LIBRE DISCUSSION DANS LES COULISSES DE DEMAIN

Débattons en toute liberté, dans le respect de l’autre, sur tous les sujets qui composent notre société : politique, économie, environnement, religion, philosophie, paranormal, sciences, famille, santé, mode, sexualité, loisirs, sports, divertissements…

Derniers sujets

» Les émissions de CO2 repartent à la hausse
par bye Ven 17 Nov - 17:05

» l’idéologie du consentement, outil d’émancipation ou d’isolement individuel ?
par bye Lun 13 Nov - 12:21

» Droit au logement opposable : le bilan chiffré 2008-2016
par bye Jeu 9 Nov - 20:02

» La rétention des « dublinés », dans l’attente d’un transfert, est contraire au règlement Dublin
par bye Lun 6 Nov - 18:33

» Face à la situation en Catalogne
par bye Mer 1 Nov - 11:33

» ACTUALITÉ SOCIÉTÉ ET POLITIQUE
par bye Sam 21 Oct - 10:37

» Offre de Prêt Entre Particulier Sérieux en 72H
par gramophone Ven 20 Oct - 9:32

» Offre de Prêt Entre Particulier Sérieux en 72H
par gramophone Ven 20 Oct - 9:32

» Offre de Prêt Entre Particulier Sérieux en 72H
par gramophone Ven 20 Oct - 9:31

» Offre de Prêt Entre Particulier Sérieux en 72H
par gramophone Ven 20 Oct - 9:31

» Bus de la honte : ne laissons pas l’avenir aux réactionnaires
par bye Sam 14 Oct - 12:44

» La métamatière et le peuple
par Claude De Bortoli Ven 6 Oct - 9:27

» Vers un retour du délit de solidarité ?
par bye Sam 30 Sep - 6:45

» Dossier : de l’École capitaliste à l’éducation émancipatrice
par bye Mer 13 Sep - 19:07

» Education : le « désastre » d’un enseignement tiré vers le bas...
par bye Lun 4 Sep - 12:13

» Offre de prêt entre particuliers rapide en 72h
par BastienL Dim 13 Aoû - 19:49

» Jean Gadrey, économiste : “Il faut remettre la réduction du temps de travail au cœur du débat public”
par bye Mar 8 Aoû - 19:04

» Le « chavo-madurisme » n’est rien moins qu’une dictature pure et simple
par bye Dim 6 Aoû - 18:52

» Gel des postes et du budget de l’éducation nationale : non, cette école ne nous convient pas !
par bye Mer 12 Juil - 13:56

» G 20 Hambourg
par bye Lun 10 Juil - 11:51

» Handicapée, je ne peux continuer à enseigner dans mon académie
par bye Mer 5 Juil - 6:21

» Pour une éducation populaire féministe
par bye Lun 12 Juin - 18:20

» La CNT a écrit aux Éditions Belin
par bye Mar 6 Juin - 10:20

» Blanquer ministre de l’Education nationale : au secours, Sarkozy revient !
par bye Jeu 25 Mai - 11:08

» L'accaparement des terres en Birmanie
par bye Mer 17 Mai - 18:42

» Un enseignant kurde témoigne...
par bye Lun 15 Mai - 17:50

» La métamatière et le Roi de la Terre
par De Bortoli Claude Mar 2 Mai - 9:52

» Au-delà des élections
par bye Mer 26 Avr - 17:26

» Les Etats-Unis ont utilisé leur plus puissante bombe non-nucléaire en Afghanistan, une première
par bye Dim 23 Avr - 18:35

» « Pourquoi nous sommes en grève de la faim dans les prisons d’Israël »
par bye Dim 23 Avr - 18:31

» « Enculé, ordure ! ». Philippe Poutou insulté par les flics
par bye Dim 23 Avr - 18:25

» La Sécurité sociale, une assistance ou un droit ?
par bye Dim 23 Avr - 18:22

» Birmanie: pour établir un mécanisme indépendant de réexamen de tous les cas de prisonniers politiques
par bye Ven 21 Avr - 6:02

» Gatti est mort. A la Parole Errante ses mots résonnent encore !
par bye Mer 12 Avr - 18:21

» Turquie : appel urgent au monde enseignant, aux associations et syndicats…
par bye Lun 3 Avr - 18:21

» APPEL À LA MOBILISATION CONTRE LE PROCHAIN SOMMET DE L’OTAN !
par bye Sam 1 Avr - 5:30

» Communiqué de presse de SUD éducation Guyane du 28 mars
par bye Jeu 30 Mar - 10:16

» Qu’est-ce qui ne va pas avec l’arabe à l’école ?
par bye Ven 24 Mar - 12:03

» Libérons l'oisiveté !
par bye Ven 17 Mar - 19:05

» Quand Espérance banlieues bat la campagne
par bye Ven 17 Mar - 19:00

» 8 mars : luttons toutes et tous pour l’égalité des droits !
par bye Mer 8 Mar - 11:01

» Désarmer la police, la proposition pas si saugrenue du NPA
par bye Mar 7 Mar - 12:50

» Fin du dispositif des Caomi: quelle orientation pour les mineurs isolés de Calais ?
par bye Sam 4 Mar - 9:58

» Les fonctionnaires répondent aux "menaces" de Marine Le Pen
par bye Sam 4 Mar - 6:25

» Réduction des indemnités et contrôles drastiques : Macron s’attaque aux chômeurs
par bye Sam 4 Mar - 6:22

» L'avenue Serge Dassault à Corbeil-Essonnes doit être débaptisée !
par bye Sam 4 Mar - 6:20

» Nouvelle révélation du Canard Enchainé : les copinages de Hamon et LVMH
par bye Sam 4 Mar - 6:18

» Une nouvelle menace pour les étrangers
par bye Mar 21 Fév - 12:02

» "Vous êtes la candidate du nanti-système", lance Charline Vanhoenacker à Marine Le Pen
par bye Lun 20 Fév - 20:30

» Vaccins : Marisol Touraine va-t-elle faire respecter la loi ou satisfaire les labos ?
par bye Lun 20 Fév - 20:26

» La tension monte d’un cran entre les Etats-Unis et le Venezuela
par bye Lun 20 Fév - 20:23

» Vandana Shiva : « Gandhi est plus pertinent qu’il ne l’a jamais été »
par bye Lun 20 Fév - 20:16

» Vague de froid en Europe : les migrants vulnérables
par bye Mar 7 Fév - 17:59

» Le centre pour les femmes et les familles migrantes a ouvert ses portes à Paris
par bye Mar 7 Fév - 17:56

» Des incidents éclatent à Aulnay-sous-Bois après les soupçons de viol de policiers
par bye Lun 6 Fév - 18:23

» Le maire rejette l'étude d'UFC-Que choisir sur l'eau potable
par bye Lun 6 Fév - 18:20

» DOCUMENT. Voici le contrat de travail de Penelope Fillon
par bye Lun 6 Fév - 18:17

» Le Hezbollah scrute avec inquiétude la nouvelle politique américaine au Moyen-Orient
par bye Lun 6 Fév - 18:14

» Huit hommes possèdent autant que la moitié de la population mondiale
par bye Mer 18 Jan - 20:06

» Délinquants solidaires : Pour en finir avec le délit de solidarité
par bye Mer 18 Jan - 13:29

» votre permis de conduire à portée de main
par neil89 Ven 13 Jan - 23:51

» Poursuivre la mobilisation pour une carte élargie des lycées de l’Education Prioritaire, en grève le 10 janvier !
par bye Mar 10 Jan - 11:50

» Grenade de désencerclement : un CRS mis en examen
par bye Sam 7 Jan - 20:59

» Les trois visages du vote FN
par bye Sam 7 Jan - 20:46

» Les deux jambes du militantisme
par bye Sam 7 Jan - 20:37

» Condamnés aujourd’hui pour avoir comparé Christiane Taubira à un singe
par bye Sam 31 Déc - 10:17

» Échapper au chaos
par bye Jeu 22 Déc - 17:53

» Le sénateur Carle coupable de détournement de fonds publics ? SUD éducation le dit depuis 2009 !
par bye Jeu 22 Déc - 15:06

» Maths : résoudre un problème
par bye Lun 12 Déc - 13:25

» Journée Internationale des droits de l'Homme: une situation inquiétante en Birmanie
par bye Dim 11 Déc - 11:17

» Comment les services de renseignement font la chasse aux employés des télécoms
par bye Sam 10 Déc - 18:54

» ET SI LE MASCULIN NE L’EMPORTAIT PAS SUR LE FEMININ ?
par bye Sam 10 Déc - 18:49

» Un document interne provoque un malaise à la SNCF
par bye Sam 10 Déc - 18:38

» Le gouvernement repousse l’évacuation de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes
par bye Sam 10 Déc - 18:29

» Légitime défense des policiers : faut-il tordre le droit ?
par bye Ven 9 Déc - 19:29

» Cadeau de fin d’année, un casier scolaire pour tous les marmots
par bye Mar 6 Déc - 13:59

» Violences policières, violences d’Etat
par bye Mar 6 Déc - 13:54

» La métamatière, les élites et les gouvernants
par De Bortoli Claude Ven 2 Déc - 9:54

» Comment les stups ont enfumé la justice
par bye Jeu 1 Déc - 12:26

» Quel opérateur
par bye Jeu 1 Déc - 12:24

» Fillon président ? Un coup de massue pour l’école
par bye Mer 30 Nov - 17:54

» « Pourquoi j’ai secouru des réfugiés. » Monument en l'honneur de Pierre-Alain Mannoni
par bye Mar 29 Nov - 13:06

» Jean-Luc Mélenchon ne passera pas au second tour de la présidentielle s'il ne se décide pas à parler au peuple
par bye Mar 29 Nov - 13:03

» Graeme Allwright : il t'a laissé la carte qui est si délirante qu'il n'aura plus jamais besoin d'une autre
par bye Mar 29 Nov - 13:00

» Mort de Fidel Castro : bilan de santé de la révolution castriste
par bye Mar 29 Nov - 12:57

» Vinci, piraté par des hacktivistes
par bye Ven 25 Nov - 18:38

» Le Mouvement de la Paix solidaire de la lutte des infirmières et infirmiers
par bye Ven 25 Nov - 18:35

» presentation de moi
par bye Ven 25 Nov - 18:30

» tests
par Matteo13 Mer 23 Nov - 7:48

» Un système d'accueil italien saturé face au nombre toujours aussi important d'arrivées
par bye Lun 21 Nov - 19:08

» Comment fonctionnera le « centre humanitaire » de Paris ?
par bye Lun 21 Nov - 19:06

» Un quart des enfants européens est menacé par la pauvreté
par bye Lun 21 Nov - 19:02

» Cuba : Le Conseil d’État décrète l’amnistie de 787 condamnés
par bye Sam 19 Nov - 11:11

» TURQUIE : Cesser la « chasse aux sorcières » à l’encontre des employé(e)s de l’éducation
par bye Jeu 17 Nov - 18:57

LE SITE

Dans Les Coulisses de Demain

FORUMS & SITES AMIS

FORUM EST INSCRIT SUR


    Police française

    Partagez
    avatar
    Ego autem semper

    Masculin
    Nombre de messages : 1161
    Age : 56
    Localisation : joigny france
    Emploi/loisirs : soudure / sociologie, économomie, philosophie
    Humeur : acide
    Date d'inscription : 01/12/2007

    Re: Police française

    Message par Ego autem semper le Dim 27 Déc - 1:57

    Dans le privé nous avons ce qu'est appelé l'obligation de réserve.

    C'est moins grave, puisque c'est vis à vis des techniques, des procès de fabrication; que d'une manière ou autre sont semblables dans les différentes usines. puisque nous travaillons sur la base d'un cahier de charges du constructeur. Du fait pour moi l'obligation de reserve reste presque ridicule

    Pour un service en armes, un service de l'État, l'obligation de réserve prends tout une autre dimension.

    Car votre matière première, reste l'être humain d'une part

    et parce que du fait de la "manipulation" de cette matière, (l'humain) vous pénétrés intimement la société, alors l'obligation de réserve prends une autre dimension, qui va bien au-delà de l'éthique ou le morale.

    D'où en découle, le risque d'atteinte de la psyché, risque majeur, puisque dans certains cultures c'est l'âme qui est touché! J'ai pour cela beaucoup d'admiration et du respect pour la difficile tâche qui doivent accomplir les corps en armes de l'État.

    Lorsque je vais dans une manifestation, j'ai dès lors une vision très particulier des travailleurs de l'ordre publique qui sont ces personnes en uniforme.

    CHARPAL

    Masculin
    Nombre de messages : 434
    Emploi/loisirs : Refaire le monde(sans prétention).Voir : refairelemonde.unblog.fr
    Humeur : en colère face aux injustices notamment sociales
    Date d'inscription : 15/11/2009

    Re: Police française

    Message par CHARPAL le Dim 27 Déc - 14:10

    Résistance : merci pour ton témoignage. Il est précieux, émouvant ,exhaustif, et montre, entre autres choses, l'immense "fracture conceptuelle" entre les soi disant élites médiatico-politiques et les réalités vécues par le peuple, quel que soit la place qu'on occupe dans la société.
    Ton témoignage révèle aussi chez toi une conscience citoyenne rassurante. Ayant sous les yeux toutes les contradictions dramatiques d'une société détraquée, tu gardes la tête froide autant que faire ce peut et ta capacité d'analyse, à la fois juste et critique. Nous n'avons nul besoin d'en savoir plus sur ton "vécu", tu as dit tout ce qu'il fallait pour que nous comprenions la situation. Ce qui compte sur un tel forum ça n'est pas les considérations subjectives égocentriques ( même si on peut de temps à autre faire part de ses sentiments- c'est humain- pour illustrer un propos) ou l'exaltation stérile de l'émotionnel (et tu ne tombes pas dans ce travers), mais d'élever le débat afin d'analyser de façon aussi juste que possible les causes des phénomènes et de réfléchir à leurs éventuels remèdes, même si ceux-ci peuvent apparaître applicables seulement dans un avenir lointain.
    Je crois qu'il y a forcément et par définition toujours une ou plusieurs causes aux phénomènes humains quels qu'ils soient. Un tel phénomène dont on ne peut expliquer l'origine, ça n'existe pas! Or la "méthode" (j'ai envie de dire "l'anti-méthode" ...), sarkoziste consiste précisément parce que les ambitions politiciennes l'exigent, à ne pas chercher à expliquer les causes de ce qu'on constate. Cela pour notamment deux raisons : c' est une perte de temps, or "le monsieur" est pressé de réaliser ses ambitions, et ensuite lorsqu'on est comme lui, viscéralement réactionnaire, il est toujours dangereux de réfléchir : il y a risque de remise en cause.Or il a été mis là où il est pour défendre bec et ongles le statu quo et les privilèges , comme dirait monsieur de La Palice, des privilégiés !
    Les faits lamentables que tu constates tous les jours ont donc des causes, auxquelles tu as dû sûrement réfléchir.
    Il n'est pas douteux que lorsque le plein emploi existe, chacun part le matin à son travail et revient le soir chez lui, bien content d'avoir fait sa journée... (je parle bien sûr de ceux qui ont des horaires "habituels"). Dans l'attente d'une société plus avancée où le travil pourrait avoir une place différente, c'est ce qu'il y a de mieux pour l'instant, pour structurer une vie sociale : avoir une place dans la société et y jouer un rôle.
    Le chômage massif est à l'origine de premier déséquilibre grave connu après les "trente glorieuses" du plein emploi. Après, le reste se décline "logiquement". Il faut bien vivre, c' est l'instinct de conservation. Face à une société qui refuse à certains un emploi, ceux-ci se considèrent affranchis de respecter une société qui ne les respecte pas.La délinquance, petite, moyenne ou grande devient la seule alternative pour survivre. Des ghettos (il y en a plein depuis toujours aux Etats-unis: les ghettos sont proportionnels aux inégalités sociales) se créent, appelés de façon plus hypocrite "zones de non droit".
    Dans ces zones un autre phénomène alimente la délinquance, c'est le désoeuvrement. Des populations sans repères, inéduquées, s'occupent de façon évidemment négative. De plus, elles sont néanmoins informées de certaines "anomalies"; elles voient bien que les "élites", les privilégiés vivent en piétinant les principes et les valeurs morales qu'elles sont censées défendre ( Liberté- Egalité - Fraternité entre autres).
    Pourquoi respecteraient -elles des principes alors que ceux qui dirigent le monde vivent d' escroqueries, de vols éhontés, de spéculations et se vautrent dans un luxe indécent ? Pourquoi vivre dans le bon sens ( à tous les sens du terme) dans un monde qui marche sur la tête ? Quant aux populations issues de l'émigration elles voient bien qu'il existe des pauvres dans les pays riches et d'immensément riches dans les pays pauvres ( à la solde des riches des pays riches ... ). Comment croire à quoi que ce soit dans un tel monde ??
    Les "gesticulations sarkozistes" n'y feront rien! C 'est bien pourquoi le problème de la sécurité ne peut être "autonomisé", pour la satisfaction dérisoire d'un politicien réactionnaire.Dans ce monde , on nous l'a assez dit, où tout se tient, il ne peut y avoir de remèdes que globaux : remettre sur ses pieds un monde qui marche sur la tête! Vaste chantier, certes. Il n'empêche que si ça n'est pas fait aucun problème : chômage, délinquance, déficits, atteintes à l'environnement etc... ne sera résolu. Refaire le monde, voila ce qu'il faut : mettre d'abord, autant que faire ce peut, l' économie au service de l' homme!
    Je suis bien conscient Résistance que les solutions à des problèmes qui deviennent de plus en plus complexe au fur et à mesure que l'on retrarde les remises en cause nécessaires, sont à plus ou moins long terme et que ça ne résoud pas dans l'immédiat tes problèmes. Dans l'attente de jours meilleurs en lesquels il faut croire, je te souhaite à nouveau bon courage !
    avatar
    Ego autem semper

    Masculin
    Nombre de messages : 1161
    Age : 56
    Localisation : joigny france
    Emploi/loisirs : soudure / sociologie, économomie, philosophie
    Humeur : acide
    Date d'inscription : 01/12/2007

    Re: Police française

    Message par Ego autem semper le Dim 27 Déc - 15:30

    merci CHARPAL je viens de faire un tour à votre blog, en laissant un message en passant

    CHARPAL

    Masculin
    Nombre de messages : 434
    Emploi/loisirs : Refaire le monde(sans prétention).Voir : refairelemonde.unblog.fr
    Humeur : en colère face aux injustices notamment sociales
    Date d'inscription : 15/11/2009

    Re: Police française

    Message par CHARPAL le Dim 27 Déc - 17:59

    Gramophone : tu vas te faire "gronder" si tu utilises le forum pour des messages personnels... Je te réponds en privé et excuses aux "forumeurs" pour cette parenthèse ...

    admin
    Administratrice

    Féminin
    Nombre de messages : 2788
    Date d'inscription : 23/11/2007

    Re: Police française

    Message par admin le Dim 27 Déc - 23:34

    Oui... oui... j'aime bien jouer à la maitresse bise

    Résistance, Bye et toi avez dit tellement de choses intéressantes ici qu'il serait difficile pour moi d'en faire la synthèse comme ça ou de donner mon point de vue. J'y reviendrais plus tard.

    Je voulais juste apporter mon sentiment en vous lisant les uns et les autres.
    CHARPAL a écrit:Bye, je comprends ton point de vue qui éclaire et élargit le mien. On peut en effet ( et en principe on doit...) traiter une telle question sous tous ses angles si on veut être exhaustif et intellectuellement honnête. Au plan politique et historique, il est exact que la répression a été atroce à la fin du 19è siécle (et je ne parle pas de la commune...)et au début du 20è. Mais dans ce cas, les forces de police et de gendarmerie( voire l'armée) ont obéï aux ordres et les plus coupables ont été les "politiques" qui les ont donnés ( Clémenceau hélas fut de ceux là - ce qui fait que je ne l'aime pas!).
    respect
    Les Forces de l’ordre sont également appelées (pour ce qui est de la Police), les Gardiens de la Paix. C’est donc bien aussi, ce qu’on veut en faire qui détermine comment on les appelle.

    Et s’ils sont, pour certains d’entre eux, « complices » d’atrocité aux cours du 19èmes et 20ème siècle – et même aujourd’hui et ce en France ou quelle que soit la Nation, il en va de même pour de nombreuses professions.

    Les « agriculteurs » se sont longtemps acceptés que les ouvriers agricoles soient des esclaves ! Dans l’Allemagne nazi, le travail forcé était monnaie courante dans certaines entreprises…

    Mais plus que tout, la recherche et la science sont à l’origine de bien des atrocités commises depuis des siècles dans tous les pays du monde.

    Poudre à canon, nitroglycérine, armes atomiques, nucléaires, napalm (inventé à l’Université d’Harvard en 1942 !), chimiques, bactériologiques… chambre à gaz, chaise électrique, injection létale (proposé par un docteur comme méthode d’exécution dès 1888 mais non acceptée avant 1977 sous l’impulsion du docteur Stanley Deutsch qui l’appliqua lui-même en 1982 pour exécuter Charles Brooks)… expériences sur des personnes handicapées, des enfants (notamment des orphelins), des adultes… Impossible sans la recherche scientifique ou ingénierie !

    C’est aussi avec l’appui de certaines recherches, qu’on a estimé légitime de considérer le Noir comme inférieur ainsi que la Femme. Et c’est aussi la science qui a pour longtemps installée dans l’esprit humain la notion de races (avant de trouver la notion de génétique…).

    En Chine, ce sont des médecins qui participent à la stérilisation (forcée) de femmes pour participer à la politique de natalité chinoise. Toujours en Chine, des chirurgiens acceptent de prélever des organes sur des condamnés à mort…

    Le trafic d’organes sur des enfants vivants au Brésil par exemple, sans chirurgien, ne serait pas possible.

    Dans certains pays islamiques, l’amputation de membres à la suite d’une condamnation pour vol ou l’excision de filles sont pratiqués dans des hôpitaux, par des chirurgiens ! Dans certains pays européens, certains chirurgiens stérilisaient ceux qu’ils considéraient comme manquant dans raison. Dans les USA ségrégationnistes et dans l’Afrique du Sud de l’Apartheid, les médecins et le personnel soignant blanc en général refusaient tout soin au non blanc.

    Le monde psychiatrique a aussi considéré longtemps l’homosexualité comme une maladie mentale et la traitait de la sorte ! Ce même monde acceptait également l’internement dans ses établissements des opposants à un régime politique particulier.

    Les massacres à Hiroshima (250 000 morts sans compter les victimes aujourd’hui), Nagasaki (plus de 75 000 morts), au Viêt-Nam, ainsi que les catastrophes comme Tchernobyl… Et je ne parle même pas des inventions des pesticides causes de stérilisation, de cancer… chez l’humain et de pollution de la planète… et dont l’explosion d’une usine en Inde avait fait 8 000 morts en 3 jours et plus 20 000 morts en moins de 20 ans. Et aujourd’hui des OGM … du Pétrole, et de tous les produits chimiques à l’origine de tant de cancer et autres maladies graves chez l’humain et causes de pollution et de destruction de l’écologie.

    La recherche et la science ont certainement été à l’origine de bien plus de morts et de catastrophes (qui plus est durable sur des siècles parfois !) que la police…

    Je ne mentionne même pas l’existence de chirurgiens qui défigurent leurs patients, de psychiatres qui profitent de la fragilité des personnes qui viennent les consulter pour les violer, de médecins et d’infirmières qui tuent (volontairement) des patients pour avoir un certain pouvoir, d’aides-soignants et autres membres du personnel soignant qui font preuve de maltraitance envers des enfants handicapés ou des personnes âgées…

    Qui pourtant remettrait en cause la nécessité d’avoir des chercheurs ? Ou même de la recherche et de la science ? Ou du personnel soignant, des chirurgiens… ?

    Et je peux aussi faire le même topo avec des cheminots (nombreux !) qui ont acceptés de transportés les juifs, et autres personnes, vers les camps de la mort… Et que dire de l’Education Nationale qui a longtemps fermé ses portes aux filles pour les classes supérieures jusqu’à très récemment ? Qui a longtemps été contre la mixité jusqu’en 1968 ? N’a-t-elle pas participé pour longtemps à l’intégration du sexisme dans la mentalité française ? Et que dire de son rôle durant la seconde guerre mondiale, en contribuant à livrer des enfants juifs et des enseignants juifs sous l’occupation ? Souvent, c’est mêmes les Académies ou un membre (ou plus) du personnel des établissements scolaires qui préviennent la police sur la scolarisation d’un enfant de parents sans papier…

    admin
    Administratrice

    Féminin
    Nombre de messages : 2788
    Date d'inscription : 23/11/2007

    Re: Police française

    Message par admin le Dim 27 Déc - 23:52

    CHARPAL a écrit:Voilà un "beau" débat au départ , important, crucial et actuel, gâché par des insultes et une agressivité inutile , déplacée et parasitaire.
    Sans vouloir jouer les donneurs de leçon ( c'est toujours ce qu'on dit à ceux ,dont je me glorifie de faire partie, qui ont des convictions...) ce forum de discussion porte le beau titre, ô combien, " dans les coulisses de demain". Il s'agit donc, à partir d'analyses critiques de la situation actuelle, en tout domaine, de faire des propositions pour améliorer à l'avenir ( proche ou lointain) la situation de nos semblables. Chacun apporte en toute liberté sa pierre à l'édifice : il ne sert à rien de balancer violemment cette pierre à la figure de l'autre ou de l'insulter.
    Il est vrai qu'il est beaucoup plus difficile de faire des propositions constructives et précises que d'invectiver ses petits camarades ...
    Nous avons vraiment cherché avec Écotone pour trouver un titre qui résume le but de cet espace. Je suis ravie, sincèrement, que tu le trouve "beau" et que tu ais bien compris son (modeste) objectif.

    Je me suis permise d'utiliser cette partie de ton message ici Plus de place dans les prisons
    avatar
    yunolo

    Féminin
    Nombre de messages : 743
    Age : 64
    Localisation : finistere
    Emploi/loisirs : fontionnaire
    Humeur : plutôt gaie
    Date d'inscription : 27/06/2009

    Re: Police française

    Message par yunolo le Lun 28 Déc - 23:07

    Résistance a écrit:
    yunolo a écrit:A moi tu n'as pas répondu Résistance! Pourquoi ?
    En te lisant, j'ai vu ce que tu "subis" et ce que mon Jim "subit" chaque jour que Dieu fait!
    Je comprends plus que tout votre désarroi! Je suis une MAMAN! et une MERE DE POLICIER TELLEMENT BON!
    Parle-moi de manière "privée" si tu n'oses pas autrement!
    Je ne doute pas que tu comprennes ce que je vis, puisque ton fils vit ou a vécu la même chose.

    Mais, Yunolo, certaines choses sont difficiles à dire en public ou en privé.

    Tu me demandes de me confier, de te confier des choses. Certaines des choses que tu me demandes sont trop intimes pour que je les dévoile.

    Contrairement à ton fils, je parle très peu de mon métier à ma famille et encore moins à ma mère ; je ne voudrais pas qu'elle s'inquiète inutilement.

    La seule personne avec qui je parle ouvertement de tout ça, c'est ma femme. Elle est parfois si intuitive que je n'ai pas besoin de lui dire quand je vais mal.

    Mais je fais aussi attention pour ne pas lui faire porter tout le poids de mon activité professionnelle, car elle n'est pas un psy non plus !

    Il m'arrive cependant, comme ce soir, d'être un peu plus bavard. Et souvent, après coup, je le regrette.
    Je suis sûre que tu es un bon policier!
    J'espère aussi que toutes les personnes qui ne vivent pas vos difficultés journalières et permanentes.... sauront... lors de journées "affreuses"! regarder les policiers comme des êtres humains et non plus comme des bêtes!
    Accroche-toi Résistance! Parce que ton métier est beau et juste!
    JOYEUSES FETES DE FIN D'ANNEE A TOI, TA PETITE FEMME, TA FAMILLE ET TES AMIS DE LA "ROUSSE"!
    avatar
    Résistance

    Masculin
    Nombre de messages : 181
    Age : 36
    Date d'inscription : 29/11/2007

    Re: Police française

    Message par Résistance le Mar 29 Déc - 0:41

    Merci Yunolo.
    Mes meilleurs voeux pour cette fin d'année également à toi et tes proches.
    avatar
    yunolo

    Féminin
    Nombre de messages : 743
    Age : 64
    Localisation : finistere
    Emploi/loisirs : fontionnaire
    Humeur : plutôt gaie
    Date d'inscription : 27/06/2009

    Re: Police française

    Message par yunolo le Mar 29 Déc - 1:13

    Pourquoi ? Comment ? j'ai pas vu que tu étais un bon flic avant ?
    Dans quels méandres nous sommes-nous perdus ?
    Peux-tu me le rappeler ?
    Il s'est bien passé un truc à un moment donné pour que je ne sois plus d'accord avec toi! Non ?
    Je n'ai pas le courage de remonter au début de nos discussions. Si toi, tu en as envies et le courage!
    En tout cas... quoiqu'il en soit! NOS DIFFERENTS N'AURAIENT PAS DU NAITRE!
    Je ne sais pas où tu seras le 31/12! JIM sera à sa gare! A son poste!
    Comme dhab! Il devra ramasser les "bonshommes saouls" et qui perturbent la vie des riverains! Et puis à l'aube... Il aura affaire aux "camés", aux "alcooliques", aux "violents".... IL SE FERA INSULTE! CRACHE DESSUS!... sous-homme! FLIC= SOUS-HOMME! C'est bien connu!
    Il ramassera encore les restes d'un désespéré qui se sera jeté sur les rails! Il ramassera encore une nouvelle gamine violée! (tous les WE!!!!)
    Est-ce que je mens quand j'écris çà Résistance ? Est-ce que j'exagère dans mes propos ?

    CHARPAL

    Masculin
    Nombre de messages : 434
    Emploi/loisirs : Refaire le monde(sans prétention).Voir : refairelemonde.unblog.fr
    Humeur : en colère face aux injustices notamment sociales
    Date d'inscription : 15/11/2009

    Re: Police française

    Message par CHARPAL le Mar 29 Déc - 11:45

    Yunolo : relis attentivement toutes les interventions. Tu verras que ce qui compte c'est de trouver les réponses aux problèmes les plus difficiles à résoudre au-delà des anecdotes, dont nous avons pris acte, et qui nous éclairent de façon amplement suffisante.
    La vraie question : pourquoi dans toutes les démocraties la délinquance a explosé ? Pourquoi est ce aux Etats-Unis, pays le plus riches de la planète, que cette explosion est la plus spectaculaire et que c'est le pays qui détient le record mondial ( les chiffres existent - incontestables) du nombre de gens en prison ?
    La réponse : les inégalités abyssales, le chômage, la misère, les travailleurs pauvres, la précarité.
    Pourquoi ce malaise de plus en plus palpable dans les forces de l'ordre ? Parce que précisément, Saorkozy, pour des motifs lamentables que j'explique en long, en large et en travers et confirmés par Résistance, a donné dans le tout répressif, sans s'attaquer aux causes précitées du phénomène. Il a donc complètement échoué,et il ne pouvait en être autrement, comme le démontre Résistance, chiffres et donc preuves à l'appui.
    Dans ce contexte de décadence démocratique, d'incivilités scandaleuses et amorales des "puissants", les forces de l'ordre et ceux qui ont cru à Sarkozy dans ce domaine là, et je le dis sans vouloir aucunement leur manquer de respect, se retrouvent "cocus" ! D'où l'amertume gigantesque et compréhensible des uns et des autres; mais Sarko s' en fout complètement car il a eu ce qu'il voulait: le pouvoir à n'importe quel prix !
    Résistance, par ses analyses pertinentes, distanciées et en gardant le tête froide a apporté un témoignage de grande valeur, démontrant que les forces de l'ordre comptent dans leurs rangs des citoyens authentiques, exemplaires, aux convictions républicaines fermes, ce dont personnellement, je n'ai jamais douté.
    Quant à l'utilisation des forces de l'ordre qui est faite pas les "politiques" c'est une autre histoire, aussi vieille que la République et qui relève, elle précisément, du débat politique, légitime et citoyen. Et c'est commettre un contre sens majeur que de considérer comme dirigées contre les forces de l'ordre les critiques des citoyens sur l'utilisation de ces forces et la manipulation démagogique, irresponsable et scandaleuse qui peut être faite pas des politiciens sans scrupules de toutes les problèmatiques relevant de la sécurité, de l'ordre public et de la délinquance !
    avatar
    yunolo

    Féminin
    Nombre de messages : 743
    Age : 64
    Localisation : finistere
    Emploi/loisirs : fontionnaire
    Humeur : plutôt gaie
    Date d'inscription : 27/06/2009

    Re: Police française

    Message par yunolo le Mer 30 Déc - 23:32

    Je suis totalement d'accord Charpal sur le fait que la délinquance explose dans tous les pays du Monde, que toutes les difficultés à vivre deviennent source de violence! Ce n'est que logique!
    Mais les policiers doivent-ils être pris pour "cible" ? Ils sont fonctionnaires! Peu importe le Chef d'Etat en place!... Ils doivent défendre l'Etat, la population, les commerçants, les lieux sensibles, etc....
    Ils font leur métier de fou! (haï de tous) Ils se retrouvent dans des situations "ubuesques" qu'ils n'ont pas cherchées! C'est tellement drôle de caillasser, de renverser ou de faire crâmer un flic à coup de cocktails monotov!
    Aucun d'eux n'a signé pour un Chef d'Etat de gauche ou de droite! Certains d'entre eux ont connu les 2 bords alternativement et connaîtront d'autres présidents!
    Ils sont malgré tout le dernier rempart contre l'anarchie totale! Beaucoup perdent la vie ou restent handicapés à vie sans aucune reconnaissance en "Haut lieu"!
    En quinze jours... Y'en a eu encore des policiers morts, blessés! Et donc des familles dans la douleur!
    Fais le tour de l'actualité sur cette quinzaine! Tu verras si je mens!
    En tout cas... Il m'est totalement insupportable d'entendre toujours décrier la police! (pas toi! Merci!)
    avatar
    Résistance

    Masculin
    Nombre de messages : 181
    Age : 36
    Date d'inscription : 29/11/2007

    Re: Police française

    Message par Résistance le Sam 2 Jan - 16:21

    yunolo a écrit:
    Est-ce que je mens quand j'écris çà Résistance ? Est-ce que j'exagère dans mes propos ?
    Tu oublies de préciser les voitures brûlées qui sont celles (généralement) des plus démunis d'entre nous. Évidemment, ça n'a pas la même valeur que les crimes dont tu parles.

    Mais lorsque quelqu'un perd sa voiture dans ces circonstances, nous n'imaginons pas à quel point ça peut-être dramatique pour lui. L'assurance ne prend pas forcément en compte cet incendie (tout dépend comment est assuré la voiture et si la voiture est neuve ou non), il faut qu'il paye pour déplacer la carcasse et qu'elle soit emmenée en fourrière. Donc non seulement il est victime mais en plus c'est à lui de payer pour le mal qu'il vient de subir. Qui plus est cette voiture était peut-être encore sous crédit, ou c'était la seule qu'il pouvait avoir, son seul moyen de locomotion pour se rendre à son travail, emmener ses enfants à l'école ou sa famille faire des courses...

    Franchement, ça me fend le cœur à chaque fois que je vois ces hommes et ces femmes complètement anéantis quand ils découvrent au lendemain du réveillon leur voiture calciner et se demandent comment ils trouveront ne serait-ce que l'argent pour faire déplacer la carcasse...

    Car ce qu'on oublie toujours de dire, c'est que les premières victimes de la délinquance sont les plus pauvres d'entre nous et les plus pauvres d'entre nous sont aussi issues de l'immigration... Tout comme d'ailleurs, les premières victimes de la criminalité sont les femmes (enfant ou adulte).
    avatar
    Résistance

    Masculin
    Nombre de messages : 181
    Age : 36
    Date d'inscription : 29/11/2007

    Re: Police française

    Message par Résistance le Sam 2 Jan - 16:47

    CHARPAL a écrit:Trouver les réponses aux problèmes les plus difficiles à résoudre au-delà des anecdotes, dont nous avons pris acte, et qui nous éclairent de façon amplement suffisante.
    La vraie question : pourquoi dans toutes les démocraties la délinquance a explosé ? Pourquoi est ce aux États-Unis, pays le plus riches de la planète, que cette explosion est la plus spectaculaire et que c'est le pays qui détient le record mondial ( les chiffres existent - incontestables) du nombre de gens en prison ?
    La réponse : les inégalités abyssales, le chômage, la misère, les travailleurs pauvres, la précarité.
    Pourquoi ce malaise de plus en plus palpable dans les forces de l'ordre ? Parce que précisément, Saorkozy, pour des motifs lamentables que j'explique en long, en large et en travers et confirmés par Résistance, a donné dans le tout répressif, sans s'attaquer aux causes précitées du phénomène. Il a donc complètement échoué,et il ne pouvait en être autrement, comme le démontre Résistance, chiffres et donc preuves à l'appui.
    Dans ce contexte de décadence démocratique, d'incivilités scandaleuses et amorales des "puissants", les forces de l'ordre et ceux qui ont cru à Sarkozy dans ce domaine là, et je le dis sans vouloir aucunement leur manquer de respect, se retrouvent "cocus" ! D'où l'amertume gigantesque et compréhensible des uns et des autres; mais Sarko s' en fout complètement car il a eu ce qu'il voulait: le pouvoir à n'importe quel prix !
    Résistance, par ses analyses pertinentes, distanciées et en gardant le tête froide a apporté un témoignage de grande valeur, démontrant que les forces de l'ordre comptent dans leurs rangs des citoyens authentiques, exemplaires, aux convictions républicaines fermes, ce dont personnellement, je n'ai jamais douté.
    Quant à l'utilisation des forces de l'ordre qui est faite pas les "politiques" c'est une autre histoire, aussi vieille que la République et qui relève, elle précisément, du débat politique, légitime et citoyen. Et c'est commettre un contre sens majeur que de considérer comme dirigées contre les forces de l'ordre les critiques des citoyens sur l'utilisation de ces forces et la manipulation démagogique, irresponsable et scandaleuse qui peut être faite pas des politiciens sans scrupules de toutes les problèmatiques relevant de la sécurité, de l'ordre public et de la délinquance !
    La première des violences, c'est l'État qui nous l'a fait subir. La première des violences, c'est cette disparité entre les plus riches et les plus pauvres. Le faussé se creuse et cette inégalité toujours plus flagrante et grandissante est de plus en plus insupportable et génératrice de violence.

    Quant aux USA, c'est un bon modèle à ne pas suivre pour ce qui est de la répression : depuis le temps qu'ils ont la peine de mort et des peines incompressibles (avec de la prison à vie réellement à perpétuité), jamais la délinquance et la criminalité n'a baissé (bien au contraire) et ils sont parmi les nations les plus violentes au monde, et les tueurs en série semblent même être leur spécialité ! Ce qui prouve bien que le tout répressif n'apporte rien comme réponse dissuasive et comme réponse à la délinquance et à la criminalité.

    Par contre, il y a des choses intéressantes à suivre comme modèle, comme le fait d'avoir des caméras dans les voitures de fonction (de police) qui filment à chaque intervention. Je serais d'avis que nous devrions suivre ce modèle (que ce soit pour la police ou pour la gendarmerie) non seulement ça empêcherait toute bavure, mais aussi, ça nous protégerait nous de toutes rumeurs et de toutes fausses vidéos où on filme que ce qu'on veut bien filmer sans prendre le début de l'action ni la fin, juste pour porter préjudice à la police.

    Avec une caméra qui est automatique, qui filmerait toute l'action dès le début, jusqu'à la fin, non seulement les personnes interpellées seraient en sécurité (plus) parce que les policiers y réfléchiraient à deux fois avant de "déraper". Mais aussi nous autres, nous serons protégés parce qu'on pourrait démentir aussi sec toute mauvaise interprétation ou toute rumeur.

    Il y a aussi une pétition du CRAN contre le contrôle au faciès qui circule sur le net, pour imiter ce qu'avait mis en place Obama lorsqu'il était sénateur. Eh bien, je suis là également, tout à fait d'accord avec cette idée.

    Qu'on imite un peu ce qui ce fait de mieux ailleurs, au lieu de toujours rapporter d'ailleurs le pire ! Qu'on laisse aux USA leur libéralisme économique et leur pudibonderie... et qu'on ramène ici ce qu'ils font de mieux... Au vu de notre mentalité, de notre attachement à certaines aides sociales, de notre rapport aux armes, si je compare la France avec les USA, je reste persuadé que le travail que nous avons à mener pour lutter contre la délinquance et la criminalité est bien plus facile chez nous que chez eux si nous nous en donnons les moyens. C'est-à-dire, si nous faisons bien plus et bien mieux de la prévention.

    Nous avons un terrain bien plus favorable à cela, car nous n'avons pas la culture de la violence en France comme elle peut exister aux USA où la Justice cherche plus à se venger par exemple car rendre réellement justice. Historiquement, nous sommes des paysans, et ceux sont des cow-boys. Lorsqu'il subissait un préjudice, le paysan espérait qu'il obtiendrait réparation par le biais de la Justice. Le cow-boy espérait régler lui-même ses comptes et le faisait. Je caricature, bien sûr. Mais, je suis persuadé que nous n'en sommes pas encore arrivés à une véritable culture de la violence comme aux USA. Donc je crois que nous pouvons, pourvu que nous nous en donnions les moyens, mieux nous en sortir et plus rapidement que les USA qui doivent eux en premier lieu pour stopper la violence cesser avec le culte des armes...

    PS : merci pour le compliment !
    avatar
    Ego autem semper

    Masculin
    Nombre de messages : 1161
    Age : 56
    Localisation : joigny france
    Emploi/loisirs : soudure / sociologie, économomie, philosophie
    Humeur : acide
    Date d'inscription : 01/12/2007

    Re: Police française

    Message par Ego autem semper le Sam 2 Jan - 17:47

    voilà, il y a une vision très catégorique dans la plus part de tes interventions "monsieur" RÉSISTANCE au point que je conclus sans risque de me tromper, que je suis face à une personne d'un niveau d'éveillé sociologique sans égale, vis à vis de tas de gens dans mon milieu professionnel, l'industrie automotrice.

    La nous sommes loin de la louange adressée pour le plaisir, mais dans la reconnaissance des qualités d'une personne.

    Dans votre argumentaire nous avons sans doute un mot clé inscrit dans la constitution des USA, cela fait allusion aux armes, là nous touchons un point névralgique de cette différence.

    D'autre part monsieur OBAMA, semble se rapprocher de la politique française, dans sa volonté d'offrir une couverture sociale aux citoyens.Je suis bien sur conscient du Lobby des entreprises très puissantes dans le domaine des assurances, dans un pays berceau du libéralisme!Nous ne pouvons être conscients de cela? Au fait, en moyenne une personne dépense non moins de 500 US$ par moi en santé. "De sa poche"; autant dire que jusqu'à là, seul une personne à revenu aisé peu se permettre cela; nous conviendrons que là santé à ce prix est un LUXE!



    Qu'il y ait des entreprises en "France" dédiés aux assurances, qui font tout pour casser la protection sociale, c'est compressible, mais nous n'arrivons, "nous les quidams" à comprendre, ce qui devienne progressivement la disparition des services publics, où la protection sociale est qu'une composante.


    Dans le domaine des comparaisons, entre les pays le benchmarking nous aurions tant des sujets à mettre dans la balance...
    avatar
    yunolo

    Féminin
    Nombre de messages : 743
    Age : 64
    Localisation : finistere
    Emploi/loisirs : fontionnaire
    Humeur : plutôt gaie
    Date d'inscription : 27/06/2009

    Re: Police française

    Message par yunolo le Lun 4 Jan - 15:45

    Le Télégramme de Brest a ouvert 2 pages ce jour sur le mal-être de la police. Je pense qu'ici beaucoup de choses sont dites et dignes d'intérêt.


    Police. Le mal-être au grand jour



    Le Télégramme de Brest - 4 janvier 2010

    «On nous empêche de faire notre métier: courir derrière les délinquants!» Malaise dans la police. Sentiment d'impunité chez les délinquants. Incompréhension dans la population. Voici des récits de flics désabusés. Édifiants!
    «Au lieu d'être là à faire des contrôles routiers, ils feraient mieux de courir après les vrais délinquants...». Quel automobiliste n'a jamais eu cette pensée? Et si c'était vrai? «La hiérarchie policière envoie de plus en plus les forces de l'ordre faire du contrôle routier», constate un magistrat d'un parquet breton. Conséquence, selon ce parquetier: «Moins de disponibilité pour investiguer, et des temps d'enquête qui s'allongent». Autre problème: «Des affaires résolues, méritant néanmoins d'être creusées (stupéfiants, par exemple), ne le sont pas». Faute de moyens.

    Fillon à Brest: 1.000 policiers mobilisés!

    Côté police, les principaux syndicats acquiescent et désignent deux responsables. Le premier: «La religion du chiffre et des statistiques, loin des réalités d'une délinquance mobile». Pression pour faire, par exemple, des contraventions? «Oui», tranchent les policiers rencontrés. Sur leurs rapports d'évaluation figure de plus en plus souvent cette remarque: «Activité contraventionnelle insuffisante». «Qu'on nous demande de faire des PV, c'est normal. Mais parfois, on a l'impression qu'on ne nous demande que ça», déplore Laurent, brigadier, une vingtaine d'années de boutique derrière lui, syndiqué à Alliance (réputé proche de la majorité présidentielle). Second responsable: la baisse des effectifs. Pour la seule année 2010, la seule police perdrait au plan national 2.000 postes, «alors que les violences et les cambriolages augmentent». «À part la toute nouvelle Unité territoriale de quartier (Uteq) qui opère en centre-ville de Rennes, nous ne sommes pas le bon nombre, au bon endroit et au bon moment, martèle Laurent, le brigadier rennais. Et les compétences des gars sont mal utilisées... Dans le privé, on ne verrait jamais ça. C'est comme si vous demandiez à un gars qui a vingt ans d'expérience de carreleur de faire de la plomberie, et s'étonner ensuite que les joints sont mal faits!». «Notre mission première, c'est la lutte contre la délinquance, rappelle un policier brestois. Pas d'assurer le transfert de détenus, faire des gardes de bâtiments ou accompagner des personnalités» (NDLR: allusion aux quelque 800 à 1.000 policiers déployés pour la venue du Premier ministre à Brest, il y a trois semaines).

    Patrouilles la grande illusion

    Concernant l'Uteq de Rennes, Laurent, le brigadier, est tout aussi critique: «Pour garnir cette nouvelle unité, on en a déshabillé d'autres. Alors, oui, en vitrine, sous les projecteurs, c'est beau. Mais derrière, en boutique, c'est le bordel. C'est pareil pour les effectifs. Pour les patrouilles-à quatre c'est bien -, le règlement impose la présence d'au moins deux policiers titulaires. Dans les faits, nous ne sommes souvent que trois fonctionnaires en tout. Trois, ça peut impressionner. On peut faire illusion. Sauf quand il y a un seul titulaire... qui doit veiller sur deux adjoints de sécurité formés en deux mois. Et ça, c'est notre quotidien. Et si on tombe sur quelque chose de sérieux, on ne peut pas tenir». Tous les policiers rencontrés dénoncent ce «manque de moyens». Formation à un nouvel équipement... dont ils ne sont finalement pas dotés, véhicules pas toujours en bon état... «On n'est pas crédible quand on verbalise un automobiliste! Et on ne respecte pas nous-mêmes les réglementations. Faute de place, à Rennes, on tape parfois nos rapports sur des ordinateurs installés dans les couloirs, dans une issue de secours!». À Brest, le commissariat a bien reçu un car de police-secours, flambant neuf... mais sans radio de bord.
    "La lutte des classes"


    Tous les policiers de terrain rencontrés fustigent «le désintérêt de la hiérarchie», «uniquement préoccupée par sa carrière et les chiffres». «Aucun officier n'est présent à l'appel, rapporte Laurent, un brigadier rennais syndiqué à Alliance. Personne pour vous dire que vous existez ou pour passer un message. Nous, on est sur le terrain, en voie publique. On passe d'un vol à l'étalage à 2,50euros à une nana qui a une tête comme ça, avec des enfants en pleurs, parce que son mec l'a fracassée, à une découverte de cadavre qui a quinze jours... Vous rentrez au commissariat. Vous êtes farci. Vous avez quatre, cinq rapports à taper. Et là, un officier vous passe une soufflante parce que votre véhicule est garé de travers...». Un responsable de la sécurité publique commente: «Des tensions sont nées quand les officiers ont obtenu le passage en catégorie A (NDLR: gardiens de la paix et gradés souhaitent décrocher la catégorie B). Depuis, c'est la lutte des classes au sein de la police...».
    «On est l'ennemi»


    Éviter les tensions, préserver la paix sociale. Sur la voie publique, les policiers sont devenus des démineurs. Des cibles aussi.
    «La société est de plus en plus violente. Avant, quand il y avait un différend, un coup de poing pouvait partir. Aujourd'hui, c'est une pluie de coups. Parfois sans raison, souvent sans limites. Avec nous, c'est pareil. Aujourd'hui, on n'hésite plus à agresser un policier. Les bleus, c'est l'ennemi. Celui sur qui on peut se défouler. Le responsable de tous les maux...», déplore Romain, policier brestois non syndiqué.

    «Même les victimes nous agressent»

    «Le contexte économique joue beaucoup, commente Thierry, brigadier-chef syndiqué à l'Union SGP-Unité Police (classé à gauche). Quand on arrive sur une intervention, les gens nous renvoient tout ça. On se fait même agresser par les victimes! On nous insulte. On nous dit qu'on ne sert à rien. Depuis que je suis à Rennes, je fais énormément de social. Je calme les esprits. Légalement, on pourrait verbaliser ou placer en garde à vue. Mais on ne le fait pas, pour éviter les dérapages: outrage, rébellion, etc. C'est une forme d'autocensure. Et puis, sans cela, les chiffres exploseraient...». «Il y a dix ans, quand on nous appelait ?les Condés?, on s'arrêtait. Aujourd'hui, on poursuit notre route. Quel intérêt d'aller à l'incident?» analyse un gendarme expérimenté qui, lui aussi, fait état de gens «beaucoup plus agressifs qu'avant. N'importe quelle intervention, banale en apparence, peut dégénérer». «La lourdeur procédurale est devenue telle que la plupart des collègues préfèrent ne pas réagir. Mais c'est usant et pesant», ajoute Thierry.

    «Hiérarchie très frileuse»

    «On n'a pas su suivre l'évolution de la délinquance, estime Laurent, brigadier à Rennes, syndiqué à Alliance. La hiérarchie est très frileuse. Les chasses (NDLR: les courses poursuites), par exemple, sont désormais interdites. D'ailleurs, on n'utilise plus ce terme mais celui de ?prise en charge de véhicule?. Bref, si tu vois une voiture volée, tu ne fais rien parce que ça risque de foutre le feu à une cité. Pour les manifs, c'est pire. Avant que tu ne reçoives l'ordre d'interpeller un casseur...». Des affirmations que modère un commissaire: «Lorsque l'auteur est identifiable, il est parfois plus sage de différer l'interpellation, en douceur, sans risquer la vie de personnes».
    À Brest, la police à la noce (IMPRESSIONNANT!)


    Un «mariage marocain» fêté en grande pompe jusque dans le centre-ville de Brest, qui déborde et prend les forces de l'ordre de court. Et c'est l'orgueil et la crédibilité de la police qui en prennent un sérieux coup.
    C'est LE sujet dont tout le monde parlait à Brest ces derniers mois. Un joyeux et bruyant «mariage marocain» dans les rues du centre-ville qui reste en travers de la gorge de nombreux policiers et responsables de la sécurité publique. Le samedi 3octobre, en plein après-midi, des dizaines de voitures, moteurs et avertisseurs hurlants, musique à plein volume, drapeaux au vent (lire ci-contre la proposition UMP), investissent la rue Jean-Jaurès, principale artère commerçante de la ville. Pas n'importe quelles voitures: Porsche limousine avec chauffeur pour les mariés, limousine classique, Ferrari, Aston Martin, Lamborghini, BMW, Audi R8, Mercedes AMG pour une partie des invités.

    La police... en escorte!

    Des véhicules grimpent sur les trottoirs. D'autres déboulent à contresens sur les ronds-points. Tous empruntent les deux lignes de circulation de la rue Jean-Jaurès. L'hyper centre-ville est rapidement paralysé, contraignant la police à... «escorter» le cortège, sous les yeux médusés des nombreux passants. «On les avait là», résume un policier «écoeuré». D'autant que certaines têtes qui s'exhibent par les fenêtres des luxueuses voitures sont bien connues des forces de police. «Des voitures comme ça, personne ne peut se les payer. Même en location, comme c'était le cas... Mais on ne pouvait rien faire. Ils étaient plusieurs centaines. Nous, pas, et il y avait beaucoup de monde dans les rues...». «Ce qui s'est produit est inadmissible, s'étrangle un responsable de la sécurité publique. En plus, des vidéos immortalisant ces scènes ont été mises en ligne sur internet!». «On n'a pas fait ça pour provoquer la police. C'était la fête et la frime, c'est tout», assure un convive. Les véhicules de luxe, une dizaine sur la cinquantaine de voitures présentes dans le cortège, ont été loués en région parisienne et acheminés à Brest par camion. Pour chacun et pour deux jours, la location pouvait grimper jusqu'à 7.000euros. L'incident a en tout cas suffisamment choqué et irrité pour déclencher l'ouverture d'une enquête préliminaire. Histoire de répondre à cette question judicieuse: d'où vient l'argent (non-justification de ressources)? «De ce côté-là, tout est verrouillé, assure un invité. Ce mariage, on le préparait depuis un an. On a eu le temps d'économiser...».

    Des billets jetés aux policiers

    L'histoire aurait pu s'arrêter là. Mais le lendemain, la police parvient à interpeller l'un des convives, qui n'avait pas de permis. Alors que cette personne est entendue au commissariat central, survient un membre de sa famille, tout en muscle, accompagné d'un acolyte tout aussi bodybuildé et de cinq ou six noceurs qui attendent à l'extérieur. L'individu exige que son parent soit relâché, injurie les policiers présents, leur jette des billets de dix et vingteuros en les traitant de «clochards». La scène se déroule dans l'accueil, sous l'oeil du public qui patiente en salle d'attente. Les patrouilles en ville sont bien appelées en renfort. Une dizaine de policiers afflue. Mais aucune interpellation ne sera tentée. Pourquoi? Vraisemblablement pour ne pas courir le risque de «mettre le feu» au quartier où se déroulait le mariage. «Pour qui on passe?», s'agace un policier. «Quel message croyez-vous que l'on donne en laissant de telles choses se produire?» (çà a beaucoup impressionné la population brestoise. Je vais essayer de retrouver la vidéo. Nous savons tous que c'est l'argent de la drogue!)
    Un poste de police attaqué en plein jour à Rennes


    La scène, surréaliste, s'est déroulée en mars dernier dans un quartier sensible de Rennes alors que de nombreux policiers présents n'attendaient qu'un ordre: intervenir.
    Mercredi 11mars 2009. D'importants moyens policiers sont mobilisés en raison d'une manifestation étudiante. En fin d'après-midi, tout bascule. Plus de 200 manifestants débarquent dans le Carrefour du quartier Villejean pour une opération coup-de-poing «contre la précarité». Nom de code: «Servez-vous, c'est gratuit». Le groupe repart avec près d'une centaine de sacs (*).

    «On va vous cramer»

    Les forces de l'ordre n'interviennent qu'après, et interpellent... un jeune du quartier (deux étudiants seront également arrêtés). Stupeur dans la cité. En réaction, quelques minutes plus tard, une dizaine de jeunes, rapidement suivis par une centaine d'autres, attaquent le poste de police du quartier où sont réfugiés quatre fonctionnaires. Ceux-ci vident leurs bombes lacrymogènes, avant de se barricader à l'étage. «On va vous cramer», hurlent les assaillants, qui défoncent portes et fenêtres. «Les collègues, très choqués, ont vraiment cru leur dernière heure arriver, rapporte Frédéric Gallet, responsable du syndicat policier Alliance à Rennes. Pourtant, dehors, il y avait tous les renforts qui attendaient l'ordre d'intervenir. Cela a pris de très longues minutes...».

    «Absence de décision»

    Un tract syndical évoque «l'absence de décision» au moment où les manifestants ont investi le supermarché et une «décision tardive» de la hiérarchie au moment de l'attaque du poste de police. «Pendant que certains jouent leur carrière au ?j'y vais, j'y vais pas?, les collègues, eux, risquent leur vie!», s'insurge le syndicat dans le même tract. Aucune interpellation ne sera réalisée. Le principal meneur de l'attaque, désigné comme tel par les quatre policiers, s'est lui-même livré à la police le lendemain des faits. Jugé en comparution immédiate, il a été condamné à trois mois de prison ferme.

    * Le directeur du magasin évoquera un préjudice de 10.000euros constitué essentiellement d'accessoires informatiques, de vidéo et de hi-fi, d'alcool et de téléphones portables.
    Ivresses publiques : le fardeau


    De nombreux policiers pointent la trop lourde gestion des personnes en état d'ivresse. «Elles doivent être vues par un médecin avant d'être placées en dégrisement. Pour nous, cela veut dire une demi-heure à une heure d'attente à l'hôpital. Pendant ce temps-là, on a de vrais appels d'urgence...». Un autre policier évoque, quant à lui, les soirées étudiantes. «Cela pompe beaucoup d'effectifs qui pourraient être utilisés à d'autres choses, fustige-t-il. Et puis, on sert à quoi? On doit être visible aux abords, mais on ne peut pas intervenir! Ce serait l'émeute générale. Cette situation absurde frustre tout le monde».
    Police de proximité en arrière toute


    C'est le cheval de bataille de Nicolas Sarkozy: lutter contre la délinquance. Combien de fois a-t-on annoncé la «tolérance zéro», la guerre totale contre le trafic de drogue, contre les bandes, contre l'économie souterraine, la «reconquête des quartiers sensibles»? Le 15décembre dernier, Brice Hortefeux voulait même «donner des coups de pied dans la fourmilière». C'est la «priorité pour 2010»! Pour les quartiers sensibles, on avait même réintroduit une police de proximité: les Uteq (Unités territoriales de quartier). «Une solution qui coûte, mais qui est efficace», assurait, il y a quelques mois, le ministre de l'Intérieur, avançant une baisse de la délinquance de 10% à 20% là où ces unités étaient implantées.

    De 100 à 35

    Mais voilà, rigueur budgétaire oblige, exit les 100 Uteq! Ne resteront que les 35 déjà créées, dont celle de Rennes. Est-ce seulement une question d'argent? Non. L'Élysée et le gouvernement se disent «préoccupés» par les tensions et réactions que pourraient engendrer dans les quartiers ciblés ces «coups de pied». Tout est dit.
    avatar
    yunolo

    Féminin
    Nombre de messages : 743
    Age : 64
    Localisation : finistere
    Emploi/loisirs : fontionnaire
    Humeur : plutôt gaie
    Date d'inscription : 27/06/2009

    Re: Police française

    Message par yunolo le Lun 4 Jan - 15:55

    http://www.youtube.com/watch?v=5Hd55Smkks4
    Ils ont foutu un beau bordel!
    avatar
    Ego autem semper

    Masculin
    Nombre de messages : 1161
    Age : 56
    Localisation : joigny france
    Emploi/loisirs : soudure / sociologie, économomie, philosophie
    Humeur : acide
    Date d'inscription : 01/12/2007

    Re: Police française

    Message par Ego autem semper le Lun 4 Jan - 21:04

    Je connais des gendarmes, et des policiers du coin, j'ai même mon voisin qui est gendarme, il y a deux gendarmes dans la famille; vos énonces sont un exposé qui exprime une réalité.

    Je suis heureux de vous voir réagir de la sorte, je sans doute déjà parlé ici, d'un livre intitulé "Le mérite et la République" d'Olivier Hill, vous pouvez vous renseigner sur cela, J'ai reçu le livre dédicacé de l'auteur, un cadeau de ceux donc je suis fier.
    Allez fermons la parenthèse, le professeur universitaire, et sociologue qu'il est, montre à travers l'histoire, la tendance de certains "bien pensants" qui ne font que manipuler l'opinion, entre autres sujets du dit livre.
    La course à l'excellence étant aussi illustré, dans ce texte, curiosité du sort vous, me tendez la perche pour en parler; mais je ne vais pas abuser...Je me demande par contre quand la plus part des quidams, de mon niveau "les ouvriers" les classes sociales majoritaires (classes sociales de revenu modeste, majoritaires en démocratie) qu'auraient commis l'erreur au suffrage du six mai 2007; vont comprendre et corriger la faute.

    Oui je sais que je suis barbant avec mes élucubrations, dans la rubrique "politique française" l'on me traite de nul, ils ignorent que je suis présent dans leurs journal pour le plaisir, de plaider! non pas pour mes idées mais tant que je peu le faire pour la chose qui me tiens le plus au monde l'humanisme, l'altruisme, la justice sociale entre autres._____________________________Quel erreur! plus grand à été commis le six mai 2007_______________j'ai du mal avec la mise en page
    avatar
    yunolo

    Féminin
    Nombre de messages : 743
    Age : 64
    Localisation : finistere
    Emploi/loisirs : fontionnaire
    Humeur : plutôt gaie
    Date d'inscription : 27/06/2009

    Re: Police française

    Message par yunolo le Mar 5 Jan - 18:47

    JE TIENS ET JE VEUX QUE TOUS LES AMIS DU SITE LISENT CE QUI EST ECRIT CI-DESSOUS ET ME REPONDENT! JE LE BASCULERAI TANT QUE JE N'AURAI PAS EU UNE REPONSE DE VOTRE PART
    J'ai eu une réponse de Grammo! mais Bettina, Ecotone, Bye, Rabasse, Résistance... etc!!!! RIEN POUR L'INSTANT!!!!
    Spoiler:
    yunolo a écrit:Le Télégramme de Brest a ouvert 2 pages ce jour sur le mal-être de la police. Je pense qu'ici beaucoup de choses sont dites et dignes d'intérêt.


    Police. Le mal-être au grand jour



    Le Télégramme de Brest - 4 janvier 2010

    «On nous empêche de faire notre métier: courir derrière les délinquants!» Malaise dans la police. Sentiment d'impunité chez les délinquants. Incompréhension dans la population. Voici des récits de flics désabusés. Édifiants!
    «Au lieu d'être là à faire des contrôles routiers, ils feraient mieux de courir après les vrais délinquants...». Quel automobiliste n'a jamais eu cette pensée? Et si c'était vrai? «La hiérarchie policière envoie de plus en plus les forces de l'ordre faire du contrôle routier», constate un magistrat d'un parquet breton. Conséquence, selon ce parquetier: «Moins de disponibilité pour investiguer, et des temps d'enquête qui s'allongent». Autre problème: «Des affaires résolues, méritant néanmoins d'être creusées (stupéfiants, par exemple), ne le sont pas». Faute de moyens.

    Fillon à Brest: 1.000 policiers mobilisés!

    Côté police, les principaux syndicats acquiescent et désignent deux responsables. Le premier: «La religion du chiffre et des statistiques, loin des réalités d'une délinquance mobile». Pression pour faire, par exemple, des contraventions? «Oui», tranchent les policiers rencontrés. Sur leurs rapports d'évaluation figure de plus en plus souvent cette remarque: «Activité contraventionnelle insuffisante». «Qu'on nous demande de faire des PV, c'est normal. Mais parfois, on a l'impression qu'on ne nous demande que ça», déplore Laurent, brigadier, une vingtaine d'années de boutique derrière lui, syndiqué à Alliance (réputé proche de la majorité présidentielle). Second responsable: la baisse des effectifs. Pour la seule année 2010, la seule police perdrait au plan national 2.000 postes, «alors que les violences et les cambriolages augmentent». «À part la toute nouvelle Unité territoriale de quartier (Uteq) qui opère en centre-ville de Rennes, nous ne sommes pas le bon nombre, au bon endroit et au bon moment, martèle Laurent, le brigadier rennais. Et les compétences des gars sont mal utilisées... Dans le privé, on ne verrait jamais ça. C'est comme si vous demandiez à un gars qui a vingt ans d'expérience de carreleur de faire de la plomberie, et s'étonner ensuite que les joints sont mal faits!». «Notre mission première, c'est la lutte contre la délinquance, rappelle un policier brestois. Pas d'assurer le transfert de détenus, faire des gardes de bâtiments ou accompagner des personnalités» (NDLR: allusion aux quelque 800 à 1.000 policiers déployés pour la venue du Premier ministre à Brest, il y a trois semaines).

    Patrouilles la grande illusion

    Concernant l'Uteq de Rennes, Laurent, le brigadier, est tout aussi critique: «Pour garnir cette nouvelle unité, on en a déshabillé d'autres. Alors, oui, en vitrine, sous les projecteurs, c'est beau. Mais derrière, en boutique, c'est le bordel. C'est pareil pour les effectifs. Pour les patrouilles-à quatre c'est bien -, le règlement impose la présence d'au moins deux policiers titulaires. Dans les faits, nous ne sommes souvent que trois fonctionnaires en tout. Trois, ça peut impressionner. On peut faire illusion. Sauf quand il y a un seul titulaire... qui doit veiller sur deux adjoints de sécurité formés en deux mois. Et ça, c'est notre quotidien. Et si on tombe sur quelque chose de sérieux, on ne peut pas tenir». Tous les policiers rencontrés dénoncent ce «manque de moyens». Formation à un nouvel équipement... dont ils ne sont finalement pas dotés, véhicules pas toujours en bon état... «On n'est pas crédible quand on verbalise un automobiliste! Et on ne respecte pas nous-mêmes les réglementations. Faute de place, à Rennes, on tape parfois nos rapports sur des ordinateurs installés dans les couloirs, dans une issue de secours!». À Brest, le commissariat a bien reçu un car de police-secours, flambant neuf... mais sans radio de bord.
    "La lutte des classes"


    Tous les policiers de terrain rencontrés fustigent «le désintérêt de la hiérarchie», «uniquement préoccupée par sa carrière et les chiffres». «Aucun officier n'est présent à l'appel, rapporte Laurent, un brigadier rennais syndiqué à Alliance. Personne pour vous dire que vous existez ou pour passer un message. Nous, on est sur le terrain, en voie publique. On passe d'un vol à l'étalage à 2,50euros à une nana qui a une tête comme ça, avec des enfants en pleurs, parce que son mec l'a fracassée, à une découverte de cadavre qui a quinze jours... Vous rentrez au commissariat. Vous êtes farci. Vous avez quatre, cinq rapports à taper. Et là, un officier vous passe une soufflante parce que votre véhicule est garé de travers...». Un responsable de la sécurité publique commente: «Des tensions sont nées quand les officiers ont obtenu le passage en catégorie A (NDLR: gardiens de la paix et gradés souhaitent décrocher la catégorie B). Depuis, c'est la lutte des classes au sein de la police...».
    «On est l'ennemi»


    Éviter les tensions, préserver la paix sociale. Sur la voie publique, les policiers sont devenus des démineurs. Des cibles aussi.
    «La société est de plus en plus violente. Avant, quand il y avait un différend, un coup de poing pouvait partir. Aujourd'hui, c'est une pluie de coups. Parfois sans raison, souvent sans limites. Avec nous, c'est pareil. Aujourd'hui, on n'hésite plus à agresser un policier. Les bleus, c'est l'ennemi. Celui sur qui on peut se défouler. Le responsable de tous les maux...», déplore Romain, policier brestois non syndiqué.

    «Même les victimes nous agressent»

    «Le contexte économique joue beaucoup, commente Thierry, brigadier-chef syndiqué à l'Union SGP-Unité Police (classé à gauche). Quand on arrive sur une intervention, les gens nous renvoient tout ça. On se fait même agresser par les victimes! On nous insulte. On nous dit qu'on ne sert à rien. Depuis que je suis à Rennes, je fais énormément de social. Je calme les esprits. Légalement, on pourrait verbaliser ou placer en garde à vue. Mais on ne le fait pas, pour éviter les dérapages: outrage, rébellion, etc. C'est une forme d'autocensure. Et puis, sans cela, les chiffres exploseraient...». «Il y a dix ans, quand on nous appelait ?les Condés?, on s'arrêtait. Aujourd'hui, on poursuit notre route. Quel intérêt d'aller à l'incident?» analyse un gendarme expérimenté qui, lui aussi, fait état de gens «beaucoup plus agressifs qu'avant. N'importe quelle intervention, banale en apparence, peut dégénérer». «La lourdeur procédurale est devenue telle que la plupart des collègues préfèrent ne pas réagir. Mais c'est usant et pesant», ajoute Thierry.

    «Hiérarchie très frileuse»

    «On n'a pas su suivre l'évolution de la délinquance, estime Laurent, brigadier à Rennes, syndiqué à Alliance. La hiérarchie est très frileuse. Les chasses (NDLR: les courses poursuites), par exemple, sont désormais interdites. D'ailleurs, on n'utilise plus ce terme mais celui de ?prise en charge de véhicule?. Bref, si tu vois une voiture volée, tu ne fais rien parce que ça risque de foutre le feu à une cité. Pour les manifs, c'est pire. Avant que tu ne reçoives l'ordre d'interpeller un casseur...». Des affirmations que modère un commissaire: «Lorsque l'auteur est identifiable, il est parfois plus sage de différer l'interpellation, en douceur, sans risquer la vie de personnes».
    À Brest, la police à la noce (IMPRESSIONNANT!)


    Un «mariage marocain» fêté en grande pompe jusque dans le centre-ville de Brest, qui déborde et prend les forces de l'ordre de court. Et c'est l'orgueil et la crédibilité de la police qui en prennent un sérieux coup.
    C'est LE sujet dont tout le monde parlait à Brest ces derniers mois. Un joyeux et bruyant «mariage marocain» dans les rues du centre-ville qui reste en travers de la gorge de nombreux policiers et responsables de la sécurité publique. Le samedi 3octobre, en plein après-midi, des dizaines de voitures, moteurs et avertisseurs hurlants, musique à plein volume, drapeaux au vent (lire ci-contre la proposition UMP), investissent la rue Jean-Jaurès, principale artère commerçante de la ville. Pas n'importe quelles voitures: Porsche limousine avec chauffeur pour les mariés, limousine classique, Ferrari, Aston Martin, Lamborghini, BMW, Audi R8, Mercedes AMG pour une partie des invités.

    La police... en escorte!

    Des véhicules grimpent sur les trottoirs. D'autres déboulent à contresens sur les ronds-points. Tous empruntent les deux lignes de circulation de la rue Jean-Jaurès. L'hyper centre-ville est rapidement paralysé, contraignant la police à... «escorter» le cortège, sous les yeux médusés des nombreux passants. «On les avait là», résume un policier «écoeuré». D'autant que certaines têtes qui s'exhibent par les fenêtres des luxueuses voitures sont bien connues des forces de police. «Des voitures comme ça, personne ne peut se les payer. Même en location, comme c'était le cas... Mais on ne pouvait rien faire. Ils étaient plusieurs centaines. Nous, pas, et il y avait beaucoup de monde dans les rues...». «Ce qui s'est produit est inadmissible, s'étrangle un responsable de la sécurité publique. En plus, des vidéos immortalisant ces scènes ont été mises en ligne sur internet!». «On n'a pas fait ça pour provoquer la police. C'était la fête et la frime, c'est tout», assure un convive. Les véhicules de luxe, une dizaine sur la cinquantaine de voitures présentes dans le cortège, ont été loués en région parisienne et acheminés à Brest par camion. Pour chacun et pour deux jours, la location pouvait grimper jusqu'à 7.000euros. L'incident a en tout cas suffisamment choqué et irrité pour déclencher l'ouverture d'une enquête préliminaire. Histoire de répondre à cette question judicieuse: d'où vient l'argent (non-justification de ressources)? «De ce côté-là, tout est verrouillé, assure un invité. Ce mariage, on le préparait depuis un an. On a eu le temps d'économiser...».

    Des billets jetés aux policiers

    L'histoire aurait pu s'arrêter là. Mais le lendemain, la police parvient à interpeller l'un des convives, qui n'avait pas de permis. Alors que cette personne est entendue au commissariat central, survient un membre de sa famille, tout en muscle, accompagné d'un acolyte tout aussi bodybuildé et de cinq ou six noceurs qui attendent à l'extérieur. L'individu exige que son parent soit relâché, injurie les policiers présents, leur jette des billets de dix et vingteuros en les traitant de «clochards». La scène se déroule dans l'accueil, sous l'oeil du public qui patiente en salle d'attente. Les patrouilles en ville sont bien appelées en renfort. Une dizaine de policiers afflue. Mais aucune interpellation ne sera tentée. Pourquoi? Vraisemblablement pour ne pas courir le risque de «mettre le feu» au quartier où se déroulait le mariage. «Pour qui on passe?», s'agace un policier. «Quel message croyez-vous que l'on donne en laissant de telles choses se produire?» (çà a beaucoup impressionné la population brestoise. Je vais essayer de retrouver la vidéo. Nous savons tous que c'est l'argent de la drogue!)
    Un poste de police attaqué en plein jour à Rennes


    La scène, surréaliste, s'est déroulée en mars dernier dans un quartier sensible de Rennes alors que de nombreux policiers présents n'attendaient qu'un ordre: intervenir.
    Mercredi 11mars 2009. D'importants moyens policiers sont mobilisés en raison d'une manifestation étudiante. En fin d'après-midi, tout bascule. Plus de 200 manifestants débarquent dans le Carrefour du quartier Villejean pour une opération coup-de-poing «contre la précarité». Nom de code: «Servez-vous, c'est gratuit». Le groupe repart avec près d'une centaine de sacs (*).

    «On va vous cramer»

    Les forces de l'ordre n'interviennent qu'après, et interpellent... un jeune du quartier (deux étudiants seront également arrêtés). Stupeur dans la cité. En réaction, quelques minutes plus tard, une dizaine de jeunes, rapidement suivis par une centaine d'autres, attaquent le poste de police du quartier où sont réfugiés quatre fonctionnaires. Ceux-ci vident leurs bombes lacrymogènes, avant de se barricader à l'étage. «On va vous cramer», hurlent les assaillants, qui défoncent portes et fenêtres. «Les collègues, très choqués, ont vraiment cru leur dernière heure arriver, rapporte Frédéric Gallet, responsable du syndicat policier Alliance à Rennes. Pourtant, dehors, il y avait tous les renforts qui attendaient l'ordre d'intervenir. Cela a pris de très longues minutes...».

    «Absence de décision»

    Un tract syndical évoque «l'absence de décision» au moment où les manifestants ont investi le supermarché et une «décision tardive» de la hiérarchie au moment de l'attaque du poste de police. «Pendant que certains jouent leur carrière au ?j'y vais, j'y vais pas?, les collègues, eux, risquent leur vie!», s'insurge le syndicat dans le même tract. Aucune interpellation ne sera réalisée. Le principal meneur de l'attaque, désigné comme tel par les quatre policiers, s'est lui-même livré à la police le lendemain des faits. Jugé en comparution immédiate, il a été condamné à trois mois de prison ferme.

    * Le directeur du magasin évoquera un préjudice de 10.000euros constitué essentiellement d'accessoires informatiques, de vidéo et de hi-fi, d'alcool et de téléphones portables.
    Ivresses publiques : le fardeau


    De nombreux policiers pointent la trop lourde gestion des personnes en état d'ivresse. «Elles doivent être vues par un médecin avant d'être placées en dégrisement. Pour nous, cela veut dire une demi-heure à une heure d'attente à l'hôpital. Pendant ce temps-là, on a de vrais appels d'urgence...». Un autre policier évoque, quant à lui, les soirées étudiantes. «Cela pompe beaucoup d'effectifs qui pourraient être utilisés à d'autres choses, fustige-t-il. Et puis, on sert à quoi? On doit être visible aux abords, mais on ne peut pas intervenir! Ce serait l'émeute générale. Cette situation absurde frustre tout le monde».
    Police de proximité en arrière toute


    C'est le cheval de bataille de Nicolas Sarkozy: lutter contre la délinquance. Combien de fois a-t-on annoncé la «tolérance zéro», la guerre totale contre le trafic de drogue, contre les bandes, contre l'économie souterraine, la «reconquête des quartiers sensibles»? Le 15décembre dernier, Brice Hortefeux voulait même «donner des coups de pied dans la fourmilière». C'est la «priorité pour 2010»! Pour les quartiers sensibles, on avait même réintroduit une police de proximité: les Uteq (Unités territoriales de quartier). «Une solution qui coûte, mais qui est efficace», assurait, il y a quelques mois, le ministre de l'Intérieur, avançant une baisse de la délinquance de 10% à 20% là où ces unités étaient implantées.

    De 100 à 35

    Mais voilà, rigueur budgétaire oblige, exit les 100 Uteq! Ne resteront que les 35 déjà créées, dont celle de Rennes. Est-ce seulement une question d'argent? Non. L'Élysée et le gouvernement se disent «préoccupés» par les tensions et réactions que pourraient engendrer dans les quartiers ciblés ces «coups de pied». Tout est dit.

    admin
    Administratrice

    Féminin
    Nombre de messages : 2788
    Date d'inscription : 23/11/2007

    Re: Police française

    Message par admin le Mar 5 Jan - 20:39

    yunolo a écrit:JE TIENS ET JE VEUX QUE TOUS LES AMIS DU SITE LISENT CE QUI EST ECRIT CI-DESSOUS ET ME REPONDENT! JE LE BASCULERAI TANT QUE JE N'AURAI PAS EU UNE REPONSE DE VOTRE PART
    J'ai eu une réponse de Grammo! mais Bettina, Ecotone, Bye, Rabasse, Résistance... etc!!!! RIEN POUR L'INSTANT!!!!
    Le flood est interdit. J'avais l'intention d'y répondre : mais je n'aime guère qu'on m'oblige. Du coup, je te répondrais si l'envie me reviens... Nan mais alors !
    avatar
    yunolo

    Féminin
    Nombre de messages : 743
    Age : 64
    Localisation : finistere
    Emploi/loisirs : fontionnaire
    Humeur : plutôt gaie
    Date d'inscription : 27/06/2009

    Re: Police française

    Message par yunolo le Mar 5 Jan - 20:53

    Tu fais comme tu veux Bettina! Mais là... c'était des mots de policiers! Juste des policiers!

    admin
    Administratrice

    Féminin
    Nombre de messages : 2788
    Date d'inscription : 23/11/2007

    Re: Police française

    Message par admin le Mar 5 Jan - 22:55

    Au sujet de la vidéo, je crois que les membres qui ont fait ce mariage ne connaissent rien de la culture marocaine, car ça n'a rien avoir avec un mariage marocain. Je crois que ces gens ont voulu jouer aux caïds mafieux avec la "classe" en moins... Devrait regarder le Parrain !
    Je crois que ce mariage n'a rien d'une fête, on ne voit même pas la mariée, c'est dire qu'il n'avait aucune envie de fêter ce mariage. Je crois que ce sont des crétins de plus qui ont dû être payé par le FN ou Sarko pour faire monter le racisme... Je crois qu'il faut être débile pour faire des choses pareilles...
    Je pense aussi que si j'étais la mariée, j'aurais dit non devant l'hôtel !
    Un mariage minable ! Quel souvenir en garder ? Être monté sur un trottoir avec une porche ? effrayé la population ? C'est ça le souvenir qu'on veut de son mariage ?
    Faut être crétin quand même !
    avatar
    yunolo

    Féminin
    Nombre de messages : 743
    Age : 64
    Localisation : finistere
    Emploi/loisirs : fontionnaire
    Humeur : plutôt gaie
    Date d'inscription : 27/06/2009

    Re: Police française

    Message par yunolo le Mar 5 Jan - 23:32

    Prends le temps de lire le "mal-être" de la police plus haut STP!
    Parce que ici, j'ai envie de te dire que du marié ou de la mariée! J'en ai rien à battre! Ces personnes-là! qui vivent dans un quartier HLM dans lequel personne ne peut entrer... osent défiler dans une ville de 150 000 habitants, sur ses plus grands axes, (rue Jean Jaurès entre autre... axe principal avec la rue de Siam) pétrifiant la population, circulant sans permis, sans casque pour certains, sans ceinture de sécurité pour d'autres! pendant que toi on peut t'arrêter sans souci pour la moindre chose! Et que tu acceptes la sanction par CIVISME!!!!!! STOP! JE DIS STOP!
    Je t'assure que je deviens raciste! JE NE SUPPORTE PLUS DE TELS GENS BAFOUANT TOUTES LES LOIS DE MON PAYS!
    INSUPPORTABLE!!!!!!!!! DE L'AIR!
    Ils jettent le discrédit sur tous les immigrants! SUR TOUT CE QU'ILS TOUCHENT D'AILLEURS!
    Je ne veux plus de toutes ces personnes voilées ICI! Elles font du tord à tous les immigrants potentiels! Je ne veux plus que ces "camouflés" continuent de pomper notre sécu et notre CAF! JE NE PEUX PLUS LES VOIR NI LES SENTIR!
    Cà c'est fait!!!! Cà c'est dit!!!!!
    avatar
    yunolo

    Féminin
    Nombre de messages : 743
    Age : 64
    Localisation : finistere
    Emploi/loisirs : fontionnaire
    Humeur : plutôt gaie
    Date d'inscription : 27/06/2009

    Re: Police française

    Message par yunolo le Mar 5 Jan - 23:52

    http://www.youtube.com/watch?v=7M7C45Uoayo
    C'était juste un petit truc en passant!
    Pas de quoi s'affoler voyons!
    Ces petis jeunes ne font que s'amuser! ILS PICOLENT! ILS SE DROGUENT!!!! Bon!!!
    MAIS EN PLUS ILS JOUENT DE LA GACHETTE!!!!!! HE LA! STOP!
    OUVREZ LES YEUX BON SANG!
    SUIS-JE CONNE A CE POINT ?
    avatar
    yunolo

    Féminin
    Nombre de messages : 743
    Age : 64
    Localisation : finistere
    Emploi/loisirs : fontionnaire
    Humeur : plutôt gaie
    Date d'inscription : 27/06/2009

    Re: Police française

    Message par yunolo le Mar 5 Jan - 23:56

    Suis-je la seule à avoir les yeux en face des trous ?
    Vous n'avez pas peur pour vos enfants devant de tels enragés ?
    Etes-vous inconscients ? Ne voulez-vous pas voir la vérité ?

    CHARPAL

    Masculin
    Nombre de messages : 434
    Emploi/loisirs : Refaire le monde(sans prétention).Voir : refairelemonde.unblog.fr
    Humeur : en colère face aux injustices notamment sociales
    Date d'inscription : 15/11/2009

    Re: Police française

    Message par CHARPAL le Mer 6 Jan - 2:05

    Au cours de cette discusion, les interventions des uns et des autres notamment celle de Résistance , ont bien mis en avant un certain nombre de choses : Sarkozy, en ne réfléchissant pas du tout aux causes, multiples et complexes, de la montée de la violence et de la délinquance et partant de là en misant tout sur la répression, a complètement échoué ! Il s'est pourtant fait élire entre autres et principalement là dessus !
    En harcelant les forces de l'ordre relativement à l'atteinte maniaque d'objectifs plus ou moins arbitraires, sans leur en donner les moyens et même en réduisant ces moyens, il a créé un malaise profond, durable, qui n'est pas près de s'estomper parmi celles-ci. Malaise aggravé notablement par un surcroît de travail assez énorme venant d'une bureaucratisation invraisemblable de l'action policière. Les cadres passent le plus clair de leur temps à remplir des tableaux statistiques, à se battre avec des procédures qui se compliquent toujours plus et à jongler avec des effectifs insuffisants, tout en se faisant "engueuler" sans arrêt par des préfets qui eux même passent leur temps à prendre des savons du ministre ou travaillent à essayer de les éviter ...
    Ce constat ayant été fait et bien fait, il est parfaitement inutile de revenir sur les difficultés des forces de l'ordre qui ont été parfaitement bien mises en lumière ici et de multiplier de façon subjective et émotionnelle des faits dans le but de convaincre des forumeurs déjà convaincu des problèmes qui se posent.
    L'important, mais c'est beaucoup plus difficile, est d'essayer de voir "dans les coulisses de demain", ce qui devrait être fait et aussi, même si ça n'est pas gratifiant, ce qu'il n'est pas possible de changer à court ou même à moyen terme, car c'est hors de portée, sauf à être un démagogue irresponsable n'ayant en tête que d 'arriver ou de se maintenir au pouvoir à tout prix !
    Concernant la Sécurité Publique au sens strict du terme, il est évident qu'un pouvoir qui se respecterait, et aurait de ce fait une chance d'être respecté, commencerait par mettre un terme au harcèlement organisé et par foutre la paix aux professionnels de la police quant aux "objectifs"," résultats", "évaluations", statistiques, politique du chiffre, fatras bureaucratique et autres balivernes qui font perdre un temps fou et bien trop d'énergie à des fonctionnaires qu'on est en train de rendre fous et qui pour toute récompense sont pris sur le terrain pour les boucs émissaires de toutes les frustrations engendrées par un système économique et social qui va droit dans le mur, mais a réussi jusqu'à maintenant à préserver les énormes privilèges d'une classe "supérieure" ultra minoritaire.
    Quant à l'immigration ça n'est pas demain la veille que ce problème sera règlé ! Les gens qui quittent leur pays ne le font jamais pour le plaisir : ils fuient des dictatures où il ne fait pas bon vivre et la misère par dessus le marché ! Et ils arrivent dans des pays où le plein emploi est interdit de séjour! Tout cela est voulu par les maîtres du monde : pour maintenir leurs privilèges et accroître leurs fortunes colossales, le chômage est nécessaire, ainsi que la précarité. Il est nécessaire aussi de piller les ressources naturelles, parfois considérables des pays dits pauvres, en corrompant les dirigeants de ces pays. La plupart des pays "pauvres" pourraient subvenir à leur besoin rendant inutile l'émigration si les plus compétents et les plus honnêtes étaient à la tête de ces pays. Mais les "maîtres" précités s'y opposent par tous moyens.
    Autrement dit, tant que le monde sera ce qu'il est, il est impossible et irrémédiablement, de vraiement maitriser la délinquance et de réussir de façon significative. Les Etats-unis, je ne dis pas que c'est bien et même je trouve ça lamentable, l'ont bien compris et au moins sont logiques avec leurs conceptions. Jusqu'à maintenant ils sont pour la loi de la jungle : les plus forts écrasent les plus faibles qui n'ont qu'à crever ! La misère, ils le savent, est inévitable , mais comme ils ne veulent pas changer un système qui permet aux plus forts d'amasser un maximum de fric, ils assument les inconvénients du système : délinquance constamment à la hausse, traitement pénal de la misère, ghettos institutionnalisés dignes du far- west. Ils savent qu' une partie importante de la population vit dans la plus totale illégalité pout ne pas crever de faim et ça ne les émeut pas plus que ça !
    Conclusion : inutile de se rouler par terre ou de grimper aux rideaux ! Ce qui se passe en France, est certes scandaleux, mais c'est ce qui se passe aux Etats-Unis depuis toujours et qui est le fruit logique d'un système. Sarkozy a fait preuve de beaucoup de fumisterie en faisant croire aux gogos qui l'ont élu qu'on pouvait éradiquer la délinquance et l' immigrations sans changer en profondeur les principes sur lesquels repose l'organisation du monde actuel : la sauvagerie économique néo-libérale et un cadre international basé sur des Etats- Nations pouvant se neutraliser et se corrompre les uns les autres !

    Contenu sponsorisé

    Re: Police française

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Lun 20 Nov - 4:51