fait que ces activités soient à presque 100 % masculines n’est jamais envisagé, pas plus que le faible niveau de subventionnement de la danse, de la gym, du twirling bâton, de l’équitation qui sont les activités choisies majoritairement par les filles. Les municipalités ont investi massivement ces trente dernières années dans des terrains de sport d’accès libre (skateparks, citystades) qui sont exclusivement occupés par les garçons. Cherchez l’équivalent pour les filles. Et s’il existe, ne reproduit on pas implicitement l’antique partage de l’espace : les garçons dehors, les filles à l’intérieur ou à la maison ?

    Y a-t-il eu une évolution positive ces dernières années ?

    Sylvie Ayral – Non. Le sentiment qu’il y a une évolution est largement partagé. On dit qu’il y a de plus en plus de filles qui font du skate, du foot, du rock, mais nos comptages montrent des statistiques très stables, avec des différences notables cependant dans les villes qui ont fait de l’égalité femmes hommes un axe de leur projet politique.


    Sylvie Ayral – Certains pays ont développé des politiques publiques en matière d’égalité à l’école, dans la ville où dans les loisirs. C’est le cas des pays scandinaves pour l’éducation ; au Québec pour rendre les villes plus mixtes et moins inquiétantes pour les femmes. Cuba comme les ex-pays communistes ont longtemps encouragé les pratiques socioculturelles, le sport féminin, les corps de ballets, les conservatoire de musique et d’arts. Si l’on excepte le modèle scandinave, en Europe les différences se jouent plutôt sur les villes. Vienne, Berlin, Barcelone ont mené, chacune à leur manière, des politiques d’égalité. Le département de la Gironde a mis en place une politique transversale pour la mixité filles-garçons. Des villes comme Rennes ou Bordeaux, en signant la charte européenne sur l’égalité femmes hommes, s’engagent à mettre en place des actions sur le long terme pour réduire les inégalités.

    Pensez-vous que la distinction entre le féminin et le masculin est toujours pertinente ?

    Sylvie Ayral – L’utopie serait de pouvoir vivre son identité et sa sexualité de la façon la plus librement choisie. Il ne s’agit pas pour nous d’empêcher les garçons de devenir des hommes mais d’empêcher que les plus virils et dominants imposent leur loi à toutes et tous, dans la cour de récréation comme en bas des tours ou dans la rue. Pour cela il nous semble contreproductif de dépenser des sommes considérables à construire des “maisons des hommes” productrices de sexisme et d’homophobie. C’est vrai pour les stades ou les équipements sportifs d’accès libre, pour les “cultures urbaines” ; c’est vrai aussi pour les salles de répétitions des musiques actuelles qui pourraient, en faisant quelques efforts, mettre en place une politique plus égalitaire en aidant un peu plus les filles musiciennes. Et pas seulement dans les cours de musique ou dans le public, mais aussi dans les studios de répétition, et, surtout, sur la scène.

    Yves Raibaud – La distinction entre le féminin et le masculin reste pertinente tant que les inégalités demeurent fortes. Elle le resterait aussi sans poser de problème si les normes qui régissent ce que doit être un homme et ce que doit être une femme pouvaient s’assouplir. Pour les garçons, par exemple, pouvoir choisir d’être un homme hétéro, gay, bi, trans, père au foyer ou célibataire drogué au boulot, surfeur ou danseur de tango. Certains disent que l’égalité entre femmes et hommes, en supprimant les différences, supprimerait la séduction et le désir. L’utopie queer c’est l’inverse : pourquoi voudrait-on s’arrêter sur le chemin de ce qui est considéré comme une libération sociale majeure par plusieurs générations depuis les années 1970 : la contraception, les lois sur le divorce, l’IVG, l’égalité dans le travail, la libération sexuelle, le mariage pour tous ?

    http://www.lesinrocks.com/2014/11/16/actualite/fabrique-garcons-on-eduque-les-garcons-lagressivite-competition-pas-pleurer-11535760/

      La date/heure actuelle est Ven 24 Nov - 3:00