LIBRE DISCUSSION DANS LES COULISSES DE DEMAIN

Débattons en toute liberté, dans le respect de l’autre, sur tous les sujets qui composent notre société : politique, économie, environnement, religion, philosophie, paranormal, sciences, famille, santé, mode, sexualité, loisirs, sports, divertissements…

Derniers sujets

» Gel des postes et du budget de l’éducation nationale : non, cette école ne nous convient pas !
par bye Mer 12 Juil - 13:56

» G 20 Hambourg
par bye Lun 10 Juil - 11:51

» Handicapée, je ne peux continuer à enseigner dans mon académie
par bye Mer 5 Juil - 6:21

» Pour une éducation populaire féministe
par bye Lun 12 Juin - 18:20

» La CNT a écrit aux Éditions Belin
par bye Mar 6 Juin - 10:20

» Blanquer ministre de l’Education nationale : au secours, Sarkozy revient !
par bye Jeu 25 Mai - 11:08

» L'accaparement des terres en Birmanie
par bye Mer 17 Mai - 18:42

» Un enseignant kurde témoigne...
par bye Lun 15 Mai - 17:50

» La métamatière et le Roi de la Terre
par De Bortoli Claude Mar 2 Mai - 9:52

» Au-delà des élections
par bye Mer 26 Avr - 17:26

» Les Etats-Unis ont utilisé leur plus puissante bombe non-nucléaire en Afghanistan, une première
par bye Dim 23 Avr - 18:35

» « Pourquoi nous sommes en grève de la faim dans les prisons d’Israël »
par bye Dim 23 Avr - 18:31

» « Enculé, ordure ! ». Philippe Poutou insulté par les flics
par bye Dim 23 Avr - 18:25

» La Sécurité sociale, une assistance ou un droit ?
par bye Dim 23 Avr - 18:22

» Birmanie: pour établir un mécanisme indépendant de réexamen de tous les cas de prisonniers politiques
par bye Ven 21 Avr - 6:02

» Gatti est mort. A la Parole Errante ses mots résonnent encore !
par bye Mer 12 Avr - 18:21

» Turquie : appel urgent au monde enseignant, aux associations et syndicats…
par bye Lun 3 Avr - 18:21

» APPEL À LA MOBILISATION CONTRE LE PROCHAIN SOMMET DE L’OTAN !
par bye Sam 1 Avr - 5:30

» Communiqué de presse de SUD éducation Guyane du 28 mars
par bye Jeu 30 Mar - 10:16

» Qu’est-ce qui ne va pas avec l’arabe à l’école ?
par bye Ven 24 Mar - 12:03

» Libérons l'oisiveté !
par bye Ven 17 Mar - 19:05

» Quand Espérance banlieues bat la campagne
par bye Ven 17 Mar - 19:00

» 8 mars : luttons toutes et tous pour l’égalité des droits !
par bye Mer 8 Mar - 11:01

» Désarmer la police, la proposition pas si saugrenue du NPA
par bye Mar 7 Mar - 12:50

» Fin du dispositif des Caomi: quelle orientation pour les mineurs isolés de Calais ?
par bye Sam 4 Mar - 9:58

» Les fonctionnaires répondent aux "menaces" de Marine Le Pen
par bye Sam 4 Mar - 6:25

» Réduction des indemnités et contrôles drastiques : Macron s’attaque aux chômeurs
par bye Sam 4 Mar - 6:22

» L'avenue Serge Dassault à Corbeil-Essonnes doit être débaptisée !
par bye Sam 4 Mar - 6:20

» Nouvelle révélation du Canard Enchainé : les copinages de Hamon et LVMH
par bye Sam 4 Mar - 6:18

» Une nouvelle menace pour les étrangers
par bye Mar 21 Fév - 12:02

» "Vous êtes la candidate du nanti-système", lance Charline Vanhoenacker à Marine Le Pen
par bye Lun 20 Fév - 20:30

» Vaccins : Marisol Touraine va-t-elle faire respecter la loi ou satisfaire les labos ?
par bye Lun 20 Fév - 20:26

» La tension monte d’un cran entre les Etats-Unis et le Venezuela
par bye Lun 20 Fév - 20:23

» Vandana Shiva : « Gandhi est plus pertinent qu’il ne l’a jamais été »
par bye Lun 20 Fév - 20:16

» Vague de froid en Europe : les migrants vulnérables
par bye Mar 7 Fév - 17:59

» Le centre pour les femmes et les familles migrantes a ouvert ses portes à Paris
par bye Mar 7 Fév - 17:56

» Des incidents éclatent à Aulnay-sous-Bois après les soupçons de viol de policiers
par bye Lun 6 Fév - 18:23

» Le maire rejette l'étude d'UFC-Que choisir sur l'eau potable
par bye Lun 6 Fév - 18:20

» DOCUMENT. Voici le contrat de travail de Penelope Fillon
par bye Lun 6 Fév - 18:17

» Le Hezbollah scrute avec inquiétude la nouvelle politique américaine au Moyen-Orient
par bye Lun 6 Fév - 18:14

» Huit hommes possèdent autant que la moitié de la population mondiale
par bye Mer 18 Jan - 20:06

» Délinquants solidaires : Pour en finir avec le délit de solidarité
par bye Mer 18 Jan - 13:29

» ACTUALITÉ SOCIÉTÉ ET POLITIQUE
par gramophone Sam 14 Jan - 11:34

» votre permis de conduire à portée de main
par neil89 Ven 13 Jan - 23:51

» Poursuivre la mobilisation pour une carte élargie des lycées de l’Education Prioritaire, en grève le 10 janvier !
par bye Mar 10 Jan - 11:50

» Grenade de désencerclement : un CRS mis en examen
par bye Sam 7 Jan - 20:59

» Les trois visages du vote FN
par bye Sam 7 Jan - 20:46

» Les deux jambes du militantisme
par bye Sam 7 Jan - 20:37

» Condamnés aujourd’hui pour avoir comparé Christiane Taubira à un singe
par bye Sam 31 Déc - 10:17

» Échapper au chaos
par bye Jeu 22 Déc - 17:53

» Le sénateur Carle coupable de détournement de fonds publics ? SUD éducation le dit depuis 2009 !
par bye Jeu 22 Déc - 15:06

» Maths : résoudre un problème
par bye Lun 12 Déc - 13:25

» Journée Internationale des droits de l'Homme: une situation inquiétante en Birmanie
par bye Dim 11 Déc - 11:17

» Comment les services de renseignement font la chasse aux employés des télécoms
par bye Sam 10 Déc - 18:54

» ET SI LE MASCULIN NE L’EMPORTAIT PAS SUR LE FEMININ ?
par bye Sam 10 Déc - 18:49

» Un document interne provoque un malaise à la SNCF
par bye Sam 10 Déc - 18:38

» Le gouvernement repousse l’évacuation de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes
par bye Sam 10 Déc - 18:29

» Légitime défense des policiers : faut-il tordre le droit ?
par bye Ven 9 Déc - 19:29

» Cadeau de fin d’année, un casier scolaire pour tous les marmots
par bye Mar 6 Déc - 13:59

» Violences policières, violences d’Etat
par bye Mar 6 Déc - 13:54

» La métamatière, les élites et les gouvernants
par De Bortoli Claude Ven 2 Déc - 9:54

» Comment les stups ont enfumé la justice
par bye Jeu 1 Déc - 12:26

» Quel opérateur
par bye Jeu 1 Déc - 12:24

» Fillon président ? Un coup de massue pour l’école
par bye Mer 30 Nov - 17:54

» « Pourquoi j’ai secouru des réfugiés. » Monument en l'honneur de Pierre-Alain Mannoni
par bye Mar 29 Nov - 13:06

» Jean-Luc Mélenchon ne passera pas au second tour de la présidentielle s'il ne se décide pas à parler au peuple
par bye Mar 29 Nov - 13:03

» Graeme Allwright : il t'a laissé la carte qui est si délirante qu'il n'aura plus jamais besoin d'une autre
par bye Mar 29 Nov - 13:00

» Mort de Fidel Castro : bilan de santé de la révolution castriste
par bye Mar 29 Nov - 12:57

» Vinci, piraté par des hacktivistes
par bye Ven 25 Nov - 18:38

» Le Mouvement de la Paix solidaire de la lutte des infirmières et infirmiers
par bye Ven 25 Nov - 18:35

» presentation de moi
par bye Ven 25 Nov - 18:30

» tests
par Matteo13 Mer 23 Nov - 7:48

» Un système d'accueil italien saturé face au nombre toujours aussi important d'arrivées
par bye Lun 21 Nov - 19:08

» Comment fonctionnera le « centre humanitaire » de Paris ?
par bye Lun 21 Nov - 19:06

» Un quart des enfants européens est menacé par la pauvreté
par bye Lun 21 Nov - 19:02

» Cuba : Le Conseil d’État décrète l’amnistie de 787 condamnés
par bye Sam 19 Nov - 11:11

» TURQUIE : Cesser la « chasse aux sorcières » à l’encontre des employé(e)s de l’éducation
par bye Jeu 17 Nov - 18:57

» Ces magnats français qui contrôlent les médias
par bye Dim 13 Nov - 12:23

» Chômage, retraites et revenu universel : et si un cocktail était la bonne solution ?
par bye Dim 13 Nov - 12:20

» L'ANTIRACISME ET LA GAUCHE RADICALE SONT-ILS IRRÉCONCILIABLES?
par bye Dim 13 Nov - 12:16

» L'Amérique de Donald Trump
par bye Dim 13 Nov - 12:09

» Un an après les élections en Birmanie ...
par bye Mar 8 Nov - 18:59

» Fichier des Français : les oublis et les erreurs de Cazeneuve et Urvoas
par bye Mar 8 Nov - 11:54

» Burkina Fasso : Grève dans l’éducation les 3 et 4 novembre
par bye Mar 8 Nov - 11:49

» "Ni rire, ni pleurer, ni haïr. Comprendre"
par bye Mar 1 Nov - 11:58

» Besoin de crédit personnel
par filhastreanne Lun 31 Oct - 2:32

» L’usage informationnel acritique d’Internet à l’école primaire
par gramophone Dim 30 Oct - 10:06

» Un maire serbe à Srebrenica, tout un symbole, 21 ans après le massacre
par bye Lun 24 Oct - 12:39

» L'Arctique : eldorado ou mirage?
par bye Lun 24 Oct - 12:36

» Après le viol et le meurtre barbare d'une adolescente, les Argentines ont arrêté de travailler
par bye Lun 24 Oct - 12:33

» Si la mise en scène des manifestations spontanées de policiers, organisées en pleine nuit dans les rues de Paris, ont pu surprendre les riverains, elles inquiètent également la majorité à l'approche de la présidentielle.
par bye Lun 24 Oct - 12:30

» Sommet de Bratislava : vers une convergence des approches "sécuritaires" sur les questions migratoires ?
par bye Jeu 20 Oct - 18:28

» Démantèlement de Calais : quel plan de répartition pour les migrants ?
par bye Jeu 20 Oct - 18:26

» Première défaite pour Viktor Orbán
par gramophone Jeu 20 Oct - 6:27

LE SITE

Dans Les Coulisses de Demain

FORUMS & SITES AMIS

FORUM EST INSCRIT SUR


    un Français sur quatre a un parent ou un grand-parent immigré

    Partagez
    avatar
    bye
    Administratrice

    Masculin
    Nombre de messages : 8749
    Localisation : souvent nuages
    Emploi/loisirs : décalé
    Humeur : main tendue
    Date d'inscription : 19/12/2007

    un Français sur quatre a un parent ou un grand-parent immigré

    Message par bye le Sam 20 Sep - 6:29

    L’historien Benjamin Stora a inauguré, le 15 septembre 2014, la nouvelle exposition permanente de la Cité nationale de l’histoire de l’immigration (Porte dorée à Paris 12e). L’immigration, un thème d’étude important : on estime qu’environ un Français sur quatre a un parent ou un grand-parent immigré [1].

    Nouveau directeur du musée de l’immigration, nommé par le premier ministre Manuel Valls, Benjamin Stora succède à Jacques Toubon devenu entre-temps Défenseur des droits. Spécialiste du Maghreb, de la décolonisation et de la guerre d’Algérie, l’historien expose ci-dessous son point de vue concernant l’immigration.


    Benjamin Stora : « Les Français ont du mal à se voir comme les descendants d’une immigration »

    par Elise Vincent, Le Monde.fr, le 15 septembre 2014

    Pourquoi avoir postulé à la direction de la Cité de l’histoire de l’immigration ?
    Je travaille sur l’histoire du Maghreb depuis les années 1970 et dès ma thèse sur Messali Hadj [fondateur du nationalisme algérien], j’ai été amené à m’intéresser aux questions d’immigration. Messali Hadj était un immigré et la France a été le lieu de naissance de ce nationalisme algérien. Je me suis également très tôt engagé dans le mouvement associatif sur ces questions, notamment contre le racisme et à l’occasion des marches pour l’égalité. Enfin, il est certain que le fait d’avoir été moi-même un « déplacé » [M. Stora est arrivé en France à l’âge de 12 ans] m’a aussi beaucoup marqué.

    Le musée a longtemps eu du mal trouver son public. Comment comptez-vous donner envie d’y aller ?
    Avant de donner envie, il y a une réflexion à avoir sur les difficultés. Si ce musée a eu du mal à trouver sa place, c’est d’abord pour des raisons politiques. La Cité n’a jamais vraiment été inaugurée par un président de la République, ni même par un premier ministre.

    On a aussi une difficulté plus profonde. Les Français ont du mal à se concevoir comme, en partie, les descendants d’une immigration. En face, vous avez des immigrés qui sont d’abord des émigrés et qui n’ont pas envie de rester des immigrés toute leur vie. Ils veulent se fondre dans le pays d’accueil.

    Le problème, c’est de réussir à parler à tous ces publics à la fois : aux Français qui ont du mal à se voir avec des migrants, aux primo-arrivants qui ne veulent plus se considérer comme tels, et à la masse de ceux qui sont les produits de cette histoire.

    Vous êtes le chantre de la réconciliation des mémoires. Comment souhaitez-vous vous y prendre ?
    Je veux essayer de naviguer entre deux écueils. Celui des tenants d’une identité fixe, fruit d’une histoire qui serait grosso modo celle des « Français de souche » se reproduisant à l’identique depuis toujours, et de l’autre, l’écueil de ceux qui disent que la France n’est qu’un empilement de communautés. Dans un cas comme dans l’autre, ces visions ne veulent pas voir l’histoire en mouvement, et mettent au secret les principes républicains.

    Faudrait-il déménager la Cité de l’immigration comme le pensent certains ?
    C’est un lieu qui a été attaqué parce qu’il était l’ancien musée des colonies. Vouloir perpétuer une histoire de l’immigration exclusivement à travers l’histoire coloniale, n’était-ce pas l’enfermer ? C’est possible, mais ce débat a été mené il y a dix ans. Maintenant, ce palais de la Porte dorée existe. Bien sûr, il n’a pas la centralité du Quai Branly. Mais je trouve que c’est un lieu magnifique dans lequel on peut faire beaucoup de choses.

    Vous êtes un homme de gauche et avez l’oreille de François Hollande sur un sujet comme l’Algérie. Pensez-vous qu’il a eu les bons mots jusqu’à présent pour parler d’immigration aux Français ?
    J’estime qu’il fait un acte important en reconnaissant la tragédie du 17 octobre 1961, à Paris [une manifestation de militants du FLN, le Front de libération nationale, durement réprimée par la police française]. C’est un épisode de l’histoire qui a marqué les esprits dans les milieux associatifs. Mais c’était en 2012. Or, depuis 2013, c’est vrai que sur la question des apports de l’immigration à la France, il faut faire plus, avancer. On attend encore de la part du président, et éventuellement de son premier ministre, un grand discours. Cela pourrait s’accompagner d’une inauguration officielle du musée. Il faut réfléchir.

    M. Hollande a reculé sur le droit de vote des étrangers : qu’en pensez-vous ?
    Personnellement, j’ai toujours été favorable au droit de vote des étrangers. Mais cette mesure doit faire partie d’une politique d’ensemble sur la place des étrangers en France. Il faut que l’on affronte ce problème car de toute façon on est entré dans une phase de mondialisation culturelle et économique. En plus, on est dans une période de décroissance démographique, la France va avoir besoin de bras. Mais personne ne veut aborder cette question car on est dans une phase de repli nationaliste. La classe politique est très frileuse car elle pense que cela peut la couper d’un électorat populaire. Il faut du courage politique.

    Aujourd’hui, les plus grandes diasporas immigrées sont originaires du Maghreb. Ce sont aussi celles les plus rejetées. Quelles réponses pensez-vous pouvoir y apporter depuis votre poste ?
    Il ne faut pas avoir de tabous. L’immigration qui pose problème aujourd’hui, ce ne sont plus principalement les immigrations européennes, mais les immigrations maghrébines et subsahariennes. Ma préoccupation, à partir de ce constat, c’est de faire en sorte que ces histoires particulières soient mieux connues de la France au sens large et qu’elles irriguent le récit national républicain français et non pas de les traiter en tant que telles, comme séparées de cette histoire. C’est ce que j’appelle depuis trente ans « le décloisonnement des imaginaires ». Cela peut se faire à travers des expositions, des films, des documentaires. Il y a tout un travail de fond à mener et la Cité doit être ce lieu-là.

    Un certain nombre de gens pensent que pour mieux connaître cette histoire, on manque de statistiques ethniques…
    Sur cette question, il faut être pragmatique. Si on a besoin de statistiques à des moments déterminés de l’actualité, il faut s’en donner les moyens. Mais il ne faut pas avoir de débat abstrait sur le fichage, avec d’un côté les tenants de la République et de l’autre des communautés. A un moment donné, on va avoir besoin, par exemple, tout simplement, de savoir combien il y a de médecins d’origine étrangère en France, ou d’autres catégories sociales.

    Vous êtes un grand défenseur de la révision des manuels scolaires d’histoire sur les questions migratoire et coloniale. Peut-on imaginer un partenariat entre la cité de l’immigration et le ministère de l’éducation nationale ?
    Absolument. J’ai récemment beaucoup insisté pour que six chapitres de mon livre, avec Abdelwahab Meddeb, Histoire des relations entre juifs et musulmans des origines à nos jours (Albin Michel, 2013), soient publiés sur le portail des enseignants Eduscol. J’ai voulu que ce soient les chapitres sur les sujets les plus sensibles qui y soient : la Shoah, l’histoire coloniale, le conflit israélo-palestinien, etc. Il faudrait que la Cité de l’immigration poursuive dans cette voie.

    Vous qui êtes à la fois d’origine maghrébine et de confession juive, comment avez-vous regardé les dérapages qui ont eu lieu lors des manifestations pro-palestiniennes, au mois de juillet ?
    Avec beaucoup de désolation et de tristesse. Je voyais l’affrontement et la haine. Chacun était enfermé dans son point de vue. Or juifs et musulmans ont une mémoire commune de près de treize siècles ! En attendant une solution politique au Proche-Orient, il faut au minimum préserver cette mémoire ! Dans l’absolu, ça pourrait faire l’objet d’une exposition à la Cité de l’immigration.

    Propos recueillis par Elise Vincent
    Journaliste au Monde



    Un quart des Français issus de l’immigration  ?

    par Rémi Noyon, La Croix, le 30 juillet 2013

    Durant tout l’été [2013], en région parisienne, quatre affiches [ont fait] la promotion de la Cité nationale de l’histoire de l’immigration. Sur l’une d’elles, on p[ouvait] lire  : « Un Français sur quatre est issu de l’immigration », un chiffre qui peut surprendre, mais qui est attesté par différents travaux. [...]

    DES ESTIMATIONS À NUANCER EN FONCTION DE LA GÉOGRAPHIE

    Dans son livre Le Creuset français (Seuil), ouvrage de référence sur l’histoire des flux migratoires en France paru en 1988, Gérard Noiriel se base sur un sondage de 1971 pour estimer que « le tiers de la population vivant actuellement en France a des ascendances étrangères ». Le Musée de l’immigration cite également à l’appui de ces statistiques les résultats d’une enquête de l’Ined fondée sur le recensement de 1999 et publiée en 2004. Celle-ci, portant sur 380 000 personnes, montre que 23 % de la population a au moins un grand-parent immigré.

    « L’interdiction des statistiques ethniques empêche d’y voir plus clair, mais il y a entre un tiers et un cinquième de la population qui est issu de l’immigration », commente Marianne Amar, chargée de recherche à la Cité de l’immigration. Cette estimation doit toutefois être nuancée en fonction de la géographie. Comme l’explique le sociodémographe Patrick Simon, « en Seine-Saint-Denis, la proportion d’immigrés ou de descendants directs est plus proche de 75 %, tandis que dans l’Ouest, on tombe aux alentours de 10 % ».

    LE TRAVAIL COMPLIQUÉ DES DÉMOGRAPHES

    D’autres travaux, plus récents, ont permis de proposer des chiffres plus frais. En croisant l’enquête « Trajectoires et origines » de l’Ined et d’autres sources statistiques, l’Insee avance en 2008 le chiffre de 5,3 millions d’immigrés, soit 8,4 % de la population vivant en France, principalement en provenance d’Afrique. Par ailleurs, 6,5 millions de personnes pourraient se dire de « deuxième génération » car ayant au moins un parent immigré (11 %), souvent originaire du sud de l’Europe. Mais le travail des démographes se complique dès lors qu’il faut remonter dans la généalogie. « Beaucoup de personnes ne savent pas quelle était la nationalité de leurs grands-parents à la naissance », explique la démographe Christelle Hamel.

    Si l’on peut encore identifier les descendants d’immigrés du Maghreb (vague la plus récente), il n’en va pas de même pour les vagues d’arrivées plus anciennes, comme les Italiens et les Espagnols, venus après la Seconde Guerre mondiale. Quant à l’immigration du XIXe et du début du XXe siècle, elle s’est depuis longtemps fondue dans la population. Les descendants des Belges, Polonais et Russes ne sont ainsi plus repérables, selon l’Insee.

    Sommes-nous donc tous des « enfants d’immigrés »  ? « Si l’on compte sur plusieurs générations, nous allons tous nous trouver un parent immigré. Les brassages de population ont été suffisamment importants », constate Christelle Hamel. Pour elle, l’expression « Français de souche » n’a « aucun sens ». Elle préfère parler de « population majoritaire » pour désigner ceux qui ne sont ni des immigrés ni des enfants ou petits-enfants d’immigrés. Et Pascal Blanchard, historien de l’immigration, de renchérir  : « Si vous remontez sur vingt générations, vous avez une bonne chance de vous trouver un ancêtre noir, originaire d’Haïti, d’Afrique ou de Saint-Domingue. » Reste que l’on ne considère généralement comme « issues de l’immigration » que les personnes dont au moins l’un des grands-parents est immigré.

    LA FRANCE « NE SE VOIT PAS COMME UN PAYS DE MÉTISSAGE »

    Pas sûr que ces explications apaisent les commentaires acerbes provoqués par la campagne d’affichage. Sur les réseaux sociaux, des internautes vont même jusqu’à parler de « propagande ». Pour Pascal Blanchard, si le chiffre a pu en remuer certains, c’est que la France « ne se voit pas comme un pays de métissage ». À la différence des États-Unis, où l’immigration est une fierté et fait partie de l’imaginaire national, la France « a voulu tourner une page après la guerre d’Algérie et n’a jamais revendiqué cette histoire partagée ». Soulignant par exemple le rôle des tirailleurs sénégalais pendant la Première Guerre mondiale, lui plaide pour un autre slogan  : « Nous sommes tous issus de l’histoire de l’immigration. »

    De son côté, Patrick Simon voit, dans cette réticence à considérer l’histoire de l’immigration, une conséquence du modèle français d’intégration, qui a tendance à « gommer les traces des origines ». Et le démographe de conclure  : « C’était justement le but du Musée de l’immigration  : réactiver une histoire qui peut être familiale, mais qui n’est pas encore nationale. »

    Rémi Noyon

    S’exprimant dans le journal La Provence daté du dimanche 14 septembre Benjamin Stora a notamment déclaré à propos de la cité de l’immigration :

    « C’est tout ça en même temps. Elle est à l’image de ce que sont l’immigration et son histoire. Il s’agit d’un musée où l’on restitue les mémoires d’une histoire ancienne faite de vagues successives d’immigrations italiennes, polonaises, espagnoles, algériennes, arméniennes, etc . Mais dans la mesure où l’immigration est un enjeu très brûlant de la vie politique actuelle, c’est aussi une cité d’échanges et de réflexion. La question de l’immigration est sans cesse en mouvement. Elle ne peut pas se réduire à un aspect ancien et dépassé. »

    http://ldh-toulon.net/un-Francais-sur-quatre-a-un-parent.html

      La date/heure actuelle est Ven 21 Juil - 19:35